Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Algérie : sens et enjeux d’une urbanisation par le bas

Abdelkader Lakjaa

Résumé

Cet article explore les pratiques urbaines en Algérie. Il s’appuie sur l’hypothèse de la manifestation d’un conflit entre les intentions des concepteurs de la ville, tant coloniaux que nationaux, et les Algériens habitant les villes. Il présente des enquêtes de terrain à travers lesquelles l’observation de données factuelles se mêle à l’écoute du discours des acteurs. Il a pour but de produire une interprétation identifiante à la lumière du sens que les acteurs urbains injectent dans leurs pratiques des espaces urbains. Pour ce faire il aborde la société urbaine algérienne en essayant de décrypter les pratiques et les imaginaires qui donnent du sens à ce qui est urbain ici et maintenant.

This article examines the urban habits in Algeria. It upholds the thesis that there is a conflict between the intentions of the designers of the city, both colonials and nationals, and Algerians living in cities. It presents field surveys through which the observation of factual data mixes listening to the speech of the actors. It aims to produce an identifying interpretation in the light of the meaning that urban actors inject into their practices of urban spaces. To this end he approaches Algerian urban society trying to decipher the practices and imaginaries that give meaning to what is here and now, urban.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

À travers le texte qui suit, je me propose de contribuer à la connaissance de la société urbaine algérienne telle qu’elle se laisse saisir à travers la vie quotidienne. Mais le concept de société urbaine ne recouvre pas, ici, la même réalité à laquelle renvoie Henri Lefèbvre, et qu’il présente comme effet induit :

« Cette société que nous vivons, on l’appelle souvent : société industrielle. Ce terme ne me paraît pas exact. Le processus d’industrialisation étant le processus inducteur, il serait plus juste de nommer cette société par l’effet induit qui est l’urbanisation, donc : société urbaine en formation. »1.

En Algérie, en effet, le processus inducteur est de tout autre nature : il est d’essence exogène. En ce sens, dans l’histoire urbaine de l’Algérie, la colonisation française se révèle être un fait de rupture en fonction duquel on procède au classement des villes en « villes pré-coloniales » et « villes coloniales ». Cette classification ne comporte pas encore la rub...

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540