Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Annexes

Exemples d'écriture du komi zyriène

Entrées d'index

Texte intégral

L'alphabet de saint Étienne de Permie

1Le premier alphabet komi a été inventé en 1372 par le missionnaire Étienne de Permie pour alphabétiser les Komis à des fins de christianisation.

Figure 1

Figure 1

Lettres de l’alphabet de saint Étienne (Коми язык. Энциклопедика / Отв. ред. Г.В. Федюнева. – М.: Издательство ДиК, 1998, p. 112)

Les écritures cyrilliques du xixe siècle

Andrej Efimovič Popov (v. 1816-1865)

2Au xixe siècle, le linguiste Andrej Efimovič Popov a publié plusieurs ouvrages en rapport avec la langue zyriène. Il a adopté une écriture cyrillique directement inspirée du russe. On lui doit notamment un abécédaire de 1865.

3Voici un extrait de son catéchisme bilingue russe-zyriène paru à Saint-Pétersbourg en 1863 (Краткий православный катзхисис на русском и зырянском языках, Синодальная типография). La voyelle « manquante » – le [e] postérieur non arrondi – est représenté par la lettre ö.

Figure 2

Figure 2

Extrait du catéchisme bilingue russe-zyriène de 1863

Georgij Stepanovič Lytkin (1835-1907)

4Philologue et enseignant diplômé de l'université de Saint-Pétersbourg, Georgij Lytkin a publié des ouvrages sur l’histoire et les langues des peuples komis, traduit en langue zyriène des textes religieux, étudié et promu le zyriène en tant que langue littéraire.

5En 1882, il a publié à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg un Évangile de Matthieu en langue zyriène. L’extrait ci-dessous donne une idée de l’écriture adoptée. L’alphabet cyrillique est utilisé de façon phonématique, le yod y est une consonne ordinaire (notée j), et la palatalisation est représentée par un accent grave porté par la consonne.

Figure 3

Figure 3

Extrait de l'Évangile de Matthieu en langue zyriène

L'alphabet de Molodcov (1918-1930, 1936-1939)

6Cet alphabet phonématique a été créé en 1918 à l’occasion de la normalisation de la langue komie zyriène. De par son originalité et sa parfaite adéquation aux langues komies, il constituait un fort marqueur identitaire. Jusqu’à la fin des années 1930, il est resté le principal outil d’enseignement de la langue et du développement de la littérature et de la presse.

7Les lettres sont empruntées à l’alphabet cyrillique, avec quelques adaptations graphiques. Là où Lytkin mettait un accent grave, Molodcov dessine un petit prolongement courbe à l’extrémité de la consonne : т > ԏ, ԁ > ԃ, л > ԉ, н > ԋ, с > ԍ et з > ԅ. Les affriquées inconnues du russe sont désignées par un crampon : щ [č, tš], җ [dž], ԇ [dź].

8А а / a
Б б / b
В в / v
Г г / g
Ԁ ԁ / d
Ԃ ԃ / ď
Е е / e
Ж ж / ž
Җ җ /
З з / z
Ԅ ԅ / ź
Ԇ ԇ /
І і / i
Ј ј / j
К к / k
Л л / l
Ԉ ԉ / ľ
М м / m
Н н / n
Ԋ ԋ /
О о / o
Ö ö / ö
П п / p
Р р / r
С с / s
Ԍ ԍ / ś
Т т / t
Ԏ ԏ / ť
У у / u
Ч ч / ć
Ш ш / š
Щ щ / č
Ы ы / y


Figure 4

Figure 4

Extrait d’un ouvrage d’Ilľa Vaś consacré aux écrivains komis (Moscou, 1926)

Alphabet latin (1930-1935)

9L’alphabet latin s’introduit progressivement dans les publications komies. Au début des années 1930, les périodiques emploient fréquemment les deux alphabets dans un même numéro, voire sur une même page, comme on le voit ici dans le mensuel Udarńik, en juillet 1933. 

Figure 5

Figure 5

Udarńik, juillet 1933

10L’alphabet latin komi est difficile à reproduire aujourd’hui, en raison de la forme inhabituelle de ses diacritiques. En voici les lettres, dans l’ordre officiel (je mets entre parenthèse les lettres étrangères aux langues komies) 

11A a / a
B b / b
(C c) / (c)
+ cédille / ć
+ tilde inscrit / č
D d / d
+ cédille / ď
E e / e
Ә ә / ö
(F f) / (f)
G g / g
I i / i
J j / j
K k / k
L l / l
+ cédille / ľ
M m / m
N n / n
+ cédille / ń
O o / o
P p / p
R r / r
S s / s
+ cédille / ś
+ barre vert. / š
T t / t
+ cédille / ť
U u / u
V v / v
(X x) / (h)
Z z / z
+ cédille / ź
+ barre horiz. / ž
З з /
Ӡ ӡ /
Ь ь / y


Figure 6

Figure 6

Extrait d’un manuel de géométrie (cours de 5e année de J.O. Gurvic et R.V. Gangnus) traduit en komi par M.A. Molodcova et paru à Syktyvkar en 1934

L'alphabet cyrillique contemporain (depuis 1938)

12Depuis 1938, l’alphabet cyrillique utilisé pour écrire le komi s’inspire directement de l’alphabet russe. La palatalisation d’une consonne est indiquée par la lettre qui suit (voyelle ou « signe mou »), et une même voyelle peut être représentée par deux lettres différentes selon que la consonne qui précède est palatale ou non.

13А а / a
Б б / b
В в / v
Г г / g
Д д / d, ď
Е е / e, je
Ё ё / o, jo
Ж ж / ž
З з / z, ź
И и / i
І і / i
Й й / j
К к / k
Л л / l, ľ
М м / m
Н н / n, ń
О о / o
Ö ö / ö
П п / p
Р р / r
С с / s, ś
Т т / t, ť
У у / u
(Ф ф) / (f)
(Х х) / (h)
(Ц ц) / (c)
Ч ч / ć
Ш ш / š
(Щ щ) / (ść)
Ъ ъ « signe dur »
Ы ы / y
Ь ь « signe mou »
Ю ю / u, ju
Я я / a, ja
Є є / e

14En somme, я peut représenter *ьа ou *йа ; ё peut représenter *ьо ou *йо ; ю peut représenter *ьу ou *йу… mais, toujours par analogie avec le russe, е peut représenter э, *ьэ ou *йэ ; et и peut représenter i ou *ьi…

15Les affriquées inconnues du russe sont représentées par des digrammes : тш [č, tš], дж [dž], дз [dź].

16Le « signe dur » est utilisé pour empêcher la palatalisation d’une consonne devant yod, et le « signe mou » pour palataliser une consonne devant yod ou consonne.

17Pour des exemples de l’écriture komie contemporaine, on peut se référer aux poèmes d’Ivan Kuratov reproduits dans l’article d’Yves Avril.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Lettres de l’alphabet de saint Étienne (Коми язык. Энциклопедика / Отв. ред. Г.В. Федюнева. – М.: Издательство ДиК, 1998, p. 112)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/417/img-1.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 2
Légende Extrait du catéchisme bilingue russe-zyriène de 1863
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/417/img-2.png
Fichier image/png, 115k
Titre Figure 3
Légende Extrait de l'Évangile de Matthieu en langue zyriène
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/417/img-3.png
Fichier image/png, 385k
Titre Figure 4
Légende Extrait d’un ouvrage d’Ilľa Vaś consacré aux écrivains komis (Moscou, 1926)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/417/img-4.png
Fichier image/png, 149k
Titre Figure 5
Légende Udarńik, juillet 1933
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/417/img-5.png
Fichier image/png, 354k
Titre Figure 6
Légende Extrait d’un manuel de géométrie (cours de 5e année de J.O. Gurvic et R.V. Gangnus) traduit en komi par M.A. Molodcova et paru à Syktyvkar en 1934
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/417/img-6.png
Fichier image/png, 179k