Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile

 | 
Christian Vandermersch

Index - Marques amphoriques

Texte intégral

Il n’existe pas de corpus des marques amphoriques de Sicile et de Grande Grèce pour les ive-iiie s. Il semblait donc utile de présenter sous forme d’index celles dont il est question dans ce travail, ainsi que d’autres pouvant leur être associées. Cet index se veut essentiellement une mise à jour des références bibliographiques et une présentation rationnelle des remarques qu’il est possible de faire. Le lecteur voudra bien se reporter à la publication originale de ces estampilles pour l’argile, l’emplacement exact sur le conteneur, etc. L’indexation alphabétique s’opère sur le nom ou le gentilice pour les formulations onomastiques binaires ; les timbres anépigraphes sont regroupés en fin d’index et précédés d’un astérisque.

La flèche ← signale une marque sinistroverse.

Ces marques amphoriques d’Italie du Sud ne sont pas toujours d’une approche aisée et il peut être utile d’introduire cet index par quelques remarques.

♦ L’origine géographique. Il est rare qu’un timbre fasse clairement allusion, par un nom de ville, un nom de vin ou un parasèmon, à une cité d’Italie du Sud. Par conséquent, les indices qui permettent de proposer une origine de Grande Grèce ou de Sicile sont le plus souvent : (1) le contexte de découverte [v. chap. ii] ; (2) l’onomastique ; (3) les caractéristiques dialectales ; (4) la forme du conteneur [v. chap.ii].

Dans quelques cas, la situation est assez claire : le timbre provient d’une zone de fours (Δαμοκράτης), la racine est épichorique (ΕΛΩ), l’onomastique peut être tenue pour caractéristique (ΓΟΡΓΥΛ). A côté de cela, on trouve des estampilles pour lesquelles les indices sont moins catégoriques, mais permettent, dans l’état actuel de la documentation, de suggérer en tant qu’hypothèse de travail raisonnable une origine d’Italie du Sud. Ces indices sont : (1) une distribution centrée sur l’Italie du Sud ; (2) l’allure générale de l’estampille ; (3) l’absence de parallèle en Grèce.

Le fait qu’un timbre ait été signalé en Italie du Sud et n’ait pas de parallèle en Grèce propre ne signifie pas pour autant qu’il soit de production locale. Cependant, lorsqu’il possède en plus des caractéristiques bien attestées dans les marques d’Italie du Sud, cette hypothèse devient vraisemblable. Ainsi, on remarque que différentes marques contiennent un nom abrégé en 3 ou 4 lettres se terminant en -ω, sans autre précision (ΔΙΩ, ΒΙΩ, ΝΙΩ). Cette constatation peut être utilisée en conjonction avec d’autres éléments, précisément la distribution géographique et l’absence de parallèle en Grèce propre, pour émettre une hypothèse de travail.

♦ La documentation. Des dizaines de marques d’Italie méridionale sont connues exclusivement au travers de publications déjà anciennes : citons notamment celles de A. Cordici (1586-1666, qui a rédigé une Istoria della città del Monte Erice), Torremuzza [TORREMUZZA 1769], F. Avolio [AVOLIO 1829], F. Ansaldi [ANSALDI 1851], A. Salinas [SALINAS 1884], L. Viola [VIOLA 1884 ; 1885], A. Pepoli [PEPOLI 1885], A. Pellegrini [PELLEGRINI 1887], G. Kaibel (Instrumentum domesticum Siciliae Sardiniae Italiae. I. Amphorae, dans le Vol. XIV des Inscriptiones Graecae, 1890), P. Orsi [ORSI passim], B. Pace [PACE 1919]. Ceci ne va pas sans poser des problèmes : l’origine exacte du timbre n’est pas toujours précisée ; il est rarement illustré ; aucune information n’est donnée concernant la forme du conteneur ou l’argile. Un certain nombre de lectures sont par ailleurs erronées (v. notamment PELLEGRINI 1887. 185-186) ou difficilement utilisables pour cause de transcription latine (notamment chez F. Avolio et A. Pepoli). Enfin, il n’y a jamais d’allusion relative à l’utilisation d’un même poinçon pour différentes estampilles. Cela étant, ces publications représentent la base de la documentation pour différents sites (Tarente, Palazzolo Acreide, Erice etc.). De nombreux timbres amphoriques provenant de fouilles plus récentes – dépôt de Monte di Vico à Ischia, épave Secca di Capistello à Lipari, etc. – attendent encore une publication définitive. Il est à souhaiter que l’ensemble de ce matériel puisse un jour être repris et publié suivant les critères de l’amphorologie moderne.

♦ Sicile, Grande Grèce, Campanie ? Il est rarement possible, vu l’absence d’ethnique ou de parasèmon, et compte tenu de l’état actuel des connaissances en matière d’épigraphie amphorique et d’onomastique, d’établir de quelle cité précise provient l’estampille. On doit le plus souvent se contenter de situer son origine dans une région assez étendue (Sicile, Grande Grèce, voire Italie du Sud au sens large). Et si ce travail s’intéresse avant tout aux conteneurs produits dans les zones situées au sud du Silaris, il est difficile, en matière d’épigraphie amphorique, de ne pas évoquer le secteur de Naples. Il y a à cela une raison très simple : aux ive-iiie s., la documentation épigraphique provenant du golfe de Naples est nettement plus importante que celle des cités situées juste au sud du Silaris, comme Poseidonia ou Velia. Par conséquent, si la distribution géographique du timbre ou les parallèles onomastiques font, dans certains cas, pencher plus ou moins nettement la balance en faveur de la zone Bruttium/Lucanie ou la Sicile, il est des noms pour lesquels les meilleurs parallèles se trouvent actuellement dans les environs de Naples (ex. : ΜΑΙΩ) sans qu’on puisse pour autant les considérer originaires de Campanie, du fait de caractéristiques dialectales par exemple (dorisme). C’est pour cette raison que ces noms ont également été repris dans l’index.

♦ Marques et noms. Un certain nombre de noms sont abrégés, ce qui ne va pas sans poser des problèmes quant au fait de savoir si on a affaire, lorsqu’il s’agit d’abréviations légèrement différentes, à un même personnage ou à des personnages différents. On constate à différentes reprises l’abandon d’un ou plusieurs phonème(s) (ΒΙΩ pour ΒΙΩΤΩ). Cette pratique se retrouve dans les signatures de céramistes sur des espaceurs de fours (E → EXI → ΕΧΙΝΩ dans le kerameikos de Métaponte) ou des timbres sur tuile/briques (PH → ΡΗΓΙ ΡΗΓΙΝΩΝ) (p. 114). Cela dit, si les abréviations sur ces espaceurs ou matériaux de construction peuvent raisonnablement être attribuées à un céramiste ou un atelier, et ce notamment lorsqu’elles proviennent d’un même dépotoir, la question est plus délicate en ce qui concerne les amphores. Lorsqu’on rencontre simultanément sur un site (Akrai p. ex.) les formes ΒΙΩ, ΒΙΩΤ, ΒΙΩΤΩΣ et ΒΙΩΤΩΟΣ, on peut raisonnablement penser qu’il s’agit d’une même personne : le nom, en outre, est assez caractéristique. Le phénomène est, dans l’esprit, le même que pour Ε EXI —» ΕΧΙΝΩ. Par contre, comment établir si les abréviations ΠΑΡ et ΠΑΡΗ, sur des amphores strictement identiques de l’épave Secca di Capistello, dissimulent un ou deux personnages ? C’est difficile, pour ne pas dire impossible, dans la mesure où ces abréviations peuvent correspondre à plusieurs noms différents. Certains regroupements opérés dans les pages qui suivent sont, par conséquent, de simples hypothèses de travail.

A

Poggio Marcato di Agnone, 2 ex. [BARRA BAGNASCO 1989. 95, n° inv. PMA 89/RSA95 et note 57, n° inv. PMA 89/A94]

Fragments de cols de mgs v. Fabrication locale. Cachets rectangulaires apposés sur le sommet de l’anse. Deuxième moitié ive s.-tout début iiie s. (avant 282 ?).

Manfria [ADAMESTEANU 1958a. 307, n° inv. 1992]

Anse d’amphore de forme non déterminée (mgs iv ?). Fabrication locale. L’anse porte le graffite X. ive s. (avant 310).

Ce monogramme (AT ou TA) a également été signalé sur des timbres amphoriques trouvés à Syracuse [IG XIV 2393. 579 add.], Tarente [VIOLA 1884. 119, n°20 ; IG XIV 2393.579] et Carthage [CIL VIII 22637.16].

A

Amphore

Manfria [ADAMESTEANU 1958a. 307, n° inv. 1990]

Anse d’amphore de forme non déterminée (MGS IV ?). Fabrication locale. Le timbre représente une amphore de transport surmontée d’un alpha. ive s. (avant 310).

N. AHVDIIS

Erice, 2 ex. [PELLEGRINI 1887. 293, n°757-758]

Anses d’amphore de forme non déterminée. iiie s. ?

Il semble correct de comprendre N(iumsis) ou N(umpsis) Ahvdiis. Ces estampilles amphoriques osques ne trouvent pas de parallèle en Campanie. Elles sont reprises dans cet index dans la mesure où l’on peut y voir à titre d’hypothèse de travail des marques provenant d’une zone oscophone située au sud du Silaris.

ΑΘΗΝ

  1. Sélinonte [SALINAS 1884. 328 n°558 = IG XIV 2393.47] ←

  2. [.]ΘΗ[.] à Erice [PELLEGRINI 1887. 272, n°566] ←

Ces deux estampilles sont regroupées à titre d’hypothèse de travail. Elles se trouvent sur des fragments d’anses ; la forme du conteneur n’est pas connue. Le cartouche est ovale (1). L’exemplaire de Sélinonte devrait être antérieur à 250.

Cette abréviation ne se retrouve pas dans d’autres séries amphoriques. Ses caractéristiques (nom isolé, abandon d’un ou plusieurs phonèmes) la rapprochent d’autres estampilles de l’index et font pencher pour une origine d’Italie méridionale. Il doit s’agir d’un anthroponyme abrégé, comme ’Αθηναίος, Αθηνόδωρος... Une brique de Velia (ive-iiie s.) timbrée au sigle ΔΗ mentionne l’abréviation ΑΘΗ [GALLO 1966. 371].

AΛΚIA[

Métaponte [MANNI PIRAINO 1968. 437-438, n°14] ←

Fragment de col (mgs vi de module réduit ?). Cachet rectangulaire, lettres grandes (1,5 cm.) et alpha à barre brisée. Datation : fin iiie / début iie s. [LANDI 1979. n°159 : début iie s.].

M. Manni Piraino lit Άλκία[ς], Ce nom est attesté dans différentes cités d’Italie du Sud grecque, de l’époque archaïque (Métaponte : Jambl., VP 267 ; Gela : IGDS n°131) à l’époque hellénistique (Lokroi : Tabl. 3/27). Ἀλκία[ς] serait alors un nominatif, avec sigma final noté ou non. On ne peut cependant exclure le nom Ἀλκιάδας attesté à Gela [IGDS n°134b, 8] / Ἀλκιαδης à Syracuse [IG XIV 5]. Le sigle ΑΛΚ se retrouve dans les Tables de Tauromenion [IG XIV 421 II a 13 ; v. MANGANARO 1988. 161].

ΑΝΔΡ

Aléria (Corse) [JEHASSE 1973. 365, n°1322] ←

mgs iv entière provenant d’une tombe -datée c. 300-275. Cartouche rectangulaire sur le sommet d’une anse.

νδρών est un anthroponyme attesté en Sicile à S. Fratello [IG XIV 359], Centuripe (Cic., Verr., II ii 156), Kamarina [IGDS n°126, 1. 10], Katanè (Athén., Deipn., I 22c), Tauromenion [IG XIV 421 I a 12, 16 et 20], Syracuse [RIZZO 1974. 77]. On le trouve en Grande Grèce à Rhégion [IG XIV 613]. La formulation παρ’ νδρωνος est attestée sur deux strigiles d’Italie du Sud retrouvés à Praeneste [IG XIV 2408.3].

ΑΝΔ[.]Ω

Mellita, Tunisie [BISI 1969-70. 208, n°18 ; Addendum de A. Di Vita, dans Id. 230,f] ←

mgs v entière provenant d’une tombe datée des iiie-iie s. Cartouche rectangulaire, nu retourné.

L’anthroponyme est Ἄνδρων, mais il est difficile de savoir s’il est au nominatif avec apocope du nu (ν. ΔΙΩ infra) ou s’il s’agit d’un génitif abrégé. Ce timbre est à distinguer du précédent et de ceux repris ci-dessous en raison des poinçons, de la chronologie et du fait qu’ils apparaissent sur des amphores de forme différente.

ΑΝΔΡΩΝΟΣ

  1. Reggio C. [DI LORENZO 1883. 354 = IG XIV 2393.77d]

  2. Palazzolo Acreide [IG XIV 2393.77c]

  3. Tarente [VIOLA 1885. 277, n°148 = IG XIV 2393.77b] ←

  4. Pech-Maho, Languedoc [AMPHORES ROMAINES. 65, note 89]

  5. ANDRONO en Sicile [AVOLIO 1829. 93]. Probablement la transcription latine de ΑΝΔΡΩΝΟ[Σ].

  6. ]ΑΝΔΡΟ[ ] à Licata [IG XV 2393.77e] lectio incerta

  7. ΑΝΔΡΩ[ ] à Tarente [VIOLA 1885. 277, n°147 = IG XIV 2393.77a] ←

  8. ΑΝΔ[ ] à Erice [PELLEGRINI 1887. 272, n°568] lectio incerta

  9. ΑΔΩΝΟ[.] à Erice [PELLEGRINI 1887. 272, n°564, probablement mauvaise lecture pour ΑΝΔΡΩΝΟ[.] ]

  10. A[ ]ΩΝΟ[.] à Erice [PELLEGRINI 1887. 272, n°565] prob.

Ces estampilles sont connues exclusivement sur des fragments d’anses, le (4) indiquant qu’il s’agit de mgs vi. Le terminus ante quem pour le (4) est c. 210. Le cachet est de forme rectangulaire allongée, imprimé sur le sommet de l’anse (4). Le lettrage est de petite taille et caractéristique : alpha à barre brisée, sigma peu lisible, nu à seconde barre plus courte, omikron déporté vers le haut et de taille réduite.

Il s’agit de la forme génitive de Ἄνδρων (pour les attestations de cet anthroponyme en Sicile et Grande Grèce, v. supra).

ΑΝΤΑΛ

  1. Erice [PELLEGRINI 1887. 273, n°570]

  2. Ischia [LEPORE 1952. 312, note 4 : lu Ανταμ(...)]

  3. ANTA[ ] à Hèrakleia M. [DE MIRO 1958. 281, n°15] ←

  4. ΑΝΤΑΛ[.] à Erice [IG XIV 2393. 78]

  5. ANTA[ ] à Carthage [CIL VIII 22639.23] prob.

  6. ΑΝΤΑΛ à Erice [PELLEGRINI 1887. 273, n°569] ←

Ces estampilles sont regroupées à titre d’hypothèse. Elles sont connues uniquement sur des fragments d’anses et la forme des conteneurs est impossible à établir. La chronologie n’est pas assurée (iiie-iie s.).

On peut, à titre d’hypothèse de travail, y voir des marques d’Italie du Sud. L’anthroponyme Ἀντάλλοs est bien attesté en Sicile à cette époque, entre autres à Morgantina [SIOQVIST 1959. 275], Tauromenion [IG XIV 421 I a 67 et 81], Termi Imerese [IG XIV 313]. C’est le nom d’un Éléate qui reçoit la proxénie à Delphes en 188/7 [MANGANARO 1992. 392]. Le nom est bien attesté au ier s. dans la région de Phintias (IG XIV 256.39 : Ἀντάλλοs νταλλου) et à Soloeis (IG XIV 311 : un gymnasiarque porte le nom Ἀντάλλος νταλλου το νταλλου).

Ε. Sjöqvist estime que “... it should be called in preference a Sicilian name” [SJOQVIST 1959. 276] et L. Dubois le considère “typiquement sicilien” [BULL. EPIG. 1990 n°861].

API

(1) Sousse [CERDA 1987. 444d]

mgs iv entière (provenance exacte inconnue). Cachet rectangulaire apposé au sommet de l’anse.

On peut lui rapprocher les estampilles suivantes, sur des fragments d’anses, mais dont il n’est pas sûr qu’elles appartiennent au même groupe :

(2) Soloeis [DE GREGORIO 1917]

(3) Reggio C. [DI LORENZO 1884. 286 = IG XIV 2393.144] ←

API est une abréviation courante aux ive-iiie s. en Italie du Sud. On la trouve notamment sur une tuile de Velia contremarquée ΔΗ [GALLO 1966. 372, n°24] et des didrachmes de Tarente (c. 334-330 : D/Cavalier + API ; R/Taras).

Des timbres amphoriques de Tarente, de forme ovale, mentionnent l’abréviation ARI [VIOLA 1884. 119, n°32 ; 1885. 277, n°150 ; v. IG XIV 2393.583] avec les deux premières lettres formant monogramme et alpha à barre brisée. On ignore sur quels conteneurs ils sont apposés.

AΡΙΣ

Ischia [LEPORE 1952. 312, note 4 ; MONTI 1980. 151] ←

Fragment d’amphore provenant du dépotoir de Monte di Vico (iiie-iie s.). Cachet rectangulaire, graphie caractéristique : lettres anguleuses, alpha à barre brisée, sigma à branches ouvertes, deux premières lettres en monogramme.

L’exécution de cette estampille la rapproche des formes ΑΡΙΣΤΟΚ, ΑΡΙΣΤΟΚΙ et ΑΡΙΣΤΟΧΑ signalées à Ischia, sans qu’on sache exactement si elles se trouvent sur des matériaux de construction ou des amphores [MONTI 1980. 151]. Une origine d’Italie du Sud semble possible.

Cette estampille est à distinguer du timbre AΡΙΣ connu sur des Maῆa C2 de Carthage [BYRSA I. 238 ; II. 172-173, note 22] ; on considère dans ce cas qu’il s’agit d’un anthroponyme punique transcrit en grec.

ΓΑΙΟC |ΑΡΙCΤΩΝ

  1. Tarente, 2 ex. [VIOLA 1885. 278, n°153 = IG XIV 2393.136a]

  2. Erice, 4 ex. [PELLEGRINI 1887. 282-283, n°658-659 ; 661-662]

  3. Minorque [DE NICOLAS 1980. 60]

  4. Délos [AMPHORES ROMAINES. 31, note 25]

  5. ΓΑΙΟC | ΑΡΙCΤΩΝ à Erice [PELLEGRINI 1887. 282, n°657]

  6. ΓΑΙΟC | ΑΡΙCΤΩΝ à Erice [Id. n°660]

  7. ΓΑΙΟC | ΑΡΙCΤΩΝ à Erice [Id. n°663]

  8. ΓΑΙΟC | ΑΡΙCΤΩΝ à Erice [Id. n°664]

  9. Elis [LEPENIOTIS 1991. 384]

Anses d’amphores de forme non déterminée (mgs vi ?). Cachets de forme rectangulaire, angles arrondis. Nom inscrit sur deux lignes. Ν de petite taille et en hauteur.

Cette estampille est généralement datée du iiie s. (v. c. aristo infra), mais on ne possède jusqu’à présent aucun point d’ancrage sûr. La formulation praenomen italique + nom grec ainsi que les caractéristiques paléographiques ne contredisent en tout cas pas une date dans la seconde moitié iiie-tout début iie s.

Si le praenomen Γάιος est commun dans le secteur campano-latial, on le rencontre également plus au Sud, à Hèrakleia L. par exemple (iiie-iie s.) [GIARDINO 1976. 558]. Un décret de proxénie d’Entella (iiie s.) mentionne un Τεβέριος Κλαύδιος Γαίου υἱὸς ντιάιας [IGDS η°207]. Le nom Ἀρίστων est attesté en Grande Grèce depuis l’époque archaïque (Rhégion : Timée, dans Strabon VI 1,9) et commun à l’époque qui nous occupe. Ainsi, cinq personnages différents portent ce nom dans les Archives de Lokroi (Tabl. 21/24/27/32/38). Il est également courant en Sicile, notamment dans le secteur oriental [IG XIV s.v. ; IGDS s.v.] ; on le rencontre à Pétra, une cité dans laquelle vivent des Mamertins [IGDS n°208, 27]

Dans l’instrumentum, l’estampille ΑΡΙΣΤΩΝ apparaît sur des tuiles de Lipari et Tyndaris, d’époque hellénistique [CAVALIER, BRUGNONE 1986. 222] ; un pithos de Bovalino, dans le Bruttium porte l’estampille έποίησ[ε] ριστω[ ] [ORSI 1890. 266]. V. également infra.

C. CARISTO

  1. Erice, 4 ex. [PELLEGRINI 1887. 283, n°665-666 ; 668-669]

  2. Tarente [VIOLA 1884. 122, n°66 ; 1885. 283, n°223]

  3. Lilibeo [BRUGNONE 1986. 102-104, n°3]

  4. C ARIST [.] à Erice [PELLEGRINI 1887. 283, n°667]

  5. C ARICTO à Erice [Id. n°670 = prob. CIL X2 8056.435]

  6. C ARIST à Trapani [CIL X2 8051.39]

  7. Elis [LEPENIOTIS 1991. 384]

Anses d’amphores de forme non déterminée (mgs vi ?). Cachets de forme rectangulaire (c. 4  1,2) apposés au sommet de l’anse. L’exécution des lettres (1-4) est caractéristique (petit o, s retourné) ; on peut douter de la transcription du (5). Sur le plan chronologique, la seule information qu’on possède pour l’instant est que le (3) provient de la nécropole de la Proprietà Scavone à Lilibeo (iiie-iie s.).

Il s’agit vraisemblablement de la transcription latine du nom précédent [D. Manacorda, dans AMPHORES ROMAINES. 445]. C. Aristo est généralement considéré comme campanien, du fait de son allure latine. C’est possible, mais Ἀρίστων n’est pas vraiment un nom caractéristique de la zone de Naples. Par contre, il est bien attesté au sud du Silaris (v. supra). Ainsi, un timbre amphorique d’Hèrakleia M. mentionne la forme ΑΡΙ[.]ΤΟΣ [DE MIRO 1958. 279-280, n°9] ; il est peut-être à mettre en relation avec les timbres évoqués ici.

Il n’est pas impossible que Γ. ρστων ait, à une époque au moins, exercé son activité au sud du Silaris. A. Hesnard [dans EMPEREUR, HESNARD 1987. 29 ; v. également AMPHORES ROMAINES. 31] n’exclut pas une origine sicilienne pour ces timbres, qu’elle situe post 240.

ΒΑΣΙΛΕ[..]

Syracuse [CULTRERA 1951. 801, n°5]

Anse d’amphore de forme non déterminée, provenant d’un contexte mélangé, mais qui a livré notamment du matériel des années 250-200. Cachet rectangulaire, lettres claires.

Il semble correct d’entendre Βασιλεύς/έος. S’il s’agit de Hiéron II, cette anse date c. 250-211. L’utilisation isolée du titre est sans parallèle dans l’instmmentum sicilien.

ΒΙΩ

  1. Lipari, 6 ex. au moins [FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289 ; BLANCK 1978. 96] ↔

  2. Palazzolo Acreide, 2 ex. au moins [IG XIV 2393.180b]

  3. Erice, 3 ex. [PELLEGRINI 1887. 274, n°585-587]

  4. Carthage [CARTON 1894. 190, n°69]

  5. ΒΙΩ[ ] à Tarente [VIOLA 1885. 278, n°152 = IG XIV 2393.180f]

  6. ]ΕΒΙΩ à Ischia [LEPORE 1952 ; MONTI 1980. 151]

  7. ΕΒΙΩ[...] ( ?) à Eloro [MILITELLO 1966. 308, note 1, f]

  8. ΒΙΩΤ, 2 ex. au moins à Palazzolo Acreide [IG XIV 2393.180c]

  9. ΒΙΩΤΟ à Erice [PELLEGRINI 1887. 275, n°589 = IG XIV 2393.180e]

  10. ΒΙΩΤΟ à Lilibeo [PELLEGRINI 1887. 275, n°588]

  11. ΒΙΩΤΩ à Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°233 = IG XIV 2393.180a] ←

  12. [.]ΒΙΩΤΟΤ à Syracuse [FALLICO 1971. 602]

  13. ΒΙΩΤΩΣ à Palazzolo Acreide [BERNABO BREA 1956. 174]

  14. ΒΙΩΤΩΟΣ à Palazzolo Acreide [IG XIV 2393.180d] = (13) ?

mgs v entières (1). Cachets de forme rectangulaire allongée. Datation : (1), 300-280 ; (7), contexte fin ive-iiie s. ; (11), avant 250.

Le (12) provient du quartier Villa Maria à Syracuse, dans lequel se trouvaient rassemblées à la fin ive-début iiie s. des officines céramiques. Les objets retrouvés (céramique, coroplastique et matériaux de construction) sont quasiment tous de production locale [FALLICO 1971. 592ss.].

Malgré la diversité des abréviations, il est fort probable qu’on ait affaire à un même personnage. La présence simultanée de ΒΙΩ, ΒΙΩΤ, ΒΙΩΤΩΣ et ΒΙΩΤΩΟΣ sur un même site (Akrai) semble un indice en ce sens.

H. Blanck propose Βιωτός [BLANCK 1978. 96], se basant notamment sur une inscription de S. Marco di Alunzio mentionnant un [Β]ίωτον Τιμάνδρο[υ] [IG XIV 366]. Mais les désinences conservées sont curieuses pour la deuxième déclinaison et les Inscriptiones proposaient Βιωτώ : "Nomen videtur Βιωτώ esse, cuius genetivus et Βιωτος et Βιωτο[ς] fuerit”. Les génitifs -το(υς) et -τωος ne sont pas des modèles de grammaire mais n’étonnent pas trop dans la Sicile des ive-iiie s.

Le nom Βιωτός semble en tout cas bien attesté en Italie du Sud. A côté de l’inscription de S. Marco di Alunzio, on note à Gela vers 500 la forme Βίοτος [IGDS n°131] ; à Cumes, vers 450, la forme BIOTO [IG XIV 863 ; LSAG 240, n°15] ; en Lucanie, sur des tuiles de Monte Scaglioso (iiie s.), la forme Βιώτως Βίωτο [CANOSA 1984. 479].

Deux ou trois estampilles (6, 7, 12) semblent assez curieusement comporter une lettre avant le β initial, que les publications en (6) et (7) lisent epsilon. On peut exclure ἐπί : pareille manière d’abréger radicalement la préposition est difficile à imaginer, les mentions ἄρχ(οντος) Εύθυμου [ARCHIVIO LOCRESE. 31] sur une tuile de Lokroi et πρ(όβουλος) à Tauromenion [MANGANARO 1988. 159] ne constituant en aucun cas des parallèles satisfaisants. Si les lectures sont correctes, il est probable qu’il s’agit d’un autre nom.

ΓΟΡΓΥΛ

  1. [.]ΓΟΡΓΙΛ à Licata [IG XIV 2393.548]

  2. ΓΟΡΓΥΛ[..] à Licata [IG XIV 2393.184]

Anses d’amphores de forme non déterminée. Phintias fonde en 281 la cité qui porte son nom sur le site de Licata. La plupart des timbres trouvés sur le site datent du iiie s., ce qui doit être le cas pour ceux-ci.

La marque ne trouve pas de parallèle en Grèce propre. Elle peut, à titre d’hypothèse de travail, être tenue pour siciliote dans la mesure où une inscription de Licata (Phintias), dans laquelle il est question de ό δμος τν Γελώιων, mentionne un Γελιος Γοργύλου [IG XIV 256.42].

Δ [.]

La Madonnina (Ta) [McCANN 1972. 183]

Fragment de mgs iii provenant d’une épave datée vers 350. Cachet trapézoïdal.

ΔΑΜΟΚΡΑΤΗΣ

  1. Métaponte [D’ANDRIA 1976. 542]

  2. Pizzica Pantanello, Métaponte, 8 ex. [J. Brehob, dans METAPONTO]

mgs vi en morceaux provenant de contextes de la fin iiie-début iie s. Cachets de forme rectangulaire allongée. Lettrage caractéristique : alpha à barre brisée, omikron petit et anguleux, sigma à trois branches, petits soulignages aux pieds de chaque barre verticale.

Les estampilles de Pizzica Pantanello ont été trouvées dans une zone de production céramique et le timbre Δαμοκράτης se retrouve sur une tuile du castrum de Métaponte [J. Brehob, dans METAPONTO] : il s’agit selon toute vraisemblance d’une production métapontine.

Le nom est courant aux ive/iiie s. en Italie méridionale. Un amiral tarentin de la fin iiie s. est signalé par Tite-Live (XXVI 39,6) sous la forme Democrates. On rencontre la forme Δαμοκράτης à Akrai et Messine [LANDI 1981. 35].

ΔΙΟΚΛΕΟY

Berenice [RILEY 1985. 139, n°61]

Estampille rectangulaire apposée à la base d’une anse. Chronologie : post 247.

J. Riley [Id. 131], se basant sur l’analyse pétrologique du fragment, estime qu’il pourrait s’agir d’une Hellenistic Amphora 7, c’est-à-dire une gréco-italique. Du vin et de l’huile étaient commercés depuis la Sicile vers la Lybie (pp. 130-131) : cette hypothèse n’est donc pas à exclure a priori. Cela dit, il semble difficile de se prononcer.

Διοκλς est bien attesté en Sicile depuis l’époque classique [DS., XIII 59 ; XVI 82,6 ; IG XIV 952.6 ; IGDS n°121, 5] jusqu’à celle de Verrès (Cic., Verr., II iii 93 etc. : Centuripe, Palerme, Lilibeo). On le trouve également à Sybaris (Jambl., VP 267). A une époque plus récente, un potier du nom de Διοκλς est connu dans l’épigraphie amphorique apulienne [DESY 1987. 453]. Cela dit, on ne trouve aucune marque amphorique similaire à celle de Berenice en Italie du Sud. Il faut également faire remarquer qu’en Sicile le génitif d’un nom propre en -κλς se fait le plus souvent en -κλέος non contracté [SICCA 1924. 95].

ΔΙΩ

(1) Lipari [FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289]

mgs v entière datée par contexte des années 300-280. Cachet rectangulaire, angles arrondis.

L’estampille suivante, sur fragment d’anse, est connue uniquement à travers un dessin, mais semble à rapprocher de celle de Lipari :

(2) ]ΔΙΩ à Carthage [CARTON 1894. 190, n°70]

Le nom Δίων (v. infra) est au nominatif, avec apocope du v, assez banale en Sicile.

L’estampille suivante, sur fragment d’anse, provient d’une matrice différente (plus grande) que les (1) et (2) :

(3) Erice [PELLEGRINI 1887. 275, n°595 = apparemment IG XIV 2393.219b]

ΔΙΩΝ

(1) Agrigente [PELLEGRINI 1887. 275, n°593]

(2) Sicile [IG XIV 2393.219a]

(3) ΔΙΩ[ ] à Erice [PELLEGRINI 1887. 275, n°594]

Anses d’amphores de forme non déterminée. Poinçons différents.

L’anthroponyme Δίων est commun en Sicile : il se rencontre par exemple à Akrai [IG XIV 217.7], Sélinonte [IGDS n°61-62], Kamarina [MANGANARO 1989. 192], Tauromenion [IG XIV 421 I a 24], etc. Il est bien attesté à Halaesa puisqu’il apparaît sur des tuiles du iiie s. [CARETTONI 1959. 321 etc.] et qu’un Q. Caecilius Dio revient à différentes reprises dans le cadre du procès de Verrès (Cic., Verr., II i 27 etc.). Le nom apparaît dans les tables d’Hèrakleia [IG XIV 645 I 14].

ΔΙΩΥ

Erice [PELLEGRINI 1887. 275, n°593]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Époque hellénistique. La quatrième lettre est considérée par A. Pellegrini comme “etrore del figulo”. Dans ce cas, il faut envisager le nom Δίων ; la matrice est de toute façon différente du Δίων (1) d’Agrigente. Un sicilianisme n’est cependant pas à exclure.

ΕΛΩ

Palazzolo Acreide [BERNABO BREA 1956. 174 = IG XIV 2393. 229]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Époque hellénistique.

Cette marque n’a pas de parallèle dans une autre série amphorique. Son contenu de trois lettres, terminé en -ω. le rapproche d’autres estampilles signalées dans cet index. On ne peut manquer de faire le lien entre cette estampille et la cité d’Hélôros, qui se situe à c. 30 km. d’Akrai.

L’estampille peut être l’abréviation de l’ethnique correspondant à Ἕλωρος ou de l’anthroponyme épichorique Ἕλωρις/ος [SICCA 1924. 151]. Ce dernier est attesté à Akrai [IG XIV 211-212], Tauromenion [IG XIV 421 I a 80 et 91 ; III 100 ; 422 II a 70] et Syracuse [IG II 2 10391] ; v. également DS., XIV 8,5 (Syracusain de l’époque de Denys l’Ancien).

ΕΥΞΕΝΟΥ

  1. Ischia [LEPORE 1952. 312, note 4]

  2. ΕΥΞΕΝΥà Lipari, 5 ex. au moins [FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289 ; BLANCK 1978. 96]

  3. ΕΥΞΕΝΥ à Licata [AVOLIO 1829. 89 = IG XIV 2393.257b]

  4. ΕΥΞΕΝΥ à Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°767 = IG XIV 2393.257a : ΕΥΞΕΝΟ]

  5. ΕΥΞΕΝΥ à Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 360, n°11 : ΥΞΕΛΩ]

  6. ]ΥΞΕΝΩ à Hèrakleia M. [DE MIRO 1958. 282, n°24] ←

En (2), il s’agit de mgs v entières datables par contexte des années 300-280. Cachets de forme rectangulaire allongée (3  0,9), angles arrondis. Les dernières lettres sont généralement mal détachées, mais l’alternance des désinences est assurée. Ce timbre se retrouve au sommet ou à la base de l’anse [C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 58-59]. Plusieurs matrices sont documentées, dont une défectueuse, celle ayant servi à imprimer le (5) dans laquelle l’epsilon initial ne se lit pas.

La distribution géographique de ce timbre, ainsi que l’alternance des désinences indiquent une origine d’Italie méridionale, vraisemblablement siciliote. Εξενος est attesté aux ive-iiie s. en Grèce propre et en Cyrénaïque [LGPN s.v.] ; il se rencontre de manière particulièrement fréquente en Sicile. On le trouve notamment à Agrigente (un compétiteur olympique du ve s.), S. Fratello (IG XIV 360 : Ελιος Εξένου), Gela (IGDS n°130 : Φιλιστίδας Εξένο ho [κ]αλοποιό(ς), inscription archaïque, Tauromenion (IG XIV 422 II a 69 : Εξενο[ς]). En Grande Grèce, un cippe de Métaponte a conservé Εξενος [...]/ Φιλιστίδα θηκε [LANDI 1979. n°152].

Il est assez banal en Sicile qu’un nom en -ος fasse son génitif en -o ou [SICCA 1924. 41 ; 53]. La désinence se retrouve, elle, dans un petit nombre d’inscriptions du ve s., de Sicile orientale et du Bruttium méridional : hερακλέος ‘Ρεγίνυ à Castellace, près d’Oppido Mamertina [BTCGI s.v. Castellace], Κλεόϕαντος Γλαυκίυ à Rhégion [ORSI 1902. 44].

ΕΥΡΥ

Reggio C. [DE FRANCISCIS 1957. 376, n°26]

Col de mgs v. Cachet rectangulaire (c. 4  0,6) apposé transversalement au sommet de l’anse. Contexte ive-iiie s. Le rapprochement avec le matériel de l’épave Secca di Capistello (c. 300-280) amène à proposer une datation vers la fin ive-début iiie s.

A. de Franciscis suggère un rapprochement avec la marque amphorique cnidienne Εύρυμάτου, ce qui est à écarter au profit d’une origine d’Italie du Sud.

Il est impossible de proposer un développement pour cette abréviation. On peut simplement noter que différents anthroponymes commençant en Ερυ– sont attestés en Italie du Sud. On trouve par exemple Ερυτος à Tarente (Jambl., VP 267 ; IG XIV 668) ; Ερύϕημος à Métaponte (Jambl., VP 267) ; Ερυϕῶν à Sélinonte (vers 450) [IGDS n°68], Ερνδας à Noto [IG XIV 241]. La forme élyme Eurumakes apparaît sur une inscription peinte de Montagna di Marzo, en Sicile occidentale [AGOSTINIANI 1984-85. 202 ; v. IGDS p. 201]. On note d’autre part le sigle EΥP dans les Archives de Lokroi (Tabl. 31).

EΥXE[

Ischia [LEPORE 1952. 312, note 4]

Anse d’amphore de forme non déterminée provenant du dépotoir de Monte di Vico (iiie-iie s.).

Il doit s’agir de l’abréviation d’un anthroponyme : E. Lepore suggère Εχε[ιρ ?]. Cette estampille ne se retrouve pas dans une autre série amphorique : il est possible qu’il s’agisse d’une estampille d’Italie du Sud.

ΖΥΒΙΩ

Hèrakleia M. [DE MIRO 1958. 282, n°20] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée, datée par contexte des ive-iiie s. Cachet rectangulaire (4,8 x 0,9).

Cette marque n’a pas de parallèle dans une autre série amphorique. Le fait qu’il s’agisse d’un nom propre avec désinence en semble indiquer un timbre d’Italie du Sud. Il est possible qu’on se trouve en présence d’un anthroponyme osque : une inscription de Métaponte mentionne en effet la forme ZΥνI (←) [IG XIV 651.3]. La terminaison nominative en -ω, un dorisme, la rapproche d’autres estampilles de cet index.

H

Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 360, n°13]

Anse d’amphore de forme non déterminée (mgs iv ?). Chronologie : ante 282.

ΘΕ

La Madonnina [McCANN 1972. 183]

Fragment d’amphore MGS III provenant d’une épave datée vers 350. Cachet rectangulaire.

ΘΕΩΝ

Ischia [MONTI 1980. 151] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée provenant du dépotoir de Monte di Vico (iiie-iie s.). Cachet rectangulaire, nu penché.

On peut envisager une origine d’Italie du Sud pour cette marque qui ne trouve pas de parallèle dans une autre série amphorique. Θέων est un nom courant en Grèce propre [LGPN s.v.] ; en Italie du Sud, un Σω[σί]στρατος Θέων[ο]ς est connu à Kamarina sur un contrat de vente c. 300 [IGDS n°124, 2].

ΘΗ

  1. Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 348, n°2]

  2. Gela [Id. 360, n°12]

  3. Carthage [CIL VIII 22639.86]

Ces trois timbres sont regroupés à titre d’hypothèse. Le (1) est un fragment de col ; les (2) et (3) des anses. La forme du conteneur n’est pas connue mais les (1) et (2) proviennent d’une zone dans laquelle ont été trouvées des mgs iv ; leur chronologie devrait être antérieure à 282.

ΙΕΡΩ

  1. Lilibeo, 2 ex. [BRUGNONE 1986. 108, n°11a-b]

  2. Ischia [MONTI 1980. 151]

Anses d’amphores de forme non déterminée (mgs v/vi ?). La chronologie n’est pas assurée, mais le contexte de la nécropole de Proprietà Scavone à Lilibeo suggère la fourchette iiie-début iie s. Cachet rectangulaire (c. 4 x 1,2) ; en (1), il est imprimé dans un cas sur la partie basse de l’anse, dans l’autre à son sommet.

Le contenu (nom isolé se terminant en -ω) permet d’envisager, à titre d’hypothèse de travail, une origine d’Italie du Sud. Ίέρων est un nom très commun, entre autre en Sicile. Il ne faut pas confondre cette marque avec celle d’un fabricant rhodien homonyme.

ΛΑΜΠΩΝ

(1) Licata [IG XIV 2393.346]

(2) Carthage [CIL VIII 22639.102]

(3) ΛΑΜΠΩΝ à Lilibeo [BRUGNONE 1986. 109, n°13]

Anses d’amphores de forme non déterminée. Chronologie : le (1) devrait logiquement être postérieur à 281 et le (3) provient de la nécropole de la Proprietà Scavone à Lilibeo (iiie-iie s.). Les caractéristiques paléographiques n’incitent guère à descendre après le début iie s. En (1), le cachet est rectangulaire (c. 4,5 x 1,1) et imprimé sur la partie haute de l’anse. La graphie est caractéristique (lettres de c. 9mm., alpha à barre brisée, nu sinistroverse).

Λάμπων est un nom assez courant aux ive-iiie s. dans le bassin oriental [LGPN s.v.] mais ne paraît pas s’y retrouver sur une série amphorique. La distribution de cette marque permet d’envisager une origine d’Italie du Sud. Une inscription de Centuripe (iie s.) a conservé un Λάμπ[ων] [IGDS n°189, 2].

ΛΕΠΤΙΝΑ

Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 356, n°28]

mgs iv entière. Cachet rectangulaire allongé sur l’anse. Avant 282.

ΛΕΠΤΙΝΑ svastika

Crotone (Information R. Spadea ; Musée de Crotone) ←

Col de mgs iv. Cachet rectangulaire sur le sommet de l’anse. Provenance sporadique.

Il s’agit ici d’un génitif dorien en -a, comme on en trouve à Tauromenion, Morgantina, Kamarina ou Lokroi (v. par ex. MANGANARO 1989). La forme Λεπτίνοs est attestée aux ive-iiie s. dans le bassin oriental (Kos, Rhodes) et en Cyrénaïque [LGPN s.v.]. Cela dit, on la trouve également en Sicile orientale, depuis l’époque archaïque [IGDS n°176], jusqu’à l’époque hellénistique [MANGANARO 1964. 420]. La svastika est un symbole assez commun dans Vinstrumentum d’Italie du Sud, tantôt incisé tantôt estampillé (sur une tuile de Kamarina : LANZA 1990. 82, n°1).

ΛΕΩ

Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°332 = IG XIV 2393.348] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée. La chronologie devrait être antérieure à 250. Cachet ovale.

La forme de trois lettres terminée en rapproche ce timbre de ΔΙΩ etc. (v. supra) et suggère d’y voir une marque d’Italie du Sud. L’anthroponyme Λέων est courant, en Grèce comme en Italie méridionale. On le rencontre au ve s. à Sélinonte [LANDI 1981. 94], au iiie s. à Messine (Λέων ό Λεωνίδα υιός, vainqueur du pentathle aux Pythia c. 241-218 : BOUSQUET 1959. 186), plus tard à Tauromenion [IG XIV 421 I 33 etc.] et Imachara (Cic., Verr., II v 15). En Grande Grèce, il est attesté notamment à Thourioi au ve s. (Xén., Anab., V 1,2), à Métaponte (Jambl., VP 267 ; BULL. EPIG. 1984 n°539), à Tarente [LANDI 1979. n°207]. C’est le nom d’un bourg près de Syracuse (T.-L., XXIV 39,13).

LI [

Gioia del Colle [SCARFI 1962. 145 et figs. 141, 143]

mgs vi provenant d’une habitation d’époque hellénistique construite vers la fin ive et habitée durant tout le iiie s. Cachet rectangulaire sur le sommet de l’anse.

Des amphores importées (rhodiennes notamment) ont été trouvées dans l’habitat de Monte Sannace, mais une bonne partie du matériel céramique est d’origine régionale. Cette marque pourrait être apulienne.

TR.LOISIO

  1. Licata [CIL X 2 8051.21d]

  2. Gela [CARITA 1972. 152, n°20 : lu TPIOΣΙΟ] = (1) ?

  3. Erice, 6 ex. [CIL X2 8051.21b-c ; PELLEGRINI 1887. 286, n°697-702]

  4. Lilibeo, 2 ex. [BRUGNONE 1986. 109-110, n°14-15]

  5. Trapani, 2 ex. [CIL X2 8051.21a]

  6. Sicile [AVOLIO 1829. 87 = CIL I2 425f]

  7. Kaulonia [ORSI 1914. 892 ; 895]

  8. Pompéi [ARTHUR 1982. 31, note 14]

  9. Ischia [BUCHNER, RITTMANN 1948. 58 ; LEPORE 1952. 312-313]

  10. Carthage, 7 ex. [CIL VIII 22637.62 ; I2 425k]

  11. Mallorca [LIOU, POMEY 1985. 551, note 17]

  12. Cap Béar [Id.]

  13. Rhodes [LYDING WILL 1982. 350]

  14. Alexandrie, 2 ex. [Id.]

  15. Marseille, oppidum de La Cloche [TCHERNIA 1986. 50-51, note 28]

  16. Elis, 2 ex. [CIL I2 425n ; LEPENIOTIS 1991. 384]

  17. T R LOISIO, 3 ex. à Erice [PELLEGRINI 1887. 286-287, n°703-705]

  18. T R LOIS[ à Tarente [VIOLA 1885. 283, n°224 = CIL I2 425g]

  19. T R LOI[.]IO à Tarente [VIOLA 1885. 283, n°225 ; CIL I2 425h]

  20. ] LOISIO à Tarente [VIOLA 1885. 283, n°226 = CIL I2 425i]

  21. [.] R LOISIO à Erice [PELLEGRINI 1887. 287, n°706]

  22. ]R LOIS[ à Syracuse [ORSI 1891. 385 = CIL I2 425e]

Fragments (cols, anses) de MGS VI. Cachet rectangulaire (c. 3,5 x 0,8) sur la partie haute de l’anse. Lettres fines et bien détachées.

Ce timbre a longtemps été daté dans les premières décennies du iie s., sur base d’une inscription de Délos (v. infra). Il n’est cependant pas exclu que l’activité de Tr. Loisio ait débuté avant la seconde guerre punique : le (7) provient, selon toute vraisemblance, d’un contexte de la fin iiie s. et le (22) d’un puits de Syracuse-Ortygie contenant un matériel assez abondant et diversifié (céramique fine, objets en métal, lampes...) datant des ve-iiie s., le timbre ]R LOIS[ étant la pièce la plus récente. Les caractéristiques paléographiques, notamment la vocalisation oi et le l à angle vif, ne contredisent en tout cas pas l’idée d’une activité ayant débuté dans les dernières décennies du iiie s.

Tr. Loisio fut rapproché dès la fin du siècle passé d’une incription de Délos datée de 162/1, sur laquelle apparaît un certain Trebios Loisios [DESSAU 1883. 153-156]. Il est considéré depuis comme un négociant campanien originaire du secteur de Naples [LEPORE 1952. 313 ; TCHERNIA 1986. 49-50 ; D. Manacorda, dans AMPHORES ROMAINES. 444]. Cette hypothèse est vraisemblable, dans la mesure où le gentilice est attesté à Capoue (T.-L., XXVI 6,13 mentionne un medix tuticus du nom de Seppius Loesius, en 211).

Mais en regard de la distribution géographique de ce timbre, il n’est pas exclu, comme dans le cas de G. Ariston (v. supra), que Tr. Loisio ait exercé à une certaine période son activité au sud du Silaris [TCHERNIA 1986. 51]. Dans cette optique, on remarquera l’air de parenté entre cette estampille et des marques sur briques du Bruttium, plus précisément du triangle Tiriolo-Hipponion-Temesa : notamment ΤΡΕΒΙΟΥ ΠΕΡΚΕΝΝΙΟΥ/ ΠΕΡΚΩΝΙΩ [IG XIV 2402.3 ; FERRI 1927. 345-346, note 2 ; SPADEA 1977. 153]. A signaler également, une tuile d’Hipponion [CIL X 2 8041.58] qui porte un timbre lu TR.F.OIS.RI : le CIL n’exclut pas un rapprochement avec les marques amphoriques et il serait intéressant de savoir exactement ce qu’il en est.

Une remarque concernant l’argile de ce groupe : J. Van der Werff la rapproche de celle définie comme vésuvienne [BOERSMA, YNTEMA, VAN DER WERFF 1986. 100, note 5], mais A. Tchernia estime plus sage de voir dans les inclusions volcaniques qu’elle contient le reflet d’une production située soit en Campanie, soit dans le secteur Calabre/Sicile orientale.

TR LOISIO est généralement considéré comme un nominatif : Tr(ebis) Loisio(s), avec s final non noté, courant en latin archaïque.

ΜΑΙΩ

Ischia [LEPORE 1952. 312, note 4]

Anse d’amphore de forme non déterminée provenant du dépotoir de Monte di Vico (iiie-iie s.).

Cette forme de quatre lettres terminée en se rapproche d’autres estampilles similaires reprises dans cet index et permet d’envisager la possibilité d’une marque d’Italie du Sud. Le nom Μαίων/ονος ne semble guère attesté en Grande Grèce en-dehors de la zone de Naples (IG XIV 696 : Salerne). Il est possible qu’on ait affaire à un anthroponyme osque grécisé : le gentilice Mahiis [VE 145] est attesté dans le Samnium et une inscription d’Ischia mentionne un Μάιος Πακύλλου [IG XIV 894]. L’estampille amphorique pourrait être le génitif de Μάιος ou le nom. de Μαίων, avec abandon du nu.

MAK

Lilibeo [BRUGNONE 1986. 111, n°16]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Cachet rectangulaire (c. 3 x 1) apposé sur la partie haute de l’anse. Alpha à barre brisée. iiie-iie s.

Cette marque qui ne semble attestée dans aucune autre série amphorique de Grèce propre pourrait être originaire d’Italie du Sud.

MAM | trident | ΜΕΣΣ

Pergame [PERGAMON IX. 150, n°67].

Anse d’amphore de forme non déterminée provenant d’un dépôt dans lequel se trouvent de nombreux timbres rhodiens des dernières années du iiie s. Cachet circulaire, légendes inscrites de part et d’autre du trident.

L’attribution à Μεσσάνα, proposée par les auteurs des Altertümer von Pergamon et reprise par V. Grace [GRACE 1949. 182] semble justifiée, même si cette estampille, connue en un seul exemplaire, a été trouvée très loin de la Sicile. Elle illustre un passage de Strabon (VI 2,3) : le vin de cette région (Messine), qui en produit de l’excellent, est appelé non pas Messénien, mais Mamertin et peut rivaliser avec les meilleurs vins d’Italie. Entre 289 et 283, les Mamertins s’emparent en effet de Messana (DS., XXI 18,1) et, s’ils continuent la production de l’excellent vin local, celui-ci va être dorénavant appelé Mamertin, tout comme l’ensemble des habitants de la ville, Grecs ou Italiques : ο Μεσσήνιον καλοσι τὸν ονον, άλλ Μαμερτνον. Le développement de cette estampille devrait être Μαμ(ερτνος)/Μεσσ(ήνιος) (ονος). On note que Μαμ(ερτνος) précède Μεσσ(ήνιος), ce qui est logique. Le trident est le parasèmon de Messana ; il se retrouve sur des émissions monétaires figurant Poséidon/ΜΕΣΣΑΝΙΩΝ et un trident avec deux dauphins.

MAMAP[

Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 348, n°3] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée (mgs iv ?). Cachet rectangulaire allongé. Avant 282.

Le radical est osque et reflète l’alternance α/ε courante en Sicile. Il peut s’agir soit d’un ethnique inachevé (ou d’un nom de vin, sous-entendant ονος, κεράμιον), soit d’un anthroponyme. Pour ce qui est de l’hypothèse d’un ethnique, on sait que des Mamertins sont présents en Sicile grecque dès l’époque de Denys l’Ancien et que des monnaies de la fin Ve s. portent la légende MAMAP ou MAMEP. pour Μαμαρ(τνων) [GABRICI 1927. 144-145 ; G. Manganaro, dans COLONNA 1980-81. 183-184]. Les formes ΜΑΜΕΡΤΙΝΩΝ/ΜΑΜΕΡΤΙ-NOΥM [IG XIV 2394.2] et ΜΑΜΕΡΕΚΣ [VE 197] se retrouvent sur des briques de Messine au début iiie s. Une cité du Bruttium méridional, située dans la mesogaia entre Lokroi et Rhégion, s’appelle Μαμέρτιον (Strab., VI 1,9).

Μάμερκος/Μαμέρτιος est un anthroponyme osque théophore bien attesté dans le Latium (DS., XI 52,1) et en Campanie [IG XIV 718] dès l’époque classique. Il est signalé en Grande Grèce et en Sicile dès le vie s. [P. Poccetti, dans BRETTII. 132ss.]. La forme Μαμε[ρ]εξ est attestée à Roccagloriosa aux ive-iiie s. [P. Poccetti, dans ROCCAGLORIOSA I. 147]. A l’époque de Timoléon, Katanè est dirigée par un tyran du nom de Μάμερκος (Plut., Timol., XIII 2), que Diodore (XVI 69,4) cite sous la forme syncopée Μάρκος. La forme MAMAP sur une tuile d’Ischia contre-marquée ΔΗ [MONTI 1980. 55, fig. 16] correspond à un anthroponyme.

ME

Poggio Marcato di Agnone [BARRA BAGNASCO 1989. 95, n° inv. PMA 89/A58]

Col de mgs v. Amphore de fabrication locale. Cachet ovale apposé au sommet de chaque anse. Les deux lettres forment monogramme. Seconde moitié du ive s.

Les caractéristiques de cette estampille (lettres ME liées, cachet ovale) se retrouvent sur des amphores de forme corinthienne B, et notamment sur un exemplaire trouvé à Gela-Via Polieno [ORLANDINI 1956. 356, n°9]. Ceci ne manque pas de susciter certaines questions, d’autant que la chronologie est sensiblement la même (fin ive-début iiie s.).

ΜΕΑΚΛ

Tell-Sukas, Syrie [RIIS 1979. 56, figs. 186188 ; LYDING WILL 1982. 343, note 7]

Amphore mgs v/vi. Cachet rectangulaire aux angles arrondis (4,3 x 0,9) apposé sur le sommet de l’anse. Graphie caractéristique : mu arrondi, alpha à barre brisée. V. Grace [dans RIIS 1979. 56] développe ce timbre en Με(γ)ακλ(ς).

Μεγακλς est un anthroponyme assez courant aux ive-iiie s. en Italie méridionale : on le rencontre à Syracuse (Plut., Dion XXVIII), Lokroi (Tabl. 29), Naples [IG XIV 777]. Il est possible que cette marque soit originaire d’Italie du Sud.

ΜΕΓ

Erice [PELLEGRINI 1887. 277, n°612].

Anse d’amphore de forme non déterminée. Époque hellénistique.

Le contenu de cette estampille (abréviation de trois lettres) permet d’envisager l’hypothèse d’une marque d’Italie du Sud. Il pourrait s’agir de l’abréviation d’un anthroponyme comme Μεγ(ακλς) (ν. ΜΕΑΚΛ supra).

ΜΕΝΩ

Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°263 =IG XIV 2393.363]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Cachet rectangulaire aux angles arrondis. Avant 250.

L’allure de ce timbre (nom isolé, 4 lettres, nominatif en -ω) le rapproche de plusieurs autres marques de cet index et font pencher pour une origine d’Italie méridionale. Μένων est relativement courant, que ce soit en Grèce ou dans les colonies occidentales (Marseille : IG XIV 2460). En Italie méridionale, le nom est attesté à plusieurs reprises dans les Tables de Tauromenion [IG XIV 421 I a 22 etc. ; RIZZO 1974. 91 : un Άγάθαρχος Μένωνος Ταυρομενίτας à Delphes en 168], à Kamarina (vers 450) [IGDS n°120], Lokroi (Tabl. 32/39), Crotone (Jambl., VP 267). Diodore (XXI 16,2) signale à Ségeste un Μένων Αγεσταος τ γένος (fin ive-début iiie s.).

ΜΟΩ ( ?)

Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 348, n°5]

Anse d’amphore de forme non déterminée (mgs iv ?). Estampille partiellement lisible. Avant 282.

Cette abréviation en se rapproche d’autres estampilles de l’index. Il est impossible de proposer un développement, mais on note une forme similaire sur un timbre amphorique de Monte Irsi [MONTE IRSI. 136, n°199], connu sur un fragment d’anse.

M[..]AK[...]

Pech-Maho (France), 2 ex. (Rens. Y. Solier ; Musée de Sigean, n°PM 359 et ss. n°) ←

Anses appartenant apparemment à des mgs vi. Matériel antérieur à c. 210.

Il s’agit vraisemblablement d’une marque d’Italie du Sud grecque. Il semble vraisemblable de voir ici l’anthroponyme Μεγακλς (v. ΜΕΑΚΛ supra).

ΝΑΞΙΟΣ

(1) Syracuse [ORSI 1889. 379, n°1]

(2) Syracuse [ORSI 1891. 382]

(3) Syracuse [Id. 382, a]

(4) Syracuse [Id. 382, b]

(5) Palazzolo Acreide [IG XIV 2393. 372]

(6) Lilibeo [BRUGNONE 1986. 111, n°18]

(7) ]ΑΞΙΟΣ à Palazzolo Acreide [IG XIV 2393. 372]

(8) [..]ΞΙΟΣ à Palazzolo Acreide [Id.]

(9) NAΞIOC à Pachino [ORSI 1898. 36]

Cette estampille est connue sur des fragments d’anses, ainsi que sur un col (6). La chronologie n’est pas facile à préciser : ive-iiie s., si l’on en croit le contexte général à Lilibeo (6) et le matériel céramique du puits de Syracuse-Ortygie d’où proviennent les (1-4). Parmi les caractéristiques paléographiques, notons l’alpha à barre droite sur les (1-3), (6) mais à barre brisée sur le (4) ; étant donné que le (4) provient du même puits que les (2-3), cette caractéristique ne semble pas avoir de valeur chronologique dans ce cas précis. Les (2), (3) et (4) proviennent de matrices différentes, le (3) ayant des lettres deux fois plus grandes que le (2). Le cachet est toujours rectangulaire (c. 5 x 1,3 en [6]) et apposé sur la partie haute de l’anse.

Les commentateurs s’accordent sur l’interprétation Νάξιος (ονος) [L. Dubois, dans BULL. EPIG. 1990 n°866]. Mais s’agit-il de Naxos, Cyclades ou de Naxos, Sicile ? A. Brugnone estime qu’il s’agit de l’île des Cyclades [BRUGNONE 1986. 111] ; d’autres chercheurs, de H. Cahn [CAHN 1944. 88] à R. Wilson [WILSON 1990. 23], qu’il s’agit de la cité de Sicile. L’absence de parallèle exact dans les Cyclades tant pour ce qui est de l’estampille proprement dite que du profil du col conservé [EMPEREUR, PICON 1986. spéc. 507-509], fait pencher pour Naxos, Sicile. R. Wilson précise d’autre part que l’argile de ce groupe est identique à celle d’amphores produites dans la cité sicilienne à l’époque impériale : cette production est connue par différents dépotoirs de four, dont celui de la Via Larunchi, Proprietà Spinella [WILSON 1990. 264].

L’interprétation Νάξιος (ονος) suscite un certain nombre de questions dans le cadre de la destruction de la cité par Denys en 403 et de l’existence d’une Naxos-neapolis au ive s. Il semble nécessaire d’admettre que l’appellation proprement dite a continué d’être employée, ce qui signifierait que le vignoble aurait survécu aux événements de la fin ve s. L’existence dans la neapolis d’au moins un atelier amphorique à l’époque hellénistique [PELAGATTI 1988. 292 : atelier de Proprietà Ponturo] pourrait être un indice dans ce sens. Il serait intéressant de savoir si le vignoble naxien existe bien encore au ive s., car ceci permettrait de mieux comprendre ses liens avec le vignoble hellénistique de Tauromenion : on sait en effet qu’au iiie s., le cépage-référence de ce secteur – mentionné par Caton – est l’Eugeneum de Tauromenion (p. 29).

amphore ΝΙΩ

Aleria [JEHASSE 1973. 194, n°357] ←

Amphore mgs iii entière provenant d’une tombe datée vers 300-275. Cachet rectangulaire apposé au sommet de l’anse. L’amphore de transport figurée avant le Ν initial évoque celle sur laquelle figure l’estampille.

Ce timbre de trois lettres terminé en se rapproche d’autres estampilles de l’index : il peut être considéré comme originaire d’Italie du Sud grecque.

A. Hesnard [dans EMPEREUR, HESNARD 1987. 29, note 155 ; dans AMPHORES ROMAINES. 31, note 20] suggère de voir dans cette estampille une marque de M. LURI et de lire : RI.L amphore.

ΝΟΙΩ

Antibes (Musée d’Antibes, inédite)

Amphore mgs iv entière de provenance sous-marine. Cachet rectangulaire sur l’anse.

Cette estampille se rapproche d’autres formes de trois ou quatre lettres se terminant en -ω. Il est possible qu’on se trouve, comme dans le cas de ΜΑΙΩ, en présence d’un anthroponyme osque grécisé : Novios est bien attesté de la Campanie au Bruttium.

ΝΥΜΦΟΑΩΡΟΥ

(1) ΝΥΜΦΟΔΩΡ[..] à Erice, 2 ex. [PELLEGRINI 1887. 277, n°618]

(2) ΝΥΜΦΟΔΩ[...] à Erice [Id. n° 619]

(3) ΝΥΜΦΟΔ[....] à Erice [Id. n°620]

(4) ΝΥΜΦΟ […..] à Erice [Id. n°621]

(5) ΝΥΜΦ[……] à Erice [Id. n°622]

(6) [...]ΦΟΔΩΡΟY à Erice [Id. n°623]

(7) [...]ΦΟΔΩΡΟ[.] à Erice [Id. n°624]

(8) [...]ΦΟΔΩ[...] à Erice [Id.n°625]

(9) ]ΟΔΩΡΟ[ à Ischia [MONTI 1980. 151] ←

Anses d’amphores de forme non déterminée. La chronologie n’est pas assurée : iiie-début iie s. Le (9) provient d’une matrice différente des exemplaires d’Erice et est rattaché à ce groupe à titre d’hypothèse. Cachets rectangulaires allongés aux angles arrondis.

Νυμϕόδωρος est attesté en Grèce, mais est particulièrement bien attesté au iiie s. en Sicile, et plus précisément dans le secteur oriental. On le rencontre à Syracuse, AkraiCenturipe, Tauromenion, Halaesa, Licata, Agrigente, Kamarina, Phintias, etc. [IG XIV s.v.. LOICQ-BERGER 1967. 229 et note 2 ; IGDS s.v.]. Il est particulièrement bien attesté dans le secteur syracusain : une demi-douzaine de personnages différents portent ce nom dans les tables de Tauromenion. A noter également, un Νυμϕόδωρος de Palagonia signalé comme ταριχοπώλας, vendeur de salaisons [MANGANARO 1979. 461, note 238]. Une officine située apparemment à Rhégion fabriquait dans la seconde moitié du iiie s. des tuiles timbrées au nom Νυϕόδωρος [LAZZARINI 1989], tuiles qu’on retrouve à Lipari (c. 250-200) [CAVALIER, BRUGNONE 1986. 191].

ΝΥΜΦΩΝ

Ischia [LEPORE 1952. 312, note 4]

Anse d’amphore de forme non déterminée provenant du dépotoir de Monte di Vico (iiie-iie s.).

Cette marque n’est apparemment pas connue en Grèce propre et on peut envisager une provenance d’Italie du Sud. Νυμφών est un anthroponyme attesté dans différentes cités siciliennes, notamment Centuripe (basse époque hellénistique) et Ségeste [IG XIV s.v.]. On note, sur une inscription d’Hélôros, de basse époque hellénistique, la formulation Ζωίλου το Νύμϕωνος [IGDS n°100].

ΝΥΜΦΩΝΟ

Erice [PEPOLI 1885. n°36, pl. XIII]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Époque hellénistique.

L’absence de parallèle dans une autre série amphorique, ainsi que la terminaison en -o, (attestée dans d’autres estampilles de l’index) amènent à envisager une origine d’Italie du Sud. Pour l’anthroponyme Νύμϕων, v. supra.

ΞΕΝΩΝ

Ischia [LEPORE 1952. 312, note 4]

Anse d’amphore de forme non déterminée du dépotoir de Monte di Vico (iiie-iie s.).

Cette marque ne trouve apparemment pas de parallèle en Grèce propre et on peut envisager une origine d’Italie du Sud. Ξένων est attesté à Lokroi (Tabl. 8/15/26/31) et dans différentes cités siciliennes, Sélinonte (ve s.) [IGDS n°36], Kamarina (ve s.) [CORDANO 1990. 445], Akrai, Tauromenion [IG XIV s.v.].

ΞΕΝΩΝΟΣ

Erice [PELLEGRINI 1887. 278, n°627]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Caractères “piccoli e nitidissimi”. Époque hellénistique.

Il pourrait s’agir d’une estampille d’Italie du Sud. Pour l’anthroponyme Ξένων, v. supra.

ΟΔΜ

  1. Hèrakleia M. [DE MIRO 1958. 282, n°17]

  2. Carthage [BYRSA I. 142, 46e]

Anses d’amphores de forme indéterminée. Époque hellénistique (la marque de Carthage provient d’un contexte iiie-iie s.). Cachet rectangulaire en (1) (2 x 1), ovale en (2). Lettres petites mais claires, relief marqué.

L’absence de parallèles dans une autre série amphorique, l’emploi de caractères grecs et la distribution de cette marque font penser à une origine d’Italie du Sud.

ONA

  1. Marsala [PACE 1919. 81, n°12]

  2. ONA à Carthage [CARTON 1894. 191, n°73]

Fragments d’amphores de forme non déterminée. Époque hellénistique. Cachets rectangulaires. Les matrices sont différentes ; le A du (1) a la barre centrale qui part du pied d’une haste pour rejoindre le milieu de l’autre ; le Ν du (2) est retourné.

L’absence de parallèle et les lieux des trouvailles permet d’avancer l’hypothèse d’une origine d’Italie du Sud. Il devrait s’agir d’un anthroponyme abrégé, par exemple ‘Oνάσιμος (IGDS n°121, 13 : Kamarina, c. 450).

ΠΑΡ

(1) Lipari, 9 ex. [FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289]

mgs v entières datées par contexte des années 300-280. Deux poinçons différents, avec quatre impressions sur anse et cinq sur épaule. Cachets rectangulaires. Alpha à barre brisée.

Les anthroponymes en Παρ– sont nombreux et cette combinaison de lettres est courante dans l’instrumentum (briques de Velia contremarquées ΔΗ : GALLO 1966. 376), sur les monnaies et les inscriptions (Tables de Tauromenion : ANTONETTI 1985. 12) d’Italie méridionale. Ces trois lettres (distinctes ou en monogramme) apparaissent fréquemment aux ive-iiie s. sur des objets usuels en terrecuite comme des disques et des contrepoids [exemplaires de Tarente : VIOLA 1884. 121-122 ; WUILLEUMIER 1932. 39-40].

(2) Erice [PELLEGRINI 1887. 279, n°631 = IG XIV 2393.577b]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Matrice différente des timbres signalés en (1) : le Π est lié à la barre horizontale du A par une diagonale qui descend en oblique.

G. Kaibel et A. Pellegrini pensaient à des amphores de Paros et avaient suggéré Πάρ(ιον) : Παρ, Πάριον [κεράμιον] et Παρων se retrouvent en effet sur des amphores de Paros [GRACE 1949. 187]. Mais celle dont il est question ici n’a rien à voir avec la production de l’île égéenne [EMPEREUR, PICON 1986].

(3) Ischia [MONTI 1980. 151] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée (iiie-iie s.). Matrice différente des deux premières. Cachet rectangulaire. Deux dernières lettres liées.

(4) Ischia [MONTI 1980. 151] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée (iiie-iie s.). Matrice différente des trois premières. Cachet rectangulaire.

ΠΑΡΗ

  1. Lipari, 12 ex. [FREY,-HENTSCHEL, KEITH 1978. 289 ; BLANCK 1978. 96]

  2. Ischia [LEPORE 1952. 313, note 4]

En (1), mgs v entières datées par contexte des années 300-280 ; en (2), anse d’amphore de forme non identifiée (iiie-iie s.). Cachets rectangulaires. En (1), on note l’emploi de plusieurs poinçons, ainsi que l’alpha à barre brisée.

Il s’agit de l’abréviation d’un anthroponyme, qui pourrait être, par exemple, Παρηγόριος ou Παρήιος [BLANCK 1978. 96].

ΠAPME

Hèrakleia M. [DE MIRO 1958. 280, n°10] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée. Cachet rectangulaire (4,5 x 1). Lettres mal imprimées. M à jambages très ouverts. Contexte ive-iiie s.

Il n’existe pas de parallèle pour cette forme dans une autre série amphorique et on peut avancer l’hypothèse d’une marque d’Italie du Sud. Cette abréviation de quatre lettres peut être rapprochée de XAPME (v. infra).

Des monnaies de Naples, de la seconde moitié du ive s., portent l’abréviation ΠΑΡΜΕ [DI BELLO 1974. 299]. Comme dans le cas du timbre amphorique, il doit s’agir d’un anthroponyme abrégé qui pourrait être par exemple Παρμένιων [FERRANDINI TROISI 1986. 108-109] ou Παρμένων [LANDI 1981. 83]. La forme ΠΑΡΜ ← se note sur des contrepoids de Tarente (ive-iiie s.) [VIOLA 1884. 122, n°65 ; WUILLEUMIER 1932. 39-40].

ΠAP( )M

Filicudi [C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91, n° inv. 14733]

mgs iv entière de l’épave Filicudi F (c. 300). Ce timbre est lu PA[ ]M par C. Albore Livadie, qui le rapproche de la marque amphorique ΡΑΩΜ connue à Sélinonte (v. infra).

On se trouve vraisemblablement en présence d’une mauvaise matrice : les trois premières lettres forment monogramme, auquel succède un blanc, puis un mu. L’alpha à barre brisée et l’allure du monogramme le rapproche de la forme ΠΑΡ d’Ischia signalée supra.

ΠΑΣΙΩΝ

  1. ΠΑΣΙΩ à Lilibeo [BRUGNONE 1986. 112, n°20] ←

  2. ΠΑCΙΩ à Erice [PELLEGRINI 1887. 279, n°634] ←

  3. ΠΑCIΩΝ à Palazzolo Acreide [IG XIV 2393.409]

Anses d’amphores de forme non déterminée. On manque de point de repère chronologique précis, mais la nécropole de la Proprietà Scavone à Lilibeo suggère la fourchette iiie-iie s. En (1), le cachet est rectangulaire (c. 4 x 2), les lettres hautes de c. 8 mm., l’impression réalisée sur le sommet de l’anse. En (2), le sigma est lunaire, la barre centrale de l’alpha part du milieu d’une des hastes pour rejoindre le pied de l’autre. En (3), l’omega est cursif.

Le fait que ces timbres aient été trouvés en Sicile, l’absence de parallèle dans une autre série amphorique et la désinence des (1-2) permettent d’envisager une origine d’Italie du Sud. Le nom Πασίων, qui est attesté ailleurs dans le monde grec (Cyrénaïque), est connu à Kamarina (ive-iie s.) [IGDS 118, note 46 : n°122, 1. 4] et Agrigente (fin iiie-début iie s.) [IGDS n°185, 11-12].

Deux estampilles amphoriques signalées à Erice, ΠAC et ΠΑΟ. toutes deux sinistroverses [PELLEGRINI 1887. 279, n°632-633], pourraient être à rapprocher de ce groupe.

ΠΙΣΤ

Lipari, 7 ex. [FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289]

mgs v entières datées par contexte des années 300-280. Cachets rectangulaires arrondis aux angles.

Il s’agit d’un nom abrégé, comme Πίστος, attesté par exemple à Velia [IG XIV 657 : Velia], ou Πίστων (IGDS n°206, 7 : Αττικός Πίστωνος, ambassadeur de Ségeste signalé dans un décret d’Entella).

ΠΞΑΔ ( ?)

Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 348, n°4]

Anse d’amphore de forme non déterminée (mgs iv ?). Cachet rectangulaire. Avant 282.

Cette forme fortement apocopée est inintelligible. On la rapprochera des autres formes de quatre lettres, sans autre précision, signalées dans cet index.

ΠΟΠ

Lipari [FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289] ←

mgs iv entière datée par contexte des années 300-280. Estampille ovale apposée à la base de l’anse.

Cette forme laisse imaginer Πόπλιος ou Ποπίλιος. Πόπλιος (Publius) est un nom attesté dès l’époque archaïque dans le Latium [CIL I2 2832a], que l’on trouve également à des époques plus récentes au sud du Silaris [CIG II 3142 ; IGDS n°189, 6].

V. également infra.

ΠΟΠΙ

Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 348, n°1] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée (mgs iv ?). Cachet rectangulaire. Avant 282. V. infra.

ΠΟΠΙΛΟΥ

Palazzolo Acreide [BERNABO BREA 1956. 174 = IG XIV 2393. 430]

Anse d’amphore de forme non déterminée. Époque hellénistique.

On se trouve ici en présence de l’anthroponyme osque Ποπίλος. Les épigraphistes imaginent plus volontiers une forme Ποπίλιος, sur base de Popilius [G. Kaibel, dans IG XIV 2393.430 ; T. Mommsen, dans CIL X 8053.166].

On note, en ce qui concerne ce timbre amphorique ainsi que les deux précédents, qu’une brique d’Hipponion porte le timbre ΠΟΠ [PEROTTI 1974. 82], dans lequel on peut rezconnaître un thème onomastique osque méridional. N. Valenza Mele considère les formes ΠΟΠ et ΠΟΠΙ comme une interpretatio bruttia du gentilice italique Pupidiusl Pupdiis [VALENZA MELE 1991. 112].

ΠΤΥ

Lipari [FREY, KEITH, HENTSCHEL 1979. 14]

mgs v entière datée par contexte des années 300-280. Cachet ovale apposé au sommet de l’anse.

Cette abréviation n’est pas claire ; il est possible qu’une voyelle manque entre les deuxième et troisième lettres. La forme ΠΤΥΙ (←) est connue, par ailleurs, sur des corinthiennes B, notamment sur un exemplaire de Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 356, n° 15 ; KOEHLER 1979. 198, n°282].

ΡΑΩΜ

Sélinonte [C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91]

Amphore entière non illustrée (mgs iv ?). Avant 250.

αμ ne semble pas attesté pas en Italie du Sud et ‘Ραός – suggéré par C. Albore Livadie – n’est pas courant [PAPE, BENSELER 1884. s.v.]. Seul point de repère dans l’instrumentum, l’abréviation PA ← sur un timbre amphorique d’Hèrakleia M. (iiie s. ?) [DE MIRO 1958. 283, n°25].

POΛ ou POΛ ( ?)

Lipari [FREY, KEITH, HENTSCHEL 1979. 14]

mgs v entière datée par contexte des années 300-280. Cachet rectangulaire. Cette forme de trois lettres est difficile à lire.

Σ

Locri [LOCRI EPIZEFIRI IV. 236, n°226]

Anse d’amphore de forme non déterminée, mais provenant de la Casa dei Leoni, qui a livré une majorité d’amphores de production locale. Cachet rectangulaire apposé au sommet de l’anse. Contexte : première moitié du iiie s. (M. Barra Bagnasco estime que la forme anguleuse du sigma amène à dater ce timbre au plus tard du début iiie s.).

S

Tarente [DE JULIIS 1985. 562]

Col de mgs iv. Cachet rectangulaire. Contexte : seconde moitié/fin ive s.

Ce col provient d’une zone (Via Aristosseno) dans laquelle se trouvaient des installations artisanales destinées au travail de l’argile et du métal. Cette marque peut être rangée, à titre d’hypothèse de travail, parmi celles d’Italie du Sud.

TEUCR.FAB

(1) Tarente [VIOLA 1885. 283, n°220]

(2) Gioia del Colle [SCARFI 1962. 107]

(3) ]R FAB Tarente [VIOLA 1884. 122, n°68 ; 1885. 283, n°221]

Anses d’amphores de forme non déterminée. Les lettres FAB forment monogramme. Les (1) et (3) proviennent de poinçons différents. Cachets rectangulaires. Le (2) provient d’un contexte d’époque hellénistique : il n’est pas à exclure que ces marques soient encore du iiie s.

Un timbre sur tuile de Gioia del Colle se lit TEUCR [SCARFI 1962. 107]. Une origine de la zone Tarente-Gioia del Colle peut être envisagée pour ces timbres. P. Desy les rapproche d’une autre estampille apulienne, EPIC.R.FAB [DESY 1987. 1121 ; CIL I2 3504g].

ΤΙΝΘ

  1. Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°653 = IG XIV 2393.571]

  2. Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°358] ←

  3. Ischia [MONTI 1980. 151]

  4. Ischia [Id.] ←

Anses d’amphores de forme non déterminée. Cachets rectangulaires. En (1-2), la chronologie est vraisemblablement antérieure à 250.

Cette forme ne se retrouve dans aucune autre série amphorique et pourrait provenir d’Italie du Sud. Il n’est pas sûr que le thème onomastique soit grec.

ΣΤΑΙΟ[.] | ΤΡΑΓΩΝ

Erice [PELLEGRINI 1887. 289, n°726]

Anse d’amphore de forme non déterminée. iiie-début iie s.

Le parallèle avec le timbre Γ. ΑΡΙΣΤΩΝ est patent : disposition sur deux lignes, formulation anthroponymique avec praenomen osque et nom grec, terminaison du nom en -ων. D. Manacorda [dans AMPHORES ROMAINES. 444, note 4] cherche son lieu d’origine en “ambiente osco-greco”. A. Pellegrini proposait de développer en Σταίο[υ] Τράγων(ος), mais le parallèle avec Γάιος ‘Αρίστων fait préférer le nom. Στάιος Τράγων.

Le praenomen Σταίος pourrait se retrouver sur des monnaies de Laos du IVe s. mentionnant un ΣΤΑ ΟΨΙ (mais A. Marinetti, A. Prosdocimi, dans MAGNA GRECIA. vol. II 54, préfèrent développer en Στατιος Οψιος). L’anthroponyme Τράγων n’est pas connu de PAPE, BENSELER 1884 et ne paraît pas, à ma connaissance, attesté en Italie du Sud. Ce timbre semble connu à un seul exemplaire ; on notera quand même, à titre d’information, que le timbre ΣΤΑΙΟΣ figure. sur une anse d’amphore trouvée à Carthage [CIL VIII 22639.146].

TPE

(1) Hèrakleia M. [DE MIRO 1958. 280, n°12] ←

(2) Carthage, 3 ex. [CIL VIII 22637.103 ; CARTON 1894. 191, n°75 ; KARTHAGO I. 180, n°34] ←

(3) Sciacca [TIRNETTA 1978. 164] ←

(4) Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°292 = IG XIV 2393. 572] ←

(5) ]PE à Carthage [CARTON 1894. 191, n° 74] ←

Anses d’amphores de forme non déterminée. Cachets rectangulaires (c. 3,5 χ 1,4). Le (1) provient d’un contexte ive-iiie s. ; le (4) devrait être antérieur à 250 ; en (2), l’anse signalée dans KARTHAGO I provient d’une stratigraphie des ive-iiie s., avec comme limite basse la fin iiie s. Le (3) provient d’un contexte intéressant : une ferme d’époque hellénistico-romaine située dans l’arrière-pays de Sciacca (Contrada Gaddimi), dont le début de l’occupation se situe à la fin ive s. (céramique précampanienne).

Il existe un excellent vin campanien, de la région de Naples, appelé Τρεβιλλικός (Athén., Deipn., I 27c), mais il semble plus raisonnable d’imaginer un anthroponyme abrégé. Le thème onomastique doit vraisemblablement être considéré comme osque. Dans cette optique, il n’est pas inintéressant de noter que des timbres sur tuiles de Tricarico (Lucanie) mentionnent les formes ΤΡΕΒΙΣ[ ] et ΤΡΕΒΙΣΑ (←) [MELE 1935. 194].

ΤΥΧΩΝ

Canosa [VOLPE 1990. 239, n°7]

Anse d’amphore de forme non déterminée : G. Volpe suggère une gréco-italique. Cachet rectangulaire, lettres grandes et bien détachées (petites pattes à la fin des hastes).

Ce timbre est connu à seul exemplaire. Τύχων ne semble pas attesté en Italie du Sud.

Φ

Manfria [ADAMESTEANU 1958a. 302, n° inv. 2006]

Anse d’amphore de forme non déterminée provenant d’un dépotoir céramique de l’établissement. Production locale. Avant 310.

ΦΑΙ

Mégara Hyblaea (Inédit ; Comm. H. Tréziny, négatif Ec. Fr. Rome 5641) ←

mgs iv entière. Cachet rectangulaire de grande taille apposé sur le sommet de l’anse. Lettres grandes et claires. On ne dispose pas d’information quant à la chronologie, mais la forme du conteneur permet d’avancer une date dans la première moitié du ive s., ce que ne contredit pas la paléographie.

Il s’agit vraisemblablement d’un anthroponyme abrégé (Φααξ, Φαίδιμος...).

ΦΙΛ

Populonia [Ε. Shepherd, dans POPULONIA. 167, n°5]

mgs v entière datée des années 300-250. Cachet rectangulaire (4,1 x 1,4) apposé sur le sommet de l’anse.

Les anthroponymes en Φιλ– sont nombreux, le plus probable est Φίλων, bien attesté en Sicile [IG XIV s.v. ; IGDS s.v.]. V. également les estampilles ΦΙΛΟ et ΦΙΛΩ signalées infra.

Le sigle ΦΙΛ apparaît sur des briques de Velia portant la mention ΔΗ [GALLO 1966. 377], sur des contrepoids en argile de Tarente (ive-iiie s.) [FERRANDINI TROISI 1986. 113].

ΦΙΛΟ

  1. Naxos, neapolis [PELAGATTI 1988. 293, note 118]

Estampille trouvée dans un atelier amphorique de la neapolis de Naxos et appartenant selon toute vraisemblance à une amphore de production locale (forme non déterminée).

  1. Tarente [VIOLA 1884. 119, n°23 ; 1885. 279, n°169 = IG XIV 2393.511]

Anse d’amphore de forme non déterminée. iiie s. ( ?) Cachet rectangulaire, lettres régulières et claires.

La forme ΦΙΛΟ apparaît sur une brique de Tauroentum dans le Bruttium [SETTIS 1964. Instr. domest., n° 24]. Comme dans le cas des marques amphoriques, il peut s’agir d’un nom fortement abrégé (Φιλόλαος...) mais un itacisme pour Φίλω (v. infra) n’est pas à exclure. Un Publilius Philo est attesté à Naples (en 326) (T.-L., VIII 25).

ΦΙΛΩ

Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°814 = IG XIV 2393.514] ←

Anse d’amphore de forme non déterminée. Cachet ovale allongé. Avant 250.

Cette forme de quatre lettres, avec nominatif noté -ω, suggère une origine magno-grecque ou siciliote. Φίλων est un anthroponyme commun, notamment en Sicile et en Grande Grèce [v. notamment IG XIV s.v. ; IGDS s.v.].

caducée ΧΑΡΗΣ caducée

Lipari, 7 ex. [FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289 ; BLANCK 1978. 96] ←

mgs v entières datées par contexte des années 300-280. Cachets rectangulaires arrondis aux angles.

Χάρης est un nom courant aux ive-iiie s., tant en Grèce propre que dans des zones périphériques comme l’Egypte ptolémaïque (un potier du milieu iiie s. : GRACE, EMPEREUR 1981. 419-420) ou Marseille [IG XIV 2460]. Χάρης ou Χάρις (masc. ou fém. : nom de femme sur un cratère phlyacique apulien, c. 300-275 : MEGALE HELLAS. fig. 623) est également attesté en Grande Grèce. On note dans le Bruttium l’itacisme Karis [POCCETTI 1984 ; v. également P. Poccetti, dans BRETTII. 132]. Les timbres amphoriques de l’épave Secca di Capistello sont au nominatif. Pour ce nom, v. les remarques de MASSON 1980.

L’adjonction d’un symbole est à noter. N. Valenza Mele suggère, à propos d’un timbre amphorique anépigraphe de Gela figurant un caducée (ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 356, n°14 : non repris dans l’index car il s’agit d’une amphore de forme corinthienne B), de rapprocher le κηρυκειον du monnayage d’Hipponion [VALENZA MELE 1991. 113]. La remarque est intéressante, mais je n’ai pas le sentiment qu’on se trouve en présence d’un parasèmon : le caducée est un symbole courant à l’époque qui nous intéresse, tant sur les amphores grecques que puniques, et la façon dont il est répété sur ces estampilles de Lipari suggère plutôt, comme dans le cas de la svastika accolée au nom Λεπτίνα (v. supra), un symbole d’atelier.

ΧΑΡΙΛΑ

  1. Ischia [MONTI 1980. 151]

Anse d’amphore de forme non déterminée. iiie-iie s.

Χαρίλαος/Χαρίλας est un anthroponyme attesté à Naples dans la seconde moitié du ive s. On trouve la forme ΧΑΡΙ/ΧΑΡΙΛΕΩΣ sur des monnaies [DI BELLO 1974. 299] ; un princeps cité par Tite-Live (VIII 25,9) porte le nom Charilaus. Les Tablettes de Lokroi attestent la forme génitive Χαρίλα (Tabl. 27/ 28/31) et un Χαρίλαος Λοκρός apparaît dans une inscription athénienne du ive s. [IG II3 1244]. Un décret de proxénie de Thermos mentionne un Δ[ράκ]ων Χαριλάου [Άκρ]– αγαντνος [IG IX2 17.93].

Le timbre amphorique peut être compris comme nom. en -α(ς) ou, plus vraisemblablement, gén. en -α de Χαρίλαος. Les noms propres en -λαος donnent -λας en dorien d’Italie méridionale et leur gén. est en -α [SICCA 1924. 84-85 ; BLOMQVIST 1975. 23].

  1. XA[..]A[.] à Gela [ORLANDINI 1960. 178, n°4]

Anse d’amphore de forme non déterminée (mgs iv ?). Alpha à barre brisée. Avant 282. Il est possible qu’il y ait un rapport avec le nom Χαρίλαος (v. supra).

XAPME

  1. Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°142 = IG XIV 2393.518] ←

  2. Hèrakleia M. [DE MIRO 1958. 282, n°18] ←

Il convient peut-être d’ajouter à ce groupe les deux estampilles suivantes :

  1. XAP[ à Gela [ORLANDINI 1960. 208, n° 15] ←

  2. X(.)PME( ) à Carthage [WOLFF 1986. 148 et fig. 9], V. Grace [Id. 148] lit X(A)PME( ) et propose une provenance siciliote. La photographie paraît cependant suggérer une autre lecture.

Ces estampilles, qui sont connues uniquement sur des fragments d’anses, sont regroupées à titre d’hypothèse de travail. Le (3) pourrait être une MGS IV et le (4) est considéré comme une anse de gréco-italique. La chronologie est antérieure à 282 en (3) et antérieure à 250 en (1). Les cachets sont de forme rectangulaire (c. 4,5 x 0,8). Les (1) et (2) pourraient provenir d’une même matrice. Le quatrième signe du (3) est M ou ΙΛ : XAPM[ ou ΧΑΡΙΛ[.

Les anthroponymes en Χάρμε– ne sont pas légion en Italie du Sud (on notera, au passage, qu’un timbre sur tuile de Velia mentionne l’abréviation XAP (←) : IG XIV 2403. 20). Le parallèle entre cette abréviation se terminant en et la forme ΠΑΡΜΕ (v. supra) est à relever.

ΧΑΡΜΗΣ

Manfria [ADAMESTEANU 1958a. 307, n° inv. 1989] ←

Col (mgs iv ?) de production locale. Cachet apposé sur l’anse. Sur le col, MA au minium. Avant 310.

Χάρμης est un anthroponyme assez rare en Grèce propre [LGPN s.v.] et ne semble guère répandu en Italie du Sud. On note la forme Χάρμη Φιλίου à Naples [IG XIV 817].

V. également les deux entrées précédentes.

ΩΑΙ ( ?)

Lipari, 2 ex. [FREY, KEITH, HENTSCHEL 1979. 14]

mgs iv datées par contexte des années 300-280. La première lettre est certainement un ω, la lecture des autres moins sûre. Il est impossible de savoir si le timbre est complet.

ΩΙΟΩ ( ?)

Ischia [LEPORE 1952. 313, note 4]

Anse d’amphore de forme non déterminée provenant du dépotoir de Monte di Vico (iiie-iie s.).

Cette marque se rapproche de plusieurs autres, signalées dans cet index, qui comprennent 3 ou 4 lettres terminées en -ω. Pour autant que la lecture soit correcte, il est possible qu’on se trouve ici en présence de la transcription grecque de l’osque Ovios/Ovii.

ΠΕΑ

Filicudi [C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91, n° inv. 11022]

mgs iv entière provenant d’une épave datée vers 300. Cachet apposé à la base de l’anse.

[..]Γ[..]

Isole Pontine [MONACCHI 1979. 132, n°6]

mgs iv entière de provenance sporadique. Cachet rectangulaire, étroit et allongé, apposé au sommet de l’anse. L’inscription est effacée et D. Monacchi estime qu’un gamma est peut-être lisible.

]P

Carthage [WOLFF 1986. 148 et fig. 11] ←

Epaule d’amphore de forme non déterminée (S. Wolff suggère une gréco-italique). Cachet apposé sur l’épaule.

]AM

Carthage [WOLFF 1986. 148 et fig. 10]

Anse d’amphore de forme non déterminée (S. Wolff suggère une gréco-italique ancienne-Lyding Will Al).

]M

Messina [SCIBONA 1969. 204 et fig. 9a]

Col d’amphore (sans doute une mgs vi). Cachet arrondi apposé au sommet de l’anse.

Le contexte chronologique n’est pas assuré, mais le fragment paraît à relier de matériel votif (θυσίαι) d’époque hellénistique (lekanai du style Gnathia).

]NOMA

Kamarina [PELAGATTI 1984-85. 689 et fig. 3, n° inv. 8636]

Col d’amphore à cheval entre mgs v et vi. Cachet rectangulaire apposé sur le sommet de l’anse. Lettres anguleuses et nettes. La partie d’une lettre se lit avant le Ο et la seule possibilité semble un N. Contexte : fin ive-premières décennies iiie s. (antérieur à 258).

* Amphore de transport

Francavilla Marittima [STOOP 1977. 167]

Anse appartenant apparemment à une mgs i. Cachet ovale allongé d’une hauteur de 2,4 cm. Contexte : milieu ve s.-décennies immédiatement successives.

V. Grace a suggéré une origine italiote [dans STOOP 1977. 167] : P. Zancani Montuoro estime qu’il s’agit d’une amphore produite à Sibari (Thourioi) [ZANCANI MONTUORO 1982. 560-561, note 3, n°6]. Il est à noter que l’amphore de transport figurée sur ce timbre est nettement plus allongée qu’une mgs i.

*Amphore de transport

  1. Thourioi [SIBARI IV. 522, n°306]

  2. Thourioi [RAINEY, LERICI 1967. 277, 283 et pl. 16d]

Le (1) se trouve sur un fragment de col appartenant vraisemblablement à une mgs iii. Il provient d’un contexte du ive s.

L’amphore figurée sur ces deux estampille présente les caractéristiques d’une mgs iii et on peut raisonnablement les considérer de production thouriote [ZANCANI MONTUORO 1982. 561].

D’autres timbres amphoriques figurant une amphore de transport, trouvés en Grande Grèce et en Sicile, sont peut-être à attribuer à des amphores de fabrication locale. Mais le dossier est compliqué, car il s’agit en général de fragment d’anses et l’amphore de transport est un symbole qui se retrouve dans d’autres séries amphoriques, Corinthe notamment [KOEHLER 1982]. On relève des exemplaires de Sibari (Thourioi) [ZANCANI MONTUORO 1982. 560, note 3, n°2-4], Métaponte [METAPONTO I. 222 et fig. 233a], Syracuse [LISSI 1958. 221, fig. 28b] et Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°250] qui pourraient être des marques d’Italie du Sud. L’estampille de Sélinonte date normalement d’avant 250.

* Cercle

Crotone (Nécropole Carrara, T. 497 ; Information R. Spadea).

Anse d’une MGS III en morceaux. Chronologie de la tombe : ive s.

Il s’agit d’un omikron ou d’un simple cercle, marque courante sur les amphores.

*Grappe de raisins

  1. Métaponte [METAPONTO I. 105 et fig. 99b]

Fragment de col d’amphore de forme non déterminée (mgs iii ?) trouvé, en compagnie de céramique de production locale des ive-iiie s. (notamment des ex-voto céramiques), dans la zone du temple d’Apollon. Cachet rond apposé au sommet de l’anse.

  1. Locri [LOCRI EPIZEFIRI IV. pl. LXVII, q ; BARRA BAGNASCO 1993. 43, note 41]

Anse d’une amphore de forme non déterminée, mais de production locale (ive-début iiie s.). Cachet rond apposé sur le long côté de l’anse.

A côté de ces deux pièces dont l’origine magno-grecque est assurée, on rappellera que différents fragments d’anses d’amphores trouvés en Italie du Sud dans des contextes ive-iiie s. figurent également une grappe de raisins (ex. : Gioia del Colle : SCARFI 1962. 164 et fig. 153 ; Tarente, 5 fragments d’anses figurant un cachet circulaire avec une grappe de raisin, l’un d’entre eux portant deux cachets : VIOLA 1885. 281, n°195). Il est cependant impossible de se prononcer quant à l’origine de ces estampilles, dans la mesure où la forme des conteneurs est inconnue.

* Palmette

  1. Sélinonte [SALINAS 1884. 328, n°60]

  2. Sélinonte [Id. 328, n°221]

Anses d’amphore de forme non déterminée. Cachets ovales provenant de matrices différentes. Avant 250.

Il est possible qu’il s’agisse de marques originaires d’Italie du Sud.

*Plante

Manfria [ADAMESTEANU 1958a. 329, n° inv. 2097]

Anse d’amphore de forme non déterminée (MGS IV ?) trouvée dans le dépotoir céramique de l’établissement. Production locale. Avant 310.

* Poulpe

Manfria [ADAMESTEANU 1958a. 329, n° inv. 2096]

Anse d’amphore de forme non déterminée (MGS IV ?) trouvée dans le dépotoir céramique de l’établissement. Production locale. Avant 310.

* Taureau

Mégara Hyblaea (Information H. Tréziny ; nég. Ec. Fr. Rome MH5613)

Col de mgs iii. Pas de contexte chronologique précis mais l’amphore peut être datée du ive s. Cachet rectangulaire apposé au sommet de l’anse.

Agrigente et Thourioi emploient un taureau comme parasèmon, mais l’absence de légende ne permet pas d’attribuer éventuellement ce timbre à l’une de ces deux cités.

Il est impossible de confondre ce timbre avec celui figurant un avant-train de taureau ( ?) accompagné des lettres KEP, qu’on trouve sur une corinthienne Β de Corfou (c. fin IVe s.) [KOEHLER 1979. 298, n° 593].

*Timbrecirculaire vierge

Gela [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 356, n°29]

mgs iv entière. Cachet apposé sur l’anse. Avant 282.

REMARQUES

L’index reprend un peu plus de 300 timbres. En ce qui concerne les marques épigraphes, on peut, en étant prudent, distinguer environ 90 entrées différentes qui devraient correspondre à autant de personnages différents. Mais les regroupements effectués sont dans un certain nombre de cas des hypothèses de travail, que seules des découvertes précises – des fours notamment – pourront corroborer. Dans les timbres anépigraphes, sept symboles différents apparaissent. A titre de comparaison, un demi-millier de timbres sur corinthiennes B, représentant environ 350 poinçons différents, étaient répertoriés voici une quinzaine d’années [KOEHLER 1979. 50] tandis que le nombre de timbres thasiens par exemple s’élève à plus de 12 000 [GARLAN 1987. 73]. On ne connaît pas pour l’instant de timbre sur bouchon antérieur à la fin iiie-début iie s. (quelques exemplaires de Métaponte et Syracuse semblent de peu postérieurs à la seconde guerre punique : LISSI 1958. 221 ; LO PORTO 1966. 152). Les estampilles sont dans leur grande majorité frappées sur le sommet de l’anse et plus rarement sur l’épaule ou à la base de l’anse, alors que pas mal de corinthiennes Β sont timbrées en ce dernier endroit [KOEHLER 1979. 59]. En un cas seulement (ME, à Poggio Marcato di Agnone), l’estampille est répétée sur les deux anses.

Les timbres épigraphes comprennent généralement un nom isolé, sans préposition ὲπί ou autre précision. Les abréviations ne manquent pas et ne sont pas toujours claires, du fait de l’abandon d’un ou plusieurs phonèmes. Les timbres anépigraphes connus jusqu’ici, peu nombreux, sont apparemment tous du ive s. Les symboles employés sont en majorité anodins : triskelès, caducée, grappe de raisin, amphore se retrouvent dans d’autres productions amphoriques grecques [KOEHLER 1979. 58]. Si les amphores égéennes des ive-iiie s. mentionnent fréquemment une information faisant explicitement allusion à la cité productrice, comme un ethnique (ex. : Knide, Thasos...) ou un parasèmon (ex. : rose de Rhodes, âne de Mendé...), ce n’est pas le cas pour la majorité des marques de l’index. Trois ou quatre estampilles seulement font allusion à un nom de vin ou un ethnique : ΕΛΩ, MAM | trident | ΜΕΣΣ, ΝΑΞΙΟΣ et, peut-être, MAMAP[ (pp. 115-116). En fait, les informations sont principalement d’ordre onomastique et dialectal.

♦ L’onomastique. Quelques noms peuvent raisonnablement être considérés comme caractéristiques du monde grec d’Italie du Sud. Dans un petit nombre de cas, il est possible de suggérer un secteur (la Sicile orientale pour Άντάλλος, Εξενος et Νυμϕόδωρος ; la région de Gela pour Γοργίλος...). Cela dit, il faut être prudent pour différentes raisons. D’abord, les gens se déplacent aux ive-iiie s., volontairement ou involontairement : les déplacements de population sont fréquents (DS., XIV 78 ; 106-107 etc.) et on assiste à l’arrivée d’un nombre pouvant être conséquent de colons venus de différents horizons de Grèce (DS., XII 11,3). Il peut en résulter des situations assez complexes à l’intérieur d’une cité donnée (la population de Messana, au début ive s., se compose de Lokriens, Medméens, Messéniens du Péloponnèse, Messéniens de souche, sans oublier des Puniques et des Italiques...), mais aussi des correspondances entre l’onomastique des différentes cités.

Des déséquilibres profonds existent par ailleurs dans notre connaissance de l’onomastique des différentes cités. En ce qui concerne la Grande Grèce, des chercheurs comme A. Landi [LANDI 1979], P. G. Guzzo [STORIA CALABRIA. 213-216] et M. Giangiulio [BTCGI s. v. Crotone, spéc. 482-484] ont rassemblé les documents concernant les colonies du Bruttium et de Lucanie aux vie-ve s. On dispose également, depuis peu, du Lessico epigrafico della Regio III (Lucania et Bruttii) -I : Bruttii [ZUMBO 1992].

Cela dit, pour les ive-iiie s., les seules cités magno-grecques pour lesquelles on peut imaginer posséder un reflet minimal de l’onomastique sont Hèrakleia L. et Lokroi. En ce qui concerne la Sicile, M. Chatzopoulos [CHATZOPOULOU 1976] et A. Landi [LANDI 1981] ont jeté les bases d’une onomastique des cités de l’île, mais se sont basés essentiellement sur le vol. XIV des Inscriptiones et les auteurs : ils n’ont pratiquement pas tenu compte de l’instrumentum ni, par la force des choses, de documents comme les Tables d’Entella ou les contrats de Kamarina/Morgantina. Le récent recueil des Inscriptions grecques dialectales de Sicile de L. Dubois | IGDS] offre un index anthroponymique de ces documents, d’une clarté exemplaire.

Image 100000000000049800000294A7AAFCB2.jpg

  1. Noms particulièrement bien attestés en Italie du Sud grecque (Άντάλλος, Βιωτώ, Γοργίλος, Εξενος. Λεπτίνας, Νυμϕόδωρος).

  2. Noms épichoriques/noms de vin.

  3. Noms grecs communs.

  4. Abréviations difficiles à développer.

  5. Thèmes onomastiques non documentés.

  6. Noms gréco-italiques.

  7. Noms italiques.

Les travaux de R. Arena, F. Cordano, G. Manganaro, L. Moretti ont pour leur part apporté des précisions quant au panorama onomastique de plusieurs cités aux ive-iiie s. (v. les références dans BRUGNONE 1988-89. spéc. 348-349). Mais la documentation concernant pas mal de cités siciliennes reste maigre : c’est le cas de grandes villes comme Agrigente et Syracuse, mais également de cités plus petites, notamment celles dans lesquelles la composante italique est devenue, au fil des années, significative (ex. : Messana, Aetna).

On aimerait, précisément, des informations plus précises en ce qui concerne les zones gréco-italiques de Grande Grèce et de Sicile, car on constate la présence sur les timbres amphoriques de plusieurs anthroponymes à consonance italique. Ils orientent, à partir de 300 environ (épave de la Secca di Capistello), la recherche vers des zones dans lesquelles des Italiques sont installés depuis plusieurs décennies. L’attention s’est surtout focalisée sur le golfe de Naples, mais il faut se garder d’imaginer, comme on le fait souvent, qu’il s’agit là de la seule possibilité. Dès la fin ve-début ive s., des Italiques participent à l’administration de cités de Lucanie (Poseidonia), du Bruttium (Pyxous), de Sicile (Entella) : il est difficile d’imaginer qu’il se soient tenus à l’écart de la production céramique et agricole. Le nombre d’inscriptions provenant du Bruttium, de Lucanie et de Sicile orientale s’accroît sans cesse, notamment en ce qui concerne l’instrumentum [P. Poccetti, L’antroponimia, dans BRETTII. 125-140]. La publication de ce matériel épigraphique osque méridional reste cependant relativement dispersée et l’absence de véritable corpus se fait sentir. Pour ce qui est des marques amphoriques, on constate que les thèmes Μαμαρ[, Ποπ et Ποπι trouvent de bons parallèles dans les zones gréco-italiques situées le long du littoral tyrrhénien de Grande Grèce/Sicile orientale.

Dans la seconde moitié du iiie s., un nom au moins est attesté à la fois en caractères grecs et latins : ΓAIOC ΑΡΙCΤΩΝ/C. ARISTO. Cela n’a rien d’étonnant dans la mesure où l’osque et le grec se combinent alors au gré des tendances locales [DE FRANCISCIS, PARLANGELI 1960. 17], notamment sur l’instrumentum. Des tuiles produites à Montescaglioso, site lucanien situé non loin de Matera, mentionnent tantôt un nom 100 % grec (ΒΙΩΤΟΣ), tantôt une forme gréco-italique (ΛΕΟΝΤΙΣ) [CANOSA 1984. 479], tandis que dans une cité côtière comme Kaulonia, dans laquelle l’identité grecque reste affirmée, on trouve des timbres en osque [H. Tréziny, dans KAULONIA I. 109-115].

Aucun nom connu jusqu’à présent n’est vraiment caractéristique de l’onomastique tarentine/messapienne/illyrienne, pour ce qu’on en connaît notamment par l’épigraphie amphorique du IIe s. (Dasius, Gentius, Nicia etc.).

♦ Les caractéristiques dialectales. Il appartient aux épigraphistes de commenter les caractéristiques dialectales qui apparaissent sur différentes estampilles signalées dans ces pages. Relevons simplement des tournures courantes du dorien d’Italie méridionale : génitif en -α de nom en -ας (Λεπτίνα) ; nominatif en pour -ων (Λέω) ; alternance des désinences génitives -υ (Εξένυ), -ο (Βιωτό) et -ωος (Βιωτος) pour -ου ; génitif en de noms en -λαος (Χαρίλα) ; Δαμο– plutôt que Δημο– (Δαμοκράτης) et Μαμαρ– que Μαμερ– ; ενος plutôt que -ξηνος [SICCA 1924. 34-35]. Le génitif noté pour -ου (Εξενυ) est assez caractéristique du dialecte de quelques cités du Bruttium méridional et de Sicile orientale. On ne trouve pas dans ces marques amphoriques de caractéristique propre au dialecte ionio-tarentin (signe d’aspiration par exemple), à l’inverse des signatures de coroplastes et de céramographes de la zone Tarente-Hèrakleia L.

Les formes Γάιος ρίστων, Ποπίλου et Στάιο[ς] Τράγων renvoient plutôt à l’ambiance osco-grecque méridionale. Dans la forme Loisio, la désinence nominative -ios avec s final non noté est généralement tenue pour latine : de fait, les anthroponymes en -ιος font plutôt leur génitif en -ιου dans le Bruttium (Περκεννίου : IG XIV 2402.3) ou versent carrément dans le dorisme (Περκωνίω : IG XIV 2400.13).

MARQUES AMPHORIQUES D'ITALIE DU SUD

Image 100000000000062400000914AD824AAF.jpg

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable