Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile

 | 
Christian Vandermersch

VI. Du Paradoxe à l’Héritage

Texte intégral

1La production de vin et d’amphores de l’Italie du Sud grecque des ive-iiie s. ne peut manquer d’éveiller l’intérêt, pour différents motifs. J’en citerai au moins cinq : le dynamisme paradoxal de cultures à risque au sein d’une période troublée ; la complexité de cette branche de l’économie ; le rôle des zones périphériques ; l’existence d’une circulation maritime ; les répercussions sur la viticulture de l’Italie centro-méridionale d’époque romaine.

UN DYNAMISME PARADOXAL

  • 1 V. notamment BERGER 1992. 110. Une phrase de Tite-Live (XXIV 2,8) donne la mesure des tensions urba (...)
  • 2 Les bandes de mercenaires atteignent fréquemment des proportions importantes, de l’ordre de plusieu (...)
  • 3 Plut., Timol., XI 4. F. Ghinatti parle d’Età dei condottieri [GHINATTI 1985. 6].

2On considère souvent les deux siècles qui vont de l’arrivée des Samnites en Lucanie septentrionale jusqu’à la seconde guerre punique comme un moment où les cités grecques sont confrontées à une série de problèmes : menace croissante des Italiques et Latins au Nord, des Puniques au Sud ; succession de στασεις en milieu urbain1 ; rôle prépondérant des μισθοϕόροι2, mercenaires, et des ἡγουμένοι στρατοπέδων3, ces chefs de guerre qui hantent les ive et iiie s. Les opérations militaires qui se succèdent auraient eu des répercussions très négatives pour le secteur agricole, notamment en ce qui concerne la vie dans les campagnes et la continuité des cultures arbustives.

  • 4 TALBERT 1974. 146-147. Cette vision se base essentiellement sur le témoignage de Plutarque (Timol.,(...)
  • 5 GHINATTI 1974. spéc. 774 ; 1985. spéc. 6.
  • 6 CARTER et alii 1985. 281 ; A. de Siena, dans ESPANSIONISMO ROMANO. 303.
  • 7 CARTER 1990. 421-422.

3Prenons trois exemples précis. En Sicile, le monde rural aurait énormément souffert des opérations militaires qui se sont succédé dans la première moitié du ive s. : à l’issue de la quatrième guerre sicilienne, vers 358 7, les campagnes seraient pratiquement désertes4. En Grande Grèce, la poussée des Lucaniens et des Bruttiens aurait eu un impact profond sur l’économie agricole des cités italiotes : F. Ghinatti parle decrisi della Magna Grecia” et présente l’italicisation des campagnes comme un retour à des espaces de pâture ou à des cultures extensives5. Dans les campagnes du Métapontin, les opérations militaires des années 280-70 auraient entraîné l’abandon de nombreuses fermes6 et une diminution sensible de la viticulture et de l’oléiculture7.

  • 8 Ces épisodes sont rapportés par Diodore et Denys d’Halicarnasse. Leurs sources sont analysées dans (...)
  • 9 A Medma, l’interruption de 389 dut être courte : bon nombre de structures et de matériel céramique (...)
  • 10 V. notamment RIZZO 1982-83.
  • 11 Si des destructions ont lieu (note 6 supra), elles n’entraînent pas un incastellamento ni un abando (...)
  • 12 XXIII 20,10 (campagnes autour de Petelia, dans le Bruttium) ; XXIV 1,2-3 (campagnes de Lokroi). Sur (...)

4La réalité apparaît cependant plus nuancée et plusieurs remarques s’imposent. D’abord, les destructions et déportations que mentionnent les auteurs ne doivent pas être systématiquement considérées comme un coup fatal pour l’économie d’une région. En Sicile, l’amplitude des destructions survenues dans les dernières années du ve s. a été réévaluée sur la base de la documentation archéologique : le matériel de la première moitié du ive s. trouvé à Himera, Gela et Kamarina indique la réoccupation de quartiers dans un laps de temps assez court. Quant aux déportations et destructions opérées par Denys l’Ancien dans le Bruttium8, des fouilles récentes ont montré que leur impact fut relatif9. En ce qui concerne l’état des campagnes siciliennes vers 350, il semble difficile d’imaginer qu’elles étaient totalement désertes : on s’expliquerait mal la rapidité avec laquelle Timoléon a pu faire redémarrer le secteur agricole. Il est par ailleurs établi que différents établissements ruraux tenus pour postérieurs à la reconstruction timoléonienne de 344 étaient déjà en activité au début du siècle10. Sur le littoral ionien, les opérations militaires des premières décennies du iiie s. ne conduisent pas à un dépeuplement généralisé des campagnes11 : si Tite-Live se plaît à souligner les allées et venues de troupes, ce ne sont pas des étendues vides qu’elles rencontrent, mais, au contraire, des champs, des fermes, des agriculteurs12.

  • 13 HANSON 1983. spéc. 109ss. (The Effectiveness of Agricultural Devastation).
  • 14 XIV 48,5 ; 62,5 ; 90,7 etc. Pour l’interprétation des termes δενδροτομεω et δενδροκοπέω, v. HANSON (...)

5D’autre part, comment se passent réellement les destructions en milieu rural ? Brûler une ferme, piller un cellier sont chose aisée. Détruire un verger ou des pressoirs creusés dans la roche est par contre très difficile. La destruction totale d’une oliveraie ou d’un vignoble par exemple requiert énormément de travail, puisque la seule méthode efficace consiste à couper tous les arbres13. Tout porte à croire que cela ne s’est passé qu’en de rares occasions. Diodore emploie à quelques reprises, à propos d’événements du ive s., le terme δενδροτομέω (couper les arbres, d’où dévaster un pays en coupant les arbres)14 : des destructions ont pu alors avoir lieu. Mais dans la majorité des cas, un incendie ou le passage de soldats n’affecte que la récolte de l’année, dans des proportions plus ou moins élevées suivant le moment du cycle agricole.

  • 15 GRECO (E.) 1979a. 230.

6Il faut également se montrer circonspect en matière d’abandon des établissements ruraux. Il est exact qu’un nombre assez élevé de fermes des ive-iiie s. ont fonctionné quelques décennies puis ont été abandonnées15. Les traces de destruction, l’enfouissement de trésors monétaires indiquent dans un certain nombre de cas une fin brutale. Mais il est des fermes qui ont été abandonnées sans qu’on sache exactement pourquoi et il serait hâtif d’y voir à chaque fois la conséquence d’opérations militaires.

  • 16 IX Fr. 40,27.
  • 17 Le bail peut être rompu ύπό πολέμω [IG XIV 645 I 152].
  • 18 IG XIV 645 I 121-122.
  • 19 DE FRANCISCIS 1972. 183-184.

7L’ensemble des documents archéologiques, des textes et de l’épigraphie montre en fait qu’il n’y a ni régression généralisée du secteur rural, ni arrêt brutal des cultures de plantation sur grande échelle. Le décalage entre l’atmosphère des premières Bucoliques - même avec ce qu’elles comportent d’idéalisation - et les descriptions des annalistes, pour qui les campagnes sont avant tout des champs de bataille, est sensible ; de même, la documentation archéologique s’accorde assez mal avec la description tragique de campagnes désertes que Dion Cassius met dans la bouche de Pyrrhos16. Les baux d’Hèrakleia, rédigés à une époque troublée puisque faisant état de risques de guerre17, ne se contentent pas de mentionner l’existence de cultures arbustives, mais se préoccupent de leur développement à moyen terme (15 ans)18. Dans une optique semblable, A. de Franciscis19 parle de regolarità à propos de la vie quotidienne à Lokroi, un terme approprié si l’on envisage l’ensemble des textes de l’Olympieion.

  • 20 La décoration de différents établissements (intonaco recouvrant des murs à Montegiordano et Manfria (...)

8Soyons clairs. Ce n’est pas une économie de subsistance que reflètent les contrats de Kamarina et Morgantina. Ce n’est pas de la misère des agriculteurs dont parle Théocrite. Et ce n’est certainement pas une pauvreté de cultures que traduisent les ex-voto de fruits trouvés en milieu rural, ni les épigrammes de Léonidas. Par ailleurs, le niveau de vie de pas mal d’établissements ruraux fouillés jusqu’ici est plus que correct20.

  • 21 Il est intéressant de noter dans cette optique que la majorité des établissements ruraux évoqués da (...)

9Il pourrait sembler paradoxal de constater, dans les limites chronologiques citées, l’augmentation du nombre d’établissements ruraux permanents, le développement de cultures arbustives spécialisées ou encore l’existence d’une production de grands conteneurs dans le territoire. Il serait en fait plus exact de parler de contraste : cette activité agricole et céramique se déroule fréquemment en marge de péripéties militaires et politiques21.

  • 22 Cet élargissement du corps civique est la conséquence de modifications à l’intérieur de la cité (pr (...)
  • 23 Les baux d’Hèrakleia ne concernent pas seulement les étendues de γ έρρηγεα, terre arable ou culti (...)
  • 24 Le développement des techniques agricoles dans l’Italie du Sud grecque est un point qui a été peu é (...)
  • 25 Le ive s. marque, dans le monde grec en général, les débuts de l’agronomie théorique : l’œuvre de T (...)

10Une chose est sûre : le secteur agricole connaît tout au long des ive-iiie s. des modifications qu’on peut qualifier de dynamiques. La structure des campagnes littorales se modifie de manière progressive, mais fondamentale, sous l’influence de divers facteurs. Les deux plus importants sont l’élargissement du corps civique (qui permet à un plus grand nombre d’accéder à la terre)22 et l’urbanisation progressive des chôrai proches. Le développement des cultures arbustives est favorisé par la popularisation de la polyculture23, par le fait que les terres nouvellement mises en culture se prêtent particulièrement bien à l’implantation d’arbres fruitiers24, par le développement des techniques liées à la transformation des raisins et des olives25.

  • 1
  • 27 Pour le lien peuplement décentré-arboriculture, v. M. Gualtieri, dans ROCCAGLORIOSA I. 215 ; GUALTI (...)
  • 28 L’expression est empruntée à BRESC 1986. 178.

11La mise en place de cultures de plantation autour d’établissements isolés est jusqu’à un certain point la conséquence de la diffusion de théories agricoles26. Mais c’est surtout un fait de société : elle est directement liée à l’installation permanente dans les campagnes d’un nombre sans cesse plus élevé d’exploitants, Grecs et Italiques. Ceci se constate non seulement dans les ἀρούραι littorales mais également dans les ἐσχατίαι : zones de collines ou de terrasses dans lesquelles on peut, moyennant quelques aménagements, pratiquer l’arboriculture27. Dans ces ἐσχατίαι, la viticulture est un “agent très efficace de l’humanisation du paysage”28.

  • 29 Dans l’Egypte ptolémaïque, il n’est pas rare de voir des soldats ou des mercenaires recevoir un kle (...)
  • 30 DS., XIV 15,3.

12Par ailleurs, il faut se garder de voir uniquement dans les μισθοϕόροι et les βάρβααοι les responsables d’un déclin du monde rural, l’antithèse par excellence des γεωργοῖ du littoral. Ce serait oublier qu’ils peuvent devenir eux-mêmes des agriculteurs29 : que l’on songe à ces milliers de mercenaires campaniens, à qui Denys l’Ancien donne l’occasion de s’installer dans des régions fertiles entre toutes, celles de Katanè (403) et Aetna (396)30.

  • 31 On peut dans cette optique faire remarquer que rien ne permet d’affirmer, comme on l’a fait précisé (...)
  • 32 ROSTOVTZEFF 1941. 353-354.
  • 33 PCZ I 59033.

13L’existence de vignobles structurés, l’insertion de vignes au sein d’une arboriculture pouvant être complexe et la mise en valeur de zones collinaires sont autant points qui attestent la vitalité de la viticulture à l’époque qui nous occupe. L’acclimatation de nouvelles espèces de vignes fines, comme la Kapneios à Thourioi (p. 30), confirme que ce secteur va de l’avant31. Il est à noter à ce propos que les expériences en matière de viticulture se multiplient dans le bassin oriental à l’époque hellénistique : des documents précis, concernant notamment l’Égypte ptolémaïque et la Babylonie, mentionnent des transports de boutures (ϕυτὰ, ϕυτὰ, ἀμπέλινα) en quantités significatives - le cas échéant par voie de mer - ainsi que des tentatives d’acclimatation32. Les initiatives prises en Italie du Sud doivent donc être analysées en tenant compte des développements de la viticulture dans l’ensemble du monde méditerranéen du moment, et il n’est pas inintéressant de souligner que la Kapneios est, précisément, un des plants de qualité mentionnés dans les Archives de Zénon à propos de transport de boutures33.

  • 34 Un mécanisme à peu près similaire se constate dans la Sicile médiévale [BRESC 1986. 191].

14Dans l’Italie du Sud des ive-iiie s., les cultures arbustives ne sont pas uniquement un complément destiné à la consommation locale dans une économie fragilisée. L’accroissement de la demande en vin a non seulement contribué à soutenir le vignoble à travers une période troublée, mais a favorisé son extension34. Il faut reconnaître la vitalité, la spécialisation croissante et l’importance spatiale d’une viticulture qu’on ne peut réduire à la simple notion d’activité de ménage : il s’agit d’une composante à part entière de l’économie, une composante qui doit d’autant plus attirer l’attention qu’elle possède des liens étroits avec un autre secteur de l’économie quotidienne, la production de vaisselle (à vernis noir et à figures rouges) destinée à la consommation de vin.

UNE PRODUCTION COMPLEXE

15La complexité de ce secteur de l’économie se note à plusieurs titres. Sur un plan intrinsèque d’abord, dans la mesure où de profondes interactions existent entre les cultures arbustives et la production d’instrumentum. En milieu rural, ces deux activités peuvent en fait se combiner étroitement. Il apparaît dès lors difficile de les examiner séparément, même si l’analyse traditionnelle leur fait correspondre des groupes socio-économique distincts.

16Par ailleurs, la production de vin et d’amphores peut avoir lieu dans des ambiances très diversifiées. Un monde sépare l’imposant complexe de vinification et de stockage que possède Tellias à Agrigente, de la ferme de Montegiordano dans laquelle vit N. Οψ(ιος). Tellias est Grec, riche et vit en ville (τῶν Ἀκραγαντίνων σχεδòν πλουσιώτατος) ; N. Οψ(ιος), un Italique vivant à la campagne, s’est probablement installé sur le littoral dans le second quart du ive s. L’Agrigentin dispose de nombreux serviteurs (οἰκέται) tandis que l’exploitation de la ferme de Montegiordano se fait sans doute dans une optique familiale.

17Que de différences entre la propriété vinicole de Lusôn, payée plus de 20 talents siciliens, et la petite vigne de Kleitôn, que ce dernier travaille lui-même sa vie durant. Que de différences également entre le kerameikos de Lokroi, les maisons-ateliers de la Piazzetta à Kaulonia, l’atelier gréco-italique ou italique de Nocera Terinese situé à plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres, les micro-ateliers jouxtant un établissement rural.

  • 35 App., Hann., VII 57.

18Le puzzle est compliqué et il faut se garder des analyses à l’emporte-pièce, tout comme des clichés. Ainsi, si on évoque souvent le lien qui existe dans le monde grec entre οἶνος et δυνατός, la situation apparaît bien plus nuancée dans l’Italie méridionale des ive-iiie s. Ce lien existe dans certains cas (Tellias peut être qualifié de δυνατός), mais le rôle des exploitations familiales ne doit pas être sous-estimé. Et il ne faudrait pas oublier qu’il existe des δυνατοί parmi les Lucaniens et les Brettioi à l’époque qui nous occupe35. Le rôle de la main-d’œuvre saisonnière, l’apport exact des zones périphériques, les rapports entre producteurs de vin et d’amphores : voilà quelques-uns des points qui font problème, mais qu’il convient d’affronter si on désire saisir les réalités quotidiennes d’un secteur qui est tout sauf monolithique.

LES ZONES GRÉCO-ITALIQUES

  • 36 Celui de Nocera Terinese par exemple [VALENZA MELE 1989 ; 1991].
  • 37 C’est le cas du monnayage d’Hipponion [VAN DER MERSCH 1985].
  • 38 Strab., VI 2,3 (l’attention portée à l’appellation Mamertinos).

19Un des aspects les plus intéressants de cette production de vin et d’amphores est le rôle dynamique joué à partir du ive s. par différentes cités gréco-italiques du Bruttium (Hipponion, Temesa), de Lucanie (Poseidonia, Pyxous), puis, au tout début iiie s., de Sicile (Messana). Une prise de contrôle de la production viticole et céramique a lieu, prise de contrôle dynamique puisqu’on constate dans les décennies qui suivent la mise sur pied de nouveaux ateliers36, l’officialisation de la production37 et un souci de l’image commerciale38. Le fait que cette prise de contrôle ait lieu dans des cités littorales qui, pratiquement toutes, disposent de facilités portuaires, ne manque pas d’attirer l’attention.

20Aux confins du territoire de différentes poleis restées grecques, dans les zones périphériques que sont πρόσχωρος et ἐσχατιά, la mise en pratique par les Lucaniens et les Bruttiens de procédés et de techniques agricoles amène également, dès le ive s., la valorisation progressive d’étendues collinaires ou en partie boisées. L’occupation permanente d’îlots autour d’établissements isolés ou de hameaux permet le développement d’une économie qui n’est pas axée uniquement sur l’élevage et la cueillette. Il est, on le voit, difficile d’accepter l’idée “italicisation = abandon des cultures intensives, retour à l’économie pastorale”. Il s’agit, au contraire, de mieux comprendre comment se passe à ce moment le développement d’une agriculture spécialisée dans ces zones qui restent mal connues.

  • 39 V. à ce propos les remarques mettant en évidence la complexité des mécanismes de consommation et de (...)
  • 40 L’opposition strabonienne a longtemps été interprétée de manière très stricte, puisqu’on estimait q (...)
  • 41 V. par exemple ROCCAGLORIOSA I. 198-199. On pourrait, pour schématiser, parler d’une économie des B (...)
  • 42 V. notamment GUZZO, LUPPINO 1980. 867.
  • 43 Les fouilles de Roccagloriosa montrent l’extension du vignoble du Bussento vers l’intérieur du Cile (...)

21Des documents concernent aussi, dès le milieu du ive s., des zones italiques de l’intérieur, qui ne constituent pas directement l’objet de ce travail. Cette production ne peut cependant être ignorée, car elle montre la complexité des rapports économiques existant entre le littoral et l’intérieur en matière de production, et donc de circulation des denrées comestibles39. Il faut se garder de la vision, par trop dichotomique, de cultures intensives exclusivement concentrées dans la paralia et d’une mesogaia italique constituée de paysages naturels dans lesquels les seules activités pratiquées sont l’élevage, la cueillette et le ramassage de bois40. Au contraire, des rapports complexes se nouent progressivement dans les zones internes entre ces activités traditionnelles et les cultures céréalières d’une part, arbustives de l’autre41. Le processus est particulièrement tangible dans les zones situées à mi-chemin entre les poleis côtières proprement dites et le cœur même du Bruttium et de la Lucanie42, zones dans lesquelles les intérêts des Grecs et des Italiques se mêlent étroitement et qui ont certainement joué un rôle dans la remontée de vallée qu’on constate dans le cas de plusieurs vignobles littoraux43.

ÉCONOMIE DE LA CÉRAMIQUE FINE ; ÉCONOMIE DU VIN

  • 44 MOREL 1969a ; 1980a et b ; 1982 (spéc. 207-208) ; 1990. 272-275.
  • 45 “In molti casi, nelle città dell’Occidente greco, l’artigianato sembra produire in funzione esclusi (...)
  • 46I commerci della Magna Grecia si chiudono progressivamente, con restrizioni di nuovo a limitati ra (...)
  • 47 Pour la faible distribution des vases à figures rouges de Lucanie, v. TRENDALL 1967. 7 ; 1987. 21.
  • 48 F. Lo Porto parle du “coatto isolazionismo” des céramiques à figures rouges de Lucanie centro-occid (...)

22J.-P. Morel44, mais aussi B. D’Agostino45 et F. Ghinatti46 ont fait remarquer que l’économie des poleis de Grande Grèce et de Sicile orientale est, aux ive-iiie s., fondamentalement repliée sur elle-même, privilégiant les trafics à courte distance, entre cités littorales et vers l’intérieur. En matière de céramiques fines ou semi-fines, un contraste se note entre le dynamisme de la production et une circulation ne dépassant guère le niveau régional47. La majorité des productions à figures rouges, à vernis noir ou surpeintes magno-grecques et siciliotes ne connaissent pour ainsi dire pas de réelle diffusion maritime à ce moment48, à l’exception de quelques productions apuliennes (après 360), de Sicile orientale et des îles Éoliennes.

  • 49 Elles font avant tout l’objet de trafics à courte/moyenne distance, autour de la cité (le nombre de (...)

23Si la céramique attique représente au ive s. un vecteur du commerce d’Athènes, si les productions de l’atelier des petites estampilles concourent de manière fondamentale à l’activité commerçante du Latium au début du iiie s., les céramiques magno-grecques et siciliotes sont avant tout des objets de consommation locale ou tout au plus régionale49. Ceci n’est pas dû à une médiocrité technique ou esthétique : au contraire, la mise au point de nouvelles formes et techniques, une certaine originalité thématique, le rayonnement de céramistes qui se déplacent les rendent attrayantes. L’explication réside dans l’importante demande des marchés régionaux et le peu d’intérêt des emporoi pour ces productions, probablement du fait de la concurrence de produits d’autres origines.

24Le vin et l’huile d’Italie du Sud sont-ils, eux aussi, des denrées d’usage ? Les documents évoqués dans ces pages permettent de penser le contraire. Diodore indique clairement que I’εὐπορία de différentes cités siciliotes, à la fin du ve s., puis dans les années 339/8 et suivantes, est directement liée à la commercialisation de ces denrées. Le caractère homogène des cargaisons de la Secca di Capistello et Filicudi F, ainsi que la distribution essentiellement littorale des timbres, corroborent cette information et montrent que le vin peut constituer un objet de commerce. D’un commerce qui est sous-tendu par l’activité des emporoi, par le caractère très ouvert des ports d’Italie du Sud, par les progrès en matière de construction navale. D’un commerce qui se déroule dans un contexte différent, pour prendre cet exemple, de celui de la Campanie du iie s. Il reflète avant tout l’activité d’intermédiaires de nationalités diverses : une convivialité de fait existe notamment entre emporoi grecs et puniques dans la Sicile du ive s. Les rapports entre les producteurs d’amphores vinaires et les négociants qui les commercent sont, eux aussi, assez différents de ceux qui vont se cristalliser à partir de la fin du iiie s.

  • 50 Les porcs siciliens étaient réputés dans le monde grec et faisaient l’objet d’exportations à longue (...)
  • 51 Le poisson pêché au large de la Sicile et du Bruttium, surtout les thonidés, était réputé et faisai (...)
  • 52 Les fromages siciliens, ceux de Syracuse notamment, étaient réputés et vendus au dehors (Hermippos, (...)
  • 53 La classique trilogie céréales-bois-métaux est à compléter par les esclaves, le vin, la viande, l’h (...)

25L’image que les amphores vinaires donnent de l’économie quotidienne de l’Italie du Sud ne correspond pas aux modèles qui ont été élaborés à partir de la céramique fine, des céréales ou encore des quelques textes disponibles. Cette image n’est pas celle d’un produit d’usage mais se rapproche plutôt, en matière de circulation, de ce qu’on perçoit à propos d’autres denrées comestibles, comme les porcs/conserves de viande50, les conserves de poisson51, le fromage52. Elle montre qu’on connaît toujours mal la signification économique de différents produits et services, certains fondamentaux53, d’autres traditionnellement assimilés à de l’artisanat non-commercial, comme les matériaux de construction, l’outillage agricole, le miel ou la poix.

L’HÉRITAGE

26Ce travail s’arrête au lendemain de la seconde guerre punique : on pourrait penser que l’histoire du vin de l’Italie du Sud grecque est, à ce moment, virtuellement terminée. C’est en partie vrai car, en l’espace d’une génération, des modifications structurelles sont imposées au monde des cultures arbustives, aux exploitants autonomes et aux intermédiaires commerciaux traditionnels. Cela alors que des secteurs situés au nord du Silaris bénéficient d’une conjoncture particulièrement favorable à la production et à la distribution de vin au sein des sphères supérieures d’une économie romanisée.

  • 54 Le Mamertin est un tout grand vin et sa notoriété comparable au Faleme ou au Lesbos (Vitr., De arch (...)
  • 55 Le Greco di Bianco, comme d’autres vins des régions étudiées ici, est produit selon des techniques (...)

27Cela dit, la romanisation n’effacera pas l’empreinte laissée par les viticulteurs grecs et gréco-italiques sur le paysage d’Italie méridionale. Il n’est pas question d’examiner ici le devenir des vignobles du Sud dans les décennies qui suivent le passage sous administration romaine, un point qui mériterait à lui seul une étude approfondie. Une chose est sûre : différents cépages et vignobles développés à l’époque grecque continuent d’exister aux iie-ier s. et produisent des vins qui comptent parmi les meilleurs du monde romain - le Mamertin par exemple54. On suit ensuite pendant l’Empire et le haut Moyen-Age le devenir de vignobles historiques dont il apparaît clairement qu’ils représentent l’ossature même de la viticulture méridionale (p. 52). Certaines pratiques de vinification se sont elles aussi perpétuées à travers les siècles : à l’heure actuelle, le Greco di Bianco par exemple est toujours produit au départ de grappes qu’on laisse sécher à l’extérieur sur des claies de paille pendant 15 à 30 jours55. Le caractère très traditionnel de l’activité viticole, ainsi que l’isolement de pas mal de régions de Lucanie, Calabre et Sicile centrale, expliquent en partie cette situation.

  • 56 Pline considère l’Eugenia de Tauromenion comme un cépage grec d’importation, au même titre que la G (...)

28Un point important dans l’optique de ce travail réside dans le rayonnement qu’a eu le vignoble grec méridional à l’époque antérieure à la deuxième guerre punique. En effet, différents cépages originaires ou développés dans cette région ont été transplantés avec succès en Campanie et dans le Latium ; par ailleurs, des procédés de vinification grecs ont été adoptés dans des zones situées au nord de Naples. Ce rayonnement a commencé bien avant la mainmise de Rome sur le Sud profond, mais a dû s’accroître notablement dans les premières décennies du iiie s., à la suite de la connaissance étroite que les Romains acquièrent alors de plusieurs secteurs possédant un important héritage viticole (Rhégion, Thourioi, Tarente). Les agronomes latins sont conscients de l’apport des cépages grecs d’Italie méridionale56, même si on perçoit une certaine volonté de récupération dans le changement de dénomination et dans l’obsession de leur trouver une origine latine.

  • 57 Les ramifications très complexes de l’Aminaios entre l’époque classique et l’époque républicaine (P (...)
  • 58 Le plant Murgentina, acclimaté dans la région de Pompéi, va prendre le nom de Pompeiana (Col., RR I (...)
  • 59 ANDRÉ 1952. 141.
  • 60 Georg., II 93 ; v. également Pline, ΗΝ XIV 39 (Lagea vitis).
  • 61 L’appellation, dérivée de λάγος (ion. et dor. pour λαγώς), lièvre, serait à comprendre comme vin ro (...)
  • 62 Varr., RR II 5,4 ; Virg., Géorg., II 102 ; Col., RR III 2,1 ; Pline, ΗΝ XIV 15 ; 42.
  • 63 L’ ἀμπλος βουμάστος est originaire du bassin oriental et bien connue en Egypte ptolémaïque. On la (...)

29Ces relations entre la viticulture grecque du Sud et celle de l’Italie centrale d’époque républicaine sont complexes et souvent difficiles à analyser en raison de la nature des sources57. Il est heureusement quelques cas où l’implantation de cépages méridionaux arrivés à maturité est documentée de manière explicite. Ces cépages méridionaux ont été d’un apport fondamental pour l’industrie viticole d’époque républicaine : Murgentina, Eugeneum et Aminaios sont à la base de plusieurs vignobles très importants, non seulement de Campanie et du Latium, mais également d’Étrurie58. Cela semble également le cas d’autres plants moins bien documentés : J. André59 a fait remarquer que l’étymologie du Lageos dont parle Virgile60 est à rechercher dans les zones de parler dorien de Grande Grèce ou Sicile61 ; l’introduction en Italie centrale d’un autre cépage bien connu des agronomes latins, l’ ἀμπέλος βουμαστος62, s’est faite via les colonies grecques méridionales63.

  • 64 Dans Athén., Deipn., I 31e.
  • 65 A. Desrousseaux traduit par vin fumé sur base du vinum fumo inveteratum de Pline (ΗΝ XXIII 40).
  • 66 Phérécratès, dans Athén., Deipn., VI 269d.
  • 67 VAISIERE 1941. 99-104.
  • 68 ΗΝ XIV 27,3.

30Un transfert de technologie se note également, à savoir la diffusion de techniques viticoles et de procédés de vinification. Platon le Comique64mentionne un excellent (καλλιστος) vin de Bénévent appelé καπνιας (οἶνος), vin enfumé65. L’appellation, qui s’appliquait à des vins produits en d’autres endroits du monde grec66, est synonyme de qualité67. L’ascendance grecque ne fait aucun doute et permet de remonter dans ce cas précis en pleine époque classique. Le séchage au soleil des jarres en Campanie, que signale Pline68, dérive de l’exposition du vin au soleil, une pratique largement répandue dans le monde grec. Déjà bien avant l’époque de Caton, la Campanie a dû jouer un rôle important dans la diffusion de ces techniques viticoles grecques vers le Nord et constitué, à divers titres, un véritable laboratoire naturel.

31En ce qui concerne le matériel amphorique proprement dit, il est certain que l’adoption de formes italiotes par des ateliers gréco-italiques de Lucanie et du Bruttium a eu des retombées importantes. A partir du milieu, sinon de la première moitié du ive s., on assiste à un élargissement progressif de l’aire de production vers les zones gréco-italiques. Le résultat en est un faciès amphorique méridional qu’on sent déjà bien établi avant la première guerre punique.

ACCLIMATATION DE CÉPAGES D’ITALIE DU SUD

ACCLIMATATION DE CÉPAGES D’ITALIE DU SUD

32Un phénomène de tache d’huile a lieu dans les décennies qui suivent immédiatement : si son mécanisme exact reste difficile à expliquer, il s’inscrit de manière très logique dans les modifications politico-économiques du moment. Dans les années 270/60-220/10, les amphores mgs vi se retrouvent au cœur d’une véritable koinè céramique allant de la Sicile punique à l’Adriatique yougoslave, du golfe de Tarente à l’Etrurie. C’est au sein de cette koinè qu’apparaissent vers 250 les premières amphores portant des timbres latins -valerio notamment -, amphores dérivées en droite ligne de celles produites dès le milieu ive s. dans les zones gréco-italiques au sud du Silaris.

33Au delà de la simple transmission mécanique d’une forme céramique, l’héritage de l’Italie du Sud est perceptible dans le domaine du timbrage des conteneurs. Si les amphores étrusques tardives ne portent normalement pas de timbre, les premières amphores à proprement parler latines, elles, en portent. Et il est clair que ces premiers timbres latins s’inscrivent, à bien des égards, dans la droite ligne d’une pratique qui, après s’être imposée dans des ateliers grecs du ive s., a été adoptée en ambiance gréco-italique. Dans la mesure où le timbrage constitue l’ultime reflet des mécanismes de production, une étude serrée des timbres gréco-italiques et latins du iiie s. permettrait sans aucun doute de mieux comprendre les modifications qui surviennent à ce moment dans la production amphorique d’Italie centro-méridionale.

“Le vin a métamorphosé l’Europe plus fortement que l’épée”

  • 69 JÜNGER 1970. 27.

34Comment ne pas souscrire pleinement à cette affirmation du philosophe Ernst Jünger69, qui consacre la primauté du pouvoir élémentaire sur le pouvoir historique, des métamorphoses profondes d’une société sur le temps précipité ? Au-delà des destructions de villes, des déplacements d’habitants, des changements politiques, le vignoble de l’Italie du Sud des ive-iiie s. s’inscrit dans la lente métamorphose du paysage commencée plusieurs siècles auparavant, sous l’impulsion de colons venus du bassin oriental de la Méditerranée, qui ont permis à la vigne de continuer sa conquête de l’Occident.

35Derrière le vin et les amphores se profilent les ombres démesurées de Dionysos et du vieux monde des Mystères, d’un monde à l’envers si important pour les Grecs d’Italie du Sud. D’un monde à l’envers auquel adhèrent également, aux ive-iiie s., bien d’autres peuples de Méditerranée centro-occidentale. A travers la production matérielle de vin et d’amphores, à travers leur diffusion, c’est évidemment avant tout le rôle crucial joué par l’Italie du Sud des ive-iiie s. dans le développement de la viticulture en Occident que ces pages ont essayé d’aborder.

Notes

1 V. notamment BERGER 1992. 110. Une phrase de Tite-Live (XXIV 2,8) donne la mesure des tensions urbaines à la fin iiie s. : “Unus velut morbus invaserat omnes Italiae civitates ut plebes ab optimatibus dissentirent, senatus Romanis faveret, plebs ad Poenos rem traheret”.

2 Les bandes de mercenaires atteignent fréquemment des proportions importantes, de l’ordre de plusieurs milliers, sinon plus : v. par exemple la présence dans le golfe de Tarente, en 303, de 10 000 mercenaires engagés par Cléonyme (DS., XX 104,2).

3 Plut., Timol., XI 4. F. Ghinatti parle d’Età dei condottieri [GHINATTI 1985. 6].

4 TALBERT 1974. 146-147. Cette vision se base essentiellement sur le témoignage de Plutarque (Timol., XXII 5) et Diodore (XVI 83).

5 GHINATTI 1974. spéc. 774 ; 1985. spéc. 6.

6 CARTER et alii 1985. 281 ; A. de Siena, dans ESPANSIONISMO ROMANO. 303.

7 CARTER 1990. 421-422.

8 Ces épisodes sont rapportés par Diodore et Denys d’Halicarnasse. Leurs sources sont analysées dans SORDI 1980. 218-219.

9 A Medma, l’interruption de 389 dut être courte : bon nombre de structures et de matériel céramique datent précisément de la première moitié du ive s. [SABBIONE 1981]. A Hipponion, Kaulonia et Crotone, le réexamen des données archéologiques concernant les zones d’habitat (urbanisme et matériel) indique également une reprise rapide [SPADEA 1984. 152-153 ; IANNELLI, RIZZI 1985].

10 V. notamment RIZZO 1982-83.

11 Si des destructions ont lieu (note 6 supra), elles n’entraînent pas un incastellamento ni un abandon généralisé des campagnes [ADAMESTEANU, VATIN 1976. 118 ; GUALANDI, PALAZZI, PAOLETTI 1981. 160 ; EDLUND 1986. 121]. On constate par ailleurs une permanence de l’occupation dans d’autres secteurs du golfe de Tarente à ce moment [COCCHIARO 1981. 69].

12 XXIII 20,10 (campagnes autour de Petelia, dans le Bruttium) ; XXIV 1,2-3 (campagnes de Lokroi). Sur ce point, v. BRUNT 1971. 272-277.

13 HANSON 1983. spéc. 109ss. (The Effectiveness of Agricultural Devastation).

14 XIV 48,5 ; 62,5 ; 90,7 etc. Pour l’interprétation des termes δενδροτομεω et δενδροκοπέω, v. HANSON 1983. 19 ; 51ss.

15 GRECO (E.) 1979a. 230.

16 IX Fr. 40,27.

17 Le bail peut être rompu ύπό πολέμω [IG XIV 645 I 152].

18 IG XIV 645 I 121-122.

19 DE FRANCISCIS 1972. 183-184.

20 La décoration de différents établissements (intonaco recouvrant des murs à Montegiordano et Manfria ; terres cuites architectoniques à Montegiordano et Tolve), les installations qui y ont été retrouvées (louterion à Montegiordano ; bain à Tolve), la vaisselle de table à figures rouges et à vernis noir (Priorato, Montegiordano, etc.), la documentation numismatique (Montegiordano, Tolve, etc.), la richesse du matériel funéraire, et d’autres indices encore reflètent une certaine aisance dans la vie quotidienne [v. la bibliographie des établissements signalés au chap. iv].

21 Il est intéressant de noter dans cette optique que la majorité des établissements ruraux évoqués dans ces pages ne sont pas fortifiés, alors que, vers la même époque, il n’est pas rare que les fermes de mer Noire soient munies d’une tour, voire de ceintures supplémentaires de maçonnerie [SCEGLOV 1976. 77-90]. En fait, les quelques exemples de fermes comportant des éléments de défense, une tour par exemple, se trouvent en territoire lucanien ou bruttien, comme l’établissement de Moltone [LUCANIA CENTRO ORIENTALE. 41].

22 Cet élargissement du corps civique est la conséquence de modifications à l’intérieur de la cité (processus de démocratisation), et aussi de l’arrivée de colons venus d’autres zones du monde grec et de l’établissement d’Italiques. L’intégration socio-économique des Italiques dans les chôrai des cités restées grecques est d’ailleurs étroitement liée à la démocratisation du corps civique [GHINATTI 1974. 781-782].

23 Les baux d’Hèrakleia ne concernent pas seulement les étendues de γ έρρηγεα, terre arable ou cultivée [IG XIV 645 I 18], mais aussi des terres qu’il s’agit de mettre en valeur (ρρηκτος, terre en friche : I 19), voire de débroussailler (σκρος, mauvaise terre et δρυμός, bois ou taillis : I 19). Dans la plaine du Silaris, il existe un lien étroit entre la diffusion de propriétés rurales de taille moyenne et l’implantation de cultures spécialisée sur des terrains jusque là incultes [GRECO (E.) 1988. 493].

24 Le développement des techniques agricoles dans l’Italie du Sud grecque est un point qui a été peu étudié. Or, comme dans le reste du monde grec, le ive s. représente une époque charnière à ce point de vue. C’est l’époque du passage de la meule à céréales de type hopper-rubber à la meule rotative [ROCCAGLORIOSA I. 309], de la diffusion du broyage mécanique des olives [ISAGER, SKYDSGAARD 1992. 60-61], de l’installation de pressoirs mécaniques [DE WAELE 1980]. C’est probablement dans l’Italie du Sud du début de l’époque hellénistique que fut mis au point le pressoir à vis, κοχλίας [AMOURETTI 1986. spéc. 253].

25 Le ive s. marque, dans le monde grec en général, les débuts de l’agronomie théorique : l’œuvre de Théophraste (372/1-287/6) aura des répercussions importantes. Mais c’est également l’époque de l’Economique de Xénophon, véritable guide de l’agriculteur débutant, notamment en ce qui concerne la viticulture. Celle-ci y est littéralement démythifiée : Ischomaque montre qu’elle n’a vraiment rien de sorcier (XIX 18). En Italie méridionale, différents personnages manifestent un intérêt pour l’agriculture. C’est le cas d’Archytas (Aristoxenos, dans Jambl., Vie Pyth., 197 : περ τν γεωργίαν έπιμέλειας ; ν. VATTUONE 1976-77. 297-298), qui a rédigé un traité Περ Γεωργίας dont on trouve l’écho dans Varron (RR, I 1,8). Lykos de Rhégion est un auteur du ive s. qui s’est, entre autre choses, intéressé à l’arboriculture : son œuvre est perdue, mais elle était sans aucun doute importante, car elle a retenu l’attention de Pline (p. 27). Hiéron II traduit fiscalement son intérêt pour l’agriculture à travers la Lex qui porte son nom ; il a également rédigé un ou plusieurs ouvrages concernant l’agriculture (Varr., RR., I 1,8). Plusieurs dirigeants siciliens portent de toute évidence un intérêt à l’arboriculture et l’horticulture : c’est le cas de Denys l’Ancien (Pline, ΗΝ XII 7), de Denys le Jeune (Platon, Lettres XIII 361b) et de Hiéron II (qui prend soin de faire placer sur le pont supérieur du navire Syracuse des ϕυτείαι et des άμπελοι empotées et irriguées : Moschion, dans Athén., Deipn., V 207d). V. également l’évocation que fait Silènos de Kalè Aktè, historien du iiie/iie s., d’un célèbre jardin/verger situé περ Συρακοσας (dans Athén., Deipn., XII 542a).

26

27 Pour le lien peuplement décentré-arboriculture, v. M. Gualtieri, dans ROCCAGLORIOSA I. 215 ; GUALTIERI, POLIGNAC 1991. 198-199.

28 L’expression est empruntée à BRESC 1986. 178.

29 Dans l’Egypte ptolémaïque, il n’est pas rare de voir des soldats ou des mercenaires recevoir un kleros fertile et devenir des agriculteurs [ROSTOVTZEFF 1941. 284-285].

30 DS., XIV 15,3.

31 On peut dans cette optique faire remarquer que rien ne permet d’affirmer, comme on l’a fait précisément pour Thourioi [GHINATTI 1974. 780 ; 1985. 4-5], que la viticulture de cette époque ne serait plus qu’un pâle reflet de celle pratiquée à l’époque archaïque. L’existence de l’appellation Thourinos, l’acclimatation du cépage Kapneios et la multiplication des établissements ruraux pratiquant les cultures de plantation indiquent au contraire le dynamisme du secteur viticole.

32 ROSTOVTZEFF 1941. 353-354.

33 PCZ I 59033.

34 Un mécanisme à peu près similaire se constate dans la Sicile médiévale [BRESC 1986. 191].

35 App., Hann., VII 57.

36 Celui de Nocera Terinese par exemple [VALENZA MELE 1989 ; 1991].

37 C’est le cas du monnayage d’Hipponion [VAN DER MERSCH 1985].

38 Strab., VI 2,3 (l’attention portée à l’appellation Mamertinos).

39 V. à ce propos les remarques mettant en évidence la complexité des mécanismes de consommation et de circulation des denrées comestibles dans le secteur de Roccagloriosa aux ive-iiie s., dans GUALTIERI, POLIGNAC 1991. 198.

40 L’opposition strabonienne a longtemps été interprétée de manière très stricte, puisqu’on estimait que la limite des cultures intensives correspondait à la limite du territoire de la polis, c’est-à-dire à la ligne des hautes collines. Mais les hauts-plateaux, les vallées internes et la moyenne montagne ne sont pas uniquement des paysages naturels où paissent des moutons, ou dans lesquels on va pour récolter du bois ou faire cueillette. L’élevage et ses dérivés (production de viande, de lait, de fromage, de laine) sont des activités importantes, mais l’économie des zones internes ne se limite pas à cela.

41 V. par exemple ROCCAGLORIOSA I. 198-199. On pourrait, pour schématiser, parler d’une économie des Barbares dans le sens que lui donne G. Duby, à savoir une association étroite entre agriculture et élevage, espace de pâture et de forêts.

42 V. notamment GUZZO, LUPPINO 1980. 867.

43 Les fouilles de Roccagloriosa montrent l’extension du vignoble du Bussento vers l’intérieur du Cilento (p. 46).

44 MOREL 1969a ; 1980a et b ; 1982 (spéc. 207-208) ; 1990. 272-275.

45 “In molti casi, nelle città dell’Occidente greco, l’artigianato sembra produire in funzione esclusiva di un mercato chiuso, limitato alla polis ed alla sua chora ; in questo quadro non sembla trovar posto la figura del mercante corne funzione economica a se [D’AGOSTINO 1973. 232].

46I commerci della Magna Grecia si chiudono progressivamente, con restrizioni di nuovo a limitati rapporti settoriali col mondo ‘indigeno’ ” ; “... riduzione ad una economia di sussistenza” [GHINATTI 1985. 4-6].

47 Pour la faible distribution des vases à figures rouges de Lucanie, v. TRENDALL 1967. 7 ; 1987. 21.

48 F. Lo Porto parle du “coatto isolazionismo” des céramiques à figures rouges de Lucanie centro-occidentale pendant la seconde moitié du IVe s. [LO PORTO 1971-73. 239].

49 Elles font avant tout l’objet de trafics à courte/moyenne distance, autour de la cité (le nombre de pièces retrouvées dans les habitats et les nécropoles, à proximité des ateliers, est particulièrement élevé), entre cités, ou vers des partenaires non-Grecs [MOREL 1982. 208].

50 Les porcs siciliens étaient réputés dans le monde grec et faisaient l’objet d’exportations à longue distance (v. leur commerce vers Athènes, à la fin du ve s., signalé par Hermippos, dans Athén., Deipn., I 27f ; vers l’Egypte, à la première moitié du iiie s., dans PCZ IV 59710 ; 59711).

51 Le poisson pêché au large de la Sicile et du Bruttium, surtout les thonidés, était réputé et faisait l’objet d’un commerce sous forme de conserves [CURTIS 1991. 85-96]. Les auteurs évoqués dans les Deipnosophistes y font allusion à différentes reprises et un passage de Moschion montre clairement l’ampleur que ces exportations pouvaient avoir : il évoque (dans Athén., Deipn., V 209a) l’envoi à destination d’Alexandrie de 10 000 amphores contenant du poisson sicilien. On doit à G. Purpura la publication de différentes pêcheries siciliennes dans Sicilia Archeologica (1982ss.) et il faut espérer qu’un travail de synthèse sera rapidement disponible concernant ce secteur de l’économie, lui aussi étroitement lié à la fabrication des amphores de transport (d’intéressantes remarques à ce propos dans PURPURA 1989. 36, note 8), et à propos duquel on aimerait mieux connaître le rôle respectif des Grecs, Puniques et Italiques.

52 Les fromages siciliens, ceux de Syracuse notamment, étaient réputés et vendus au dehors (Hermippos, dans Athén., Deipn., I 27f).

53 La classique trilogie céréales-bois-métaux est à compléter par les esclaves, le vin, la viande, l’huile, le poisson.

54 Le Mamertin est un tout grand vin et sa notoriété comparable au Faleme ou au Lesbos (Vitr., De arch., VIII 3,12 ; Mart., XIII 117). Dans un passage bien connu de Pline (ΗΝ XIV 66), il est mentionné juste après les vins des terroirs du Faleme, d’Albe et de Sorrente.

55 Le Greco di Bianco, comme d’autres vins des régions étudiées ici, est produit selon des techniques vinicoles héritées de l’antiquité [MILLON 1991. 478-480].

56 Pline considère l’Eugenia de Tauromenion comme un cépage grec d’importation, au même titre que la Graecula de Chios ou Thasos (ΗΝ XIV 25).

57 Les ramifications très complexes de l’Aminaios entre l’époque classique et l’époque républicaine (Pline, ΗΝ XIV 21-22 ; Col., RR III 2,7ss.) sont un bon exemple. V. TCHERNIA 1986. s.v. Aminea.

58 Le plant Murgentina, acclimaté dans la région de Pompéi, va prendre le nom de Pompeiana (Col., RR III 2,27) ; il est à l’origine de vignobles de Campanie (Pline, ΗΝ XIV 35) et d’Etrurie, à Clusium (Pline, ΗΝ XIV 38). L’Eugeneum de Tauromenion est un des cépages constitutifs de l’important vignoble latial des Colli Albani, d’où proviennent les Albana vina qui comptent parmi les meilleurs de l’Italie romaine (Pline, ΗΝ XIV 64). Cet Eugeneum, qui s’est développé sur les terrains volcaniques des flancs de l’Etna, a retrouvé dans les environs des cratères d’Albano et Nemi des terres volcaniques riches en potassium. Columelle (RR III 2,16) ne nous étonne guère en signalant que les Eugeniae dégénèrent en dehors des Colli Albani. L’Aminaios, dont la zone intiale de développement se situe au sud du Silaris, a gagné à une époque vraisemblablement assez ancienne les alentours du Vésuve et les collines de Sorrente (in Vesuvio monte Surrentinisque collibus) ; il sera par la suite cultivé in reliquis Italiae partibus (Pline, ΗΝ XIV 22 ; Col, RR III 2,10). Pour l’acclimatation de ces cépages méridionaux, v. TCHERNIA 1986. spéc. 49-50.

59 ANDRÉ 1952. 141.

60 Georg., II 93 ; v. également Pline, ΗΝ XIV 39 (Lagea vitis).

61 L’appellation, dérivée de λάγος (ion. et dor. pour λαγώς), lièvre, serait à comprendre comme vin roux, couleur de lièvre.

62 Varr., RR II 5,4 ; Virg., Géorg., II 102 ; Col., RR III 2,1 ; Pline, ΗΝ XIV 15 ; 42.

63 L’ ἀμπλος βουμάστος est originaire du bassin oriental et bien connue en Egypte ptolémaïque. On la trouve mentionnée dans les Archives de Zénon [PCZ I 59033] à côté d’autres vignes de qualité, comme celles de Mendé, de Cilicie, de Maronée, d’Alexandrie, ainsi que de la Kapneios dont on vient de voir (p. 152) qu’elle fut, elle aussi, transplantée en Grande Grèce.

64 Dans Athén., Deipn., I 31e.

65 A. Desrousseaux traduit par vin fumé sur base du vinum fumo inveteratum de Pline (ΗΝ XXIII 40).

66 Phérécratès, dans Athén., Deipn., VI 269d.

67 VAISIERE 1941. 99-104.

68 ΗΝ XIV 27,3.

69 JÜNGER 1970. 27.

Table des illustrations

Titre ACCLIMATATION DE CÉPAGES D’ITALIE DU SUD
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable