Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

En mémoire : Vladimir Timine (1937-2015)

Sébastien Cagnoli

Entrées d'index

Géographique :

Fédération de Russie

Texte intégral

  • 1 Texte rédigé 26 novembre 2015.

1Vladimir Timine naquit le 2 juillet 1937 dans un village de la RSS autonome de Komi, en Russie soviétique1. S’il est surtout connu pour sa poésie, il est également l’auteur de quelques récits très remarqués, où l’histoire et le folklore occupent une place prépondérante. Membre du mouvement national komi à partir de la fin des années 1980, il joua un rôle important dans la vie intellectuelle de la République lors des années de souveraineté (1991-1992) puis au sein de la Fédération de Russie. Rédacteur en chef de la revue littéraire l'Étoile du Nord [Войвыв кодзув], vice-président de l’Union des écrivains komis, il était une personnalité majeure de la scène culturelle du pays.

« Il faut que je raconte à mon peuple une parole qui me tient à cœur », disait l’un de ses personnages à l’époque où je l’ai rencontré. « Ensuite, il n’y aura plus personne... Tu pourras revenir tantôt, mais je ne serai plus là. » Vladimir Timine est mort à Syktyvkar le 25 novembre 2015.

2Pour que Timine, tel le « prince Pam » de ce chapitre, revienne – et demeure – dans nos cœurs, pour que sa parole se transmette à d’autres générations et dans d’autres contrées, j’ai souhaité partager un texte aux élans prophétiques qui me semble une magnifique introduction à l’histoire et aux perspectives futures du peuple komi. Il est extrait du roman Un blindé perdu dans la taïga [Пармаын вошöм БТР], d’abord paru en feuilleton dans la revue Concorde [Арт] (numéros 1 à 3 de l’année 2007), puis la même année aux éditions Kola.

3Quatre hommes dans un blindé… Serafim est un Komi de l’Ijma qui vadrouille à travers la Russie pour son service militaire : après avoir participé à contrecœur à l’assaut du Parlement lors des émeutes de 1993 à Moscou, il se retrouve dans une caserne de Sibérie, à l’embouchure de l’Ob. En compagnie de Ravil, Vladislav et Riourik — qui viennent respectivement de Kazan, de Saint-Pétersbourg et de la mer Blanche —, Serafim embarque à bord d’un BTR-80, transporteur blindé de l’armée russe, pour rejoindre l’état-major de son régiment, situé dans le centre de l’Oural : le joyeux équipage va donc traverser la Sibérie occidentale, du nord au sud…

4Le voyage compose un tableau de la Russie boréale à la veille du xxie siècle, dans toute sa diversité. En chemin, on rencontre des villageois, des paysans, la milice russe, un chamane, des bandits, la faune de la taïga (renards, loups, élans, chats sauvages…), un cheval sans queue, l’abominable Homme des Neiges… on chasse le lièvre et la gélinotte ; on a des hallucinations ; on parle de l’histoire de la Russie, de celle des Komis, des religions (animisme, christianisme, islam…), des femmes, de la science, de la vie… « La taïga, c’est la taïga. Tout peut y arriver… »

5Écrit en komi, ce roman est une aventure épique, caractéristique de cette grande contrée cosmopolite qu’est la Russie, et il témoigne de l’amour de Vladimir Timine pour une humanité multiple et pacifique.

Notes

1 Texte rédigé 26 novembre 2015.

Table des illustrations

Titre Vladimir Timine
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/390/img-1.png
Fichier image/png, 381k