Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les débats du numérique

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Quelles redistributions de pouvoirs autour des « automates sémantiques » ?

Yannick Maignien

Résumé

L’évolution actuelle du Web s’engage vers une complexité de développement indéterminée. Complexité qui tient à sa socialisation croissante ainsi qu’à l’essor des mobiles et le déploiement des réseaux sociaux. Cette complexité s’exprime à travers le Web sémantique, ou Web de données. D’un point de vue technique avec l’expression RDF des données et OWL des ontologies, et la constitution de « silos de données » plus en plus sophistiqués. Les politiques d’ouverture des données publiques, ou de pression sur la transparence des données personnelles sont en pleine transformation.
Les évolutions les plus fortes sont à chercher du côté de la crise de la fiction portée par ces médias de communication et de représentation.
Les sciences humaines et sociales devraient bousculer les cloisonnements disciplinaires, mais aussi accompagner de nouvelles formes d’expérimentation sociales, territoriales, éducatives ou cognitives.

The current evolution of the Web is committed to a development complexity rather indefinite. Complexity lies in its increasing socialization, global growth of mobiles and convergence of telephony, as well as the deployment of social networks. This Complexity is expressed through the Web (with the development of the Semantic Web, or Web of Data), both technologically with the expression RDF data and OWL ontologies, as well as by the creation « data silos » increasingly sophisticated. Policies on « Open data » and the political issues of personal data are globally transformed. The strongest brand seems to be the crisis of fiction carried by these media of communication and representation. The humanities and social sciences should be up to this double challenge, pushing disciplinary silos, opening new avenues of research, but also by supporting new forms of social, territorial, educational or cognitive experimentation.

Texte intégral

Introduction

1Les développements technologiques actuels du Web, vers le Web de données et le Web sémantique se déroulent dans un contexte de crise socio-économique générale, du moins dans l’espace de l’Union européenne. Avec 27 millions de chômeurs (officiels) dans l’Union, des restrictions budgétaires et financières drastiques dans les investissements, l’économie numérique se voit dotée de vertus et de vices sans grand rapport avec les périodes d’utopies créatrices des débuts de l’internet et du Web.

2Pour l’essentiel, entre les États-Unis et l’Asie, le développement de l’économie numérique se fait en contournant l’Europe et son modèle socio-culturel, pourtant au cœur des enjeux sémantiques.

3Ces tensions, lisibles à l’échelle mondiale entre un haut degré de besoin d’ouverture et de traitement des données d’une part et de fortes contraintes de gouvernance, notamment économiques et financières d’autre part, risquent de jouer un rôle notable, mais largement indéterminé dans les étapes à venir.

4Dans cet article, nous voudrions néanmoins revenir en premier sur la signification globale du Web de données. Dans un deuxième temps, nous voudrions montrer que la distinction actuelle, à cet égard, entre biens publics et créativité privée nous semble mal posée. Dans un troisième temps, nous sommes conduits à nous interroger sur la nécessaire dimension fictionnelle du Web, si nous voulons réellement appréhender une approche cognitive et pragmatique des développements à venir. La crise de la fiction est en effet une partie des questions liées à la crise de la représentation, et de la représentativité politique plus précisément ; les conditions de gouvernance et de redistribution de pouvoirs en jeu, en fonction des évolutions des relations de « confiance » publique sont donc à l’horizon de cette nouvelle étape technologique.

5L’essor du Web sémantique est rapide, mais encore largement dans les limbes. Aussi, beaucoup des idées avancées ici relèvent de spéculations conceptuelles qui demanderont à être étayées et précisées à l’avenir.

L’essor du Web sémantique

6Il faut le rappeler, le Web de données, à partir des données produites par les internautes, mais surtout celles déjà mises en forme dans les bases de données publiques, se développe par une dissociation de leurs sources, une extraction des logiques fermées des bases de données relationnelles, et une reformulation dans des formats standards (triplets RDF). La ré-utilisation de ces données n’est plus déterminée par les conditions éditoriales ou documentaires d’origine, mais par le nouveau contexte de traitement automatique, par la pertinence de nouveaux outils de logique et de graphes et par les finalités des services recherchés.

7La complexité du système tient à sa socialisation croissante, quantitativement, à l’échelle planétaire de par l’essor des mobiles et la convergence avec la téléphonie, ainsi qu’au déploiement des réseaux sociaux de plus en plus spécifiés. Chaque acteur de communication, privée comme publique, devient un fournisseur de données, potentiellement exploitables.

8Cette complexité des « données liées », linked data, est surdéterminée par le développement à partir du Web de données, de couches d’inférences logiques (logique de description) aussi bien technologiquement avec l’expression RDF des données et OWL des ontologies, qu’humainement par la constitution de plus en plus organisée de « silos de données » thématiques, de politiques d’ouverture des données publiques, ou de pression sur la transparence vers de nouvelles applications.

9L’une comme l’autre de ces formes de complexité, largement convergentes, relèvent à la fois d’un saut en avant dans l’ingénierie technique (le réseau des machines « dialoguant entre elles ») qui se déploie comme médiation automatisée entre les usages « humains » et les automates sémantiques en réseau, autant que d’une concentration accrue dans les formes capitalistes de monopoles de gestion des données et des automates sémantiques.

  • 146 Cf. Y.Maignien, Data.gouv.fr : de l’ouverture des données à l’ouverture des possibles ? http://sens (...)
  • 147 La valeur totale des données personnelles de l’ensemble des consommateurs du G20 est estimée à 4,5 (...)

10D’un côté, les données sont appelées à s’autonomiser, se libérer, inter-opérer de façon exponentielle, à la mesure des volontés d’open-data, dans tous les secteurs de la vie publique et des intérêts communs couverts par l’administration et les agences publiques (santé, transport, éducation, culture, environnement, énergie, etc.). Ce qui est visé, c’est la richesse des gisements que ces secteurs représenteraient pour une nouvelle économie. On ne serait qu’à l’aube de cette nouvelle valorisation, celle-ci s’alimentant très vite par les masses de données attendues des connexions de l’internet des objets et la multiplication des capteurs générant les flux de données. La Commission européenne parle d’un « nouvel or noir » (sic)146 ou de « carburant de l’innovation »147. Sous un autre aspect, les bases socio-économiques seraient de plus en plus restreintes et s’exprimeraient par des freins de protection sur les données personnelles, ou sur les risques de croisement de données sociales « sensibles », par exemple dans les domaines de la santé, ou sur les conditions de propriété intellectuelle encadrant, sinon empêchant cette ré-utilisation des données.

11Ainsi, en face de potentialités dessinant un nouvel « eldorado » technique, s’élèveraient des incertitudes radicales dans la mise en œuvre de « services » de ré-utilisation des données.

Biens publics, créativité privée ?

12Nous voudrions ici éclairer ces tensions autrement que par les dichotomies simplistes de transparence ou d’opacité, de public/privé, de détenteurs de droits ou usagers de biens communs, sous lesquelles elles sont exprimées généralement.

13D’une part, l’avancée de l’automatisation de recueil, de traitement et de requête des données que représente le Web sémantique marque un changement qualitatif fondamental de l’évolution du Web. Force est de constater que cette automatisation s’effectue à l’heure actuelle dans un mouvement de re-verticalisation (mobilisant organismes administratifs et scientifiques, agences, au mieux collectivités territoriales) donc de fort contrôle étatique et gouvernemental. Sous couvert d’avancées de l’Open ou des Public Data, de « libération » des données, c’est d’abord à cette verticalisation que l’on assiste, par opposition à l’horizontalité des réseaux sociaux et à la production collaborative des données, notamment personnelles et conversationnelles, qu’elles soient captées par les opérateurs–- mais à leur seul profit–- , comme Facebook, YouTube, Google ou Linkedin ou éditées de façon participatives comme sur Wikipedia.

14Le Web 2.0 joue à cet égard un rôle de porosité, d’hybridation, entre public et privé, complexité qui tient à la socialisation croissante des interactions communautaires, à l’essor des mobiles et à la convergence avec la téléphonie, ainsi que qualitativement par le déploiement extrêmement diversifié de réseaux sociaux, l’ensemble des acteurs étant identifiés et exprimés eux-mêmes dans des langages du Web sémantique (FOAF).

15Avec l’articulation Web 2.0 et Web sémantique ou horizonta//vertical, comment ne pas voir dans ces contraintes d’automatisation des données du monde numérique, monter des forces surdéterminant – sinon remplaçant – les relations sociales « réelles », par exemple dans les domaines de l’éducation et de la formation (avec de nouvelles exclusions), ou celles du marché de l’emploi (la création de chômage), tout en apportant un potentiel de créativité accrue. De garants, l’État providence, l’administration, qui avaient jusqu’alors la responsabilité régalienne de la bonne gestion du « hors marché », s’orientent vers une sécularisation atone, au profit d’une créativité privée virtuelle. Les réseaux sociaux virtuels, au prix des distorsions de réalité qu’on examinera plus loin, tiendraient lieu de relations sociales, d’expression des rapports sociaux. Sous couvert d’économie et de transparence, la puissance publique s’avance par cette automatisation dans un processus de désengagement, sorte de « dépérissement numérique de l’État », qui deviendrait l’alpha et l’oméga de la nouvelle économie (au moins selon Bruxelles).

16En face de cette automatisation, la seule initiative privée, de création de start up, de private equity, devrait être à la mesure des risques et des besoins de créativité pour utiliser de façon féconde, à terme, les données produites par les automates. On peut s’interroger sur de telles limitations et indéterminations a priori. Il faudrait au contraire de véritables mouvements sociaux de hacking des données, de ré-appropriation, de valorisation créative et sociale des données explorant tous azimut de nouveaux mondes pour donner tout leur sens aux algorithmes possibles dans le traitement des données. Que veut-on faire dire aux données ? Sous quelles conditions sémantiques ou heuristiques ? Quelle part interprétative concernant la perception, la connaissance, l’échange inter subjectif les algorithmes sont-ils capables d’apporter dans le traitement et l’utilisation de ces données ? Quelles régulations seront nécessaires pour arbitrer de nouveaux consensus ? Pour l’instant des « mash up » assez simplistes portant sur la géolocalisation des données, ou des requêtes « classiques » en SPARQL semblent un exploit dans la fécondité attendue. Très vite des traitements, filtrages, hiérarchisation, inductions, inférences, simulations, etc. beaucoup plus riches se feront jour, à condition que de nouveaux projets les mobilisent, que de nouvelles concertations les autorisent. La production sociale de données serait corrélative d’une exploitation fantasmatique et aveugle, sur le mode de l’efficacité (extrêmement sophistiqué !) des sites de rencontre ! Mais ce n’est semble-t-il pas dans les seules limites des activités marchandes, capitalistiques et salariales d’aujourd’hui, dans le contexte de « torpeur » européenne ambiant, que cette richesse de créativité sociale, pourra se développer.

17Le partage « public/privé » qui reprendrait la distinction « exposition des données/réutilisation des données » ne nous semble pas à la hauteur de cette évolution.

18Réduite à cette confrontation de la nécessaire transparence publique requise, face à l’opacité ou du moins aux revendications de protection, notamment des données à caractère personnel, aucune forme innovante de gouvernance ne risque d’émerger. La citoyenneté numérique doit s’en remettre au bon vouloir des politiques d’État, et au mieux au prosélytisme que les Data.Gov anglo-saxons impriment sur les autres politiques publiques.

19D’un autre côté, l’activité « humaine » et symbolique serait réduite à l’agitation d’expression intersubjective et « privée » des réseaux sociaux, incapables (pour les acteurs eux-mêmes) de capitaliser les données produites, étant au mieux requis de se limiter aux consommations de masse d’applications individuelles.

20Dans ces deux domaines, le leadership américain (notamment) se trouve pleinement justifié par l’avantage comparatif et concurrentiel dans la maîtrise hégémonique des algorithmes et logiciels de gestion des Big Data, autant que dans la maîtrise des traitements de graphes du Web 2.0. Aussi n’est-il pas certain qu’il faille calquer une stratégie numérique dans de telles conditions de dépendance.

Big Data, secret et transparence

21À l’articulation des deux axes, les politiques publiques d’ouverture des données, si elles relèvent d’un louable souci de transparence peuvent et doivent également prendre en compte les contraintes liées aux atteintes en matière de gestion des données personnelles.

  • 148 Ces données au fort potentiel pour l’innovation font aussi l’objet en Europe d’une importante prote (...)

22De fait, les notions de confidentialité, de confiance, attachées aux pratiques et aux définitions des notions de conversation, d’échanges interpersonnels, sont devenues très relatives. La notion de « donnée personnelle » est largement remise en cause. Toute communication sensible, et même dans la production de données anonymisées, mais non cryptée, sur tous les médias sociaux, est utilisée potentiellement à d’autres fins (écoute, espionnage, profilage, contrôle, marketing, statistique, police, ou même simple erreur de diffusion, etc.) et devient donc un secteur extrêmement lucratif de revente et de recyclage148. En effet, les automates permettent aujourd’hui les recoupements identifiant des personnes physiques ou morales à partir de données anonymes. Ces secteurs deviennent eux-mêmes liés à des structures de pouvoirs politiques échappant souvent aux contrôles démocratiques élémentaires et aux juridictions déjà mises en place dans la protection de la vie privée.

Économie de masse et publicité

23Par ce saut dans l’automatisation, c’est vraiment le Web sémantique qui fait rentrer internet dans l’ère industrielle, au sens d’une division sociale et technique du travail très élaborée. Le WebhHtml des documents n’aurait été que le stade manufacturier de ce capitalisme numérique. L’exposition ou l’extraction de données peut se dissocier de toute activité de traitement et de mise en forme éditoriale, contrairement au Web documentaire classique, où « l’information » reste attachée à son origine émettrice ou éditrice. Les données deviennent un « matériaux », un gisement, la constitution de « silos » de données, dont l’accès doit être le plus « libre » possible. L’élaboration d’ontologies ou de référentiels, propre à hiérarchiser ou organiser des secteurs thématiques particuliers, devient elle-même un secteur d’activité autonome, à haute valeur stratégique. La valeur se développe par la qualité des « traitements » qu’on est susceptible de leur attribuer, par l’importation de valeur sémantique d’agrégation. C’est donc tout autant un modèle économique lié à ces nouvelles divisions du travail qui est promu, notamment par les recommandations européennes.

24À cet égard, on peut s’interroger sur la pérennité de la notion de « neutralité de l’internet ». En effet, cette « neutralité » se justifie par l’indistinction des contenus et l’universalité des services au regard de la maîtrise des réseaux. Mais qu’en est-il lorsqu’il y a dissociation, « dissolution » des contenus, par la réduction aux données, qualifiées de « brutes » ? Les infrastructures devenant des pipeline indissociables du « brut » approprié et véhiculé, l’architecture et la « géographie » des pipeline sont à terme indissociables des gisements et flux de données. La « neutralité de l’internet » a-t-elle encore un sens dans cette dissociation entre données-machines d’une part et informations humaines d’autre part, entre données transmédia et diversité des services de communication et ’‘information ?

  • 149 CF Y.Maignien, Le travail intellectuel à l’ère numérique, Esprit, mars avril 2000.

25La convergence numérique valeur/signifiant à été maintes fois soulignée149, notamment dans les analyses du capitalisme cognitif. C’est déjà le cas avec l’équivalent valeur-mot d’Adword de Google (Frédéric Kaplan parlant opportunément de capitalisme linguistique). Dans cette évolution, la question de la publicité est tout à fait centrale. La maîtrise de la publicité, du fait de la porosité entre public et privé, définissant les conditions d’une marchandisation privée, est tout à fait essentielle. Google ne fait pas que capter des « revenus » publicitaires, au détriment des autres médias. Les réseaux sociaux mobilisent les relations interpersonnelles vers des ciblages marketing précis. Ces nouvelles hiérarchisations redéfinissent et redimensionnent les contours de la valorisation, indexant la « réputation » sur d’autres traits beaucoup plus fins, dynamiques et discrets, et beaucoup plus « immersifs », à la différence des média traditionnels.

  • 150 Cf. « 6 » Ed. Zones sensibles, 112P. 2013.

26On peut faire l’hypothèse d’une convergence graduelle possible du Web de données avec les réseaux de flux économiques. Cette automatisation est la condition sine qua non par laquelle le numérique peut agréger les données numériques sur le modèle de l’agrégation financière, faisant du traitement de données un traitement parallèlement spéculatif. D’ores et déjà, les automates et algorithmes financiers et boursiers deviennent majoritaires (à 70%, les transactions sont opérées par des ordinateurs) et selon certains déjà « incontrôlables »150.

27De fait, la captation des données personnelles par ces trusts n’a d’égale que leur puissance dans l’exploitation à des fins publicitaires et donc de revenus financiers dans la production de masse à l’échelle mondiale.

28En même temps, ces automates expriment la pauvreté du marketing publicitaire en tant que création d’un espace fictionnel hyper-contrôlé. Le Web se développe en termes de saturation des interrelations sous la pression d’une économie marchande stérile.

29Est-il possible de sortir du modèle publicitaire : marché de masse/versus individualisation de masse des affects, désirs et représentations, exprimées comme autant de traits individuels/communautaires ? Une des tentatives récentes est de « jouer » sur cette porosité ou hybridation du public et du privé dans la mise à disposition des données personnelles, finalisées sur des services précis (de santé ou d’éducation par exemple), supposant de nouveaux consensus dans le consentement à l’accès, mais aussi avec des espoirs de nouvelles activités marchandes, expérimentation ouverte aux États-Unis sous le nom de smart disclosures.

30Un des enjeux sera de savoir comment, et sur quels flux, la publicité pourra être indexée dans le cadre du Web sémantique. Quelle « régie » d’un type nouveau agrégera les données brutes de telle façon que la créativité inédite des données puisse générer également des préconisations socialement utiles ? Autrement dit, comment le processus publicitaire participera-t-il de ce « partage », – sinon de création – de valeur liée à de nouvelles « hiérarchisations » ou filtrages de désirs ou de comportements ? Il est encore trop tôt pour discerner de telles tendances, mais des campagnes de « recommandations » de mises en graphe sur des données RDF pourraient être expérimentées à court terme, en fonction des types d’inférences mises en œuvre par exemple, a priori sans autre limite que la puissance des algorithmes.

31Au regard de ces questions, on conviendra que les actuelles évocations par certains d’une « économie de la contribution » ne répondent que très peu aux enjeux posés par cette évolution profonde de la loi de la valeur.

32Mais le développement du Web sémantique ne saurait être seulement dénoncé sous les auspices de la captation et de la manipulation des données publiques et privées. Ce serait une erreur que de se livrer à ce seul déterminisme. La libération des données peut et doit tout autant conduire à une amplification des pouvoirs de communication et d’information, à une extension des domaines et possibilités de connaissance. Pour ce faire, il faut selon nous que le Web retrouve (et développe) sa dimension de fictionnalité afin de la redéfinir. C’est en prenant pleinement en compte cette dimension fictionnelle du Web que peuvent être évaluées les futures possibilités positives du Web sémantique.

La crise de la fiction

33On l’a vu précédemment, le Web de données, dans sa dimension industrielle verticale, conjuguée au déploiement horizontal du Web des réseaux sociaux, dessine une résultante particulièrement brouillée. Elle n’est pas pensable en terme seulement de « transparence », alibi des politiques publiques, ni en terme de privacy et de protection des données personnelles (du moins dans le périmètre hérité). Notre hypothèse est que sur cette résultante, c’est l’ensemble des distinctions antérieures sur lesquelles les média et moyens de communication définissaient leur rapport à la rationalité qui se trouve bouleversé. Rationalité comme socle de « confiance », de création de conditions de « réalité » et d’objectivité, mais tout autant pouvoir distinct de fiction comme technique de construction de mondes possibles.

34Jusqu’au XXe siècle, les communautés humaines ont culturellement produit des sphères distinctes de représentation de l’imaginaire, détournant données et techniques pour extrapoler et explorer d’autres « récits » du réel, d’autres variantes du devenir. Depuis le mythe antique jusqu’au cinéma et aux jeux numériques massivement parallèles, en passant par le théâtre et le roman, cette réorganisation virtuelle du monde est un élément fondamental de l’assurance de rationalité dans les représentations et les conditions politiques de représentativité et de confiance. C’est par rapport à une possible pluralité de versions compatibles que s’instaurent les constructions rationnelles nécessaires.

  • 151 Largement issue des travaux de W. Benjamin. Cf. Y. Maignien. L’oeuvre d’art à l’époque de sa numéri (...)

35Ce n’est pas le lieu de préciser ici cette hypothèse, selon laquelle par exemple, le monde industriel du XXe siècle serait « impensable » sans l’existence de l’industrie cinématographique151 – sans Hollywood, pas d’industrie fordiste ! – mais l’évolution actuelle du Web nous semble de fait fortement marquée par le « brouillage » de sa distinction vérité/fiction (pour employer des repères logiques simples). Ce brouillage, cette absence de distinction, est à la fois la marque d’une profonde crise de la fiction, le caractère transmédia du Web échouant pour l’essentiel (par excès autant que par défaut) dans l’instauration d’un « genre » narratif de référence. Ce brouillage numérique peut également être interprété comme la promesse d’une remise en cause profonde (et peut-être féconde à terme) des conditions classiques de fiction (théâtre, roman, jeu, TV, cinéma, etc.). En tous cas, les attentes sociales de masse sont à cet égard aussi fortes que désordonnées, autant déçues que renouvelées. Ce n’est donc pas dans la seule « maîtrise technique » des procès informatiques, beaucoup trop réductrice, qu’il faut chercher une issue.

36C’est au contraire sur fond de cette résultante « industrielle » entre Web de données et Web des réseaux sociaux qu’il faut chercher les conditions d’une nouvelle distinction d’instauration de fiction et de ré-assurance de réel. C’est en tous cas ce qui fonde selon nous de nombreux enjeux actuels de pouvoirs. Il faut d’abord que le numérique soit réintroduit dans sa dimension fictionnelle, dans la lignée des technologies de la représentation, de la mise en scène (théâtre, cinéma, télévision, jeux vidéo, etc.). De ce point de vue, la question du contrôle d’une « industrie de la culture » n’est nullement exogène, périphérique, mais au contraire au centre du devenir socio-économique du Web. Ce que nous maîtrisons de moins en moins dans l’essor actuel du Web sémantique, ce sont les dispositifs communicationnels au double niveau explicite et implicite. Explicite : l’interface avec le lecteur/spectateur : : le discours, la scène, l’écran, le document, l’immersion perceptive, etc. Implicite : le côté « cuisine », les coulisses, les machines, trucages, effets spéciaux, montage, codage, programmation, interactions industrielles où se fabriquent les « effets de fiction » – autrement dit, les conditions d’une communication immersive ne sont pas encore maîtrisées.

37Certes, cette couche implicite d’ingénierie technique devient extrêmement importante avec le Web sémantique, puisque c’est un réseau de « machines se « comprenant » entre elles » (avec beaucoup de guillemets !) qui s’interpose entre les « données » et les interprétations humaines, nécessitant cette expression normalisée des données et des ontologies (catégories). De fait, le passage du Web de documents au Web de données représente un saut qualitatif et dont les conséquences sur la fiction ne sont pas mesurées. Tel est l’ « angle mort » d’une approche purement technique de l’automatisation des données.

  • 152 Cardon, Dominique. La Démocratie Internet. Promesses et limites. La République des idées/Seuil. 201 (...)

38Dominique Cardon a raison de rappeler152 qu’avec le dessin de Peter Steiner (« Sur internet, personne ne sait que tu es un chien »), est inaugurée dés 1993 la question de l’identité sur internet, et par là qu’internet s’est constitué dans et par une « fiction fondatrice ». On a tendance, en effet, à oublier cet « anonymat » fondateur, dans le cadre des développements « réalistes » des réseaux sociaux, où chacun exprime sa subjectivité sur le mode du travestissement, et que le Web se déploie comme espace de communauté virtuelle.

39Nous avançons cette notion de « crise de la fiction », car jusqu’à maintenant, le Web et ses espaces communicationnels et collaboratifs ont « éclaté », atomisé les conditions de fiction à l’aune de l’individualisme subjectif, par la mise en œuvre de réseaux de communautés et de systèmes élaborés d’immersion de pseudonymes et d’anonymes. Mais de fait, le contrôle des règles du jeu des réseaux sociaux relève plus de techniques de propagande que de la libre mise en scène de représentations.

40Les réseaux sociaux mettent en représentation les acteurs d’internet eux-mêmes dans ce système d’opacité. On le sait, la prodigieuse plasticité et richesse du Web, notamment du Web 2.0 est la capacité des internautes à produire autant d’artefacts, d’avatars ou de pseudonymes que de besoin, en fonction des cercles de communautés, des pratiques de participation ou de contestation, des interactions intersubjectives nécessitant tous les degrés possibles de contrôle et de confidentialité. On sait aussi que c’est une des spécificités de la liberté du Web que de pouvoir ainsi « travestir » l’auctorialité, pour mieux promouvoir les contenus. Des plates-formes comme Second Life sont même totalement dédiées à cet effet.

  • 153 Menace sur nos libertés, Julian Assange, Jacob Appelbaum, Andy Müller-Maguhn et Jérémie Zimmermann. (...)

41Corrélativement, au sein du même espace universel, de la même neutralité de l’internet, la question du secret, de ses conditions sociales et consenties de contrôle (secret d’État, militaire, médical, privé, etc.), donc la maîtrise des moyens cryptographiques de l’accès, est une des bases du pouvoir et des débats en cours153. On le voit aussi pour une des évolutions de la presse et des médias, un des « piliers » de la démocratie depuis le XVIIIe siècle. Il est devenu essentiel d’assurer la protection des sources du journalisme, sinon son exercice, face aux moindres pressions susceptibles de réduire à néant cette capacité de référence et d’investigation. À la limite, on sait que cette « protection des sources » est une des conditions et directement fonction de la qualité des « fuites », notamment lorsqu’il s’agit d’assurer la protection de « lanceurs d’alertes ».

42La feintise (ludique) mise en œuvre de façon socialisée et « consentie » dans les formes traditionnelles de fiction est ici remises en cause, atomisées dans le Web, côtoyant sans contrôle les effets de manipulation, de « feintise sérieuse » (tromperies, erreurs, complots, etc.), comme mise à la discrétion des acteurs indifférenciés du réseau, en fonction de références incontrôlables des donnée.

43Pour instruire des variantes possibles et de nouvelles formes de création artistique, que peut-on attendre de ces nouvelles conditions d’immersion/submersion dans les données ?

44Une des pistes à l’avenir sera de suivre le type de maîtrise des règles de traitement, en terme de logiques de description et de logiques modales mises en œuvre par le Web sémantique pour traiter les données. Ces couches logiques, déjà en œuvre dans RDF et OWL, étendent l’examen de potentialité des jeux des données. Ces développements sont encore au stade de R&D, mais il est évident que dans les 5 années à venir la maîtrise de tels algorithmes sera la clé de pouvoirs et de gisements de valorisation sans égal. En parallèle la définition de ces cadres de contextualisation puisera sans doute son sens « humain » dans le développement « pragmatique » des réseaux sociaux, dans l’exploration in situ des situations de « confiance » (ou de défiance critique) des automates gérant les relations interpersonnelles et la publicité. Les inférences logiques applicables aes données et en fonction des référentiels et des ontologies relèvent de règles calculant des configurations possibles, élaborant des hypothèses et simulation en fonction des contraintes, et celles-ci seront de plus en plus « humaines », et violentes si elles ne parviennent pas à s’exprimer dans un cadre consensuel et juridiquement établi. Ce calcul dessine autant de « mondes possibles » que le permettent les règles de non-contradiction des données, mais aussi les limites des conflits potentiels. Tous les scenarii contrefactuels sont explorés, comme sont également explorés les « seuils de tolérance ». Le travail de Web designer de l’avenir relèvera de formations plus proches des jeux video, d’écrivains de scripts – que de la simple programmation de code source –, mais sous contrôle d’évaluation des compatibilités sociales heuristiques ou esthétiques de ces possibles.

  • 154 Cf. Jean-Pierre Cometti. Littérature et philosophie : sur les « concepts fictifs » et la façon dont (...)

45Ainsi, les questions de « falsification », sinon de fiction esthétique en terme de « make believe » (ou d’expérience de pensée où « les concepts fictifs nous aident à comprendre les nôtres », selon Wittgenstein154) se posent bien à l’égard de cette double efficience logique et ontologique du numérique, dont les « usages » – pour reprendre les termes pragmatiques – nous obligent à en mesurer les conséquences.

46Un exemple, portant sur un projet d’Humanités numériques, illustre assez bien ce que pourrait être cette ouverture. Il s’agit du projet « Venice Time Machine », qui souhaite reconstruire le passé de Venise, à partir des traces et documents du patrimoine de cette Ville-monde. Frédéric Kaplan, porteur de ce projet et Directeur du DHLAB de lÉEcole Polytechnique de Lausanne précise l’une de ses dimensions :

« La gestion de l’incertitude et des espaces fictionnels est le cœur du défi scientifique de ce projet. Il s’agit de raisonner dans des espaces où se côtoient des incertitudes de natures très diverses (fiabilités des sources, erreurs d’interprétations, extrapolations basées sur de fausses hypothèses, erreurs dues aux procédés de numérisation). Depuis 50 ans, les sciences de l’information n’ont cessé de développer des approches pour raisonner dans des univers incertains et a priori peu prévisibles (calculs probabilistes, logique floue, apprentissage artificiel, etc.). Des méthodes qui n’ont jusque-là pas reçu suffisamment d’attention en histoire. La rencontre de ces approches formelles et des mondes historiques incertains pourrait donner lieu à de grandes découvertes.
Dans notre approche, chaque source produit ce que nous appelons un « espace fictionnel ». Ce n’est que par la « jointure » d’espaces fictionnels émanant de divers documents que nous pouvons progressivement produire un passé « probable ». Une conséquence de cette approche est qu’il n’y a évidemment pas un passé, pas une organisation de Venise ou une structuration de son empire maritime, mais de multiples mondes possibles dont nous tâchons d’évaluer la plausibilité » .

47On a là un exemple de ce qui pourrait se développer à l’avenir, non seulement dans l’élaboration de projets culturels patrimoniaux ou muséographiques, mais dans l’exploration de possibles dans les stratégies environnementales, urbaines, économiques, sociales, éducatives, etc.

48Par exemple, les projets de « Grand Paris », au lieu de faire (seulement) l’objet de travaux prospectifs classiques d’urbanistes et de « schémas directeurs » d’aménageurs du territoire, organisés de façon traditionnelle par concours et appels d’offre (mais coupés pour l’essentiel des activités des millions d’habitants de l’agglomération) pourraient se lancer dans une vaste réalisation virtuelle155, à partir d’une ouverture socialement négociée des données publiques en cause. Cette réalisation virtuelle impliquerait les populations, associations, entreprises, élus, Universités, centres de recherche, organismes de transports, etc., recueillant et produisant les données, mobilisant et finalisant les projets d’open-data, les rendant interopérables, préparant ainsi une gestion sémantique des activités, au fur et à mesure de leur montée en charge, mais aussi à la mesure des différentes simulations sociales que ces jeux de données permettraient de construire pour les 20 prochaines années. Une nouvelle approche prospective serait en jeu, par rectification successive, agile et sociale, de « versions » possibles, approche sans doute beaucoup plus économique et efficiente que les constructions et les schémas intellectuels ou théoriques a priori. Le Web sémantique est à l’horizon la promesse d’un réalisme modal, c’est-à-dire de vivre dans la co-présence de mondes possibles.

Crise de la représentation et ruine du politique

  • 156 Nous renvoyons ici à tout le chapitre « Virtuel et politique » du livre de Marcello Vitali Rosati S (...)

49On l’a discerné en filigrane dans les propos antérieurs : le Web de données, dans le passage au Web sémantique peut tout autant accroître le divorce politique et démocratique entre représentés et représentants, s’il se construit sur les seules logiques ascendantes de « libération » des données au profit de traitements hégémoniques, que le résorber, s’il retrouve les voies d’ne échange symbolique consensuel. Ce divorce démocratique156 peut être résorbé, profondément, si le Web sémantique est l’occasion d’une mobilisation « horizontale », collaborative, à l’image de Wikipedia, dans l’élaboration de la qualité des données, dans les hypothèses de référentiels utiles aux traitements, formés autour des consensus d’auto-organisation. Dans un cas, le Web sémantique risque d’aggraver une vision de Cloud sourcing à la main des grands opérateurs numériques nord américains. Dans l’autre cas, une possibilité de Crowd sourcing dans le développement du Web sémantique peut déboucher sur des formes de contrôle démocratique avancé.

50L’Europe, la construction de cette Union, pourraient (auraient pu ?) être ce grand laboratoire d’auto-organisation, permettant à toute la complexité culturelle et politique de s’exprimer dans des formes innovantes de « fédéralisme » de tous les « territoires » virtuels (et pas seulement des simples intérêts économiques). Avec l’abandon de telles politiques à des outils privés d’indexation comme Google ou de relations sociales comme Facebook, on est bien loin du compte. Le Renren chinois a au moins le mérite d’exister (quoiqu’on puisse penser de ces travers de contrôle étatique).

51La période actuelle, du moins dans le cadre de l’Union européenne et à tous les niveaux des rouages administratifs et pour de nombreuses années, est marquée par l’enlisement, le blocage des projets et activités, depuis les conditions de formation jusqu’au déploiement de projets productifs. Blocage au sens où c’est sous l’aura de l’impossibilité que sont « mises en fiction » les perspectives européennes. On ne dira rien ici de la surdétermination nationale (française, en l’occurrence) de tels blocages. La crise financière est tout à la fois la cause et l’effet de ces restrictions « récessionistes », exprimant et amplifiant l’incapacité socio-économique d’une auto-organisation sociale dynamique. Les contradictions et rigidités entre verticalité et horizontalité des espaces numériques (signalées plus haut) ne sont pas pour rien dans l’amplification de ces blocages. Ne maîtrisant pas les gisements de valorisation des grands trusts numériques, l’Europe risque pour longtemps d’être stérilement à la remorque des innovations majeures. Reste à savoir à quelle condition elle va pouvoir réintroduire une « plasticité » (selon l’expression de Dominique Cardon) dans le cyberespace et le traitement possible des données.

52Devant cette remise en cause des frontières essentielles entre biens communs et libertés individuelles, entre relations de confiance au réel et nécessité de réinstaurer les conditions de fiction, les sciences humaines et sociales devraient être à la hauteur de ce double défi, bousculant les cloisonnements disciplinaires, en ouvrant de nouvelles voies de recherche, mais aussi en accompagnant de nouvelles formes d’expérimentation sociales, territoriales, éducatives ou cognitives. Les sciences humaines (du moins françaises et institutionnelles) passent largement au loin des nécessités de cette nouvelle contre-culture.

53À cet égard, la pauvreté heuristique des sciences humaines actuelles (et des prétendus programmes de « Digital humanities » !) est désarmante de stérilité. Elles n’ont pas su intégrer la critique foucaldienne de leur allégeance aux pouvoirs, ni s’autocritiquer et s’autonomiser comme discours du contrôle bio-politique. Au mieux, les sciences humaines et sociales (à part de brillantes exceptions) s’interrogent sur les « effets » des nouvelles technologies numériques, en tant que technologies exogènes. Elles ont bien sûr les mains propres de cette tache technique, mais elle n’ont plus de mains !

54Elles devraient être au contraire à la fois plus exigeantes et plus modestes. Plus exigeantes, et définir de vrais programmes d’enquêtes sur les changements socio-culturels liés au Web 2.0 et au Web de données, notamment sur les conditions économiques, de fiction, de formation et de gouvernance impliquées dans le fonctionnement même du Web ; en tant qu’espaces immersifs où se joue pleinement la « plasticité » des comportements numériques. Plus modestes et participer de l’intérieur à la mise ereœuvre de solutions applicatives, par exemple dans la « curation » de données, dans la réflexion et sur la « qualité » des données ou sur la nature des règles d’inférences, dans la définition ou le suivi de scenarii d’utilisation duwWeb sémantique, auprès des acteurs multidisciplinaires de l’ouverture des données publiques (collectivités territoriales, secteurs professionnels, domaines scientifiques, etc.).

55Les questions de pouvoir, en Europe plus que partout ailleurs, sont désormais liées aux conditions de confiance dont sont porteurs les nouveaux systèmes des médias numériques. Nous avons tenté de montrer que c’est d’abord par un redéploiement démocratique des pouvoirs d’auto-organisation et de fiction que pourraient être reconquises les conditions de maîtrise du Web sémantique, que pouvait être résorbé le divorce des réseaux sociaux. L’absence d’une industrie numérique de la création est ici un symptôme rédhibitoire. Pour le dire plus simplement, l’attente de possibles utopiques, la « potentielle exploration des possibles », redonnant sens à des millions d’européens, est à ce prix.

Notes

146 Cf. Y.Maignien, Data.gouv.fr : de l’ouverture des données à l’ouverture des possibles ? http://sens-public.org/spip.php?article900

147 La valeur totale des données personnelles de l’ensemble des consommateurs du G20 est estimée à 4,5 Trillions de $ en 2020 (Boston Consulting Group, novembre 2012).

148 Ces données au fort potentiel pour l’innovation font aussi l’objet en Europe d’une importante protection de la vie privée du citoyen et des droits du consommateur. La révision de la directive 95/46/CE, sur l’exploitation des données à caractère personnel, doit renforcer les conditions de protection en réponse aux évolutions technologiques.

149 CF Y.Maignien, Le travail intellectuel à l’ère numérique, Esprit, mars avril 2000.

150 Cf. « 6 » Ed. Zones sensibles, 112P. 2013.

151 Largement issue des travaux de W. Benjamin. Cf. Y. Maignien. L’oeuvre d’art à l’époque de sa numérisation”, Bull. Bibl. France, N° 46, 1995. Voir les travaux de l’atelier Vérifiction, sur le croisement entre théories de la fiction, Web sémantique et logiques modales. http://verifiction.wordpress.com

152 Cardon, Dominique. La Démocratie Internet. Promesses et limites. La République des idées/Seuil. 2010.

153 Menace sur nos libertés, Julian Assange, Jacob Appelbaum, Andy Müller-Maguhn et Jérémie Zimmermann. Robert Laffont, 2013.

154 Cf. Jean-Pierre Cometti. Littérature et philosophie : sur les « concepts fictifs » et la façon dont ils nous aident à comprendre les nôtres. http://www.fabula.org/atelier.php?Concepts_fictifs

155 et pas seulement la maquette interactive réalisée par Paris Métropole http://commondatastorage.googleapis.com/evenement/index.html

156 Nous renvoyons ici à tout le chapitre « Virtuel et politique » du livre de Marcello Vitali Rosati S’orienter dans le virtuel. Ed. Hermann Paris 2012.

Auteur

Yannick Maignien est philosophe et ingénieur de recherche CNRS (de 2007 à 2011), chercheur associé au laboratoire Tactic-Université Paris Ouest Nanterre Défense. Ancien directeur de la réalisation d’ISIDORE, plate-forme numérique pour les sciences humaines et sociales, réalisée par le TGE ADONIS. (ymaignien@yahoo.fr).

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable