Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile

 | 
Christian Vandermersch

V. Consommation et Circulation

Texte intégral

  • 1 Ces établissements peuvent vendre une partie de leur vin et huile afin d’acquérir des objets manufa (...)
  • 2 Alexis, dans Athén., Deipn., X 431e. Le vin nouveau est normalement apporté le jour des Χόες ; il a (...)
  • 3 Pour l’intervention de marchands dans la vente des produits de la ferme, notamment le vin et l’huil (...)

1Une partie des vins produits dans l’Italie du Sud grecque se consomme dans l’établissement rural proprement dit, en ville, ou dans le voisinage immédiat. Les poleis littorales absorbent logiquement une partie de la production des vignobles suburbains. Ces cités drainent également, comme en d’autres endroits du monde grec, une partie de celle des établissements de l’arrière-pays1. Ceci peut s’opérer de trois façons : en direct (le viticulteur amène son vin ἐν ταῖς ἁμάξαις, sur les chariots2) ; par l’intermédiaire de marchands3 ; par l’intermédiaire de marchés agricoles situés en des endroits précis du territoire. Aucun document ne permet de se faire une idée précise des mécanismes en vigueur en Italie du Sud.

  • 4 Poli, IX 47.
  • 5 PCG Fr. 310.

2Dans la cité côtière, une zone précise de l’agora (ὁ οἶνος)4 pouvait être réservée à la vente de vin : dans les Héros, Aristophane évoque un personnage se rendant ἐς τὸν οἶνον, au marché du vin5. Il est possible que le dépôt d’amphores situé dans l’agora commerciale de Kamarina (p. 117) ait été en relation avec une structure commerciale de ce genre.

  • 6 Différentes fêtes religieuses amènent un état d’ébriété avancé. Dans la Sicile du ive s., il est co (...)
  • 7 V. notamment Aristote, dans Athén., Deipn., XII 527c ; Archestrate, dans Athén., Deipn., III 101c-d

3La consommation de vin, qu’elle soit quotidienne ou festive6, connaît une nette progression dans l’Italie du Sud des ive-iiie s., particulièrement bien documentée en milieu urbain7. L’excès arrive vite et la μέθη fait des ravages dans les différentes couches de la population.

  • 8 Dans Athén., Deipn., I 6e-f.
  • 9 Id. X 435d-436b.
  • 10 Id. X 437b.
  • 11 Id. X 435e.
  • 12 Timée, dans Athén., Deipn., X 437b.

4Phainias8 rapporte que Denys l’Ancien aimait s’enivrer (συνεμέθυε) en compagnie du poète Philoxenos de Cythère ; Théopompe9 et Timée10 soulignent que des personnages aussi en vue que Nysaios et Apollocrates, les fils de Denys l’Ancien, ou Hipparinos, le fils de Denys le Jeune, sont des alcooliques invétérés. Dans sa Συρακοσιων Πολιτεια, Aristote11 prend la peine de souligner que la μέθη de Denys le Jeune avait gravement endommagé sa vue. Ces dirigeants sont au diapason de l’air du temps, puisque, à l’occasion d’un défi bachique se déroulant dans le cadre de l’importante Fête des Chous syracusaine, c’est un philosophe, Xénocratès, qui devance tout le monde pour boire son chous en un temps record12. Certes, le Syracuse est fort agréable (p. 48), mais de là à en boire d’un coup plus de trois litres...

  • 13 Anth., VII 455.

5De nombreux cas de μέθη s’observent également dans les classes sociales moins favorisées, tant dans la population masculine que féminine, comme l’indique une épigramme consacrée par Léonidas de Tarente à une vieille ivrogne13.

M αρωνὶς ἡ Φίλοινος, ἡ πίθων σποδος,
ἐνταῦθα κεται γρῆϋς, ἦs ὑπὲρ τάΦου
γνωστὸν πρόκειται πᾶσιν ’Aττικὴ κύλιξ.
στένει δὲ καὶ Υᾶρ νέρθεν, οὐχ ὑπὲρ τέκνων,
οὐδ’ ἀνδρός, οὕs λέλοπεν ἐνδεεῖs βίου.
ἓν δ’ ἀντὶ πάντων, οὕνεχ’ ἡ κύλιξ κενή.
Ci-gît Marônis, la vieille ivrogne, celle qui met à sec les jarres.
Sur sa tombe se trouve un kylix attique, symbole connu de tous.
Sous terre aussi elle se lamente, non sur ses enfants,
ni sur son mari, qu’elle a laissé dépourvus devant la vie,
mais bien à cause du kylix vide
.

  • 14 V. par exemple Timée, dans Athén., Deipn., II 37b-e.

6Ces excès de consommation ne sont pas isolés et il apparaît que les autorités ont souvent fort à faire pour modérer l’ardeur des buveurs14.

  • 15 L’élévation du niveau de vie moyen est tangible dans la Grande Grèce et la Sicile des ive-iiie s. C (...)
  • 16 L’utilisation courante de petites dénominations de bronze reflète, on le sait, l’augmentation des t (...)
  • 17 L’élargissement du corps civique et l’augmentation de la composante italique sont des facteurs impo (...)
  • 18 La consommation de vin en milieu aisé est étroitement liée à la pratique du banquet et à la diffusi (...)
  • 19 Le raffinement de la table atteint des sommets dans l’Italie du Sud des ive-iiie s. (v. notamment P (...)
  • 20 Les céramistes italiotes et siciliotes sont profondément imprégnés de l’imaginaire dionysiaque et c (...)

7Comment expliquer cette augmentation de la consommation ? Par une conjonction de facteurs d’ordre matériel (élévation du niveau de vie moyen15, augmentation des transactions au détail16), social (élargissement du corps civique17, importance du banquet18 et du raffinement de la table dans les classes sociales supérieures19) et idéologique (popularisation de l’imaginaire dionysiaque20). Le cercle des consommateurs s’élargit, la consommation du vin se banalise progressivement, la demande pour les vins de haut-de-gamme est soutenue. Un effet boule de neige se produit à ce moment entre le secteur viticole et l’attitude des consommateurs, l’accroissement de la consommation entraînant automatiquement des répercussions sur le vignoble.

  • 21 Il est possible de se faire une idée de cette consommation en partant des chiffres moyens retenus p (...)

8Cela dit, si la consommation des grandes poleis littorales est sans aucun doute conséquente21, la production de vin dépasse dans un certain nombre de cas les besoins spécifiques d’un territoire. Quelques textes, peu nombreux mais explicites, font allusion à une circulation de vin à l’extérieur des zones de production. On relève notamment un passage de Timée, concernant Sybaris, dans lequel il est question d’une part de consommation locale et d’autre part d’une commercialisation à l’extérieur.

  • 22 Dans Athén., Deipn., XII 519d.
  • 23 GHINATTI 1974. 780, parle à juste titre de l’Überfluss de la production vinicole de Sybaris.

Timée22, parlant du vin produit dans les campagnes de Sybaris, précise qu’une partie est vendue en-dehors du pays et qu’une autre est amenée en ville au moyen d’embarcations : τòν μὲν [τῶν οἴνων ] ἔξω τῆς χωρας πιπράσθαι, τὸν δὲ είς την πόλιν τοῖς πλοίοις διακομίζεσθαι. La formule τὸν μὲν...τὸν δέ traduit clairement les deux débouchés23 ; la formule ἔξω τῆς χώρας pourrait désigner l’hinterland lucanien, mais évoque plus vraisemblablement un commerce maritime.

9Deux passages de Diodore à propos de cités siciliotes sont également très clairs : il en sera question dans quelques lignes.

10Quels sont les débouchés pour les vins italiotes et siciliotes en-dehors des zones de production ? A peu près les mêmes que dans le cas de Marseille ou des cités de mer Noire : les populations non-grecques de l’hinterland ou des zones limitrophes d’une part, le commerce maritime de l’autre.

L’INTÉRIEUR DE LA GRANDE GRÈCE

  • 24 Sur ce point, v. TAGLIENTE 1985 ; M. Tagliente, Mondo etrusco-campano e mondo indigeno dell’Italia (...)
  • 25 Chez le Peintre de Pisticci par exemple : JIRCIK 1990. 359, tableau 1.
  • 26 A. Bottini, dans BOTTINI, TAGLIENTE 1990. 206-220.
  • 27 Dès la fin du ve s., les Italiques pratiquent le κοτταβs, comme l’indiquent les tombes de Poseidoni (...)
  • 28 V. notamment GUZZO, LUPPINO 1980. spéc. 853 ; GUZZO 1983. 206 ; le volume ITALICI.
  • 29 La céramique destinée au service du vin, y compris des pièces comme des cratères à figures rouges a (...)

11La ϕιλοινία qui règne aux ive-iiie s. dans les secteurs italiques de l’intérieur est le pendant d’une distribution agressive pratiquée par les Italiotes depuis l’époque archaïque24. Cette attirance se constate à tous les niveaux : utilisation de services à vin articulés dans la vie courante, prédilection pour les scènes liées à la consommation de vin dans la céramique peinte25, adoption de l’imaginaire dionysiaque à travers la célébration des Anthestéries26 et les diverses facettes du symposion27. Comme à l’époque archaïque, la corrélation est étroite entre les différentes composantes du monde du vin : conteneurs, vaisselle quotidienne, services de cérémonie en céramique et métal28. Toutefois, comme sur le littoral, le vin perd progressivement son caractère aristocratique pour pénétrer les différentes classes de la société29.

  • 30 Les amphores égéennes de Tiriolo [SPADEA 1977. 148], Roccagloriosa [ROCCAGLORIOSA I. 279] et Lavell (...)
  • 31 The uncertainty conceming the contents of the amphoras (oil or wine ?) and the fact that at least (...)
  • 32 VAL D’AGRI. 25. Un pithos a été découvert sous les décombres du four.

12Comme à l’époque archaïque, les cités côtières peuvent redistribuer des amphores provenant d’ailleurs30. Mais elles commercent également le vin produit dans le secteur littoral. Cela dit, la circulation des amphores italiotes dans l’intérieur n’est pas facile à analyser, comme l’a souligné P. G. Guzzo31. Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, on connaît encore mal le matériel amphorique de l’hinterland : l’attention s’est focalisée essentiellement sur la céramique figurée et vernissée. D’autre part, des cités gréco-italiques du littoral (ex. : Hipponion), ainsi que des centres italiques de l’intérieur (ex. : Roccagloriosa) produisent des conteneurs très semblables à ceux des cités italiotes. En règle générale, le nombre d’ateliers fabricant des grands conteneurs s’accroît dans l’intérieur, et ce même en des endroits difficiles d’accès : à Costarelle (com. de Tramutola), dans le paysage tourmenté du haut val d’Agri, un habitat lucanien fabrique des pithoi à la fin ive-début iiie s.32 La situation est ultérieurement compliquée par le fait que les rares timbres signalés jusqu’à présent sur des amphores mgs trouvées dans l’hinterland sont anépigraphes : il n’est donc pas possible de les utiliser afin de distinguer le matériel provenant du littoral de celui produit dans l’intérieur.

  • 33 GUZZO, GRECO 1978.

13On peut faire pour l’instant trois remarques. D’abord, un lien étroit existe entre les amphores vinaires italiotes et la céramique à figures rouges. Or, comme la majorité de la vaisselle figurée circulant dans l’intérieur à partir des dernières décennies du ve s. est de production italiote – et ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les objets liés à la consommation du vin –, il est logique de penser qu’une partie au moins des amphores provient, elle aussi, d’ateliers littoraux. Cela semble le cas, si l’on en juge par le matériel qui accompagne l’amphore achrome dans les tombes de Cariati, Castrolibero, Castelluccio, Rivello, Eboli, etc. C’est le cas également d’une partie du matériel amphorique des habitats lucaniens ou bruttiens connus jusqu’à présent, entre autres Tiriolo, Strangoli, Serra di Vaglio, Roccagloriosa. Autre remarque : on trouve dans l’hinterland la même association amphore italiote-amphore punique que sur les sites littoraux, comme S. Maria del Cedro par exemple33. C’est le cas notamment à Roccagloriosa, Marsico Nuovo, Serra di Vaglio. Une troisième remarque est que l’adoption de formes amphoriques littorales par des ateliers bruttiens et lucaniens de l’arrière-pays suppose une diffusion préalable de ce matériel.

14Une partie de ce trafic vers des sites lucaniens et bruttiens a pu procéder par capillarité. Mais le commerce de la vaisselle à figures rouges et des accessoires (notamment ceux en métal) semble souvent s’articuler de manière cohérente et suivie, comme il ressort par exemple de la distribution géographique de thèmes iconographiques. Il en est vraisemblablement allé de même pour le vin proprement dit. Les marchés ruraux, pour mal documentés qu’ils soient, ont dû jouer un rôle significatif.

L’HINTERLAND DE LA GRANDE GRECE

L’HINTERLAND DE LA GRANDE GRECE
  • 34 DION 1959. 56.

15Le Binnenmarkt italique représente, au moins dans la première partie de la période envisagée ici (fin ve-ive s.), un important débouché pour les vins italiotes. Ceci est particulièrement vrai pour les vignobles installées en bordure de voies d’accès vers les hautes terres, étant donné que, de tout temps, “la montagne paye bien et, par surcroît, se montre peu difficile sur la qualité”34. La circulation des amphores italiotes n’est cependant pas facile à saisir, car il faut arriver à discerner – tout comme pour la céramique à vernis noir par exemple – ce qui est italiote, gréco-italique, voire italique. Il faut également tenir compte de l’utilisation d’outres en peau, qui continue à l’époque qui nous occupe (v. l’alternance outres-amphores dans l’iconographie posidoniate) et amène à envisager des mécanismes de rupture de charge. Cela dit, l’analyse de la circulation amphorique dans les zones internes permettra de mieux comprendre les rapports que Grecs et non-Grecs entretiennent à travers le monde du vin, des rapports qui ont essentiellement été analysés jusqu’à présent à travers la céramique fine et les objets en métal.

LE COMMERCE MARITIME

16Si certains vignobles sont installés en bordure de voies d’accès vers l’intérieur – c’est le cas du haut vignoble du Crati –, d’autres se trouvent en prise directe avec un port de mer : Messana, Tauromenion, Syracuse, Agrigente... (p. 57). Il est donc normal qu’il y ait, à côté d’une circulation vers l’hinterland des cités magno-grecques, une circulation par voie maritime. Un auteur au moins, Diodore de Sicile, fournit une information parfaitement explicite sur ce point.

  • 35 XIII 81,4-5.
  • 36 BAILLY 1950. s.v.

Diodore35 mentionne des exportations de vin et d’huile d’Agrigente à la fin Ve s. Si les Agrigentins sont devenus très prospères (εὐδαιμονίας πλήρη), c’est avant tout grâce à la vente du produit de leurs vignobles (ἀμπελῶνες τοῖς μεΥέθεσι καὶ τῷ κάλλει διαϕέροντες) et oliveraies (ὲλα-ίαι) à Carthage et en Libye (Kαρπòν ἐπωλουν εἰς Καρχηδόνα... Λιβύην). Il insiste sur les énormes gains réalisés par les Agrigentins (οὐσίας ἀπίστους τοῖς μεγέθεσι ἐκέκτηντο), du fait de la richesse de la Libye : τὸν ἐκ τῆς Λιβύης ἀντιΦορτιζόμενοι πλοῦτον. Le terme ἀντιϕορτίζω évoque concrètement une transaction commerciale : importer ou recevoir en échange de marchandises exportées36.

  • 37 XVI 83, 1-2. V. également p. 142.

17Une autre remarque faite par Diodore37, portant sur les années suivant 339-8, souligne la manière dont les Siciliotes vendent, avantageusement (λυσιτελῶς), les fruits qu’ils ont récoltés (καρποί) à des marchands. Ces deux passages font allusion à un commerce vers l’extérieur, synonyme de commerce maritime. On trouve effectivement des traces matérielles de ces exportations dans différentes épaves, ainsi que dans la distribution du matériel amphorique en Italie méridionale même et au-dehors.

18Avant d’évoquer les principaux documents disponibles, il faut rappeler deux obstacles qui entravent l’analyse de la circulation des amphores vinaires aux ive-iiie s., tant dans le cadre de l’Italie méridionale proprement dite qu’à l’extérieur.

    • 38 Nombreuses sont les zones réceptrices qui s’empressent d’imiter les formes d’usage courant qui leur (...)

    L’imitation d’une forme céramique par une zone réceptrice est un phénomène largement répandu à ce moment38 et touche également les amphores de transport. A.-M. Bisi a souligné ce problème en Afrique du Nord, S. de Luca de Marco à Spina, D. Cerdà dans les Baléares. Les timbres amphoriques sont souvent indispensables pour trancher la question et c’est la raison pour laquelle ce chapitre fait, autant que cela se peut, appel à ces derniers.

    • 39 Une seule épave suffit par exemple pour modifier substantiellement le panorama existant : cela a ét (...)

    On connaît toujours mal le matériel amphorique de différentes zones de Méditerranée centrale (Sardaigne, Malte et Afrique du Nord) et occidentale (Espagne) : le hasard des trouvailles y est prépondérant39.

19L’Italie méridionale. Le commerce maritime entre les cités grecques, gréco-italiques et puniques d’Italie méridionale est un point qui a été peu étudié. Les textes ne font, il est vrai, aucune allusion à ce commerce inter-cités en temps normal : ils se contentent d’évoquer les livraisons effectuées dans des circonstances extraordinaires (siège par exemple). Or on sait que la mer est le trait d’union par excellence de cette région dans laquelle le relief accidenté rend souvent le transport terrestre difficile. Les denrées comestibles circulent aux ive-iiie s. en fonction des nécessités spécifiques des différents secteurs ou des impératifs de transit vers des centres du commerce maritime. Cela dit, l’adoption de formes amphoriques par différentes cités (p. 89-90) constitue un sérieux obstacle lorsqu’il s’agit d’analyser la circulation des conteneurs non estampillés. La question se complique ultérieurement lorsque le matériel provient de zones portuaires, dans la mesure où différentes hypothèses sont possibles.

  • 40 C’est le cas par exemple d’un testaccio du iiie s. à Messine [SCIBONA 1987. 453].

20La distribution des timbres est pour l’instant le reflet le plus sûr de ces trafics le long des côtes d’Italie du Sud. ΑΝΔΡΩΝΟΣ, ΒΙΩ/ΒΙΩΤΩ, ΕΥΞΕΝΟΥ, ΛΕΠΤΙΝΑ, tr. loisio ont été signalés en différents emporia italiotes, siciliotes et puniques, et reflètent une circulation qui appelle deux remarques. D’abord, elle est d’autant plus intéressante qu’on connaît encore mal les timbres d’Italie méridionale et que des cités portuaires aussi actives que Crotone, Velia, Messana, Agrigente et Palerme n’ont livré pour l’instant quasiment aucune information en matière d’épigraphie amphorique (différents dépôts d’amphores en relation avec des zones portuaires attendent encore leur publication40). On peut donc logiquement s’attendre à un accroissement de la documentation dans les années à venir. Une deuxième remarque est qu’on ne peut parler de commerce local/régional, car les distances en jeu sont importantes : la distance Messana-Agrigente (c. 300 km) est le double d’Athènes-Délos (c. 150 km) ; et Agrigente-Tarente (c. 650 km) est nettement plus long que Cosa-Marseille (c. 550 km).

  • 41 CAMERATA SCOVAZZO, CASTELLANA 1981.
  • 42 G. Purpura, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 3. 148, n°59.
  • 43 LILYBAEUM. 287, fig. 181b, n° inv. SI/150/74.
  • 44 Rocca di Calatubo, Monte Finestrelle et Montagnola di Sferracavallo [GIUSTOLISI 1986] ; S. Vito, pr (...)
  • 45 BISI 1971. 29-31, fig. III (amphores de petites dimensions avec décor phytomorphe, de la nécropole (...)
  • 46 BECHTOLD, VALENTE 1990. spéc. pl. 2 (n° inv. US 46-7).
  • 47 Motyè et Solanto comptent, aux ve-ive s., parmi les centres de production des amphores puniques en (...)

21Des amphores mgs ii-vi arrivent également dans les cités puniques de Sicile occidentale, un secteur qui draine quantité de produits manufacturés d’origine grecque. Différentes trouvailles de terre-ferme (amphores mgs ii de la nécropole de Palerme41) et sous-marines (amphores mgs iii des environs de Trapani42 et Lilibeo43) reflètent l’arrivée de ce matériel au ive s. Au iiie s., la difficulté est de distinguer les conteneurs provenant d’ateliers grecs ou gréco-italiques de ceux réalisés localement. Sur différents sites des alentours de Trapani, Alcamo et Palerme44, des amphores présentant les caractéristiques des mgs v et vi se retrouvent systématiquement en compagnie de conteneurs puniques (Maña C1 notamment), sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’agit de pièces locales ou venant du secteur grec. Dans certains cas, majoritairement pour du matériel de la fin du iiie s. ou postérieur, les détails de fabrication ou le décor phytomorphe insolite indiquent un atelier punique45. La récente publication d’un atelier céramique de Marsala a confirmé la production, dans le secteur punique, d’amphores imitant les mgs vi, et ce dès la seconde moitié du iiie s.46 Ceci ne surprend guère, dans la mesure où ces ateliers puniques de Sicile occidentale possèdent une sérieuse tradition de production amphorique47.

22Cela dit, la distribution des cinq timbres dont il est question ci-dessus atteste, si besoin en était, qu’une partie du matériel provient bien d’ateliers grecs ou gréco-italiques. Erice est un site particulièrement intéressant : des centaines d’anses timbrées y ont été découvertes et si l’intérêt s’est essentiellement porté sur les estampilles égéennes et latines, on note la présence de différentes marques d’Italie du Sud (notamment ΑΝΔΡΩΝΟΣ, Γ. ΑΡΙCΤΩΝ/C.ARICTO, BIΩ/BIΩΤΩ, ΔΙΩ, ΕΥΞENOY, TR. LOISIO, NΥΜΦΟΔΡΟΥ et ΠΑΡ) [v. index]. Le port d’Erice, Trapani, fut une des plus importantes bases navales puniques jusqu’en 241, date à laquelle il passe sous contrôle romain : il a certainement joué un rôle de premier plan dans la redistribution de matériel amphorique, non seulement en Sicile occidentale, mais aussi vers des destinations plus lointaines comme la Tunisie et l’extrême Occident (v. infra).

L’ITALIE MERIDIONALE

L’ITALIE MERIDIONALE
  • 48 Kallias, dans ses Περ γαθοκλέα στορίαι (dans Athén., Deipn., XII 542a), signale que toute la rég (...)
  • 49 DS., XIV 48,5.
  • 50 La province de Palerme produit actuellement des vins rouge d’excellente facture (Corvo, Zucco, Rega (...)
  • 51 P. 50. Pour la possibilité d’un développement significatif de la viticulture dans la Sicile punique (...)

23Il serait intéressant, pour mieux comprendre la circulation des amphores vinaires grecques dans la Sicile punique, de savoir ce qu’il en est exactement de la production de vin dans ce secteur aux ive-iiie s., un point qui n’est pas clair. La première mention explicite d’un vin de ce secteur (celui d’Entella) remonte à l’époque romaine, mais plusieurs auteurs signalent l’existence à ce moment de vergers de taille importante aux alentours de Palerme48, Soloeis et Halikai49. Il est à peine besoin de rappeler à quel point la vallée du Belice, la conca de Palerme et le triangle Ségeste-Eryx-Lilybée sont parfaitement adaptés à la viticulture50. L’existence à Agrigente d’un important vignoble à l’époque classique aurait pu servir de catalyseur51.

24C’est essentiellement à travers la distribution des timbres qu’on commence à percevoir la circulation des amphores de Grande Grèce et de Sicile à l’intérieur même de l’étendue géographique que représente l’Italie du Sud. Cette circulation dépasse visiblement un simple cadre local ou régional dans la mesure où plusieurs timbres se retrouvent dans des cités portuaires distantes de 300, voire 500 km. On constate, dans les années 330-210, un lien étroit entre la distribution des timbres amphoriques et les pôles d’un commerce maritime qui intéresse -directement, ou pour des raisons de transit – à la fois les zones grecques, puniques et gréco-italiques.

  • 52 DS., XVI 81,1.
  • 53 DS., XXIII 21.

25En marge de la distribution normale, pourrait-on dire, de vin vers l’hinterland de la Grande Grèce et en direction des zones puniques de Sicile occidentale, les mouvements de troupes et la présence de mercenaires ont amené une demande particulièrement élevée en des moments précis des ive-iiie s. Deux exemples parmi d’autres : lorsque les troupes carthaginoises se déplacent en Sicile à l’époque de Timoléon, elles transportent avec elles une grande quantité de vaisselle à boire52 ; les mercenaires celtes qui rôdent dans l’île vers le milieu du iiie s. constituent quant à eux un marché de choix pour les négociants en vin53.

26L’Afrique du Nord punique. Des vins siciliotes sont commercialisés en Afrique du Nord. Diodore, nous l’avons vu, cite nommément Carthage et la Lybie comme destinations à la fin Ve s. du vin et de l’huile produits à Agrigente. La métropole punique devait représenter une destination en soi, mais également le point à partir duquel les produits siciliotes pouvaient être redistribués vers d’autres cités puniques de Tunisie. Λιβύη désigne la région entre les Syrtes et l’Egypte, principalement la Cyrénaïque : on pense notamment aux cités de Cyrène et Apollonia.

27Il y a tout lieu d’imaginer qu’Agrigente n’a pas été la seule cité siciliote à s’être engagée dans ce commerce en direction du littoral africain. Certes, en tant que principal port de la côte méridionale, il s’agit d’un interlocuteur privilégié. Mais d’autres cités de Sicile méridionale pouvaient aisément écouler une partie de leur production en Afrique du Nord. Le canal de Sicile, avec ses îles, est plus un trait d’union qu’un obstacle et la densité de l’occupation entre Utique et Leptis devait rendre ce marché particulièrement intéressant.

  • 54 WOLFF 1986. 141-147.
  • 55 BISI 1985 ; WOLFF 1986. 149-150.
  • 56 V. note 56 supra.

28Il est donc regrettable qu’on connaisse si mal le matériel amphorique grec d’Afrique du Nord (même celui de sites-clés comme Carthage ou Leptis). Les amphores grecques des ve-ive s. signalées jusqu’à présent sont généralement attribuées au bassin Egéen, à Corinthe ou à Marseille54 ; celles d’époque hellénistique à Rhodes ou Cos55. Ce n’est qu’à partir du IIe s. qu’il est question de vin italien, avec l’arrivée de gréco-italiques de la zone campano-latiale, puis de Dr. 1. Pourtant, des amphores mgs des ive-iiie s. ont été trouvées en différents endroits [v. carte]. A.-M. Bisi56 a estimé qu’il devait s’agir d’imitations réalisées dans des ateliers puniques, mais plusieurs timbres indiquent qu’une partie provient bien de zones grecques et gréco-italiques.

  • 57 VEGAS 1987. spéc. 373.
  • 58 Id. 393, n° 114.
  • 59 KARTHAGO I. 40, n° 85 (bord mgs vi) ; 40, n°96 (bord mgs iv/v) ; 180, n°35 (col mgs iii).
  • 60 WOLFF 1986.
  • 61 The evidence of the Greco-Italic amphoras (as well as black glaze ware) points toward fairly vigor (...)

29Des constatations faites par M. Vegas et S. Wolff à Carthage ne manquent pas d’intérêt en ce qui concerne la circulation des amphores d’Italie du Sud. Dans la stratigraphie d’une rue menant à l’enceinte (secteur du bord de mer), M. Vegas57 examine quelques dizaines de fragments d’amphores et constate la présence, à côté de matériel de Marseille ( ?), Corinthe (corinthienne A’), Mendé ( ?), Rhodes (un fragment de la fin iiie-début iie s.) et d’autres centres non identifiés, d’un nombre significatif de gréco-italiques. En ce qui concerne ce dernier groupe, différents fragments proviennent de couches du ive et du iiie s. et leur origine la plus probable est la Sicile. M. Vegas58 souligne en effet très justement le rapprochement entre un fragment de col et une amphore mgs iii de la nécropole de Lipari (T. 469), dont il a été question au chap. iii. Des fragments d’amphores mgs iii, v et vi ont été trouvés en d’autres endroits des fouilles allemandes, et les informations stratigraphiques se révèlent, en plusieurs cas, intéressantes sur le plan chronologique59. S. Wolff a pour sa part étudié du matériel retrouvé dans le port commercial, qui s’échelonne entre le ive s. et la destruction de 14660. Il note le nombre élevé de corinthiennes B et de massaliètes au ive s. mais aussi, à partir de la fin ive/début iiie s., une présence consistante de gréco-italiques61. Il s’agit d’un matériel très fragmentaire, mais trois estampilles en caractères grecs éveillent l’attention. V. Grace estime que l’une d’entre elles, X( )PME( ), doit être siciliote, ce qui semble effectivement le cas [v. index].

L’AFRIQUE DU NORD PUNIQUE

L’AFRIQUE DU NORD PUNIQUE
  • 62 Les documents attestant l’arrivage d’amphores d’Italie du Sud à Carthage sont un passage de Diodore (...)
  • 63 Cette cité punique, particulièrement bien connue pour la période ive-première moitié iiie s., a liv (...)
  • 64 Une mgs iv bien conservée porte le timbre API [v. index].
  • 65 Deux tombes puniques d’époque hellénistique ont livré une vingtaine d’amphores, 6 puniques et 13 de (...)
  • 66 La nécropole des ve-iiie s. située sous la scène du théâtre de Leptis a livré plusieurs amphores gr (...)
  • 67 DS., XIII 81,5.
  • 68 Le matériel amphorique trouvé dans les fouilles de Sabratha est assez abondant pour la période qui (...)
  • 69 Des amphores gréco-italiques ont été signalées à Berenice, à côté d’amphores puniques, égéennes et (...)

Note 62
Note 63
Note 64
Note 65
Note 66
Note 67
Note 68
Note 69

  • 70 C’est au ive s. que la viticulture et l’oléiculture connaissent un réel essor sur le littoral de la (...)
  • 71 DS., XIV 77,5.
  • 72 La vaisselle à vernis noir de l’épave Secca di Capistello possède des similitudes marquées avec des (...)

30Si l’Afrique du Nord punique produit du vin aux ive-iiie s.70, cela n’a de toute évidence pas empêché l’arrivée de vins grecs, dont une partie provient assez logiquement de Sicile. Le nombre d’amphores mgs n’est pas très élevé jusqu’ici, mais elles incitent à une reprise du matériel amphorique, notamment à la lumière des informations de Diodore. On se trouve en présence d’un commerce suivi qu’il conviendrait de pouvoir analyser de façon plus approfondie. Dans cette optique, il est intéressant de relever l’introduction en 396 à Carthage d’un culte en l’honneur des déesses grecques de Sicile Déméter et Koré71 : c’est peu de temps après le moment où Diodore situe d’importantes exportations de vin et d’huile à partir d’Agrigente (toutes dernières années du ve s). Clôturons ce paragraphe en rappelant que l’Afrique du Nord punique est l’une des destinations plausibles pour les navires transportant des amphores grecques d’Italie du Sud retrouvés dans l’archipel des Éoliennes72.

31L’Ouest méditerranéen. Pour les Grecs d’Italie méridionale, l’Ouest méditerranéen commence aux Baléares et se poursuit dans les cités puniques de Bétique et de Catalogne, ainsi que chez les Celtes-Ibères du Languedoc-Roussillon : autant de débouchés possibles pour la céramique peinte, divers objets manufacturés et, pourquoi pas, le vin. Pourtant, la diffusion des produits de Sicile et de Grande Grèce dans ces secteurs est généralement considérée comme minime, voire inexistante aux ive-iiie s., même si des relations se notent dans des domaines comme l’enrôlement de mercenaires, la numismatique et le commerce des métaux.

  • 73 ROUILLARD 1991. 107ss.
  • 74 CUADRADO 1985 ; ROUILLARD 1991. 149-150.
  • 75 ROUILLARD 1991. 172-179.
  • 76 Id. 178.

32Ce sont principalement des produits attiques qui parviennent au ive s. sur les marchés ibérique et languedocien. Deux chiffres fournis par P. Rouillard73 donnent la mesure du phénomène : 73,8 % des importations grecques dans la péninsule ibérique datent de 400-330 et 97,7 % du matériel antérieur à 330 est attique. Le petit nombre de vases apuliens et campaniens reflète des arrivages sporadiques depuis l’Italie centro-méridionale74, qui ne paraît donc pas avoir joué de rôle significatif dans le trafic vers la péninsule ibérique. Cela dit, P. Rouillard75 fait remarquer que si 82,3 % de la céramique grecque qui arrive dans la péninsule ibérique avant 330 est destinée à la consommation de vin, le vin grec, lui, semble étrangement absent. Les amphores grecques du ive s. (au sens large) sont rares et le matériel signalé jusqu’ici entre Ullastret et l’embouchure du Segura se limite à un petit nombre de massaliètes et pseudo-ioniennes, ainsi qu’à des corinthiennes B76. Aucun timbre de cette période n’a apparemment été publié jusqu’à présent.

  • 77 V. les Actes de la Table ronde de Bordeaux (16-18 déc. 1986) “Grecs et Ibères au ive siècle avant J (...)
  • 78 VAN DER MERSCH 1989.

33Le matériel d’origine grecque retrouvé dans l’épave d’El Sec à Majorque (375/50)77 revêt dans cette optique une place polémique. Le chargement était constitué de plus de 350 vases attiques (à vernis noir et figures rouges) et près d’un demi-millier d’amphores, vinaires pour la plupart. Il appelle deux remarques à propos de la distribution du matériel amphorique grec vers l’Ouest78. D’une part, l’association est étroite sur ce navire entre la céramique à boire et les amphores vinaires. D’autre part, l’origine des conteneurs vinaires est très diversifiée puisque différents centres producteurs de l’Egée (Chios), du nord de la Grèce (Thasos, Mendé) et de mer Noire (Sinope) sont représentés, ne fût-ce qu’à un exemplaire ; on note également plusieurs dizaines d’amphores qui sont, selon toute vraisemblance, des mgs iv. Il paraît de prime abord difficile de concilier ces deux constatations avec le panorama offert par les fouilles de terre ferme du littoral espagnol. Pourtant, il serait dangereux de considérer l’épave d’El Sec comme exceptionnelle : il est plus raisonnable d’imaginer que notre connaissance du matériel amphorique des sites terrestres est encore très lacunaire.

34L’abondance de vaisselle à boire attique sur les sites du littoral espagnol confirme en tout cas un point qui ressort clairement du navire de El Sec, à savoir que le vin est l’un des principaux catalyseurs des importations en provenance des zones grecques. Il reste donc à espérer qu’on puisse identifier quels sont, dans l’extrême Occident, les conteneurs qui transportaient ce vin. La présence de conteneurs d’Italie méridionale dans l’épave de Majorque permet de se demander si on évalue correctement le rôle de la Sicile – grecque et punique – dans les trafics commerciaux du ive s. entre monde grec et monde ibérique, tant pour ce qui concerne la diffusion des vins de cette région que la redistribution de ceux provenant de Méditerranée orientale.

  • 79 V. par exemple le Cerro Macareno (Seville) [PELLICER CATALAN 1978. 390, n°1736].
  • 80 Ametlla de Mar [VILASECA 1957-58].
  • 81 J. Nolla et F. Nieto, dans AMPHORES ROMAINES. 369-370.
  • 82 A Ensérune, dans le Languedoc [JANNORAY 1955. 418].
  • 83 L’existence à Ibiza d’un atelier produisant des amphores gréco-italiques semble confirmée, tout au (...)

35Au iiie s., la situation dans ces zones occidentales est assez confuse. Des sites littoraux espagnols et du Languedoc79 ainsi que quelques gisements sous-marins80 ont livré des amphores appelées conventionnellement gréco-italiques : parfois en quantité élevée (69 % du matériel amphorique de Pech-Maho), parfois en quelques exemplaires81. Leur origine est discutée. Depuis la publication dans les années 50 d’une amphore gréco-italique (sic) portant un timbre en ibérique82, différents chercheurs, dont D. Cerdà et J. Ramón, estiment que les Baléares, le golfe du Lion (Languedoc-Roussillon) et peut-être la Catalogne produisent à ce moment une partie de ces amphores appelées gréco-italiques83. F. Benoit estimait pour sa part qu’elles devaient provenir en partie d’Italie centro-méridionale. On peut, dans l’optique de ce travail, faire trois remarques.

L’OUEST MÉDITERRANÉE

L’OUEST MÉDITERRANÉE
  • 84 Un certain nombre d’amphores de cette épave, datée des années 375/50, sont considérées par D. Cerdà (...)
  • 85 Timbre tr. loisio sur une amphore trouvée à Na Guardis, Ses Salines [v. index].
  • 86 Anse timbrée ΓΑΙΟC ΑΡΙCΤΩΝ provenant de Ciudadela [v. index].
  • 87 Cet habitat a livré une importante concentration d’amphores des années 250-200 c., dont un certain (...)
  • 88 Amphore trouvée en mer portant le timbre tr. loisio [v. index].
  • 89 Une amphore mgs v complète trouvée en mer au large d’Agde [LAUBENHEIMER 1990. 30].

Note 84
Note 85
Note 86
Note 87
Note 88
Note 89

    • 90 VENY, CERDA 1972. 310ss.
    • 91 J. Nolla et F. Nieto, dans AMPHORES ROMAINES. 376.

    Plusieurs gisements sous-marins des Baléares reflètent une association étroite entre des amphores de tradition punique (Maña C et D) et de tradition grecque (proches des mgs v) : c’est le cas notamment du gisement Cabrera B (275/25)90. Pareille association est, on le sait, caractéristique des sites terrestres et sous-marins du canal de Sicile. Il est pour l’instant difficile de faire la part de ce qui provient d’ateliers grecs et d’ateliers puniques, mais une origine sicilienne semble vraisemblable91.

    • 92 AMPHORES ROMAINES. 30-65.

    Des analyses effectuées par M. Picon et A. Tchernia sur le matériel amphorique du iiie s. d’Ampurias et du Languedoc indiquent qu’une partie est originaire de Campanie (probablement de la région de Pompéi), tandis que, pour une autre partie, une origine de la zone Grande Grèce et/ou Sicile n’est pas à exclure92.

    • 93 V. par exemple GISBERT SANTONJA 1985. 414, n°2.

    Les timbres amphoriques, quoique peu nombreux, sont d’un apport décisif. A côté de marques ne contenant qu’une lettre, sur lesquelles il est plus prudent de ne pas échafauder d’hypothèse93, quelques estampilles indiquent en effet qu’il s’agit d’amphores d’Italie méridionale : ANΔPΩΝΟΣ à Pech-Maho, tr.loisio à Majorque et au cap Béar.

  • 94 J. Nolla et F. Nieto, dans AMPHORES ROMAINES. 376.
  • 95 M. Passelac, G. Rancoule, Y. Solier, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 142-143.

36Il est difficile d’évaluer l’importance de ces arrivages du iiie s., qui paraissent de toute manière sans commune mesure avec ceux, massifs, de gréco-italiques dans les années suivant immédiatement la seconde guerre punique94. Cela dit, ils ont déclenché des imitations locales dans les dernières décennies du iiie s., en argile massaliète notamment95, et, à ce titre, méritent l’intérêt. Il serait donc utile de mieux connaître les circuits commerciaux empruntés par ces amphores d’Italie méridionale ainsi que la chronologie des arrivages.

  • 96 J. Nolla et F. Nieto [dans AMPHORES ROMAINES. 376] soulignent la nécessité d’une meilleure connaiss (...)

37De manière générale, une publication plus attentive du matériel terrestre des ive-iiie s., et surtout des rares timbres amphoriques, permettrait de préciser la place que les vins grecs, y compris ceux d’Italie méridionale, tiennent dans les trafics vers la péninsule ibérique96.

  • 97 V. notamment les Atti del Simposio di Ra vello Flotte e commercio nel mar Mediterraneo in epoca el (...)

38Le bassin tyrrhénien et le Midi. Le trafic maritime, en général, et la circulation des amphores commerciales, en particulier, s’intensifient au travers du bassin tyrrhénien tout au long des ive et iiie s., comme l’indique notamment le matériel céramique de l’archipel Éolien, des îles Pontines, de l’île d’Elbe97. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que des amphores vinaires d’Italie du Sud parviennent alors en différents endroits du littoral tyrrhénien.

LE BASSIN TYRRHÉNIEN ET LE MIDI

LE BASSIN TYRRHÉNIEN ET LE MIDI
  • 98 Tharros a livré un nombre important de fragments de conteneurs puniques (Maña C/D), ainsi que d’amp (...)
  • 99 Une dizaine d’amphores de la nécropole d’Aleria proviennent d’Italie méridionale : JEHASSE 1973. n° (...)
  • 100 Anses timbrées TINΘ et ETΞENOT [V. INDEX].
  • 101 Une amphore mgs iv complète portant un timbre effacé sur lequel se lit peut-être une lettre en grec (...)
  • 102 Une amphore mgs iii [ETRURIA MINERARIA. 110, n°478] et plusieurs mgs v ont été trouvées à Populonia (...)
  • 103 Trois amphores mgs iii bien conservées ont été trouvées à Orbetello même ou dans les environs [MANA (...)
  • 104 Une amphore mgs iv entière, trouvaille sous-marine sporadique [RELITTI DI STORIA. 42, n°19 et fig. (...)
  • 105 Une amphore mgs iv entière (découverte sous-marine sporadique) portant le timbre NOlΩ [v. index].
  • 106 La T. 112 de la nécropole de Gênes (c. 400-350) contenait une amphore mgs iii ainsi que deux cratèr (...)
  • 107 L’épave grecque de la Tour-Fondue a livré une quarantaine d’amphores massaliètes (portant des timbr (...)
  • 108 L’épave Plane 2, datée des années 400-380, transportait une cargaison associant du métal (lingots d (...)
  • 109 Timbre tr. loisio [v. index].

Note 98
Note 99
Note 100
Note 101
Note 102
Note 103
Note 104
Note 105
Note 106
Note 107
Note 108
Note 109

  • 110 V. les remarques de H. Tréziny, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 241-244. A l’exception de l’épave de la(...)
  • 111 Les timbres amphoriques grecs semblent, en règle générale, extrêmement rares en Sardaigne, estampil (...)
  • 112 LO SCHIAVO, D’ORIANO 1990. 154.
  • 113 TRONCHETTI 1985. 31.
  • 114 LO SCHIAVO, D’ORIANO 1990. 154.

39Sardaigne. Tharros est le seul site sarde qui ait livré un nombre significatif de fragments d’amphores commerciales grecques des ve et ive s. Un certain nombre de bords à profil en quart de cercle sont considérés comme massaliètes : mais ils ne présentent pas tous une argile et un profil caractéristiques des productions du littoral français, certains se rapprochant du matériel d’Italie du Sud examiné dans ces pages110. Il est cependant difficile de se prononcer, dans la mesure où il s’agit d’un matériel très fragmentaire, sur lequel n’apparaît aucun timbre111. Des amphores de la fin ive-début iiie s. évoquant les mgs v ont par ailleurs été signalées en différents endroits (Golfo Aranci, La Maddalena, Porto San Paolo etc.) mais il s’agit principalement de récupérations sous-marines mal documentées : R. D’Oriano a raison de parler de matériel provenant decircuiti tirrenici meridionali112, car il est difficile d’être plus précis pour l’instant. D’une manière générale, les relations existant au ive s. entre la Sardaigne et l’Italie du Sud grecque restent mal connues et empêchent d’aller plus loin dans l’analyse du matériel amphorique. C. Tronchetti parle d’una fortissima ellenizzazione del mondo punico di Sardegna113, mais la majeure partie du matériel, pour le ve et la première partie du ive s., est d’origine attique. Et, entre la fin du ive et les premières décennies du iiie s., le matériel d’origine siciliote ou italiote qui parvient dans l’île – en quantité limitée – serait arrivé à la remorque de céramique d’origine centro-italique, comme les plats de Genucilia et les produits de l’atelier des petites estampilles114.

  • 115 V. note 109 supra.
  • 116 LO SCHIAVO, D’ORIANO 1990. 154-156.

40Au iiie s., les amphores cataloguées comme gréco-italiques sont courantes en différents endroits de l’île : les plus importantes concentrations pour la première moitié du siècle proviennent de Tharros115 et Olbia116. Mais aucun timbre n’a été publié et il est de ce fait difficile d’établir leur provenance. D’autres gréco-italiques postérieures à la fin du iiie s. ont été signalées en différents endroits mais n’entrent pas en ligne de compte dans ce travail.

41Campanie et Latium. Quelques timbres attribués dans ce travail à la Grande Grèce/Sicile ont été signalés à Ischia : c’est le cas notamment d’EΥΞENOΥ [v. index]. Ceci peut sembler paradoxal dans la mesure où divers secteurs de Campanie (dont la baie de Naples) et du Latium sont généralement censés posséder une production significative d’amphores vinaires dès le début de l’époque hellénistique, notamment de conteneurs proches d’amphores mgs iv et vi. On peut faire à cela deux remarques. En premier lieu, rien n’indique que la destination ultime du matériel trouvé au Monte di Vico soit le golfe de Naples : il pourrait s’agir de matériel en transit vers des zones plus septentrionales, comme l’Étrurie et la Corse (v. infra). D’autre part, on sait en fait peu de choses de l’ampleur réelle de la production viticole campanolatiale pour la période antérieure à la seconde guerre punique : ce point sera abordé dans les dernières pages de ce chapitre.

  • 117 JEHASSE 1973. 55-112.
  • 118 Pol., III 24. V. JEHASSE 1973. 110-111.
  • 119 J. Heurgon, dans JEHASSE 1973. 554, n°25 (1261) ; 565, n°63 (1215).

42Corse. Des amphores mgs iii et iv ont été trouvées dans la nécropole d’Aléria et on note le timbre ANΔP(Ω). La chronologie du matériel d’Aléria n’est pas toujours aussi assurée qu’on pourrait le désirer, en raison de la réutilisation de certaines tombes ; cela dit, on ne manque pas de relever le synchronisme entre la T. 67 et celle de Cariati (p. 69), toutes deux datées c. 350/25. Ce point est important, dans la mesure où il confirme que la production des mgs iii est suffisamment établie à ce moment pour alimenter des exportations par voie maritime. La majeure partie du matériel des autres tombes d’Aléria contenant des amphores d’Italie méridionale date du ive s. avancé-début iiie s. La présence de ces amphores est intéressante, car les céramiques siciliotes et magno-grecques ne sont pas bien représentées dans cette nécropole au ive s. : à côté de matériel attique, c’est surtout d’Apulie et d’ateliers campaniens apulisants que provient le gros du matériel funéraire117. Sur un plan macro-économique, on notera que le traité romano-carthaginois de 348118 est généralement considéré comme un tournant dans l’économie des sites littoraux corses : le matériel attique, et dans une moindre mesure le matériel punique et d’Italie méridionale, cèdent le pas aux importations d’Italie centrale (Campanie, Étrurie mais aussi et surtout Latium). Deux amphores mgs iv d’Aléria portent un graffite en étrusque119, qui pourrait refléter un arrivage via l’Étrurie (v. infra).

  • 120 Cala Rossa : TCHERNIA 1969. 496 ; LIOU 1975. 604 ; 1982. Tour d’Agnello : LIOU 1982. 454.

43Des gréco-italiques du milieu/seconde moitié iiie s. ont été trouvées en contexte sous-marin, notamment dans les épaves de Tour d’Agnello (cap Corse) et Cala Rossa (Porto-Vecchio)120. On considère généralement que ce matériel provient de la zone latio-campanienne (p. 145).

  • 121 “... il largo raggio di provenienza dei prodotti che confluiscono all’Elba è confermato da una fort (...)
  • 122 V. notamment ANELLO 1980 (politique tyrrhénienne de Denys l’Ancien) ; COLONNA 1980-81. 180-183.

44Étrurie. Des amphores d’Italie du Sud ont été signalées en différents endroits d’Étrurie littorale, sur des sites de terre ferme et sous-marins. Les plus anciennes, pour l’époque qui nous concerne, sont des mgs iii trouvées à Orbetello et Populonia. L’arrivée de ces amphores n’a rien d’étonnant, pour deux raisons. D’abord, le panorama amphorique de l’île d’Elbe est assez diversifié au ive s.121 Ensuite, des cités siciliotes – Syracuse notamment – entretiennent au ive s. des relations commerciales et politiques avec Pyrgi, Populonia, Orbetello... ainsi qu’avec la Corse orientale122. On connaît notamment les liens spécifiques qui existent entre Pyrgi et la zone syracusaine.

  • 123 Ce phénomène est bien documenté à l’île d’Elbe par les fouilles du site de hauteur de Castiglione d (...)
  • 124 V. MANACORDA 1981. spéc. 16-24 ; le volume COSA ; les mises au point dans AMPHORES ROMAINES.

45La situation se complique avec le début de l’époque hellénistique. A. Corretti a fait remarquer que de profonds changements se constatent dans le matériel amphorique de l’Étrurie littorale entre c. 350 et 250 : les gréco-italiques, peu nombreuses au ive et dans la première moitié du iiie s., supplantent les amphores étrusques tardives dans la première moitié du iiie s.123 Un certain nombre de ces gréco-italiques trouvées en Étrurie portent un graffite, mais il est rarissime qu’elles soient timbrées : leur origine est, pour cette raison, difficile à déterminer. L’opinion qui prévaut est que les cités d’Étrurie littorale se mettent à produire, dans les premières décennies du iiie s., des amphores très différentes des conteneurs étrusques des deux siècles précédents. Elles adoptent des formes courantes dans l’Italie méridionale du début de l’époque hellénistique, notamment la forme mgs v. Ces amphores étrusques sont généralement appelées gréco-italiques, ce qui, on en conviendra, n’est pas la meilleure dénomination. L’attention a surtout porté jusqu’ici sur le matériel de la fin iiie-début iie s. et postérieur, une des zones les mieux étudiées étant l’ager Cosanus124.

  • 125 Sur ce point, v. les remarques de A. Romualdi, dans POPULONIA. 201.

46Ce qui est intéressant dans l’optique de ce travail est qu’une partie des gréco– italiques trouvées en Étrurie dans des contextes se situant entre la fin ive s. et les dernières années de la première guerre punique possède des caractéristiques morphologiques très semblables à celles des mgs v, et surtout que l’une d’entre elles, trouvée à Populonia, porte un timbre en grec (ΦΙΛ). L’origine d’une partie de ce matériel semble donc à rechercher dans l’Italie du Sud grecque125.

  • 126 T. Mannoni, M. Milanese, dans COMMERCIO ETRUSCO. 270-271 ; M. Milanese, dans AMPHORES DE MARSEILLE. (...)
  • 127 Sur le caractère limité de ces arrivages d’Italie centro-méridionale, v. MOREL 1990. 264.
  • 128 Pour la chronologie des arrivages d’amphores italiennes dans le Midi, v. notamment PY 1978b. 244-25 (...)

47Le golfe de Gênes représente une zone frontière pour la circulation amphorique aux ive-iiie s. La distribution des massaliètes se raréfie considérablement au ive s. au Sud de cette zone : elles sont peu nombreuses à l’île d’Elbe et en Corse. Inversement, celles d’Italie du Sud ne semblent pas diffusées de manière suivie au-delà de l’Étrurie septentrionale. A Gênes, 60 % des amphores retrouvées sont massaliètes, des types Py 6/8126 ; une seule mgs iii a été signalée, dans une tombe de la première moitié du ive s. A l’ouest de Gênes, quelques amphores mgs ii et v arrivent entre la fin ve/début ive s. et le milieu iiie s., mais en des quantités très limitées si l’on en croit la documentation actuellement disponible127. Dans les dernières années du iiie s., les arrivages d’amphores d’Italie centro-méridionale se multiplient en l’espace d’une génération : l’épave Grand-Congloué 1 (c. 205) est certainement l’exemple le mieux connu128. Mais nous sommes là en-dehors des limites imparties à ce travail.

  • 129 Certains chercheurs ont émis l’hypothèse d’une crise de l’industrie vinicole étrusque à partir de 4 (...)

48La présence d’amphores d’Italie du Sud en différents emporia du bassin tyrrhénien (l’archipel Éolien, Ischia, Orbetello, Aléria, Gênes) indique une circulation maritime dans ce secteur. Il est peu probable qu’elles aient été régulièrement distribuées au nord de la ligne Elbe-Aléria, notamment du fait de l’influence économique de Marseille. Mais au Sud de cette ligne par contre, divers éléments permettent de penser qu’elles ont bénéficié au ive s. d’une conjoncture assez favorable : liens politico-économiques entre l’empire syracusain et l’Étrurie littorale, redistribution possible par des marchands grecs du golfe de Naples, attrait des Latins et des Étrusques pour le vin grec et, précisément, modifications de la production viticole dans l’Étrurie du ive s.129 L’analyse de la circulation des amphores d’Italie du Sud dans le bassin tyrrhénien aux ive-iiie s. reste confrontée à une lacune majeure : on ne sait rien de la consommation de vin à Rome à ce moment.

49L’Adriatique et la Méditerranée orientale. Il n’est pratiquement jamais question, en Adriatique ou dans le bassin oriental de la Méditerranée, d’amphores magno-grecques ou siciliotes. Doit-on mettre cela sur le compte de la mauvaise connaissance des conteneurs d’Italie du Sud ou ceux-ci n’étaient-ils pas distribués en temps normal à l’est du détroit d’Otrante ? Sans présumer de l’analyse effective du matériel, deux remarques générales peuvent être faites. Le matériel d’Italie du Sud n’a de toute évidence jamais attiré l’attention et le risque est donc réel de le voir confondu avec du matériel de Grèce propre. D’autre part, les relations politiques et économiques que des cités d’Italie du Sud comme Syracuse, Velia et Tarente entretiennent aux ive-iiie s. avec le secteur adriatique, des cités-états de l’Egée comme Rhodes, ou des destinations plus lointaines, comme l’Egypte ptolémaïque, amènent à tout le moins à envisager l’éventualité de trafics de vin entre ces différents pôles.

L’ADRIATIQUE ET LA MEDITERRANEE ORIENTALE

L’ADRIATIQUE ET LA MEDITERRANEE ORIENTALE
  • 130 Un cellier d’époque hellénistique a livré de la céramique commune, un fragment de vaisselle Gnathia (...)
  • 131 Amphore mgs iii entière, découverte sporadique sous-marine [VRSALOVIC 1974. 90].
  • 132 Les gréco-italiques sont assez nombreuses à Spina, tant dans les nécropoles (120 exemplaires signal (...)
  • 133 Cette épave située un peu au sud de Tarente est datée vers 350 [McCANN 1972]. Elle a livré plusieur (...)
  • 134 Amphore de forme mgs v timbrée MEAKA [v. index].
  • 135 Anse timbrée tr.loisio [v. index].
  • 136 Anse timbrée de Messana-la-Mamertine (MAM | trident | MEΣΣ) [v. index].
  • 137 Les Archives de Zénon mentionnent une amphore de vin sicilien (p. 34). Un anse timbrée tr.loisio es (...)
  • 138 Anse timbrée ΓΑΙΟC ΑΡΙCΤΩΝ [v. index].
  • 139 Un col d’amphore gréco-italique non timbré a été signalé parmi le matériel amphorique du camp de Ko (...)
  • 140 Différentes estampilles mgs, dont Γάιος Ἀρίστων / C. ARISTO et t.r.loisio [v. index], ont été trouv (...)

Note 130
Note 131
Note 132
Note 133
Note 134
Note 135
Note 136
Note 137
Note 138
Note 139
Note 140

  • 141 V. notamment BILLIARD 1913. 68 ; SELTMAN 1957.

50L’Adriatique. On connaît encore mal la circulation des amphores vinaires dans l’Adriatique aux ive-iiie s., et ceci est vrai tant pour les cités grecques du littoral que pour les zones occupées par les Illyriens, les Dalmates, les Étrusques et les Gaulois. La situation est complexe car cette région se trouve à la croisée de différentes influences : Grèce occidentale (Épire, Achaïe, Étolie) et Italie méridionale au Sud, monde étrusco-latial au Nord. Par ailleurs, des cités comme Corcyre, Leucade, Zakynthos et Issa141 produisent elles-même du vin à cette époque. Il est cependant nécessaire d’évoquer cette région en raison des relations qui existent avec la Sicile syracusaine et Tarente : sur le plan politico-commercial, mais également en matière de production céramique.

  • 142 Corfou : KOEHLER 1979 ; KOURKOUMELIS-RODOSTAMOS 1988 ; Illyrie : DESY 1985. 414-415 ; Spina : DESAN (...)
  • 143 DE MARINIS 1986 ; DESANTIS 1989. 110-113.
  • 144 Ps.-Arist., De mir. ausc., 104. V. également DESANTIS 1989. 107.
  • 145 V. par exemple un fragment de col de mgs iii d’Otranto [OTRANTO. 200, n° 801 et fig. 7 :1].
  • 146 DESANTIS 1989. 117.
  • 147 DE LUCA DE MARCO 1979. 586 :Nessuna differenza apparente corre tra queste anfore di Spina, e molt (...)
  • 148 Id. 586 : “... questa anfora potrebbe essere d’importazione siceliota.

51Au ive s., les conteneurs les mieux attestés dans le secteur adriatique sont les corinthiennes B/corcyréennes, dont la production est attestée notamment à Corfou, en Illyrie, à Spina142. On rencontre également des amphores attiques et massaliètes143, des amphores en provenance de l’Egée (des marchands du Pont apportaient en Istrie τα Λέσβια καὶ Xία καὶ Θάσια144) et d’autres conteneurs dont on ne sait à peu près rien. En ce qui concerne le matériel d’Italie du Sud, le nombre de documents est pour l’instant restreint, mais il existe de toute évidence de sérieux problèmes d’identification. On constate en effet qu’un certain nombre de fragments dont tout porte à croire qu’il s’agit de mgs iii sont publiés sous l’étiquette “undefined Greek”145. Des problèmes existent d’autre part en ce qui concerne les amphores appelées gréco-italiques, qu’on trouve en des quantités variables suivant les endroits. A Spina, elles représentent plus de 60 % du matériel amphorique des nécropoles, 20 % environ du matériel en des points précis de l’habitat146 : ces amphores portent fréquemment un graffite en étrusque réalisé post coctem. A la question Importazione o esportazione ?, S. de Luca de Marco répond qu’il s’agit probablement d’une production adriatique mais que ces amphores trouvent leurs meilleurs parallèles en ambiance siciliote147. Le cœur du problème est, une fois de plus, l’absence de timbres : le seul qui soit signalé (nécropole de Valle Pega, T. 501B) est apparemment en grec, mais illisible148.

  • 149 DESY, DE PAEPE 1990.
  • 150 VOLPE 1988. 84 ; 1990. 60-61 ; 243-244, fig. 240, 1.

52Les amphores mgs circulent-elles couramment dans l’Adriatique au ive s. ? Quelques éléments amèneraient à penser qu’un courant adriatique a bel et bien existé : P. Desy149 et G. Volpe150 ont signalé la présence de quelques amphores magno-grecques/siciliotes le long du littoral des Pouilles (tant du côté ionien qu’adriatique) et de la Daunie ; l’épave Madonnina A (milieu ive s.), qui transportait des mgs iii, pourrait être un autre indice. Il est possible que des amphores mgs iii-v aient servi de prototypes à des ateliers locaux, notamment au sein des colonies d’obédience syracusaine, mais il faudrait pour s’en assurer disposer d’informations plus précises en provenance des colonies grecques d’Adriatique.

  • 151 MARIC 1975-76. 39-42.
  • 152 MANO 1971. 206.
  • 153 TARTARI 1982. 271.
  • 154 M.-T. Cipriano et M.-B. Carre, dans AMPHORES ROMAINES. 90-91.
  • 155 DESY 1985. 414-415.
  • 156 De la céramique à figures rouges lucanienne et siciliote parvient par exemple à Apollonia entre 350 (...)

53Au iiie s., la circulation des amphores dans le secteur adriatique est compliquée. Outre Corcyre, différentes cités du littoral oriental (Daors151, Apollonia152, Epidamnos153) et du littoral occidental154 ont une production propre. D’autre part, dans les dernières décennies du siècle, les amphores égéennes (Rhodes, Cos) circulent couramment. On trouve également des amphores cataloguées comme gréco-italiques, en nombre assez inégal suivant les sites. Leur origine est difficile à déterminer en l’absence de timbres155. Il est possible qu’une partie d’entre elles soit originaire d’Italie du Sud, dans la mesure où des liens existent entre les amphores produites localement (notamment à Issa et Dürres) et les mgs v. Cette hypothèse semble confortée par le fait que la céramique d’Italie du Sud circule en Adriatique à ce moment156, ainsi que par la présence de plusieurs estampilles à Elis, parmi lesquelles Γάιος ‘Αρίστων et tr loisio.

  • 157 La fondation de plusieurs colonies est motivée par la recherche de débouchés dans le delta du Pô : (...)
  • 158 V. par exemple DS., XXI 2,1 (époque d’Agathocle).
  • 159 V. notamment MASSEI 1976 ; ALFIERI 1978. 126-129 ; MAMBELLA 1986. 180-181.
  • 160 D’ANDRIA 1990. 288-289.

54Relativement peu d’amphores originaires d’Italie méridionale ont été signalées jusqu’ici et il ne faudrait pas en exagérer la signification. Cela dit, les relations qui existent entre les cités grecques d’Adriatique et d’Italie du Sud n’ont certainement pas manqué d’avoir des répercussions tant sur la production que sur la circulation des amphores commerciales. L’influence de la Sicile syracusaine et de Tarente est, on le sait, significative pendant quasiment tout le ive et une partie du iiie s. : elle se traduit par la fondation de plusieurs colonies157, une présence navale bien affirmée158, la circulation de céramique à vernis noir et figures rouges depuis l’Albanie jusqu’au Pô159. Des amphores de transport ont pu accompagner la céramique siciliote distribuée jusque dans le delta padan et il est imaginable qu’elles aient, comme c’est le cas pour la céramique fine, servi de prototypes à des ateliers locaux du secteur adriatique, ceux d’Epidamnos ou Apollonia par exemple160.

  • 161 PCZ IV 59548 (daté de 257) : Λευκαδίου (οἴνου).
  • 162 Agatharchide, dans Athén., Deipn., I 28d.
  • 163 Ps.-Arist., De Mir. Ausc., 104.
  • 164 Dans Athén., Deipn., XV 702b.
  • 165 TCHERNIA 1986. 57.

55Le bassin oriental. Les documents évoquant la présence, aux ive-iiie s., de vin d’Italie du Sud en Méditerranée orientale ne sont pas nombreux, mais intéressants. On estime généralement que les vins les plus occidentaux qui arrivent alors dans le bassin oriental sont ceux de Leucade161, Issa162 et Corfou163. Cela dit, Sopater164signale qu’un τὸν ἐκ Τυρρηνίας οἶνον arrive en Grèce dans le dernier tiers du ive s. Faut-il imaginer, comme on le fait généralement, qu’il s’agit de vin étrusque ?165 Cela semble peu probable, compte tenu des événements qui ont lieu à ce moment dans le secteur étrusco-latial. Tout porte à croire que l’information soit à rapporter à l’arrivage d’amphores provenant de l’Italie centro-méridionale prise au sens large. Quelques documents du milieu et de la seconde moitié du iiie s. confirment de fait la présence d’amphores d’Italie du Sud. Il s’agit de timbres trouvés à Elis, Délos, Pergame, Rhodes, Tell-Sukas (Syrie) et Alexandrie [v. carte]. L’existence d’une route orientale trouverait un écho supplémentaire dans les Archives de Zénon, qui mentionnent une petite jarre de vin sicilien, [οἴνο]υ Σικελικοῦ βικίον.

  • 166 V. par exemple GRACE, EMPEREUR 1981. 413.

56On considère généralement que les plus anciennes amphores d’Italie du Sud arrivant en nombre significatif dans l’Egée et en Egypte sont des apuliennes du iie s. (atelier d’Apani)166. Mais les documents dont il vient d’être question permettent de se demander si l’arrivée d’amphores mgs, avant la deuxième guerre punique, ne pourrait être intégrée dans les relations qu’entretiennent Tarente et Syracuse avec d’importants centres commerciaux du bassin oriental, comme Rhodes et Alexandrie.

MÉCANISMES ET SIGNIFICATION

57A l’inverse des céréales, les vins d’Italie du Sud grecque ne sont jamais considérés comme des produits de commerce, notamment parce que les auteurs n’y font que rarement allusion. Leur diffusion est censée être quasiment nulle : il s’agirait essentiellement d’une denrée d’usage, destinée à la consommation locale, ou tout au plus régionale.

58Depuis la parution en 1981 des volumes Società romana e produzione schiavistica, on oppose de manière assez nette, dans l’Italie centro-méridionale, la circulation des vins aux iie-ier s. et la situation antérieure à la deuxième guerre punique. Le vin ne deviendrait produit d’échange qu’avec l’avènement des grands domaines latins de la fin du iiie et, surtout, du IIe s. Une disponibilité importante et une réelle mobilité des vins ne se constateraient, dans le Latium, la Campanie et l’Étrurie, que passé un certain moment du iiie s., et, dans la Calabria, après la conquête romaine. Le début d’envois par mer sur une grande échelle est situé dans les années 205-175, date des premiers arrivages massifs dans le Midi de la Gaule. Le phénomène est traditionnellement rattaché à l’extension du commerce maritime romain et à l’ouverture de nouveaux marchés dans les années suivant la seconde guerre punique.

59Les vins d’Italie du Sud sont-ils uniquement destinés à la consommation locale ? Je ne pense pas. Cette vision est réductrice et serait une sorte d’écho moderne de concepts économiques pythagoriciens et aristotéliciens qui n’ont jamais été mis en pratique. Le chap. iv a souligné l’organisation de ce secteur, l’existence d’infrastructures de taille importante (à Lokroi, Kamarina, Agrigente), la capacité de produire des surplus. Les documents examinés dans ce chap. v montrent que des envois de vin, organisés et suivis, ont eu lieu au départ de différentes zones d’Italie du Sud pendant la période allant de la fin ve s. à la seconde guerre punique.

60Bien entendu, la circulation des vins produits en Grande Grèce et en Sicile est, en certaines occasions, sporadique ou capillaire. Il ne fait par ailleurs aucun doute qu’un saut quantitatif a lieu dans le Latium, en Campanie et dans les Pouilles, lors des décennies suivant la fondation de colonies latines. Mais différents documents attestent une véritable activité commerciale, génératrice de profit à la fois pour la zone productrice et les intermédiaires.

  • 167 XIII 81,4-5.
  • 168 XI 25,5.
  • 169 XVI 83,1-2. La substance de ce passage dérive vraisemblablement de Timée [WESTLAKE 1942. 97].
  • 170 Dans Athén., Deipn., XII 519d
  • 171 DS., XII 9,2.

61Deux passages de Diodore à propos d’Agrigente sont explicites : ἀμπελῶ-νες/ἐλαίαι→ἐπωλουν εἰς Xαρχηδόνα/Λιβύην→οὐσίας ἀπίστους ἐκέκτηντο167 ; τὴν χώραν ἄπασυν ...ἀμπελόΦυτον ἐποίησαν→ὥστε λαμβάνειν ἐξ’ αὐτῆς μεγάλας προσόδους168. Un autre passage concernant les cités siciliotes est tout aussi clair : καὶ πολλούς καὶ παντοδαπὺς ἐξήνεγκαν καρπούς→ταχὺ προσανέδραμον ταῖς οὐσίαις.../... διὰ τὴν ἐκ τούτων εὐπορίαν πολλα καὶ μεΥάλα κατεσκευάσθη ἀναθήματα 169. Il est également question d’un commerce générateur de profit dans le cas de Sybaris/Thourioi : τὸν μὲν [τῶν οἴνων] →ἔξω τῆς χωρας πιπράσκεσθαι (Timée170) ; πολλὴν καὶ καρποΦóρον χώραν→μεΥάλους ἐκτήσαντο πλούτους (Diodore171). Un lien direct existe donc entre la prospérité de différentes cités et les exportations d’huile et de vin par voie de mer. Ces exportations devaient atteindre une ampleur considérable : les bénéfices dégagés permettent des programmes de construction ambitieux, et les informations de Diodore sont sur ce point parfaitement recoupées par ce qu’on sait de l’urbanisme agrigentin de la fin du ve s., ainsi que des constructions réalisées par différentes cités siciliotes dans les décennies suivant 339/8.

62L’archéologie confirme l’existence d’exportations par voie de mer. On constate d’abord que la distribution des amphores d’Italie méridionale, au-delà d’une certaine distance des zones de production, est essentiellement côtière. On les retrouve par ailleurs dans plusieurs épaves et gisements.

63Deux navires (Secca di Capistello et Filicudi F) transportaient une cargaison homogène composée essentiellement d’amphores d’Italie méridionale et de céramique à vernis noir et surpeinte : il s’agit, dans ces cas, d’envois structurés. Il faudrait également reprendre les trouvailles sous-marines isolées, dont quelques-unes ont été évoquées au chap. iii. Elles sont nombreuses, notamment le long du littoral tyrrhénien entre le détroit de Messine et l’île d’Elbe, ainsi que dans le canal de Sicile. Ces trouvailles apportent un supplément d’information – toujours appréciable – à propos de la circulation maritime de ces amphores. Mais les reprendre ici impliquerait un catalogue, une bibliographie et une discussion qui ne cadrent pas avec l’optique de ce travail. Je me permettrai de renvoyer, entre autres, aux monographies consacrées par le Bolletino d’Arte à l’Archeologia subacquea.

ÉPAVES ET GISEMENTS AYANT LIVRÉ DES AMPHORES D’Italie DU SUD

ÉPAVES ET GISEMENTS AYANT LIVRÉ DES AMPHORES D’Italie DU SUD
  • 172 Une épave désignée sous le nom Marzamemi H a été reconnue parmi les multiples gisements qui compose (...)
  • 173 Il s’agit d’un gisement situé à faible profondeur et qui ne paraît pas homogène [KAPITÄN, NAGLSCHMI (...)
  • 174 Les restes d’un chargement d’amphores (apparemment des mgs iii) ont été retrouvés dans les eaux dev (...)
  • 175 Environ 25 mgs v ont été récupérées sur un gisement sous-marin situé près d’une zone d’écueils, les(...)
  • 176 Une demi-douzaine de mgs v ont été découvertes au pied du Capo Graziano [C. Albore Livadie, dans AR (...)

Note172
Note173
Note174
Note175
Note176

64Les timbres indiquent une diffusion vers les zones puniques du canal de Sicile et de Tunisie, jusqu’à la Cyrénaïque ; dans le bassin tyrrhénien jusqu’à hauteur de l’île d’Elbe. Des points isolés apparaissent beaucoup plus loin, dans la zone Languedoc-Catalogne, dans le Midi, en Méditerranée orientale. Et l’on peut se demander si c’est vraiment un hasard de trouver, parmi les rares timbres amphoriques occidentaux du iiie s. signalés dans le bassin oriental, plusieurs marques originaires des secteurs gréco-italiques d’Italie du Sud (Tr. Loisio, Messine-la-Mamertine).

65La circulation des vins d’Italie du Sud est encore mal connue et les documents disponibles sont nettement moins nombreux que pour d’autres secteurs du monde grec contemporain. Cela dit, ces documents attirent déjà l’attention sur deux points : les mécanismes commerciaux qui entrent en jeu et la place à laquelle les vins de Grande Grèce et de Sicile pouvaient prétendre sur le marché international.

1. Les emporoi

  • 177 C’est notamment à cette fin que servent les navires de transport affrétés ou utilisés par la polis,(...)
  • 178 Dém., Zén., XXXII 18.

66Lorqu’on évoque le commerce maritime des cités d’Italie du Sud, ce sont les céréales qui viennent avant tout à l’esprit. Des céréales entassées dans des greniers comme ceux d’Ortygie, que les dirigeants utilisent à des fins de commerce politique177 (οἰκονομία πολιτική) : impôts perçus en nature et politique extérieure se mêlent étroitement. Lorsque des surplus sont disponibles, une partie de ces céréales est achetée ἀγορᾶν δια πωλημάτων, aux enchères publiques (pour reprendre une expression des Tables de Tauromenion), par des négociants privés (ἔμποροι). Ceux-ci, une fois acquittées les taxes à l’exportation178, s’empressent de les acheminer vers les marchés demandeurs, comme Athènes.

  • 179 Dans l’Égypte hellénistique également, le vin peut faire l’objet d’initiatives privées une fois l’(...)
  • 180 MOSSÉ 1983.

67En Italie méridionale, le vin n’entre pas dans des considérations d’économie politique. Comme l’huile ou les conserves de viande et de poisson, c’est un produit qui fait avant tout l’objet d’un commerce de nature privée179, dans lequel des courtiers, les ἔμποροι, jouent un rôle clé. L’activité de ces courtiers a surtout été étudiée dans le cadre de la Méditerranée orientale180, mais plusieurs documents mettent en lumière leur rôle dans la commercialisation des denrées d’Italie méridionale.

  • 181 Pol., 1259a.
  • 182 L’information est à rapprocher d’un passage de Diodore (V 13,1-2) évoquant le rôle joué par les emp (...)
  • 183 XVI 83.
  • 184 XXIII 21.

68Aristote181 signale l’existence, à l’époque de Denys l’Ancien, d’un grossiste en métaux sicilien qui vend son métal à des ἔμποροι arrivant ἐκ τῶν ἐμπορίων182. C’est dans un passage de Diodore183 concernant l’époque de Timoléon qu’on perçoit le plus clairement le rôle de ces ἔμποροι en matière de commercialisation de vin et d’huile dans la Sicile du ive s. Les Siciliotes, dit-il, vendent à bon prix vin et huile aux marchands et augmentent ainsi rapidement leurs avoirs : τούτους (καρπούς) δ’ οί Σικλιῶται λυσιτελεῶς ππράσκον τες τοῖς ἐμπόροις ταχυ προσανέδραμον ταῖς οὐσίαις. Il ne précise pas la nationalité de ces emporoi, qu’il aurait été intéressant de connaître, mais leur intervention dans l’exportation de vin, huile et autres denrées comestibles est claire. Dans un autre passage, où il est question des péripéties militaires opposant Hasdrubal à l’armée romaine en 251-50, Diodore184 évoque l’activité d’ἔμποροι qui apportent une grande quantité de vin dans un camp que les Carthaginois ont établi près de Panormos (πάλιν δὲ καὶ τῶν ἐμπόρων πολυν οἶνον ἐπιϕερομένων). Le πάλιν indique que la pratique n’est pas isolée.

  • 185 I 83.

69Vers la fin de la période qui nous occupe, Polybe185 souligne lui aussi le rôle des courtiers en matière de distribution de denrées alimentaires. Vers 240, Carthage est assiégée par ses mercenaires en révolte et Hiéron II redouble d’énergie pour ravitailler les Carthaginois, certainement par l’intermédiaire de marchands. Mais des navires provenant d’Italie ravitaillent également les mercenaires et les Carthaginois parviennent à en arraisonner quelques-uns. Un accord est conclu avec Rome, qui autorise les ἔμποροι à exporter en tous temps les fournitures de première nécessité (ἐξαΥα-Υεῖν αἰεὶ τò κατεπεῖγον), sauf à l’intention des mercenaires révoltés.

  • 186 Malgré les conflits successifs et les frontières instaurées par les gouvernements (par exemple la d (...)
  • 187 La circulation de personnes et de denrées dans ces ports devait représenter un apport fiscal pour l (...)
  • 188 Les étrangers et les métèques devaient jouer un rôle dans l’activité maritime des ports d’Italie du (...)

70En Italie méridionale, l’activité des ἔμποροι est facilitée par différents facteurs. D’abord, l’atmosphère qui règne dans la majorité des ports leur permet, quelle que soit leur nationalité186, d’acquérir ou de négocier des denrées d’origines diverses, de disposer d’entrepôts et de facilités187. Ceci est un point important car, comme les brokers contemporains, ce sont souvent des non-résidents188. La juxtaposition de matériel d’origines diverses et la convergence d’intérêts apparemment distincts est manifeste dans et autour de ces secteurs portuaires dès le début de la période envisagée ici.

  • 189 XIV 46,1-3.

Diodore189 évoque en ces termes la communauté marchande punique établie à Syracuse, dans les années 400-390 : οὐκ ὀλίγοι γαρ τῶν Kαρχηδονíων ᾥκουν ἐν ταῖς Συρακούσαις ἁδρᾶς ἔχοντες κτήσεις, πολ-λοὶ δὲ καὶ τῶν ἐμπόρων εἶχον ἐν τῷ λιμένι τᾶς ναῦς γεμούσεις, Φορτίων, en effet, pas mal de Carthaginois ont des maisons et des biens considérables à Syracuse, et beaucoup de leurs marchands ont dans le port des navires chargés de biens. La situation est identique dans différentes autres cités siciliotes.

  • 190 HOFFMANN 1972. 351-352.

71Les dirigeants sont conscients de l’avantage que représente cette situation pour les communautés marchandes allogènes. Lorsque Denys l’Ancien se prépare à la guerre contre l’épicratie punique, c’est aux biens et aux personnes des Carthaginois qui résident à Syracuse et en Sicile grecque pour motif de commerce qu’il lance un véritable ultimatum. La menace a une résonance moderne : on s’en prend aux zones franches, aux facilités commerciales qui ont été accordées190.

  • 191 Différents ports d’Italie méridionale devaient d’ailleurs représenter des points de rupture de char (...)
  • 192 Les sites sous-marins de Secca di Capistello et Filicudi F (archipel éolien), Porticello (détroit d (...)

72L’ouverture des cités portuaires grecques à des négociants d’horizons divers facilite évidemment la circulation des vins et d’autres denrées alimentaires. C’est de cette manière que les vins exotiques pénètrent les marchés locaux et que les vins italiotes et siciliotes rejoignent la spirale des produits de commerce191. Conteneurs puniques (Maña B2, C1-2, D) et grecs cohabitent ainsi étroitement aux ive-iiie s. dans les cités littorales du canal de Sicile, du Bruttium tyrrhénien, et aussi dans les navires de commerce192.

  • 193 V. la description du Syracuse par Moschion, dans Athén., Deipn., V 206d-209e.
  • 194 Dém., Lacrite XXXV 18 ; v. également le κέρκουρς τρισχίλια τάλαντος δυνάμενος (pinasse de 3 000 tal (...)
  • 195 Ce souci se traduit notamment par le doublage de la coque par du plomb, une pratique qui semble se (...)
  • 196 La présence de navires marchands de diverses nationalités dans les ports siciliens est mentionnée à (...)
  • 197 Les écrits démosthéniques y font allusion à plusieurs reprises [MILLETT 1983].

73Les ἔμποροι bénéficient également des progrès significatifs réalisés aux ive-iiie s. en matière de construction navale. Il n’est pas besoin de rappeler que l’architecture navale siciliote de l’époque hiéronienne surpasse en sophistication et gigantisme celle des autres états hellénistiques193 ; plus intéressants pour notre propos sont l’augmentation sensible du tonnage moyen – une cargaison de 3 000 amphores (c. 120-150 tonnes) n’a rien d’extraordinaire au ive s.194 – et le souci de la qualité de la construction195. De manière générale, le volume des flottes marchandes basées dans les ports d’Italie méridionale est élevé et les activités portuaires soutenues196. Enfin, si les ἔμποροι sont essentiellement des brokers qui ne disposent pas forcément de capitaux personnels, leur activité est facilitée par les prêts maritimes que des spéculateurs aisés sont disposés à leur consentir197.

  • 198 BATS 1982. 261 ss.
  • 199 ROUSSEL 1970. 57-58.
  • 200 TALBERT 1974. spéc. 164.
  • 201 LEPORE 1952.
  • 202 Au iiie s., la prédominance dans les zones puniques de céramique fine ou semi-fine campano-latiale (...)
  • 203 Cette juxtaposition de points de vue, qui privilégient chacun le dynamisme d’armateurs-négociants d (...)
  • 204 Platon, Lettres 329e.

74Mais qui sont ces négociants que Diodore, par exemple, distingue des Σικελιῶται ? L’accent a été mis tour à tour sur l’activité de négociants étrangers : Marseillais198, Puniques199, Corinthiens200, Campaniens201, Latins202. Il faut cependant se garder d’imaginer qu’ils aient pu exercer une mainmise sur la commercialisation des produits d’Italie méridionale203. En fait, textes et archéologie montrent qu’il est difficile de savoir exactement qui commerce les vins d’Italie méridionale, pour deux raisons. D’abord, l’interdépendance forcée des différents acteurs du commerce maritime amène une mosaïque de personnages : ainsi, la distinction entre ναύκληρος et ἔμπορος, entre propriétaire d’un navire et affréteur, n’est pas toujours évidente204. Il est de ce fait malaisé de démonter le processus exact de l’opération commerciale.

  • 205 Zén., XXXII.
  • 206 Zén., XXXII 4.

Le procès de Zénothémis, qui a lieu à Athènes vers 340 et dans lequel intervient Démosthène205, donne bien la mesure du problème. Le navire proprement dit ainsi que son propriétaire (Hégestratos) sont de Marseille ; Zénothémis, marseillais également, se trouve à bord et tous deux font profession de courtier en blé. Le chargement consiste en blé de Sicile, acheté et chargé à Syracuse, destiné à Athènes. Les fonds sont empruntés à Syracuse : χρήματ’ ἐν ταῖς Συρακούσαις ἐδανείζεθ’ οὗτος κἀκεῖνος206. La raison du procès (une tentative de détournement du navire) importe peu ici. C’est la complexité de pareille transaction qui suscite l’attention. A qui faut-il en attribuer l’initiative ? A celui qui négocie, à celui qui avance les fonds, à celui qui assure le transport ? En d’autres termes, le navire de Zénothémis illustre-t-il une initiative commerciale siciliote ou l’activité de marchands marseillais ?

  • 207 “It is difficult to say with certainty whose ships were responsible for distributing Punic goods to (...)
  • 208 Le corpus démosthénique, au ive s., ainsi que divers papyri des iiie-iie s. font état d’équipages c (...)
  • 209 La présence simultanée de denrées d’origines diverses ne signifie rien, en ce sens qu’il était poss (...)
  • 210 Pour les difficultés d’interprétation des graffites commerciaux grecs et puniques sur le navire de (...)

75Ensuite, il est difficile d’attribuer une nationalité au navire lui-même207 : l’équipage peut être hétérogène208, la cargaison peut avoir été rassemblée dans un port assez éloigné du lieu de production209, les inscriptions commerciales sur les conteneurs sont difficiles à interpréter car elles sont tout aussi sybillines qu’un bordereau d’agence en douane établi de nos jours le sera dans un demi-siècle210.

76Il est évident qu’on ne peut évacuer totalement les questions de nationalité, dans la mesure où des interdits commerciaux par exemple existent à l’époque qui nous occupe (le traité romano-carthaginois de 348 interdit aux Romains l’accès en Sardaigne et en Afrique, sauf à Carthage). Mais elles ne doivent pas focaliser exclusivement l’attention. L’ouverture des cités portuaires d’Italie du Sud, évoquée ci-dessus, a certainement favorisé jusqu’à un certain point des joint-ventures. Pour les emporoi, la possibilité de s’approvisionner en produits attractifs ou de les écouler sur des marchés demandeurs l’emporte largement sur des questions d’ordre racial ou politique.

  • 211 Xén., Ec., XX 27.

77Les marchands qui fréquentent les emporia d’Italie du Sud achètent délibérément ou se procurent, au hasard des disponibilités, des amphores vinaires qu’ils vont commercer. La seule règle, ici, est celle du profit. Et dans cette optique, le monde des emporoi colle bien à celui des amphores vinaires : ce sont des spéculateurs âpres au gain211 et les amphores vinaires, qui exercent un fort pouvoir de séduction sur les acheteurs, permettent de dégager des marges substantielles. Dans cette optique, il faut d’ailleurs observer que la présence de troupes étrangères ou de mercenaires sur un territoire, loin de diminuer leur activité, représente en fait l’occasion de réaliser de bonnes ventes : l’épisode de la vente de vin aux mercenaires celtes d’Hasdrubal (v. supra) est révélateur.

  • 212 Un exemple : dans les Menaechmi, dont l’original grec fut rédigé vers 275-70, Plaute conte les débo (...)
  • 213 Sur ce point, v. notamment DE SENSI SESTITO 1975-76. Ces mesures débouchent sur la multiplication d (...)
  • 214 Dans son ouvrage Περὶ Ταρίχων, cité dans Athén., Deipn., III 116b-d. Euthydème est un auteur du iie(...)

78Parmi ces emporoi, on trouve des étrangers, mais également des Grecs d’Italie méridionale212. L’activité de ces derniers a sans aucun doute été facilitée par les mesures d’ouverture économique promues par les dirigeants de Tarente et Syracuse213. Des Italiques aussi, serait-on tenté d’imaginer, à partir du témoignage – mal situé chronologiquement il est vrai – d’Euthydème d’Athènes214 faisant état d’exportations de poisson séché par des Bruttiens.

2. Les vins d’Italie méridionale sur le marché extérieur

  • 215 SALVIAT 1986. 191.

79A quelle place les vins d’Italie du Sud peuvent-ils prétendre aux ive-iiie s. sur le marché méditerranéen ? Ce marché est très actif (p. 120) : la demande est forte, non seulement de la part des Grecs, mais également des peuples qui, d’une manière ou d’une autre, apprécient les vins grecs et adhèrent à un mode de vie. Ce marché est aussi très ouvert : le nombre de crus augmente à partir du ive s.215, les vins voyagent loin et les capacités courantes de transport se développent.

80En Méditerranée occidentale, les vins d’Italie méridionale entrent en compétition avec des produits d’autres origines : des crus prestigieux de l’Egée, dont la qualité s’est imposée jusque chez les consommateurs non-Grecs ; des produits de grande consommation, qui bénéficient de puissants courants de distribution (Rhodes) ; des vins d’autres secteurs de Méditerranée occidentale (Marseille, Étrurie, Campanie). Les études de ces dernières décennies ont attiré l’attention sur plusieurs de ces productions mais, trop souvent, privilégié un point de vue précis.

  • 216 L’idée d’un commerce de vin campanien assez important au iiie s. remonte aux années 50 [LEPORE 1952 (...)
  • 217 MOREL 1988b. 54 ; D. Manacorda, dans AMPHORES ROMAINES. 443-444, note 2.
  • 218 PURCELL 1985. 5, note 19.
  • 219 MOREL 1988b. 54.
  • 220 TCHERNIA 1986. 48 ; A. Carandini, dans AMPHORES ROMAINES. 507.
  • 221 Epaves de Terrasini près de Palerme [PURPURA 1974] ; Cala Rossa en Corse (note 131 supra) ; Cala Di (...)
  • 222 V. notamment les estampilles q. ant [BRUGNONE 1986. 102, n°1], m. antestio [CIL X 8051.4 ; I 2 3491 (...)
  • 223 m. antestio à Carthage [CIL VIII 22637.11] et Constantine [BERTHIER 1980. 23] ; antio [CIL VIII 226 (...)

81Considérons, pour prendre ce cas précis, la situation dans le bassin tyrrhénien. Il est souvent question du rôle prééminent que la Campanie216ou la koinè campano-latiale217 aurait exercé en matière de commerce du vin dans ce secteur au iiie s. N. Purcell parle, de manière on ne peut plus explicite, de “third-century prominence of the Campanian wine trade”218 ; J.-P. Morel évoque l’exportation de vin et d’amphores à partir des colonies de Rome et de leur territoire219. Les documents avancés ? La Lex Claudia de senatoribus220 ; des épaves du iiie s. dont les amphores vinaires et la céramique à vernis noir proviennent apparemment de la koinè campano-latiale221 ; la présence de timbres amphoriques en latin (m. antestio, q. antro, q iventi...) en Italie du Sud222 et en Tunisie punique223. Mais plusieurs remarques s’imposent.

  • 224 PURCELL 1985. 6.
  • 225 V. par exemple deux amphores de l’habitat de Pompéi, bien conservées, provenant des environs d’un h (...)
  • 226 Le matériel amphorique campanien des ive-iiie s. est, quoi qu’on en dise, mal connu et les publicat (...)
  • 227 Tite-Live signale, dans le contexte de l’année 217, que les troupes puniques ne doivent pas espérer (...)
  • 228 FREDERIKSEN 1984. 225.
  • 229 Pour l’incidence des colonies maritimes sur la diffusion de la céramique romaine à vernis noir, v. (...)

82♦ La viticulture a certainement connu une extension au iiie s. dans la Campanie et le Latium adjectum. Il suffit pour s’en convaincre de lire le De agricultura de Caton224. Des amphores similaires aux mgs v sont fréquentes à Naples et Pompéi dans des contextes fin ive-début iiie s.225 et différents indices permettent de penser qu’une partie d’entre elles sont produites dans le golfe de Naples. Cela dit, il est difficile de savoir si des exportations ont lieu au départ de la zone campano-latiale dans l’intervalle entre les deux premières guerres puniques, et encore moins au ive s.226 Aucun texte n’en fait mention227, même pour la zone vésuvienne. M. Frederiksen a rappelé qu’il ne faut pas surestimer les facilités portuaires de cette zone dans la deuxième moitié du ive s. et la première moitié du iiie s., exception faite de Naples228. Si la création des colonies maritimes est traditionnellement considérée comme un élément favorable au commerce maritime romain, leur rôle exact dans la production et la diffusion d’amphores vinaires à l’époque précédant la première guerre punique reste à préciser229.

  • 230 V. les remarques à ce propos dans EMPEREUR, HESNARD 1987. 26-27.
  • 231 Un passage de Polybe (VIII 31,4-6) indique que des Romains -des marchands selon toute vraisemblance (...)
  • 232 GRACE 1985. 40-41.
  • 233 Un exemplaire a été signalé à Constantine dans un contexte fin iiie s., en compagnie d’estampilles (...)
  • 234 Trois exemplaires de cette estampille ont été trouvés à Pech Maho, un site peut-être détruit lors d (...)
  • 235 Aucun timbre latin n’a, semble-t-il, été signalé à Sélinonte par exemple (ce qui le situerait ante (...)
  • 236 Il a été trouvé à Minturnes, dans un dépôt céramique ne semblant pas dépasser 245 [AMPHORES ROMAINE (...)

83Faut-il considérer Εὐξένος, Γ. ’Aρίστων, tr. loisio et autres Στάιοs Τράγων comme des producteurs/négociants campaniens ? C’est possible, mais pas entièrement sûr230. En fait, il faudrait s’entendre sur le terme campanien : il se pourrait très bien que certains de ces personnages aient été effectivement originaires de Campanie, mais aient exercé leur activité à un moment donné au sud du Silaris [v. index]. En ce qui concerne les timbres latins, la prudence paraît également de mise. L’équation “timbre latin = Latium adjectum/Campanie est dangereuse : des Latins – des negotiatores et peut-être également des productores sont installés en Lucanie septentrionale dès le début du iiie s., sur le littoral ionien dans les décennies qui suivent immédiatement231. Par ailleurs, la chronologie de ces timbres ne permet pas de remonter avec certitude avant le milieu du iiie s. ti. q.iventi et q.iventi sont datés par l’épave Grand Congloué 1 vers 205232, et même si le début de leur activité doit se situer quelques années, voire une ou deux décennies avant cette date, ils n’entrent pas en ligne de compte ici. m.antestio233, m.luri234se situent quant à eux dans les années 240/10 ; cette chronologie peut apparemment être étendue à m.bai, l.va.pe et quelques autres. Mais aucun timbre latin n’a été trouvé en Italie du Sud dans un contexte antérieur au milieu du iiie s.235 et le timbre valerio236, le seul à pouvoir être daté c. 250, n’est pas attesté jusqu’ici en dehors de Campanie.

84♦ En ce qui concerne la Lex Claudia (c. 217), celle-ci vise les activités commerçantes de sénateurs romains mais n’implique en aucune manière d’importantes exportations de vin latial sur le marché tyrrhénien.

  • 237 T.-L., XXI 63.
  • 238 Q. Claudius et G. Flaminius ont frappé fort : une charge utile de 300 amphores correspond à une emb (...)

... ne quis senator cuive senator pater fuisset maritimam navem quae plus quam trecentarum amphorarum esset haberetid satis habitum ad fructus ex agris vectandos.
... aucun sénateur ou fils de sénateur ne possédera un navire de haute mer capable de transporter plus de 300 amphores – ce qui était considéré comme suffisant pour transporter les récoltes en dehors des champ
237.
De vin, pas un mot : ce que visent Q. Claudius, tribun de la plèbe, et G. Flaminius, sénateur, c’est essentiellement la taille des navires marchands238 dont se servent les sénateurs dans leurs activités commerciales et donc leur capacité à embrasser la carrière politique.

  • 239 TCHERNIA 1986. 51-53 ; Id., dans AMPHORES ROMAINES. 31.

85On le voit : imaginer que le commerce du vin dans le bassin tyrrhénien se trouve exclusivement aux mains de négociants Campaniens ou Latins serait une erreur. Il faut, à côté de la Campanie, tenir compte du rôle de la Grande Grèce et de la Sicile, ainsi que d’autres secteurs moins bien connus, comme la zone étrusco-latiale. La position d’A. Tchernia est celle qui correspond le mieux à l’état actuel des connaissances : il suggère, pour le iiie s., la coexistence d’exportations au départ de la Campanie et de secteurs situés au sud du Silaris239.

86Cette rapide analyse de la situation dans le bassin tyrrhénien le montre clairement : la circulation des amphores vinaires se complique notablement en Méditerranée centrale dans les deux siècles qui précèdent la seconde guerre punique. Ceci se constate également dans les secteur du détroit d’Otrante et du canal de Sicile.

87Dans les limites imparties à ce travail, c’est-à-dire entre la fin du ve s. et la seconde guerre punique, les modifications politiques, sociales et économique qui ont lieu dans l’Italie du Sud grecque prise au sens large amènent un accroissement de la demande locale de vin et font de cette région un des plus importants marchés du monde grec en termes de volume. Mais cette région ne se contente pas de consommer : elle exporte également.

  • 240 Rappelons, en ce qui concerne les prix du vin, qu’il est dangereux de généraliser au départ des don (...)

88Des amphores vinaires d’Italie du Sud arrivent chez des populations aussi différentes que les Italiques de Lucanie, les Puniques de Lybie, les Ibères du Languedoc. Le phénomène est pour l’instant nettement moins bien documenté que la circulation des amphores vinaires entre les secteurs grecs et non-grecs de mer Noire par exemple. On aimerait disposer d’informations plus précises sur des questions aussi importantes que la situation dans les zones d’arrivée, les liens entre la circulation de la céramique fine et des conteneurs, les fluctuations des prix du vin dans l’ensemble du monde grec240.

  • 241 Un des aspects essentiels du mode de vie grec qui s’impose aux confins de la Méditerranée du ive s. (...)

89Cela dit, ce point ne peut manquer d’attirer l’attention pour deux raisons. D’une part, l’Italie du Sud des ive-iiie s. se trouve à la charnière de trois mondes et elle joue à ce moment un rôle essentiel dans la diffusion en Méditerranée occidentale d’un aspect fondamental du mode de vie grec, celui du monde du vin, un monde que les non-Grecs perçoivent avec l’œil (images des vases), le palais (le vin) et l’esprit (dionysisme, symposion)241. D’autre part, le vin possède plus que jamais à l’époque qui nous intéresse une valeur ajoutée très importante et sa commercialisation n’a pu manquer d’avoir des retombées pour différents secteurs de l’économie magno-grecque et siciliote.

Notes

1 Ces établissements peuvent vendre une partie de leur vin et huile afin d’acquérir des objets manufacturés sortant de l’ordinaire. La commercialisation d’une partie de la production en ville peut également être systématique et source de gains conséquents : Phénippos, propriétaire à la fin ive s. d’une grande ferme aux confins de l’Attique, vend πολὺν καὶ σῖτον καὶ οἶνον à un prix qu’une conjoncture favorable permet d’être τριπλασίας τιμῆς ἤ πρότερον, trois fois plus élevé qu’auparavant (Dém., Phén., XLII 31). D’une manière générale, la documentation numismatique et céramique fournie par les établissements ruraux d’Italie du Sud indique des contacts avec les cités côtières et la capacité d’acquérir d’objets manufacturés.

2 Alexis, dans Athén., Deipn., X 431e. Le vin nouveau est normalement apporté le jour des Χόες ; il a été tiré des pithoi la veille, à l’occasion de l’Ouverture des jarres (Πιθοιγία). Pour l’évocation d’une Πιθοιγία dans l’Italie du Sud grecque de la première moitié du iiie s., v. Léonidas de Tarente, Anth., VI 44.

3 Pour l’intervention de marchands dans la vente des produits de la ferme, notamment le vin et l’huile, v. HEITLAND 1921. 111.

4 Poli, IX 47.

5 PCG Fr. 310.

6 Différentes fêtes religieuses amènent un état d’ébriété avancé. Dans la Sicile du ive s., il est coutume, à l’occasion de sacrifices faits aux Nymphes, de passer la nuit en état d’ébriété (μεθυσκομένους) autour des statues et de danser autour des déesses (Timée, dans Athén., Deipn., VI 250a). A Syracuse, les festivités en l’honneur d’Artémis donnent lieu à des excès de boisson (Plut., Marc., XVIII 3). A Tarente, les Διονύσια se passent dans l’ivresse totale (Platon, Lois I 637b ; DC., IX Fr. 39,5).

7 V. notamment Aristote, dans Athén., Deipn., XII 527c ; Archestrate, dans Athén., Deipn., III 101c-d.

8 Dans Athén., Deipn., I 6e-f.

9 Id. X 435d-436b.

10 Id. X 437b.

11 Id. X 435e.

12 Timée, dans Athén., Deipn., X 437b.

13 Anth., VII 455.

14 V. par exemple Timée, dans Athén., Deipn., II 37b-e.

15 L’élévation du niveau de vie moyen est tangible dans la Grande Grèce et la Sicile des ive-iiie s. C’est un phénomène difficilement pondérable - et qui attend une étude sérieuse - mais dont la signification pour l’économie quotidienne ne peut être sous-estimée.

16 L’utilisation courante de petites dénominations de bronze reflète, on le sait, l’augmentation des transactions quotidiennes.

17 L’élargissement du corps civique et l’augmentation de la composante italique sont des facteurs importants : pour ces nouveaux citoyens, la consommation de vin représente un signe tangible de l’accession à un mode de vie, à un statut social.

18 La consommation de vin en milieu aisé est étroitement liée à la pratique du banquet et à la diffusion, à partir de la seconde moitié du ive s., de la salle de banquet (ἀνδρών) dans l’architecture domestique (v. par exemple la Casa dei Leoni à Lokroi, ive s. ; la Casa con andron a mosaico à Gela, iiie s. ; la Casa del Magistrato à Morgantina, iiie s.) et publique (v. I’οἶκος ὁ ἑξηκοντάκλινος qu’Agathocle fait bâtir à Syracuse : DS., XVI 83,2). L’apport des Siciliotes au symposion est reconnu [MURRAY 1983. 265] et se traduit notamment par le rayonnement que connaît le κότταβος en Italie méridionale à partir de la fin ve s. [MAZZARINO 1939 ; SCHAUENBURG 1981]. Les représentations de banquet sont nombreuses au ive s. dans la céramique à figures rouges italiote, ainsi que sur des terres cuites de différentes cités de Grande Grèce et de Sicile [DENTZER 1982. 130-143 ; 190-212].

19 Le raffinement de la table atteint des sommets dans l’Italie du Sud des ive-iiie s. (v. notamment Platon, Gorg., 518b ; Rép., III 404d ; Lettres VII 326b).

20 Les céramistes italiotes et siciliotes sont profondément imprégnés de l’imaginaire dionysiaque et ceci se constate dès le début de la production proto-italiote à figures rouges [v. par exemple JIRCIK 1990. 111-116]. Le culte de Dionysos prend une extension sensible à l’époque qui nous occupe [PERA 1986. spéc. 62-63]. Les épigrammes de Léonidas de Tarente reflètent quant à eux la place de Dionysos dans la vie quotidienne (v. notamment Anth., VI 44).

21 Il est possible de se faire une idée de cette consommation en partant des chiffres moyens retenus pour l’époque romaine [TCHERNIA 1986. 26] et des estimations démographiques faites pour les cités d’Italie du Sud [M. P. Testi, dans GUZZO 1982. 388].

22 Dans Athén., Deipn., XII 519d.

23 GHINATTI 1974. 780, parle à juste titre de l’Überfluss de la production vinicole de Sybaris.

24 Sur ce point, v. TAGLIENTE 1985 ; M. Tagliente, Mondo etrusco-campano e mondo indigeno dell’Italia meridionale, dans MAGNA GRECIA. vol. II 135-150.

25 Chez le Peintre de Pisticci par exemple : JIRCIK 1990. 359, tableau 1.

26 A. Bottini, dans BOTTINI, TAGLIENTE 1990. 206-220.

27 Dès la fin du ve s., les Italiques pratiquent le κοτταβs, comme l’indiquent les tombes de Poseidonia ; il est attesté au ive-début iiie s. dans différentes tombes qu’on peut attribuer à des Lucaniens (Montescaglioso, près de Métaponte, c. 350-300 : M. G. Canosa, dans BTCGI s.v. Montescaglioso) et Bruttiens (località Pianetta Donnico près de Grimaldi, fin ive-début iiie s. : CATANUTO 1931 ; località Ceramidio, près de Ciro Marina, fin ive s. : CAPANO 1979. 69 ; 78). La céramique à figures rouges italiote (Peintre de l’Anabates, Python, etc.) a dû jouer un rôle significatif dans la diffusion de cette pratique [CERCHIAI 1987. 115ss.].

28 V. notamment GUZZO, LUPPINO 1980. spéc. 853 ; GUZZO 1983. 206 ; le volume ITALICI.

29 La céramique destinée au service du vin, y compris des pièces comme des cratères à figures rouges avec scènes dionysiaques, trouvent leur chemin jusque dans des maisons de simples particuliers. A Lavello par exemple, un cratère des années 360/50, probablement du cercle du Peintre de l’Ilioupersis, provient d’una casa di modesta estensione della contrada Casino [FRESA 1990. 95 et note 10]. En milieu funéraire, la déposition d’un service à vin ne correspond généralement plus à l’époque qui nous concerne à une offrande de type héroïque mais plutôt à une représentation du symposion à la grecque [CERCHIAI 1981. 48, note 80]. Il serait intéressant de mieux connaître la position de la femme lucanienne et bruttienne vis-à-vis de la consommation de vin. Le matériel funéraire souligne, on le sait, son lien avec l’oikos ; mais, si on ne peut s’attendre à sa participation active au symposion par exemple, différents indices amènent à se demander si l’évolution de la société italique à partir du ive s. n’a pas eu des conséquences dans ce domaine également.

30 Les amphores égéennes de Tiriolo [SPADEA 1977. 148], Roccagloriosa [ROCCAGLORIOSA I. 279] et Lavello [LUCANIA CENTRO ORIENTALE. 11-12, n°49-50] corinthiennes de Strongoli (Information de J. de La Genière/C. Sabbione) et Roccagloriosa [ROCCAGLORIOSA I. 278-279], puniques de Serra di Vaglio [GRECO (G.) 1982. 75], Roccagloriosa [ROCCAGLORIOSA I. 285-286], Marsico Nuovo [VAL D’AGRI. 24], Tolve [TOLVE. 33], Oppido Lucano et Anzi [TOLVE. 23, note 22], Muro Lucano [LATTANZI 1981. 483], etc. ont obligatoirement transité par une cité côtière. Sur ce point, v. également les remarques de BOTTINI 1988.

31 The uncertainty conceming the contents of the amphoras (oil or wine ?) and the fact that at least in part the Italie people had their own agricultural production are reasons which impair the use of amphoras to prove one-way commercial traffic front the coast toward the interior [GUZZO 1983. 205].

32 VAL D’AGRI. 25. Un pithos a été découvert sous les décombres du four.

33 GUZZO, GRECO 1978.

34 DION 1959. 56.

35 XIII 81,4-5.

36 BAILLY 1950. s.v.

37 XVI 83, 1-2. V. également p. 142.

38 Nombreuses sont les zones réceptrices qui s’empressent d’imiter les formes d’usage courant qui leur parviennent, céramique à vernis noir usuelle, céramique peinte, grands conteneurs. En Sardaigne et en Afrique du Nord, les formes attiques et pré-campaniennes (p. ex. les coupes Lamb. 21/22/25) sont imitées peu de temps après l’arrivage des pièces originales [TRONCHETTI 1985. 30ss.]. La diffusion en Sicile occidentale de céramiques siciliotes (Peintre de Lipari, Groupe de Manfria) entraîne une production locale de la part d’ateliers puniques [C. A. Di Stefano, dans LILIBEO. 56-66].

39 Une seule épave suffit par exemple pour modifier substantiellement le panorama existant : cela a été le cas de El Sec à Majorque [CERDA 1987].

40 C’est le cas par exemple d’un testaccio du iiie s. à Messine [SCIBONA 1987. 453].

41 CAMERATA SCOVAZZO, CASTELLANA 1981.

42 G. Purpura, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 3. 148, n°59.

43 LILYBAEUM. 287, fig. 181b, n° inv. SI/150/74.

44 Rocca di Calatubo, Monte Finestrelle et Montagnola di Sferracavallo [GIUSTOLISI 1986] ; S. Vito, près de Trapani [PURPURA 1982. spéc. fig. 11].

45 BISI 1971. 29-31, fig. III (amphores de petites dimensions avec décor phytomorphe, de la nécropole de Lilibeo).

46 BECHTOLD, VALENTE 1990. spéc. pl. 2 (n° inv. US 46-7).

47 Motyè et Solanto comptent, aux ve-ive s., parmi les centres de production des amphores puniques en forme de cigare [TUSA 1984-85. 554-555 ; 599-600 ; FALSONE 1989] ; pour la production amphorique de Lilibeo à l’époque hellénistique, v. DI STEFANO 1993. 46.

48 Kallias, dans ses Περ γαθοκλέα στορίαι (dans Athén., Deipn., XII 542a), signale que toute la région autour de Palerme est appelée un jardin, parce qu’elle abonde en arbres fruitiers.

49 DS., XIV 48,5.

50 La province de Palerme produit actuellement des vins rouge d’excellente facture (Corvo, Zucco, Regaleali) ainsi que des vins de dessert réputés (secteur Trapani-Marsala).

51 P. 50. Pour la possibilité d’un développement significatif de la viticulture dans la Sicile punique dès l’époque archaïque, v. LANCEL 1992. 73-74.

52 DS., XVI 81,1.

53 DS., XXIII 21.

54 WOLFF 1986. 141-147.

55 BISI 1985 ; WOLFF 1986. 149-150.

56 V. note 56 supra.

57 VEGAS 1987. spéc. 373.

58 Id. 393, n° 114.

59 KARTHAGO I. 40, n° 85 (bord mgs vi) ; 40, n°96 (bord mgs iv/v) ; 180, n°35 (col mgs iii).

60 WOLFF 1986.

61 The evidence of the Greco-Italic amphoras (as well as black glaze ware) points toward fairly vigorous commercial activity beginning in the late 4th and early 3rd centuries...” [WOLFF 1986. 149].

62 Les documents attestant l’arrivage d’amphores d’Italie du Sud à Carthage sont un passage de Diodore (XIII 81,4), du matériel amphorique (v. texte infra) et différents timbres, dont BlΩ, tr.loisio, TPE et X( )PME( ) [v. index].

63 Cette cité punique, particulièrement bien connue pour la période ive-première moitié iiie s., a livré des fragments d’amphores mgs iv [MOREL 1969b. spéc. 508 et fig. 35a : “Fragments d’amphores de type grec, datables autour de 300 av. n.è.”]. La destruction de l’habitat par les Romains en 256 fournit un intéressant terminus ante quem.

64 Une mgs iv bien conservée porte le timbre API [v. index].

65 Deux tombes puniques d’époque hellénistique ont livré une vingtaine d’amphores, 6 puniques et 13 de type grec [BISI 1971]. A.-M. Bisi considère ces dernières comme des productions d’ateliers puniques d’Afrique du Nord (“ci sembra più probabile pensare ad un modello greco-ellenistico adottato presto dai Punici” : Id. 25). C’est possible pour certaines d’entre elles, mais une mgs v porte le timbre ANΔ[P]Ω [v. index], ce qui indique qu’une partie de ce matériel est originaire d’Italie du Sud.

66 La nécropole des ve-iiie s. située sous la scène du théâtre de Leptis a livré plusieurs amphores grecques bien conservées, de forme corinthienne B, de Thasos, ainsi qu’une mgs v [DE MIRO, FIORENTINI 1977. 40-42, spéc. n°56]. Cette dernière, complète à l’exception d’un fragment d’anse, provient de la tombe 5a, qui a livré également de la céramique de table du ive-début iiie s., dont un plat à poisson et une patère Lamb. 55.

67 DS., XIII 81,5.

68 Le matériel amphorique trouvé dans les fouilles de Sabratha est assez abondant pour la période qui intéresse ce travail (fin ve-fin iiie s.) [N. Keay, dans SABRATHA. vol. II,1 6ss.]. A côté des amphores puniques, on trouve des amphores de forme corinthienne B, quelques fragments considérés comme massaliètes, mais également un groupe consistant de gréco-italiques provenant de contextes s’échelonnant entre la fin ive et le début iie s. [Id. 23-24]. Ces amphores sont apparentées aux mgs iv, v et vi et une origine d’Italie du Sud semble plausible pour une partie d’entre elles, étant donné la présence d’un timbre mgs à Mellita (note 71 supra). Mais aucune pièce de Sabratha ne porte de timbre et la prudence est de rigueur.

69 Des amphores gréco-italiques ont été signalées à Berenice, à côté d’amphores puniques, égéennes et corinthiennes [RILEY 1985. 131-133]. J. Riley envisage une origine sicilienne pour une partie de ces gréco-italiques, notamment pour une anse timbrée ΔIOKΛEOY [v. index].

70 C’est au ive s. que la viticulture et l’oléiculture connaissent un réel essor sur le littoral de la Tunisie punique. Ces cultures ne semblent en effet pas très répandues à la fin ve s. (DS., XIII 81,5) mais occupent une superficie importante à l’époque d’Agathocle (Id. XX 8). Les travaux de Magon reflètent alors l’état des connaissances des agronomes carthaginois en matière de viticulture et de vinification [HEURGON 1976]. Carthage en arrive à un certain moment à échanger, dans le port de Charax sur la Grande Syrte, du vin contre du silphion (Strabon XVII 3,20 ; v. CATANI 1985. 149 ; il faut cependant faire remarquer à propos de ce passage, souvent cité, que rien n’indique qu’il s’agit à proprement parler de vin carthaginois). Cela dit, les importations de vin grec n’ont pas manqué. Les restrictions qu’imposaient la législation carthaginoise en matière de consommation de vin (Aristote, Ec., 1344a) documentent d’ailleurs indirectement une consommation significative (sur ce point, v. également note 63 supra).

71 DS., XIV 77,5.

72 La vaisselle à vernis noir de l’épave Secca di Capistello possède des similitudes marquées avec des pièces trouvées dans l’angle occidental de la Sicile et à Carthage. Des coupes à anses relevées et repliées (kylikes Morel 4242e) présentent un bandeau interne surpeint assez original, pour lequel les principaux parallèles proviennent de Carthage, Kerkouane, Utique, Sabratha et Leptis Magna [BLANCK 1978. 104-105 ; 108-109 ; MOREL 1980a. 41, n°15].

73 ROUILLARD 1991. 107ss.

74 CUADRADO 1985 ; ROUILLARD 1991. 149-150.

75 ROUILLARD 1991. 172-179.

76 Id. 178.

77 V. les Actes de la Table ronde de Bordeaux (16-18 déc. 1986) “Grecs et Ibères au ive siècle avant J. -C. Commerce et iconographie”, Paris, 1989.

78 VAN DER MERSCH 1989.

79 V. par exemple le Cerro Macareno (Seville) [PELLICER CATALAN 1978. 390, n°1736].

80 Ametlla de Mar [VILASECA 1957-58].

81 J. Nolla et F. Nieto, dans AMPHORES ROMAINES. 369-370.

82 A Ensérune, dans le Languedoc [JANNORAY 1955. 418].

83 L’existence à Ibiza d’un atelier produisant des amphores gréco-italiques semble confirmée, tout au moins à partir de la fin du iiie s. [RAMON 1981. 112-113 ; CERDA 1987. 441 ; mais voir les remarques dans TCHERNIA 1986. 94, note 154]. Les Baléares constituent un maillon important dans la diffusion de certaines formes amphoriques vers l’Ouest.

84 Un certain nombre d’amphores de cette épave, datée des années 375/50, sont considérées par D. Cerdà comme “de posible procedencia siciliota” [CERDA 1987. 420ss. : types C, H et J]. L’absence de timbres ne permet pas de se faire une opinion définitive, mais d’étroits parallèles se constatent entre le type C de D. Cerdà (13 ex.) et les amphores mgs iv de la première moitié du ive s. [VAN DER MERSCH 1989. 133].

85 Timbre tr. loisio sur une amphore trouvée à Na Guardis, Ses Salines [v. index].

86 Anse timbrée ΓΑΙΟC ΑΡΙCΤΩΝ provenant de Ciudadela [v. index].

87 Cet habitat a livré une importante concentration d’amphores des années 250-200 c., dont un certain nombre portent des graffites en ibérique [SOLIER 1979]. Elles ont dans un premier temps été considérées comme de fabrication languedocienne. Cependant, plusieurs conteneurs portent des timbres en latin (M. LURI, ]A.BI) et en grec (ΑΝΔΡΩΝΟΣ, Μ[...]AK[...]) qui renvoient à l’Italie centro-méridionale [v. index]. L’analyse des pâtes indique de fait que l’origine d’une partie du matériel est la Campanie [M. Picon, M. Ricq, dans AMPHORES ROMAINES. 60-65]. Les estampilles ΑΝΔΡΩΝΟΣ, Μ[...]AK[...] renvoient quant à elles à l’Italie du Sud grecque.

88 Amphore trouvée en mer portant le timbre tr. loisio [v. index].

89 Une amphore mgs v complète trouvée en mer au large d’Agde [LAUBENHEIMER 1990. 30].

90 VENY, CERDA 1972. 310ss.

91 J. Nolla et F. Nieto, dans AMPHORES ROMAINES. 376.

92 AMPHORES ROMAINES. 30-65.

93 V. par exemple GISBERT SANTONJA 1985. 414, n°2.

94 J. Nolla et F. Nieto, dans AMPHORES ROMAINES. 376.

95 M. Passelac, G. Rancoule, Y. Solier, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 142-143.

96 J. Nolla et F. Nieto [dans AMPHORES ROMAINES. 376] soulignent la nécessité d’une meilleure connaissance du rôle de la Sicile dans les trafics d’amphores vinaires avec la péninsule ibérique au iiie s.

97 V. notamment les Atti del Simposio di Ra vello Flotte e commercio nel mar Mediterraneo in epoca ellenistica” (26-28 gennaio 1989).

98 Tharros a livré un nombre important de fragments de conteneurs puniques (Maña C/D), ainsi que d’amphores cataloguées comme massaliètes tardives et gréco-italiques. Ce matériel est publié dans la Rivista di Studi Fenici, 1979ss. Aucun fragment ne porte de timbre et il faut donc se montrer prudent en ce qui concerne la détermination de l’origine : il est possible, sans plus, qu’une partie des gréco-italiques soit originaire d’Italie du Sud (v. par exemple ACQUARO 1979. pl. 29, n° inv. THT 78/11/3 -col de forme mgs vi).

99 Une dizaine d’amphores de la nécropole d’Aleria proviennent d’Italie méridionale : JEHASSE 1973. n°357/358/839/840 et probablement 1215 (mgs iii, timbre NIΩ sur le n°357) ; n°1261/1262/1322/1354/1355 (mgs iv, timbre ANAP sur le n°1322). Les amphores n°358 et 1354 portent un timbre illisible.

100 Anses timbrées TINΘ et ETΞENOT [V. INDEX].

101 Une amphore mgs iv complète portant un timbre effacé sur lequel se lit peut-être une lettre en grec, [..]Γ[..] [MONACCHI 1979. 132, n° 6].

102 Une amphore mgs iii [ETRURIA MINERARIA. 110, n°478] et plusieurs mgs v ont été trouvées à Populonia, dans les nécropoles et l’habitat [E. Shepherd et V. Lambrou, dans AMPHORES ROMAINES. 597-599 ; E. Shepherd, dans POPULONIA. 167-169]. Elles sont datées par contexte entre le milieu ive et le milieu iiie s. L’une d’entre elles porte le timbre ΦΙΛ [v. index].

103 Trois amphores mgs iii bien conservées ont été trouvées à Orbetello même ou dans les environs [MANACORDA 1981. 20-22]. Deux d’entre elles portent un timbre sur l’anse, illisible. La troisième porte le graffite MRK à la base du col. On ne dispose pas d’information chronologique et D. Manacorda suggère une datation “nell’ambito del iii secolo a. C. e forse più nella prima che nella seconda metà del secolo”. La chronologie de la tombe de Cariati (p. 69) incite cependant à les situer plutôt dans la seconde moitié du ive s.

104 Une amphore mgs iv entière, trouvaille sous-marine sporadique [RELITTI DI STORIA. 42, n°19 et fig. 24].

105 Une amphore mgs iv entière (découverte sous-marine sporadique) portant le timbre NOlΩ [v. index].

106 La T. 112 de la nécropole de Gênes (c. 400-350) contenait une amphore mgs iii ainsi que deux cratères à figures rouges [BERNABO BREA, CHIAPPELLA 1951. 176-187, fig. 20-21].

107 L’épave grecque de la Tour-Fondue a livré une quarantaine d’amphores massaliètes (portant des timbres attestés dans les fouilles de la Bourse à Marseille), deux amphores grecques à panse ovoïde d’origine inconnue, ainsi qu’une soixantaine d’amphores à panse en toupie de forme mgs v [JONCHERAY 1989]. Ces dernières ne portent aucun timbre et une origine d’Italie méridionale ne peut donc être proposée qu’à titre d’hypothèse de travail. L. Long, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 63-64, propose une chonologie dans la première moitié/premier quart du iiie s.

108 L’épave Plane 2, datée des années 400-380, transportait une cargaison associant du métal (lingots de cuivre), des amphores (puniques et mgs ii) et de la céramique fine (attique à vernis noir) [P. Pomey, L. Long, dans MARSEILLE GRECQUE. 195-196]. Les produits transportés, mais également les formes céramiques rapprochent cette épave du gisement de Porticello dans le détroit de Messine (p. 65). Comme à Porticello, les amphores mgs II sont associées avec des amphores puniques.

109 Timbre tr. loisio [v. index].

110 V. les remarques de H. Tréziny, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 241-244. A l’exception de l’épave de la Tour Finocchiarola (Cap Corse), qui transportait des amphores Py 4 de la fin ive s. [L. Long, dans Id. 63], le matériel massaliète est rare en Corse méridionale au ive s. : ceci semble une raison supplémentaire pour douter du fait que tous les bords de Tharros catalogués comme massaliètes proviennent réellement de Marseille.

111 Les timbres amphoriques grecs semblent, en règle générale, extrêmement rares en Sardaigne, estampilles rhodiennes du iie s. mises à part [PIANU 1980].

112 LO SCHIAVO, D’ORIANO 1990. 154.

113 TRONCHETTI 1985. 31.

114 LO SCHIAVO, D’ORIANO 1990. 154.

115 V. note 109 supra.

116 LO SCHIAVO, D’ORIANO 1990. 154-156.

117 JEHASSE 1973. 55-112.

118 Pol., III 24. V. JEHASSE 1973. 110-111.

119 J. Heurgon, dans JEHASSE 1973. 554, n°25 (1261) ; 565, n°63 (1215).

120 Cala Rossa : TCHERNIA 1969. 496 ; LIOU 1975. 604 ; 1982. Tour d’Agnello : LIOU 1982. 454.

121 “... il largo raggio di provenienza dei prodotti che confluiscono all’Elba è confermato da una forte presenza di anfore commerciali ; accanto ad’un alta percentuale di greco-italiche, sono da notare anfore etrusche di tipo Py 4 e di quel tipo a orlo obliquo teso presente a Populonia e cosi frequente in Corsica. Benché assai più rare, le anfore ellenistiche di tipo greco-orientale tardo, le massaliote e le puniche ampliano il quadro del mercato marittimo che fornisce l’Elba nel ive iii secolo a. C.” [O. Pancrazzi, dans ETRURIA MINERARIA. 118-119].

122 V. notamment ANELLO 1980 (politique tyrrhénienne de Denys l’Ancien) ; COLONNA 1980-81. 180-183.

123 Ce phénomène est bien documenté à l’île d’Elbe par les fouilles du site de hauteur de Castiglione di S. Martino (île d’Elbe) [A. Corretti, dans COMMERCIO ETRUSCO. 268-270 ; CORRETTI 1988] ; à l’île de Giglio [RENDINI 1989] ; dans les cités côtières de la vallée de l’Albegna (Talamone, Orbetello) [CIAMPOLTRINI 1989] ; dans les habitats de l’intérieur comme Sovana ou Norchia [ARIAS 1971. 83, n°5-6 ; NORCHIA I. 357, n°17]. V. également les références bibliographiques signalées dans STORTI 1987. 941-942, note 18.

124 V. MANACORDA 1981. spéc. 16-24 ; le volume COSA ; les mises au point dans AMPHORES ROMAINES.

125 Sur ce point, v. les remarques de A. Romualdi, dans POPULONIA. 201.

126 T. Mannoni, M. Milanese, dans COMMERCIO ETRUSCO. 270-271 ; M. Milanese, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 220-221.

127 Sur le caractère limité de ces arrivages d’Italie centro-méridionale, v. MOREL 1990. 264.

128 Pour la chronologie des arrivages d’amphores italiennes dans le Midi, v. notamment PY 1978b. 244-251 (oppidum des Castels à Nages, dans le Gard : un pourcentage infime de gréco-italiques à la période Nages II ancien, c. 250-175, les amphores massaliètes restant de loin majoritaires jusqu’au premier quart du iie s.) ; BATS 1982. 259 (Hyères : rareté des amphores d’Italie centro-méridionale au iiie s.) ; L.-F. Gantès, dans MARSEILLE GRECQUE. 176 (Marseille : les amphores d’Italie centro-méridionale représentent 7 % du matériel amphorique dans les années 300-275 ; 10 % jusqu’en 225-200 ; 37,5 % dans les années 200-175). Des ateliers de la zone Provence-Languedoc réalisent au début du IIe s. (peut-être dès la fin iiie ?) des amphores gréco-italiques en pâte micacée [BERTUCCHI 1992. 128-130].

129 Certains chercheurs ont émis l’hypothèse d’une crise de l’industrie vinicole étrusque à partir de 450 environ. Cette crise aurait débouché sur l’arrêt des exportations vers le milieu ive s. De fait, les amphores Py 4A paraissent rares en dehors de l’Etrurie entre 350 et 250 [M. Py, dans COMMERCIO ETRUSCO. 88]. Cependant, on connaît mal les amphores étrusques tardives [CORRETTI 1988] et il est possible que du vin étrusque soit encore exporté à l’époque d’Alexandre en Grèce (note 176 infra). Une chose est certaine : la production amphorique d’Etrurie connaît aux ive-iiie s. de profondes modifications qu’on est encore loin de saisir.

130 Un cellier d’époque hellénistique a livré de la céramique commune, un fragment de vaisselle Gnathia et les restes de quelques amphores de forme mgs v [BAUMGARTEL 1953. 28 -29 et fig. 13].

131 Amphore mgs iii entière, découverte sporadique sous-marine [VRSALOVIC 1974. 90].

132 Les gréco-italiques sont assez nombreuses à Spina, tant dans les nécropoles (120 exemplaires signalés dans DE LUCA DE MARCO 1979. 577-580) que dans l’habitat [DESANTIS 1989. 113-116]. Elles proviennent de contextes de la seconde moitié ive et du iiie s. L’hypothèse d’une origine d’Italie du Sud a été avancée pour une partie de ce matériel : elle est possible, du fait des liens qui existent entre le delta padan et des cités de Grande Grèce et de Sicile, Syracuse notamment. Il est cependant difficile de se prononcer en raison du manque de timbres.

133 Cette épave située un peu au sud de Tarente est datée vers 350 [McCANN 1972]. Elle a livré plusieurs cols qui appartiennent à des mgs iii (Type A de McCann), ainsi que des fragments d’amphores probablement d’origine apulienne (Type B). La présence de céramique type Gnathia, si elle ne constitue pas un argument décisif pour l’origine de ce navire, indique au moins qu’il fréquentait le littoral magno-grec.

134 Amphore de forme mgs v timbrée MEAKA [v. index].

135 Anse timbrée tr.loisio [v. index].

136 Anse timbrée de Messana-la-Mamertine (MAM | trident | MEΣΣ) [v. index].

137 Les Archives de Zénon mentionnent une amphore de vin sicilien (p. 34). Un anse timbrée tr.loisio est signalée dans l’index.

138 Anse timbrée ΓΑΙΟC ΑΡΙCΤΩΝ [v. index].

139 Un col d’amphore gréco-italique non timbré a été signalé parmi le matériel amphorique du camp de Koroni (premier tiers du iiie s.) [VANDERPOOL, Me. CREDIE, STEINBERG 1962. 38, n°44]. V. Grace le considère d’origine occidentale [GRACE 1963. 320, n°44]. Il est possible, sans plus, qu’il s’agisse d’un conteneur d’Italie du Sud (mgs v).

140 Différentes estampilles mgs, dont Γάιος Ἀρίστων / C. ARISTO et t.r.loisio [v. index], ont été trouvées sur ce site [LEPENIOTIS 1991].

141 V. notamment BILLIARD 1913. 68 ; SELTMAN 1957.

142 Corfou : KOEHLER 1979 ; KOURKOUMELIS-RODOSTAMOS 1988 ; Illyrie : DESY 1985. 414-415 ; Spina : DESANTIS 1989. 116.

143 DE MARINIS 1986 ; DESANTIS 1989. 110-113.

144 Ps.-Arist., De mir. ausc., 104. V. également DESANTIS 1989. 107.

145 V. par exemple un fragment de col de mgs iii d’Otranto [OTRANTO. 200, n° 801 et fig. 7 :1].

146 DESANTIS 1989. 117.

147 DE LUCA DE MARCO 1979. 586 :Nessuna differenza apparente corre tra queste anfore di Spina, e molte di quelle che ho potuto vedere in Sicilia.

148 Id. 586 : “... questa anfora potrebbe essere d’importazione siceliota.

149 DESY, DE PAEPE 1990.

150 VOLPE 1988. 84 ; 1990. 60-61 ; 243-244, fig. 240, 1.

151 MARIC 1975-76. 39-42.

152 MANO 1971. 206.

153 TARTARI 1982. 271.

154 M.-T. Cipriano et M.-B. Carre, dans AMPHORES ROMAINES. 90-91.

155 DESY 1985. 414-415.

156 De la céramique à figures rouges lucanienne et siciliote parvient par exemple à Apollonia entre 350 et 280 c. [D’ANDRIA 1986].

157 La fondation de plusieurs colonies est motivée par la recherche de débouchés dans le delta du Pô : la politique adriatique de Denys l’Ancien, puis celle d’Agathocle est bien attestée par les textes. V. BRACCESI 1979.

158 V. par exemple DS., XXI 2,1 (époque d’Agathocle).

159 V. notamment MASSEI 1976 ; ALFIERI 1978. 126-129 ; MAMBELLA 1986. 180-181.

160 D’ANDRIA 1990. 288-289.

161 PCZ IV 59548 (daté de 257) : Λευκαδίου (οἴνου).

162 Agatharchide, dans Athén., Deipn., I 28d.

163 Ps.-Arist., De Mir. Ausc., 104.

164 Dans Athén., Deipn., XV 702b.

165 TCHERNIA 1986. 57.

166 V. par exemple GRACE, EMPEREUR 1981. 413.

167 XIII 81,4-5.

168 XI 25,5.

169 XVI 83,1-2. La substance de ce passage dérive vraisemblablement de Timée [WESTLAKE 1942. 97].

170 Dans Athén., Deipn., XII 519d

171 DS., XII 9,2.

172 Une épave désignée sous le nom Marzamemi H a été reconnue parmi les multiples gisements qui composent le cimetière marin s’étendant au large de Marzamemi, au sud de Syracuse. Des amphores mgs ii en morceaux (cols, fonds) y sont apparemment associées avec des meules et des amphores grecques d’un autre type, non identifié [PARKER 1976-77. 629-630 ; WILSON 1982. 89].

173 Il s’agit d’un gisement situé à faible profondeur et qui ne paraît pas homogène [KAPITÄN, NAGLSCHMIDT 1982]. Toutefois, un certain nombre de fragments d’amphores appartenant à des mgs iii (bords en quart de cercle, courts pieds tronconiques) constituent la trace d’une cargaison [Id. 230 et fig. 1,1-4]. L’absence de céramique fine ne permet pas de préciser la chronologie de ce naufrage, G. Kapitän proposant une date dans le ive s. sur base des ressemblances avec l’épave Madonnina A. La présence d’amphores Maña C2, signalée au hasard d’une note [KAPITÄN 1985], n’apporte rien sur le plan chronologique mais renforce l’idée d’une provenance siciliote de la cargaison.

174 Les restes d’un chargement d’amphores (apparemment des mgs iii) ont été retrouvés dans les eaux devant Torre dei Caprioli, entre Velia et Palinuro [FRESCHI 1988].

175 Environ 25 mgs v ont été récupérées sur un gisement sous-marin situé près d’une zone d’écueils, les Formiche. On y voit généralement les vestiges d’une épave des dernières décennies du ive s. (Relitto Roghi) ; elle n’a cependant livré aucun matériel complémentaire à l’exception d’un pelvis [C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 69-71].

176 Une demi-douzaine de mgs v ont été découvertes au pied du Capo Graziano [C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 88-89]. On considère qu’il s’agit des vestiges d’une épave de la fin ive s. (Capo Graziano B).

177 C’est notamment à cette fin que servent les navires de transport affrétés ou utilisés par la polis, par exemple les trois-mâts dont dispose la marine royale syracusaine au iiie s. : ὁλκάδα τριάρμενον τῶν βασιλικῶν (Plut., Marcellus XIV 8).

178 Dém., Zén., XXXII 18.

179 Dans l’Égypte hellénistique également, le vin peut faire l’objet d’initiatives privées une fois l’ἀπόμοιρα acquittée [PRÉAUX 1939. 186].

180 MOSSÉ 1983.

181 Pol., 1259a.

182 L’information est à rapprocher d’un passage de Diodore (V 13,1-2) évoquant le rôle joué par les emporoi qui achetaient le métal de l’île d’Elbe pour le revendre ou l’échanger à Dicaearcheia (Pouzzoles) et d’autres emporia.

183 XVI 83.

184 XXIII 21.

185 I 83.

186 Malgré les conflits successifs et les frontières instaurées par les gouvernements (par exemple la désignation de l’Halykos comme frontière avec Carthage par Denys l’Ancien), les mouvements d’hommes et d’objets sont courants. Pour la circulation de Grecs et de Puniques dans la zone du canal de Sicile, v. HANS 1983. 113-118 ; VISONA 1985.

187 La circulation de personnes et de denrées dans ces ports devait représenter un apport fiscal pour la cité [CONSOLO LANGHER 1980. 315].

188 Les étrangers et les métèques devaient jouer un rôle dans l’activité maritime des ports d’Italie du Sud, comme c’était le cas à Athènes [MILLETT 1983].

189 XIV 46,1-3.

190 HOFFMANN 1972. 351-352.

191 Différents ports d’Italie méridionale devaient d’ailleurs représenter des points de rupture de charge dans la diffusion d’amphores de Méditerranée orientale vers l’Ouest ou le sud du canal de Sicile [WOLFF 1986. 143 ; 150], et inversement d’amphores puniques vers le bassin tyrrhénien et les zones orientales.

192 Les sites sous-marins de Secca di Capistello et Filicudi F (archipel éolien), Porticello (détroit de Messine), Cala Rossa et ilôts Bruzzi (Corse), El Sec et Cabrera B (Baléares), ont tous livré au moins une amphore punique (les références bibliographiques ont été signalées précédemment).

193 V. la description du Syracuse par Moschion, dans Athén., Deipn., V 206d-209e.

194 Dém., Lacrite XXXV 18 ; v. également le κέρκουρς τρισχίλια τάλαντος δυνάμενος (pinasse de 3 000 talents, soit c. 78 tonnes) signalé par Moschion, dans Athén., Deipn., V 208f.

195 Ce souci se traduit notamment par le doublage de la coque par du plomb, une pratique qui semble se généraliser à partir du ive s. dans le monde grec [GIANFROTTA 1980. 105]. En Italie du Sud, elle est attestée sur le navire de Porticello (p. 65), ainsi que par la description du Syracuse (Moschion, dans Athén., Deipn., V 207b).

196 La présence de navires marchands de diverses nationalités dans les ports siciliens est mentionnée à diverses reprises : épinglons, à côté de DS., XIV 46,1-3 (auquel il vient d’être fait allusion), la mention de (ϕορτήγα πλοία athéniens à Syracuse en 312 (DS., XIX 103,4).

197 Les écrits démosthéniques y font allusion à plusieurs reprises [MILLETT 1983].

198 BATS 1982. 261 ss.

199 ROUSSEL 1970. 57-58.

200 TALBERT 1974. spéc. 164.

201 LEPORE 1952.

202 Au iiie s., la prédominance dans les zones puniques de céramique fine ou semi-fine campano-latiale est tenue pour un reflet de l’activité de négociants de ce secteur dans le sud du bassin Tyrhhénien et le canal de Sicile [MOREL 1980a. spéc. 74-75 ; 1980b]. Différents traités passés dans la seconde moitié du ive s. entre Rome et Carthage d’une part (348 ; 305), Rome et Tarente d’autre part (302), sont fréquemment interprétés comme une extension de la main-mise de Rome sur le commerce maritime en Tyrrhénienne inférieure et dans la zone du canal de Sicile (présentation et bibliographie de ces traités dans SCARDIGLI 1991).

203 Cette juxtaposition de points de vue, qui privilégient chacun le dynamisme d’armateurs-négociants d’une nationalité précise, est difficilement conciliable. Il faut avant tout souligner que les cités d’Italie du Sud devaient permettre à tous les intermédiaires, quelle que soit leur nationalité, d’intervenir dans la mesure de leurs connexions économiques. Mais il est évident que si les marins et capitaines massaliotes par exemple prennent une part active dans la commercialisation des denrées d’Italie du Sud (vers l’Attique etc.), ils n’exercent pas pour autant de mainmise sur la commercialisation des produits siciliotes.

204 Platon, Lettres 329e.

205 Zén., XXXII.

206 Zén., XXXII 4.

207 “It is difficult to say with certainty whose ships were responsible for distributing Punic goods to Marseille and Massaliote goods to Carthage in the 5th-3rd centuries” [WOLFF 1986. 147].

208 Le corpus démosthénique, au ive s., ainsi que divers papyri des iiie-iie s. font état d’équipages constitués de marins et d’un capitaine de nationalités différentes.

209 La présence simultanée de denrées d’origines diverses ne signifie rien, en ce sens qu’il était possible à l’époque qui nous occupe ici de se les procurer dans n’importe quel port d’Italie du Sud digne de ce nom. Les quelques pièces puniques des épaves Secca di Capistello et Filicudi F [BLANCK 1978. 110-111 ; C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91] n’autorisent pas plus à parler de navire punique que la fameuse lampe de même origine retrouvée sur l’épave archaïque d’Antibes.

210 Pour les difficultés d’interprétation des graffites commerciaux grecs et puniques sur le navire de El Sec, v. DE HOZ 1989.

211 Xén., Ec., XX 27.

212 Un exemple : dans les Menaechmi, dont l’original grec fut rédigé vers 275-70, Plaute conte les déboires d’un mercator Siculus qui conduit à Tarente un navire marchand (navem magnani multis mercibus) à l’occasion d’une foire (Men., 17ss.). La présence de marchands siciliotes est par ailleurs attestée dans différentes cités portuaires du bassin oriental, comme Cyrène ou Alexandrie [CONSOLO LANGHER 1980. 303].

213 Sur ce point, v. notamment DE SENSI SESTITO 1975-76. Ces mesures débouchent sur la multiplication de rapports de proxénie entre cités d’Italie du Sud et de Méditerranée orientale [RIZZO 1974 ; MANGANARO 1992. 394-395]

214 Dans son ouvrage Περὶ Ταρίχων, cité dans Athén., Deipn., III 116b-d. Euthydème est un auteur du iie s.

215 SALVIAT 1986. 191.

216 L’idée d’un commerce de vin campanien assez important au iiie s. remonte aux années 50 [LEPORE 1952] et est largement suivie [MELE 1986].

217 MOREL 1988b. 54 ; D. Manacorda, dans AMPHORES ROMAINES. 443-444, note 2.

218 PURCELL 1985. 5, note 19.

219 MOREL 1988b. 54.

220 TCHERNIA 1986. 48 ; A. Carandini, dans AMPHORES ROMAINES. 507.

221 Epaves de Terrasini près de Palerme [PURPURA 1974] ; Cala Rossa en Corse (note 131 supra) ; Cala Diavolo-île de Montecristo en Etrurie [A. Maggiani, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 1. 65-68]. Des graffites en latin archaïque ont été signalés à Terrasini (l. aimiilio, incisé avant cuisson : v. CIL I2 2902a) et Cala Rossa (l(ucius) aure(lius), [.]minuci) ; au moins un timbre en latin est connu à Cala Rossa.

222 V. notamment les estampilles q. ant [BRUGNONE 1986. 102, n°1], m. antestio [CIL X 8051.4 ; I 2 3491], ]’antio [PELLEGRINI 1887. 281, n°652], q. antro [PELLEGRINI 1887. 281-282, n°653-656 ; CIL X 8051.5 ; BRUGNONE 1986. 102, n°2], m. bai [PELLEGRINI 1887. 283, n°671], l’bai [VIOLA 1885. 287, n°276], q. iventi et ti.q.iventi [PELLEGRINI 1887. 285-287, n° 693-696 et 711 ; CIL X 8051.19 ; DE JULIIS 1984. 428, note 7], mva et m.va [PELLEGRINI 1887. 289, n°727 ; LILYBAEUM. 146, fig. 80,a ; BRUGNONE 1986. 111, n°17]. D. Manacorda [dans AMPHORES ROMAINES. 444, note 4] ajoute t. pos [BRUGNONE 1986. 112, n°21], l.va.pe [SALINAS 1884. 328] et l. val [PELLEGRINI 1887. 289, n°729].

223 m. antestio à Carthage [CIL VIII 22637.11] et Constantine [BERTHIER 1980. 23] ; antio [CIL VIII 22637.12], q.antr [Id. 22637.10] et l vale[...] à Carthage [DELATTRE 1885. 217, n°73].

224 PURCELL 1985. 6.

225 V. par exemple deux amphores de l’habitat de Pompéi, bien conservées, provenant des environs d’un hestiatorion installé à la fin ive s. et en usage pendant tout le iiie s. [D’AMBROSIO, DE CARO 1989. 207, n° inv. FC 3449 ; 211, n° inv. FC 1800A].

226 Le matériel amphorique campanien des ive-iiie s. est, quoi qu’on en dise, mal connu et les publications à venir devraient apporter d’intéressantes informations.

227 Tite-Live signale, dans le contexte de l’année 217, que les troupes puniques ne doivent pas espérer trouver de quoi s’alimenter dans l’ager Falemus dans la mesure où, planté de vignes et vergers, il est dépourvu de cultures céréalières : "... quia ea regio praesentis erat copiae, non perpetuae, arbusta vineaeque et consita omnia magis amoenis quam necessariis fructibus” (XXII 14-15). Un soupçon d’anachronisme pèse sur cette remarque [PURCELL 1985. 6, note 24 ; TCHERNIA 1986. 57] : on a l’impression de se trouver, comme dans le cas d’autres descriptions concernant par exemple la zone de Nola (XXIII 45 : “... marcere Campana luxuria, vino et scortis omnibusque lustris”), devant un topos projetant une vision plus récente. Cela dit, si les remarques de Tite-Live décrivent réellement la situation de l’époque de la seconde guerre punique, le développement du vignoble de Yager Falemus doit se situer entre les guerres samnites et cette date. Tite-Live ne fait en tout cas aucune allusion à un commerce de vin.

228 FREDERIKSEN 1984. 225.

229 Pour l’incidence des colonies maritimes sur la diffusion de la céramique romaine à vernis noir, v. MOREL 1988b. 53-54 ; pour leur production agricole, v. GRAHAM MASON 1992.

230 V. les remarques à ce propos dans EMPEREUR, HESNARD 1987. 26-27.

231 Un passage de Polybe (VIII 31,4-6) indique que des Romains -des marchands selon toute vraisemblance-possèdent des maisons à Tarente à l’époque de la seconde guerre punique (τὰς τῶν Ῥωμαίων οὶκίας). Il serait intéressant de déterminer dans quelle mesure des productores latins ont pu prendre pied dans le Sud avant la seconde guerre punique, mais jusqu’à présent, c’est l’aspect politico-militaire de l’expansion romaine qui a focalisé l’attention. P. G. Guzzo m’a fait remarquer que des entrepreneurs latins ont très bien pu mettre sur pied dès les premières décennies du iiie s. des antennes de leurs officines dans le Sud, voire simplement phagocyter une officine existante. Dans le cas de Poseidonia, M. Torelli estime, sur base de la céramique à vernis noir, que la production artisanale passe rapidement “in mani romane o comunque sotto controllo produttivo romano” [TORELLI 1988. 96]. En ce qui concerne spécifiquement le matériel amphorique, on aimerait disposer d’informations plus précises quant au contexte dans lequel différents timbres latins ont été trouvés : ainsi, à Tarente, une anse timbrée q.iventi a été signalée dans un dépotoir [DE JULIIS 1984. 428, note 7].

232 GRACE 1985. 40-41.

233 Un exemplaire a été signalé à Constantine dans un contexte fin iiie s., en compagnie d’estampilles rhodiennes [BERTHIER 1980. 23].

234 Trois exemplaires de cette estampille ont été trouvés à Pech Maho, un site peut-être détruit lors de la seconde guerre punique [AMPHORES ROMAINES. 30-31]. Cette marque ne semble pas attestée en Italie méridionale.

235 Aucun timbre latin n’a, semble-t-il, été signalé à Sélinonte par exemple (ce qui le situerait ante 250), ou à Poseidonia dans un contexte antérieur au passage sous administration romaine (ante 273).

236 Il a été trouvé à Minturnes, dans un dépôt céramique ne semblant pas dépasser 245 [AMPHORES ROMAINES. 31]. J.-P. Morel suggère de rapprocher cette estampille amphorique du timbre VAL + massue qui apparaît sur la céramique à vernis noir de production locale [MOREL 1988b. 54, note 44]. V. également CIL I2 2878.

237 T.-L., XXI 63.

238 Q. Claudius et G. Flaminius ont frappé fort : une charge utile de 300 amphores correspond à une embarcation de c. 12-15 tonnes, ce qui est modeste pour l’époque (note 205 supra).

239 TCHERNIA 1986. 51-53 ; Id., dans AMPHORES ROMAINES. 31.

240 Rappelons, en ce qui concerne les prix du vin, qu’il est dangereux de généraliser au départ des données concernant un terroir, voire une région. Une étude des années 40 avait conclu, sur base d’inscriptions de Delos, Rheneia et Mykonos, qu’au iiie s., l’offre avait graduellement dépassé la demande dans le bassin égéen, entraînant une chute généralisée des prix du vin, et par contrecoup un désintérêt pour la viticulture [KENT 1948. 311-313]. Cette vision s’accorde mal, on l’admettra, avec la situation qu’on constate dans d’autres cités-états de l’Egée à ce moment.

241 Un des aspects essentiels du mode de vie grec qui s’impose aux confins de la Méditerranée du ive s. est le monde du vin et du banquet, cette combinaison d’images mentales au service du dionysisme [LAURENS, SCHWALLER 1989. spéc. 391-392].

Table des illustrations

Titre L’HINTERLAND DE LA GRANDE GRECE
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre L’ITALIE MERIDIONALE
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre L’AFRIQUE DU NORD PUNIQUE
Légende Note 62Note 63Note 64Note 65Note 66Note 67Note 68Note 69
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre L’OUEST MÉDITERRANÉE
Légende Note 84Note 85Note 86Note 87Note 88Note 89
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/981/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre LE BASSIN TYRRHÉNIEN ET LE MIDI
Légende Note 98Note 99Note 100Note 101Note 102Note 103Note 104Note 105Note 106Note 107Note 108Note 109
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/981/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre L’ADRIATIQUE ET LA MEDITERRANEE ORIENTALE
Légende Note 130Note 131Note 132Note 133Note 134Note 135Note 136Note 137Note 138Note 139Note 140
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre ÉPAVES ET GISEMENTS AYANT LIVRÉ DES AMPHORES D’Italie DU SUD
Légende Note172Note173Note174Note175Note176
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/981/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540