Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Komis. Questions d’histoire et de culture

 | 
Eva Toulouze
, 
Sébastien Cagnoli

Préface

Eva Toulouze

Entrées d'index

Texte intégral

1Ce volume, « Les Komis », est le premier d’une série que nous espérons longue et que nous avons appelée Encyclopédie des peuples finno-ougriens.

2Pourquoi cette « Encyclopédie » ? Le fait est que les informations sur les peuples ougriens minoritaires, pour la plupart en Fédération de Russie, sont, pour une personne curieuse, étonnamment fragmentaires et difficiles d’accès. Elles sont fragmentaires, car bien que l’on trouve de plus en plus d’informations, celles-ci proviennent de sources diverses et répondent à des genres divers : on va des données effectivement encyclopédiques de Wikipédia (données absolument précieuses, car Wikipédia est devenu un véritable outil de popularisation pour les minorités qui l’utilisent abondamment) aux blogs de tel ou tel voyageur. Difficiles d’accès, car la langue de ces informations n’est que rarement le français. Si on trouve relativement plus de données en anglais, c’est surtout dans les langues de communication pratiquées par ces minorités – notamment le russe, mais aussi le hongrois, le finnois et l’estonien que l’on peut s’informer de manière plus systématique. Le lecteur francophone, voire anglophone, l’étudiant qui cherche des matériaux pour un dossier, sont ainsi confrontés à une difficulté réelle d’accès à la documentation.

3C’est cette lacune que le présent projet a pour objectif de combler. Si nous avons mis ci-dessus le mot Encyclopédie entre guillemets, c’est qu’il n’est pas question d’une encyclopédie classique, avec l’approche systématique et exhaustive qui la caractérise. Les recueils de cette série sont conçus comme des ensembles d’articles scientifiques, faits par des spécialistes reconnus et qui, tout en faisant le point sur un certain domaine, vont y apporter leur éclairage et leur approche personnelle.

4Bien sûr, un seul recueil ne peut pas couvrir l’ensemble des domaines de la connaissance touchant à une communauté humaine. Nous ne visons donc pas l’exhaustivité immédiate. Nous entendons mettre à disposition du lecteur francophone, progressivement, des études qui finiront par couvrir un nombre de plus en plus important d’aires de la connaissance.

5C’est donc dans cette démarche que s’inscrit le premier volume de cette série encyclopédique, Les Komis. C’est en quelque sorte le résultat d’une première expérience. Quand l’Association pour le développement des études finno-ougriennes, en 2009, a organisé les premières journées finno-ougriennes (qui ont donné l’impulsion à cette collection), la participation komi a été encore très limitée et de plus, ce volume ne couvre que quelques un des domaines des sciences humaines permettant d’approfondir la connaissance de cette communauté ; au moins, il en pose les fondements.

6Le lecteur trouvera ici des introductions générales à deux des trois groupes ethniques komis, les Komis-Zyriènes et les Komis-Permiaks (les Komis de l’Ižma n’y étant pas abordés), axées sur l’histoire politique et culturelle et tout particulièrement sur les relations avec le colonisateur russe et sur l’éveil des identités. Elles posent le cadre à la suite des études : deux d’entre elles sont consacrées à la langue, en tant qu’expressions des spécificités de la vision du monde des Komis mais aussi en tant qu’outil de la création littéraire : on ne pouvait commencer un travail sur les Komis sans aborder la figure de proue de la littérature komie, Ivan Kuratov, cet écrivain qui n’écrit que pour lui-même et – le savait-il ? – pour la postérité, et qui nous sera présenté sous deux facettes : sa vie et son œuvre mais aussi le regard porté sur lui par les siècles qui auront suivi le sien, le xxe et le début du xxisiècle, par l’intermédiaire de l’opéra qui lui a été consacré. Enfin, la situation religieuse au début du xxie siècle est bien illustrée par une étude sur l’orthodoxie, religion inscrite dans l’identité komi contemporaine, et sur le protestantisme qui s’installe par petits groupes dans les localités.

7Ainsi, nous trouvons ici une introduction à certains aspects de la culture komie. En attendant un deuxième volume qui leur sera consacré dans les années à venir.

8Avec leur approche multimédia, les toutes nouvelles Presses de l’Inalco sont l’hôte tout naturel de l’Encyclopédie des peuples finno-ougriens. La dimension multimédia nous est particulièrement chère : nous sommes conscients que le public potentiellement intéressé par ce sujet est dispersé et que la diffusion électronique pourra permettre de répondre de manière beaucoup plus souple que la diffusion traditionnelle du livre aux besoins de la connaissance. C’est ainsi que les prochains volumes sont en préparation : nous sommes convaincus que nous apprendrons, avec l’expérience, à utiliser avec un profit maximal les potentialités de la diffusion numérique.

Auteur

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable