Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les débats du numérique

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Introduction

Maryse Carmes et Jean-Max Noyer

Texte intégral

1Cet ouvrage se propose d’enrichir les regards portés sur les transformations qui se déploient à la suite de la numérisation, de la montée hégémonique des réseaux et des interfaces, des protocoles, des nouvelles écritures ainsi que de l’algorithmie généralisée qui les accompagne. Il tente de mettre en relief les problèmes attachés aux nouvelles territorialisations et pratiques se construisant à partir et au sein du numérique. Quel que soit le secteur étudié ici (recherche, journalisme, marketing, entreprise, monde militaire, administrations, etc.), la fabrication de ces territoires et de ces pratiques se réalise selon des processus renouvelés de production, d’exploitation, d’actualisation, des données et par la différenciation des relations entre des actants de plus en plus hétérogènes : acteurs humains et non-humains, documents et data. Les territoires sont le produit de ce tissage des traces, des flux, par l’intermédiaire d’interfaces toujours plus nombreuses et de modes d’écriture hypertextuels de plus en plus sophistiqués. Ces transformations provoquent une mise en tension des gouvernances héritées, des modèles politiques dominants. Elles s’expriment à travers de nouvelles pratiques et de nouvelles compétences, elles mettent en question les processus de réflexivité et ouvrent la porte à de nouvelles bio-politiques. Attirer l’attention sur les « débats du numérique » à partir de cette perspective, éclairer de regards issus de différents champs disciplinaires et de terrains multiples les dimensions politiques qui traversent l’instauration des mémoires numériques et des « Data », est donc le but de ce premier ouvrage. Ces regards sont fragmentaires, ils n’ont en aucune manière la prétention de vouloir clôturer ou de « faire le point ». Ils se veulent variations autour de problèmes en cours et insuffisamment mis en lumière dans le brouhaha des commentaires infatigables et rapides.

2Une perspective commune traverse cependant plusieurs contributions à savoir la difficulté à penser des modes de gouvernance hybrides, alternatifs, prenant la mesure des diverses crises sociales, écologiques et politiques. Les effets de l’extension de la strate anthropologique internet appellent une analyse des forces structurant aujourd’hui ses évolutions au niveau de ses architectures, plusieurs contributions réunies ici remettant en cause la notion de « neutralité de l’internet ». Une géo-stratégie de cette strate est, à n’en pas douter, à faire et à développer. Comme l’écrit Françoise Massit-Folléa :

« au fur et à mesure de l’extension mondiale des réseaux électroniques et de leurs usages, l’internet a perdu son caractère utopique de « cyberespace hors-la-loi ». L’analyse de ses différentes composantes révèle un nombre croissant d’acteurs et de lieux en charge de sa régulation. Ce pluralisme normatif prête à de multiples controverses dont la résolution impose de recourir à des principes, des pratiques et des instruments d’une gouvernance de l’internet adossée à la notion de « bien commun mondial ».

3Il s’agit également de reconsidérer la question suivante : « qu’est-ce qu’un bien commun de la connaissance, un bien commun informationnel » ? Comment se construisent les positions défendues ici, selon quelles argumentations et expérimentations ?

4De plus, il s’agit de voir comment, en saisissant l’opportunité des dispositifs numériques, l’approche des « Communs » tend à s’actualiser en de nouveaux modes de gestion collective des ressources (matérielles ou immatérielles), en des agencements socio-techniques inédits portant de nouvelles capacités à être et à faire société. À ce titre, Valérie Peugeot note qu’avec :

« l’expansion des technologies du numérique, des pratiques de partage, de co-construction de ressources, d’échange en pair à pair, se multiplient. Elles s’appuient sur des communautés auto-organisées, qui font le choix de gérer ces ressources sans les soumettre à des droits de propriété. Ce faisant, ces Communs, ou Biens Communs, entendent proposer une alternative économique autant que politique aux modes de régulation traditionnels institués à travers le marché et l’État ».

5Cette auteure propose donc un détour par l’histoire afin de comprendre pourquoi les Communs ont pendant deux siècles quasiment disparu des pays occidentaux avant de réapparaître tant sur le plan théorique que dans la praxis des mouvements et communautés. La conjonction entre le vide d’imaginaire politique révélé par les crises et le potentiel créateur ouvert par le numérique est au cœur de ce renouveau. Mais ce retour n’est pas sans soulever des résistances, des réactions qui laissent entrevoir plusieurs scénarios possibles pour l’avenir des « Communs ».

  • 1 Yann Moulier-Boutang « Droits de propriété intellectuelle, terra nullius et capitalisme cognitif », (...)

6L’injonction d’une « libération des données » est évidemment à reconsidérer dans ce cadre, mais Jean-Max Noyer et Maryse Carmes relèvent que l’Open data est un mouvement complexe. Ils rappellent que le « Web » se trouve travaillé, de manière intensive, par les phénomènes de différenciation et de fragmentation des ressources (et des conditions de leur production, de leur accès et circulation, de leur ré-exploitation), (et que) la tension se fait toujours plus vive entre, pour durcir la présentation, les tenants d’une philosophie ouverte des ressources (le web comme espace lisse) et les tenants d’une approche propriétaire (le web comme espace strié). Cette manière de présenter les choses est toutefois très imparfaite et comme le dit Moulier Boutang, offre trop de « facilités » conduisant à être chahuté « entre Charybde du marché pour tous de la propriété intellectuelle et Scylla des bantoustans du communisme primitif selon l’évangile de la nouvelle accumulation »1. Un grand nombre de données et ressources sont déjà librement accessibles sur le WEB bien que les conditions de leur réutilisation et exploitation soient variables, tant en terme économico-juridiques que socio-cognitifs.

7Ce mouvement « Open data » se déploie encore alors que la marchandisation des données (déjà entamée dans les années 1960, avec les grandes bases de données, numériques, bibliographiques, « full text », dans des domaines majeurs) ne cesse de croître rapidement et que la bataille techno-politique et juridique autour des applications, de la capture de données de plus en plus hétérogènes, s’intensifie.

8Il convient donc de considérer la variété des initiatives traversant nombre de secteurs et leur inscription dans des approches très diverses de production et de ré-exploitation des dites données, de ces réservoirs de « connaissances ». Selon ces auteurs « le capitalisme cognitif » offre à présent deux caractéristiques principales : « l’intelligence collective et l’utilisation intensive des technologies de l’information, fondées sur la numérisation du contenu, des procédures et des écriture ». En examinant les mouvements Open data face à la transformation des intelligences collectives dans le cadre de l’action publique, de la science, de l’intelligence logicielle, de la stratégie, ils montrent comment ces mouvements s’articulent avec la question du web sémantique, des ontologies, avec la montée de l’algorithmique. Ils indiquent l’importance des choix entre les modélisations des savoirs et des pratiques, entre les types d’inférences et d’algorithmes déterminant les modes de traitement des données et donc les puissances à créer et à penser à partir des processus. De la logique prédicative aux approches probabilistiques, la tension entre représentations-savoirs-écritures et possibilités de création présente, en effet, des traductions politiques et cognitives très différentes et se situe au cœur de la négociation des transformations en cours et à venir.

9C’est ainsi que le Data Mining, comme mise en jeu de la représentation des mondes et de la création de nouvelles connexions entre ces mondes, apparaît comme un élément central du « récit impérial », au sens de T. Negri et M. Hardt, en tout cas du récit des sociétés performatives. L’émergence simultanée du « Big Data » et de l’engouement pour la fouille de données (la systématisation – voire l’obsession – de ses méthodes et approches) constitue donc une autre interrogation envisagée ici sous de multiples formes, selon de multiples expressions.

10Maryse Carmes, en centrant sa réflexion sur les dispositifs socio-numériques et les modes de territorialisation organisationnels en cours de déploiement, ouvre un débat sur les sémio-politiques et la question des interfaces. En s’appuyant notamment sur le cas des réseaux sociaux d’entreprise, elle examine « les problèmes posés par les nouveaux régimes de connectivité et de réflexivité qui se développent avec la prolifération des interfaces et de leurs applications au sein des organisations » et à travers l’étude de ces transformations et processus, elle pose les bases d’une sémio-politique des interfaces fondée entre autres, sur la mise en évidence des rapports complexes entre les sémiotiques signifiantes et a-signifiantes. Les modes de striage des milieux organisationnels et des pratiques professionnelles, des collectifs de salariés et de leurs interactions, relancent les débats sur les devenirs du travail ou en tout cas, devraient participer à de nouvelles lectures et négociations des normes de socialisation/coopération en entreprise et des politiques managériales. Territorialisations numériques, sémio-politiques, dispositifs socio-numériques, tout cela redéfinit les modes de conflictualité, les types de métastabilités des collectifs ainsi que les conditions de l’innovation et de la créativité au cœur des nouveaux rapports de production. Et ce d’autant plus que l’ordre marchand et le Data Management se trouvent maintenant dans un couplage renforcé où les interfaces et les sémiotiques automatisées, les sémiotiques a-signifiantes, prennent une place majeure. Jean-Max Noyer en examine certaines des dimensions du côté du marketing en mettant en évidence ses liens avec le Data Mining et de manière générale avec la montée en puissance de l’algorithmique et de la géolocalisation. Il montre que la cartographie des pratiques consuméristes a atteint un niveau sophistiqué et que le « profiling », devenu trés ambitieux, participe d’un emballement de la production sémiotique. Il montre aussi les liens forts qui unissent le marketing avec une nouvelle psychopolitique et un nouveau psychopouvoir. Le marketing apparaît d’une certaine manière comme dispositif expérimental de nouveaux modes de gouvernance.

11Les nouvelles écritures dont le web sémantique et socio-sémantique sont des expressions, se trouvent ainsi au cœur de la transformation des conditions générales d’intelligibilité et des modes de production-circulation des savoirs. Dans le domaine des sciences et des nouvelles pratiques collectives distribuées qui le caractérisent, on assiste selon Jacques Ducloy, à l’apparition de ruptures fortes. Confrontés au déluge des données et en s’appuyant sur le quatrième paradigme de la science créé par Jim Gray, ce dernier montre comment, en France, l’investissement d’avenir ISTEX introduit une dimension supplémentaire avec un très haut niveau de diversité de traitements et d’hétérogénéité de données. Il présente dans ce cadre et contexte, le projet Wicri, réseau de wikis sémantiques et de plate-formes de curations et d’explorations de corpus. La question des écritures du Web est là encore entrée dans une phase cruciale, phase qui met en jeu l’avenir des intelligences collectives et leur devenirs. Les travaux menés dans le cadre d’une anthropologie des connaissances entrent en résonnance avec cette approche. De même, pour Yannick Maignien l’évolution actuelle du Web :

« s’engage vers une complexité de développement assez indéterminée. Complexité qui tient à sa socialisation croissante, quantitativement, à l’échelle planétaire avec l’essor des mobiles et la convergence avec la téléphonie, ainsi qu’avec le déploiement des réseaux sociaux de plus en plus spécifiés. Complexité également avec le développement du Web sémantique, ou Web de données, aussi bien technologiquement avec l’expression RDF des données et OWL des ontologies, qu’humainement par la constitution de plus en plus organisée de « silos de données ».

  • 2 Eric Alliez, La signature du monde, Les Éditions du Cerf, 1993 .

12Les politiques d’ouverture des données publiques, ou de pression sur la transparence des données personnelles sont en pleine transformation. Ces formes de complexité relèvent à la fois d’un saut en avant dans l’ingénierie technique qui se déploie comme médiation automatisée entre les usages « humains » et les automates sémantiques en réseau, autant que d’une concentration accrue dans les formes capitalistes de monopoles de gestion des données et des « automates sémantiques ». Les dimensions politiques des nouvelles écologies cognitives sont à n’en pas douter cruciales et les sciences sociales et humaines doivent faire face à des défis importants qui imposent de bousculer « les cloisonnements disciplinaires, en ouvrant de nouvelles voies de recherche, mais aussi en accompagnant de nouvelles formes d’expérimentation sociales, territoriales, éducatives ou cognitives. » Cela engage un débat relativement ouvert et incertain autour des narrations et des conditions qui en déterminent la force. Il y a là, la nécessité de proposer une ou des définitions en tension de leur pouvoir et ce, en intégrant précisément le champ de force qui les constitue et en tenant compte de la différenciation des substances d’expression, de la contestation de l’impérium du signifiant linguistique. Comme le notait Eric Alliez2à propos de la science, il semble ainsi légitime de s’interroger sur la pertinence « de la logique des propositions qui dans sa détermination univoque d’objets déjà constitués qu’elle fait passer par la référence vide à la valeur de vérité, a pour principal souci de neutraliser le champ de forces dans la récognition du vrai. ». Les « mondes possibles » sous leurs diverses interprétations ou encore les « Plurivers » et les va-et-vient « Virtuel-Actuel » selon Deleuze, sont dans une grande tension et rivalité.

13Les transformations en cours sont aussi abordées dans les domaines militaire, journalistique et artistique. À partir d’un point de vue critique, Joseph Henrotin interroge les « Imaginaires techno-informationnels et l’efficience militaire ». Il indique que « l’introduction dans les forces armées de systèmes de commandement et de contrôle numérisés et réseau-centrés vise, certes, à générer de l’efficience militaire aux plans tactique, opératif et stratégique ». Mais « ils doivent également être examinés dans la perspective historique de leur utilisation par des forces aériennes et des marines travaillant dans des environnements spécifiques et appliquées à des combattant dans des environnements plus complexes, ces technologies (qui) ont également des conséquences politiques et culturelles » doivent être prises en compte de manière plus exigeante et critique. Tout contre ce récit des techniques de la guerre et du « scientific way of war » visant à passer outre l’avertissement de Clausewitz des frictions incontournables dans la guerre, l’éternel retour des dimensions et des asymétries anthropologiques vient contester le phantasme du contrôle continu de la réalité militaro-stratégique à partir de positions technicistes et rappelle la dominance de la machine sociale et anthropologique sur l’élément technique. Là comme ailleurs, l’entrelacement des narrations et des sémiotiques non-exclusivement linguistiques est essentiel à penser.

14Quant aux énoncés journalistiques et à leurs conditions de production et de circulation, ils sont, nous le savons, profondément bouleversés. Leurs légitimités, la conquête pour la position dominante, la position d’autorité, s’accompagnent de luttes parfois féroces, complexes et instables. De nouveaux rivaux et de nouvelles critériologies ont émergé qui ne cessent de relancer l’antique question : « d’où les énoncés tirent-ils leur force et leur efficacité performative ? ». De même, la prolifération des formes courtes introduit des modes d’existence énonciatifs qui font percoler le « champ d’immanence doxique » à travers les couches convenues des mythologies journalistiques et des forces qui les entretiennent. Le journalisme en tant qu’agencement collectif d’énonciation est en effet traversé d’hétérogenèses puissantes. Sylvain Parasie tente d’en cerner les évolutions profondes en s’intéressant en particulier au journalisme d’enquête à l’ère du traitement de données : « Justicier, chercheur ou hacker ? » et en partant du constat que « la prétention des journalistes à produire une connaissance objective est souvent critiquée », il insiste sur la nécessité de prendre cette prétention au sérieux si l’on veut saisir ce qui se joue aujourd’hui dans la mobilisation des techniques de traitement de données par les journalistes. En s’appuyant sur une recherche réalisée aux États-Unis, il montre que la mobilisation de ces technologies correspond à un élargissement des épistémologies journalistiques. Alors que l’enquête journalistique prenait largement appui sur le droit et les sciences sociales, ce sont des épistémologies provenant des mondes informatiques et des sciences naturelles qui sont à présent expérimentées par les journalistes nord-américains.

  • 3 Jean-Max Noyer : Les espaces immersifs : le plissement numérique du monde, anthropocène1 et immunop (...)
  • 4 Gilles Lipovetsky, Sociologue, philosophe. Interview : Le capitalisme artiste ne fait pas le bonheu (...)

15L’art, la production-prolifération des formes et leur effets politiques, de même que leurs effets sur les modes perceptifs et les processus de subjectivation sont pris dans ce que l’on peut appeler le « plissement numérique du monde3   ». La manière dont nous voyons le monde et dont le monde nous regarde est profondément renouvelée. L’extension du domaine des échelles et des points de vue, les dimensions processuelles et les devenirs comme matière infiniment trouée, la communauté des œuvres et ses sarabandes comme incomplétude en procès de production, tout cela fabrique les nouvelles trames de formes et la nouvelle alliance des images et des sons, des volumes, actualisent de nouvelles zones d’indétermination. Cela allant de pair avec l’immersion des producteurs de formes au cœur des systèmes productifs, de la circulation financière. D’un certain point de vue « l’Art » dans son incarnation numérique ou plutôt par la traduction numérique devient toujours plus immanent à ce système et œuvre à l’intérieur des sociétés performatives, au cœur du « devenir indoor » du monde comme le dit Peter Sloterdijk. Le « capitalisme artiste est, en effet, ce système qui incorpore de manière systématique la dimension créative et imaginaire dans les secteurs de la consommation marchande ». S’appuyant sur l’exploitation commerciale des émotions, il combine deux pôles a priori antinomiques : « le rationnel et l’intuitif, le calcul économique et la sensibilité »4. Bien d’autres questions surgissent qui contraignent à s’interroger sur la prégnance des formes et la montée irrésistible de l’usager et de la valeur donc, comme esthétique d’usage. Dans ce contexte général, Norbert Hillaire, troublé par la disruption de la « commutation par paquets » comme fondement des trajectoires et des adressages, s’interroge : « qu’y a-t-il de commun entre la Poste et l’art de l’âge moderne ? » D’abord, écrit-il, « au temps des avant-gardes, un même goût pour le nouveau, pour le voyage des signes et des choses. » De plus, selon lui, la Poste comme l’œuvre d’art, doivent aujourd’hui faire face « à une nouvelle partition des catégories du proche et du lointain, des destinateurs et des destinataires, du mobile et de l’immobile, de la trace qui dure et du temps qui passe – le cachet de la Poste faisant Foi ». D’un certain point de vue :

« La Poste n’est pas logée à une enseigne différente de l’œuvre d’art. Il lui faut se faufiler dans les méandres de cette schizophrénie en quoi consiste le franchissement de toutes les limites, et singulièrement celles qui définissaient la modernité comme progrès constant des êtres humains par les puissances de la technique et de la raison scientifique. Il lui faut s’accommoder de cette schizophrénie en quoi consiste le regard que porte sur elle ceux qui la pratiquent : ses usagers, et les désordres temporels qui les apparentent à des mondes infiniment divers et contrastés au point de n’avoir presque plus rien de commun, de la start up innovante et friande de nouveaux services à la grand-mère de village. »

Notes

1 Yann Moulier-Boutang « Droits de propriété intellectuelle, terra nullius et capitalisme cognitif », Multitudes 2/2010 (n° 41), p. 66-72.

2 Eric Alliez, La signature du monde, Les Éditions du Cerf, 1993 .

3 Jean-Max Noyer : Les espaces immersifs : le plissement numérique du monde, anthropocène1 et immunopolitique. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/70/27/65/PDF/Les_espaces_immersifsVf2.pdf

4 Gilles Lipovetsky, Sociologue, philosophe. Interview : Le capitalisme artiste ne fait pas le bonheur, Liberation, 25 avril 2013.

Auteurs

Maryse Carmes est co-fondatrice avec Jean-Max Noyer du GRICO (réseau de recherche et de consultance sur les devenirs numériques). Elle est maître de conférences au CNAM-INTD et membre du laboratoire DICEN-IDF. Ses travaux portent sur l’évolution des milieux organisationnels et des politiques numériques, sur les recompositions des processus de travail et leurs agencements socio-techniques.
(carmes@grico.fr).

Jean-Max Noyer, est enseignant-chercheur à l’Université de Nice-Sophia Antipolis. Il est aussi consultant et co-fondateur du Grico. Il travaille sur les technologies intellectuelles, la question des écritures, et étudie les transformations anthropo-techniques en cours. Il est co-fondateur des archives ouvertes en sciences de l’information et de la communication, a animé de nombreux séminaires de recherche dans le cadre de l’Adest et du groupe Solaris, et intervient depuis plusieurs années au Maghreb. Dans le cadre des entreprises, il étudie les transformations du procès de travail, les pratiques collectives distribuées, les modes d’existence au travail et la question des territoires. (noyer@grico.fr).

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable