Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Religion

Sur une communauté protestante dans un village komi

About a protestant community in a Komi village

О протестантской общине в коми деревне

Protestantlikust kogudusest ühes komi külas

Коми сиктын протестантскöй община йылысь

Piret Koosa
Traduction de Eva Toulouze

Résumé

Je vais commencer par une mention rapide du paysage religieux en Russie en général et dans le pays komi en particulier à l’époque post- soviétique. Ensuite, je présenterai l’activité d’un groupe protestant et les réactions qu’il suscite dans un village komi. Je décrirai brièvement l’activité et la structure de la communauté et j’essaierai d’identifier quelques-unes des motivations possibles qui peuvent pousser les habitants des villages de cette région à rejoindre le groupe protestant. En ce moment, les protestants sont repoussés par la majorité orthodoxe sur une position défensive, car le Komi moyen les regarde avec suspicion et dédain. Ce groupe protestant qui fonctionne depuis sept ans a fait beaucoup parler de lui et a suscité de l’hostilité dans la population locale, bien que le nombre de ses adhérents soit resté en fait fort modeste.

This article starts with a quick overview of the general religious landscape in Russia and in the Komi Republic during the Soviet period. During the last decade, the activity of Protestant missions has become more and more intense all over Russian and especially in the peripheral areas. I will introduce the activity of a Protestant group and the reactions it has provoked. I start by describing briefly the community, its activity and its structure and I try to identify some of the possible motivations that local people have to join this group. An important point is the interaction between the Christian churches and the relationship between Protestants and Orthodox.
At the moment, the Protestants are drawn by the Orthodox majority into a defensive position, for the average Orthodox Komi is suspicious and disapproves of them. This group has been working in the village for seven years, has been much talked about and has provoked the local population’s hostility albeit its numbers have remained modest.

Alustan lühikese kirjeldusega nõukogudejärgse perioodi Venemaa ja Komimaa usulisest maastikust üldiselt ning seejärel annan ülevaate ühe protestantliku grupi tegevustest ja vastukajast sellele ühes komi külas. Kirjeldan lühidalt selle koguduse tegevust ja struktuuri ning toon välja mõningaid võimalikke põhjuseid, mis ajendavad inimesi protestantidega liituma.
Protestandid on praegu õigeuskliku enamuse poolt sunnitud kaitsepositsioonile – nö keskmine (õigeusklik) külakomi suhtub neisse kahtlustuse ja halvakspanuga. Nüüdseks seitsmendat aastat tegutsev protestantlik grupp on tekitanud küll palju kõneainet ja vastuseisu kohalike elanike seas, ent liitunute arv on selle aja jooksul tegelikult jäänud tagasihoidlikuks.

Эта статья начинается с краткого обзора религиозной картины в России и в Коми Республике в советский период. В течение последнего десятилетия деятельность протестантских миссий становится все более и более интенсивной во всех русских и особенно в периферийных районах. Я представлю описание деятельности протестантской группы, и какую реакцию она вызвала. Я начну с краткого описания общины, ее деятельности, ее структуры, и я попытаюсь определить некоторые из возможных причин, почему местные люди должны вступить в эту церковь. Важным моментом является взаимодействие между христианскими церквями по отношениям между протестантами и православными.
На данный момент к протестантам относятся с недоверием большинство православных, и коми православные люди также относятся с подозрением к ним. Эта группа работала в деревне в течение семи лет, много проповедовала и вызвала враждебность местного населения, хотя ее численность остается скромной.

Тайö статьяыс заводитчö советскöй кадколастся Россияын да Коми Республикаын эскöм серти серпас дженьыда петкöдлöмсянь. Медбöръя дас во чöжöн протестантскöй миссияяс ёнджыка да зiльджыка уджалöны став роч да шöринсянь ылыс районъясын. Ме висьтала протестантскöй чукöрлöн удж йылысь да кутшöм нога на вылö видзöдiсны йöз. Ме заводита общинасö, сылысь уджсö, сылысь тэчассö дженьыда серпасалöмсянь, да кöсъя петкöдлыны лоны вермана помкаяссö, мыйла тайö инса йöзлы колö пырны тайö вичкоö. Тöдчанаöн лоö христианскöй вичкояс костын öта-мöдкöд йитчöм протестантъяс да православнöйяс костын йитöдъяс серти.
Öнiя кад кежлö унджык православнöйыс оз эскы протестантъ- яслы, коми православнöйяс тшöтш. Тайö чукöрыс уджалiс сиктын сизим во чöж, уна во проповедуйтiс, и тайö инса йöз лёк нога на вылö видзöдöны, кöть эськö налöн лыдыс ичöт.

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été financée par l’Union Européenne par l’intermédiaire des Fonds européens de d (...)
  • 2 Travaux de terrain réalisés en octobre 2009.

1Je vais commencer par présenter de manière générale le paysage religieux de la Russie et du pays komi dans la période postsoviétique1. Ensuite j’essaierai de donner un aperçu de l’activité d’un groupe protestant et de son influence dans un village komi. Je tiens à souligner que la recherche entreprise n’en est qu’à ses débuts puisque je m’appuie en grande partie sur les travaux de terrain que je viens de terminer2.

2L’écroulement des structures et de l’idéologie du communisme a créé un vide symbolique destiné à être comblé par des représentations sociales, politiques, religieuses et idéologiques différentes des précédentes. Un espace s’ouvrait ainsi à la religion, à la différence de ce qui avait existé pendant plusieurs générations. Ce vide a surtout été comblé, avec plus ou moins de succès, par des églises main stream. En même temps, l’ouverture des frontières et le nouvel éventail des possibilités ont permis le développement de nouvelles formes de religion particulièrement engagées, qui étaient marginales à l’époque soviétique : depuis les baptistes et les témoins de Jéhovah jusqu’aux krishnaïtes et aux partisans de l’occultisme. Cela conduit à une question devenue ordinaire : quelles sont les formes de religion socialement acceptées ou rejetées, et qui a le droit de statuer sur ce point (Davie 2007, p. 163, 196 ; Pančenko 2004, p. 114-115).

3Les divers (et nouveaux) groupes religieux apparus activement sur le marché religieux de la Russie dans les années 1990 et leurs successeurs ont fait l’objet d’une grande attention – aussi bien positive que négative – de la part des médias en Russie. Parmi les Églises chrétiennes qui ont le vent en poupe, il faut relever les Églises protestantes : le nombre de groupements religieux engagés activement partout en Russie dans l’œuvre missionnaire s’est multiplié (Filatov 2000, p. 93-103).

4L’orthodoxie a été considérée comme un élément central de la culture russe et de manière générale elle est bien vue. En revanche, les mouvements religieux « étrangers » sont présentés, surtout depuis le milieu des années 1990, de manière de plus en plus négative. Leur diffusion a même abouti à une augmentation des demandes visant à limiter la liberté religieuse, bien que, du point de vue du nombre de leurs adhérents, ils restent jusqu’aujourd’hui en fait plutôt marginaux (Kääriäinen & Furman 2000, p. 55-56 ; Heino 2000, p. 304 ; Krindatch 2004, p. 135).

Le dialogue de l’orthodoxie et des nouvelles religions en pays komi

5Après l’écroulement du communisme et de l’identité soviétique, la question de l’identité nationale s’est imposée comme étant particulièrement d’actualité. En conséquence, la religion en Russie se voit confier non seulement la fonction de médiation entre ce monde et l’au-delà, mais également un autre rôle social : la religion est un élément central dans la création d’une identité nationale et dans la préservation de la culture. Les auteurs ont apprécié de manières diverses au cours des temps la part de l’orthodoxie chez les Komis, mais elle est toujours considérée comme leur religion caractéristique, traditionnelle. La plupart des Komis croyants sont aujourd’hui orthodoxes. C’est ce que doit constater Valerij Šarapov (2001, p. 148), un ethnologue komi :

Il va de soi que l’idée d’une renaissance culturelle nationale est aujourd’hui liée non seulement à la préservation de la langue maternelle et du folklore et à leur développement, mais aussi à la rénovation des sanctuaires orthodoxes du pays komi.

6L’espoir est qu’une religion commune aide à forger une identité nationale commune.

7Comme ailleurs dans la Fédération de Russie, de nombreuses confessions et mouvements religieux différents combattent pour survivre dans la République komie. Il faut certainement noter ici que, même si plusieurs auteurs appellent « marché des religions » le fait que

dans le monde d’aujourd’hui les gens aient la possibilité de choisir leur religion conformément à leur goût sur le marché libre comme pour n’importe quel produit ou service (Gross 2008, p. 648 ; voir aussi p. ex. Pančenko 2004, p. 112 ; Šterin 2000, p. 178),

8il ne faudrait pas croire que les différentes religions luttent pour conquérir des partisans dans des conditions égales, ou que la foi soit simplement une question de choix individuel – ce n’est pas le cas. Cette conception est sans doute valable dans une grande mesure pour le milieu urbain. À la campagne, où les rapports avec la famille et les voisins sont nettement plus intenses et où le contrôle interne à la société est plus sensible, le choix d’une religion « étrangère », « non traditionnelle », peut conduire au ridicule et à la condamnation. Certaines pratiques orthodoxes forment une partie de l’identité des Komis ruraux. Même s’ils ne se considèrent pas comme orthodoxes à proprement parler, l’orthodoxie compte pour eux, ne serait-ce que parce qu’il s’agit de la religion de leurs ancêtres, de la religion komie.

9Derrière les nouveaux mouvements religieux, les Komis ordinaires perçoivent souvent des motivations politiques. L’activité de missionnaires d’origine étrangère est interprétée comme une sorte de travail de sape dont l’objectif serait d’imposer un pouvoir et une culture étrangers. La diffusion de cette opinion doit beaucoup sans doute au discours public, voire étatique, qui présente l’activité des missionnaires étrangers dans la Fédération de Russie comme un élément de l’expansion extérieure de l’étranger.

10Par exemple Pitirim, évêque orthodoxe de Syktyvkar et de Vorkuta, est connu pour son attitude hostile aux groupes religieux non orthodoxes :

La pratique actuelle de l’Église de réagir à l’initiative populaire est justifiée, car elle n’est pas imposée d’en haut ou de l’extérieur, comme le font tant de pseudo-sectes proches du christianisme (Pitirim 1996, p. 31).

11et encore :

Pour l’Église orthodoxe, il est important de faire œuvre missionnaire pour illuminer les gens, afin entre autres de résister à divers cultes pseudo-religieux (Pitirim 1996, p. 33).

12Bien sûr, ces jugements unilatéraux et négatifs ne sont pas forcément toujours aussi unanimes, ce qui se manifeste aussi dans les discussions entre personnes et dans les conversations sur les contextes de l’activité des représentants des autres religions.

L’exemple des protestants du village de Don

13Depuis 2003, le village de Don dans le raïon d’Ust’-Kulom, comportant près de 300 habitants, est le lieu d’activité d’un nouveau (pour la population) groupe religieux de ce type. On peut dire que son initiateur a été un missionnaire américain, William, qui travaille en Russie depuis 1997 et qui a demandé en 2003 à aller faire son œuvre missionnaire dans le nord du pays. Il fait partie de l’église américaine non confessionnelle (non-denominational church). L’un des deux autres initiateurs du groupe de Don est membre de l’Église charismatique et l’autre de l’Église baptiste. Les gens qui forment le noyau de ce groupe sont également baptistes. Il n’est donc pas possible de définir avec précision l’appartenance confessionnelle de ce groupe : ils se dénomment eux-mêmes « chrétiens évangéliques » ou « protestants ». Ils soulignent que toute autre précision est inutile : ils sont tout simplement chrétiens.

14Ce groupe n’est pas officiellement enregistré et les services ont lieu dans une maison particulière qui appartient à William, où un local a été aménagé à cet effet. Et comme William lui-même ne parle que très peu le russe, les fonctions de pasteur de la communauté sont remplies par Andrej, qui a fait des études d’anglais et qui enseigne cette langue au collège du village.

La structure de la communauté

15On peut subdiviser les personnes qui participent à la vie de la communauté de Don en trois groupes. Le nombre des personnes baptisées est de près de quinze.

16Parmi eux, on peut faire ressortir un noyau composé de trois ou quatre femmes, toutes converties au protestantisme dans les années 1990. Un trait qui les caractérise est qu’elles ont senti le besoin de se convertir à une époque où elles vivaient en ville : leur quête spirituelle les a menées jusqu’à l’Église baptiste, où elles se sont toutes fait baptiser. Ce sont des femmes d’âge moyen de tempérament plutôt actif. Elles sont porteuses d’un protestantisme de principe, avec une vision et des conceptions religieuses du monde très réfléchies, et elles portent un regard méprisant sur les coutumes religieuses traditionnelles, sur la religiosité « héritée ».

17Elles sont aussi très disposées à parler de leur foi et à raconter l’histoire de leur conversion. On peut d’ailleurs noter que différentes personnes font appel à des expressions similaires pour relater leur conversion. Il s’agit d’une sorte de forme fixée, d’expressions dites justes, pour transmettre cette expérience religieuse suprêmement personnelle.

18Deuxièmement, il y a un autre cercle, plus large, de membres de la communauté, qui restent plutôt dans l’ombre des premières. Les membres de ce groupe se sont convertis au cours des sept dernières années, la période où les missionnaires ont travaillé à Don. Il semble bien que dans leur cas le facteur principal dans leur conversion au protestantisme a été le fait que cette pratique religieuse était facile d’accès – pour eux, si les circonstances étaient différentes, la fréquentation de l’Église orthodoxe ne serait pas à exclure. Sont membres de ce cercle également d’anciens alcooliques qui, grâce aux missionnaires, ont réussi à se libérer de leur intempérance.

19Enfin, mentionnons des personnes qui, sans s’être fait baptiser, vont aux services religieux de manière plus ou moins régulière. Font partie également de ce cercle ceux qui fréquentent aussi bien les services protestants que ceux de l’Église orthodoxe. Ce groupe est celui dont les liens avec l'Église sont les plus faibles.

Le service religieux et les activités

20Tous les dimanches, il y a des services religieux au village de Don. Ceux qui souhaitent y participer sont véhiculés des villages voisins avec des voitures ordinaires. En plus des services réguliers, des lectures bibliques ont lieu en semaine dans différents villages : c’est le pasteur, Andrej, qui les anime. Les protestants accordent une grande attention aux activités en direction des jeunes, organisant des compétitions sportives, des randonnées, des mises en scène de courtes pièces de théâtre (édifiantes), etc. De nombreux enfants sont présents aux services du dimanche, et une école du dimanche qui leur est réservée, animée par des adultes.

21L’œuvre missionnaire passe surtout par les activités sociales, par l’assistance prêtée à la population. L’attention va avant tout aux enfants (création d’aires de jeu auprès des jardins d’enfants) et aux personnes âgées ou aux malades. Comme le dit Andrej : nous réparons le poêle de l’un, nous coupons du bois à l’autre et en même temps nous parlons de Jésus-Christ. L’offre d’assistance était particulièrement active de la part des protestants les premières années, et cela a permis à bien des habitants du village de connaître leur existence.

Les raisons éventuelles d’assister aux cérémonies ou de rejoindre le groupe des protestants

22Quant aux raisons qui amènent les gens à rejoindre ce groupe protestant, il faut tout d’abord souligner son accessibilité. Au village de Don, il n’y a pas d’église orthodoxe et ce n’est que dernièrement que le prêtre d’Ust’-Kulom a commencé à s’y rendre le dimanche pour animer un service religieux – et ce surtout en réaction à l’activité des protestants. En fin de semaine, les cars ne fonctionnent pas, ce qui exclut la possibilité d’aller au service religieux à Ust’-Kulom, qui se trouve à 15 km. Or les protestants amènent en voiture les habitants des villages voisins et les ramènent après.

23Un autre facteur non négligeable est l’atmosphère très chaleureuse et ouverte de la maison de prière des protestants : en général, en arrivant, les gens se saluent en s’embrassant, ils soulignent le sentiment d’appartenance à une même communauté. Les présents sont encouragés à partager leurs soucis et on prie ensemble pour les uns et pour les autres. Le service religieux est suivi par une collation au cours de laquelle on ne parle pas religion, mais on échange les nouvelles de Don et des autres villages, qui sont discutées avec animation.

24Dans les villages, l’alcoolisme représente un problème sérieux. Une dimension centrale de la mission protestante est de fortement insister sur la réhabilitation en soulignant l’importance de la désintoxication et de la désaccoutumance. Le pasteur, Andrej, a reçu récemment une lettre de remerciements de l’Association des femmes autochtones komies en reconnaissance de son combat contre l’alcoolisme. En même temps, les protestants ne se limitent pas à prêcher les dangers de l’alcoolisme, ils offrent un soutien moral concret à ceux qui désirent se débarrasser de leur dépendance à l’alcool. En même temps, William, ancien alcoolique et drogué, se présente comme un exemple vivant de la possibilité d’échapper à l’alcoolisme à l’aide de la foi. Les personnes dépendantes de l’alcool, qui souvent ne voient aucune issue à leur situation et que rien ne motive particulièrement à essayer de vivre une vie plus saine, trouvent dans cette communauté un véritable groupe de soutien.

25On ne peut omettre de souligner que le pasteur protestant a une personnalité véritablement charismatique. Il sait communiquer, a la parole facile, mais s’exprime simplement et intelligiblement, il fait appel dans ses sermons à des exemples provenant de sa propre expérience ou de la vie du village, utilise les gestes dans son discours. Il permet aussi aux fidèles d’intervenir au cours des sermons. Les gens peuvent également être attirés par les chants accompagnés de guitare qui font partie du service religieux, en komi comme en russe.

Figure 1 

Figure 1 

Un service en langue komie à l’église évangélique de Syktyvkar (dite « l’église komie »), en présence du missionnaire William Wood

Photos de Piret Koosa (mars 2011). Tous droits réservés

Figure 2 

Figure 2 

Un service en langue komie à l’église évangélique de Syktyvkar (dite « l’église komie »), en présence du missionnaire William Wood

Photos de Piret Koosa (mars 2011). Tous droits réservés

Les réactions des orthodoxes

26Bien que le nombre de ceux qui ont rejoint les protestants soit en fait très limité, l’existence de ce groupe et l’activité intense de ses leaders au niveau local fait réagir aussi bien dans la population que les niveaux hiérarchiques plus élevés.

27Ces dernières années, les relations avec les autorités locales se sont sensiblement tendues. Le responsable de la municipalité a changé et, contrairement au précédent, qui avait à l’égard des protestants une attitude plutôt tolérante, celui-ci leur est hostile par principe. Cela se manifeste concrètement par l’interdiction faite aux protestants d’intervenir dans les clubs ou dans les maisons de la culture des villages pour prévenir l’alcoolisme ou la consommation de stupéfiants, les directeurs de jardins d’enfants ont reçu des instructions pour ne pas leur demander de l’aide pour construire des aires de jeu, etc.

  • 3 En russe : Епархиальные ведомости.

28Les protestants ont des relations contradictoires avec l’Église orthodoxe. Le prêtre orthodoxe d’Ust’-Kulom, qui est sur place depuis 2006, a essayé au début de développer des relations de dialogue avec le groupe de Don. Il l’a reconnu lui-même et les protestants le confirment. Mais leurs relations se sont rafraîchies ces derniers temps. Les deux parties présentent des explications différentes. D’après le prêtre, les protestants ont exploité sa tolérance dans leur œuvre missionnaire, affirmant qu’il n’y avait pas de différence essentielle entre les deux confessions, puisque le prêtre orthodoxe était cordial à leur égard. Les protestants prétendent que la rupture de relations a eu lieu sur ordre d’en haut d’éviter tout contact avec les non orthodoxes. Pitirim, l’évêque du pays komi, est en effet bien connu pour ses déclarations hostiles aux diverses confessions protestantes. La revue Bulletin du diocèse 3, elle aussi, présente systématiquement les différentes confessions protestantes (baptistes, pentecôtistes, charismatiques, etc.) comme des sectes.

29Dans ses déclarations, le prêtre ne condamne pas de manière absolue les protestants, il affirme qu’ils font du bien aux gens en les aidant et qu’ils respectent les orthodoxes, mais il estime en même temps que leur action (les services, l’école du dimanche) divise la communauté.

30Pour les personnes ordinaires, la diversité religieuse est source de confusion et, même quand les gens sont capables de nommer les différents groupes, personne, de manière générale, n’est en mesure de les différencier ou d’expliquer avec précision quels sont les traits caractéristiques de chacun. Et en général, faire la différence n’est pas pour les gens une question particulièrement à l’ordre du jour. Mais il est clair que même ceux qui ne se considèrent pas comme croyants ont de la sympathie pour l’Église orthodoxe et au mieux regardent les missions et les groupes non orthodoxes avec une certaine suspicion. Cette attitude est confortée et renforcée par le discours public – dans les journaux, à la télévision de même que dans la prédication de l’Église orthodoxe, il est de plus en plus question du danger que représentent les « sectes » (étrangères). L’opposition aux nouveaux mouvements religieux concurrents est particulièrement sensible chez ceux des orthodoxes qui n’ont découvert la religion que tardivement et qui accordent une importance particulière à la fréquentation de l’église. Ils sont particulièrement gênés par le fait qu’à Don, le groupe soit né sur l’initiative d’un étranger, d’un missionnaire américain – c’est ainsi que tous les protestants du village de Don sont appelés les «  Américains ».

Conclusion

31Ce groupe protestant, qui fonctionne maintenant depuis sept ans, a fait beaucoup parler de lui et a suscité beaucoup d’opposition dans la population, même si le nombre de ses adhérents est en réalité resté modeste. Il semble également que certains de ceux qui fréquentent les services des protestants se réservent le droit, suivant les circonstances, de changer d’allégeance, c’est-à-dire qu’ils ne considèrent pas leur choix comme forcément définitif. Ainsi on est fondé à croire que le nombre des membres de ce groupe n’est pas appelé dans les prochaines années à augmenter.

32Il sera intéressant de continuer à suivre la dynamique des relations entre les personnes appartenant aux deux groupes – les protestants et les orthodoxes. À l’heure actuelle, les protestants sont poussés par la majorité orthodoxe sur la défensive – le Komi moyen, orthodoxe, les regarde avec suspicion et dédain. On peut supposer que si leur nombre n’augmente pas, la population finira par s’habituer à eux et sera de plus en plus tolérante à leur égard. Enfin, il ne faut pas oublier le rôle du discours public pour façonner la vision qu’a la population des groupes religieux non traditionnels.

Bibliographie

Davie Grace, 2007, The sociology of religion, Los Angeles [etc.]: Sage.

Filatov Sergei, 2000, “Protestantism in Postsoviet Russia: an unacknowledged triumph”, Religion, State and Society, vol. 28, no 1, p. 93-103.

Gross Toomas, 2008, „Religiooniantropoloogia“ [Anthropologie religieuse], Keel ja kirjandus [Langue et littérature] 8-9, p. 641-653.

Heino Harri, 2000, “What Is Unique In Russian Religious Life”, Religious Transition in Russia, ed. Matti Kotiranta, Helsinki : Kikimora Publications, p. 289-304.

Krindatch Alexey D., 2004, “Patterns of Religious Change in Postsoviet Russia: Major Trends from 1998 to 2003”, Religion, State and Society, vol. 32, no. 2, p. 115-136.

Kääriäinen Kimmo, Furman Dmitri, 2000, “Religiosity in Russia in the 1990s”, Religious Transition in Russia, ed. Matti Kotiranta, Helsinki: Kikimora Publications, p. 28-75.

Pančenko Alexander, 2004, “New Religious Movements and the Study of Folklore: The Russian Case”, Folklore: An electronic Journal of Folklore, vol. 28, p. 111-128, http://www.folklore.ee/folklore/vol28/movement.pdf.

Pitirim, 1996 = Епископ Питирим Сыктывкарский и Воркутинский, «Восстановление самостоятельной епархии и возрождение православной жизни на территории Коми края к 1996 году» [Le rétablissement d’un diocèse autonome et la renaissance de la vie orthodoxe sur le territoire du pays komi en 1996], Христианизaция Коми края и ee роль в развитии государственности и культуры, [La christianisation du pays komi et son rôle dans le développement de la structure d’État et de la culture] Том I, Сыктывкар: Коми научный центр УрО РАН, p. 28-33.

Šterin Marat, 2000, “New Religious Movements in Russia in the 1990s”, Religious Transition in Russia, ed. Matti Kotiranta, Helsinki : Kikimora Publications, p. 175-184.

Šarapov Valerij, 2001 = Шарапов, Валерий Энгельсович, «Живая традиция: заветные и храмовые праздники у современных коми» [La tradition vivante des fêtes personnelles et ecclésiastiques chez les Komis d’aujourd’hui], Христианство и язычество народа Коми [Christianisme et paganisme chez les Komis], ed. Н. Д. Конаков, Сыктывкар: Коми книжное издательство, p. 148-168.

Notes

1 Cette recherche a été financée par l’Union Européenne par l’intermédiaire des Fonds européens de développement régional (Centre d’excellence CECT).

2 Travaux de terrain réalisés en octobre 2009.

3 En russe : Епархиальные ведомости.

Table des illustrations

Titre Figure 1 
Légende Un service en langue komie à l’église évangélique de Syktyvkar (dite « l’église komie »), en présence du missionnaire William Wood
Crédits Photos de Piret Koosa (mars 2011). Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 2 
Légende Un service en langue komie à l’église évangélique de Syktyvkar (dite « l’église komie »), en présence du missionnaire William Wood
Crédits Photos de Piret Koosa (mars 2011). Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteur

Eva Toulouze (Traducteur)