Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Présentations générales

Qui sont les Komis ?

Présentation générale

Who are the Komi? General presentation

Кто такие коми? Общее представление

Кодi сэтшöм комиясыс? Öтувъя видзöдлас

Eva Toulouze

Résumé

Cet article général entend situer les Komis dans la famille finno-ougrienne et donner un aperçu de leurs caractéristiques, permettant au lecteur de replacer dans leur contexte les informations contenues dans les communications suivantes.

The aim of this article is to situate the Komi within the Finno-Ugric linguistic family and to give an overview of their peculiar features that would allow the reader to place in a wider context the data commented upon in the following presentations.
The article introduces the Volga-Permic group and its members and then concentrates on the different Komi ethnographic groups, the marginal Permiaks and Ižma Komi. Later it focuses mainly on the fate of the Zyrians and emphasises the old contacts with the Russian world, which have had a thorough influence on Komi life. After having mentioned the central impact of the early Christianisation of the Komi region, I mention as a consequence of the early integration of the Komi into the Empire the formation of an intelligentsia much earlier than elsewhere in the Finno-Ugric world, commenting briefly upon the role of Ivan Kuratov, Georgij Lytkin and Kallistrat Žakov.
The focus will then shift to the beginning of the Soviet period, with the autonomy given to the Komi and how the Komi communists tried to take advantage of this, showing the main aspects of their national policy, mainly about language and territory. However, the Stalinist repressions put a full stop to this kind of endeavour all over Russia, and in the non-Russian regions most ferociously.
Still they must go on living: the article shows how the Komi adapted to the Soviet regime after World War II, and how the demographic trends and the new dispositions about school changed the linguistic situation. The article ends with some reflections about Komi identity today.

Цель этой статьи – показать место коми в финно-угорской языковой семье и рассказать об их особенностях, что позволит читателю рассмотреть приведенные в следующих презентациях данные более подробно.
Статья знакомит с волжско-пермскими группами и их членами, а затем концентрируется на различных коми этнографических группах, маргинальных коми-пермяках и коми-ижемцах. В дальнейшем статья в основном фокусируется на судьбе зырян и делает упор на давних контактах с русским миром, которые оказывали сильное влияние на образ жизни коми. После упоминания о главных последствиях ранней христианизации коми региона, которые я упоминаю как следствие ранней интеграции коми в империю образования интеллигенции, произошедшей гораздо раньше, чем у других представителей финно-угорского мира, я кратко остановлюсь на роли Ивана Куратова, Георгия Лыткина и Каллистрата Жакова.
Далее основное внимание уделяется началу советского периода, получению Коми автономии и как коми коммунисты попытались воспользоваться этой возможностью, чтобы показать и реализовать основные аспекты их национальной политики, главным образом языковой и территориальной. Однако сталинские репрессии поставили точку в такого рода стремлениях по всей России, и особенно жестоко в нерусских регионах.
Однако коми должны были продолжать идти по жизни: статья показывает, как коми адаптировались к советскому режиму после Второй Мировой войны, как демографические тенденции и новые распоряжения о школе изменили лингвистическую ситуацию. Статья заканчивается некоторыми размышлениями о сегодняшней личности коми.

Тайö гижöдлöн могыс – петкöдлыны комияслысь инсö финн-угор кыв семьяын да висьтавны налöн аслыспöлöслунъяс йылысь, мый сетас позянлун лыддьысьысьлы пыдiсяньджык видлавны презента- цияын вайöдöм мыччöдъяс.
Статья тöдмöдö волга-перым чукöръясöн да сэтчö пырысь кывъясöн, а сэсся пыдiсянь сикасалö коми этнографическöй чукöръяс, торйöн нин маргинальнöй коми-перым да изьватас. Водзö статьяын висьтавсьö зыраналöн олöм йылысь, торйöн рочьяскöд важысянь йитöдъяс йылысь, кодъяс ёна тöдчисны комияслöн оласног вылö. Коми мусö христианствоö водз пыртöмлысь шöр бöртасъяс пасйöм бöрын, кодöс ме чайта интеллигенция артмöдöмö комияслöн мукöд финн-угор войтыр серти водзджык пырöдчöмлöн бöртасöн, ме дженьыдика сувтла Иван Куратовлöн, Георгий Лыткинлöн да Каллистрат Жаковлöн тöдчанлун вылö.
Водзö висьтавсьö советскöй кадколаст заводитчöм йылысь, Коми автономия котыртöм йылысь да кыдзи коми коммунистъяс кöсйисны тайö кадын сетöм позянлунъяс дырйи петкöдлыны да збыльмöдны налöн национальнöй политикалысь, торйöн нин кыв да мутас серти, шöр нырвизьяссö. Но сталинскöй репрессияяс дугöдiсны татшöм водзмöстчöмъяссö став Россия пасьтала и медся чорыда абу роч регионъясын.
Но комияслы водзö колiс овны: статьяын петкöдлöма, кыдзи комияс ладмöдчисны советскöй оласног дорö Мöд Мировöй война бöрын, кыдзи демографияын вежсьöмъяс да школа йылысь выль тшöктöмъяс-индöдъяс вежисны кыв ситуациясö. Статьяыс помасьö öнiя коми морт йылысь öткымын мöвпъясöн.

Texte intégral

Les Komis dans le monde finno-ougrien

  • 1 Cette recherche a été financée par l’Union européenne par l’intermédiaire des Fonds européens de d (...)
  • 2 Pour des raisons d’opportunité conjoncturelle, l’ethnographie soviétique a insisté sur l’idée qu’i (...)

1Les Komis font partie de ce qu’il est convenu d’appeler le groupe permien des peuples parlant des langues finno-ougriennes1. Deux ensembles linguistiques composent ce groupe : l’oudmourte, parlé plus au sud, et le komi, parlé sur un très large territoire occupant le nord-est de la partie européenne de la Russie. Il est important de noter que les langues de ce groupe sont caractérisées, une fois n’est pas coutume, par une similitude perceptible à l’œil nu, et même à l’oreille : l’intercompréhension entre oudmourte et komi est possible, chacune de ces langues étant, sinon transparente, du moins translucide pour tout locuteur de l’autre. Leurs rapports nous rappellent ceux qui existent dans le groupe des langues fenniques ou, pour sortir de la famille ouralienne, entre certaines langues romanes ou certaines langues germaniques. Beaucoup de traits phonétiques et morphologiques sont semblables, le lexique lui aussi présente beaucoup de similitudes. En même temps, on peut s’interroger aujourd’hui sur le nombre de langues permiennes reconnues : officiellement, il en existe trois, puisque deux langues littéraires komies ont été créées. En effet, les années 1920 ont vu la consolidation, à côté d’une langue komie (zyriène) qui s’était affirmée depuis longtemps, d’une forme littéraire particulière pour la langue parlée par les Permiaks, un groupe ethnographique particulier de Komis, vivant au sud du territoire habité par les Zyriènes2. Les Permiaks ne sont pas d’ailleurs le seul sous-groupe de Komis, même s’ils sont le seul dont le dialecte s’est trouvé fixé en langue littéraire : au nord, les Komis de l’Ižma (les Iźvatas) sont porteurs d’un dialecte et surtout d’une culture qui diffèrent de ceux des autres Komis. Je présenterai rapidement ces deux groupes, avant de revenir sur quelques éléments marquants de l’histoire des Komis.

Les Permiaks

  • 3 Ils étaient 125 235 en 2002. En 2010, 63 110 maîtrisent la langue. Voir résultats du recensement d (...)

2Ceux qui ont en main ce livre en sauront davantage sur la situation actuelle des 94 456 Permiaks3 grâce à l’article qui leur est consacré. Les remarques qui suivent servent d’introduction au contexte historique de la formation de ce groupe. Deux facteurs ont permis la constitution d’un groupe ethnographique à part. Tout d’abord le fait que le territoire habité par les Permiaks est séparé de celui occupé par les Zyriènes par une zone de forêts très denses et difficilement franchissables. De plus, aucune voie de communication n’a jamais relié ces deux territoires l’un à l’autre. Au contraire, les flux de circulation ont plutôt rattaché les Permiaks à la grande ville de Perm’ et à la route allant vers la Sibérie, alors que les Zyriènes étaient clairement reliés par les grands fleuves à la Russie du Nord.

3En fait, à partir du xviiie siècle, les Permiaks se sont trouvés en marge des routes principales vers la Sibérie, ce qui a accentué leur marginalisation (Lallukka 1992, p. 26). De plus, les destinées historiques des deux territoires ont également divergé, induisant des différences dans les conditions de vie des deux groupes. En effet, les Permiaks, après la prise de Kazan’ par Ivan IV le Terrible en 1552 et l’expansion russe vers l’est, se sont trouvés dans la région attribuée en 1558 aux frères Stroganov, industriels et commerçants, qui dans leur demande au tsar avaient prétendu que ces terres étaient inhabitées (Nolde 1952, p. 132). Ceux-ci s’empressèrent d’asservir la population locale, composée notamment de Permiaks, dont les groupes méridionaux furent ainsi associés à l’exploitation industrielle lancée par cette riche famille, dans le bois et dans le sel. Ainsi les Permiaks ont-ils été la seule communauté de la famille finno-ougrienne à connaître le servage proprement dit, puisqu’ils dépendaient non point de l’État comme tous les autres, mais d’une famille de riches propriétaires. Les Zyriènes, en revanche, n’ont pas connu ces formes extrêmes de féodalisme, ce qui, d’après Sorokin, explique leur aspiration à ne dépendre de personne (Sorokin 1911, p. 948). De plus, les Permiaks ont été très tôt attachés à la glèbe, ce qui les a maintenus dans un isolement considérable. Ceci explique que la destinée de ces derniers, dont l’habitat en villages s’étend dans des zones de campagne, ait été fort différente de celle des Zyriènes, qui ont été beaucoup plus liés à la forêt et à la chasse. Au début du xxe siècle, les Permiaks apparaissaient pour l’intelligentsia zyriène comme une sorte de périphérie intérieure, plutôt exotique et désespérante, enfoncée dans des croyances « obscurantistes », faisant encore des sacrifices sanglants, par exemple de taureaux (Šestakov 1912, p. 587). C’est ainsi en effet qu’en 1902 Kallistrat Žakov explore la région et exprime toute son amertume dans un essai ethnographique, où il déplore le triste état de la population asservie aux Stroganov (Nikitina 1995, pp. 26-27).

  • 4 En russe : Коми-Пермяцкий национальный округ Aujourd’hui : Коми-Пермяцкий автономный округ.
  • 5 Cette initiative a été interprétée de manières diverses : par les auteurs soviétiques comme la mis (...)

4Au xxe siècle, leur histoire connaît un tournant décisif avec l’arrivée au pouvoir des bolcheviks, qui étaient intéressés à avoir le soutien des nationalités peu susceptibles de souhaiter le retour au pouvoir du tsar. La question des autonomies à base ethnique est explicitement posée. C’est ainsi que l’unification de tous les Komis dans le même territoire reste quelque temps à l’ordre du jour, avant que Moscou ne réponde en constituant en 1925 un okroug national des Komis permiaks4. Cette identité séparée a été renforcée par la décision de constituer une langue littéraire distincte. Il y avait bien eu au xixe siècle, dans le cadre des pratiques issues du système Il’minskij (Toulouze 2004), des œuvres manuscrites et des éditions dans les dialectes parlés par les Permiaks, et leur publication s’était intensifiée au début du xxe siècle (Bačev 1993, p. 78-90 ; Komi-permjackij 1962). Mais cela n’a rien de surprenant ni de programmatique, c’est la pratique des missionnaires que d’écrire le dialecte des groupes avec lesquels ils travaillent. L’idée de formaliser une langue littéraire permiake émerge en 1923 et, dans les années qui suivent, la question principale discutée à Kudymkar est celle de la base dialectale de la nouvelle langue5. En même temps, cette nouvelle langue littéraire ne rompait pas les ponts avec la langue qui s’écrivait dans l’oblast’ komi, puisqu’elle avait adopté le même alphabet, l’alphabet de Molodcov (Krivoščekova 1967, p. 118). Mais son développement a été caractérisé par une absorption particulièrement considérable de lexèmes russes, ce qui a amené certains chercheurs à exprimer le souhait d’une « zyriénisation » du lexique komi permiak (Komi-permiackij 1962, pp. 127-128 ; Komi-permiacko 1985, p. 5 ; Dobó 1997, p. 50).

5D’une certaine manière, l’identité permiake, une identité distincte, renforcée et stimulée par l’existence d’un territoire et par la création d’une langue sur la base du dialecte komi parlé dans la région, est une création relativement récente. Pour les linguistes, il n’y a pas de doute : le permiak est un dialecte du komi. Mais l’histoire a séparé les deux communautés.

6En tout cas l’entité komie permiake a longtemps joui, malgré la pauvreté qui la caractérise et son arriération sur le plan social et économique (espérance de vie et revenus nettement inférieurs à ceux du reste de la région de Perm’, mauvaises communications), d’une position privilégiée par rapport à tous les autres Finno-Ougriens : avec 60 % de la population en 1989, les Komis permiaks étaient les seuls à représenter sur leur territoire une claire majorité (Lallukka 1992, p. 2).

7L’okroug national des Komis permiaks est devenu, en même temps que les autres, arrondissement autonome, et, dans le sillage des réformes administratives voulues par Vladimir Putin, son existence a été annulée par voie de referendum.

Les Komis de l’Ižma

  • 6 Une idée répandue semble voir les Nénetses comme éleveurs de rennes depuis des temps immémoriaux. (...)

8Il y a eu certainement des contacts marchands entre Komis et Nénetses depuis le Moyen Âge et l’on sait que la forteresse de Pustozersk, fondée par les Russes en 1499, était entre autres habitée par des Komis ; mais c’est vers le milieu du xvie siècle que le peuplement des régions arctiques a réellement commencé, avec les villages d’Ust’-Cil’ma et d’Ižma (Solovjëv 1992, p. 238). Ce groupe de Komis, les plus septentrionaux, dont certains sont allés jusqu’à franchir l’Oural et à s’installer en Sibérie occidentale, est appelé « de l’Ižma », Iźvatas en komi. Ces Komis, qui se sont considérablement éloignés des Zyriènes les plus méridionaux, sont les descendants de ceux qui ont fui la christianisation du pays komi commencée au xive siècle et sont allés se réfugier dans les terres plus sauvages du Nord. Finalement, ils seront eux aussi évangélisés, mais en même temps ils s’adapteront au nouvel écosystème qu’ils rencontrent dans le Nord. Ils y coexistent avec les Nénetses, qui ont développé au xviie siècle l’élevage du renne6, auxquels ils empruntent, en les adaptant, de nombreux éléments de culture matérielle et de mode de vie qu’ils maintiennent jusqu’à nos jours.

9D’après Islavin (1847), c’est à la fin du xviie siècle que les Komis de l’Ižma commencent à développer leur propre système d’élevage du renne. Ils ont emprunté aux Nénetses la technique, mais ils l’ont adaptée à leurs objectifs : le renne devient pour eux un moyen de production destiné à rapporter du profit. Au xixe siècle le mode de production komi montre son efficacité : les Komis de l’Ižma accumulent de très grands troupeaux et peu à peu ce développement a pour corollaire une paupérisation des Nénetses, qui sont contraints de travailler pour les propriétaires komis. Une étude de 1844 montre que près de la moitié des foyers nenets, 1 800, ont encore des rennes, avec une moyenne de 17 par foyer, alors que 330 foyers russes et komis possèdent en moyenne 440 rennes par unité (Homič 1970, p. 34). Cette disproportion a conduit à des relations tendues entre les deux communautés, les Nénetses reprochant aux Komis non seulement de leur avoir pris leurs rennes par la fraude (ce qui n’a sans doute pas manqué de se produire), mais aussi de ne pas respecter leurs pâturages. Ainsi, les Komis de l’Ižma apparaissent, à l’époque de la Révolution, comme des exploiteurs, ce qui ne sera pas oublié plus tard, à l’occasion de la collectivisation (cf. toute la littérature de l’époque sur cette question, par exemple Homič 1970, 1973, etc.).

Figure 1 

Figure 1 

Maisons de marchands komis à Śiźab (Sizjabsk), dans la région de l’Ižma

Photos de l'auteur. Tous droits réservés

10Cette opposition entre Komis et Nénetses est particulièrement tendue au début du xxe siècle et jusqu’à la collectivisation : encore dans les années 1920, la revue Komi mu publie un argumentaire komi tendant à prouver que les Komis de l’Ižma ne sont pas des exploiteurs, mais des entrepreneurs sachant organiser leur travail de manière rationnelle. D’après l’auteur, la réduction des troupeaux nenetses ne serait pas due à l’exploitation de la part des Komis, mais à des épizooties ; surtout, « les Zyriènes avaient un regard plus large sur les choses et ont fait bientôt la preuve de leur sens pratique » (Kuratov 1925, p. 39).

11Parlant un dialecte zyriène, les Komis de l’Ižma représentent un groupe à part avec ses caractéristiques ethnographiques : leur costume traditionnel féminin aux couleurs chatoyantes se distingue nettement des costumes traditionnels des autres Komis et représente un signe distinctif (id., p. 46). De plus, leur culture quotidienne diffère considérablement de celle de leurs homonymes méridionaux, car ils ont emprunté bien des éléments aux Nénetses : ils vivent par exemple dans la toundra comme eux dans des tentes coniques, mais plus grandes (Etničeskie 1987, p. 46). Ceci conduit parfois les journalistes étrangers à faire des confusions : pour exemple, un article récent du Figaro présentant les Komis de l’Ižma comme les derniers Komis vivant leur vie traditionnelle…

  • 7 Voir supra les résultats du recensement de 2010. En 2002, ils étaient 15 607. Il convient cependan (...)

12Les Komis de l’Ižma sont porteurs d’une forte identité locale, qui s’est parfois manifestée en opposition aux décisions prises par les autorités de Syktyvkar : c’est ainsi que dans les années 1924-25, un mouvement largement soutenu avait pour objectif de remplacer la zyriénisation par « l’ižmisation ». Il s’agissait d’enseigner le dialecte local écrit non point en Molodcov, mais en alphabet « russe ». (Popov 1991, p. 31). Cette volonté de se démarquer est sensible même lors des derniers recensements, avec une mention spéciale « Komis de l’Ižma », qui sont, en 2010, 6 4207.

  • 8 Voir supra les résultats du recensement de 2010. En 2002, ils étaient 293 406.

13De manière générale en tout cas, quand on dit aujourd’hui « komi » tout court, on fait référence par défaut aux Zyriènes, qui sont, d’après le recensement de 2010, au nombre de 228 2358.

Des contacts anciens avec le monde russe

14Les Komis sont parmi les premiers peuples autochtones que les Russes, aussi bien de Novgorod que de Moscou, rencontrent dans leur expansion vers l’est. Déjà en 967, les Komis, appelés « Perm’ », étaient mentionnés dans une chronique comme payant tribut aux Russes (Saveleva 1985, p. 6 ; Forsyth 1992, p. 3). Alors que bien des terres aujourd’hui russes étaient aux xiiie et xive siècles sous domination turco-mongole, la seule voie qui reste ouverte est celle du Nord. Les relations entre Russes et Komis sont intenses avant même l’évangélisation de ces derniers : on sait que les guides des expéditions russes de l’autre côté de l’Oural étaient souvent des Komis, qui connaissaient bien la région, et comme ces expéditions étaient souvent militaires, ils étaient assimilés aux Russes par les populations autochtones du Nord qu’ils rencontraient, Nénetses, Khantys, Mansis. Ces pratiques se sont poursuivies même après l’évangélisation (Martynov 1985, pp. 66- 67). Par ailleurs certains chercheurs pensent que les relations avec les Russes des régions du Nord et de la basse Volga étaient même antérieures à la pénétration de Novgorod (Bernštam 1990, p. 136).

15Au xive siècle, Moscou rivalise avec Novgorod dans la région : elle l’emportera de jure en 1471 (Lallukka 1992, p. 20) ; un épisode important de cette pénétration russe est l’évangélisation des Komis, entreprise par un ecclésiastique, Étienne de Permie. Originaire du nord de la Russie et, sans doute, parlant komi, il se prépare systématiquement à sa mission. Nous avons pratiquement une source d’époque, une hagiographie d’Étienne – qui sera par la suite canonisé –, par un ses camarades de séminaire, Épiphane, dit le Sage, dans la ville mixte komi-russe d’Ust’-Vym’. Il n’en reste pas moins que quelques mystères subsistent, dont la clé n’est pas donnée dans les écrits d’Épiphane le Sage. Par exemple : Étienne était-il russe, comme les sources le laissent supposer ? S’il n’était pas Komi, comment pouvait-il connaître cette langue ? Clairement, il la maîtrisait, mais était-ce sa langue maternelle, ou bien l’avait-il apprise en ville étant enfant ? Et encore : qui était ce mystérieux Pam, qui, d’après Épiphane, lui dispute l’autorité sur les Komis et sort vaincu de la confrontation, de sorte qu’Étienne peut continuer à convertir les Komis et à construire des églises ? Était-ce un chef militaire ? Un chamane ? Toujours est-il que la réussite de l’entreprise d’Étienne a une incidence considérable sur l’avenir de la culture komie : dès sa période de séminaire il avait commencé à traduire en komi les textes sacrés et il avait inventé un alphabet ad hoc, inspiré du vieux slavon, et, peut-être, de marques signifiantes de propriété des anciens Komis (Lytkin 1952, p. 26). Cette écriture nous est restée dans un certain nombre d’inscriptions d’icônes, ce qui a permis à Vasilij Lytkin de la déchiffrer et de nous donner ainsi un corpus d’ancien komi. Utilisée uniquement dans les monastères, cette écriture se dégrade peu à peu, d’autant que rares devaient être les scribes connaissant la langue à laquelle elle se rapportait, et au xviie siècle le komi est déjà passé au cyrillique.

Figure 2 

Figure 2 

Saint Étienne de Permie devant la cathédrale orthodoxe de Syktyvkar

Photos de l'auteur. Tous droits réservés

Figure 3 

Figure 3 

Saint Étienne de Permie : statue érigée en 2013 devant la cathédrale orthodoxe de Syktyvkar, qui lui est dédiée

Photos de l'auteur. Tous droits réservés

16L’œuvre missionnaire d’Étienne de Permie, qui a été nommé en 1383 premier évêque de Permie, a porté davantage de fruits que les missions plus tardives dans les terres finno-ougriennes de Russie centrale : l’orthodoxie est aujourd’hui partie intégrante de l’identité komie. Contrairement à la situation dans les régions du bassin de la Volga, où les souvenirs de l’animisme traditionnel demeurent plus ou moins vivants et où l’orthodoxie, même si elle a été adoptée à la longue, est fortement métissée d’animisme, chez les Komis la mémoire de la vision du monde de ceux qu’Étienne avait rencontrés s’est estompée. Elle s’est sans doute maintenue dans des domaines que le christianisme orthodoxe n’a que peu touchés, parce qu’ils échappaient au religieux proprement dit : dans les pratiques et dans l’éthique de la chasse par exemple (Konakov 1998, pp. 74-78). D’après Frank, il y a autant de Komis ayant préservé les anciennes croyances que de Russes dans la même position (Frank 1991, p. 172). Mais les villages komis, profondément enracinés dans le christianisme – orthodoxes ou vieux croyants – ont préservé tout au long de la période soviétique leur dévotion, alimentée surtout par les femmes (cf. Art Leete, ici, p. 155 ; cf. aussi, pour un épisode de l’époque soviétique attestant la dévotion des Komis, Colarz 1961, p. 82).

17Étienne de Permie avait mis la première pierre à un édifice qui allait s’avérer durable : les contacts allaient demeurer étroits dans les siècles suivants. Les influences russes se font également sentir, il y a certainement eu des fusions de populations, les Komis s’assimilant plus facilement en milieu russe que les Russes en milieu komi (Žerebcov 1985, p. 116). Les paysans komis vivaient la même réalité que leurs voisins russes ; au cours des siècles, ils ont certes connu des révoltes et des soulèvements – par exemple en 1833-1838, à plusieurs endroits en 1841-1845, en 1853, en 1861-1862 (Turkin 1993, p. 142 ; Belenkina 1968, p. 142-144). Mais la dimension ethnique n’y était pas pour grand-chose. En fait, à la campagne les enfants komis avaient à peu près autant de chances que leurs homologues russes. Souvent bilingues, ils allaient avoir aussi peu (ou autant) de chances que les autres ruraux de devenir prêtre ou instituteur, de faire des études supérieures.

18La proximité des contacts avec le monde russe a pour les Komis une double conséquence paradoxale : d’une part, les Komis sont parmi les plus russifiés des peuples finno-ougriens – dans leurs traditions populaires, dans leur folklore, dans leur musique, dans leur vision du monde, les influences russes sont présentes et perceptibles. En même temps, cette même proximité a contribué à renforcer chez les Komis le sens d’appartenance à une communauté digne et égale, et qui peut s’affirmer d’autant plus clairement qu’elle a adopté certains des outils de son colonisateur : c’est sans doute chez les Komis, plus qu’ailleurs dans le monde finno-ougrien oriental, que la culture écrite est le plus enracinée. C’est là qu’elle est la plus ancienne : même si nous laissons de côté l’épisode d’Étienne et de ses traductions en komi – puisque cette écriture-là, exogène par nature, ne s’est sans doute pas répandue dans la population – il y a eu des intellectuels komis bien avant d’autres. Ivan Kuratov écrit et traduit en komi, sans se soucier de son absence de lecteurs, bien avant que tout autre Oudmourte, Mordve ou Mari ait envisagé de créer une écriture poétique dans sa langue. Et nous savons qu’il n’était pas seul (cf. Yves Avril, ici, p. 123).

19Ce n’est pas un hasard non plus si c’est sur ce terreau qu’ont émergé des intellectuels du calibre de Georgij Lytkin et Kallistrat Žakov, qui s’étaient fait un nom à l’échelle de la Russie tout entière. G. Lytkin (1835-1907), chercheur en études orientales et spécialiste de culture kalmouke ; mis en cause pour avoir adhéré au groupe populiste « Terre et Liberté », il quitte l’université et devient enseignant d’histoire et géographie dans un lycée à Saint-Pétersbourg. Il consacre une partie de son activité à l’histoire du peuple komi, auquel il assume pleinement son appartenance. Il écrit des poèmes en komi, traduit de la littérature religieuse et critique les traductions en komi de ce type de textes, en insistant sur la nécessité de faire appel aux ressources internes à la langue et non à l’emprunt. Son œuvre principale, Le pays zyriène sous les évêques de Permie et la langue zyriène, est une sorte d’encyclopédie du pays komi, avec des matériaux en komi et en russe et un dictionnaire en annexe (Zorgenfrej 1927, p. 48, 49 ; Martynov 1991, p. 93, 151-152, 157-158 ; Turkin 1996a, p. 301-302).

  • 9 Il paraît que Gor’kij aurait dit de lui : « J’ai trouvé un écrivain intéressant, un Zyriène. Ah, i (...)
  • 10 Correspondance avec Yrjö Wichmann conservée aux archives de la Société de littérature finnoise SKS
  • 11 En russe : Сквозь строй жизни « À travers l’ordre de la vie », 1912-1914.

20Kallistrat Žakov (1866-1926), un intellectuel original et au profil pluridisciplinaire, reconnu par l’intelligentsia de son temps9, est en même temps professeur à l’Institut de neuropsychologie de Saint-Pétersbourg et ethnographe, écrivain de talent, critique littéraire et historien, membre de la Société russe de géographie. Il a voyagé : il a fait ses études à Kiev et, inspiré par le Kalevala, il a été ébloui par son séjour à Helsinki en 190110 ; en même temps, il retourne régulièrement à Ust’-Sysol’sk (l’actuelle Syktyvkar), pour faire des cours et des conférences, et il explore en expédition le pays komi (Nécrologie 1926 ; Latyšina 1977, pp. 106-107 ; Domokos 1993, p. 64). Nous lui devons, en russe, la publication de contes komis, des récits réalistes ou merveilleux, inspirés de la vie des paysans komis et de leur tradition orale, une épopée chantant l’ancienne gloire des Komis ainsi qu’un ouvrage autobiographique en prose relatant l’histoire de sa maturation11. Ainsi, ces intellectuels ouvrent le chemin à ceux qui, au xxe siècle, se fixeront l’objectif de rendre à l’ensemble des Komis leur dignité. D’ailleurs le pourcentage de Komis alphabétisés à la veille de la Première Guerre mondiale était de 27 % (Beznosikov 1960, p. 52). C’est ainsi que les chercheurs doivent reconnaître que les Komis étaient dans une situation meilleure que les autres Finno-Ougriens de Russie avant la Révolution (Sorokin 1911, p. 946 ; Lallukka 1990, p. 68).

21En tout cas, dès le début du xxe siècle, les observateurs notent que pratiquement tous les Komis comprennent le russe et que la plupart d’entre eux le parlent, même s’ils font des fautes (Sorokin 1911, p. 942).

Une autonomie ambitieuse

22Dès 1918, une section zyriène est créée auprès du Commissariat aux nationalités (Istorija 1996, p. 196). Le décret établissant un oblast’autonome komi (zyriène) est daté du 22 août 1921 (Istorija 1996, p. 197). En fait, les Komis avaient demandé une république autonome, s’opposant en ceci au projet de Staline de ne leur donner qu’un oblast’. Mais, malgré l’insistance du représentant komi Batiev, c’est l’avis du Géorgien qui sera suivi (Oni ljubili 1993, p. 164). Le projet de Batiev était ambitieux – il sera plus tard considéré comme séparatiste – et avait été largement soutenu à Syktyvkar : il voulait une république avec son armée nationale et son commerce extérieur (Epihin 1991, p. 63).

23Chez les Komis, la guerre civile a ses héros des deux côtés, les sympathies des Komis étant partagées, avec une dominante géographique (Blancs au Nord, Rouges au Sud). Ce n’est pas là un schéma habituel chez les Finno-Ougriens. Les autres sociétés n’étaient pas suffisamment développées pour avoir eu des engagements clairs de part ou d’autre dès le départ. Bien sûr, les « héros » du côté blanc ont été passés sous silence pendant des décennies, mais ils retrouvent leur place aujourd’hui, d’autant qu’en 1919 les Blancs avaient pris le contrôle de l’ensemble du pays komi, fournissant aux Rouges leurs martyrs, qui ont fait l’objet d’une mythologie entretenue. Par exemple Domna Kalikova, cette jeune ouvrière komie ayant travaillé dans différentes usines jusque dans la capitale et dans d’autres villes de Russie qui a été exécutée par les Blancs12.

24Quand les bolcheviks arrivent au pouvoir et offrent aux nationalités de s’émanciper dans le cadre d’une Russie nouvelle, il y a déjà des cadres bolcheviques komis : parmi les intellectuels imprégnés d’aspirations nationales il y a des jeunes qui, comme Domna Kalikova, d’après sa biographie officielle, ont vu du pays et ont pu s’imprégner d’idées qui ne circulaient pas dans les campagnes komies. Ils n’en sont pas moins désireux de profiter de la situation pour œuvrer en faveur de leur peuple, qu’ils voyaient comme rejeté dans le statut de prolétaire. C’est ainsi que se crée dans le pays komi une situation sans égale en Russie : dans une communauté dont la vie politique n’était pas particulièrement développée (à l’inverse de ce qui se passait par exemple chez les Tatars), qui ne constituait pas une société à part entière avec la diversification sociale que cette notion implique, il se trouve suffisamment de cadres communistes pour mettre en place un régime bolchevique komi.

Figure 4 

Figure 4 

Domna Kalikova : statue de Vladimir Rohin commémorant l’héroïne rouge érigée à Syktyvkar en 1979

Photos de Sébastien Cagnoli (mars 2009). Tous droits réservés

Figure 5 

Figure 5 

Pitirim Sorokin : statue commémorant l’intellectuel blanc exilé aux États-Unis, érigée en août 2014 devant l’Université d’État de Syktyvkar, qui porte désormais son nom

Photo Jurij Kabancev, journal BNK, 22 août 2014. Tous droits réservés

25Ce régime subsiste pendant une vingtaine d’années dans un équilibre extrêmement fragile : il pose des problèmes à Moscou, qui ne voit pas d’un bon œil les priorités que les communistes au pouvoir à Syktyvkar établissent dans leur gestion et en même temps il n’est pas ressenti comme dangereux au point de nécessiter tout de suite une remise au pas décisive. En effet, il ne faut pas oublier que dans les années qui suivent la révolution d’Octobre – années de guerre civile, puis de famine, avant que la reconstruction du pays dévasté puisse recommencer – les bolcheviks sont loin d’être aussi puissants qu’on a pris l’habitude de les imaginer à la lumière de leurs actes postérieurs. Ils construisent leur assise. Ils permettent ainsi à ce régime de se maintenir, tout en essayant de le contenir au maximum. Il est en effet habituel de lire dans la presse depuis les années 1920, des références au « nationalisme komi ». Cela se manifeste de différentes manières.

26Par exemple, en matière linguistique. Les intellectuels komis, comme tous les autres partout en Russie à la même époque, ont été confrontés à la question de la normalisation de leur langue. Si l’on souhaitait que la langue vernaculaire devienne langue de culture, langue d’enseignement, langue officielle, il fallait rapidement la codifier et normaliser des règles qui fonctionneraient dans toute la sphère publique. Mais ils font preuve d’une indépendance exemplaire : ils créent un alphabet spécifique pour leur langue, fondé sur une étude rigoureuse de la structure phonologique du komi. Loin de faire preuve de la sensibilité universaliste qui dominera une quinzaine d’années les orientations en matière d’alphabet – avec le rapide essor de l’alphabet latin à partir des années 1920 –, ils s’attachent à noter leur langue de la manière la plus rationnelle, la plus adaptée possible. Les communistes komis ne standardisent pas, ils essaient de coller aux besoins en partant de leur communauté. L’alphabet de Molodcov (1918) reste encore aujourd’hui le meilleur outil historique de mise à l’écrit du komi : au sein de l’Union soviétique, son existence était condamnée, mais il a résisté près de vingt ans, avec une parenthèse de quelques années d’expérimentation avec l’alphabet latin – adopté en 1929 contre l’avis des enseignants, favorables à l’alphabet de Molodcov (Popov 1991, p. 30 ; sur cet épisode, voir Toulouze 1997). Plus tard, cet alphabet sera systématiquement présenté comme une tentative de « freiner le développement de l’écriture en komi par des déviations nationalistes » (Davydov 1956, p. 23).

27La politique scolaire a eu des résultats spectaculaires : d’après les chiffres donnés par Popov (Istorija 1996, p. 210), en 1924-1925, sur 230 écoles ouvertes en pays komi, 217 fonctionnaient en komi. Sur le plan culturel, la politique menée par le Parti komi a reçu le nom de « zyriénisation » : l’utilisation de la langue komie dans toutes les activités de l’État visait à « détruire le mur existant entre le pouvoir soviétique et le Parti communiste et les masses travailleuses » (Šahov 1924). Cela impliquait de nommer et de former des cadres komis, de publier journaux et livres en komi ainsi que d’élaborer une terminologie en langue komie pour permettre à la langue de fonctionner dans la vie contemporaine (Šahov 1925). C’est la version locale de la politique d’indigénisation (korenizacija) qui était lancée à l’échelle de toute l’Union soviétique. Suivant les endroits celle-ci a été mise en œuvre plus ou moins activement. Les communistes komis avaient pris cette orientation très au sérieux et s’étaient engagés dans une politique d’indigénisation qui n’avait bien sûr pas que des partisans.

28Sur le plan politique également, les communistes komis ont tenté, dans la mesure de leurs moyens, de travailler dans l’intérêt de leur peuple : ils ont tenté de rassembler dans la même unité administrative tous les Komis, Permiaks compris. La première initiative date de 1921 (Istorija 1996, p. 204). Mais c’était trop pour Moscou : avoir une unité trop forte aux marges orientales de la Russie d’Europe dépassait ce que Moscou était prête à accepter. De plus, ce renforcement se serait fait sur une base ethnique. Or pour les communistes, la conscience ethnique était un phénomène relevant de la superstructure qui devait être pris en compte, certes, pour tenir compte de la réalité et pour se procurer des alliés « naturels », mais certainement pas renforcé ou encouragé. Sans compter que les communistes de la région de Perm’ ne voulaient pas perdre le contrôle du territoire habité par les Permiaks. Syktyvkar et Kudymkar feront tour à tour pression sur Moscou avec des délégations au plus haut niveau auprès du NarKomNac (Commissariat soviétique aux nationalités), en 1922 et 1925, mais rien n’y fera. Le prétexte – ou la raison ? – est l’absence de voies de communication entre le territoire komi et le territoire komi permiak… À titre de consolation, les Permiaks auront une unité spécifique, mais il n’y aura pas de grand pays komi. De même, les Komis avaient des revendications sur la basse Pečora, ce qui aurait garanti à l’oblast’l’accès à la mer. Mais cela aussi, lui sera obstinément refusé, même si le raïon d’Ust’-Cil’ma finira par être incorporé au pays komi (Istorija 1996, p. 204).

  • 13 Comité exécutif central de toute la Russie.
  • 14 Ce sont là les noms des toundras à l’ouest (Malozemel’skaja tundra, Toundra de la petite terre) et (...)

29Plus tard, cet épisode sera attribué à l’idéologie « grand- komie » : l’idéologue du nationalisme bourgeois, Batiev (représentant de l’oblast’komi auprès du Présidium du VCIK13), s’appuyant sur une pléiade d’intellectuels nationalistes bourgeois et soutenu par certains responsables de l’oblast’, a développé l’idée de la “grande république”, censée couvrir les zones des Nénetses de la Grande et de la Petite Terre14, celles des Komis permiaks voire des Oudmourtes (Isakov 1936, pp. 62-63).

30En fait, derrière ces accusations de nationalisme, dont seront victimes dès le début des années 1930 des responsables de l’oblast’ et de la presse komie, on peut identifier le souci des autorités centrales de limiter au maximum la marge de manœuvre des autorités locales. L’idée a été émise que celles-ci avaient en fait l’intention d’atteindre une indépendance et de construire un État de type scandinave (Colarz 1956, pp. 72-73). Personnellement, j’en doute. Les autorités komies étaient sincèrement communistes et n’ont jamais manifesté de désir de quitter l’Union soviétique. Mais elles tenaient à préserver toutes les compétences que les institutions de l’URSS étaient censées leur conférer. Craignant que les richesses du territoire ne soient exploitées sans tenir compte des intérêts des Komis, elles ont longtemps combattu le projet, réalisé pourtant en 1929, d’inscrire l’oblast’ dans le kraj du Nord, organisé autour d’Arhangel’sk, ce qui avait comme conséquence – comme objectif ? – de restreindre considérablement leur marge de manœuvre. Les craintes des autorités komies s’avéreront fondées : malgré quelques textes des autorités centrales en 1926 et 1928, qui laissaient supposer que l’oblast’ pourrait conserver ses prérogatives en matière d’économie, c’est bien le projet initial qui voit le jour, malgré un combat désespéré de Syktyvkar, mené non seulement au niveau de l’État, mais également du parti, voire de la presse (Kuzivanova 1991, p. 42).

31Certes, comme dans toute l’URSS, à partir de 1928 l’espoir devient cauchemar : la collectivisation, puis la chasse aux intellectuels n’épargnent pas le pays komi, et même, à la fin des années 1930, laissent le pays exsangue et décapité. L’Union des écrivains a été éliminée pratiquement in corpore. La revue fort indépendante Komi mu, accusée d’être un repaire de nationalistes, cesse d’exister dès 1931 (Istorija 1996, p. 211). C’est avec le procès de la SOFIN en Oudmourtie, et l’arrestation du poète et chercheur Vasilij Lytkin (Ilľa Vaś) et de l’ethnographe V.P. Nalimov en 1933 que l’élimination systématique de l’intelligentsia komie a commencé (Jelsova 1994, pp. 12-13).

32Vue dans cette perspective, la décision, prise en décembre 1936, de transformer l’oblast’komie en une république autonome, apparaît comme une parodie, qui va de pair avec la mise en place de la nouvelle constitution stalinienne de l’URSS (Davydov 1970, p. 330) : autant c’était là une revendication posée par les Komis dès le début des années 1920, autant cette transformation n’intervient que lorsque les autorités centrales ont bel et bien repris la maîtrise de la situation (Istorija 1996, p. 199).

Les Komis pendant la période soviétique

33Pourtant, il faut continuer à vivre. C’est ce que feront les Komis dans les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale. Le principal changement dans leur vie quotidienne est l’immigration interne à l’Union soviétique. L’industrialisation croissante, avec le développement de l’industrie du bois, attire de plus en plus d’ouvriers extérieurs à la République autonome. Une partie de la main-d’œuvre est fournie par le GULag, attiré lui-même par l’espace inhospitalier du Nord. Si l’insertion des prisonniers dans le système productif est organisée dès 1929, elle connaîtra dans l’après-guerre un développement considérable (Istoria 1996, p. 220, 221).

Figure 6 

Figure 6 

L’índustrie du bois reste une activité économique majeure de la République de Komi

Photos de Sébastien Cagnoli (juillet 2011). Tous droits réservés

Figure 7 

Figure 7 

Photos de Sébastien Cagnoli (mars 2011). Tous droits réservés

Figure 8 

Figure 8 

Dans le nord, les sites industriels fondés par le GULag pour l’extraction de la houille et des hydrocarbures sont devenus de grands centres économiques. Ci-dessus : Vorkouta et vallée de l’Usa

Photos de Sébastien Cagnoli (novembre 2013). Tous droits réservés

34Cette invasion de non Komis représentait une menace sérieuse pour le maintien d’une identité nationale qui avait eu à peine le temps de s’affirmer avant-guerre. En 1924, la part des Komis dans l’oblast’ komie était de 96,5 % (Šahov 1924, p. 66). Au recensement de 1950, le tournant est réalisé : encore en majorité dans les zones rurales, les Komis ne sont plus que 30 % dans la République autonome, et ce pourcentage descendra jusqu’à 23 % en 1989 (Lallukka 1990, p. 129). Syktyvkar, l’ancienne Ust’-Sysol’sk, qui était une ville à dominante komie, devient une capitale régionale ordinaire de l’Union soviétique, où les autochtones sont minoritaires, comme dans tout le pays. Sauf – l’exception est à noter, car dans les unités administratives au sein de la Russie, il s’agit réellement d’un cas unique – au sein de l’okroug – désormais autonome – komi permiak, où les autochtones représentent de manière stable plus de 60 %…

35Si avant la guerre il y avait un nombre important d’écoles soit komies soit bilingues – 278 écoles élémentaires, 62 collèges et 6 lycées pour 37 700 élèves –, l’augmentation qui se note dans les quinze années qui suivent la guerre est à nuancer : les 257 écoles primaires (50 %), les 77 collèges (51 %) et les 41 lycées (41 %) ne desservent plus que 22 700 élèves, à savoir le quart de tous les élèves de la République, ce qui correspond grosso modo à la composition ethnique de la région (Popov 1993, p. 76). C’est cependant après 1958 que la dégradation fut le plus sensible, en conséquence d’une nouvelle loi sur l’école : les parents eurent le droit de choisir la langue d’enseignement de leurs enfants, et pour ceux qui choisissaient une école russe, le komi n’était enseigné que s’ils en faisaient la demande explicite (id., pp. 76-77). Le processus de disparition des écoles komies était amorcé : en 1970-71, il n’y avait plus que 11 101 élèves faisant leur scolarité en komi, et en 1974-75 les dernières écoles komies étaient liquidées. Le nombre d’élèves étudiant le komi comme matière à option, lui aussi, était en réduction constante pour arriver à 14 000 élèves en 1985-86 (id., p. 78).

36Les intellectuels travaillent. Ils veillent à maintenir leur langue, à l’utiliser. C’est sans doute l’une des rares régions où la prose, qui oblige à exploiter au maximum les possibilités d’expression de la langue, même les plus complexes, occupe une place particulière : Gennadij Juškov produit régulièrement entre 1959 et la fin des années 1990 des romans qui sont lus, et la poésie poursuit ses traditions antérieures, entre autres celle de traduire des classiques étrangers et ainsi de développer les capacités expressives du komi. C’est la tâche d’Al’bert Vaneev (cf. Cagnoli, ici, p. 141), qui traduit Shakespeare et inscrit son nom dans l’histoire de la littérature komie comme celui d’un poète vraiment talentueux.

La république komie aujourd’hui

37Les années de perestrojka, comme partout en URSS, ont représenté également dans la République autonome komie une période d’ouverture, où les possibilités d’être soi-même augmentaient rapidement, mais sans remous. De toutes les aires finno-ougriennes, c’est celle-ci qui s’est ouvert la première à la communauté scientifique internationale : en effet, en 1985, Syktyvkar accueillait le CIFU, le Congrès international des finno-ougristes, qui, pour la première fois pénétrait dans les profondeurs de la Russie.

38En même temps, la position particulière des Komis, à la fois proches des Russes et forts dans leur conscience d’eux-mêmes, explique sans doute que le choix du représentant de la Fédération de Russie au sein du Comité consultatif des peuples finno-ougriens soit tombé sur un Komi, Valerij Markov, qui a la tâche peu enviable d’être l’interface entre les représentants des trois États finno-ougriens souverains et la Russie. C’est une tâche complexe, qui requiert un fin diplomate, dont personne ne sera jamais totalement satisfait…

39La renaissance culturelle komie s’est accompagnée d’entreprises ambitieuses et résolues, comme celles de Svetlana Gorčakova (Cagnoli 2009), qui visait à rendre aux Komis une initiative en matière de création, mais qui en même temps est soucieuse de compromis, afin de ne pas attirer l’attention d’institutions sociales susceptibles de mécontenter des couches influentes de la nouvelle nomenklatura – comme l’Église orthodoxe – l’expérience historique est là pour inciter à la prudence…

40Aujourd’hui, après vingt ans de post-socialisme, la République komie, qui utilise toutes les possibilités ouvertes par son statut de « sujet de la Fédération de Russie », s’efforce de s’ouvrir et de jouer un rôle y compris au niveau international, en étant membre d’organisations régionales comme la Région de Barents. En même temps, la question de la langue reste entière : les autorités essaient de revitaliser la langue komie en rétablissant son enseignement dans les écoles et dans les jardins d’enfants. En 1988, le komi est introduit dans 205 jardins d’enfants, et ce chiffre a plus que doublé en deux ans (Stahanov 1991, p. 124) ; un réseau d’écoles dites nationales, c’est-à-dire où le komi est une matière, existe et se développe, portant en 1990 à 19 400 le nombre d’enfants étudiant le komi (Stahanov 1991, p. 126).

  • 15 Ce mot en français ne permet pas d’exprimer des nuances qui seraient pourtant d’une importance cap (...)

41L’enjeu du maintien et du développement de l’identité komie et de la culture propre à cette communauté doit obligatoirement tenir compte du métissage que l’affluence de populations russes et autres a induit : comme partout en Russie, la politique de russification15 a conduit de nombreux Finno-Ougriens, ou personnes ayant des parents ou ancêtres finno-ougriens, à s’identifier avec le groupe dominant. Cette tendance est clairement reflétée par les recensements, qui montrent une tendance à l’augmentation de la population qui se dit komie, en même temps qu’une nette diminution des locuteurs de cette langue. Or la langue était traditionnellement l’élément distinctif de l’identité komie : une étude menée au début des années 1990 montre que la langue est en tête des facteurs identitaires, avec 79,6 %, suivie cependant de près par l’attachement au territoire, 75 % (Konjukhov 1993, p. 62). Cette tendance oblige à prendre en compte ces dizaines sinon centaines de milliers de personnes qui sont rattachées à l’univers komi, sans forcément en être conscients ou sans connaître la langue. Voit-on émerger une nouvelle définition, plus inclusive, de l’identité komie, comme le pense Sébastien Cagnoli (Cagnoli 2009) ?

Bibliographie

Bačev Grigorij, 1993 = Бачев, Григорий Трофимович, «История развития родного языка, письменности и просвещения на края» [Histoire du développement de la langue maternelle, de l’écrit et de l’éducation dans la région], История и культура коми-пермяцкого народа в школьной программе [L’histoire et la culture du peuple komi-permiak dans les programmes scolaires], Кудымкар, с. 77-81.

Bernštam Tatjana, 1990 = Бернштам, Татьяна Александровна, «Христианизация в этно- культурныx процессов финно-угорских народов Европейского Севера и Поволжья (сравнительное обобщение)» [La christianisation dans les processus ethnoculturels des peuples finno-ougriens du Nord européen et de la région de la Volga – généralisation comparée], Современное финно-угроведение. Опыт и проблемы [La finno-ougristique aujourd’hui. Expérience et problèmes], [La finno-ougristique aujourd’hui. Expérience et problèmes], Ленинград, с. 133-140.

Beznosikov Jakov, 1960 = Безносиков, Яков Николаевич, «Первые шаги культурной революции в Коми крае (1918-1920)» [Les premiers pas de la révolution culturelle en pays komi (1918-1920) ], Историко-филологической сборник вып.6 [Recueil historique et philologique], Сыктывкар, с. 50-68.

Cagnoli Sébastien, 2009, le Jeu du glaive et du bouleau (Nouvelles expressions de l’identité komie dans le théâtre en langue nationale après 1990). — Mémoire de recherche de master 2 soutenu en mai 2009.

Cagnoli Sébastien, 2009, « Le sentiment national komi : vers une identité nationale extralinguistique ? », Regard sur l’Est, dossier « Politiques et pratiques linguistiques » : http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=936.

Colarz Walter, 1956, Die Nationalitätpolitik der Sovjetunion, Frankfurt am Main.

Colarz Walter, 1961, Religion in the Soviet Union, London.

Davydov Vasilij, 1956 = Давыдов Василий Никоаевич,, «Культурное строительство в Коми автономной области в годы восстановительного периода (1921-1925)» [La construction culturelle dans l’oblast’ autonome komie dans les années de la période de mise en place (1921-1925)], Историко-филологической сборник, вып.3 [Recueil historique et philologique], Сыктывкар, с. 20-29.

Davydov Vasilij, 1970 = Давыдов, Василий Никоаевич, «Создание национальной государственности народа коми (1917-1939 гг.)» La constitution d’un État nation pour le peuple komi (1917-1939)], Актуальные проблемы национального-государственного строительства в СССР [Problèmes actuels de la construction nationale et étatique en URSS], Душанбе: Издательство «Дониш», с. 325-332.

Dobó Attila, 1997, „Das Komi – als einheitliche Literatursprache„, Die sprachliche Situation bei den uralischen Völkern – Specimina Sibirica – T. XII, Szombathely, p. 47-50.

Domokos Peter, 1993, „Egy zürjén polihisztor (Kallistrat Falalejevics Zsákovról)” [Un polyhistorien zyriène – Kallistrat Falafeevič Žakov], Festschrift für Raija Bartens MSFOu 215, Helsinki, 61-65 o.

Epihin V., 1991 = Епихин, В.Н., «Проблемы национально- государственного строительства на съездах и конференциях Коми областной организации РКП(б) в 20-е годы» [Le problème de la construction nationale et étatique dans les congrès et conférences de l’organisation régionale komie du PCR(b) dans les années 1920], Национальные отношения в Коми АССР: история и современность [Les relations nationales dans la RSSA komie : histoire et période contemporaine], Сыктывкар, р. 61-69.

Forsyth James, 1992, A History of the Peoples of Siberia, Russia’s North-Asian Colony 1581-1990, Cambridge U.P.

Frank Allen, 1991, “Traditional Religion in the Volga-Ural Region: 1960-1987”, Ural-Altaische Jahrbücher no. 63, p. 168-184.

Homič Ljudmila, 1970 = Хомич, Людмила Васильевна, «Современные процессы на Севере европейской части СССР и Западной Сибири» [Processus actuels dans la partie européenne du nord de l’URSS et de la Sibérie Occidentale], Преобразования в хозяйстве и культуре и этнические процессы у народов Севера [Mutations dans l’économie et dans la culture et processus ethniques chez les peuples du Nord], Moсква, с. 28-61.

Isakov М., 1936 = Исаков, М., «Советские кадры Коми области» [Les cadres soviétiques de l’oblast’ komie], Революция и национальности [Révolution et nationalités], 10, с. 62-65.

Islavin Vladimir, 1847 = Иславин Владимир Александрович, Самоеды в домашнем и общественном быту [Les Samoyèdes dans leur vie domestique et sociale], Санкт-Петербург.

Istoria, 1996 = История Республики Коми. Научно-популярные очерки [Histoire de la République komie. Essais de vulgarisation scientifique], Сыктывкар.

Jelsova Maria Ivanovna, 1994, ”Oikeus muistaa (Luentoaineistoa 30-luvulla vainotuista komikirjailijoista)” [Le droit au souvenir – notes d’un cours sur les écrivains komis persécutés dans les années 1930], Kadonneet vuosikymmenet. Mordvan, Udmurtian ja Komin kirjallisuuden kohtalosta 1930- ja 1940- luvuilla [Des décennies disparues. Sur la destinée des littératures mordve, oudmourte et komie dans les années 1930 et 1940], Helsinki, s. 12.

Klima László, 2005, Jepifanyij Premudrij: Permi Szent István legendája [Épiphane le sage : la légende de saint Étienne de Permie], Finnugor történeti chresztomáthia III, Budapest.

Komi-Permjackij, 1962 = Коми-пермяцкий язык (введение, фонетика, лексика и морфология) . [La langue komi-permiake (introduction, phonétique, lexique et morphologie)], под ред. и при соавторстве В.И. Лыткина, Кудымкар.

Komi-Permjackо, 1985 = Коми-пермяцко-русский словарь (сост. Баталова, Р.M., Кривощекова-Гантманн A.С.) [Dictionnaire komi-permiak-russe], Moсква.

Konakov Nikolai, 1998, ”Komin kansan perinteinen luonnon hyödyntäminen ja maailmankatsomus” [Utilisation de la nature et vision du monde traditionnelles du peuple komi], Ison karhun jälkeläiset [Les successeurs du grand ours], Helsinki, s. 62-84.

Konjukhov Aleksey, 1993, “Historic Consciousness of Komi People (a Sociological Approach)”, Specimina Sibirica. Die Wege der Finnisch-ugrischen Völker zur politischen, kulturellen und sprachlichen Autonomie, Szombathely, p. 55-63.

Kuratov А., 1925 = Куратов, А., «K вопросу o землеустройство в тундрах европейской Росcии в связи с общим положением “инородцев” на Севере» [Sur la question de la terre dans les toundras de la Russie européenne et relation avec la position générale des « allogènes » dans le Nord], Koми Mу [Komi mu / Terre komie], 3-4, стр. 33-47.

Kuzivanova Olga, 1991 = Кузиванова, Ольга Юрьевна, «Политико-правовые вопросы создания и развития Коми автономии в 1920-х годах» [Les questions politiques et juridiques de la constitution et du développement de l’autonomie komie dans les années 1920 ], Национальные отношения в Коми АССР: история и современноcть [Les relations nationales dans la RSSA komie : histoire et période contemporaine], Сыктывкар, р. 35-45.

Lallukka Seppo, 1990, The East Finnic minorities in the Soviet Union. An appraisal of the erosive trends, Helsinki.

Lallukka Seppo, 1992, ”Perämaan peräkylillä – Kierros Permin Komissa” [Dans les villages marginaux des marges : un tour en pays komi permiak], Kieliposti, 2, s. 15-21.

Latyšina Vera, 1977 = Латышина Вера Алексеевна, «Интернациональные интересы К. Жакова» [Les intérêts interethniques de K.F Žakov], Исследования финно-угорских языков и литератур в их взаимосвязаx с языками и литературами народов СССР [Études sur les langues et les littératures finno-ougriennes dans leurs interconnexions avec les langues et les littératures des peuples de l’URSS], Тезисы докладов Всесоюзного научного совещания финно-угроведов 27- 30/10/1977, Ужгород, с. 106-107.

Lisovskaja, 1991 = Лисовская, Г.К., «Рассказ начала ХХ века и своеобразие рассказов К.Ф. Жакова» [Le récit au début du xxe siècle et l'originalité des récits de K.F Žakov], Общее и особенное в жанрах коми фольклора и литературы  [Le général et le particulier dans les genres du folklore et de la littérature komis], Сыктывкар, р. 46- 56.]

Lytkin Vasilij, 1952 = Лыткин, Василий Ильич, Древнепермский язык, Чтение текстов, грамматика, словарь [L’ancien permien. Lecture des textes, grammaire, dictionnaire], Москва.

Martynov Valerij, 1985 = Мартынов, Валерий Иванович, «Литературные памятники коми края XVII-XVIII веков» [Monuments littéraires du pays komi aux xviie-xviiie siècles], Идейно-эстетическое взаимодействие коми фольклора и литературы с культурой народов СССР, CIFU [L’interaction idéologique et esthétique du folklore et de la littérature komis avec la culture des peuples de l’URSS], Сыктывкар, c. 63-76.

Martynov Valerij, 1991 = Мартынов, Валерий Иванович, «Жанровое становление коми критики и литературоведения» [L’établissement des genres de la critique et de la recherche littéraire komies], Общее и особенное в жанрах коми фольклора и литературы [Le général et le particulier dans les genres du folklore et de la littérature komis], Сыктывкар, c. 91-98.

Mišarin Efim, Sidorov Aleksej, 1926 = Мишарин Ефим Нихайлович, Сидоров Алексей Семёнович, «К вопросу о национальном взаимоотношении пермяков и зырян (по поводу одной научной экспертизы)» [Sur la question de la corrélation ethnique entre les Permiaks et les Zyriènes – à propos d’une expertise scientifique], Коми му [Komi mu / Terre komie], 3, c. 11-13.

Nécrologie, 1926 = Янович, Дан. «Палалей Кале. Каллистрат Фалалеевич Жаков» [Kallistrat Falaleevič Žakov], Коми му [Komi mu / Terre komie], 1, c.V-VI

Nikitina Ljudmila, 1995 = Никитина, Людмила Алексеевна, «K.Ф. Жаков o коми-пермяках» [Kallistrat Falaleevič Žakov sur les Komi-Permiaks], Наш край (сборник статей научно- популярных и краеведческих) [Notre pays, recueil d’articles de vulgarisation et d’histoire locale] 7 вып., Кудымкар, стр. 25-27.

Nolde Boris, 1952, la Formation de l’Empire russe : études, notes et documents 1-2, Paris : Institut d'études slaves.

Popov Aleksandr, 1991 = Попов, Александр Александрович, «Создание и становление коми национальной школы в первое десятилетие Советской власти» [La création et la mise en place de l’école nationale komie dans la première décennie du pouvoir soviétique], Национальные отношения в Коми АССР: история и современность [Les relations interethniques dans la RSSA komie : histoire et période contemporaine], Сыктывкар, р. 17-34.

Popov Aleksandr, 1993 = Попов, Александр Александрович, «Национальная школа у финно-угорских народов европейского Севера Российской Федерации» [L’école nationale chez les peuples finno-ougriens du nord européen de la Fédération de Russie], Из истории государственного строительства национальных отношений и социально-экономического развития Республики Коми [L’histoire de la construction étatique des relations ethniques et du développement économique de la République komie], Сыктывкар, р. 69-81.

Oni Ljubili, 1993 = Они любили край родной [Ils aimaient leur pays], Сыктывкар.

Rédei Károly, 1997, „Die sprachliche Situation une die Probleme der Schriftsprache bei den Syrjänen“, Die sprachliche Situation bei den uralischen Völkern. Specimina Sibirica, T. XII, Szombathely, p. 127-134

Savel’eva Eleonora, 1985 = Савельева, Элеонора Анатольевна «Этногенез коми-зырян по данным археологии» [L’ethnogenèse des Komis zyriènes d’après les données archéologiques], Проблемы этногенезы народа коми [Problèmes de l’ethnogenèse du peuple komi], Сыктывкар 1985, стр. 3-19.

Solovjev V.V., 1992, “The Nenets’ component in the Komi population of Izhma (on the materials of popular written sources)”, The Arctic. Papers of an International Conference Syktyvkar 16-18 May 1991 – Specimina Sibirica, T. V, Szombathely, p. 237-244.

Sorokin Pitirim, 1911 = Сорокин, Притирим Александрович, «Современные зыряне. Язык и художественное творчество зырян» [Les Zyriènes contemporains. La langue et la création artistique des Zyriènes], Известия Архангельского общества Русского Севера [Nouvelles de la société d’Arkhangelsk sur la Russie du nord], N° 24, c. 941-949.

Stahanov V., 1991 = Стаханов, В.А., «Проблемы развития современной коми национальной школы» [Les problèmes du développement de l’école nationale komie aujourd’hui], Национальные отношения в Коми АССР: история и современноcть [Les relations interethniques dans la RSSA komie : histoire et période contemporaine], Сыктывкар, c. 122-131.

Šahov Nikolaj, 1924 = Шахов, Николай Александрович, «Зырянизация» [La zyriénisation], Коми му [Komi mu / Terre komie], 1, Сыктывкар, c. 66-73.

Šahov Nikolaj, 1925 = Шахов, , «Зырянизация» [La zyriénisation], Коми му [Komi mu / Terre komie], 10-11, Сыктывкар, s. 96-105.

Šestakov Jakov, 1912 = Шестаков Яков, «Опыт обозрения мероприятий земств Соликамского, Чердынского и Глазовского в целях культурного подъема камских инородцев» [Une expérience d’examen des initiatives des zemstvo de Solikamsk, de Čerdyn et de Glazov destinées à élever la culture des allogènes de la Kama. Les nouvelles de la société d’Arkhangelsk sur la Russie du nord], Известия Архангельского общества Русского Севера [Nouvelles de la société d’Arkhangelsk sur la Russie du nord], N° 13, c. 586-598.

Toulouze Eva, 1997, « Les alphabets des langues finno-ougriennes de Russie et l’expérience de la latinisation », Études finno-ougriennes XXIX, p. 47-83.

Toulouze Eva, 2004, « Mission et école dans la région de la Volga au xixe siècle : l’œuvre de Nikolaj Il’minskij », Études finno-ougriennes no 36, p. 7-46.

Turkin Adol’f, 1993 = Туркин, Адольф, «Социальные условия развития коми языка в XIX – начале XX века» [Conditions sociales du développement du komi au xixe –début xxe siècles], Linguistica Uralica XXIX, Tallinn 2, lk. 142-148.

Zorgenfrej Gustav, 1927 = Зоргенфрей Густав Густавович, «Г.С. Лыткин. Библиографический очерк » [G.S. Lytkin. Essai bibliographique], Коми му [Komi mu / Terre komie], 4-5, c. 47-49.

Žerebcov Ljubomir, 1985 = Жеребцов, Любомир Николаевич, «Проблемы этнической истории народа коми» [Problèmes d’histoire ethnique du peuple komi], Проблемы этногенеза народа коми [Problèmes d’ethnogenèse du peuple komi], Сыктывкар, стр. 109-119.

Notes

1 Cette recherche a été financée par l’Union européenne par l’intermédiaire des Fonds européens de développement régional (Centre d’excellence CECT).

2 Pour des raisons d’opportunité conjoncturelle, l’ethnographie soviétique a insisté sur l’idée qu’il s’agissait de deux peuples et de deux langues distincts, idée que les responsables komis ont combattue courageusement (Mišarin et Sidorov, 1926). S. Lallukka choisit de ne pas prendre position, en disant qu’il n’y a pas de réponse claire à cette question (Lallukka 1992, p. 1). Pour ma part, j’estime que la distinction entre langue et dialecte, entre peuple et groupe ethnique n’est pas de nature scientifique, mais politique. C’est après tout l’histoire qui tranche.

3 Ils étaient 125 235 en 2002. En 2010, 63 110 maîtrisent la langue. Voir résultats du recensement de 2010 : http://www.gks.ru/free_doc/new_site/perepis2010/perepis_itogi1612.htm, tableaux 5 et 6. Pour les résultats du recensement de 2002, voir http://www.perepis2002.ru/index.html?id=17.

4 En russe : Коми-Пермяцкий национальный округ Aujourd’hui : Коми-Пермяцкий автономный округ.

5 Cette initiative a été interprétée de manières diverses : par les auteurs soviétiques comme la mise en œuvre de la nouvelle politique, qui prévoyait la codification des « langues maternelles » ; mais elle est apparue également aux spécialistes, notamment en dehors de l’URSS, comme une tentative de séparer pour régner et de mettre un obstacle, par le développement « séparatiste » de formes dialectales, à la consolidation de cultures viables (Rédei 1997, p. 133-134). C’est ainsi qu’est interprétée l’existence de deux langues littéraires komies, maries, mordves.

6 Une idée répandue semble voir les Nénetses comme éleveurs de rennes depuis des temps immémoriaux. Elle est erronée : l’élevage du renne est une activité historiquement datée. Les Nénetses étaient chasseurs et pêcheurs avant d’avoir commencé à domestiquer le rangifer tarandus.

7 Voir supra les résultats du recensement de 2010. En 2002, ils étaient 15 607. Il convient cependant de rester prudents sur la valeur de ces données : elles reflètent une volonté politique de se démarquer du reste des Komis (ou son absence). Comment se présenter ethniquement aux recensement est une question fait à toutes les occasions l’objet de débats et de campagnes.

8 Voir supra les résultats du recensement de 2010. En 2002, ils étaient 293 406.

9 Il paraît que Gor’kij aurait dit de lui : « J’ai trouvé un écrivain intéressant, un Zyriène. Ah, il est vraiment bon ! » (Lisovskaja 1991, p. 46).

10 Correspondance avec Yrjö Wichmann conservée aux archives de la Société de littérature finnoise SKS.

11 En russe : Сквозь строй жизни « À travers l’ordre de la vie », 1912-1914.

12 http://komionline.ru/wonders/view/6. Il ne faut jamais oublier pourtant les principes suivant lesquels l’on faisait un héros en URSS. Souvent, l’histoire qui sera transmise avec l’héroïsation est une histoire standardisée, qui ne correspond pas forcément à l’expérience vécue par la personne choisie pour jouer ce rôle. Donc en l’occurrence, en parlant de D. Kalikova, je parle du mythe sans pour autant présumer de la véridicité des événements.

13 Comité exécutif central de toute la Russie.

14 Ce sont là les noms des toundras à l’ouest (Malozemel’skaja tundra, Toundra de la petite terre) et à l’est (Bol’šezemel’skaja tundra, Toundra de la grande terre) de Narjan-Mar.

15 Ce mot en français ne permet pas d’exprimer des nuances qui seraient pourtant d’une importance capitale : en effet il implique une imposition de l’extérieur d’une nouvelle culture, la culture russe. Incontestablement cette politique a opéré en pays komi comme ailleurs, puisque aussi bien à l’époque soviétique que dans le cadre de la politique de Russie, le renforcement des identités nationales non russes a été souvent vu comme dangereux à l’unité du pays ; en même temps, certaines langues, comme l’estonien, permettent d’exprimer par un autre mot (venestamine / venestumine) le processus passif que l’on pourrait gloser comme « auto-russification ». Autonihilisme ethnique ou/et choix de la part des populations autochtones d’entrer dans une logique de compromis et d’adaptation aux réalités ? Quoi qu’il en soit, il s’agit ici d’un mélange de ces deux processus.

Table des illustrations

Titre Figure 1 
Légende Maisons de marchands komis à Śiźab (Sizjabsk), dans la région de l’Ižma
Crédits Photos de l'auteur. Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 2 
Légende Saint Étienne de Permie devant la cathédrale orthodoxe de Syktyvkar
Crédits Photos de l'auteur. Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Figure 3 
Légende Saint Étienne de Permie : statue érigée en 2013 devant la cathédrale orthodoxe de Syktyvkar, qui lui est dédiée
Crédits Photos de l'auteur. Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 4 
Légende Domna Kalikova : statue de Vladimir Rohin commémorant l’héroïne rouge érigée à Syktyvkar en 1979
Crédits Photos de Sébastien Cagnoli (mars 2009). Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 5 
Légende Pitirim Sorokin : statue commémorant l’intellectuel blanc exilé aux États-Unis, érigée en août 2014 devant l’Université d’État de Syktyvkar, qui porte désormais son nom
Crédits Photo Jurij Kabancev, journal BNK, 22 août 2014. Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 6 
Légende L’índustrie du bois reste une activité économique majeure de la République de Komi
Crédits Photos de Sébastien Cagnoli (juillet 2011). Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 7 
Crédits Photos de Sébastien Cagnoli (mars 2011). Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 8 
Légende Dans le nord, les sites industriels fondés par le GULag pour l’extraction de la houille et des hydrocarbures sont devenus de grands centres économiques. Ci-dessus : Vorkouta et vallée de l’Usa
Crédits Photos de Sébastien Cagnoli (novembre 2013). Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/403/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteur

CREE/Inalco/Paris Sorbonne Cité

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable