Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les débats du numérique

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Justicier, chercheur ou hacker ? Le journalisme d’enquête à l’ère du traitement de données108

Sylvain Parasie

Résumé

La prétention des journalistes à produire une connaissance objective est souvent critiquée. Il est pourtant décisif de prendre cette prétention au sérieux si l’on veut saisir ce qui se joue aujourd’hui dans la mobilisation des techniques de traitement de données par les journalistes. En s’appuyant sur une recherche réalisée aux États-Unis, cet article montre que la mobilisation de ces technologies correspond à un élargissement des épistémologies journalistiques. Alors que l’enquête journalistique prenait largement appui sur le droit et les sciences sociales, ce sont aujourd’hui des épistémologies provenant des mondes informatiques et des sciences naturelles qui sont aujourd’hui expérimentées par les journalistes nord-américains.

Journalists’ claim for objectivity is often critized. Still, it seems really important to take this claim seriously if we want to account for the growing use of data processing techniques by journalists. Based on a study conducted in the United States, this paper shows that the use of such data-driven techniques is closely related to the extension of journalistic epistemologies. Whereas investigative reporters used to rely mostly on law and social science, they now experiment epistemologies coming from computer worlds and environmental sciences.

Texte intégral

  • 108 Cette recherche a bénéficié du soutien financier de l’Agence Nationale de la Recherche et du minist (...)

1Dans son dernier livre, Bruno Latour s’étonne qu’en pleine controverse sur le climat, un éminent spécialiste soit pris à parti lors d’une réunion, lorsqu’on lui demande : « Mais pourquoi faudrait-il vous croire, vous plus que les autres ? » (Latour, 2012 : 14). Mais s’il est bien des professionnels auxquels cette question est très régulièrement posée, ce sont bien les journalistes (Lemieux, 2000). Si ceux-ci revendiquent depuis plus d’un siècle la production de connaissances objectives, il s’en est fallu de beaucoup pour qu’on leur reconnaisse la légitimité d’une telle prétention. Et les sciences sociales ont pendant longtemps largement contribué à la suspicion en la matière, en considérant que ces prétentions à l’objectivité constituait des « rituels stratégiques » (Tuchman, 1972) ou des « résolutions de façade » (Ruellan, 1992) seulement destinées à renforcer le groupe professionnel.

2Les transformations technologiques qui ont touché les organisations de presse depuis presque deux décennies semblent d’ailleurs avoir considérablement fragilisé la prétention du journaliste à être un acteur central de la production de nos croyances collectives. D’abord parce qu’un grand nombre d’acteurs extérieurs au monde du journalisme diffusent aujourd’hui largement des informations auprès du public : des militants, des communicants, des entreprises et bien d’autres individus qui tirent parti des nombreuses plate-formes de publication en ligne. Ensuite, parce que les organisations de presse sont confrontées non seulement à une crise économique majeure qui affaiblit leur capacité à produire des enquêtes originales, mais aussi à une transformation de la consommation des informations qui encourage la production de contenus qui se ressemblent de plus en plus (Boczkowski, 2010).

  • 109 Dan Nguyen, Charles Ornstein et Tracy Weber, « Dollars for docs : how Industry Dollars reach Physic (...)
  • 110 Corey Johnson, « On Shaky Ground : A California Watch investigation uncovers systemic failures by t (...)
  • 111 Jean-Baptiste Chastand, Laetitia Clavreul et Alexandre Léchenet, « Tarifs médicaux : enquête sur le (...)

3Et pourtant, la période actuelle est marquée par un profond renouvellement du journalisme d’enquête. Tirant partie de l’éventail des outils informatiques qui sont aujourd’hui à leur disposition, certains journalistes mobilisent tout particulièrement le traitement de données pour faire des révélations. C’est en Amérique du Nord que les exemples sont les plus nombreux. En 2011, des journalistes du site ProPublica ont ainsi révélé l’étendue du financement des médecins par l’industrie pharmaceutique à partir de données rendues publiques par les tribunaux109. La même année, les reporters du Center for Investigative Reporting ont montré qu’un nombre considérable d’écoles californiennes ne respectent pas les normes de sécurité sismique110. Dans les deux cas, les journalistes ont enquêté à travers les données, et ont mis en ligne des applications permettant à chaque internaute de voir où se situe son médecin de famille et l’école de ses enfants. Plusieurs journalistes européens ont conduit des projets similaires, à l’instar de ces journalistes du Monde qui ont révélé en 2012 la moyenne des dépassements d’honoraires dans les grandes villes françaises à partir des données extraites depuis le site web de la sécurité sociale111.

4Face à de telles pratiques, un argument serait d’affirmer que les journalistes mobilisent ces techniques de quantification afin de restaurer la confiance dont ils jouissaient dans le passé. Ce point est difficilement contestable. Comme l’expliquait l’historien Ted Porter, une profession investit dans des instruments d’objectivation dès lors qu’elle subit la concurrence d’autres acteurs et que les seules relations personnelles sont devenues suspectes (Porter, 1995 : 89-113). Une telle perspective est toutefois réductrice puisqu’elle ne permet pas de saisir la pluralité des formes d’objectivité que les journalistes sont susceptibles de mobiliser. Il existe en effet plusieurs manières d’élaborer des vérités sur le monde à partir du traitement de données informatiques. Citons-en quelques-unes. En premier lieu, comme l’ont noté plusieurs chercheurs, le traitement de données peut être mobilisé dans le but de surveiller les autorités publiques et privées et de révéler des réalités que ces dernières préfèreraient tenir secrètes (Cohen et al., 2011). Le journaliste se fait ici « justicier », le traitement de données lui permettant de réduire les coûts humains et matériels de l’enquête. En deuxième lieu, le traitement de données peut être utilisé à l’image de ce que pratiquent communément les scientifiques, c’est-à-dire dans le but de mettre au jour des réalités échappant à notre connaissance et qui concernent notre environnement naturel ou social. Enfin, en troisième lieu, le traitement de données peut être investi à l’image de l’usage qu’en font ces hackers dont le but est de permettre aux individus de résoudre les problèmes qu’ils rencontrent en tant que consommateurs et citoyens (Dagiral et Parasie, 2011). Entre des figures aussi différentes, de quelle manière ces journalistes inventent-ils aujourd’hui de nouvelles façons d’élaborer des vérités sur le monde ?

  • 112 J’ai réalisé cette enquête avec Éric Dagiral à Chicago en 2010 et à San Francisco en 2012.

5La thèse que je voudrais défendre ici à la lumière de plusieurs enquêtes effectuées aux États-Unis112, c’est que l’extension du traitement de données dans les organisations de presse s’identifie aujourd’hui à un élargissement des « épistémologies » journalistiques (Ettema et Glasser, 1987). Autrement dit, les fondements sur lesquels les journalistes prennent appui pour « savoir ce qu’ils savent » connaissent actuellement une diversification. Alors que prédominaient des épistémologies provenant du droit et des sciences sociales, ce sont aujourd’hui d’autres épistémologies qui sont expérimentées et qui proviennent davantage du monde de l’informatique et des sciences naturelles.

Comment les journalistes d’investigation savent-ils ce qu’ils savent ?

6La prétention journalistique à produire une connaissance objective est un phénomène ancien. Aux États-Unis et en France, plusieurs époques ont ainsi vu s’affirmer des journalistes se définissant à travers l’enquête : les « petits reporters » enquêtant sur les faits divers (Kalifa, 1995) ; les muckrackers révélant des scandales dans l’Amérique du début du XXe siècle (Feldstein, 2006) ; les « journalistes d’investigation » depuis les années 1970 (Lemieux, 2001). Afin de définir collectivement les normes d’une connaissance justifiée sur le monde, ces journalistes ont emprunté à des savoirs constitués qui varient selon les époques et les contextes nationaux : la littérature, le droit, les sciences. En centrant notre propos sur le cas nord-américain, nous verrons que l’enquête journalistique a pris tout particulièrement appui, jusqu’à une période récente, sur le droit et les sciences sociales.

Le droit comme appui cognitif

7Plusieurs chercheurs ont souligné ce que les révélations du journalisme d’investigation doivent au droit. Dominique Marchetti a particulièrement insisté sur la dépendance des journalistes français à l’égard des acteurs du monde judiciaire depuis les années 1970 (Marchetti, 2000). Selon lui, il serait moins question d’enquête à proprement parler que de la possibilité pour les journalistes de s’arroger un monopole sur certaines sources d’information. Pour autant, il serait réducteur de limiter l’enquête journalistique à la seule reprise d’informations provenant du monde judiciaire. À bien des égards, le droit a en effet été largement mobilisé comme un appui cognitif pour l’enquête journalistique.

8En France, la figure du journaliste d’investigation trouve son origine au milieu du XVIIIe siècle, quand des écrivains prennent pour modèle l’avocat et le procureur pour constituer un « tribunal de second recours » (Lemieux, 2001). Au moyen de leurs publications, ils prennent l’opinion à témoin pour corriger l’injustice des tribunaux. Comme l’a montré Elisabeth Claverie, c’est à cette époque que l’« affaire » devient une forme politique que les journalistes mobiliseront largement par la suite. Lorsqu’à l’instar de Voltaire, un écrivain sollicite l’indignation de l’opinion en révélant une « affaire », il fait valoir aux yeux de tous la vérité de sa propre enquête contre le mensonge des juges (Claverie, 1994). Or, la forme même de cette enquête doit beaucoup à l’institution judiciaire elle-même : il s’agit de trouver des preuves pour convaincre l’opinion que la personne que tout semble accuser est au contraire la victime d’agissements coupables.

9Les développements ultérieurs de l’enquête journalistique doivent également beaucoup au droit. D’abord parce que les journalistes sont contraints de s’assurer que leurs révélations résistent aux éventuelles poursuites judiciaires (Lemieux, 2000). Mais aussi parce que le monde juridique offre des ressources pour décider qu’un ensemble d’éléments épars constituent bien une atteinte à la morale commune. C’est ce que constatent James Glasser et Théodore Ettema quand ils analysent le travail d’une équipe de journalistes d’investigation de la chaîne américaine CBS au début des années 1980 (Ettema et Glasser, 1987). Cherchant à saisir sur quels éléments ils s’appuient pour considérer qu’une connaissance – la corruption d’un élu ou la fraude d’une entreprise – est bel et bien justifiée, les sociologues montrent que ces journalistes mobilisent le droit comme ressource intellectuelle. Lorsque ceux-ci évaluent l’importance des divers éléments qu’ils ont accumulés au sujet d’une affaire (un enregistrement vidéo, la lettre d’un témoin, etc.), ils attribuent un poids plus important aux preuves qui montrent l’événement lui-même (une vidéo montrant un arrangement) qu’à celles qui en sont plus éloignées (un témoignage a posteriori). Ensuite, ils utilisent le « test de prépondérance » (preponderance test) auquel ont recours les juges des tribunaux civils américains : ils évaluent la culpabilité de la personne individuelle ou collective en évaluant l’ensemble des preuves à charge et à décharge ainsi pondérées selon leur crédibilité.

10Les ressources issues du monde du droit ont ainsi été mobilisée par les journalistes d’investigation comme un appui cognitif pour produire des révélations. Les sciences sociales ont également joué un rôle majeur, tout particulièrement dans le contexte nord-américain.

La révélation par les sciences sociales

11Bien plus profondément que leurs équivalents français, les journalistes américains ont considérablement valorisé la science et l’objectivité des faits dès la fin du XIXe siècle (Chalaby, 1996 ; Schudson, 2001). C’est dans ce contexte que les sciences sociales ont ainsi été progressivement constituées aux États-Unis comme un appui pour l’enquête. Non seulement les formations en journalisme recrutent dès les années 1920 des enseignants formés aux sciences sociales, mais les méthodes des sciences sociales apparaissent aussi peu à peu comme étant utilisables par les journalistes (Weaver et McCombs, 1980). Le sociologue Robert Park, lui-même ancien journaliste, fait figure de pionnier en considérant dans l’entre-deux-guerres que l’enquête en sciences sociales partage de nombreux traits avec l’enquête journalistique (Bourneau, 1988).

12Mais c’est surtout à partir des années 1960 que les sciences sociales sont mobilisées aux États-Unis comme une ressource pour l’enquête. Phénomène bien connu en France, ce new journalism prend alors la forme de longs récits d’immersion qui décrivent en profondeur une réalité sociale particulière. Attaché aux figures de Tom Wolfe ou Hunter Thomson, ce journalisme emprunte en partie aux méthodes qualitatives utilisées en sociologie ou en anthropologie (Neveu, 2012). Mais ce qui est moins connu, c’est que les méthodes quantitatives issues des sciences sociales commencent à nourrir l’investigation à la même époque. C’est là un phénomène exclusivement nord-américain, auquel même la Grande-Bretagne demeurait largement étrangère jusqu’à récemment.

13Au cours des années 1960, une poignée de journalistes formés aux sciences sociales effectuent des sondages et traitent des données quantitatives dans le but d’enquêter sur une réalité sociale. Le cas le plus emblématique est celui de Philip Meyer. Bénéficiant en 1966 d’une bourse pour se former à l’université de Harvard, ce reporter s’y familiarise à la fois avec les sciences politiques et l’ordinateur de l’université qui permet de traiter d’importants volumes de données stockées dans des cartes perforées. Aux yeux de P. Meyer, l’outil informatique associé aux méthodes des sciences sociales doit permettre aux journalistes de « trouver des faits, (d’)inférer des causes, (d’)identifier des façons de corriger des problèmes sociaux, et (de) mesurer les efforts d’une telle correction » (Meyer, 1973 : 4).

14Les émeutes raciales de 1967 à Détroit lui donnent l’occasion de mettre en pratique ces méthodes. Grâce à des étudiants, il réalise une enquête par questionnaire auprès de la population d’un quartier noir de Détroit où se sont déroulées les émeutes. Le traitement de données lui permet de contester les explications qui dominent alors, selon lesquelles ces émeutes seraient dues à un défaut d’assimilation des populations noires provenant des États du Sud et aux conditions économiques des émeutiers. P. Meyer montre alors que les émeutiers ne viennent pas davantage du Sud ni ne sont économiquement défavorisés, mais que ces protestations s’expliquent plutôt par la frustration relative des jeunes noirs dont les aspirations à l’égalité ont nettement progressé dans les dernières années. Directement inspirée des sciences sociales, cette approche doit permettre au journaliste de prendre parti dans un débat public tout en étant fidèle à l’objectivité des faits.

15Dans les années 1970 et 1980, le « computer-assisted reporting » est progressivement reconnu comme une spécialité au sein du journalisme nord-américain. Dans le sillage de P. Meyer et de son ouvrage intitulé Precision journalism : A Reporter’s introduction to social science methods (1973), cette forme de journalisme se donne pour objectif de révéler des « résultats contre-intuitifs, c’est-à-dire qui s’opposent à la sagesse populaire » (Meyer, 1973 : 4). C’est donc par le biais des sciences sociales que le traitement de données est constitué comme un appui à l’enquête journalistique. Le recours aux statistiques descriptives et explicatives (analyse factorielle et régression) permet à quelques journalistes d’expliquer certains phénomènes sociaux en assouplissant leur dépendance à l’égard des autorités officielles. À mesure que les rédactions s’équipent en ordinateurs personnels et que les institutions diffusent des données, la palette des outils s’étend au-delà du sondage, et les données recueillies par des institutions tierces sont elles aussi analysées dans le cadre d’enquêtes journalistiques : crimes, démographie, résultats scolaires, prêts bancaires, etc. Ainsi, en 1989, un reporter de l’Atlanta Journal Constitution reçoit le prix Pulitzer pour avoir révélé, notamment grâce au traitement de données, les pratiques discriminatoires dans les prêts accordés par les banques de la région d’Atlanta.

16Quand le web fait son apparition au milieu des années 1990, le traitement de données constitue donc déjà une modalité reconnue de l’enquête journalistique aux États-Unis. L’association américain des journalistes d’investigation dispose d’un institut dédié qui diffuse des méthodologies issues des sciences sociales (le National Institute of Computer-Assisted Reporting), et les équipes d’investigation des grands journaux font désormais une place importante à ces méthodes issues des sciences sociales. Mais nous allons maintenant voir que depuis le milieu des années 2000, cette épistémologie issue des sciences sociales n’est plus la seule à servir d’appui à la mobilisation du traitement de données dans l’enquête journalistique.

L’exploration journalistique d’épistémologies alternatives

17Depuis le milieu des années 2000, le journalisme d’investigation nord-américain explore de nouvelles façons de produire des croyances justifiées sur le monde. Cela s’effectue principalement par le biais du traitement de données, qui fait se rencontrer les mondes journalistiques, scientifiques et informatiques selon des modalités jusque-là inconnues. Si bien que les sciences sociales, tout en conservant une importance considérable, sont progressivement concurrencées par des épistémologies concurrentes issues des mondes informatiques et scientifiques.

Les nouveaux mondes de l’enquête

18Entre la fin des années 1960 et le début des années 2000, c’est à travers l’importation des méthodes issues des sciences sociales que les journalistes d’investigation ont utilisé le traitement de données. Débutée à la fin des années 1960, cette importation a donné lieu à l’élaboration de conventions qui ont ensuite été diffusées au travers des manuels et des formations en computer-assisted reporting. L’une de ces conventions établissait par exemple que l’angle journalistique devait toujours précéder le traitement de données : autrement dit, le reporter ne devait en aucun cas attendre des données qu’elles fassent émerger des sujets d’articles. Ces computer-assisted reporters se définissent alors comme des journalistes à part entière – ils nouent peu de rapports avec des programmeurs – qui utilisaient les méthodes quantitatives en sciences sociales pour révéler des scandales ou des injustices « cachées » dans les données.

19Mais vers 2005, les mondes de l’enquête se transforment sous l’effet d’un double mouvement. D’une part, de jeunes journalistes formés au computer-assisted reporting nouent des relations plus étendues avec les mondes de l’informatique et du web. Non seulement ils savent coder dans plusieurs langages (Python, PHP, etc.) mais ils s’investissent également dans le monde de l’open source et parfois dans la cause de l’ouverture des données publiques. Adrian Holovaty au Washington Post, Aaron Pilhofer au New York Times ou Ben Welsh au Los Angeles Times incarnent parfaitement ce premier mouvement. D’autre part, des programmeurs et des chercheurs en informatique en viennent à collaborer plus ou moins durablement avec des équipes de journalistes d’investigation.

20Ce double mouvement s’est d’abord traduit par l’apparition de nouveaux produits journalistiques. Alors que les computer-assisted reporters mobilisaient majoritairement le traitement de données pour concevoir des articles littéraires éventuellement accompagnés de cartes ou de graphiques, ces « programmeurs-journalistes » mettent en ligne des bases de données, des cartes interactives et des applications web. Mais plus profondément, cela s’est traduit par l’utilisation de nombreux langages, logiciels et algorithmes qui jusque-là n’avaient pas leur place au sein des rédactions nord-américaines. Comme nous allons le voir maintenant, cela a conduit le monde de l’enquête journalistique à explorer d’autres façons de produire des connaissances sur le monde.

L’objectivité vue des mondes informatiques

21Jusqu’au milieu des années 2000, les mondes informatiques sont largement restés extérieurs au journalisme d’investigation nord-américain. Les journalistes utilisaient certes des ordinateurs chaque jour, accédaient à des bases de données et traitaient des données, mais le cœur de l’enquête ne devait rien aux façons proprement informatiques de penser l’objectivité. Fondamentalement, l’enquête empruntait à la fois aux mondes du droit et des sciences sociales : il s’agissait surtout de mettre au jour des injustices par le biais des méthodes quantitatives issues des sciences sociales. Mais à la suite d’un double mouvement, l’enquête journalistique s’est récemment ouverte aux formes d’objectivité portées par les mondes informatiques.

22Le premier mouvement est lié aux mobilisations qui ont émergé au sein des mondes informatiques dans la continuité du mouvement open source. Des activistes du web et des passionnés d’informatique ont ainsi milité pour l’ouverture des données publiques dans le but notamment de transformer les rapports entre les citoyens et leurs gouvernants (Lathrop et Ruma, 2010). Ces militants ont ainsi conçu des sites permettant aux citoyens d’accéder à des données concernant leur environnement – actions des élus, transports, crimes, pollution, hôpitaux, etc. Mettant en avant l’idéal de circulation de l’information, ils ont ainsi considéré que les citoyens devaient avoir facilement et largement accès à l’ensemble des données concernant leurs quartiers, gouvernements ou environnement. À leurs yeux, la diffusion des données et leur appropriation par les citoyens permettent une plus grande transparence de la vie démocratique. Or, en entrant dans les rédactions et en nouant des liens avec des journalistes d’investigation, ces activistes ont proposé une conception alternative de l’objectivité. Au cœur de cette conception figure l’idée selon laquelle l’enquête ne saurait être seulement le fait du journaliste, mais que n’importe quel citoyen doit être en mesure de s’approprier les données pour conduire ses propres recherches. C’est ainsi que depuis quelques années, la plupart des projets d’investigation conduits aux États-Unis intègrent systématiquement la possibilité, pour les internautes, non seulement de consulter l’ensemble des données mais de les utiliser pour leurs propres enquêtes.

23L’autre mouvement est lié à la diffusion dans certaines salles de rédaction des outils issus de la recherche en informatique, principalement autour des data science. À la fois académique et industriel, ce domaine de recherche agrège plusieurs disciplines – intelligence artificielle, traitement du langage, statistique, analyse de réseaux, etc. – qui sont aujourd’hui investies par les entreprises de l’internet (Loukides, 2012). Or, certains journalistes nord-américains mobilisent ces outils comme appui à l’investigation. Ils voient en eux la possibilité non seulement d’exploiter de vastes ensembles de données, mais également de générer automatiquement des connaissances ou des révélations qui ne reposeraient plus sur la formulation préalable d’hypothèses par le journaliste. Des modèles statistiques complexes commencent à être mobilisés afin de repérer automatiquement des liens entre des phénomènes au sein de vastes bases de données. Nous avons ainsi pu voir des journalistes du Center for Investigative Journalism mobiliser ce type d’algorithme afin de faire apparaître automatiquement des révélations concernant les salaires des employés des villes de Californie. Les journalistes attendent de l’algorithme qu’il établisse des liens entre des postes et des salaires à travers toutes les villes de l’État. L’objectivité qui sous-tend ce type de projet diffère sensiblement des façons de faire qui gouvernaient jusqu’à aujourd’hui la mobilisation du traitement de données dans l’enquête journalistique. Il ne s’agit plus en effet de formuler un ensemble d’hypothèses préalables au traitement de données.

24Il est aujourd’hui difficile d’établir avec certitude dans quelle mesure ces propositions épistémologiques provenant des mondes informatiques modifieront la pratique de l’investigation journalistique. Les compromis qui ont été élaborés depuis la fin des années 1960, et qui font une place importante aux sciences sociales, ont encore aujourd’hui une certaine solidité. En outre, ce type de propositions rencontrent d’importantes oppositions au sein des mondes journalistiques et ce, principalement à deux niveaux. En premier lieu, nombreux sont les journalistes américains qui contestent le principe de transparence associé à la diffusion des données : à leurs yeux, il est illusoire de penser que le public est en mesure de s’approprier les données et de leur donner un sens. En second lieu, ils manifestent une certaine méfiance à l’égard des outils qui prétendent faire émerger automatiquement des révélations sur le monde. Nul doute que l’intégration de ces épistémologies dans le monde de l’enquête journalistique nord-américaine exigera l’élaboration de compromis.

Enquêter avec les sciences naturelles

  • 113 « Les conséquences des fumées industrielles ». L’application interactive ainsi que l’ensemble des a (...)

25La santé et l’environnement constituant des domaines majeurs de préoccupation, il est assez fréquent de voir des journalistes enquêter sur ces sujets. L’investigation vise alors à révéler les agissements coupables d’industriels ou de membres de l’administration concernant un problème sanitaire ou environnemental. Il ne s’agit pas pour le journaliste d’enquêter lui-même sur les phénomènes naturels, mais plutôt d’enquêter sur la gestion sociale de ces affaires en recueillant l’expertise des scientifiques. Mais depuis quelques années, des journalistes américains mobilisent le traitement de données pour établir des relations moins asymétriques avec les scientifiques. Ils font la démarche d’enquêter sur les phénomènes naturels eux-mêmes, souvent en collaborant avec des chercheurs. Publiée par le journal USA Today en 2009, l’enquête intitulée « The smokestack effect »113 constitue à ce titre un cas exemplaire. Bien qu’ayant au départ une formation en droit et en sciences sociales, Blake Morisson et Brad Heath ont ici étroitement collaboré avec des chercheurs en sciences naturelles pour étudier l’exposition des écoliers américains aux pollutions industrielles. Les deux journalistes ont collecté les données relatives à l’emplacement de toutes les écoles du pays, et ils ont ensuite collaboré avec des chercheurs pour exploiter les données provenant de l’agence américaine de la protection de l’environnement. Le fait marquant est ici que les deux journalistes ont fondé leurs investigations sur un modèle statistique, élaboré par l’agence et exploité par les chercheurs, qui simule la diffusion des différentes substances toxiques à tous les points du territoire américain. L’enquête de ces deux journalistes – qui a permis la révélation de nombreuses situations d’enfants quotidiennement soumis à des substances toxiques – a pour particularité de prendre directement appui sur une épistémologie issue des sciences naturelles.

  • 114 Peter Aldhous et Eugenie Samuel Reich, « Stem-cell researcher guilty of falsifying data », New Scie (...)

26D’autres journalistes tirent parti du traitement de données pour mobiliser plus profondément encore une épistémologie issue des sciences naturelles. C’est par exemple le cas de Peter Aldhous qui officie comme journaliste à l’édition californienne du New Scientist. À l’occasion d’une enquête sur l’Institut de recherche sur les cellules souches de l’université du Minnesota, il a révélé en 2008 un cas de falsification de données. Pour ce faire, il a procédé à sa propre analyse des données expérimentales du chercheur, obtenant le retrait de plusieurs publications114. Pour le moment, ces initiatives restent relativement isolées, mais on constate que le traitement de données est l’occasion pour certains journalistes d’explorer des épistémologies qui sont directement issues des sciences naturelles.

27Si aujourd’hui les journalistes nord-américains ont recours au traitement de données pour produire des connaissances sur le monde, ils le font majoritairement à partir d’une épistémologie issue des sciences sociales. Mais en nouant d’autres relations avec les mondes informatiques et le monde des sciences naturelles, ils sont en train d’explorer d’autres épistémologies qui transforment substantiellement les vérités qu’ils élaborent sur le monde.

Conclusion

28Les journalistes ont aujourd’hui à leur disposition des langages, des logiciels et des algorithmes qui leur permettent de collecter et de traiter d’importants volumes de données concernant aussi bien la politique que le crime, l’éducation, la santé ou l’environnement. Mais ce qui se joue à travers la mobilisation de ces outils, ce n’est pas seulement l’appropriation de techniques dont les journalistes sont souvent peu familiers. Beaucoup plus fondamentalement, le journalisme nord-américain s’interroge aujourd’hui collectivement sur la façon dont il produit des croyances justifiées sur le monde. Comme nous l’avons montré, cette exploration remonte aux années 1960 quand les méthodes quantitatives issues des sciences sociales ont été mobilisées pour faire des révélations journalistiques. Aujourd’hui, le traitement de données est l’occasion pour une partie de ces journalistes d’explorer d’autres épistémologies issues des mondes informatiques et des sciences naturelles. Comme nous avons pu l’analyser, cette exploration suscite des réserves et des tensions au sein du monde journalistique nord-américain (Parasie et Dagiral, 2012). Mais en expérimentant collectivement des formes d’enquête inspirées de la figure du chercheur et du hacker, le journalisme nord-américain se donne aujourd’hui les moyens de demeurer un acteur central de la production de nos croyances collectives.

Bibliographie

Boczkowski, P. (2010), News at Work : Imitation in an Age of Information Abundance, Chicago, University of Chicago Press.

Bourmeau S. (1988), « Robert Park, journaliste et sociologue », Politix. vol.1, n°3-4. p.50-61.

Chalaby, J. K. (1996), « Journalism as an Anglo-American invention : A comparison of the development of French and Anglo-American journalism, l830s-l920s », European Journal of Communication, vol.11, n°3, p.303-326.

Claverie, É. (1994), « Procès, Affaire, Cause. Voltaire et l’innovation critique », Politix, vol.7, n°26, p.76-85.

Cohen, S., Hamilton, J. et Turner, F. (2011), « Computational journalism », Communications of the ACM, vol.54, n°10, p.66-71.

Dagiral, É., Parasie, S. (2011), « Portrait du journaliste en programmeur : l’émergence d’une figure du journalisme « hacker » », Les cahiers du journalisme, n°22-23, p.144-155.

Ettema, J. et Glasser, T. (1987), « On the Epistemology of Investigative Journalism », in M. Gurevitch and M. R. Levy (eds) Mass Communication Review Yearbook, Vol. 6, London, Sage.

Feldstein M. (2006), « A Muckraking Model. Investigative reporting cycles in American history », The Harvard International Journal of Press/Politics, vol.11, n°2, p.105-120.

Kalifa, D. (1995), L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard.

Lathrop, D. et Ruma, L. (2010), Open Government : Collaboration, Transparency and Participation in Practice, Sebastopol, O’Reilly Media.

Latour, B. (2012), Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, La découverte.

Lemieux, C. (2000), Mauvaise presse : Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié.

Lemieux, C. (2001), « Les formats de l’égalitarisme. Transformations et limites de la figure du journalisme-justicier dans la France contemporaine », Quaderni, n°45, p.53-68.

Loukides, M. (2012), What is Data Science ? The future belongs to the companies and people that turn data into products, Sebastopol, O’Reilly Media.

Marchetti, D. (2000), « Les révélations du « journalisme d’investigation » », Actes de la recherche en sciences sociales, vol.131-132, p.30-40.

Meyer, P. (1973), Precision journalism. A Reporter’s introduction to social science methods, Bloomington and London, Indiana University Press.

Neveu, E. (2012), « « Nouveaux » journalismes d’enquête et sciences sociales. Penser emprunts, écarts et hybridations », Tracés, vol.3, hors-série 2012, p.225-243.

Parasie, S. et Dagiral, E. (2012), « Data-driven journalism and the public good. Computer-assisted reporters and programmer-journalists in Chicago », New media and society, Published online before print, 18 novembre 2012.

Porter, T. (1995), Trust in numbers. The pursuit of objectivity in science and public life, Princeton, Princeton University Press.

Ruellan, D. (1992), « Le professionnalisme du flou », Réseaux, n°51.

Schudson, M. (2001), « The objectivity norm in American journalism », Journalism, vol. 2, n°2, p.149-170.

Tuchman, G. (1972), « Objectivity as Strategic Ritual : An Examination of Newsmen’s Notions of Objectivity », American Journal of Sociology, vol. 77, n°4, p.660-679.

Weaver, D. H. et McCombs, M. E. (1980), « Journalism and Social Science : A New Relationship ? », The Public Opinion Quarterly, vol.44, n°4, p.477-494.

Notes

108 Cette recherche a bénéficié du soutien financier de l’Agence Nationale de la Recherche et du ministère de la Culture et de la Communication.

109 Dan Nguyen, Charles Ornstein et Tracy Weber, « Dollars for docs : how Industry Dollars reach Physicians », ProPublica, 2010-2012. Accessible ici : http://www.propublica.org/series/dollars-for-docs

110 Corey Johnson, « On Shaky Ground : A California Watch investigation uncovers systemic failures by the State’s chief regulator of construction standards for public schools », 7-10 avril 2011. Accessible ici : http://californiawatch.org/earthquakes

111 Jean-Baptiste Chastand, Laetitia Clavreul et Alexandre Léchenet, « Tarifs médicaux : enquête sur les dépassements d’honoraires », Le Monde, 10 avril 2012.

112 J’ai réalisé cette enquête avec Éric Dagiral à Chicago en 2010 et à San Francisco en 2012.

113 « Les conséquences des fumées industrielles ». L’application interactive ainsi que l’ensemble des articles sont disponibles ici : http://content.usatoday.com/news/nation/environment/smokestack/index

114 Peter Aldhous et Eugenie Samuel Reich, « Stem-cell researcher guilty of falsifying data », New Scientist, 7 octobre 2008.

Auteur

Sylvain Parasie est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Est/ Marne-la-Vallée. Ses recherches actuelles portent sur les transformations technologiques du débat public. Il étudie spécifiquement les enjeux sociopolitiques associés à l’extension du traitement de données dans le journalisme. (sylvain.parasie@univ-paris-est.fr).

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable