Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fantômes dans l'Extrême-Orient d'hier et d'aujourd'hui - Tome 1

 | 
Marie Laureillard
, 
Vincent Durand-Dastès

La voix des fantômes : fantômes dans la littérature et le théâtre classiques

L’univers fantasmagorique dans le Geumo sinhwa (Nouveaux Contes du mont de la Tortue d’or) de Kim Si‑seup (1435-1493)

The Phantasmagorical Universes in the Geumo sinhwa (New Accounts of the Mount Golden Turtles of Kim Si‑seup (1435-1493)

김시습 (1435-1493) 의 « 금오신화 » 에 나타난 환상의 세계

Min Sook Wang-Le et Frédéric Wang

Résumé

Auteur du Geumo sinhwa 金鰲新話 (Nouveaux contes du Mont de la Tortue d’or), Kim Si‑seup est considéré comme le père des nouvelles traditionnelles coréennes (xiaoshuo en chinois). Inspiré par l’écrivain chinois Qu You 瞿佑 (1341-1427) et son Jiandeng xinhua 剪燈新話 (Nouveaux contes écrits en mouchant la chandelle), Kim a développé une nouvelle esthétique fantasmagorique fondée sur le contexte historique coréen et sa propre expérience car il avait passé plus de la moitié de sa vie comme un reclus après l’usurpation du roi Sejo en 1455. Les fantômes et les esprits apparaissent dans ses récits de manière différente. Une rencontre entre un homme et une femme qui représente souvent une figure de fantôme se produit soit dans un rêve soit dans des scènes violentes. Après une présentation générale du texte et de son intertextualité par rapport au Jiandeng xinhua dont Kim Si‑seup transpose la structure et le contenu dans ses propres écrits, nous étudierons trois des cinq récits de Kim Si-seup qui nous sont parvenus : Manboksa jeopo gi 萬福寺樗蒲記 (Le jeu de dés dans le temple de dix mille bonheurs), Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳 (Le lettré Yi guettant à la dérobée une maison à travers le mur) et Chwiyu bubyeokjeong gi 醉遊浮碧亭記 (Une promenade [du lettré Hong], ivre, dans le pavillon Bubyeok). Nous y analysons les relations entre le monde fantastique et la réalité historique, qui constituent une différence principale avec le Jiandeng xinhua de Qu You. Enfin nous questionnons aussi les caractéristiques des fantômes et des esprits dans ces récits.

Kim Si‑seup 金時習 (1434–1493), author of the Geumo sinhwa 金鰲新話 (New Accounts of the Mount Golden Turtles), is considered the father of Korean classical novels (xiaoshuo in Chinese). Inspired by Chinese writer Qu You 瞿佑 (1341-1427) and his Jiandeng xinhua 剪燈新話 (New Stories written while trimming the wick), Kim developed a new aesthetics of phantasmagoria based on the Korean historical background and his own experiences because he had passed half of his existence as a recluse after the usurpation of King Sejo in 1455. Ghosts and spirits occur in different ways in his narratives. An encounter between a man and a woman who represents very often a figure of a ghost happens either during a dream or in some violent scenes. After a general presentation of the text and his intertextuality with the Jiandeng xinhua of which Kim Si-seup adapts the structure and content in his own writings, we will study especially three of the five extant narratives by the author: Manboksa jeopo gi 萬福寺樗蒲記 (Dice games in the Temple of Ten Thousand Blessings), Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳 (The student Yi watching out for a house stealthily through a wall) and Chwiyu bubyeokjeong gi 醉遊浮碧亭記 (A walk [of the student Hong], drunk, in the pavilion Bubyeok). We analyse the relationship of the fantastic world and the historical reality, which forms a main difference with the Jiandeng xinhua of Qu You. We also question the characteristics of ghosts and spirits in these accounts.

« 금오신화 » 의 작가인 김시습은 한국 한문소설의 개척자로 간주되고 있다. 중국작가 구우와 그의 « 전등신화 » 에 영감을 받아 탄생된 « 금오신화 »에서 그는 단순한 모방 수준을 뛰어넘어, 한국의 역사적 배경과 자신의 고유한 경험에 입각한 새로운 환상의 미학을 전개한다. 이것은 1455년에 단종을 폐위시킨 세조의 왕위찬탈에 반발하여 자신의 반생을 방랑과 은둔자로 보냈기에 가능했다고 할 수 있다. 그의 소설 이야기들 속에는 귀신(영혼)과 영들이 다양한 방식으로 표출되고 있다. 예컨대, 한 남자와 흔히 귀신의 형상을 표현하고 있는 한 여자간의 만남은 주로 꿈의 세계나 전쟁과 같은 폭력적인 광경 속에서 이루어진다. 본고는 먼저 « 금오신화 » 에 대한 개괄적인 소개와 더불어, 김시습이 자신의 작품 속에 그 구조와 내용을 전치한 « 전등신화 »와 관련된 텍스트 상호성에 대해 설명한다. 그리고 현재까지 전해오는 « 금오신화 » 의 다섯 편의 단편 중에서, 세 편, 즉 <만복사저포기>, <이생규장전>, <취유부벽정기>를 연구대상으로 삼아, 구우의 « 전등신화 »와는 현저한 차별화를 보여주는 환상의 세계와 역사적 사실 사이에 구축된 그 관계들을 분석할 것이다. 또한, 이 세 편의 소설이야기 속에 나타난 귀신(영혼)과 영들의 특징에 대해 고찰하고자 한다.

Texte intégral

  • 1 Lunyu 論語 (Entretiens de Confucius), VI-22.
  • 2 Il existe une traduction partielle en français de l’œuvre par Jacques Dars : Qu You, 1986,(...)

1Il n’existe pas une expression purement et proprement coréenne pour désigner les fantômes et les esprits, malgré l’existence du terme tokebi 도깨비 (獨脚鬼), qui est certes lié au registre magico-fantasmagorique mais qui signifie plutôt « luciole » dans les contes traditionnels. On fait appel pour ce faire au terme sino-coréen gwisin 귀신 (guishen 鬼神), combinaison de gwi 귀 (gui 鬼, « fantôme » ou « revenant ») et sin 신 (shen 神, « esprit »). Par ailleurs, on a tendance à accoler les caractères chinois aux transcriptions coréennes pour les expressions liées à la sphère surnaturelle, comme japgwi 잡귀 (雜鬼, « petit fantôme »), japsin 잡신 (雜神, « mauvais génie »), honryeong 혼령 (魂靈, « âme »), wongryeong 원령 (怨靈, mânes d’une personne morte injustement), gaekgwi 객귀 (客鬼, « fantôme errant »), sinryeong 신령 (神靈, « divin »), sinin 신인 (神人, « immortel »). Ce fait linguistique ne peut dissimuler l’importance que le phénomène fantomatique occupe dans l’histoire et la culture coréennes, très marquées par la tradition chamanique. En effet, ce phénomène est au sein même de la vie et de l’émotion du peuple coréen, même s’il n’était pas relayé à l’époque de Joseon (1392-1910) par le discours officiel des lettrés confucéens qui, à l’instar de Confucius, « respectaient les mânes et les esprits tout en les tenant à distance1 ». Pour ces lettrés, le monde des esprits était inaccessible à notre connaissance, donc à notre raison. Il leur arrivait aussi de considérer le fantôme comme quelque chose de malicieux ou d’étrange. Le fantôme hante en revanche la littérature orale et d’autres récits à caractère religieux. Mais c’est le lettré Kim Si‑seup 金時習 (1435-1493) qui, dans son Geumo sinhwa 金鰲新話 (« Nouveaux Contes du mont de la Tortue d’or »), lui donne toute sa dimension littéraire et philosophique, car tout l’univers de son texte, magnifiquement écrit en langue classique chinoise, est construit dans une ambiance fantastique et onirique traduisant sa conception de la vie et sa vision du monde, dans lesquelles sont mêlées les influences du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme. Qui est cet auteur talentueux de l’époque de Joseon) ? Quelles sont l’importance et la singularité du Geumo sinhwa dans l’histoire de la littérature coréenne ? Quels sont les rapports de cet écrit avec le Jiandeng xinhua 剪燈新話 (« Nouveaux contes en mouchant la chandelle2 ») du lettré chinois Qu You 瞿佑 (1341-1427) ? Cette étude essaie d’apporter quelques réponses, ne fût-ce que partiellement, à ces questions fondamentales pour comprendre l’univers fantasmagorique dans le Geumo sinhwa.

Kim Si‑seup et l’aspect philologique du Geumo sinhwa

2Les sources sur Kim Si‑seup abondent. Elles comprennent trois catégories. La première est autobiographique et comprend le Ja sajin chan 自寫眞贊 (« Autoportrait »), le Dongbong yuk ga 東峰六歌 (« Six Chants du Pic de l’est ») et le Sang Yu Yangyang jinjeong seo 上柳襄陽陳情書 (« Lettre adressée à Yu, sous-préfet de Yangyang »). La deuxième rassemble les écrits de ses contemporains comme le Je Kim Yeolgyeong Si-seup mun 祭金悅卿時習文 (« Oraison funèbre pour Kim Si‑seup, dit Yeolgyeong ») de Hong Yu‑son 洪裕孫 (1431-1529). La troisième et dernière catégorie est due aux compilateurs ou préfaciers de ses œuvres, tels que Yun Chun‑nyeon 尹春年 (1514-1567), auteur du Maewoldang seo 梅月堂序 (« Préface aux [Œuvres] de Maewoldang [Studio des pruniers sous la lune] »), Yi Ja 李耔 (1480-1533) et Yi San‑hae 李山海 (1538-1609) qui ont tous les deux préfacé le Maewoldang Ji 梅月堂集 (« Œuvres de Maewoldang », ou « Œuvres de Kim Si‑seup ») , l’ouvrage qui contient aussi le Kim Si-seup jeon 金時習傳 (« Biographie de Kim Si‑seup 李珥 (1536-1584). Nous nous référons ici à des éléments biographiques contenus dans tous ces textes, réunis dans le Maewoldang jip en 23 juan3.

  • 4 Yanban 兩班 désigne la classe dirigeante (fonctionnaires civils et militaires) à l’époque (...)

3Né à Hanyang, actuel Séoul, en 1435, c’est-à-dire la 17e année du règne de Séjong 世宗 (1397-1450, règne 1418-1450), dans une famille de yangban4 militaire, Kim Si‑seup fut l’un des grands lettrés confucianistes de son temps. Il est aussi connu par ses pseudonymes : Maewoldang 梅月堂 (Maître du Studio des pruniers sous la lune), Dongbog 東峰 (Pic de l’est), Byeosan cheongeun 碧山淸隱 (Ermite pur de la montagne verte), Chweseong 贅世翁 (Homme inutile au monde) ou encore Seoljam 雪岑 (Petite montagne enneigée) quand il était moine. La légende dit qu’il était comme un Confucius réincarné, connaissant la raison des choses dès sa naissance.

  • 5 Les six fidèles serviteurs mis à mort (sa yuk sin 死六臣) par le roi Sejo en 1455 (...)

4En 1455, pendant qu’il étudiait dans un temple en vue de la préparation des concours mandarinaux, Kim apprit l’abdication de Danjong 端宗 (1441-1457, règne 1452-1455), âgé alors de 14 ans, au profit de son oncle Suyang 首陽大君 qui deviendrait le roi Sejo 世祖 (1417-1468, règne 1455-1468). En effet, c’était un usurpateur. Certains fonctionnaires intègres, lettrés ou militaires, qui s’opposaient à l’usurpation de Sejo, essayèrent alors de remettre l’ancien roi sur le trône. Mais le projet fut avorté car découvert avant son exécution. Beaucoup furent exécutés après avoir subi des tortures5. Le roi Sejo isola son neveu Danjong à Yeongwol, dans la province de Gangwon, et le fit tuer deux ans plus tard. Ces événements conduisirent Kim Si‑seup à mettre au feu tous les livres qu’il étudiait. Il décida alors de vagabonder un peu partout à l’instar d’un moine et mena une vie d’errance et de solitude. Il voulait avant tout se couper du monde politique pour témoigner de sa loyauté envers le roi déchu. L’usurpation du roi Sejo le marqua pour toute sa vie : au lieu de s’intéresser au monde présent qui avait perdu sa légitimité sous le règne de ce roi usurpateur, il s’installa dans une vie d’ermite. Il séjourna dans plusieurs monastères avant d’arriver à Gyeongju dans la province de Gyeongsang à l’âge de 28 ans (8e année du règne de Sejo). Il pensa à se fixer en s’installant dans le temple Yongjangsa 茸長寺, situé au flanc du mont Geumo 金鰲山, mais, malgré sa volonté de s’éloigner des affaires de l’État, il attirait l’attention des lettrés de la famille royale qui connaissaient son talent. L’année suivante, il monta à Hanyang (Séoul) sur la recommandation du prince Horyeong 孝寧大君 (1396-1486), deuxième frère de Sejong et oncle de Sejo. Ce prince était un protecteur du bouddhisme et s’opposait à la politique d’oppression de ce dernier au seul profit du confucianisme. Kim Si‑seup resta dans un temple de la cour pendant dix jours seulement et participa à l’entreprise de la traduction du Myo byeop yeon hwa gyeon 妙法蓮華經 (Sûtra du lotus).

5Alors qu’il avait 31 ans (11e année du règne de Sejo), il revint au temple Yongjang-sa et fit construire une loge aux alentours. Il assista à cette époque à la cérémonie d’inauguration du temple Wongaksa 圓覺寺 à la demande du prince Hyoryeong. Il y resta jusqu’à l’âge de 37 ans en refusant l’ordre du roi Sejo lui demandant de retourner à la capitale. C’est durant cette période qu’il composa le Geumo sinhwa. Il retourna à la capitale à l’âge de 38 ans, c’est-à-dire à la 3e année du règne de Seongjong 成宗 (1457-1495, règne 1469-1495), avec l’ambition de servir le nouveau roi. Il se remit alors à l’étude des Classiques confucéens. Mais il échoua une nouvelle fois aux concours mandarinaux et ne put entrer dans la fonction publique. Il alla vivre au mont Surak 水落山, situé au nord de Hanyang. Par nostalgie de la vie séculière, il quitta la montagne à l’âge de 47 ans (12e année du règne de Seongjong) et laissa pousser ses cheveux. Après un retour à la vie laïque, il fit à nouveau des offrandes à ses ancêtres et se maria. Mais la mort de sa femme, survenue un an après leur mariage, le fit repartir en errance à Gwandong 關東, dans la province de Gangwon. Pendant ses déplacements, il rencontra des lettrés en fonction, notamment Yu Ja‑han 柳自漢 (?-1504), sous-préfet 府使 de Yangyang 襄陽 avec qui il noua des relations amicales et à qui il enseigna les Classiques. En refusant les propositions d’un nouveau mariage et d’un poste administratif, il erra ici et là jusqu’à l’âge de 59 ans. Il se rendit notamment au temple Muryangsa 無量寺 situé dans la région de Buyeo (province de Chungcheong), où il rédigea une postface au Myo byeop yeon hwa gyeon 妙法蓮華經. C’est là où il s’éteignit en 1493 à l’âge de 58 ans, soit la 24e année du règne de Seongjong.

6Dès sa mort, de nombreux lettrés souhaitaient publier sa poésie. Le travail de compilation de ses œuvres commença véritablement à partir de 1521, soit 18 ans après la disparition de l’auteur, sur l’ordre des rois successifs. En 1521, Yi Ja 李耔 (1480-1533) présenta au roi Jungjong 中宗 (1488-1544, règne 1506-1544) un recueil composé des poèmes de Kim qu’il avait collectionnés pendant dix ans et pour lequel il avait fait une préface. Yun Chun‑nyon 尹春年 (1514-1567) composa le Maewoldang seonsaeng jeon 梅月堂先生傳 (« Biographie de messire Maewoldang »). En 1582, le roi Seonjo 宣祖 (1552-1608, règne 1567-1608) ordonna la compilation du Maewoldang jip 梅月堂集 (« Œuvres de Maewoldang »). Il demanda en même temps au grand lettré Yi I (1536-1584) d’écrire pour le recueil le Kim Si-seup jeon 金時習傳 (« Biographie de Kim Si‑seup »). L’année suivante, Yi San‑hae 李山海 (1538-1609) remit au roi le Maewoldang jip seo 梅月堂集序 (« Préface aux Œuvres de Maewoldang »). Tous ces textes doivent beaucoup à la lettre que Kim Si‑seup avait adressée à son ami Yu Ja‑han : Sang yu yangyang jin jeong seo 上柳襄陽陳情書 (« Lettre adressée à Yu, sous-préfet de Yangyang »), où Kim Si‑seup donne lui-même des détails sur son enfance, sa jeunesse et sur le choix de son mode de vie.

  • 6 Institute of Eastern Studies, 1979, « Maewoldang-ui sasang-gwa munhak 梅月堂의 思想과 文學 », (...)

7Le Maewoldang gip 梅月堂集»), publié en 1583 par le Bureau de révision des livres (Gyoseogwan 校書館), comprend 11 volumes qui totalisent 23 juan. En 1782 (6e année du règne Jeongjo), Kim Si‑seup fut promu à titre posthume au poste de ministre de la Fonction publique, poste auquel s’ajouta deux années plus tard l’attribution du titre de Sire de pureté et de simplicité (淸簡公). En 1927, Kim Bong‑gi 金鳳起, un descendant de la famille de Kim Si‑seup, publia, dans une typographie modernisée, le Maewoldang gip 梅月堂集 en 6 volumes qui totalisent 23 juan : 4 volumes (15 juan) de poésie (2 200 poèmes), 1 volume (6 juan) de textes et 1 volume d’annexes (2 juan). L’Institute of Eastern Studies (大東文化硏究院) de l’université de Sungkyunkwan publia en 1973 le Maewoldang jeongip 매월당전집 梅月堂全集 (« Œuvres complètes de Maewoldang ») sous forme de fac-similés, et qui ajoute au corpus certains textes retrouvés de l’auteur6.

  • 7 Le premier roman écrit en hangeul est né avec le Hong Gil-dong jeon 洪吉童傳 (Histoire de (...)
  • 8 Littéralement, Namyeombu 南炎浮 signifie « sud-chaleur-flottement ». Yeom 炎 (yan (...)

8Même si Kim Si‑seup resta fidèle toute sa vie à son éducation confucéenne, il n’avait pas choisi le sédentarisme. Dans les temples, il vivait avec les autres moines, lisait des sutras bouddhiques et méditait. Par ailleurs, il manifestait un vif intérêt pour le taoïsme, il lisait attentivement les livres taoïstes tels que le Zhuangzi et le Laozi. Lui qui était chétif de nature se mit à la pratique des techniques de longévité et d’immortalité. Le Geumo sinhwa 金鰲新話, qui traduit fort bien cet esprit syncrétiste, est considéré comme le premier roman coréen écrit en chinois classique à la fin du xve siècle7. On ignore aujourd’hui combien de nouvelles le manuscrit contenait exactement lors de sa création. Cinq nous sont parvenues, qui sont : Manboksa jeopo gi 萬福寺樗蒲記 (« Le Jeu de dés dans le temple de dix mille bonheurs »), Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳 (« Le Lettré Yi guettant à la dérobée une maison à travers le mur »), Chwiyu bubyeokjeong gi 醉遊浮碧亭記 (« Une promenade [du lettré Hong], ivre, dans le pavillon Bubyeok »), Namyeombu ju ji 南炎浮洲志 (« Le Voyage dans l’île des enfers8 »), Yonggung bu yeon rok 龍宮赴宴錄 (« L’Invitation à un banquet au palais du roi-dragon »).

  • 9 Kim Gi‑dong, 1976, « Yijo jeongi soseol-ui yeongu 李朝前期小說의 硏究 », p. 31-57.

9Il est supposé que le Geumo sinhwa a été écrit entre 1464 et 1469, lorsque l’auteur avait entre 30 et 35 ans9. Son sort est extraordinaire. Méconnu pendant longtemps en Corée même, il est connu en revanche au Japon et en Chine. En tous cas, le texte ne fut pas aussi diffusé que le Maewoldang gip 梅月堂集 dans les milieux des lettrés de la dynastie de Joseon (1392-1910). L’auteur n’exposa pas au monde le manuscrit du Geumo sinhwa et le conserva dans un endroit sûr. D’ailleurs, les éditions gravées sur planches de bois n’existent plus en Corée mais seulement au Japon et en Chine. Le fait remonte, selon les spécialistes, aux invasions japonaises entre 1592 et 1598. Des exemplaires du texte étaient sans doute découverts par les Japonais qui les emportèrent chez eux avec d’autres livres consacrés à la médecine. Ainsi, il y eut en 1653 au Japon une première gravure du Geumo sinhwa sur planches de bois selon la version conservée par la famille d’Ōtsuka Hikotarō 大塚彥太郞. Le texte fut gravé au Japon à plusieurs reprises et il existe des éditions de 1653, de 1660 et de 1884. En 1927, le poète coréen Choe Nam‑seon 崔南善 (1890-1957) découvrit par hasard dans une librairie de Tokyo cette dernière version (édition de 1884) en deux volumes. Il la rendit publique dans la revue Gyemyeong 啓明 (Lumières, no 9) dont il était lui-même éditeur. Depuis lors, le texte du Geumo sinhwa, mentionné jusque-là seulement dans les écrits de certains lettrés, fut enfin connu des milieux académiques de Corée. Les éditions de 1653 et de 1660 ont été découvertes de suite. En 1952, les copies manuscrites du Manboksa jeopo gi 萬福寺樗蒲記 et du Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳 ont été retrouvées par Jeong Byeong-ok 鄭炳昱, spécialiste de la littérature coréenne ancienne. Jusqu’aux années 1990, les chercheurs coréens confirmaient que le Geumo sinhwa n’avait pas été gravé en Corée. D’après eux, il circulait en reproductions copiées durant la dynastie de Joseon et ne fut gravé sur planches de bois qu’au Japon. Or, le sinologue coréen Choe Yong‑cheo 崔溶澈 a découvert en 1999, dans une bibliothèque à Dalian 大連, en Chine, une édition gravée sur planches plus ancienne que les versions précédant les invasions japonaises. Celle-ci est compilée par Yun Chun‑nyon 尹春年 (1514-1567), l’un des préfaciers du Maewoldang jip, comme nous l’avons évoqué plus haut. Sa postface au Geumo sinhwa date de 1564.

  • 10 Choe Yong‑cheo, 2003, Geumo sinhwa-ui panbon 金鰲新話의版本 ; Chang Kang-i Sun‑i, 2009, “The ci (...)

10Admirateur de Kim Si‑seup,Yun s’investissait dans la publication des livres. Il recueillit les poésies que Kim composait en voyageant partout dans le pays entre 23 et 37 ans et fit graver le Geumo sinhwa sur les planches de bois. Il est avéré que cette version gravée fut préparée pendant les règnes des rois Jungjong et Myeonjong (1506-1567). Cela signifie qu’une version gravée du Geumo sinhwa existait avant l’édition 1583 du Maewoldang jip 梅月堂集. Cette découverte a radicalement changé l’étude philologique du Geumo sinhwa. Le professeur Choe Yong‑cheo a publié en 2003 le Geumo sinhwa-ui panbon (« Les Éditions du Geumo sinhwa ») dans lequel il rend publique cette édition retrouvée en Chine. Dans cette étude, il met en évidence les différences entre cette édition qui paraît être la plus ancienne, celles publiées au Japon et les reproductions de Josoen. C’est aussi Yun Chun‑nyon qui réédita en 1559 le Jiandeng xinhua de Qu You, indissociable du Geumo sinhwa, lorsqu’il assura les fonctions de ministre de la Fonction publique et de chargé de mission du Bureau de révision des livres10.

Rapport entre le Geumo sinhwa 金鰲新話 et le Jiandeng xinhua 剪燈新話

11La genèse du Geumo sinhwa doit beaucoup au Jiandeng xinhua (1378 ?) de Qu You (1341-1427), lettré de la Chine des Ming (1368-1644). Le texte chinois, qui a contribué à l’émergence du genre romanesque en Asie orientale, fut introduit en Corée au début de la dynastie de Joseon (1392-1910), et a été continuellement lu et apprécié par les Coréens jusqu’au début du xxe siècle. Plusieurs commentaires linéaires furent publiés. Kim Si‑seup a également écrit une note après la lecture du récit chinois : Jeondeung sinhwa hu 剪燈新話後. Or, le Geumo sinhwa n’est pas une simple imitation du Jiandeng xinhua. On peut comparer les deux textes pour comprendre comment l’auteur coréen tire profit du texte chinois pour une recréation au sens plein du terme.

12Le Jindeung sinhwa de Qu You est composé, dans la version qui nous est parvenue, de 22 nouvelles en 4 juan de cinq récits chacun, et d’une annexe comprenant deux brèves nouvelles :

  • 水宮慶會錄 (« le Banquet de fête au palais aquatique »)
  • 三山福地誌 (« la Contrée bienheureuse des Trois Monts »)
  • 華亭逢故人記 (« Une rencontre entre amis à Huating »)
  • 金鳳釵記 (« l’Épingle d’or au phénix »)
  • 聯芳樓記 (« le Pavillon des Parfums Réunis »)
  • 令狐生冥夢錄 (« Linghu se rend en songe aux enfers »)
  • 天台訪隱錄 (« la Visite à un ermite dans le mont Tiantai »)
  • 滕穆醉遊聚景園記 (« Teng Mu, ivre, visite le parc des Paysage Assemblés »)
  • 牡丹燈記 (« les Lanternes-pivoines »)
  • 渭塘奇遇記 (« Une étrange rencontre à la digue de la Wei »)
  • 富貴發跡司志 (« le Maître du bonheur et de la fortune »)
  • 永州野廟記 (« le Temple rustique de Yongzhou »)
  • 申陽洞記 (« la Grotte de Shenyang »)
  • 愛卿傳 (« Biographie d’Aiqing »)
  • 翠翠傳 (« Émeraude »)
  • 龍堂靈會錄 (« Une réunion magique au palais du Dragon »)
  • 太虛司法傳 (« le Juge de la cour du Vide-Suprême »)
  • 修文舍人傳 (« Biographie du Grand Secrétaire »)
  • 鑑湖夜泛記 (« Une promenade nocturne en bateau dans le lac Jian »)
  • 綠衣人傳 (« la Belle aux habits verts »)
  • 秋香亭記 (« Pavillon de  Qiuxiang »)
  • 寄梅記 (« Pour la fleur de prunier ») 11

13Kim Si‑seup s’inspire directement de l’œuvre de Qu You. Il est évident que l’idée de composer ses nouvelles lui est venue à la lecture du Jiandeng xinhwa, pour lequel il exprime plusieurs fois son admiration dans ses poèmes. Le titre de son propre recueil reprend l’expression 新話, « nouveaux contes » ou « nouvelles histoires » (sinhwa en coréen ; xinhua en chinois). Le mont Geumo 金鰲 (la Tortue d’or), près de Gyeongju, fait pour sa part référence au lieu de composition. Kim mêlait dans son œuvre sa propre expérience, les contextes historiques de Corée et la structure des contes de son prédécesseur chinois. Les titres des cinq nouvelles du Geumo sinhwa sont les suivants :

  • 萬福寺樗蒲記 (« le Jeu de dés dans le temple de dix mille bonheurs »)
  • 李生窺墻傳 (« le Lettré Yi guettant à la dérobée une maison à travers le mur »)
  • 醉遊浮碧亭記 (« Une promenade [du lettré Hong], ivre, dans le pavillon Bubyeok »)
  • 南炎浮洲志 (« le Voyage dans l’île des enfers »)
  • 龍宮赴宴錄 (« l’Invitation à un banquet au palais du Roi Dragon »)

14On peut établir une correspondance selon le degré d’affinité que les nouvelles de Kim Si‑seup ont avec celles de Qu You. Mais il s’inspire parfois de plusieurs titres de Qu You, comme le montre le tableau suivant :

      

金鰲新話 (Kim Si‑seup) 剪燈新話 (Qu You)
萬福寺樗蒲記 滕穆醉遊聚景園記
李生窺墻傳 翠翠傳
醉遊浮碧亭記 鑑湖夜泛記
南炎浮洲志 令狐生冥夢錄, 太虛司法傳
龍宮赴宴錄 水宮慶會錄, 龍堂靈會錄
  • 12 Cho Dong‑il, Daniel Bouchez, 2002, Histoire de la littérature coréenne. Des origines à (...)

15De manière générale, les structures et le contenu même des récits chinois et coréens sont assez similaires. Mais Kim Si‑seup réalise une formidable transformation du texte de Qu You en transposant les personnages et le contexte romanesque dans un décor proprement coréen. Il faut dire aussi que l’influence subie par Kim Si‑seup n’est pas uniquement le fait des écrits de Qu You. Les Coréens étaient en contact avec l’empire chinois depuis la période des Trois Royaumes (Goguryeo, 37 av. J.‑C.-668 ; Baekje, 18 av. J.‑C.-660 ; Silla et Silla unifié, 57 av. J.‑C.-935), avec la Chine des Tang puis des Song. Les Chuanqi 傳奇 (jeongi, « histoires extraordinaires ») des Tang et des Song avaient déjà eu un impact important dans le milieu des lettrés coréens. Kim Si‑seup s’appuie évidemment sur cette littérature orale transmise de génération en génération. Les fantômes ne sont pas seulement chinois, ils sont aussi coréens. Les mythes et le folklore proprement coréens en fournissent des exemples. Les lettrés de Silla et de Goryeo (918-1392) s’inspiraient du folklore coréen pour écrire des histoires merveilleuses. Dans ce sens, le Geumo sinhwa s’inscrit aussi dans la tradition du Sui‑jeon 殊異傳 (« Histoires insolites ») dont « le titre semble recouvrir une compilation progressive, commencée à l’époque de Silla par Ch’oe Ch’i‑won [Choe Chi‑won 崔致遠, 857-?], continuée à celle de Goryeo et complétée ultérieurement par d’autres auteurs12 ». Seulement, Qu You a joué un rôle fondamental dans la mesure où le genre xiaoshuo 小説 sera propulsé sous la plume de Kim Si‑seup qui parfait cet art narratif sur le plan formel. A-t-on besoin des fantômes chinois en Corée ? Existe-t-il une frontière pour les fantômes ? Les fantômes chez Kim Si‑seup sont coréens mais ressemblent quand même aux fantômes chinois, tels qu’ils sont représentés par Qu You.

L’univers fantasmagorique dans le Geumo sinhwa

16On classe habituellement le Geumo sinhwa dans le genre fantastique qui remonte à la fin du royaume de Silla et au début de la dynastie de Goryeo. Les thèmes propres au genre et que Kim reprend à son compte dans son récit comprennent l’amour avec les fantômes, le commerce avec le roi des enfers et la vie dans le palais du Roi‑Dragon. L’auteur y dépeint un monde où l’on peut faire des va-et-vient entre ce monde et l’autre monde, entre la vie et la mort. Nous allons voir comment Kim Si-seup organise son univers fantasmagorique dans trois des cinq nouvelles où se déroule la rencontre entre un homme et une femme-fantôme ou une femme immortelle : Manboksa jeopo gi萬福寺樗蒲記 (« le Jeu de dés dans le temple de dix mille bonheurs »), Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳 (« le Lettré Yi guettant à la dérobée une maison à travers le mur ») et Chwiyu bubyeokjeong gi 醉遊浮碧亭記 (« Une promenade [du lettré Hong], ivre, dans le pavillon Bubyeok »).

L’union entre un homme et une femme-fantôme (inhongyo 人魂交)

17La première nouvelle, Manboksa jeopo gi萬福寺樗蒲記 (« le Jeu de dés dans le temple de dix mille bonheurs ») »), décrit une idylle entre un jeune homme et une morte à travers la vision de la transmigration bouddhique. Kim Si‑seup s’intéresse à la pensée de la production conditionnée (Yeongi 緣起 ou Inyeon saenggi 因緣生起) par le principe karmique, noyau de la pensée bouddhique. L’histoire est construite sur l’union entre un homme et une femme-fantôme. L’auteur y mélange l’historique au fantastique. Les attaques des pirates japonais servent de décor historique alors que le récit se déroule en trois lieux différents : le temple Manbok-sa où les deux personnages se rencontrent, Gaeryeong-dong, lieu du tombeau provisoire de la fille et le temple Boryeon-sa, où les parents de la fille donnent une offrande.

18Dans le temple bouddhique de dix mille bonheurs (萬福寺) qui se trouve à Namwon, dans la province du Jella, réside un jeune pensionnaire du nom de Yang. Il est célibataire et a perdu très tôt ses parents. Il compose et récite des poèmes pour exprimer sa solitude et son aspiration à l’amour. Durant la veille du 24 mars, pendant laquelle les jeunes célibataires peuvent faire, selon les coutumes, un vœu d’une rencontre en allumant une lampe au temple, il demande au Bouddha de faire avec lui une partie de dés. Il s’agit d’un pari : s’il perd, il fera des offrandes au Bouddha, et si c’est l’inverse, le Bouddha doit lui présenter une belle épouse. Yang jette deux fois un dé et finit par gagner. Il attend, caché sous la statue du Bouddha, qu’apparaisse une femme qui doit devenir son épouse. Le vœu est exaucé, et une belle fille apparaît soudain :

En un certain laps de temps, apparut une belle jeune fille, âgée de 15 à 16 ans. Le chignon légèrement décoré, son allure avait la grâce d’une immortelle ou d’une fée. L’air grave, elle tenait dans ses mains une bouteille contenant de l’huile, qu’elle versa dans les lampes. Après avoir mis de l’encens [dans l’encensoir], elle se prosterna après trois salutations à mains liées. Elle soupira : pourquoi ma vie a-t-elle été si infortunée ? Elle sortit alors de sa poitrine un papier qu’elle plaça devant le tabouret. Il y était écrit : je suis née He, à telle préfecture, tel lieu-dit. La frontière ayant été défaite par les nains envahisseurs japonais, il y avait dans tous les horizons des saccages, et les alertes frontalières n’avaient pas cessé pendant plusieurs années. [Ils] brûlaient nos maisons et pillaient nos populations qui s’enfuyaient dans tous les sens, et s’exilaient on ne sait où. Parents, serviteurs étaient séparés. Comme j’étais de nature frêle, je ne pouvais aller loin. Je m’enfermai alors dans le gynécée pour garder intacte ma virginité. Je n’étais pas entachée d’une relation passagère et avait évité tous les malheurs imprévisibles. Mes parents estiment que la virginité d’une fille doit être sans faille et cela fait trois ans qu’ils m’ont mise dans un endroit reculé et que j’erre parmi les herbes sauvages. Or, sous la lune automnale, devant les fleurs printanières, je tue mon temps avec tristesse ; sous les nuages sauvages et devant l’eau qui coule, je passe mes jours monotones. Résidant dans la profondeur des vallées, je regrette la courte durée de ma vie ; passant les belles nuits toute seule, je m’attriste à la vue de la danse solitaire du phénix aux cinq couleurs. Les jours et nuits accumulés, les âmes sensitive et corporelle sont anéanties ; jours d’été et nuits d’hiver, la vésicule est détruite et les tripes déchirées. Je prie seulement le Bouddha de m’accorder sa compassion : notre vie étant déterminée auparavant, personne n’échappe à la loi karmique. La vie est un lien. Que je puisse obtenir vite bonheur et joie. Avec toutes mes prières.

  • 13 Nous nous référons à l’édition moderne ponctuée par Yi Jae‑ho qui rassemble le Geumo s (...)

俄而有一美姬, 年可十五六, 丫鬟淡飾, 儀容婥妁, 如仙姝天妃, 望之儼然, 手携油甁, 添燈揷香, 三拜而跪, 噫而歎曰: 人生薄命, 乃如此耶? 遂出懷中狀辭, 獻於卓前. 其辭曰: 某州某地居住, 何氏某, 竊以囊 者, 邊方失禦,倭寇來侵, 干戈滿目, 烽燧連年, 焚蕩室廬, 虜掠生民, 東西奔竄, 左右逋逃, 親戚僮僕, 各相亂離, 妾以蒲柳弱質, 不能遠逝, 自入深閨, 終守幽貞, 不爲行露之沾, 以避橫逆之禍, 父母以女子守節不爽, 避地僻處, 僑居草野, 已三年矣. 然而秋月春花, 傷心虛度, 野雲流水, 無聊送日, 幽居在空谷, 歎平生之薄命, 獨宿度良宵, 傷彩鸞之獨舞, 日居月諸, 魂銷魄喪, 夏日冬宵, 膽裂腸摧, 惟願覺皇, 曲垂憐愍, 生涯前定, 業不可避, 賦命有緣, 早得歡娛, 無任懇禱之至13.

19La jeune femme est morte en fait depuis trois ans (elle s’est suicidée pendant une attaque des pirates japonais pour ne pas être violée). Ce point reste flou dans le passage. En tous cas, le jeune homme ne devine pas ce qui est suggéré (errance parmi les herbes sauvages, regret de la courte vie…). Elle prie le Bouddha de lui donner un bon époux pour terminer son célibat. Yang, qui assiste à la scène, s’avance vers elle et lui explique sa partie de dés. Dans une chambre du bâtiment des domestiques du temple, Yang et la jeune femme passent ainsi la nuit ensemble. Le premier ne sait toujours pas que sa partenaire est un fantôme. Aux alentours de deux heures du matin, elle ordonne de préparer une boisson à sa servante venue la chercher. Sur la table posée dans la cour, Yang sent les odeurs du vin qui n’appartiennent pas vraiment à ce monde et doute un moment de l’identité de la femme, même si elle prétend qu’elle est un être humain. Mais il ne la soupçonne pas, pensant qu’elle est une fille issue d’une famille noble et qu’elle a été envoyée par le Bouddha : « Ses manières de parler et de rire sont originales et élégantes, sa tenue très mesurée. » Au début du texte, la description du corps de la jeune femme remplace d’autres informations importantes sur une entité qui n’a même pas de nom.

20Avec un certain suspense, l’identité de l’héroïne se dévoile au fur et à mesure du déroulement du récit. Ce dévoilement se lie aux indices temporels : la nuit, le lever du jour, le jour. Au lever du jour, elle propose à Yang d’aller à Gaeryeong-dong 開寧洞, lieu où elle habite. Pendant qu’ils se déplacent, les gens du village qu’ils rencontrent n’aperçoivent que Yang ensorcelé par la femme-fantôme, qui, elle-même, reste invisible. Et ils arrivent au lieu :

Il y avait une petite maison extrêmement belle. La jeune femme invita le jeune homme à y entrer avec elle. Les couvertures et les rideaux y étaient extrêmement bien rangés, exposés de la même manière que la nuit d’avant [au temple]. Le lettré y resta trois jours. Sa joie était identique à celle qu’il éprouvait d’habitude. La servante était belle mais n’était pas maligne. Les ustensiles étaient propres mais pas raffinés. L’idée effleura Yang que cela n’appartenait pas au monde humain. Mais son attachement pour la femme était tellement fort qu’il ne pensa pas au reste. Voilà tout.

  • 14 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 57.

有一屋, 小而極麗, 邀生俱入, 裀褥帳幃極整, 如昨夜所陳. 留三日, 歡若平生. 然其侍兒, 美而不黠, 器皿潔而不文, 意非人世, 而繾綣意篤, 不復思廬而已14.

21Toutefois la femme révèle elle-même au bout de trois jours la particularité du lieu où ils sont : « Les trois jours d’ici équivalent à trois ans dans le monde des vivants. À présent, vous devez rentrer à la maison et vous occuper du ménage habituel. » Dans les croyances folkloriques, un jour dans l’autre monde est égal à un an dans l’ici-bas. Yang a donc passé trois ans avec la femme, durée de temps maximale qu’une âme peut rester avec un vivant après la mort. Elle lui offre un banquet d’adieu en faisant venir ses voisines et ses parentés, filles de nobles comme elle, et qui ont subi le même sort que le sien. À la fin du banquet qui fut aussi une joute poétique avec les invitées, elle lui donne un bol en argent et lui dit :

« Demain, je me ferai servir un repas par mes parents au temple du Lotus. Si vous ne m’abandonnez pas, attendez-les sur le chemin et venez avec eux au temple pour que je les voie. Est-ce possible ? » « Oui », répondit le jeune homme.

  • 15 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 58-59.

“明日, 父母飯我于寶蓮寺. 若不遺我, 請遲于路上, 同歸梵宇, 覲我父母, 如何? ”生曰: “諾15.”

22La temporalité narrative suit le rythme des jours. Le lendemain, Yang rencontre la famille de la morte à mi-chemin du temple du Lotus et est enfin informé de sa véritable identité par le père :

« Je n’avais qu’une fille. Elle fut tuée lors de la guerre contre les bandits-envahisseurs. Sans pouvoir lui offrir une tombe, on l’a mise en bière près du temple Gaeryeong-sa. Suivant les coutumes, l’enterrement n’a pas eu lieu. Et cela a duré jusqu’à présent. Aujourd’hui, c’est le jour du sacrifice de la troisième année de son décès. Je vais au temple lui donner une offrande et prier pour le repos de son âme. Si vous honorez votre rendez-vous, attendez l’arrivée de notre fille. N’en soyez pas surpris ! »

  • 16 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 59.

“吾止有一女子, 當寇賊傷亂之時, 死於干戈, 不能窀窆, 殯于開寧寺之間, 因循不葬, 以至于今. 今日大祥已至, 暫設齌筵, 以追冥路. 君如其約, 請竢女子以來, 願勿愕也16.”

23Amoureux plus que jamais, le jeune homme revoit de nouveau la femme-fantôme au temple du Lotus où les parents préparent une offrande pour elle. Une fois la cérémonie terminée, les parents sont surpris de la présence invisible de leur fille. On entend la nuit sa conversation avec le jeune homme. Et l’âme de la femme repart seule pour l’autre monde puisque son lien avec un vivant arrive à son terme.

24De là, le requiem de Yang commence à prendre forme. Le lendemain, Yang va au Gaeryeong-dong où il trouve le cercueil de son amoureuse. Il lui fait une offrande avec de la viande et du vin, lui brûle des sapèques en papier et l’enterre en exprimant sa profonde tristesse. Il va au temple et continue à faire des offrandes trois soirs de suite. Le soir du troisième jour, la jeune femme réapparaît et lui annonce sa réincarnation : « Grâce à votre dévouement, je renais homme dans un autre royaume. Même si j’ai pris un chemin différent du vôtre, je ne peux ne pas vous en remercier. Un karma purifié accompli, ne retombez pas dans la roue de transmigration des âmes. » Mais Yang, qui n’arrive pas à l’oublier, ne se marie pas. Il entre dans le mont Jiri où il ramasse les herbes médicinales. On perd sa trace.

  • 17 Qu You, 1986, En mouchant la chandelle, « Teng Mu, ivre, visite le parc de (...)

25La structure du récit dans le Manboksa jeopo gi 萬福寺樗蒲記 est similaire à celle du Teng Mu zui you Jujing yuan ji滕穆醉遊聚景園記 (« Teng Mu, ivre, visite le parc des Paysages-Assemblés ») de Qu You : la rencontre entre un homme et une femme-fantôme, leur union, leur séparation et enfin l’éloignement de l’homme du monde des poussières. Mais si l’on entre dans les détails, on trouve des différences. Concernant l’identité de l’héroïne, le récit chinois annonce qu’elle n’est pas de ce monde dès la première rencontre avec le héros. La femme-fantôme vit avec le héros pendant trois ans dans le pays natal de Teng Mu. Elle joue un vrai rôle d’épouse. Mais le Manboksa jeopo gi garde le suspense jusqu’au moment de la séparation. Le temps partagé entre le héros et la femme-fantôme est de trois jours, qui équivalent en réalité à trois ans de ce monde, de même que l’espace de leur vie commune est plus resserré : le lieu de sa tombe provisoire. L’héroïne du Manboksa jeopo gi s’est suicidée pour garder sa virginité contre des pirates japonais dans une guerre, tandis que celle du Teng Mu zui you Jujing yuan ji est un fantôme en quête de l’amour qu’elle n’a pas pu réaliser en tant que dame de la cour, car morte jeune. Les deux histoires ont aussi un dénouement similaire : les hommes renoncent à se marier. Ils entrent dans la montagne et y vivent comme des ermites : « Quant au jeune homme, il ne voulut plus, de sa vie, prendre femme. Un jour, il s’enfonça dans la montagne du Lac-des-Grues afin de cueillir des simples, et ne revint plus jamais17. »

26Mais Kim Si-seup introduit une dimension bouddhique, celle de la réincarnation de la femme-fantôme selon le principe de transmigration des âmes. Ceci est très probablement lié à sa propre expérience de moine. L’auteur explique la vie et la mort par le principe de la transmigration des âmes inscrit dans l’axe des trois mondes, correspondant à la vie antérieure, la vie présente et la vie future. Dans la transmigration de ces trois vies, ou temps, tous les phénomènes sont impliqués par l’effet de la loi du karma régissant les êtres. Tandis que le corps d’un être périt à sa mort, son âme continue donc à transmigrer selon des liens de cause à effet dépendant du bien et du mal réalisés de génération en génération. C’est un principe selon lequel le passé, le présent et le futur circulent à l’infini. Dans ce cycle de transmigration des âmes, la vie de l’homme n’est qu’un très fugitif instant face à l’éternité. Le présent n’est qu’une partie infime d’une série infinie de vies et d’âmes. De là, la mort n’est plus une fatalité de l’homme, ni la fin de la vie, mais le seuil d’une nouvelle vie. Ce principe de transmigration des âmes, inscrit dans la pensée bouddhique, est également le fondement du Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳, dans lequel l’auteur fait état de ses expériences bouddhiques.

L’union qui dépasse la vie et la mort

27Kim Si‑seup part en quête de l’amour et réfléchit sur le rapport de ce dernier avec la vie et la mort ; et cela ne s’arrête pas seulement à l’évocation d’une union entre un homme et une femme-fantôme invisible, mais s’étend aussi à l’univers réel. À la différence du Manboksa jeopo gi dans lequel l’homme est ensorcelé par la femme-fantôme, le Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳 (« le Lettré Yi guettant à la dérobée une maison à travers le mur ») traite d’une union absolue entre le mari et la femme qui dépasse la vie et la mort. Amoureux et mariés ensuite, les deux protagonistes vivent dans le bonheur, et ce jusqu’à la mort de la femme. La suite de cette nouvelle évoque les retrouvailles entre le mari survivant et la femme devenue fantôme. L’histoire se déroule dans la ville de Songdo, ancienne capitale de la dynastie de Goryeo (987-1392). L’arrière-plan historique est situé aux alentours de l’invasion de la Corée par les Turbans rouges (1361) à la fin des Yuan en Chine et qui commencèrent à attaquer Goryeo à partir de la 8e année du règne du 31e roi Gongmin 恭愍王 (1330-1374, règne 1351-1374). Deux ans plus tard, ils occupèrent Songdo et firent fuir le roi qui se réfugia vers le sud (Buju, Handong actuel). C’est à partir de cet événement historique qui avait causé beaucoup de souffrance aux populations de Goryeo que Kim Si‑seup a conçu cette nouvelle.

28Le jeune Yi, qui a 18 ans, est étudiant et beau garçon. Le personnage féminin du nom de Choe est une jeune fille âgée de 16 ans et aristocrate. Élégante, elle est douée en broderie et en poésie. Un jour du printemps, Yi, sur le chemin à destination de l’école confucéenne, regarde par hasard vers l’intérieur d’une maison cossue, par-delà le mur, et y aperçoit une jeune fille assise au milieu d’un petit kiosque. En faisant de la broderie, elle épanche son aspiration à l’amour dans un poème. Épris de sa beauté, il lui lance un papier blanc sur lequel il a composé un poème d’amour. Elle lui donne tout de suite une réponse en échange. La nuit, il franchit le mur et noue un lien conjugal avec elle. Chaque nuit, ils se rencontrent en secret.

29Or, la règle stricte d’une famille aristocrate n’autorise pas à l’époque de libres rencontres entre hommes et femmes. Peu de temps après, le père de Yi, qui découvre leurs relations dangereuses, installe son fils dans leur campagne natale après lui avoir reproché sa débauche. La fille, qui ne peut plus voir son amoureux, est alitée. Au bord de la mort, elle avoue à ses parents son sentiment pour Yi. Ceux-ci envoient immédiatement une entremetteuse chez les Yi. Mais le père de Yi refuse humblement la proposition du mariage des deux jeunes gens en raison de sa situation financière. Le père de la fille, qui est prêt à tout faire pour sauver sa fille unique, réussit à obtenir son accord au bout de trois interventions de l’entremetteuse. Désormais, Yi et Choe se sont mariés dans la bénédiction des deux familles et mènent une vie heureuse et paisible. Un an après leur mariage, Yi réussit le grand concours et reçoit une charge. Ayant un poste élevé, sa réputation est désormais connue, même à la Cour. Mais leur bonheur suprême ne dure pas longtemps.

30Car quelque temps après, en 1361 (10e année de règne du roi Gongmin 恭愍王), 100 000 Turbans rouges) envahissent la capitale de Corée. Les membres des deux familles se sont dispersés un peu partout suite à cette invasion. Yi échappe de justesse aux brigands mais sa femme est capturée par les brigands :

Les brigands menacèrent la femme, devenue leur prisonnière, de viol, celle-ci les injuriait à tue-tête : « Qu’un tigre ou un diable me tuent ou m’étranglent ! Je préfère me faire dévorer par un loup féroce plutôt que de me faire salir par un chien ou un cochon. » Furieux, les brigands la tuèrent et démembrèrent.

  • 18 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 95.

女爲賊所虜, 欲逼之, 女大罵曰: “虎鬼殺啗我, 寧死葬於豺狼之腹中, 安能作狗彘之匹乎?” 賊怒, 殺而剮之18.

31Pendant ce temps, Yi se cache dans un endroit isolé et a la vie sauve. Les Turbans rouges) disparaissent et il quitte son refuge pour rentrer seul chez lui. Il se rend à la maison de sa femme et n’y trouve personne. À minuit passé, il voit sa femme apparaître. Il sait qu’elle est morte et qu’elle est venue en fantôme. Mais il l’accueille à bras ouverts.

32Après avoir enterré les corps des parents tués par les brigands, ils continuent à vivre en mari et femme comme auparavant. Désormais, Yi renonce à chercher un poste, ne sort même pas lors des événements familiaux et oublie complètement toute occupation de la vie humaine. En échangeant tous les jours avec sa femme des vers de poèmes, il passe joyeusement son temps. Mais trois ans se passent, durée de temps autorisée pour un fantôme de rester dans ce bas monde, et la femme rappelle un soir à son mari qu’elle doit repartir. Dans ce sens, l’indice temporel, inscrit dans l’axe des trois périodes, suit un déroulement tantôt linéaire, tantôt circulaire :

 Nous nous sommes unis en trois périodes. Les vicissitudes des affaires du monde font que notre bonheur n’est pas rassasié, mais la triste séparation arrive soudain. » Elle se mit alors à sangloter. Le lettré lui demanda : « Pourquoi es-tu ainsi ? » La femme répondit : « Je ne peux échapper au sort décidé par le souverain du ciel. Estimant que notre lien prédestiné n’était pas terminé et que nous n’avions pas commis de péchés, l’Empereur de Jade m’a donné un semblant de corps pour que je puisse momentanément soulager votre chagrin. Mais ce n’était pas pour rester longtemps dans le monde humain ni tromper les vivants. 

  • 19 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 96.

“三遇佳期, 世事蹉跎, 歡娛不厭, 哀別遽至.” 遂嗚咽數聲, 生驚問曰: “何故至此?” 女曰: “冥數不可躱也, 天帝以妾與生, 緣分未斷, 又無罪障, 假以幻體, 與生暫割愁腸, 非久留人世, 以惑陽人19.”

33L’auteur insiste ici sur leurs liens. Très attaché à sa femme, Yi souhaite aller lui aussi dans l’autre monde plutôt que de passer seul le reste de sa vie. Mais elle lui explique qu’ils se trouvent chacun face à des destins qui ne sont pas inscrits dans le même axe temporel :

La femme répondit : « Vos jours ne sont pas encore comptés alors que mon nom est déjà enregistré sur le registre des fantômes : je ne pouvais jouir d’une longue vie. Si je m’attachais obstinément au monde des vivants en transgressant les règles, non seulement je serais incriminée, mais vous en seriez vous-même compromis. Je vous demande simplement, si vous voulez me faire une faveur, de recueillir ma dépouille pour qu’elle ne soit pas exposée au vent et au soleil. »

  • 20 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 97.

女曰: “李郞之壽, 剩有餘紀, 妾已載鬼籙, 不能久視. 若固眷戀人間, 違犯條令, 非唯罪我, 兼亦累及於君. 但妾之遺骸, 散於某處, 倘若垂恩, 勿暴風日20.”

34Soucieuse du sort de son mari et respectueuse des règles données par l’Empereur de Jade, elle quitte de nouveau et définitivement le monde humain. Yi ne peut survivre au chagrin de la séparation. Quelques mois plus tard, il quitte aussi l’ici-bas pour aller la rejoindre. Pour eux qui sont faits l’un pour l’autre, la distance qui les sépare n’est pas insurmontable. Leur mort n’est sans doute que le commencement d’une nouvelle vie. Leur amour transcende le temps et l’espace. Sujette à la théorie karmique du bouddhisme, cette nouvelle démontre la fidélité absolue et l’immortalité de l’âme qui doit se soumettre à la roue de la transmigration.

35L’histoire du Yisaeng gyu jang jeon 李生窺墻傳») s’inspire de celle du Cuicui zhuan 翠翠傳 (« Émeraude ») dans le Jiandeng xinhua de Qu You : l’amour et le mariage entre un pauvre lettré et une jeune fille issue d’une famille riche, fondés sur leur libre volonté, la séparation provoquée par la guerre, les retrouvailles et le dénouement marqué par la mort des héros. Mais les détails sont très différents dans les deux nouvelles. Dans le Yisaeng gyu jang jeon»), Choe perd sa vie en résistant aux brigands pour garder sa fidélité envers son mari. Mais Cuicui devient une concubine du général Li, chef des envahisseurs. Son mari Jin fait un long voyage de sept ans pour la retrouver. Il ne la voit qu’une seule fois chez le général, et prétend alors que c’est sa sœur. Les deux jeunes gens meurent l’un après l’autre. À la demande de la jeune femme, le général Li l’enterre à sa mort à côté de la tombe de son prétendu frère. En revanche, le Yisaeng gyu jang jeon») insiste sur la vie du couple après les retrouvailles des personnages principaux. Il s’agit d’une vraie histoire d’amour entre un homme et une femme-fantôme, alors qu’il n’y a rien de tel dans le Cuicui zhuan. Il y a deux explications de la mort de l’héroïne Choe, qui est explicite dans le Yisaeng gyu jang jeon. La première, c’est que la fidélité conjugale est plus en vigueur dans la dynastie de Joseon que dans la Chine de la fin des Yuan (Cuicui a été prisonnière d’un des généraux de Zhang Shicheng, rival de Zhu Yuanzhang, futur fondateur des Ming) ; la seconde, c’est que Kim Si‑seup veut témoigner par-là de sa propre loyauté envers le roi Danjong détrôné. La fidélité via la relation amoureuse qu’il décrit est une thématique de ses œuvres et reflète ses idées confucéennes sur la relation entre le souverain et le vassal.

L’union avec une immortelle

36Avec le Chwiyu bubyeokjeong gi 醉遊浮碧亭記 (« Une promenade [du lettré Hong], ivre, dans le pavillon Bubyeok »), l’écriture de Kim Si‑seup, très marquée par le confucianisme et le bouddhisme, s’ouvre sur le taoïsme. Le Chwiyu bubyeokjeong gi relate une rencontre entre un jeune lettré et une princesse d’un des rois de Gija‑Joseon 箕子朝鮮, en Corée antique (c. 1122 av. J.‑C.-c. 195 av. J.‑C.), devenue immortelle. La nouvelle combine une promenade onirique et l’histoire d’un amour spirituel dans une atmosphère taoïste.

37L’histoire se passe au début du règne de Sejo 世祖 (1417-1468, règne 1455-1468). Le héros est le fils d’un riche commerçant, originaire de Songdo. Ce jeune homme du nom de Hong a une belle allure et un don poétique. Après avoir passé une soirée dévergondée avec ses amis, il se rend seul en bateau au pavillon Bubyeok situé à Pyeongyang (actuelle capitale de la Corée du Nord). Attiré par le beau paysage alors qu’il est légèrement ivre :

Il s’amarra sur une forêt de roseaux et grimpa doucement sur une échelle. En s’appuyant sur une balustrade et en promenant son regard sur toute l’étendue, il commença à psalmodier des vers à tue-tête. La couleur de la lune ressemblait alors à celle de la mer ; les lumières des vagues étaient comme de la soie blanche. Des oies sauvages criaient sur les îlots de sables ; sur les pins, les gouttes de rosée furent surprises par des grues. Tout avait l’air majestueux, comme s’il se trouvait dans le palais immortel de la pureté et du vide.

  • 21 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 122.

繫纜蘆叢, 躡梯而登, 憑軒一望, 朗吟淸嘯, 時月色如海, 波光如練, 雁叫汀沙, 鶴驚松露, 凜然如登淸虛紫府也21.

38En effet, il se trouve dans un endroit qui donne accès au palais immortel de la pureté et du vide. Pendant qu’il compose six poèmes dans lesquels il exprime sa nostalgie du passé historique du royaume, il entend des bruits de pas en provenance de l’ouest. Apparaît alors une jeune femme élégante, accompagnée de deux servantes. Séduite par les poèmes de Hong, elle l’invite au repas céleste composé de tranches de viande de dragon et de boissons du monde taoïste. Voyant que Hong, un simple humain, n’arrive pas à les manger, elle envoie ses servantes chercher des nourritures terrestres pour lui.

39Entre-temps, elle révèle son identité, dont il est extrêmement curieux : descendante de Gija 箕子, roi légendaire (c. 1175 av. J.-C.-c. 1083 av. J.-C.), elle faillit mourir après la chute du Gija‑Joseon, ruiné par Wiman 衛滿 (3e siècle av. J.‑C.-2e siècle av. J.‑C.). Elle est ensuite initiée à l’immortalité grâce à un ancêtre, lui-même immortel. Le jeune homme et la princesse sont enivrés par leurs échanges de poèmes. À la différence des deux nouvelles précédentes, dans lesquelles l’amour entre l’homme et la femme-fantôme est lié aux plaisirs charnels, le Chwiyu bubyeokjeong gi 醉遊浮碧亭記 s’appuie sur une admiration spirituelle où la joute poétique occupe une place encore plus importante que dans les deux autres nouvelles.

40Or, une fois qu’elle finit sa composition, l’immortelle jette le pinceau, en se rappelant l’ordre de l’Empereur de Jade. Elle disparaît soudain. Quelque temps après, un tourbillon de vent emporte le rouleau sur lequel sont écrits ses poèmes. Surpris, Hong retourne au monde auquel il appartient et où ses amis l’attendent. Mais il tombe malade sans réussir à oublier la princesse immortelle. De retour à son pays natal, il s’alite pendant longtemps, ne pensant qu’à elle. Aucun remède ne fait effet. L’immortelle sollicite l’Empereur de Jade afin qu’il lui donne un poste, et le lui fait savoir dans un rêve par sa servante. Réveillé, il fait son ablution et quitte ce monde pour devenir lui-même immortel et rejoindre la princesse.

41Cette nouvelle de Kim Si‑seup fait penser au Jianhu ye fan ji 鑑湖夜泛記 (« Une promenade nocturne en bateau dans le lac Jian ») de Qu You. Les deux histoires évoquent la rencontre entre une immortelle et un homme qui deviendra à son tour immortel. Mais la rencontre entre Hong et la princesse Gi se réalise dans un espace terrestre, au pavillon Bubyeok dans la ville de Pyeongyang, tandis que celle entre le lettré Cheng Lingyan 成令言 et la Tisserande se passe dans la Voie lactée. La différence est aussi manifeste pour les héroïnes. Celle du Chwiyu bubyeokjeong gi était une princesse du royaume Gisa avant de devenir une immortelle. Elle est en visite dans le monde réel, et émue par des poèmes de Hong qui chantent le regret de la disparition du royaume Goguryeo au pavillon Bubyeok. De son côté, l’héroïne du Jianhu ye fan ji est une petite-fille de l’Empereur de Jade. Elle conduit Cheng dans la galaxie pour le charger de dénoncer dans le monde d’ici-bas le caractère non fondé de sa supposée relation avec le Bouvier. Mais ces deux œuvres ont un dénouement similaire : les deux héros deviennent immortels. À travers ce dénouement, Kim et Qu expriment leur recherche d’un monde idéal qui n’existe pas, qui n’est pas le monde réel. Globalement, le Chwiyu bubyeokjeong gi est plus développé en ce qui concerne les échanges poétiques entre la princesse immortelle et Hong. Kim Si‑seup y introduit une dimension historique en intégrant l’Antiquité de la Corée dans le récit fantastique.

Conclusion

  • 22 Maewoldang jip 梅月堂集, juan 17, 雜著 (Œuvres diverses), 鬼神第八 (Fantômes et esprits, 8), a_013 (...)

42L’univers fantasmagorique que Kim Si‑seup décrit est intimement lié à sa conception philosophique et à sa propre expérience. Pour lui, « les esprits relèvent des souffles droits et vrais qui circulent et se transforment entre Ciel et Terre. En bas, ils protègent le peuple ; en haut, ils obéissent au Ciel. C’est pourquoi on fait des autels pour eux et prie pour eux » (鬼神者。正眞之氣也。正眞之氣。運化兩間。下祐黎民。上順覆載。故立祠而禱之。22). On comprend dès lors la raison pour laquelle dans son œuvre les revenants, les fantômes ne sont jamais de mauvais esprits qui terrifient les vivants. D’autre part, la loyauté, le karma et l’immortalité, autant de thèmes qu’il met en place dans ses nouvelles, témoignent de sa quête d’un amour impossible à réaliser dans ce monde : union entre un être humain et une femme-fantôme ou rencontre entre un homme et une immortelle. Ces figures féminines qu’il a inventées sont caractérisées par leur beauté, leur vertu et leur culture poétique, ce qui est sans doute la caractéristique d’une image idéale des femmes pour l’auteur. Les circonstances de leur mort sont souvent liées à la guerre ou à une autre réalité historique. Elles en sont victimes, n’étant pas protégées par leurs hommes, impuissants devant ces vicissitudes, ou par leur pays qui ne cesse de subir des menaces extérieures. Il déplore dans une certaine mesure les conditions existentielles des femmes à travers la mise en scène du destin de ces femmes-fantômes, ainsi que celles des hommes pour lesquels le bonheur ne peut qu’être de courte durée. La rencontre puis l’union entre homme et femme-fantôme sont vécues avec une pleine intensité, décidée par l’aspect éphémère de ces instants. Par ailleurs, leur fidélité est mise en évidence dans les deux sens, celle de la femme, exigée par les valeurs de la société confucianiste, et celle de l’homme qui, après avoir vécu avec ces femmes-fantômes, renonce à la vie séculière. On peut aussi dire que Kim aspire à décrire de vraies histoires d’amour.

43L’influence de Qu You et de son Jiandeng xinhua sur Kim Si‑seup est indéniable. Mais on constate dans le Geumo sinhwa de nombreux remodelages, truchements voire tronquages effectués par rapport au texte chinois. Certaines nouvelles sont de sa pure invention. On peut dire que, à l’instar de Roland Barthes et avec quelques siècles de recul, il existe une sorte de bricolage avec le texte de Qu You d’une part, et avec ce qu’il entend, ce qu’il voit, ce qu’il vit d’autre part. L’intertextualité, la mise en abîme, les renvois au texte de Qu You se mélangent avec d’autres sources d’inspiration, et surtout avec la force imaginative de l’auteur, notamment dans les deux dernières nouvelles. Le Namyeombu ju ji 南炎浮洲志 (« le Voyage dans l’île des enfers »), inspiré du Linghu sheng ming meng lu 令狐生冥夢錄 (« Linghu se rend en songe aux enfers ») et du Taixu sifa zhuan 太虛司法傳 (« le Juge de la cour du Vide-Suprême ») de Qu You, et qui décrit l’histoire d’un lettré confucéen, célibataire et honnête, qui se rend dans son rêve à la rencontre du roi des enfers, qui le désigne comme son successeur. L’autre nouvelle, Yonggung bu yeon rok 龍宮赴宴錄 (« l’Invitation à un banquet au palais du Roi-Dragon »), à l’instar du Longtang linghui lu 龍堂靈會錄 (« Une réunion magique au palais du Dragon ») et du Shuigong qinghui lu 水宮慶會錄 (le Banquet de fête au palais aquatique) de Qu You, met en scène un lettré de la fin de la dynastie de Goryeo (918-1392), qui se rend en rêve au palais du Roi-Dragon et y reçoit, pour ses poèmes, des louanges et des cadeaux que nul ne songeait à lui accorder dans la réalité. Il faut dire aussi que la vie d’ermite menée par Kim ne peut que l’aider à pénétrer dans l’univers romanesque de Qu You, et à le dépasser au cours de la transposition de ses récits dans le contexte coréen.

Notes

1 Lunyu 論語 (Entretiens de Confucius), VI-22.

2 Il existe une traduction partielle en français de l’œuvre par Jacques Dars : Qu You, 1986, En mouchant la chandelle.

3 L’édition de 1583 est accessible sur le site : http://db.itkc.or.kr/index.jsp?bizName=MM&url=/itkcdb/text/bookListIframe.jsp%3FbizName=MM%26seojiId=kc_mm_a069[consulté le 29 février 2016].

4 Yanban 兩班 désigne la classe dirigeante (fonctionnaires civils et militaires) à l’époque de Joseon.

5 Les six fidèles serviteurs mis à mort (sa yuk sin 死六臣) par le roi Sejo en 1455 pour avoir tenté de remettre le roi Danjong sur le trône sont : Seong Sam-mun 成三問, Pak Paeng-nyeon 朴彭年, Ha Wi-ji 河緯地, Yi Gae 李塏, Yu Eung-bu 兪應孚, Yu Seong-won 柳誠源. Kim Si‑seup fait partie de ce qu’on appellera sin yuk sin 生六臣, six fidèles serviteurs vivants, qui renoncent à la fonction publique et vivent retirés en commémorant la mort de Danjong. Les cinq autres sont : Won Ho 元昊, Yi Maeng‑jeon 李孟專, Jo Ryeo 趙旅, Seong Dam‑su 成聘壽, Na Hyo-on 南孝溫.

6 Institute of Eastern Studies, 1979, « Maewoldang-ui sasang-gwa munhak 梅月堂의 思想과 文學 », p. 69-101.

7 Le premier roman écrit en hangeul est né avec le Hong Gil-dong jeon 洪吉童傳 (Histoire de Hong Gi‑dong) de Heo Gyun 許筠 (1569 -1618).

8 Littéralement, Namyeombu 南炎浮 signifie « sud-chaleur-flottement ». Yeom 炎 (yan en chinois) est homophone de yeom 閻 (yan) qui signifie « l’enfer ».

9 Kim Gi‑dong, 1976, « Yijo jeongi soseol-ui yeongu 李朝前期小說의 硏究 », p. 31-57.

10 Choe Yong‑cheo, 2003, Geumo sinhwa-ui panbon 金鰲新話의版本 ; Chang Kang-i Sun‑i, 2009, “The circulation of literary knowledge between Ming China and other countries in East Asia: the case of Qu You’s Jiandeng xinhua”.

11 Les titres soulignés sont traduits par nos soins, les autres étant dus à Jacques Dars (Qu You, 1986, En mouchant la chandelle).

12 Cho Dong‑il, Daniel Bouchez, 2002, Histoire de la littérature coréenne. Des origines à 1919, p. 96.

13 Nous nous référons à l’édition moderne ponctuée par Yi Jae‑ho qui rassemble le Geumo sinhwa 金鰲新話 (« Nouveaux Contes du mont de la Tortue d’or »), le Yuk sin jeon 六臣傳 (« Biographies des six serviteurs [exécutés] ») de Nam Hyo‑on 南孝溫 et le Yeonsaeng mongyu rok 元生夢游錄 (« le Voyage onirique du lettré Yeon ») de Im Je 林悌 (Kim Si‑Seup, 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 55) : Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話. Cette édition contient une traduction en coréen moderne des textes. Nous avons procédé à des modifications dans la ponctuation quand cela nous semblait nécessaire.

14 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 57.

15 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 58-59.

16 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 59.

17 Qu You, 1986, En mouchant la chandelle, « Teng Mu, ivre, visite le parc des Paysages-Assemblés », p. 74.

18 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 95.

19 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 96.

20 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 97.

21 Kim Si‑Seup et al., 1998, Geumo sinhwa 金鰲新話, p. 122.

22 Maewoldang jip 梅月堂集, juan 17, 雜著 (Œuvres diverses), 鬼神第八 (Fantômes et esprits, 8), a_013_354b
http://db.itkc.or.kr/index.jsp?bizName=MM&url=/itkcdb/text/bookListIframe.jsp%3FbizName=MM%26seojiId=kc_mm_a069.

Auteurs

IETT - Université Jean-Moulin Lyon-3

Asies/Inalco/Sorbonne Paris Cité