Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et fleuve en Asie du Sud

 | 
Harit Joshi
, 
Anne Viguier

Conceptions de l’espace de la ville sainte d’Omkareshwar à l’ombre d’un grand barrage sur la Narmada

Land-use Planning of the Holy City of Omkareshwar in the Shadow of a large dam on the Narmada (Madhya Pradesh)

नरमदा नदी पर बने बांध के साये में पवित्र नगर ओंकारेश्वर

Émilie Crémin

Résumé

La sacralité est profondément ancrée dans la géographie de l’Inde comme en attestent la cosmologie hindoue, les pratiques rituelles et les paysages. La Narmada est l’un de ses sept fleuves sacrés et la ville sainte d’Omkareshwar fut établie sur ses rives afin de vénérer le linga symbole de Shiva, ancrant ainsi cet espace dans un territoire religieux hindou. Un grand barrage fut construit en 2005 sur le site. Lors de sa mise en eau, les terres et les villages situés en amont furent submergés dans son réservoir. Sa structure massive et la création du lac de retenue ont modifié le paysage de la vallée. Ce chapitre montre comment le patrimoine archéologique et environnemental est conçu par les différents groupes sociaux et institutions autour d’un lieu saint de la Narmada quand, dans le même temps, des paysans sont expulsés de leurs terres par de grands projets de développement.

The sacredness is deeply rooted into the geography of India as evidenced by Hindu cosmology, ritual practices and landscapes. The Narmada is one of the seven sacred rivers and the holy town of Omkareshwar was established on its banks in order to worship the linga symbol of Śiva, anchoring thus this space into the Hindu territory. In 2005, a large dam was built on this site. With the filling of the reservoir, upstream land and villages have been swallowed. Its colossal structure and the creation of an artificial lake have changed the valley’s landscape. This chapter aims to discuss how different social groups and institutions around the holy town, conceive the archaeological and environmental heritage, while peasants are being evicted and uprooted from their land by major development projects.

हिन्दू धर्म, रीति रिवाज और तीर्थस्थल दर्शाते हैं कि पवित्रता की भावना किस प्रकार भारत के पूरे भूगोलिक क्षेत्र में बसी हुई है l नरमदा देश की सात पवित्र नदियों में से एक है और ओंकारेश्वर को यहां उपस्थित शिवलिंग की पूजा करने के लिए इसके किनारे बसाया गया था l सन २००५ में इस जगह पर एक विशाल बांध का निर्माण किया गया l सरोवर के बनने से आसपास का इलाका और उसपर स्थित गांव पानी में डूब गए और सारी घाटी का भू दृश्य पूरी तरह परिवर्तित हो गया l इस लेख में हम देखेंगे कि एक ऐसे समय जब किसानों को बड़ी विकास परियोजनाओं के कारण अपनी ज़मीन से हटाया जा रहा है, नगर के इर्द गिर्द रहने वाले संप्रदाय और यहां मौजूद संस्थाएं अपनी ऐतिहासिक तथा पर्यावरणिक धरोहर को किस प्रकार देखते हैं l

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article s’appuie sur les données collectées au cours de quatre mois de terrain, de janvier à a (...)

1La puissance de l’eau qui assure les moyens de subsistance ainsi que le salut, à la fois spirituel et laïque, ne doit pas être sous-estimée1. Les luttes pour l’eau sont simultanément des luttes pour le pouvoir, fondées sur des représentations symboliques, et des ressources matérielles.

2Amita Baviskar (2007, p. 1) présente ainsi l’ouvrage collectif intitulé Waterscapes (paysages de l’eau). Selon cet angle d’approche, l’eau se trouve au cœur des enjeux sociaux et spatiaux de l’Inde contemporaine. L’édification de grands barrages fut planifiée dès l’époque coloniale pour contrôler les ressources en eau des grands fleuves. Après l’indépendance, ces ouvrages se multiplièrent afin d’exploiter l’énergie hydroélectrique nécessaire au développement industriel. Dans le cadre de la Révolution verte des années 1960-1970, ils devaient également permettre d’intensifier la production agricole de vastes périmètres irrigués. À partir de 1985, le gouvernement fédéral et les États du Madhya Pradesh et du Gujarat entreprirent conjointement la construction d’un ensemble d’aménagements dans la vallée de la Narmada. En construisant un barrage à proximité du site sacré d’Omkareshwar et en inondant les terres situées en amont, les autorités ont-elles pris en compte l’importance du patrimoine naturel et culturel pour les communautés vénérant le fleuve et dépendantes de ses terres alluviales pour leur subsistance ?

  • 2 L’ASI est une institution publique, fondée à l’époque coloniale pour conserver et conduire des rec (...)

3Au croisement de parcours de pèlerinage, les espaces concernés constituent également des territoires convoités par le tourisme religieux. En intégrant le grand barrage à l’espace sacré, le gouvernement du Madhya Pradesh envisage un nouveau plan de développement pour la ville sainte et ses alentours. Celui-ci comprendrait un parc historique et naturel. Plus d’une vingtaine de temples millénaires, souvent en ruines, mais classés par l’Archaeological Survey of India (ASI)2, se trouvent sur le chemin de pèlerinage et au cœur de la ville. Comme le note Françoise Choay (1992) :

À travers les siècles et les civilisations, la ville a joué le rôle mémorial (forcément patrimonial) de monument : objet paradoxalement non élevé à cette fin, et qui, comme tous les anciens villages et tous les établissements collectifs traditionnels du monde, possédait à un degré plus ou moins contraignant, le double et merveilleux pouvoir d’enraciner ses habitants dans l’espace et dans le temps.

4Le patrimoine est ici défini comme un objet, ou une zone à protéger, dont la valeur immatérielle est reconnue et contribue à l’ancrage territorial d’un groupe social (Di Méo, 1994).

5Mais la vallée de la Narmada est aussi un espace que se sont approprié des communautés paysannes, qui appartiennent souvent à des groupes tribaux (adivasi*) vivant de leurs activités agricoles et des ressources tirées du fleuve pour leur consommation quotidienne et leurs échanges avec l’extérieur. Or, les territoires de ces populations sont menacés par la montée des eaux dans le réservoir du barrage d’Omkareshwar. En 1992, la mobilisation des paysans des villages condamnés par la construction des barrages s’était déjà opposée à la construction du barrage de Sardar Sarovar, plus en aval. Ce mouvement fut largement médiatisé et soutenu au niveau mondial par des mouvements sociaux et écologistes (Racine, 2001). Paradoxalement, la majorité des hindous de haute caste dominant le pouvoir politique du Madhya Pradesh s’est peu opposée à ces ouvrages, bien qu’elle considère le fleuve comme sacré. Ces attitudes contrastées conduisent à s’interroger sur les différentes conceptions et représentations du territoire des acteurs locaux qui occupent, aménagent, exploitent ou dépendent de ces espaces, ainsi que sur les conflits qui pourraient surgir de leurs divergences de vues.

6Pour répondre à ces questionnements, la mise en perspective du double processus patrimonialisation/territorialisation (Di Méo, 1994) nous permet d’apporter un éclairage sur les enjeux et les conflits (dynamiques institutionnelles, conséquences de l’évolution des usages sociaux de l’espace, logiques d’appropriation) qui animent la gestion et la conservation des ressources naturelles et culturelles dans la vallée de la Narmada et plus particulièrement dans la petite ville sainte d’Omkareshwar.

7Pour mieux saisir les enjeux sociaux, nous commencerons par étudier comment se manifeste la sacralité du site d’Omkareshwar et comment le phénomène religieux structure l’espace et le paysage de la ville sainte. Car, comme l’indique Pierre‑Yves Trouillet (2013), « les espaces religieux hindous (lieux de culte et circulations religieuses) informent sur la société qui les produit, sur ses enjeux et sur ses dynamiques ». Nous évoquerons les mythes et le contexte historique de la fondation d’Omkareshwar et nous présenterons les éléments cultuels qui s’enracinent dans l’espace social et s’imbriquent à de multiples échelles : l’Inde, la Narmada, le site sacré et ses temples. Puis nous détaillerons le grand projet de développement de la vallée de la Narmada et les modifications qu’il implique sur l’agencement des lieux saints et les pratiques des pèlerins hindous. Enfin, nous nous interrogerons sur la manière dont les différentes conceptions du patrimoine naturel et culturel influencent les politiques de réaménagement de l’espace sacré. « La prise en compte des phénomènes de distinction, de domination, d’exclusion et de compétition est utile pour saisir la spatialisation des faits religieux dans sa complexité » (Trouillet, 2013). Nous le vérifierons en étudiant les effets contrastés de la mise en eau du barrage d’Omkareshwar pour les citadins et pour les populations adivasi peuplant les terres situées en amont.

Le fleuve et la ville : un paysage sacré – conception hindoue de l’espace et du temps

La Narmada : un fleuve sacré

8Les croyances et les pratiques religieuses contribuent à façonner les espaces géographiques au travers des sites dévotionnels et des rituels qui leur sont associés. L’approche de la « géographie des faits religieux » invite à analyser le rôle des faits religieux dans l’aménagement et la morphologie de l’espace qui s’exprime notamment dans la relation établie entre religion et environnement (Deffontaines, 1948 ; Claval 1992 ; Bhardwaj, 1999 ; Chiron, 2002). En Inde, certaines montagnes, collines, lacs, ainsi que les fleuves et rivières forment les éléments sacrés qui permettent une lecture religieuse du paysage dans le cadre d’une dialectique entre le monde matériel et le monde spirituel (Eck, 1983, 1996 et 2012).

  • 3 Monica Guidolin étudie cette divinisation du fleuve dans le chapitre « Narmada darshan : la vision (...)

9Comme le Gange, la Narmada est considérée comme un fleuve sacré, associée à une divinité féminine, appelée Mata Narmada (mère Narmada)3. L’eau joue un rôle majeur dans l’accomplissement des rituels religieux : prendre un bain dans des eaux sacrées permet de purifier l’âme et le corps de tous les péchés. Le Narmada Mahatmya, un récit qui fait l’éloge du fleuve, décrit avec beaucoup de précision les très nombreux lieux saints se succédant le long du fleuve. Il indique que pour les dévots de la Narmada, la simple vue du fleuve est suffisante pour absoudre ses péchés une fois pour toutes. L’eau joue un rôle majeur dans l’accomplissement des rituels religieux : prendre un bain dans des eaux sacrées permet de purifier l’âme et le corps de tous les péchés. Les Purana* relatent l’histoire mythique de la fondation de la Narmada et de son territoire sacré, kshetra. Ces mythes sont à l’origine d’une appropriation religieuse de l’espace. En effet, le monde matériel et idéel est pensé et organisé en fonction de cosmogonies et de cosmologies. Le fleuve fait l’objet de pratiques dévotionnelles, notamment le parikrama* de la Narmada, un pèlerinage circumambulatoire, le long des rives du fleuve sacré, depuis sa source à Amarkantaka (voir le chapitre de Monica Guidolin.), jusqu’à son estuaire, dans la mer d’Oman (golfe de Cambay). Les dévots de la Narmada s’engagent à parcourir en trois ans, trois mois, et treize jours de marche, deux fois la longueur du fleuve (1 300 kilomètres), en le gardant à leur droite. Ils partent de l’un des nombreux lieux saints et y reviennent après ce temps de pèlerinage (Waring Maw, 1995).

Omkareshwar : une ville sainte de la Narmada

10Omkareshwar-Mandhata est l’une des nombreuses villes saintes du fleuve Narmada intégrées dans la géographie sacrée de l’Inde. Des pèlerins de l’ensemble du sous-continent viennent y pratiquer des rituels. Ils commencent par un bain de purification dans l’eau de la Narmada, puis se rendent au temple pour le darshan* du jyotirlinga* de Shiva* (Figure 1). Le lieu sacré est remarquable pour son site : il se trouve sur une île, au milieu du fleuve. Enlacée de deux bras du fleuve, cette île formerait un Om (Varenne, 2002) qui constituerait, dans son ensemble, un second linga*(Figure 2).

  • 4 Un « chakra » qualifie en sanskrit une roue ou un disque. Il indique les points de jonction de can (...)

11Comme les villes saintes de Katmandu ou de Bénarès, Omkareshwar apparaît comme un lieu conçu puis construit suivant les préceptes des Vastupurusamandala, traités d’architecture et d’urbanisme hindous fondés sur des textes védiques. Ces textes définissent les règles destinées à bâtir une ville en relation idéale avec le reste du monde, c’est-à-dire, avec l’environnement, la cosmologie et les dieux (Hollé, 2001). La ville s’organise alors selon les chakras4 géographiques correspondant aux points de force de l’espace terrestre, particulièrement propices à l’établissement d’une ville (Claveyrolas, 2003). Les temples détenant les jyotirlinga se trouvent au centre de l’espace urbain. Les autorités locales (panchayat*) et la fondation du temple se concertent régulièrement pour organiser la circulation des pèlerins qui visitent le lieu en famille ou en communauté. L’affluence devient massive lors des fêtes religieuses et jours de pleine lune (purnima) et l’espace d’accueil devient alors toujours plus restreint.

Figure 1

Figure 1

Représentation de Shiva et de son jyotirlinga recouvert d’offrandes, à gauche, et de la Narmada, devant le temple d’Omkareshwar et de l’île de Mandhata, à droite. Mata Narmada est assise sur son véhicule, le caïman, nageant dans les eaux célestes du fleuve.

Figure 2

Figure 2

Représentation de l’île d’Omkareshwar Mandhata sous la forme du « Om » au centre de la Narmada. En hindi en bas à droite « Omkareshwar darshan » (« vision divine d’Omkareshwar »). La photo présente le jyotirlinga de Shiva (ibid.).

Images en vente au marché des offrandes et des souvenirs de pèlerinage, 2005

12Omkareshwar est une petite ville qui est passée de 6 600 habitants permanents en 2001 à 10 000 en 2011, et qui compte 400 familles de pandits (prêtres brahmanes) et 600 familles de commerçants. Des renonçants (sannyasi*) y résident quelques mois par an au sein d’un ashram* auquel ils sont affiliés, puis ils reprennent leur pèlerinage, parcourant l’Inde d’un lieu saint à l’autre. Les pèlerins qui fréquentent le site appartiennent à différentes castes et religions (hindoues, sikhes et jaïnes). De nombreuses familles originaires des villages de la région se rendent aussi sur ce lieu lors de jours favorables. On y trouve également des personnes âgées ayant renoncé à la vie matérielle pour se consacrer à la vie spirituelle, en quête de la libération des cycles de la réincarnation. Ces différents groupes de pèlerins sont hébergés, selon leur caste et leur religion, dans des dharamshala*. Les cinquante dharamshala de la ville sainte appartiennent à des fondations privées qui subventionnent la construction et la gestion de ce patrimoine collectif à la fois urbain et culturel.

Un paysage sacré marqué par l’histoire de l’Inde

13Le haut du plateau de l’île est couvert de ruines, vestiges d’une ancienne cité. Plusieurs grands portails monumentaux y sont présents depuis plusieurs siècles, décorés de divinités représentées sous leurs formes terrifiantes. Ce paysage abandonné contraste fortement avec la dynamique de la ville d’Omkareshwar, animée par le passage des pèlerins, des sannyasi, des commerçants et des brahmanes. Quelle est donc l’histoire de cette cité abandonnée sur le plateau de l’île ? Y a-t-il, selon la conception du territoire sacré des pèlerins, un sens à y maintenir de tels vestiges ?

  • 5 Données communiquées par l’INTACH (Indian National Trust for Art and Cultural Heritage). L’INTACH (...)

14Au cours de la période médiévale, la cité d’Omkareshwar fut gouvernée par la dynastie des rois hindous Paramara du Malwa (975-1295 apr. J.‑C.), anciennement connus sous le nom de rois d’Avanti, l’Ujjain contemporaine. Omkareshwar est une ancienne ville sainte peuplée dès sa fondation par des brahmanes, mais les campagnes voisines étaient principalement peuplées par des communautés tribales de Bhil*. En 1165, un rajput de la dynastie Chauhan, Bharat Singh Prithviraj, vint du Rajasthan conquérir la ville. Il prit possession de la cité et se maria avec la fille du chef local, Nathul Bhil. Les descendants de ce mariage exogame, entre un prince rajpoute et une princesse Bhil, ont formé la caste locale des Bhilala. Ils furent les héritiers et les conservateurs de la cité-temple sur l’île de Mandhata. Aujourd’hui, leurs descendants sont appelés par les habitants d’Omkareshwar « Raja », ou, plus officiellement « Bhilala Rao Sahib de Mandhata ». À partir du xiiie siècle, les musulmans, à leur tour, tentèrent de prendre la cité d’Omkareshwar et les autres villes de l’est Nimar. Pour protéger le site sacré, des remparts furent édifiés autour de l’ancienne cité religieuse. Cinq siècles plus tard, les Britanniques au pouvoir remarquèrent la valeur archéologique des différents bâtiments construits sur le site et effectuèrent de nombreux travaux de restauration et d’aménagement5. Selon les Gazetteers rédigés par les agents de l’administration coloniale, les communautés Gond*, Bhil et Korku de la vallée se seraient activement opposées à la domination étrangère (Baviskar, 1995, p. 58-66). Ainsi, Omkareshwar fut au centre d’une histoire tourmentée qui a marqué son paysage, chaque période y laissant des traces. Lorsque l’on suit le chemin de parikrama, on trouve des dizaines de vestiges de temples qui rappellent la richesse passée de cette cité hindoue isolée sur l’île d’Omkareshwar-Mandhata. Le temple shivaïte de Siddhanath à l’architecture brahmanique du xiie siècle, aujourd’hui en ruine, fut autrefois le plus prestigieux de tous ces temples. En 1902, il fut protégé et classé monument historique par Lord Curzon alors vice-roi des Indes. Bien qu’ils soient moins visités, ces lieux contribuent à la définition du territoire hindou d’Omkareshwar.

15L’espace sacré de la ville sainte a connu d’importantes transformations depuis le début du grand projet d’aménagement de la vallée. Le gouvernement indien y a trouvé un espace favorable pour bâtir un grand barrage, à quelques centaines de mètres en amont du centre sacré (Crémin, 2010 et 2013).

Des changements liés à l’aménagement d’un grand barrage et au développement urbain

Aménagement du fleuve : un réseau de barrages

  • 6 Expression de Nehru (1954).

16Dès le début des années 1950, la planification des ressources en eau et en électricité dans le bassin de la Narmada fut entreprise dans le cadre de la politique de développement conduite par Nehru. Les barrages étaient alors célébrés comme les « temples de l’Inde moderne »6. Ces grandes ambitions de croissance et de prospérité économique par l’utilisation des ressources en eau continuent d’inspirer les gouvernements du Gujarat et du Madhya Pradesh. Le plan de développement de la Narmada (Narmada Valley Development Plan : NVDP) est un projet gigantesque qui a pour objectif le développement d’un vaste réseau d’irrigation et la production d’hydroélectricité. Il concerne l’ensemble du bassin du fleuve et envisage de mettre en place 30 projets de barrages majeurs (11 sur le fleuve principal et 19 sur ses affluents) dont six sont polyvalents, cinq destinés à produire de l’hydroélectricité et 19 dévolus à l’irrigation, ainsi que 125 à 135 projets de barrages moyens et environ 3 000 petits projets pour l’irrigation. Cet ensemble d’infrastructures hydrauliques qui devrait, à terme, couvrir et gérer l’ensemble du bassin, altère ainsi le cours et la nature du fleuve (Bethemont, 2000).

17Ces barrages devront irriguer 15 000 km² au Madhya Pradesh. Le seul barrage de Sardar Sarovar devrait irriguer une superficie de 21 000 km² au Gujarat et 750 km² au Rajasthan. De plus, il apporterait de l’eau potable à 8 215 villages, 136 villes du Gujarat et à 131 villages du Rajasthan. Au cours de la dernière décennie, un réseau d’irrigation de 75 000 kilomètres a été aménagé, qui occupe 800 km² de terres (Narmada Hydroelectric Development Corporation NHDC, 2003). L’État du Madhya Pradesh aurait un potentiel hydroélectrique de 4 000 MW (seuls 850 MW sont actuellement exploités). Les installations au sein du bassin de la Narmada ont été conçues pour fournir 3 400 MW, dont 2 000 MW au Madhya Pradesh et 1 400 MW au Gujarat par l’intermédiaire du barrage de Sardar Sarovar – dont bénéficieront principalement le Madhya Pradesh (57 %), le Maharashtra (27 %), et secondairement le Gujarat (16 %) selon le Sardar Sarovar Narmada Nigam Ltd.

  • 7 Selon Philippe Pinchemel (1997, p. 315) : « Il y a artificialisation lorsque les sociétés introdui (...)

18Le premier grand barrage bâti sur la Narmada fut celui de Sardar Sarovar, dont la pierre fondatrice fut posée en 1992. La Narmada Hydroelectric Development Corporation (NHDC), formée en 2000 en associant le gouvernement du Madhya Pradesh à la National Hydroelectric Power Corporation (NHPC), a financé la construction et l’exploitation des barrages d’Indira Sagar (1000 MW) et d’Omkareshwar (520 MW). Ce dernier a été inauguré en 2007. Ces deux barrages sont aujourd’hui en activité et l’hydrosystème fluvial est progressivement artificialisé7 dans son ensemble.

19Or, ces travaux ont été réalisés sans prendre en compte les relations existantes entre les populations (les habitants du site sacré, les habitants des villages voisins menacés de submersion et les pèlerins), l’espace approprié (territoire) et les lieux à valeur patrimoniale. Le mouvement social, formé par les habitants des villages menacés de submersion pour s’opposer à la construction des barrages, organise parfois des actions pour sensibiliser l’opinion publique à leur sort, mais les travaux d’aménagements se poursuivent malgré tous les efforts déployés.

Figure 4

Figure 4

Carte de la ville sainte d’Omkareshwar

Submersion de temples et du chemin de pèlerinage

20La construction du grand barrage en amont de la ville d’Omkareshwar a contribué à la transformation du site sacré. Des temples ont été détruits ou déplacés pierre par pierre, notamment les vestiges d’un temple vishnouite du xiiie siècle, connu sous le nom de Chaubis Avatar. Selon le département d’archéologie du Madhya Pradesh, ces vestiges ont été fortement endommagés avant leur déplacement par les constructeurs du barrage. D’autres temples hindous et jaïns ont été submergés par le réservoir et ne subsistent désormais plus que dans le souvenir collectif des habitants d’Omkareshwar. Les réservoirs des barrages ont inondé les chemins de pèlerinage en amont tandis que le manque d’eau en aval empêche parfois les pèlerins de prendre leurs bains rituels. De plus, les lâchers de barrage sont devenus dangereux pour les pèlerins qui se baignent. Il est déjà arrivé que des groupes soient emportés par une brusque montée des eaux. L’aménagement du grand barrage a donc nécessité un réajustement des pratiques des pèlerins.

Réaménagement et restructuration de la ville sainte pour accroître sa capacité d’accueil

21Pour compenser ces désagréments et assurer la pérennité du site sacré, la NHDC a financé la construction d’un pont en 2003 afin de relier l’île à la rive sud de la Narmada. Ce pont s’ajoute à celui construit en 1979 et facilite la circulation des pèlerins lors des grandes festivités. La NHDC a ainsi apposé son empreinte et inscrit la perspective du progrès dans le paysage sacré d’Omkareshwar. Le panchayat et les autorités locales se sont chargés d’élargir et de réaménager les artères, ouvrant ainsi l’accès aux temples. Cette opération a été effectuée au moyen de bulldozers qui ont démoli sur leur passage des temples anciens, des remparts et des échoppes. Les galeries marchandes ont été reconstruites, avec deux mètres de retrait, pour que les pèlerins puissent continuer à acheter des offrandes avant de se diriger vers le temple du jyotirlinga. La transformation de la ville a anéanti certains vestiges et d’anciens repères et tend à modifier les pratiques des usagers du site qui ne retrouvent pas toujours les lieux où ils avaient l’habitude d’accomplir leurs prières. Néanmoins, les visiteurs sont toujours plus nombreux, dans une période où la consommation touristique se développe à l’échelle du pays.

Conceptions et représentations de l’espace géographique : du matériel et de l’idéel

La distinction, même théorique de l’idéel et du matériel, appliquée aux objets de la géographie, permet au géographe d’entrer de plain-pied dans le concert des sciences humaines et sociales. Elle le confronte à un espace géographique soudain épaissi, riche des univers sociaux et culturels dont il ne se dissocie pas. Un espace chargé des idéologies qui mènent le monde, imprégné par les mythes et par l’histoire des sociétés qui l’ont produit et le produisent, contrôlé et géré par un ordre politique dont les ramifications s’observent jusque dans le moindre rapport social ou spatial. (Guy Di Méo, 2005, p. 120)

22C’est en adoptant cette approche que nous allons à présent étudier les conceptions et les représentations de l’espace géographique qui permettent la construction sociale du patrimoine.

Un espace de développement et de conservation : patrimonialisation des vestiges archéologiques et de la nature

23La notion de patrimoine a pris de l’importance dans les discours des grands sommets internationaux depuis les années 1960. Les termes de ce concept furent définis plus précisément en 1972, lors de la convention sur le Patrimoine mondial de l’UNESCO. Puis les conférences des Nations Unies sur l’environnement, dont le sommet de la Terre à Rio en 1992, ont soutenu la volonté de préserver le patrimoine naturel et culturel.

  • 8 BJP : Bharatiya Janata Party (Parti nationaliste hindou).
  • 9 Entretiens avec les gardes forestiers et les gardiens des sites archéologiques.

24Le site d’Omkareshwar est un lieu sacré doté d’un environnement et d’un ensemble de monuments d’une grande richesse, mais son classement sur la liste du patrimoine mondial n’a jamais été à l’ordre du jour. En revanche, plusieurs temples en ruines ont été classés par l’ASI et sont recensés par l’INTACH. Un programme de développement d’Omkareshwar est en cours d’élaboration à Bhopal, où siège le gouvernement du Madhya Pradesh dirigé par le BJP8. Il envisage de classer Omkareshwar sous le label de Pavitra Nagari City, c’est-à-dire « ville sainte », afin de consacrer cet espace au « tourisme religieux ». Il prévoit de créer un parc culturel et naturel au sein duquel les monuments religieux seront conservés et restaurés. Le complexe touristique inclura l’espace sacré d’Omkareshwar et le nouveau barrage, dont le réservoir pourra devenir un centre nautique de loisir. Le gouvernement espère que ce centre attirera un grand nombre de visiteurs indiens et étrangers chaque année afin de permettre une forte croissance économique dans la localité. Des hôtels privés et publics ont été construits pour les héberger. Pour cela, le gouvernement a préempté les terres de l’île et a procédé à l’expulsion des résidents en situation irrégulière, essentiellement des paysans appartenant aux tribus adivasi et des petits commerçants vendant du thé aux pèlerins de manière informelle. Les autorités locales ont repris le contrôle de ce domaine qui doit être réaménagé pour créer une zone touristique. La zone forestière de l’île sera classée sous le label de Wildlife Sanctuary (aire de protection de la vie sauvage) et portera le nom d’Omkareshwar-Mandhata Sanctuary. Sa gestion sera confiée au département des Forêts de l’État tandis que les ruines qui s’y trouvent resteront sous la responsabilité du département d’Archéologie9.

25Le discours « patrimonialiste » de l’Archaeological Survey of India et du gouvernement du Madhya Pradesh pourrait entrer en contradiction avec la pratique religieuse qui existe en ces lieux sacrés, car la patrimonialisation revient souvent à laïciser un site par sa conservation et à l’ouvrir au tourisme qui devient une manne économique. Néanmoins, le pèlerin en quête d’un échange avec le monde immatériel, qui conçoit le site comme sacré dans sa transcendance idéelle, s’accommode et profite aussi des infrastructures touristiques et des espaces de loisir installés par les autorités chargées de l’aménagement du territoire.

Un espace de transcendance, de socialisation et une manne économique

26La pratique que les pèlerins hindous ont du site sacré d’Omkareshwar montre qu’ils s’y rendent pour entrer en relation avec un monde transcendant, immatériel, spirituel. Le monde matériel, le bâtiment du temple ou les ghat*, ne sont pas appréciés pour leur caractère patrimonial. C’est la présence divine dans l’espace qui importe, et non l’édifice qui l’entoure. Par définition, les lieux et les temples s’expérimentent culturellement et socialement. Les lieux s’inscrivent en effet dans des réseaux et dans des territoires. Les lieux n’ont du reste « aucun sens en eux-mêmes : ils n’ont que celui qu’on leur donne » (Brunet, 1993, p. 299). Si les pèlerins ne viennent pas (ou plus) les fréquenter, alors, ils perdent leur essence et leur existence, ce qui conduit à leur abandon, comme en témoignent les ruines de temples. Par conséquent, la patrimonialisation d’un site abandonné n’a guère de sens. Les visiteurs et les pèlerins s’intéressent peu à ce « patrimoine historique », car ils se rendent surtout sur le site pour rencontrer les forces divines et obtenir le darshan. Les lieux existent tant qu’ils sont socialisés. Alors, les temples anciens reprennent vie lorsqu’ils sont utilisés par des brahmanes accueillant les pèlerins pour réaliser des rituels (puja*). Sur le chemin du retour, les fidèles s’équipent de nombreux objets et de souvenirs, tels que des images du lieu saint (Figures 1 et 2), des figurines de divinités ou des représentations miniaturisées du jyotirlinga, pour les placer dans un autel à prière, une fois de retour chez eux.

27La majorité des hindous ne se sont pas mobilisés contre la construction des barrages, car l’existence du site d’Omkareshwar n’est pas directement menacée par la construction du grand barrage, contrairement au territoire des tribus, dont les villages ont été submergés. En outre, la disparition des anciens chemins de pèlerinage désormais inondés ne remet pas fondamentalement en cause les pratiques des pèlerins : de nouveaux chemins sont aménagés et beaucoup de pèlerins choisissent maintenant de circuler en bus, de site sacré en site sacré, manifestant ainsi leurs capacités d’adaptation. Ainsi, les habitants d’Omkareshwar sont plus attachés à bâtir une nouvelle ville qu’à préserver d’anciennes structures. Les temples les plus importants et les plus attractifs sont régulièrement rénovés, comme le montre l’importance donnée au temple du jyotirlinga. Les associations qui gèrent les temples investissent régulièrement dans des aménagements de leur espace pour accueillir toujours plus de pèlerins. Ces travaux font d’ailleurs parfois l’objet de conflits entre les brahmanes et les différentes confréries de sannyasi qui souhaitent garder un ancrage dans le lieu et recevoir les pèlerins qui demandent leurs services.

28La dynamique de la ville d’Omkareshwar se recentre autour du fleuve, sur les ghat, autour des temples les plus populaires, principalement celui du jyotirlinga et sur les bâtiments récents. Ainsi, de grands ashrams ont été construits depuis les années 1970. En effet, les fondations des grands guru, telles que celles de Ramakrishnan et de Vivekananda, reçoivent des donations de pèlerins qui résident aux quatre coins de l’Inde, mais aussi à l’étranger. Les fondations ont investi dans la construction de bâtiments pour accueillir leurs pèlerins lors des grandes célébrations. L’édification de ces centres de retraite spirituelle contribue à l’extension de la ville le long des berges de la Narmada, dont l’accès est toujours facilité par l’aménagement de ghat. Le lieu de pèlerinage produit une manne financière colossale que les fondations de temples, les fondations des guru, les confréries de sannyasi et les sadhu se partagent, mais il devient aussi la source d’enjeux économiques et politiques pour le contrôle de l’espace sacré.

L’évacuation des paysans adivasi

29Contrairement aux espaces urbains, les territoires des paysans de la plaine en amont du barrage, principalement des populations adivasi appartenant aux Scheduled Tribes*, ont été évacués, et les villageois ont été contraints de quitter leurs terres. Certaines familles ont obtenu de l’État des terres en compensation, mais les paysans de la vallée de la Narmada n’ont jamais accepté de quitter volontairement leurs villages, malgré les pressions exercées par les gouvernements successifs. Pour les communautés Bhil et Bhilala, qui peuplent les collines de la vallée de part et d’autre de la Narmada, le fleuve et ses berges offraient les ressources nécessaires à leur subsistance. Elles se sont régulièrement opposées aux tentatives de contrôle extérieur de leurs territoires (Baviskar, 1997). Malgré leur résistance, ces populations sont aujourd’hui les plus affectées par la mise en eau des barrages. Le traumatisme du déplacement est exacerbé chez ces communautés, en raison de l’attachement et du lien spirituel qu’elles ont envers des terres qui constituent leurs repères sociaux. Leurs pratiques culturelles et leurs liens communautaires sont affaiblis par les déplacements et par la perte des ressources communes sur lesquelles se fonde leur économie (Mc Cully, 1996).

30Trente villages ont été partiellement ou complètement submergés puis déplacés dans les districts de Khandwa et de Dewas. En 1993, la population de ces villages était estimée à 10 236 habitants, soit 1 903 familles selon les recensements de la Narmada Valley Development Authority (NVDA), qui dépend du gouvernement du Madhya Pradesh. En 2000, cette même organisation donne le chiffre de 3 024 familles, soit 15 120 personnes dans les 30 villages. Toutefois, le Narmada Bachao Andolan (NBA), mouvement social de défense de la Narmada, estime que les chiffres ont été sous-estimés par les autorités. Pour cette organisation, 50 000 personnes résidant en amont du barrage sont concernées partiellement ou totalement par la mise en eau du barrage d’Omkareshwar. En raison de cette comptabilisation discutable, plusieurs centaines de familles sont restées sans propositions de relogement et de compensation. Dépossédées de leurs terres après la submersion de leurs villages, démunies de titres de propriété, elles se sont installées sur les marges de la ville sainte et sur son île. Plusieurs quartiers composés de baraques construites de bois, de paille, de boue et de matériaux industriels récupérés se sont ainsi formés. Mais dans le cadre du réaménagement de l’espace à vocation religieuse, les autorités demandent régulièrement aux nouveaux occupants de quitter les lieux de gré ou de force, alors que les ashrams et les sadhu habitant des huttes ont été, quant à eux, autorisés à rester.

31Pour défendre leur identité et leur autonomie économique et politique, les communautés de paysans adivasi se sont associées en sanghat (association) et se sont fédérées au sein de la Narmada Bachao Andolan. Cette organisation, soutenue par des écologistes, est depuis 1990, à la tête du mouvement social « Sauvons la Narmada » qui s’oppose depuis plus de 20 ans à la construction des grands barrages de la Narmada. Les communautés adivasi, qui s’y sont engagées veulent être partie prenante des décisions qui bouleversent leur vie quotidienne et estiment que le système de développement actuellement à l’œuvre ne leur apportera aucun bénéfice (Baviskar, 1997). Elles dénoncent la mainmise de l’État sur le territoire et sa politique de développement orientée vers « l’intérêt général », au détriment des populations paysannes locales (Roy, 1999 ; Routledge, 2004 ; Morrison, 2010).

32Pour empêcher la mise en fonctionnement de l’installation hydroélectrique, les habitants des villages submergés ont manifesté leur mécontentement en organisant un Jal Satyagraha. Cette action de désobéissance civile a associé une grève de la faim à une menace de noyade collective en cas d’élévation du niveau de l’eau dans le lac de retenue. De juillet à septembre 2012, 250 villageois ont mené cette action non violente en restant 17 jours dans le lac du barrage avec de l’eau jusqu’à la taille. Après plusieurs semaines de mobilisation, l’État a finalement accordé des terrains de deux hectares à 2 500 familles, conformément à une demande de la Cour suprême en mai 2011. Mais même si les familles obtiennent des terres en compensation, elles vivent un déracinement profond en quittant leur territoire originel et les terres concédées ne sont souvent pas de qualité équivalente à celles qu’elles ont perdues.

33Ces communautés tribales sont en effet étroitement dépendantes des ressources de leur milieu. La reconnaissance des bienfaits que leur apporte leur territoire est célébrée par des rituels, des chants et des danses. Pour ces communautés, une énergie spirituelle émane de tous les éléments naturels (forêts, roches, rivières) (Baviskar, 1995). « Leur philosophie repose sur un profond respect de la nature et des êtres vivants, et sur l’interdépendance de toutes formes de vie. » (Gita, 1993). D’autres sanctuaires sont dédiés au culte de leurs ancêtres. Si leurs croyances religieuses sont à l’origine animistes, elles ont aussi assimilé l’hindouisme des classes sociales qui dominent politiquement leur territoire. La vie économique de ces sociétés est donc inséparable de leur vie spirituelle, même si ces communautés adivasi, identifiées à des basses castes par les hindous, se voient refuser l’accès aux sites sacrés fréquentés par les hautes castes. Les symboles cultuels qui marquent le paysage rappellent et expriment la force de l’attachement qui lie ces populations à leurs territoires (Baviskar, 1995). Le déplacement que leur impose l’État contribue à les déterritorialiser, ce qui produit un fort traumatisme économique en les dépossédant des ressources, et les contraint à redéfinir leur identité culturelle et spirituelle dès lors qu’ils doivent s’approprier de nouveaux espaces sociaux en zone rurale ou urbaine.

Conclusion

34La restructuration et le réaménagement de la ville sainte d’Omkareshwar sont conçus différemment selon les perceptions de l’espace propres aux divers groupes sociaux et institutions et donnent lieu à des discours multiples.

35Les autorités du Madhya Pradesh distinguent des espaces à exploiter (ressources du fleuve) et des espaces à conserver (patrimoine architectural et naturel). La conservation du « patrimoine », telle qu’elle est définie par l’ASI et par l’organisation INTACH, est issue d’une conception « matérialiste » du monde, souvent imposée par des institutions nées en Occident, telle l’UNESCO. Elle est souvent en contradiction avec les modes de gestion, les pratiques et les usages locaux des espaces naturels. En effet, les institutions publiques produisent une « nature patrimonialisée », une « patrimonialisation de la biosphère » avec le statut de zones protégées alors que pour les habitants du lieu, il s’agit d’un espace de vie où le sacré est « immatériel » et dans lequel ils trouvent les ressources nécessaires à leur subsistance.

36Pour les pèlerins hindous, l’espace sacré de la ville détient une force spirituelle au caractère immatériel, où le lien s’exprime dans la socialisation et l’échange. Les aménagements de la vallée de la Narmada ont certes modifié les pratiques des pèlerins, mais le site est réaménagé pour accueillir toujours plus de dévots, apportant une manne économique dont profitent les brahmanes et les sadhu qui officient sur le site sacré d’Omkareshwar.

37Pour les paysans adivasi, le territoire est à la fois un espace de subsistance et un lieu d’ancrage identitaire. En amont du barrage, les milieux dans lesquels les paysans adivasi prélevaient les ressources naturelles nécessaires à leur subsistance et les lieux auxquels ils étaient attachés du fait de leur sacralité tendent à devenir des espaces sécularisés réservés au tourisme. Ces espaces deviennent une source de contestation pour ces populations locales dépossédées de leurs terres (Singh, 2008). Ces différentes manières de concevoir l’espace et le territoire donnent lieu à des conflits et débouchent sur des tensions politiques pour le moment sans solution.

Bibliographie

Baviskar Amita, 1997, “Displacement of the Bhilala tribals of the Narmada Valley”, in Drèze Jean, Samson Meehra, Singh Satyajit (eds.), The Dam and the Nation: Displacement and Resettlement in the Narmada Valley, Delhi : Oxford University Press.

Baviskar Amita, 1995, In the Belly of the River: Tribal Conflicts over Development in the Narmada Valley, Delhi : Oxford University Press.

Baviskar Amita (ed.), 2007, Waterscapes: The Cultural Politics of a Natural Resource, New Delhi : Permanent Black.

Bethemont Jacques, 2000, les Grands Fleuves, Paris : Armand Colin, « U ».

Bhardwaj Surinder Mohan, 1999 [1973], Hindu Places of Pilgrimage in India: A Study in Cultural Geography, New Delhi : Munshiram Manoharlal Publishers.

Brunet Roger, Ferras Robert, Théry Hervé, 1993, Dictionnaire critique de la géographie, Paris : Reclus.

Chiron Olivier, 2002, « Mandala, structure d’organisation d’un paysage sacré du Sikkim (Inde) », Géographie et cultures, no 43, p. 35-53.

Choay Françoise, 1992, l’Allégorie du patrimoine, Paris : Éditions du Seuil.

Claval Paul, 1992, « Le thème de la religion dans les études géographiques », Géographie et cultures, no 2.

Claveyrolas Mathieu, 2003, Quand le temple prend vie. Atmosphère et dévotion à Bénarès, Paris : Éditions du CNRS.

Crémin Émilie, 2009, « Les temples de l’Inde moderne : un grand barrage dans un lieu saint de la Narmada (Madhya Pradesh) », Géocarrefour, vol. LXXXIV, nos 1-2, p. 83-92.

Crémin Émilie, 2013, l’Inde des grands barrages. Omkareshwar : une ville sainte de la Narmada en cours de transformation (Madhya Pradesh, Inde), Sarrebruck : Éditions universitaires européennes.

Deffontaines Pierre, 1948, Géographie et religions, Paris : Gallimard.

Di Méo Guy, « Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle », Espaces et Sociétés, vol. LXXVIII, no 3, 1994, p. 15-34.

Di Méo Guy et Buléon Pascal, 2005, l’Espace social : lecture géographique des sociétés, Paris : Armand Colin, « U ».

Eck Diana, 2012, India: a sacred geography, New York : Harmony Books.

Eck Diana, 1996, Darsan: seeing the divine image in India, 2nd ed., New York : Columbia University Press.

Eck Diana, 1983, Banaras: City of light, London : Penguin books.

Gaborieau Marc, 2002, « Incomparables ou vrais jumeaux ? Les renonçants dans l’hindouisme et dans l’islam », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 57e année, no 1, p. 71-92.

Gita Mehta, A river Sutra, 1993, Paris : Librairie générale française, trad. Dominique Rinaudo.

Hollé A, 2001, « Organisation socio-spatiale de la vieille ville de Katmandou à la fin du xxsiècle », Mappemonde, no 61.

Mc Cully Patrick, 1996, Silenced Rivers. The Ecology and Politics of Large Dams, London : Zed Books.

Morrison Kathleen D., 2010, “Dharmic projects, imperial reservoirs, and new temples of India: An historical perspective on dams in India”, Conservation and Societies, no 8, p. 182-95.

Pinchemel Philippe, 1988, la Face de la Terre. Paris : Armand Colin.

Racine Jean-Luc, 2001, « Débat sur la Narmada : l’Inde face au dilemme des grands barrages », Hérodote, no 102, p. 73-85.

Routledge Paul, 2003, “Voices of the Dammed: Discursive Resistance Amidst Erasure in the Narmada Valley, India”, Political Geography, no 22, p. 243–270.

Roy Arundathi, 1999, l’Écrivain-militant, Paris : Gallimard, « Folio documents ».

Russel RV, 1997 [1908], Central Provinces District Gazetteers. Nimar district, Government of Madhya Pradesh.

Singh Rana P.B., 2008, “The contestation of Heritage: the Enduring Importance of religion”, in Graham Brian et Howard Peter (eds.), The Ashgate Research Companion to Heritage and Identity, Burlington : Ashgate Publishing Company.

Trouillet Pierre-Yves, 2013, « Pour une géographie sociale des faits religieux. L’exemple de l’hindouisme en pays tamoul (Inde du Sud) », Carnet de Géographes, no 6. En ligne :http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_06_06_Trouillet.php

Varenne Jean, 2002, Dictionnaire de l’hindouisme : introduction à la signification des symboles et des mythes, Monaco : Édition du Rocher.

Waring Maw Geoffrey, 1995, Narmada: the Life of a River, Hoshangabad : Marjorie Sykes editions, Friends Rural Center.

Sitographie

Narmada Bachao Andolan (NBA) : http://www.narmada.org/

Fondation du temple d’Omkareshwar : http://omkareshwar.org/

Indian National Trust for Art and Cultural Heritage (INTACH):

http://www.intach.org

Narmada Valley Development Authority (NVDA): http://nvda.mpforest.org/NVDA-website/

Notes

1 Cet article s’appuie sur les données collectées au cours de quatre mois de terrain, de janvier à avril 2005, d’une semaine en mars 2007 et d’une autre en janvier 2009. Le premier terrain a donné lieu à une maîtrise de géographie dirigée par Annick Hollé, Université Paris 8 Saint-Denis.

2 L’ASI est une institution publique, fondée à l’époque coloniale pour conserver et conduire des recherches sur des monuments historiques. Elle est notamment chargée de la conservation du patrimoine à Omkareshwar.

3 Monica Guidolin étudie cette divinisation du fleuve dans le chapitre « Narmada darshan : la vision divine du fleuve dans la ville d'Amarkantaka » de cet ouvrage.

4 Un « chakra » qualifie en sanskrit une roue ou un disque. Il indique les points de jonction de canauxd’énergie localisés dans le corps humain.

5 Données communiquées par l’INTACH (Indian National Trust for Art and Cultural Heritage). L’INTACH est une fondation privée dédiée à la préservation du patrimoine matériel et culturel indien. Elle est l’une des principales sources de financement pour la conservation des bâtiments classés.

6 Expression de Nehru (1954).

7 Selon Philippe Pinchemel (1997, p. 315) : « Il y a artificialisation lorsque les sociétés introduisent dans les cycles naturels des produits extérieurs, ont recours à des procédés qui altèrent le fonctionnement du milieu ».

8 BJP : Bharatiya Janata Party (Parti nationaliste hindou).

9 Entretiens avec les gardes forestiers et les gardiens des sites archéologiques.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Représentation de Shiva et de son jyotirlinga recouvert d’offrandes, à gauche, et de la Narmada, devant le temple d’Omkareshwar et de l’île de Mandhata, à droite. Mata Narmada est assise sur son véhicule, le caïman, nageant dans les eaux célestes du fleuve.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/455/img-1.png
Fichier image/png, 413k
Titre Figure 2
Légende Représentation de l’île d’Omkareshwar Mandhata sous la forme du « Om » au centre de la Narmada. En hindi en bas à droite « Omkareshwar darshan » (« vision divine d’Omkareshwar »). La photo présente le jyotirlinga de Shiva (ibid.).
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/455/img-2.png
Fichier image/png, 341k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/455/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure 4
Légende Carte de la ville sainte d’Omkareshwar
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/455/img-4.png
Fichier image/png, 192k

Auteur

LADYSS UMR 7533, Centre d’Études Himalayennes UPR 299

© Presses de l’Inalco, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable