Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Oralités et littérature

La poésie populaire des Zyriènes (1839)

Nikolaj Ivanovič Nadeždin

Entrées d'index

Texte intégral

1Nikolaj Ivanovič Nadeždin (1804-1856), ami de Pouchkine, était le rédacteur en chef de la revue moscovite le Télescope lorsque celle-ci publia, dans son numéro 15 d’octobre 1836, les Lettres philosophiques de Čaadaev, qui provoquèrent un énorme scandale. Pouchkine lui-même en fut choqué. Čaadaev, déclaré fou par Nicolas ier, fut interné et gardé sous surveillance médicale. Nadeždin fut envoyé en exil à Ust’-Sysol’sk, principale ville du pays komi, où il demeura de 1836 à 1838, découvrant ce peuple fort peu connu sinon complètement ignoré de ses contemporains. En 1838, à la suite de démarches d’amis influents, il fut amnistié. Dès son retour, il publia cet article dans la revue Utrennjaja zarja (l’Aube [du matin]).

  • 1  Le département d’ethnographie de la Société impériale de géographie fondée par Dal’, l’auteur du c (...)

2Né à Nižnij Beloomut dans une famille d’ecclésiastiques, Nadeždin entre d’abord au séminaire de Rjazan’, puis à l’Académie spirituelle de Moscou. En 1824, de retour à Rjazan’, il enseigne au séminaire de cette ville la littérature, le latin et l’allemand. En 1826, il est précepteur chez la noble famille des Samarin à Moscou, signe des articles critiques, des vers et des œuvres romanesques dans le Messager de l’Europe. En 1830, il présente une thèse en latin sur la poésie romantique et est nommé professeur à l’Université. C’est en 1831 qu’il fonde avec Belinskij le Télescope. Surtout philosophe, dans les premiers temps très influencé, comme une grande partie de l’intelligentsia russe de l’époque, par Schelling, mais aussi ethnographe, historien, géographe et linguiste, ses compétences seront utilisées largement à son retour d’exil, d’abord à Odessa où l’invite son ami Knjaževič (Almanach d’Odessa) avec lequel il visite les Balkans (dans la force de la liberté. Souvenirs d’un voyageur, il combat l’idée de panslavisme, très à la mode à l’époque en Russie, en faisant observer que la plupart des peuples slaves des Balkans vivent très paisiblement au sein de l’empire austro-hongrois), ensuite au ministère des Affaires intérieures dont il dirigera la Revue (géographie, ethnographie, statistique) de 1843 à sa mort. Il est en particulier chargé d’une enquête sur les minorités religieuses de l’Empire russe et des pays limitrophes1.

Portrait

Portrait

Nikolaj Ivanovič Nadeždin (1804-1856)

Domaine public

« Quoi, de quoi parlez-vous ? – La poésie ? de qui ? – pardon – répétez, je vous prie !

Des Zyriènes, Messieurs, des Zyriènes.

  • 2 Richard et John Lander (1804-1834 et 1807-1839), explorateurs anglais, descendirent le Niger jusqu (...)

Les Zyriènes ? Et qui sont ces bêtes-là ? S’agit-il des sauvages que les frères Lander viennent de découvrir aux sources du Niger, ou des enfants trouvés du capitaine Ross sur la terre baptisée Brasserie de Londres ?2

Il n’en est rien. Ne vous donnez pas la peine d’aller si loin : les Zyriènes sont des gens de chez nous, nos compatriotes. Ils sont compris dans les bornes de l’immense Empire russe, composé de trente pays, habité par trente peuples. Ce sont nos frères, non frères de sang, certes, mais demi-frères, et cette demi-parenté est très ancienne, elle remonte à presque quatre cents ans. Les Zyriènes étaient les vassaux de Moscou à l’époque où Moscou payait tribut aux Tatares. Moscou leur envoyait, à plus de mille verstes, des intendants et des percepteurs, tandis qu’à l’opposé, à 70 verstes de Moscou, se trouvait la frontière ennemie des Lituaniens. Leur amitié fraternelle se marquait par une constante fidélité aux tsars blancs, attestée par de nombreux diplômes, que, notons-le, les Zyriènes jusqu’à présent n’ont pu lire parce que, dans ces 400 années, non seulement ils n’ont appris ni l’archéologie ni la paléographie, mais ne sont même pas arrivés à parler russe.

  • 3 Niebuhr (Barthold Georg, 1776-1831), historien allemand, auteur d’une grande Histoire Romaine, mod (...)
  • 4 Les kedrovik sont un genre de gélinottes qui vivent dans les forêts de cèdres (kedr) (NdT).

Il est étonnant que vous n’ayez jamais entendu parler des Zyriènes. Eux se donnent tant de mal pour nous prouver leur existence, ils nous mettent en bouche tant de faits irréfutables qu’aucun Niebuhr3, à supposer qu’il en ait le goût et l’estomac, n’oserait les considérer comme des mythes. Vous aimez l’alléchant saumon, cette aurore aux doigts de rose, avant-coureur avenant du déjeuner ? Il est pêché pour vous par les Zyriènes. Quelle table digne de ce nom peut se passer des gélinottes parmi lesquelles la première place revient à ce qu’on appelle les kedrovik4 ? Eh bien, les kedrovik, ce sont les Zyriènes qui les chassent. Mais le plus scandaleux, c’est que le public des lecteurs ne connaisse pas les Zyriènes. À notre époque, les livres et brochures de Pétersbourg règnent en maîtres sur la lecture, seuls circulent revues et journaux de Pétersbourg. Et qui fabrique ces livres et ces brochures, qui imprime ces journaux et ces revues ? Toujours eux, toujours les Zyriènes…

Ta, ta, ta. Voilà bien de grands personnages. L’imprimerie – ce sont toujours les Zyriènes !… Nous comprenons ce sarcasme fielleux. Mais parlons sans détour rhétoriques. Certes nous avons en littérature style et langue variés ; toutes sortes de peuples en suffisance, mais tout est avéré, à part vos Zyriènes. Mais comment les Zyriènes peuvent-ils écrire et imprimer puisque, d’après vos propres mots, ils ne savent pas du tout le russe ?

Il n’y a là aucune impossibilité… D’ailleurs les Zyriènes n’écrivent pas, ils se contentent d’imprimer

Mais encore ?

Les Zyriènes impriment, c’est-à-dire font marcher des machines d’où sortent des feuilles et des feuillets imprimés. Dans les ateliers typographiques de Pétersbourg ce sont les meilleurs imprimeurs. Et pour cela point n’est besoin de savoir lire et écrire, c’est même plutôt nuisible. Un curieux peut s’oublier à lire ce qu’il imprime, et la main d’un autre, plus consciencieux, va trembler après la lecture – mais la feuille ne sortira pas à temps…

Ah ! ça, c’est une autre affaire ! Mais, il me semble que vous vouliez parler de poésie…

Justement, de poésie, et de poésie non imprimée, et même non écrite, d’une poésie qui n’est pas liée à la lecture, qui n’est pas vendue en librairie, qu’on n’achète pas dans les revues, mais pour cela n’est pas livresque, n’est pas le produit, à la sueur du front, d’une inspiration forcée, n’est pas faite de phrases saisies au vol, sonores, mais plates, fruit complaisant d’un caprice passager ; une poésie simple, affranchie des règles, naturelle, qui n’a ni raideur scolaire, ni coquetterie de salon, ni perruque classique, ni barbiche romantique, et pourtant a de la vie, de l’expression, un charme magique, ensorceleur. Ce qui est le cas, toujours et partout, de la poésie populaire ! »

3Le plus grand des poètes publiés a dit à juste raison que toute poésie ne peut être pleinement comprise que sur son propre sol. C’est particulièrement juste pour la poésie populaire. Mais je vois votre sourire moqueur. Je vois qu’il dit éloquemment : « Où veut-il nous entraîner ! » Je peux vous assurer qu’il ne m’est pas venu à l’esprit de vous inviter personnellement en pays zyriène. Au contraire, si jamais vous songiez à décider un tel voyage, je vous en dissuaderais. La route est longue, et fort ennuyeuse ! Lors de l’attribution des terres aux différentes races humaines, les Zyriènes reçurent en partage la terre la plus hostile qui soit au monde. Ils vivent au fin fond des régions du nord, au milieu de forêts épaisses, de marais bourbeux, dans des froids à pierre fendre. Nos aïeux, qui certes n’étaient point enfants gâtés de la nature, eux-mêmes enfants du nord et de la nuit, bercés par les tourmentes de neige, considéraient le pays des Zyriènes comme une prison où avaient été enfermés les maudits Gog et Magog, précurseurs de l’Antéchrist. Non ! Dieu vous garde du plaisir d’entendre les chants de la Philomèle zyriène dans son nid originel. Et pour vous, voici ce que j’ai fait : j’ai entendu une quantité de ces chants et je suis prêt maintenant à en transmettre les échos conservés dans ma mémoire. Je vous demande seulement une attention bienveillante, indulgente. Donc… Mais d’abord il n’est pas inutile de raconter comment j’en suis arrivé à découvrir la poésie des Zyriènes. De fait ce fut une véritable découverte. Si j’avais un peu plus de vanité, je pourrais me prendre pour un petit Christophe Colomb.

4Vivant au milieu des Zyriènes, je ne voyais d’autre moyen de m’occuper que d’étudier ceux avec qui je vivais. Occupation salutaire qui tenait mon âme dans une activité ininterrompue, inépuisable et infatigable. Grâces soient rendues au destin : elle n’a pas fait de moi un poète ni un philosophe ! Poète – comment aurais-je pu nourrir mon inspiration dans un pays où la nature est sans visage et sans forme, où, sans parler de son développement, elle n’a même pas eu le temps de se former, où on en est encore au troisième jour de la création, où la terre n’a pas tout à fait émergé des eaux, où la végétation constitue encore l’unique luxe de la vie, l’unique touche pittoresque du pinceau divin ? Philosophe – qu’aurais-je pu approfondir, à quoi chercher des causes et trouver des lois, que soumettre aux analyses et conduire à la synthèse ? Je voudrais convoquer ici les plus grands sages de l’Antiquité, les poètes les plus furieux de notre siècle actuel. Le divin Platon et le satanique Byron, je vous assure, seraient devenus fous s’ils n’avaient pris les devants en fuyant les souffrances de cette vie.

5Bienvenue à l’étude silencieuse et modeste ! J’aurais bien voulu dire « érudition », mais je crains que ce mot aujourd’hui ne soit prématuré… Étudiant les Zyriènes, je me suis rapproché d’eux, avec eux je me suis lié d’amitié. Ils ont constitué pour moi une communauté, toujours plus vivante et donc plus grande et plus vivifiante que la compagnie des livres morts qui fait de nous des livres ambulants. Mais par bonheur cette société n’avait pas les faiblesses habituelles des sociétés vivantes – contrainte, méfiance, raffinement excessif. Peut-être faisaient-ils pour moi une exception, et s’il en est ainsi, je leur suis redevable du titre de savant, titre justement qui dans toute autre société m’aurait anéanti. Le peuple zyriène est merveilleux. Non seulement on ne s’y effraie pas de l’érudition, mais on y nourrit à son égard une particulière vénération. Il est tout à fait vraisemblable que ce soit chez eux le reste d’une ancienne superstition païenne. Les Tchoudes du nord vénéraient tous dans le passé les ours, ces ermites poilus dont les tanières solitaires furent incontestablement le prototype des cabinets de savants reclus. Quoi qu’il en soit, les Zyriènes m’accueillirent avec grande joie, me permirent volontiers de les étudier et se soumirent à mes observations avec une indulgence que n’ont certes pas les héritières de la Fornarina quand elles posent devant les Raphaël qui louent leurs services.

6J’organisai mon étude systématiquement : c’est ma faiblesse ! Il va de soi que ma seule source était l’expérience. Je m’en tenais aux faits, aux seuls faits. Ce que je ne pouvais éprouver par mes sens, vérifier par des observations personnelles, je le recevais pour vrai de témoins, mais de témoins dignes de foi, selon toute la rigueur des lois de la critique historique. Je profitais au maximum de l’expérience de trois remarquables connaisseurs de la vie des Zyriènes, qui demeuraient dans la même ville que moi, capitale du pays zyriène : il s’agissait d’un assesseur du zemstvo, d’un sacristain de la cathédrale et d’un avoué du district. Le premier, pour les nécessités de son service, parcourait tout le pays zyriène en long et en large, de la Pečora à l’Udora, de l’Ižma à la Luza : c’était pour moi une encyclopédie vivante dans le domaine de la statistique et de la géographie. Le second, à l’exemple de nos ancêtres, exemple malheureusement oublié chez nous, continuait avec tout son zèle les antiques chroniques du pays, remontant au temps de saint Étienne qui instruisit les Zyriènes dans la foi chrétienne : il me procura des renseignements historiques et archéologiques. Enfin le troisième, ne suivant que son inclination intérieure, se plongea dans l’océan encore inexploré de la philologie zyriène et non sans raison se rendit célèbre par la science des mystères les plus secrets de cette langue dans ses dialectes multiples et variés. Autorités, apparemment, suffisantes ! Leur chaleureuse assistance m’a permis de réunir rapidement une riche moisson de faits. Mais pour éviter de m’égarer dans la diversité, je me suis fixé à l’avance un ordre systématique, je me suis constitué des catégories logiques où j’ai rangé suivant leur domaine les faits rassemblés. C’est en effet ce qu’on m’avait appris à l’école. Et comme je ne cherche pas à passer pour un retardé, endurci dans les préjugés scolastiques, je ne pouvais pourtant en aucune façon m’éloigner de cette méthode, aujourd’hui persécutée avec tant d’acharnement et tombée en disgrâce sous les noms de « spéculation, transcendentalisme, construction logique », etc. Je ne sais pas ce qu’il en adviendra, mais, cette fois, elle m’a apporté un profit évident, irrécusable. En remplissant peu à peu ces catégories, je vis avec étonnement que l’une d’elles restait entièrement vide, lacunaire. C’était celle destinée à la poésie des Zyriènes. Rien ne venait la meubler. Finalement je perdis patience.

« Dites-moi, s’il vous plaît, demandai-je tout soucieux à mon assesseur, quand celui-ci vint un jour chez moi prendre une tasse de thé, est-il possible que vous n’ayez pu retrouver aucune trace de poésie chez les Zyriènes ?

Des traces, répondit-il, visiblement troublé. Nous n’avons reçu aucune prescription des autorités à ce sujet. Mais pardonnez- moi, puis-je me permettre de vous demander de répéter le nom de la personne. Y a-t-il longtemps qu’elle a disparu ?

Il ne s’agit point d’une personne, continuai-je. Je vous parle de la poésie, – vous entendez ? Il ne peut se faire que les Zyriènes n’aient point eu de poésie !

De poésie, répéta lentement l’assesseur, reprenant assurance après la première impression. De poésie ? Peut-être, d’après vous – si je peux me permettre – n’est-ce pas le nom qu’on donne à l’épicéa, ou au mélèze…

Hé non ! encore une fois, ce n’est pas cela, coupai-je avec dépit. Vous ne me comprenez pas ? Est-ce possible ? La poésie, c’est la capacité d’invention, le génie créateur, la faculté d’imaginer… »

7Je m’arrêtai à court de mots. L’assesseur restait pensif.

« Comme il vous plaira, reprit-il enfin en hochant la tête : je connais les Zyriènes comme les dix doigts de la main. J’ai été partout personnellement et aux monts Brusjan et Tölpoz. Et quant à la poésie – c’est bien ainsi que vous avez bien voulu l’appeler ? – j’ose déposer en conscience et sous serment : semblable chose n’existe pas dans le district. »

8Voyant qu’on n’arriverait à rien, je m’adressai à l’historiographe et archéologue qui avait l’habitude de courir chez moi après la messe.

« Mon ami, lui dis-je, le lendemain de la conversation avec l’assesseur : toi, au moins, tu comprends certainement ce qu’est la poésie, c’est-à-dire la versification, le poème, la poétique…

  • 5 Le sacristain emploie ici le vieux terme piit, d’où notre orthographe (NdT).

Dieu rend sages les aveugles, répondit le sacristain avec une hautaine humilité, tout en lissant sa large barbe. Bien que je n’aie pas fait mes études au séminaire, j’ai été conduit à certaines sciences par ma propre raison. La poésie – que Dieu me donne mémoire – vient après les syntaxes… et de la poésie elles conduisent à la rhétorique… C’est bien cela, n’est-ce pas ? Notre père le diacre, a été exclu de la poésie – il n’est pas allé plus loin, à cause de son grand-âge et de son inaptitude. De la rhétorique viennent les rhéteurs, et de la poésie les poiëtes5

Eh bien, oui, c’est cela, c’est tout à fait cela. Je l’interrompis avec plaisir, voyant qu’on était arrivé à quelque chose qui avait un semblant de sens. Dites-moi : est-il possible que les Zyriènes n’aient rien de la sorte, de la poiëtique, de la versification ?

Miséricorde ! s’écria-t-il avec un rire méprisant. Voyez-vous, selon un rapport que j’ai fait, c’est un peuple aveugle, obscurantiste, embourbé dans les ténèbres de l’ignorance, des gens installés dans le pays de l’ombre et de la mort. Composer des poèmes ? atteindre la poésie ? Si au moins ils apprenaient par cœur l’alphabet qui a été composé pour eux. Mais non. Rien de tout cela ! C’est en vain qu’a travaillé le juste.

Pourtant, continuai-je : ils ont bien, par exemple, des contes, des chants…

Des chants, s’exclama le digne ecclésiastique en fronçant les sourcils. Des chants ! À dire vrai, le peuple pécheur se plaît à divertir le démon par des chansons et des danses, et toutes sortes de bouffonneries sataniques. Comme si c’était notre faute ! Nous ne favorisons pourtant pas la tentation : nous exhortons et nous menaçons et nous interdisons. Les vieillards, il n’y a pas à dire, sont dociles, se tiennent à l’écart des assauts du diable ; quant à la jeunesse, impossible d’en venir à bout…

Ainsi, votre zèle vertueux n’a pas tout détruit ? Il reste encore des chants…

Hélas, répondit-il avec un soupir navré. L’ennemi du genre humain est puissant. Le mal est diligent, ce n’est pas comme le bien. Voici par exemple ce qui figure chez un de mes chroniqueurs : quelqu’un a transposé en langue zyriène différents versets d’église : on les a chantés dans les monastères, à Votča, à Ul’janovo, sur la Pečora. Où sont-ils aujourd’hui, ces cantiques inspirés par Dieu, qui réconfortaient même les anges ? Tout a péri… La gloutonnerie démoniaque est toujours intacte… »

9Un rayon d’espoir illumina mon âme. Je pris congé de l’historiographe et m’en fus directement chez le philosophe-avoué. Lui devait connaître les chants qui avaient tenté le pieux sacristain.

« Abu », me répondit-il calmement.

10Chez les Zyriènes, abu est une particule de négation extraordinairement expressive – c’est un niet superlatif – nietissimo, selon l’orthographe moderne.

« Est-ce possible, Vonipatij Pilipyč ! continuai-je, déformant son nom chrétien selon la prononciation zyriène pour flatter l’amour propre du philologue qu’envoûtait la “zyrianité”. Un peuple si vivant, si joyeux, si mélodieux. Vous-même m’avez vanté ces jeux (igriša), ces fêtes joyeuses où la jeunesse ne fait que danser et chanter.

– Oui, certes, c’est ainsi, me répondit-il en remuant son tabac dans sa tabatière. Mais en même temps je dois vous avertir que les chants qu’ils chantent ici sont tous russes, complètement russes, en pur dialecte de Russie. Les nôtres n’en comprennent pas un mot, mais chantent fort et avec assurance. C’est un phénomène, un véritable phénomène… »

11Et il aspira lentement dans son nez une prise de tabac afin de me donner le temps de comprendre toute la force du mot, deux fois répété par lui avec une expression significative.

« Est-il possible qu’il n’y ait rien dans la langue maternelle des Zyriènes ? dans cette langue si belle aux douces sonorités, si riche, si pittoresque ?… »

12Et je détachai chaque mot, l’accentuant avec une animation croissante, sachant que chaque accent trouverait un doux écho dans le cœur de l’honorable zyrianophile.

« Il y a des traductions de chansons russes, et des traductions, je peux le dire, réussies. Par exemple, si vous le voulez, je vous lirai en zyriène “Est-ce dans le jardin, dans le verger”. J’y ai fait çà et là quelques corrections personnelles. La traduction est en dialecte de la basse Vyčegda ; vous comprendrez… »

13J’écoutais machinalement la lecture pour ne pas offenser Vonifatij Filippovič. Il m’expliqua la force expressive de chaque mot et de chaque tournure. Enfin triomphalement il prononça en conclusion :

« Vous voyez ! Bien que les Zyriènes n’aient pas leurs propres chants, ce n’est pas un “peuple muet” comme il est dit dans un vieux livre et comme le répète notre annaliste barbu, Karlam Štepanov ! »

14C’était le nom du sacristain. L’historiographe et le philologue n’étaient pas d’accord entre eux. Je souris, mais revins chez moi tout triste.

15La curiosité scientifique, comme tout autre passion, a ses inquiétudes, ses souffrances, ses tourments. L’absence de faits à elle seule ébranlait mon esprit qui avait décidé a priori que les Zyriènes devaient avoir une poésie. Comme Ixion, je tournais sur la roue du syllogisme :

16– Tout peuple doit avoir sa poésie

17Les Zyriènes sont un peuple.

18Ergo – Les Zyriènes doivent avoir leur poésie

19Quelques jours plus tard, on m’invita pour une soirée dans une maison amie. J’y vins et assistai à des jeux. Des jeunes filles s’étaient réunies chez leurs amies, les filles des maîtres de maison. Sans cesse elles formaient des rondes tout en chantant. De fait toutes les chansons étaient russes, bien que parmi les chanteuses il y en eût tout au plus deux ou trois qui connussent le russe.

20“La civilisation, me disais-je en moi-même – c’est toute la civilisation ! N’en est-il pas ainsi chez nous quand dans nos soirées on imite les partitions d’arias italiennes et de romances françaises !…”

« Nos divertissements vous plaisent-ils ? demanda l’une de celles qui parlaient russe, une jeune fille toute mignonne, fort belle et que j’aurais appelée beauté zyriène si je ne craignais pas de rappeler la bienheureuse mémoire de la beauté russe.

Beaucoup, répondis-je avec une politesse décente. Mais pour- quoi ne chantez-vous pas en zyriène ? Cela serait encore mieux – c’est plus intéressant pour moi.

C’est qu’il n’y a pas de chants zyriènes.

Comment non ? continuai-je, m’accrochant à cette planche de salut. Eh bien, par exemple, lors d’un mariage… lors d’un mariage vous chantez aussi en russe ?

Tout en russe. Dans les mariages il n’y a que les pleurs qui soient en zyriène. »

21Je me récriai :

« Les pleurs ! Comment les pleurs ? »

22Ce mot fut pour moi la pomme de Newton.

« Les pleurs – ce n’est pas que réellement on pleure… Mais – vous voyez – avant même qu’on mène la fiancée à l’église, qu’elle reçoive la couronne, elle prend congé de son père, de sa mère, de ses parents, de tous ; et les jeunes filles chantent la tristesse de la pauvre petite malheureuse, le bien qu’elle a reçu de ses père et mère, de ses frères, de ses sœurs… Tout cela est si triste que les chants sont réellement arrosés de larmes. Moi-même plus d’une fois j’ai sangloté.

Eureka ! eureka ! m’écriai-je avec l’enthousiasme d’Archimède. J’ai trouvé ! j’ai trouvé ! »

23De fait, c’est à ce hasard que je dois la découverte, l’invention de la poésie des Zyriènes, leur poésie propre, naturelle, innée, qu’ils n’ont empruntée nulle part. Maintenant on peut s’en prendre au systématisme, se moquer des « constructions logiques ». Sans elles les Zyriènes seraient restés jusqu’à présent un « peuple muet », comme les appela un jour Jurij Tarogovič, cet empirique sans aucune trace de spéculation.

24Il va de soi que j’écoutais avidement en transcrivant aussitôt les sons au fur et à mesure qu’ils s’évanouissaient. Il n’était pas nécessaire pour cela d’imaginer un nouvel alphabet. Je ne disposais même pas des gribouillages que le sacristain-archiviste faisait passer, sous serment, pour des caractères inventés pour les Zyriènes. Notre alphabet russe est si riche que toutes les notes et les modulations de la voix zyriène peuvent être exprimées par ses signes. Et voici un exemple de ces monuments de la poésie populaire zyriène dont je fis la première découverte :

25КОМИ НЫВЪ-СЕТАХЪ БЭРДЪ-КЫВЪ

26Mais j’oublie que tout le monde ne sait pas le zyriène. Je propose une traduction la plus fidèle possible, presque mot-à-mot – avec cependant cette dérogation que dans l’original les prépositions se trouvent après les noms comme l’exigent l’esprit et le caractère propre de la langue zyriène :

27LES LARMES DE LA JEUNE FIANCÉE ZYRIÈNE
Vous le Sauveur et l’Immaculée bénissez, bénissez !
Ô Dieu, bénis en grenier plein !
Ô Père, bénis
en pleine corbeille de blé ! Vous les Cieux, bénissez en étoile du matin !
Toi la Terre, bénis en herbe verte !
Toi l’Eau, bénis
en poisson de la rivière ! Vous les Forêts, bénissez en oiseau de la forêt ! –
Selon Dieu, j’étais dans un lieu pur.
Selon les hommes, j’étais dans un lieu de joie : Sous mes pieds, où j’étais il y avait un escabeau ;
Sur ma tête, où j’étais,
il y avait un voile ;
Grande pierre,
j’étais immobile !
De poix, j’étais indécollable 
Oh ! si je pouvais ne jamais m’arracher : Les tenailles jamais me déclouer !
Un homme, fils de son père, est arrivé : Sa langue douce m’a déclouée
Sur la montagne, si j’y vais : elle se mine
Sur le sable, si j’y vais : il s’éboule
La rive solide ne tient plus
La rive sableuse peut-elle tenir ?
De la Sysola
à la Vyčegda il me portera De la Vyčegda
à la Dvina il me portera De la Dvina
dans la mer il me portera.
Dans la mer tomber, toute la vie nager,
Copeau, par les vagues rouler Ne pas voir les bords
Me voici sur un tourbillon, me tiens solidement Comme un sapin, je suis, tout desséché ;
comme un bouleau, je suis, tout blanchi ;
comme un tremble, je suis, tout jauni ;
comme un pin, je suis, tout ébranché ;
Oh ! Ce jour d’aujourd’hui on a courbé l’arbre mouillé
L’arbre mouillé
a craqué, s’est cassé !
Oh ! Ce jour d’aujourd’hui la liberté de vierge a disparu :
Un beau soleil,
la liberté de la jeune fille !

28Pas pire que les autres, je pourrais me lancer dans une suite d’exclamations : quelle simplicité ! quel pittoresque ! quelle musique !… Suivant la bonne tradition universitaire, je pourrais montrer que dans la poésie zyriène s’unissent et l’antiphonie orientale et le rythme classique et la rime romantique ! Mais je préfère présenter encore un extrait de cette lamentation poétique de la fiancée zyriène.

  • 6 On trouvera des variantes de ces chants dans Зырянский край при епископах пермских и зырянский язы (...)

29БЭРДЪ-КЫВЪ ВОК-ЛЫ
c’est-à-dire :
LAMENTATION À MON FRÈRE
J’avais encore ici ou là un frère chéri !
De la prairie le meilleur champ, frère chéri !
Du champ le meilleur coin de terre frère chéri !
De l’aire la meilleure gerbe frère chéri !
de la gerbe la meilleure poignée frère chéri !
de la poignée le meilleur épi frère chéri !
de l’épi le meilleur grain
frère chéri !6

30Ici je précise seulement qu’au refrain frère chéri s’adjoint aujourd’hui encore une appellation flatteuse, honorable, celle de « boyard russe ». Ce qui signifie que pour les Zyriènes, nous, Russes, servons l’idéal le plus haut de la perfection humaine.

31Vraiment je peux paraître ridicule, mais je le reconnais, quand j’ai entendu par la suite réellement cette lamentation, chantée par des voix plaintives, mélancoliques, accompagnée par la scène dramatique d’une authentique bénédiction d’adieu, quand j’ai vu comment sous ces airs tristement solennels, un frémissement convulsif agitait la toilette toute parée de la fiancée, comment de lourds sanglots soulevaient son voile asiatique, comment les visages décrépits des vieillards qui la bénissaient s’entaillaient de rides vives et profondes, comment les joues pleines et roses des beautés qui chantaient étaient réellement inondées du flot de larmes virginales jusqu’alors refoulées, je l’avoue, j’ai éprouvé alors sur moi l’envoûtement de la magie poétique, j’ai été séduit par une sympathie irrépressible, je me suis trouvé plongé dans un attendrissement sincère, comme n’en avaient produit en moi ni les soupirs ni les gémissements ni les déchaînements de la poésie élégiaque contenue dans les livres…

32Riez si vous voulez, riez. Mais je ne me lasserai jamais de répéter la thèse dont la défense ne m’a jamais fait obtenir le titre de docteur :

33« Où il y a la vie, il y a la poésie ! »

Notes

1  Le département d’ethnographie de la Société impériale de géographie fondée par Dal’, l’auteur du célèbre dictionnaire de la langue russe, fit distribuer dans les différents gouvernements « plus de 7 000 exemplaires d’un programme établi par Nikolaj Ivanovič Nadeždin pour la collecte d’informations ethnographiques sur le peuple russe » (Lorraine de Meaux, La Russie et la tentation de l’Orient, Paris : Fayard, 2010, p. 123).

2 Richard et John Lander (1804-1834 et 1807-1839), explorateurs anglais, descendirent le Niger jusqu’à son embouchure. John Ross, accompagné de son neveu James Clark Ross, découvrit le 28 mai 1831 le pôle magnétique. Son expédition de 1828 à bord du navire le Victory avait été financée par un brasseur anglais du nom de Felix Booth, passionné, contre les préjugés de l’époque, par l’utilisation de la vapeur pour la navigation, et en l’honneur de qui l’une des terres découvertes fut nommée « presqu’île de Boothia » et une autre « Felix-Harbor » (et non « Terre de la brasserie de Londres »). Au cours des quatre hivers qu’il passa aux environs du pôle, il se lia d’amitié avec les Esquimaux et se familiarisa avec leurs mœurs (NdT).

3 Niebuhr (Barthold Georg, 1776-1831), historien allemand, auteur d’une grande Histoire Romaine, modèle reconnu de critique historique (NdT).

4 Les kedrovik sont un genre de gélinottes qui vivent dans les forêts de cèdres (kedr) (NdT).

5 Le sacristain emploie ici le vieux terme piit, d’où notre orthographe (NdT).

6 On trouvera des variantes de ces chants dans Зырянский край при епископах пермских и зырянский языкъ, Санкт Петербург, 1889, p. 175 et 183.

Table des illustrations

Titre Portrait
Légende Nikolaj Ivanovič Nadeždin (1804-1856)
Crédits Domaine public
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable