Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Présentations générales

Les Komis-Permiaks

Un peuple presque oublié

The Komi-Permyak: an almost forgotten people

Permikomid – peaaegu unustatud rahvas

Коми-пермяки: почти забытый народ

Коми-перым: пöшти вунöдöм войтыр

Eva Toulouze

Résumé

Cet article se concentre sur l’histoire politique et culturelle des Komis permiaks, qui ont obtenu en 1925 de Moscou la possibilité d’avoir un territoire qui porte leur nom, avec des institutions leur permettant de développer leur culture. Il entend présenter un contexte qui permettra au lecteur de mieux apprécier le film inclus dans cet ouvrage. C’est pourquoi dans l’article je ne présente pas des considérations très approfondies sur la situation actuelle.

I shall focus on the history and the culture of the Komi-Permyak, who were given autonomy in 1925 within the Soviet Russian Federation. Firstly I shall recall the colonisation of the Komi-Permyak area and the historical fact of its inhabitants being the only Finno-Ugric community to be enslaved to the Stroganovs as serfs. When, after 1917, the Komi communists, who struggled for Komi ideals, attempted to unify the Komi, including the Permyak, within the Komi autonomous region, Moscow refused categorically and offered the Permyak an autonomy of their own. During the 1920s, the Permyak developed a written language, different from their northernmost kin, and started to develop their own culture on this basis. The intellectuals had to achieve an enormous task: to codify their language, to teach it, to prepare textbooks, to write themselves, both journalistic and artistic literature, to write and stage theatre and even to play it. This process was interrupted by the Stalinist repressions, which just about eliminated a whole generation. After WWII, the Komi-Permyak region was the only one among the Finno-Ugric administrative units in which the indigenous population was still the majority: the area was too poor to attract a work force from outside. The language, which had resisted quite well, started to lose social prestige and the school reform allowing parents to choose the language for their children’s tuition further weakened the vernacular’s position. 2002 was a turning point in the Komi-Permyak area’s history: mainly for economic reasons, it was united with Perm’s region, and thus autonomy at the federation level was lost.

Seega keskendun 1925. aastal Vene NFSV raames autonoomia saanud permikomide ajaloole ja kultuurile. Meenutan permikomi alade koloniseerimist ja seda, et soome-ugri rahvastest on nad ainsad, kes Stroganovite alamatena on tundnud pärisorjust. Kui pärast 1917. aasta revolutsiooni püüdsid komi rahvuskommunistid ühendada Komi autonoomse oblasti rüppe kõiki komisid, kaasa arvatud permikomid, pani Moskva sellele projektile veto ja pakkus selle asemel permikomidele eraldi autonoomiat. 1920. aastatel arenes sürjakomist eristatuna ka permikomi kirjakeel, mille põhjal hakati üles ehitama oma kirjakultuuri. Tolle aja väiksearvuline haritlaskond pidi kõigega ise hakkama saama: keelt normeerima, seda õpetama, õppematerjale koostama, ise kirjutama nii publitsistikat kui ka ilukirjandust, kirjutama ja lavastama näitendeid ja isegi neid mängima. Sellele protsessile tegid lõpu Stalini-aegsed repressioonid, mis selle põlvkonna lihtsalt hävitasid. Pärast sõda oli Permikomi ringkond soome-ugri põlisaladel ainus, kus põliselanikud olid veel enamuses: ala oli liiga vaene, et ligi meelitada tööjõudu. Võrdlemisi hästi säilinud keel hakkas kaotama ühiskondlikku prestiiži ning koolireform, mille tulemusel lapsevanemad said valida, mis keeles nende laps õppima hakkas, nõrgestas veelgi märkimisväärselt permikomi keele positsiooni. 2002. a saabus pöördepunkt selle ala ajaloos: peamiselt majanduslikest kaalutlustest lähtudes ühendati permikomi ala Permi kraiga, kaotades autonoomia föderatsiooni tasandil.

В этой статьи, я остановлюсь на истории и культуре коми-пермяков, которые получили автономию в 1925 г. в СССР. Сначала я напомню о колонизации коми-пермской территории и о следующем историческом факте: жители этой территории были единственными из финно-угорского сообщества крепостными Строгановых. Когда после 1917 г. коми коммунисты, боровшиеся за коми идеалы, попытались объединить коми, в том числе и пермяков, в Коми автономную область, Москва категорически отказала и предложила пермякам их собственную автономию. В течение 20-х гг. XX века пермяки разработали письменный язык, отличный от языка их северных родственников, и начали развивать свою собственную культуру на его основе. Перед интеллигенцией была поставлена огромная и важнейшая задача: кодифицировать язык, учить ему, подготовить учебники, развивать письменность, создать как журналистику, так и художественную литературу, писать театральные сценарии, ставить театральные постановки и даже играть в них. Этот процесс был прерван сталинскими репрессиями, которые почти ликвидировали целое поколение. После Второй Мировой войны Коми-пермская округ была единственной среди финно-угорских административных единиц, где коренное население по-прежнему было большинством: район был слишком беден, чтобы привлекать рабочую силу извне. Язык, оказавший достаточно хорошeе сопротивление, начал терять социальный престиж, и школьная реформа, предоставившая родителям возможность выбора языка для своих детей, еще больше ослабила его позиции. 2002 год был переломным в истории Коми-пермяцкой территории: в основном по экономическим причинам территория была объединена с Пермской областью, и на государственном уровне автономия была потеряна.

Ме сувтла коми-перым войтыр- лöн, кодъяслы вöлi сетöма СССР-ын автономиясö 1925 воын, история да культура вылö. Медводз ме уськöда тöд вылö коми- перым мутас колонизируйтöм да историяын öти лоöмтор йылысь: тайö мутасын олысьяс вöлiны став фин-угор войтыр пиысь öтиöн Строгановъяслöн крепостнöйясöн. Кор 1917 во бöрын коми идеалъяс вöсна тышкасьысь коми коммунистъяс кöсйисны öтувтны комияссö, тшöтш и коми-перым, Коми автономнöй обласьтö, Москва чорыда сувтiс паныд да вöзйис коми-перым войтырлы аслыныс автономия. ХХ нэмся 20-öд воясö перым войтыр лöсьöдiсны ассьыныс гижöд кыв, кодi торъялiс войвывса рöдвуж войтырысь, да кутiсны сöвмöд- ны сылöн подув вылын ассьыныс культура. Интеллигенция водзын вöлi сувтöдöма зэв ыджыд да тöдчана мог: кодифицируйтны кыв, велöдны вöдитчыны сiйöн, дасьтыны велöдчан небöгъяс, сöвмöдны гижöд, журналистика да художествоа литература, гижны театрын пуктöм вылö сценарийяс, пуктыны театрын ворсöмъяс да весиг ворсны сэнi. Тайö процессыс вöлi дугöдöма сталинскöй репрессия- ясöн, кодъяс бырöдiсны пöшти дзонь кöлена. Мöд Мировöй война бöрын Коми-перым обласьт став фин-угор административнöй юкöнъясысь вöлi öтиöн, кöнi вужвойтырыс колис важ ногöн вевтыртанаöн: мутасыс вöлi вывтi гöльöн, медым сэтчö воисны бокысь уджалысьяс. Бура водзсасьны вермысь кывйыс кутiс воштыны социальнöй коланлунсö, а школьнöй реформа, кодi сетiс бать-мамлы позянлун бöрйыны кыв, нöшта на вынтöммöдiс сiйöс. 2002 во лоис вужвыйöн вежанаöн Коми-перым мутаслöн историяын: ёнджыкасö экономика помкаяс вöсна мутасыс вöлi öтувтöма Пермскöй обласьткöд, да канму тшупöдын автономияыс вöлi воштöма. Тайö мытшöдыс, а сiдзжö коми-перым кывлöн да куль- туралöн аскиалуныс, паськыда видлавсьöны Indrek Jääts-лöн «Коми- перым ар» киноын, мый содтысьö тайö небöг дорас.

Texte intégral

  • 1 J’ai passé deux semaines à Kudymkar et j’ai été accueillie et introduite dans les milieux permiaks (...)

1Les Permiaks ont longtemps détenu un record, pour lequel ils étaient d’ailleurs connus : c’était le seul territoire attribué à une nationalité finno-ougrienne de Russie où, à la fin du xxe siècle, la population éponyme était majoritaire. C’était bien sûr un corollaire du sous-développement de la région : contrairement aux autres régions habitées par des Finno-Ougriens, elle n’avait aucune ressource économique qui ait pu attirer une population d’immigrés. Ainsi les Permiaks sont-ils longtemps restés isolés, vivant entre eux. Le fait que la cause en fût la pauvreté de leur terre, le retard économique pris même sur le reste de la Russie, n’a pas manqué d’avoir sur leur conscience d’eux-mêmes des effets déplorables : c’est une des régions où le nihilisme, l’auto-destruction ont frappé de la manière la plus violente. En même temps, c’est aussi l’une des régions les moins connues du monde finno-ougrien. Mon expérience personnelle peut en témoigner : en 1996, pour atteindre la capitale, Kudymkar, en provenance de Syktyvkar, j’ai dû faire un immense détour : alors qu’à vol d’oiseau la distance entre les deux villes est de près de 400 km, j’ai dû faire un voyage de neuf heures d’autocar jusqu’à Kirov, là prendre le Transsibérien et voyager quelques heures pendant la nuit, pour arriver à la gare de Mendeleevo au tout petit matin. Il a fallu dormir sur les bancs de la gare jusqu’à ce que les premières voitures-taxi – des particuliers propriétaires de voiture cherchant à se servir de leur véhicule comme source de revenus – nous conduisent en une heure et demie jusqu’à la capitale permiake. Peu de chercheurs se sont penchés sur le cas permiak. Parmi ceux qui ont fait du terrain dans l’okrug autonome, il faut nommer le Finlandais Seppo Lallukka, qui a même publié un livre à ce sujet (1992). Je m’appuierai dans cet article aussi bien sur la littérature spécialisée que sur mes travaux de terrain1.

2Les Permiaks sont répartis en deux grandes zones, correspondant également à des différences dialectales : la région du sud, autour des rivières In’va et Nerdva, qui couvre aujourd’hui les districts de Jus’va et de Kudymkar, et la région septentrionale, avec les bassins de la Kosa et en partie de la Kama (districts de Gai, Kosa et Kočevskij). Ces deux parties du territoire sont séparées par une zone, le district de Jurla, habité par des Russes. Du moins telle est la perception aujourd’hui : cette population se compose en partie de descendants de Russes venus coloniser cette région depuis le xvie siècle et en partie de Permiaks russifiés (Šabaev 1994, p. 13). Les Permiaks du sud, autour de la rivière In’va et autour de la capitale Kudymkar, sont ceux qui ont le plus préservé la culture permiake, comme le montrent les statistiques établies au début des années 1990 : c’est là par exemple que la langue résiste à la russification de la manière la plus coriace (Šabaev 1994, p. 11). Les régions du nord subissent davantage les effets de la pénétration du russe.

Les chiffres de recensements

1897 1926 1939 1959 1970 1979 1989 2002 2010
KP 104 700 134 000 144 000 153 000 151 000 152 000 125 235 94 456
% 73,2 66,1 54,1 58,3 61,4 60,1

Tableau Šabaev 1993 et recensement 2010, p. 84.

Une spécificité historique

3Les Permiaks entrèrent en contact avec les Russes de Novgorod et furent pris dans les querelles entre cette ville et Moscou pour la plus grande partie du xve siècle, l’une comme l’autre prétendant avoir autorité sur la Permie. En tout cas, les Permiaks allaient être évangélisés un peu plus tard que les Zyriènes, par l’un des évêques successeurs d’Étienne de Permie, Iona : il convertit en 1460 le chef des Permiaks de Čerdyn’, qui dut, après une défaite militaire face à Moscou, lui faire allégeance en 1472. En même temps, leur territoire est régulièrement victime d’incursions venues de l’autre côté de l’Oural, de la part d’Ougriens de l’Ob. Cela les amena à faire appel à des forces militaires russes pour se défendre (Lallukka 1992, p. 20-22).

Le servage

4Quand en 1558 les frères Stroganov, de riches industriels et marchands, propriétaires de salines, demandent et obtiennent du tsar la concession de terres prétendument inhabitées, ils occupent pratiquement la frontière orientale de la Russie, telle qu’elle se dessine après la prise de Kazan’ (Nolde 1952, p. 132). Le statut octroyé aux Stroganov est particulier : ils dépendent directement de la couronne et ils arrivent à garder leurs privilèges. Même, ils augmentent leurs terres systématiquement : si en 1579 ils possédaient 43 villages, cent ans plus tard le nombre de villages est déjà de 340 ; le nombre de foyers sous leur autorité passe de 2 855 à 5 954 entre 1675 et 1715. En même temps, beaucoup de paysans prenaient la fuite, ce qui explique que les propriétaires aient tenté de gérer leurs terres d’une main de fer (Lallukka 1992, p. 25-26). Or, ces terres sont surtout habitées par des Permiaks. Les Stroganov les réduisent en servage : les Permiaks sont les seuls des Finno-Ougriens à avoir connu le servage proprement dit, à ne pas être paysans redevables seulement à l’État. C’est là le point principal qui fonde une identité permiake spécifique. Même le rapport traditionnel à la forêt est infléchi par le fait que celle-ci est propriété des Stroganov, et donc que l’accès est limité à leurs gens (Šabaev 1998, p. 25-26).

5Plusieurs auteurs ont souligné l’importance du servage – qui n’a été formalisé qu’au xviiie siècle, mais qui est le trait caractéristique de la destinée des Permiaks – dans la mise en place d’un « caractère national » distinct de celui des Zyriènes. Ils seraient en effet caractérisés par une certaine passivité, par leur naturel soumis et docile (id., p. 27). Il est vrai que K. Žakov lui aussi, qui a exploré le pays permiak en 1901, a été frappé par la pauvreté des villages, qui était accompagnée par une atmosphère de tristesse (Nikitina 1995, p. 26-27). Il faut cependant noter que le servage n’a jamais touché les Permiaks du nord, qui échappaient à l’emprise des Stroganov (Šabaev 1998, p. 26).

6Les dures conditions de vie des Permiaks expliquent cependant qu’ils se soient eux aussi, de temps à autre, soulevés : même si l’historiographie soviétique a tendance à monter en épingle les révoltes pendant la période tsariste – pour illustrer la notion de lutte des classes centrale dans l’histoire officielle – en général elle n’a pas inventé des événements, se contentant d’en amplifier la portée. C’est en 1861, 1862 et 1868 que les Permiaks ont protesté le plus énergiquement contre la charge fiscale qui pesait sur eux (Bačev 1975, p. 14-15).

Les années soviétiques

7C’est uniquement à l’automne 1918 que le pouvoir soviétique l’emporte dans les régions permiakes, d’autant qu’il n’y avait pas dans la région de parti communiste organisé : il a fallu pour cela l’intervention des bolcheviks de l’Oural. Mais la guerre civile faisait rage dans la région et le pouvoir est passé des uns aux autres plusieurs fois jusqu’en juin 1919 (Ponomarev 1970a, p. 423).

8Les premières années du pouvoir soviétique furent particulièrement difficiles pour les Permiaks. En effet, ils n’ont pas seulement connu, comme tous les paysans en Russie, des rigueurs du communisme de guerre, qui ont privé la campagne des agriculteurs les plus expérimentés (Šabaev 1998, p. 29-30). Eux ont souffert en outre de l’avidité des autorités de Perm’, qui craignaient que toute la région ne leur échappe. Il faut consacrer tout un chapitre à la question de l’autonomie et aux polémiques qui l’ont entourée (cf. infra).

  • 2 Ce sont ceux qu’on appelle, en russe, les déportés spéciaux (en russe : спецпереселенцы).

9Mais soulignons d’ores et déjà une caractéristique du pays permiak dans les premières décennies du pouvoir soviétique : cette région a été sélectionnée en 1929 pour accueillir des déportés. Elle n’était pas prête à absorber les dizaines de milliers de personnes qui y furent envoyées dans des conditions particulièrement pénibles – à pied et affamées2. C’étaient lesdits « koulaks », paysans considérés comme riches – en fait, à peine plus aisés que les autres – dont les propriétés avaient été confisquées et qui avaient été exilés : c’est ce que le discours officiel appelait « éliminer les koulaks en tant que classe ». Il n’y avait ni logements pour les accueillir ni aliments pour les nourrir. De plus, pour éviter la « contagion », il était rigoureusement interdit à la population de les aider ou de les héberger. Ils étaient censés être hébergés dans des camps, mais ceux-ci étaient pratiquement inexistants. La première année, 40 % d’entre eux avaient péri, mais en 1931, ils étaient déjà 30 000 dans douze camps spéciaux. Plus tard, il n’en restera que quelques milliers (Kon’šin 1995, p. 20-22).

10Cette situation était lourde à supporter également pour la population : dans les années 1933-34, et puis 1936-37, on peut parler de famine chez les Permiaks, dont les terres ne sont pas particulièrement fertiles (Šabaev 1998, p. 31). On peut dire que c’est certainement l’une des régions qui économiquement a souffert le plus dans l’ère soviétique. C’est pendant cette période cependant que s’y est développée l’industrie du bois, en grande partie à l’aide de l’importation de main-d’œuvre non qualifiée, mais aussi en faisant basculer bien des paysans permiaks du côté de la classe ouvrière (Šabaev 1998, p. 32-33). La situation n’a pas été améliorée par les efforts de guerre : si 10 000 soldats en provenance de cette région tombent sur le front, les femmes restées au pays ont souffert, comme partout ailleurs dans le pays, non seulement de la faim, mais aussi d’une exploitation forcenée dans les kolkhozes et dans l’industrie (Šabaev 1998, p. 34).

11Après la guerre, les tendances à la concentration, qui caractérisent toute l’Union soviétique, se manifestent tout autant ici qu’ailleurs. Si en 1959 il y avait 1 280 villages habités, au début des années 1990 il n’y en a plus que 800 (Lallukka 1992, p. 17).

  • 3 Il ne faut pas oublier non plus que Kudymkar est bien reliée à Perm’, qui est un centre célèbre de (...)

12Cette région restait, dans les années 1990, l’une des moins développées de Russie d’Europe, avec une espérance de vie de dix à onze ans inférieure à celle de la région de Perm’, avec des services sociaux particulièrement faibles et donc une mortalité accrue, notamment infantile. Cela a provoqué une émigration qui n’est cependant pas aussi marquée dans la population autochtone. C’est surtout l’intelligentsia permiake qui s’en est allée, laissant ainsi le pays décapité (Šabaev 1998, p. 34-35). En même temps, Kudymkar, la capitale, ville d’environ 30 000 habitants, est relativement peu urbanisée : en 1992, il y résidait 400 familles possédant une vache (Lallukka 1992, p. 16) et en 1996 il n’y avait pas un seul bar ou restaurant (mes travaux de terrain)3.

La question de l’autonomie

13L’idée de rassembler tous les Komis dans une même entité territoriale remonte aux débats sur la création de l’oblast’ komi, où les responsables zyriènes, Batiev en tête, œuvraient pour la réalisation d’une grande république komie, rassemblant tous les Komis éparpillés au sud, au nord et à l’est (Ponomarev 1970, p. 43).

14La Conférence du Parti de Kudymkar, cependant, s’exprima une première fois en avril 1921 négativement, estimant la proposition de Syktyvkar « prématurée et inutile » (Ponomarev 1970, p. 43). Ce sont ces positions-là que l’historiographie soviétique met en évidence. En même temps, les relations entre les deux groupes de Komis demeurent : les communistes permiaks sont représentés à la Première conférence du Parti komi à Ust’Sysol’sk en janvier 1921 (Vavilin 1993, Dmitrikov 1993). Cette conférence insiste sur la nécessité d’unir tous les Komis, bien que les voies de communication entre le centre et le Sud aient été inexistantes (Epilin 1993, p. 13). Les communistes permiaks se rendent auprès de Kalinin pour exprimer leur souhait d’être réunis avec les autres Komis, mais Moscou estime que d’une part la « volonté populaire n’a pas été exprimée de manière suffisamment claire » et que d’autre part l’absence de voies de communication est un obstacle décisif à la viabilité économique de la région (id., p. 14)

15Ces années sont particulièrement difficiles pour le pays permiak : la famine a durement frappé en 1921, et les autorités de Perm’, craignant que la question soit réglée favorablement à Syktyvkar, mènent une double politique de répression – arrestations, purge dans le parti des communistes favorables à l’unification – et de pillage économique, de manière à tirer de la région habitée par les Permiaks un maximum avant de la perdre : c’est ainsi que 800 000 pouds (13 104 tonnes) de froment sont dirigés sur Perm’ (Epilin 1993, p. 15-17). Les autorités komies vont jusqu’à parler, entre décembre 1921 et mars 1922, de terreur blanche organisée par Perm’ contre les responsables permiaks, ce qui fait que beaucoup d’entre eux quittent la région (Vavilin 1993, p. 13).

  • 4 Sur les questions politiques, l’intelligentsia et la classe politique komie avaient les idées suff (...)

16En 1921, cela n’empêche pas les communistes de discuter de la question de l’unification, même si les autorités de Perm’ ont tout fait pour l’empêcher. La situation est tendue au point que les observateurs n’excluent pas un soulèvement armé de la population. L’intelligentsia permiake, à laquelle Syktyvkar ne prête pas une attention particulière4, est ainsi partagée – certains veulent la réunion avec l’oblast’, d’autres sont partisans d’une autonomie à eux (Lallukka 1992, p. 44).

17Entre-temps, la tension monte entre Perm’ et Syktyvkar : les délégations komies se succèdent pour discuter de l’unification, au point que Perm’ finit par protester. On a l’impression que les Permiaks, qui au départ étaient réticents à s’engager, basculent de plus en plus du côté de Syktyvkar, notamment du fait du comportement prédateur de Perm’. Cela aboutit, en 1923, à ce que les représentants zyriènes et permiaks au VCIK présentent ensemble de nouveau la demande d’unification. La même année, la réforme administrative de la région de l’Oural ne prend pas en compte les besoins des Permiaks, qui se trouvent partagés entre plusieurs unités administratives. F. Tarakanov, le représentant permiak, essaie, en vain, d’obtenir une forme d’autonomie de la part des autorités de Perm’ (Ponomarev 1970a, p. 424-425).

18Moscou est contrainte d’envoyer une commission, qui étudie sur place la situation en 1924, alors qu’une conférence de paysans vote largement en faveur de l’unification avec l’oblast’ komie (Ponomarev 1970, p. 426).

19La décision est prise au Comité central du parti en janvier 1925, et confirmée au VCIK le mois suivant : la région est économiquement liée à l’Oural et les revendications des Permiaks de se détacher de l’Oural sont refusées, mais à titre de consolation (du moins peut-on le supposer), il leur est accordé un statut autonome (Ponomarev 1970, p. 45). Il faut croire également que l’attitude violente des autorités de Perm’, vertement critiquées par Moscou, a contribué à ce que la balance penche en faveur d’une prise en compte des intérêts de Kudymkar. Les Permiaks représentent 75 % de la nouvelle entité nationale (Čugaev 1960, p. 24).

Une culture komie permiake

20Comme dans le cas de beaucoup de peuples de la Russie, notamment dans le Nord, dans la deuxième moitié du xixe siècle, les voyageurs et les ecclésiastiques avaient tendance à présenter les Permiaks comme un peu agonisants. Rogov, qui avait vécu trois ans dans la région de l’In’va, avait pu le constater :

Les Permiaks de souche se russifient à vue d’œil et leur langue est en train de se perdre et d’être remplacée par le russe : aujourd’hui, tous les Permiaks adultes de sexe masculin parlent russe de manière satisfaisante, et certains ne se distinguent en rien des Russes de souche. Beaucoup d’enfants et toutes les femmes, dans certains villages, ne parlent que russe. (…) Cette situation des Permiaks et de leur langue me donne des raisons de croire qu’avec le temps cette langue cessera d’être utilisée et se perdra (Rogov 1869, p. III).

21Un siècle et demi s’est écoulé, et l’on pourrait croire que Rogov parle de la situation actuelle. Qu’est-ce qui s’est passé pendant ces cent cinquante ans, pour avoir interrompu une évolution qui à l’époque semblait inéluctable ? Sans doute, l’un des éléments qui expliquent que le komi permiak existe toujours tient aux événements qui ont accompagné, pour les nationalités de l’URSS, la première décennie qui a suivi la Révolution. Chez les Permiaks comme ailleurs, la politique volontariste d’encouragement des langues vernaculaires a pour un temps revitalisé une culture qui semblait à bout de souffle. Nous allons voir comment celle-ci, et notamment la culture de l’écrit, s’est implantée dans cette région et comment elle s’y est épanouie notamment dans les années 1920.

22En 1897, l’alphabétisation était de 6 % chez les hommes et 1,3 % chez les femmes (Bačev 1975, p. 8), et elle s’était élevée à 15 % avant la Révolution (Nečaev 1934, p. 99). Ces chiffres montrent que la tendance était clairement à la hausse avant même la révolution culturelle impulsée par les Soviétiques. Cependant, le nombre d’instituteurs permiaks restait particulièrement faible – pas plus de cinq en 1912 (Šabaev 1998, p. 27).

Le permiak écrit avant la Révolution

23On ne peut pas dire que le permiak n’ait pas des lettres de noblesse précédant la Révolution. En effet, comme dans le reste de la Russie, des missionnaires et prêtres orthodoxes ont travaillé à enraciner le christianisme chez les autochtones de Russie. Comme leur objectif n’était guère de développer des cultures vernaculaires ni de consolider des groupes ethniques en peuples conscients d’eux-mêmes, ils n’ont pas hésité à créer des outils dans les formes dialectales correspondant à la langue parlée par ceux qu’ils voulaient toucher.

24Dès la fin du xviiie siècle, A. Popov, un ecclésiastique de Perm’, a établi un dictionnaire et une grammaire (Bačev 1993, p. 78). Des manuscrits ont également été établis par des prêtres, Fedor Ljubimov (église de Jogva) et F.A. Volegov. Mais les Stroganov en avaient interdit la publication (Bačev 1993, p. 79). Une des premières tentatives de mettre à l’écrit des connaissances sur le permiak est le dictionnaire composé par un ancien prêtre de Kudymkar, Georgij Čečulin, dans le dialecte d’Elovo et qui comprenait 4  000 mots, dont l’accentuation était notée. Il avait été présenté en 1925 à Sjögrén (Komi-permiackij 1962, p. 148-149).

25Dans les années 1860, des hagiographies virent le jour, rédigées par N.A. Rogov et par un ecclésiastique de Kudymkar, Avraam Popov. Nikolaj Abramovič Rogov (1825-1905), né dans une famille de serfs des Stroganov, est l’auteur d’une Tentative de grammaire du permiak, qui contient entre autres des proverbes, des devinettes, des chansons et de courts contes et récits. Il est également l’auteur d’un dictionnaire permiak-russe de 415 pages, paru à Saint-Pétersbourg en 1869. Rogov avait été envoyé tout de suite après la fin de l’école dans la région de l’In’va. Il affirme avoir été motivé à établir ce dictionnaire par la constatation que le permiak était en voie de disparition (cf. infra). Son dictionnaire contient près de 13 000 mots, sans accentuation. Rogov a été conseillé par Sjögrén et son dictionnaire se base sur les dialectes méridionaux (Komi-permiackij 1962, p. 149). En plus de ses œuvres consacrées à la langue, il étudie les Permiaks et publie ses travaux dans les périodiques de la Société russe de géographie, dont il est membre (Konin 1976, p. 118-119).

  • 5 Pour plus de détails sur cette personnalité centrale pour l’instruction des autochtones de Russie (...)

26Dans l’esprit d’Il’minskij5, des livres à contenu religieux traduits par Ja. Šestakov et I. Sedegov parurent dans les années 1870.

  • 6 En permiak : Выддьöм пермякъ понда.
  • 7 Titre en russe : Азбука и первая книга для чтения в пермяцких школах.

27Popov, enseignant à l’école de Kudymkar, est l’auteur d’un Abécédaire6, publié en 1894 à Perm’ en tant qu’annexe à l’Almanach du gouvernement de Perm’. L’objectif est de faciliter l’apprentissage de la lecture par les enfants permiaks en partant de leur langue, mais en introduisant le russe dès le début. C’est pourquoi il présente des matériaux dans les deux langues – au début des lettres puis des mots et des petites phrases dans les deux langues, à la fin un petit texte, et un glossaire pour les instituteurs ne connaissant pas la langue (Popov 1894, p. 3). Cet ouvrage sera réédité en 1904 en dialecte de l’In’va sous le titre Abécédaire et premier livre de lecture dans les écoles permiakes7 (158 p.) (Bačev 1993, p. 79).

28Plusieurs personnalités méritent d’être mentionnées pour leurs efforts d’alphabétisation de leur peuple. Par exemple, un nom que l’on retrouve sur de nombreuses publications, Kondratij Mihailovič Mošegov (1881-1937), ancien élève de l’école normale de Kazan’, qui pendant la période soviétique étudiera l’histoire de la région et travaillera à l’ouverture d’écoles et à la formation des enseignants (Konin 1976, p. 116). La date de sa mort montre qu’il n’échappera pas aux répressions.

  • 8 Titre en russe : Букварь для пермяцких детей.
  • 9 Titre en russe : 2ая книга для чтения и практических упражнений на пермяцком языке.
  • 10 En russe : Первоначальный учебник русского языка для чердынских пермяков, Kazan 1906, 77 pages.

29À noter encore au début du xxe siècle, un syllabaire8 en dialecte de Čerdyn’ dont les auteurs sont ce même Mošegov et P.V. Ščapov (Kazan 1908), un livre de lecture9 de P.V. Ščapov, publié à Kazan’ en 1909 et comportant 78 pages, sous la direction de K.M. Mošegov et D.F. Bogdanova dans le dialecte de la Kosa et de la Kama. Le permiak était également utilisé dans les manuels de russe10. Il n’y avait pas que des livres à contenu religieux : il faut encore citer la traduction par Mošegov du Conte du pêcheur et du poisson de Puškin, une première fois en 1900 dans le dialecte de l’In’va et une deuxième fois en 1906, édité à Kazan’ (Komi-permiackij 1962, p. 4, Bačev 1993, p. 80).

30Donc, le bilan de la période présoviétique est loin d’être négligeable. Mais les efforts qui avaient été faits ne correspondaient pas entièrement aux nécessités des temps nouveaux, quand les Permiaks se prennent en main et essaient de se doter d’un instrument performant.

La création d’une langue littéraire

31Existe-t-il deux langues komies ? Sur ce point, même les auteurs soviétiques doivent reconnaître que du point de vue scientifique, il y a une seule langue et que les différences entre les deux sont d’ordre dialectal (Komi-permjackij 1962, p. 5). L’idée de créer une langue littéraire distincte de celle qu’utilisaient au Nord les Zyriènes et correspondant de manière plus précise aux dialectes parlés par les Permiaks a été formulée pour la première fois en 1923 : le 1er Congrès des forces de la culture de la région permiake envisage la création d’une langue littéraire à part entière (Komi-permiackij 1962, p. 36).

32A posteriori, on peut s’interroger sur l’opportunité de créer une langue littéraire komie permiake. K. Rédei s’est prononcé sur ce point de manière très nette : il a considéré que c’était une décision mal à propos, considérant que cela avait permis d’affaiblir l’identité komie, que cette mesure aboutissait à « diviser pour régner ». Pour le linguiste hongrois, grand spécialiste du komi, la création d’une langue littéraire komie permiake répondait à une mauvaise interprétation de l’identité, qui donnait priorité aux revendications locales sur les intérêts généraux (Rédei 1996, p. 133-134). Dans ce débat, ici comme dans le cas des langues mordves ou maries, la plupart des auteurs extérieurs à la Russie prennent souvent, comme Rédei, des positions hostiles à l’existence de deux langues. D’autres, cependant, comme Attila Dobó, prennent acte de l’existence d’une langue permiake et ne considèrent pas opportun de la remettre en cause (Dobó 1997, p. 49-50).

La base dialectale

33Comme évoqué au tout début de cet article, le permiak est subdivisé en deux groupes dialectaux : le dialecte de l’In’va et de la Nerdva, englobant la région de la capitale Kudymkar, est parlé dans le Sud de la région ; le deuxième dialecte est celui du Nord qui couvre les bassins de la Kosa et en partie de la Kama (et de ses affluents). Dans les dialectes méridionaux, le l d’origine a été remplacé par le phonème v ou w, alors que dans les dialectes septentrionaux, le l demeure (Rédei 1997, p. 133).

34Le premier dialecte qui a été de fait pris pour base de la langue littéraire a été le dialecte de l’In’va, puisque la plupart des militants étaient originaires de cette région (Komi-permiackij 1962, p. 36). La question du l est devenue le point central du débat. En 1923, le Congrès des forces de la culture du pays komi permiak décide non seulement de créer la langue littéraire, mais aussi d’y introduire le l. Il n’en reste pas moins que la décision n’est pas suivie d’effet, et que jusqu’à 1927, le l n’est pas présent dans les publications en langue littéraire (ibid.). Neuf livres paraissent sans le l.

Figure 1 

Figure 1 

La version permiake de la pièce de Ńobdinsa Vittor : Au lever du soleil une fleur s'est fanée

  • 11 En permiak : Райын.
  • 12 En komi zyriène : Шондi петiгöн дӡоридӡ коԍмис, en komi permiak : Шондi петiкöн лым дор чача коԍмис

35D’après Krivoščekova, le premier livre avec le l paraît en 1927, c’est la comédie de Ńobdinsa Vittor « Au paradis11 », traduite par V.I. Derjabin (Krivoščekova 1967, p. 120). Cependant, cette traduction ne figure dans aucune bibliographie. Sébastien Cagnoli relève que la seule traduction du théâtre de Savin en permiak mentionnée dans les bibliographies est le drame Au lever du soleil une fleur s'est fanée12, traduit par V.I. Derjabin, en alphabet de Molodcov, paru à Moscou, daté de 1927. Effectivement, on y trouve une alternance l ~v similaire à celle du zyriène standard.

L’alphabet

36Les textes d’avant la Révolution étaient écrits en alphabet cyrillique, ou plutôt russe, fort similaire à la graphie d’aujourd’hui (Komi-permiackij 1962, p. 36).

  • 13 Il semblerait que la littérature utilisant cet alphabet ait été assez peu abondante – sans doute p (...)

37Entre les années 1920 et les années 1930, les Komis permiaks ont suivi les pratiques de l’oblast’ komie : alphabet russe avant 1920, avec quelques adaptations (le ö, le дз, le дж, le тш), puis alphabet de Molodcov13 (Šabaev 1994, p. 5).

38Au début des années 1930, comme dans l’oblast’, il y eut un passage par l’alphabet latin (Komi-permiackij 1962, p. 36). Ce passage à l’alphabet latin est aujourd’hui très généralement critiqué par les chercheurs, qui soulignent la rupture provoquée et les difficultés nouvelles pour les apprenants (Šabaev 1994, p. 6). Il faut ajouter à cela que les enseignants, pour la plupart, ne connaissaient pas l’alphabet latin mieux que leurs élèves. Cela rendait son apprentissage particulièrement laborieux, même si c’était là la tendance générale dans toute l’Union soviétique – très peu de peuples de l’URSS sont restés à l’écart (Toulouze 1997). La commission du Nouvel alphabet s’est engagée de manière très active dans les mesures pour implanter cet alphabet dans la population : tous les manuels publiés le sont dans le nouvel alphabet (Nečaev 1934, p. 102)

  • 14 En permiak : Коми- пермяцкöй кывлöн правилоэз.

39La décision de renoncer à l’alphabet latin et de passer au cyrillique fut prise par une commission composée de V.I. Jakimov, A.T. Mošegova et A.M. Sporova (Bačev 1993, p. 80). Comme partout en Russie, cette décision a été prise à l’échelon local sur instruction du centre, mais il est fort probable que tous les usagers, notamment les enseignants et les parents d’élèves, étaient réellement favorables à cette mesure. Il semble bien que chez les Permiaks il n’y ait pas eu de retour, comme chez les Zyriènes, à l’alphabet de Molodcov, avant d’en venir à la solution qui est grosso modo celle en vigueur aujourd’hui. L’alphabet cyrillique est confirmé dans un manuel d’orthographe14 daté de 1938 et c’est la même année que les abécédaires utilisés dans les écoles sont remplacés (Krivoščekova 1967, p. 118, 120).

L’indigénisation

40La komisation des cadres – apprentissage de la langue des habitants – va de pair dans la région komie permiake avec l’opération intitulée « Liquidation de l’analphabétisme », dite Likbez (en russe : ликвидация безграмотности). Une action de choc est entreprise pour alphabétiser la population en février-juin 1929 et l’alphabétisation est proclamée complète en 1932 (Pahorukova 1977, p. 21-22). Dans le cadre de la politique d’indigénisation, un manuel de komi permiak voit le jour en 1935. L’auteur en est F. A. Tupicyn :

Avec la komisation des institutions et des organisations de l’okrug, la nécessité s’est fait sentir d’enseigner le komi aux fonctionnaires ne le connaissant pas (…). Dans ce manuel je me fixe comme objectif d’enseigner le komi suffisamment pour qu’une personne qui ne le parle pas apprenne à parler, ayant le vocabulaire nécessaire à la communication de tous les jours avec la population komie (Tupicyn 1935, p. 3).

41Mais la politique d’indigénisation, promue par le centre, ici comme ailleurs, n’est pas du goût de tout le monde : beaucoup estiment, et l’expriment, que le développement d’une culture komie permiake particulière est inutile – la suprématie de la culture russe est justifiée par le fait que c’est la langue de la Révolution, argument qu’on retrouvera répété jusqu’en 1953 (Nečaev 1935, p. 100). En principe, l’indigénisation impliquait aussi que les documents officiels fussent écrits en komi, mais cela ne s’est jamais fait et les documents ont continué à être écrits en russe (Pahorukova 1977, p. 22).

L’emprunt

42Les emprunts au russe sont traditionnels dans cette région : par exemple « parler » se dit bajtni, ce qui est un emprunt à un mot ancien du russe bajat’ (Šabaev 1998, p. 39). Mais l’afflux de mots issus du russe s’est puissamment accéléré dans les années 1930. Les auteurs de la période soviétique le mentionnent sans hésitation, appelant ce processus « enrichissement » de la langue (Komi-permiackij 1962, p. 127-128, Komi-permiacko 1985, p. 5).

Le théâtre

43C’est en russe que commence officiellement l’histoire du théâtre dans les régions permiakes, avec un théâtre russe professionnel de Sverdlovsk qui se produit à Kudymkar en 1930. À Kudymkar fonctionnait un Théâtre de la jeunesse kolkhozienne, qui servira de base pour le développement du théâtre komi. C’est en 1933 qu’est jouée la première pièce en komi, une pièce d’un auteur permiak, S. Karavaev, intitulée la Cour. Mais la part du lion revient à Viktor Savin, Ńobdinsa Vittor, l’un des plus influents intellectuels et hommes politiques komis, et initiateur du théâtre komi dans l’oblast’, dont plusieurs pièces sont jouées en permiak dans la capitale.

44C’est en 1935 que le Théâtre de la jeunesse kolkhozienne devient officiellement un théâtre professionnel en langue komie. Il jouera régulièrement des pièces de M. Lihačev et d’A. Zubov. Celui-ci est l’auteur de la première pièce écrite en permiak, À travers les ténèbres, avec des personnages classiques du théâtre édifiant de cette époque : le pauvre paysan, le responsable du parti, le koulak, sa fille. Cette pièce a même été jouée par le théâtre en 1937 à Sverdlovsk (Pahorukova 1977, p. 19-20).

Les publications en komi permiak

45Le premier livre paru en komi permiak est un recueil de quarante pages contenant des poèmes et des chansons : il s’intitule Boule sonnante (Gora-dźuľ) et il a été publié à Syktyvkar en dialecte de l’In’va en 1923. Il contient des poèmes originaux des principaux poètes permiaks (A. Zubov, F. Tarakanov et d’autres) ainsi que des traductions de poèmes de V. Savin.

46Les abécédaires et manuels publiés en komi ou pour l’apprentissage du komi représentent le premier « genre » publié, très présent dans toute cette période (Nečaev 1934, p. 99). Dans les toutes premières années, entre 1921 et 1925, huit manuels ont été publiés, pour un total de 23 000 exemplaires (Bačev 1975, p. 70). C’est en 1930 qu’est fondée la maison d’édition komie permiake et en 1935, il y a déjà 78 titres publiés à Kudymkar pour un total de 103 000 exemplaires (Šabaev 1998, p. 30, Bačev 1975, p. 70). Dix ans plus tard, le nombre de publications monte à 385 ouvrages en comptant les manuels, la littérature et les œuvres de vulgarisation. Compte tenu de l’importance de ce type de littérature, je présente en annexe la liste des manuels publiés dans l’entre-deux-guerres ; je présente également la liste des grammaires et des dictionnaires, qui, elle, ira jusqu’aux années 1960.

47À noter, dans cette période comme dans la suivante, deux caractéristiques de l’édition en langue komie : avant la fondation, en 1930, d’une maison d’édition à Kudymkar, les Permiaks ont trouvé – et c’est là un cas unique dans le monde finno-ougrien – un soutien indirect dans l’oblast’ komie zyriène, qui informe l’opinion publique komie de la situation des cousins méridionaux. Ceci est bien sûr à mettre en rapport avec les circonstances politiques évoquées au début de cet article. C’est ainsi que des revues publiées à Syktyvkar, comme Komi mu (1926-29), ou encore Ordym (à partir de 1926) publient aussi bien des articles sur la situation dans l’okrug que des textes littéraires des auteurs permiaks. De plus, les écrivains permiaks étaient étroitement associés aux activités de l’Union des écrivains komis (Pahorukova 1977, p. 23). En 1928, un Permiak est même élu à sa direction – V. Derjabin. En même temps, la littérature permiake, éditée à Syktyvkar, avait du mal à arriver jusqu’aux lecteurs potentiels dans l’okrug, même si elle touchait une autre catégorie de lecteurs.

  • 15 En permiak : Dźuľźan pťica

48Deuxièmement, on ne soulignera jamais suffisamment l’importance de Moscou comme lieu d’édition. C’est là en effet que sont publiés les manuels komis permiaks, grâce à la maison d’édition pour les nationalités, Centriszdat. De nombreux intellectuels finno-ougriens, faisant leurs études à Moscou dans les années 1920 et 1930, y collaborent. C’est en 1927 qu’une section permiake y est créée. Elle ne se contente pas d’éditer bien des manuels, elle sort également des almanachs littéraires et artistiques : le Premier oiseau15

en 1930-31, Petite étincelle16, en 1931-32 et le Jeune Travailleur de choc17 entre 1931 et 1934 (id., p. 7).

49Enfin, notons, même si cela apparaîtra encore plus clairement dans le chapitre suivant, que les auteurs de ces manuels sont en même temps les intellectuels les plus prestigieux de leur région à leur époque – certains jouissent même d’une grande popularité. Ce sont les nécessités de l’époque qui amènent toutes les capacités à se mobiliser dans tous les domaines.

Les intellectuels et la littérature dans les deux premières décennies du pouvoir soviétique

50Comme partout dans les régions nationales de la Russie soviétique, ce sont les instituteurs, les personnes instruites – ceux que nous appellerons ici les intellectuels – qui vont prendre en main la vie culturelle, et politique, du pays komi permiak. Les deux noms les plus célèbres, sur lesquels nous nous arrêterons, sont Mihail Lihačev, que V. Lytkin met en avant comme le plus talentueux des auteurs permiaks (Lytkin 1962, p. 222) et Andrej Zubov.

51Comme ailleurs, cette intelligentsia est faible en effectifs. Ces quelques individus sont confrontés à des tâches colossales, comme celle de codifier une langue pour leur peuple, de la diffuser, de créer des ouvrages pour l’enseigner, de l’utiliser dans tous les forums possibles – par leurs propres œuvres, mais aussi dans une nouvelle presse en langue nationale. Les personnalités que nous évoquerons auront été de véritables homme-orchestre.

Mihail Pavlovič Lihačev (Egva 1901 – Kudymkar 1937)

52C’est un tout jeune homme qui lance ses forces dans le paysage culturel postrévolutionnaire permiak. Issu du monde paysan, il est formé comme instituteur et vient d’avoir son diplôme quand éclate la guerre civile. Il s’engage en 1919 dans l’Armée rouge. Après la guerre, il continue son travail d’instituteur jusqu’en 1925, année où il est appelé à la direction de l’enseignement de sa région et s’installe dans la capitale. Ses débuts littéraires datent de 1923. À partir de 1926, il se consacre au journalisme, est l’un des collaborateurs du journal permiak Görys’ (Le laboureur), et passera même trois ans en formation à Moscou, réalisant son rêve d’y étudier à l’université (Pahorukova 1977, p. 33). En 1934, il est admis à l’Union des écrivains de l’URSS, participe au Congrès des écrivains, où il rencontre Gor’kij (Konin 1976, p. 116). Sa présence à Moscou lui permet d’être particulièrement actif comme collaborateur des Éditions centrales (Centrizdat) et d’avoir des rencontres enrichissantes avec des intellectuels russes (Pahorukova 1977, p. 34).

  • 18 La date de sa mort donnée à l’époque soviétique était 1945. En fait, comme pour beaucoup d’intelle (...)

53Lihačev18 avait l’expérience de la collecte du folklore de sa région et celle-ci lui sera utile dans le travail littéraire qu’il entreprendra. Malheureusement, ses collections, comprenant des contes, des chansons et des devinettes, ont été perdues, sans doute dans la tourmente des répressions des années 1930 (Tyris 1981, p. 2). Mais les effets se font sentir dans ses œuvres, et ce tout d’abord au niveau de la langue, qui est riche, idiomatique, et qui abonde en expressions imagées venues du terroir, en comparaisons, en verbes expressifs (Bojko 1993, p. 182-187, Pahorukova 1975, p. 70-73).

54Ses premières œuvres sont des poèmes, mais il se consacre bientôt à la prose et devient le premier prosateur et romancier permiak. Il publie, dans le journal dont il est collaborateur habituel, non seulement des articles journalistiques, mais textes littéraires en prose (Istomin 1996, p. 2). De plus, son travail de journaliste lui permet de se familiariser avec la vie rurale et urbaine à son époque, avec l’industrie du bois, et lui donne des matériaux qu’il réutilisera dans ses œuvres littéraires (Pahorukova 1975, p. 66). Ses écrits sont accueillis avec enthousiasme, et il apparaît bien comme la première personnalité littéraire et intellectuelle de l’okrug.

  • 19 En permiak : Менам зон.
  • 20 En oudmourte : Секыт зӥбет.

55Il est surtout l’auteur du premier roman en permiak : Mon fils19, publié en 1936, sur lequel il a travaillé trois ans (id., p. 65). C’est un roman historique, présentant la vie des Komis avant la Révolution (mais les critiques le soupçonnent d’avoir voulu présenter, sous couvert de personnages du passé, des personnalités du présent). Il est ainsi à mettre dans la série des œuvres de la même époque et traitant du même thème chez d’autres Finno-Ougriens (et sans doute pas seulement) : Joug pesant20, le premier roman oudmourte de Kedra Mitrej, publié en 1928, Elnet de Sergej Čavajn chez les Maris, publié en 1937, donc quasiment contemporain du roman permiak. Les héros sont des paysans pauvres, Miroš et sa mère – on voit dans ce personnage, central dans le roman, l’influence du roman de Gor’kij, que Lihačev avait traduit – et Miroš, sous l’effet des injustices qu’il voit autour de lui, devient révolutionnaire. Le roman donne à l’auteur l’occasion de montrer la campagne permiake et ses coutumes avec une précision d’ethnographe ; la deuxième partie du roman relate les péripéties de la guerre « impérialiste » et de la guerre civile (Pahorukova 1977, p. 74-75). En même temps, le roman illustre le postulat de la lutte des classes, puisque les « pauvres » sont opposés aux « koulaks » : la mère de Miroš est séduite et abandonnée par le fils du koulak, elle est chassée de partout, et instinctivement choisit le parti des Rouges dans la guerre civile et refuse de trahir les partisans que son fils a rejoints (Pahorukova 1977, p. 66-67). Miroš, qui a dix ans au début du roman, n’est pas seulement témoin du vieillissement précoce de sa mère, il doit subir les injustices du koulak pour lequel il travaille : ce roman est également un Bildungsroman, qui suit le mûrissement du jeune homme en révolutionnaire – comme le voulait l’époque (Pahorukova 1977, p. 67- 68).

  • 21 À noter qu’en 1967, les traductions sont citées, mais sans précision du nom du traducteur ; dix an (...)

56Ce roman reste l’œuvre la plus marquante de Lihačev, qui est cependant extrêmement prolifique et publie, entre 1929 et 1936, dix ouvrages (sans compter les œuvres parues dans la presse) : des recueils de poèmes et des récits, sans compter les manuels (id., p. 34). De plus, Lihačev est l’un des traducteurs les plus actifs : parmi les auteurs qu’il a traduits en permiak, notons Puškin, Gor’kij (des récits et la Mère), Nekrasov, Ostrovski, Alexandr (Krivoščekova 1967, p. 12021 ; Pahorukova 1977, p. 34)

57À la fin de sa vie, Lihačev travaille au Comité exécutif de l’okroug sur les questions de recherche et enseigne la littérature komie à l’école normale de Kudymkar, où il organise un cercle littéraire, travaillant en russe et en komi, et où, d’après les souvenirs des survivants, il avait établi une atmosphère de respect et de confiance (Vavilin 1981, p. 2 ; Tyris 1981, p. 2)

Andrej Nikoforovič Zubov – Piťö Öńö (Verh. In’va 1899 - Kudymkar 1937)

  • 22 La situation est ici la même que pour Lihačev : sa mort a été longtemps présentée comme remontant (...)

58Lui aussi22, comme Lihačev, est d’origine paysanne. Mais après avoir fait dans son village des études primaires, il est formé à l’école de Jurma et devient télégraphiste à la fin de ses études. En 1919-1922, il s’engage dans l’Armée rouge ; il se retrouve d’abord à Syktyvkar, puis à Kudymkar. À Syktyvkar, en 1922, il travaille aux Éditions komies et suit des études à l’Institut komi. Il y noue sans doute des liens qui lui permettront de faire éditer le premier recueil permiak. De retour dans son pays, il se lance dans l’enseignement de sa langue maternelle et compose une grammaire (Konin 1976, p. 125). Il est conscient qu’il n’est pas linguiste, mais il n’y a personne pour faire ce travail, et il décide de se jeter à l’eau :

Advienne que pourra. Peut-être que quelqu’un lira cette grammaire, la comprendra, et améliorera mon travail… (Pahorukova 1977, p. 21).

  • 23 En komi : коми рыттэз.

59Son activité littéraire commence avec le premier recueil de poèmes en permiak, en 1923, et dans les années qui suivent, il continue son activité didactique, enseigne à Kudymkar et publie un manuel et une grammaire (respectivement en 1925 et en 1928 à Moscou). À partir de 1923, avec d’autres intellectuels (F.G. Tarakanov et F.A. Tupicyn), il organise les « soirées komies23 », dont les initiateurs composent eux-mêmes le programme, avec conférences, chansons, poèmes et mises-en-scène, dont la première a lieu à Egva – en 1929 Savin lui-même y participera. Zubov y est actif, il chante et joue (Komi-permiackij 1962, p. 39 ; Konin 1976, p. 125 ; Pahorukova 1977, p. 19). D’ailleurs, au début des années 1920, il se produit souvent sur scène, par exemple à la 1e exposition agricole de l’URSS au « pavillon des peuples du Nord ». Il chante des chansons qu’il compose lui-même et qui s’inspirent du style populaire (Pahorukova 1993, p. 178). En plus, il travaille sérieusement en tant qu’acteur : en 1926, il joue le rôle principal dans une pièce de Savin (id., p. 177). Certains auteurs soulignent que ses œuvres sont marquées par le caractère oral : elles sont conçues pour être chantées ou écoutées plus que pour être lues. D’ailleurs, la langue qu’il utilise est très proche de la langue orale de communication. Une de ses œuvres les plus populaires date de 1923 : il y aborde pour la première fois le thème du coucou, qu’on va retrouver dans un certain nombre de ses poèmes (Kökö gorttöm, Gorttöm kök, le coucou sans domicile). Dans ces textes, il chante le désespoir de la femme permiake qui se lamente sur son sort à la veille de son mariage (Pahorukova 1977, p. 29). Les figures de femmes chez Zubov sont frappantes et reflètent un aspect du « féminisme » caractéristique des années 1920, où la question de l’émancipation féminine est un thème très présent dans la société et donc dans la littérature. Ces textes sont devenus des chansons populaires non seulement chez les Permiaks, mais aussi chez les Zyriènes du sud. De plus, Zubov a des poèmes politiques, qui évoquent la figure du poète éveillant le village (id., p. 32).

60En 1923, il va suivre des cours universitaires à Perm’ et à son retour en 1926, il prend la direction du bureau de recherche du pays komi-permiak (Komi-permiackij… 1962, p. 40).

61C’est en 1926 que paraît son premier recueil personnel de poèmes (Öndža, « Quelque chose »), qui est suivi par un long poème (« Sur la nouvelle voie ») en 1933. En 1935, il écrit une pièce intitulée « À travers les ténèbres » (Pejmyt oj pyrjöt), qui sera jouée à Kudymkar, et la même année paraît un recueil de contes populaires (Konin 1976, p. 125, 126). Ce recueil est le résultat du travail qu’il a mené en 1934-35 avec des informateurs, et de son travail de mémoire : il a noté des contes qu’il avait entendus, quand il était enfant, en 1908-1910. En tant que traducteur, il traduit Gogol (Pahorukova 1993, p. 177).

62Comme certains autres auteurs, à l’image de ce qui se faisait dans l’oblast’ komie, Zubov écrit sous pseudonyme : il prend son nom komi Öńö (équivalent d’Andrej) et

le nom de son père, qui en russe est Nikifor, mais en komi était Piťu (Pahorukova 1977, p. 8).

63C’est l’une des méthodes les plus naturelles pour trouver un nom de plume, qui est d’utiliser le nom suivant les principes du nom komi (voir l'article de Fedina dans cet ouvrage).

64En écrivant ces lignes sur Zubov, je ne puis m’empêcher de comparer son profil et son sort à celui du chef de file de l’intelligentsia oudmourte, Kuzebaj Gerd. Comme Gerd, Zubov était un homme de scène (il y en a d’autres : Ńobdinsa Vittor chez les Zyriènes et Jyvan Kyrlja chez les Maris en sont des exemples), qui avait un excellent contact avec le public. Lui aussi avait écrit dans toutes sortes de genres – poésie, prose, théâtre, recherche – et avait une personnalité charismatique. Et leur sort est similaire : si Gerd est le premier des intellectuels « nationaux » frappé, il entraînera dans son sillage pratiquement tous les autres non seulement en Oudmourtie, mais aussi dans les autres régions finno-ougriennes.

65En effet, les répressions touchent douloureusement le pays permiak : non seulement parce qu’elles font disparaître physiquement les principaux intellectuels – et tant d’autres personnes ! –, mais aussi parce qu’avec eux disparaissent aussi leurs œuvres. Lihačev est arrêté à l’été 1937. Zubov était déjà détenu dans les geôles du NKVD. Accusés d’être membres d’une organisation contre-révolutionnaire et subversive, ainsi que d’espionner pour la Finlande et pour l’Estonie, ils sont condamnés à mort le 13 octobre et fusillés le jour même de l’anniversaire de Lihačev, le 4 novembre 1937, – trois jours après que Kuzebaj Gerd a été fusillé dans les bois de Carélie (Istomin 1996, p. 3). J’ai eu la possibilité de participer à une cérémonie de la mémoire en novembre 1995 dans le cimetière de Kudymkar, où se trouvent les fosses communes qui ont accueilli les victimes de la folie meurtrière de novembre 1937. Des survivants ont évoqué la flamme de l’autodafé : tous les livres, les manuels de Zubov et de Lihačev ont été brûlés. D’ailleurs, dans les bibliothèques publiques de Kudymkar, je n’ai pas pu mettre la main sur des originaux de leurs œuvres… En tout cas, l’enseignement de la littérature komie permiake disparaît des programmes en 1937-38 : les auteurs ayant tous été discrédités, leurs noms rayés de l’histoire, il n’y avait plus rien à enseigner…

La situation linguistique entre la Seconde Guerre mondiale et les années 1990

66Comme ailleurs, la réforme de l’école en 1958, sous prétexte de laisser le libre choix aux parents, porte le coup de grâce à l’école en komi ; cette tendance est accentuée par la politique d’élimination des « villages sans perspectives », qui sont justement les villages habités par les Permiaks permiakophones. C’est ainsi que dans les années 1960 les écoles nationales sont toutes fermées et que l’enseignement passe entièrement au russe (Šabaev 1994, p. 7). Au début des années 1990, toutes les 196 écoles fonctionnaient en russe, le permiak n’étant présent comme l’une des matières que dans 87 d’entre elles, dont une dans la capitale (Lallukka 1992, p. 18).

  • 24 Terme euphémistique pour ne pas dire « propagande ». Ces ouvrages sont intéressants aujourd’hui po (...)

67On peut lire, dans un ouvrage de vulgarisation24 sur la région datant de 1985, des phrases très flatteuses sur l’usage abondant de la langue et sur le développement de la littérature originale, du théâtre et des traductions (Komi-permiacko… 1985, p. 5). Même si on peut avoir des doutes sur la correspondance de ce discours et de la réalité, il reflète les valeurs de l’époque et sans doute le fait que dans la population permiake, qui vivait relativement compacte, le permiak fonctionnait effectivement.

68Mais l’absence de la langue vernaculaire dans les écoles, qui a des conséquences dramatiques partout dans le monde finno-ougrien, façonne de manière plus générale le mode de pensée de la population adulte : pour faciliter l’intégration de leurs enfants dans le monde moderne, pour leur donner plus de chances de réussite, les Permiaks laissent de manière générale de côté leur propre langue et choisissent de ne leur transmettre que le russe. Ainsi le permiak, comme bien d’autres langues de l’Union, cesse au début des années 1960 d’être généralement accepté comme l’élément porteur de la culture nationale (Šabaev 1998, p. 39). Notons que paradoxalement, c’est au moment où la Russie sort du stalinisme, où les victimes sont réhabilitées et où le dégel rétablit une sorte de marge de manœuvre pour la pensée et pour l’expression, que les décisions les plus assassines pour les cultures minoritaires sont adoptées.

69On le voit bien avec la position de la langue comparativement en 1959 et en 1989 : en quarante ans, la part de ceux qui se disent Permiaks parlant effectivement la langue a chuté de 92 % à 70,1 % (Šabaev 1994, p. 8).

70Le pays komi permiak a fait l’objet, au début des années 1990, d’intérêt de la part des chercheurs du monde finno-ougrien. En 1992, Jurij Šabaev publie un sondage sur l’utilisation de la langue, qui avait été réalisé en 1989. La préservation de la langue comme langue de communication orale restait relativement élevée :

La préservation de la langue comme langue de communication

Šabaev 1998, p. 38

71Mais il y a une différence considérable avec l’utilisation de la langue de culture, la langue écrite – lecture et écriture : plus de la moitié des Permiaks interrogés avoue avoir des difficultés à utiliser le permiak écrit. La grande majorité d’entre eux à l’écrit préfère utiliser le russe. Seules les personnes âgées se rappellent avoir montré jadis une préférence pour le permiak : mais ce sont celles qui l’ont appris à l’école et qui étaient donc familières de cette forme particulière de la langue, et même elles avouent l’avoir oubliée (ibid.).

La différence entre ville et campagne

Šabaev 1998, p. 38-39

72Enfin, la différence entre ville et campagne est significative : ce dernier tableau l’illustre éloquemment.

Développements récents

Un mouvement de revitalisation

73Avec les années 1990, un mouvement de revitalisation s’est amorcé, notamment avec la création, en avril 1990, d’une association qui se donnait pour tâche de promouvoir la langue et la culture : en 1992, Jugör avait une centaine de membres. Mais il fallait commencer par rectifier le regard porté par les Permiaks eux-mêmes sur leur langue et leur culture. Le fait que la population russe habitant en milieu permiak dédaigne le permiak ne fait que confirmer cette perception : seuls 3,7 % des Russes de la région connaissent le permiak comme deuxième langue (Šabaev 1994, p. 19). Au-delà même des questions de reconnaissance officielle, le premier obstacle à franchir est le complexe d’infériorité qui caractérise les Permiaks par rapport aux Russes, en matière de langue comme sur tous les autres points.

  • 25 Comme par exemple les Estoniens de Saint-Pétersbourg avant l’indépendance de l’Estonie, au début d (...)

74On peut dire à l’heure actuelle que cette tentative a débouché sur un échec : un programme a été lancé en 1990 pour promouvoir le permiak, mais il est vite retombé ; et l’idée de faire du permiak une langue officielle, lancée par l’intelligentsia permiake, a été mise à mal en 1992 par l’assemblée locale, composée en majorité de Permiaks (Šabaev 1994, p. 13 ; Šabaev 1998, p. 39-40 ; Lallukka 1992, p. 20). À d’autant plus forte raison, les Permiaks ayant quitté leur région natale et habitant Perm’ (11 000 d’après Šabaev) n’ont gardé aucune attache avec leur culture, et n’ont donc pas pu servir de lobby auprès des autorités régionales25 (Šabaev 1998, p. 40).

75Malgré la tradition qui s’est mise en place, certains estimaient que la langue komie permiake n’est pas encore totalement formée (Turkin 1996, citant une intervention de la chercheuse de Perm’ Lobanova). Notons seulement qu’aujourd’hui, le discours komi permiak est parsemé de mots russes, ce qui facilite le passage insensible d’une langue à l’autre (code-switching) (Šabaev 1998, p. 39). Dès le début des années 1990, certaines formes linguistiques avaient été totalement oubliées et étaient en général dites en russe – comme les chiffres par exemple (Šabaev 1994, p. 16)

L’autonomie

76Certains chercheurs, notamment Sébastien Cagnoli, soulignent volontiers et à juste titre les parallélismes entre la situation créée au lendemain de la révolution de 1917 et celle dans la période qui suit l’écroulement de l’URSS (Cagnoli 2010). Beaucoup des problèmes posés sont analogues. Mais les réponses apportées ne le sont pas forcément.

77La question de l’autonomie des Permiaks avait été une pierre d’achoppement au début des années 1920. Finalement, c’est Moscou qui avait eu le dernier mot. Moscou avait eu satisfaction et avait réussi à endiguer les ambitions de l’oblast’ komi sur le reste des terres komies. Le prix à payer, dans les conditions de l’époque, avait été de donner aux Permiaks une compensation, un territoire qui, tout en restant lié à Perm’, gardait un niveau d’autonomie considérable et, dans le chaos qui a suivi l’écroulement de l’URSS, avait réussi à devenir un sujet de la Fédération, et donc d’avoir une double allégeance, à Perm’ et à Moscou.

78Encore une fois, Moscou est intervenue, avec un peu de retard par rapport aux bouleversements – les Permiaks n’avaient en fin de compte eu leur autonomie qu’en 1925… Ici, c’est en 2002 que Moscou a pris en main la question de l’autonomie. Les raisons sont bien sûr différentes : aujourd’hui, le centre est intéressé à rattacher les régions les plus pauvres, qui grèvent le budget de l’État, à des régions plus riches qui les prennent en charge. Les enjeux culturels ont cessé d’être pertinents : dans les années 1920, la politique nationale était l’une des grandes stratégies des maîtres de la Russie pour s’assurer des alliés et pour asseoir leur pouvoir. Aujourd’hui, cette question a perdu de sa pertinence. C’est ainsi que l’autonomie des Permiaks a été ouvertement mise en cause. Aujourd’hui l’autonomie permiake a vécu. Mais comment cette autonomie était-elle perçue par la population ?

79En préparant cet article, j’ai retrouvé un exemplaire du journal komi permiak en russe, Parma, consacré à l’anniversaire de l’autonomie en 1995. En interrogeant la population de l’okrug, le journal relève un certain nombre d’opinions intéressantes. Il ne précise certes pas quelle est l’ethnicité des vingt-deux personnes qui répondent, mais on peut constater trois types d’attitude : ceux qui considèrent que le choix de « donner » l’autonomie aux Permiaks était juste (ils sont clairement en minorité), ceux qui ne se sont jamais posé la question, et ceux pour qui l’autonomie était une décision inutile, un gaspillage d’énergies, une manière de diviser la population de l’Union. Cette dernière position, dont les partisans ont aujourd’hui triomphé, est mise particulièrement en relief : telle est la première opinion qui se présente aux yeux du lecteur. En fait, il y a deux raisons principales qui amènent la plupart des personnes interrogées à se prononcer contre l’autonomie. Une partie des ennemis de l’autonomie se comptent parmi les Russes, et cela apparaît dans certaines formulations : « Que les Komis permiaks portent leurs costumes traditionnels et qu’ils apprennent leur langue, mais pourquoi se distinguer par l’autonomie ? » (Parma 1995, n° 39-40, p. 3). D’ailleurs, l’idée que la mise en avant de l’élément national peut être dangereuse pour l’unité de la Russie est largement partagée : « On n’est pas citoyen de la grande Russie, on est Oudmourte, Juif, Komi permiak. Eh oui, les jeunes. Dans les eaux troubles de la haine nationale, il est plus facile de pêcher ses poissons… Va savoir dans l’intérêt de qui. » Telle est la dernière opinion présentée par le journal. En même temps, toutes les nombreuses opinions hostiles à l’autonomie ne s’expliquent pas de la même manière ; pour beaucoup, l’autonomie a été inutile, et n’a eu comme effet que de nourrir une pléthore de fonctionnaires.

80Donc, une autonomie qui n’a pas réellement fonctionné ? En tout cas, ce qui s’est passé avec l’okroug komi permiak mérite d’être suivi de près : les idées d’autonomie culturelle, qui ont été exprimées par le ministère de la Culture, visent à réduire le nombre de sujets de la Fédération en regroupant les entités non rentables avec d’autres, économiquement plus viables. C’est là une mesure qui inquiète par exemple vivement la République marie. Ces dispositions, si elles devaient se réaliser, pourraient bien contenir une menace pour des cultures qui nous sont chères…

Bibliographie

Bačev Grigorij, 1975 = Бачев, Григорий Трофимович, Коми-пермяцкий национальный округ. Краткий справочник [L’okroug national komi-permiak. Un court guide], Кудымкар.

Bačev Grigorij, 1993 = Бачев, Григорий Трофимович, «История развития родного языка, письменности и просвещения на края» [Histoire du développement de la langue vernaculaire, de la culture écrite et de l’éducation dans la région], История и культура коми-пермяцкого народа в школьной программе [Histoire et culture du peuple komi-permiak dans les programmes scolaires], Кудымкар, с. 77-81.

Bojko Valentina, 1993 = Бойко, Валентина Николаевна, «Фольклорные традиции в произведениях М.П. Лихачева» [Traditions orales dans les œuvres de M.P. Lihačev], История и и культура коми-пермяцкого народа в школьной программе [Histoire et culture des Komi-permiaks dans les programmes scolaires], Кудымкар, с. 182-187

Cagnoli, Sébastien, 2010, « Résonances entre les périodes post-impériale et post-soviétique dans la création dramatique komie », Paris : Université Paris 3 – CIEH.

Čugaev Mihail, 1960 = Чугаев, Михаил Александрович, «Первый окружной съезд советов» [Le premier congrès des soviets de l’okroug], Наш край (Материалы для изучения) [Notre pays. Matériaux pour étude], вып. 2, Кудымкар, с. 21-25.

Dmitrikov Mihail, 1993 = Дмитриков, Михаил Петрович, «K вопросу о консолидации коми» [Sur la question de la consolidation des Komis], История и культура коми-пермяцкого народа в школьной программе [Histoire et culture des Komis Permiaks dans les programmes scolaires], Кудымкар, с. 88-91.

Dobó Attila, 1997, „Das Komi – als einheitliche Literatursprache“, Die sprachliche Situation bei den uralischen Völkern, Specimina Sibirica T. XII, Szombathely, p. 47-50.

Epiнin V., 1993 = Епихин, В.Н., «Малоизвестные страницы истории объединения коми-зырян и коми-пермяков» [Des pages peu connues de l’histoire de l’unification des Komis Zyriènes et des Komis Permiaks], История и культура коми-пермяцкого народа в школьной программе [Histoire et culture des Komis Permiaks dans les programmes scolaires], Кудымкар, с. 13-19.

Istomin 1996, = Истомин, Федор, «Расстрелян в днëм рождения» [Fusillé le jour de son anniversaire], Парма [Parma], 2.11.1996.

Komi-Permiackij, 1962 = Коми-пермяцкий язык (введение, фонетика, лексика и морфология) [La langue komi-permiake (introduction, phonétique, lexique et morphologie)], под ред. и при соавторстве В.И. Лыткина, Кудымкар.

Komi-Permiacko, 1985 = Коми-пермяцко-русский словарь [Dictionnaire komi-permiak-russe], сост. Баталовa, Р.М., Кривощекова-Гантман, А.С., Москва.

Konin Konstantin, 1976 = Конин, Геннадий Константинович, Памятники истории и культурии коми-пермяцкого национального округа [Monuments de l’histoire et de la culture de l’arrondissement national komi permiak], Кудымкар.

Kon’šin Anatolij, 1995 = Коньшин, Анатолий Евдокимович, «Спецпоселки (или к вопросу о трудовом перевоспитании бывших кулаков)» [Les villages spéciaux – ou sur la question de la rééducation par le travail des anciens koulaks], Наш край (Материалы для изучения) [Notre pays. Matériaux pour étude], вып. 7, Кудымкар, с. 20-25.

Krivoščekova Tamara, 1967 = Кривощекова, Тамара Захаровна, «Из истории развития коми-пермяцкой письменности и литературного языка» [Sur l’histoire du développement de l’écrit et de la langue littéraire komie permiake], Наш край (Сборник статьей) [Notre pays. Recueil d’articles], вып. 3, Кудымкар, с. 116-122.

Lallukka Seppo, 1992, ”Perämaan peräkylillä – Kierros Permin Komissa” [Dans les villages marginaux des marges : un tour en pays komi permiak], Kieliposti, 2, s. 15-21.

Lallukka Seppo, 1995, Komipermjakit – perämaan kansa. Syrjäytyminen, sulautuminen ja postkommunismin murros [Les Komis permiaks, un peuple des marges. Isolement, assimilation et rupture postcommuniste], Helsinki.

Lykin Vasilij I., 1962, „Über die Geschichte der syrjänischen Literatur“, Ural-Altaische Jahrbücher Band XXXIV, Heft 1-4, S. 214-210.

Majshev Ivan, 1940 = Майшев, Иван Иванович, Грамматика коми-пермяцкого языка [Grammaire du komi permiak], Москва-Ленинград.

Nečaev Grigorij, 1934 = Нечаев, Григорий Андреевич «Латинизация у коми-пермяков Уральской области» [La latinisation chez les Komis Permiaks de l’oblast’ de l’Oural], in Алфавит Октября. Итоги введения нового алфавита среди народов РСФСР [L’alphabet d’Octobre. Résultats de l’introduction d’un nouvel alphabet parmi les peuples de la RSFSR], Под ред. Н. Нурмакова, Москва-Ленинград, с. 99-103. 

Nikitina Ljudmila, 1995 = Никитина, Людмила Алексеевна, «К.Ф. Жаков о коми-пермяках» [K.F. Žakov sur les Komis Permiaks], Наш край (Сборник статьей научно-популярных и краеведческих) [Notre pays. Recueil d’articles de vulgarisation et d’histoire locale], вып. 7, Кудымкар, с. 25-27.

Pahorukova Vera, 1977 = Пахорукова, Вера Васильевна, Пути и проблемы развития коми-пермяцкой прозы [Les voies et les problèmes du développement de la prose komie permiake], Ленинград.

Pahorukova Vera, 1993 = Пахорукова, Вера Васильевна, «Питю Öньö и коми-пермяцкая культура» [Pitjö Önjö et la culture komie permiake], История и культура коми-пермяцкого народа в школьной программе [Histoire et culture des Komis Permiaks dans les programmes scolaires], Кудымкар, с. 177-181.

Ponomarev Semën, 1970 = Пономарев, Семен Иванович, «Проблема автономии коми-пермяцкого народа и ее разрешение» [Le problème de l’autonomie du peuple komi permiak et sa solution], Наш край (Сборник статьей) [Notre pays. Recueil d’articles], вып. 4, Кудымкар, с. 34-46.

Ponomarev Semën, 1970a = Пономарев, Семен Иванович, «Создание национальной государственности коми-пермяцкого народа и ее pоль в социалистических преобразованиях края» [Établissement des structures étatiques des Komis-Permiaks et leur rôle dans les mutations socialistes de la région], Труды Московского государственного историко-архивного института [Travaux de l’Institut national des archives historiques de Moscou], т. 28, Москва, с. 420-437.

Popov E., 1894 = Попов, Е., Выддьöм пермякъ понда [Abécédaire pour les Permiaks], Пермь.

Rédei Károly, 1996, „Die sprachliche Situation und die Probleme der Schriftsprache bei den Syrjänen“, Die sprachliche Situation bei den uralischen Völkern, Specimina Sibirica T. XII, Szombathely, S. 127-134.

Rogov Nikolaj, 1869 = Рогов, Николай, Пермяцко-русский словарь [Dictionnaire permiako-russe], Санкт- Петербург.

Šabaev Jurij, 1993 = Шабаев, Юрий Петрович, «Современные этнокультурные ориентации коми-пермяков» [Orientations ethnoculturelles actuelles des Komis-Permiaks], Труды Института языка, литературы и истории Коми научного центра УрО РАН [Travaux de l’Institut de langue, littérature et histoire du Centre scientifique komi de l’Académie des Sciences de Russie], вып. 56, с. 83-91.

Šabaev Jurij, 1994 = Шабаев, Юрий Петрович, «Этноязыковые процессы у коми-пермяков» [Processus ethnolinguistiques chez les Komis Permiaks], Финноугроведение [Finno-ougristique] 2, Йошкар-Ола, с. 3-21.

Šabaev Juri, 1998, ”Ei-maa ja suolakorva-Permjakki” [Le pays permiak, un non pays, des manants du sel], Ison karhun jälkeläiset [Les successeurs du grand ours], Helsinki, s. 24-43.

Toulouze Eva, 1997, « Les alphabets des langues finno-ougriennes de Russie et l’expérience de la latinisation », Études finno-ougriennes XXIX, p. 47-83.

Toulouze Eva, 2004, « Mission et école dans la région de la Volga au xixe siècle : l’œuvre de Nikolaj Il’minskij », Études finno-ougriennes no 36, p 7-46.

Tupicyn Fëdor, 1935 = Тупицын, Фёдор Антонович, Самоучитель коми-пермяцкого языка [Manuel de komi permiak pour autodidactes], Кудымкар.

Tyris, 1981 = «М.П. Лихачевлö тырис 80 год» [Les 80 ans de M.P. Lihačev], По ленинскому пути[Sur la voie tracée par Lénine], 14/11/1981, с. 2.

Turkin Adol’f, 1996 = Туркин, Адольф, «Конференция, посвященная христианизации коми края» [Conférence sur la christianisation du pays komi], Linguistica Uralica XXXII, Tallinn, 4, lk. 310-312.

Vavilin Mihaile, 1981 = Вавилин, Михаил Дмитриевич, «Велöтись и гижись» [Enseignant et écrivain], По ленинскому пути [Sur la voie tracée par Lénine], 14/11/1981, с. 2.

Vavilin Mihail, 1993 = Вавилин, Михаил Дмитриевич, «К вопросу о первых шагах национальной государственности коми-пермяков» [Sur la question des premiers pas de la construction étatique des Komis Permiaks], История и культура коми-пермяцкого народа в школьной программе [Histoire et culture des Komis Permiaks dans les programmes scolaires], Кудымкар, с. 11-13.

Les manuels du komi permiak

Выддисьны-гижны вевöтчан, 1921, Syktyvkar.

Zubov A.N. et Lihačev M. 1925, Вум-дор-чача [Le perce-neige] Выддьыны-гижни вевöтчан книга, Syktyvkar, 72 p.

Zubov A.N. 1925, Виль-ован [Nouvelle vie, 2e livre de lecture], Moscou, 196 p.

Zubov A.N. 1925, Виль туй [Nouveau chemin, Abécédaire] Moscou, 160 p.

Zubov A.N. [Pit’ö Ön’ö] 1925, Выддьыны вевöтчан [Livre d’exercices], Moscou.

Zubov A.N., Задачник [Livre d’exercices], Moscou, 102 p.

Lihačev M. 1926, Шондi югöр [Rayon de soleil, Abécédaire], Moscou, 116 p.

Lihačev M. 1928, Виль овантинь [Vers une nouvelle vie, abécédaire pour adultes], Moscou, 48 p.

Zubov A.N. [Pit’ö Ön’ö] 1928, I Ступень школаын велотчислö. Коми грамматика одзза юкот, Moscou, 54 р.

Lihačev M. 1928, Удж бердö. Малограмотнöй ыджыт йöзлö велöтчан книга, Moscou, 185 р.

Lihačev M. 1928, Шыпассэз [Abécédaire], Moscou.

Lihačev M. 1929, Виль олaнлань [Vers une nouvelle vie, Abécédaire pour adultes], Moscou, 72 p.

Zubov C.F. et Lihačev M.P. 1929, Мича асыв – лыггысьны-гижны велöтчан книга [Matin clair, livre pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture], Moscou.

Lihačev M. 1930, Виль олaнлань, Moscou, 70 p.

Zubov A.N. [Pit’ö Ön’ö], Виль олaн. Школаын лыддысян книга 3-öт во велöтчиссезлö [Vie nouvelle, livre d’étude pour la 3e année].

Lihačev M. 1931, Малограмотнöйeзлö гижны велöтчан книга [Exercices d’orthographe pour les adultes], Moscou, 56 p.

Zubov S.P. et al. 1931, Коллективöл – Посны челядло букварь бöрсянь медодвва лыддьöтан книга [Premier livre collectif après le syllabaire], Moscou.

Lihačev M. 1932, Вил оленлань. Гырысь коми йöзöз велöтны букварь, Moscou.

Lihačev M. 1935, Виль олaнлань [Vers une nouvelle vie. Abécédaire pour adultes], Moscou, 65 p.

Bačev Grigorij, 1975 = Бачев, Григорий Трофимович, Коми-пермяцкий национальный округ. Краткий справочник [L’okroug national komi-permiak. Un court guide], Кудымкар.

Les grammaires du komi permiak

Zubov S.P. 1931, Основы грамматики пермяцкого наречия языка коми (научно-методической кониссей при жентриздате, допущена для школ нового типа) [Fondements grammaticaux du dialecte permiak du komi], Moscou.

Zubov F.E. 1933, Koми кыв грамматика. Медодззо шилялö 1ся да 2 к ветлöчан во, 76 p.

Zubov F.E. 1933, Koми кыв грамматика 3-öти 4-öт ветлöчан во [Grammaire komie], Moscou, 140 p.

Nečaev T.A., Zubov A.N. 1933, Грамматика Медодзза гор. Морфология. Шöрöг пкола понда велöтчан книга [Grammaire. Manuel pour l’école secondaire t 1. Morphologie], Moscou, 116 p.

Zubov F.E. 1933, Koми кыв грамматика, учöт грамотна школаэз понда велöтчан книга [Grammaire komie], Moscou, 86 p.

Gribanov S.P. 1955, Коми-пермяцкöй орфографическöй словарь II издание [Dictionnaire orthographique du komi permiak, 2e éd.], Kudymkar, 199 p.

Mošegova A.T. 1958, Коми кыв грамматика. Начальнöй школа III -öт да IV -öт классэз понда [Grammaire komie], Kudymkar, 95 p.

Sporova A.M., Raspopova Z.B., Boteva E.B. 1959, Коми-пермяцкöй кыв грамматика ч I Фонетика да морфология [Grammaire du komi permiak, partie 1, Phonétique et morphologie], Kudymkar, 110 p.

Karavaeva M.P., Sporova A.M. 1958, Коми-пермяцкöй кыв грамматика ч II семилетнöй да среднöй школа [Grammaire du komi permiak, partie 2], Kudymkar, 160 p.

Kanina G.A., Raspopova C.B. 1961, Грамматика коми-пермяцкого языка для педучилища I Фонетика и морфология [Grammaire du komi permiak, partie 1, Phonétique et morphologie], Kudymkar.

Notes

1 J’ai passé deux semaines à Kudymkar et j’ai été accueillie et introduite dans les milieux permiaks par la folkloriste Ljudmila Nikitina. Qu’elle en soit ici, bien qu’avec retard, remerciée.

2 Ce sont ceux qu’on appelle, en russe, les déportés spéciaux (en russe : спецпереселенцы).

3 Il ne faut pas oublier non plus que Kudymkar est bien reliée à Perm’, qui est un centre célèbre de mafia. L’omniprésence des groupes mafieux était l’une des raisons qui avaient découragé les entrepreneurs d’ouvrir des cafés ou restaurants. La situation aujourd’hui a changé.

4 Sur les questions politiques, l’intelligentsia et la classe politique komie avaient les idées suffisamment claires et des objectifs très précis. On a l’impression cependant qu’ils n’étaient pas très à l’écoute. Mais sur le plan culturel, les Permiaks trouveront un grand appui de la part des Komis du nord.

5 Pour plus de détails sur cette personnalité centrale pour l’instruction des autochtones de Russie et notamment de Russie centrale, voir Toulouze 2004.

6 En permiak : Выддьöм пермякъ понда.

7 Titre en russe : Азбука и первая книга для чтения в пермяцких школах.

8 Titre en russe : Букварь для пермяцких детей.

9 Titre en russe : 2ая книга для чтения и практических упражнений на пермяцком языке.

10 En russe : Первоначальный учебник русского языка для чердынских пермяков, Kazan 1906, 77 pages.

11 En permiak : Райын.

12 En komi zyriène : Шондi петiгöн дӡоридӡ коԍмис, en komi permiak : Шондi петiкöн лым дор чача коԍмис.

13 Il semblerait que la littérature utilisant cet alphabet ait été assez peu abondante – sans doute parce que ses années d’utilisation sont celles du tout début de l’activité littéraire (Majšev 1940, p. 5), la période la plus intense tombe au moment de la latinisation.

14 En permiak : Коми- пермяцкöй кывлöн правилоэз.

15 En permiak : Dźuľźan pťica

.

16 En permiak : Bićiron.

17 En permiak : Tom udarńik.

18 La date de sa mort donnée à l’époque soviétique était 1945. En fait, comme pour beaucoup d’intellectuels finno-ougriens, on ignorait tout de son sort jusqu’au début des années 1990 : nous savons maintenant que les deux principaux intellectuels ont été fusillés en 1937.

19 En permiak : Менам зон.

20 En oudmourte : Секыт зӥбет.

21 À noter qu’en 1967, les traductions sont citées, mais sans précision du nom du traducteur ; dix ans plus tard, il est envisageable pour Pahorukova de mentionner Lihačev, qui n’est plus frappé par l’ostracisme des répressions staliniennes.

22 La situation est ici la même que pour Lihačev : sa mort a été longtemps présentée comme remontant à 1945.

23 En komi : коми рыттэз.

24 Terme euphémistique pour ne pas dire « propagande ». Ces ouvrages sont intéressants aujourd’hui pour nous indiquer quel était, à chaque période, le discours dominant.

25 Comme par exemple les Estoniens de Saint-Pétersbourg avant l’indépendance de l’Estonie, au début du xxe siècle.

Table des illustrations

Titre Figure 1 
Légende La version permiake de la pièce de Ńobdinsa Vittor : Au lever du soleil une fleur s'est fanée
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

Auteur

CREE/Inalco/Paris Sorbonne Cité