Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile

 | 
Christian Vandermersch

IV. L’organisation de la production

Texte intégral

  • 1 V. par exemple PRÉAUX 1939. 165-186.

1La production de vin et d’amphores dans l’Italie du Sud des ive-iiie s. suscite des questions touchant à l’économie quotidienne. Quelle est l’activité respective des agglomérations et des zones rurales ? Qui sont les vignerons, les céramistes et quels sont leurs rapports ? Quel rôle joue l’administration ? Les documents précis, d’ordre économique ou fiscal, sont peu nombreux, à l’inverse de régions comme l’Égypte ptolémaïque ou l’Égée1. Cela dit, il est possible de faire une première série de remarques.

VILLE ET CAMPAGNE

2Les documents examinés au chap. iii montrent que des amphores vinaires sont produites à la fois en milieu urbain et en milieu rural, c’est-à-dire dans des environnements assez différents, tant sur le plan spatial qu’économique.

  • 2 Les Tables d’Hèrakleia [IG XIV 645] donnent une bonne idée de l’exploitation d’arbres fruitiers dan (...)

3♦ Dans les cités côtières et leurs alentours immédiats, la production d’amphores vinaires se décompose en différentes activités : exploitation des κλήρι proches2 ; traitement du raisin dans la campagne même ou en ville ; fabrication de conteneurs céramiques. A ces activités correspondent des infrastructures de natures et tailles diverses.

  • 3 SPARKES 1976.
  • 4 Le climat méditerranéen permet la fermentation du jus de raisin à l’air libre, dans des vasques de (...)

4Il est tout à fait possible de produire du vin avec des moyens relativement simples : quelques claies (ψίαθοs) pour sécher le raisin, une vasque en terre-cuite ou en pierre (ληνὸς λίθινος), un panier destiné à filtrer le marc (τρύγοιπος), une rigole conduisant à une vasque enterrée (ύπολήνιον) ou des πίθοι. La céramique attique à figures noires et figures rouges de la fin vie– première moitié ve s. illustre des scènes de foulage de ce genre3 et il est vraisemblable que les choses avaient peu changé pour les petits viticulteurs des ive-iiie s. La fermentation pouvait par ailleurs très bien se faire dans la vasque servant au foulage4.

  • 5 Pour les aspects techniques, v. AMOURETTI 1986. 173.
  • 6 De Agr., 18-19. La seule modification qu’il convenait d’y apporter pour le raisin était d’augmenter (...)
  • 7 DE WAELE 1980.
  • 8 Une margelle de puits d’époque grecque conservée au Musée de Naples montre une scène de production (...)
  • 9 BRUN 1986. 60 ; 224-225.

5Une question qui n’est pas claire est celle de l’emploi éventuel de pressoirs à levier5. Caton est le premier auteur à en faire mention pour l’Italie méridionale et précise qu’on pouvait tout aussi bien s’en servir pour écraser les olives que pour presser les raisins6. Cela dit, la technique est connue dans l’Italie du Sud grecque des ive-iiie s. : un établissement agrigentin du ive s. situé sur la Rupe Atenea utilisait un pressoir de ce type pour produire de l’huile7. On ne possède cependant aucune information concrète concernant son usage dans le cadre de la production de vin8. L’opinion généralement avancée est que le pressoir à levier est peu utilisé à l’époque grecque dans les établissements viticoles, pour une question de rendement : il n’augmente la quantité de moût recueillie que de c. 15 %9. Quoi qu’il en soit, l’emploi de pressoirs mécaniques se généralise au ive s. et il n’est pas à exclure que des établissements spécialisés en aient possédé (v. infra).

  • 10 DS., XIII 83,3.

6Si les moyens utilisés pour produire du vin peuvent varier considérablement, la taille des installations, elle aussi, peut être très différente. Des installations importantes existent : c’est le cas d’un ensemble de vinification et stockage en activité à Agrigente vers la fin du ve s.10

  • 11 L’agencement des installations, la taille de cette vasque et le souci de son étanchéité (κεκονιαμέν (...)
  • 12 Toujours sur base d’une amphore de 20-22 l (note précédente), la capacité de ce chai peut être esti (...)

Le chai de Tellias
Cette installation se trouve dans la cité même, à côté de l’habitation d’un riche citoyen, Tellias. Elle comprend une vasque (κολυμβήθρα) d’une capacité de 1 000 amphores, apparemment destinée au foulage11. Une canalisation la raccorde directement au chai (πιθεών) constitué de 300 pithoi installés dans des excavations de la roche et d’une contenance de 100 amphores chacun12 : εἶναι δ’ ἐν αὐτῳ τριακοσίους μὲν πίθους ἐξ αὐτῆς τῆς πέτρας τετμημένους, ἕκαστον ἑκατὸν ἀμϕορεῖς χωροὺντα.

  • 13 Les chiffres avancés par Diodore - notamment la taille des pithoi ( 2 000 l) - sont souvent accueil (...)
  • 14 SALVIAT 1986. 151.
  • 15 SCEGLOV 1976. 97 (établissement n° 26 de la chôra de Chersonèse).
  • 16 Dans Athén., Deipn., XII 519d. Ce passage a donné lieu à deux interprétations : certains estiment q (...)

7Sa taille est considérable13 : à Thasos, vers la même époque, un chai d’une centaine de pithoi correspond à un grand vignoble14 ; à Chersonèse Taurique, un important établissement viticole du ive s. comprend un vignoble de 21,4 hl et sa production annuelle est évaluée à 900-950 hl15. L’installation d’Agrigente ne devait cependant pas être isolée : Timée16 rapporte l’existence à Sybaris d’un système complexe de canalisations destinées à amener le vin depuis les campagnes jusqu’à des οἰνῶνες (chais) se situant ἐγγὺς τῆς θαλάσσης. Il est intéressant de noter que le chai de Tellias ne possède apparemment pas de pressoir.

  • 17 M. Barra Bagnasco [dans LOCRI EPIZEFIRI III. 20, note 93] estime que la production d’huile et de vi (...)
  • 18 MANGANARO 1989. 193.
  • 19 Pour l’interprétation de ληνός, v. note 48 infra.
  • 20 Λαύρα désigne un passage (de ville), une allée : de là, l’idée d’un quartier caractérisé par une ac (...)
  • 21 Il peut s’agir de fouloirs/pressoirs publics ou possédés par des personnes spécialisées dans la tra (...)

8On trouve également en milieu urbain des installations plus modestes de traitement et de conservation du raisin et des olives17. Un contrat de Kamarina18, d’époque hellénistique, mentionne le regroupement de fouloirs/pressoirs en un point précis de la ville appelé λαύρα ά τᾶν λανῶν19, Quartier20 des fouloirs/pressoirs21.

  • 22 Les Tables n’auraient pas manqué d’y faire allusion, dans la mesure où elles décrivent de manière a (...)
  • 23 Cela semble le cas des fermes de Capo di Casa et Iurato, situées à faible distance de Kamarina.
  • 24 SCEGLOV 1976. 53.

9Les Tables d’Hèrakleia L., qui précisent les modalités de l’exploitation de vignobles et d’olivettes situés dans la chôra proche, ne signalent pas de fouloirs22 : le traitement des récoltes devait se faire en ville. Les établissements situés à courte distance de la cité et qui étaient démunis d’installations adéquates devaient procéder de la même manière23. Des concentrations de fouloirs pouvaient également exister dans les environs immédiats de la cité, le long d’une voie d’accès par exemple : ainsi, à Chersonèse Taurique, un bourg de vignerons du ive s. situé à environ 700 m de la cité comprend des pressoirs avec plates-formes de foulage, des réservoirs à jus de raisin et des entrepôts à vin24.

  • 25 ADAMESTEANU 1973. 56-59.
  • 26 Cette ferme occupée dans la seconde moitié du ive s. a livré entre autres documents de son activité (...)
  • 27 CARTER 1979. 9-10.
  • 28 Id. VII 24-25.

10En d’autres occasions, les vendanges sont traitées directement dans la campagne. Des établissements ruraux, parfois peu éloignés de la cité, possèdent le matériel nécessaire au traitement du raisin et des olives : fouloir, jarres semi-enterrées, vasques. C’est le cas à Métaponte des établissements de Contrada del Lupo25, Ponte Fabrizio26 et Fattoria Stefan27. On trouve également des fouloirs en bordure même des champs de vigne (p. 35-36) : Théocrite28 évoque le fouloir à raisin d’un citadin, τινος ἀστῶν λανὸν, situé en pleine campagne. Cette production de vin en milieu rural est indissociable des Διονύσια κατ’ ἀγρούς, qui sont très importantes en Italie du Sud.

  • 29 Il peut arriver qu’un atelier céramique soit situé juste en dehors des murs (Kamarina : SICILIA SUD (...)
  • 30 En ce sens qu’elles concentrent des activités complémentaires et bien distinctes visant à la transf (...)
  • 31 Deux bassins en tuile contenant de l’argile destinée à être travaillée ont été retrouvés à proximit (...)
  • 32 M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 28.
  • 33 PELAGATTI 1984-85. 687ss.

11La fabrication de grands conteneurs complète ces installations vinicoles. Une partie de la production urbaine29 a lieu au sein des kerameikoi, comme l’indiquent les rebuts de cuisson découverts à Métaponte et Lokroi. Ces zones, qu’on peut qualifier d’industrielles30, regroupent des installations (ἐργαστήρια) destinées à la préparation de l’argile et sa cuisson. A Lokroi, des zones de travail et de décantation de l’argile31, ainsi qu’une douzaine de fours, étaient concentrés le long d’une voie de pénétration urbaine. Plusieurs fours ont un diamètre supérieur à 3 m et servaient pour les grands conteneurs et les tuiles. L’un d’eux, d’un diamètre de 3,80 m, était spécifiquement destiné aux amphores commerciales et possédait dans ce but un système élaboré d’arches destinées à soutenir la grille de cuisson32. A Kamarina, un dépôt situé en plein centre ville contenait des centaines d’amphores vides33 : on peut y voir une zone de stockage, probablement l’annexe d’un céramique urbain.

  • 34 C’est le cas à Lokroi. La place disponible dans le four autour des amphores permettait d’y placer d (...)
  • 35 A Laos par exemple [BARONE et alii 1986. 108].

12Des amphores sont également fabriquées dans des ateliers plus petits, jouxtant une maison particulière. C’est le cas à Pian delle Vigne (Medma), à la Piazzetta (Kaulonia), dans le quartier artisanal d’Hèrakleia L. [v. chap. ii]. On ne connaît pas jusqu’à présent d’atelier destiné exclusivement aux amphores : ils sont en général assez polyvalents et la production d’amphores s’insère dans le cadre plus large de l’instrumentum et des matériaux de construction34. Vers le milieu du ive s., des amphores sont produites dans des cités gréco-italiques du littoral, l’exemple le mieux documenté étant Hipponion. Dans ces cités également, il existe à la fois de véritables céramiques et des maisons-ateliers35.

  • 36 Sant’Angelo Vecchio, c. 8 km de Métaponte : EDLUND 1986.

13A côté des céramiques urbains et des maisons-ateliers, il faut également tenir compte de l’activité des ateliers établis dans les faubourgs, c’est-à-dire à 1-2 heures de marche36.

  • 37 La bibliographie sur le sujet est vaste et on se contentera de quelques références. A Tarente, la c (...)
  • 38 L’établissement d’Italiques dans les campagnes littorales de Grande Grèce est un phénomène attesté (...)
  • 39 Pour le concept d’urbanisation des campagnes, v. L. Bellicini, La campagna urbanizzata. Fattorie e (...)

14♦ L’arrière-pays. Entre la fin du ve et le milieu du ive s., l’occupation du territoire s’intensifie fortement en Italie méridionale. Ceci se constate à la fois dans les zones restées grecques37 et dans les territoires devenus au fil des années gréco-italiques (plaine du Silaris, littoral tyrrhénien entre Pyxous et Medma)38. On assiste à l’implantation d’un nombre important d’exploitations rurales habitées en permanence. Cette véritable colonisation agricole constitue une étape importante de l’urbanisation des campagnes d’Italie méridionale39.

15Dans les zones restées grecques, ce phénomène se note dans le territoire avoisinant (πρόσχωρος) mais aussi dans les zones plus éloignées, les collines, landes et plateaux de l’arrière-pays qu’on désigne par le terme de ἐσχατιά. Un texte évoquant l’arrivée de nouveaux colons à Sybaris (c. 446) établit clairement cette distinction entre terres de faubourg et terres de confins :

  • 40 DS., XII 11,1. Sur cet épisode, v. les remarques de MOGGI 1987.

...πρὸς δὲ τούτοις τὴν μὲν σύγγενυς τῇ πόλει χώραν κατεκληρούχουν ἑαυτοῖς, τὴν δὲ πόρρω κειμένην τοῖς ἐπήλυσι,... car les Sybarites de souche se divisèrent entre eux les campagnes voisines de la cité, laissant aux nouveaux arrivés les campagnes plus éloignées40.

  • 41 GHINATTI 1974. 777 ; GUZZO, LUPPINO 1980. 864ss. ; ROCCAGLORIOSA I. 199-201.
  • 42 GUZZO, LUPPINO 1980. 863 ; GIVIGLIANO 1989. 749, note 36.
  • 43 S. Luppino, dans TEMESA. 77ss.

16L’implantation de centres fortifiés (ϕρούρις) en des points extrêmes du territoire est le corollaire de l’intérêt porté à ces zones jusque-là marginales41. Dans les zones gréco-italiques, les établissements s’installent soit à quelques kilomètres de la mer, sur les hauteurs des dernières dorsales qui descendent des collines (comme c’est le cas tant sur le littoral ionien que sur le littoral tyrrhénien du Bruttium42), soit sur les contreforts de vallées donnant sur le littoral (comme c’est le cas dans la vallée du Savuto43).

17L’installation de ces établissements a un impact évident sur l’économie rurale, et surtout sur deux aspects souvent tenus pour conflictuels : l’élevage et l’arboriculture. En ce qui concerne l’arboriculture, la présence effective des paysans permet des plantations requérant de l’attention tout au long du cycle saisonnier, notamment les vignes, les vergers de qualité, les légumineuses.

  • 44 MANGANARO 1989. 203-205, Morg. I, terra.

18On constate à cette époque l’existence d’établissements spécialisés dans la viticulture. Un contrat de vente de Sicile orientale, que G. Manganaro attribue à Morgantina44, permet de se faire une idée d’un établissement viticole du iiie s.

  • 45 L. Dubois [BULL. EPIG. 1990 n°859] propose de lire τοῦ στα[θ]μο[ῦ] παντὸς ὅ κ’ ᾗ [ἐ]μβασίεσσιν et d (...)
  • 46 Le terme est rare et a une signification proche de ἂμπελος (Hesych., s.v. δάλα ἅμπελος). L’emploi d (...)
  • 47 BUCK 1983. 16ss.
  • 48 Le terme ληνός, dans le cadre d’une production de vin, peut avoir deux sens : cuve de fermentation (...)

L’établissement viticole de Lusôn
Ἐπ(ὶ) ἱαρπόλου Ὄρθωνος, Θευδα[ισίου·] ὠνεῖτα[ι ἀμπέ]λους καὶ τὰ ἑπόμενα πάντα ταῖς [ἀμ]πέλοις καὶ [τοῦ λα]νοῦ δύο μέρεα, τῶν δάλλων τὰ ἥμισσα, τοῦ στα[θ]μο[ῦ] παντὸς, ὅκ’ ἡ [ἔ]μβασι(ς) ἐσ(τ)ὶν καὶ τῶν ἄλλων ἐντ[ὸς] τὰ ἥμισσα Λύσων Ἱππία 21 talents et 115 drachmes (suivent les noms des vendeurs et témoins).
A côté du vignoble (ἀμπέλοις) proprement dit et de la ferme (σταθμός45) attenante, il est question d’un λανός, de tout ce qui se rattache au vignoble (τὰ ἑπόμενα πάντα) et d’une pépinière (δάλλων46). Lusôn, fils d’Hippias, acquiert donc non seulement un vignoble, mais une exploitation qui lui permet de produire du vin : un fundus cum instrumento, pour reprendre la terminologie des juristes latins47. L’expression τὰ ἑπόμενα πάντα désigne selon toute vraisemblance l’outillage spécialisé ainsi que les conteneurs de stockage semi-enterrés. L’expression [τοῦλα]νοῦ δύο μέρεα, un peu curieuse, pourrait être comprise comme les deux parties du fouloir ou les deux parties du pressoir48. Dans le premier cas on pourrait imaginer un ensemble fouloir-cuve ; dans le second un pressoir à levier avec ancrage dans le mur : on a vu ci-dessus que ce type de pressoir est connu dans la Sicile du ive s.

  • 49 GRECO (E.) 1988. 493.
  • 50 Dans le secteur d’Isola Capo Rizzuto, différents établissements installés sur le bord de terrasses (...)
  • 51 V. les établissements de Manfria, Butera, Priorato, Poggio Marcato di Agnone signalés dans ces page (...)
  • 52 Pour le lien entre l’absence apparente de lotissement dans le Marchesato et la pratique de cultures (...)

19À côté de cela, on trouve plus fréquemment des établissements combinant plusieurs activités : céréaliculture (meule), arboriculture (fouloir/pressoir) et élevage (récipients pour la fabrication de fromage ; poids de tissage). C’est le cas notamment dans la plaine du Silaris49, la Crotoniatide50 et les Campi Geloi51, d’établissements installés sur un plateau, une terrasse ou le sommet d’une colline. L’implantation de ces établissements, qui ne sont pas inscrits dans un système de lotissement comparable à celui du Métapontin par exemple, se prête bien à la pratique de l’arboriculture52 (v. la ferme de Priorato, infra) et permet en outre de combiner des activités aussi difficiles à concilier que l’arboriculture et l’élevage (v. la ferme de Montegiordano, infra).

  • 53 Etablissements de Rovine di Palma (altitude 150 m) [PAESTUM. 26, n°20] et Campo di Pere (note 59 in (...)
  • 54 ADAMESTEANU 1973. 54-56.
  • 55 Ex. : Serra del Frasso (350-300) [GUZZO, LUPPINO 1980. 861, note 64].
  • 56 La production coroplastique d’établissements ruraux situés au nord du Neto est abondante aux ive-ii (...)
  • 57 ADAMESTEANU 1958 a & b.
  • 58 LATTANZI 1979. 327-328 ; TOLVE. 15 ; GUZZO 1983. 203 ; S. Bianco, dans SORGENTI DEL LAO. spéc. 146  (...)

20Une autre conséquence de cette urbanisation des campagnes est que bon nombre d’établissements du territoire posidoniate53, du Métapontin54, des environs de Petelia55, de la Crotoniatide56, des Campi Geloi57 produisent leur propre céramique. Ceci est vrai pour la vaisselle commune et les matériaux de construction, mais également pour des pièces exigeant une maîtrise technique (terres cuites architectoniques, coroplastique, vaisselle à vernis noir et à figures rouges). Un phénomène similaire se constate dans des établissements strictement italiques de l’intérieur58.

  • 59 Un exemple parmi d’autres : à la fin ive-début iiie s., l’établissement rural de Campo di Pere (c. (...)
  • 60 Le site de contrada Jeritano se trouve sur des terrasses littorales, à 5 km de Kaulonia. Il a livré (...)
  • 61 Plusieurs établissements ruraux occupés par des Italiques ont été localisés près de Ciro [LATTANZI (...)
  • 62 Dans les fermes de Chersonèse, une production d’amphores est bien attestée à partir du ive s. (v. n (...)

21La production de grands conteneurs est documentée dans des établissements de la plaine du Silaris59, du littoral ionien (Camini60, Ciro61, Montegiordano), des collines de Sicile méridionale (les établissements de Manfria et Poggio Marcato di Agnone se trouvent à environ 300 m au-dessus du niveau de la mer). Plusieurs établissements signalés ci-dessus (Montegiordano, Manfria...) combinent production de vin/huile et production de grands conteneurs : le parallèle peut être fait avec des établissements à peu près contemporains de mer Noire62.

  • 63 On note cependant que Caton (De agr., 135,1) évoque l’achat de dolia en ville.
  • 64 Parlant d’une ἐσχατιά attique du ive s., Démosthène (Phénip., XLII 7) souligne l’avantage de bois d (...)
  • 65 V. par exemple CARTER 1979. 10-11 ; 1986a. 451.
  • 66 V. par exemple CARTER 1986a. 452.
  • 67 Caton, De agr., 23.
  • 68 A côté des fouloirs/pressoirs déjà signalés, de nombreux établissements disposent également d’insta (...)

22La production de conteneurs achromes dans les établissements de l’arrière-pays se comprend d’autant mieux qu’elle ne pose pas de problèmes techniques majeurs et permet d’éviter les aléas d’un transport terrestre63. Elle devait être facilitée par la disponibilité en bois64, eau65 et argile66 ; en des endroits comme les contreforts de la Sila et de l’Aspromonte, l’abondance de poix est un avantage supplémentaire (p. 46-47). Il est possible que des potiers itinérants aient effectué des lots à la demande ou donné un coup de main le temps nécessaire – d’autant que la demande en amphores est un phénomène saisonnier : Ad vindemiam quae opus sunt ut parentur67. Cette production de grands conteneurs va de pair avec une planimétrie accordant une place significative aux dispositifs de stockage pour les liquides (rigoles, citernes, pithoi semi-enterrés)68.

  • 69 Les modalités d’approvisionnement en matériel céramique des fermes isolées sont rappelées dans PEAC (...)
  • 70 Non si può immaginare che due o più fattorie si rifornissero di recipienti presso un’unica forna (...)
  • 71 V. par exemple EMPEREUR, PICON 1986.
  • 72 Scornavacche est un “villagio di ceramisti, vasai e coroplasti”, particulièrement actif dans la sec (...)

23Mais, si des micro-ateliers existent, on ne peut pas pour autant conclure à une atomisation totale de la production, car tous les établissements produisant du vin ou de l’huile ne disposent pas d’un four69. P. G. Guzzo70 n’écarte pas l’existence dans le Bruttium de zones d’ateliers destinées à alimenter des fermes environnantes, une hypothèse très plausible pour différentes raisons. D’abord, si on ne connaît pas jusqu’ici d’atelier autonome produisant exclusivement des amphores (alors que pareils ateliers sont bien documentés en Méditerranée orientale71), il existe en Sicile un véritable village de potiers, Scornavacche, très actif à l’époque qui nous concerne72. D’autre part, certains établissements ruraux disposent de toute évidence d’une infrastructure qui dépasse leurs besoins propres et permet d’approvisionner les petites fermes des alentours.

  • 73 ADAMESTEANU 1958a. 333.

La production céramique de l’établissement de Manfria (que D. Adamesteanu qualifie de fattoria-officina) est significative : des fours étaient installés à peu de distance de l’établissement, un dépotoir contenait une quantité considérable de céramique commune, à vernis noir et à figures rouges, de coroplastique et de conteneurs (plusieurs milliers de fragments), la répétition des formes est bien établie. Les produits fabriqués à Manfria se retrouvent dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres73.

  • 74 V. par exemple P. Bottini, dans VAL D’AGRI. 25.

24Cette situation se retrouve dans l’hinterland de la Grande Grèce, dans la mesure où les capacités de production de différents sites ou établissements dépassent leurs besoins immédiats74.

  • 75 L’existence d’un village (κῶμη) peut être perçue à travers un sanctuaire, une nécropole ou une conc (...)
  • 76 Ce site qui domine le Bradano était déjà occupé à l’époque archaïque. Il a livré une certaine quant (...)

25Des ateliers peuvent d’autre part être rattachés à des centres habités du territoire75. Le phrourion de Cozzo Presepe, situé à c. 15 km du littoral dans l’arrière-pays de Métaponte, produit des amphores à l’époque qui nous occupe76 ; l’atelier de Nocera Terinese, situé à c. 5 km du littoral, est quant à lui rattaché à un habitat gréco-italique ou italique de la vallée du Savuto.

  • 77 Des grands conteneurs, dont des amphores, sont produits dans des centres (Roccagloriosa : ROCCAGLOR (...)
  • 78 Un papyrus de Zénon [PCZ IV 59741] évoque ainsi l’itinéraire assez complexe d’amphores vides proven (...)

26♦ La production de vin et d’amphores a donc lieu dans des ambiances très diversifiées. En milieu urbain, les documents concernent à la fois des établissements à caractère industriel et des maisons-ateliers ; dans l’arrière-pays, des établissements autonomes et des habitats (fortifiés ou non). Ces lieux de production se juxtaposent mais n’obéissent pas aux mêmes impératifs ni aux mêmes règles économiques. La situation paraît assez similaire dans les zones italiques de l’intérieur77. Il n’est donc pas facile de savoir de quelle manière se passe exactement l’approvisionnement en amphores de tel vignoble ou de tel établissement. Des documents d’Égypte ptolémaïque montrent d’ailleurs combien la circulation des amphores vides, entre le moment de leur fabrication et le moment où elles sont remplies de vin, peut être complexe78 : nul doute qu’il en allait de même en Italie du Sud.

LES PRODUCTEURS

  • 79 G. Vallet, parlant du monde rural de l’Italie du Sud grecque, a souligné que “l’étude des types d’h (...)

27Il a été question de céramiques et d’ateliers de petite taille, de vignes implantées dans la chôra proche et autour de fermes autonomes. On aimerait en savoir plus quant au statut des producteurs proprement dits (vignerons, céramistes, exploitants)79.

  • 80 Les fouilles de la chôra de Chersonèse Taurique permettent de se faire une idée du travail nécessai (...)
  • 81 PURCELL 1985. 3. Dans le cas de vignobles réputés, la mobilisation en main- d’œuvre devait être imp (...)

28♦ Les vignerons. La viticulture est exigeante sur le plan de la main-d’œuvre. La mise sur pied d’un nouveau vignoble demande du temps et du travail, dans des proportions qui peuvent être considérables lorsqu’il est nécessaire d’épierrer, d’aménager des terrains artificiels ou des murs de soutènement (αίμασιά, mur de pierres sèches ou clôture)80, d’installer une clôture (ἕρκος ϕραγμός). Par la suite, lors des périodes de taille et de vendange, la demande en main-d’œuvre est trois fois supérieure à celle de l’oléiculture ou de la céréaliculture81. L’entretien normal d’un vignoble (réfections des murets, dégagement des canaux de drainage, remplacement des ceps avant vieillissement, etc.) exige également du temps.

  • 82 L’utilisation de main-d’œuvre servile en milieu rural dans l’Italie méridionale des ive-iiie s. est (...)
  • 83 SHERWIN-WHITE 1978. 241.

29Très peu de documents permettent de se faire une idée du statut social des agriculteurs s’occupant des cultures de plantation spécialisées, au premier rang desquelles se place la vigne. La question est compliquée du fait de la présence active d’Italiques en milieu rural et du peu d’informations quant à l’incidence exacte de la main-d’œuvre servile82. En ce qui concerne celle-ci, on sait en effet qu’en Grèce propre, la viticulture est un secteur qui peut avoir recours à une main-d’œuvre servile spécialisée (οἳ τὰς ἀμπέλους ἐργαζόμενοι), d’ailleurs taxée dans certains cas, comme les ἀμπελοστατεῦντες de Cos83.

  • 84 A côté du vignoble de Tellias dont il a été question ci-dessus, Diodore mentionne d’autres propriét (...)
  • 85 Un syracusain du nom de Polyzèlos possède à la fin ve s. une propriété important, ceinte d’un mur e (...)
  • 86 Pour l’équation concentration du vin chez un gros vinificateur = concentration de la richesse, v. l (...)
  • 87 DS., XIV 7,4.
  • 88 Ce domaine est décrit comme un territoire grand et fertile, s’étendant depuis la mer jusqu’à l’inté (...)

30Si l’expulsion, au début du ve s., des grands propriétaires syracusains (Gamoroi) par le demos allié aux Kyllirioi a enclenché un processus irréversible, elle ne signifie pas pour autant la fin des grandes propriétés. Dans la Sicile de la fin ve s., des propriétaires terriens – d’Agrigente84, de Syracuse85 – possèdent des vignobles et olivettes très étendus. Les chais de Tellias déjà mentionnés correspondent à un vignoble qui se chiffre en dizaines d’hectares : il est impossible d’avancer un chiffre précis, mais on peut, en admettant le rendement – très moyen – de 30 hl/ha et le fait qu’il ait été destiné à contenir 2 ou 3 vendanges, avancer la fourchette de 70 à 105 ha comme ordre d’idée. L’oligarchie fondiaire de l’époque a compris l’intérêt économique des cultures arbustives86 et, lorsque Denys l’Ancien distribue les meilleures terres de la chôra syracusaine à ses amis et à des officiers de haut rang87, on peut imaginer qu’elles contiennent une bonne part de vergers. Des fonds importants continuent d’exister dans la Sicile du ive s., propriétés de dirigeants notamment, tel le domaine de Gyarta que possède Denys le Jeune88.

  • 89 DS., XI 25,1-5 (spéc. 2 : καὶ τὴν χώραν ἐκόσμησαν).
  • 90 TOYNBEE 1965. vol. II 162ss.
  • 91 Dans AMPHORES ROMAINES. 509 : L’idea della piantagione, A. Carandini se fonde également, comme d’au (...)

31Un vignoble aussi étendu que celui de Tellias était soit affermé soit exploité par une main-d’œuvre servile importante. Nous ne possédons pas d’information à ce propos : il est simplement question des serviteurs destinés à des tâches domestiques (οἰκέται) que possédait l’Agrigentin. Diodore signale que l’aristocratie terrienne d’Agrigente utilise, au lendemain de la bataille d’Himère, un nombre élevé d’esclaves carthaginois89 : A. Toynbee en a conclu que l’arboriculture siciliote des ve-iiie s. s’est développée sur fond de propriétés capitalistes faisant une utilisation à grande échelle de main-d’œuvre servile90, et cette vision a été reprise notamment par A. Carandini91. Mais la réalité est assez différente.

  • 92 DS., XI 72,1.
  • 93 V. les remarques à propos de ce terme dans LEPORE 1981. 81-82 (pour l’Italie du Sud) et PIPPIDI 197 (...)

32Une première remarque porte sur le vocabulaire utilisé par les auteurs pour évoquer les occupants des campagnes aux ive-iiie s. : que ce soit en Italie du Sud ou en d’autres endroits du monde grec, le terme οἰκέτης οἰ Σικελιῶται ... τὴν χώραν ἐκπλήρωσαν οἰκέτωνv92) ne signifie pas toujours serviteur ou esclave, mais peut désigner simplement le paysan habitant la campagne93.

DEUX ÉTABLISSEMENTS RURAUX PRATIQUANT L'ARBORICULTURE Contrada Priorato, Butera (CL) et Montegiordano (CS)

DEUX ÉTABLISSEMENTS RURAUX PRATIQUANT L'ARBORICULTURE Contrada Priorato, Butera (CL) et Montegiordano (CS)

Contrada Priorato [d'après ADAMESTEANU 1958b. 365, fig. 1]

Montegiordano [d’après GUZZO 1982. 325]

  • 94 ADAMESTEANU 1958b.

33Contrada Priorato94. Cet établissement rural siciliote fouillé à la fin des années 50 se trouve dans une zone de collines riches en sources, dans l’arrière-pays de Gela. Son activité se situe vers 350-300. Il reprend l’emplacement d’un établissement d’époque archaïque et se destinait entre autres choses à la production d’huile et de vin.

34Dans la zone A, destinée au traitement des récoltes, un pressoir [1] avait été creusé à même la roche : un petit canal d’une largeur de 5 cm le reliait à une vasque [2], elle aussi taillée dans la roche. Il s’agit de la partie fixe d’un petit pressoir à levier pouvant servir aussi bien pour le raisin que pour les olives. La pièce B, de c. 42 m2, abrite deux vasques [3] taillées à même la roche, d’une capacité respective de 4,25 m3 et de 5,3 m3 : quoique n’étant apparemment pas munies d’une rigole, on peut imaginer qu’elles servaient à l’entreposage du moût ou à la décantation de l’huile. Dans cette pièce se trouvaient également des pithoi semi-enterrés [4], disposés sur deux rangées : leur stratigraphie négative est conservée sur une profondeur de c. 30 cm. A proximité des vasques, deux citernes [5-6] d’une profondeur de 2 m, avaient été creusées à même la roche. La paroi de la citerne [5] est nue, mais l’autre [6] est recouverte d’un intonaco très fin, d’une épaisseur moyenne de 3 cm : elle pouvait contenir du vin. La pièce C (9 m2), située à côté d’un corridor, était remplie de fragments d’amphores et d’un pithos : il doit s’agir du cellier. La présence de vaisselle à boire à figures rouges (Peintre de Manfria) et à vernis noir (kylikés, skyphoi) indique une consommation courante de vin.

  • 95 LATTANZI 1982. 220-222 ; GUZZO 1982. 322-325.

35Montegiordano95. Cette ferme implantée sur un plateau bordant le littoral ionien, entre le fïume Ferro et le fiume Sinni (c’est-à-dire entre Amendolara et Policoro), a été fouillée en 1980-81. La planimétrie (distribution de plusieurs pièces autour de la cour centrale ouverte) et la céramique sont d’allure italiote, mais les occupants, eux, paraissent Italiques (graffites mentionnant un anthroponyme osque). Son activité se situe entre c. 350 et 280-70.

36Trois activités principales étaient pratiquées : l’élevage (une cuvette a été interprétée comme un abreuvoir) et le tissage (plus d’une centaine de contrepoids de métier) vont de pair ; un grand pressoir carré en calcaire [1], ainsi que les restes d’au moins deux pithoi [2] et de plusieurs amphores, indiquent que le traitement des raisins et des olives avait lieu dans la pièce A. Les pithoi étaient insérés dans le pavement et pouvaient être utilisés pour la fermentation et la conservation. Les traces d’un ou plusieurs fours ont été retrouvées à l’extérieur du bâtiment et différents indices (pilon pour préparer l’argile, fragments mal cuits) attestent la fabrication de grands conteneurs, et notamment d’amphores (modules entiers et réduits).

  • 96 DS., XIII 84,4 (c. 406), passage évoquant un grand propriétaire agrigentin essayant de s’étendre au (...)
  • 97 DS., XIV 18,4.
  • 98 MOSSÉ 1962. 220-222. G. Manganaro estime que les campagnes siciliennes connaissent essentiellement (...)

37Par ailleurs, il existe à la fin ve s./début ive s. des exploitations de taille moyenne et petite se destinant notamment à l’arboriculture96, ainsi que des petits paysans (qui ne sont pas nécessairement citoyens)97. Mais le point fondamental est que des redistributions de terres (γῆς ἀναδασμός) ont lieu en Sicile orientale dans les dernières années du ve s., vers 339/8, puis à l’époque d’Agathocle98.

  • 99 DS., XIV 7,4.

Les redistributions de terres opérées dans les campagnes de Syracuse par Denys l’Ancien (c. 404) amènent, entre autres choses, la possibilité pour des familles plus modestes, qu’elles soient de la cité ou étrangères, d’accéder à la propriété :... τὴν δ’ ἄλλην (χώραν) ἐμέρισεν ἐπ’ ἴσης ξένῳ τε καὶ πολίτη99. De plus, l’accès à la terre est rendu possible pour des esclaves affranchis, que Denys appelle nouveaux citoyens : τοὺς ἠλευθερωμένους δούλους, οὕς ἐκάλει νεοπολίτας.

  • 100 DS., XVI 82 ; Athanis de Syracuse, dans Plut., Timol., XXIII 4 ; C. Nepos, Timol., 3, 1-2.
  • 101 DS., XIX 9,5.
  • 102 Plut., Timol., XXIII 2.
  • 103 V. notamment COARELLI 1981. 2-4. Le parallèle avec les établissements de Chersonèse est instructif (...)

38En 339/8, l’arrivée de plusieurs dizaines de milliers d’οἰκήτωρες venus de différents horizons de la Grèce100 a certainement accéléré la fragmentation des fonds. Dans les décennies qui suivent la mort de Timoléon, Agathocle réalise son ascension en s’appuyant sur les pauvres et les endettés, via redistribution de terres et remise de dettes101. Il serait illusoire d’imaginer que ces redistributions se soient réellement faites ἐπ’ ἴσοις καὶ δικαίοις102, mais le nombre de petites et moyennes exploitations s’accroît. L’archéologie du territoire montre que, à Kamarina, Gela, Agrigente, etc., les petites (≤ 5 ha) et moyennes (5-15 ha) propriétés sont courantes, tant aux abords immédiats de la cité que plus loin. Une bonne partie des informations concernant la pratique de l’arboriculture provient d’exploitations dont les bâtiments couvrent une superficie de c. 500 m2103. On est assez loin de l’établissement d’Ischomaque, ce propriétaire terrien évoqué dans l’Économique de Xénophon, qui possède une petite dizaine d’esclaves ainsi qu’un régisseur, lui aussi de condition servile.

  • 104 SCRAMUZZA 1959. 238.
  • 105 LOICQ BERGER 1967. 259. V. également COARELLI 1981. 7-8 : “... sembra di poter dedurre, per la Sici (...)
  • 106 ager qui aut regius aut hostium populi romani fuisset (T.-L., XXVI 21,11 ; v. également XXVI 30,10)

39Dans la Sicile du iiie s., la Lex Hieronica est souvent considérée comme le reflet d’une centralisation assez prononcée du secteur agricole, sur un mode à proprement parler hellénistique104. La majeure partie des terres agricoles sous contrôle syracusain serait alors soit possession directe de la famille royale (γῆ βασιλική), soit des propriétés concédées à des personnages ou institutions influents (ἡ ἐν ἀϕήσει γῆ, au sens large). Cette vision rostovtzeffïenne évoque la constitution progressive de vastes domaines de type latifondiaire105. Mais si on peut imaginer que des mécanismes d’adjudication et de fermage sont utilisés, qu’un impôt est payé sur les récoltes (p. 111), et si des zones proches de Syracuse (Lentini p. ex.) sont bien possession directe du roi et de personnages influents106, cela ne veut pas dire que les petite et moyenne propriétés n’existent plus.

  • 107 MANGANARO 1989. Un contrat de Kamarina (iiie s.) évoque la cession d’une moitié de propriété (Kam. (...)
  • 108 D’autres contrats mentionnent en effet la vente d’un fonds pour 21 talents, de maisons pour 4 et 5 (...)

40Au contraire, le recensement annuel des paysans, qui est mentionné dans la Lex et dont tout porte à croire qu’il était effectivement pratiqué au iiie s., semble indiquer l’existence d’agriculteurs-citoyens propriétaires de plein droit de leur fonds. De fait, des contrats de vente évoquent l’existence, dans les territoires de Kamarina et Morgantina107, d’établissements ruraux de tailles diverses, véritables κτήματα dans le sens ptolémaïque du terme (propriété foncière privée). Ces contrats mentionnent d’ailleurs à plusieurs reprises des cessions de parties de propriété et renseignent sur l’évolution socio-économique de ce monde rural. Dans le cas de l’établissement viticole de Lusôn, dont le prix d’achat (21 talents et 115 drachmes) reflète une taille moyenne108, on a vraisembablement affaire à un viticulteur exploitant lui-même ses terres avec sa famille et, peut-être, quelques personnes supplémentaires. Il n’est pas exclu qu’on ait là un exemple d’αὐτουργός à la sicilienne.

  • 109 Les lots du contrat de Dionysos ont une superficie totale respective de c. 85, 85, 77 et 85 ha, mai (...)
  • 110 V. les explications données dans UGUZZONI, GHINATTI 1968. 172ss.
  • 111 IG XIV 645 II.
  • 112 UGUZZONI, GHINATTI 1968. 180, suivant les mesures de J. Hultsch.

41En Grande Grèce, les Tables d’Hèrakleia donnent une vision assez précise de lots suburbains affermés par des sanctuaires, hα hιαρὰ χώρα. Ils sont de taille petite et moyenne, la superficie arable annuellement des lots les plus importants ne dépassant pas 15 ha.109 Ils comprennent des terrains cultivés en céréales, des vergers et des vignes110. Les divers lots faisant l’objet du contrat d’Athéna111 contiennent chacun un vignoble allant de 0,45 à 1,6 ha. Le graphique ci-dessous indique la superficie totale de chaque lot en noir, la terre arable en blanc, le vignoble en grisé112.

Lots du contrat d’Athéna

  • 113 IG XIV 645 I 169-171.
  • 114 Il est difficile d’avancer des chiffres précis quant à la main-d’œuvre viticole. On cite souvent Ca (...)
  • 115 SCEGLOV 1976. 120-121.

42Les baux d’Hèrakleia s’adressent apparemment à des agriculteurs citoyens à part entière, qui travaillent eux-mêmes les vergers. Ils ne font aucune allusion à de la main-d’œuvre servile, bien que les terrains affermés contiennent un certain pourcentage de vergers. Le quatrième lot concerné par le contrat de Dionysos possède un vignoble plus important, qui s’étend sur 2,4 ha113, mais dans ce cas également, son exploitation pouvait très bien être effectuée par le locataire et ses proches. Une famille de 3 à 4 personnes peut en effet assurer la bonne marche annuelle de terrains exploités en polyculture pour une superficie de 12 à 15 ha, ou d’un vignoble exclusif allant jusqu’à 3 ha environ114. Il est intéressant de confronter les données d’Hèrakleia avec la répartition céréales/vignes qu’on trouve au ive s. dans les lotissements de Chersonèse : dans le territoire de Kalos Limen par exemple, un lot de 7,2 ha était partagé en 2 parties, une de 5,95 ha destinée à la céréaliculture et l’autre, de 1,3 ha, à la viticulture115.

  • 116 IG XIV 645 I 14 ; 15 ; 44.

43À Hèrakleia, les terres appartenant au sanctuaire de Dionysos bordent des terrains privés (ha υιδία γᾶ) : les Tables mentionnent les propriétés de Kôneas, Hèrôidas et Phintias116. Compte tenu de ce qu’on sait des voies de passage et de la topographie locale, cette information ne fait que confirmer le fractionnement des propriétés privées situées en bordure immédiate de la cité. Il est par ailleurs raisonnable d’estimer que les cultures qui y étaient pratiquées ne différaient guère de celles des terres sacrées.

  • 117 ADAMESTEANU 1973.
  • 118 CARTER 1986b. 485.
  • 119 GRECO (E.) 1988. 493.

44En d’autres endroits du littoral ionien, ainsi que dans la plaine du Silaris, les petites et moyennes exploitations semblent courantes. A Métaponte, différentes fermes d’une superficie de 400-700 m2 sont apparemment exploitées par une ou deux familles117. Elles constituent le cœur d’un κλῆρος dont la taille se situe, dans 50 % des cas, autour de 13 ha, les extrêmes allant de 6,6 à 53 ha118. A Poseidonia, les années 360/50-330/20 voient se diffuser les propriétés rurales de taille moyenne à caractère mono familial119.

  • 120 CARTER 1990. 429-430.
  • 121 Id. 430.
  • 122 Léonidas de Tarente évoque ainsi un certain Hèronax, qui consacre à Bacchus le vin provenant de tro (...)
  • 123 L’idée du double lot, avec chaque fois un établissement permanent (κλήρος πρὸς τὴν πόλινπρὸς τὰς ἐσ (...)

45Les occupants de ces établissements possèdent-ils la terre qu’ils travaillent ? Il est difficile de répondre de manière péremptoire à cette question, mais les documents concernant la vie quotidienne, ainsi que la présence systématique de petites nécropoles (indiquant le lien étroit avec la terre travaillée)120 amènent à penser qu’on se trouve souvent en présence d’exploitants possédant de plein droit la terre. L’absence de très grande propriété, que ce soit dans la chôra de Métaponte ou dans celle de Poseidonia, est un point intéressant. Cela dit, il est difficile, compte tenu des disparités existant dans la taille des lots, d’accepter la vision de J. Carter, qui qualifie la société rurale métapontine de “remarkably egalitarian society”121. On rappellera par ailleurs qu’un citoyen peut très bien posséder ou prendre en bail plusieurs terrains122, combiner propriété et location, voire posséder un lot en ville et un autre en campagne123.

46Dans une exploitation-type de c. 13 ha du Métapontin ou de la plaine du Silaris, on peut imaginer que le rapport céréales-verger-vignes devait être assez similaire à celui d’Hèrakleia et que l’espace attribué au binôme vignoble-oliveraie devait tourner autour de 2 ha.

  • 124 Polit., 1320b ; VATTUONE 1976-77. spéc. 297-298.
  • 125 Id. 294-295.
  • 126 LEPORE 1981. 81-82.
  • 127 En ce qui concerne la planimétrie des fermes, s’il est exact que plusieurs dizaines d’esclaves ne p (...)

47Des vignobles de dimensions plus importantes (> 3 ha environ) nécessitent obligatoirement une main-d’œuvre d’appoint. Celle-ci peut être de deux types : main-d’œuvre servile (dépendants ruraux, esclaves-marchandises) ou auxiliaires libres. R. Vattuone a souligné, sur la base d’un passage d’Aristote, le rôle d’Archytas en matière de réforme agraire ainsi que dans la généralisation des petites et moyennes propriétés124. Il a par ailleurs envisagé la possibilité d’une extension de la main-d’œuvre servile rurale au ive s. sur le littoral ionien : les raisons invoquées sont la répartition différente des terres, la plus grande mobilité des propriétés et la tendance à spéculer125. J’avoue être perplexe... Certes, il est question d’οὶκέται dans les campagnes de Grande Grèce126, mais les difficultés d’interprétation de ce terme ont été soulignées ; et lorsque Théocrite met en scène dans sa ve Idylle, qu’il situe à Thourioi, des paysans de condition servile (δῶλοι), il s’agit de bouviers et chevriers. En fait, on ne trouve aucune allusion à l’utilisation systématique d’une main-d’œuvre servile dans l’agriculture. Le fractionnement des propriétés ainsi que la planimétrie des établissements fouillés jusqu’à présent ne s’accordent pour leur part guère avec l’existence d’une main-d’œuvre servile importante127.

  • 128 Ce graphique n’a évidemment qu’une valeur purement indicative, dans la mesure où, dans bien des cas (...)

Distribution théorique d’une exploitation monofamiliale de c. 13 ha128

Distribution théorique d’une exploitation monofamiliale de c. 13 ha128
  • 129 LEPORE 1981. 82.
  • 130 Dans Jambl., VP 197.

48Que des αὐτούργοι, des propriétaires terriens plus importants (l’aristocrazia con radici nella chora” qui continue d’exister aux ive-iiie s.129) et des dirigeants aient utilisé une main-d’œuvre servile est une hypothèse parfaitement plausible. Un passage d’Aristoxenos130 semble de fait évoquer l’existence, dans les campagnes tarentines, d’administrateurs dépendants directement d’Archytas et dirigeant une main-d’œuvre servile. Qu’un certain nombre d’αἰχμάλωτοι se soient retrouvés affectés à des travaux agricoles est également tout à fait possible. Cela dit, les documents disponibles pour l’instant rendent très suspecte l’hypothèse d’un recours sur grande échelle à une main-d’œuvre servile.

  • 131 Pour la signification de ce terme dans les constitutions d’Italie du Sud, v. BERGER 1992. 69.
  • 132 D. Musti a évoqué, en ce qui concerne Lokroi, la possibilité d’une libération quasiment complète de (...)
  • 133 Aucun document ne fait par exemple allusion à l’utilisation de prisonniers de guerre dans les cultu (...)
  • 134 Les agronomes latins insistent sur la nécessité d’une main-d’œuvre d’appoint salariée en période de (...)
  • 135 D. Rathbone accepte une approximation de 25-32 hommes/jours de travail pour vendanger 1 ha de vigno (...)
  • 136 Un intéressant témoignage quant à l’utilisation de main-d’œuvre saisonnière dans la viticulture au (...)

49Dans l’état actuel des connaissances, il semble préférable d’insister sur les deux faits suivants. D’abord, les mouvements démocratiques131 et l’élargissement du corps civique amènent aux ive-iiie s. des modifications dont il faut tenir compte132. D’autre part, le climat politico-social a certainement amené une augmentation du nombre de citoyens de seconde zone à cette époque. Dans le temps très court d’un cycle agricole, la destruction d’une récolte ou de la ferme peut rendre un petit paysan incapable de subvenir aux besoins de sa famille et le contraindre au métayage, voire à la cession de sa propriété. On évoquera également les habitants déplacés, les nouveaux colons ne parvenant pas à vivre de leur lot, les esclaves à peine affranchis... A l’image du mercenariat guerrier, il se crée un mercenariat agricole de gens que les événements ont rendus dépendants mais pas pour autant esclaves133. L’augmentation des vergers, et notamment des vignobles, fait croître de son côté la demande pour une main-d’œuvre ponctuelle et nombreuse134, particulièrement dans le cadre de l’entretien des pépinières, du renouvellement des plants, des vendanges135 et de la transformation du raisin136.

  • 137 The Grapes of Wrath [STEINBECK 1939] décrit le déracinement d’anciens petits propriétaires de l’Okl (...)
  • 138 Pour l’évocation de vinitores enchaînés, v. RR I 9,4.
  • 139 Il s’agit d’une exploitation dont la circonférence atteint 40 stades et qui produit annuellement, e (...)
  • 140 Dém., Lacrite XXXV 32. L’expression est employée dans le cadre d’un établissement rural de Panticap (...)

50Le besoin rencontre ici la nécessité, et les conditions sont remplies pour voir exister aux ive-iiie s. un système de main-d’œuvre saisonnière, steinbeckienne137 à la limite, mais pas columellienne138. Les auteurs grecs parlent fort peu des saisonniers, si ce n’est pour mettre l’accent sur la déchéance que représente le fait de se louer pour un travail agricole. Mais il s’agit là d’un paramètre important de l’arboriculture des ive-iiie s. R. Osborne, exploitant la description fournie par Démosthène de l’eschatia de Phainippos139, a mis l’accent sur l’incidence du hired labour dans l’agriculture de l’Attique au ive s. ; on aimerait savoir ce qu’il en est en Italie du Sud τοῖς ἐργάταις τοῖς περὶ τὴν γεωργίαν, des ouvriers agricoles140.

  • 141 P. Bevilacqua, dans LA CALABRIA. 200-203.
  • 142 Id. 203.
  • 143 Vesp., 710-712.

De tout temps, la Calabre et la Basilicate ont connu des mouvements saisonniers de main-d’œuvre agricole, l’hinterland constituant une réserve de main-d’œuvre pour les plaines littorales. Ainsi, encore au xixe s., les zones céréalicoles du Marchesato et de la plaine de Sibari voient arriver chaque été des milliers de braccianti qui descendent des villages des contreforts de la Sila, de la Sila même, du Cosentino. Un phénomène analogue a lieu dans les olivettes du Rossanese et de la plaine de Palmi, ainsi que dans différentes zones de vignobles. En ce qui concerne précisément les cultures arbustives, on note avec intérêt l’existence de zappatori vaganti organisés en équipes, qui se déplaçaient en fonction de la demande141. Les “vanghieri di Cosenza, divisés en équipes commandées par un chef, constituaient une main-d’œuvre spécialisée dans les cultures arbustives. Ils s’occupaient du défonçage, des plantations, de la taille et des greffes, de l’entretien des rigoles et des petits travaux de bonification142. Ces braccianti ne sont pas sans évoquer les ἐλαολόγοι dont parle Aristophane143, ces cueilleurs d’olives qui suivent la personne qui leur procurera un salaire (le μισθόs).

  • 144 Une hellénisation qu’on constate jusque dans les établissements de Lucanie interne : la ferme de To (...)
  • 145 À Tarente, les ἀστύξενοι sont définis comme οἱ μὴ ἔχοντες ἐν τῆ πόλει τὴν οἰκίαν ἰδίαν (Hesych., s. (...)
  • 146 GUZZO 1982. 324.

51Dans le Bruttium et en Lucanie, un autre point difficile à résoudre est l’identité des paysans, notamment du fait de l’accroissement continu du nombre d’Italiques et de l’hellénisation profonde du milieu rural144. Dans le périmètre des poleis restées grecques, les Italiques ne peuvent théoriquement pas posséder de terrain : si les métèques possèdent alors pratiquement tous les droits personnels et réels, ἐπιγαμία (mariage) et ἔγκτησις (acquisition de terres dans le périmètre de la cité) restent réservées145. Mais rien n’empêche pratiquement un Italique qui a rejoint le corps civique dans le cours du ive s. de posséder un fonds. Dans les cités devenues gréco-italiques (Poseidonia, Laos, Temesa, Hipponion), agriculteurs grecs et italiques doivent de toute manière se côtoyer étroitement. Plusieurs fermes de confins connues dans le Bruttium sont de type grec, quoique leurs habitants paraissent Italiques : l’établissement de Montegiordano, dont les bâtiments couvrent une surlace d’environ 480 m2 et qui a toutes les caractéristiques d’une ἐσχατιά, devait être exploité par une ou deux familles bruttiennes146.

  • 147 Des établissements ruraux ont livré des graffites mentionnant un anthroponyme osque abrégé : VIB su (...)
  • 148 Xénophon (Econ., XII 3) souligne l’importance des ἐπιτρόποι ou chefs de culture (généralement des e (...)
  • 149 V. notamment WASOWICZ 1972. spéc. 216-217 ; PIPPIDI 1973.

52L’existence d’une main-d’œuvre servile italique mise systématiquement au service d’importants propriétaires grecs semble, au vu des fouilles d’établissements périphériques ainsi que de l’absence de mentions textuelles, difficilement admissible. Au contraire, l’identité italique s’affirme à travers des comportements de la vie quotidienne147. Ceci n’exclut pas que des Italiques aient pu, comme des Italiotes d’ailleurs, être employés en tant qu’auxiliaires libres (braccianti), voire régisseurs148, dans le cadre d’exploitations comprenant une certaine superficie de vergers. Il est intéressant, en ce qui concerne le rôle exact des autochtones dans l’économie rurale, de confronter la situation en Grande Grèce avec celle qu’on constate, vers la même époque, en mer Noire149.

  • 150 E. Greco, dans ESPANSIONISMO ROMANO. 267.

53Le iiie s. marque le début de la romanisation de différentes zones du Sud, un processus qui aurait entraîné selon certains chercheurs une raréfaction progressive des établissements ruraux et “il formarsi di una oligarchia terriera, à Poseidonia par exemple150. En fait, les données sont encore peu nombreuses et il est difficile d’évaluer correctement les retombées de ce phénomène pour l’arboriculture.

54Ces rapides remarques montrent que le statut des viticulteurs, comme du reste celui des agriculteurs s’occupant de vergers, n’est pas facile à définir. Trois aspects peuvent être soulignés.

  1. Aux ive-iiie s., l’extension de l’arboriculture en général, et de la viticulture en particulier, n’est pas liée à une concentration des fonds et des moyens, doublée de l’utilisation sur une grande échelle d’une main d’œuvre servile. Elle dérive avant tout de la capacité et de la volonté qu’ont un plus grand nombre de gens d’entreprendre des cultures requérant des aménagements initiaux, un suivi étroit et une perspective à moyen/long terme. L’accession à la terre (par le biais de la propriété ou du bail emphytéotique) et l’augmentation du nombre d’établissements autonomes sont des points fondamentaux.

    • 151 C’est uniquement pour la vigne qu’on trouve mention d’ouvriers spécialisés [JAMESON 1977-78. 133-13 (...)

    La viticulture suppose l’existence d’une main-d’œuvre assez spécialisée (ἀμπελουργός, vigneron ; κηπουρός et ϕυτουργός, jardiniers) dont la mobilité et le caractère saisonnier ne doivent pas être sous-estimés151.

  2. La situation dans les campagnes de l’Italie du Sud des ive-iiie s. n’est pas celle de l’Attique, ni de l’Egypte ptolémaïque, encore moins celle de la Campanie républicaine. Il faut éviter de projeter les visions qu’on a, par exemple, de la viticulture telle qu’elle est pratiquée dans certains royaumes hellénistiques du secteur oriental, ou dans l’Italie du Sud d’époque romaine. Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne l’ampleur et la nature exacte de la main-d’œuvre servile. La mer Noire est en fait le secteur qui offre le plus de similitudes avec l’Italie du Sud, et c’est dans cette direction qu’on recherchera des informations complémentaires.

  • 152 Le père du poète Rhinton était κεραμεύς (Suidas, s.v.) ; le père d’Agathocle, qui était pauvre (πέν (...)

55♦ Les céramistes. L’accroissement considérable de la production céramique en milieu urbain et rural, ainsi que la diffusion de formes et de techniques sont des phénomènes qu’on perçoit relativement bien aux ive-iiie s.surtout en matière de vaisselle de table et de cuisine. Mais on connaît mal le statut des artisans produisant l’opus doliare. Les auteurs n’apportent guère d’informations : tout au plus font-ils quelques allusions à des citoyens à part entière pratiquant la κεραμευετικὴ τέχνη152.

  • 153 LOCRI EPIZEFIRI III. 32.

56Dans les poleis côtières, le regroupement de fours en ἐργαστήρια suppose une concentration assez importante de main-d’œuvre . M. Barra Bagnasco a évalué que le kerameikos de Centocamere à Lokroi, essentiellement destiné à la céramique commune, aux grands conteneurs et à des objets d’utilité courante, emploie au moins 140 personnes à la fin ive-début iiie s.153 On estime souvent que pareils ateliers utilisent surtout de la main-d’œuvre servile, en raison notamment des conditions assez pénibles de travail, mais il est en fait difficile d’établir le statut des potiers.

  • 154 Des noms abrégés se retrouvent sur différentes catégories d’objets (matrices ; vaisselle commune ; (...)
  • 155 Des cales d’épaisseur servant dans les fours portent une ou deux lettres en grec [P. Bottini, dans (...)
  • 156 Cette tuile porte des inscriptions incisées, dont une formule exprimée en “sabir gréco-latin” et le (...)
  • 157 Un fragment de pithos (fin iiie s. ?) de Bovalino (RC) porte l’estampille ἐποίησ(ε) / Ἀρίστω [ORSI (...)
  • 158 GRACE, EMPEREUR 1981. 418ss.

57Les remarques qu’on peut faire pour l’instant sont très limitées. Un certain nombre de ces ouvriers possèdent au moins des rudiments d’alphabétisation154, une constatation qu’on retrouve dans le céramique lucanien de Piani del Pignataro, près de Rivello (fin ive-début iiie s.)155. Ce fait n’apporte cependant pas d’information directe quant à leur condition. Seule une tuile parlante du iiie/iie s., provenant de Pellaro (RC), reflète un monde de céramistes-δοῦλοι qui savent écrire et possèdent un sens de l’humour certain156. Quelques documents montrent que le κεραμεύς fabriquant de grands conteneurs peut être un homme libre, qui porte à son travail une estime qui n’est pas sans rappeler celle de ses collègues s’occupant de céramique fine157. Le développement du concept de maison-atelier, alliant fréquemment travail de la céramique et du métal implique en fait l’existence de potiers travaillant pour leur compte. En Égypte, à pareille époque, les fabricants d’amphores sont souvent des artisans indépendants, qui travaillent dans un contexte de libre entreprise158.

  • 159 Les distinctions entre corps de métier s’affirment en milieu urbain à partir du ive s. Platon (Lois(...)
  • 160 Avec toutefois la possibilité de potiers itinérants déjà évoquée.

58Un dernier point : si une nette distinction existe généralement en milieu urbain entre fabricant d’amphores et producteur de vin159, ces deux fonctions peuvent se combiner et être étroitement liées dans les établissements ruraux160.

DE L’ORGANISATION AU RÉGLEMENT

  • 161 V. ainsi Dém., Macart., XLIII 71 (et, déjà bien avant, Plut., Solon XXIII 6).
  • 162 LARONDE 1987. 325ss.

59♦ Vignes et vins. Dans le monde grec des ive-iiie s., les cultures arbustives font généralement l’objet d’une organisation spécifique et de règlements. Cela va d’initiatives privées concernant le choix des plantes ou des arbres cultivés jusqu’à l’établissement de règlements administratifs (les oliveraies d’Attique par exemple sont codifiées de manière précise161), la tarification des fruits et légumes (les Tables de Cyrène établissent les prix de vente du raisin, des poires, des fèves, etc.162) et, bien entendu, la fiscalité.

  • 163 La nécessité de disposer d’une pépinière de jeunes plants est mentionnée depuis l’Odyssée [PERPILLO (...)
  • 164 Il s’agit de protéger les plants des rôdeurs (tant humains qu’animaux), du vent, de l’érosion des s (...)
  • 165 Une palissade (ϕραγμός) entourant une vigne (ἂμπελος) de la campagne de Thourioi la protège mal des (...)

60Quand Lusôn, fils d’Hippias, achète une exploitation vinicole dans la région de Morgantina, il reprend non seulement les plantations de vignes, mais également la moitié d’un établissement, le fouloir, tout ce qui se rattache au vignoble et une pépinière. Il sait que pour voir son investissement fructifier à long terme, il doit disposer des infrastructures nécessaires, d’une réserve de plants, suffisamment étendue pour être mentionnée dans le contrat163. Il devra aussi protéger ce vignoble : le contrat ne mentionne pas explicitement de haie ou de muret, mais il s’agit là d’une sage précaution164qui est largement attestée par d’autres sources165.

  • 166 Pour l’impact des cultures arbustives sur le paysage rural de Poseidonia, v. GRECO (E.) 1979b. 23-2 (...)
  • 167 L’expression est de F. Braudel. Pour les systèmes agraires de bocage et d’open- field en Italie, vo (...)

61La présence d’établissements pratiquant des cultures arbustives, avec leur corps de logis et les zones de travail, le vignoble et la pépinière, le muret ou la haie, le chemin d’accès, constitue une étape importante de la transformation du paysage rural166. Elle contribue à créer un système agraire très différent de l’openfteld des étendues monotones cultivées en céréales : l’organisation des espaces cultivés reflète “une profusion d’univers locaux hétérogènes”167. Les Idylles de Théocrite situées dans les campagnes de Thourioi et Crotone répercutent cette alternance de cultures (de vergers notamment) scandées par des murets.

62Deux documents du début de l’époque hellénistique, les Tables d’Hèrakleia et les Archives du temple de Zeus à Lokroi, évoquent d’autres aspects de la gestion quotidienne de vergers et de vignes, dans la mesure où ils concernent des terrains affermés appartenant à d’importants sanctuaires. On entre là dans la notion de règlements.

  • 168 IG XIV 645 I 132-133.
  • 169 IG XIV 645 I 130-132. Trop souvent, les travaux d’irrigation et de drainage sont interprétés exclus (...)
  • 170 IG XIV 645 I 128-129.
  • 171 Id. I 114-115.
  • 172 Id. I 123-124.

63A Hèrakleia, l’intérêt porté par la polis aux cultures arbustives en général se marque par le respect des chemins d’accès168, l’irrigation et le drainage169, l’interdiction de pâture170. Certaines mesures concernent plus précisément les κλῆροι contenant un vignoble, que le document désigne par le terme précis de terrain cultivé en (ou adapté à la culture de) vignes, ἀμπελωργικά [γᾶ]. L’emphytéote du premier lot de la chôra de Dionysos doit transformer en vignoble et oliveraie une partie du lotissement, et l’étendue à consacrer aux vignes est précisée, hο μισθωσάμενος ... ἀμπέλων ϕυτευσεῖ μὴ μεῖον ἢ δέκα σχοίνως, l’emphytéote ne plantera pas moins de 10 schoines (1 ha) de vignes171. Le montant de l’amende prévue en cas de non-respect de cette clause, πὰρ δὲ τὰς ἀμπέλως δύο μνᾶς ἀργυρίω πὰρ τὰν σχοῖνον hεκάσταν, deux mines d’argent par schoine (1/10e ha)172, est élevé si l’on considère qu’un olivier est estimé à δέκα νόμως ἀργυρίω, dix monnaies [statères] d’argent.

  • 173 IG XIV 645 I 146-147.
  • 174 Id. I 149.

La clause de “conservation de substance” à Hèrakleia
Les soins à apporter aux vignobles d’Hèrakleia sont énoncés de manière précise : il est fait mention de tuteurs, ξύλοις ἐς τὰς ἀμπέλως173 (le moyen de se procurer le bois approprié est précisé) et de l’obligation de replanter un nouveau cep avant que le plant n’ait trop vieilli, afin que le nombre reste toujours égal, hως ἦμεν τὸν ἴσον ἀριθμὸν ἀιεί174. Ce dernier point suppose l’existence d’une pépinière de jeunes plants, que l’on trouve explicitement mentionnée dans le cas de l’établissement de Lusôn dont il a été question.

  • 175 Dans l’Egypte hellénistique, les paysans royaux qui prennent une terre à bail sont censés se confor (...)
  • 176 L. Forti, A. Stazio, dans MEGALE HELLAS. 675. Pour les parallèles avec d’autres baux de vignobles d (...)

64L’administration d’Hèrakleia ne se contente donc pas d’exercer un droit de regard sur les cultures pratiquées sur les terres concédées en emphytéose175 : elle se préoccupe de manière très concrète de la bonne marche à terme des oliveraies et vignobles, utilisant notamment la clause d’incuria in vigilando176.

  • 177 Οὐδ’ οἶνον ἔχει άνήρ οὐ γὰρ ὲπιμελεῖται ὡς ϕυτεύῃ ἀμπέλους οὐδὲ αί οὖσαι ὅπως ϕἑρωσιν αὐτῷ (XX 4) :(...)
  • 178 IG XIV 645 I 169-170.

65L’Économique de Xénophon souligne l’attention qu’il convient d’apporter aux plants : Ischomaque explique à Socrate l’intérêt qu’il y a, non seulement à planter des vignes, mais également à faire rapporter celles qu’il possède déjà177. Il est intéressant de remarquer que les baux d’Hèrakeia sont on ne peut plus clairs quant à la manière de cultiver les vignobles : τὰς δὲ ἀμπέλως τὰς hυπαρχώσας ἐργαξῆται hως βέλτστα, [le preneur] travaillera les vignes existantes de la meilleure manière possible178. Dans cette optique, des magistrats dont la charge est annuelle, les πολιανόμοι, procèdent à des expertises sur le terrain et rédigent, assistés pour cette tâche par de simples citoyens, des procès-verbaux décrivant la tenue exacte des plantations.

  • 179 Cette hypothèse, déjà dans CARCOPINO 1914. 50-56, est généralement acceptée [CONSOLO LANGHER 1980. (...)
  • 180 Arist., Ath., LI 3.
  • 181 Pour l’administration lokrienne, v. F. Costabile, Finanze pubbliche. L’amministrazione finanziaria (...)
  • 182 IG XIV 645 I 102 etc. ; v. UGUZZONI, GHINATTI 1968. 153-157.
  • 183 SICCA 1924. 197-198.
  • 184 POLIS ED OLYMPIEION. 160.
  • 185 Qu’on connaît par les auteurs (horrea publica de la fin iiie s. à Syracuse : T.- L., XXIV 21,11), l (...)
  • 186 DS., XIV 58,1.

66En matière de fiscalité agricole, les documents qui nous sont parvenus concernent avant tout les céréales. Un impôt sur les récoltes était selon toute vraisemblance en vigueur en Sicile dès le début de l’époque considérée ici (époque de Denys l’Ancien) et probablement déjà bien avant179. Aux ive-iiie s., les magistrats frumentaires constituent logiquement des personnages très importants de la vie socio-économique180. Il est question à ἱερομνάμωνες ἐπὶ τῶι σίτωι 181 ; à Hèrakleia L., les σιταγέρται s’occupant des questions frumentaires constituent une section des polyanomes (magistrats élus annuellement pour le contrôle des champs)182. A une époque plus récente, les Tables de Tauromenion mentionnent un service municipal d’approvisionnement en céréales géré par des σιτοϕύλακες, qui dépendent des ταμίαι183. Souvent perçue sous forme de prélèvement, la taxation est soigneusement codifiée : dans le cas précis de Lokroi, le prélèvement effectué au bénéfice du sanctuaire par l’archonte-roi correspond, selon F. Costabile184, au 1/9e de la dîme prélevée sur les récoltes (τῶ σίτω τὰν hενατάν). Le dépôt des récoltes dans des greniers (σιτοβολεῖον185) ou places fortes (ϕρούρια186), ainsi que l’approvisionnement des cités côtières, sont étroitement surveillés.

  • 187 Tabl. 5. Les fèves apparaissent également dans les Tables de Cyrène au iiie s. [LARONDE 1987. 327].

67Mais les céréales ne sont pas les seuls produits qui font l’objet de contrôles lorsque vient le temps des récoltes : c’est également le cas des légumineuses, dont le rôle est important dans la rotation des cultures (à côté du πυρός, blé, froment, les Archives de Lokroi parlent de κυάμοι, fèves187), et des arbres fruitiers. En ce qui concerne ces derniers, cela n’a rien de surprenant dans la mesure où ils sont très rentables, tant pour le propriétaire que pour la cité. Aucun document ne précise la valeur exacte des éléments constituant le vignoble (dont on a une idée, à l’époque romaine, dans Columelle) ni les prix courants des amphores vinaires, mais il est possible de faire quelques remarques à propos de cette notion de rentabilité.

  • 188 Pour le coût réel d’un vignoble, v. CARANDINI 1983. 190ss.

68La valeur d’un ha de vignes, exprimée en amende, a été évoquée ci-dessus : elle est de 20 mines, ce qui apparaît élevé même si l’on tient compte de la préparation, de la nécessité de créer une réserve de plants, etc.188

69Valeurs comparées de divers biens

  • 189 DS., XIV 102 ; 111,4.

70Hectare de vignes 20 mines (I 123-124)
Étable (c. 30m2) 6 mines (1 142-143)
Grenier (c. 25m2) 4 mines (1 143)
Fournil (c. 20m2) 3 mines (1 144)
Rançon d'1 prisonnier, c. 390 1 mine189

  • 190 UGUZZONI, GHINATTI 1968. 206ss.

71Les Tables d’Hèrakleia montrent que la redevance emphytéotique d’un vignoble est nettement plus élevée que celle d’un terrain cultivé en céréales190 :

72Montant moyen des fermages de la chôra de Dionysos

73Terre cultivée en général 3,47 médimne/ha soit c, 10,5-14 drachmes
Vignoble 66,54 médimne/ha soit c. 200-266 drachmes

74Pour être intéressant, le vignoble doit donc rapporter nettement plus de 200-266 drachmes à l’ha. Mais l’emphytéote d’Hèrakleia peut être tranquille : le revenu d’un vignoble de taille moyenne est correct.

  • 191 Dans la Calabre du début du siècle, on trouve des rendements de 12 à 24 hl/ha dans des zones assez (...)
  • 192 Le prix du vin, généralement mentionné au métrète (soit 2 keramia), varie fortement aux ive-iiie s. (...)
  • 193 UGUZZONI, GHINATTI 1968. 205 : “un ricavo globale di piú di 2 000 dramme”.

Revenu des vignobles de 1,6 et 2,4 ha à Hèrakleia L.
Le contrat de Dionysos évoque un vignoble de 2,4 ha. En admettant un rendement de 25-30 hl/ha191, l’emphytéote en retire environ 60 à 72 hl de vin, de quoi remplir aisément 300 amphores de c. 21 l. On ne connaît pas le prix d’une amphore de vin à Hèrakleia, mais dans la Grèce du ive s., un vin digne de ce nom se paie entre 6 et 10 drachmes192. Le vignoble dégagerait annuellement une somme brute de 1 800 à 3 000 drachmes193, somme de laquelle il faut bien entendu déduire le montant du bail, la transformation du raisin, les amphores proprement dites, la ponction fiscale sur le produit. Deux vignobles situés dans les terrains d’Athéna couvrent une superficie de c. 1,6 ha : ils devaient dégager une somme brute de c. 1 200-2 000 drachmes chacun.

  • 194 La formulation des Archives trouve des parallèles en d’autres endroits du monde hellénistique : en (...)

75Les Archives de Lokroi mentionnent l’existence de καρπολόγοι. Si le terme signifie littéralement ceux qui récoltent des fruits, on peut y reconnaître, dans le contexte spécifique des Archives, les officiels qui perçoivent (vraisemblablement en nature) la part de la cité sur les récoltes de vin et d’huile, τῶν ὐγρῶν καρπῶν194. Ce sont des magistrats subalternes, qui font pendant aux ἰερομνάμωνες ἐπί τῶι σιτῶι dont il vient d’être question.

  • 195 IG XII Suppl. 349.
  • 196 SALVIAT 1986. 181.
  • 197 IG XIV 645 I 102.

76L’existence de ces καρπολόγοι montre l’intérêt que l’administration de Lokroi porte aux arbres fruitiers. Un intérêt d’autant plus significatif que, dans les Comptes du domaine d’Apollon à Cyrène par exemple (dont une partie remonte au ive s.), les magistrats s’occupant des céréales et de fruits variés sont simplement regroupés sous le nom de δαμιεργοῖ. Qui plus est, les καρπολόγοι peuvent être étroitement liés au monde du vin dans le monde grec : un Règlement des karpologoi195 en vigueur à la fin du ve s. à Thasos s’inscrit dans le cadre de la production viticole de l’île. F. Salviat196 a souligné que la compétence des fonctionnaires thasiens devait s’étendre également à la perception des taxes lors de la vente. La charge des καρπολόγοι locriens devait être, comme celle de leurs collègues chargés des céréales ou des polyanomes hèrakleiotes, annuelle : τοῖς σιταγέρταις τοῖς ἐπὶ τῶν νετέων v197.

  • 198 Tabl. 15. F. Costabile, dans MAGNA GRECIA. vol. II 114, parle d’“un genere di imposta sulla vendita (...)
  • 199 PRÉAUX 1939. spéc. 171ss. Des exemptions de taxe étaient octroyées à l’occasion des nouvelles plant (...)
  • 200 Les Tables de Tauromenion signalent des mesures au sujet de l’huile, mais portent en grande partie (...)
  • 201 ... praetera omnis ager Siciliae civitatum decumanus est, itemque ante imperituri populi Romani ip (...)
  • 202 Ce passage des Verrines (II III 18), concernant un décret pris en 75, signale un impôt appliqué à l (...)

77A Lokroi, le prélèvement fiscal sur les oliviers et les vignes, au niveau de la polis, serait du 1/10e, sur lequel l/9e va à l’Olympieion (τῶν hυγρῶν καρπῶν τὰν hενάταν)198 : ni plus ni moins que les céréales. Dans l’Égypte ptolémaïque, l’ἀπόμοιρα sur le vin est nettement plus lourde et s’élève au 1/6e, un dégrèvement étant cependant appliqué dans le cas de terrains difficiles, pour descendre au 1/10e199. On ne sait rien de précis de la fiscalité touchant les arbres fruitiers dans la Sicile du iiie s.200. Il est possible que la Lex Hieronica201, dans sa version originale, ait concerné l’ensemble des récoltes. Mais la seule allusion faite par les Verrines à des decumas appliquées au vin et à l’huile est tardive et il serait hasardeux d’en extrapoler quoi que ce soit pour l’époque hellénistique202.

  • 203 J. Carter (note 52 supra) a fait remarquer que l’absence apparente de lotissement dans la chôra cro (...)
  • 204 Les Archives de Lokroi mentionnent des terres ajoutées en périphérie (Tabl. 16 : τῶν περιμέτρων τῶν (...)

78Les mesures qui viennent d’être évoquées s’appliquent essentiellement aux terres cultivables situées dans un rayon de 15 à 30 km autour de la cité, en majeure partie des terres cadastrées. Il est difficile d’établir quel est le contrôle exercé pratiquement sur les terrains ou exploitations se trouvant dans les collines, dans le cas de Crotone par exemple203, ou sur ceux situés aux confins de la cité, des endroits où l’arboriculture devait être pratiquée couramment. L’existence de voies d’accès parcourant la campagne lointaine (Poseidonia), l’implantation de phrouria et quelques documents signalant des formes de lotissement dans des zones assez éloignées204 attestent d’un intérêt, voire d’initiatives à l’égard de ces ἐσχατίαι, mais leur statut – comme celui des campagnes devenues gréco-italiques – n’est jamais clairement évoqué.

  • 205 V. par exemple LAZZARINI 1989.

79♦ Les conteneurs. L’organisation et le statut des ateliers amphoriques grecs ne sont en règle générale pas faciles à établir. L’Italie méridionale ne fait pas exception, d’autant que les documents précis y sont encore plus rares qu’ailleurs. Différents chercheurs, partant des timbres sur tuiles et briques qui mentionnent un ethnique ou une formulation éponymique, ont attiré l’attention sur les rapports existant entre l’administration de la cité et des ateliers céramiques produisant l’instrumentum205. A côté de cela, des timbres sur tuiles et briques mentionnent un nom propre isolé sans connotation officielle apparente et documentent une activité à caractère privé. Rien de spécifique n’a été dit en ce qui concerne les grands conteneurs de cette région.

  • 206 Κεράμιον, κάδοs, ἀμϕορεύς désignent avant tout des mesures de quantité.
  • 207 Anth., VI 44. Pour le terme κάδος, v. ALONI 1983.
  • 208 Le terme χοός apparaît à deux reprises dans les Tables d’Hèrakleia, mais en tant que mesure des ari (...)

801. Les amphores sont, on le sait, liées à la vente au détail et aux règlements qui s’y appliquent, notamment en ce qui concerne la notion de contenance minimale206. Ainsi, lorsqu’il est question dans une épigramme attribuée à Léonidas de Tarente de κάδοι comme des mesures courantes pour le vin, ce terme, qui est pris dans le sens de ἀμϕορεύς207, désigne des récipients d’une contenance précise. Les amphores d’Italie du Sud se devaient de correspondre, comme dans le reste du monde grec, à un nombre déterminé de χόες. Aucune inscription amphorique ou administrative n’y fait cependant allusion de manière explicite208.

  • 209 C’est le cas des cargaisons de la Secca di Capistello et Filicudi F, ainsi que du dépôt de Kamarina (...)
  • 210 Pour les difficultés liées, à l’interprétation des capacités des amphores de transport, v. KOEHLER, (...)
  • 211 En Italie du Sud, peu de mesures de contenu ont été effectuées sur des pithoi et pas mal d’inscript (...)
  • 212 SALINAS 1884. 331.

81Dans trois ensembles numériquement importants d’amphores mgs de la fin ive-début iiie s., les dimensions ne varient pas plus de 2-3 cm en hauteur ou en diamètre209. Les ateliers correspondants utilisent donc avec soin les profils et recherchent une homogénéité dans la production. Cela dit, peu de mesures ont été réalisées sur ces amphores d’Italie méridionale [v. chap. iii] et il est difficile de dépasser le stade des remarques préliminaires. On peut simplement noter l’existence, pour les mgs ii, d’un module supérieur à 30 l, tandis que pour les mgs ii et v un module se situe dans la fourchette 20-22 l. L’interprétation de ces modules est délicate210 car il faudrait non seulement disposer d’un nombre plus élevé de mesures des amphores elles-mêmes, mais également des autres conteneurs de stockage et de table qui s’insèrent dans un système211. En ce qui concerne les mgs ii et v, une hypothèse de travail, basée sur l’existence à Sélinonte d’une unité de mesure de 0,27 l (kotyle)212, serait que des cités d’Italie méridionale suivent, au ive et dans les premières décennies du iiie s., une métrologie basée sur un χόῦς de c. 3,24 1. L’amphore contiendrait un minimum de six χόες et serait une ἐκταχόες ἀμϕορεύς οἴνου.

contenances théoriques

contenances théoriques
  • 213 LANG, CROSBY 1964. 56-64.

Note213

  • 214 IG XIV 422 III 1. 97ss. V. SEGRE 1928. 148, note 3.
  • 215 Les premières informations que fournissent le matériel amphorique s’accordent assez mal avec les an (...)

82À Tauromenion, les Tables des Gymnasiarques indiquent de fait un rapport de 1/6e entre κάδος et πρόχος (l’équivalent du χοῠς attique)214, la valeur exacte de ces mesures restant difficile à déterminer215. Cela dit, on aimerait plus de précisions en ce qui concerne la métrologie en cours dans chaque cité et ses modifications éventuelles au cours des deux siècles dont il est question ici.

  • 216 Cette notion constitue un avantage pour tout le monde. Son importance est cependant relative dans l (...)
  • 217 Arist., Ath., LI 2.
  • 218 IG XIV p. 748, s. v. ἀγορανόμοι.
  • 219 Ces mesures cylindriques, probablement du iie s., proviennent d’une ferme située à Aguglia, dans le (...)

83Sur un plan général, la notion de contenance minimale est importante216et devait être théoriquement garantie, comme dans le reste du monde grec, par le contrôle des μετρονόμοι, inspecteurs des poids et mesures217. Si des inscriptions attestent l’activité d’ἀγορανόμοι dans différentes cités d’Italie méridionale218, aucune ne signale cependant de μετρονόμοι. Une ferme sicilienne d’époque tardo-hellénistique a livré des mesures destinées aux céréales, portant la marque d’étalonnage d’un fonctionnaire : ἀκριβάζοντος, (marque) de celui qui mesure avec exactitude (L. Dubois), de celui qui déclare juste (J.-L. Perpillou)219. Il est cependant impossible d’établir si ce fonctionnaire était compétent en matière d’amphores.

  • 220 GRACE, SAWATIANOU-PETROPOULAKOU 1970. 279.
  • 221 GARLAN 1987. 83. V. également GARLAN 1990.

84V. Grace a suggéré220 qu’une des fonctions du timbrage des amphores était, en Egée notamment, de garantir une certaine conformité vis-à-vis de la métrologie en vigueur ; d’autres chercheurs, Y. Garlan par exemple221, en sont moins sûrs. Cela ne semble pas le cas pour les amphores d’Italie méridionale dont il est question ici, comme il ressort du paragraphe suivant.

  • 222 C’est au début ive s. que la pratique du timbrage, auparavant sporadique, se confirme dans des cent (...)
  • 223 Dans la même optique, il est à noter que, avant le milieu ou le troisième quart du ive s., les timb (...)

852. Les timbres d’Italie méridionale pouvant être être datés du ve s. sont très rares (un sur mgs i ?). Leur nombre reste très réduit pendant la première moitié et jusque vers le milieu du ive s.222 : ils apparaissent sur quelques mgs iii et iv et on peut parler d’un proto-timbrage223. Un nombre plus significatif de timbres sont connus à partir du dernier tiers du ive s.

chronologie des timbres signalés dans l’index

chronologie des timbres signalés dans l’index
  • 224 Il n’est pas toujours facile d’évaluer le coefficient de timbrage, même pour des productions bien d (...)
  • 225 FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289.
  • 226 Le pourcentage d’amphores timbrées est apparemment très faible dans le cellier de Kamarina [PELAGAT (...)
  • 227 Sur les milliers de fragments d’amphores trouvés à Lokroi, seuls deux portent un timbre [LOCRI EPIZ (...)

86Il est difficile d’évaluer le pourcentage des conteneurs qui sont timbrés224, un pourcentage qui semble en tout cas très inégal : plus de 60 % des amphores de la Secca di Capistello portent une marque225, mais sur différents sites de Sicile226 et Grande Grèce227, la majorité du matériel ne porte pas de timbre.

Epave Secca di Capistello

Epave Secca di Capistello
  • 228 Une exception peut-être : des amphores portant un timbre figurant un trépied auraient été trouvées (...)

87Les timbres anépigraphes sont peu nombreux et leurs symboles n’apportent pas d’information explicite [v. index]228. La majorité des timbres contient un nom de personne, isolé. Il n’y a jamais de deuxième nom, d’ἐπί ou de mention de mois. L’identité des noms et, partant, la fonction du timbrage, constituent des points fondamentaux qui n’ont jamais été affrontés. Dans différentes cités d’Egée, le timbrage amphorique procède d’un contrôle administratif au plus haut niveau de la polis, puisqu’aux ethniques fréquents aux ve-ive s. succèdent des marques de magistrats (éponymes et autres reflets d’un contrôle centralisé : système de symboles-attributs, liens éponyme-contrôleur ou éponyme-fabricant).

  • 229 Archonte à Lokroi et Crotone ; éphore à Tarente et Hèrakeia L. ; hiarapolos à Phintias et Morgantin (...)
  • 230 VAN DER MERSCH 1986.
  • 231 Si la formulation éponymique en ἐπί (ou ύπό) est la plus courante dans les documents officiels, dep (...)
  • 232 Aucun anthroponyme n’est accompagné d’un parasèmon ou symbole (type monétaire) explicite.
  • 233 Différentes cités du bassin oriental mentionnent aux ive-iiie s. leur ethnique sur les amphores : a (...)
  • 234 Des abréviations comme API, EYPY, ΠAPH... ne sont pas très intelligibles. Certes, les timbres ampho (...)
  • 235 Γάιος Ἀρίστων, Δαμοκράτης, Δίω/Δίων, tr. liosio, Χἀρης sont des nominatifs ; Ανδρωνος, ιωτοώ/Βιωτοῦ (...)
  • 236 Le manque de soin apporté à certaines matrices est évident :fabbricazioni poco accurate, con lett (...)

88En Italie méridionale, le personnage que signale le timbre ne semble, dans les majorité des cas connus jusqu’à présent, ni un magistrat éponyme229, ni un faux éponyme (dont l’attribution se limite aux récipients de transport), ni un magistrat subalterne (ἀγορανόμος, μετρονόμος). Cette idée, déjà suggérée lors du Colloque d’Athènes sur Les amphores grecques230, ne fait pas l’unanimité. D’autres séries amphoriques, fait-on remarquer, mentionnent isolément un officiel ayant valeur de datation (archonte éponyme ou magistrat de second rang). Mais plusieurs faits font obstacle à pareille hypothèse : l’absence systématique de précision éponymique231 , de parasèmon232 ou d’ethnique233 ; l’hypochoristique parfois incohérente234 ; le peu de souci quant au cas235 ; le manque de soin dans l’estampillage236.

  • 237 V. par exemple la désignation des polyanomes d’Hèrakleia L. [IG XIV 645].
  • 238 Un attribut par exemple (à Thasos).

89Chacun de ces points, pris séparément, n’emporte pas la conviction. Mais leur conjonction rend peu vraisemblable un contrôle systématique de l’administration centrale : il n’y a aucun souci d’identifier clairement un éponyme ou un officiel préposé au contrôle de la fabrication. Les autorités compétentes auraient été bien incapables d’identifier à coup sûr un nom aussi banal que Δίων, ou aussi peu explicite que Παρμ(...) ou Ποπ(...) avec le magistrat en question. Le problème des homonymies était aigu dans les administrations et celles-ci essayaient d’y parer au mieux : les documents officiels mentionnent fréquemment, en plus du patronyme et du démotique, un détrompeur237. Certaines productions amphoriques faisant usage d’éponymes vrais ont d’ailleurs également recours à un détrompeur238.

  • 239 AVOLIO 1829. 80-81 ; ANSALDI 1851. 58.
  • 240 Différents noms de Findex se retrouvent dans des inscriptions des ive-iiie s. de Sicile et de Grand (...)
  • 241 Tarente, Hèrakleia L., Velia, etc. [KRAAY 1976. 199].
  • 242 Des centaines de tuiles et briques de Velia [MINGAZZINI 1954 ; GALLO 1966], Poseidonia, Ischia [MON (...)
  • 243 Dans le cas des tuiles de Velia, P. Mingazzini estime quepoiché la fabbrica era statale, le sigle (...)
  • 244 En ce qui concerne les sigles utilisés dans les Tables de l’Olympieion lokrien, R. Fuda penche pour (...)
  • 245 Pour ce qui est des abréviations des Tables de Tauromenion [MANGANARO 1988].
  • 246 ANTONETTI 1985. 13.
  • 247 Les abréviations et variantes orthographiques qui apparaissent dans des documents officiels (Εἰδομ/ (...)
  • 248 Voir l’explication des δημοσίας κεραμῖδας dans DS., XIV 116,8.

90Deux remarques supplémentaires ne sont pas inutiles. Des érudits du xixe s. n’hésitaient pas à rapprocher des noms apparaissant sur des amphores de personnages mentionnés par les auteurs239 : c’est bien entendu à proscrire car, outre qu’il est difficile d’établir la correspondance sur les plans géographique et chronologique, les marques amphoriques d’Italie méridionale connues jusqu’à présent ne mentionnent jamais de patronyme240. La seconde remarque concerne les formes abrégées de 3 lettres (ΔΙΩ, ΒΙΩ, ΠΑΡ, ΠΟΠ, etc.). Pareilles abréviations sont fréquentes dans les documents officiels des ive-iiie s. : Tables de Lokroi et Tauromenion, monnayage241, tuiles frappées du sigle ΔH242. Suivant le cas, on y voit la notation d’un officiel (vrai ou faux éponyme)243 ou une formulation officielle : démotique244, mention de ϕρατρίαι245 ou détrompeur ayant un “contrassegno sociale con risvolti pratici”246. Pareilles hypothèses ne s’appliquent pas aux timbres amphoriques : ces abréviations sont systématiques dans les inscriptions officielles, où elles accompagnent le plus souvent un nom et un patronyme qu’elles précisent247 ; sur les tuiles contremarquées ΔH(μόσιον), l’abréviation désigne la personne ou institution bénéficiaire d’une mesure prise par l’administration248.

  • 249 GARLAN 1986. 273-275. La fonction est notée sur un timbre du ive s.

91S’il ne s’agit pas d’officiels éponymes, qui sont ces personnages qui apparaissent sur les timbres amphoriques ? A Thasos, Y. Garlan estime que le fabriquant apparaissant à côté du magistrat éponyme joue en fait le rôle de κεραμάρχης, commissaire temporaire249. Une explication de ce type est-elle possible en Italie du Sud ? Elle se rapprocherait d’une certaine manière de celle proposée par P. Mingazzini pour les timbres sur briques de Veliamais, s’il a été question de fonctionnaires veillant à la fiscalité en matière de vin/huile et d’autres liés aux offices des poids et mesures, on ne connaît aucun κεραμάρχης ou équivalent. On objectera avec raison que les magistratures subalternes restent mal connues en Italie méridionale, mais un point mérite réflexion. Si on imagine un faux éponyme, chargé uniquement de la production des grands conteneurs, il est logique de penser que sa charge est, sauf exception, annuelle et que sa compétence s’étend, sinon à toute la cité, du moins à un groupe d’ateliers. On verrait en effet mal une myriade de fonctionnaires, chacun surveillant son four : un raisonnement similaire s’applique aux faux éponymes monétaires. Comment expliquer dans ces conditions que plus de 10 noms différents se retrouvent dans l’épave de la Secca di Capistello alors qu’il s’agit d’un lot homogène d’amphores provenant d’une seule zone de fours, sinon d’un seul atelier ?

  • 250 GARLAN 1987. 82.

92L’hypothèse de fonctionnaires travaillant en liaison avec les ἀγορανόμοι, καρπολόγοι, ἀκριβάσται ou μετρονόμοι, ayant une certaine compétence spatiale et une charge annuelle, est parfaitement plausible. Mais elle nous conduit dans une zone d’ombre de l’administration : les documents concernant la vente au détail (ἐν κεραμίοις) de produits agricoles sont rares, comme on l’a rappelé ci-dessus. Tout ce qu’on peut dire pour l’instant est que la majorité des timbres du ive-début iiie s. ne fait pas allusion à un magistrat éponyme ou fonctionnaire ayant une compétence spatiale étendue, si on entend dans ce sens l’ἐργαστηριάρχης de Rhodes ou Sinope250 ou le κεραμάρχης de Thasos. Rien ne s’oppose par contre à ce qu’une partie de ces noms soient ceux de κεραμεύς, mais outre le fait qu’il faille s’entendre sur l’acception à donner à ce terme, ceci ne résout pas la question de la destination du timbrage (contrôle exercé lors de la fabrication ou autre hypothèse).

  • 251 A l’inverse d’inscriptions comme ἐπὶ τῆς Νυμμέλου ἀρχῆς, à Serra di Vaglio, ou ΔH ἐπὶ Λευκίου Ορ κα (...)
  • 252 Des tuiles trouvées sur différents sites du Bruttium et de Lucanie mentionnent un anthroponyme qui (...)
  • 253 index, s. v. Δαμοκράτης et tr.loisio.
  • 254 Il est peu probable que la raison soit d’ordre administratif. Les bilingues sont en effet rares dan (...)

93Les timbres des deux derniers tiers du iiie s. figurent eux aussi un nom propre, qui apparaît plus souvent in extenso. Quelques Italiques, dont tr.loisio, sont connus sur des amphores mgs vi. Ils ne sont accompagnés d’aucune précision251 et se rapprochent des noms en osco-grec qui apparaissent sur des tuiles et des briques de Lucanie et du Bruttium252. Dans un ou deux cas, il semble qu’un même nom soit attesté à la fois sur des amphores et des matériaux de construction253, mais il est difficile d’en conclure quoi que ce soit quant à la fonction du personnage. Au moins un nom de la seconde moitié du iiie s., Γάιος Άρίστων, est connu à la fois en graphie grecque et latine, sans qu’on puisse en expliquer la raison exacte254. S’il est pour l’instant difficile de se prononcer sur l’identité exacte de ces personnages, un point paraît clair : il ne s’agit pas d’officiels.

94Quelques timbres se distinguent totalement de ce qui a été dit jusqu’à présent. L’estampille EΛΩ, apparemment du iiie s., évoque l’ethnique de la cité siciliote Helôros, au sud de Syracuse. L’estampille MAM| trident| MEΣΣ mentionne soit les ethniques Μεσσήνιοι et Μαμερτῖνοι, soit les noms des vins correspondants. Ce timbre du iiie s. (post 283) est de conception officielle et évoque le timbrage de cités-états de l’Egée. La chronologie de l’estampille BAΣΙΛE[ trouvée à Syracuse (Ortygie) n’est pas totalement assurée, mais semble se situer dans la deuxième moitié du iiie s. Elle est la seule à faire explicitement allusion à un personnage officiel, et non des moindres. L’identification avec Hiéron II est tentante : nous sommes à Syracuse, le synchronisme est possible et Hiéron possède d’importants domaines dans les alentours. Ce timbre pourrait refléter la destination obligatoire du conteneur ; en aucun cas cependant, on ne peut y voir un monopole d’état. L’estampille NAΞΙΟΣ est connue sur des morceaux d’amphores généralement datées de l’époque hellénistique et attribuées par une partie des chercheurs à Naxos, Sicile. D’allure officielle, elle pose un problème difficile à résoudre dans l’état actuel de la documentation, Naxos ayant été détruite en 403 et le nom de la cité peu utilisé par la suite. Notons que EΛΩ, MAM| trident| MΕΣΣ et BAΣΙΛΕ[ ne sont connus qu’à un seul exemplaire, ce qui ne facilite pas l’analyse.

  • 255 Pour les liens entre officines céramiques et sanctuaires urbains, voir P. G. Guzzo, dans STORIA CAL (...)

953. Clôturons ce passage en signalant qu’un seul document officiel fait, indirectement, allusion au statut d’un atelier fabriquant des grands conteneurs. Les Tables de Lokroi signalent en effet la vente de pithoi (Tabi. 14 : πίθων πωληθέντων, pour un montant de 7 talents), ce qui rend plausible l’hypothèse d’un atelier rattaché directement à l’Olympieion255.

  • 256 On ne connaît guère mieux, il est vrai, leur organisation dans d’autres centres producteurs autreme (...)
  • 257 Dans l’Egypte ptolémaïque, pour prendre cet exemple, l’administration est censée fournir aux vigner (...)
  • 258 La conception du timbrage peut évoluer sensiblement du ve au iiie s. à l’intérieur d’une cité-état  (...)
  • 259 A propos de ce type de timbres, v. BERTUCCHI 1992. 166-171.
  • 260 Moins de 1 % des amphores de l’épave de El Sec à Majorque (c. 375/50), sont timbrées [CERDA 1987. 4 (...)

96Ces quelques remarques montrent qu’on connaît encore mal ce qui se passe exactement à l’intérieur des ateliers amphoriques d’Italie du Sud grecque256, tout comme leurs rapports avec les producteurs de vin et l’administration257. Il est certainement trop tôt pour proposer une explication aux timbres répertoriés dans l’index. De toute manière, il n’y a évidemment pas une explication : des différences sensibles existent dans l’administration des différentes cités italiotes et siciliotes ; les contextes de production sont diversifiés (atelier relié à un sanctuaire ou privé, mai son-atelier ou céramique, πόλις ou ἐσχατιά) ; les systèmes de timbrage et les usages évoluent au cours des ive-iiie s.258 Le contenu des marques d’Italie méridionale apparaît, en règle générale, moins élaboré que celui de cités égéennes ou du Pont par exemple. Cependant, la présence de noms propres autorise des perspectives plus intéressantes que les représentations majoritairement anépigraphes ou limitées à 1 ou 2 lettres qu’utilisent d’autres centres producteurs, comme Corfou, Corinthe ou Marseille259. L’existence même d’un timbrage au ive s. est intéressante, dans la mesure où la pratique n’est pas encore très répandue à ce moment en Grèce260.

LA SIGNIFICATION ÉCONOMIQUE

  • 261 CARTER 1990. 423-425.

97Selon les plus récentes analyses, la production céréalicole de différentes cités de Grande Grèce et de Sicile dépasse très largement au ive s. les besoins locaux. Prenons le cas d’une exploitation-type du Métapontin : le surplus en céréales se situe, selon les estimations, entre 69 et 93 % de la production annuelle261. Il s’agit donc pour une bonne part d’une activité de profit.

98Qu’en est-il de la viticulture ? On ne considère généralement pas qu’elle possède un poids significatif dans l’économie de l’Italie du Sud aux ive-iiie s. L’agriculteur la pratiquerait essentiellement afin de répondre aux besoins de sa famille : elle correspondrait à une économie de jardin. Différents chercheurs se plaisent d’ailleurs à souligner que les vergers mixtes et les petites fermes non spécialisées reflètent avant tout une polyculture vivrière. Rien d’étonnant donc à ce que la production d’amphores vinaires, prise globalement, ait été considérée comme une activité artisanale, par opposition à l’organisation à caractère industriel qu’on constate en d’autres endroits du monde grec (Thasos, Rhodes, Cos) ou, sur le sol italien, dans la Campanie du iie s. En fait, les documents évoqués ne cadrent pas avec cette vision.

  • 262 PELAGATTI 1984-85. 693.

99♦ Une organisation à l’échelle de la cité. Différents documents indiquent un souci d’organiser la production de vin et d’amphores à l’échelle de la cité. Prenons le cas de Lokroi : à l’infrastructure du céramique de Centocamere, localisé en bordure d’une des principales voies de pénétration dans la cité, répond l’existence de magistrats exclusivement chargés de la fiscalité des arbres fruitiers. A Kamarina, il existe un Quartier des fouloirs/pressoirs et on trouve en plein cœur de la cité, dans l’agora commerciale262, un entrepôt servant à stocker les amphores.

  • 263 Des monnaies de Marseille (500-475) figurent des amphores produites dans la cité [BERTUCCHI 1992. 1 (...)
  • 264 Ce timbre amphorique est à rapprocher notamment de l’ethnique MAMEPTI- NΩN/MAMEPTINOYM sur des briq (...)

100Deux cités gréco-italiques officialisent véritablement leur production d’amphores vinaires, reconnaissant en cela leur signification économique. Entre le milieu du ive et le début du iiie s., Hipponion fait figurer une amphore de transport sur des bronzes de petite dénomination, un monnayage utilisé dans les transactions courantes. Cette pratique a, on le sait, été adoptée depuis l’époque archaïque par différentes cités de Grèce propre, ainsi que par des colonies de Méditerranée occidentale263. A une époque un peu plus récente (milieu-deuxième moitié du iiie s.), un timbre amphorique porte la double mention Messine-Mamertins, contremarquée d’un parasèmon (trident). L’emploi du nom de la cité et d’un symbole officiel suppose à tout le moins l’aval des autorités, plus vraisemblablement une intervention directe de l’administration264.

  • 265 Anth., VI 226.

101♦ La subsistance et le profit. Il existe en Italie du sud des citoyens (paysans ou non) qui cultivent un espace limité de terre dans le but de nourrir leur famille. Une épigramme de Léonidas265 illustre ce cas de figure :

Τοτ' <λίγον> Κλείτωνος έπαύλιον, τ'λιγώλαξ
σπείρεσθαι, λιτός θ’ σχεδόν μπελεών, τοτό τε ωπεον λιγόξυλον· λλ' π τούτοις Κλείτων γδώκοντ' ξεπέρησ' τεα.
Ici, le petit champ de Kleitôn et le sillon étroit
prêt à être ensemencé ; juste à côté, la petite vigne
et là le bosquet pour quelque bois. Et c’est sur cet espace que Kleitôn a passé
quatre-vingts années.

  • 266 IG XIV 645 II 13 ; IGDS n°126, 2 (Kamarina, iie s.). Le terme est pris ici dans le sens de parcelle (...)
  • 267 On rapprochera cette petite vigne de la parcelle clôturée large de deux schoines (τὸγ γύαν δίσχοινο (...)

102L’ὀλίγον ἐπαύλιον de Kleitôn peut être une petite pièce de terre ou une petite ferme : qu’importe, ce que Léonidas évoque ici, c’est l’idée de subsistance. Une subsistance, aisée ou difficile suivant les circonstances, obtenue au départ d’un microfonds : parcelle cultivée (γύας266) ou petit bien de campagne (ἐπαύλιον). Une subsistance qui fait appel à la trilogie immuable du littoral méditerranéen : céréales, arbres fruitiers, bocage. La petite vigne de Kleitôn, probablement de quelques dizaines de mètres de côté267, assure l’essentiel de la consommation familiale. Une des Tables d’Hèrakleia signale une douzaine de vignobles, d’une taille moyenne de 0,85 ha, implantés à côté de parcelles cultivées en céréales, d’oliveraies, de figuiers et d’autres arbres fruitiers. Tout porte à croire qu’ils sont essentiellement exploités afin de fournir le raisin et le vin de l’année à l’agriculteur et sa famille. A côté de cela, les Tables évoquent trois vignobles allant de 1,6 à 2,4 ha, soit 2 à 3 fois plus grands : il est plus difficile d’imaginer qu’ils répondent uniquement à des besoins familiaux.

  • 268 DESCAT 1989. 242.
  • 269 GABBA 1982.
  • 270 PECIRKA 1973. 121.

103Les économistes estiment généralement que les petites fermes isolées, exploitées de manière familiale et combinant plusieurs activités (agriculture, production céramique, élevage), poursuivent avant tout une activité de susbsistance. Il faut cependant se garder d’appliquer automatiquement ce jugement aux dizaines d’établissements de ce type connus en Grande Grèce et Sicile. R. Descat268 a montré, en ce qui concerne les propriétés rurales de l’Attique au ive s., que diversification des activités ne signifie pas nécessairement autosuffisance. E. Gabba269, dans son analyse des liens entre l’établissement de type catonien et le monde rural de l’Italie du Sud grecque des ive-iiie s., souligne pour sa part qu’on ne peut écarter la possibilité d’un système mixte, combinant à la fois une activité de subsistance et de marché. Il semble, en fait, intéressant d’analyser la situation en Italie du Sud à la lumière de ce qu’on sait du monde rural de Chersonèse Taurique, une zone dans laquelle la commercialisation des produits de l’arboriculture a dû constituer un important stimulus à la multiplication des établissements autonomes270.

  • 271 IG XIV 645 I 115-116.
  • 272 Thuc., GP VII 81,4.
  • 273 Pour l’absence de réelles olivettes et la dissémination des cultures arbustives dans le paysage gre (...)

104Les Tables fournissent par ailleurs la preuve de ce que les plantations de vignes, d’oliviers (τὰς ἐλαίας), de figuiers (τὰς συκίας) et d’autres arbres fruitiers (τὰ ἄλλα δένδρεα) peuvent être réalisées de manière rationnelle et intensive. Il est question pour les oliviers d’un minimum de 40 arbres/ha ((έλαιᾶν δε ϕυτ μβαλεί ς τν σχονον hεκάσταν μ μεον τέτορα ς τν δυνατν γν λαίας χεν271), un chiffre qui, sans être élevé, n’en reflète pas moins une réelle olivette. On évoquera encore l’olivette ceinte d’un mur que possède Polyzèlos à Syracuse, dans laquelle se trouvent ἐλάας οὐκ ὀλίγας272. Il faut donc se garder d’imaginer que la culture de la vigne et de l’olivier se limite à des plants et des arbres disséminés au petit bonheur dans les champs273. Dans un cas au moins, à Agrigente, Diodore fait explicitement allusion à la pratique de planter serré (πυκνόω) des arbres fruitiers et des vignes :

  • 274 DS., XI 25,5.

... τν δ χώραν πασαν γαθήν οσαν μπελόϕυτον εποίησαν κα δέν- δρεσι παντοίοις πεπυκνωμένην, [les Agrigentins] plantèrent l’entièreté de cette zone, qui était fertile, en vignesss, et la couvrirent d’arbres fruitiers de toutes sortes, disposés en rangs serrés274. Ce passage, ainsi que d’autres informations concernant les plantations agrigentines évoquent une véritable ceinture (belt) d’arbres fruitiers entourant la cité.

  • 275 SCEGLOV 1976. 97. Quelques documents administratifs indiquent le nombre de plants possédés par un é (...)

105Il est dommage qu’on ne dispose d’aucun élément permettant de se faire une idée précise de la densité des plantations de vignes ; mais on ne manquera pas de noter que le seul vignoble grec du ive s. qui ait été effectivement fouillé – un vignoble de 21,4 h de Chersonèse Taurique jouxtant un établissement rural – était planté à raison de 5 000 pieds/ha.275

  • 276 Pour l’expression, v. DUNCAN-JONES 1974. 34ss.
  • 277 La notion de vin-capital est renforcée par le fait qu’un bon vin grec est un vin qui a vieilli : sa (...)
  • 278 DS., XIII 83,1.

106Si le petit paysan qu’est Kleitôn se préoccupe avant tout de se nourrir, d’autres ont la possibilité d’envisager la viticulture comme activité de profit. Les contrats de Kamarina/Morgantina montrent en effet – et ceci est important – qu’il existe des établissement spécialisés. Ainsi, l’établissement de Lusôn se destine à la viticulture et commercialise forcément une partie de sa production. Lorsqu’il investit plus de 20 talents siciliens dans cette exploitation, Lusôn est conscient de la hierarchy of profitability276 en matière de cultures, hiérarchie au sommet de laquelle arrive la viticulture. L’exemple extrême de la viticulture-profit, ce sont les énormes chais de Tellias. C’est de vin-capital277 qu’il s’agit dans ce cas, avec les retombées sociales et économiques que cela implique : Tellias, ne l’oublions pas, est ’Ακραγαντίνων σχεδὸν πλουσιώτατοs, peut-être le plus riche des Agrigentins278...

107D’une manière générale, il est un facteur qui a dû, tant en Sicile qu’en Grande Grèce, favoriser le développement d’une arboriculture de profit : c’est la disponibilité en céréales qui, en temps normal, permet à ces régions de ne pas connaître les pénuries qui frappent d’autres endroits du monde grec. Il était donc aisé pour un viticulteur d’échanger, le moment venu, du vin contre du blé.

  • 279 G. Manganaro n’hésite pas à parler, pour le iiie s., d’un commerce soutenu de blé syracusain contre (...)

108♦ Productions locales et importations. Un dernier point doit être évoqué, car il contribue à fausser considérablement la manière dont on perçoit l’importance économique de la production de vin et d’amphores en Italie du Sud. Il s’agit de l’attention exagérée qu’on porte aux amphores importées et qui amène à juger que la production locale est peu significative. En fait, à y regarder de plus près, on est souvent loin des importations massives que certaines affirmations laissent supposer279. La rareté des données chiffrées n’autorise que des remarques préliminaires, mais les points suivants peuvent être notés.

  • 280 Ces arrivages d’amphores de Méditerranée orientale n’ont pas fait jusqu’à présent l’objet d’une étu (...)
  • 281 Les corinthiennes/corcyréennes B arrivent régulièrement en Sicile orientale et sur le littoral ioni (...)
  • 282 TALBERT 1974.
  • 283 A. Dell’Aglio, E. Lippolis, dans AMPHORES ROMAINES. 544.
  • 284 LAZZARINI 1989.
  • 285 CAMPAGNA 1992.
  • 286 GENTILI 1958.
  • 287 BRUGNONE 1986. V. également les centaines d’anses d’Erice et environs, dans PELLEGRINI 1887.
  • 288 Sur le littoral ionien de la Grande Grèce, on ne rencontre normalement pas de timbres rhodiens dans (...)

109Il est exact que des crus réputés de Méditerranée orientale – notamment du secteur égéen (Chios) et du Nord de la Grèce (Thasos, Mendé) – arrivent dans les principales cités côtières, mais c’est en petite quantité. D’autres vins, comme ceux de Cos ou Cnide, ne parviennent qu’au compte-gouttes au iiie s.280 Le vin contenu dans les amphores attribuées à Corinthe/Corfou circule quant à lui couramment au ive et dans la première moitié du iiie s.281Mais il bénéficie (comme l’huile transportée dans les corinthiennes A) de l’axe commercial Corinthe-Corcyre-Syracuse qui est très actif à ce moment282 et on sait qu’il est, à cette époque, bu dans une bonne partie du monde grec. En ce qui concerne les amphores rhodiennes, celles de la Période I (c. 331-240) sont rares [v. graphique]. Leur nombre croît entre c. 240 et 210 (Période II) mais reste modeste en Italie méridionale, même dans des centres du commerce maritime comme Tarente283, Rhégion284, Messana285, Syracuse286 ou Lilybée287. C’est après 230 que les arrivages d’amphores rhodiennes connaissent un véritable boom, documenté par les dizaines d’éponymes de la Période III (c. 210-175) et les fabricants datés des Périodes II et III. Ce matériel est donc, en grande majorité, postérieur à la période qui nous concerne288.

CHRONOLOGIE DE 65 TIMBRES RHODIENS DE LILYBEE [D’APRES BRUGNONE 1986. 93] Eponymes rhodiens attestes a Lilybee

CHRONOLOGIE DE 65 TIMBRES RHODIENS DE LILYBEE [D’APRES BRUGNONE 1986. 93] Eponymes rhodiens attestes a Lilybee

Périodes de Rhodes

  • 289 Il n’existe en tout cas pas de trace de mesures protectionnistes semblables à celles qu’on rencontr (...)
  • 290 Démosthène (Lacrite XXXV 32) signale qu’un cultivateur de Théodosie n’hésite pas à faire venir de P (...)
  • 291 Une hiérarchie des crus se juxtaposant d’ailleurs à la hiérarchie sociale [TCHERNIA 1986. 28-37].
  • 292 E banale il fenomeno di produrre vino, di esportarne e di importarne al tempo stesso [J.-P. Morel (...)
  • 293 Il est dangereux de vouloir comparer des productions ayant des coefficients de timbrage sensiblemen (...)

110Le littoral ionien de la Grande Grèce ainsi que la Sicile orientale sont perméables aux vins étrangers289, mais cette constatation doit être tempérée de deux remarques. D’abord, la mobilité des vins grecs s’accroît fortement à partir du ive s., notamment dans les secteurs périphériques290. Ensuite, il faut bien faire la distinction entre les vins de consommation courante et ceux des grandes occasions291 : la coexistence d’une production locale et de vins exotiques est courante et ne doit pas étonner292. L’arrivée de vins étrangers, dans les pourcentages qui sont documentés lorsqu’on tient effectivement compte des amphores d’Italie du Sud, ne permet pas de porter a priori un jugement négatif sur la production locale293, mais amène plutôt à se poser des questions quant à la circulation des vins grecs en général, au pouvoir d’achat d’une partie des buveurs italiotes et siciliotes, aux modes et aux goûts en vigueur.

LE MATÉRIEL AMPHORIQUE DE ROCCAGLORIOSA [D’APRES ROCCAGLORIOSA I. 288-289]

LE MATÉRIEL AMPHORIQUE DE ROCCAGLORIOSA [D’APRES ROCCAGLORIOSA I. 288-289]
  • 294 M. Barra Bagnasco [dans LOCRI EPIZEFIRI III. 13] considère que les amphores mgs ii, puis les mgs ii (...)

111Les documents actuellement disponibles concernant les mgs iv, v et vi indiquent qu’il s’agit de produits de grande série (au même titre que différentes formes usuelles de céramique de table), qui constituent le cœur du matériel amphorique circulant en temps normal dans les habitats294. Le peu de données chiffrées disponibles pour l’instant ne permettent pas de statistiques précises, mais certaines analyses préliminaires, comme celle effectuée par P. Arthur dans l’habitat de Roccagloriosa, sont d’un intérêt évident.

  • 295 Cela dit, il est bon de rappeler qu’on ne sait quasiment rien, à l’époque qui nous occupe, de l’org (...)
  • 296 Le caractère structuré de ce secteur de l’économie quotidienne a été pressenti par E. Greco (“La co (...)

112Les questions posées dans ce chapitre restent souvent d’ordre général, mais ceci est lié à l’état de la recherche : on connaît encore peu de choses de l’organisation de la production viticole et amphorique de l’Italie du Sud grecque aux ive-iiie s. Le peu d’intérêt manifesté à ce sujet constraste avec les études disponibles pour des secteurs comme la mer Noire, l’Egée et l’Egypte hellénistique295. Cela dit, les documents évoqués dans ces pages, même s’ils ne sont pas nombreux et posent souvent plus de problèmes qu’ils n’amènent de réponses, montrent qu’on ne peut se contenter de parler d’une économie de ménage : cette production peut, tant dans le domaine privé que public, être structurée d’une manière qui dénote son poids dans l’économie296. Cette constatation, soulignons-le, s’applique non seulement aux zones à proprement parler grecques, mais également aux zones devenues, dès le ive s, gréco-italiques.

Notes

1 V. par exemple PRÉAUX 1939. 165-186.

2 Les Tables d’Hèrakleia [IG XIV 645] donnent une bonne idée de l’exploitation d’arbres fruitiers dans la chôra proche. Les fouilles de Pompéi montrent que des plantations serrées de vignes peuvent être situées à l’intérieur même de la cité [JA- SHEMSKY 1979. spéc. 201-232], mais on ne dispose d’aucun document précis à ce sujet pour l’Italie du Sud grecque (en ce qui concerne la pratique de l’arboriculture dans les jardins de ville, voir M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 7).

3 SPARKES 1976.

4 Le climat méditerranéen permet la fermentation du jus de raisin à l’air libre, dans des vasques de pierre ou des excavations taillées à même la roche [DION 1959. 83, note 17].

5 Pour les aspects techniques, v. AMOURETTI 1986. 173.

6 De Agr., 18-19. La seule modification qu’il convenait d’y apporter pour le raisin était d’augmenter la hauteur des montants de bois, puisque la diminution de volume était plus importante.

7 DE WAELE 1980.

8 Une margelle de puits d’époque grecque conservée au Musée de Naples montre une scène de production de vin dans laquelle apparaît un pressoir mécanique, mais il est difficile de la dater avec précision [BILLIARD 1913. 436, fig. 143].

9 BRUN 1986. 60 ; 224-225.

10 DS., XIII 83,3.

11 L’agencement des installations, la taille de cette vasque et le souci de son étanchéité (κεκονιαμένη < κονιάω, enduire de chaux, plâtre ou poix) sont autant de raisons d’y voir un fouloir, un lacus dans lequel s’effectue le foulage et peut-être la première fermentation (Varr., RR I 54,2 ; Col., RR XII 40). On ignore quelle est l’amphore que Diodore utilise comme mesure dans ce passage, mais si on se base sur un module de 20-22 l, assez courant dans la Sicile du ive s. (p. 112), la capacité de cette vasque peut être évaluée à plus de 20 000 l.

12 Toujours sur base d’une amphore de 20-22 l (note précédente), la capacité de ce chai peut être estimée à plus de 600 000 l.

13 Les chiffres avancés par Diodore - notamment la taille des pithoi (> 2 000 l) - sont souvent accueillis avec scepticisme. Cela dit, on peut faire les remarques suivantes. (1) Diodore cite directement les Ἱστορίαι de Polykleitos (ive s.), qui a vu en personne l’installation. (2) Une contenance de c. 2 000 l n’a rien d’extraordinaire pour des dolia d’époque romaine [HESNARD, CARRE, RIVAL 1988]. (3) Cette installation est entièrement rapportée dans la roche, ce qui la rend techniquement acceptable : les architectes agrigentins maîtrisent d’ailleurs parfaitement la technique de grands réservoirs (DS., XI 25,4 ; XIII 82,5). (4) La taille d’un chai peut être nettement supérieure à la vendange d’une année, de manière à stocker et spéculer. Dans le cas précis du vignoble de Caton (De agr., 11,1), il est question de jarres d’une contenance totale de 800 cullei (400 000 l), pouvant contenir cinq vendanges. C. Licinius Stolo, un interlocuteur du premier dialogue de Varron, insiste d’ailleurs sur l’intérêt d’attendre quelques années avant de vendre (Varr., RR I 22,4). Les chiffres de Diodore n’ont donc en fait rien d’impossible. Si aucune installation d’époque grecque comparable à celle de Tellias n’a été fouillée jusqu’à présent, un complexe de vinification et stockage du ier s. ap. J.-C. fouillé dans la Drôme (la villa du Molard à Donzère) abritait un cellier d’une capacité de 250 000-300 000 l [LASFARGUES 1985. 542-543].

14 SALVIAT 1986. 151.

15 SCEGLOV 1976. 97 (établissement n° 26 de la chôra de Chersonèse).

16 Dans Athén., Deipn., XII 519d. Ce passage a donné lieu à deux interprétations : certains estiment qu’il s’agit de conduites en terre-cuite amenant le vin (oinoductes), d’autres que Timée fait allusion à des canaux navigables par lesquels des embarcations amènent le vin jusqu’au littoral [GHINATTI 1974. 780, note 78]. Il est difficile de trancher : des bassins et des tubulures en terre-cuite ont été signalés dans le territoire, mais paraissent plus récents. Ce type d’infrastructure n’a pas de parallèle en Grèce propre, mais on se gardera d’y voir un logos sybaritikos : le vin occupe une place importante dans la société sybarite et la chôra était suffisamment étendue pour justifier pareils aménagements.

17 M. Barra Bagnasco [dans LOCRI EPIZEFIRI III. 20, note 93] estime que la production d’huile et de vin en milieu urbain se passe la plupart du temps dans des installations de taille familiale. Elle considère l’installation oléicole de la Rupe Atenea d’Agrigente [DE WAELE 1980. 417-425] comme sortant de l’ordinaire. Les documents évoqués dans ces lignes montrent cependant que des installations de grande taille, ainsi que des rassemblements de fouloirs/pressoirs ne sont pas exceptionnels : tout semble indiquer une cohabitation d’installations de tailles diverses. C’est ce qui ressort également d’un contrat de Kamarina (iiie s.) portant sur la vente d’une maison comprenant une citerne et une meule, dans lequel il est précisé qu’il s’agit de τὰν μύλαν ἴδιον [MANGANARO 1989. 199, Kam. VII, casa].

18 MANGANARO 1989. 193.

19 Pour l’interprétation de ληνός, v. note 48 infra.

20 Λαύρα désigne un passage (de ville), une allée : de là, l’idée d’un quartier caractérisé par une activité précise.

21 Il peut s’agir de fouloirs/pressoirs publics ou possédés par des personnes spécialisées dans la transformation du raisin et des olives. On évoquera à ce propos l’épisode dans lequel Thalès de Milet monopolise les pressoirs à huile de Milet et Chios en prévision d’une récolte exceptionnelle (Arist., Pol., 1259a). V. également les relations entre acheteurs de récoltes sur pied et patrons de trappeti dans la Sicile médiévale, dans BRESC 1986. 172.

22 Les Tables n’auraient pas manqué d’y faire allusion, dans la mesure où elles décrivent de manière assez précise les constructions censées se trouver dans les champs. Le contrat impose en effet aux locataires des terrains de Dionysos de construire sur chaque lot une étable (βοῶν), un grenier (μυχός) et un entrepôt pour la paille (αχύριος), précisant qu’il convient de les munir de toits et portes [IG XIV 645 I 139-144].

23 Cela semble le cas des fermes de Capo di Casa et Iurato, situées à faible distance de Kamarina.

24 SCEGLOV 1976. 53.

25 ADAMESTEANU 1973. 56-59.

26 Cette ferme occupée dans la seconde moitié du ive s. a livré entre autres documents de son activité agricole un magasin avec des restes de pithoi et un mortier [CARTER 1990. 413-414].

27 CARTER 1979. 9-10.

28 Id. VII 24-25.

29 Il peut arriver qu’un atelier céramique soit situé juste en dehors des murs (Kamarina : SICILIA SUD-ORIENTALE. 134-135), mais il est évidemment en liaison directe avec la cité.

30 En ce sens qu’elles concentrent des activités complémentaires et bien distinctes visant à la transformation de matières premières.

31 Deux bassins en tuile contenant de l’argile destinée à être travaillée ont été retrouvés à proximité immédiate de l’un des fours, à côté de surfaces de travail et d’amphores enterrées [BARRA BAGNASCO et alii 1980. 19].

32 M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 28.

33 PELAGATTI 1984-85. 687ss.

34 C’est le cas à Lokroi. La place disponible dans le four autour des amphores permettait d’y placer des objets plus petits [P. Botta, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 201, note 112]. Le dépotoir n°6 du céramique de Métaponte (c. 350-25) contient aussi bien de la céramique fine que de la céramique commune et un fragment d’amphore de transport [METAPONTO I. 440, spéc. n°384].

35 A Laos par exemple [BARONE et alii 1986. 108].

36 Sant’Angelo Vecchio, c. 8 km de Métaponte : EDLUND 1986.

37 La bibliographie sur le sujet est vaste et on se contentera de quelques références. A Tarente, la conjoncture favorable amenée par Archytas correspond à l’implantation d’un nombre significatif d’établissements ruraux ; M. Gigante a mis en relation les vestiges d’une irrigation forcée avec leur caractère agricole. A Métaponte, 95  % des sites ruraux connus datent de la période 350-275 ; la majorité des 191 tombes de l’établissement de Pizzica Pantanello remontent aux années 350-300 et correspondent à une époque d’activité intense [CARTER et alii 1985]. Dans la Crotoniatide, sur 131 sites ruraux (dont 81 fermes) remontant à des époques diverses, la plupart sont occupés entre 450 et 350 [CARTER 1986a].

38 L’établissement d’Italiques dans les campagnes littorales de Grande Grèce est un phénomène attesté à partir des dernières années du ve s. dans le nord de la Lucanie [GRECO (E.) 1979a], dans les décennies successives dans le Bruttium tyrrhénien (plaine de S. Eufemia : R. Spadea, dans TEMESA. 87) et la Lucanie ionienne [GUZZO, LUPPINO 1980. 858-868].

39 Pour le concept d’urbanisation des campagnes, v. L. Bellicini, La campagna urbanizzata. Fattorie e case coloniche nell’Italia centrale e nordorientale [dans AGRICOLTURA ITALIANA. 77-130].

40 DS., XII 11,1. Sur cet épisode, v. les remarques de MOGGI 1987.

41 GHINATTI 1974. 777 ; GUZZO, LUPPINO 1980. 864ss. ; ROCCAGLORIOSA I. 199-201.

42 GUZZO, LUPPINO 1980. 863 ; GIVIGLIANO 1989. 749, note 36.

43 S. Luppino, dans TEMESA. 77ss.

44 MANGANARO 1989. 203-205, Morg. I, terra.

45 L. Dubois [BULL. EPIG. 1990 n°859] propose de lire τοῦ στα[θ]μο[ῦ] παντὸς ὅ κ’ ᾗ [ἐ]μβασίεσσιν et de comprendre “la moitié de l’installation qui pourrait être utilisée pour les opérations de foulage ainsi que des biens qui se trouvent à l’intérieur”.

46 Le terme est rare et a une signification proche de ἂμπελος (Hesych., s.v. δάλα ἅμπελος). L’emploi du pluriel et le contexte amène à penser qu’il désigne une réserve de plants.

47 BUCK 1983. 16ss.

48 Le terme ληνός, dans le cadre d’une production de vin, peut avoir deux sens : cuve de fermentation ou pressoir [KRUIT 1992. 268-269].

49 GRECO (E.) 1988. 493.

50 Dans le secteur d’Isola Capo Rizzuto, différents établissements installés sur le bord de terrasses marines profitent de la présence de sources [CARTER 1986a. 451].

51 V. les établissements de Manfria, Butera, Priorato, Poggio Marcato di Agnone signalés dans ces pages.

52 Pour le lien entre l’absence apparente de lotissement dans le Marchesato et la pratique de cultures arbustives, v. CARTER 1984. 177.

53 Etablissements de Rovine di Palma (altitude 150 m) [PAESTUM. 26, n°20] et Campo di Pere (note 59 infra).

54 ADAMESTEANU 1973. 54-56.

55 Ex. : Serra del Frasso (350-300) [GUZZO, LUPPINO 1980. 861, note 64].

56 La production coroplastique d’établissements ruraux situés au nord du Neto est abondante aux ive-iiie s. [SABBIONE 1984. 298].

57 ADAMESTEANU 1958 a & b.

58 LATTANZI 1979. 327-328 ; TOLVE. 15 ; GUZZO 1983. 203 ; S. Bianco, dans SORGENTI DEL LAO. spéc. 146 ; ADAMESTEANU 1990. 148-149 ; GUALTIERI, PO- LIGNAC 1991. 198 ; LUCANIA CENTRO ORIENTALE. 30.

59 Un exemple parmi d’autres : à la fin ive-début iiie s., l’établissement rural de Campo di Pere (c. 2,5 km de la Porta Sirena) produit ses tuiles, casseroles, pithoi et amphores (mgs v notamment) [PAESTUM. 53, site F].

60 Le site de contrada Jeritano se trouve sur des terrasses littorales, à 5 km de Kaulonia. Il a livré une tombe assez riche de la seconde moitié du ive s. [FOTI 1978. 457-461], ainsi que des fragments de céramique commune, à vernis noir et de grands conteneurs, dont des amphores. Tout porte à croire qu’un établissement rural s’y trouvait implanté. Une production de céramique sur le plateau est attestée par des morceaux déformés de casseroles et amphores (Information de M.-T. Iannelli).

61 Plusieurs établissements ruraux occupés par des Italiques ont été localisés près de Ciro [LATTANZI 1985. 527-528]. Une production de céramique in situ est attestée par la présence, dans un cas, d’un four. La céramique commune, dont un certain nombre de fragments d’amphores conservés au Musée de Crotone, est abondante, de faciès régional, et en majeure partie du ive s.

62 Dans les fermes de Chersonèse, une production d’amphores est bien attestée à partir du ive s. (v. notamment PECIRKA 1973. 145, spéc. l’établissement n°25 de la péninsule d’Hèrakleia : 66 % des 27 000 tessons céramiques qui y ont été trouvés correspondent à des amphores à vin/huile, et 62 % de ce matériel amphorique est de production locale).

63 On note cependant que Caton (De agr., 135,1) évoque l’achat de dolia en ville.

64 Parlant d’une ἐσχατιά attique du ive s., Démosthène (Phénip., XLII 7) souligne l’avantage de bois disponible en abondance. C’était le cas en Grande Grèce et Sicile (pp. 45-47).

65 V. par exemple CARTER 1979. 10-11 ; 1986a. 451.

66 V. par exemple CARTER 1986a. 452.

67 Caton, De agr., 23.

68 A côté des fouloirs/pressoirs déjà signalés, de nombreux établissements disposent également d’installations permettant le traitement et le conditionnement des liquides : vasque(s), rigoles et pithoi. Parlant d’une ἐσχατιά attique de la fin ive s., Démosthène (Phénip., XLII 19) souligne qu’elle possède ses propres οὶκημάτα, greniers destinés à conserver le grain, le vin et d’autres produits (σῖτον καὶ οἶνον καὶ τἄλλα).

69 Les modalités d’approvisionnement en matériel céramique des fermes isolées sont rappelées dans PEACOCK, WILLIAMS 1986. 41.

70 Non si può immaginare che due o più fattorie si rifornissero di recipienti presso un’unica fornace ? Ma questa è una risposta che può venire da una ricerca compieta in un settore territoriale che si può identificare proprio sulla distribuzione accertata di recipienti con caratteristiche communi (Comm. pers.). Cette hypothèse est fondée et j’y souscris volontiers. La distinction entre établissements producteurs et établissements dépendants est évidemment compliquée par la facilité technique de produire avec peu de moyens des conteneurs de grande taille.

71 V. par exemple EMPEREUR, PICON 1986.

72 Scornavacche est un “villagio di ceramisti, vasai e coroplasti”, particulièrement actif dans la seconde moitié du ive s. Il n’est pas fortifié [DI STEFANO 1984-85. 779- 782].

73 ADAMESTEANU 1958a. 333.

74 V. par exemple P. Bottini, dans VAL D’AGRI. 25.

75 L’existence d’un village (κῶμη) peut être perçue à travers un sanctuaire, une nécropole ou une concentration d’établissements ruraux [v. par exemple CARTER 1990. 414 ; ROCCAGLORIOSA I. 198-199 ; GUALTIERI, POLIGNAC 1991. 199]. Il est encore difficile de déterminer le rôle de ces “village-like cluster of farmsteads” dans la production de grands conteneurs. Pour la juxtaposition de fermes et de villages dans le territoire, v. LEVEAU 1983. 928-931.

76 Ce site qui domine le Bradano était déjà occupé à l’époque archaïque. Il a livré une certaine quantité de céramique à vernis noir et commune du dernier tiers ive- début iiie s. : une anse d’amphore surcuite indique la présence d’un atelier amphori- que sur le site [MOREL 1970. 110 & fig. 34].

77 Des grands conteneurs, dont des amphores, sont produits dans des centres (Roccagloriosa : ROCCAGLORIOSA I. 283, n°379 ; Serra di Vaglio ; GRECO (G.) 1979. 26 ; Gioia del Colle : SCARFI 1962. 142-146) et établissements italiques (Tiriolo : SPA- DEA 1977. 152-153 ; Piani del Pignataro, près de Rivello : P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 167-172). A Piani del Pignataro (fin ive-début iiie s.), l’abondance du matériel céramique (à vernis noir, achrome, tuiles, coroplastique), la diversité des formes et les graffites sur des isolateurs de four traduisent un véritable céramique [BOTTINI 1984. 482]. A Roccagloriosa, on trouve d’une part un véritable céramique, d’autre part des unités de production articulées autour d’habitations [ROCCAGLORIOSA I. 213].

78 Un papyrus de Zénon [PCZ IV 59741] évoque ainsi l’itinéraire assez complexe d’amphores vides provenant de différents ateliers, qui sont amenées à Philadelphie pour être poissées avant d’être distribuées aux viticulteurs.

79 G. Vallet, parlant du monde rural de l’Italie du Sud grecque, a souligné que “l’étude des types d’habitats et des modes de culture reste à un niveau superficiel tant qu’on ne peut résoudre le problème fondamental de la main-d’œuvre” [VALLET 1968. 102].

80 Les fouilles de la chôra de Chersonèse Taurique permettent de se faire une idée du travail nécessaire à la préparation de vignobles au ive s. : érection de murets d’épierrement et de murs de clôture, apport de terres, mise en place des plates-ban- des, etc. [SCEGLOV 1976. 93-95]. La préparation d’un vignoble d’époque hellénistique de c. 8,2 ha, reconnu près d’un établissement situé au cap Oïrat, est évaluée au labeur de dix personnes pendant quatre mois [Id. 157]. Sur ce point, v. les remarques de DION 1959. 36-39.

81 PURCELL 1985. 3. Dans le cas de vignobles réputés, la mobilisation en main- d’œuvre devait être importante au moment des vendanges, ne serait-ce que pour le triage du raisin, son transport soigneux et rapide au pressoir, etc.

82 L’utilisation de main-d’œuvre servile en milieu rural dans l’Italie méridionale des ive-iiie s. est un aspect qui a été peu étudié : v. LEPORE 1981. spéc. 80-81.

83 SHERWIN-WHITE 1978. 241.

84 A côté du vignoble de Tellias dont il a été question ci-dessus, Diodore mentionne d’autres propriétés assez importantes, ainsi celle d’Antisthenès (XIII 84,4).

85 Un syracusain du nom de Polyzèlos possède à la fin ve s. une propriété important, ceinte d’un mur et à l’intérieur de laquelle se trouve une olivette (Thuc., GP VII 81,4 ; Plut., Nicias XXVII 1).

86 Pour l’équation concentration du vin chez un gros vinificateur = concentration de la richesse, v. la situation au Moyen-Age sicilien, dans BRESC 1986. 191-192.

87 DS., XIV 7,4.

88 Ce domaine est décrit comme un territoire grand et fertile, s’étendant depuis la mer jusqu’à l’intérieur de l’île, πολλὴν καὶ ἀγαθὴν χώραν ἀνήκουσαν ἀπὀ θαλάττης εἰς τὴν μεσόγειον (Plut., Dion XXXVII 1).

89 DS., XI 25,1-5 (spéc. 2 : καὶ τὴν χώραν ἐκόσμησαν).

90 TOYNBEE 1965. vol. II 162ss.

91 Dans AMPHORES ROMAINES. 509 : L’idea della piantagione, A. Carandini se fonde également, comme d’autres chercheurs, sur une donnée qui n’a pas à entrer en ligne de compte : l’existence dans la Tunisie punique des ive-iiie s. de grands domaines utilisant un nombre considérable d’esclaves (DS., XX 13,2 ; 69,5).

92 DS., XI 72,1.

93 V. les remarques à propos de ce terme dans LEPORE 1981. 81-82 (pour l’Italie du Sud) et PIPPIDI 1973. 76 (pour les campagnes de mer Noire). Le problème n’est pas, il faut le remarquer, spécifique à l’époque qui nous occupe : E. Lepore a montré la difficulté d’interpréter de manière satisfaisante le terme οἰκέται utilisé par la tradition timaïque dans le cadre de la chôra sybarite [LEPORE 1973].

94 ADAMESTEANU 1958b.

95 LATTANZI 1982. 220-222 ; GUZZO 1982. 322-325.

96 DS., XIII 84,4 (c. 406), passage évoquant un grand propriétaire agrigentin essayant de s’étendre aux dépens d’un petit paysan (τινα τῶν ἀγρογειτόνων πένητα), propriétaire de son champ (τὸ ἀγρίδιον).

97 DS., XIV 18,4.

98 MOSSÉ 1962. 220-222. G. Manganaro estime que les campagnes siciliennes connaissent essentiellement un régime latifondiaire au ve et dans la première moitié du ive s., situation à laquelle succède une fragmentation des fonds et l’accroissement d’exploitations plus petites possédées de plein droit [MANGANARO 1989. 215].

99 DS., XIV 7,4.

100 DS., XVI 82 ; Athanis de Syracuse, dans Plut., Timol., XXIII 4 ; C. Nepos, Timol., 3, 1-2.

101 DS., XIX 9,5.

102 Plut., Timol., XXIII 2.

103 V. notamment COARELLI 1981. 2-4. Le parallèle avec les établissements de Chersonèse est instructif [PECIRKA 1973. 142].

104 SCRAMUZZA 1959. 238.

105 LOICQ BERGER 1967. 259. V. également COARELLI 1981. 7-8 : “... sembra di poter dedurre, per la Sicilia, una chiara tendenza, che si manifesta a partire dall’inizio del III secolo, alla progressiva scomparsa della piccola proprietà terriera, o almeno alla conduzione per piccoli lotti unifamiliari indipendenti (non è facile stabilire se in proprietà o in affitto), e ad una progressiva concentrazione della terra in poche mani...”.

106 ager qui aut regius aut hostium populi romani fuisset (T.-L., XXVI 21,11 ; v. également XXVI 30,10).

107 MANGANARO 1989. Un contrat de Kamarina (iiie s.) évoque la cession d’une moitié de propriété (Kam. VI, terra) pour une somme de 250 talents siciliens, un montant nettement supérieur à ceux apparaissant dans les autres contrats et qui pourrait s’expliquer par un fort pourcentage de cultures arbustives.

108 D’autres contrats mentionnent en effet la vente d’un fonds pour 21 talents, de maisons pour 4 et 5 ( ?) talents, d’une maison avec boutique pour 40 talents [MANGANARO 1989. 196].

109 Les lots du contrat de Dionysos ont une superficie totale respective de c. 85, 85, 77 et 85 ha, mais leur étendue exploitable est de 20, 30, 27 et 31 ha [UGUZZONI, GHINATTI 1968. 201, valeurs Kamps-Hultsch]. Si l’on tient compte de la jachère indispensable pour certaines des cultures pratiquées [AMOURETTI 1986. 51-52], la superficie effectivement disponible chaque année ne devait pas être de beaucoup supérieure à la moitié de ces chiffres.

110 V. les explications données dans UGUZZONI, GHINATTI 1968. 172ss.

111 IG XIV 645 II.

112 UGUZZONI, GHINATTI 1968. 180, suivant les mesures de J. Hultsch.

113 IG XIV 645 I 169-171.

114 Il est difficile d’avancer des chiffres précis quant à la main-d’œuvre viticole. On cite souvent Caton (De agr., 11) qui mentionne 16 personnes (dont 10 operarii) pour un vignoble de 25 ha dont c. 16/17 ha seraient effectivement plantés de vignes. Mais la division du travail dans l’établissement catonien (présence de différents ouvriers spécialisés : asinarius, bubulcus, salictarius) ne correspond évidemment pas à ce qui se passe dans une exploitation de petite taille, et Vairon (RR I 18,2 ss.) déjà soulignait l’impossibilité d’extrapoler à partir de ces informations. Columelle (RR III 3,8) parle d’un vinitor pour 7 iugera (1,75 ha), Pline (HN XVII 215) d’un pour 10 iugera (2,5 ha).

115 SCEGLOV 1976. 120-121.

116 IG XIV 645 I 14 ; 15 ; 44.

117 ADAMESTEANU 1973.

118 CARTER 1986b. 485.

119 GRECO (E.) 1988. 493.

120 CARTER 1990. 429-430.

121 Id. 430.

122 Léonidas de Tarente évoque ainsi un certain Hèronax, qui consacre à Bacchus le vin provenant de trois vignobles différents, τρσσῶν οἰνοπέδων (Anth., VI 44).

123 L’idée du double lot, avec chaque fois un établissement permanent (κλήρος πρὸς τὴν πόλινπρὸς τὰς ἐσχατιάς), est d’actualité au ive s. (Arist., Pol., 1330a).

124 Polit., 1320b ; VATTUONE 1976-77. spéc. 297-298.

125 Id. 294-295.

126 LEPORE 1981. 81-82.

127 En ce qui concerne la planimétrie des fermes, s’il est exact que plusieurs dizaines d’esclaves ne prennent pas forcément beaucoup de place [METAPONTO II. 439, note 36], il semble quand même révélateur qu’on n’ait apparemment jamais trouvé de pièce correspondant à un dortoir pour esclaves (Xén., Econ., IX 5) dans un établissement d’Italie du Sud.

128 Ce graphique n’a évidemment qu’une valeur purement indicative, dans la mesure où, dans bien des cas, vignes et oliviers se combinent pour créer un espace de verger dans lequel se trouvent d’autres arbres fruitiers, des figuiers notamment. M. Jameson évalue à environ 8 ha de céréales (sur la base d’un assolement biennal) les nécessités d’une famille grecque type [JAMESON 1977-78. 131 ; v. également AMOURETTI 1986. 204 ss.]. M.-C. Amouretti estime à c. 60 oliviers les besoins d’une famille rurale (c. 180 l d’huile) ; les espacements des oliviers varient considérablement entre les régions (d’une vingtaine à plus de 250 arbres/ha), mais un espacement de 80 arbres/ha est envisageable sur le littoral ionien [AMOURETTI 1986. 25-26 ; 196 ; v. également p. 118]. Un hectare de vignes donne, en plaine, un rendement de 25 à 30 hl.

129 LEPORE 1981. 82.

130 Dans Jambl., VP 197.

131 Pour la signification de ce terme dans les constitutions d’Italie du Sud, v. BERGER 1992. 69.

132 D. Musti a évoqué, en ce qui concerne Lokroi, la possibilité d’une libération quasiment complète des esclaves et leur accession à la terre [MUSTI 1977. 129-130]. Cette hypothèse a été considérée comme extrême, mais mérite réflexion : la libération des esclaves est, avec l’abolition des dettes (τῶν χρεῶν ἀποκοπή) et la redistribution des terres (γῆς ἀναδασμός), à la base de tout changement politique profond et, s’il est exact que ces mesures s’avèrent souvent des promesses sans lendemain dans le monde grec des ive-iiie s. [ROSTOVTZEFF 1941. 1128], rien n’autorise à penser que cela soit effectivement toujours le cas.

133 Aucun document ne fait par exemple allusion à l’utilisation de prisonniers de guerre dans les cultures de plantation aux ive-iiie s., alors que c’est le cas en Egypte ptolémaïque.

134 Les agronomes latins insistent sur la nécessité d’une main-d’œuvre d’appoint salariée en période de vendanges et de fenaison (Varr., RR I 17,2).

135 D. Rathbone accepte une approximation de 25-32 hommes/jours de travail pour vendanger 1 ha de vignoble spécialisé [RATHBONE 1981. 13, note 14]. Le lien entre main-d’œuvre saisonnière et achat de récoltes sur pied est évoqué dans AMOURETTI 1986. 213.

136 Un intéressant témoignage quant à l’utilisation de main-d’œuvre saisonnière dans la viticulture au ive s. se trouve dans Démosthène (Eubul., LVII 45) : il souligne la déchéance que des femmes disposant de la citoyenneté encourent, étant réduites à se louer pour les vendanges comme τρυγήτριαι, fouleuses.

137 The Grapes of Wrath [STEINBECK 1939] décrit le déracinement d’anciens petits propriétaires de l’Oklahoma contraints par la force des choses à se louer comme saisonniers dans les vergers de Californie.

138 Pour l’évocation de vinitores enchaînés, v. RR I 9,4.

139 Il s’agit d’une exploitation dont la circonférence atteint 40 stades et qui produit annuellement, entre autres choses, 800 métrètes de vin et 1 000 métrètes de céréales (Phén., XLII). Démosthène ne fait aucune allusion à de la main-d’œuvre servile alors que l’action intentée l’incitait à n’omettre aucun signe extérieur de richesse. Le recours à une main-d’œuvre saisonnière semble la seule explication logique [OSBORNE 1991. 124].

140 Dém., Lacrite XXXV 32. L’expression est employée dans le cadre d’un établissement rural de Panticapée.

141 P. Bevilacqua, dans LA CALABRIA. 200-203.

142 Id. 203.

143 Vesp., 710-712.

144 Une hellénisation qu’on constate jusque dans les établissements de Lucanie interne : la ferme de Tolve possède un bain a la grecque, des louteria et des antéfixes de décoration architectonique [LUCANIA CENTRO ORIENTALE. 42-47]. Sur le littoral ionien, la ferme de Montegiordano possède un plan qui évoque les établissements italiotes et siciliotes, sa céramique est identique à celle des cités grecques voisines, mais elle est occupé par des Italiques.

145 À Tarente, les ἀστύξενοι sont définis comme οἱ μὴ ἔχοντες ἐν τῆ πόλει τὴν οἰκίαν ἰδίαν (Hesych., s.v.).

146 GUZZO 1982. 324.

147 Des établissements ruraux ont livré des graffites mentionnant un anthroponyme osque abrégé : VIB sur des couvercles de pithoi de Tolve [TOLVE. 22] ; NOΨ (N. Οψιος ou Νοψιος) sur de la céramique d’usage courant à Montegiordano [LATTANZI 1982. 222].

148 Xénophon (Econ., XII 3) souligne l’importance des ἐπιτρόποι ou chefs de culture (généralement des esclaves). L’emploi d’Italiques dans une fonction similaire est une éventualité imaginable.

149 V. notamment WASOWICZ 1972. spéc. 216-217 ; PIPPIDI 1973.

150 E. Greco, dans ESPANSIONISMO ROMANO. 267.

151 C’est uniquement pour la vigne qu’on trouve mention d’ouvriers spécialisés [JAMESON 1977-78. 133-136 ; AMOURETTI 1986. 215], ouvriers entre lesquels existe d’ailleurs une certaine hiérarchie [v. par exemple PCZ IV 59752]. Dans la Sicile médiévale, l’existence d’une main-d’œuvre spécialisée est bien attestée et débouche sur des associations correspondant aux différentes étapes de la vinification : les textes mentionnent notamment les pistatores, confréries de fouleurs [BRESC 1986. 193].

152 Le père du poète Rhinton était κεραμεύς (Suidas, s.v.) ; le père d’Agathocle, qui était pauvre (πένης), était lui aussi κεραμεύς et le futur tyran de Syracuse fut ouvrier céramiste dans sa jeunesse (DS., XIX 1,7).

153 LOCRI EPIZEFIRI III. 32.

154 Des noms abrégés se retrouvent sur différentes catégories d’objets (matrices ; vaisselle commune ; objets ayant servi à la cuisson) provenant des céramiques de Poseidonia [TORELLI 1988. 95-96], Métaponte et Tarente (note 234 infra). Dans un cas, il s’agirait d’une femme (Κισσω sur une matrice de statuette d’Hèrakleia L., début iiie s. : MAGNA GRECIA, vol. IV 69, fig. 94). On relève également : le timbre Δαζιμος κεραμεύς χαῖρε sur une tuile de Montescaglioso (contrada Molinello) [M. G. Canosa, dans BTCGI s.v. Montescaglioso] ; les inscriptions gravées avant cuisson sur un carreau de terre cuite de Serra Orlando, d’époque hellénistique [IGDS n°190].

155 Des cales d’épaisseur servant dans les fours portent une ou deux lettres en grec [P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 172].

156 Cette tuile porte des inscriptions incisées, dont une formule exprimée en “sabir gréco-latin” et le nom d’un κεραμεύς, qui peut être considéré comme δοῦλος, [LATTANZI, LAZZARINI, MOSINO 1989 ; L. Dubois, dans BULL. EPIG. 1990 n°851].

157 Un fragment de pithos (fin iiie s. ?) de Bovalino (RC) porte l’estampille ἐποίησ(ε) / Ἀρίστω [ORSI 1890. 266].

158 GRACE, EMPEREUR 1981. 418ss.

159 Les distinctions entre corps de métier s’affirment en milieu urbain à partir du ive s. Platon (Lois VIII 846d ss.) estime nécessaire de distinguer socialement et politiquement le citoyen-agriculteur du métèque-artisan, tout en reconnaissant que les métèques sont nécessaires au bon fonctionnement de l’agriculture.

160 Avec toutefois la possibilité de potiers itinérants déjà évoquée.

161 V. ainsi Dém., Macart., XLIII 71 (et, déjà bien avant, Plut., Solon XXIII 6).

162 LARONDE 1987. 325ss.

163 La nécessité de disposer d’une pépinière de jeunes plants est mentionnée depuis l’Odyssée [PERPILLOU 1981. 46ss.] jusqu’aux agronomes latins (Col., Arb., I 3-6 : De vitiario faciendo). A une époque qui n’est pas très éloignée de celle du contrat de Kamarina, les Archives de Zénon y font explicitement allusion [v. par exemple PCZ IV 59736].

164 Il s’agit de protéger les plants des rôdeurs (tant humains qu’animaux), du vent, de l’érosion des sols. La présence d’un muret est indispensable dans le cas d’une vigne rampante (Vitis humilis).

165 Une palissade (ϕραγμός) entourant une vigne (ἂμπελος) de la campagne de Thourioi la protège mal des renards et sauterelles (Théocr., Id. V 108ss.). On verra également, à une époque plus récente (IIe s.), l’évocation de murets dans les Tables d’Halaesa [IG XIV 352]. Des murets de protection, distants de 2,5 à 7 m, ont été retrouvés dans des vignobles d’époque hellénistique en Chersonèse [YANUCHEVIT- CH, NIKOLAYENKO, KUZMINOVA 1985. 115].

166 Pour l’impact des cultures arbustives sur le paysage rural de Poseidonia, v. GRECO (E.) 1979b. 23-24 ; d’Halaesa, v. CAPASSO 1989. Voir également l’impact de la viticulture sur le paysage rural de Chersonèse de Crimée, dans DUFKOVA, PECIRKA 1970.

167 L’expression est de F. Braudel. Pour les systèmes agraires de bocage et d’open- field en Italie, voir l’étude fondamentale de P. Bevilacqua, Tra Europa e Mediterraneo. L’organizzazione degli spazi e i sistemi agrari [dans AGRICOLTURA ITALIANA. 7-8].

168 IG XIV 645 I 132-133.

169 IG XIV 645 I 130-132. Trop souvent, les travaux d’irrigation et de drainage sont interprétés exclusivement comme une bonification à des fins de céréaliculture. Mais de pareils travaux sont nécessaires dans le cadre de cultures arbustives, afin de contrôler et répartir les eaux de pluie, et d’éviter l’érosion des sols [UGGERI 1969. 65-66 ; CAPASSO 1989]. V. les aspects techniques du drainage et de l’irrigation évoqués dans WHITE 1970. 146-172, notamment dans le cadre de vergers.

170 IG XIV 645 I 128-129.

171 Id. I 114-115.

172 Id. I 123-124.

173 IG XIV 645 I 146-147.

174 Id. I 149.

175 Dans l’Egypte hellénistique, les paysans royaux qui prennent une terre à bail sont censés se conformer à la répartition officielle des cultures (διαγραϕὴ σπόρου), qui est un pilier de la politique agricole ptolémaïque [ROSTOVTZEFF 1941. 279].

176 L. Forti, A. Stazio, dans MEGALE HELLAS. 675. Pour les parallèles avec d’autres baux de vignobles dans le monde grec, v. BILLIARD 1913. 159-160.

177 Οὐδ’ οἶνον ἔχει άνήρ οὐ γὰρ ὲπιμελεῖται ὡς ϕυτεύῃ ἀμπέλους οὐδὲ αί οὖσαι ὅπως ϕἑρωσιν αὐτῷ (XX 4) : Cet homme n’a pas de vin parce qu’il ne veille pas à faire planter des vignes ou à faire rapporter celles qu’il possède déjà (Trad. P. Chantraine).

178 IG XIV 645 I 169-170.

179 Cette hypothèse, déjà dans CARCOPINO 1914. 50-56, est généralement acceptée [CONSOLO LANGHER 1980. 315]. Tout porte à croire que l’impôt sur l’agriculture était un des piliers de la politique fiscale des tyrans siciliens, mais on ne dispose d’aucune information précise. Les seuls documents qu’on puisse évoquer sont une mention d’Aristote et une autre de Démon d’Athènes. Aristote (Ec., 1349b) mentionne une εὶσϕόρα très lourde que Denys l’Ancien avait appliqué aux βοσκήματα, qui avait d’ailleurs eu pour résultat d’amener les propriétaires à arrêter l’élevage. Démon - que F. Jacoby situe c. 300 - fait pour sa part mention (FGrHist III 327, 14) d’une dîme appliquée aux Syracusains (τὴν Συρακουσίων δεκάτην) sur la base des propriétés et donc, pourrait-on imaginer, proportionnellement aux récoltes [AMPOLO 1984. 32-33].

180 Arist., Ath., LI 3.

181 Pour l’administration lokrienne, v. F. Costabile, Finanze pubbliche. L’amministrazione finanziaria templare, dans MAGNA GRECIA. vol II 103-114.

182 IG XIV 645 I 102 etc. ; v. UGUZZONI, GHINATTI 1968. 153-157.

183 SICCA 1924. 197-198.

184 POLIS ED OLYMPIEION. 160.

185 Qu’on connaît par les auteurs (horrea publica de la fin iiie s. à Syracuse : T.- L., XXIV 21,11), l’épigraphie (Hèrakleia L. : IG XIV 645 I 102, δαμόσιος ῥογός), les vestiges (Morgantina : BELL 1984-85. 506-510).

186 DS., XIV 58,1.

187 Tabl. 5. Les fèves apparaissent également dans les Tables de Cyrène au iiie s. [LARONDE 1987. 327].

188 Pour le coût réel d’un vignoble, v. CARANDINI 1983. 190ss.

189 DS., XIV 102 ; 111,4.

190 UGUZZONI, GHINATTI 1968. 206ss.

191 Dans la Calabre du début du siècle, on trouve des rendements de 12 à 24 hl/ha dans des zones assez difficiles [PURCELL 1985. 13, note 60]. On peut, en partant des agronomes latins, accepter un rendement de 25-30 hl/ha comme base de calcul pour un vignoble de plaine à l’époque qui nous concerne [TCHERNIA 1986. spéc. Chap. IV et Appendice VII]. Une des rares données précises dont on dispose quant à un vignoble grec du ive s., la densité de plantation d’un vignoble de 21,4 ha de Chersonèse Taurique, montre que le rendement pouvait être important : ce vignoble était planté à raison de 5 000 pieds/ha et le chiffre de 42 hl/ha a été avancé sur des bases sérieuses [SCEGLOV 1976. 97].

192 Le prix du vin, généralement mentionné au métrète (soit 2 keramia), varie fortement aux ive-iiie s. : il va de 5/6 à plus de 20 drachmes [SALVIAT 1986. 180-181], dépassant parfois ces chiffres dans un sens ou dans l’autre. A titre d’information, on relève le prix de 8 drachmes au métrète à Athènes, à l’époque d’Alexandre [IG II 2 1672, 1.204] ; 11 drachmes à Délos [IG XI 2 154 A 15] ; 12 drachmes en Attique (prix de gros dans une conjoncture assez favorable), dans Dém., Phén., XLII 20 ; une valeur moyenne de 10 drachmes en Egypte ptolémaïque [PRÉAUX 1939. 182, note 3].

193 UGUZZONI, GHINATTI 1968. 205 : “un ricavo globale di piú di 2 000 dramme”.

194 La formulation des Archives trouve des parallèles en d’autres endroits du monde hellénistique : en Lycie, dans la région de Telmesse, des propriétaires de vergers étaient tenus, à un moment donné, de verser un impôt sur les ξυλίνων καρπῶν, les fruits des vergers [OGIS 55].

195 IG XII Suppl. 349.

196 SALVIAT 1986. 181.

197 IG XIV 645 I 102.

198 Tabl. 15. F. Costabile, dans MAGNA GRECIA. vol. II 114, parle d’“un genere di imposta sulla vendita al dettaglio”.

199 PRÉAUX 1939. spéc. 171ss. Des exemptions de taxe étaient octroyées à l’occasion des nouvelles plantations [Id. 169].

200 Les Tables de Tauromenion signalent des mesures au sujet de l’huile, mais portent en grande partie sur une époque plus récente que celle qui nous concerne ici.

201 ... praetera omnis ager Siciliae civitatum decumanus est, itemque ante imperituri populi Romani ipsorum Siculorum voluntate et institutis fuit” (Cic., Verr., II III 13). Certains historiens, dont M. Finley, se sont demandés si Cicéron n’essaie pas de justifier a posteriori le système fiscal imposé par Rome. En fait, si des modifications sont certainement survenues après 212 (entre autres dans le mode de perception de l’impôt), l’usage politique fait par Hiéron II de grandes quantités de céréales, ainsi que le fait que cette Lex, telle qu’elle fut promulguée à l’origine, visait précisément à éviter les exactions (Verr., II III 20), sont des arguments solides en faveur de son existence au iiie s. La bibliographie concernant la Lex Hieronica, et notamment son éventuel rapport avec d’autres systèmes fiscaux d’époque hellénistique (Revenue Laws), est abondante : v. notamment MAZZA 1981. 24 et note 40 ; MARCONE 1987. 165-167.

202 Ce passage des Verrines (II III 18), concernant un décret pris en 75, signale un impôt appliqué à la période antérieure au vin, à l’huile et aux autres fruits : “L. Octavio et C. Cottae consulibus senatus permisit ut vini et olei decumas et frugum minutarum, quas ante quaestores in Sicilia vendere consuessent, Romae venderent”.

203 J. Carter (note 52 supra) a fait remarquer que l’absence apparente de lotissement dans la chôra crotoniate contraste avec l’implantation de fermes à flanc ou au sommet de colline jusqu’à une hauteur de 150-200 m (alors qu’elles occupent en général la plaine dans le cas de Métaponte).

204 Les Archives de Lokroi mentionnent des terres ajoutées en périphérie (Tabl. 16 : τῶν περιμέτρων τῶν ποιβόλων μίστωμα) et d’autres situées au delà de l’Halex (Tabl. 23/30/31 : δωρεὰν τᾶν ἐπίτηνα τῶ hάληκος), dans une zone de collines assez éloignée. Voir F. Costabile, dans MAGNA GRECIA. vol. II 113.

205 V. par exemple LAZZARINI 1989.

206 Κεράμιον, κάδοs, ἀμϕορεύς désignent avant tout des mesures de quantité.

207 Anth., VI 44. Pour le terme κάδος, v. ALONI 1983.

208 Le terme χοός apparaît à deux reprises dans les Tables d’Hèrakleia, mais en tant que mesure des arides [IG XIV 645 II 36 ; 57].

209 C’est le cas des cargaisons de la Secca di Capistello et Filicudi F, ainsi que du dépôt de Kamarina (v. BLANCK 1978. 94, à propos de la Secca di Capistello : "Bei Schwankungen von weniger als einem Zentimeter beträgt die Durchsnittshöhe der Amphoren 62 cm., ihr Inhalt 22 l,”).

210 Pour les difficultés liées, à l’interprétation des capacités des amphores de transport, v. KOEHLER, WALLACE 1987. spéc. 54-57.

211 En Italie du Sud, peu de mesures de contenu ont été effectuées sur des pithoi et pas mal d’inscriptions graffites sont encore inédites. Des notations acrophoniques ont été signalées (à Tiriolo : FERRI 1927. 345-346, note 2 ; Gioia del Colle : SCARFI 1962. 107 ; Serra di Vaglio : GRECO (G.) 1982. 76 etc.), mais il est difficile de les mettre en relation avec un standard établi. Des relations devaient par ailleurs exister entre les amphores de transport et les récipients de table [LANG, CROSBY 1964. 56- 64].

212 SALINAS 1884. 331.

213 LANG, CROSBY 1964. 56-64.

214 IG XIV 422 III 1. 97ss. V. SEGRE 1928. 148, note 3.

215 Les premières informations que fournissent le matériel amphorique s’accordent assez mal avec les anciennes hypothèses métrologiques avancées notamment dans SEGRE 1928. 150, hypothèses dont le caractère aléatoire a été souligné [UGUZZONI, GHINATTI 1968. 184].

216 Cette notion constitue un avantage pour tout le monde. Son importance est cependant relative dans le cadre des transactions entre producteur et marchand- grossiste [WALLACE MATHESON, WALLACE 1982. 298]. La mesure qui a lieu lors de l’enlèvement du vin par le marchand pallie l’approximation du conteneur : la Lex vino in doliis (Caton, De agr., 148), par exemple, recommande au productor de prévoir une marge de sécurité afin qu’il n’y ait aucune possibilité de lui intenter un procès en cas de contenance incorrecte ou de pertes lors du transvasement. En fait, les principaux concernés sont d’une part les instances fiscales, et d’autre part le consommateur final pour qui un éventuel recours devait être moins aisé.

217 Arist., Ath., LI 2.

218 IG XIV p. 748, s. v. ἀγορανόμοι.

219 Ces mesures cylindriques, probablement du iie s., proviennent d’une ferme située à Aguglia, dans le territoire d’Akrai [CURCIO, PELAGATTI 1970. spéc. 493]. Pour la forme ἀκριβάζοντος (< ἀκριβάζω, examiner attentivement), v. IGDS n°111. Des poids de plomb de standard local ont également été trouvés dans cet établissement.

220 GRACE, SAWATIANOU-PETROPOULAKOU 1970. 279.

221 GARLAN 1987. 83. V. également GARLAN 1990.

222 C’est au début ive s. que la pratique du timbrage, auparavant sporadique, se confirme dans des centres comme Corinthe, Thasos, Marseille. A Rhodes, le timbrage reste sporadique jusqu’au dernier quart du siècle. V. l’état de la question dans EMPEREUR, HESNARD 1987.

223 Dans la même optique, il est à noter que, avant le milieu ou le troisième quart du ive s., les timbres corinthiens figurent essentiellement des symboles [KOEHLER 1979. 57].

224 Il n’est pas toujours facile d’évaluer le coefficient de timbrage, même pour des productions bien documentées comme celles d’Egée et de mer Noire [GARLAN 1983. 28-29]. A la fin ive-début iiie s., le pourcentage de corinthiennes B timbrées se situerait entre 25 et 33 %, avec des réserves : “Only a portion of jars in either class were stamped, and this percentage is difficult to estimate even for the period when the prac- tice was most common” [KOEHLER 1979. 50].

225 FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 289.

226 Le pourcentage d’amphores timbrées est apparemment très faible dans le cellier de Kamarina [PELAGATTI 1984-85. 688].

227 Sur les milliers de fragments d’amphores trouvés à Lokroi, seuls deux portent un timbre [LOCRI EPIZEFIRI IV. 223 ; BARRA BAGNASCO 1993. 43, note 41].

228 Une exception peut-être : des amphores portant un timbre figurant un trépied auraient été trouvées en mer non loin de Crotone [BRASACCHIO 1977], mais on ne sait pas où elles se trouvent à l’heure actuelle. L’absence de symbole explicite sur le matériel amphorique d’Italie du Sud est curieuse, car bon nombre de cités grecques utilisent leur parasèmon, notamment aux premiers temps du timbrage. De plus, en Italie méridionale proprement dite, il est fréquent qu’un parasèmon contresigne des plombs marchands [SALINAS 1864] et des matériaux de construction [Trinakria à Syracuse : AVOLIO 1829. 60 ; trépied avec canthare ou phallus, tête d’Athéna casquée, jeune homme sur dauphin à Crotone : SABBIONE 1984. 299-300]. Ces emblèmes n’impliquent pas forcément un atelier public, mais reflètent à tout le moins des liens avec l’administration centrale.

229 Archonte à Lokroi et Crotone ; éphore à Tarente et Hèrakeia L. ; hiarapolos à Phintias et Morgantina, etc.

230 VAN DER MERSCH 1986.

231 Si la formulation éponymique en ἐπί (ou ύπό) est la plus courante dans les documents officiels, depuis le simple contrat de vente jusqu’à l’inscription monétaire, elle n’apparaît jusqu’à présent sur aucun timbre amphorique d’Italie du Sud (la forme EBIΩ, douteuse, ne semble pas devoir être retenue : v. index s.v. BIΩ). Cette absence n’est pas en soi dirimante, car dès le ive s. des séries grecques mentionnent un officiel éponyme sans préposition (timbres rhodiens anciens au nominatif absolu : GRACE, SAWATIANOU-PETROPOULAKOU 1970. 293). Cela dit, compte tenu de la diversité des cités se trouvant dans le secteur envisagé dans ce travail, l’absence totale de notation éponymique est curieuse. Il n’est pas sans intérêt de noter dans cette optique que les formulations éponymiques en ἐπί sur tuiles et briques d’Italie du Sud sont en général postérieures à la fin iiie s. [v. notamment GIUSTOLISI 1986. 75 ; GASPERINI 1986. 149-153 ; P. G. Guzzo, dans STORIA CALABRIA. vol. I 469-471 ; G. Nenci, dans ENTELLA 1987. 1552-1554 ; 1988. 547-552 ; LAZZARINI 1989].

232 Aucun anthroponyme n’est accompagné d’un parasèmon ou symbole (type monétaire) explicite.

233 Différentes cités du bassin oriental mentionnent aux ive-iiie s. leur ethnique sur les amphores : au nominatif (s.-e. οἶνος), au neutre (s.-e. κεράμιον), au génitif pluriel (amphore des Thasiens). Cette pratique semble ne pas avoir beaucoup de succès en Italie méridionale : seulement deux ou trois noms de cité ou de vin sont connus jusqu’à présent (pp. 115-116). Pourtant, les ethniques ne sont pas rares sur les tuiles et des briques : MAMEPTINΩN/MAMEPTINOΥM [IG XIV 2394.2] ; PHΓINΩN [Id. 2400.15] et PHΓINΩN OPΘΩN [LAZZARINI 1982] ; TAYPIANOYM [LATTANZI 1986. 185-186] ; ΕΓΕΣΤΑΣ [SEGESTA. 927-928].

234 Des abréviations comme API, EYPY, ΠAPH... ne sont pas très intelligibles. Certes, les timbres amphoriques ne sont pas toujours des modèles de clarté et l’on y rencontre même des erreurs [DEBIDOUR 1979. 297] ; il arrive également que des timbres sur tuiles abrègent un ethnique (ΡΗΓΙΝΩΝ/ΡΗΓΙ/ΡΗ : IG XIV 2 400.15). Mais l’hypochoristique sauvage de différents timbres amphoriques étonne, parce qu’elle évoque plus les signatures de potiers incisées ou peintes sur des objets de fours (E, EXI, EXINΩ à Métaponte ; ΛΥ, ΛΥΚΩΝΟΣ à Tarente : METAPONTO I. 422-424) que des inscriptions à proprement parler officielles.

235 Γάιος Ἀρίστων, Δαμοκράτης, Δίω/Δίων, tr. liosio, Χἀρης sont des nominatifs ; Ανδρωνος, ιωτοώ/Βιωτοῦ, Εὐξένου, Λεπτίνα, Aerexiva des génitifs. L’utilisation du nominatif n’est pas en soi un argument décisif, même si on s’attend plutôt à trouver l’éponyme dateur au génitif : il a été question du nominatif absolu de certains timbres rhodiens (note 231 supra) ; à Thasos, le faux éponyme apparaît parfois au nominatif. C’est en fait le peu de rigueur quant au cas qui ne cadre pas avec ce qu’on attend d’une notation éponymique à valeur chronologique : ainsi, parmi les timbres de l’épave Secca di Capistello (qui constituent un groupe fermé puisque les amphores proviennent d’un seul atelier ou d’un cercle restreint d’atelier), un nom au moins est au gén. (Εὐξένου) et un autre au nom. (Χάρης).

236 Le manque de soin apporté à certaines matrices est évident :fabbricazioni poco accurate, con lettere grandi e grossolane [SALINAS 1884. 328] ;lettere molto sfumate e male impresse per punzone stanco” [DE MIRO 1958. 280]. Le relief est souvent faible et les contours de lettres pas très nets, même dans le cas d’amphores pratiquement neuves (ex : Secca di Capistello). Dans un cas, un blanc important sépare deux lettres, ce qui semble indiquer une matrice mal conçue (ΠAP[ ]M). L’exécution des quelques symboles connus est hâtive.

237 V. par exemple la désignation des polyanomes d’Hèrakleia L. [IG XIV 645].

238 Un attribut par exemple (à Thasos).

239 AVOLIO 1829. 80-81 ; ANSALDI 1851. 58.

240 Différents noms de Findex se retrouvent dans des inscriptions des ive-iiie s. de Sicile et de Grande Grèce (Archives de Lokroi, Tables d’Hèrakleia, de Tauromenion) ou dans les auteurs : Δίων, Λέπτινηs, Μεγακλῆς sont des dirigeants siciliens des ive-iiie s. ; Νύμψιος et Χαρίλαος des principes napolitains du iiie s. Mais, comme on l’a fait remarquer pour Thasos, “seules les coïncidences sinon continues, du moins statistiquement très fréquentes seraient probantes ; lorsqu’elles se produisent de façon isolée pour des noms communs, on ne saurait rien en conclure” [DEBIDOUR 1979. 272, note 13]. V. également KOEHLER 1979. 64, à propos des noms sur corinthiennes B ; FREDERIKSEN 1984. 305, à propos des homonymies dans la Campanie des ive-iiie s.

241 Tarente, Hèrakleia L., Velia, etc. [KRAAY 1976. 199].

242 Des centaines de tuiles et briques de Velia [MINGAZZINI 1954 ; GALLO 1966], Poseidonia, Ischia [MONTI 1980. 152 etc.] portent un nom abrégé (le plus souvent en 3 lettres) + ΔH. L’abréviation constitue le départ d’un nom propre, dont aucun n’est mentionné in extenso.

243 Dans le cas des tuiles de Velia, P. Mingazzini estime quepoiché la fabbrica era statale, le sigle denotano il magistrato e non il proprietario” et précise qu’il s’agit d’un “magistrato addetto alla sorveglianza delle fornaci, estimant peu probable qu’il puisse s’agir d’un magistrat éponyme [MINGAZZINI 1954. 42-43]. La charge de ce magistrat subalterne (ἀγορανόμος ?) devait être annuelle et les variantes constatées pour un même sigle auraient été destinées à identifier l’année de la charge, dans le cas d’une reconduction (v. les précisions faites dans un deuxième temps dans MINGAZZINI 1970). Cette hypothèse me semble toutefois inexacte (v. note 248 infra).

244 En ce qui concerne les sigles utilisés dans les Tables de l’Olympieion lokrien, R. Fuda penche pour des démotiques à valeur chronologique [dans ARCHIVIO LOCRESE. 19ss.].

245 Pour ce qui est des abréviations des Tables de Tauromenion [MANGANARO 1988].

246 ANTONETTI 1985. 13.

247 Les abréviations et variantes orthographiques qui apparaissent dans des documents officiels (Εἰδομ/Ἰδομ dans les Tables de Tauromenion) ne prêtaient pas à confusion [ANTONETTI 1985. 13]. Il est d’ailleurs rare qu’une abréviation correspondant au nom d’un officiel soit employée isolément dans un document ; les abréviations monétaires, lorsqu’il s’agit d’officiels, sont un cas particulier [KRAAY 1976. 191 ; P. Poccetti, dans BRETTII. 118].

248 Voir l’explication des δημοσίας κεραμῖδας dans DS., XIV 116,8.

249 GARLAN 1986. 273-275. La fonction est notée sur un timbre du ive s.

250 GARLAN 1987. 82.

251 A l’inverse d’inscriptions comme ἐπὶ τῆς Νυμμέλου ἀρχῆς, à Serra di Vaglio, ou ΔH ἐπὶ Λευκίου Ορ καὶ Νουίου Ελε, magistrature collégiale éponyme de Petelia [P. Poccetti, dans BRETTII. 121].

252 Des tuiles trouvées sur différents sites du Bruttium et de Lucanie mentionnent un anthroponyme qui peut être signalé par le gentilice (ΚΟΤΤΕΙΗΙΣ, ΟΡΤΙΗΙΣ, ΤΟΥΡΕΙΕΙΣ : PEROTTI 1974), le nom (ΛEONTI, BIΩTOΣ : CANOSA 1984), ou une formulation binaire (TPEBIOΥ ΠEPKENNIOΥ /ΠEPKΩNIΩ. IG XIV 2400.13 ; 2402.3). V. les remarques de P. Poccetti, dans BRETTII. spéc. 118 ss.

253 index, s. v. Δαμοκράτης et tr.loisio.

254 Il est peu probable que la raison soit d’ordre administratif. Les bilingues sont en effet rares dans les inscriptions officielles d’Italie du Sud au iiie s., le grec restant utilisé couramment (δύο ἄνδρες à Croto par exemple).

255 Pour les liens entre officines céramiques et sanctuaires urbains, voir P. G. Guzzo, dans STORIA CALABRIA. vol. I 469.

256 On ne connaît guère mieux, il est vrai, leur organisation dans d’autres centres producteurs autrement bien documentés. Ainsi, deux des rares noms propres mentionnés in extenso sur les corinthiennes B, Πίστος et Tιβείος, sont apparemment des noms d’esclaves [KOEHLER 1979. 64, notes 21-22].

257 Dans l’Egypte ptolémaïque, pour prendre cet exemple, l’administration est censée fournir aux vignerons les amphores étalonnées destinées à l’ἀπόμοιρα ou, à défaut, verser aux vignerons le montant équivalent dans le cas où ceux-ci les fournissent eux-mêmes [PRÉAUX 1939. 177].

258 La conception du timbrage peut évoluer sensiblement du ve au iiie s. à l’intérieur d’une cité-état : c’est le cas à Thasos par exemple, où l’on constate d’une part une grande variété dans les timbres anciens (fin ve-c. 340), d’autre part des différences sensibles entre ces timbres anciens et les nouveaux [GARLAN 1987. 76-77].

259 A propos de ce type de timbres, v. BERTUCCHI 1992. 166-171.

260 Moins de 1 % des amphores de l’épave de El Sec à Majorque (c. 375/50), sont timbrées [CERDA 1987. 473].

261 CARTER 1990. 423-425.

262 PELAGATTI 1984-85. 693.

263 Des monnaies de Marseille (500-475) figurent des amphores produites dans la cité [BERTUCCHI 1992. 16]. Des trioboles attribuées par C. Kraay à la seconde Syharis figurent une amphore incuse comme type de revers [KRAAY 1958. 15-16].

264 Ce timbre amphorique est à rapprocher notamment de l’ethnique MAMEPTI- NΩN/MAMEPTINOYM sur des briques (note 233 supra) et d’une mesure officielle en bronze de la Casa del Mercante de Kamarina, portant l’inscription ΔΑΜΟΣΙΑ ΚΑΜ–ΠΑΝΩΝ [SICILIA SUD-ORIENTALE. 137-138].

265 Anth., VI 226.

266 IG XIV 645 II 13 ; IGDS n°126, 2 (Kamarina, iie s.). Le terme est pris ici dans le sens de parcelle délimitée par un fossé ou un muret.

267 On rapprochera cette petite vigne de la parcelle clôturée large de deux schoines (τὸγ γύαν δίσχοινον τὸ εὖρος) que mentionne un contrat de Kamarina (iie-ier s.) [MANGANARO 1989. 190, Kam. I, terra].

268 DESCAT 1989. 242.

269 GABBA 1982.

270 PECIRKA 1973. 121.

271 IG XIV 645 I 115-116.

272 Thuc., GP VII 81,4.

273 Pour l’absence de réelles olivettes et la dissémination des cultures arbustives dans le paysage grec, v. AMOURETTI 1986. 196.

274 DS., XI 25,5.

275 SCEGLOV 1976. 97. Quelques documents administratifs indiquent le nombre de plants possédés par un établissement, mais, faute de connaître la superficie du vignoble, il est impossible de se faire une idée de sa densité [KENT 1948. 289-292, spéc. note 173].

276 Pour l’expression, v. DUNCAN-JONES 1974. 34ss.

277 La notion de vin-capital est renforcée par le fait qu’un bon vin grec est un vin qui a vieilli : sa qualité, on le sait, s’affirme au fur et à mesure que l’acidité et l’agressivité des tanins s’estompent. Il y a donc un lien direct entre la capacité de stocker du vin et la plus-value à réaliser.

278 DS., XIII 83,1.

279 G. Manganaro n’hésite pas à parler, pour le iiie s., d’un commerce soutenu de blé syracusain contre du vin rhodien [MANGANARO 1992. 394]

280 Ces arrivages d’amphores de Méditerranée orientale n’ont pas fait jusqu’à présent l’objet d’une étude spécifique : on verra notamment le matériel signalé dans IG XIV 2393 ; VIOLA 1884 & 1885, ainsi que les remarques de CAMPAGNA 1992. 42-43. Des timbres aussi fréquents que Ἀρδεία, Ἀσκληπίαδου et Bοίσκο(υ) sont du iie s.

281 Les corinthiennes/corcyréennes B arrivent régulièrement en Sicile orientale et sur le littoral ionien jusque vers le milieu iiie s. [KOEHLER 1979. 77 ; 80-81, Table 2]. Leur fréquence sur le littoral et sites internes les désigne comme un des conteneurs d’importation les plus courants.

282 TALBERT 1974.

283 A. Dell’Aglio, E. Lippolis, dans AMPHORES ROMAINES. 544.

284 LAZZARINI 1989.

285 CAMPAGNA 1992.

286 GENTILI 1958.

287 BRUGNONE 1986. V. également les centaines d’anses d’Erice et environs, dans PELLEGRINI 1887.

288 Sur le littoral ionien de la Grande Grèce, on ne rencontre normalement pas de timbres rhodiens dans les couches de destruction des années 280/70. Il est par ailleurs rare de voir cohabiter des amphores rhodiennes et d’Italie du Sud dans un contexte antérieur au dernier quart du iiie s. Les liens qui existent au iiie s. entre Syracuse et Rhodes (Pol., V 88) suffisent de toute manière à expliquer, au moins en partie, l’arrivage d’un petit nombre d’amphores rhodiennes avant la deuxième guerre punique.

289 Il n’existe en tout cas pas de trace de mesures protectionnistes semblables à celles qu’on rencontre en d’autres endroits, à Thasos par exemple (loi Γλεῦκος μηδε οἶνον interdisant l’entrée de ξενικὸν οἶνον : IG XII Suppl. 347 ; SALVIAT 1986. 183- 185) ou en Egypte, où les taxes frappant les vins étrangers s’élèvent au tiers, voire à la moitié de leur valeur [PRÉAUX 1939. 186]. Cependant, un droit d’entrée ad valorem devait être perçu en Italie du Sud sur les vins étrangers (pour les taxes portuaires dans la Sicile du iiie s., v. par exemple Pol., V 88,7). Sans être réellement explicite, une inscription peinte sur une amphore de Chios du début du iiie s., trouvée à Tarente, dans laquelle apparaît le nom d’un éphore (ορα [..] ἐϕόρου Ἀριστοδάμου), semble se référer à une formalité douanière effectuée à l’importation [DE JULIIS 1985. 563].

290 Démosthène (Lacrite XXXV 32) signale qu’un cultivateur de Théodosie n’hésite pas à faire venir de Panticapée par bateau 80 amphores de vin de Cos pour ses ouvriers agricoles. L’épisode montre qu’il est devenu banal de voir circuler des vins destinés à la consommation courante.

291 Une hiérarchie des crus se juxtaposant d’ailleurs à la hiérarchie sociale [TCHERNIA 1986. 28-37].

292 E banale il fenomeno di produrre vino, di esportarne e di importarne al tempo stesso [J.-P. Morel, dans COMMERCIO ETRUSCO. 282]. Les exemples ne manquent pas : à l’époque archaïque, différentes cités étrusques produisent du vin et en exportent sur une certaine échelle, sans que cela empêche la circulation de vins grecs ; à Sybaris, la production locale est significative et, qui plus est, de qualité [v. chap, II], mais les Sybarites font une consommation appréciable de vins étrangers, le Chios notamment (Aristophane, cité à deux reprises dans Athén., Deipn., XI 484f ; XII 527c).

293 Il est dangereux de vouloir comparer des productions ayant des coefficients de timbrage sensiblement différents et c’est ce qui se passe lorsqu’entrent en ligne de compte des amphores rhodiennes : “... the high figure of Rhodians found at Carthage relative to the number of Graeco-Italics can be explained in part by the practice of archaeologists selecting only the stamped vessels for publication" [WOLFF 1986. 149- 150].

294 M. Barra Bagnasco [dans LOCRI EPIZEFIRI III. 13] considère que les amphores mgs ii, puis les mgs iii constituent le gros du matériel amphorique de Lokroi entre le ve et le début iiie s. Les mgs iv sont "de loin les plus nombreuses" au ive s. dans le secteur du sanctuaire de Proprietà Maggiore à Lipari [CAVALIER 1985. 82]. A Thourioi, les mgs iii sont, au dire des fouilleurs, “les plus courantes” à la fin ive-début iiie s. [SIBARI IV. 542].

295 Cela dit, il est bon de rappeler qu’on ne sait quasiment rien, à l’époque qui nous occupe, de l’organisation de la production amphorique d’une cité comme Corinthe [KOEHLER 1979. 5].

296 Le caractère structuré de ce secteur de l’économie quotidienne a été pressenti par E. Greco (“La coltura intensiva della vite si accompagna al grande sviluppo della produzione delle anfore in Magna Grecia, proprio a partire dal iv-iii sec. ” : GRECO (E.) 1979b. 24, note 109).

Table des illustrations

Titre DEUX ÉTABLISSEMENTS RURAUX PRATIQUANT L'ARBORICULTURE Contrada Priorato, Butera (CL) et Montegiordano (CS)
Légende Contrada Priorato [d'après ADAMESTEANU 1958b. 365, fig. 1]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Montegiordano [d’après GUZZO 1982. 325]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Lots du contrat d’Athéna
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Distribution théorique d’une exploitation monofamiliale de c. 13 ha128
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre contenances théoriques
Légende Note213
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre chronologie des timbres signalés dans l’index
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Epave Secca di Capistello
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre CHRONOLOGIE DE 65 TIMBRES RHODIENS DE LILYBEE [D’APRES BRUGNONE 1986. 93] Eponymes rhodiens attestes a Lilybee
Légende Périodes de Rhodes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre LE MATÉRIEL AMPHORIQUE DE ROCCAGLORIOSA [D’APRES ROCCAGLORIOSA I. 288-289]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/980/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable