Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le numérique et le lecteur, retour du nomade

 | 
Mabel Rademacher Verdi

Chapitre 1. Les bibliothécaires et la lecture numérique : expérimenter ensemble ? Presque

Texte intégral

1« Expérimentation » est sans doute le terme le plus souvent employé pour évoquer l’offre de livres numériques en bibliothèque, mais peut-on préciser : qui expérimente avec qui ? Qui expérimente quoi et jusqu’où ? Notre enquête permet d’apporter quelques éclairages sur ces questions.

1.1 L’offre de lecture numérique proposée par les bibliothèques du corpus d’enquête

Bibliothèque

Liseuses

Tablettes

Offre contenu

Livres patrimoniaux

PNB

Savoie-biblio

x

BDP de la Loire

x

x

Aveize

x

x

Pollionnay

x

Brindas

x

x

Cognin

x

Meyzieu

x

x

x

Valence Romans

x

x

Grenoble

x

x

x

x

x

Lyon

x

Total

9

5

3

2

1

2Tableau 1. Ressources numériques proposées par les bibliothèques

Types d’« offre contenu » (détail de la colonne 3 ci-dessus)

Bibliothèque

Téléchargement

Streaming

Meyzieu

x

Valence Romans

x

Grenoble

x

x

3Tableau 2. Types d’ « offre contenu » proposés par les bibliothèques

4Le recours au terme « expérimentation » se justifie souvent par la relative faiblesse des usages habituellement mesurés. Selon le 5e Baromètre sur les usages du livre numérique, 18 % des Français déclarent avoir déjà lu un livre numérique1. La Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) établit que cette population représenterait plutôt 11 %2. Par ailleurs, une étude, publiée en 2014 et co-réalisée par le Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et par l’Association Réseau CAREL, révèle que 23 % des bibliothèques municipales (BM) françaises proposent des ressources numériques mais que 52 % d’entre elles seulement incluent des livres numériques dans cette offre3. Ces données dessinent une présence du livre numérique marginale au sein de la population française comme au sein des BM. De ce point de vue, les établissements de notre corpus d’étude restent en quelque sorte pionniers, alors même que le déploiement du livre numérique en médiathèque commence dès le début des années 2000 : quelles sont les motivations des bibliothèques d’aujourd’hui pour se lancer, encore, dans l’expérimentation et qu’expérimentent-elles aujourd’hui, 16 ans après les premiers tests ?

5Les discours des professionnels promoteurs du livre en bibliothèque se fondent sur trois grands types d’arguments :

  • argument projectif : le livre numérique est le livre de demain. Bien que le livre numérique soit une création récente et son public modeste, la responsable de l’unité publique et numérique des bibliothèques de Grenoble (BMG) soutient : « Après, cela va augmenter… Il n’y a donc pas de raison que la bibliothèque ne propose pas une offre numérique, puisque c’est un usage qui va se développer ».
  • argument institutionnel : tout ce qui est livre, c’est nous. La responsable de la médiathèque de Brindas explique : « Dans le livre numérique, il y a le livre, et c’est de la lecture ; et la lecture publique, c’est notre mission ».
  • argument social : l’expérience, c’est ici. Le directeur-adjoint de la bibliothèque départementale de prêt (BDP) de la Loire exprime : « Un de nos objectifs est d’être une plate-forme de test. Notre campagne de publicité en 2014 incluait déjà des flyers qui disaient rien ne vaut l’expérience personnelle”, en montrant une main qui glissait sur une liseuse. Il n’y a donc pas seulement une communication sur le contenu, mais aussi sur le fait de l’expérience ».

6Cette dimension de l’expérience traverse les récits professionnels enregistrés ; ainsi cet autre témoignage recueilli à la médiathèque de Meyzieu, « On est le point de référence pour les habitants de la commune, surtout en ce qui concerne la technologie numérique. Ils viennent avec leurs smartphones, leurs tablettes, pour nous demander de l’aide et même pour faire des formations en informatique… ». De ce point de vue, les professionnels mobilisés en faveur du livre numérique développent une posture souvent engagée dans laquelle leur propre expérimentation prend une large part.

7Tout commence en effet le plus souvent par une expérimentation personnelle, à l’image de ce que rapporte l’équipe de la médiathèque de Meyzieu : « On a mis du temps entre l’achat de la liseuse et la mise en place du service : une année, parce que cette année-là nous a permis à nous-mêmes de tester et d’emprunter. Certains d’entre nous ont été plus ou moins convaincus mais, en tout cas, on a tous eu la possibilité de tester le livre numérique à notre échelle ». La responsable numérique de la médiathèque de Meyzieu précise : « On a un rôle d’accompagnement à jouer, et pour pouvoir le faire, il faut que nous-mêmes, dans la bibliothèque, nous soyons au point sur cette technique. Avec les collègues, nos objectifs de départ du service étaient aussi de nous former et d’expérimenter nous-mêmes le livre numérique ». L’utilisation personnelle préalable est également défendue par le responsable de la médiathèque de Pollionnay : « Il y a beaucoup de gens qui achètent des tablettes et des liseuses et ne sont pas bibliothécaires. Ils ne demandent pas une formation à la bibliothèque départementale avant de les utiliser : il suffit de les emprunter et ensuite d’essayer, rien de mal ne va arriver, et, au pire, on les réinitialise… Je conseille de s’acheter une liseuse d’abord parce que c’est ça qui, dans mon cas, a déclenché le projet ». Pour les bibliothèques qui fonctionnent avec un système de bénévolat, les bénévoles ont été les premiers invités à tester la nouvelle ressource. Ils l’ont essayée pendant quelques mois avant qu’elle soit mise à la disposition du public.

8Quand l’appétence personnelle vient à manquer, on s’inquiète de la faisabilité même du projet, comme en rendent compte les responsables du pôle numérique des médiathèques de Valence Romans Agglo : « Notre inquiétude est que, si l’on va sur le livre numérique, il faudra aussi impliquer les bibliothécaires, et le problème est que le bibliothécaire n’est pas un lecteur du livre numérique. Comment peut-il donc le défendre ? Les bibliothécaires ne saisissent pas l’enjeu : comme ils connaissent mal le sujet, ils peuvent difficilement s’impliquer dans le projet… On devrait défendre non pas les liseuses, mais les textes dans les liseuses. À ce propos, on a vraiment perçu un problème de culture : il y a une non-acculturation autour du numérique ». Même lorsque les bibliothèques comptent parmi leurs équipes des professionnels consacrés au projet numérique, les interviewés considèrent que l’initiative devrait être davantage partagée par l’ensemble du personnel pour mieux accompagner les usagers. La responsable numérique de la médiathèque de Meyzieu analyse sur ce point : « Pourquoi la médiation n’a-t-elle pas marché ? Il y avait plusieurs raisons. L’une d’entre elles, c’est que cela ne concernait qu’une personne, alors que le reste de l’équipe considérait que ce n’était pas son sujet. C’est un problème, parce que l’usager ne voit pas qu’une personne dans la bibliothèque. Comment peut-on donc faire en sorte que ce soit un projet de l’établissement et non pas d’une personne ? ».

9On peut l’entendre : l’exigence d’un engagement personnel est forte dans certains établissements. Certains discours indiquent cependant que la maîtrise de ces techniques ne va pas de soi, ainsi la responsable numérique des BMG : « En comparaison avec d’autres bibliothèques, on a des compétences informatiques, on a un service informatique, et ça, ça change ; sinon, on ne serait pas capable de gérer un parc informatique. Des outils nouveaux, qui impliquent une gestion au jour le jour, je pense qu’il y a peu de gens qui les maîtrisent ».

10Ainsi la promotion du livre numérique passe-t-elle aussi par un guidage sur des territoires mieux lotis, plus équipés, comme le rapporte le responsable de la médiathèque de Pollionnay : « Je suis dans mon rôle aussi de dire aux lecteurs : inscrivez-vous à la bibliothèque de Lyon, de Valence ou de Grenoble, peu importe, et pour l’inscription de base vous aurez accès à la presse en ligne gratuitement…. Finalement, il me semble que même si ce n’est pas le service que nous offrons, je leur permets l’accès à la presse en ligne d’une autre façon… Je leur montre qu’ils peuvent s’inscrire ailleurs… C’est aussi le rôle du bibliothécaire de montrer qu’on peut chercher ailleurs ». Un sentiment d’inégalité exprimé aussi par le responsable de la médiathèque de Brindas : « Il y a toute l’offre commerciale qui n’est pas du tout mature, c’est compliqué pour nous. Ou bien c’est trop cher, tout ce qui est plate-forme d’abonnement, c’est trop cher. D’autres bibliothèques ont ça : Grenoble, Montpellier… Ils sont formidables là-dessous, mais ils n’ont pas les mêmes moyens que nous. Là, je trouve qu’il y a une inégalité énorme. On peut parler de fracture de liseuses au niveau des médiathèques ».

11La nécessité de l’engagement personnel est encore établie au niveau des directions elles-mêmes : « À la bibliothèque municipale de Grenoble il y a une tradition assez ancienne, un grand intérêt pour le numérique qui a été porté par l’actuelle directrice. Elle a longtemps été en charge de tous les aspects numériques de la bibliothèque et s’est trouvée à l’initiative de la plupart des services qui sont proposés aujourd’hui… Elle était toujours mobilisée sur ces questions et les a défendues. C’est donc forcément plus facile pour nous ». Enfin, l’engagement doit aussi pouvoir être partagé avec les équipes municipales ; la responsable de la médiathèque d’Aveize se souvient : « Au lieu de racheter un ordinateur, je préférais faire acheter à la mairie une tablette, là aussi pour être capable de proposer au public ce qui se fait actuellement. Je l’ai insérée dans le budget provisionnel 2013. C’était un petit budget mais le dispositif n’était pas très cher non plus… Pas un budget énorme pour la mairie, et voilà, ça a été accepté. C’est vrai que nos élus sont très à l’écoute. Je ne peux pas tout demander, mais il y a quand même de la confiance et de la responsabilité. Ils m’ont écoutée et ils ont compris ma volonté de proposer tout ce qui existait en termes de ressources ».

12La confiance est fondamentale : expérimenter, défricher un terrain vierge reste risqué, comme l’expose le responsable numérique de Savoie-biblio : « Il faut savoir gérer les transformations qui ont lieu entre le moment où on fait un choix et le moment où on le met en œuvre. Souvent les choses ont alors déjà changé : soit les conditions techniques, soit les conditions commerciales. Le paysage s’est donc modifié. Cela nous est arrivé pour les liseuses : on avait fait tout le travail assez vite, en 3 ou 4 mois on avait choisi les liseuses avec les bibliothécaires, on avait fait une grille d’analyse, on avait choisi une Sony, mais quand on a voulu l’acheter, elle n’existait plus… Bon, on a pris le second choix, la Cybook, mais ce n’est pas évident ».

13C’est pourquoi, dans la plupart des cas, les projets des bibliothèques enquêtées se nourrissent d’expériences préalables. La responsable numérique de la médiathèque de Meyzieu rappelle sur ce point : « En fait, je me suis inspirée de l’expérience d’Issy-les-Moulineaux, qui à l’époque était l’expérience la plus connue en bibliothèque dans le prêt du numérique… Et c’est vrai que, pour la liseuse, j’étais assez sollicitée par différentes bibliothèques – entre une et deux fois par semaine ». C’est également le cas de la médiathèque de Brindas. Un des interviewés témoigne : « Quand on a commandé les liseuses en 2012, pratiquement personne ne le faisait, on était un peu comme des précurseurs, tout en restant modeste, et beaucoup de médiathèques sont venues nous voir pour nous demander comment on fonctionnait. Après, quand on est passé aux livres payants, c’était la même chose. On va recevoir bientôt 30 personnes des petites médiathèques du coin. C’est normal qu’ils veuillent s’y mettre, ça fait partie du livre, de la lecture, des usages, et nous, en tant que médiathèque, on doit évoluer avec ça ». Pionnière également, la médiathèque d’Aveize est tout autant sollicitée : « Il y a pas mal de monde qui m’appelle. On fait partie d’un réseau de bibliothèques. Dans le cadre d’une réunion, il y a eu beaucoup de bénévoles et de salariés qui m’ont posé des questions : quelle liseuse j’avais acheté, comment fonctionne le prêt, ce qu’on met dessus, quel est le règlement mis en place… toutes ces petites choses. Et ça se répand de bouche-à-oreille ». Expérimenter soi-même et entre soi constitue deux des principales dimensions de l’expérience conduite en médiathèque, permettant la troisième : l’expérimentation avec le public.

1.2 Expérimenter avec les usagers

14Les récits des professionnels des bibliothèques sur la mise en place de liseuses révèlent un mode de projet orienté usagers dans lequel la bibliothèque modifie au fil de l’eau l’offre et les services.

  • 4 « Sauf exception, les BDP ne sont pas directement ouvertes au public. Elles complètent, par leurs p (...)
  • 5 Le niveau d’une bibliothèque (niveau 1, 2 ou 3) est défini selon les crédits d’acquisition, les hor (...)

15Les publics ciblés varient selon les caractéristiques des bibliothèques. Les BDP4 ont commencé par tester les liseuses dans l’ensemble des bibliothèques publiques associées à elles. La BDP de la Loire a décidé de faire circuler les liseuses parmi les bibliothèques auxquelles elle est liée. Pour sa part, la Direction de la lecture publique-Savoie-biblio a choisi 10 bibliothèques pour constituer un groupe pilote. Le responsable du service Évaluation/informatique et bibliothèque numérique de cette BDP raconte : « Quand on a commencé, on s’est dit ce serait bien de former un groupe restreint pour mener le projet. Car nos premiers constats ont été qu’on ne savait pas bien faire et que ce n’était pas très mature au niveau de l’offre. On est donc parti avec 10 bibliothèques ; maintenant on est arrivés à 28… On avait remarqué qu’on avait moins accompagné les bibliothèques qui avaient eu le niveau 15, parce qu’elles étaient autonomes et qu’elles avaient un peu moins de rapport avec nous. En même temps, on a constaté qu’elles restaient très isolées ; c’est aussi pourquoi on leur a proposé ces ressources numériques ». D’autres bibliothèques ont constitué un groupe de testeurs parmi leurs usagers. C’est notamment le cas de la médiathèque de Brindas. L’un des responsables raconte : « Comme c’était un phénomène assez nouveau même au niveau de la France, on a proposé de faire le test à travers un groupe de testeurs ; des volontaires qui empruntaient la liseuse et qui devaient remplir un questionnaire par rapport à l’usage et à la satisfaction. Il y avait un panel de 10 lecteurs qui prenaient chacun une liseuse pour un mois. On avait fait ça en juillet, août et septembre 2012. Le retour a été très intéressant ». Ce groupe de testeurs a été constitué par ceux qui ont envoyé une réponse positive à la proposition faite par email à tous les abonnés de la médiathèque. Dans le cas de Grenoble, les responsables ont tout de suite mis les liseuses à la disposition du public, mais aucune n’a été empruntée. Ils ont décidé ensuite de les promouvoir au sein des clubs de lecture. Les participants de ces clubs étant de grands lecteurs et cherchant des titres récents, ils ont été nombreux à emprunter les liseuses chargées de nouveautés. Cela leur a permis de réduire le temps d’attente, car les liseuses étaient moins demandées que les livres imprimés. Actuellement, les liseuses sont de nouveau à la disposition de tout le public. Certaines bibliothèques ont adopté le principe d’acheter peu de liseuses pour les tester et renouveler ensuite la demande, au lieu d’en acheter plusieurs qui deviendraient rapidement obsolètes. La responsable de la médiathèque d’Aveize raconte : « C’était aussi ma volonté au départ d’en acheter une [liseuse]. C’est vrai qu’il y a des médiathèques qui en ont acheté plusieurs, mais moi, je n’ai voulu en acheter qu’une parce que j’ai estimé que c’était un bon début, et je me suis dit que c’était un support qui pouvait devenir très vite obsolète, et que les changements technologiques se produisent aussi très vite : au début il n’y avait pas de lumière, alors qu’après il y en a eu… Je préfère en faire acheter une dans un an à la mairie, pour suivre le développement technologique, plutôt que d’avoir 10 liseuses qui deviendraient obsolètes, en perdant leur intérêt ». Dans le cas des bibliothèques qui achètent plusieurs liseuses, il est courant de choisir différents modèles afin d’élargir l’expérimentation.

  • 6 Le domaine public se réfère aux idées, aux informations et aux œuvres qui sont librement accessible (...)
  • 7 Creative Commons : organisation à but non lucratif dont l’objectif est de proposer une solution alt (...)
  • 8 Selon Laurent Soual, le « DRM est un fichier crypté embarqué avec le fichier numérique qui contient (...)

16L’évolution de l’offre en fonction des retours d’usages concerne tout autant les dispositifs de lecture que les contenus. Les livres « libres de droit » sont des livres gratuits. Il s’agit d’ouvrages qui deviennent gratuits après être entrés dans le domaine public6 – notamment les titres classiques –, et d’ouvrages créés sous licence libre, comme les licences Creative Commons (CC)7. Au contraire, les livres « soumis au droit d’auteur » sont des livres payants. Il s’agit d’ouvrages parfois protégés par un dispositif communément appelé Digital Rights Management (DRM) qui contrôle l’usage que l’on peut faire d’un fichier numérique8. Parmi les bibliothèques enquêtées, deux proposent seulement des livres gratuits en format numérique, les médiathèques de Pollionnay et de Cognin. Ce choix s’explique en partie par des restrictions budgétaires qui handicapent l’acquisition onéreuse. Mais il permet au moins de donner accès à la découverte de l’outil à travers des titres classiques. Dans le cas de la médiathèque de Cognin, il s’agit également d’une stratégie de politique documentaire. La directrice précise : « L’objectif de proposer tous ces classiques était de nous permettre à nous-mêmes de ne pas acheter tous ces classiques [en version imprimée] parce qu’on est en phase de création. On s’est dit : on propose une bibliothèque assez moderne, contemporaine essentiellement, tandis que tout ce qui est classique, on le propose en version numérique ». La BDP de la Loire et Savoie-biblio ont proposé depuis le début des liseuses chargées avec des titres gratuits – principalement des classiques – et des livres payants – notamment des nouveautés. Le directeur-adjoint de la BDP de la Loire explique :« D’une part, on a proposé une moitié gratuite parce que c’était intéressant de mettre des classiques : on peut faire la bibliothèque idéale, constituée de ce qu’on amènerait dans une île déserte, alors qu’on n’a pas accès aux nouveautés médiatiques. Les classiques sont ceux qui ont traversé l’épreuve du temps. D’autre part, on a proposé une moitié d’ouvrages de la rentrée littéraire ». Trois bibliothèques ont commencé par proposer des livres gratuits, en achetant ensuite des titres payants. C’est le cas des médiathèques d’Aveize, de Brindas et de Meyzieu. Ce passage du gratuit au payant s’explique de différentes façons : tout d’abord, la possibilité de pouvoir acheter des titres ; ensuite, la volonté de se centrer – dans une deuxième phase – davantage sur le contenu que sur l’expérimentation de l’outil ; enfin, le désir de répondre à la demande des lecteurs d’accéder aux titres autres que classiques, en élargissant du même coup le public intéressé par la liseuse. La responsable de la médiathèque de Brindas se souvient : « Quand nous sommes passés de l’offre de liseuses avec des livres du domaine public à celle de liseuses avec de nouveautés, nous avons vu que des personnes qui n’en empruntaient pas ont commencé à le faire, notamment en raison des nouveautés. À la banque de prêt on fait une liste avec les nouveautés, et on a remarqué que l’usage en vacances était important pour les classiques, mais surtout pour les nouveautés ». Pour leur part, les BMG et les médiathèques de Valence Romans Agglo ont choisi depuis le début de proposer des livres payants dans les liseuses. Les responsables de ces institutions considèrent que l’offre gratuite n’est pas attractive pour le public ou bien que les lecteurs peuvent accéder à cette offre sans passer par la bibliothèque. La responsable de l’unité publique et numérique des BMG expose : « Nous ne proposons pas de titres de domaine public. Au moment où on s’est lancé dans le numérique, on a fait le tour de ce qui avait été fait ailleurs, et globalement les offres du domaine public c’est beau, c’est joli, mais ça ne marche pas. Si les lecteurs le veulent, ils l’obtiennent facilement, ils vont sur Internet pour chercher les fichiers. On a démarré ce projet quand la profession avait déjà compris que c’était le contenu qui ferait venir le lecteur au numérique, et non pas le support. Sauf pour la découverte, mais on est arrivé tard pour la découverte : elle était déjà en place depuis deux ans… Il n’y a presque pas eu de phénomène de découverte ».

17Quant au nombre de titres à charger dans une liseuse, les expériences ont là encore évolué. Certaines bibliothèques ont décidé de télécharger de nombreux titres. Il s’agit notamment de liseuses chargées avec des titres libres de droit. La responsable de la médiathèque de Cognin témoigne : « Quand les gens nous demandent des titres classiques, on les oriente vers la liseuse, et si on ne les a pas, on les intègre. On essaie aussi de faire évoluer ce contenu… Maintenant on est à 324 titres ». La participation des lecteurs permet dans ce cas l’élargissement de la collection de la bibliothèque. D’autres bibliothèques ont limité le nombre de titres par liseuse en tenant en compte du fait que l’usage de celle-ci est individuel. Le responsable de la BDP de la Loire raconte : « On n’a pas fait le choix de charger les liseuses à leur capacité maximale parce qu’il nous a paru – en tout cas dans une période de test – contreproductif de bloquer 1 500 ouvrages sur un appareil qui ne servirait qu’à une personne… Le choix a donc été de nous restreindre à 50 ou 60 titres ».

18Troisième élément qui lui aussi s’est adapté aux retours d’usages : l’organisation des contenus. Certaines institutions ont choisi de charger les liseuses avec de nombreux livres de genres différents, tandis que d’autres – après avoir exploré ce mode d’organisation – ont décidé de classer l’offre par thème. Une professionnelle du pôle numérique de lecture publique des médiathèques Valence Romans Agglo explique : « Au début, j’avais chargé les liseuses avec des livres classiques et des livres contemporains. Mais je me suis aperçue que quand on allume sa liseuse, il y a tous les livres ensemble, et donc c’était compliqué de retrouver un titre récent, qui pouvait plaire davantage aux usagers. Mélanger les deux m’a apparu plus complexe ; j’ai donc enlevé les classiques en me disant que si un jour on achète plus de liseuses, on en fera une seulement avec des classiques ».

19En revanche, les modalités de prêt des liseuses se sont, dans la majeure partie des bibliothèques enquêtées, calquées sur celles du livre imprimé, avec un engagement supplémentaire des lecteurs exigé par les bibliothèques. Une minorité demande un chèque en caution (d’un montant de 150 euros), non encaissable, outre la signature d’une charte. Ces médiathèques considèrent que ces conditions ne constituent pas un frein au prêt de la liseuse. Elles justifient cette demande en la concevant comme une mesure pour responsabiliser et/ou pour sensibiliser les lecteurs face au dispositif. Cependant, pour certains lecteurs, la demande d’un chèque en caution limite l’usage et crée une distance avec l’objet. Isabelle témoigne : « Il y a un système de paiement de caution par rapport à la valeur de l’outil. C’était un chèque ; je ne me rappelle pas combien c’était, mais c’était beaucoup, et du coup ça m’a un peu freinée. Je me suis dit : je suis lectrice de la bibliothèque, mais je m’embarque dans un truc, j’ai 4 enfants et si jamais la liseuse tombe, je suis responsable. C’est beaucoup d’argent. Cela m’a donc un peu freinée. Et bon, je l’ai mise dans un endroit sûr, et finalement l’expérience a été assez positive. Mais je n’ai pas été complètement convaincue ». Sylvie raconte de son côté : « Je ne suis pas partie en vacances avec elle. C’est vrai que je n’oserai pas partir avec une liseuse de la médiathèque en vacances, j’aurais trop peur de la casser ou de l’abîmer, ou qu’elle tombe… Je n’ai pas forcément envie d’utiliser la caution de la liseuse à la médiathèque ». Didier exprime une opinion similaire : « Je travaille assez loin, et j’ai le temps de lire dans le transport. J’ai pensé emprunter la liseuse pour ce trajet, mais j’ai peur de la perdre. Ce n’est pas comme un livre : si je la perds, ça risque de coûter beaucoup plus cher ».

20Alertés par ces réticences, les bibliothécaires sont prêts à réenvisager leur dispositif. Le responsable de la médiathèque de Pollionnay témoigne sur ce point : « Pour moi, l’idée était de supprimer tous ces freins, en faisant les choses aussi simplement que possible : prêter le cordon, même s’il est possible qu’on le perde – mais jusqu’ici personne ne l’a perdu –, et surtout avec l’idée que prêter une liseuse n’est pas seulement prêter un contenu, mais aussi prêter un objet qui a des usages, et qu’il faut expérimenter ces usages… Il y en a qui s’en servent parce qu’ils partent en voyage ; du coup, on fait des prêts longs ». Les coûts en jeu sont relativisés, ainsi le responsable de la BDP de la Loire précise « Finalement, un livre d’art peut coûter le même prix qu’une liseuse. La différence est dans la tête, mais bon, on a essayé de les rassurer et de les convaincre que c’est un dispositif tout à fait banal », ou encore la responsable de la médiathèque d’Aveize : « Même si la liseuse est brisée et qu’on n’arrive pas à la faire remplacer, il s’agit de 100 euros : c’est 2 DVD pour nous… Il faut relativiser, ce n’est pas si cher que ça ».

21Les récits professionnels recueillis dessinent assez nettement les dimensions de l’expérimentation étroite menée avec les usagers dont les réactions permettent d’affiner l’offre de dispositifs de lecture, de fichiers à lire, d’organisation de titres, ou encore de modalités de prêt. Pour autant, ces efforts à eux seuls ne suffisent pas.

1.3 Expérimenter dans la chaîne du livre « On a l’impression que la chaîne du livre est devenue une chaîne au sens propre, avec un boulet… »

22Se procurer un livre numérique relève du parcours du combattant, comme l’exprime la responsable du service numérique à la médiathèque de Meyzieu : « Nous voulons que les emprunteurs des liseuses aillent sur Numilog et téléchargent sur nos liseuses des livres numériques sous droit. C’était pour avoir une autre offre que celle du domaine public. Après, techniquement, ce n’est pas si simple que ça, à cause des DRM et d’Adobe Digital Editions. Du coup, le lien entre les deux se fait plus ou moins bien, sachant qu’il faudra un accompagnement supplémentaire. Il y a des lecteurs qui viennent nous voir car ils téléchargent sur la liseuse des livres sous droit. Mais cela pose quand même des problèmes techniques, des problèmes de compétence de la part des différents collègues. Il faut que les gens tombent sur la bonne personne qui peut les accompagner jusqu’au but dans la démarche d’emprunt ». Les DRM constituent un frein important pour le public, ce qui fait dire au responsable de la médiathèque de Pollionnay : « On a l’impression que la chaîne du livre est devenue une chaîne au sens propre, avec un boulet… ». Les responsables estiment en outre que le catalogue n’est pas suffisamment intéressant et qu’il ne permet pas de choisir : « On n’a pas de choix, il n’y a pas de politiques documentaires derrière, on paye par paquet, c’est tout ». La médiathèque de Meyzieu signale en outre deux inconvénients principaux pour cette offre : les livres numériques ne peuvent pas être téléchargés de manière simultanée et le système de réservation n’existe plus. Selon une étude commandée par les BMG, les usagers de cette plate-forme « s’étonnent d’être obligés d’avoir des refus de prêt. La perception du fichier numérique comme quelque chose de pléthorique, de reproductible, un service qui peut s’adapter aux besoins, était contradictoire avec le service Numilog ». En effet, même si techniquement tout est possible, on reproduit ici les contraintes du livre imprimé dans le livre numérique.

23Le service de téléchargement de livres numériques à la médiathèque de Meyzieu n’est donc pas très utilisé : s’il compte environ 300 inscrits, les lecteurs actifs se réduisent à une cinquantaine. Comme pour les livres imprimés, la période d’emprunts la plus active commence à l’approche de l’été. La responsable témoigne : « Je vois qu’effectivement il y a beaucoup plus de livres qui sortent : le rayon virtuel polar est dévalisé, de même que nos rayons polar physiques. C’est la même chose, en fait ». De son côté, la lecture en streaming ne correspond pas aux usages réels : « On voit les résultats des études faites sur la lecture des livres numériques en France, on s’aperçoit que 95 % des lecteurs veulent télécharger le livre pour le mettre dans leurs appareils et le lire en mode déconnecté. Donc, 5 % des lecteurs l’utilisent en streaming. Or, 90 % des ressources en bibliothèque sont en streaming, c’est-à-dire que l’offre que nous avons est forcément en décalage avec les usages ». Certains relativisent cependant cette modestie de l’usage : si les inscriptions au service de lecture en streaming représentent 2 % des abonnements à la médiathèque de Valence Romans Agglo, les responsables estiment que ce pourcentage est logique : « Pour un roman, on a 8 000 abonnés, et pour le livre numérique il y a 220 inscrits. On est à 2 % des inscriptions pour les livres numériques. On est un peu au-dessous du marché du livre numérique : c’est normal parce que, à la différence de ce qui se passe dans le marché, dans notre cas il faut acheter des liseuses et des livres numériques, le potentiel de la bibliothèque résidant justement dans la possibilité de donner accès à ces ressources… On voit bien que les bibliothèques sont le reflet des usages : on n’a pas 20 % de la population parce qu’il n’y a pas 20 % de Français qui lisent [des livres numériques] ». Pour accéder au service, les lecteurs doivent par ailleurs faire une double inscription : à la médiathèque et au site web des livres numériques en streaming. Les responsables du pôle numérique à la médiathèque de Valence Romans Agglo considèrent que cette double inscription complexifie les choses, car les lecteurs doivent utiliser des identifiants et des mots de passe différents.

24Les BMG proposent les deux services, de téléchargement de livres numériques et de lecture en streaming. En outre, elles ont acheté 800 titres pérennes. La plate-forme choisie est Numilog : « En 2014, on avait 2 170 téléchargements, et seulement 115 consultations en streaming ». Après six ans d’abonnement, les responsables de ces bibliothèques observent un plafond d’utilisation, voire une décroissance de l’usage. Plusieurs facteurs expliquent cette décroissance : d’une part, si la communication faite au début du service a attiré nombre d’usagers, avec le temps l’effet de la nouveauté a diminué tout comme les efforts de communication ; d’autre part, les BMG ont développé un nouveau projet – le prêt numérique en bibliothèque (PNB), appelé Bibook – qui attire plus de lecteurs que l’ancien service car il permet de dépasser les difficultés d’usage de Numilog. Les interviewés précisent : « Ce qu’on fait en un an sur Numilog, on le fait en deux mois et demi sur Bibook ». Les conditions de prêt sont aussi différentes : le prêt d’un livre numérique sur Numilog bloque les autres téléchargements tandis que sur Bibook les prêts simultanés peuvent aller jusqu’à 40 exemplaires. L’interface est aussi améliorée. Les responsables affirment : « C’est une interface qui est beaucoup plus ergonomique, qui donne beaucoup plus envie d’être utilisée. Déjà l’utilisateur peut parcourir le catalogue ». Un dernier aspect qui explique le passage des usagers de Numilog à Bibook concerne la qualité et la quantité de l’offre. La qualité, car il existe une variété plus grande de titres, y compris des nouveautés. La quantité, car plus d’exemplaires simultanés sont proposés sur Bibook qu’en salle : « C’est vrai qu’en salle on proposait 2 ou 3 [exemplaires], alors que dans Bibook on en propose 10 d’un coup ». Un dernier point signalé par Grenoble concerne l’avenir de l’investissement sur des titres pérennes achetés chez Numilog : les responsables attendent que Numilog entre dans le PNB afin de pouvoir continuer à consulter les fonds achetés sur cette plate-forme. De nombreux professionnels interviewés souhaiteraient participer au PNB, mais le prix de ce service est excessif et leur budget réduit, de sorte qu’il est au-delà de leurs possibilités. Une autre critique du programme concerne les DRM imposés aux lecteurs sous la forme de fichiers chrono-dégradables.

25La responsable de la médiathèque de Brindas résume : « Ce qui est compliqué en France, c’est l’offre commerciale en direction des médiathèques, parce qu’il y a tout un problème de prêt, de droit de prêt. Pour les livres en papier, ce problème a été résolu de manière très simple, avec la Sofia… Mais, pour le livre numérique, c’est beaucoup plus compliqué parce que chaque éditeur va faire sa propre proposition, ce qui donne lieu à des disparités absolument énormes et génère des difficultés pour nous, les médiathèques, et notamment les médiathèques plutôt modestes ». Dans ce même sens, un interviewé de la BDP de la Loire observe : « Il n’existe pas de dispositifs comme dans le livre imprimé, tout ça est encore en cours de réflexion au sein de la Commission européenne et du Parlement des différents pays de la Communauté. On ne sait donc pas aujourd’hui où va s’arrêter le curseur sur la TVA… Il s’agit d’un cadre, d’une contrainte, des aspects négatifs sur lesquels il faut réfléchir pour offrir un service qui ne soit pas complètement inadapté ». Les BDP, situées entre les fournisseurs de ressources et les bibliothèques, rencontrent des difficultés particulières, bien exposées par la Direction de la lecture publique-Savoie-biblio : « Ils (les éditeurs) ne veulent pas avoir des intermédiaires, tout est fondé sur une logique d’un-à-un, et changer cette logique, de sorte que nous soyons intermédiaires entre les bibliothèques et les fournisseurs des ressources, c’est déjà bizarre ».

26Pour les bibliothèques de petite et moyenne taille, les prix élevés des bouquets de livres empêchent de proposer ces ressources à leurs lecteurs. La responsable de la médiathèque d’Aveize témoigne : « Ce que je voudrais proposer, c’est le prêt de livres numériques, mais c’est trop cher pour notre petit budget. J’espère qu’un jour la bibliothèque départementale les proposera parce que ce n’est pas possible pour nous tous seuls. Les plates-formes comme Numilog sont trop chères : c’est l’équivalent de notre budget annuel d’abonnements. Ce n’est donc pas possible. C’est frustrant de ne pas pouvoir offrir ça, d’autant plus que maintenant les lecteurs l’ont découvert ». Le prix est diversement apprécié : sur ce point, l’un des responsables des BMG propose une analyse intéressante : « Il y a des gens qui disent que le livre numérique est plus cher. En fait, c’est un peu comme en écologie : si on calcule le prix d’un bâtiment, on prend en compte le transport du béton, ou bien on prend en compte seulement le prix effectif du bâtiment. Donc là, c’est vrai. Mais si on intègre aussi toutes les économies qu’on peut faire dans le traitement en interne, le temps de travail, le numérique devient plus avantageux ».

27Cependant, la conjonction d’un tarif jugé élevé avec un accès difficile et complexe à des contenus incomplets amène certains, comme les responsables du pôle numérique de la direction de la lecture publique, de Valence Romans Agglo, à s’interroger sur l’avenir du service : « Nous nous demandons si nous avons intérêt à continuer de proposer cette offre-là, parce qu’on s’aperçoit qu’on ne fait que décevoir… On a des catalogues pas bons, qui sont offerts en streaming et qui n’intéressent pas du tout le lecteur numérique. Ce qu’il veut, ce sont des livres téléchargeables ; mais, si on bascule sur le livre téléchargeable, on tombe sur des tarifs absolument délirants, sur des DRM, et le bibliothécaire se transforme en un assistant technique parce que les gens ne comprennent pas… Mais, en même temps, on a la certitude que le livre numérique va devenir de plus en plus présent, c’est une évidence, il n’y a pas de raison qu’on passe à côté de ça ». Même constat chez un autre professionnel de cette direction de lecture publique, même si l’absence de statistiques de la part des prestataires rend difficile un bilan complet : « On a mis en place le service : le constat est qu’on a des usagers depuis trois ans et que le nombre d’inscrits ne cesse d’augmenter. On sent que les gens veulent découvrir le livre numérique : la curiosité est là, mais quand on regarde le nombre d’ouvrages qu’ils ont lus, il ne cesse de baisser… Ils manifestent un intérêt pour le livre numérique, mais l’offre que nous proposons ne les intéresse absolument pas… Là, on s’aperçoit qu’on ne fait que décevoir… On n’est pas du tout un acteur de diffusion du livre numérique : au contraire, on est un acteur de déception ».

28Comme le suggère le responsable du pôle numérique des médiathèques de Valence Romans Agglo, la prise de conscience du rôle des médiathèques pourrait permettre de proposer une offre numérique pertinente : « Ils [les éditeurs] attendent que le marché prenne avant de l’offrir aux bibliothèques, mais je trouve que la stratégie inverse pourrait aussi être efficace ; ils peuvent utiliser les bibliothèques pour faire connaître les livres numériques. Peut-être alors les gens achèteront-ils beaucoup plus ».

29On le voit : si finalement les bibliothèques expérimentent, depuis bientôt 16 ans, c’est tout simplement parce que l’offre ne cesse de se modifier sans véritablement intégrer les dimensions de l’usage qui ont pu être identifiées, en tout cas en bibliothèque, cette dernière décennie. En outre, elles butent sur deux paradoxes : elles proposent, sur place, une offre immatérielle et de surcroît cette offre immatérielle évolue dans un écosystème virtuel extrêmement concurrentiel, ce que les professionnels résument le plus souvent en évoquant des difficultés de visibilité de leurs ressources ou de communication sur leur offre numérique.

1.4 Expérimenter en milieu immatériel…

30La responsable de l’unité numérique des BMG relate à propos de la communication du projet PNB appelé Bibook : « La diffusion de Bibook s’est faite à travers une campagne de communication. Quand on a lancé le service, on a beaucoup communiqué sur ce que la ville a apporté au projet aussi. Il y a eu une inauguration par le maire, des articles, et les gens ont été informés que le service existait. On l’a également présenté sur le site, et après on a fait beaucoup de formations, ce qui a permis au personnel interne de devenir médiateur de ce service-là ». Cependant, la seule diffusion de l’existence d’une nouvelle ressource n’est pas suffisante pour assurer son utilisation. Cette communication doit être suivie d’un accompagnement de son usage, voire d’une médiation. L’élaboration de tutoriels avec des modes d’emploi, et surtout la démonstration pratique sous la forme d’ateliers ou d’explications personnalisées, contribuent à familiariser les lecteurs avec la nouvelle ressource. À cet égard, Marion, une de nos lectrices interviewées, suggère : « Ce serait bien qu’il y ait un petit accompagnement pour expliquer un peu. Je n’ai pas forcément l’esprit logique pour suivre un guide et les termes, je ne les connais pas forcément très bien ». Bien que l’importance de la communication et de la médiation pour promouvoir le livre numérique soit fortement reconnue, leur mise en place n’est pas exempte de difficultés, surtout parce qu’il s’agit d’un contenu immatériel. Les responsables du pôle numérique de la direction de la lecture publique de Valence Romans Agglo réfléchissent : « On voit bien qu’aujourd’hui l’enjeu du livre numérique passe par la médiation, c’est-à-dire que, comme c’est un bien immatériel, on est confronté à un paradoxe : plus c’est immatériel, plus il faut le rendre visible, le matérialiser, pour qu’il soit perçu, et c’est là qu’entre en jeu la communication ». Le responsable numérique de Savoie-biblio exprime un point de vue similaire : « On est dans la bibliothèque, on a des murs de livres devant nous tout le temps : ce sont des objets qu’on déplace, qu’on prête, qu’on regarde, alors que dans le numérique ces objets n’existent plus. Il faut tout apprendre, on est sur un autre type de médiation. Pour moi, c’est ça le plus difficile ». Le responsable de la médiathèque de Pollionnay renchérit : « En fait, on se rend compte qu’une liseuse est difficile à valoriser par rapport au livre qui affiche son titre dans la couverture, parce qu’elle contient tellement de choses… C’est difficile de matérialiser ce contenu parce qu’il est virtuel, même si la liseuse, c’est déjà du réel. J’ai transformé la page d’accueil où il y avait le logo. J’ai mis une page au hasard : j’ai choisi le dernier livre lu. Mais il ne s’agit que d’un seul livre. Du coup, c’est assez difficile : on ne peut pas mettre les 200 titres parce que c’est illisible, mais en plus on peut tout changer d’un moment à l’autre, tout vider et tout remettre, et on est alors obligé de refaire la communication sur le contenu ». La responsable numérique de la médiathèque de Meyzieu témoigne à son tour : « C’est vrai que maintenant nous avons un problème pour rendre visibles ces liseuses, car tant qu’elles étaient empruntées, on savait où les mettre, mais maintenant qu’elles reviennent et qu’elles ne sont pas empruntées toute de suite, je n’ai pas encore trouvé le moyen de les médiatiser. On les stocke dans le rayon derrière nous, dans le banc de prêt, mais il faudrait qu’elles soient aussi accessibles au public, car on fait des emprunts directs. Il faut que je trouve le moyen de les mettre en valeur tout en les protégeant, parce qu’on n’a plus d’antivol ici : la médiathèque est un libre-service ».

31Une stratégie pour surmonter cette difficulté peut être de créer des « livres fantômes ». C’est le choix de la médiathèque de Cognin, qui promeut la liseuse et son contenu dans une boîte exposée en libre accès. Cela permet d’augmenter la visibilité du terminal de lecture tout en le protégeant. Les responsables racontent : « Dans la première étape, on faisait de la médiation sur place à travers l’atelier numérique… Après ces séances, on avait des emprunts presque systématiques de nos liseuses, il avait un effet immédiat. S’il n’y avait pas de médiation, les liseuses restaient un peu en salle. On a fait le bilan et on a conclu qu’il fallait continuer avec cette médiation, mais qu’il fallait aussi rendre les liseuses plus visibles car au départ on avait peur de les mettre comme ça, sur les étagères… On a fait des boîtes et on les a mises directement dans le rayonnage, sans la liseuse, avec le contenu papier qui l’accompagne : un petit guide d’utilisation très simple, et la liste des ouvrages avec une bonne signalétique pour que les gens les repèrent très vite. Avant, les liseuses étaient derrière la banque de prêt et les gens n’étaient pas forcément au courant de leur existence, même si on mettait de petites affiches en salle. Mais ça [la boîte], c’est plus concret ». Le catalogage des livres numériques présente lui aussi des difficultés, car les logiciels ne sont pas toujours programmés pour cette nouvelle ressource. La responsable de la médiathèque d’Aveize observe : « C’est compliqué aussi d’intégrer la liseuse dans un logiciel qui n’est pas fait pour… La plate-forme s’appelle microbib, elle est parfaite pour les petites bibliothèques parce qu’elle est très ergonomique. Il y a une maintenance formidable… Mais elle a quand même ses limites : notamment l’intégration des livres numériques est un petit peu compliquée ». Ainsi, il est courant que les bibliothèques enregistrent la liseuse comme un livre de plus, sans pouvoir détailler son contenu. Certains lecteurs, comme Isabelle, le déplorent : « C’est dommage que les liseuses ne soient pas assez connues, alors que je suis abonnée depuis si longtemps. Peut-être moi-même je suis passée à côté de la formation. Mais ce serait bien qu’on puisse avoir conscience qu’elles sont là et qu’on les catalogue pour pouvoir savoir ce qu’il y a dedans. J’imagine que si je recevais une petite liste, je pourrais emprunter la liseuse pour lire un livre en particulier ».

32Il s’agit là d’un vrai défi pour lequel les bibliothèques peinent à identifier des partenaires d’expérimentation adéquats : designer, ergonome du Web, architecte de l’information ?

1.5 Retours d’expérimentation

33La mobilisation est forte et les efforts investis importants pour que l’offre de livres numériques rencontre un public en bibliothèque : l’expérimentation avec les usagers est réelle, fine, exigeante, mais peine à être reprise par les autres acteurs du livre ; le chaînon de l’ergonomie des biens immatériels est lui aussi manifestement manquant et peu d’ouverture est perceptible dans ce domaine : la médiation, la communication, la matérialisation suffiront-elles ? Et malgré tout, des usages se créent, grâce aux efforts déployés par les bibliothèques de lecture publique ; les responsables des BMG observent : « On avait déjà les inscriptions à distance pour les ressources numériques, et on observe avec Bibook un maintien de cette demande d’inscription à distance. La réponse que donnent les gens qui s’inscrivent et qui sont hors de Grenoble, c’est précisément pour Bibook, mais c’est quand même ultra-minoritaire. Peut-être il y en a 52 qui se sont inscrits ainsi depuis le lancement de Bibook, mais du coup ils payent ».

  • 9 Il faut rappeler ici que presque la moitié de nos interviewés (9/20) ont expérimenté la lecture num (...)

34En dehors des études que certaines bibliothèques ont pu mener pour objectiver les impacts de leurs nouveaux services (voir encadré 1), notre enquête permet d’identifier trois types de réaction suite aux expérimentations de lecture numérique menées en médiathèque par les usagers : on distinguera les convaincus, les dubitatifs et les désenchantés9.

Encadré 1. Études et enquêtes commanditées/réalisées par les bibliothèques-terrains

Nous avons traité et analysé les résultats d’un questionnaire qui avait été appliqué par la médiathèque de Meyzieu avant notre intervention à 125 lecteurs ayant emprunté des liseuses dans cet établissement. Ce questionnaire les interrogeait sur le nombre de livres qu’ils avaient lus, sur les catégories de livres préférées, sur la manière de se procurer les lectures (prêt en bibliothèque, achat, etc.), sur l’usage de la liseuse, sur le bilan de cette expérience, et sur la qualité des titres proposés. Il invitait également les usagers à faire des comparaisons entre la lecture numérique et la lecture sur le livre imprimé, ainsi qu’à exprimer leur intention de poursuivre ou non la lecture numérique après cette expérience. Nous présenterons ici les résultats de cette étude. Les BMG sont celles qui ont déployé le plus de moyens pour évaluer son service. Ces bibliothèques proposent une série de ressources numériques, son évaluation étant centrée principalement sur la bibliothèque numérique de prêt (BNP). Suite à une étude menée par un évaluateur externe, les responsables de cette institution envisagent de compléter l’étude quantitative avec une approche qualitative. Ils évoquent : « Sur le qualitatif, on a une enquête qu’on va conduire en avril. On a mené une première enquête en décembre 2014, il y a 2 mois, pour situer nos usagers des livres numériques dans l’écosystème de bibliothèque, pour savoir comment ils utilisent la bibliothèque, comment ils la perçoivent, quels sont les services qui les intéressent… Mais c’est un peu frustrant parce qu’on n’a collecté que 3 610 réponses, alors que le public est de 38 000 personnes ». Le responsable de la médiathèque de Pollionnay avait décidé au début de ne pas appliquer de questionnaires. Cependant, il a reconnu ensuite qu’en le faisant on pourrait contribuer à la diffusion de la nouveauté et on pourrait surtout accompagner l’expérimentation du lecteur. Il explique : « Je me disais que c’était une enquête de plus, et que plutôt que de faire des enquêtes, il fallait s’y mettre. Mais finalement je me suis rendu compte que l’enquête était un moyen non seulement de faire la communication, mais aussi d’aider les gens à s’approprier l’objet, parce qu’avec une liste de questions ils découvrent des fonctionnalités. J’ai donc changé d’avis et je trouve que c’est assez bien ».

Les convaincus

35Nous appelons « convaincus » les personnes qui ont eu une expérience de lecture numérique satisfaisante et qui continuent à lire en version numérique. La moitié des lecteurs interrogés sont convaincus (10/20) et la plupart d’entre eux (7/10) se sont équipés de leur propre support de lecture, notamment des liseuses. Maurice raconte : « Quand j’ai vu que la médiathèque prêtait des liseuses, je me suis inscrit, et assez rapidement j’en ai eu une. Je l’ai amenée en voyage – le prêt est tombé au moment où je partais en voyage –, et c’était très bien. J’ai dû lire à peu près 7 livres pendant le voyage, et, du coup, j’en ai acheté une ». Parmi ces convaincus, certains regrettent ne pas avoir connu avant les livres numériques, car ils leur auraient apporté une solution dans le contexte de déplacements constants. Pauline témoigne : « Je me suis dit que si j’avais eu ça quand j’étais étudiante, ça aurait été le rêve. Car j’avais beaucoup de bouquins à lire et à un moment donné mon compagnon était en Corse et moi sur le continent. Je faisais régulièrement les allers-retours et la moitié de ma valise était remplie de bouquins ». La plupart des « convaincus » sont des lecteurs qui ont une expérience de lecture numérique plus ancienne (au moins un an) que les autres interviewés. Nous pouvons donc considérer que leur pratique de lecture numérique est stabilisée.

Les dubitatifs

36Les « dubitatifs » sont les personnes qui ont eu également une expérience de lecture satisfaisante. Ils reconnaissent des avantages à la lecture numérique, mais ils préfèrent continuer à lire en version imprimée. Cela s’explique notamment par deux raisons : d’une part, ils se sentent très attachés à ce support traditionnel et, de l’autre, ils sont critiques par rapport à certains aspects du livre numérique – notamment le prix, les conditions d’accès et les traces numériques. Un peu plus d’un tiers de nos interviewés correspond à ce profil (6/20). Colette raconte : « Je reconnais que c’est pratique, que c’est confortable, mais de là à passer le cap et m’en acheter une… En plus, pour l’acheter, il faut acheter les livres et tout ». Les « dubitatifs » sont ouverts à la possibilité de renouveler l’expérience de lecture numérique dans certaines circonstances. Margot affirme : « Je ne pourrais pas, comme mon amie, lire seulement là-dessus [la liseuse]. Ce serait bien pour un voyage ou pour un grand livre, comme la Bible [rires], et de temps en temps pourquoi pas, pour le confort de lecture… Mais je suis traditionnelle ».

Encadré 2. Une occasion, pas encore transformée

Marion : « Les livres proposés étaient un peu justes. C’est un essai pour la médiathèque, je crois, mais les livres proposés sont très basiques. Je n’ai pas eu le temps pour télécharger des livres, mais je le ferai ». Jacqueline exprime un avis semblable : « Pour le service de liseuse, ce serait bien de renouveler les titres, mais c’est une question de budget. Je pense qu’on emprunterait plus souvent la liseuse s’il y avait un renouvellement et de nouveaux titres ». Colette : « S’ils pouvaient mettre plus de choix sur les liseuses, et un peu plus de liseuses… Car j’ai dû attendre 2 mois pour celle de polar, et pour celle de romans on est 20 personnes en attente ! ».

Les désenchantés

37À la différence des deux profils précédents, les « désenchantés » font un bilan négatif de leur expérience de lecture numérique. Il s’agit d’une minorité de nos interviewés (4/20). Divers motifs expliquent le fait que ces lecteurs n’ont pas trouvé leur expérience satisfaisante : la non-familiarité avec le livre numérique par opposition à la familiarité confirmée avec le livre imprimé, la difficulté à manipuler le support, l’inconfort de la lecture, le désintérêt des lecteurs pour le contenu proposé sur les liseuses, entre autres. Chez les désenchantés, la curiosité est le seul déclencheur qui a motivé l’expérimentation de la lecture numérique. Mais il est intéressant d’observer que, malgré leur déception, ils sont ouverts à la possibilité de réessayer. Cette ouverture est associée à l’idée que tout changement demande du temps pour s’habituer. Marion affirme : « Je vais l’emprunter [la liseuse] une autre fois. Je me dis : pour moi, c’est un défi, il faut que je m’y mette, si je vais partir avec, il faut que j’apprenne à l’utiliser, c’est comme tout la première fois : on écoute un disque, souvent la première écoute est pas terrible, alors que si vous écoutez plusieurs fois, au bout d’un moment vous trouvez ça franchement agréable… Je me dis que c’est peut-être pareil, que peut-être c’est l’avenir. Et je n’ai pas envie de dire à mes petits-enfants que je ne sais pas lire dans la liseuse ». Didier exprime un point de vue similaire : « J’étais assez déçu, je m’attendais à beaucoup plus que ça… Je compare l’expérience de la liseuse au fait de manger des huîtres. Au début, quand on voit ça on dit bouh, holà, je ne vais jamais manger ça, et puis quand on a goûté une fois ou deux, on y revient. Peut-être qu’il faut faire la même chose avec la liseuse ». Ces extraits nous permettent de constater que les désenchantés sont déçus, mais persévérants. Par ailleurs, d’autres interviewés désenchantés ajoutent qu’ils souhaitent réessayer une fois que les aspects considérés comme critiques seront améliorés.

38Presque tous les interviewés ont lu au moins un livre en entier en version numérique. Didier en est l’exception : « J’ai lu la moitié sur la liseuse, mais je n’ai pas trouvé le confort de lecture. Je voulais aller jusqu’au bout, mais je n’ai pas pu. Comme l’histoire me plaisait bien, j’ai continué sur papier ». Cet exemple de passage d’un support à un autre pour pouvoir accéder au contenu nous permet d’avancer l’idée que, pour ces grands lecteurs, l’important est en fin de compte d’effectuer la lecture, c’est-à-dire d’accéder au contenu. À ce propos, un responsable de la médiathèque d’Aveize raconte : « Il y a une dame qui voulait que je lui réserve L’Île des oubliés. Comme je l’avais acheté, j’ai lui ai dit : je l’ai sur la liseuse, est-ce que vous voulez essayer ? C’était aussi une personne d’un certain âge… Bon, elle n’était pas trop motivée, elle craignait un peu de la casser, elle avait ses appréhensions. Finalement, elle l’a empruntée et elle a lu le livre. Voilà. Elle m’a fait plus de commentaires sur le livre que sur l’outil, preuve qu’elle avait oublié l’outil… Ce qui est intéressant, c’est que quand on est dans un livre, on est dans le livre : on oublie le support ».

  • 10 Françoise Paquienséguy, Mathilde Miguet, Lectorat numérique aujourd’hui : pratiques et usages : rés (...)

39Cet intérêt pour le contenu plutôt que pour le support rejoint les observations de Françoise Paquienséguy et Mathilde Miguet, selon lesquelles l’absence d’hégémonie de la lecture ou de la technologie est due au fait que « la volonté et le plaisir de lire dominent et fédèrent la pratique et l’usage des supports : ce sont bien là les motivations structurant la pratique »10.

Notes

1 Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (SOFIA), Syndicat national de l’édition (SNE), et Société des gens de lettres (SGDL), « 5e Baromètre sur les usages du livre numérique », 2015.

2 Hadopi, Livre numérique et terminaux de lecture, quels usages ? note d’analyse, 2014, p. 2.

3 Laurent Soual, Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2015 (coll. Bibliothèques), p. 14.

4 « Sauf exception, les BDP ne sont pas directement ouvertes au public. Elles complètent, par leurs prêts régulièrement renouvelés de livres et autres supports, les collections d’une partie des bibliothèques publiques. Elles peuvent également effectuer des dépôts de documents destinées à des publics particuliers (scolaires, petite enfance, personnes âgées, prisonniers, etc.). Elles organisent des actions de formation en direction des personnels bénévoles et salariés des bibliothèques et conseillent les élus et les personnels en matière de construction, de gestion et de développement des bibliothèques, d’animation et d’action culturelle, de façon ponctuelle ou en accompagnant des projets », Qu’est-ce qu’une BDP ?.

5 Le niveau d’une bibliothèque (niveau 1, 2 ou 3) est défini selon les crédits d’acquisition, les horaires d’ouverture, le personnel et la surface. Voir Les missions de Savoie-biblio.

6 Le domaine public se réfère aux idées, aux informations et aux œuvres qui sont librement accessibles et réutilisables par le public sans qu’il ait besoin de demander une permission préalable. En France, une œuvre entre dans le domaine public 70 ans après la mort de son auteur.

7 Creative Commons : organisation à but non lucratif dont l’objectif est de proposer une solution alternative légale aux personnes souhaitant libérer leurs œuvres des droits de propriété intellectuelle.

8 Selon Laurent Soual, le « DRM est un fichier crypté embarqué avec le fichier numérique qui contient des données liées à la licence d’utilisation et qui permettra au logiciel de lecture d’interdire la lecture sur un autre appareil que celui où le fichier a été téléchargé ou d’en limiter les possibilités de copie (pas plus d’un nombre déterminé de copies) ou encore interdire certains fonctions (l’impression par exemple) », op. cit., p. 30.

9 Il faut rappeler ici que presque la moitié de nos interviewés (9/20) ont expérimenté la lecture numérique moins de 6 mois seulement avant l’entretien.

10 Françoise Paquienséguy, Mathilde Miguet, Lectorat numérique aujourd’hui : pratiques et usages : résultats denquête 2011-2013, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2015, p. 51.

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access