Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la traduction

 | 
Madeleine Akrich
, 
Michel Callon
, 
Bruno Latour

La description des objets techniques

Madeleine Akrich

Texte intégral

COMMENT DÉCRIRE L’INTERACTION ENTRE LES TECHNIQUES ET LES HUMAINS ?

  • 1 Une première version de cet article a été publiée en 1987 dans la revue Techniques & Culture [n°9, (...)

1Bien que sciences et techniques soient souvent associées dans le langage courant, elles présentent des physionomies fort différentes1. Les sciences renvoient à l’extérieur du monde social et se veulent l’expression d’une vérité non soumise aux contingences de la vie humaine. De là un certain nombre de tâches que la sociologie des sciences s’est définies : l’analyse fine du travail du scientifique, la mise en évidence de l’hétérogénéité des ressources qu’il manipule et associe, la reconstruction des mécanismes par lesquels il étend le domaine de pertinence d’un savoir localisé jusqu’à lui faire atteindre le statut de vérité universelle et intemporelle…

2Le sociologue des techniques se trouve devant un objet qui, bien que clairement défini dans son aspect physique, n’en est pas moins curieusement insaisissable : les objets techniques se donnent d’emblée comme composites, hétérogènes ; mi-chair, mi-poisson, on ne sait par quel bout les prendre. Ils renvoient toujours à une fin, une utilisation pour laquelle ils sont conçus, en même temps qu’ils ne sont qu’un terme intermédiaire sur une longue chaîne qui associe hommes, produits, outils, machines, monnaies. Même l’entrée dans les contenus proprement techniques ne permet pas de faire une mise au point parfaite qui substitue à cette image aux contours mal définis la vision simultanée et détachée de l’objet et du « fond » sur lequel il s’inscrit. Il suffit de considérer les objets les plus banals qui nous entourent pour constater que leur forme est toujours le résultat d’une composition de forces dont la nature est des plus diverses. La résistance des matériaux qui sont utilisés pour la construction des voitures est en rapport avec la violence supposée des chocs qu’ils peuvent avoir à subir, lesquels chocs sont liés à la vitesse des véhicules, qui elle-même est le résultat d’un compromis complexe entre performances des moteurs, réglementation en vigueur, moyens mis en œuvre pour la faire respecter, valeur attribuée aux différents comportements individuels… En retour, l’état d’une carrosserie devient ce par quoi on (les experts des assurances, la police, les badauds, etc.) évalue la conformité d’un comportement à la norme dont elle est une matérialisation.

  • 2 Il y aurait sans doute quelque satisfaction esthétique à considérer un grand tableau où, partant d (...)
  • 3 Nous nous plaçons là dans ce que l’on pourrait appeler la zone consensuelle de l’automobile, qui e (...)

3Nous voyons déjà sur ce petit exemple que l’objet technique est la mise en forme et la mesure d’un ensemble de relations entre des éléments tout à fait hétérogènes. Décrire en ces termes l’ensemble du véhicule automobile requerrait un travail colossal2. Mais, il y a fort à parier que, de cette grande fresque se dégagerait une impression de banalité : l’automobile adhère tellement au monde dans lequel nous vivons que sa sociographie (c’est-à-dire la mise en évidence de l’ensemble des liens qu’elle effectue) se présenterait comme une constellation de lieux communs, c’est-à-dire d’endroits où éléments techniques, sociaux, économiques se superposent rigoureusement, l’acteur étant libre à un moment donné, en fonction de la relation particulière dans laquelle il est pris, d’accommoder sur l’un ou l’autre élément, d’utiliser l’un ou l’autre registre3.

4Or, c’est précisément à cet endroit que se joue l’« efficacité » d’un objet technique, dans ce clignotement incessant entre « intérieur » et « extérieur ». L’objet technique ne peut pas plus être confondu avec un dispositif matériel qu’avec l’ensemble des usages « remplis » par ce dispositif : il se définit très exactement comme le rapport construit entre ces deux termes.

  • 4 Ce terme n’est utilisé que comme un raccourci commode, mais dont l’exactitude laisse à désirer : s (...)
  • 5 Sur ces mécanismes de délégation, on peut voir [Latour, 1992b].

5En d’autres termes, les objets techniques sont partie prenante dans la constitution de réseaux hétérogènes qui associent des actants de toute nature et de toute taille, « humains »4 et non-humains confondus. Comment peut-on alors décrire leur rôle spécifique à l’intérieur de ces réseaux ? S’agissant de montrer comment ils construisent, maintiennent, stabilisent un ensemble des liens entre divers actants, nous ne pouvons nous contenter ni d’un simple déterminisme technologique, qui ne tiendrait aucun compte de ce qui est associé et finalement remplacerait par un effet de structure ce qui, pour nous, relève du réseau, ni d’un constructivisme social, qui dénie aux objets une consistance propre et n’accorde de fait le statut d’actant qu’aux humains, stricto sensu. Autrement dit, notre problème n’est pas de savoir si, par exemple, l’informatique est un formidable progrès ou un instrument supplémentaire d’asservissement des peuples, mais plutôt sous quelles conditions et selon quels mécanismes, l’introduction d’une nouvelle technologie peut aboutir à la recomposition partielle des relations qui définissent notre société, et même dans un second temps, à la modification de la représentation et des connaissances que nous en avons. Pour remplir ce programme, il nous faut donc naviguer constamment du technique au social, et, sans doute, faut-il dire plus justement, de l’intérieur de l’objet technique à son extérieur : car, ce qui nous intéresse, c’est précisément de savoir comment la configuration même de l’objet technique impose ou non un certain nombre de contraintes sur les relations que les actants entretiennent entre eux et avec l’objet, et, réciproquement, comment la nature de ces actants et les liens qui existent entre eux peuvent (re-)former l’objet et ses usages. Dans cette perspective, la frontière entre intérieur et extérieur est plutôt le résultat de ces interactions que leur commencement et elle ne peut être décrite que comme une ligne de partage tracée dans une géographie de la délégation5 entre ce qui est assumé par l’objet technique et ce qui relève de la compétence exclusive des autres actants.

6Mais décrire ces mécanismes élémentaires d’ajustement pose deux problèmes, l’un de méthode, l’autre de vocabulaire. Commençons par ce dernier : la difficulté dans la description est effectivement d’éviter les termes qui reposent sur une distinction entre technique et social, puisque, comme nous venons de le dire, les liens auxquels nous nous intéressons sont inextricablement techniques et sociaux. Tout au long de cet article, nous essayerons de fixer un certain nombre de termes qui permettent de contourner cette difficulté. Du point de vue de la méthode, si nous voulons décrire ces mécanismes de prise élémentaire, il nous faut nous éloigner de ces zones où les mouvements sont trop bien ajustés les uns aux autres ; il nous faut introduire une distance, une discordance là où tout et tous adhèrent.

  • 6 Nous sommes conscients de la frustration possible du lecteur, face au traitement que nous réservon (...)

7Plusieurs solutions ou terrains se présentent qui défont « naturellement », c’est-à-dire indépendamment de la volonté de l’analyste, l’évidence d’une offre qui irait sans effort particulier à la rencontre d’une demande, ou d’un objet qui viendrait se loger en douceur dans l’espace défini par une fonction : l’histoire ou l’archéologie, l’innovation, le transfert de technologies. Si nous laissons de côté la première possibilité, les deux autres présentent une caractéristique commune : à suivre des processus d’innovation ou de transfert de technologie, nous nous trouvons devant des acteurs qui se posent en pratique la même question que nous et qui expérimentent des solutions pour la résoudre. Dans la suite, nous nous appuierons sur un ensemble d’exemples tirés d’expériences dans des pays en voie de développement (PVD), expériences que nous avons pu suivre personnellement et qui recouvrent des situations contrastées, depuis la transplantation pure et simple d’un dispositif technique largement diffusé dans les pays industrialisés, jusqu’à l’élaboration d’objets spécifiquement destinés aux PVD6. Au travers de ces exemples, nous nous attacherons à mettre en évidence les mécanismes élémentaires d’ajustement réciproque de l’objet technique et de son environnement.

  • 7 Cette géographie peut, bien entendu, être mise en question, contestée lors d’épreuves de force com (...)

8Notre propos sera scindé en deux grandes parties : dans un premier temps, nous nous intéresserons à la manière dont les objets techniques définissent des actants et des relations entre ces actants ; nous verrons en particulier que, selon les choix qui ont été opérés par les concepteurs, l’ajustement entre les actants définis par l’objet et ceux auxquels il va finalement être confronté se fait plus ou moins facilement : la plasticité des objets, qui s’éprouve dans la rencontre avec l’utilisateur, dépend des partages de compétences qui ont été effectués dans le processus de conception. La seconde partie sera consacrée aux objets techniques comme « distributeurs de causes » : s’il est vrai que la plupart des choix opérés lors de la conception peuvent se décrire comme des décisions portant sur ce qui va être délégué à qui ou à quoi, cela signifie que l’objet technique contient et produit une certaine géographie des responsabilités ou plus généralement des causes7. Ceci implique que non seulement l’introduction d’une nouvelle technologie est susceptible de construire un nouvel arrangement des choses et des gens, mais de plus, qu’au travers de l’imposition conjointe de certaines formes de causalité, il se produit une stabilisation et une « naturalisation » de ce nouvel ordre qui peuvent aller jusqu’à la production de nouvelles connaissances sur tel ou tel aspect de notre monde. Nous nous interrogerons donc sur ces processus de « mises en cause », jusque dans leurs implications les plus inattendues, venant de la technologie, à savoir la production de jugements moraux.

ACTEURS ET DISPOSITIFS EN TRAIN DE SE FAIRE

Du script à la description

  • 8 Pour avoir un exemple frappant de l’inter-relation entre la définition de paramêtres techniques et (...)

9La sociologie des techniques a montré depuis un certain temps déjà que, par la définition des caractéristiques de son objet, le concepteur avance un certain nombre d’hypothèses sur les éléments qui composent le monde dans lequel l’objet est destiné à s’insérer8 : ils définissent des acteurs avec tels ou tels goûts, compétences, motivations, aspirations, opinions politiques, imaginent telle ou telle évolution des mœurs, des techniques, des sciences, de l’économie etc. Une grande part de leur travail de conception consiste à « inscrire » cette (pré)vision du monde dans les contenus techniques de leur innovation. Nous proposons d’appeler l’aboutissement de ce travail « script », ou « scénario » : cette mise en forme technique, par le concepteur, de son point de vue sur les relations nécessaires entre son objet et les acteurs qui doivent s’en saisir se veut une prédétermination des mises en scène que les utilisateurs sont appelés à imaginer à partir du dispositif technique et des prescriptions (notices, contrats, conseils…) qui l’accompagnent. Mais tant qu’il ne se présente pas d’acteurs pour incarner les rôles prévus par le concepteur (ou en inventer d’autres), son projet reste à l’état de chimère : seule la confrontation réalise ou irréalise l’objet technique.

10Tout comme un script cinématographique, l’objet technique définit le cadre de l’action, c’est-à-dire des personnages et l’espace dans lequel ils vont évoluer. F. Sigaut [Sigaut, 1984] donne quelques exemples d’outils de labour dont la forme décrit (comme dans un « Sherlock Holmes ») précisément l’utilisateur : ainsi la houe à deux manches d’Angola qui est destinée aux femmes portant leur enfant dans le dos, ou le pieu à labourer qui avec son unique pointe ne s’utilise qu’en paire et suppose donc la constitution d’un utilisateur collectif. Mais, dès lors que l’on s’éloigne d’un cas de figure aussi trivial, quelle méthode adopter pour mettre en évidence les liens entre choix techniques, représentation des utilisateurs et utilisation effective des technologies ? L’analyse de contenu, telle qu’elle se pratique par exemple sur des textes, ne peut guère être considérée que comme une expérience psychologique individuelle dépourvue de pertinence au regard des problèmes qui nous intéressent : elle repose effectivement sur une hypothèse de déterminisme technologique, démentie par l’expérience commune qui révèle la grande diversité des usages que les utilisateurs sont amenés à mettre en œuvre à partir d’un même objet. De plus, au nom de quoi pourrait-elle prétendre expliquer les destins si divers des projets techniques, certains accédant au statut d’objets, d’autres étant relégués à l’état de chimères ?

11Une des solutions qui se présentent pour résoudre ce problème consiste à suivre l’innovateur dans sa négociation avec les différents acteurs qu’il souhaite intéresser et dans ses efforts de traduction, au plan technique, des résultats de ces négociations : c’est l’une des méthodes qui a été couramment adoptée en histoire et en sociologie des techniques.

12Si ce sont les objets techniques qui nous intéressent et non les chimères, nous ne pouvons méthodologiquement nous contenter du seul point de vue du concepteur ou de celui de l’utilisateur : il nous faut sans arrêt effectuer l’aller-retour entre le concepteur et l’utilisateur, entre l’utilisateur-projet du concepteur et l’utilisateur réel, entre le monde inscrit dans l’objet et le monde décrit par son déplacement. Car dans ce jeu incessant de bascule, seuls les rapports nous sont accessibles : ce sont les réactions des utilisateurs qui donnent un contenu au projet du concepteur, de même que l’environnement réel de l’utilisateur est en partie spécifié par l’introduction d’un nouveau dispositif. C’est dans ce cadre que doit s’entendre le sens de la dé-scription que nous proposons, comme le recensement et l’analyse des mécanismes qui permettent cette mise en rapport entre une forme et un sens que (et qui) constitue l’objet technique.

  • 9 Par exemple : [Winner, 1980], [Latour, 1988]. L. Winner a montré comment la hauteur des passerelle (...)

13Ces mécanismes d’ajustement (ou de non-ajustement) sont rendus encore plus visibles quand ils fonctionnent sur l’exclusion, que celle-ci soit recherchée comme l’un des résultats majeurs de la construction technique9 ou qu’elle ne soit explicitement voulue par quiconque, comme dans le cas du kit d’éclairage photovoltaïque que nous allons examiner maintenant.

Le kit photovoltaïque ou comment produire un non-utilisateur ?

  • 10 Agence française pour la maîtrise de l’énergie

14Les détours particuliers qui ont abouti à sa conception permettent d’expliquer certaines de ses caractéristiques qui de restrictives qu’elles se voulaient, deviennent répulsives : le kit d’éclairage photovoltaïque est né de la volonté d’une agence gouvernementale de promotion des énergies nouvelles, l’AFME10, qui souhaitait, dans le cadre de ses activités de coopération, tester et apporter une réponse à ce que des informateurs bien intentionnés lui avaient décrit comme un besoin crucial dans les PVD – l’éclairage – tout en aidant l’industrie française de photopiles dans son travail de création de marchés.

15Pris dans un réseau très particulier qui mêle la coopération au soutien par l’État de l’industrie, les différents acteurs ont conçu leur dispositif en fonction des besoins, contraintes, spécificités que ce réseau leur permettait d’appréhender. À aucun moment, par exemple, des considérations commerciales ne sont entrées en jeu : en ce sens le kit d’éclairage décrit très bien le fonctionnement de ce réseau qui est caractérisé par la circulation de certains types de ressources, circulation qui nécessite que le réseau ne s’ouvre pas sur d’autres acteurs. Le modèle narratif, le script imaginé par les concepteurs du kit est très spécifique et lié à leur position dans ce réseau : en suivant un objet technique tel que le kit d’éclairage, nous nous trouvons en position de produire une « sociologie » du réseau défini par sa circulation.

16Dans la première description du kit d’éclairage proposée par les industriels et concepteurs, il apparaît comme un simple assemblage de trois éléments fonctionnels ; un panneau de production d’électricité, une batterie de stockage, et une lampe qui consomme l’électricité. Une fois en Afrique, où nous avons suivi les kits d’éclairage, ce schéma se complique notablement ; participant aux missions de l’équipe chargé de la mise en place et du suivi des kits, nous avons pu être directement témoin de leurs difficultés. Le premier problème auquel ils ont été confrontés provient du fait que les câbles qui font le lien entre les trois éléments précédents sont d’une longueur fixée dès le départ et qui ne peut être facilement modifiée : les connexions sont réalisées par des prises non standard. D’où une impossibilité d’adapter simplement les kits à la configuration plus que variable des pièces dans lesquelles ils sont installés.

17Le remplacement des éléments à courte durée de vie (lampes, batteries) est à la source d’un deuxième type de difficultés : les tubes fluorescents utilisés sont d’un modèle introuvable sur le marché local hormis dans les capitales, de même que les batteries choisies étanches pour que l’entretien ne soit pas un facteur limitant de la durée de vie du système. Le commerce local n’est d’aucune ressource pour l’utilisateur ; pourtant la batterie est un élément courant de son environnement technique, comme en témoigne le fait qu’une des premières questions posées concerne la fréquence des ajouts d’eau. En devenant étanche, cet objet familier bascule dans l’étrange et échappe en quelque sorte à l’utilisateur.

18Enfin, un dernier élément vient empêcher l’appropriation par l’usager de son installation ; en effet, celui-ci se voit interdire par l’équipe chargée du suivi des installations le recours à un électricien local. Le panneau photovoltaïque qui, comme le dit la notice « convertit directement l’énergie lumineuse en énergie électrique », fournit cette énergie sous une forme particulière, un courant continu. Le courant continu définit des pôles et rend non équivalents les points de branchement. Du point de vue de l’équipe en charge de l’expérimentation, le recours à un électricien local, formé au courant alternatif qui ne distingue pas de pôles, devient périlleuse dans la mesure où n’existe aucun marquage des pôles et où tout branchement défectueux est susceptible d’endommager définitivement l’installation.

19Nous nous permettons d’insister sur un point de méthode : avant de quitter Paris pour l’Afrique, nous n’avions vu ni les prises non-standard, ni l’importance du courant continu, ni même le rôle de la batterie étanche : ce n’est que dans la confrontation entre l’utilisateur réel et l’utilisateur projeté qu’apparaissent les connexions qui donnent une mesure du décalage entre eux deux. Autrement dit, le dessin du concepteur n’est autre qu’un dessein (les deux mots sont d’ailleurs indistincts l’un de l’autre jusqu’au 18ème siècle) ; la mise en forme de l’objet technique passe par un processus long de fabrication simultanée des éléments techniques et sociaux qui se poursuit bien au-delà des frontières du laboratoire ou de l’atelier.

20Ces caractéristiques, qui nous sont apparus dans l’aller et retour entre le concepteur et l’utilisateur ne sont pas le fait du hasard ou de la négligence ; dans l’argumentation des concepteurs elles possèdent toutes une justification : le courant continu est plus économique, un dispositif de conversion absorberait une grande part de l’énergie disponible ; les batteries étanches et les connexions non standard sont là pour empêcher toute intervention, la longueur des fils doit être contrôlée, car trop importante, elle induirait des pertes néfastes pour le rendement de l’installation… Le but ultime de ces dispositifs est que le kit d’éclairage « marche » envers et contre tout (et tous) ; c’est une nécessité pour les industriels vis-à-vis de leur client qui, rappelons-le, n’est pas l’utilisateur mais l’AFME, et pour l’AFME vis-à-vis des pays à qui elle en fait don. Cela va même au point que les concepteurs ont volontairement omis de proposer un interrupteur disjoint du tube fluorescent, ce qui présente quelques inconvénients lorsque les lampes sont placées, comme il convient, à une certaine hauteur au milieu de la pièce qu’elles doivent éclairer : un interrupteur risquerait d’être un point d’entrée « illicite » dans le système.

21Nous voyons donc sur ce premier exemple comment l’objet technique définit les acteurs auxquels il s’adresse ; en l’occurrence le kit d’éclairage (et derrière lui, son concepteur) procède par élimination et ne tolère qu’un utilisateur docile à l’exclusion de tout autre acteur qui contribue normalement à la constitution de réseaux technico-économiques, comme les techniciens et les commerçants.

22Remarquons que si l’utilisateur avait été d’emblée aussi docile que le souhaitait le concepteur, nous n’aurions pas non plus vu l’ensemble des dispositifs qui constituent autant de prescriptions adressées par le concepteur aux utilisateurs, et déléguées à l’objet technique. Pour faire la description des objets techniques, nous avons besoin de médiateurs qui effectuent pour nous les liens entre contenus techniques et usages : ce peut être l’innovateur ou l’utilisateur dans le cas de technologies non encore stabilisées. En revanche, face à des technologies mises en boîte noire, le concepteur est absent et l’utilisateur ordinaire ne nous est pas d’une grande utilité, car il a déjà intériorisé l’ensemble des prescriptions, modèles de comportement auxquels il doit se conformer dans son interaction avec l’objet. Pour avoir accès à ces prescriptions, nous pouvons recourir aux notices et modes d’emploi dans lesquelles elles sont parfois explicitées, ou nous pouvons suivre les disputes, voire les procès qui naissent autour des dysfonctionnements, ou encore suivre le déplacement de l’objet dans des contrées lointaines, culturellement, économiquement etc, différentes de celles pour lesquelles l’objet avait été initialement conçu. C’est ce que nous allons voir maintenant avec l’utilisation de groupes électrogènes au Sénégal.

La description dans le transfert de technologies : quand les utilisateurs réinventent les objets techniques

23Une des utilisations les plus répandues, en milieu rural, au Sénégal, des groupes électrogènes semble être ce que nous avons appelé le « groupe festif » : une administration achète des petits groupes qu’elle distribue aux associations des jeunes des villages, les groupes pouvant être accompagnés de matériel divers comme des lampes, un électrophone, un porte-voix. L’association de jeunes s’en sert pour ses activités, théâtre, fêtes, le prête à ses membres pour leurs propres réjouissances, ceux-ci payant le carburant et l’huile nécessaire, le loue aux villageois non-membres qui doivent eux aussi assurer par leurs propres moyens l’approvisionnement en carburant. L’argent de la location est séparé en deux parts, l’une qui revient au porteur et l’autre à l’association. Se greffent ainsi sur le groupe électrogène une petite foule d’acteurs qui peuvent être considérés comme autant d’appendices sur des éléments repérables du groupe.

24Le châssis métallique qui supporte le groupe et permet son déplacement joue un rôle de premier ordre : c’est dans la circulation du groupe que se définissent le champ des utilisations possibles et les relations entre les divers acteurs.

25Le réservoir à essence lui dispute la vedette : il opère une distinction fondamentale entre ce qu’il est convenu d’appeler coûts d’investissement et coûts de fonctionnement. Ce partage est inscrit dès le départ dans le montage social qui fait aboutir le groupe dans le village : d’un côté l’administration qui assure l’investissement et de l’autre l’association qui gère le fonctionnement. Les négociations entre les deux parties se réduisent au minimum grâce au dispositif technique qui propose d’emblée un accord tout négocié ; bien évidemment, il est toujours possible de mettre en place des formes d’organisation différentes. Mais cela suppose de déléguer un ensemble de tâches à des dispositifs annexes (légaux, humains, techniques), externes à l’objet technique ; dans certains cas, cela nécessite même la mise en place de nouveaux systèmes de mesure, d’où la question : s’agit-il encore du même objet ? Par comparaison, la situation serait fort différente si nous nous trouvions par exemple devant un dispositif dont les coûts sont concentrés sur l’investissement comme c’est le cas pour le photovoltaïque : quel mode de relation prévoir entre l’acheteur et l’utilisateur ? Cette question se pose très pratiquement aux promoteurs du développement du photovoltaïque en Polynésie Française ; après l’implantation de systèmes photovoltaïques dans le cadre de l’électrification rurale, ils n’ont, semble-t-il, toujours pas trouvé le moyen d’introduire un partage des coûts alors que le dispositif n’en opère aucun et, qui plus est, ne fournit aucune mesure susceptible d’être retraduite en termes socioéconomiques : quelle qu’en soit l’utilisation, un panneau photovoltaïque fournit du courant, dans une quantité qui est déterminée par le climat et la position par rapport à l’Équateur ; la relation « habituelle » entre production et consommation (qui manifeste la dépendance réciproque entre deux groupes d’acteurs) se trouve coupée et remplacée par une soumission individuelle, directe et de ce fait arbitraire aux forces de la Nature.

26Situation là encore bien différente de celle que crée le groupe électrogène : le réservoir mesure la proportionnalité entre l’utilisation du groupe et la dépense occasionnée par cette utilisation, proportionnalité que réalise le moteur dans son ensemble. L’établissement d’un lien social particulier, celui de la location, est conditionné par l’existence de cette proportionnalité qui permet la délocalisation de la jouissance du groupe électrogène. Les groupes d’acteurs suscités par le groupe électrogène sont donc fort nombreux puisqu’il nous faut distinguer acheteurs-investisseurs, propriétaires-utilisateurs, utilisateurs-associés, utilisateurs-locataires et enfin porteurs. Ces derniers rendent encore plus « pur » le contenu de la propriété puisqu’ils la libèrent de toute servitude ; leur rétribution marque la limite de la solidarité associative : le travail d’un seul ne peut contribuer à enrichir la collectivité. Dans le même processus, le groupe électrogène construit son espace dont la géographie est sociale ; il est significatif à cet égard que les instituteurs d’un de ces villages qui étaient à la recherche de moyens d’éclairage pour assurer des cours du soir n’aient pas envisagé d’utiliser le groupe et le matériel de l’association à cet effet : dans ce village, la frontière entre le monde « marchand » et le monde « civique » est, sinon créée, du moins modifiée par l’introduction du groupe électrogène qui sert en quelque sorte de différenciateur social.

27Le kit d’éclairage se présentait comme un objet « hypothétique », alors que le groupe électrogène est un équipement banal, intégré dans de multiples secteurs de la vie économique. Nous ne devons cependant pas exagérer la distance qui les sépare et qui peut être décrite en termes de résistance différentielle : pour (re)mettre en pièces le groupe électrogène, il faut un mouvement de rejet d’une toute autre ampleur que pour le kit d’éclairage. Mais, dans les deux cas, nous avons affaire à la création ou à l’extension de réseaux socio-techniques, qui s’effectue par spécification conjointe du « social » et du « technique » : les connexions non standard, l’interrupteur etc. apparaissent dans le mouvement d’effacement de l’utilisateur-projet derrière l’utilisateur réel ; l’étendue des compétences de l’Association de Jeunes, la forme des relations qu’elle entretient avec les autres composantes du village, la définition même de ces composantes sont précisées conjointement à la liste des éléments qui constituent le groupe électrogène. Si nous nous intéressons uniquement à la « fonction » assurée par ce dispositif à l’intérieur de l’Association, nous pouvons imaginer qu’un autre système technique (photovoltaïque, raccordement au réseau…) assure le même « service » d’éclairage et de sonorisation : ceci étant, les relations de l’Association avec le reste du village seraient en partie différentes ou auraient atteint un degré moindre de spécification. C’est en ce sens que nous pouvons dire que nos rapports avec le « réel » sont médiatisés par les objets techniques.

La pré-inscription comme mode d’enrôlement des acteurs : la fabrication des citoyens

28Jusqu’à présent, nous avons envisagé des technologies « douces » du point de vue des contraintes qu’elles exercent sur l’utilisateur : l’usage du groupe électrogène, s’il fait basculer dans le monde de l’économie un certain nombre de relations, ne semble pas créer de déséquilibre grave ; quant au kit d’éclairage, il ne court guère d’autre risque que celui de n’intéresser personne. Mais, dans certains cas, les concepteurs ou constructeurs peuvent explicitement utiliser des systèmes techniques, en tant que médiateurs, leur permettant d’atteindre certains acteurs et de leur assigner des rôles particuliers. C’est ce qui se produit en Côte d’Ivoire avec le réseau électrique, dont l’implantation physique est inséparable d’un vaste mouvement d’organisation du pays sur le plan spatial, architectural, juridique… qui aboutit dans certains cas à la construction d’entités nouvelles et « modernes » telles que l’individu-citoyen. Y a-t-il, comme le suggérait Winner (1980), des technologies intrinsèquement politiques, i.e. non démocratiques, ce qui remettrait en question le type d’analyse que nous avons développé et aboutirait à une forme de déterminisme technique. Nous allons voir ici que, même dans des situations où les relations de pouvoir sont assez marquées, il faut arriver à intéresser les acteurs pour qu’ils acceptent de rentrer dans les rôles qui leur sont proposés.

29Jusqu’à des périodes récentes, la propriété villageoise en Côte d’Ivoire est une propriété collective régie par les anciens, qui allouent à chacun des parcelles selon leurs besoins : ce partage n’est pas stabilisé, il arrive même que la zone d’habitation soit entièrement déplacée. Les autorités ivoiriennes ont décidé de subordonner l’implantation du réseau à l’existence d’un plan de lotissement, c’est-à-dire d’un partage de l’espace physique inscrit dans l’espace du droit, partage qui distingue propriétés privées individuelles et propriétés publiques. Le réseau contribue à matérialiser ce partage puisque, dans la perspective de ceux qui l’implantent et se font les porte-parole de l’intérêt général, il ne peut survoler que l’espace public ; il permet à l’État de se créer un espace propre, inappropriable par un groupe particulier, – l’espace de l’intérêt commun –, en même temps qu’il lui définit des interlocuteurs : seul l’individu a une existence de droit dans le nouveau système qui exclut les modes antérieurs de représentation de la collectivité villageoise.

30La mise en forme d’un plan de lotissement garantit l’existence d’un consensus minimal du village sur l’opportunité de sa stabilisation : ce sont les villageois eux mêmes qui doivent demander aux autorités la réalisation de ce plan. Il constitue par ailleurs le document à partir duquel les autres services publics (voirie, hydraulique, éducation sanitaire…) travaillent et sur lequel ils inscrivent leurs projets. L’état de la propriété marque pour la compagnie électrique l’existence d’un accord à plusieurs niveaux, villageois et inter-administratif, sur le « village-en-projet » : leur prise en compte dans le processus d’électrification permet son intégration dans les différents programmes de modernisation, en faisant l’économie de procédures de consultation et de négociation politique. Par le plan de lotissement, il est demandé aux villageois d’effectuer ce que nous appellerons une pré-inscription, qui manifeste leur consentement à un certaine forme d’avenir. La construction du réseau vient réaliser, stabiliser cet accord, en l’inscrivant durablement dans le paysage.

31On peut légitimement se demander pourquoi les villageois acceptent de rentrer dans le jeu qui leur est proposé alors qu’ils semblent y perdre une part de leur indépendance et se mettre sous la coupe d’un pouvoir central qui s’accroît de ce fait même. Pour être plus exact, il convient de dire que, d’une part, ils font plus qu’accepter – ils « courent » tous après l’électricité – et d’autre part, que la représentation que nous avons donnée d’un pouvoir central en face d’une masse indifférenciée est assez réductrice : en pratique, chaque village se dote de porte-parole (il y a toujours quelqu’un qui a « réussi » et qui est monté à la capitale) auprès des instances administratives et politiques, porte-parole qui négocient âprement l’amélioration des conditions de vie du village. Enfin et surtout, en dehors des bénéfices directs de l’électricité, celle-ci est un formidable dispositif d’intéressement : tout village en disposant peut prétendre attirer de meilleurs instituteurs, un service de santé plus performant, des financements et des projets de développement plus nombreux… Si le processus de l’électrification se présente comme une méthode permettant d’éviter autant que possible la discussion et la négociation directes, il y a malgré tout une transaction, un échange entre les parties en présence, échange dont les termes sont fixés d’avance : les villageois ont au moins la ressource de la refuser.

32Remarquons qu’un individu ne se voit attribuer le rôle de citoyen qu’à condition d’être pris dans une relation, ici effectuée par l’intermédiaire de câbles, de poteaux, de transformateurs, de compteurs, avec un représentant reconnu de l’État. En France, l’individu est enserré dans un ensemble de réseaux tel qu’il a peu de chances d’échapper à son destin de citoyen : depuis l’état civil, en passant par l’école obligatoire jusqu’à la sécurité sociale, les mailles du filet « étatique », formé par l’enchevêtrement de différents réseaux, se referment sur lui. Dans les pays de constitution plus récente, certains réseaux peuvent fournir un appui à un État faible ou inexistant : le réseau électrique effectue et maintient la relation entre un individu et un lieu. Ainsi, en Côte d’Ivoire où seule la minorité des salariés paient des impôts sur le revenu, la facture d’électricité devient le moyen par lequel s’opère le recouvrement des impôts locaux dans les communes qui sont de création récente : confirmation flagrante de ce que le réseau électrique est le réseau socio-technique qui permet aujourd’hui, dans ce pays, de donner l’extension la plus large au concept de citoyen.

CAUSES, ACCUSATIONS ET PRODUCTION DE CONNAISSANCES

33Dans les différents exemples qui ont précédé, nous avons vu comment l’objet technique définit des acteurs, l’espace dans lequel ils se meuvent et bien que nous n’ayons pas insisté sur ce point, des relations entre ces acteurs. Le script effectue un partage des compétences, au sens large du terme ; une grande partie des choix réalisés par les concepteurs peuvent être directement lus comme une réponse à la question : que dois-je déléguer à la machine, que puis-je laisser à l’initiative des humains ? Au travers de ce type de décisions, le concepteur affine le scénario, le script à partir duquel l’histoire future du dispositif doit s’élaborer : il ne se contente plus de fixer la distribution des acteurs, il donne maintenant la « clé » à partir de laquelle tout événement postérieur pourra et devra être interprété ; bien évidemment, cette interprétation peut être remise en question – les organisations de consommateurs en savent quelque chose –, mais disons que si les circonstances d’utilisation ne s’écartent pas trop de ce que le concepteur a prévu, il y a de grandes chances pour que son script soit un des éléments constitutifs du sens attribué à l’interaction objet-utilisateur, ce dernier enrichissant l’histoire de sa propre expérience.

Abobo-La-Guerre et Marcory-Sans-Fil : quand la technique, c’est de la morale

34Dans cette partie, nous allons nous intéresser à un type de délégation particulier, la délégation « morale ». Nous allons examiner un certain nombre de dispositifs, mis en place par le concepteur, afin de lui permettre de garder à distance le contrôle sur le comportement « moral » de ses utilisateurs et nous verrons comment ces dispositifs mesurent et hiérarchisent des comportements, exercent des contrôles, répartissent les causes, attribuent des sanctions ou des récompenses, manifestent une soumission etc.

35Nous l’avons vu, le réseau électrique établit une solidarité forcée entre les différents individus de Côte d’Ivoire. Les relations de chaque individu-consommateur avec le réseau et à travers le réseau avec la société électrique sont codifiés, quantifiés par un dispositif technique banal : le compteur. Le compteur matérialise dans la durée le contrat initial passé entre producteur et consommateur : si l’un des deux faillit à ses obligations, le compteur est soit inactif, soit déposé. Alors que chaque compteur a un effet de symétrisation sur la relation producteur-consommateur – il faut « l’accord » des deux pour le faire tourner –, l’ensemble des compteurs constitue un instrument fort de contrôle qui mesure la cohésion de l’édifice socio-technique matérialisé par le réseau. Ainsi peut-on lire dans le journal de l’EECI, le Kanien, dans son numéro daté de Février-Mai 85 :

« OPÉRATION COUP DE POING À « ABOBO LA GUERRE » Un clignotant rouge s’allume à la DR d’Abobo, banlieue populaire d’Abidjan, qui gère 66 854 abonnés : la chute du rendement de réseau (rapport entre l’énergie émise par la production et l’énergie facturée à la clientèle) qui tombe de 0,93 à 0,87 en un an !

36Toute baisse de rendement est lisible comme multiplication de branchements sauvages, corruption d’agents ou traficage des compteurs. Parce qu’il fonctionne sur l’assemblage maîtrisé d’acteurs aussi bien techniques qu’humains, le réseau mesure l’intensité des phénomènes de marges et des comportements illicites dont il détermine l’existence ou du moins fixe la forme.

37Cette définition de l’espace social va encore plus loin puisqu’elle s’étend aux zones non électrifiées qui se trouvent caractérisées par rapport à ce qui devient la norme, à savoir l’électrification. Ainsi un autre quartier d’Abidjan, Marcory, se voit scindé par le réseau en deux parties, chacune identifiée par un nom et une physionomie sociale :

  • 11 [Touré, 1985]

« Marcory-Sans-Fil, c’est contrairement à Marcory résidentiel par exemple, Marcory sans électricité, sans fil électrique. Les Abidjanais ont de l’humour, c’est connu. Un quartier sans fil, imaginez ce que cela peut offrir comme spectacle. Car si l’électricité est un signe de progrès, son absence suppose d’autres absences : hygiène des rues, habitat construit selon certaines normes, dispensaire, terrain de jeu ou de sport, etc. À l’obscurité la nuit, ajoutez ces manques et vous obtiendrez un repaire de brigands, diraient les gardiens de l’ordre11. »

38Des négociations peuvent néanmoins avoir lieu sur la limite qui sépare le licite de l’illicite : lors de leurs opérations coup de poing, les agents de l’EECI ont pour mission de remplacer les compteurs dits « russes » qui se montrent défaillants sans pénaliser leurs propriétaires : il suffit de tapoter sur le compteur pour le bloquer et continuer à consommer de l’électricité qui ne sera pas facturée. À l’inverse de ces homologues, le compteur russe s’avère techniquement incapable de faire le partage entre comportements licites et illicites, entre « influences » humaines et non-humaines : l’attribution est ici enrayée et le compteur est désavoué dans son rôle d’inscription matérielle du contrat alors que le contrat lui-même est maintenu entre les deux parties en cause.

39Le compteur intervient comme arbitre et gestionnaire d’une relation quand il est considéré seul. L’ensemble des compteurs opère davantage en gendarme de l’organisation collective : il constate, sans les localiser ni les sanctionner, des « irrégularités », lisibles dans un premier temps comme un écart sur une courbe, mais vite retraduites en termes « sociaux ».

40Certains dispositifs vont plus loin dans le « contrôle social » : ils établissent des normes de comportement et punissent les impudents qui les transgressent. Les systèmes de stockage-régulation sur les installations photovoltaïques sont généralement composés de batteries et de modules électroniques : les batteries stockent l’énergie produite et non consommée au moment de sa production ; elles sont indispensables dans le cas de systèmes d’éclairage qui fonctionnent la nuit quand le panneau ne fournit plus d’électricité faute de lumière. Les dispositifs de régulation sont au centre d’un imbroglio technico-économico-social : une batterie ne doit pas être trop déchargée sous peine de voir sa durée de vie considérablement écourtée ; si elle est à l’inverse trop chargée, elle risque de se décharger sur le panneau photovoltaïque en l’endommageant de manière irrémédiable. Pour éviter ce type d’inconvénients, il serait possible de fournir à l’utilisateur quelques instruments de contrôle qui lui permettent de planifier sa consommation en conséquence : ce n’est jamais la solution adoptée, car les constructeurs n’ont qu’une confiance très limitée dans la capacité des utilisateurs à maîtriser leurs désirs et à les subordonner aux exigences techniques du système. Une autre solution consisterait à dimensionner très largement le dispositif de production et de stockage d’énergie par rapport à la consommation occasionnée par l’utilisation prévue. Le coût d’un tel surdimensionnement est très élevé, ce qui incite à préférer d’autres arrangements, tel la mise en place d’un dispositif de régulation. Cette régulation comporte généralement deux seuils qui correspondent aux deux effets mentionnés plus haut : au delà d’une certaine charge, mesurée par la tension aux bornes de la batterie, la régulation coupe la connexion entre le panneau et la batterie ; en deçà d’un autre seuil, c’est la connexion entre la batterie et le système utilisant l’énergie qui est interrompue. Pour être complet, il convient d’ajouter un troisième seuil qui correspond au moment où cette dernière connexion est rétablie, quand la batterie est suffisamment rechargée. Certains modes de consommation se trouvent ainsi imposés par la régulation : l’utilisateur ne peut être trop gourmand ; et il ne peut espérer « racheter » ses excès de gourmandise par une abstinence prolongée. La sanction d’un comportement hors normes – nous voyons là que ces normes sont inextricablement techniques et sociales – est immédiate et abrupte : la coupure et l’impossibilité de « rétablir le courant » avant que la charge de la batterie n’ait atteint un nouveau seuil.

  • 12 Il faudrait inventer quelques injonctions de base qui décrivent les principales opérations effectu (...)

41La régulation s’avère constituer un système de dressage de l’utilisateur comportant sanction et récompense qui conduit à une intériorisation des normes de comportement. Il existe cependant une faille dans ce système : on ne sait pas mesurer simplement la charge d’une batterie ; la mesure de la tension de sortie ne représente qu’une approximation grossière. Quand l’on n’est pas sûr de ses troupes, deux possibilités se présentent : redoubler de précautions et de mesures disciplinaires ou ne rien faire mais s’exposer à des contestations et des revers de fortune. La première solution a été adoptée par les constructeurs des kits d’éclairage photovoltaïque dont nous avons déjà parlé : la trahison possible du dispositif de régulation, qui pourrait se retourner contre eux en accusateur, est une des raisons qui les a incité à rigidifier totalement leur système par des connexions non standard. Alors que la régulation se contente de dire à l’utilisateur : « Ne te crois pas plus grand que tu n’es ! Si tu te soumets à mes injonctions, tu seras récompensé, car tu tireras le maximum de ton dispositif. », les connexions non standard sont plus castratrices : « Nous serons plus fortes que tes désirs ! » crient-elles à l’utilisateur12.

42En Polynésie française, la régulation s’est avérée une bien mauvaise alliée dans le camp des constructeurs et de leurs représentants qui ont pourtant réalisé un grand nombre d’installations photovoltaïques. Imposant sa sanction d’une manière jugée arbitraire par les utilisateurs au vu des promesses initiales du système, ils la dénoncent et manifestent leur mécontentement en téléphonant à l’installateur, à chaque fois que, tranquillement installés devant leur télévision, le système les lâche traîtreusement. Le malheureux installateur, lassé de passer ses soirées en dépannage, a rusé avec la régulation et lui a imposé un redoutable concurrent. Il a installé, en parallèle avec la régulation, un circuit fermé par l’interposition d’un fusible : quand la régulation coupe le courant, l’utilisateur peut le rétablir en créant un court-circuit avec le fusible qui « shunte » la régulation ; ce qui permet d’attendre le lendemain matin avant de déranger l’installateur. Le fusible marque la soumission de l’installateur à ses clients et lui permet d’être là par objet interposé dès que ceux-ci le jugent souhaitable.

43De par son caractère précaire et bricolé, il rend manifeste la nécessité d’une intervention, fût-elle différée. L’installateur plaide coupable dans ce procès : il reconnaît par l’intermédiaire du fusible à la fois la légitimité d’une régulation et celle des réclamations de ses clients ; il se met en position d’être sommé par ceux-ci de rectifier l’arbitrage opéré par la régulation en place sur le dispositif.

« L’ordre des choses et la nature des hommes » : stabilisation et naturalisation des scripts

44Nous venons de voir sur plusieurs exemples comment les objets techniques préforment les relations qu’ils suscitent ou supposent entre les différents acteurs, y compris sur un plan « moral » ; attribuant rôles et responsabilités, ils constituent en puissance des ressorts d’accusation. En théorie, rien ni personne n’est à l’abri d’une telle dénonciation : dans le cas du réseau, les utilisateurs sont désignés pour n’avoir pas respecté le contrat-compteur, mais l’EECI dénonce certains compteurs comme de mauvais représentants du contrat ; dans le cas des systèmes photovoltaïques c’est l’installateur et par lui le constructeur qui sont au banc des accusés par l’intermédiaire de la régulation. L’histoire des kits pourrait se lire comme une longue série d’accusations réciproques entre les différents intervenants : d’un côté les industriels soutiennent que « si ça ne marche pas (sous-entendu techniquement), c’est que c’est mal utilisé (socialement) », de l’autre, les utilisateurs ou plutôt ceux qui se veulent leurs représentants répliquent que « si ça ne marche pas (socialement), c’est que c’est mal conçu (techniquement) ». Nous nous trouvons devant une « réversibilité » presque parfaite qui illustre essentiellement l’absence de relations nouées par le kit entre concepteurs et utilisateurs. L’utilisateur n’« intéresse » pas l’industriel, il ne lui est pas nécessaire en tant qu’utilisateur mais seulement comme butoir qui lui permet de revenir vers l’AFME en démontrant la nécessité d’un soutien de l’État pour le développement de produits encore sans marchés. Le kit n’a pas à « bouger » dans cette histoire, c’est l’utilisateur qui est instrumentalisé dans la relation AFME-industriels.

45Bien différente est la situation du réseau. Nous ne pouvons pas, si ce n’est en basculant dans un registre politique, imaginer une argumentation plausible qui justifie les branchements sauvages et qui place l’EECI en position d’accusée. Le réseau réalise une multitude de relations : nous avons donné les exemples du compteur et du partage de l’espace auxquels il faudrait ajouter la stabilisation et la mise en forme de l’habitat (seules les maisons en « dur » sont électrifiées pour des raisons de sécurité et parce que c’est une manière d’évaluer la solvabilité), la création de réseaux commerciaux le long desquels circulent tout un ensemble de matériel électrique, l’interposition de ces équipements entre l’utilisateur et les principaux objectifs qu’il poursuit quotidiennement etc… La stabilité du réseau, aussi bien physique que sociale, est un des résultats de l’association de tous ces éléments et du poids qu’elles lui donnent. Une petite frange de « déviants » ne peut trouver la force nécessaire pour contrebalancer cette multitude d’acteurs dont les compteurs sont les porte-paroles univoques que l’EECI convoque à souhait. Nous nous trouvons devant une double irréversibilité, une irréversibilité matérielle inscrite dans l’espace et les usages, et une irréversibilité de sens – on ne peut pas renverser les processus d’imputation ou d’accusation –, les deux étant intimement liées.

  • 13 Le problème de la panne est assez intéressant à cet égard et mériterait qu’on s’y attarde : la pan (...)

46Un objet technique définit non seulement des acteurs et des relations entre ces acteurs, mais il doit, pour continuer à fonctionner, les stabiliser et les canaliser : il établit des systèmes de causalité qui s’appuient sur des mécanismes de raréfaction du sens. Le remplacement des compteurs « russes » relève très directement de ce processus dont un des aboutissements est constitué par le diagnostic automatisé et plus loin l’intelligence artificielle13.

CONCLUSION

  • 14 On devrait peut-être même dire que la stabilisation d’un objet technique est inséparable de la con (...)

47À partir du moment où l’objet technique est quasiment stabilisé, il devient, par son effacement, un instrument de connaissance14. En proposant des tarifs d’électricité différents selon qu’il s’agit d’une consommation domestique très faible (éclairage-ventilateur), confortable, professionnelle-artisanale, ou industrielle, la société d’électricité se donne les moyens de caractériser les différentes strates sociales qu’elle permet d’identifier. Si elle choisit des catégories utilisées dans d’autres réseaux socio-économico-politiques, elle se met en position de fabriquer une connaissance « exportable », au sens où ces « données » peuvent être « abstraites » du réseau, qui seul les rend possibles. Ainsi, des légions d’économistes ont-ils travaillé sur la relation prix de l’énergie-consommation, ou PIB-consommation d’électricité.

48La transformation de faits socio-techniques à des faits tout courts passe donc par la transformation de l’objet technique en boîte noire : il s’efface dans le même temps qu’il devient plus indispensable que jamais. Encore une fois, un exemple tiré des expériences des PVD va nous permettre de préciser le propos.

49Le Burkina-Faso est un pays très peu électrifié ; depuis quelques années, le gouvernement tente de modifier cette situation en procédant à l’électrification de centres urbains. Le premier problème qui se pose aux ingénieurs et techniciens est celui du dimensionnement du réseau : comment évaluer la demande ? Deux méthodes ont été expérimentées.

50Le Service des Études économiques a procédé à des enquêtes auprès des abonnés potentiels en leur demandant à quel prix (déterminé par des fourchettes) ils seraient prêts à demander leur branchement au futur réseau. Un tel questionnaire repose sur l’idée implicite qu’il y a, c’est un fait, une relation entre offre et demande, prix et consommation.

51Le service technique a procédé très différemment ; il a dressé des plans des villes en question en repérant les quartiers lotis et les caractéristiques de l’habitat : taille, en « dur » ou non etc. À partir de ce plan, les ingénieurs ont dessiné le réseau « possible » juridiquement, économiquement, techniquement, c’est-à-dire un réseau qui survole l’espace public et qui dessert les maisons en « dur » et les administrations. Le service technique s’est félicité d’avoir adopté cette méthode car, dit-il, en suivant les consignes du service économique, les puissances installées auraient été ridiculement faibles par rapport à la demande qui s’est exprimée une fois le réseau construit.

52Le Service des Études économiques a agi comme s’il n’y avait pas besoin de la médiation technique pour fonder une relation entre prix et consommation, comme si cette relation était un fait de « nature » auquel l’objet technique viendrait donner un contenu concret. Ils ont en quelque sorte été « abusés » par l’effet de naturalisation que produit l’intégration complète de systèmes techniques dans le tissu social. Quand le script proposé par le concepteur ou le constructeur à ses acteurs-en-projet est réalisé par des acteurs en chair et en os (que cette réalisation soit ou non conforme avec ce qu’en avait imaginé le concepteur), nous pouvons dire qu’un réseau, mêlant de manière inextricable des objets techniques et des acteurs (humains ou non-humains), s’est constitué, stabilisé et peut alors être décrit par la circulation d’éléments (objets, éléments physiques, éléments monétaires) en nombre fini.

53La constitution de disciplines (l’économie, la technique, etc…) passe par la mise en place et l’effacement de dispositifs externes au champ disciplinaire : l’économie effectue une mise à disposition des objets techniques de même que la technique une mise à disposition de l’économie ou du social (par exemple dans le cas du diagnostic automatisé…). Ces mécanismes fonctionnent dans des situations bien stabilisées : si l’on introduit par exemple des appareils de chauffage électrique, l’économiste intègrera ce changement technique dans la relation prix-consommation ; l’économie n’est pas en rupture avec la technique ; simplement, elle « suspend » ses relations avec elle.

54C’est en ce sens que les objets techniques peuvent être considérés comme des instruments politiquement forts : dans le même temps qu’ils produisent des modes d’organisation sociale, ils les naturalisent, les dé-politisent, leur confère un contenu autre. Le renversement a posteriori de toutes les histoires particulières qui ont abouti à la mise en place et au fonctionnement de certains objets techniques est à la base de ces processus de naturalisation, c’est-à-dire de fixation univoque de liens de causalité. Nous-mêmes, en attribuant aux objets techniques la capacité de produire des modes de réorganisation sociale, de les stabiliser, de les naturaliser etc., nous nous situons en aval de cette histoire : car, ce que nous avons essayé de montrer tout au long de cet article, c’est que la « réalisation » (au sens de rendre réel) des objets techniques passe par un processus d’entre-définition, et de spécification conjointe des objets par les humains et des humains par les objets ; ce n’est qu’une fois ce long travail achevé que la répartition des causes se stabilise et qu’enfin nous pouvons dire que les objets font telle ou telle chose de même que les humains font telle ou telle autre chose. C’est de cette manière que les objets techniques construisent notre Histoire et nous « imposent » certains cadres de pensée. C’est aussi ce qui rend possible et indispensable une anthropologie des techniques.

Notes

1 Une première version de cet article a été publiée en 1987 dans la revue Techniques & Culture [n°9, 1987].

2 Il y aurait sans doute quelque satisfaction esthétique à considérer un grand tableau où, partant de boulons et d’écrous, de pistons et de bielles, de pignons et de courroies, on arriverait en certains endroits au mode de scrutin électoral, à la stratégie des grands groupes industriels, à la définition de la famille ou à la physique des solides… Tout au long de notre enquête, nous trouverions probablement une foule d’indicateurs (hommes, textes, objets…) prêts à effectuer pour nous une traduction supplémentaire qui étendrait encore un peu plus le réseau constitué ; et tant qu’il s’en présenterait, au nom de quel principe les refuser autre que l’arbitraire lassitude de l’analyste ? Outre la durée indéfinie d’un tel travail, la question principale qui se pose est celle de son intérêt.

3 Nous nous plaçons là dans ce que l’on pourrait appeler la zone consensuelle de l’automobile, qui est définie à la fois par les principaux éléments techniques communs à la plus grande part des véhicules et par leurs usages habituellement reconnus. Il est bien évident qu’aux marges subsistent des zones fortement controversées et que ce sont autour de ces points de friction que se jouent les batailles qui permettent d’établir la suprématie de tel ou tel constructeur ou de tel ou tel type de voiture.

4 Ce terme n’est utilisé que comme un raccourci commode, mais dont l’exactitude laisse à désirer : selon les circonstances, l’actant réquisitionné (et c’est la raison pour laquelle nous préfèrerions le terme d’actant à celui d’acteur) peut être un citoyen, le membre d’une classe sociale particulière, une profession et même seulement un doigt, un corps à une température donnée (dans les systèmes de détection), etc.

5 Sur ces mécanismes de délégation, on peut voir [Latour, 1992b].

6 Nous sommes conscients de la frustration possible du lecteur, face au traitement que nous réservons à ces exemples : il n’est effectivement pas question, étant donné le cadre général de cet article, de traiter chacun d’entre eux de manière détaillée, d’en faire l’histoire complète. Mais, comme il s’agit d’exemples relativement simples et en conséquence particulièrement propices à un effort de conceptualisation, nous espérons que le lecteur sera davantage sensible aux bénéfices de la méthode, qu’aux simplifications qui auront été nécessaires.

7 Cette géographie peut, bien entendu, être mise en question, contestée lors d’épreuves de force comme lorsque l’on cherche à résoudre une panne.

8 Pour avoir un exemple frappant de l’inter-relation entre la définition de paramêtres techniques et la définition d’un « monde » pour lequel l’objet est destiné : [Callon, 1981a]

9 Par exemple : [Winner, 1980], [Latour, 1988]. L. Winner a montré comment la hauteur des passerelles à l’intérieur du parc de Long Island a été choisie afin d’interdire le passage des cars, moyen de transport privilégié des Noirs, de telle sorte que la fréquentation de ces zones de loisir reste l’apanage des Blancs. B. Latour reprenant l’étude de Maurice Daumas raconte comment, d’une manière tout à fait analogue, la municipalité radicale du Paris de la fin du xixe siècle décida de construire des tunnels de métro trop étroits pour autoriser le passage des trains de ligne : leur objectif, réalisé sur 70 ans, était d’empêcher la mainmise des compagnies privées de chemin de fer (soutenues par les partis de droite) sur le métro parisien, et ceci quels que soient les résultats des élections postérieures…Il est bien évident que de multiples traductions sont nécessaires pour arriver à ce résultat : dans le cas de Winner, il faut passer de la séparation Noir/Blanc à celle voiture/car puis à la hauteur des passerelles ce qui n’est possible que parce que la séparation Noir/Blanc est déjà pré-inscrite dans l’accès aux ressources économiques et par voie de conséquence dans la possession d’un bien coûteux comme l’automobile ; dans le cas cité par B. Latour, c’est la largeur des tunnels qui permet de séparer chemin de fer et métro, et derrière les différentes compagnies et les différents partis politiques.

10 Agence française pour la maîtrise de l’énergie

11 [Touré, 1985]

12 Il faudrait inventer quelques injonctions de base qui décrivent les principales opérations effectuées par les objets techniques, à l’instar du charmant « suivez-moi-jeune-homme » de nos grand-mères…

13 Le problème de la panne est assez intéressant à cet égard et mériterait qu’on s’y attarde : la panne renvoie précisément à la définition que nous avons donnée de l’objet technique puisqu’elle ne peut se comprendre qu’« en acte », comme rupture de ce rapport constitué par l’objet technique entre un dispositif matériel et un usage. Toute panne est donc une épreuve de la solidité de l’assemblage « socio-technique » matérialisé par l’objet technique, la rapidité avec la recherche des causes aboutit à un consensus donnant une mesure de cette solidité.

14 On devrait peut-être même dire que la stabilisation d’un objet technique est inséparable de la constitution, qui prend selon les cas plus ou moins d’importance, d’un savoir.

Auteur

Madeleine Akrich est actuellement directrice du Centre de Sociologie de l’innovation. Après son diplôme d’ingénieur des mines, elle a rejoint le CSI où elle a consacré l’essentiel de ses travaux à la sociologie des techniques, en s’intéressant spécifiquement aux utilisateurs : elle a essayé de comprendre comment les innovateurs, concepteurs, promoteurs de dispositifs techniques construisent des représentations des utilisateurs auxquels ils destinent leurs dispositifs et inscrivent ces représentations dans les choix techniques et organisationnels qu’ils effectuent, produisant ainsi des « scénarios » qui cadrent les relations possibles entre les utilisateurs et les dispositifs. Par ailleurs, elle s’est intéressée à la manière dont les utilisateurs s’approprient les technologies et dont ces technologies redéfinissent leurs relations à leur environnement. Depuis quelques années, ses travaux concernent plus particulièrement la médecine : elle a réalisé une comparaison des pratiques obstétricales en France et aux Pays-Bas (avec Bernike Pasveer Comment la naissance vient aux femmes. Les techniques de l’accouchement en France et aux Pays-Bas), deux pays entre lesquels existent des différences massives dans l’utilisation des techniques, et s’est attachée à décrire la manière dont les expériences que font les femmes de leur grossesse et de leur accouchement sont liées à ces ensembles spécifiques de pratiques. Actuellement, elle mène, avec Cécile Méadel, une recherche qui porte sur les collectifs constitués sur Internet dans le domaine de la santé.

© Presses des Mines, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable