Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les débats du numérique

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Territorialisations socionumériques et sémio-politiques organisationnelles

Maryse Carmes

Résumé

Nous examinons les problèmes posés par les nouveaux régimes de connectivité et de réflexivité qui se développent avec la prolifération des interfaces et de leurs applications au sein des organisations. On essaie, à travers l’étude de ces transformations et processus, de poser les bases d’une sémio-politique des interfaces et de mettre en évidence les rapports entre les sémiotiques signifiantes et a-signifiantes. La thèse défendue dans cet article est que la pragmatique communicationnelle proposée par F. Guattari présente le plus grand intérêt pour l’analyse politique des milieux organisationnels. En suivant cette perspective, nous interrogeons la construction des réseaux socionumériques d’entreprises (« réseau social interne ») et les nouvelles micropolitiques qui les accompagnent, en appui d’une extension du « social engineering » et du « data management ».

We examine the problems posed by the new regimes of connectivity and reflexivity that grow with the proliferation of interfaces and applications within organizations. We try, through the examination of these changes and process to lay the foundations of a semio-policy of interfaces, and to highlight the relationship between signifying semiotics and a-signifying semiotics. The paper upholds the thesis that “Pragmatic” proposed by F. Guattari, has the greatest interest in the political analysis of the organizational. Following this perspective, we present in this paper an analysis of the socio-digital network (“internal social network”) implemented, and the possibility of new micropolitics. Finally, we identify the problems arising from this extension of “Data Management” and its model of “social engineering”.

Texte intégral

1On le sait et on l’éprouve sans cesse, il y a, partout présent aujourd’hui, le réseau comme principe d’intelligibilité et d’organisation, mais aussi comme boîte noire centrale [Noyer, Carmes, 2011]. Prolifération de la figure du réseau, du réseau comme concept, des réseaux comme dispositifs, comme territoires, comme modes organisationnels, comme actants politico-stratégiques. Et ce, selon tous les substrats possibles, y compris la « matière grise ». Il y a réseau de tout, à tous les niveaux d’échelle. Et, au cœur des réseaux, on ne cesse de faire des cartes, de faire des graphes. Il y a des nœuds et des arêtes. On mesure les liens, on étudie la connectivité, la stabilité, la résistance ou au contraire la fragilité, la plasticité de ces liaisons. On les répartit selon une géologie complexe. Réseaux souterrains ou réseaux de surface, on les évalue à « l’infini des réseaux mafieux ». On les différencie encore à l’infini du nombre des acteurs, des actants. On les vénère ou on les déteste. Ce qui, dans bien des cas, revient au même.

2Le réseau, qu’on l’hypostasie ou qu’on s’en serve pour briser le discours des essences, est foyer de la réflexion théorique, foyer de la production organisationnelle, foyer du collectif comme problème. Il est aussi à la croisée des réflexions concernant un ensemble de notions telles celles de milieu, de territoire, de relation, de topologie, d’épreuve. Au cœur de l’associationnisme latourien et de la sociologie de la traduction, irriguant des travaux aussi divers que stimulants (tels que ceux de Burt, Granovetter, Galloway, etc.), il est à la traversée de nombreux champs théoriques. Il est d’une certaine manière tout contre le concept de « rhizome » dans la philosophie de Gilles Deleuze et Félix Guattari. Il est encore actif dans la question logicielle et documentaire, au niveau des algorithmes de traitement linguistique-sémantique des corpus et à tous ces titres, il tient un rôle majeur dans la question politique et géopolitique.

3Nous nous trouvons donc face à des formes de réseaux très variées et hybrides. Ces formes sont fonction des types d’actants qui les constituent, des agencements spécifiques au sein desquels ils se fondent associant notamment les dispositifs numériques. La proposition initiée ici veut s’attacher à replacer la question réticulaire dans une perspective sémio-politique appliquée au milieu organisationnel, milieu au combien marqué ces derniers mois par une production de récits et de célébrations du « réseau social d’entreprise ». N’en déplaise aux tenants du « néo-management », du « social software », et autres porte-parole de « l’entreprise 2.0 » (ou de celle appelée à lui succéder dans une danse incessamment nourrie de nouveaux slogans), la mise en équivalence de « la forme réseau » et de la forme organisationnelle est au mieux un effet rhétorique à visée performative, au pire une réduction empêchant de penser la complexité des transformations en cours (ou les deux à la fois).

4Il ne s’agit pas de revisiter dans ces pages les apports des travaux relatifs aux pratiques socionumériques mais d’envisager un certain nombre de phénomènes portés par ce que nous appelons les territorialisations numériques et une pragmatique des interfaces qui sont conçues dans les Espaces Numériques Organisationnels (ENO). Enfin, nous voulons insister dans cette perspective sur la nécessité de penser la strate numérique dans ses dimensions micro-politiques et de prendre la mesure des débats liés à la conception de nouvelles sémio-politiques.

Territorialisations numériques

  • 75 « L’individuation n’est pas l’individualisation, elle est la formation de l’individu, toujours inac (...)

5Le milieu numérique enrichit les données, les relations et les pratiques dont nous sommes tissés et, à ce titre, constitue aujourd’hui un milieu associé à partir duquel se relance une multiplicité de processus d’individuation [Simondon 1989 ; Stiegler, 1994]75. Ce tissage continu et simultané des êtres, des collectifs, des subjectivités, des écritures, des flux, des lieux, des objets nomades et des technologies, caractérise de nouveaux modes de territorialisation. C’est l’agencement des connexions qui crée le territoire. Un individu (ou un pays, une entreprise, un espace du web) est constitué des liens qui partent de lui et des liens qui convergent vers lui. Il est un produit des réseaux, ou plutôt, est traversé de réseaux, en ce sens que nous avons affaire à des processus continus de co-production, de co-détermination.

  • 76 « La vitesse n’est pas un phénomène, mais plutôt la relation entre les phénomènes ». [ ] Le temps n (...)

6Ces territoires sont fabriqués de relations, rapports de voisinage entre actants multiples et de nature rhéologique (agencement de flux aux intensités, vitesses et plasticités variables). Dans le cadre du déploiement des strates numériques, nous ne sommes donc pas confrontés à une perte des corps, à une « dématérialisation » (du social, des échanges, des documents), à un affaiblissement du « réel », mais bien à une hyper-matérialisation liée à l’extension de l’ichnologie (proliférations des données et des traces) [Merzeau, 2009], à un milieu marqué par l’hyper-connectivité et une synchronicité accrue, à de nouveaux rapports de vitesse et de lenteur [Virilio, 1998 ; Rosa, 2010]76.

7La construction du social fraye ses voies à partir de ce milieu associé numérique et est immanente à la technique. Comme l’indique P.Sloterdijk,

« La vie s’exprime sur des scènes simultanées et imbriquées les unes dans les autres, elle se produit et se consomme dans des ateliers en réseaux ; elle se met dans l’espace où elle se trouve et qui se trouve en elle toujours de manière spécifique. Mais ce qui est pour nous l’essentiel : elle produit à chaque fois l’espace dans lequel elle est et qui est en elle. » [P.Sloterdijk, 2006a,p18].

8Production continue de territoires multiples par une multiplicité d’individus, créativité relancée dès les niveaux d’échelle infinitésimaux, immanence des territoires anthropologiques, sociaux, cognitifs, politiques, économiques, religieux, etc. : voilà les quelques vertiges du mouvement incessant des sols qui se dérobent.

  • 77 « Il n’y a pas d’identité, il n’y a que des processus d’identification » rappelle B. Latour. [Latou (...)
  • 78 Certains travaux sur les usages des réseaus sociaux numériques ont ainsi cédé à la tentation de pla (...)

9Le numérique ouvre, au-delà des réseaux hypermédias et des interfaces de recherche associées à des applications logicielles nombreuses, des modes de connexions (grâce entre autres aux puces RFID), vers ce que l’on peut appeler son dehors, les autres territoires et actants. Il s’agit bien d’une complication des territoires, de leurs réseaux, d’un tissage inédit et puissant. Considérer les réseaux numériques seuls empêche de voir les enchevêtrements complexes, l’entrelacement « des sols » (et entre-sols) que nous fabriquons et qui nous font. À ce titre, il nous faut aussi dépasser la question de « l’identité numérique »77 dont le postulat trop massif (essentialiste) repose sur une simplification et une autonomisation des descripteurs que l’on se donne (et que l’on nous donne) sur la toile, faisant fi de l’infinité des choses et « des mondes » auxquels elles sont reliées78.

10Selon cette perspective, le processus de territorialisation numérique veut dire :

  • création d’un vaste territoire de type topologique et rhéologique, constitué d’actants très hétérogènes dont, pour aller à l’essentiel : des documents et des ensembles de documents, des liens et des nœuds, des mémoires, des bases de données plus ou moins complexes, des logiciels, des traces laissées par les acteurs de ce territoire, c’est-à-dire ceux qui interagissent à travers lui, tout en en étant l’expression et l’exprimé ;

  • création d’un agencement dont chaque individu, chaque document, chaque page web, chaque donnée, chaque nœud, chaque lien, chaque activation, chaque application et ses lignes de code etc. constitue une dimension, un actant ;

  • création d’un ensemble d’interfaces à partir desquelles sont rendus possibles les parcours sur et entre ces différents territoires à partir desquels s’opèrent les emboîtements, associations, navigations dans cette vaste strate anthropologique ou à partir d’elle ;création incessante de graphes-cartes hybrides mêlant tout à la fois les objets et les lieux, les corps et leurs déplacements, les dates et les rythmes, les individus et leurs comportements, les récits et les opinions, les expériences et les savoirs ;

  • création de rapports de force entre les entités impliqués, entre processus de performation, pour la maîtrise et la relance d’autres territorialisations possibles dans le cadre d’une politique générale des interfaces.

  • 79 Nous rejoignons la critique de D.Boullier sur l’utilisation qui est faite de l’expression « Territo (...)

11Le « territoire », tel que décrit à partir de ces modes d’instauration, devrait nous inciter à délaisser, probablement, ce mot pour un autre, et à nous défaire de ses référents hérités (identitaires, spatiaux, physiques, administratifs), cette fois-ci, sans hésitation. Territorialiser ne veut pas dire « reconstruire des frontières » ou encore répartir des fonctions sur un sol (finalité administrative) et l’équiper d’infrastructures techniques79, mais se constituer à partir des différents réseaux qui nous traversent, de ce qui y circule et des interfaces, médiations, qui en assurent le filtrage, selon un régime de connectivité défini, une écologie particulière des flux et des relations.

  • 80 L’initiative d’un groupe de réflexion de professionnels de la sécurité informatique (grandes entrep (...)

12Mais, cette vision ne va pas de soi. L’entreprise, qui ne cesse de se dire « réseau », travaille constamment à réifier des frontières, à se localiser : définir un collectif (un « nous ») par rapport à son dehors, un espace d’appartenance et une « solidarité organique », des ressources externes par rapports à des ressources internes, une sphère privée par rapport à une sphère professionnelle, etc. Elle mobilise un ensemble de marqueurs, de règles, de narrations et d’inscriptions, destinés à porter la charge du processus d’identification et d’intégration, à définir les coordonnées du territoire qui convient (à l’ensemble de l’entreprise et à chaque salarié) et ses périphéries. Les débats autour de l’extension des droits d’accès à internet au travail, l’élaboration de droits individuels définissant les possibilités d’exploitation des espaces numériques organisationnels (applications et espaces divers d’info-communication tels que les portails intranets), la nécessité de traiter des quantités croissantes de flux numériques, les politiques gérant la sécurité (l’intégrité) des systèmes contre les « DdoS » (attaques par déni de service – Distributed Denial of Service attack) et un dehors « menaçant »80, l’invocation d’une « dé-périmétrisation » urgente, la création nécessaire de tiers-espaces (adossés à des extranets, à des protocoles d’authentification et de « confiance ») dédiés aux interactions avec des partenaires, clients, etc., tout cela met à l’épreuve la solidité des territoires relativement stables et fragilise les coordonnées et repères associés à des sémiotiques clôturées.

13Cette épreuve est à bien des égards pleine de promesses et d’ouvertures mais elle porte aussi une désorientation et une fragmentation qui, sous certains aspects, est parfois proche de la « souffrance spatiale » que produit la mondialisation. Pour B.Latour, ce n’est pas tant la distance séparant la production du produit de son consommateur ou la direction d’une entreprise de ses milliers de salariés à travers le monde qui suscite l’inquiétude, mais l’impossibilité d’établir, a priori, la liste des flux et des entités humaines, informationnelles et techniques dont nous dépendons.

« Ce que l’on appelle, par des termes vagues, « mondialisation » ou « globalisation » ne sont que l’enregistrement et l’amalgame de toute la série des épreuves par lesquelles on apprend plus ou moins durement ou plus ou moins soudainement à dresser la liste hétérogène des êtres proches ou lointains, humains ou non humains, animés ou inanimés, dont on dépend […]. Un territoire, c’est d’abord la liste des entités dont on dépend. Chaque terme est important : c’est une liste et non pas forcément un lieu repérable par une carte ; c’est ensuite une liste d’entités forcément très hétérogènes ; enfin, et c’est le plus important, ce sont les entités dont on dépend, c’est-à-dire dont le maintien ou l’accès est indispensable à sa propre subsistance (au sens très large et pas simplement alimentaire ou élémentaire du terme) ». [Latour, 2010]

  • 81 A la Ratp, l’infrastructure réseau passant par les souterrains doit négocier avec les rats qui sont (...)

14Au sein de l’organisation, cette « liste des entités dont on dépend » et dont on découvre la dépendance à l’occasion des débats d’un groupe projet, des dysfonctionnements techniques, des ré-organisations des processus de travail, de l’élaboration de droits numériques, de la mise en ligne d’espaces de travail collectif,etc., comprend donc la diversité des actants déjà indiquée. On découvre, sans pouvoir être exhaustif, les ressources informationnelles étendues d’internet, des données associées à chaque document et à chaque participant de l’espace numérique, des apprentissages et des compétences des salariés, des équipes et des communautés de travail, des cadres juridiques, des serveurs d’hébergement aux États-Unis, les limites de charge des bandes passantes, des codes d’accès, des lignes de codes dans les applications, des terminaux fixes ou mobiles, des infrastructures techniques, des « hackers » russes ou chinois (et même des animaux81). Ainsi, en suivant encore B. Latour :

« Dès que l’on se prend à distinguer les exigences des sujets et des objets, de toute façon, on perd la notion même de territoire puisque la liste des êtres dont on dépend est nécessairement hétérogène et, de plus, symétrique : partez des humains, vous trouverez des choses ; partez des choses, vous passerez par des humains. Si ce point de méthode peut paraître encore inhabituel, les crises écologiques (responsables pour une grande partie de la souffrance territoriale qu’il s’agit justement d’étudier) nous le rappelleraient sûrement. » [Latour, ibid]

15Vu la liste établie, le territoire d’une organisation aurait ainsi bien du mal à tenir sur une carte à une seule dimension ! Comment en effet se représenter un tel assemblage du « local » et du « global » et les connexions complexes qui se tissent entre cette multiplicité de choses ?

  • 82 Ce terme vient du grec topos qui signifie « le lieu » et dia qui signifie « séparation/distinction  (...)

16Pour un internaute ou pour un salarié devant son poste de travail, les interfaces prennent la charge du filtrage des associations, traduction des relations-dépendances, pour arriver à des représentations cognitives mobilisables : cette médiation repose sur des diatopes82 amenés à être de plus en plus riches, c’est dire, qu’elle produit des visualisations agrégeant des informations d’origines et de formats divers, des combinaisons multi-plans (on pense, par exemple, aux cockpits d’avions, aux espaces immersifs, ou encore – sous une forme toujours relativement simple – aux applications utilisées pour des activités de veille, aux moteurs de recherche indexant des bases de données hétérogènes, à la « contextualisation » des résultats d’une requête). On a donc à traiter des ordres de « grandeurs » différents : des temporalités, des flux, des individus et des lieux multiples, des descripteurs info-documentaires, des textes, des sons et des images fixes ou animées, des comportements d’usages etc. La territorialisation numérique n’est donc pas une « projection spatiale », mais le processus par lequel des connexions nouvelles sont établies entre tout un ensemble d’entités, d’actants, une construction diatopique jamais découplée des milieux autres avec lesquels elle est associée, avec lesquels elle se trouve dans des rapports de co-production.

17Dans les organisations, les politiques d’interfaces occupent une place stratégique et elles façonnent les activités de travail, elles influencent les régimes de subjectivités tant du point de vue managérial que salarial. Ces politiques reposent encore sur la définition des réservoirs d’informations et de données, elles entrent en tension avec les puissances d’agir et les normes qui distribuent les rapports de production entre salariés et managers (dont les organigrammes, les règles comportementales, les habilitations informatiques etc., sont les expressions juridiques et symboliques). La refondation des pratiques sociales est à la traversée de ces politiques sémiotiques. Il nous faut donc opter pour une démarche d’investigation permettant de suivre au plus près l’élaboration de ces politiques, la négociation et l’évolution de ces nouveaux moyens de pilotage sémiotique, dans les conditions socio-techniques actuelles [Guattari, Alliez,1983]. Faire l’histoire, construire la mémoire des interfaces, déterminer leur puissance à ouvrir des devenirs à l’intérieur de l’organisation et comprendre la ou les manières dont cela affecte la métastabilité de ses collectifs, est une tâche majeure.

Éléments pour une sémio-politique organisationnelle

18Au cœur d’une fabrique « l’e-organisation », les sémio-politiques travaillent donc les processus de territorialisation numérique. Elles se déploient et se singularisent selon trois types de régime : un régime de signes qui devient un régime de « capture » et d’encodage intensif des processus relationnels ; un régime de connectivité qui définit les règles d’association et de coupures ; un régime de réflexivité à partir duquel se définissent les champs de visibilité et la maîtrise des échelles. Nous employons à dessein le terme « régime » en écho à la perspective bio-politique de M. Foucault et pour souligner la nature fondamentalement politique des agencements numériques : sous des incarnations nouvelles et des affrontements inédits, le politique est au cœur des processus de conception des dispositifs, des recompositions des pratiques de travail, de la définition de nouveaux « territoires existentiels » [Souriau, 1943/2009 ; Latour, 2012].

Un régime signifiant et un régime a-signifiant

  • 83 Au passage, en privilégiant cette orientation « communautaire », l’entreprise n’apparait plus comme (...)

19Dans le champs managérial, nous l’avons vu, l’obsession d’un « devenir indoor » [Sloterdijk b, 2006] est permanente alors même que dans un univers complexe et concurrentiel la relation (sa maîtrise) entreprise-environnement est plus que jamais fondamentale. La profusion des exercices performatifs (discours et autres éléments de langage mobilisés dans une quasi-idéologie de la « communauté »83) s’associe à une extension continue des interfaces informatiques qui contribuent elles aussi, à la mise en œuvre d’une solidarité projective : le design des pages d’accueil des portails intranet ou encore des plate-formes « réseau social interne » en sont des exemples parmi d’autres. Comme le souligne Sloterdijk :« la solidarité élémentaire du foyer, si l’on peut l’appeler ainsi, est une strate fondamentale de la capacité à dire Nous », et ce pronom, « n’est pas la désignation d’un objet de groupe, mais l’évocation performative d’un collectif qui se constitue par le biais de l’auto-excitation et de l’auto-spatialisation. » [Sloterdijk, ibid, p. 367].

  • 84 « Les composantes sémiotiques du capital fonctionnent toujours sur un double registre. Le premier e (...)

20Les espaces numériques organisationnels se déploient ainsi à partir d’une sémiotique (non exclusivement linguistique) conçue par le management (fonction réflexive et performative molaire) et évoluant au gré des pratiques et participations distribuées des salariés, mais cela s’effectue dans le même temps, à partir d’un processus non représentationnel adossé à des machines a-signifiantes84.

21Sans en décrire finement ici les principes et conséquences, nous explorons, à la suite de F. Guattari et de M. Lazzarato, les modalités de couplages entre des sémiotiques de nature différente, co-opérant dans les dispositifs numériques. La maîtrise, même partielle, de ces modalités est évidemment décisive du point de vue managérial.

22Les sémiotiques signifiantes « performent » pour une part, l’ordre des identités et des rôles, des êtres, des systèmes hommes-machines, des territoires, selon les rapports des forces qui habitent les agencements collectifs d’énonciation des économies politiques et libidinales dominantes. Elles relèvent selon Lazzarato d’un processus d’assujettissement social [Lazzarato, 2006]. Ce surcodage sémiotique participe à la création de la carte des territoires organisationnels et définit de manière prescriptive, navigation et exploration des ressources. Il est au cœur des relations savoir/pouvoir et opère dans ce que l’on pourrait appeler le champ d’immanence doxique des rapports de productions. Il alimente en permanence la création-objectivation de frontières et des rapports de force. Il s’exprime au sein de grandes organisations, par exemple, à travers la définition de listes de sites internet autorisés à la consultation (que l’on peut consulter à partir de son poste de travail, sous des conditions spécifiques), à travers la définition des rubriques et menus de navigation, à travers la production des descripteurs de documents (méta-données et structuration des ressources par des taxonomies, des thésaurus et ontologies pré-définis). Ce surcodage filtre et clôture l’espace numérique jugé comme « acceptable » et selon une logique structurale (elle-même enchâssée dans la masse de la performation des procédures). Le surcodage sémiotique participe ainsi de l’évaluation des « distances », des seuils de voisinages, et de l’exploitation variable de contenus issus de ressources étendues aux environnements immédiats (filiales, partenaires, clients, presse, cotation boursière affichée sur la page d’accueil des grands groupes privés, etc.). Il définit aussi l’intégration de telle ou telle entité ou communauté professionnelle, sert de cadre aux discours de légitimation et impose telle ou telle hiérarchisation par la navigation, les entrées et menus alloués à chaque directions, entités, groupe d’acteurs.

23Dans le cas des sémiotiques a-signifiantes, le dispositif agit à partir de programmes constitutifs d’une machine, qui pour G.Genesko :

« automatise les conduites, les interprétations, les réponses souhaitées par le système. […] Ces sémiotiques ou machines a-signifiantes certes « continuent « de s’appuyer sur les sémiotiques signifiantes, mais elles ne s’en servent plus que comme d’un outil, d’un instrument de déterritorialisation sémiotique qui permet [alors] aux flux sémiotiques d’établir des connexions nouvelles avec les flux matériels les plus déterritorialisés ». [Genesko, 2008]

24Ces machines prennent massivement en charge les temporalités, à savoir la synchronisation des processus ou encore l’indexation automatisée des flux et documents. Comprendre les organisations aujourd’hui oblige à mesurer leurs effets (des sémiotique a-signifiantes), à déterminer la nature des devenirs qui passent par ces équipements capables de gérer leurs perceptions en les connectant, en les branchant aux flux sémiotiques comme nous le verrons lorsque nous aborderons les régimes de réflexivité. Ce processus non représentationnel est au cœur de ce que Lazzarato désigne par le phénomène d’asservissement machinique. Il faut aussi noter que les sémiotiques a-signifiantes, une fois insérées dans leur milieu de destination, ne peuvent être que partiellement pilotées de manière « rationnelle ». Les solutions logicielles « embarquent leurs programmes avec elles » et, par le biais de divers « véhicules » (dont les éditeurs-vendeurs d’applications informatiques), voyagent d’une organisation à l’autre en imposant leurs sémiotiques. Selon des modalités d’actualisation plus ou moins fortes, ce phénomène est un processus clé de l’innovation socio-technique, constitue une des faces de la performation matérielle et de la dissémination des « memes » qui lui sont attachés. Les effets des sémiotiques a-signifiantes échappent donc d’un certain point de vue à la réflexivité surcodée et signifiante des utilisateurs destinataires du dispositif, des décideurs du pilotage sémiotique (c’est-à-dire au management), tout en ouvrant l’univers des possibles, de l’innovation.

25Ces deux sémiotiques présentent une autonomie relative l’une par rapport à l’autre mais sont, dans nombre de cas, fortement combinées. Ainsi, les annuaires LDAP, à partir desquels sont gérés les divers droits des utilisateurs (autorisation d’accès à telle rubrique ou application, autorisation de contribution ou de modification, administration d’un espace, etc.), sont des actants privilégiés du surcodage et du formatage des pratiques : le user-profiling n’est autre qu’une projection-prescription de la « situation » de l’utilisateur ideal-typé pré-déterminée (dans ses grandes lignes) par les sémiotiques signifiantes (issues des politiques managériales qui classent les salariés dans des groupes aux statuts et niveaux de responsabilités plus ou moins homogènes) et « activée » à partir de sémiotiques a-signifiantes (les codes d’accès). Les deux participent d’un régime d’interfaces. Les gouvernementalités liées aux algorithmes des moteurs de recherche reposent évidemment sur l’articulation de ce double registre, et nous verrons également son opérationnalité dans le cadre des réseaux sociaux d’entreprise. Lorsque l’on analyse les modes d’existence au travail et que l’on souhaite refonder les pratiques sociales, il nous semble donc» essentiel de tenir compte de ce que F. Guattari souligne ainsi :

« Les sémiologies signifiantes et leurs « syntagmes de pouvoir » linéaires peuvent se combiner avec des automatisations a-signifiantes superlinéaires. L’a-signifiant met le signifiant en œuvre comme un « outil » , sans qu’ils fonctionnent ensemble, ni sémiologiquement ni symboliquement ; de cette manière, les sémiotiques a-signifiantes ne sont pas soumises à la bonne forme sémiologique, à laquelle elles ont pourtant toujours recours en communicant comme le système dominant le « souhaite » .

26Dans cette torsion qui tresse ces deux types de sémiotiques, les modes d’existence au travail (MEAT) frayent leur voie entre consentement(s) et résistance(s), entre répétition(s) et créativité(s).

  • 85 De ce point de vue, nous nous inscrivons dans le mouvement qui consiste à penser à nouveaux frais l (...)

27Prendre en compte l’hybridation au sein des interfaces, des sémiotiques signifiantes et des sémiotiques a-signifiante permet donc d’accéder à une critique des économies politiques, qui sont ici à l’œuvre, sans rater la pleine et entière positivité de ces interfaces, c’est-à-dire les puissances d’altérité et de créativité dont elles sont porteuses. La possibilité d’une refondation des pratiques sociales et des pratiques de travail, trouve là une de ses conditions85.

Un régime de connectivité

28Chaque mode de territorialisation numérique supporte un ou plusieurs régimes de connectivité, c’est-à-dire qu’il définit les processus de création des relations et les capacités d’associations entre individus, entre données, et entre données et individus. Comme vu ci-avant, un régime de connectivité s’appuie sur des politiques d’interfaces et des systèmes sémiotiques (combinant plus ou moins les dimensions signifiantes et a-signifiantes).

29Les régimes de connectivité s’appliquent aussi bien aux salariés (pris individuellement et collectivement) qu’aux vastes ressources informationnelles et documentaires de l’espace numérique organisationnel. Dans ce dernier cas, sont déterminées les modalités d’agencements et de traitements des relations entre les ressources : liens hypertextes, indexation, extraction automatisée, sélection des réservoirs de données à exploiter, liaisons entre applications différentes, etc. Sous ces conditions, s’élabore une politique de l’information et des connaissances, une économie politique du système sémantique. Il s’agit de définir les modes de filtrage, d’actualisation des informations, d’indexation (y compris collective via les outils de tags et les folksonomies). Il s’agit encore de définir les algorithmes de traitement des données, de définir les modes cartographiques d’orientation dans les flux. Le but étant moins de créer « du sens » que de définir les conditions politiques de circulation des informations et des données, de poser une véritable économie politique des flux et des savoirs immanente aux rapports de production dans l’entreprise. Nous nous trouvons, notamment, face à la question des moteurs de recherche, les éditeurs de solutions se présentant ici comme des intermédiaires, porteurs de modèles et de scripts socio-techniques [Akrich, 1987 ; Carmes, Andonova, 2012] dont on ne peut ignorer la force. Les prestataires constituent parfois une ressource clef, des leviers d’apprentissage pour des chefs de projets novices sur le sujet, mais force est de constater, qu’au-delà d’une discussion pseudo-experte sur les algorithmes, rares sont les débats de fond sur les spécifications fonctionnelles proposées (sur les sémiotiques a-signifiantes), qui sont autant de micro-politiques incarnées.

  • 86 Par exemple, une entreprise n’est pas soumise à l’obligation de doter tous ses salariés d’une messa (...)

30Le régime de connectivité est également défini dans l’entreprise par une économie politique de l’accès. Il s’agit d’un ensemble de conditions et de dispositifs à partir desquels sont déterminées les possibilités d’usage des espaces numériques de travail (applications et ressources intégrées dans l’intranet), d’internet et d’une messagerie. Parmi ces conditions et dispositifs, on trouve les dotations en moyens d’accès et les situations de consultation : via un poste attitré ou un poste en accès libre, ainsi que via des interfaces nomades et/ou « hors les murs » (extranet, téléphone mobile). Jouant un rôle majeur au sein de ce dispositif, les normes internes (chartes, règlement intérieur, recommandations) déterminent, encadrent les pratiques et s’associent à des moyens de filtrage et de contrôle (techniques ou humains). Encore enrichis par une gestion des droits et un profiling des utilisateurs, les régimes de connectivité règlent l’étendue des possibilités d’exploration/utilisation des vastes ressources contenues sur les intranets et sur internet. Ces régimes définissent, par exemple, les droits de consultation/contribution plus ou moins restreints en fonction des profils de salariés, les formes et limites d’association/liaison avec les autres collègues (comme par exemple la libre participation ou non à des espaces collectifs d’échanges, de travail). Enfin, le rôle des contraintes juridiques et des prescriptions normatives (de l’ISO 27001/02) est éminemment important, l’entreprise bénéficiant toutefois d’une certaine marge d’autonomie86.

  • 87 L’accès à internet au travail en Europe en 2011 (source Eurostat/Insee, hors secteur financier, en  (...)

31L’économie politique des accès à internet constitue une source de tensions sans doute plus visibles que d’autres batailles (comme par exemple celles autour des moteurs de recherche) et fait l’objet d’affrontements entre positions et revendications opposées. Quelques éléments pour éclairer les termes du débat. Très couramment, les entreprises établissent une catégorisation des salariés selon leurs droits internet, en adoptant un principe d’autorisation qui suit le niveau hiérarchique87 : plus vous vous situez dans la partie haute de l’organigramme (statut cadre) plus vous bénéficiez d’un droit d’usage étendu du web, c’est dire soumis à peu de filtrages. Toutefois, reste maintenue une interdiction d’accès, non seulement aux sites illicites (dont la consultation engage la responsabilité juridique de l’employeur), mais aussi aux sites posant des problématiques technico-économiques (consommateurs de bande passante par exemple), ou encore parfois, à ceux évalués comme ne faisant pas partie du « référentiel comportemental » au travail (sites de paris en ligne, réseaux sociaux, etc.) ou encore liés à des pays présentant un risque élevé de type sécuritaire et géopolitique. Pour un certain nombre de salariés, les inégalités d’accès à internet ont des conséquences professionnelles importantes, mais elles s’apparentent surtout à une discrimination sociale. L’appréciation critique des droits numériques au travail montre comment le processus d’identification professionnelle s’effectue à partir d’une évaluation des différences entre potentiels de connectivité à internet, mais aussi à intranet ou à la messagerie. Pour tous ces cas, c’est aussi le potentiel de connectivité sociale (d’interactions avec les collègues ou avec des professionnels externes) qui se trouve affecté. La revendication formelle d’un droit à un usage privé (par ailleurs reconnu par la loi) d’internet au travail n’est pas forcément exprimée sous des formes politiques et idéologiques, mais plutôt en rapport avec « un management de la confiance-défiance », avec les « doubles contraintes » et les contradictions qui sont au cœur des politiques d’entreprises qualifiées d’« hyper-connectives », et qui affirment mettre « l’appartenance », « la participation », « la responsabilisation » au cœur du modèle entrepreneurial.

Un régime de réflexivité

32La territorialisation numérique implique de nouveaux modes d’orientation et de projection des diverses relations établies, « des vues relationnelles ». Elles sont incessamment renouvelées par l’enrichissement décentralisé des espaces et des documents, dynamiquement produites par les applications (fonction des sémiotiques a-signifiantes). Dès lors, l’organisation n’a ici qu’une maîtrise relative sur les territoires relationnels qui se donnent à voir. D’un côté, les interfaces numériques redistribuent les flux sous les conditions des rapports de production, des modes de pouvoirs, et de l’autre, elles relancent sans cesse les processus d’altération-création, elles produisent des devenirs. À partir de là, peuvent s’élaborer d’autres associations possibles, de nouvelles heuristiques, de nouvelles capacités interprétatives, des voies d’enrichissement des « intelligences collectives ». Cela n’effaçant pas les dimensions conflictuelles.

  • 88 « La complexité contraint à la sélection, et cela vaut également dans les tentatives visant à théma (...)

33Depuis les travaux, entre autres, du groupe dirigé par G. Bowker, S.L. Star, W. Turner et Les Gasser [Bowker et al., 1997], on sait que les nouvelles pratiques cartographes  des flux et des interactions à l’intérieur des organisations, sont un élément clé des pratiques réflexives, une condition d’évolution des dynamiques socio-cognitives. Le fameux « mapping in the making » résonant avec le besoin de simplexité [Berthoz, 2009], ou dit encore autrement, avec la nécessité pour les systèmes et organisations complexes de produire des procédés auto-simplifiants (ici, les cartes en temps réel de ce qui circule) permettant à ces organisations de s’utiliser comme instance de leurs propres opérations [Luhmann, 1999 ; Noyer, 2010]88. Les pratiques cartographes s’inscrivent donc dans cette nécessité et elles sont d’autant plus nécessaires que les réticularités sont enchevêtrées : celles à tendance centralisée et celles à tendance a-centrée (c’est-à-dire des réseaux fonctionnant indépendamment d’instances centrales). Les interfaces et applications logicielles (le « design », au sens large, du poste de travail) sont, à n’en pas douter, des actants essentiels de ces transformations.

34Toutefois, il arrive que cette boucle récursive affronte les rationalités décisionnelles de l’organisation. Ainsi, prenons, une fois de plus, le cas des moteurs de recherche. Ils sont de facto chargés de régler le degré de visibilité et d’opacité des ressources d’information disponibles. Quand la possibilité d’une visibilité et d’une orientation augmentée est perçue comme un risque par les chefs de projets, les logiques de l’efficacité collective peuvent être ré-examinées. Cette dimension est particulièrement sensible pour des collectivités territoriales (mais tout type d’entreprise peut y être confronté). Par exemple, à la faveur d’une réflexion sur l’acquisition d’un moteur de recherche évolué, un responsable Intranet d’un Conseil Régional nous exprimait ses craintes :

« On va voir ce que chaque chef de service produit et ce qui est mis en place pour chaque commune ? Ne risque-t-on pas de mettre en visibilité l’absence d’équité entre des actions menées sur un territoire ? Comment pourrait-on maintenir un privilège d’information par rapport aux élus de l’opposition qui peuvent eux aussi utiliser l’intranet ? Faut-il risquer de perdre un avantage concurrentiel sur l’information ? ».

35La puissance d’indexation et les algorithmes classificatoires ouvrent ici des potentialités inédites face auxquelles la définition d’un périmètre de visibilité (qui est aussi périmètre de connectivité), la définition de droits de consultation (attachés à chaque utilisateur et idéalement, pris en compte par le moteur) se posent en tant que réponses au désir de maîtrise toujours présent.

36La dynamique réflexive portée par les espaces numériques varie donc d’une organisation à l’autre. Les graphes ainsi constitués à partir des traces, des micro-agencements (ou mieux encore, des « événements »), ces traces de trajectoires, traces processuelles, traces comportementales, etc., accroissent nos niveaux de description des relations. Un des défis que doit relever la politique d’interfaces est alors de se doter de « communications par écrans », de sémiotiques, capables d’exposer des ensembles de données et de graphes de plus en plus riches et complexes. Pour une part, la mission de simplification (certains parleront de règlement de la surcharge cognitive) est aujourd’hui justement déléguée au sur-codage, à la programmation et aux algorithmes. C’est là que se joue la création de cartes à plusieurs niveaux d’échelle, de « diatopes » sophistiqués superposant des plans différents, des plans qui participent à chaque fois à l’actualisation des territoires, à leur singularisation. Pour une seconde part, elle reste dans les mains des responsables de projet et du management. Ces derniers peuvent décider des données à associer (ou à dissocier), des listes d’objets informationnels qui feront partie ou pas du territoire à exploiter, des référentiels à intégrer dans une application, des « zones de listes » présentes dans les formulaires (listes des sociétés, de zones géographiques, de métiers, des compétences, de niveaux de formation, de diplômes, etc. Réalisé par une équipe dont les membres défendent tous leurs spécificités, les routines et les intérêts des entités différentes qu’ils représentent, cet exercice réflexif doit aboutir à un script commun (un modèle d’usage de l’interface) et cela n’est pas toujours chose aisée…

L’économie socionumérique de l’entreprise

37Le déploiement récent des plates-formes de type « réseau social » au sein des organisations est l’occasion d’examiner (et de questionner) l’instauration de nouvelles territorialisations numériques à partir d’un puissant dispositif de surcodage sémiotique : surcodage des utilisateurs, des collectifs, des pratiques, des documents, des subjectivités, des relations entre documents et entre les utilisateurs. Ces dispositifs articulent de multiples sémiotiques signifiantes et a-signifiantes, ces dernières relevant de programmes informatiques en charge (notamment) de l’activation des relations (sociales et documentaires). Tout cela participe au striage intensif des organisations, à l’élaboration, comme nous l’avons déjà évoqué, des régimes de connectivité et de réflexivité.

Data Management et Social Engineering

38Au départ, il y a les bases de données. Certaines d’entre-elles proposent un ensemble d’entrées déjà pré-identifiées et pré-renseignées : des tables listant des lieux, des langues, des fonctions, des actions possibles (accepter ou refuser une mise en relation avec un collègue par exemple), un véritable thésaurus organisationnel. S’y ajoutent des tables vierges encore de tout contenu : des tables qui listeront les salariés qui s’enregistreront dans l’application (ils prendront le statut de membres), les groupes créés au fur et à mesure (ils prendront souvent le statut de communautés), etc. Le système de gestion de base de données relationnelles (SGBDR) est fait de programmes qui vont servir d’intermédiaires entre les bases de données et les utilisateurs. Il effectue donc une médiation (l’activation étant pour une grande part transparente, l’utilisateur n’a pas « accès » à toutes les opérations effectuées). Les programmes ont leur propre grammaire : ils se distinguent selon la manipulation des données qu’ils effectuent, selon la restitution faite à l’utilisateur d’une activation de fonctionnalité, selon la capacité à associer des tables avec d’autres, etc.

39Une société de conseil sur les dispositifs « réseaux sociaux » en entreprise indique à ce propos :

« Lors de leur utilisation des RSE, les utilisateurs sont amenés à publier des informations et des contenus personnels ou non. Cela va des données déclaratives comme les contenus, les profils riches, les tags ou les « likes », aux données plus dynamiques comme la proximité relationnelle ou les données d’audit comme la liste des pages visitées et documents téléchargés. Ces données sont présentes dans le système et peuvent potentiellement être utilisées afin de suggérer des personnes et contenus aux utilisateurs mais aussi pour analyser les comportements des utilisateurs et comprendre le fonctionnement du réseau. »

40Nous présentons ci-dessous quelques tables de données (ou objets) utilisées dans une plate-forme d’une grande entreprise : elles concernent les volets « Profils » et « Communautés ». Cet exemple montre l’étendue des traces exploitées, les modes de qualification des documents, des individus et de leurs pratiques : le dispositif s’appuie sur différentes composantes sémiotiques attachées aux programmes et à leurs interfaces, composantes dont nous préciserons certains aspects.

Données associées à « PROFIL » : Racine « fiche profil »

Propriétés annuaire entreprise

Propriétés enrichies (par le salarié)

Civilité

Responsable

Photo ; Langues parlées ; Centres d’intérêts ; Qui je suis (about me) ; J’aime / J’aime pas ; J’aimerais / mes objectifs ; Ma formation ; Parcours professionnel ; Mon site web

Nom

Affectation principale

Prénom

Affectation secondaire

Identifiant groupe

Manager fonctionnel

Téléphone (s)

Langue utilisée

Mobile

Fonction

Bureau

Compétences

Adresse

Missions

Email

Propriétés système

Paramétrages des notifications

Identifiant / Mot de passe

Charte signée (conditions générales d’utilisation) ; Date d’adhésion

État du compte annuaire

Dernière mise à jour du profil

Url du blog (site personnel, si existant)

Fonctionnalité d’activation sociale*

Langue préférée pour les mails

Fréquence d’envoi des notifications sur l’activité des contacts ; Fréquence d’envoi des notifications sur l’activité des communautés

Être averti (sur mes communautés) : des nouvelles annonces ; des nouvelles discussions ; des nouveaux dépôts de documents ; des nouveaux adhérents ; des nouveaux événements.

* Présentation éditeur : « Cette fonctionnalité fournit au sein du réseau social un environnement dans lequel les acteurs peuvent mettre à profit leurs relations pour accomplir des travaux ensemble. Chacun peut actionner ses relations en créant une conversation privée ou publique sur sa page personnelle, prendre part à des communautés ou créer ses propres communautés. Les conversations peuvent démarrer directement dans le réseau social, et se poursuivre dans la messagerie, permettant aux utilisateurs d’adopter les nouveaux usages conversationnels à leur rythme sans pénaliser leur adoption par l’ensemble du groupe. Elle favorise aussi le partage volontaire ou la propagation automatique des informations et des interactions au sein du réseau social. »

Données associées à « PROFIL » : Racine « Base Sociale »

Contacts 

Appartenances communautaires

Nom, Groupe, Lien vers fiche profil

Nom de la communauté, URL

Tags et Notes

Demandes de mises en relation

URL de la page taggée, Titre du tag

Contenu de la note

Date de la demande, Emetteur, Destinataire

Message

Données associées à « PROFIL » : Racine « Site personnel »-« Micro-blogging »

Documents publics

Documents privés

Nom, Titre, Description, Type de fichier, Date de dépôt, Date de dernière modification, Auteur du dépôt

Nom, Titre, Description, Type de fichier, Date de dépôt, Date de dernière modification, Auteur du dépôt

Blog

Micro-blogging

Billets de blog : titre, corps, catégorie, auteur, date de création, date de publication

Catégories : titre, auteur, date de création

Commentaires de billets : contenu du billet, ID du billet

Mur : contenu, date

Conversations privées : contenu, date, participants, élément de conversation parent

Conversations publiques : contenu, date, participants, élément de conversation parent

Images

Humeur du jour

Données associées à « Communautés » 

Critères de l’annuaire des communautés

Nom, Secrète, Privée, Publique, Description, Animateurs, Nombre de membres, Langue par défaut, Date de création, Date de dernière contribution

Membres d’une communauté

Civilité, Nom, Prénom, Coordonnées, lien vers la fiche profil complète

Pages d’articles

Titre, corps, auteur, date de création, date de modification, créateur

Documents

Nom, Titre, Description, Type de fichier, Date de dépôt, Date de dernière modification, Auteur du dépôt, Créateur

Annonces

Titre, corps, expire le, évaluation, nombre d’évaluations, date de création, date de modification, auteur, créateur

Calendriers

Localisation, heures de début et de fin, journée entière ?, périodicité, pièce jointe, espace de travail associé (URL)

 

Forum

Blog

Objet/Sujet, corps, évaluation, nombre d’évaluations, date de création, date de modification, auteur, créateur

Billets de blog : titre, corps, catégorie, auteur, créateur date de création, date de publication, date de modification

Catégories : titre, auteur, date de création

Commentaires de billets : contenu du billet, ID du billet

WIKI

Pages : nom, titre, commentaire, contact, email, nom du contact, image du contact, contenu de page, évaluation, nombre d’évaluations, catégorie wiki

Catégories

Documents : Nom, titre, description, type de fichier, date de dépôt, date de modification, auteur

Images : Nom, titre, description, type de fichier, date de l’image, date de dépôt, date de dernière modification, auteur du dépôt

Enquêtes

Nom de l’enquête, description, date de création, nombre de réponses

  • 89 Exemple de hiérarchisation des statuts en fonction de l’implication des utilisateurs dans un groupe (...)
  • 90 Dans une application, l’évaluation est présentée sous le terme de « social action » et regroupe des (...)

41Cette plate-forme collecte ainsi un premier ensemble de données ayant pour but de décrire, selon un référentiel spécifique, des profils d’utilisateurs et des groupes constitués (un collectif réuni autour d’une problématique professionnelle par exemple). Nous associons cette première catégorie de données à la classe des « composantes identificatrices » : pour un individu, son identité, ses coordonnées, ses compétences, le poste occupé, son rôle et ses droits dans la plate-forme89 ; pour une communauté : son titre, la date de création, le nombre de contributeurs, le nombre d’abonnés ou encore de visiteurs... Elles peuvent être produites par les utilisateurs eux-mêmes ou être alimentées par d’autres bases de données (à titre d’exemple, pour la description formelle d’un individu, par un méta-annuaire de gestion des droits, par une base de données de la direction ressources humaines alimentant automatiquement certains champs du « profil »). Un second ensemble de données est relatif aux écritures-textes produites par chacun des membres telles que les « conversations » et « contributions » (sous une forme longue ou une forme courte comme un tag par exemple), les documents produits selon divers formats et au sein de divers espaces associés (blogs, wikis, forums, etc.). Ceci constitue la classe « des composantes narratives » à laquelle s’ajoute la classe des « composantes d’indexation » des membres et des textes-documents (qualification et évaluation par des tags90, par des notes utilisées dans le « scoring-rating » d’individus ou d’informations). Un quatrième ensemble concerne les enregistrements d’actions liées aux pragmatiques des interfaces, à leurs diverses fonctionnalités. Il s’agit de la classe des « composantes expérientielles » : elles se rapportent à des traces de pratiques, souvent décrites par des événements (« Mr X a taggué tel membre du réseau, a mis à jour tel document, s’est inscrit dans tel groupe… » ; information publique sur la mise jour d’un profil avec précision d’une date ; information sur l’activité d’une communauté comme le dernier document publié…) ou reposent sur des activations fonctionnelles (« être averti sur les dernières activités du groupe » ; « suivre les activités de tel membre » ; « activer mon mur » ; « demander une mise en relation », etc.). Plusieurs événements sont quantifiés comme le nombre d’évaluations d’un document, de consultations de celui-ci, etc.

  • 91 Gestion Électronique de Documents.
  • 92 Il s’agit de « relier » les salariés membres de la plate-forme aux acteurs externes qui n’ont pas a (...)
  • 93 Cette interconnexion avec les données RH apparaît pour beaucoup essentielle, notamment pour gérer e (...)

42Enfin, mais de manière encore émergente, le dialogue entre bases de données différentes peut être étendu à des applications tierces : les bibliothèques documentaires (liaison avec certaines fonctionnalités de la GED91), les clients messageries (autorisant dans certains cas, l’import d’une discussion avec un interlocuteur externe dans l’espace « réseau social interne »92, les applications ressources humaines93, les applications métiers, le moteur de recherche de l’intranet général, etc. Cet interfaçage s’opère à partir de « connecteurs » : ainsi, une synchronisation peut être réalisée entre un document présent dans une base et une « conversation » du réseau social. Le document est contextualisé, « augmenté » des commentaires. Ces données et les composantes auxquelles elles se rattachent (catégorisées ici en quatre groupes à des fins de simplification) sont exploitées par le système, ses programmes, ses fonctionnalités.

  • 94 Un postulat fréquent dans les entreprises (reprenant certains principes de sites internet) est de m (...)

43Ce cas interroge, à plus d’un titre, l’anthropologie organisationnelle en cours de constitution. Il témoigne du passage au sein de l’entreprise des scripts d’usages retenus par les réseaux sociaux bien connus sur le web, de la puissance de réplication portée par les processus de « performations machiniques » [Carmes, 2010]. Mais ce déplacement pourrait être largement négocié, débattu. La construction des « autorités », par exemple, reprenant les mêmes types de fonctionnalités que sur internet, relève d’un choix managérial portant de fortes dimensions socio-politiques : quelles sont les finalités et les conséquences de certaines procédures comme le « rating » d’un document94, l’évaluation d’un membre, la constitution d’une hiérarchie entre experts et profanes d’un sujet ? De plus, les différentes classes de composantes (identificatrices, narratives, indexatrices, expérientielles), qui peuvent s’associer à bien d’autres informations issues d’applications et de systèmes d’information divers, témoignent de la prolifération incessante des descripteurs et des données au sein des entreprises. Certes, l’objectif d’un tel dispositif peut être l’enrichissement des interactions internes et le soutien à de nouvelles dynamiques de participation et de socialisation (ce à quoi, il peut contribuer). Néanmoins, à rebours de ce qu’énoncent certains commentateurs, le Système d’Information organisationnel reste toujours (et plus que jamais) un agencement des processus de création/prélèvement/capture des données. À notre sens, nous n’assistons pas au passage d’un « SI centré données » à un « SI social », mais à l’expansion des technologies relationnelles (d’écritures des relations entre documents, pratiques, individus), à une « grammatisation sur-déterminante » de ces relations :

« La grammatisation est ce qui permet la discrétisation et la reproduction des flux par lesquels les individus et les groupes humains s’individuent (deviennent ce qu’ils sont) en s’exprimant, […]. Il ne s’agit de rien de moins que d’une nouvelle technologie politique, au sens où Foucault parlait de technologies de pouvoir. Mais ici, l’enjeu n’est plus seulement le biopouvoir, mais le psychopouvoir. » [Stiegler, 2010]

Les vues du réseau 

44Les capacités d’associations deviennent donc une dimension centrale des modes d’existence au travail. L’argument « social » de ces nouvelles plates-formes d’interactions invite à penser les salariés comme « nexus », à penser l’organisation à partir d’éthologies relationnelles et comportementales. Le focus sur les « profils » des membres, sur l’équipement sémiotique de ces derniers, en est une illustration frappante. Les sémiotiques signifiantes sont ici dominantes : elles nourrissent une économie performative « des identités », des autorités, du capital social et symbolique dont le présupposé est que la « création de valeur » peut être tirée du nombre de contacts attachés à un membre ou de sa position dans le classement des contributeurs les plus actifs. L’injonction à prendre soin de sa « e-réputation » interne n’est jamais très loin (certaines entreprises, comme IBM, proposent déjà des flux d’information « temps réel » dédiés au « buzz around you », consultables par l’ensemble de l’entreprise). Mais, l’essentiel n’est sans doute pas là.

45On l’a déjà exposé, un salarié (comme une équipe, une organisation entière) est le produit de relations. La connectivité est l’élément de différenciation des organisations et les capacités de réflexivité collective, un enjeu cognitif et politique. L’examen de ces différents régimes organisationnels implique l’analyse des choix opérés et de leurs processus d’élaboration, des modes d’encadrement des pratiques et de l’action des programmes automatiques.

Opacité /transparence

46Qu’est-ce qui préside à l’élaboration des modes d’exposition des liens et sous quelles conditions se décide une mise en connectivité généralisée de tous les membres ? Cela est en effet possible : des paramétrages (de type « connect all ») peuvent permettre à tous les membres d’une plate-forme de rentrer en contact les uns avec les autres, de faire en sorte que tous les utilisateurs deviennent membres de tous les groupes, que tous les utilisateurs de la plate-forme deviennent rédacteurs, etc. Dans les faits, toutefois, la plupart des grandes organisations semblent retenir le principe selon lequel les collectifs ne peuvent fonctionner qu’à la condition d’un maintien des filtres et des coupures nécessaires à la co-existence de micro-mondes.

  • 95 Dans la perspective de M. Granovetter [Granovetter,1973/1983], un pont est considéré comme « une li (...)

47Quels sont les paramétrages les plus fréquemment sélectionnés pour définir le degré de visibilité des profils et des communautés ? Les options sont multiples et relèvent (notamment) d’une décision managériale (plus rarement locale, c’est-à-dire de l’utilisateur lui-même) : sélection dans les champs de données, des composantes d’un profil salarié qui le décriront publiquement ; sélection des descripteurs attachées aux communautés ; sélection d’un niveau de confidentialité pour un groupe (public et ouvert à tous, privé et accessible seulement sur acceptation du fondateur ; secret et non référencé dans l’annuaire des groupes et par le moteur de recherche, etc.). Le régime de visibilité s’évalue à l’aune des rapports sociaux, des rapports pouvoirs-savoirs, des zones de transparence et d’opacité, des rapports de surveillance, qui caractérisent l’organisation. Ainsi, si certains managers déplorent la fréquence des demandes de création de groupes « secrets » (dont le sujet pour l’administrateur général peut sembler ne pas requérir un tel niveau de confidentialité), nombreux sont les salariés qui conditionnent leurs usages des plate-formes au maintien d’une maîtrise totale du degré de visibilité des données qui se rapportent à eux ou aux groupes dont ils sont membres. La publicisation ouverte de son réseau de collègues peut être perçue comme une fragilisation stratégique des réseaux informels constitués pendant plusieurs années, comme un dévoilement possible de sa position d’intercesseur (de « broker » ou de « bridge ») entre groupes de travail disjoints. Il y a en effet à prendre en compte toutes les subjectivités qui peuvent être liées à l’occupation des « trous structuraux » et à l’activation des « liens faibles »95.

48L’hyper-connectivité réflexive comme paradigme managérial dominant n’est donc pas sans poser problème, les dispositifs sur lesquels repose le vaste processus de filtrage des flux et des associations (les passages et les rétentions) occupant alors une place stratégique dans les moyens de pilotage sémiotique. En se référant à un texte de M. Foucault, G. Deleuze nous rappelle que le pouvoir « est un ensemble d’actions sur des actions possibles » : « Inciter, induire, détourner, rendre facile ou difficile, élargir ou limiter, rendre plus ou moins probable…Voilà une liste de catégories de pouvoir. » [Deleuze, 1986]. Toute la puissance politique des moteurs s’exprime là.

Recommandations

49Nous avons vu quelques présupposés liés aux dynamiques « d’agrégations volontaires » pour former ce l’on appelle des « communautés » et qui peuvent prendre – le plus souvent – la forme de « cliques » composées « de liens forts » et marquées par toute une économie de la confiance (des états de confiance et de leurs équipements). Cette approche s’enrichit encore des programmes logiciels.

  • 96 Extrait d’une présentation éditeur : « Le moteur de recommandation sociale est un module d’extensio (...)
  • 97 Tel que le réseau « d’amis » sur Facebook, certaines solutions permettent de sélectionner le mode d (...)
  • 98 Il conviendrait d’examiner l’actualisation de ces processus d’homophilie dans le contexte organisat (...)
  • 99 La négociation et la gestion des régimes de connectivité et de réflexivité peuvent engager à une au (...)

50Dans le cas d’un réseau socio-numérique d’entreprise, quelles sont les associations automatiques opérées entre les composantes identificatrices/ narratives/indexatrices/expérientielles ? Pour un manager ou plutôt pour un collectif de managers, il convient ici de définir des champs de données à exploiter et un mode de connectivité entre les différents descripteurs, de déterminer les moyens de restitution des relations (listes, facettes, cartes...). Cette définition va s’appuyer pour partie sur les algorithmes du moteur de recherche du réseau social et de recommandations96. Sur ce point, le principe est de suggérer au salarié « une mise en relation » (consulter les profils de tels collègues, adresser une demande pour l’intégration réciproque à la liste des contacts, etc.97). Répliquant les modèles associatifs proposés par les réseaux sociaux du web, les suggestions peuvent être établies sur la base d’une proximité structurelle au sein du réseau de relations (suggestion d’intermédiaires – de ponts – pouvant réduire la « distance » entre deux individus), d’une prédisposition à l’homophilie98 et/ou sur la base de « mots- clés » communs. La « théorie d’action » communautaire reste celle d’une mimesis sociale ou d’un « commun » (des valeurs ou un projet partagé), tel que F. Tonnïes l’a proposé en son temps99, tout cela reposant sur une gestion puissante des inter-connexions possibles, sur des règles destinées à « sécuriser » l’ensemble.

51Déterminer la pertinence des champs de données à exploiter automatiquement est donc affaire complexe. Pour concevoir le système de recommandation, faut-il retenir les compétences auto-déclarées par l’utilisateur (mais pas toujours renseignées et formulées de manière aléatoire), les centres d’intérêt, le métier (mais dans une entreprise, il peut exister différentes dénominations), la direction de rattachement, le responsable hiérarchique (qui ne ferait qu’agréger autour de lui l’équipe déjà constituée), la localisation géographique, les documents et contributions éventuellement produites par l’utilisateur, le titre et les thèmes des communautés, les communautés seulement consultées par les différents utilisateurs, les évaluations (le champ score) associées aux membres, etc. ? Faut-il actionner tout ou partie de ces descripteurs ?

  • 100 Exemple de présentation de son application par un éditeur : « Grâce au moteur de recommandation soc (...)
  • 101 Il faut distinguer l’utilisation de la similarité qui est effectuée dans ces réseaux sociaux de la (...)

52Le modèle de « socialisation » choisi passe donc au filtre de ce que l’on pourrait appeler une indexation organisationnelle (adossée à un modèle de la pertinence), une algorithmique sociale et cognitive100. Celle-ci va potentiellement affecter les stratégies managériales et les politiques ressources humaines, les dynamiques de coopération (de « transversalité »), l’enrichissement des pratiques et des expériences, la capitalisation des connaissances et l’innovation. On peut concevoir l’intérêt que représente une recommandation de documents ou de communautés traitant de thématiques identiques aux siennes, une suggestion de contact avec d’autres salariés travaillant sur les mêmes sujets que vous. Toutefois, la similarité sociale et cognitive, comme principe dominant du calcul de la « pertinence » des recommandations, comme modèle incitatif et performatif, n’est pas sans poser question101. En effet, les combinatoires proposées (le matching entre données) évacuent tous les processus socio-cognitifs qui reposent sur la différenciation des êtres, la singularité d’un thème, le surgissement de relations entre « mondes » a priori discontinus. In fine, la cristallisation des réseaux pré-existants (pensés comme tel) semble la règle choisie, et les effets de « reinforcement » apparaissent pour le moins en contradiction avec les dynamiques transformationnelles recherchées.

Graphes

  • 102 Le Graph Search de Facebook, lancé en janvier 2013, basé sur les informations renseignées par les u (...)
  • 103 Plusieurs solutions technologiques rendent déjà ces traitements possibles. Quant au Timeline de Fac (...)
  • 104 Les auteurs proposent : “A modeling system to capture” and “represent the varied perspectives to th (...)

53Ces listes établies à partir d’un moteur de recommandation et du moteur de recherche de la plate-forme se présentent comme des cartes relationnelles plus ou moins riches, comme des ontologies dynamiques. Compte tenu des limites décrites ci-avant pour le premier, la performance du second repose alors sur une capacité à proposer des explorations ouvertes, des relations fortuites et une restitution de vues hétérogènes (multi-échelles) du réseau : non seulement des individus, des temporalités, des lieux, mais surtout, des discussions et documents variés qui y sont attachés. Les interfaces de recherche doivent pouvoir offrir une possibilité d’accès à des points de vue différents sur un thème, aux débats, aux « mondes associés » d’un questionnement. Ces interfaces pourraient contribuer à la production de boucles successives d’actualisation des relations socio-sémantiques, ouvrir à de nouveaux processus « d’individuations réflexives » [Stiegler, 2012]. Or, cette perspective nous semble encore très faiblement investie par les organisations. La réflexivité managériale « de l’entreprise 2.0 » est obsédée par le « graphe social » comme condition de régulation et de stimulation des collectifs. Ainsi, des questionnements émergent ça et là sur l’importation dans l’entreprise d’un « social graph » et d’un « graph search »102 à la Facebook, sur la visualisation des structures réticulaires qui définiraient chaque salarié membre, sur les moyens d’accès aux informations comportementales ou traces expérientielles (« suiveurs » et « suivis », expertises calculées au fil des contributions, degré d’interaction avec les autres, « Timeline » du salarié103...). Le devenir-graphe de toute entreprise, de tout collectif, est en marche. Il peut s’alimenter de tout type de données mais ce ne sont pas les graphes inhérents à une exploration réflexive des prises de décision et de la construction de connaissances en organisation qui sont privilégiés (voir la fécondité toujours actuelle du « Mapping socio-technical networks in the making »)104. Ce qui est actuellement visé est une représentation du portefeuille de compétences (un retour « des arbres de compétences/connaissances » des années 1990 ?), des trous béants dans le réseau des connaissances et des coopérations, voire – plus simplement – une représentation de la distribution géographique (ces cartes géolocalisent et indiquent les distances kilométriques entre membres d’un réseau), mais surtout, l’enjeu semble l’objectivation du réseau social « informel » : « révéler l’invisible par l’analytics » selon les commentateurs professionnels).

L’ « organisational network analysis »

54Les différentes composantes de la sémio-politique des réseaux socio-numériques s’appuient donc massivement sur les moteurs. Ces derniers agissent selon un processus génératif de graphes-cartes reposant sur le crawl, l’indexation, les algorithmes. La fouille de données (datamining) appliquée à l’entreprise peut avoir des fins multiples. Parmi celles-ci, il y a le dessein possible d’une veille organisationnelle enrichie (allant d’un « panopticon hérité » à une redistribution des réseaux de savoirs), ou encore d’une meilleure compréhension de ses dynamiques sociales, de la morphogenèse des réseaux, donc toujours couplée à une technogenèse, aux processus multiples de performation technique. Pour l’instant, en termes d’analyses des réseaux, l’organisation, ainsi « mise en équation », reste focalisée sur des indicateurs simples, pour ne pas dire triviaux. En premier lieu, on voit s’établir ce que certains désignent un « ROI » social (Return on investment), ou encore un « ROSL » (pour Return On social Link) : les critères retenus sont le niveau d’adoption (nombre de salariés inscrits sur la plate-forme et dans les communautés)105, le nombre moyen d’individus présents dans la liste des contacts d’un membre, le volume de documents publiés. Il s’agit encore d’identifier le ou les membres les plus actifs. En second lieu, une perspective plus organisationnelle chercherait à étudier les modes d’interactions entre entités (mesurer les échanges entre services ou pays), l’évolution des flux d’interactions dans le temps. Troisièmement, une couche fonctionnelle dédiée à l’analyse (plus « qualitative ») d’une plate-forme aurait pour objectif d’exploiter la masse d’information laissée par les « activités sociales » : il s’agirait « de mieux connaître les centres d’intérêt d’un utilisateur, ses expertises reconnues ainsi que les relations entre les individus, tout en fournissant des services de mise en relation. » Enfin, l’intérêt peut se porter sur l’identification des salariés-attracteurs, sur la construction des autorités micro-locales, sur les zones d’influences et les réseaux « informels ». Parmi la profusion de prestations « d’analyses réseaux » qui s’annonce, on pouvait lire récemment cette recommandation d’un prescripteur : « Relationships between people are invisible. By making them visible you can make them controllable. You can illuminate gaps in collaboration, you can build them and you can strengthen them106 ». Voilà clairement exprimé le choix politique de certains et leur phantasme de maîtrise.

55Il apparaît nettement qu’en matière d’analyse réseaux et de « métriques », les responsables tâtonnent et que (contrairement à ce que les « experts » professionnels les plus audacieux annoncent), les approches socio-sémantiques sont loin d’être simples à mettre en œuvre. Pour engager ce mouvement, il s’agirait de se défaire aussi de toute la rhétorique qui tend à dépolitiser l’organisation et le monde du travail. Quelques-uns appellent de leurs vœux la sortie des slogans sur « le 2.0 », mais dans le même temps, ils peuvent auto-proclamer la fin des hiérarchies formelles (« le sociogramme a remplacé l’organigramme »). Rares sont ceux qui se risquent à ouvrir « la boîte noire » de leur organisation. On peut voir là une perpétuation de la distribution des pouvoirs (certaines applications d’entreprises lient d’ailleurs le profil du salarié membre avec une visualisation de sa place dans l’organigramme officiel), la construction de nouvelles autorités, l’émergence de nouveaux rapports de force. Car, rappelons-le, selon les agencements qui les constituent (leur milieu de déploiement), les formes réticulaires sont hétérogènes. Que ce soit au niveau de l’ensemble de l’organisation ou dès le niveau des micro-collectifs, vous pouvez voir cohabiter des modes centralisés, hiérarchisés et des modes a-centrés, distribués ; vous pouvez constater le développement conjoint d’un rogue swarm (l’essaim éphémère d’un groupe de quelques salariés) et d’un mainframe grid (un réseau fortement structuré et relativement stable). Les sémiotiques portées par les applications ne cessent de travailler cette hybridation entre des devenirs polycentriques et des règles immanentes aux processus organisationnels, de relancer ce mélange du « lisse » (un espace qui ne connaît ni sujet, ni métrique, mais seulement des flux et des événements) et du « strié » (un espace hiérarchisé, surcodé, ordonné et fini). [Deleuze, Guattari, 1980].

56Cette complication entre différents modes, sa fécondité même, se situe justement dans les possibilités offertes par des cartes dynamiques des réseaux de savoirs (des réseaux socio-sémantiques), qui en étant redistribués de manière très large, ouvertes à des actualisations multiples (bottom-up), pourraient être un levier majeur d’innovation. Ce partage de la réflexivité est, à notre sens, une des conditions des transformations organisationnelles et de leurs écologies socio-politiques.

Bibliographie

[Akrich, 1987] Akrich, Madeleine, 1987, « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et culture n°9, p.49-64.

[Berthoz, 2009] Berthoz, A., (2009) La Simplexité, Edition Odile Jacob, Paris

[Burt, 1992] BURT Ronald S. (1992), Structural holes. The Social Structure of Competition, Cambridge, Harvard University Press

[Boullier, 2009] Boullier, Dominique, 2009, « Au-delà des territoires numériques en dix thèses », in F. Rowe (ed.), Sociétés de la connaissance et prospective - Hommes, organisations et territoires, Nantes, Université de Nantes et Conseil Général

[Bowker et al., 1997] Bowker, Geoffrey, Leigh Star, Susan, Turner William and Gasser Les (dir), 1997, Social Science, Technical Systems, and Cooperative Work : Beyond the great divide., Publisher : Lawrence Erlbaum Associates

[Carmes, 2010] Carmes, Maryse, 2010, « L’innovation organisationnelle sous les tensions performatives : propositions pour l’analyse d’une co-construction conflictuelle des politiques et pratiques numériques », in Debos F. (dir), Piloter l’entreprise numérique, Les Cahiers du Numérique, Hermès-Lavoisier, n° 4/2010, p.15-36

[Carmes et al., 2012] Carmes, Maryse et Andonova, Yanita, « Les politiques numériques internes à l’heure de l’e-administration », in Guilhaume G., Monseigne A. (coord), La mutation du métier de communicant public, Revue Communication & Organisation, Presses Universitaires de Bordeaux, n° 41, p 87-100

[Esposito, 2010] Esposito, Roberto, 2010, Communauté, Immunité, Biopolitique, Edition Les Prairies Ordinaires

[Deleuze et al., 1980] Deleuze, Gilles et Guattari, Félix,1980, Mille Plateaux - Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Les éditions de Minuit (coll. « Critique »)

[Deleuze, 1986] Deleuze, Gilles, 1986, Cours du 14/1/1986 - 2 Transcription : Annabelle Dufourcq, http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=442

[Genesko, 2008] Genesko, Gary., 2008,“Banco sur Félix. Signes partiels a-signifiants et technologie de l’information », Multitudes, 2008/4 - n° 34

[Granovetter,1973] Granovetter, Mark, 1973, The Strength of Weak Ties, American Journal of Sociology, 78, May, 1360-1380.

[Granovetter,1983] Granovetter, Mark, 1983, The Strength of Weak Ties : A network theory revisited, Sociological Theory, Volume , 201-233.

[Guattari, 1992] Guattari, Félix, 1992, Pour une refondation des pratiques sociales, Le Monde Diplomatique, octobre 1992, p. 26- 27

[Guattari et al., 1983] Guattari, Félix et Alliez, Eric, 1983, « Le Capital en fin de compte : systèmes, structures et processus capitalistiques », in Revue Change International, Travail/Energie : la crise et l’apocalypse, Numéro 1 

[Lazzarato, 2006] Lazzarato, Maurizio, 2006, Le « pluralisme sémiotique » et le nouveau gouvernement des signes. Hommage à Félix Guattari, http://eipcp.net/transversal/0107/lazzarato/fr, consulté le 5/12/2010

[Lacoste, 2006] Lacoste, Yves, 2006, Géopolitique, la longue histoire d’aujourd’hui, Larousse

[Latour, 1984] Latour, Bruno, 1984, Les Microbes. Guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, Métailié, « Pandore », réed. Paris, La Découverte, « Sciences humaines et sociales », (2001)

[Latour, 2010] Latour, Bruno, 2010, « La mondialisation fait-elle un monde habitable », in Prospective périurbaine et autre fabrique de territoires, Territoires 2040 n°2, DATAR, La Documentation française

[Latour, 2012] Latour, Bruno, 2012, Enquête sur les modes d’existence, Une anthropologie des modernes, La Découverte

[Luhmann, 1999] Luhmann, Niklas, 1999, Politique et complexité, eds Du Cerf, Paris

[Merzeau, 2009] Merzeau, Louise., 2009, De la surveillance à la veille, Cités, Presses Universitaires de France 2009/3 - n° 39

[Noyer, 2010] Noyer, Jean-Max, 2010, « Connaissances, pensées, réseaux à l’heure numérique : pour une nouvelle renaissance », in Organisation des connaissances et web 2.0 : De l’organisation hiérarchique centralisée à l’organisation sociale distribuée, in Mustafa el Hadi, Hudon (dir), Les Cahiers du Numérique, n°6/3

[Noyer, et al. 2011] Noyer, Jean-Max et Carmes, Maryse, 2011, « Les interfaces machiniques comme problème sémio-politique », in Broudoux E. et Chartron G. (dir), Enjeux politiques du document numérique, 3e conférence Document Numérique et Société, eds ADBS, p. 193-216.

[Palpacuer et al., 2010] Palpacuer, F., Leroy, M. et Naro, G. (coord.) Management, mondialisation, écologie : regards critiques en sciences de gestion , Editions Hermès Sciences

[Rosa, 2010] Rosa, Hartmut, 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, coll. « Théorie critique »

[Simondon,1989] Simondon, Gilbert, 1989, L’Individuation psychique et collective, Aubier

[Souriau, 2009] Etienne, Souriau, Les différents modes d’existence. Suivi de « l’Oeuvre à faire » (précédé d’une introduction « Le sphinx de l’oeuvre » par Isabelle Stengers et Bruno Latour), PUF, Paris (1943)

[Sloterdijk, 2006a] Sloterdijk, Peter 2006 (trad.), Écumes, Sphères III, Hachette Littérature, Coll. Pluriel, traduit par [Olivier Mannoni (2003, édition originale)

[Sloterdijk, 2006b], Sloterdijk, Peter 2006, (trad.), Le palais de cristal, À l’intérieur du capitalisme planétaire, Maren Sell Éditeur (2005, édition originale).

[Stiegler, 1994] Stiegler, Bernard, 1994, Temps et individuation technique, psychique, et collective dans l’oeuvre de Simondon, http://multitudes.samizdat.net/Temps-et-individuation-technique.html, consulté le 10/01/2010

[Stiegler, 2010] Stiegler, Bernard, 2010, in Noyer J.M et Juanals , B. , (sous la dir. de). Technologies de l’Information et Transformation des Intelligences Collectives, Paris : Editions Hermès-Lavoisier, p.57-86

[Stiegler, 2012] Stiegler, Bernard, 2012, « Le bien le plus précieux à l’époque des sociotechnologies », in Stiegler, B. (dir), Réseaux sociaux, Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Collection du Nouveau Monde Industriel, IRI, Fyp Editions, p. 13-36

[Virilio, 1998] Virilio, Paul, 1998, « La bombe informatique », essai sur les conséquences du développement de l’informatique, Galilée

Notes

75 « L’individuation n’est pas l’individualisation, elle est la formation de l’individu, toujours inachevée, toujours liée à d’autres individus, toujours sociale (en même temps que psychique). L’individualisation est bien plutôt une désindividuation. » « L’individuation anthropologique est triple, c’est une individuation à trois brins : psychique, collective et technique. L’individuation humaine est toujours à la fois psychique (« je »), collective (« nous ») et technique (ce milieu qui relie le je au nous, milieu concret et effectif, supporté par des techniques de la mémoire). Cet à la fois constitue en grande partie sa définition, et l’enjeu de sa philosophie. » B, Stiegler, Les entretiens du nouveau monde industriel, www.enmi12.org/

76 « La vitesse n’est pas un phénomène, mais plutôt la relation entre les phénomènes ». [ ] Le temps n’est plus un absolu, l’espace n’est plus un absolu, comme à l’époque de Newton, c’est la vitesse qui est devenue le nouvel absolu. » P.Virilio, 1991, Dromologie : logique de la course, http://multitudes.samizdat.net/Dromologie-logique-de-la-course

77 « Il n’y a pas d’identité, il n’y a que des processus d’identification » rappelle B. Latour. [Latour,1984].

78 Certains travaux sur les usages des réseaus sociaux numériques ont ainsi cédé à la tentation de plaquer des typologies sur des individus à partir de la seule prise en compte des pratiques déclarées par ces derniers, travaux débouchant à des synthèses pour le moins surprenantes et discutables (exemple : « l’exhibitionniste » de Facebook aurait tendance à être de gauche, sur-diplômé et homosexuel).

79 Nous rejoignons la critique de D.Boullier sur l’utilisation qui est faite de l’expression « Territoires numériques ». [Boullier, 2009]

80 L’initiative d’un groupe de réflexion de professionnels de la sécurité informatique (grandes entreprises privées en majeur), et dénommée le « Jéricho forum », a vocation à permettre la confrontation des idées des grands dirigeants et à définir des standards techniques, des directives « pour résister aux risques liées à la sécurité et aux vulnérabilités ». Sa position a ceci d’original qu’elle appelle à faire tomber « les murailles » qui clôturent les organisations (à passer du modèle du château fort au modèle « des hubs » ou aéroportuaire) tout en posant dans ses premiers « commandements » : pour « survivre dans un monde hostile », « les mécanismes de sécurité doivent être omniprésents, simples, évolutifs et faciles à gérer ». Les protocoles d’authentification des acteurs interagissant, prennent ici une place majeure : ils deviennent des équipements de la « confiance ».http://www.opengroup.org/jericho/commandments_v1.2.pdf, consulté le 9/11/2010

81 A la Ratp, l’infrastructure réseau passant par les souterrains doit négocier avec les rats qui sont a priori friands de fibre optique.

82 Ce terme vient du grec topos qui signifie « le lieu » et dia qui signifie « séparation/distinction » et « à travers ». Le diatiope est une représentation formée par la superposition schématique de différents plans. Les diatopes en géographie seraient comparables aux diachronies en histoire et constitueraient une démarche qui cumule temps courts, moyens et longs dans une seule et même analyse. Dans son ouvrage, Yves Lacoste [Lacoste, 2006] propose ainsi une analyse géopolitique à partir de représentations diatopiques destinées à comprendre l’évolution de zones influences, des conflits, des inter-dépendances planétaires. http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1015

83 Au passage, en privilégiant cette orientation « communautaire », l’entreprise n’apparait plus comme un lieu disciplinaire ou d’enfermement (Foucault), un lieu de fixation de la main d’œuvre (Taylor), un lieu de captation de la force de travail (Marx). L’organisation est devenue une constellation de communautés (de pratiques, d’intérêts, etc.) qui constituent l’objet de nombre de recherches en sciences de gestion notamment. Ces dernières ont engagé récemment un travail critique sur leurs postulats, les pratiques, normes et valeurs qu’elles véhiculent, donc sur leurs propres actions performatives sur le monde managérial [Palpacuer et al., 2010]

84 « Les composantes sémiotiques du capital fonctionnent toujours sur un double registre. Le premier est celui de la « représentation » et de la « signification » organisées par des sémiotiques signifiantes (la langue) en vue de la production du « sujet », de l’« individu », du « je ». Le deuxième est le registre machinique organisé par des sémiotiques a-signifiantes (telles la monnaie, les machines analogiques ou numériques de production d’images, de sons et d’informations, les équations, les fonctions, les diagrammes de la science, la musique, etc.) qui « peuvent mettre en jeu des signes ayant par ailleurs un effet symbolique ou signifiant, mais dont le fonctionnement propre n’est pas symbolisme ou signifiant ». Ce deuxième registre ne vise pas la constitution du sujet, mais la capture et l’activation des éléments pre-subjectifs et pre-individuels (affects, émotions, perceptions) pour les faire fonctionner comme des pièces, des rouages de la machine sémiotique du capital ». [Lazzarato, 2006]

85 De ce point de vue, nous nous inscrivons dans le mouvement qui consiste à penser à nouveaux frais la question du machinisme, penser une nouvelle alliance machinisme-humain. [Guattari, 1992]

86 Par exemple, une entreprise n’est pas soumise à l’obligation de doter tous ses salariés d’une messagerie professionnelle.

87 L’accès à internet au travail en Europe en 2011 (source Eurostat/Insee, hors secteur financier, en % de l’emploi) : Au niveau européen, la France se situe dans le milieu tableau. Union Européenne (27 pays) : 43% des employés ont accès à internet au travail (6 points d’écart entre les grandes et petites entreprises). Allemagne : 52% ; Norvège : 66%. Selon le Crédoc, au sein des actifs, la dispersion autour du taux moyen d’accès à internet est très grande : 91% des cadres sont connectés (+14 points entre 2010/2011), contre 71% des professions intermédiaires, 44% des employés et un quart seulement des ouvriers. Corrélation logique, le niveau de diplôme explique pour beaucoup l’accès à internet dans le monde du travail : 78% des plus diplômés disposent d’une connexion, soit deux fois plus que les actifs uniquement titulaires d’un Bepc.

88 « La complexité contraint à la sélection, et cela vaut également dans les tentatives visant à thématiser la complexité elle-même. Chaque auto-observation et chaque autodescription doit dès lors reposer sur une autosimplification. » [Luhmann, 1999, p. 80]

89 Exemple de hiérarchisation des statuts en fonction de l’implication des utilisateurs dans un groupe : le Créateur = référent éditorial et administrateur principal du groupe pour ses abonnés ; l’administrateur = Animateur et co-responsable du groupe ; le rédacteur = personne à laquelle le fondateur et/ou les autres administrateurs ont donné des droits de contributions, de commentaires etc ; le membre = un abonné qui peut consulter les contenus du groupe, recevoir des notifications sur les informations publiées, mais n’ayant ni droits de commentaires ni de contributions au sein d’un groupe ; le visiteur = il n’est pas abonné au groupe public, il a seulement un droit de lecture.

90 Dans une application, l’évaluation est présentée sous le terme de « social action » et regroupe des descripteurs du type « j’aime/j’aime pas », « je recommande », etc.

91 Gestion Électronique de Documents.

92 Il s’agit de « relier » les salariés membres de la plate-forme aux acteurs externes qui n’ont pas accès au réseau social d’entreprise (par exemple dans le cas d’un projet faisant appel à des prestataires).

93 Cette interconnexion avec les données RH apparaît pour beaucoup essentielle, notamment pour gérer en automatique les entrées (recrutement) et les sorties (départ) de salariés (la problématique d’un départ du salarié reste toutefois ouverte : que faire des contributions, documents, qui auraient été produits par celui-ci ? Et donc, doit-on le conserver dans l’annuaire ?)

94 Un postulat fréquent dans les entreprises (reprenant certains principes de sites internet) est de mettre en avant dans l’interface les documents les mieux évalués ou encore les plus téléchargés. Sur ce dernier point, les fonctionnalités d’auto-apprentissage des moteurs de recherche d’entreprise semblent rabattues à un indice de « popularité » spécifique : elles se basent, non pas forcément sur un « page rank » interne mais sur le click stream (« si 80% des salariés cliquent sur le cinquième lien de la première page de résultats, c’est que cela est pertinent »).

95 Dans la perspective de M. Granovetter [Granovetter,1973/1983], un pont est considéré comme « une ligne dans un réseau qui constitue le seul chemin possible reliant deux points » (Granovetter M., 1983, p. 217). La « force des liens faibles » désigne cette situation où la distance sociale entre deux individus porte une probabilité plus forte d’accès à des informations non redondantes et à des opportunités qu’avec des proches. Les ponts sont toujours des liens faibles. La force d’un lien comme « une combinaison (probablement linéaire) de la quantité de temps, de l’intensité émotionnelle, de l’intimité (la confiance mutuelle) et des services réciproques qui caractérisent ce lien ». De même, le sociologue R. Burt [Burt, 1992] a proposé la notion de trou structural pour décrire les « trous » qui séparent des contacts non redondants, un contact redondant étant un lien qui procure les mêmes informations qu’un autre. Plus la cohésion d’un groupe serait forte et plus l’information y serait redondante. Le broker est l’intermédiaire situé dans un trou structural dont il peut retirer un avantage stratégique, commercial, etc.

96 Extrait d’une présentation éditeur : « Le moteur de recommandation sociale est un module d’extension dont les fonctionnalités sont directement intégrées. Aucune installation ni configuration n’est requise de la part de l’utilisateur. »

97 Tel que le réseau « d’amis » sur Facebook, certaines solutions permettent de sélectionner le mode de rapprochement (direct, sur recommandation, par validation conjointe, etc.)

98 Il conviendrait d’examiner l’actualisation de ces processus d’homophilie dans le contexte organisationnel, leurs évolutions, leurs expressions associées aux pratiques volontaires des individus (lors de la création de mon réseau, je choisirai de m’associer en premier lieu à des « semblables », (envers lesquels je pourrais avoir davantage confiance) et associées aux prescriptions performatives des moteurs. Il s’agirait encore d’étudier les implications organisationnelles d’une agrégation de profils identiques dans une liste de contacts ou dans les divers groupes (mais un profil défini selon quelles données ?), les conséquences des recommandations automatisées portant sur des documents (ou des sources de veille par exemple) consultés par son réseau immédiat. Du point de vue de l’innovation et d’une création de valeur informationnelle, « la force des liens faibles » de Granovetter n’apparaît pas, pour le compte, fortement retenue…

99 La négociation et la gestion des régimes de connectivité et de réflexivité peuvent engager à une autre perspective des communautés. Selon R. Esposito, la communauté ne se fonderait pas sur le partage (un don) de quelque chose qui lui serait propre (un projet ou des valeurs communes). Il faudrait la reconsidérer à partir du « projet immunitaire moderne », caractéristique d’une société obsédée par le risque, l’insécurité liée à l’existence d’autrui. [Esposito, 2010].

100 Exemple de présentation de son application par un éditeur : « Grâce au moteur de recommandation sociale, [l’application ] trouve et identifie des personnes que vous devriez connaître au sein de votre réseau, en fonction de vos intérêts communs, de ce qu’ils font et de leurs collaborateurs. Le moteur de recommandation sociale détecte et met en avant, au sein de vos communautés, les conversations et contenus qui peuvent vous être utiles. Vous bénéficiez ainsi d’une vue globale au sein de vos réseaux sociaux d’entreprise et accédez facilement à certaines informations qui vous auraient sûrement échappé. En disposant des informations utiles au bon moment, vous vous simplifiez la tâche et améliorez votre productivité. »

101 Il faut distinguer l’utilisation de la similarité qui est effectuée dans ces réseaux sociaux de la similarité comme base de fonctionnement des moteurs de recherche. Dans ce second cas, il s’agit de restituer des documents en comparant les similarités de la requête et les documents indexés. L’extraction de documents similaires peut s’effectuer selon diverses approches : linguistique, statistique etc., ou encore par reconnaissance de formes en ce qui concerne les images, par computation des achats de livres et de la proximité des thèmes (type Amazon), etc.

102 Le Graph Search de Facebook, lancé en janvier 2013, basé sur les informations renseignées par les utilisateurs du réseau social, permet de trouver des amis, des lieux, des photos et des centres d’intérêts, parmi l’immense quantité de données mises à disposition grâce à une recherche par mot clés.

103 Plusieurs solutions technologiques rendent déjà ces traitements possibles. Quant au Timeline de Facebook, lancé en avril 2012, il se présente sous la forme d’un « journal » présentant l’ensemble de vos actions depuis votre entrée dans le réseau. Appliqué au sein de l’entreprise, chacun pourra accéder (s’il en a les droits) à l’historique du salarié sur les réseau. De même, on peut imaginer cette projection « d’une mémoire » de l’ensemble des groupes, voire de l’ensemble de l’organisation.

104 Les auteurs proposent : “A modeling system to capture” and “represent the varied perspectives to the evolving design”. « Moreover, it could aid in keeping track of how decision are reached and how information strutters are built in an on going design project. In others words, such a computational environment could support the creation and the maintenance of shared memory that can be used to inform future negotiations within and across design project. It would be an environment for creation and reflection where the process of artefact construction could be at the same time a process for theory construction both in design and of design and where theory and practice could be integrated both in design and research about design”. [Bowker et al. 1977].

105 Cas reporté dans une entreprise : « sur un programme pilote de 90 jours, le « succès » serait de parvenir à 500 utilisateurs actifs et à la création d’au moins 50 groupes, et lorsque chaque membre appartiendrait à au moins 5 groupes et contribuerait à la hauteur d’au moins 5 publications par mois ».

106 http://edition.cnn.com/2012/01/06/business/map-influence/index.html, CNN January 6, 2012 et http://www.innovisor.com/services/collaboration-management/

Auteur

Maryse Carmes, est co-fondatrice avec Jean-Max Noyer du GRICO (réseau de recherche et de consultance sur les devenirs numériques). Elle est maître de conférences au CNAM-INTD et membre du laboratoire DICEN-IDF. Ses travaux portent sur l’évolution des milieux organisationnels et des politiques numériques, sur les recompositions des processus de travail et leurs agencements socio-techniques. (carmes@grico.fr).

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable