Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les connexions solidaires d’Emmaüs Connect

 | 
Emmaüs Connect

Enquête I. Les pratiques numériques des jeunes en insertion socioprofessionnelle1

Texte intégral

  • 1 Version remaniée de Les usagers des missions locales face aux technologies de l’information et de l (...)

« Les gens estiment que la maîtrise d'Internet ne nécessite pas de formation car c'est la génération Internet, alors qu'en réalité, il y a plein de choses qu'on ne connaît pas »

L. 25 ans, Bac +3, détenteur du Certificat informatique et internet universitaire (C2I), usager de la mission locale de Grenoble

Introduction : digital natives versus Neet

  • 1 Le lecteur pourra en avoir un aperçu, en langue française, dans les travaux de Boubée [2011], Brotc (...)

1Souvent qualifiés de digital natives (natifs numériques), les jeunes de moins de 25 ans ont été largement dépeints dans les médias comme naturellement enclins à utiliser et à maîtriser ces outils technologiques. Si aujourd’hui la plupart des études s’accordent sur la familiarité de cette tranche d’âge à un environnement de plus en plus numérisé, de nombreuses publications scientifiques, notamment anglo-saxonnes, ont remis en cause le concept de « natifs » numériques et lui ont parfois opposé celui de « naïfs » numériques [Hargittai, 2010]. Il n’est pas dans notre objet ici de faire un état de l’art détaillé de ces travaux1. Nous retiendrons simplement deux constats forts dressés par les spécialistes de ces questions. Le premier est que les personnes nées à partir des années 1990 n’ont pas des usages et des habilités numériques homogènes. Le second est que les connaissances et les compétences numériques acquises dans le domaine récréatif ne sont pas transférées dans d’autres domaines (scolaire, professionnel) [Boubée, 2011, ObTIC, 2013].

2Parmi ces travaux, peu se sont interrogés sur la mobilisation de ces compétences dans les trajectoires d’insertion sociale et professionnelle [ObTIC, 2013].

3En France, jusqu’à la fin des années 2000, les politiques publiques ont abordé le rapport de la jeunesse à Internet prioritairement sous l’angle de la prévention face aux risques du Web, de la sécurité des données et de la formation dans le cadre scolaire [Brotcorne et al., 2009]. Ainsi les rapports2 n’envisagent pas l’inclusion numérique sous l’angle des jeunes sortis du système scolaire ou en insertion professionnelle. Le besoin de sensibiliser les élus et décideurs politiques à ces problématiques a été mis en avant très récemment dans les recommandations du CNNum3.

4En 2013, plus de 1,9 million de jeunes de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en éducation, ni en formation, soit 17 % de la tranche d’âge4. 900 000 d’entre eux ne sont pas même engagés dans une démarche de recherche d’emploi. Parmi ces personnes, désignées en anglais sous l’acronyme Neet5, 85 % n’ont pas dépassé le lycée, et 42 % le collège.

5La majorité de ces jeunes ne vivent pas dans les quartiers sensibles et ne sont pas issus de l’immigration. Toutefois, les jeunes issus de l’immigration sont surreprésentés au sein de Neet par rapport à leur poids dans la population avec un taux deux fois plus élevé que celui de la moyenne nationale. Il en va de même pour les jeunes vivant en zones urbaines sensibles (ZUS), dont le taux de chômage atteint 45 %.

6Au-delà de ces jeunes Neet, les 15-24 ans sont très touchés par le chômage avec 22,7 %, contre 9,7 % pour l’ensemble de la population active au quatrième trimestre 20136.

7Ces jeunes sont confrontés davantage que les autres actifs à des freins empêchant ou retardant leur entrée sur le marché du travail. Parmi les obstacles identifiés par les conseillers des missions locales interrogés, on relève :

  • un faible niveau de qualification et/ou d’expérience professionnelle ;
  • une mise en concurrence directe avec des adultes et/ou des personnes plus qualifiées dans l’accès à l’emploi et aux organismes de formation ;
  • un réseau socioprofessionnel peu développé lié à un faible capital culturel, économique et social, qui dans un contexte où moins de 15 % des offres référencées passent par Pôle emploi, peut grever l’accès aux offres.

8Pour répondre à la problématique de l’emploi des jeunes qui est l’une des priorités des politiques publiques de l’emploi, il existe de nombreux dispositifs et programmes d’accompagnement renforcés (Contrat d’insertion dans la vie sociale, Accord national pour l’accès à l’emploi des jeunes en décrochage scolaire, Projet personnalisé d’accès à l’emploi, Plan local pour l’insertion et l’emploi, etc.). Cependant, la diversité des conventions financières et d’objectifs qui lient les missions locales aux différents financeurs peut complexifier les articulations entre les différents dispositifs et demeure généralement peu lisible pour les publics visés.

9Face à cet enjeu de société, et partant du constat que jusqu’à aujourd’hui l’action sociale et les professionnels de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes utilisent peu les outils numériques dans leur accompagnement, l’objectif d’Emmaüs Connect a été de comprendre à quels moments du parcours d’insertion le numérique pouvait être un levier pour le jeune.

  • 7 Voir Annexe 1 : méthodologie d’étude retenue.

10Il s’est donc agi d’interroger le rapport des jeunes en insertion professionnelle au numérique, leurs usages et leurs attentes en s’appuyant sur une démarche ethnographique. Cette étude7 n’a donc pas vocation à traiter des contextes d’usage du numérique ni à proprement parler des compétences numériques de base. Elle se propose d’éclairer la mobilisation ou non du numérique par les usagers des missions locales dans leur parcours d’insertion socioprofessionnelle.

Inégalités d’équipement

Des jeunes moins bien équipés en TIC que les jeunes du même âge

11Parmi les jeunes interrogés par questionnaire, les équipements les plus fréquents8 sont les smartphones9 (59,2 %) et les ordinateurs personnels (57,8 %), loin devant les ordinateurs partagés (32 %) et les tablettes (21,4 %). Avec seulement 82,5 % des jeunes interrogés disposant d’un ordinateur (personnel, partagé, ou les deux), l’accès à un ordinateur à domicile pour ce public est inférieur d’environ 20 points à celui des autres jeunes du même âge puisque 99 % des 12-17 ans et 94 % des 18-24 ans ont un ordinateur chez eux10.

  • 11 Régis Bigot, Patricia Croutte, Émilie Daudey, op.cit., 2013.

12De la même manière, le taux d’équipement en smartphone des usagers de la mission locale est de 15 points inférieurs à celui de la tranche d’âge 18-24 ans qui s’élève à 75 %11.

95 % des jeunes interrogés disposent d’un équipement pour se connecter…

13Aujourd’hui, la possibilité pour un jeune d’avoir accès à une connexion Internet est quasiment acquise pour l’ensemble de la tranche d’âge 16-25 ans. Ainsi, sur les 275 questionnaires renseignés, seules 14 personnes ne disposent d’aucun équipement pour se connecter à Internet (5 %).

14Cela s’explique, d’une part, par la possession d’un équipement personnel ou partagé et, d’autre part par l’existence, sur le territoire, de multiples lieux possibles de connexion (mission locale, espace public numérique, cybercafé, points wi-fi en libre accès, etc.).

15La très grande majorité des jeunes disposant d’une connexion Internet se connectent d’abord depuis leur domicile (90 %) ; 49 % se connectent partout via leur téléphone ou leur tablette. Bien que nous manquions de données pour caractériser les usages en fonction des lieux de connexion (public ou privé) et du type d’accès (personnel ou partagé), les observations réalisées au sein des missions locales semblent suggérer une spécification des usages en fonction des espaces. Ainsi, des jeunes bien équipés et disposant d’un accès à domicile viennent néanmoins à la mission locale pour consulter des offres sur les sites de recherche d’emploi sur les postes en accès libre, ce qui leur permet éventuellement de solliciter l’aide d’un conseiller ou d’une tierce personne. Cette différenciation des usages en fonction des espaces nécessiterait une étude plus approfondie.

16Il est important de souligner également que l’autonomie et le lieu d’accès influent sur la qualité de l’accès [Brotcorne, Mertens, Valenduc, 2009, p. 23].

… mais pas forcément de connexions pérennes

17Cependant, l’accès à Internet doit être nuancé par le facteur budgétaire. En effet, être équipé d’un smartphone, par exemple, ne signifie pas nécessairement disposer de ressources financières suffisantes et pérennes pour alimenter un abonnement à une connexion Internet de manière continue.

18Selon O., jeune femme de 25 ans ayant vécu en foyer de jeunes travailleurs (FJT), beaucoup de jeunes en FJT n’ont pas d'accès au téléphone ou n'ont pas de ressources financières suffisantes pour acheter du crédit téléphonique et de surcroît Internet. Elle-même a vécu cette situation lorsqu’elle habitait en foyer.

Dépasser les préjugés sur la « génération Internet »

19Si aujourd’hui les 16-25 ans sont très largement équipés et ont potentiellement facilement accès à une connexion Internet, cela ne préjuge pas du fait d’avoir une maîtrise du numérique suffisante pour réaliser une démarche de recherche d’emploi ou de formation outillée et structurée. Comme le soulignent Brotcorne et Valenduc dans leur étude sur les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’Internet, « l’accès au TIC ne conditionne pas automatiquement leur usage effectif et encore moins leur usage autonome et efficace » [2009, p. 50].

20Pour cette population, à l’instar de la tranche d’âge des 16-25 ans de manière générale, la problématique ne porte donc pas tant sur l’équipement que sur les usages et les compétences numériques.

Une consultation quotidienne d’Internet inférieure de 20 points aux jeunes du même âge

  • 12 Régis Bigot, Patricia Croutte, Émilie Daudey, op. cit., 2013.

21Internet est très largement entré dans les usages des jeunes interrogés : seul 1 % n’utilise pas Internet au moins une fois par semaine, contre 73 % qui l’utilisent tous les jours. Cependant, ce taux est inférieur de près de 20 points à celui des 18-24 ans dans la population française dont 91 % ont un usage quotidien d’Internet12.

Des jeunes dépourvus des outils numériques essentiels : l’exemple de l’email chez les primo-inscrits

  • 13 L’Association enseignement public et informatique estime, quant à elle, que le B2I est un échec en (...)

22Bien que les TIC soient enseignés au collège dans le cadre du Brevet informatique et internet (B2I) depuis 2002, leur maîtrise effective est difficile à estimer selon les professionnels de l’éducation13. Parmi les contenus enseignés, figurent l’apprentissage de la création d’une messagerie électronique et son usage. L’email peut être ainsi utilisé par les professeurs du secondaire dans leurs échanges avec les élèves, même de manière très ponctuelle. Cependant, le pourcentage de 16-17 ans possédant une adresse électronique lors de leur inscription en mission locale est très faible (même s’il est variable selon les territoires avec respectivement moins de 25 % à Lille et moins de 45 % à Grenoble).

23Ce faible taux de comptes de messagerie s’explique en partie par le fait que de nombreux jeunes ont pu perdre leurs identifiants ou bien ont des boîtes mails spammées, qui les rendent inutilisables, selon le constat rapporté par les conseillers.

  • 14 Selon l’étude réalisée en 2011 par Nicolas Guichon sur les usages personnels et les usages scolaire (...)
  • 15 D’après les données du rapport AFUTT-ANSA, juin 2011, op. cit.

24Si l’email n’est pas l’outil numérique utilisé prioritairement par les jeunes dans leurs usages privés – les élèves du secondaire, par exemple, préfèrent Facebook à l’email dans leurs échanges interpersonnels14 – ce faible taux de possession d’une adresse électronique est révélateur d’une méconnaissance des techniques de recherche d’emploi. En effet, tant les recrutements (envoi de candidature) que les offres passent de plus en plus par Internet. Selon le rapport de l'Association française des utilisateurs de télécommunications (AFUTT) – et de l'Agence nouvelle des solidarités actives (ANSA) de 2011, 80 % des offres d’emploi sont publiées sur Internet15.

25Si les missions locales comme les autres structures d’accompagnement des jeunes créent bien souvent des emails pour leurs usagers, cela n’implique pas nécessairement la prise en main par la personne, comme le relatent plusieurs conseillers.

Conseiller (mission locale de Lille)

" Tout le monde est un peu sensibilisé à l’adresse mail. Donc un jeune qui sera passé par un centre social, le centre l’aura aidé à créer une adresse, mais c’est pas le jeune qui l’a créée, il ne se l’est pas appropriée, il va l’oublier. Donc c’est quelque chose qui va mourir. Le travail est là aussi."

Conseiller (mission locale de Grenoble)

"Aujourd’hui, on est de plus en plus obligé de passer par le mail pour envoyer une candidature donc moi je crée des adresses mails toute la journée. Et je m’aperçois que finalement, allez on va dire que 1 jeune sur 2 n’a pas d’adresse mail. Ça encore…"

Mais ils ne savent pas se servir d’une boîte mail. S’ils ne l’ont pas créée, ils ne savent pas. Y’a non seulement la partie création de l’adresse mail mais aussi comment je m’en sers, qu’il faut essayer de véhiculer auprès des jeunes pour qu’ils s’emparent de l’outil et qu’ils arrivent à s’autonomiser vis-à-vis de ça.

C’est aujourd’hui indispensable.

Un usage limité de l’email grevant l’insertion professionnelle

  • 16 Plusieurs réponses étaient possibles.

26La relative faiblesse de consultation de l’email à usage professionnel fait écho aux moyens de communication préférés par les jeunes dans leurs échanges avec la mission locale. Selon les résultats globaux du questionnaire, ce sont d’abord le téléphone (65,4 %) et le SMS (63,6 %) qui sont plébiscités, devant le courriel (52,7 %)16.

Graphique 1. Fréquence de consultation de l’email professionnel par semaine

Graphique 1. Fréquence de consultation de l’email professionnel par semaine

27Cependant, si on affine les outils de communications utilisés selon le niveau de diplôme, on constate que l’email arrive en tête des moyens de communication pour les personnes les plus diplômées devant le SMS et le téléphone. Cela renvoie à la corrélation très nette entre le niveau d’études et la possession d’un email (graphique 2).

Graphique 2. Corrélation niveau d’études et possession d’une adresse mail, (Mission locale de Grenoble et Lille, 2009-2014)

Graphique 2. Corrélation niveau d’études et possession d’une adresse mail, (Mission locale de Grenoble et Lille, 2009-2014)

Le niveau VI correspondant aux formations « n’allant pas au-delà de la scolarité obligatoire » est fortement corrélé à l’absence de compte mail ; inversement, les niveaux III et plus (correspondant au niveau Bac +2 et au-delà) sont corrélés à l’ouverture d’un compte mail.

28Nous manquons ici de données sur les usages des réseaux sociaux et des messageries instantanées dans l’échange d’information et dans la communication sur les offres d’emploi. Mais on a cependant pu relever de nos échanges avec les jeunes que ceux-ci utilisent à dessein le caractère viral d’internet pour faire circuler de l’information reçue de la mission locale.

Des niveaux de maîtrise de la bureautique et d’Internet très variés

29Les jeunes interrogés au cours des entretiens déclarent avoir appris l’informatique depuis leur enfance (à l’école primaire, au collège où certains ont obtenu le B2I) et/ou par leur environnement familial et/ou amical.

30Si la plupart se déclarent à l’aise, quelques-uns reconnaissent cependant des lacunes en termes de maîtrise de la bureautique, en particulier du traitement de texte, souvent liées à une mauvaise maîtrise de la langue française, et/ou dans le cadre de l’utilisation d’Internet. Les forces et les faiblesses sont très variées, mais, à la différence des publics âgés, les jeunes rencontrés sont tous familiers du maniement d’un clavier et d’une souris.

31Certains déclarent facilement « bidouiller » leurs machines. Lorsqu’ils sont confrontés à un problème informatique, la quasi-totalité des jeunes utilisent leur réseau personnel (parents, amis) et/ou vont chercher les informations sur les sites et les forums, mais aucun ne fait référence à la mission locale.

32En l’absence de procédure de détection des niveaux réels de compétences bureautiques et numériques des publics reçus dans les missions locales étudiées, l’appréciation du niveau de compétence est assez difficile et rend hasardeuse une quantification fine des problèmes rencontrés.

  • 17 Des observations réalisées par Emmaüs Connect dans un point d’accueil Connexions solidaires en régi (...)

33Au-delà des compétences instrumentales, certains jeunes se montrent réfractaires au numérique et/ou éprouvent une appréhension vis-à-vis de ce médium lorsqu’il est nécessaire à des démarches comme l’actualisation ouvrant droit à la perception d’une aide par exemple. Certains jeunes demandent une aide alors qu’ils sont en capacité d’effectuer seuls ce type d’opération17.

Des compétences numériques peu adaptées à l’insertion professionnelle

34Si certains jeunes reconnaissent des difficultés, nombre d’entre eux n’évaluent pas forcément correctement les compétences numériques liées à la recherche d’emploi et n’appréhendent pas correctement leurs limites et l’étendue de leurs difficultés, n’ayant pas une vision fine des enjeux.

  • 18 Ce constat est partagé par les études de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation popul (...)
  • 19 Les parrains ou marraines en mission locale sont des bénévoles venant généralement du monde de l’en (...)

35C’est ce que traduit le décalage entre l’auto-déclaration des jeunes et l’appréciation qu’en ont les conseillers et autres intervenants de la mission locale qui sont souvent plus critiques sur le niveau de maîtrise du français, de l’informatique (maîtrise du clavier, traitement de texte) et d’Internet18, comme le relate un parrain rencontré à la mission locale de Lille19. Dans sa pratique, il pose la question sur les connaissances d'Internet, et souvent les jeunes répondent « pas de problème », mais en réalité, selon lui, « ils ne savent pas utiliser Internet, seulement les jeux ».

36Toujours selon ce parrain, « les jeunes ont une mauvaise maîtrise d’Internet, même de Google. Ils ne savent pas forcément reformuler des requêtes et creuser ». Il constate en outre beaucoup de difficultés en orthographe et en conjugaison.

37Ces lacunes constituent des freins biens réels pour l’accès à certains emplois, comme en témoignait un conseiller de la mission locale de Grenoble :

J’avais repéré une offre où il fallait être à l’aise avec les outils bureautiques, le jeune me disait « non, non, je n’y arrive pas. Je navigue sur Internet, mais après taper un courrier, ou utiliser Excel, je sais pas faire ». Donc après, on est bloqué.

38Un conseiller de la mission locale Alpes Sud Isère interrogé résumait le rapport des jeunes aux technologies de l’information et de la communication en deux grandes tendances :

Il y a ceux qui savent utiliser les TIC comme une force, qui sont très minoritaires et que l’on retrouve parmi les jeunes les plus diplômés (Bac +3 et au-delà).

Et il y a ceux qui en ont un usage « neutre » et qui concerne la majorité des jeunes suivis par les missions locales. C’est-à-dire des jeunes qui savent faire des recherches a minima, mais ne savent pas utiliser la fonction « recherche avancée » sur Pôle emploi, par exemple. Ils ont un usage d’Internet qui n’est ni performant, ni handicapant.

Ces conclusions corroborent nos propres observations réalisées auprès de jeunes en centre de formation lors de tests d’utilisation des fonctions « recherche avancée » sur trois sites d’emploi (Pôle emploi, Leboncoin, Indeed) et sur l’utilisation d’outils d’orientation en ligne (questionnaires de l’Office national d’information sur les enseignements et les professions [ONISEP], lesmetiers.net). Si tous les jeunes maîtrisent les compétences instrumentales (clavier, souris), certains rencontrent néanmoins des difficultés de compréhension des instructions lors de l’utilisation des questionnaires d’orientation métiers, ou ne savent pas comment avancer dans le site, i. e. aller voir les résultats proposés, ou encore comment revenir à la page précédente/à la page de résultats.

39Lors du test sur les sites d’emploi, les jeunes utilisent peu ou mal les outils de recherche avancée. Ces exemples soulignent à nouveau que la connaissance et/ou la maîtrise d’un site administratif ou de loisir n’implique pas automatiquement la transposition de compétences vers un autre usage d’Internet.

Facebook : un réseau social investi par les professionnels pour l’insertion, mais peu par les jeunes eux-mêmes

  • 20 À la question « La mission locale propose-t-elle des services numériques ? », 163 des 421 missions (...)

40Partant du constat de la difficulté à joindre les jeunes et cherchant à moderniser leur pratique, beaucoup de missions locales se sont équipées d’une page Facebook au cours des dernières années20. Cependant, comme en témoignait un conseiller de la mission locale Pévèle Mélantois Carembault (PMC), celles-ci ne sont pas en capacité d’évaluer son impact pour toucher et mobiliser des jeunes. Si certains jeunes utilisent ce réseau social pour chercher les comptes privés de leurs conseillers pour les informer d’un changement de numéro de téléphone, comme le rapportait un conseiller de Grenoble, cet usage est néanmoins restreint et n’implique pas que les jeunes connaissent la page Facebook de la mission locale.

  • 21 Pour un usage spécifique de Facebook dans le cadre de l’éducation spécialisée, voir Audrey Guiller, (...)

41Cet engouement pour le réseau social Facebook de la part de certains professionnels est révélateur d’une vision erronée des usages des jeunes, répandue dans les médias et la société. Si Facebook peut être un outil d’accompagnement dans certains cas bien précis21, ce surinvestissement révèle surtout en creux une méconnaissance des pratiques et des usages des jeunes de ce réseau social par les professionnels.

Encadré. Facebook : usage récréatif, usage professionnel

La diffusion très large de Facebook parmi le public-cible – 86,5 % des jeunes interrogés par questionnaire possèdent un compte – en fait un objet d’étude intéressant quant à savoir s’il donne lieu à la transposition d’un usage récréatif vers un usage professionnel. Dans le cadre d’une enquête portant sur les cultures numériques et trajectoires d’insertion professionnelle chez les 16-24 ans menée en 2013 auprès de 583 jeunes de la Région PACA (majoritairement des étudiants [61,7 %] et des lycéens [24,7 %]) l’Observatoire de la société de l’information en région PACA posait la question de la mobilisation des ressources relationnelles tissées sur la toile via les réseaux sociaux dans un contexte de recherche d’orientation (pour les lycéens), de stage ou d’emploi (pour les étudiants), d’emploi (pour les actifs en recherche d’emploi). La réponse, provisoire, apportée à cette question est une faible utilisation de Facebook dans une optique professionnelle, mesurée par la quasi-absence de contacts professionnels dans les amis sur Facebook [ObTIC, 2013, p. 32].

42Parmi les jeunes ayant répondu à notre questionnaire et possédant un compte Facebook (236), seuls 24,5 % déclaraient utiliser Facebook pour des motifs personnels et professionnels, sans que ne soit précisée la nature de ces usages professionnels (mise en réseau, prise de contact, etc.).

43Les entretiens qualitatifs menés permettent d’affiner ces données. Ils révèlent notamment que le fait de posséder un compte Facebook n’implique pas forcément un usage fréquent. Plusieurs jeunes ont un regard critique sur ce réseau social et sont conscients des risques inhérents (perte de confidentialité, usages possibles par de futurs employeurs). Il semble qu’il y ait une corrélation entre le niveau d’études et/ou l’âge et le regard critique que les jeunes portent sur ce réseau social.

44Un entretien mené avec des usagers de la mission locale de Lille, B. et L., 22 ans, internautes avertis (respectivement détenteur d’un Bac pro et d’un BTS), révèle que s’ils sont en demande de contacts avec des entreprises et souhaitent développer leur réseau, Facebook n’est pas forcément considéré comme l’outil adéquat :

Selon eux, le numérique est utile car il aide dans la transmission de l'information, permet l’instantanéité. Pour une communication et une diffusion rapide, l'utilisation de l'informatique donne une chance. Cependant, ils estiment tous deux que pour le domaine professionnel, Facebook n'est pas encore indispensable. B. va même plus loin en déclarant que Facebook ne devrait pas être utilisé comme réseau social professionnel, en raison des problèmes de confidentialité qu’il pose et de l’utilisation que peuvent en avoir les recruteurs. S’ils reconnaissent tous les deux que Facebook peut être intéressant pour la diffusion de l'information, aucun des deux ne mettrait un lien vers sa page Facebook. Ils estiment que Facebook pourrait même être contre-productif en raison de son accessibilité à un très grand nombre de personnes.

45L’usage des réseaux sociaux de type Facebook dans la recherche d’emploi demanderait une étude approfondie, inexistante à notre connaissance à ce jour.

LinkedIn, Viadeo : des réseaux sociaux professionnels peu connus car peu adaptés aux publics des missions locales

46Si Facebook est très répandu, les réseaux sociaux professionnels sont, eux, peu connus. Parmi les personnes interrogées par questionnaire, seules 6 % connaissent le réseau social professionnel Viadeo et 14 % LinkedIn. Il est vrai cependant que ces deux réseaux sociaux professionnels s’adressent surtout à des diplômés du supérieur, qui constituent une part minoritaire du public des missions locales. Néanmoins, même parmi les jeunes diplômés, l’intérêt pour les réseaux sociaux professionnels n’est pas forcément compris, comme l’illustrent les témoignages ci-dessous.

47K. (21 ans, Bac et 1re année d'école de commerce, en reprise d’études), qui utilise quotidiennement Internet à partir de plusieurs supports (ordinateur, tablette et smartphone) pour toutes ses démarches, connaît les réseaux sociaux professionnels Viadeo et LinkedIn, mais il ne les utilise pas souvent et n’appréhende pas forcément leur utilité.

48Cette situation est confirmée par F., conseiller :

« L’année dernière, on avait fait une après-midi pour créer sa page Viadeo, LinkedIn, et il y’en a peu qui ont adhéré. Ils [les jeunes] ne voient pas l’utilité et l’intérêt. Ils ne voient pas comment ça se manipule comme objet professionnel.

Mais parce qu’ils ont une vision de Facebook…

Du coup, dans le réseau social, ça court-circuite l’idée qu’on peut avoir de Viadeo… Parce que ce n’est pas du tout la même utilisation en fait.

En fait, ils ne voient pas pourquoi ils doivent faire un profil sur Viadeo. »

Internet omniprésent dans les démarches de la vie quotidienne

49Omniprésent dans la vie quotidienne des jeunes, Internet est très largement utilisé dans leurs démarches d’emploi et de la vie quotidienne (Graphique 3), ce qui révèle à la fois une facilité d’usage – le moteur de recherche Google est, pour la quasi-totalité des jeunes interrogés lors de l’enquête qualitative, le premier réflexe pour aller chercher une information (quel que soit le domaine concerné) mais aussi, un usage de plus en plus contraint par la dématérialisation des services administratifs, ce que suggère le fort taux de démarches administratives réalisées via Internet.

50Ce multi-usage d’Internet ne signifie cependant pas qu’Internet soit utilisé à titre exclusif ou qu’il soit envisagé comme le meilleur médium pour réaliser l’une ou l’autre démarche, comme l’illustre le témoignage ci-dessous :

Quand M. (22 ans, Bac) recherche une information sur le transport par exemple, elle consulte d’abord internet, mais elle estime que les informations ne sont pas claires. Son deuxième réflexe est de se rendre dans une agence de transports en commun. Cependant, à nouveau elle se déclare non satisfaite. Finalement, elle vient à la mission locale pour se faire expliquer ses droits au transport par un conseiller.

Graphique 3. Les usages d’Internet par les usagers de la mission locale

Graphique 3. Les usages d’Internet par les usagers de la mission locale

51Plus de 90 % des répondants déclarent utiliser Internet pour des usages de loisirs (musique, films, etc.), 87 % pour effectuer des démarches liées à l’emploi et 47 % pour des démarches liées aux transports.

52À l’instar des tendances relevées par le CNNum, les résultats du questionnaire montrent que plus le niveau d’études est élevé, plus les usages d’Internet dans la vie quotidienne sont multiples (tableau 1).

Tableau 1. Usages d’internet dans les démarches de la vie quotidienne en fonction du niveau d’études

Tableau 1. Usages d’internet dans les démarches de la vie quotidienne en fonction du niveau d’études

53Le témoignage de A. (22 ans, formation d'aide cuisinière, depuis 10 ans en France) révèle la complexité des usages et compétences numériques et l’importance de l’environnement personnel et social :

À l’instar des autres jeunes rencontrés, elle utilise Google quand elle recherche une offre. Si elle se dit à l'aise avec Internet, puisqu’elle sait envoyer une pièce jointe avec sa messagerie, utiliser les réseaux sociaux et autres services de messagerie gratuits (Viber, Facebook, Tango, Skype) pour communiquer avec sa famille à l’étranger, ou des applis pour télécharger de la musique, pour les autres choses, elle demande ou elle observe ses copines. Elle ne sait pas postuler sur Internet. On lui a montré deux fois, mais ça reste difficile. Son réseau social joue un rôle important puisqu’après avoir appris à utiliser Internet grâce à une amie à son arrivée en France, elle sollicite ses amies quand elle a des problèmes, ou se déplace chez des amies pour utiliser leur ordinateur, elle-même n’ayant qu’un smartphone (l’écran, petit, n’est pas très pratique pour réaliser ses démarches).

Même si elle déclare que « tout est sur Internet » – elle consulte les paiements de la CAF sur Internet – elle préfère néanmoins se rendre directement dans les institutions pour être sûre qu'on s'occupe d'elle.

Elle consulte les offres à la Mission locale, sur Pôle emploi, sur Google, Leboncoin. Mais elle ne va pas souvent sur Leboncoin car c'est compliqué : il faut mettre les pièces en ligne, ça prend du temps.

Dans le cadre de sa formation, on lui a dit l'importance de consulter sa messagerie, ce qu’elle fait deux fois par jour pour voir si elle a des offres ou des réponses.

54On observe donc, à travers cet exemple, à la fois l’importance du réseau social dans les usages informatiques et numériques, l’importance de la présence physique d’un interlocuteur pour accompagner des démarches administratives ou de recherche d’emploi, et les difficultés à intégrer pleinement des compétences numériques liées à la recherche d’emploi.

Internet très mobilisé dans la recherche d’emploi ou de formation mais pas de manière optimale

55La très grande majorité des jeunes déclarent utiliser Internet dans leur démarche d’emploi (86,9 %). Mais il faut ici distinguer le simple fait de taper un nom de métier sur un moteur de recherche et une démarche construite et ciblée. De manière générale, les jeunes interrogés ont une faible connaissance des sites de recherche d’emploi (nationaux ou régionaux), à l’exception du site de Pôle emploi, et ce déficit n’est souvent comblé que de manière aléatoire, selon que leur conseiller référent leur aura présenté ou non ces outils.

  • 22 Source : questionnaire réalisé par la mission locale de Lille auprès de 73 personnes du 1er décembr (...)

56De la même façon, Internet est peu mobilisé pour prendre connaissance des organismes accompagnant l’insertion professionnelle. Ainsi, tous les jeunes interrogés à Lille ou à Grenoble ont connu la mission locale par leur réseau (parents, amis) ou par hasard, mais pas par Internet. En outre, à Lille, une fois inscrits, seuls 40 % des jeunes interrogés connaissent le site de la mission locale, et 34 % sa page Facebook22.

  • 23 Gérard Marquié, INJEP, op. cit., 2012.

57Cette situation n’est pas propre à la mission locale, comme le montre une enquête sur les modalités de prise de connaissance du Réseau information jeunesse de Charente-Maritime réalisée auprès de 1 000 usagers en 2007 (tendances confirmées en 2009). Seuls 3 % avaient pris connaissance du réseau Information jeunesse par Internet contre plus de 60 % par leur environnement (42 % par des amis, 17 % par des parents)23.

58À nouveau, on constate l’importance de l’environnement de proches dans l’accès à l’information relative à la recherche d’emploi.

Au-delà des ressources numériques, la demande d’un accompagnement humain

59Le recours limité et/ou circonstancié à Internet dans la recherche d’emploi par les jeunes relève, au regard des témoignages de plusieurs jeunes rencontrés, de la recherche d’un accompagnement humain.

M. (24 ans, niveau bac) qui se déclare peu à l'aise avec Internet, du fait d’un manque de confiance en soi et de la peur de faire des erreurs, préfère voir un conseiller pour se renseigner sur une formation ou un métier. Elle ne va pas sur les sites. Cependant, pour les offres d'emploi, elle utilise le site de Pôle emploi et postule directement. De la même manière, pour rechercher des informations, elle va sur Internet, dans des agences (pour les voyages), demande à sa famille, même si le plus souvent elle préfère un contact humain.

N. (24 ans, Master 2) préfère également se déplacer pour regarder les offres. Elle estime que c'est plus simple de les examiner en direct avec son conseiller. Selon elle, la plus-value du conseiller par rapport au site, c'est que le conseiller connaît [l'offre, l'entreprise, les attentes] et donne son opinion. Elle est au courant de ce qui existe en termes d’outils numériques et utilise Internet tous les jours, mais elle a fait le choix de ne pas utiliser certaines choses (elle a un compte Facebook, mais ne s’en sert pas).

60Aujourd’hui, les demandeurs d’emploi suivis par Pôle emploi sont dans l’obligation d’utiliser le numérique, les services et les annonces étant dématérialisés. Cet état de fait, s’il est accepté de facto, ne satisfait cependant pas forcément tous les jeunes demandeurs d’emploi, même ceux à l’aise avec le numérique, comme en témoignait O. (25 ans, BTS) qui estimait presque dévalorisant [d’avoir un rapport intermédié par Internet] par rapport à un vrai contact avec une personne.

Les compétences numériques de base ne suffisent pas

61Au-delà de la transposition ou non des compétences acquises dans le champ récréatif ou de la mobilisation des réseaux sociaux vers le champ de l’insertion socioprofessionnelle, l’utilisation d’Internet dans la recherche d’emploi ne préjuge pas de la capacité à s’approprier tous les éléments d’une annonce ou à utiliser un site de manière optimale.

62Une observation réalisée à la mission locale de Lille illustre l’importance d’avoir un accompagnement approfondi sur le numérique, même une fois acquises les compétences de base.

Un jeune s’est connecté au site de Pôle emploi. Il a réussi à trouver une offre d’emploi correspondant à ses compétences professionnelles, mais au moment de postuler, il ne comprend pas qui est l’employeur [j’interviens alors pour l’aider]. Une fois que nous avons trouvé ensemble le site de l’employeur (une société d’Intérim possédant plusieurs agences dans toute la France), il ne sait pas utiliser la carte interactive qui apparaît et ne sait pas non plus situer Lille sur la carte de France.

63Cet exemple souligne également l’importance de prendre en considération des compétences plus larges que la simple acculturation à l’objet technologique, en l’occurrence, ici, des connaissances géographiques.

64Le problème est similaire pour des jeunes confrontés à une borne interactive sans y avoir été socialisés. Comme nous l’expliquait une conseillère de la mission locale PMC, pour des jeunes ruraux confrontés à une borne SNCF, par exemple, l’expérience peut être problématique : s’ils ne comprennent pas les premières questions, ils arrêtent, et ils ne vont peut-être ne pas prendre le train à cause de la complexité du fonctionnement de la borne ou bien du fait de la non-possession d’une carte de paiement. Confrontés à des problématiques importantes de mobilité en milieu rural, ces blocages ont un impact très fort dans le parcours d’insertion puisqu’ils peuvent différer ou casser une dynamique d’insertion.

  • 24 Les compétences de base renvoient ici au socle commun des compétences que tout élève de 3e doit avo (...)

65Cet accompagnement à l’usage de différentes technologies, s’il est crucial, renvoie également souvent à la nécessité d’une prise en compte de compétences de base et/ou cognitives24. Des jeunes se trouvent ainsi parfois bloqués car ils ne rédigent pas correctement les termes d’une requête ou ne sont pas capables de déterminer les mots-clés pour effectuer une recherche. De la même manière, des outils proposés par les conseillers dans leur accompagnement des jeunes peuvent être totalement contre-productifs s’ils ne sont pas compris correctement, comme l’explique un conseiller :

« On avait vu la difficulté pour faire un petit message pour accompagner l’envoi par mail du CV et de la lettre de motivation. Donc j’avais rédigé à ce jeune un petit mail type.

Et je me rends compte qu’en fait les jeunes ne réutilisent pas ces messages types. Ou alors, ils font un copier-coller, mais du coup ça n’a plus rien avoir avec l’annonce pour laquelle ils se sont positionnés. Donc là, c’est la catastrophe. »

Encadré. Les jeunes « sous main de justice » et le numérique

La problématique de l’accès à l’emploi se pose de manière accrue pour les jeunes « sous main de justice »a. C’est la raison pour laquelle nous avons cherché à savoir s’il existait des spécificités dans les usages du numérique chez ce public.

D’après les professionnels interrogés, il n’y a pas de spécificités propres aux jeunes « sous main de justice » par rapport aux jeunes 16-25 ans éloignés de l’emploi. Il peut y avoir des différences de degré (en termes de qualification, de faible ou d’absence d’expérience du travail, de compétences linguistiques, de taux de possession du permis de conduire, de la perception réelle du monde du travail, des problèmes de santé), mais pas de nature.

Le second constat est qu’il existe des problématiques spécifiques liées à l’incarcération et en premier lieu l’interdiction d’accès à Internet, ce qui induit des lenteurs dans les démarches à effectuer en vue de la sortie de prison et de la réinsertion. En outre, les détenus sont dépendants des informations relayées par des intervenants extérieurs, ce qui les maintient dans une attitude attentiste et passive. Enfin, les formations en informatique et numérique sont insuffisantes au regard des demandes.

Si les téléphones portables sont formellement interdits, en réalité de nombreux mobiles circulent en prison et permettent aux détenus de joindre des proches.

a. Dans les établissements pénitentiaires de Varce (Sud Isère) et d’Annoeullin et Sequedin (région lilloise) dans lesquels travaillent les référents Justice des missions locales de Grenoble et Lille respectivement, la quasi-totalité des jeunes « sous main de justice » connaissent les missions locales, Pôle emploi, etc. Ils ont pu être suivis avant leur incarcération, sont suivis pendant et après.

Attentes de formation

66Si les jeunes se déclarent facilement à l’aise avec Internet et demandent seulement des outils plus adaptés et plus performants, à l’inverse les conseillers sont, eux, beaucoup plus sceptiques sur leur autonomie instrumentale.

Tableau 2. Les besoins d’aides exprimés par niveau d’études

Tableau 2. Les besoins d’aides exprimés par niveau d’études

67Selon les conseillers de la mission locale de Lille, l’expression des besoins sur les trois premiers items (aide à la création d’une boîte mail, envoi d’une pièce jointe, rédaction d’un courrier professionnel), est inférieure aux besoins révélés par ce qu’ils observent au quotidien, en particulier de la part des personnes ayant un niveau d’études inférieur ou égal au Bac.

68Pour leur part, les conseillers de la mission locale de Grenoble estiment que la question de création d'une boîte mail est peut-être résolue (elle est traitée à l’école, dans les centres de formation, etc.) mais une question plus importante est celle de la gestion de la boîte mail (usage, se souvenir de son mot de passe, l'utiliser pour sa recherche d'emploi, boîte spammée). Une personne peut en effet avoir une boîte mail, mais ne pas savoir ou pouvoir s’en servir.

  • 25 Sources : questionnaire réalisé par la mission locale de Lille auprès de 73 personnes du 1décembr (...)
  • 26 Cette demande n’est pas en soi propre aux jeunes. La simplification et l’harmonisation des sites de (...)

69Les principales attentes des jeunes concernant le numérique25 portent à la fois sur une meilleure information sur les offres et la recherche d’emploi et sur une simplification des sites administratifs26, qui se traduit par le souhait d’avoir accès à :

  • une meilleure connaissance des sites de recherche d’emploi et de formation ;
  • une aide pour consulter, trouver et répondre aux offres d’emploi ;
  • une meilleure connaissance des réseaux sociaux professionnels et leur utilité dans la recherche d’emploi ;
  • une aide pour maîtriser l’environnement numérique qui se décline par une demande de simplification des sites, une aide pour la première inscription et/ou la première actualisation, par exemple sur le site de Pôle emploi, une formation au numérique.

70Chez beaucoup de jeunes rencontrés en entretien, on constate une réelle envie de connaître et de maîtriser les outils numériques facilitant la recherche d’emploi. Si plusieurs jeunes se déclaraient intéressés par des formations sur le numérique, aucun cependant ne connaissait de lieu pour se former.

Conclusion. Des jeunes en attente d’aide sur le numérique

  • 27 Pour une vision d’ensemble, voir notamment le mémo de European Computer Driving Licence (ECDL) Foun (...)

71À l’instar des études menées en France et au niveau international27, les données recueillies dans notre enquête mettent en lumière la nécessité de dépasser les préjugés sur la « génération Internet » : être un jeune adulte à l’ère d’Internet et du smartphone ne signifie en rien être en mesure d’utiliser ces outils dans un parcours d’insertion professionnelle, même si ces jeunes sont davantage habitués à un environnement technologique que leurs aînés.

72Ce changement d’approche est d’autant plus nécessaire que la lecture de la fracture numérique en termes de génération, en l’occurrence la « génération Internet », est contre-productive et masque des problèmes bien réels.

73Le passage de la scolarité et/ou de la sphère privée au monde du travail peut signifier pour beaucoup de jeunes le passage d’une zone de confort numérique, dans laquelle ils maîtrisent les codes de l’univers récréatif et ludique d’Internet, à une zone d’incertitude numérique face à un univers dont ils ne maîtrisent pas ou peu les codes et les enjeux.

74Dans un contexte de surabondance d’informations non hiérarchisées, les jeunes rencontrés sont en demande d’un meilleur ciblage de l’information pertinente au moment t, et d’une simplification des sites et des démarches. Beaucoup se disent également intéressés par une formation et un accompagnement au numérique, voire à la bureautique de base, mais ne disposent pas des ressources nécessaires (en termes de connaissance des lieux dispensant une formation, ou bien en termes de mobilité). Cela implique, de la part des pouvoirs publics, des missions locales et des acteurs de l’action sociale, la mise en œuvre d’un maillage clair du territoire sur les lieux de formation, et notamment les lieux de médiation numérique.

  • 28 D’après les données du rapport AFUTT-ANSA, juin 2011, op. cit.

75Cette évolution est nécessaire pour aider les jeunes à être en mesure de s’adapter à la fois à l’évolution du marché de l’emploi (80 % des offres d’emploi sont publiées sur Internet, et pour plus d’une offre sur trois, uniquement sur Internet, les candidatures se faisant en ligne28), à la dématérialisation des services publics, et ainsi les armer au mieux.

76Cela nécessite également de se doter de dispositifs de mesure des compétences numériques et non numériques requises pour la recherche d’emploi afin d’en évaluer l’intégration dans les pratiques des jeunes.

77Enfin au-delà même de la maîtrise des compétences numériques nécessaires à l’insertion professionnelle demeurent d’autres types de blocage qui nécessitent un accompagnement humain. Comme le résumait une éducatrice de rue à Lille : « les jeunes peuvent surfer avec le monde entier sur Internet, mais ils ne sont pas forcément mobiles eux-mêmes. Il y a la peur, la méconnaissance, c’est compliqué d'aller dans les administrations. Les jeunes ne connaissent pas les codes et ont peur du jugement ». Un autre sentiment partagé était énoncé de manière laconique par deux jeunes interviewés : « Les sites sont trop vagues, il reste quoi ? La mission locale, les candidatures spontanées, l'huile de coude ».

78Pour être effectives et être appropriées par les jeunes, les potentialités du numérique requièrent des actions concertées de la part de toutes les parties prenantes (État, collectivités, missions locales, action sociale) et la mise en place d’une approche agile et évolutive qui place l’humain, et non la solution technologique, au centre de ces préoccupations.

Bibliographie

79Association française des utilisateurs de télécommunications – Agence nationale des solidarités actives (AFUTT – ANSA), L’accès de tous aux télécommunications. Quelles offres pour quels besoins ?, Dossier technique, juin 2011.

80I. Aldeghi, F. Ducardonnet, L. Gilles, J. Pons, Réussir sa sortie (R2S) / Dispositif expérimental d'insertion des jeunes sous main de justice / Mission locale des Ulis, CREDOC, collection des rapports - n° R286 / 2012.

81Régis Bigot, Patricia Croutte, Émilie Daudey, La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française, CREDOC 2013.

82Nicole Boubée, « Caractériser les pratiques informationnelles des jeunes : les problèmes laissés ouverts par les deux conceptions “natifs” et “naïfs numériques” », Communication Rencontres Savoirs CDI, 24 octobre 2011.

83Nicole Boubée et André Tricot, « La formulation de requête, une pratique ordinaire des élèves du secondaire », in Actes du 6e colloque international du chapitre français de l’ISKO. Organisation des connaissances et société des savoirs : concepts, usages, acteurs, Université de Toulouse, juin 2007, pp. 135-151.

84Périne Brotcorne, Luc Mertens, Gérard Valenduc, Les jeunes off-line et la fracture numérique. Les risques d’inégalités dans la génération des « natifs numériques », Étude réalisée à la demande du Service public de programmation Intégration sociale et de son ministre de tutelle, par le Centre de recherche travail & technologies de l’association sans but lucratif Fondation Travail-Université (Namur), septembre 2009.

85Périne Brotcorne, Gérard Valenduc, « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’internet. Comment réduire ces inégalités ? », Les cahiers du numérique, 2009, 1, vol. 5, pp. 45-68.

86Conseil d’analyse économique, « L’emploi des jeunes peu qualifiés en France », Les notes du Conseil d’analyse économique, avril 2013, n° 4.

87Conseil national des missions locales, Chiffres d’activité des missions locales 2013, septembre 2014.

88ECDL Foundation, The Fallacy of the ‘Digital Native’: Why Young People Need to Develop their Digital Skills, 2014.

89Nicolas Guichon, « Les usages des TIC par les lycéens – déconnexion entre usages personnels et usages scolaires », Revue STICEF, 2012, vol. 19.

90Audrey Guiller, « Espace de connexion : l’usage des réseaux sociaux en prévention spécialisée », Actualités sociales hebdomadaires, 2 mars 2012, n° 2749, pp. 32-35.

91Gérard Marquié, « Information des jeunes », Les fiches repères, Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, novembre 2012.

92Gérard Marquié, « Usages du numérique », Les fiches repères, Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, janvier 2013.

93Maud Pellissier, Guillaume Pérocheau, Alena Siarheyeva, Laurent Collet, Cultures numériques et trajectoires d’insertion professionnelle chez les 16-24 ans, Enquête ObTIC (pour Observatoire de la société de l’information en région Provence-Alpes-Côte d’Azur), décembre 2013.

94Sophie Pène, « Cultures numériques et action sociale : le politique en partage », in Vincent Meyer (dir.), Les technologies numériques au service de l’usager… au secours du travail social ?, Bordeaux, LEH Édition, 2014, pp. 125-137.

95Les Français et le numérique, Baromètre INRIA 2014 – TNS SOFRES, mars 2014.

96Valérie Peugeot (coord.), Citoyens d’une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir : pour une nouvelle politique d’inclusion, Rapport à la Ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises de l’Innovation et de l’Économie numérique, Paris, Conseil national du numérique, octobre 2013.

Annexes

Annexe 1. Méthodologie d’étude

  • 29 Emmaüs Connect souhaite ici remercier toutes les personnes ayant collaboré à cette étude.

97Cette étude a été menée en collaboration étroite avec les missions locales de Grenoble et de Lille, ainsi qu’avec celles de Pévèle Mélantois Carembault (PMC) et Alpes Sud Isère29, et a bénéficié du soutien de l’Union nationale des missions locales. Le choix de ces terrains d’enquête réside dans le fait que les missions locales, membres du Service public pour l’emploi, ont le quasi-monopole de l’accompagnement des jeunes de 16 à 25 ans en situation de difficulté d’insertion.

Encadré. Missions locales

Créées en 1982, les missions locales sont des associations loi 1901. Elles ont pour missions d’accueillir les jeunes âgés de 16 à 25 ans inclus, déscolarisés, dans le cadre d’une approche globale (emploi, formation, santé, logement, problématiques sociales) et de les accompagner dans leur parcours d’insertion sociale et professionnelle. Réparties sur l’ensemble du territoire, les quelque 450 missions locales ont accueilli environ 1,45 million de jeunes en 2013, dont 534 000 en premier accueila.

a. Conseil national des missions locales, Chiffres d’activité des missions locales 2013, septembre 2014.

98L’étude, réalisée entre juillet et septembre 2014, repose sur des entretiens semi-directifs effectués auprès de 23 conseillers (d’une durée moyenne d’une heure et demie) et de 32 jeunes (âgés de 16 à 28 ans, de tous niveaux scolaires, français et étrangers, fréquentant la mission locale depuis quelques semaines ou plusieurs années). Les entretiens avec les jeunes ont duré en moyenne 25 minutes. L’étude s’est également appuyée sur des observations in situ et l’analyse des données et documents fournis par les missions locales.

  • 30 L’expression personne « sous main de Justice » désigne les personnes condamnées à une peine, effect (...)

99Afin d’apporter un éclairage sur la situation des 16-25 ans « sous main de justice »30, nous avons également interviewé les référents Justice des missions locales de Lille, de Grenoble, la direction de la mission locale des Ulis qui porte le projet Réussir sa sortie (R2S) depuis 2009, ainsi que des représentants des anciens du Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées (GENEPI) et de l’association Formation d'aide à la réinsertion (FAIRE).

  • 31 Le questionnaire proposait dans les réponses sur les diplômes de distinguer entre « niveau » et « o (...)

100Enfin, 350 questionnaires quantitatifs à choix multiples auto-administrés portant sur le taux d’équipement des jeunes, ainsi que sur leurs usages d’Internet ont été distribués, dont 275 ont pu être exploités. Ce questionnaire a été distribué aux jeunes lors de leur passage à la mission locale, pour une première inscription ou non, ou bien en face-à-face lors des entretiens, de juillet à octobre 2014. D’après plusieurs conseillers, le public fréquentant la mission locale durant la période estivale est légèrement différent de celui reçu au cours de l’année. Ce sont généralement des jeunes plus diplômés et plus motivés, qui ne prennent pas de vacances. Cette spécificité a influé sur la répartition du niveau d’études des 275 questionnaires exploitables (jeunes de 16 à 25 ans ; variables de sexe et d’âge renseignées)31, présenté ci-dessous :

Tableau 3. Niveau d’études des répondants au questionnaire (effectif et pourcentage)

Tableau 3. Niveau d’études des répondants au questionnaire (effectif et pourcentage)
  • 32 Insee, 2013.

101Dans ce corpus, les jeunes ayant un niveau d’études infra Bac (54,5 %) est inférieur à celui des quatre missions locales ayant fait l’objet de l’étude (pour celles-ci, le taux de jeunes ayant un niveau d’études inférieur au Bac se situe entre 58 et 71 %). On constate donc une légère surreprésentation des niveaux IV (Bac) et surtout des niveaux III et plus (Bac +2 et plus). À titre de comparaison, la proportion de bacheliers dans une génération en 2013 est de 75 % (toutes filières confondues)32.

102Dans un second temps, nous avons rencontré une vingtaine de jeunes en organismes de formation (âgés de 18 à 24 ans) dans le cadre de trois focus groups destinés aux tests d’outils numériques liés à l’emploi et à la formation que nous avions préalablement sélectionnés. Ces tests avaient pour objet d’évaluer l’efficience de ces dispositifs en termes de réponse à une attente, de prise en main et d’ergonomie. Ces tests ont également permis de mettre en lumière les niveaux de maîtrise bureautique et numérique des personnes ainsi interrogées.

Tableau 4. Les usagers des missions locales : quelques chiffres clés des missions locales d’Alpes Sud Isère, Grenoble, Lille et Pévèle Mélantois Carembault

Territoire Suivi 2013 Niveau de formation
Alpes Sud Isèrea 1 049 jeunes, dont 462 nouveaux accueils 60 % des jeunes suivis ont un niveau de formation inférieur au Bac
Grenoble 4 867 jeunes, dont 1 670 nouveaux inscrits 64,2 % des jeunes suivis ont un niveau d’études inférieur au Bac.
Lille 8 445 jeunes, dont 2 613 nouveaux inscrits 58,5 % des jeunes suivis ont un niveau d’étude inférieur au Bac.
Pévèle Mélantois Carembaultb 3 346 jeunes, dont 109 nouveaux accueils 71 % ont un niveau d’études inférieur au Bac. 22,8 % des jeunes n’ont aucune qualification.
a. La mission locale Alpes Sud Isère couvre un territoire représentant un tiers de la superficie de l'Isère (4 bassins de vie Pays de Vizille, Oisans, Matheysine et Trièves), composé de 8 cantons et de 107 communes, mais rural et relativement peu peuplé avec 70 000 habitants. Elle dispose d’une antenne, de trois permanences et organise des accueils sur d’autres communes.
b. La mission locale PMC couvre une zone péri-urbaine regroupant 46 communes et 180 822 habitants. Elle dispose de 5 antennes, 9 permanences réparties sur le territoire. La mission locale PMC a suivi en 2013 les 18-21 ans qui représentent le plus gros contingent (50,6 %).

Annexe 2.Questionnaire auto-administré

103VOUS ET INTERNET

104Âge :

105Niveau d’études

106Sexe : Homme Femme

107Niveau obtenu

108Brevet des collèges/3e ☐ ☐ BEP/CAP ☐ ☐ BAC/BAC pro ☐ ☐ BTS/DUT ☐ ☐ Licence et plus ☐ ☐

109B2I (Brevet Informatique et Internet) ☐oui ☐non

110Plusieurs réponses possibles pour les questions

111Vous disposez : ☐ de votre ordinateur

112☐ d’un ordinateur partagé avec d’autres personnes (famille, amis, etc.)

113☐ d’une tablette

114☐ d’un smartphone

115☐ d’aucun équipement pour accéder à Internet

116 utilisez-vous Internet : ☐ chez moi

117☐ sur mon lieu de travail ou de formation ☐ dans un cybercafé

118☐ dans une médiathèque, une association ☐ chez des amis, de la famille

119☐ partout avec mon téléphone/ma tablette

120Vous utilisez Internet : ☐ tous les jours

121Entourez la réponse : 1 fois ; 2 fois ; 3 fois ; 4 fois ; 5 fois ; 6 fois par semaine Autre : ……………………..

122☐ jamais

123Avez-vous une adresse mail pour votre recherche d’emploi : ☐ oui ☐ non

124Consultez-vous cette adresse mail : ☐ tous les jours

125Entourez la réponse : 1 fois ; 2 fois ; 3 fois ; 4 fois ; 5 fois ; 6 fois par semaine Autre : ……………………..

126Connaissez-vous les réseaux sociaux : ☐ Facebook Avez-vous un compte : ☐oui ☐non

127☐ Twitter ☐ Viadeo

128☐ Linkedin

129Avez-vous un compte : ☐oui ☐non Avez-vous un compte : ☐oui ☐non

130Avez-vous un compte : ☐oui ☐non

131☐ Autre …………………………………………

132Vous utilisez Facebook pour des raisons : ☐personnelles ☐professionnelles ☐les deux

133Vous utilisez Internet pour : Mes démarches d’emploi Mes démarches de logement Mes démarches de santé Mes démarches de transport

134Mes démarches administratives (CAF, Mairie, etc.)

135Mes loisirs (musique, film, etc.)

136☐oui ☐non ☐oui ☐non ☐oui ☐non ☐oui ☐non ☐oui ☐non

137☐oui ☐non

138Autres ……………………………………………….

139Vous aimeriez une aide pour (plusieurs réponses possibles)

140☐ créer une boîte mail

141☐ utiliser ma messagerie (joindre un document) ☐ envoyer des courriers professionnels

142☐ mieux utiliser les nouvelles technologies (téléphone portable, ordinateur, Internet) ☐ me montrer comment utiliser Internet pour mes démarches administratives

143☐ mieux connaître les sites de recherche d’emploi ou de formation

144☐ mieux connaître les réseaux sociaux professionnels et leur utilité dans ma recherche d’emploi

145☐ consulter les offres d’emploi

146☐ répondre aux offres d’emploi

147☐ autres ………………………………………………………………………………………..

148Vous aimeriez plutôt

149☐ être contacté par SMS ☐ être contacté par mail

150☐ être contacté par téléphone ☐ être contacté par courrier

Notes

1 Version remaniée de Les usagers des missions locales face aux technologies de l’information et de la communication, enquête réalisée par Yves-Marie Davenel, juillet-septembre 2014.

1 Le lecteur pourra en avoir un aperçu, en langue française, dans les travaux de Boubée [2011], Brotcorne et Valenduc [2009], et Brotcorne et al. [2009] notamment.

2 France numérique 2012 (2008) – et dans sa continuité, le rapport France numérique 2012-2020, Bilan et perspectives (novembre 2011) – et La société et l’économie à l’aune de la révolution numérique (2009).

3 Citoyens d’une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir : pour une nouvelle politique d’inclusion, Rapport à la Ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises de l’Innovation et de l’Économie numérique, Paris Conseil national du numérique, octobre 2013.

4 Conseil d’analyse économique, « L’emploi des jeunes peu qualifiés en France », Les notes du Conseil d’analyse économique, avril 2013, n° 4.

5 Not in Education, Employment or Training : ni à l’école, ni en emploi, ni en formation.

6 Source Insee, < http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=14 >.

7 Voir Annexe 1 : méthodologie d’étude retenue.

8 Les personnes pouvaient indiquer plusieurs réponses.

9 Le terme smartphone a pu entraîner une sous-déclaration : certains jeunes ne comprenant pas le terme, ou l’associant avec l’iPhone, ou le Samsung Galaxy, ont pu ne pas déclarer posséder un smartphone.

10 Régis Bigot, Patricia Croutte, Émilie Daudey, La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française, CREDOC, 2013. Bien que nous ne travaillions pas exactement sur les mêmes cohortes, la comparaison avec les données du CREDOC est valide. En effet, lorsqu’on affine nos chiffres sur la seule tranche des 18-24 ans, qui constituent 93 % des jeunes de notre corpus, on obtient des chiffres similaires à ceux de l’échantillon global.

11 Régis Bigot, Patricia Croutte, Émilie Daudey, op.cit., 2013.

12 Régis Bigot, Patricia Croutte, Émilie Daudey, op. cit., 2013.

13 L’Association enseignement public et informatique estime, quant à elle, que le B2I est un échec en raison de l’absence de contenu scientifique, de compétences recherchées mal définies, et d’un manque, voire d’une absence, de formation des enseignants, Conseil national du numérique, 2013, op. cit., Annexes, p. 22.

14 Selon l’étude réalisée en 2011 par Nicolas Guichon sur les usages personnels et les usages scolaires des TIC par des lycéens de Première (1 002 questionnaires administrés directement dans les lycées auprès d’un échantillon représentatif, complété par 13 entretiens compréhensifs), le courrier électronique est utilisé occasionnellement par les lycéens (34,9 % y ayant recours 1 à 2 fois par semaine, 30,8 % 1 à 3 fois par mois), à l’inverse du tchat via MSN ou Facebook, utilisé quotidiennement par 66,4 % des personnes interrogées par questionnaire. Nicolas Guichon, « Les usages des TIC par les lycéens – déconnexion entre usages personnels et usages scolaires », Revue STICEF, 2012, vol. 19.

15 D’après les données du rapport AFUTT-ANSA, juin 2011, op. cit.

16 Plusieurs réponses étaient possibles.

17 Des observations réalisées par Emmaüs Connect dans un point d’accueil Connexions solidaires en région parisienne lors d’une expérimentation sur l’usage du site de la CAF montrent que le stress, la peur de faire une erreur sont des facteurs bloquants pour de nombreuses personnes, par ailleurs aptes à remplir seules un formulaire ou une demande d’actualisation en ligne.

18 Ce constat est partagé par les études de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) : « Ce n’est pas parce qu’ils les utilisent au quotidien que les jeunes maîtrisent les outils Internet dans leurs recherches d’information. Comme le constatent souvent les professionnels, des jeunes qui ont des usages répétitifs et relativement limités d’Internet sont perdus lorsqu’il s’agit de faire une recherche : ils impriment la première information trouvée en cherchant sur Google », « Information des jeunes », Les fiches repères, INJEP, novembre 2012, p. 1.

19 Les parrains ou marraines en mission locale sont des bénévoles venant généralement du monde de l’entreprise qui accompagnent les jeunes, sur la base du volontariat, dans leur démarche socioprofessionnelle. Leur rôle est, entre autres choses, de partager leurs connaissances du monde de l’entreprise, d’aider à la construction du parcours professionnel et de préparer les jeunes aux entretiens d’embauche.

20 À la question « La mission locale propose-t-elle des services numériques ? », 163 des 421 missions locales interrogées déclaraient posséder une page Facebook. Source : Conseil national des missions locales, Chiffres d’activité des missions locales 2013, septembre 2013.

21 Pour un usage spécifique de Facebook dans le cadre de l’éducation spécialisée, voir Audrey Guiller, « L’usage des réseaux sociaux en prévention spécialisée », Actualités sociales hebdomadaires, 2 mars 2012, n° 2749.

22 Source : questionnaire réalisé par la mission locale de Lille auprès de 73 personnes du 1er décembre 2013 au 15 janvier 2014.

23 Gérard Marquié, INJEP, op. cit., 2012.

24 Les compétences de base renvoient ici au socle commun des compétences que tout élève de 3e doit avoir acquis à sa sortie du collège, tel que défini par l’Éducation nationale, à savoir : la maîtrise du français, les principaux éléments de mathématiques et de culture scientifique et technologique, la maîtrise des techniques usuelles d’information et de communication, la culture humaniste, les compétences sociales et civiques, l’autonomie et l’initiative.

25 Sources : questionnaire réalisé par la mission locale de Lille auprès de 73 personnes du 1décembre 2013 au 15 janvier 2014 ; questionnaire réalisé au sein des missions locales de Lille et Grenoble auprès de 275 jeunes d’août à octobre 2014.

26 Cette demande n’est pas en soi propre aux jeunes. La simplification et l’harmonisation des sites des services publics sont une demande plus largement partagée dans la population française. Une recommandation en ce sens a été formulée par le CNNum dans son rapport de 2013.

27 Pour une vision d’ensemble, voir notamment le mémo de European Computer Driving Licence (ECDL) Foundation, The Fallacy of the ‘Digital Native’: Why Young People Need to Develop their Digital Skills, 2014.

28 D’après les données du rapport AFUTT-ANSA, juin 2011, op. cit.

29 Emmaüs Connect souhaite ici remercier toutes les personnes ayant collaboré à cette étude.

30 L’expression personne « sous main de Justice » désigne les personnes condamnées à une peine, effectuée soit en milieu ouvert (peine restrictive de liberté), soit en milieu fermé, c’est-à-dire en incarcération dans un établissement pénitentiaire.

31 Le questionnaire proposait dans les réponses sur les diplômes de distinguer entre « niveau » et « obtenu ». Pour faciliter la lecture des résultats, et au vu de la taille réduite du corpus, la distinction a été supprimée, à l’exception du baccalauréat.

32 Insee, 2013.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Fréquence de consultation de l’email professionnel par semaine
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 2. Corrélation niveau d’études et possession d’une adresse mail, (Mission locale de Grenoble et Lille, 2009-2014)
Légende Le niveau VI correspondant aux formations « n’allant pas au-delà de la scolarité obligatoire » est fortement corrélé à l’absence de compte mail ; inversement, les niveaux III et plus (correspondant au niveau Bac +2 et au-delà) sont corrélés à l’ouverture d’un compte mail.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 3. Les usages d’Internet par les usagers de la mission locale
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2091/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 1. Usages d’internet dans les démarches de la vie quotidienne en fonction du niveau d’études
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2091/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 2. Les besoins d’aides exprimés par niveau d’études
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2091/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau 3. Niveau d’études des répondants au questionnaire (effectif et pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2091/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable