Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Langue

Reflets de la mentalité des Komis et de leurs représentations traditionnelles dans la langue

Reflection in the language of the mentality and traditional representation of the Komi

Отражение в коми языке менталитета и традиционных представлений народа коми

Коми кывйын коми йöзлöн мöвпалансям да традиционнöй видзöдласъяс петкöдчöм

Marina Fedina

Résumé

Chaque langue ethnique est indissolublement liée à l’histoire et à la perception du monde du peuple qui en est porteur, c’est le moyen essentiel d’expression des sentiments, des valeurs morales du peuple. Voilà pourquoi il est si important de regarder les phénomènes linguistiques non seulement en soi mais également en lien étroit avec les représentations traditionnelles, résultats d’une évolution séculaire. Dans cet article, j’essaye de démontrer cette position sur la base de quelques exemples empruntés à divers domaines de la langue komie : l’anthroponymie, qui reflète les liens de familles dans la communauté, les verbes de mouvement, qui illustrent la vision du monde dynamique de chaque peuple, font partie du fonds lexical de base de toutes les langues et remontent à la protolangue, reflétant la conception qu’a chaque peuple du mouvement et de l’orientation dans l’espace. Je m’arrêterai également sur les notions abstraites, notamment celles qui expriment les émotions humaines, sur le redoublement, une formule structurelle fixe, et notamment avec ses évolutions dans le temps, le changement de son rôle. Les répétitions les plus intéressantes sur ce plan sont les répétitions rimées. Les exemples komis seront rendus plus transparents par la comparaison avec des exemples tirés d’autres langues.

Each ethnic language is directly linked to the history and worldview of the people that speaks it; it is the main instrument for expressing their emotions and moral values. Therefore it is most important to look at linguistic phenomena not only per se, but also in connection with traditional representations as the result of a development lasting centuries. In this article, I attempt to demonstrate this position with some examples taken from different domains of the Komi language: anthroponymics, reflecting connections within the community, the verbs expressing movement, which illustrate the dynamic worldview for each people, are part of all languages’ basic vocabulary and go back to the originary common language, while they reflect how each people sees movement and spatial orientation. I focus also on abstract notions, especially those that express human emotions, and on repetition, mainly a fixed structure, its chronological evolution and how its role has changed. The most interesting cases are rhymed repetitions. The Komi examples become more transparent through comparison with examples from other languages.

Любой этнический язык неразрывно связан с историей и мироощущением этноса, он является основным средством выражения чувств, моральных ценностей народа, поэтому так важно рассматривать языковые явления не столько сами по себе, сколько в их неразрывной связи с традиционными, веками сложившимися представлениями народа. В данной статье предпринята попытка демонстрации данного положения на нескольких примерах из разных областей коми языка: антропонимики, которая отображает существенные родовые связи в данном человеческом сообществе; глаголов движения, которые отображают динамическую ментальную картину мира каждого народа, входят в основной словарный фонд любого языка и восходят к формам праязыка, отражая восприятие данным народом понятий динамики и ориентации в пространстве; абстрактных понятий, в том числе выражающих эмоции человека; и редупликации, структурная формула которой весьма устойчива, в то время как ее функции с течением времени изменяются, модифицируются. Наиболее интересными в этом отношении являются рифмованные повторы. Для наглядности примеры из коми языка сопоставлены с примерами из других языков.

Быд этническöй кыв зэв топыда йитчöма этнослöн историяöн да аскылöмöн, сiйö лоö войтырлысь сьöлöмкылöмъяс да мораль петкöдлан шöр средствоöн, та вöсна зэв тöдчанаöн да коланаöн лоö видлавны кыв явлениеяссö абу торйöн, а войтырлöн традиционнöй, нэмъясöн лоöм видзöдласъяскöд öтвылысь. Уджын петкöдлöма коми кывлысь да коми йöзлöн мöвпалансямлысь да традиционнöй видзöдласъяслысь йитöдсö разнöй тшупöда видлöгъяс вылын: антропонимикаын, кöнi петкöдчöны войтыр котырын тöдчана да медматыс рöдвуж йитöдъясыс; ветлан-мунан кадакывъясын, кодъяс петкöдлöны быд войтырлысь аслыссяма мирлысь динамическöй ментальнöй серпассö, пырöны шöр кыв фондö да лоöны подув кыв формаясöн; абстрактнöй понятиеясын, на лыдын и мортлысь сьöлöмкылöмъяс петкöдлöмын; да кыкпöвстаалöмъясын, тэчасыс кодъяслöн зумыд, а функцияяыс вежсьöны кад, олöм да мортлöн вежöртöм вежсьöмкöд тшöтш. На пиын медся интереснöйöн лоöны муртöса кыкпöвстаалöмъяс. Коми кывйысь видлöгъясыс орччöдöма мукöд кывъясысь босьтöм видлöгъяскöд.

Texte intégral

1Toute langue vernaculaire est indissolublement liée à l’histoire et à la vision du monde du peuple qui la parle ; elle représente le principal mode d’expression de ses émotions, de ses valeurs éthiques et

aucune autre manifestation d’ethnicité, aucune autre constante n’est en mesure de rivaliser avec elle en perfection, en universalité, et rien ne sert aussi bien de support à tout ce qui a caractérisé le peuple concerné au cours des siècles voire des millénaires (Tarlanov 1995, p. 7).

2C’est pourquoi il est important d’examiner les phénomènes linguistiques non seulement en soi, mais en lien étroit avec les représentations traditionnelles, séculaires de leurs locuteurs. C’est cet axiome que j’entends démontrer à l’aide de quelques exemples empruntés à la langue komie et à certains de ses domaines.

3Le système anthroponymique de la langue reflète les liens de parenté existant dans la communauté qui la parle. En komi, le nom traditionnel, nom de « clan », consiste en une énumération de noms d’ancêtres, seul le dernier désignant la personne elle-même :

Вань Педöр Вась Трöш = Trophime fils de Basile, fils de Théodore, fils de Jean.

4Plus le nom de « clan » est long, plus son porteur est respecté, puisque, comme le fait noter Kallistrat Žakov,

tout Zyriène qui se respecte, comme tout noble russe, doit connaître ses ancêtres jusqu’à la septième génération.

5Mais dans la société contemporaine (notamment dans la société rurale) le nom complet ne s’utilise que dans des circonstances particulièrement solennelles, alors que le nom employé dans la vie quotidienne se compose en général de deux, plus rarement de trois, éléments. Il faut noter un fait particulièrement intéressant : le nom de clan peut contenir des noms d’ancêtres femmes si leur statut et leur reconnaissance sociale étaient supérieurs à ceux des hommes de la même génération, ou bien au cas où la famille n’aurait pas été complète.

6Par ailleurs, en komi, ce nom ne comprend pas de nom de famille, qui est obligatoire dans un nom russe officiel. Rappelons, à titre de comparaison, que les noms finnois ne comportent pas de patronyme, alors que les noms turcs reflètent le statut social de la personne.

7La vision dynamique du monde de chaque peuple se reflète avant tout dans les verbes de mouvement. Ceux-ci font partie du fonds lexical de base de toute langue et remontent à des formes de la protolangue, exprimant la perception de l’orientation et du mouvement dans l’espace. En komi, les principaux verbes de mouvement sont lokny et munny « aller », qui permettent de noter la direction du mouvement, par exemple :

lokny gortö « arriver à la maison », munny gortö « aller à la maison (en partant d’ailleurs) »,

8mais, contrairement au russe, ils ne font pas référence au moyen du déplacement, par exemple :

munny podön « aller à pied » et munny mašinaön « aller en voiture ».

9À titre de comparaison, en exprimant l’idée de mouvement, le russe met l’accent sur le moyen de déplacement, alors que le français exprime prioritairement la direction du déplacement :

Listnickij pošel na vtoroj ètaž (Šolohov) – « Listnickij monta au premier étage » (Gak, 2000, p. 49).

10Dans ce cas, la traduction komie sera plus proche de l’approche française :

Listnickij kajis möd sudtaö, où ce qui est actualisé, c’est le mouvement vers le haut.

11Prenons encore un exemple dans une couche plus récente du lexique, c’est-à-dire parmi les lexèmes exprimant des concepts abstraits, notamment les émotions humaines. Par exemple, la notion d’amour en komi est rendue par deux mots muslun et raďejtćöm. Le premier est un mot ancien, le deuxième est un emprunt à l’ancien russe, au verbe radet’ qui veut dire « vouloir, désirer ». Ils se distinguent par leur contenu et par leur combinatoire. Le mot muslun provient de mus « foie ». En komi, les termes dérivés de ce lexème s’emploient pour rendre compte d’émotions profondes :

musa « cher, bien aimé », mustöm « non aimé », musukaśny « éprouver un amour réciproque, spirituellement et physiquement » ; mus zyrtny est un phraséologisme signifiant « ennuyer fortement ».

12La langue montre que le mot mus pour les Komis s’identifie avec l’organe qui, chez l’homme, élabore l’énergie vitale, le sang ; ainsi la vision komie se distingue-t-elle de la vision russe, qui accorde cette fonction au cœur.

13Un autre trait caractéristique du komi est la présence de divers types de répétitions. La répétition, qui existe dans toutes les langues comme l’un des principaux mécanismes de développement d’une idée, se présente de manière particulière et originale dans chaque système linguistique, et se trouve en rapport étroit avec la perception et la vision du monde de ses locuteurs. La répétition en tant que formule structurelle est fort stable, alors que ses fonctions changent et évoluent au cours des temps. Les types les plus intéressants de répétitions de ce point de vue sont les répétitions rimées. On trouve des doubles mots rimés pratiquement dans toutes les langues du monde, bien qu’ils se distinguent de par leur structure phonétique et les fonctions qu’ils remplissent ; par exemple :

en français, pêle-mêle ; en allemand, kuddel-muddel « kogel’-mogel’ », jaune d’œuf battu au sucre ; en russe, nacija-macija, tancy-mancy ; en oudmourte, kylem-mylem « les restes » ; en komi permiak, ćižu-vižu « une femme qui parle fort » ; en komi, kaľa-maľa « une bavarde, une pipelette », ćirći-birći « une coquette », örly-görly « un homme grand, un escogriffe », etc.

14En komi, le nombre de répétitions est exceptionnellement élevé, surtout dans la langue orale. L’analyse de plus de mille constructions sur le thème de l’homme montre qu’il s’agit la plupart du temps de termes où la dénomination s’accompagne étroitement d’éléments connotatifs. De plus, dans l’opposition universelle +/– (le sien et l’autre, la norme et le rejet de la norme), la majorité absolue de ces termes exprime une appréciation négative. Quelqu’un qui est vu comme enfreignant les normes est désigné par les caractéristiques suivantes : bavard, cancanier, fainéant, menteur, frivole, inutile, décadent, veule, passif, etc. Il faut noter la multiplicité de mots divers signifiant « bavard, radoteur, fanfaron » et « échevelé, hirsute, les cheveux en désordre ». Par nature, les Komis sont plutôt laconiques, estimant, à juste titre, que « kön una śorńi, sen ečadžyk udž » (plus on parle, moins on fait) et que « kyv bertömnad kynömyd oz pöt » (la parlote ne nourrit pas). Le rude milieu de vie du Nord impose la réserve sur le plan affectif comme sur celui de l’expression. De plus, il est bien connu que, dans les représentations komies traditionnelles (Konakov 1996, p. 130), le trait défini par « échevelé, hirsute, les cheveux en désordre » renvoie à des forces étrangères, méchantes et hostiles à l’homme – esprits de l’eau, de la forêt, diables, etc. Parmi les actes désignés par une expression double rimée prévalent les actes de parole et ceux qui détruisent et opèrent physiquement sur un sujet – comme jeter un charme, être inconstant dans ses décisions, se quereller, etc.

15Les désignations d’actes divergeant des normes acceptées d’usage de la parole (bavardage, chuchotements, commérages, usage de lexique vulgaire) et la désignation de l’acte lui-même par ce procédé sont révélatrices. Ce qui est en cause, ce n’est pas l’importance du discours pour l’homme, mais le fait que pour les Komis, cette importance est accrue par les possibilités concrètes d’effets indésirables de la parole sur l’homme (par l’intermédiaire de la puissance magique de celle-ci) et de protection par rapport à ceux-là, dans la mesure où chaque parole a sa matérialité, elle a du poids. Les Komis, à la différence d’autres peuples chrétiens, considéraient et considèrent toujours l’usage de jurons comme un moyen particulièrement efficace de protection contre les forces de l’au-delà, une sorte d’apotropée verbale. Par exemple, lors de travaux de terrain, des Komis âgés ont expliqué la rareté des rencontres avec des forces surnaturelles à l’heure actuelle par les abus de langage grossier par la jeunesse. Le fait de collecter des restes de nourriture, ou de ramasser des objets derrière quelqu’un était également un acte non anodin : les restes de nourriture ou les objets que quelqu’un laisse derrière soi sont porteurs d’une parcelle de leur possesseur, et par leur intermédiaire il est également possible d’opérer directement et efficacement. C’est pourquoi les personnes qui ramassaient ce que quelqu’un d’autre avait laissé ont toujours été mal acceptées par les Komis. Les Komis étaient également opposés à toute action physique sur une autre personne : il convient ici d’évoquer les principes éthiques d’éducation des enfants, lesquels étaient très tôt, dans la mesure de leurs moyens, associés au travail de la famille, et traités de manière similaire aux adultes, sans favoritisme ni gâteries ; il faut également mentionner l’extrême rareté des châtiments corporels, dont témoignent bien des proverbes comme « Ćeľaďtö kolö burön velöndy, ľokön ńemtor on bośt » (Les enfants doivent être instruits avec gentillesse, on n’obtient rien en criant ou en levant la main sur eux). Il faut noter ici les dénominations des actions visant à détruire ou à abîmer quelque chose, qui sont vues d’une part comme l’anéantissement des résultats d’un travail difficile et méticuleux, et d’autre part comme une violence exercée contre le milieu environnant, vivant ou non. Or, nous savons bien que chez les Komis, l’environnement était dans son ensemble animé, il était habité par bien des êtres dotés de raison, entre autres par des esprits. Relevons le sous-groupe bien particulier des dénominations des phénomènes surnaturels vus comme partie intégrante de l’environnement :

Dans la vision du monde traditionnelle de différents peuples du monde existait une conception mythologique d’après laquelle à côté du monde réel sur terre, il y en avait un autre, situé dans un continuum spatio-temporel, habité par une foule d’esprits de toute sorte. Chez les différents peuples, chaque système d’êtres surnaturels avait ses traits propres, mais de manière générale le monde des esprits représentait une réalité non moins objective que le monde terrestre ordinaire. Ces univers existaient parallèlement, chacun avait ses lois propres, mais en même temps ils étaient interpénétrables (Konakov 1996, p. 63).

16Il est bien connu que l’organisation traditionnelle de l’univers chez les Komis était tripartite : le monde supérieur, celui des forces supérieures, le monde du milieu, celui des gens, et le monde d’en bas, celui des forces démoniaques inférieures dans la hiérarchie. Notons l’usage de termes neutres pour désigner les esprits « bienveillants », autrement dit ceux du monde d’en haut (olyśa, suśedko, esprits de la maison : vasa, esprit de l’eau, vörsa, esprit de la forêt) ; alors que les esprits mauvais, hostiles à l’homme et agissant délibérément contre lui, les forces du monde d’en bas, sont désignés par un hendiadys, par exemple : kokľa-mokľa, un esprit aux fonctions obscures, habitant dans la forêt dans les huttes de chasse. Le nom de cet esprit est glosé par les auteurs de la Mythologie komie par « être aux grandes pattes tordues » et ils le comparent avec d’autres noms d’esprits : ćukľa-mukľa, ćukyľ-mukyľ « tordu, borgne », et aussi dži makľa (personnage de chansons pour enfants).

Il s’agit peut-être d’un emprunt au russe. Voir, par exemple Vologda hohla, hohla-mohrja, hohla-mahrja – esprit méchant, dont on menaçait les enfants < russe. mohor – touffe de laine, de plumes ; hohol – touffe de laine, de poils, de plumes sur la tête ; hohlik – diable, démon, impur (Mifologija 1999, p. 198) ;

17ou encore virök-varök oud. – diable, démon ; Kuťi-koťi VV.– méchant esprit de Noël ; Kuťi-muťi NV.– méchant esprit de Noël,

dangereux surtout pour les enfants, mais aussi pour les adultes (Mifologija 1999, p. 219), etc.

18Dans ce cas, il est possible que la langue komie ait utilisé consciemment des constructions doubles en tant que signe de refus de la norme, en tant que signe de danger. Ainsi, ces exemples montrent les liens entre la langue, la culture traditionnelle, la vision du monde et le mode de pensée des Komis. Tout ce qui entoure l’homme (le réel et le non réel) se trouve reflété dans la langue : la vision du monde linguistique de chaque peuple reflète son univers mental. J’espère avoir réussi à montrer ici une toute petite partie de la spécificité culturelle et linguistique des Komis.

Bibliographie

Gak Vladimir, 2000 = Гак, Владимир Григориьевич, «Русская динамическая языковая картина мира» [Vision du monde linguistique dynamique en russe], Русский язык сегодня [Le russe aujourd’hui], Mосква.

Konakov Nikolaj, 1996 = Конаков Николай Дмитриевич, Традиционное мировоззрение народов коми: окружающий мир, пространство и время [La vision du monde traditionnelle des peuples komis : monde environnant, espace et temps], Сыктывкар.

Mifologija, 1999 = Мифология коми. Энциклопедия [La mythologie des Komis. Encyclopédie], Москва.

Tarlanov Zamir, 1995 = Тарланов Замир Курбанович, «Этнический язык и этническое видение мира» [Langue ethnique et vision ethnique du monde], Язык и этнический менталитет [La langue et la mentalité ethnique], Петрозаводск, с. 3-12.

Auteur