Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Oralités et littérature

Ivan Kuratov

Ivan Kuratov

Иван Куратов

Иван Куратов

Yves Avril

Résumé

Ivan Kuratov, le premier des poètes komis, naquit en 1839 au bourg de Kebra, appelé aujourd’hui Kuratovo. Comme son grand-père, son père et ses frères, on pensait qu’il était destiné au sacerdoce. Pourtant, conscient du grand danger que couraient les traditions et la langue de sa patrie et craignant leur disparition définitive, il décida de consacrer toute sa vie à les défendre et les illustrer. À la fin de ses études au séminaire, il fut envoyé à Ust’-Sysol’sk, capitale de la patrie komie, où il enseigna aux écoliers les langues et littératures russes et komies ; puis en Asie intérieure où il s’occupa d’enquêtes judicaires pour l’administration militaire. Il mourut en 1875 à Alma-Ata, à l’âge de 36 ans. Bien qu’il excellât dans tous les genres littéraires, de ses œuvres, poésie lyrique et épique, satires, histoire, grammaire et traductions, seuls cinq de ses poèmes furent publiés de son vivant.

Ivan Kuratov, primus ex poetarum komi, Kebræ, in vico nunc Kuratovo appellato, 1839-o anno natus est. Ut avus, pater fratresque, primo sacerdos futurus esse existimabatur. Cum tamen mores sermonemque patriæ suæ maximo in periculo esse conscius sibi esset timeretque ne elaberentur, ad ea defendenda illustrandaque totam vitam suam dedere constituit. Studiis in seminario perfunctus, in Ust’-Sysol’sk, caput patriæ Komi, missus est ubi pueros litteras russas docuit; deinde in Asiam Interiorem ut quæstiones judiciaque quæ ad exercitum pertinerent gereret. Diem obiit in urbe Alma-Ata 1875-o anno, triginta sex annos natus. Quanquam omni in genere litterarum excellebat, ex ejus operibus, carminibus lyricis epicisque, saturis, historia, grammatica translationibusque, eo vivo nulla nisi quinque poemata edita sunt.

Иван Куратов, первый из коми поэтов, родился в селе Кебра (ныне Куратово) в 1839-ом году. Так же, как его дедушка, отец и братья, должен был стать священником. Однако, осознав, что традиции и язык родины находятся в большой опасности и боясь, что скоро могут исчезнуть, он решил посвятить свою жизнь их защите, распространению и прославлению. После окончания семинарии, сначала его назначили в Усть-Сысольск, столицу Kоми родины, преподавать детям русский язык, а также словесность, затем – в Среднюю Азию, где он занимался судебным следствием в военной администрации. Иван Куратов умер в 1875-ом году, в Алма-Ате в возрасте 36-ти лет. Несмотря на то, что творчество его было обширно и он отличился в различных жанрах словесности: лирической и эпической поэзии, сатирах, истории, грамматике и переводах, при его жизни вышли в свет только пять из созданных им стихотворений.

Иван Куратов, медводдза коми поэт, чужис Кебра сиктын (öнi Куратово) 1839 воын. Сiдзи жö, кыдз пöльыс, батьыс да вокъясыс, должен вöлi лоны священникöн. Но бура гöгöрвоöмöн, мый йöзкостса традицияясыс да чужан кывйыс ыджыд грöз улын, да найöс воштыны полöм вöсна сiйö шуис сины ассьыс олöмсö найöс дорйöмлы, паськöдöмлы да нимöдöмлы. Семинария помалöм бöрын сiйöс индiсны уджавны Усть-Сысольскö, Коми мулöн юркарö, велöдны челядьöс коми да роч кывъясö, а сiдзжö словесностьö, сы бöрын – Шöр Азияö, кöнi сiйö уджалiс военнöй администрацияса ёрд следствиеын. Иван Куратов кувсис 1875 воö Алма-Атаын 36 арöсаöн. Сы вылö видзöдтöг, мый сылöн творчествоыс вöлi паськыд и сiйö гижис уна жанрын: лирическöй да эпическöй поэзия, сатира, история, грамматика да вуджöдöмъяс, - олöм дырйиыс вöлi йöзöдöма сöмын вит поэма.

Texte intégral

« Тырмас узьны, коми йöзöй! »
(« Assez dormi, peuple komi ! »)

Qui était Ivan Kuratov ?

1L’œuvre d’Ivan Kuratov se comprend dans le contexte du grand mouvement auquel est attaché le nom de l’Allemand Gottfried von Herder (1744-1803), qui orienta les esprits et les cœurs des écrivains européens vers les traditions et la littérature des peuples auxquels ils appartenaient. Mouvement apparemment opposé à la tradition classique puisqu’à l’universel on substituait le particulier, mais en réalité la rejoignant puisqu’il s’agissait de retrouver les sources de cette tradition et d’en illustrer l’évolution. C’est sans doute ce qui explique aussi le puissant intérêt du XIXe siècle pour le Moyen Âge. Herder, avec la publication de ses Volkslieder (1778-1779), des Stimmen der Völker in Liedern (1807), incita des peuples mal connus ou enfouis dans de grands ensembles plus ou moins assimilateurs comme la Prusse, l’Empire austro-hongrois, la Russie ou l’Empire ottoman, mais aussi la France, l’Angleterre ou l’Espagne, à retrouver leurs origines, les fondements de leur être propre et à créer, avant de former des nations, une littérature nationale et parfois une langue littéraire. Ainsi Herder fit-il connaître non seulement le folklore de l’Allemagne, mais aussi, entre autres, la poésie populaire de peuples finno-ougriens comme les Estoniens ou les Sames.

2Ivan Kuratov est ainsi le contemporain du Finlandais Elias Lönnrot (1802-1884) et du Kalevala (1836 et 1849), de l’Estonien Friedrich Reinhold Kreutzwald (1803-1882) et du Kalevipoeg (1857-1861), du Hongrois Mihály Vörösmarty (1800-1855) et de la Fuite de Zalán (1825), de Vuk Karadžić (1787-1864) et de ses Chants populaires serbes, etc.

  • 1 Cet article, traduit en français par Yves Avril, est reproduit dans le présent volume (NdR).

3Dès 1839, le Russe Nikolaj Ivanovič Nadeždin (1804-1856), exilé à Ust’-Sysol’sk (aujourd’hui Syktyvkar), avait publié un article sur « La poésie populaire des Zyriènes » (1839)401. Et Ivan Kuratov fut précédé par ses compatriotes Pjotr Fostir’evič Kločkov (1813-1853), fils de sacristain, dont une seule des poésies (« Mysa bördan, musa nylö » « Pourquoi pleures-tu, fille chérie »), nous est parvenue, Georgij Stepanovič Lytkin (1835-1907), linguiste, critique et poète en langue komi, et par son propre frère, Vasilij Kuratov (1820-1861) qui est vraiment le premier poète komi.

4Ivan Kuratov est né le 6 (18) juillet 1839 à Kebra, aujourd’hui Kuratovo (depuis 1940 pour le 100e anniversaire de la naissance), dans le district d’Ust’-Sysol’sk (devenue Syktyvkar, dont une des grandes rues porte, également depuis 1940, le nom de l’écrivain). C’est le neuvième enfant d’une famille attachée au service de l’Église : le père, Aleksej Petrovič Kuratov, qui meurt alors qu’Ivan n’a que six ans, est diacre, son grand-père est prêtre. La mère, d’origine paysanne, mourra en 1874, un an avant Ivan.

5Ivan se prépare à la prêtrise. Il obtient une bourse d’État et en 1850, avec sa mère, se rend à pied, pour y faire ses études, au petit séminaire de Jarensk, distant de 400 km. Ses frères sont aussi séminaristes. Vasilij compose des vers en komi et traduit la littérature religieuse. Vonifatij, Nikolaj et Afanasij deviennent prêtres ou diacres. C’est là, qu’à l’exemple de Vasilij, Ivan commence à écrire des poèmes dans la langue de son peuple. Dès 1856, il adopte, pour beaucoup de ses compositions, le pseudonyme de Gugov (du komi gug : « l’envers, l’inverse », mais aussi « la face cachée de qqch. ») dont il usera jusqu’à la fin de sa vie. Il lit beaucoup et traduit.

6En 1854, il termine le petit séminaire et se rend au grand séminaire de Vologda où il fait de bonnes études. Il y apprend le latin, le grec, l’allemand et le français. C’est en 1857 qu’il écrit « Komi kyv », qui figure maintenant dans tous les recueils qui lui sont consacrés et qui est le premier poème connu composé pour la défense de la langue komie.

  Коми кыв
        Коми кыв, ме тöда,
        Ыджыдтор оз шу на,
        Тöда ме и сiйö –
        Оз и сöр на уна.

  Тайö кыв мем дона,
        Небыд, мича, гора –
        Вунöдас Ен мыжöс,
        Кодыр сiйöн кора!

  Тайö муса кылöн
        Чой-вок сëрнитöны,
        Тайö кылöн меным
        Ай-мам бурсиöны!

  Тайö кыв ме кывлi
        Аслам люлю дiнын,
        Сiйö менам вунас
        Сöмын дзебанiнын !

  Тайö кывлысь мичсö
        Сьöлöмöн ме кылi –
        И ме медводз сыöн
        Ньöжйöника сьылi…

  Тайö кылöн мукöд
        Гораджыка сьылас –
        Сë кызь сюрс пель сэки
        Уна буртор кылас!

  La langue komie

  Le komi, point ne l’ignore,
        Ne dit pas de grands mots ;
        Mensonge et vains propos,
        Il ne les sait encore.

  Cette langue m’est un don,
        Douce, belle et sonore –
        Dieu donnera son pardon
        Si en ses mots on l’implore.

  En cette langue chérie
        Parlent les frères et sœurs,
        En cette langue de douceurs
        Père et mère m’ont béni !

  Cette langue fut chantée
        Tout près de mon berceau,
        Elle ne sera oubliée
        Qu’au fond de mon tombeau !

  Cette langue et ses beautés
        Ont tôt touché mon cœur –
        Premiers mots que j’ai chantés
        Dans une douce langueur…

  En cette langue bientôt
        On chantera bien plus haut,
        Alors cent vingt mille oreilles
        Goûteront mieux ses merveilles !

7Au printemps 1860, il est autorisé à se présenter à l’Académie spirituelle de Moscou, mais il échoue à l’examen d’entrée. Il se rend néanmoins en août 1860 à Moscou, aidé financièrement par ses frères, et y séjourne jusqu’en avril 1861. Il revient ensuite dans son pays natal où il obtient à Ust’-Sysol’sk un poste de professeur à l’école paroissiale. Il compose à cette époque des poésies sur l’histoire et les destinées de son pays, sa langue et son histoire. Et dans ses carnets il note tout ce qui peut lui paraître intéressant dans différents domaines : littérature, philologie, histoire, philosophie, économie et géographie, folklore. Il a l’ambition de composer un dictionnaire et une grammaire de la langue komie. Il loge alors chez une certaine Ekaterina Alekseevna Kazarinova, dont la nièce Aleksandra Popova, fille d’un pope, orpheline hébergée chez sa tante, devient son amie et presque sa fiancée. Il lui dédiera plusieurs de ses poésies et son départ ne sera pas une totale rupture, car elle demeurera pour lui une source d’inspiration.

  Том ныв Август 1865
        Александра ив. Поповалы
        Шондiбанöй,
        Бур таланöй,
        Муса, мича ныв!
        Ошкöм öкты,
        Зон моз йöкты,
        Вильшась, серав, сьыв!

  Юрас думсö,
        Вомас юмсö
        Петкöд том мортлысь!
        Мед та бöрысь
        Гажмас пöрысь,
        Сьöлöм гажöдысь!

  Югыд шондi!
        Долöд, шонды
        Став енвевтувсö!
        Мича нылö !
        Мыччыв милы
        Кокньыд олöмсö !

  La jeune fille (août 1865)
        (à Aleksandra Ivanovna Popova)
        Mon petit soleil,
        Ma bonne étoile,
        Belle et tendre fille !
        Reçois mes éloges,
        Danse comme un garçon
        Gamine, ris, chante !

  Mets le sourire aux lèvres
        Et l’esprit dans la tête
        Du jeune homme
        Qu’ensuite
        Se réjouisse le vieillard,
        Dans la joie de son cœur !

  Clair soleil !
        Réjouis, réchauffe
        Tout l’univers !
        Jolie fille !
        Rends-nous
        La vie légère !

  Сандра, сьöлöмшöрöй… (1867)
        Сандра, сьöлöмшöрöй!
        Сьöкыд менам висьöм,
        Быд лы разьсьöм, торъя,
        Куйла, кыдзи киссьöм.

  Сандра, сьöлöмшöрöй!
        Дöзмöдi и тенö:
        Сьöкыд онi-й тэныд
        Мусавнытö менö.

  Sandra, cœur de mon cœur ! (1867)
        Sandra, cœur de mon cœur !
        Ma maladie est pénible,
        Vois mes os disloqués,
        Vois mon corps écroulé…

  Sandra, cœur de mon cœur !
        Que d’ennui je t’ai causé !
        Qu’il t’est difficile aujourd’hui
        De m’aimer.

  Мыж (1865)
        Сьöкыд мыж эм лолöй вылын,
        Öти мыж и эм !
        Дзик чöв олi, кор «тэ муса»
        Сiйö шуис мем.

  Faute (1865)
        J’ai dans mon âme une lourde faute,
        Une seule faute
        Quand elle m’a dit « Je t’aime »
        Je suis resté muet.

  Эг лöсявлö
        Сюрс кöкъямыссë квайтымын витöд воö,
        Августын дас нëльöд лунö, коймöд часын,
        Этшаника лöгасьлiм ми мусакöд.
        Сiйö воö жö, сы тöлысьын, сы лунöлунö
        И сы часын, быдса кык минутöн сëрджик,
        Вöлись бара морта-морткöд бурасим!

  Brouille
        L’an mille huit cent soixante-cinq
        En août, le quatorze de ce mois, à trois heures,
        Ma chérie et moi avons eu quelques mots.
        La même année, le même mois, ce même jour
        Cette même heure, deux minutes plus tard,
        Nous nous sommes réconciliés.

8Avait-il provoqué les soupçons des autorités indisposées par son combat pour la défense de la langue et des traditions komies ? Dans la Russie de l’époque, on pouvait se méfier des propos, des écrits, des enseignements ou simplement des attitudes d’un homme qui semblait sceptique dans le domaine religieux et plutôt libéral dans le domaine social et politique.

  Кодыр библия ме лыдди1860.Москва
        Кодыр библия ме лыдди,
        Сюртöм дявöл ангел пыдди
        Орччöн мекöд пукалiгöн
        Сералiс пыр ньöжйöникöн.

  Кор роман Гюголысь лыдди,
        Мича ангел дявöл пыдди
        Орччöн мекöд пукалiгöн
        Ышлолалiс ньöжйöникöн.

  Ме Organum Novum босьтi,
        Сiйöс паськыда ме восьтi –
        Найö сыö видзöдлiсны
        И кыкнанныс ылöдсисны.

  Comme je lisais la Bible... Moscou. 1860
        Comme je lisais la Bible
        Un diable sans cornes, et non un ange,
        À mes côtés prit place
        En souriant tout doucement

  Comme je lisais un roman de Hugo
        Un ange superbe, et non un diable,
        À mes côtés prit place
        En respirant tout doucement

  Je pris le Novum Organum
        Je l’ouvris largement –
        Lui jetant un regard,
        Ils prirent tous deux la fuite.

  Велöдöмыс тöдса… (1865)
        Велöдöмыс тöдса,
        Сы понда и мустöм.мустöм.
        Рай пыр сылöн пöдса,
        Ад отторъя кустöм.

  Son enseignement
        Son enseignement est connu,
        Et, pour ce, point aimé.
        Son paradis est toujours fermé,
        Son enfer ne cesse de brûler.

9A-t-il vraiment subi les persécutions des gens qu’il cite dans son poème d’adieu ? En tout cas, le 3 octobre 1865, il doit quitter Ust’-Sysol’sk et partir pour Kazan’, où il devient élève de l’École des « auditeurs militaires ». Il ne reviendra jamais dans sa patrie et dans sa capitale qu’il quitte avec une certaine amertume. C’est en russe qu’il écrit ce poème vengeur.

  Устьсысольск Сентябрь 19. 1865
        Город пошлый, город грязный
         Заместил твои концы
        Сбор какой-то безобразный,
        Подлецы все да глупцы!

  Из грязи без сквернословья
         Ног ну вынеш! Пять домов,
        Храм один, а все сословья
        Ходят в 20 кабаков!

  Не дотронешься рукою,
        Словно ты харчо, нечист;
        Над большою над рекою
        Стал ты мал и неказист!

  На твоих домах старинных
        Гриб растет,
                        и шаг так скользк
        На мостках твоих бесчинных…
        Это – баба Устьсысольск!

  Погрязай в рутине вечной,

  Город сплетен и клевет!
        Град пустинный, град увечный,
        Град – презренная предмет!

  UST’-SYSOL’SK 19 septembre 1866
        Ville vulgaire, ville de boue !
        Te voici envahie
        Par une ignoble racaille
        D’imbéciles et de gredins !

  De la boue, impossible sans jurer,
        De dégager son pied ! Cinq maisons,
        Une église, et la société entière
        Se retrouve dans les 20 cabarets !

  On ne peut te toucher de la main,
        Comme un soulard, un esprit impur ;
        Au-dessus du fleuve majestueux
        Petite et vilaine, tu t’es dressée !

  Dans tes maisons vieillotes
        Pousse le champignon,
                      et le pas glisse
        Sur tes ponts mal bâtis…
        Voilà la vieille Ust’-Sysol’sk !

  Croupis dans ta boue,
                      ta routine éternelle,
        Ville de cancans et de calomnies !
        Ville déserte, ville estropiée
        Ville, objet de mépris !

À Kazan’, il se lance dans l’étude des langues finno-ougriennes et particulièrement du tchérémisse (mari). En 1866, cinq de ses poèmes sont publiés sous le pseudonyme de K., dans les Nouvelles du gouvernement de Vologda : Zon (« Le garçon »), Tom nyv (« La jeune fille », août 1865), Göľ zon (« Le garçon pauvre » 1864-1865), Pöryś mort (« Le vieillard », 1859), Ponköd (« Avec un chien », 1862). Ce sont ses premières publications littéraires et d’ailleurs les seules qui parurent de son vivant. Il commence Jag Mort (« L’homme de la forêt de pins »), un grand poème épique inspiré de la mythologie et des traditions populaires. Dans ce poème ambitieux, dont ne nous sont parvenus que quelques fragments, Jag Mort, le géant représente les forces de la nature contre lesquelles il faut lutter, le Mal, mais aussi le Bien. Kuratov raconte les origines et l’histoire du peuple komi, il décrit son combat contre les éléments, sa situation au sein de l’empire russe.

  Яг морт
        (Из первого прибавления к й песпи Ягморта)

  13
        Азияса лек йöз кежис
        Войвылö, и войвылыс
        Регыд русö налысь вежис.
        Регыд вир тан дэбалiс,
        Этша вывтi нин – и понмысь
        Лоис кукань,
                      пöчö – зонмысь…

  14
        Ми сэк лоим рамöсьджик.
        Туйысь мудзмысть Сыктыв дiнö
        Пуксалiм ми ньöжйöник.
        Мукöд коми мукöдiнö Вештысисны;
                        Удора
        Восьтiм ми и Печора…

  15
        Сэсянь кызмырдöн ми няньöс
        Татысь пондiм перйыны.
        Пыр жö вöлiмö ми шаньöсь…
        Ми эг кужлö гусясьны,
        Воас йöз и миян пачысь
        Шыд-рок кыскавлывлис ачыс!

  16
        Миян вöли – лöсьöдлöн
        Ас ен,
         кодлы-й юрбитлiмö.
        Миян енмöй тöдлывлöм,
        Мый ми уна шогсьсывлiмö;
        Сэк, мед оз вöч аслыс шог,
        ««Йöзöдз? – шуис –
        мый мый мем мог?»

  17
        И Степан мöд енмöс вайис
        Коми муö. Медбур ен!
        Миянлы и колiс тайöс.
        Мукöд Печораö сэн
        Пышйисны бур енмысь!
        Пама Ачыс сэтчö пышйис рама!

  Jag mort
        (extraits de la première addition au poème)

  13
        Les méchants Asiates se tournèrent
        Vers le Nord et le Nord changea
        Vite leur ardeur guerrière,
        Là le sang bien vite s’attiédit.
        En peu de temps, le chien
        Se fit veau,
                      et le gars, vieille femme.

  14
        Alors nous devînmes plus doux.
        Fatigués par les routes, la Syktyv
        Nous offrit peu à peu le repos.
        D’autres Komis en d’autres lieux
        Se retirèrent ;
                      pour nous, ce fut l’Oudor
        Qui nous prit, et la Petchora…

  15
        C’est par la force autrefois
        Que nous gagnions notre pain.
        Mais la bonté fut toujours en nous,
        Nous ne connaissions pas le vol.
        Aux hôtes imprévus, notre four
        Donnait le chtchi et la kacha.

  16
        Nous avions – bien établi –
        Notre dieu,
                      que nous priions pieusement.
        Notre dieu connaissait bien
        Tout ce que nous avions souffert,
        Mais pour échapper au malheur,
        « Qu’ai-je à faire, disait-il,
                      avec les hommes » ?

  17
        Et Stepan apporta un autre dieu
        En terre Komi. Le meilleur dieu !
        Nous en avions bon besoin
        Devant ce dieu bon, en Petchora
        Les autres alors s’enfuirent ! Pam
        Lui-même discrètement
                      prit la fuite !

10À l’issue de ses études, en novembre 1866, il est affecté à Semipalatinsk (frontière est du Kazakhstan) où il séjourne jusqu’en novembre 1867, puis gagne Vernyj (Alma-Ata) où il finira sa vie. Il y est employé par les services de l’administration militaire et s’occupe comme juge d’instruction d’affaires de corruption et d’exploitation de la population. Dans ces années son activité littéraire est toujours importante. Non content de composer poèmes et traductions (Horace, Schiller, Goethe, Heine, Béranger) il s’intéresse aux langues et à l’histoire des Kazakhs, Kirghizes, Tadjiks et Finno-Ougriens, il traduit en komi la poésie kirghize et le poète persan Rudaki (ix-xe siècles), de Samarkand/Buhara.

11Il loge alors chez Nadežda Čukreeva (on l’accuse de concubinage) et emploie tous ses revenus à aider financièrement ses neveux. La malaria et tuberculose, dont il souffre depuis un certain nombre d’années, ont raison de sa santé. Il meurt le 29 octobre 1875 à Vernyj dans la maison de Nadežda Čukreeva.

Destinées de l’œuvre de Kuratov (d’après Johanna Laakso : Komin kansan ensimmäinen runoilija)

12Ses manuscrits sont répartis entre ses frères, mais Vonifatij, prêtre au village de Troicko-Pečorsk, ne garde rien sauf les livres religieux, non plus que Nikolaj, vicaire, à Voča. Afanasij, prêtre à Mežador, confie sa part à son fils Nikolaj, qui avait été aidé financièrement par son oncle Ivan. Après la mort d’Afanasij, c’est Stepan, le second fils d’Afanasij (les manuscrits confiés à Nikolaj disparurent à Tobol’sk), qui conserva ce qui restait de l’héritage littéraire de Kuratov.

13C’est le Finlandais Yrjö Wichmann qui prit en charge cet héritage. Il avait rencontré à Pétersbourg les écrivains komis Kallistrat Žakov et surtout Georgij Lytkin qui avait connu le poète et correspondu avec lui. En 1901 il se rend à Vizinga où Stepan Kuratov exerçait son ministère. De retour chez lui, il publie en 1903, dans le périodique de la Société finno-ougrienne, « Brefs commentaires sur une expédition scientifique chez les Komis en 1901-1902 » où pour la première fois le monde scientifique est informé de l’existence de Kuratov. La même année, il publie une petite brochure sur la langue zyriène où figurent « Vodźö » (« En avant ») et « Komi kyv  » (« La langue komie »), premières poésies komies éditées à l’étranger.

14Kallistrat Žakov et Pitirim Sorokin traduisent alors les manuscrits confiés par Stepan et, en 1923, après le mariage du linguiste A.S. Sidorov avec Ljudmila, fille de Stepan, ceux-ci convainquent ce dernier d’en autoriser la publication.

15En 1923, Vasilij Lytkin publie un article sur Kuratov, « Poètes komis oubliés », et A.S. Sidorov « Kuratov écrivain komi inconnu », tandis que Sidorov et sa femme préparent une édition académique (1926 à 1936). Mais en 1937 Sidorov est arrêté et emprisonné ainsi que Vasilij Lytkin et Stepan Kuratov dont toute la bibliothèque et aussi les manuscrits, sont confisqués et détruits.

16En 1938 T.E. Uotila publie Syrjanische Chrestomathie mit grammatischem Abriss und etymologischem Wörterverzeichnis avec des poèmes de Kuratov. En 1939, malgré l’opposition de certains apparatchiks pour qui Kuratov était un « agent et chien fidèle du tsarisme », à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance de l’écrivain, la grande édition en deux volumes préparée par Sidorov voit le jour, mais sans le nom de l’éditeur.

17Après la création d’un prix littéraire « Kuratov » annuel, c’est un arrière petit-neveu de Kuratov, Gennadij Fjodorov (1909-1990) qui en est le premier lauréat pour son roman Vostym (Éclair de chaleur), consacré à la vie de Kuratov à Ust’-Sysol’sk.

18Enfin, en 1969, un Musée Kuratov est ouvert, à l’endroit où l’écrivain demeurait dans les années 1860.

19Kuratov laisse l’impression d’un homme extrêmement attaché autant à son pays, à la défense duquel il a consacré toute sa vie d’écrivain, qu’à sa famille, comme le prouve le beau poème qu’il dédia à sa mère (Mam) et la générosité avec laquelle il s’occupa intellectuellement et financièrement de l’éducation de ses neveux. Sa vie, sans être tragique, fut souvent sombre : il sentit autour de lui les ténèbres s’épaissir, ténèbres spirituelles et morales, mais aussi physiques – une vue qui s’affaiblissait (d’où cette présence récurrente, dans sa poésie, des aveugles – voir en particulier le long poème des dernières années de sa vie, Pasjas śintömlön, « Notes de l’aveugle »), une santé fragile qui très tôt lui fit entrevoir la mort, mort qu’il acceptait avec courage et même avec cet humour qui fut aussi un des traits de son caractère.

  Со бара пемыд лолын лоис… 1865
        Со бара пемыд лолын лоис,
        Со бара сэтшöм кад мем воис,
        Кор му, код вывтi ветлöдла,
        Мем сьöкыд югыд синмöс ëрö,
        Кöть кага гаж ме серала,
        Кор лолöй ачыс шогъяс корö,
        Кор кöсъя бырны югыдкöд,
        Кор мувежöмсö меным колö
        Зэв аддзывны, кор ставыс рöд
        Мед кулас эськö, мый на олö,
        Му вешъяс кокъяс улысь пыр,
        Мед шондi меч моз мунас ылö
        И енвевт киссяс юръяс вылö,
        И войтыр енлы кевмигтыр
        Мед ляпкалас кыдз налькйын шыр;
        Кор йöзыскöд тшöтш сэтчö сюрас
        Став лëкыс налöн и став бурыс,
        Кор ловъя коляс öтнас ен
        Мöд югыд вöчны коркö сэн!

  Ténèbres (Ust’-Sysol’sk, 186)
        Voici que revient dans mon âme la ténèbre
        Voici qu’est revenu le temps
        Où la terre s’alourdit sous mes pas,
        Où le jour aveugle mes yeux
        Même au sourire joyeux d’un enfant,
        Où mon âme même appelle les malheurs,
        Où je veux disparaître avec la lumière
        Où je veux voir la terre transformée,
        Que de toute espèce vivante
        Meure ce qui existe encore,
        Que la terre manque sous les pieds,
        Que le soleil comme un ballon s’envole,
        Que la voûte du ciel s’effondre,
        Que les hommes suppliant Dieu
        Soient écrasés, souris prises au piège ;
        Quand alors de tous les hommes ensemble
        Seront découverts tout le mal et tout le bien,
        Dieu seul restera en vie,
        Pour créer là un jour un autre univers !…

  Висьöм Сентябрь 22. 1865)
        Сьöкыд мем кывджын нин шуны,
        Висьöмöй морöсöс личкö…
        Морöсöс му личкас: нуны
        Ковмас и сэки тай кыдзкö!

  Maladie (22 septembre 1865)
        Même un demi-mot m’est pénible de dire,
        Mon mal m’écrase la poitrine…
        Que la terre écrasera : il faudra
        L’y porter d’une façon ou d’une autre !

  Та пельöсö регыд… … (1875. Алма Ата)
        Та пельöсö регыд
        Сувтас менам горт;
        Кывлытöм и тöдтöм
        Йöзлы вöлис морт.
        Ньöжйöникöн олас,
        Кулас ньöжйöник;
        Ас морт оз ло; бордын
        Нинöкодлы дзик.
        Горт гöгöр – Laus Deo –
        Лоас шынитöв;
        Сыбöр лоас кыдзи


  « Dans ce coin bientôt...  » (1875, Alma-Ata)
        Dans ce coin-là bientôt
        S’élèvera ma demeure ;
        Sans être écouté ni connu
        Des hommes a vécu un homme.

  Discrète fut sa vie,
        Discrète sera sa mort ;
        Il n’existe plus ; point de pleurs
        Pour lui, de personne.

  Tout autour – Laus Deo –
        Ce sera le grand silence ;
        Comme s’il n’y avait eu
        Ni homme ni demeure.

20Ces ténèbres ne l’empêchaient d’avoir foi dans l’avenir. Poète modeste et désintéressé, il revendiqua fièrement son indépendance dans une de ses œuvres les plus célèbres, signé de son pseudonyme Gugov, Menam muza abu vuza… (« Ma muse n’est pas à vendre… ») :

  Матыссй колян лун и матысса воан лун (1864)
        Ог зэв тэрмась, мед не мудзны.
        Судзöда, мый позьö судзны.

  Велöдны тай поньыдджык
         Коми йöзöс ньöжйöник

  Лыддьысьны да гижны рама

  Лыддьысьны Аслым сетi ме программа.

  Hier et demain (1864)
        Point de hâte, évitons la fatigue.
        J’obtiendrai ce qu’il est possible d’obtenir.

  Instruire tout doucement
        Le peuple komi, lui apprendre peu à peu

  À lire et à écrire, sans bruit, humblement

  Voilà le programme que je me suis fixé.

  Сьылан менам, сьылан… (1860)
        
Сьылан менам, сьылан,
        Мича авъя пиö!
        Долыда ме тэнö
        Босьтли мелi киö.

  Сьöлöм шöрын кöсйи
        Тэнö быдтыны ме; –
         Со тай быдтор ми сидз
        Вöчны кöсйысьлiмö.

  Уна на тэд колö,
        Мый эг сетны эшты,
        Сöмын олöмтö тай
        Вунöдöмысь вештi.

  Кытчö тэнö лэдза?
        Кодкö босьтас-ö мöд?
        Тыдовтчас бур йöзлы
        Кыдзи мыччысьöмыд?

  Еннога поп лëка
        Видзöдлас тэ вылö;
        Уна тöдысь-кужысь
        сералö нин, кылö…

  Крестьянин оз идрав
        Лолас тэнö, пиö;
        Вöтасьö вот йылысь
        Лун-вой, коньöр, сiйö!

  Уна тöдысьясöс
        Найö шензьöдасны,
        Тэнö, коми сьыла,
        Ылын нимöдасны!

  Ma chanson, mon chant… (1860)
        
Ma chanson, mon chant,
        Modeste et bel enfant,
        Je t’ai pris, dans l’allégresse,
        Dans mes mains de tendresse.

  Au cœur de mon cœur
        J’ai voulu te nourrir,
        Nous nous étions promis
        De tout faire ainsi.

  Il te manque encore beaucoup
        Car je n’ai pu tout donner
        J’ai seulement fait que ta vie
        Fût tirée de l’oubli.

  Où te laisser partir ?
        Qui va t’accueillir ?
        Les bonnes gens verront-ils
        Comment tu es apparu ?

  Le prêtre zélé sur toi
        Jette un regard noir.
        De toi le savant érudit
        Rit déjà, paraît-il…

  Le paysan ne t’accueille pas
        
Dans son âme, mon enfant ;
        Il rêve de l’impôt
        Le pauvre, jour et nuit !

  Les grands savants devant toi
        Resteront sans voix,
        Car toi, ô chant komi,
        Tu seras connu au loin.

  Менам муза
        (Гугов тетрадысь) 1866-1867
        
Менам муза

  Абу вуза :
        Базар вылö виршъясöс ог ыстö,

  Ньöбысьясöс виччысьны ог лысьтö…
        Гусьоникöн
        Сьывлам кыкöн ;
        Ичöтик фальш ас костын кöть петас,
        Кодi сiйö фальшлы нимсö сетас ?
        Ас кежын ми серавламö сiйöс
        И тетрадьöн дiнысь
        Югыдджыка биöс
        Öзтылам каминысь…
        Регыд видламö и йöз водзын ми киöс,
        Регыд босьтам ëнджык тема,

  Мед поэма
        Петкöдлас ханжаöс,
        Лëка паськыд паськöмаöс, –

  Паразитöс, кодi йöзлысь гырысь

  И код гöрд йöз вирысь, –
        И бур йöзсö, кодъяс öнi

  Олiгасныс кынмöны и тшыгъялöны,
        И быд шудсö кулöм бöрсьыс виччысьöны…
        Менам муза
        Оз ло вуза !

  Ma muse (1866-1867) (des cahiers de Gugov)
        Ma muse
        N’est pas à vendre :
        Je ne tiens pas boutique de mes poèmes,
        Je ne veux pas attendre le chaland…

  Dans le secret
        Nous chantons à deux ;
        Quelques petites fausses notes entre nous ?

  Qui leur donnera un nom ?

  Entre nous, nous en rions
        Et nos cahiers
        Nous donnent un feu plus clair
        Que nous allumons dans la cheminée…

  Bientôt devant le peuple nous essaierons nos forces,
        Bientôt nous passerons à de plus hauts sujets :
        Que le poème
        Révèle les tartuffes,
        Les vêtements trop larges et mal ajustés, –
        Le parasite, qui s’engraisse du peuple,
        Et du sang rouge des hommes –
        Et aussi les braves gens qui aujourd’hui
        Gèlent et meurent de faim,
        Qu’après la mort, viendra le bonheur…

  Ma muse
        Ne sera pas à vendre !

Bibliographie

Bartens Raija, 1984, Käenkukuntayöt. Komien lyrikkaa [La nuit du chant du coucou. Poésie komie] Toimittanut ja suomentanut Raija Bartens. Pieksämäki : Suomalaisen kirjallissuden Seuran toimituksia 414.

Demin Vladimir & Golovina Valentina 1995 = Демин, Владимир Николаевич, Головина Валентина Николаевна, Энциклопедический словарь школьника. Коми литература [Dictionnaire encyclopédique de l’écolier. La littérature komie], Сыктывкар.

Kuratov Ivan, 1951 = Куратов, Иван Алексеевич, Бöрйöм гижöдъяс. Сборник подготовил П. Доронин [Œuvres choisies], Сыктывкар: Коми Госиздат.

Kuratov Ivan, 2007 = Куратов, Иван Алексеевич, Моя муза не продажна, Избранные стихи. Перевод с коми Юрия Ионова [Ma muse n’est pas à vendre. Poèmes choisis], Сыктывкар : Издательство Эском.

Laakso Johanna (toim.), 1990, Komin kansan ensimmäinen runoilija. 150 vuotta I. Kuratovin syntymästä [Le premier poète du peuple komi. 150 ans depuis la naissance d’Ivan Kuratov], Castrenianumin toimitteita 36, Helsinki.

Valton Arvo (toim.), 1996, Enne koitu. Soome-ugri luuleklassikat [Avant l’aube. Classiques de la poésie finno-ougrienne], Koostanud ja tõlkinud Arvo Valton. Saatesõnad kirjutanud Eva Vingiano de Pina Martins, Tallinn: Virgela.

Notes

1 Cet article, traduit en français par Yves Avril, est reproduit dans le présent volume (NdR).

Auteur

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable