Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les débats du numérique

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Imaginaires techno-informationnels et efficience militaire

Joseph Henrotin

Résumé

L’introduction dans les forces armées de systèmes de commandement et de contrôle numérisés et réseau-centrés vise à générer de l’efficience militaire aux plans tactique, opératif et stratégique. Mais ils doivent également être examinés dans la perspective historique de leur utilisation par des forces aériennes et des marines travaillant dans des environnements spécifiques. Appliquées à des combattants dans des environnements plus complexes, ces technologies ont également des conséquences politiques et culturelles.

The introduction of digitalized, network-centric command and control systems in armed forces aims to produce military efficiency at the tactical, operational and strategic level. But they also need to be considered in the historical perspective of their use by air forces and navies working in specific environments. But applied to land forces fighting in more complex environments, these technologies also have political and cultural consequences.

Texte intégral

  • 1 Un lexique imposé par les États-Unis dans la foulée du sommet de Prague de l’OTAN (novembre 2002).
  • 2 En l’occurrence, les pods de désignation optroniques.

1Quiconque s’est intéressé aux questions militaires ces vingt dernières années, n’aura pas manqué de constater la part prise par les questions liées à l’information non seulement dans la conduite des opérations militaires mais aussi dans les différentes contributions au débat stratégique. Les années 1990 et 2000 sont ainsi marquées par les débats autour de la Revolution in Military Affairs puis par la projection de ses éléments techniquement les plus mûrs dans les structures de force des armées américaines et européennes, les processus dits de Transformation1. Au cœur de ces évolutions réside une combinaison de frappes de précision, de recueil et de partage de l’information, de modifications organisationnelles (professionnalisation des armées, concentration des structures, opérations multinationales), de changements techniques (robotisation notamment) et de changements tactiques. Les technologies électroniques, informatiques et informationnelles y jouent un rôle déterminant, à chaque niveau. Seule la miniaturisation des composants informatiques, la diminution de leur coût et l’arrivée de nouveaux artefacts, eux aussi électroniques2, permet de disposer d’armes guidées par laser ou GPS qui peuvent être utilisées massivement, au point de représenter plus de 90 % des munitions utilisées durant l’opération Harmattan (Lybie 2011) alors qu’elles n’étaient que 7 % durant Desert Storm (Irak, 1991) [Henrotin, 2005].

2De même, les structures de forces ont été durablement affectées par l’emploi d’un nombre toujours plus grand de capteurs. Leur diversification n’est historiquement pas neuve : les émissions radios sont interceptées et écoutées durant la bataille de Tsushima (1905), la reconnaissance aérienne est l’une des premières missions de l’aviation dès les guerres balkaniques du début du XXe siècle, le radar est massivement utilisé durant la Deuxième Guerre mondiale, les capteurs infrarouges et sismiques sont utilisés durant la guerre du Vietnam, les premières images par satellite remontent aux années 1960. Ce qui semble neuf dans cette progression constante, en revanche, c’est l’accroissement de leur vitesse de diversification et leur combinaison, y compris au travers de la figure de la mise en réseau, que ce soit à l’échelle d’une unité d’action en particulier (char de bataille, navire, avion, etc.) ou de l’ensemble d’un système militaire. De ce point de vue, l’informatisation des forces jusqu’aux plus bas échelons s’accompagne de l’émergence d’un vocabulaire spécifique charriant ses propres technologies – digitalisation ou numérisation, réticulation, fusion de données – mais aussi d’espérances en termes de gains d’efficacité tactique mais aussi stratégique.

  • 3 La « guerre réseaucentrée » n’est d’ailleurs par une « guerre », elle constitue juste une modalité (...)
  • 4 Une précision qui importe, le régime militaire occidental incluant des États comme le Japon, Singap (...)
  • 5 Où les effets de la technologie sont traditionnellement les plus sensibles.

3Il n’est pas, de ce point de vue, uniquement question du concept de guerre réseaucentrée3 formalisé par l’amiral Arthur Cebrowski en 1998 [Cebrowski, 1998]. Il s’agit, en effet et au-delà du partage de l’information, d’une remise en question des modes d’action militaires traditionnels et de l’émergence d’un véritable agir réticulaire, tel que théorisé par Forget et Polycarpe [Forget, 1997]. S’il n’y a pas lieu de remettre en question l’effectivité de cette mutation vers la question du réseaucentrage et, plus largement, vers celle de la place prise par les technologies de l’information dans le régime militaire occidental4, elle pose cependant un certain nombre de questions, qui formeront la trame de ce chapitre. La première est celle de sa nouveauté dans le domaine militaire, qui mérite d’être reconsidérée tant elle a été vue comme une composante centrale d’une « révolution » s’épanouissant en quelques années. La deuxième est celle de sa pertinence en tant que levier d’efficience militaire et des conséquences induites au-delà du seul niveau tactique5. L’utilisation des systèmes réseaucentrés, liée à celle de systèmes possédant une certaine autonomie – dans le domaine ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) notamment – est souvent présentée comme un multiplicateur naturel de puissance pour les armées [Cohen, 1997]. Or, ces systèmes induisent également des contraintes spécifiques pour leurs utilisateurs.

Du statut de la nouveauté de la réticulation des systèmes militaires

4L’amateur averti d’histoire militaire pourrait croire qu’historiquement, les organisations militaires répondent à des structurations pyramidales, bien peu propices à un fonctionnement « en réseau », suivant une logique de distribution plane des différents acteurs. Nombre d’auteurs ayant travaillé sur la question de la RMA voyaient d’ailleurs dans les fonctionnements réticulaires une rupture parmi d’autres, sur le versant organisationnel de l’évolution des forces armées [Henrotin, 2013]. Mais leur jugement semble cependant manquer de nuance. Ainsi, d’une part, les forces armées, même « transformées » par les effets organisationnels de la RMA, continuent d’être structurées de manière hiérarchique et pyramidale. De facto, la principale évolution en la matière, ces vingt dernières années, a résidé en une reconsidération de l’échelle des pions tactiques et opératifs, avec une mutation référentielle de la division vers la brigade. Les logiques structurant les unités subordonnées (peloton, patrouille, escadron, compagnie, etc.) n’ont pas, directement ou indirectement été affectées par les processus de Transformation des forces et leur « numérisation ».

5Par ailleurs, on pourrait également arguer que le fonctionnement des unités de combat est historiquement réticulaire derrière leur apparence hiérarchique. Le rôle d’une socialisation marquée par un certain délitement des relations strictement fondées sur la hiérarchisation y reste ainsi central, avec des formes parfois radicales. Une fois en mer, les membres d’équipages des sous-marins français enlèvent ainsi leurs insignes de grade, marquant leur égalité face aux opérations qu’ils mènent et renforçant leur sentiment d’appartenir à une même « famille ». De même, les logiques de décapitation tactique étudiées et appliquées par les Américains durant la Seconde Guerre mondiale – viser prioritairement le commandant des petites unités – ne cherchaient pas uniquement à éliminer « le commandant », soit le producteur de décisions mais aussi à éliminer un des principaux vecteurs de cohésion. Des procédures ont été mises en place par toutes les armées pour contrer ce risque de décapitation/fragmentation. En réalité, c’est dans la combinaison de la confusion mais aussi dans l’élimination de ce qui apparaît comme un père de substitution dans l’environnement émotionnellement contraint du champ de bataille qui crée de l’efficacité tactique. L’unité militaire est d’abord un réseau de relations humaines, certes techniquement normé par un tissu de procédures spécifiques et de traditions, mais où le facteur « camaraderie » est essentiel dans les conditions de l’action humaine.

Les présupposés de la numérisation

6D’où provient, dès lors, la perception de nouveauté induite par la réticulation des forces et leur digitalisation ? En réalité, cette nouveauté est surtout perceptible dans les forces terrestres, où les promesses de la digitalisation/numérisation sont d’offrir :

  • un partage rapide, voire instantané des informations de commandement, alors qu’elles sont historiquement lentes à « descendre » ou à « monter » au travers de la chaîne de commandement ;

    • 6 Une expression consacrée par John Boyd en stratégie aérienne, dans la foulée de ses travaux, en par (...)

    une vision globale de la situation (situationnal awareness), permettant idéal-typiquement d’identifier et de localiser les forces amies (via GPS), neutres et ennemies (blue/red force tracking), y compris par l’intégration de tous les capteurs à disposition. Cette vision serait alors partagée par l’ensemble des forces amies (concept de common operating picture) ;rendues plus agiles et plus conscientes de leur environnement militaire, les forces espèrent en tirer des gains tactiques, en particulier en termes de fluidification de l’action. Le commandement étant rendu plus simple, en résulterait un accroissement du tempo opérationnel, permettant de créer de la surprise en permanence, voire, selon l’expression consacrée, de « rentrer dans le cycle décisionnel adverse »6.

  • 7 La littérature sur Clausewitz – dont le Vom Kriege [Clausewitz, 1832 / 1955 ] est resté indépassé – (...)

7D’un point de vue militaire, cette espérance doit également rendre possible une levée, au moins partielle, du « brouillard de la guerre ». Ce dernier concept, proposé par Clausewitz, rend compte de la difficulté à comprendre la multitude d’actions, d’intentions, de problèmes rencontrés par les uns et les autres au regard de ce qui se passe et se passera sur une zone de bataille dont la principale caractéristique est l’incertitude7. Le brouillard de la guerre clausewitzien est, en fait, l’une des premières expressions de ce que seront les théories de la complexité et du chaos [Beyerchen, 1992]. Ce brouillard est lui-même un facteur de friction – autre concept clausewitzien – dans la conduite des opérations, ce qui réduit leur efficience. Il rend plus difficile la mise en œuvre d’autres concepts proposés par Clausewitz, le « coup d’œil » (qui permet de comprendre instinctivement ce qu’il se passe) et le « génie », qui permet tout aussi instinctivement de trouver des solutions aux problèmes posés. Pour Barry Watts, le concept de friction est si important que l’atteinte de la victoire réside ainsi dans l’aptitude à causer plus de frictions à l’adversaire que nous n’en subissons [Watts, 1996].

  • 8 Et l’obsession, récurrente, de pouvoir « voir ce qu’il y a de l’autre côté de la colline ».
  • 9 Ce débat – la conduite de la guerre comme art ou science - traverse tous les âges de la production (...)

8La levée du brouillard de la guerre reste un des fantasmes stratégiques les plus structurants en recherche et développement militaire. En 1998, M. T. Owens faisait remarquer que les États-Unis pourraient avoir à terme la capacité de détecter 90 % de ce qui est militairement significatif sur une zone de bataille [Owens, 1998]. Plus radical, l’amiral William Owens indiquait en 2001 que les nouvelles technologies élimineraient le brouillard de la guerre [Owens, 2000]. La combinaison de l’informatique et du développement de nouveaux types de capteurs – en particulier les drones8 - doit réduire l’incertitude, voire l’éliminer, rationalisant le combat et le transformant en une suite de paramètres contrôlables et faisant in fine prendre le pas de la science sur l’art de la guerre9. Cette tendance à la rationalisation de phénomènes complexes n’est pas neuve. Elle a ainsi guidé la diffusion, dès la Deuxième Guerre mondiale, des techniques de recherche opérationnelle puis d’analyse opérationnelle dans les forces alliées [Dahan, 2004]. Dans les années 1950 et 1960, elle est également au cœur de l’utilisation de la théorie des jeux en stratégie nucléaire, par exemple, ou encore dans la réforme du Pentagone portée par Robert McNamara et, plus largement, de l’utilisation de l’analyse des systèmes dans le domaine militaire [Gray, 1997].

Le rôle des pratiques stratégiques aériennes et navales

9Au demeurant, le processus historique de rationalisation et d’ordonnancement conceptuel des zones de combat n’est pas neuf et a débouché sur des rationalités similaires sinon identiques à celles mises en œuvre aujourd’hui à travers la numérisation. Toutefois, elles ont été le plus poussées dans le domaine de la stratégie aérienne. La mise en place, en Grande-Bretagne, d’un réseau de radars, de centres de commandement régionaux et de bases aériennes à la fin des années 1930 en constitue une première forme mais c’est au États-Unis que le concept est le plus poussé. Dès 1949, la menace d’une attaque-surprise par l’URSS conduit l’US Air Force à tirer parti des travaux menés sur ce qui devait être le premier ordinateur digital – le Whirlwind, initialement conçu pour des applications de simulation de vol – pour mettre en place le réseau SAGE (Semi-Automatic Ground Environment) [Edwards, 1997]. Les chercheurs partent du principe de la nécessité de gérer un très grand nombre d’attaques menées simultanément par les bombardiers soviétiques. Dès lors, le traitement de l’information doit être automatisé, au niveau d’une vingtaine de centres de commandement régionaux recevant les informations de trois chaînes de radars construites au Canada, certaines totalement automatisées, au travers du réseau téléphonique.

10Chaque centre, abrité dans un cube de béton de trois étages, était équipé de deux ordinateurs FSQ-7 de 270 tonnes et ayant alors la plus grande capacité de calcul au monde, avec 35 000 opérations/secondes. Les opérateurs bénéficiaient des premiers pistolets optiques, permettant de zoomer sur les écrans de contrôle. Reste que les ambitions des concepteurs ne portent pas que sur la détection en temps réel des attaques ; il s’agit également de diriger une bataille aérienne intégrée et autonomisée, une fois l’autorisation d’engagement donnée par le contrôleur aérien. Il s’agit donc de prendre en compte des paramètres complexes et changeant constamment, comme la météorologie et les chasseurs disponibles – leurs types et leurs limites, leur armement – et de guider les appareils automatiquement vers leurs cibles, le pilote le « reprenant » en main au moment du tir. Le premier centre sera opérationnel en 1961, les deux derniers étant encore en fonction en 1983. Le concept, jamais totalement mis en œuvre, en raison notamment des limitations en matière de capacité de calcul, n’en perd pas pour autant de sa pertinence. Dès la fin des années 1960, la conception de l’appareil de détection avancée E-3 Sentry AWACS (Airborne Warning and Control System) répond aux mêmes logiques. L’appareil, entré en service pour la première fois en 1977, est un radar aéroporté dont les opérateurs dirigent la bataille aérienne.

  • 10 Quatre exemplaires d’une version modifiée.
  • 11 C’est le cas des systèmes Erieye suédois (en service ou sur le point de l’être en Suède, Pakistan, (...)

11Si les ordres de tir donnés aux pilotes de chasseurs restent du ressort des contrôleurs aériens, qui agissent en fonction de règles d’engagement précises, le système procède également d’un certain degré d’automatisation. Une fois dotés de la Liaison-16, les chasseurs subordonnés à l’AWACS transmettent automatiquement un certain nombre de données : niveaux de carburant, types d’armement et nombre de coups emportés, permettant aux opérateurs de prendre les décisions tactiques les plus adéquates. La Liaison-16 permet également de transmettre les images radars de l’AWACS aux chasseurs : ces derniers peuvent ainsi couper leurs propres radars et mener des actions plus discrètes. En service aux États-Unis (32 exemplaires), l’E-3 sera également acheté par l’OTAN (18), l’Arabie Saoudite (5), la Grande-Bretagne (7), la France (4) et le Japon10. D’autres types d’appareils seront également achetés par d’autres États, la gestion informatisée de la bataille aérienne devenant clairement une norme, qui serait naturellement source d’efficacité militaire, les systèmes étant qualifiés de « multiplicateurs de force »11. Au-delà, l’adoption de ces systèmes renvoie à ce que Paul N. Edwards qualifie de « clôture du monde », soit un processus de recherche, par l’intermédiaire de l’informatique, de contrôle absolu d’un espace donné, fut-il symbolique du fait même des frictions propres au combat [Edwards, 1997].

  • 12 La question importe. Si les Britanniques avaient disposé de liaisons radio protégées durant la bata (...)

12Au-delà de la stratégie aérienne, les rationalités de mise en réseau des forces se sont également déployées dans le domaine de la stratégie navale, toujours aux États-Unis et dès le milieu des années 1950. Il s’agit, également, de partager l’information recueillie par différents types de capteurs sur différents types de bâtiments, sachant que les flottes utilisent des navires ayant chacun une spécialisation dans un type de combat donné (antiaérien, anti-sous-marins, le porte-avions constituant la principale arme antinavires). Les liaisons de données renvoient, ainsi, au partage de l’information. Mais, elles permettent aussi à une flotte composée d’éléments disparates de bénéficier d’une unité de vue d’une situation donnée (common operating picture), laquelle autorise une unité d’action. Ce faisant, il s’agit bel et bien de diminuer les frictions découlant de la présence d’un grand nombre d’intervenants dans une action donnée, tout en réduisant le risque de voir apparaître le brouillard de la guerre. In fine, dans le cas naval, il s’agit également d’optimiser les « bulles de protection » (antiaérienne, anti-sous-marins) offertes par les uns et les autres. Cette logique commande non seulement la conception de liaisons de données toujours plus performantes – et sécurisées12 – mais aussi de nouveaux types de systèmes de combat intégrés.

  • 13 Soit 22 croiseurs de classe Ticonderoga et plus de 60 destroyers de classe Arleigh Burke. Au passag (...)

13Ces derniers s’appuient massivement sur l’informatique et, comme en stratégie aérienne, cherchent à prendre en compte la possibilité d’attaques de saturation par le biais de missiles. Pour ce faire, les systèmes sont conçus pour intégrer capteurs et effecteurs, de manière à offrir aux opérateurs la vision la plus claire possible de leur environnement tactique. Dans le cas de l’Aegis, mis en service opérationnel dès les années 1980, le système intègre également le radar SPY-1, extrêmement puissant, et des systèmes de défense terminale totalement automatisés (canons Phalanx bénéficiant de leurs propres radars et optroniques de conduite de tir). Sur base de la situation tactique à un moment donné, le système offre également aux officiers des options d’actions, calculées en tenant compte des règles d’engagement mais aussi des recommandations de la doctrine navale. Afin de faire face à une attaque de saturation, le système de combat Aegis comporte également un mode totalement automatisé, permettant de tirer le bon type d’arme au moment le plus opportun, sans aucune intervention humaine. Il peut également asservir les autres systèmes de combat d’un groupe aéronaval, par liaisons de données interposées, commandant le lancement d’armes positionnées sur les autres navires. Le système, qui a évolué de manière incrémentale, équipe aujourd’hui la plupart des grands bâtiments de combat de surface américains13. La puissance du radar comme celle du système de combat permet également à quelques navires dont les logiciels ont été adaptés, d’être engagés dans des missions antibalistiques ou antisatellites.

14On le constate, si les armées occidentales renouvellent leur intérêt pour les processus de numérisation depuis les années 1990, elles ne sont pas novices en la matière, même si les premières expérimentations ont été conduites dans des milieux « fluides » plus que « solides ». Pour Laurent Henninger, les environnements militaires peuvent en effet être caractérisés suivant ces deux idéaux-types – lesquels présentent d’ailleurs des points d’interface. Les environnements « fluides » nécessitent pour leur investissement des technologies appropriées [Henninger, 2013]. Ils renvoient aux domaines aérien, maritime, spatial et cyber et constituent des medium traversés par des flux de puissance, qui se déplacent relativement rapidement, aucune « occupation » au sens militaire n’y étant possible. Comparativement, les environnements « solides » sont plus complexes. S’ils s’apparentent aux variétés du domaine terrestre, ils sont également « visqueux » du fait de la présence de populations et la progression des flux de puissance y est lente. La gestion de la complexité au travers de l’informatique et la rationalisation d’une bataille dont les protagonistes peuvent être clairement identifiés – et, dans une certaine mesure, la mise à distance des aspects humains de cette bataille – est donc facilitée par la nature « fluide » des environnements où elle est menée.

De l’efficience de l’information dans la conduite de la guerre

  • 14 Un porte-avions, quatre grands navires amphibies, six sous-marins nucléaires d’attaque, onze frégat (...)

15Or, ce processus de rationalisation est autrement plus délicat en ce qui concerne les environnements « solides », du fait d’une complexité se mesurant à plusieurs niveaux. Au plan de la représentation numérique des « unités d’action » considérées comme « amies » d’abord. Elle apparaît rapidement comme plus simple dans les environnements lisses. La Marine nationale dispose ainsi de 33 grands navires de combat aptes à être engagés sur une zone de combat14, tandis qu’une bataille aérienne impliquant tous les avions de combat français nécessiterait moins de 300 « unités d’action ». Comparativement, la représentation de l’armée de Terre est plus délicate, en raison de déploiements pouvant être menés à différentes échelles. Si elle dispose de huit brigades, elle dispose aussi de 20 régiments d’infanterie, qui représentent à eux seuls 80 compagnies, soit 320 sections ou, en théorie, 1 280 groupes de combat, lesquels comptent chacun 10 hommes. Outre que, dans une logique de blue force tracking nécessitant de localiser chaque homme, il faille pouvoir positionner 12 800 items, il faut également localiser des véhicules de combat se comptant en milliers.

  • 15 Même les États-Unis, hyperpuissance s’il en est, cherchent l’engagement de troupes alliées, ne sera (...)
  • 16 Pour prendre conscience non seulement de la continuité historique d’un phénomène trop souvent consi (...)
  • 17 Comprendre ce que l’on veut représenter reste difficile, comme en témoignent les débats autour de l (...)

16La complexité de la représentation qualitative des unités ensuite : les cartes militaires sont par définition incomplètes, voire trompeuses. Simplifiant les représentations en offrant le positionnement d’une unité, ces cartes manquent de prendre en compte des facteurs tels que les pertes subies, le moral, les qualités de commandement des officiers et sous-officiers, leur expérience, leur inventivité tactique et leur niveau de préparation ou encore l’âge et le degré d’opérationnalité des matériels, autant de facteurs pourtant essentiels au combat mais répondant à des critères souvent plus subjectifs qu’objectifs. Représenter ces facteurs est d’autant plus complexe que les armées ne combattent plus que rarement seules, les opérations multinationales étant devenues un cadre de référence à l’échelle internationale15. Enfin, il faut également constater que si la nature de la guerre n’a pas changé – elle reste « l’affrontement des volontés opposées utilisant la force pour résoudre leur différent » – son caractère a évolué [Lonsdale, 2004]. Or, ce changement de caractère passe par la redécouverte de la guerre irrégulière, laquelle par définition, n’est pas centrée sur des unités aussi structurées et relativement interdépendantes telles que les unités soviétiques de la guerre froide, mais plutôt sur l’action décentralisée de groupes aux tailles et aux qualités variables, qu’ils mènent une guérilla, une insurrection, un combat hybride, une guerre de partisans ou encore des actions terroristes16. Soit autant de modes d’actions et de formes organisationnelles difficilement représentables non seulement d’un point de vue informatique, mais également conceptuel17.

Brouillard de la guerre et surprise

17Les environnements solides sont aussi le territoire de la politique et des intentions, qu’elles soient tactiques comme stratégiques, lesquelles sont autrement plus furtives, pourrait-on dire, que des avions ou des navires de combat. Dans pareil cadre, pour constituer une course technique continue, la levée du brouillard de la guerre relève cependant davantage du désir stratégique plus que d’autre chose. Les expériences afghanes ou irakiennes, l’émergence de mégas-attentats (New York, Londres, Madrid) montrent que la cohorte de capteurs et de systèmes hommes-machines développés, les systèmes de fusion des données, et le partage des informations recueillies – soit, ce qui renvoie typiquement aux organisations de renseignement – n’ont pas éliminé d’autres formes de frictions, d’ordre politique, organisationnel ou, plus simplement, militaire. On constate ainsi que la notion de « surprise stratégique » – soit une surprise diplomatique ou militaire pouvant mettre radicalement en cause la sécurité de l’organisation politique la subissant [Tertrais 2008] – ne renvoie pas tant au fait de disposer ou non de l’information permettant de la prévenir mais bien à des problématiques qui ne sont pas liées à la numérisation ou à l’informatique et qui sont d’ordre :

  • organisationnel/bureaucratique lorsque l’information transite mal vers les instances décisionnelles ;

    • 18 Une question du « bruit » qui explique partiellement le fait que l’attaque de Pearl Harbor n’ait pa (...)

    cognitif lorsque l’information est noyée dans le « bruit » du flux d’information et qu’elle n’est pas considérée à sa juste valeur18 ;

    • 19 C’est typiquement le cas de Staline refusant les informations, exactes à quelques jours près, de Ri (...)

    idéologique par le refus de la pertinence de l’information pour des raisons politiques19.

  • 20 Une trisection opérée par [Arquilla, 1996].
  • 21 En fait, des détecteurs devant localiser les combattants adverses par l’ammoniaque de leurs urines.

18In fine, rares sont les « véritables » surprises stratégiques, les surprises tactiques ou technologique étant toutefois plus fréquentes. Pire, dans tous les cas de surprise, l’intégration de « la course à l’information » dans les systèmes militaires induit de nouvelles formes de contraintes. L’amoncellement de volumes gigantesques de faits – images, conversations, e-mails – impose un traitement nécessitant des capacités informatiques, mais aussi d’analyse humaine afin de les transformer en information – soit quelque chose qui soit utile du point de vue du renseignement – puis en savoir20. Or, les systèmes mis en place depuis le milieu des années 1990 ne performent guère mieux que le programme Igloo White, durant la guerre du Vietnam. Ce dernier devait permettre de localiser les mouvements logistiques du Viêt-Cong sur la « piste Hô-Chih-Minh », un réseau complexe fait de sentiers, par plusieurs types de capteurs dont des sismographes spécifiquement conçus et largués par avion ou encore des people sniffers21. Les informations étaient alors transmises à un centre de traitement de l’information à Nakhon Phanom (Thaïlande) comptant 27 ordinateurs, une densité informatique inouïe pour l’époque. De là devaient être extraits des coordonnées de cibles permettant l’engagement des forces aériennes et aéronavales. Le système, reposant sur le tri et la fusion des données et devant permettre l’élimination de « faux échos » dus notamment aux animaux, fut d’une efficacité relative, le Viêt-Cong mettant rapidement au point des contre-mesures (lâchers de troupeaux d’éléphants, placement de seaux d’urine) [Cullather, 2003]. Ce faisant, l’expérience américaine était une nouvelle démonstration d’un principe plus ancien : l’innovation tactique est toujours plus facile et plus rapide à mettre en œuvre que l’innovation technologique.

Les limites du partage des données

19C’est d’autant plus le cas que cette dernière est loin d’avoir atteint un optimum offrant une utilité militaire. Dans le domaine du combat terrestres, la numérisation des données, permettant l’acheminement des informations, n’est pas nécessairement source d’informations exploitables, faute de capacité de traitement de données. Un premier exemple pourrait être le programme Gorgone Star, une technologie d’extraction d’informations militairement pertinentes sur base d’images recueillies par plusieurs boules optroniques positionnées sur des drones. En procédant ainsi, il devenait théoriquement possible de localiser toute activité suspecte en temps réel sur une zone de plusieurs dizaines de kilomètres carrés, alors que la méthode traditionnelle, fondée sur une seule boule optronique, ne permet de regarder qu’une faible portion d’une zone donnée (« effet paille »), en vertu du champ limité de la caméra. Reste que le programme sera un échec, le système ne permettant pas de traiter l’ensemble des comportements et d’extraire les plus pertinents militairement, les capacités de fusion et de traitement des données étant insuffisantes, le logiciel générant en outre un important taux de fausses alarmes. Au-delà, le système impliquait également de disposer d’une importante bande passante satellitaire afin de transmettre les données en temps réel.

Un système adapté ?

  • 22 Ainsi, 90 % des engagements en combat urbain se produisent à une distance inférieure à 200 mètres.
  • 23 En 2006, le Hezbollah disposait de missiles antichars russes AT-14 très performants dont ne disposa (...)

20Un autre exemple des difficultés à exploiter militairement les avantages de la numérisation réside dans son utilisation au niveau des unités élémentaires, toujours en combat terrestre et ce à plusieurs niveaux. D’une part, elle exige un important déploiement de matériels et l’utilisation de gros volumes de communications sécurisées. Dans le cas français, le programme de Numérisation de l’Espace de Bataille (NEB), les contraintes posées sont telles que les mises à jour des données ne sont effectuées que toutes les trente minutes [Sartini, 2006] – une temporalité évidemment incompatible avec nombre de scenarii tactiques22. D’autre part, elle pourrait tout simplement ne pas être pertinente. Le combat régulier, entre des armées clairement identifiables, constitue à l’aune de l’histoire militaire plutôt une exception qu’une norme. Les types de conflits auxquels les forces « numérisées » sont confrontées sont des engagements face à des adversaires irréguliers pratiquant un combat de guérilla ou hybride, combattant de manière indirecte et, parfois une puissance de feu dont ne disposent pas certains États23. De facto, les technologies de numérisation qui semblent aujourd’hui les plus utilisées ne sont pas les plus complexes ou celles réticulant un maximum d’utilisateurs. Plus simplement, ce sont celles qui permettent à des combattants au sol d’avoir accès aux images de drones à faible distance ou à celle provenant des pods de désignation/ciblage équipant les appareils survolant la zone dans laquelle ils opèrent, à l’instar de systèmes comme le ROVER (Remote Video Terminal) américain [Zajec, 2010]. Dans pareils cas, l’innovation consiste essentiellement à adapter des technologies préexistantes (tablettes tactiles, radio), un processus effectué en quelques semaines.

  • 24 Or, il faut ici rappeler que si les années 1990 marquent le triomphe des logiques réseaucentrées, e (...)

21La question de la pertinence de la guerre réseaucentrée et autres « systèmes de systèmes » dans les opérations militaires contemporaines se pose également au niveau cognitif. Cette critique adressée à la guerre réseaucentrée est relativement classique et s’appuie sur le fait qu’en opération, un commandant sur le terrain, déjà souvent fatigué et stressé, devrait combiner les informations « numérisées » et les informations « en source directe » (et provenant de ses sens ou de ses subordonnés). Le décideur entrerait ainsi en surcharge cognitive, ce qui pourrait compliquer sa décision au lieu de la faciliter. À ce stade, il faut constater que la construction intellectuelle du concept de guerre réseaucentrée repose sur une lecture biaisée du processus de prise de décision tactique. Ainsi, le maximum d’informations serait requis pour prendre la décision la plus juste – une vision qui correspond, en fait, à celle que peut en avoir un opérateur économique24. Or, l’incertitude ou le fait que des informations ne soient disponibles qu’en faible quantité ne sont pas nécessairement des facteurs négatifs lorsqu’il est question d’opérations militaires. Elles imposent surtout un retour à l’intelligence tactique, au « génie » et au « coup d’œil » clausewitzien, voire simplement à l’audace. On peut ainsi se demander si plusieurs généraux victorieux auraient travaillé comme ils l’ont fait si tous les éléments d’information sur leur situation avaient été à leur disposition.

La problématique de la dépossession du combat et ses conséquences politiques

  • 25 Ce qui pose au demeurant la question de la prolifération des centres de commandement. Si la redonda (...)

22On peut également s’interroger sur une possible réduction de l’autonomie du décideur, notamment par le risque d’immixtion de la hiérarchie dans les décisions tactiques et donc, du micromanagement. Cette critique, également assez fréquente, pose la question non seulement d’une déresponsabilisation éthique et politique de ce qui ne serait plus qu’un opérateur tactique. Ce type de situation a déjà été constaté en Irak par les Américains et on peut s’interroger sur le risque encouru en France par une survalorisation du CPCO (Centre de Planification et de Conduite des Opérations), le centre de commandement stratégique de l’armée française, sous le boulevard Saint Germain, de donner en temps réel des ordres d’une nature tactique25 en tant qu’instance décisionnaire, au détriment des PC opératifs et tactique, sur le terrain. À son tour, la réduction de l’autonomie des opérateurs sur le terrain, par immixtion des échelons supérieurs pose à plus long terme le problème de la production des décideurs et, en fait, de la reproduction qualitative des échelons supérieurs. Les progressions de carrière dans le système militaire imposent un passage par les plus bas échelons avant de monter en grade. Or, si ce processus de montée en grade est normativement inscrit (en fonction de l’âge, des concours passés, etc.), il est également dépendant de l’expérience de terrain. Priver aujourd’hui un lieutenant de cette expérience revient dès lors à se priver dans le futur de colonels et de généraux expérimentés.

23Un autre problème potentiel lié aux conséquences organisationnelles de l’introduction de la numérisation renvoie à l’altération de la culture de combat des forces intégrant les nouvelles technologies de partage de l’information. Historiquement, les officiers français bénéficient d’un grand degré d’autonomie se traduisant par une incitation à l’initiative personnelle. Il ne s’agissait pas uniquement, à ce stade, de traduire les bénéfices découlant de l’Auftragstaktik – une modalité de commandement devant offrir le plus de souplesse possible à un commandant –, c’était surtout une nécessité imposée par les contraintes du temps. Même durant les années 1950, certains officiers coloniaux en poste en Indochine ou en Afrique ne recevaient aucune information de Paris durant des semaines, voire des mois. Aujourd’hui, les technologies disponibles permettent au CPCO (Le centre de planification et de conduite des opérations) d’agir en temps réel. Le problème à ce stade réside dans le changement potentiel de paradigme qu’impliquerait implicitement une intégration irréfléchie de la numérisation. Parmi les styles de commandement, on considère que l’Auftragstaktik est précisément l’une des plus efficaces. Également qualifiée de « commandement par l’intention », elle implique que le décideur tactique soit au courant du concept général de l’opération dont il est partie. Tout en en tenant compte, il va ensuite opérer avec le maximum d’autonomie et d’initiative.

  • 26 Une logique qui se voit transcrite jusque dans le credo du soldat américain : « […] J’entretiens to (...)

24Ce mode de commandement est perçu comme le plus efficace, dès lors qu’il s’appuie sur l’agilité des organisations et des individus et leur faculté d’adaptation, contrairement au commandement par le plan. Utilisé de la manière la plus idéale-typique aux États-Unis, ce mode de commandement offre une réelle efficacité, notamment en matière logistique, lorsque les facteurs de friction sont réduits à leur portion congrue [Van Creveld 1985]. Et ce y compris lorsque cette friction est induite par l’ennemi, ce que la culture stratégique américaine compense par une grande attention portée à la puissance de feu : l’ennemi n’est pas manœuvré (ce qui est en soit source de friction), il est d’emblée « détruit »26. Or, la guerre réseaucentrée tend à favoriser les logiques de planification et donc l’instillation dans les armées alliées – ou, à tout le moins, celles adoptant un régime militaire similaire – des logiques de commandement par le plan. Une des conséquences indirectes d’une adoption irréfléchie des systèmes de guerre réseaucentrés pourrait donc être rien moins qu’un changement, non consenti, de culture de commandement et, par delà, de culture de guerre. Pire, cette évolution culturelle, dès lors qu’elle se produirait sur le temps long, ne pourrait même pas être perçue, donc anticipée du point de vue de ses conséquences, qu’elles soient militaires ou politiques.

  • 27 L’inversion de ce raisonnement n’est guère plus réjouissante : en admettant qu’il soit possible de (...)

25Cette question des rapports entre le monde politique et les organisations militaires « numérisées » est importante. L’instillation d’une culture militaire fondée sur le paramétrage d’un nombre toujours plus grand de facteurs entre en coalescence avec ce qui peut être observé dans le monde civil. Le rejet de l’incertitude, la modélisation des comportements ou le culte de l’urgence tendent ainsi à façonner des « sociétés ISO 9001 » où les décideurs veulent des certitudes et veulent les obtenir rapidement. Or, la perception même de ce qui est la défaite ou la victoire (un vocable d’ailleurs remplacé par celui de succès) est pour partie dépendant de ce rapport au certain et à l’incertain et, plus largement, du rapport aux critiques qui peuvent être adressées aux opérations et à leur conduite. En d’autres termes, dans l’actuel environnement éthique, une acculturation trop rapide et trop peu considérée dans ses implications des logiques de numérisation pourrait tendre à faire déconsidérer la victoire ou le succès. Face à un phénomène aussi terrible que la guerre, l’anormal, soit ce qui sort des normes, ne peut pratiquement être que certain. Il y aura toujours au moins un mort – fut-il ennemi – un réfugié, un blessé, soit une expérience humaine qui entachera la conduite normée de ce qui reste par définition une action politique – en fait, l’action la plus politique qui soit27.

  • 28 Ce qui explique d’ailleurs, pour une bonne part, l’empressement américain à l’égard de la robotique (...)

26La seule manière de contrer ce risque – comme tous les risques de dépossession de la guerre par ses différents opérateurs – est de systématiquement considérer la part de l’outil (l’informatique au sens large), la part de ce que l’outil induit comme comportements et comme perception, et la part de l’opérateur. Il s’agit, pratiquement, de revenir à la vision du général Poirier voyant l’équipement (et donc les systèmes réseaucentrés et les systèmes liés) comme une prothèse du combattant, ce dernier lui donnant sens, en sachant que le combattant est lui-même le prolongement de la politique par d’autres moyens [Henrotin, 2012]. Cette vision subordonnant strictement les différentes composantes de l’action militaire, typiquement clausewitzienne et européenne, s’oppose, dans une certaine mesure, à une vision américaine où l’homme – ses contraintes et ses limitations propres – peut finalement être considéré comme dysfonctionnel et doit donc être éliminé du schéma de développement des systèmes. L’homme n’est d’ailleurs perçu que comme une composante du système d’armes et non ce qui lui donne sens28.

  • 29 C’est d’autant plus le cas que les connaissances militaires, la « culture générale » en ces matière (...)

27Au vrai, cette vision américaine est également le résultat d’un rapport de rupture et non de continuité entre le politique et le militaire : une fois l’ordre d’engagement donné et les objectifs fixés par le politique, c’est au militaire d’adopter les mesures nécessaires aux États-Unis. Cette vision, qui diffère de l’européenne, permet en quelque sorte de compenser la recherche politique de certitudes en faisant reposer un échec sur les épaules des militaires. Or, dans le cas européen – dont la culture militaire est amenée à évoluer sous l’influence notamment de la numérisation –, il n’existe pas d’équivalent structurel à ce mécanisme de compensation. La conséquence potentielle de ce déficit réside donc en la perception systématique d’échecs à répétition29. Rien, en la matière, n’est cependant joué. Le rôle de la pédagogie des questions militaires est essentiel – les médias, y compris électroniques, y jouent d’ailleurs un rôle – et invite à poser la question d’une évolution des rapports politico-militaires tout en permettant de faire prendre systématiquement en compte le fait que la guerre n’est pas et ne pourra sans doute jamais être un phénomène aussi mathématiquement et « logiciellement » normé qu’un budget étatique. La question de l’intuitivité et l’erreur chronotactique

  • 30 Pratiquement, dans certains cas de figure, le combat est considéré comme trop complexe et trop rapi (...)

28Toujours dans le registre de la réduction de l’autonomie du décideur, on peut s’interroger sur la possibilité que l’heuristique du système numérisé et/ou son ergonomie suggèrent à leur utilisateur de manière directe ou indirecte les comportements les plus rationnels à adopter. La machine induirait dès lors les comportements humains. Cependant, et paradoxalement dans le champ guerrier, ce qui est le plus rationnel ou « le plus évident » n’est pas nécessairement ce qui est le plus pertinent. Bien après Sun Tzu qui faisait le même constat, Edward Luttwak le résumait bien lorsqu’il indiquait que, pour qu’une force traverse une zone dangereuse en toute sécurité, le chemin le plus court n’est pas nécessairement le meilleur [Luttwak, 1989]. Par définition, l’art de la guerre, même s’il est bâti sur une série de sciences, reste une des provinces de l’esprit fondée sur la contre-intuitivité, la ruse et l’intelligence en tant que faculté d’adaptation. Pièges et contre-pièges y alternent de manière permanente et grand pourrait être le risque de suggérer à un commandant sur le terrain, que l’on imagine aisément fatigué et cognitivement surchargé, des comportements trop simples30. On le comprend, ceci concourt donc à la possibilité d’une réduction de l’efficacité militaire, voire l’échec, une fois au combat.

  • 31 L’USS Liberty était un navire de renseignement américain croisant à proximité des eaux israéliennes (...)

29Par ailleurs, on peut s’interroger sur la réalité de l’accroissement de l’efficacité décisionnelle découlant de l’emploi des technologies informatiques, au moins au plan tactique. Certes, la mise en réseau des systèmes de commandement et de contrôle accélère considérablement la diffusion de l’information. On est à présent loin de l’incident de l’USS Liberty, en 1967, partiellement imputable au fait que les ordres ont pris treize heures à transiter jusqu’au navire de réception par le système de commandement intégré WWMCCS (World-Wide Military Command and Control System)31. Mais il faut également constater que la vitesse de diffusion et de représentation (par la fusion des données recueillies) des informations n’est en rien synonyme de la vitesse de décision. Cette dernière, relevant du commandant sur le terrain, est historiquement stable depuis les guerres menées dans la Grèce antique [Hughes, 1986]. La décision reste une tâche difficile au vu des enjeux qu’elle recouvre dans le champ guerrier – la vie, la mort, la défaite, le succès. Or, c’est une erreur de présenter les systèmes de guerre numérisée comme des systèmes accélérant la prise de décision tactique, cette dernière étant loin d’être seulement dépendante de la vitesse de transmission de l’information. Au vrai, la multiplication des informations devant être prises en compte est même susceptible de réduire cette vitesse décisionnelle, par l’accroissement du nombre de paramètres à évaluer.

30De ce point de vue, une manière plus sage d’accroître l’aptitude à décider de la manière la plus pertinente réside dans l’affûtage des qualités de commandement propre à chaque décideur par l’étude, la réflexion mais aussi l’expérience et les exercices, que ce soit en environnement terrestre comme aérien ou naval [Henrotin, 2011]. En dépit des avancées offertes par les systèmes de guerre numérisée, la part prise par les facteurs humains dans la réduction de l’incertitude reste ainsi centrale [Desportes, 2007]. La complexification des opérations militaires, y compris par l’intégration des nouvelles technologies, contribuerait ainsi à « ré-humaniser » la guerre plutôt qu’à évincer les facteurs humains [Coker, 2001]. Cependant, même à ce stade, les technologies liées à l’informatique ne sont pourtant pas absentes. La mise en ligne de nombre de revues et de travaux de référence ; la possibilité de suivre à distance des enseignements ; la mise au point de logiciels de simulation ; voire l’utilisation de jeux vidéos de plus en plus performants, diversifiés (au-delà donc des first person shooter) et réalistes sont autant de facteurs concourant à la formation, initiale comme continuée, des officiers comme plus largement des combattants. Les jeux vidéos les plus élaborés seraient ainsi à considérer comme des systèmes de simulation en soi.

En conclusion

31Si, contrairement aux espérances des tenants les plus techno-déterministes de la RMA, les fondamentaux de l’art de la guerre ne sont pas bouleversés par l’intégration des systèmes de commandement réseaucentrés et par les technologies liées, ces dernières n’en demeurent pas moins utiles, en particulier aux échelons les plus élevés. La planification des opérations, par exemple, a largement bénéficié des outils de travail collaboratif. Le cycle de préparation des Air Tasking Orders, qui définissent les opérations aériennes à mener, était de 48 heures durant Desert Storm, en 1991, le volumineux document devant être transporté par hélicoptère sur les porte-avions américains. Aujourd’hui, ce cycle s’effectue en temps quasi-réel, accroissant considérablement l’efficacité des forces aériennes. Leur vitesse de réaction sur le théâtre afghan est ainsi de l’ordre de la dizaine de minutes alors qu’elle pouvait être de l’ordre de 48 heures en 1991. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. De même, dans le domaine terrestre, soit l’environnement le plus complexe, on peut penser que l’utilisation des systèmes de guerre numérisée, si elle n’en est qu’à ses balbutiements, est également source d’enseignements permettant, en retour, d’optimiser les systèmes de manière à effectivement en faire des leviers d’efficacité militaire. La seule utilisation des systèmes disponibles permet ainsi de cerner leurs apports comme leurs inconvénients.

32Reste également que les progrès observés en matière de puissance de calcul et d’intelligence artificielle sont rapides. À cet égard, si la fusion/analyse des données est pour l’heure et par exemple, une technologie aux apports encore limités, nul ne peut présager de sa disqualification. La contraction des effectifs comme des structures de force des forces armées, européennes en particulier, est un puissant moteur de recherche de nouvelles options en matière de traitement de l’information. Il faut ainsi apprendre à faire autant, sinon plus, avec moins de ressources. Pour l’heure, la mise en réseau des acteurs du combat par la numérisation de l’espace de bataille bénéficie surtout aux échelons les plus élevés, qui peuvent avoir accès aux informations en provenance du « terrain » ou encore gérer les contraintes logistiques liées. Il n’en demeure pas moins que la tendance de fond, en matière de guerre réseaucentrée, est dans l’acheminement d’informations pertinentes aux échelons les plus bas, ceux qui sont directement responsables de la concrétisation/réalisation de l’efficacité militaire. À ce niveau, tout indique qu’en dépit du développement de programmes montrant parfois rapidement leurs limites, les recherches se poursuivent activement. Qu’on le veuille ou non, elles constituent bel et bien un des axes majeurs en matière de R&D militaire qui, pour peu que les élémentaires de l’art de la guerre ne soient pas oubliés, pourrait effectivement être à même de contribuer également à la production d’efficacité militaire.

Bibliographie

[Arquilla, 1996] Arquilla, John et Ronfeldt, David, 1996 « Information, Power and Grand Strategy : In Athena’s camp – Section 1in Schwarzenstein (Ed.), The Information Revolution and National Security : Dimensions and Directions, Washington CSIS.

[Beyerchen, 1992] Beyerchen, Alan, 1992, « Clausewitz, Nonlinearity and the Unpredictability of War », International Security, vol. 17, n°3, Winter.

[Brezet, 2012] Brézet, Pierre-Emmanuel, 2012, Le Jutland. La plus grande bataille navale de tous les temps, Coll. « Batailles », Paris, Economica.

[Cebrowski, 1998] Cebrowski, Arthur K. et Garstka, John J., 1998, « Network Centric Warfare : its Origin and Future », US Naval Institute Proceedings, January 1998.

[Coker, 2001] Coker, C., 2001, Humane Warfare. London, Routledge.

[Clausewitz, 1955] von ClausewitzClausewitz, C. van, Carl, 1955, De la guerre, Paris, Les Editions de Minuit.

[Cohen, 1997] Cohen, Eliot A., 1997, « American Views of the Revolution in Military Affairs », Mideast Security and Policy Studies, n°28.

[Coutau-Bégarie, 1999] Coutau-Bégarie, Hervé, 1999, Traité de stratégie, « Bibliothèque stratégique », Paris, Economica/Institut de Stratégie Comparée.

[Cullather, 2003] Cullather, Nick, 2003, « Bombing at the Speed of Thought : Intelligence in the Coming Age of Cyberwar », Intelligence and National Security, Nol.18, n°4.

[Dahan, 2004] Dahan Dalmedico, Amy, 2004, « Axiomatiser, modeler, calculer : les mathématiques, instruments universels et polymorphes d’action » in Pestre, Dominique et Dahan, Amy, Les sciences pour la guerre. 1940-1960, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

[Edwards, 1997] Edwards, Paul N., 1997, The Closed World. Computers and the Politics of Discourse in Cold War America, Cambridge, MIT Press.

[Forget, 1997] Forget, Philippe, et Polycarpe, Gilles, 1997, Le réseau et l’infini. Essai d’anthropologie philosophique et stratégique, Coll. « Bibliothèque stratégique », Paris, Economica/Institut de Stratégie Comparée.

[Gray, 1997] Gray, Chris H., 1997, Postmodern War. The New Politics of Warfare, London, Routledge.

[Hammond, 2001] Hammond, Grant T., 2001, The Mind of War : John Boyd and American Security, Washington, Smithsonian Institution Press.

[Henrotin, 2005] Henrotin, Joseph, 2005, L’Airpower au 21ème siècle. Enjeux et perspectives de la stratégie aérienne, Coll. « RMES », Bruxelles, Bruylant.

[Henrotin, 2012] Henrotin, Joseph, 2012, Mars et Vulcain. La technologie dans l’art de la guerre, Coll. « Histoire & Stratégie », Paris, Areion.

[Henrotin, 2013] Henrotin, Joseph, 2013, La technologie militaire en question. Le cas américain et ses conséquences en Europe, Coll. « Stratégies et doctrines », Paris, Economica.

[Henninger, 2013] Henninger, Laurent, 2013, « Le fluide et le solide », Défense & Sécurité Internationale, n°89, février.

[Hughes, 1986] Hughes, Wayne P., 1986, Fleet Tactics. Theory andPractice, Annapolis, Naval Institute Press.

[Lonsdale, 2004] Lonsdale, David J., 2004, The Nature of war. Clausewitzian future, London/New York, Frank Cass.

[Owens, 1998] OwensOwens, B., M. T., 1998, « Technology, the RMA and Future War », Strategic Review, Vol.26, n°2, Spring.

[Owens, 2000] Owens, William, 2000, Lifting the Fog of War, New York Farrar, Straus, Giroux.

[Palat, 1998] Palat, Général, 1998, La philosophie de la guerre d’après Clausewitz (Clausewitz, C. van (2e Ed.), Coll. « Stratégies et doctrines », Paris, Economica.

[Sartini, 2006] Sartini, Véronique, 2006, « La guerre numérisée : la 6e BLB en exercice », Défense & Sécurité Internationale, n°16, juin.

[Sratégique, 2009] ISC, 2009, Stratégique, n°93-94-95-96, Stratégies irrégulières, Paris, ISC/Economica.

[Tertrais 2008] Tertrais, Bruno et Debouzy, Olivier, 2008, « De la surprise stratégique », Commentaire, Vol. 31, n°124.

[Watts, 1996] Watts, Barry D. 1996, Clausewitzian Friction and the Future War, Mc Nair Papers, n°52, Washington, INSS NDU Press.

[Wohlstetter 1962] Wohlstetter, Roberta, 1962, Pearl Harbor : Warning and Decision, Stanford, Stanford University Press.

[Zajec, 2010] Zajec, Olivier, 2010, « Le paradigme ROVER : paradoxe de la standardisation en coalition », Défense & Sécurité Internationale, n°57, mars.

Notes

1 Un lexique imposé par les États-Unis dans la foulée du sommet de Prague de l’OTAN (novembre 2002).

2 En l’occurrence, les pods de désignation optroniques.

3 La « guerre réseaucentrée » n’est d’ailleurs par une « guerre », elle constitue juste une modalité organisationnelle des combats parmi d’autres.

4 Une précision qui importe, le régime militaire occidental incluant des États comme le Japon, Singapour ou la Corée du Sud, alliés des États-Unis et récipiendaires de l’influence normative américaine. Nombres d’États – en Asie, en Afrique ou en Amérique centrale et latine, voire en Europe – relèvent d’autres catégories de régimes militaires, soit de rapports aux questions tactiques, matérielles et conceptuelles.

5 Où les effets de la technologie sont traditionnellement les plus sensibles.

6 Une expression consacrée par John Boyd en stratégie aérienne, dans la foulée de ses travaux, en particulier de ceux qui déboucheront sur la fameuse boucle OODA (Observation, Orientation, Décision, Action). Voir [Hammond, 2001].

7 La littérature sur Clausewitz – dont le Vom Kriege [Clausewitz, 1832 / 1955 ] est resté indépassé – est importante. Une excellente première approche est fournie par [Palat, 1998].

8 Et l’obsession, récurrente, de pouvoir « voir ce qu’il y a de l’autre côté de la colline ».

9 Ce débat – la conduite de la guerre comme art ou science - traverse tous les âges de la production de littérature stratégique. À la suite d’Hervé Coutau-Bégarie, on peut cependant considérer qu’il s’agit d’un art, cependant bâti sur des connaissances scientifiques [Coutau -Bégarie, 1999]. La conduite de la guerre serait ainsi assimilable à la médecine.

10 Quatre exemplaires d’une version modifiée.

11 C’est le cas des systèmes Erieye suédois (en service ou sur le point de l’être en Suède, Pakistan, Brésil, Thaïlande) ; Phalcon israélien (Israël, Chili, Singapour, Italie) ; Wedgetail américain (Australie, Turquie, Corée du Sud) ; de l’E-2C Hawkeye (embarqué sur porte-avions et en service aux Etats-Unis, en France, au Japon, au Mexique, en Egypte) ; du KJ-2000 (Chine) ; du KJ-200 (Chine, Pakistan) ; du A-50 (Russie, Inde).

12 La question importe. Si les Britanniques avaient disposé de liaisons radio protégées durant la bataille du Jutland (1916), ils auraient gagné un temps précieux et probablement, la bataille elle-même. Toutefois, considérant qu’il existait un risque d’écoute de la part de la flotte allemande, les instructions mentionnaient expressément l’emploi de signaux optiques, imposant donc que les navires soient à proximité. Sur la bataille du Jutland [Brezet, 2012].

13 Soit 22 croiseurs de classe Ticonderoga et plus de 60 destroyers de classe Arleigh Burke. Au passage, la diffusion de ce système offre une redondance : chaque groupe de porte-avions est généralement escorté d’un croiseur et d’un à deux destroyers. Que l’Aegis de l’un tombe en panne et un autre prendra le relais.

14 Un porte-avions, quatre grands navires amphibies, six sous-marins nucléaires d’attaque, onze frégates lourdes, onze frégates légères.

15 Même les États-Unis, hyperpuissance s’il en est, cherchent l’engagement de troupes alliées, ne serait-ce que pour renforcer la légitimité de leurs interventions.

16 Pour prendre conscience non seulement de la continuité historique d’un phénomène trop souvent considéré comme « nouveau » – et réduit au seul concept d’ailleurs technocentré, de « guerre asymétrique » – mais aussi de sa diversité, voir [Stratégique, 2009].

17 Comprendre ce que l’on veut représenter reste difficile, comme en témoignent les débats autour de la problématique afghane (insurrection ou guérilla ?), voire l’action française au Mali, où il est question d’éliminer des terroristes alors qu’il s’agit de contrer une guérilla.

18 Une question du « bruit » qui explique partiellement le fait que l’attaque de Pearl Harbor n’ait pas été anticipée comme il le fallait. Voir [Wohlstetter 1962]

19 C’est typiquement le cas de Staline refusant les informations, exactes à quelques jours près, de Richard Sorge l’avertissant de l’imminence de l’attaque allemande. Il n’était, pour lui, pas possible que sa parole – à travers le pacte Ribbentrop-Molotov – soit trahie.

20 Une trisection opérée par [Arquilla, 1996].

21 En fait, des détecteurs devant localiser les combattants adverses par l’ammoniaque de leurs urines.

22 Ainsi, 90 % des engagements en combat urbain se produisent à une distance inférieure à 200 mètres.

23 En 2006, le Hezbollah disposait de missiles antichars russes AT-14 très performants dont ne disposait pas l’armée de Moscou. Il disposait également de missiles antinavires plus performants que ceux de la Syrie voisine.

24 Or, il faut ici rappeler que si les années 1990 marquent le triomphe des logiques réseaucentrées, elles marquent également celui de l’application des logiques managériales dans des armées devenant des « entreprises ».

25 Ce qui pose au demeurant la question de la prolifération des centres de commandement. Si la redondance est a priori un facteur de sécurité, elle fait également courir le risque d’une dilution des responsabilités.

26 Une logique qui se voit transcrite jusque dans le credo du soldat américain : « […] J’entretiens toujours mes armes, mon équipement et moi-même ; Je suis un expert et je suis un professionnel ; Je me tiens prêt à me déployer, à engager (l’adversaire) et à détruire les ennemis des États-Unis ». On notera d’ailleurs que cette logique de destruction de l’ennemi est liée à une représentation du combattant non comme soldat (c’est-à-dire un combattant dont le statut est réglé, dès lors qu’il induit une solde, donc un contrat) mais bien comme un guerrier, soit un combattant « dérégulé ».

27 L’inversion de ce raisonnement n’est guère plus réjouissante : en admettant qu’il soit possible de mener la guerre de la manière la plus éthique qui soit, sans mort ni blessés – une sorte de guerre parfaite, qui ne serait pas susceptible d’être critiquée – la guerre perdrait son pouvoir dissuasif. Est-ce à dire qu’elle serait alors conduite de manière permanente et qu’elle deviendrait une forme normale et normée de régulation des relations internationales ?

28 Ce qui explique d’ailleurs, pour une bonne part, l’empressement américain à l’égard de la robotique militaire [Henrotin, 2013].

29 C’est d’autant plus le cas que les connaissances militaires, la « culture générale » en ces matières, des élites politiques tendent à se réduire.

30 Pratiquement, dans certains cas de figure, le combat est considéré comme trop complexe et trop rapide à gérer pour l’esprit humain. Parmi les différentes options propres au système Aegis, son option semi-automatique propose ainsi au commandant des options « calculées » en fonction de la situation tactique mais aussi des options doctrinales propres à l’US Navy.

31 L’USS Liberty était un navire de renseignement américain croisant à proximité des eaux israéliennes pendant la guerre des Six-Jours, qui sera attaqué par l’aviation et la marine israélienne, faisant 34 morts. Les ordres transmis avant l’attaque consistaient en une sortie du bâtiment de la zone. Le WWMCCS lui-même utilisait une architecture similaire au SAGE. Il a été mis en place dès le début des années 1960. Les liaisons de données utilisées aujourd’hui pour les navires permettent des communications via satellite, de point à point, offrant une transmission quasi-instantanée.

Auteur

Joseph Henrotin est docteur en science politique et s’est spécialisé depuis 2002 sur les questions militaires, en particulier sur les rapports entre stratégie théorique et technologie. Chargé de recherche à l’Institut de Stratégie et des Conflits (ISC) et au Centre d’Analyse et de Prévision des Risques Internationaux, il est conférencier dans plusieurs Ecoles de guerre (Paris, Bruxelles, Yaoundé) et est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages et de monographies. Il est également rédacteur en chef du mensuel Défense & Sécurité Internationale. (henrotin@areion.fr).

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable