Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Langue

De multiples dialectes à une langue d’État

Le changement de statut de la langue komie (zyriène) entre le milieu du xixe siècle et les années 1930

From dialects to a State language. The change in the Komi (Zyrian) language status from the mid-1800 up to the 1930s

Murretest riigikeeleks. Komi (sürjani) keele staatuse muutumine

От диалектов к государственному языку. Изменения в статусе коми (зырянского) языка с середины XIX в. до 1930-х гг

Сёрнисикасъяссянь канму кывйöдз. Коми (зыран) кывлöн статусын вежсьöмъяс XIX нэм шöрсянь 1930-öд воясöдз

Indrek Jääts

Résumé

Cet article présente un bref aperçu de la manière dont les dialectes zyriènes du komi ont pu donner une langue littéraire, devenue l’une des langues officielles de la région. Une langue littéraire komie émergea dans les années 1920 sur la base des expériences de l’époque tsariste. Dans l’oblast’ autonome, le komi avait, à côté du russe, le statut de langue officielle et il était largement utilisé dans l’administration. La politique nationale soviétique changea à la fin des années 1930. En même temps, avec l’arrivée massive de main d’œuvre russophone, les Komis se retrouvèrent peu à peu en minorité. Après la Deuxième Guerre mondiale, les fonctions sociales de la langue komie ne cessèrent de diminuer et son prestige baissa considérablement. Aujourd’hui, le komi n’est plus langue d’enseignement dans les écoles. Son statut officiel à côté du russe demeure plutôt formel. La vie publique est dominée par le russe, le komi comme langue orale de communication s’est préservé surtout dans les zones rurales. En même temps, il se trouve toutefois dans une situation meilleure que bien d’autres langues finno-ougriennes dans la Russie d’aujourd’hui.

This article briefly presents an overview of how the Zyrian dialects of the Komi language become a literary, and one of the region’s official, languages. The first Komi intellectuals with an ethnic sensitivity started to create a literary language based on dialects in the second half of the 19th century. It was not an easy task, for their endeavours contradicted the official nationality policy of tsarist Russia. This changed after the Bolsheviks seized power in 1917. The development of literary non- Russian languages and the widening of their social functions were part of the Soviet nationality policy in the 1920s and 1930s (korenizacija). Thanks to the enthusiasm of the Komi intellectuals and communists, a literary language was created in the 1920s based on previous attempts. Education, especially elementary education, began to be delivered in Komi; books, newspapers and journals began to be published in Komi. In the Komi autonomous district (oblast’), the Komi language was given the status of official language – like Russian – and it was widely used in the everyday public sphere.
The Soviet nationality policy changed at the end of the 1930s. A significant part of the Komi elite was sent to the GULAG. The Soviet leadership started to emphasise the Russian people’s and the Russian language’s leading role in the Soviet Union. At the same time, industrialisation caused the arrival in the Komi land of a massive Russian speaking labour force and the Komi became a minority on their own territory. After World War II, the social functions of the language were considerably reduced and the language’s prestige declined even for Komi themselves. Komi is no longer the language of education. It is still in the curricula, although not all Komi children study it. The language also functions as a literary language in a limited way: most of the Komi prefer to write in Russian. In the Komi Republic, Komi has retained the status of official language, but it is mainly formal. Public life is dominated by Russian and Komi has been mainly preserved as an oral communication language in rural zones. However, it is still in a better position than several other Finno-Ugric languages in Russia today.

Artiklis antakse põgus ülevaade sellest, kuidas sai (sürja) komi murretest kirjakeel ning piirkondlik riigikeel. Esimesed rahvuslikult meelestatud komi haritlased hakkasid kohalikest murretest kirjakeelt vormima 19. sajandi teisel poolel. See polnud lihtne, sest nende püüdlused olid vastuolus Tsaari-Venemaa rahvuspoliitikaga. Olukord muutus peale bolševike võimuletulekut Venemaal (1917). Mitte-vene keelte kirjakeelteks arendamine ning nende sotsiaalsete funktsioonide laiendamine oli osa nõukogude rahvuspoliitikast 1920.-1930. aastatel (korenizatsiia). Tänu komi haritlaste ja rahvuskommunistide entusiasmile loodi 1920. aastail tsaariaegsele alusele tuginedes kiiresti ühtne komi kirjakeel. Haridus (eeskätt algharidus) muudeti komikeelseks, anti välja komikeelseid raamatuid, ilmus komikeelne ajakirjandus. Komi Autonoomses Oblastis oli komi keelel, kõrvuti vene keelega, kohaliku riigikeele staatus ning seda kasutati ulatuslikult ka valitsemiskeelena.
1930. aastate lõpul nõukogude rahvuspoliitika muutus. Suur osa senisest komi eliidist saadeti GULAGi. Hakati rõhutama vene rahva ja vene keele juhtivat rolli Nõukogude Liidus. Samas saabus seoses industrialiseerimisega Komimaale massiliselt venekeelset tööjõudu ning tasapisi jäid komid oma asualal vähemusse. Peale II maailmasõda on komi keel sotsiaalsed funktsioonid järkjärgult ahenenud ning keele prestiiž on langenud, ka komide endi silmis. Komi keel ei ole enam õppekeeleks kohalikes koolides. Ta on säilinud vaid õppeainena ja sedagi ei õpi kaugeltki mitte kõik komi lapsed. Komi keele toimimine kirjakeelena on tänapäeval üsna piiratud. Suur osa komidest eelistab kirja- keelena kasutada vene keelt. Vene keele kõrval on komi keelel riigikeele staatus ka tänases Komi Vabariigis, ent see staatus on üsna formaalne. Komimaa avalikus elus domineerib vene keel. Komi keel on säilinud eelkõige kõnekeelena maapiirkondades. Samas on komi keele olukord siiski parem kui paljude teiste soome-ugri keelte olukord tänapäeva Venemaal.

В данной статье кратко дается обзор того, как зырянский диалект коми языка стал литературным, одним из официальных языков региона. Первая коми интеллигенция с этнической чувствительностью приступила к созданию литературного языка на основе диалектов во второй половине 19 века. Это была непростая задача, ведь их стремления противоречили официальной национальной политике царской России. Ситуация изменилась после захвата власти большевиками в 1917 г. Развитие литературных нерусских языков и расширение их социальных функций были частью советской национальной политики в 1920-х и 1930-х гг. (коренизация). Благодаря энтузиазму коми интеллигенции и коммунистам литературный язык был создан в 1920-е годы на основе предыдущих попыток. Образование, особенно начальное образование, стало появляться в Коми; книги, газеты и журналы стали публиковаться на коми языке. В Коми автономной области коми языку придали статус официального – как и русскому – и это было широко использовано в повседневной общественной жизни.
Советская национальная политика изменилась в конце 1930-х гг. Значительная часть коми элиты была выслана в ГУЛАГ. Советское правительство поддерживало позиции русского народа и лидирующую роль русского языка в Советском Союзе. В то же время индустриализация привела к прибытию на Коми землю многочисленной русскоговорящей рабочей силы, и коми стали меньшинством на своей собственной территории. После Второй Мировой войны социальные функции были значительно сокращены и престиж языка снизился даже для самих коми. Коми больше не являлся языком образования. Он до сих пор в учебных программах, хотя не все коми дети учат его. Язык также функционирует как литературный язык, но в ограниченной форме: большинство коми предпочитают писать на русском языке. В Республике Коми коми язык сохранил статус официального, но это носит в основном формальный характер. В общественной жизни доминирует русский язык, и коми в основном сохраняется как язык устного общения в сельской местности. Тем не менее, он еще в лучшем положении, чем некоторые другие финно-угорские языки в современной России.

Тайö статьяын дженьыда видлавсьö, кыдзи коми кывлöн зыран сёрнисикас лоис литературнöйöн, регионын канму кывъясысь öтиöн. Медводдза коми интеллигенция сьöлöмсянь босьтчис лöсьöдны литературнöй кыв сёрнисикасъяс подув вылын 19 нэмся мöд юкöнын. Тайö вöлi сьöкыда олöмö пöртана мог, сы вöсна мый налöн: водзмöстчöмъясыс паныд мунiсны сардырся Россиялöн официальнöй национальнöй политикалы. Ситуацияыс вежсис большевикъясöн 1917 воын власьт босьтöм бöрын. Абу роч литературнöй кывъяс сöвмöдöм да налысь социальнöй уджмогъяс паськöдöм вöлi советскöй национальнöй политикалöн юкöнöн 1920 -öд да 1930-öд воясö (коренизация). Коми интеллигенциялöн да коммунистъяслöн зiльлун отсöгöн литературнöй кыв лои лöсьöдöма 1920-öд воясын воддза пондылöмъяс вылö мыджсьöмöн. Велöдöм, торйöн нин медводдза классъясын велöдöм, кутiс сöвмыны Комиын; небöгъяс, газетъяс да журналъяс кутiсны йöзöдны комиöн. Коми автономнöй обласьтын коми кывлы сетiсны официальнöй, канму статус – кыдз и роч кывлы – и тайöн паськыда вöдитчисны быдлунъя йöзкотыр олöмын.
Советскöй национальнöй политика вежсис 1930-öд вояс помын. Коми элиталöн ыджыдджык юкöныс вöлi мöдöдöма ГУЛАГö. Советскöй правительство сулалiс роч войтыр дор да Советскöй Союзын роч кывлöн медся тöдчана ин дор. Тайö жö кадö индустриализация вöсна Коми муö воис уна роч кывъя уджалысь, да комияс лоисны ас му вылын этша лыда войтырöн. Мöд Мировöй война бöрын коми кывлöн социальнöй уджмогъясыс тöдчымöна векнялiсны да кывлöн коланлуныс ичöтмис весиг аслыныс комияслы. Коми кыв эз ло велöдан кывйöн. Сiйö öнiöдз велöдчан уджтасъясын, кöть оз став коми челядьыс велöд сiйöс. Кывйыс лоö литературнöйöн, но дзескöдöм формаын: унджык комиыс гижöны роч кывйöн. Коми Республикаын коми кыв колис канму кывйöн, но ёнджыкасö сöмын формальнöя. Йöзкотыр олöмын вевтыртö роч кыв, а коми ёнджыкасö кольö сиктса инъясын вомгора сёрнитан кывйöн. Но сы вылö видзöдтöг, сылöн бурджык положениеыс öнiя Россияса öткымын мукöд финн-угор кыв серти.

Texte intégral

Introduction

1Les Komis se divisent en deux groupes principaux. Les Permiaks, qui vivent surtout dans le nord-ouest du kraj de Perm’. Les Zyriènes résident pour la plupart dans la République komie, qui fait partie de la Fédération de Russie et dont la capitale est Syktyvkar. Dans cet article, je vais montrer comment les dialectes du komi zyriène sont devenus langue d’État. Je finirai par évoquer le sort de la langue komie zyriène après la Seconde Guerre mondiale.

Les Komis à la fin de l’époque tsariste

2Au xixe siècle les Komis zyriènes occupaient au nord-est de la Russie d’Europe un territoire non moindre que celui de la France d’aujourd’hui. Mais l’habitat y était fort espacé. À la fin du siècle, ils étaient, dans l’Empire russe, près de 150 000. Il s’agissait pour la plupart de paysans illettrés, qui parlaient leur dialecte. La langue officielle, dans leur région, était le russe. Le russe était ainsi la langue de l’administration, de la justice, de l’Église et de l’école. Le komi n’avait alors aucun statut officiel, mais comme la plupart des Komis ne connaissaient pas le russe, les autorités locales étaient obligées de permettre dans une certaine mesure l’usage des dialectes komis. Ainsi le komi pouvait-il être utilisé à l’école au cours de la première année, si l’instituteur le connaissait. De même, bien des annonces officielles étaient traduites en komi. Le komi s’écrivait fort peu. Des prêtres d’origine komie avaient traduit dans leur langue maternelle un peu de littérature ecclésiastique orthodoxe. Des savants avaient établi les premiers dictionnaires et les premières grammaires. Il n’existait guère à l’époque de langue littéraire komie homogène, les textes étaient écrits en différents dialectes et chacun notait la langue comme il le jugeait bon. L’opinion publique russe avisée était d’avis que les Komis n’allaient pas tarder à se fondre dans la communauté russe et que leur langue était vouée à disparaître. C’était également l’objectif de la politique nationale de l’époque – pour autant qu’elle s’intéressât aux Komis en particulier.

3Or le milieu du xixe siècle avait vu apparaître les premiers intellectuels komis porteurs d’une idéologie nationale (principalement Georgij Lytkin et Ivan Kuratov). Ils n’entendaient pas se résigner à voir leur langue maternelle disparaître et se mirent à agir pour la préserver.

4Avec leurs poèmes en langue komie, ils essayèrent de jeter les bases d’une littérature komie. À l’époque, publier ces poèmes n’était pas simple, car le pouvoir tsariste considérait qu’une littérature komie n’avait pas d’utilité. Certains poèmes de Kuratov parurent dans la presse russophone et ils y étaient présentés comme des œuvres de folklore. Mais la plus grande partie de son œuvre resta à l’état de manuscrit, elle fut oubliée pour n’être redécouverte qu’au xxe siècle (Voir l'article d'Yves Avril dans cet ouvrage). Il n’y avait pas non plus de presse en langue komie. La principale forme d’existence légale de l’écrit en komi était la littérature ecclésiastique orthodoxe. Georgij Lytkin utilisa ce canal très efficacement pour développer la langue littéraire komie. Dans ses moments de loisir, il traduisait des textes religieux en komi et beaucoup de ses traductions parurent avec l’aval des autorités ecclésiastiques. Lytkin utilisait les dialectes zyriènes et permiaks de manière à aller dans le sens d’une langue littéraire commune, qu’il avait comme objectif à plus long terme de créer. Les autorités politiques ne partageaient pas cet objectif et ses tentatives de diffusion de ses livres et de ses idées dans les écoles se heurtèrent à la ferme opposition du ministère de l’Éducation. Mais pour une nouvelle génération d’intellectuels imprégnés d’idéologie nationale, l’héritage de Lytkin et de Kuratov sera d’une importance inestimable.

Les années 1920 et 1930

5Les bolcheviks qui avaient pris le pouvoir en Russie en octobre 1917 s’opposèrent d’emblée à l’ancien régime, entre autres sur les questions de politique nationale. La Russie tsariste apparaissait comme la prison des peuples, où les populations non russes étaient rudement opprimées et russifiées. C’est pourquoi, d’après les bolcheviks, beaucoup de peuples non russes, dont les Komis, étaient en retard sur les Russes dans leur développement et le nouveau pouvoir avait pour mission de liquider ce retard rapidement. Les leaders bolcheviques (Lénine, Staline) étaient d’avis que le meilleur moyen de liquider le retard économique et culturel des peuples non russes était d’associer les intellectuels à l’entreprise et d’utiliser les langues vernaculaires. Les plus influentes de ces communautés obtinrent une autonomie territoriale. C’est en 1921 que vit le jour l’oblast’ autonome komie (zyriène). Une grande partie des intellectuels komis suivit les bolcheviks, en qui ils voyaient la possibilité de réaliser leurs aspirations sociales et de promotion du peuple komi. En même temps, on vit émerger un groupe très actif de communistes très attachés aux intérêts des Komis. Après la Guerre civile, le pays était appauvri, mais les intellectuels se mirent à œuvrer pour le développement de leur petit peuple et de leur langue avec beaucoup d’enthousiasme et fort efficacement. Une langue littéraire fut bientôt mise en place sous la direction de Vasilij Molodcov : son écriture était fondée principalement sur l’alphabet cyrillique, mais des lettres latines étaient également utilisées. D’emblée, de nombreux manuels furent publiés et le komi devint langue d’enseignement dans les écoles primaires. L’introduction du komi dans les lycées fut plus difficile et prit davantage de temps, parce que le pays manquait d’enseignants. Une presse komie vit le jour – avec des journaux et des revues. Des écrivains se mirent à écrire, créant une littérature et un théâtre en langue komie.

Figure 1 

Figure 1 

Statue de Lénine sur le grand-place de Syktyvkar

Photos de Sébastien Cagnoli (novembre 2013). Tous droits réservés

6D’après le recensement de 1926, les Komis représentaient 92 % de la population de leur territoire autonome. L’oblast’ autonome komi avait deux langues officielles : le komi et le russe. Dans la deuxième moitié des années 1920, on commença à organiser le passage au komi du travail des organes de gestion locale. La tâche n’était pas facile, bien que la grande majorité des responsables locaux et des fonctionnaires fussent komis. Le fait est que la population n’était pas encore totalement alphabétisée et ceux qui avaient reçu une instruction à l’époque de l’ancien régime l’étaient uniquement en russe. Grâce à l’enthousiasme des communistes komis et des intellectuels, il fut possible de faire en sorte, à l’aide de cours de langue et de matériaux d’enseignement, que la langue de la justice et du maintien de l’ordre devienne le komi, de même que celle des organes représentatifs et exécutifs. Pour les Komis d’aujourd’hui, cela peut sembler une utopie, mais à l’époque la promotion active des langues locales autres que le russe était une part de la politique nationale des autorités centrales (korenizatsija, indigénisation). En résumé, on peut dire que, dans les années 1920-1930, le komi fonctionnait effectivement comme langue officielle.

7Or dans les années 1930, le climat politique en URSS allait devenir peu favorable aux aspirations des communistes komis et, dans la deuxième moitié des années 1930, les intellectuels furent frappés par une vague de répressions. Bien des communistes qui avaient occupé des postes à haute responsabilité, ainsi que des écrivains et des enseignants komis périrent au GULag. Mais sur le principe, la politique nationale et linguistique n’avait pas changé. Le komi restait langue d’enseignement dans les écoles (surtout primaires) et le nombre de livres publiés en komi était supérieur à ce qui se publie à l’heure actuelle. En 1936, le niveau d’autonomie des Komis fut élevé d’un cran, l’oblast’ autonome devint République socialiste soviétique autonome. Mais la première constitution (1937) ne mentionne plus le komi comme langue officielle.

  • 1 Pour plus de détails, cf. en français dans les Études finno-ougriennes, Toulouze 1997 (NdR).

8La consolidation du komi comme langue littéraire fut également gênée par les réformes de l’alphabet de la fin des années 1930. Pour commencer, le komi passa à l’alphabet latin dans le cadre d’une campagne de latinisation, puis quelques années plus tard, à l’alphabet cyrillique1. Les changements brutaux d’alphabet furent accompagnés de la destruction massive des ouvrages antérieurement publiés et devenus inutiles. Ceux qui protestaient contre les réformes de l’alphabet risquaient le GULag.

9C’est dans la deuxième moitié des années 1930 que commença également une exploitation industrielle intense du pays komi – mines de charbon, industries du bois et du papier, exploitation pétrolière, construction de voies ferrées), accompagnée d’un abondant flux migratoire de main-d’œuvre surtout russophone. En même temps, l’idéologie soviétique se mit à glorifier le « grand peuple russe » et le rôle dirigeant de la langue russe en Union soviétique.

Après la Seconde Guerre mondiale

  • 2 Ce chiffre est issu des recensements, seule donnée statistique dont nous disposions. Il ne représe (...)

10La réforme administrative menée à bien en Union soviétique en 1958-1959 remit en cause le principe selon lequel les enfants devaient recevoir une formation élémentaire dans leur langue maternelle. Désormais, la langue de l’enseignement était laissée au choix des parents et les nouvelles orientations de la politique nationale soviétique (le rapprochement sbliženie et la fusion slijanie) ont fait que l’enseignement est passé progressivement au russe pour beaucoup de peuples non russes (dont les Komis). Aujourd’hui, on ne trouve plus le komi dans les écoles qu’en tant que matière parmi d’autres, et tous les enfants komis ne l’étudient pas, loin de là. La publication de littérature en komi a elle aussi reculé, et l’édition de livres en komi a considérablement baissé si on la compare à celle d’avant-guerre. Aujourd’hui, les Komis ne représentent plus qu’un quart de la population de la République éponyme2. Souvent, les immigrants, de langue russe, avaient à l’égard des Komis et de leur langue une attitude hautaine voire hostile, attitudes qui se rencontrent aujourd’hui encore. Depuis la fin des années 1930, le prestige du komi a baissé aux yeux des Komis eux-mêmes. En ville, bien des Komis préfèrent parler exclusivement russe à leurs enfants, car ils voient le komi comme inutile voire nuisible dans leur vie future. Or la langue est l’unique marqueur social collectif qui distingue les Komis des Russes. L’assimilation (russification) est relativement facile pour les Komis – il leur suffit de changer de langue. La culture, la religion, le type physique ne posent aucun problème. Beaucoup de Komis d’aujourd’hui ne parlent pas komi ou le parlent mal. Ils continuent à se considérer comme Komis par une certaine inertie liée aux origines, qui est probablement vouée à disparaître à la prochaine génération. Dans les rues des villes du pays komi, on n’entend guère parler komi, alors que dans beaucoup de villages la langue perdure. Surtout en tant que langue orale. À l’écrit, elle ne fonctionne plus correctement. La plupart des Komis préfèrent écrire et lire en russe. Certes, la langue komie a toujours, en République komie, le statut de langue officielle à égalité avec le russe, mais il s’agit d’un statut plutôt formel. En réalité, la vie publique en pays komi est dominée de nouveau par le russe. En même temps, on peut affirmer que la position du komi est aujourd’hui nettement meilleure que celle de bien d’autres langues finno-ougriennes de Russie – elle est meilleure que celle du mordve, du carélien ou du permiak, sans parler des langues ayant moins de locuteurs. Le statut du komi ressemble considérablement à celui de l’oudmourte ou du mari.

Bibliographie

Cypanov Evgenii, 2001, “Language and Ethnic Mobilization among the Komi in the Post-Soviet Period”, Nationalities Papers, Vol. 29, no. 1, p. 109-128.

Histoire 2004 = История Коми с древнейших времен до конца XX века. В двух томах [L’histoire des Komis depuis les temps les plus anciens jusqu’à la fin du xxe siècle], Сыктывкар: Коми книжное издательство.

Jääts Indrek, 2005, “Left Outside. Komis and the Il’minskii’s system”, Studia Slavica Finlandensia, Tomus XXII PreRevolutionary Kazan: Missionary Education and Study of the Volga Native Peoples, Helsinki : Venäjän ja Ida-Euroopan Instituutti, p. 28-50.

Jääts Indrek, 2009, “Building a State in a State. Drawing of the Borders of Komi (Zyrian) Autonomous Oblast in the 1920s”, Anthropological Journal of European Cultures, vol. 18, no 1, p. 69-89.

Jääts Indrek, 2009, “The birth of Komi nationalism: Prelude, 1800-1850s”, Defining Self: Essays on emergent identities in Russia Seventeenth to Nineteenth Centuries, Compiled and edited by Michael Branch. Helsinki : Finnish Literature Society, p. 534-558.

Jääts Indrek, 2009, “The Komi, Ethnic Stereotypes, and Nationalities Policy in Late Imperial Russia”, The Russian Review 68, p. 199-220.

Lytkin Georgij, 1996 = Лыткин, Георгий, Зырянский край при епископах пермских и зырянский язык. Пособие при изучении зырянами русскаго языка [Le pays zyriène sous les évêques de Permie et la langue zyriène. Manuel pour l’apprentissage du russe par les Zyriènes], Составил Г.С.Лыткин, преподаватель С.-Петербургской шестой гимназии, СПб, 1889 (Réédition).

Toulouze Eva, 1997, « Les alphabets des langues finno-ougriennes de Russie et l’expérience de la latinisation », Études finno-ougriennes XXIX, p. 47-83.

Notes

1 Pour plus de détails, cf. en français dans les Études finno-ougriennes, Toulouze 1997 (NdR).

2 Ce chiffre est issu des recensements, seule donnée statistique dont nous disposions. Il ne représente donc que les citoyens qui se déclarent Komis.

Table des illustrations

Titre Figure 1 
Légende Statue de Lénine sur le grand-place de Syktyvkar
Crédits Photos de Sébastien Cagnoli (novembre 2013). Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k