Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile

 | 
Christian Vandermersch

III. Les Amphores

Texte intégral

1Ce chapitre ne vise pas à présenter une typologie du matériel amphorique d’Italie du Sud. L’objectif est de faire le point sur six groupes d’amphores produits en Grande Grèce et/ou en Sicile (mgs i-vi) dans le courant des ive et iiie s., et qui ont pu servir au transport du vin. Il s’agit avant tout de passer en revue les informations concernant les lieux de production, la chronologie et les contenus.

  • 1 Des informations de ce type ont souvent constitué un point de départ intéressant pour l’étude des a (...)
  • 2 BARRA BAGNASCO 1984. 39 ; LOCRI EPIZEFIRI IV. 212 ; BARRA BAGNASCO 1993. 33.
  • 3 ARIAS 1977. 482.
  • 4 SIBARI IV. 533ss.
  • 5 Ces ressemblances visuelles et tactiles au niveau macroscopique sont souvent tenues pour aléatoires (...)

2Le premier point consiste à mettre en évidence l’origine magno-grecque et/ou siciliote de ces amphores. Il sera question avant tout des informations fondamentales : traces de fabrication, épigraphie amphorique, iconographie et liens avec l’instrumentum domesticum. Les timbres constituent un champ de recherche essentiel, car si les indices explicites (ethnique, parasèmon) paraissent rares, des noms de personnes apparaissent, qui apportent des indications onomastiques et dialectales. Les représentations d’amphores sur la céramique à figures rouges et quelques monnayages apportent également des informations1. Il est par ailleurs intéressant d’examiner les liens existant entre la production de céramique commune et celle des grands conteneurs : des cités comme Lokroi2, Medma3 et Thourioi4 possèdent une ou plusieurs argiles caractéristiques qu’on retrouve dans l’instrumentum, la coroplastique et les matériaux de construction5.

  • 6 Des problèmes de chronologie céramique sont liés à des termini interprétés hâtivement ou appliqués (...)

3La chronologie de ces amphores est souvent hésitante et il est nécessaire de dégager des points d’accrochage sûrs : termini utilisables, stratigraphies d’habitat, contextes clos. Les événements des ive-iiie s. offrent différents termini qui n’ont pas vraiment été utilisés jusqu’ici en séquence cohérente pour les grands conteneurs : fondation de Thourioi (440-30), Hèrakleia L. (433-2), Tyndaris (396) ; reconstruction de quartiers de Gela, Kamarina et Mégara Hyblaea à l’époque de Timoléon ; passage de Messine aux mains des Mamertins (c. 283), destruction de Gela et fondation de Phintias en 282-1 ; destruction de sites en Sicile et dans le Bruttium lors de la seconde guerre punique (Morgantina, Kaulonia etc.). Cela dit, des difficultés subsistent quant à l’interprétation d’un certain nombre d’événements et on ne peut les ignorer6. Sur le plan stratigraphique, les informations proviennent essentiellement de fouilles d’habitat, Thourioi restant la référence obligée. Dans le territoire, les habitats isolés (fermes, phrouria) constituent des points de repère utiles lorsque leur occupation est suffisamment circonscrite dans le temps ou structurée en phases. L’intérêt des épaves en tant que “time capsules” n’est plus à démontrer, pour autant qu’elles soient effectivement homogènes. C’est le cas de plusieurs navires retrouvés dans les Éoliennes, utilisables notamment à travers les monographies du Bollettino d’Arte. L’objectif de ce travail est de rapprocher les amphores d’horizons céramiques : ainsi, la céramique proto-italiote à figures rouges du dernier tiers du ve s., ou la céramique à vernis noir caractérisant les couches des années 240/10 de différents sites du Bruttium. Pareils horizons correspondent environ à une génération : l’absence de notation éponymique sur les amphores d’Italie méridionale et, surtout, la rareté de repères précis en chronologie absolue [v. chap. iv], ne permettent pas pour l’instant de dépasser ce niveau.

  • 7 GUZZO 1983. 205.
  • 8 Athén., Deipn., V 209a.
  • 9 GUZZO 1989. 127.

4Le contenu de ces amphores est un point important puisque c’est leur fonction de vase-récipient et leur relations avec le monde du vin qui sont avant tout envisagées dans ce travail. La détermination du contenu des amphores grecques est souvent délicate et l’Italie méridionale ne fait pas exception7, d’autant que de nombreuses denrées sont explicitement mentionnées ou attestées, depuis le poisson8 jusqu’à la poix9.

*

  • 10 Prenons le terme ionio-massaliète/ionico-marsigliese/amphore tyrrhénienne : censé recouvrir “provis (...)
  • 11 L’appellation amphore gréco-italique, introduite dans les années 50 par F. Benoit [BENOIT 1957 ; 19 (...)
  • 12 MANACORDA 1986. 586.

5Il n’est pas facile de présenter du matériel amphorique d’Italie du Sud : aucun classement n’est disponible et des appellations extrêmement vagues circulent (amphore ionio-massaliète, pseudochiote, corinthienne B, à lèvre-champignon, gréco-italique...). Ces appellations recouvrent un matériel hétéroclite, tant sur le plan spatial que chronologique10, et déroutent autant l’amphorologue averti que l’archéologue abordant occasionnellement le monde des conteneurs de transport. Elles ont été introduites il y a plusieurs décennies11 et il est grand temps de les remettre en question : D. Manacorda a ainsi entièrement raison d’estimer que l’appellation gréco-italique est arrivée au terme de son “cycle vital”12. Ce travail essaie de garder une certaine distance vis-à-vis de ces appellations passe-partout (ce qui n’est pas toujours facile, tant elles sont répandues) et essaie, au contraire, de mettre l’accent sur l’origine magno-grecque et/ou siciliote du matériel envisagé.

6Comment présenter les amphores d’Italie du Sud dont il est question ici ? On pourrait théoriquement utiliser comme clé :

  • 13 EMPEREUR, HESNARD 1987. 11.

7La cité productrice. Les amphores grecques sont souvent enregistrées sous le nom de la cité productrice, comme c’était le cas dans l’antiquité13. Il est cependant difficile de distinguer de prime abord la production spécifique des différentes cités d’Italie méridionale.

8La forme du conteneur. Il s’agit d’un critère obligé, mais des problèmes naissent lorsqu’une forme connaît peu de changements sur une période assez longue (de l’ordre de plusieurs générations) et qu’elle est adoptée par différents ateliers. C’est le cas au iiie s. pour les amphores dites gréco-italiques.

9La chronologie. Les cités grecques d’Italie du Sud connaissent des tournants importants aux ive-iiie s., notamment le passage de certaines d’entre elles sous le contrôle de Lucaniens et Bruttiens, puis de l’administration romaine. Les deux premières guerres puniques sont également des moments de tension, voire de rupture, à différents points de vue. Il s’agit de points d’ancrage dont il faut se servir, tout en gardant cependant à l’esprit que ces événements ne correspondent pas nécessairement à des solutions de continuité dans la fabrication céramique, et ce surtout dans l’instrumentum.

  • 14 Comme c’est le cas en 404 à Entella (DS., XIV 9,9) ou en 288 à Messine (DS., XXI 18,2). Pour les me (...)
  • 15 LANDI 1979. 116-117.

10Les timbres. On pourrait imaginer un classement, basé sur des considérations dialectales et onomastiques, qui distinguerait par exemple les anthroponymes spécifiquement grecs de ceux dont le nom évoque une origine italique. Pratiquement, c’est d’un intérêt limité, pour deux raisons. D’une part, le pourcentage d’amphores timbrées est souvent très faible. D’autre part, les frontières en matière d’onomastique et d’usage des langues (grec, osque, latin) deviennent subtiles dès la fin ve s. : il est difficile de faire la part des choses dans une région où des Campaniens peuvent épouser en bloc des femmes siciliotes14 et où une bonne partie des Bruttiens et des Lucaniens - céramistes y compris - sont assez bons bilingues15.

11La présentation des amphores évoquées dans ce chapitre se veut aussi transparente que possible. Elle tient compte des grandes divisions morphologiques, qui sont signalées dans la majorité des publications, mais également des données chronologiques. Pour prendre un exemple concret, ce travail distingue des amphores de forme assez semblable (la littérature archéologique parle de gréco-italiques), mais qui ont été produites avant et après la première guerre punique. Des découvertes ponctuelles, qui apportent des informations utilisables en ce qui concerne la chronologie et/ou les lieux de production, servent de points de départ à six formes amphoriques produites en Grande Grèce et/ou Sicile (mgs i-vi). L’accent a été mis essentiellement sur les informations qui permettent de faire un premier bilan en ce qui concerne les lieux de production, la chronologie et le contenu. Lorsque des hypothèses concernant le matériel évoqué existent, elles sont rappelées de manière concise.

LES AMPHORES MGS I

12Le point de départ de cette première forme est constitué d’une part de représentations d’amphores de transport sur des vases à figures rouges italiotes, d’autre part de matériel amphorique trouvé à Thourioi et aux environs.

  • 16 Metaponto, n° inv. 20146. V. JIRCIK 1990. 245, n°29.
  • 17 GRECO (E.) 1992. 325, fig. 1.
  • 18 TRENDALL 1967. 36, n°136 et pl. 12,1.
  • 19 Id. 47-48, n°243 et pl. 19,4.
  • 20 Bari, Museo Archeologico Nazionale, n° inv. 7694.
  • 21 TRENDALL 1974. 9.
  • 22 Vienne, n° inv. 986 [TRENDALL 1987. 25, n°5].
  • 23 Lipari, n° inv. 9558 [TRENDALL 1987. 44, n°92].

13Les deux premiers documents sont des vases du Peintre de Pisticci, un des plus anciens céramistes du groupe proto-lucanien. Une œnochoè trouvée dans la T. 16 de la nécropole de Pisticci16 (450/25) figure un silène assis sur une amphore, jouant de la flûte en face d’une ménade, de part et d’autre d’un canthare. Sur un cratère en cloche17, un satyre brandit à deux mains une amphore de transport. Une amphore de transport apparaît de même sur des œuvres du Peintre d’Amykos, un autre céramiste proto-lucanien dont l’activité se situe dans les années 430/400. Une hydrie18 illustrant le châtiment d’Amykos figure à deux reprises une amphore à bord distinct, col court, anses courtes et détachées du bord, épaulement important et caréné, corps globuleux et court pied conique. Une amphore de même allure apparaît sur un cratère représentant un épisode de la légende des Argonautes ; la représentation est cependant de petite taille19. Un cratère à volutes apulien à figures rouges20 représente lui aussi une amphore assez similaire : bord bien détaché, col droit et court, corps globuleux, pied en forme de petit cône. A. Trendall estime que ce vase est “related in style to late Amykan and the works of the Palermo Painter” et le date des années 380/7021. Il provient d’un atelier situé sur le golfe de Tarente. Deux autres documents méritent une attention particulière. Un cratère en calice attribué au Peintre de Dircé22 (380/60) figure sur une face une ménade assise entre deux silènes, avec une amphore de transport au premier plan. Le Dirce Group, dont l’activité se situe à ses débuts en Sicile, a apparemment vu émigrer certains de ses membres en Campanie méridionale dans les années 380/60. Une amphore en tous points identique se retrouve sur un cratère en calice du Painter of Louvre K 24023, sur lequel un Silène approche une ménade endormie. Ce vase est daté des années 380/60, le Painter of Louvre K 240 étant considéré par A. Trendall comme un céramiste siciliote ayant été un précurseur direct de l’école de Poseidonia.

  • 24 SIBARI II. 393, n°97.

14On retrouve donc sur ces différents vases une même forme amphorique et il est raisonnable de penser que les céramistes ont utilisé en guise de modèle une amphore de transport couramment produite en Italie du Sud. Les fouilleurs de Thourioi ont de fait noté la similitude entre les amphores représentées par le Peintre d’Amykos et des conteneurs trouvés dans l’habitat24.

  • 25 Ibid. Un bord d’amphore mgs ii est signalé, toujours dans le secteur Parco del Cavallo, dans une co (...)
  • 26 STOOP 1977. 166-167, A et B. L’anse timbrée signalée à la p. 167 appartient apparemment à une ampho (...)
  • 27 STOOP 1985. spéc. 7-8.
  • 28 Quelques bords du ve s. sont signalés dans le secteur du temple dorique [TOMASELLO 1972. 588, fig. (...)
  • 29 KAULONIA I. 101, n°502-504.
  • 30 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 197, fig. 35, n°270271.

15Une amphore quasiment complète et différents fragments trouvés dans le secteur Parco del Cavallo à Sibari peuvent être rapprochés des représentations sur les vases à figures rouges. La stratigraphie n’est pas très précise, mais la fondation de Thourioi et la présence d’un abondant matériel du ive s. (céramique à figures rouges et à vernis noir) situent ce matériel entre 440/30 (fondation de Thourioi) et la fin du ive s.25 Très peu d’amphores complètes de cette forme ont été publiées jusqu’à présent et il faut se contenter de quelques trouvailles faites dans le Bruttium et en Lucanie. A Francavilla Marittima, deux dépôts d’amphores se trouvaient aux alentours d’un sanctuaire situé sur l’Acropoli della Motta26. Il s’agit de corinthiennes B, d’au moins deux amphores semblables à celle de Parco del Cavallo et d’autres se rattachant à la forme mgs ii (v. infra). Le contexte et la céramique fine situent ce matériel vers 450 ou dans les années suivant immédiatement27. A Kaulonia, plusieurs fragments que l’on peut rapprocher de l’amphore de Parco del Cavallo proviennent de l’habitat méridional28 ainsi que du mur d’enceinte29. Les données stratigraphiques et le contexte les datent de la deuxième moitié ve-début ive s., ante 389. Un morceau de col a été signalé à S. Evraso30, habitat lucanien de hauteur situé non loin de Castelluccio. Ce site a livré une quantité significative de céramique de table et commune, dont une bonne partie est de fabrication locale : skyphoi, bols Morel 2724/2725 et céramique commune, un matériel datable en majorité du ive s. avancé.

16Caractéristiques morphologiques. Le petit pied en cône, qui ne devait pas faciliter la préhension, se note sur les vases à figures rouges. Le corps globulaire possède un diamètre important à quelques centimètres du pied. Le col est court et droit. Les anses droites et courtes ont une section ovale assez forte ; leur appui peut déformer l’embouchure, qui dans ce cas remonte. Le bord est distinct, en quart de cercle  le marli supérieur s’incline vers l’intérieur ou est à peu près horizontal. Un ou deux ressauts peuvent séparer le bord du col. La technique est parfois peu élaborée (symétrie approximative, raccords peu soignés).

AMPHORE DE SIBARI (THOURIOI), SECTEUR PARCO DEL CAVALLO [D’APRES SIBARI II. FIG. 586, N° INV. 16467]

17Timbres. Une seule anse timbrée appartenant apparemment à une mgs i a été publiée : elle provient de l’Acropoli della Motta à Francavilla M. et l’estampille figure une amphore de transport [v. index].

  • 31 Pour l’évolution de la forme corinthienne B dans les années 450-400, v. KOEHLER 1981.

18Eléments de chronologie. Les quelques amphores mgs i connues jusqu’à présent proviennent de contextes de la deuxième moitié du ve et des premières décennies du ive s. A Thourioi, leur chronologie est forcément post 440/30 ; à Kaulonia, plusieurs fragments proviennent de couches contenant en majorité du matériel de la fin du ve et des premières décennies du ive s., qu’il est logique de considérer comme antérieur aux événements de 389 ; à S. Evraso, l’ensemble du matériel céramique est du ive s. Les représentations sur les vases à figures rouges s’échelonnent entre 450/25 et 380/60, fournissant d’intéressants points d’accrochage chronologique. L’allure générale du conteneur correspond à ce qui se fabrique notamment à Corinthe et en Attique vers 475/50 et devient une forme pour ainsi dire générique dans la seconde moitié du ve s.31.

19Lieux de production. Ces amphores ont peu attiré l’attention jusqu’à présent et il faut reconnaître que leur abord est difficile. Aucun timbre épigraphe n’est connu ; aucun atelier n’a été localisé ; les exemplaires complets sont rares ; enfin - et ceci est probablement le point le plus délicat - ces amphores sont généralement assimilées à l’une des deux familles amphoriques très équivoques que sont les ionio-massaliètes et les corinthiennes B.

  • 32 Dans STOOP 1977. 167.
  • 33 V. par exemple KOEHLER 1981. fig. la.
  • 34 KOEHLER 1979 ; 1981.
  • 35 V. notamment KOEHLER 1981. 452-453 ; METAPONTO II. 371, n°416. La forme corinthienne B représente, (...)

20V. Grace32 avait suggéré voici déjà quelques années de considérer les amphores de Francavilla M. comme des “imitations locales du type corinthien”. Les amphores de forme mgs i présentent de fait des similitudes avec les corinthiennes B produites dans les années 450-40033. Les corinthiennes B, dont une partie est tenue pour originaire de Corfou, sont courantes en Italie du Sud grecque depuis l’époque archaïque jusque assez tard dans le iiie s.34 : il n’y a rien d’étonnant à ce que cette forme amphorique y ait été adoptée par certains ateliers35.

  • 36 GRAS 1988 ; MOREL 1988a ; M. Slaska, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 229-233 ; M. Barra Bagnasco, dans (...)

21Les mgs i présentent également des liens morphologiques avec les amphores appelées ionio-massaliètes, une importante famille des vie-ve s., dont une partie au moins est originaire d’Italie du Sud grecque36.

  • 37 V. notamment KOEHLER 1981. spéc. 454.
  • 38 Pour les argiles utilisées à Corinthe, v. KOEHLER 1979. Appendix I, 4-5 ; 1982. 288, note 12 ; à Co (...)

22La situation est loin d’être claire, dans la mesure où les corinthiennes B et les ionio-massaliètes posent encore de nombreux problèmes, notamment en ce qui concerne leurs relations réciproques37. Les deux arguments principaux qui permettent de considérer les mgs i comme une production originale d’Italie du Sud sont, d’une part, le fait que ces conteneurs sont reconnaissables dans un certain nombre de cas sur base de l’argile et de l’exécution38 et, d’autre part, le fait qu’ils sont représentés sur des vases à figures rouges d’Italie méridionale.

  • 39 JIRCIK 1990. 163 ; 166.
  • 40 STOOP 1977. 166, note 7. Il serait intéressant de pouvoir comparer l’argile des mgs i provenant des (...)

23Même si aucun atelier n’est connu jusqu’ici, il semble possible d’attribuer une partie de la production à des ateliers du littoral ionien de la Grande Grèce, plus précisément du golfe de Tarente. Les ateliers du Peintre de Pisticci et du Peintre d’Amykos sont en effet situés à Métaponte39 ou dans les environs immédiats. Deux autres indices semblent confirmer cette hypothèse. D’une part, des fragments ont été trouvés à plusieurs reprises en compagnie de céramique italiote à figures rouges (Peintre de Hearst) ou à vernis noir. Par ailleurs, les fouilleurs ont constaté que les fragments provenant de Thourioi et alentour (Francavilla M.) possèdent une argile identique à celle d’hydries fabriquées localement ainsi que d’amphores trouvées dans les couches correspondant à Copia, elles aussi de production locale40. Une des zones de production des mgs i se situe donc dans le secteur Métaponte-Thourioi.

  • 41 M. Paoletti et C. Sabbione, à propos de bords trouvés dans l’habitat.

24En fait, l’existence de différents centres de production paraît, au regard de la documentation disponible, l’hypothèse la plus plausible. Il semble qu’un ou plusieurs ateliers aient également été situés sur le littoral tyrrhénien du Bruttium : l’argile de plusieurs bords trouvés à Medma est, de l’avis même des fouilleurs41, remarquablement proche d’une bonne partie de la céramique commune de facture locale. D’autre part, les représentations sur des vases attribués à des céramistes ayant exercé au moins dans un premier temps en Sicile (Peintre de Dircé, Painter of Louvre K 240) invitent à approfondir les liens entre cette forme amphorique et le milieu céramique siciliote de la fin ve-début ive s. Il est pour l’instant impossible d’en dire plus, tant le matériel amphorique siciliote de cette période est mal connu.

  • 42 JIRCIK 1990. 112.

25Contenu. Ces amphores peuvent être considérées, en partie tout au moins, comme des conteneurs vinaires. Le cratère apulien évoqué ci-dessus fait explicitement allusion à une consommation de vin : un silène verse du vin dans un cratère à partir d’une amphore de forme mgs i, tandis qu’à côté de lui se trouvent une ménade, un autre silène, un personnage tenant dans la main gauche un simpulum et préparant le kottabos, ainsi qu’un jeune homme dans lequel on peut reconnaître Dionysos. Le lien avec la consommation de vin apparaît tout aussi clairement dans l’oinochoé de la T. 16 de Pisticci : le Peintre de Pisticci y montre les effets de la consommation du vin provenant de l’amphore sur laquelle le silène est assis42.

26La production des mgs i est déjà attestée dans la seconde moitié du ve s. et se poursuit dans le ive s., jusqu’à un moment qui reste à définir. Ces conteneurs documentent une période particulièrement obscure de la production amphorique d’Italie du Sud grecque, à savoir le passage ve-ive s. Les documents disponibles pour l’instant permettent d’envisager l’existence de plusieurs épicentres de production en Grande Grèce, dont un peut être situé dans le secteur Thourioi-Métaponte. Il est impossible d’établir si cette production est importante sur le plan quantitatif, mais les points suivants sont à noter :

  • Ces amphores ont des liens morphologiques avec deux groupes d’amphores qui circulent couramment en Grande Grèce et en Sicile au ve s., les corinthiennes B et les ionio-massaliètes.

    • 43 JOHNSTON, JONES 1978. 127, note 24.
    • 44 Des trioboles que C. Kraay attribue au monnayage de la seconde Sybaris (510-c. 470) figurent une am (...)

    Un ou plusieurs ateliers se situent dans le secteur Thourioi-Métaponte, dans lequel une solide tradition de production amphorique existe depuis l’époque archaïque. Sybaris a en effet produit des conteneurs de forme SOS43 et fait figurer une amphore commerciale sur des monnaies44.

  • Il serait intéressant d’approfondir les liens qui existent entre la production de ces amphores et celle de la vaisselle à boire proto-italiote à figures rouges (c. 440-370). Ces liens paraissent en effet étroits, notamment dans le secteur Thourioi-Métaponte.

    • 45 Voir les remarques faites dans LOCRI EPIZEFIRI IV à propos des ionio-massaliètes.
    • 46 Un matériel qui, soit dit en passant, suscite des hésitations dans pas mal de publications (imitazi (...)

    Les informations présentées ci-dessus donnent à réfléchir sur un certain nombre d’amphores trouvées en Italie du Sud dans des contextes c. 450-350, qu’on catalogue comme corinthiennes, massaliètes ou ionio-massaliètes. Ne faudrait-il pas se pencher plus sérieusement, comme le fait M. Barra Bagnasco pour le matériel de Marasà Sud à Lokroi45, sur l’hypothèse d’une origine italiote ou siciliote d’une partie de ce matériel ?46

LES AMPHORES MGS II

  • 47 SESTIERI 1958 ; NAPOLI 1974. 363-364 et pl. LVIII,2 ; PONTRANDOLFO, ROUVERET 1992. 380-385.
  • 48 Pour la chronologie de ces tombes, v. M. Cipriani, dans ITALICI. 144-145, note 166 ; PONTRANDOLFO, (...)

27Point de départ de cette seconde forme : deux amphores trouvées dans des tombes de la nécropole de Gaudo à Poseidonia (T. 2/1957 & T. 6)47. Le matériel de la tombe monumentale 2/1957 contenait des objets en métal (armes, vases) ainsi qu’un échantillonnage de vaisselle à figures rouges et vernis noir. La céramique à figures rouges (lécythe d’Astéas, kylix et plat à poisson de l’officine d’Astéas), ainsi que les nombreuses pièces à vernis noir (lécythes, coupelles) situent la déposition entre 380 et 330/20. La T. 6 date pour sa part de la fin du ive s.48

  • 49 La majeure partie du matériel de cette tombe est de la seconde moitié du ve s., mais des skyphoi à (...)
  • 50 ROCCAGLORIOSA I. 281 (Pseudo-Chian : n°365-370, matériel daté du ive s.).
  • 51 L. Manzo, dans LOCRI EPIZEFIRI. 40, pl. XI, spéc. n°12-13 ; BARRA BAGNASCO 1993. 30-35.
  • 52 M. Cipriani, dans ITALICI. 133 ; 135.
  • 53 EISEMAN 1973 ; 1980.
  • 54 EISEMAN 1973. 19-20.
  • 55 La céramique à vernis noir (boisals, skyphoi, lampes) et les amphores datent de la fin ve-premières (...)
  • 56 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 164-165.
  • 57 DE MIRO 1963. col. 150, n°AG.2244 et fig. 66b.

28D’autres sites de Grande Grèce et de Sicile fournissent des renseignements intéresssants. A Palerme49, la Tomba Regina illustre le passage ve-ive s. A Roccagloriosa50, des exemplaires sont datés du ive s. A Lokroi51, plusieurs mgs ii entières ainsi qu’un certain nombre de fragments, ont été trouvés dans l’habitat (secteur Centocamere) et sont datées des ve-ive s. A Eboli, une tombe de la nécropole S. Croce (T. 37) contenait deux amphores similaires à celles de Gaudo. Le matériel (armes, service à vin en métal, céramique) indique une date vers le milieu du ive s.52 A Porticello, dans le détroit de Messine, la fouille d’un navire marchand a livré une cargaison variée : amphores grecques et puniques (7 types différents), métal travaillé et brut, œuvres d’art53. Parmi les amphores de type grec, deux exemplaires bien conservés peuvent être rapprochés du matériel de Gaudo54. L’homogénéité de ce gisement, parfois mise en doute, reste généralement acceptée ; la majorité des pièces datent de la fin ve-début ive s.55 Une tombe de Rivello (tomba della masseria Pandolfi), correspondant à un habitat italique du ve s. dont on connaît l’enceinte, contenait un cratère (attique ?) à figures rouges ainsi qu’une amphore bien conservée, similaire à celles de Gaudo56. La chronologie est c. 425/400. A Agrigente57 un col provient d’une structure monumentale située dans l’habitat et en usage pendant la seconde moitié du ive s. Il est daté par de la céramique fine avant 320/300.

  • 58 Un nombre assez élevé d’amphores à col regonflé proviennent de la nécropole Contrada Diana [CAVALIE (...)

29D’autres exemplaires entiers et fragments ont été signalés sur de nombreux sites du Cilento, du Bruttium et de Sicile, avec une concentration spécialement importante à Lipari58.

A . AMPHORE DE L’EPAVE DE PORTICELLO (RC) [D’APRES EISEMAN 1973. FIG. 8, N° INV. F.N. 96]

B.AMPHORE DE LOKROI [D’APRES BARRA BAGNASCO 1993. PL. II, B]

  • 59 BARRA BAGNASCO 1993. 33.
  • 60 Une amphore provenant de la T 418 de la nécropole Contrada Diana, datée par de la céramique à verni (...)
  • 61 EISEMAN 1973. 19, n°21.
  • 62 BARRA BAGNASCO 1993. 46-47, c-d.

30Caractéristiques morphologiques. La hauteur totale de ces amphores varie considérablement (c. 56 → 82 cm) et elles peuvent être, suivant les cas, plus ou moins pansues. Le pied en bouton légèrement arrondi fait saillie d’un corps en carreau de flèche. L’épaule arrondie est tombante, le diamètre maximum de la panse se situant assez bas. Un sillon sépare le col de l’épaule, à hauteur du départ des anses. Les anses sont longues, légèrement sinueuses, la section en amande. Le gonflement du col se note même sur des fragments de petite taille. Différentes variantes de bord existent : en forme de haut bandeau, avec dans certains cas un ressaut à la base ; de profil en amande, plus fluide ; en forme de soucoupe aplatie ou arrondie, avec un sillon à la base. Il arrive que l’embouchure soit ovalisée. Des stries de tournage assez nombreuses et profondes sont courantes. Peu de mesures de capacité ont été réalisées : à Lokroi, un groupe plus pansu contient c. 24,5 l, un autre plus allongé c. 21 l59 ; un exemplaire de Lipari, du milieu ve s., contient c. 20 l60 ; un autre, de Porticello (fin ve-début ive s.), 22,5 l61. Des exemplaires de module réduit existent et la contenance de deux d’entre eux, de fabrication locrienne, est évaluée respectivement à 5,5 et 8,5 l62.

31Timbres. Aucun timbre lisible n’a été signalé jusqu’à présent.

  • 63 CAVALIER 1985. 90.
  • 64 V. par exemple une amphore de la Tomba Regina de Palerme [CAMERATA SCOVAZZO, CASTELLANA 1981. 133, (...)
  • 65 Les fragments de mgs ii trouvés dans le secteur de Centocamere proviennent de niveaux du ve et du i (...)
  • 66 P. Arthur fait la remarque suivante à propos des Pseudo-Chian de Roccagloriosa : “Though none are c (...)
  • 67 A Lokroi, dans la Casa dei Leoni, des fragments de mgs ii proviennent de niveaux de la deuxième moi (...)

32Éléments de chronologie. Ces amphores à col regonflé se rencontrent depuis l’époque archaïque et on dispose d’assez bons points d’accrochage chronologique jusque dans la seconde moitié du ve s. [v. Lieux de production]. Il n’est généralement plus beaucoup question de ces conteneurs après cette date, mais M. Cavalier constate que la forme se rencontre à Lipari “peut être [jusqu’] au début du ivème s., tout au moins pour la variante à pâte rouge et engobe”63. Elle suggère une évolution à partir de cette date vers une forme nettement plus carénée, à col droit : la forme mgs iv dont il est question ci-dessous. De fait, différentes amphores du ive s. sont à cheval entre ces deux formes64. Le sentiment de liens assez étroits est renforcé par la présence simultanée d’amphores de ces deux formes (mgs ii et iv) sur différents sites, notamment Roccagloriosa et Lipari (v. infra). Cela dit, les informations chronologiques fournies par différents sites, notamment Lokroi65, Poseidonia (Gaudo) et Roccagloriosa66, indiquent que la production des mgs Il se poursuit en fait assez tard dans le ive s., probablement jusque dans les dernières années dans certains ateliers67.

  • 68 DI SANDRO 1981a. 9 ; CAVALIER 1985. 90, note 2.
  • 69 Les amphores chiotes des ve-ive s. possèdent un bord beaucoup plus fin et une allure générale très (...)
  • 70 V. Grace, dans STOOP 1977. 165 ; P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 281 ; BARRA BAGNASCO 1993. 32.
  • 71 DI SANDRO 1986. 60 ; mais contra, à raison, BULL. AMPH. 1987 n°168.

33Lieux de production. Ces conteneurs ont souvent été considérés comme une variante de la production de Chios68, sur base du gonflement du col, une particularité de la production de cette île dans la première moitié du ve s. Mais il s’agit d’une simple ressemblance ponctuelle, qui disparaît d’ailleurs dans le troisième-quart du ve s. : les autres caractéristiques morphologiques ainsi que les argiles sont très différentes69. Il faut de toute évidence bien distinguer ces amphores de celles attribuées, sur des bases solides (fours), à Chios70. Par ailleurs, une origine de mer Noire (Sinope) proposée par N. di Sandro71 ne repose sur aucun élément probant.

  • 72 Références dans CAVALIER 1985. 39.
  • 73 CAVALIER 1985. 44-45.
  • 74 STOOP 1977. 164, n° 6-7.
  • 75 Sur ce point, voir M. Gras, dans LEUCA I. 175-176.
  • 76 V. les remarques de M. Slaska, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 230-231.
  • 77 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 93-139 ; 163-225 (Rivello, Serra Città, Castelluccio, Capo la Ti (...)

34Les mgs ii se raccrochent en fait à une importante famille qu’on rencontre aux vie-ve s. sur de nombreux sites de Grande Grèce et de Sicile72. L’évolution morphologique semble peu marquée entre le milieu ve et le milieu ive s. et il est facile de rapprocher les amphores dont il est question ici d’une amphore de la T. 418 de la nécropole Contrada Diana à Lipari, datée c. 47 5/5073, ou de deux cols du sanctuaire de l’Acropoli della Motta à Francavilla M. (c. 450 ou années suivant immédiatement)74. Cette famille possède jusque vers le milieu ve s. un certain nombre de points communs avec les ionio-massaliètes. Ainsi, lors de la période qu’on peut grossièrement définir comme allant de c. 525 à 450, certaines amphores à col regonflé possèdent un bord façonné par repli (avec vide central), dont le profil peut être quasiment identique à celui des ionio-massaliètes75. D’autre part, leur distribution géographique respective se chevauche assez étroitement : les ionio-massaliètes et les amphores à col regonflé sont très courantes entre le milieu du vie et le milieu du ve s. en Campanie méridionale, Lucanie, Bruttium et Sicile. Tout porte à croire que la majorité des lieux de production se trouvent à l’intérieur d’un triangle dont les pointes seraient représentées par Naples, Hèrakleia L. et Agrigente76. La fréquence des ionio-massaliètes et des amphores à col regonflé au coeur même de ce triangle, à savoir dans les sites grecs, gréco-italiques et italiques situés entre Poseidonia et Rhégion, notamment dans le secteur Velia-Laos77, est certainement un élément clé du dossier.

  • 78 PARKER 1976-77. 630.

35Une origine grecque occidentale, plus précisément d’Italie méridionale, a été avancée par différents chercheurs pour les mgs ii. A la fin des années 70, A. Parker78, notant la présence à Lokroi d’amphores de cette forme, avait suggéré de voir dans cette cité un des lieux de production. Examinons les éléments qui sont actuellement à notre disposition.

  • 79 Ces amphores paraissent rares en Grèce et dans le bassin égéen [BULL. AMPH. 1987 n°168].
  • 80 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 98.

36♦ Dans la seconde moitié du ve et au ive s., la distribution des mgs ii concerne essentiellement la Sicile occidentale et septentrionale, le Bruttium ionien jusqu’à hauteur de Crotone, le littoral tyrrhénien de la Grande Grèce jusqu’au golfe de Naples. Elles sont rares à l’est d’Hèrakleia L. et au nord du golfe de Naples79. Il est matériellement impossible de vouloir présenter une carte des trouvailles, car une forte proportion du matériel est pour l’instant inédite. Mais plusieurs monographies récentes portant sur des sites de Lucanie et du Bruttium montrent que ces amphores sont courantes non seulement sur les sites littoraux, mais également dans l’intérieur : c’est le cas, par exemple, dans le golfe de Policastro80. Il s’agit là d’un premier indice.

37♦ Ces amphores ont été, à de nombreuses reprises, trouvées en compagnie de céramique siciliote ou italiote à vernis noir et figures rouges de la fin ve et du ive s. C’est le cas à Poseidonia (Gaudo) et dans l’arrière-pays (Eboli, S. Croce), dans les sites lucaniens de la vallée du Noce, à Lipari. Par ailleurs, dans deux épaves, celles de Porticello et Plane 2 près de Marseille (p. 134), elles sont associées à des amphores puniques, ce qui constitue un autre indice.

  • 81 SESTIERI 1958. 61 et note 82.
  • 82 Vatican, Mus. Etr. Greg. V. TRENDALL 1936. 41, n°5 et fig. 22.
  • 83 TRENDALL 1987. 171, n°376, pl. 117d.
  • 84 Boston, Museum of Fine Arts, n° inv. 69.1142. V. VERMEULE 1971. pl. 46-49.

38♦ P. Sestieri81 avait suggéré, lors de la publication d’une des tombes de Gaudo, de rapprocher l’amphore s’y trouvant déposée de représentations sur des vases à figures rouges italiotes (attribués à Astéas, Python et au Peintre de Dircé). Un cratère en cloche attribué à Astéas figure Dionysos, un silène et une amphore, qui ressemble effectivement dans les grandes lignes à celles de Gaudo82. Ce vase est daté des années 360/30. Une stemless cup attibuée à Python représente un jeune silène tenant dans une main une amphore, de l’autre une outre de vin83 : elle date des années 340/20. Une hydrie-kalpis campanienne du Whiteface Painter84 (c. 340) figure elle aussi une amphore allongée qui évoque une mgs ii.

  • 85 BARRA BAGNASCO 1993. 33.
  • 86 Id. 43.

39♦ Des mgs ii ont été produites à Lokroi à l’époque qui nous intéresse (fin ve-ive s.). M. Barra Bagnasco a mis en évidence l’abondance des fragments appartenant à cette forme en différents secteurs de l’habitat (c. 50 % de l’ensemble du matériel amphorique de Lokroi), l’existence de rebuts de cuisson (pièces mal cuites, morceaux de cols déformés), la similarité entre l’argile employée pour une bonne partie de ces amphores et celle de la céramique commune de fabrication locale (pithoi, tuiles, coroplastique), la présence de modules réduits85. A signaler également, une statuette en terre-cuite de fabrication locale qui représente une amphore, apparemment une mgs ii86.

  • 87 Sito 50. -Sito monoperiodico per quanto riguarda le anfore : il rilevante quantitativo di bordi ‘b (...)
  • 88 ROCCAGLORIOSA I. 281.

40♦ Un site dominant l’Alento, à environ 1 km. de Velia, a livré une quantité significative de fragments de mgs ii ; le contexte suggère une production locale87. Des rebuts de cuisson de céramique de table des ive-iiie s. (lékanè) indiquent la présence d’un four en cet endroit. En ce qui concerne l’hypothèse d’une production de mgs ii dans le Cilento, on ajoutera que l’argile des fragments trouvés à Velia et Roccagloriosa est, selon les fouilleurs, très semblable à celle d’autres classes de céramique fabriquées sur ces deux sites88.

  • 89 CORRIGAN 1979. 149.
  • 90 On trouve d’ailleurs dans cette tombe un cratère à figures rouges figurant précisément une scène de (...)
  • 91 SESTIERI 1958. 57 ; 58-60. Ce type de simpulum se trouve représenté sur des vases posidoniates à fi (...)
  • 92 EISEMAN 1973. 19, n°21.

41Contenu. Une partie de ces amphores devait contenir du vin. Le contexte de symposion qui émane des tombes de Gaudo89 est clair et c’est le cas également de la tombe de la masseria Pandolfi à Rivello90. Dans la T. 2 de Gaudo, la présence d’un kylix à décor polychrome ainsi que d’un simpulum en bronze, instrument servant à puiser le vin dans le cratère, est tout à fait explicite91. La T. 37 de la nécropole S. Croce à Eboli est celle d’un guerrier et le vin y est omniprésent : cratère à figures rouges italiote, situle, bassin, kylix de bronze, deux amphores. De même, les représentations sur les vases attribués à Astéas et Python tournent essentiellement autour de la consommation de vin. On note d’autre part qu’une amphore entière de l’épave de Porticello était fortement poissée92.

42Les mgs ii appartiennent à une famille dont l’allure est caractéristique et qui est produite en quantité significative depuis l’époque archaïque. Leur production se continue au moins jusque vers le milieu du ive s., probablement dans la seconde moitié du siècle dans certains ateliers. L’épicentre de leur distribution à l’époque qui nous occupe - fin du ve et ive s. - se situe dans le secteur sud-oriental du bassin tyrrhénien, de Poseidonia à Lipari. Sur base des documents actuellement disponibles, on peut considérer qu’il s’agit d’une production de Campanie méridionale, de Lucanie et du Bruttium.

LES AMPHORES MGS III

  • 93 GUZZO, LUPPINO 1980. 823-840, spéc. 837, n°45.
  • 94 Céramique apulienne à figures rouges (amphore du Peintre de Gioia del Colle, cratère en cloche), sk (...)

43Le point de départ de cette troisième forme est une amphore intacte et bien datée, provenant d’une tombe à chambre bruttienne située à Cariati, sur le littoral ionien de la Calabre93. Le mobilier funéraire riche et varié comprend notamment un service à vin complet94 et des éléments d’armure et de parure. Cette tombe date des années 350/25.

  • 95 PAESTUM II. 115, n°167 ; 138, n° 256.
  • 96 GUALTIERI 1979. 287 ; ROCCAGLORIOSA I. 281, n°364.
  • 97 ROCCAGLORIOSA I. 281, n°363.
  • 98 LAOS I. 83, n°109 (Area Campilongo B) ; d’autres fragments proviennent d’un sondage à proximité de (...)
  • 99 GUZZO 1978b. 545, n°9.

44D’autres sites apportent des informations complémentaires. A Poseidonia, deux cols ont été trouvés dans l’Édifice circulaire fouillé sur l’agora95, avec comme limites chronologiques d’une part le milieu du ve s., et d’autre part 273, date de l’instauration de la colonie latine et de la fin de l’utilisation de l’édifice. Le site lucanien de Roccagloriosa a lui aussi livré des amphores de cette forme. Une tombe (n°19) comprenait un assortiment de céramique à boire italiote (cratères, rhyton), des objets métalliques et une amphore en morceaux semblable à celle de Cariati96. Elle remonte à la seconde moitié du ive s. (vers 330). La T. 2 397 (32 5/300) a livré des morceaux d’une amphore assez similaire. Divers fragments de mgs iii ont été signalés à Laos et un morceau de col provient d’un contexte particulièrement intéressant : une habitation en activité à la fin ive-début iiie s., dans laquelle se trouvait une réserve avec des pithoi, de la céramique à vernis noir (coupelles Morel 2424, 2760), de la céramique de production locale et un séparateur de four98. Une mgs iii en morceaux provient d’une tombe bruttienne de Castrolibero (fin ive-début iiie s.)99.

  • 100 BARRA BAGNASCO 1993. 37, n° inv. M84/72.
  • 101 BARRA BAGNASCO 1990a. 573 ; 576 ; 1990b. 99.

45A Lokroi, une amphore pratiquement entière provient du secteur de Marasà100 ; trois exemplaires recomposables ainsi que de nombreux fragments ont également été trouvés dans le céramique de Centocamere, dans un contexte des dernières décennies du ive-début iiie s. [v. Lieux de production]. L’habitat lucanien de Pomarico Vecchio, situé sur la rive gauche du Basento à 20 km de Métaponte, a livré une mgs iii entière ainsi que plusieurs fragments de bords101. L’amphore entière avait été enterrée à l’intérieur d’une maison, de laquelle provient également un matériel céramique abondant. La céramique à vernis noir (skyphoi type C, patères Morel 1514/34, coupelles 2424, coupes 2 700, 3 200, 4 200) situe l’occupation de cet habitat entre le milieu du ive et le milieu du iiie s. [v. Lieux de production].

  • 102 EPIFANIO 1982. spéc. 68 et fig. 12. Ce site a livré de la céramique commune (pithoi, vases achromes (...)
  • 103 ENTELLA 1988. 450-471 (US 348, fragments n° inv. El 144, El 139, El 141).
  • 104 CAVALIER 1985. 51-52, n°36.

46A Cozzo Mususino, un phrourion situé sur le haut cours du Salso, un col de mgs iii a été trouvé en compagnie de céramique à vernis noir et de lampes datables dans la seconde moitié du ive s.102. Dans un édifice d’Entella, des fragments de mgs iii proviennent d’une couche de destruction comprenant de la céramique à vernis noir (330-300) et à figures rouges (335-280)103. Une tombe de Lipari (nécropole Contrada Diana, T. 469)104 a livré la partie supérieure d’une mgs iii ; cette tombe date de 350-300 (petite cruche à vernis noir de style Gnathia).

  • 105 Des fragments de mgs iii ont été trouvés dans divers secteurs de l’habitat d’Hipponion. Un exemplai (...)
  • 106 De nombreux fragments identifiables (bords, pieds et corps) ont été trouvés dans l’habitat. Seuls q (...)
  • 107 Les mgs iii sont très fréquentes à Thourioi : Parco del Cavallo [SIBARI II. 56, n°162 ; IV. 219, n° (...)
  • 108 Un col [HAENSEL 1973. 454-457, fig. 31, n°13] provient d’une couche datée entre 433/432 (fondation (...)
  • 109 Des bords de mgs iii ont été trouvés dans une stratigraphie du mur d’enceinte [LAMBOGLIA 1952. 162, (...)
  • 110 Un bord a été trouvé dans la stratigraphie de structures accolées à l’ouest du mur d’enceinte, au s (...)

47D’autres exemplaires complets et fragments de tailles diverses ont été trouvés dans des contextes du ive s. (Hipponion105, Medma106, Thourioi107, Hèrakleia L.108, Tyndaris109, Hèrakleia M.110).

A. AMPHORE D’UNE TOMBE DE CARIATI (CS) [D’APRES GUZZO, LUPPINO 1980. 902, FIG. I. N° INV. 13645]

B. AMPHORE DE LOKROI [D’APRES BARRA BAGNASCO 1993. PL. V,F]

  • 111 V. par exemple BARRA BAGNASCO 1993. 47-48, i.
  • 112 Ce type de bord en quart de cercle se retrouve dans d’autres amphores grecques de la période 450-35 (...)
  • 113 Je dois l’information à S. Luppino, qui m’a précisé que la mesure avait été faite en remplissant d’ (...)
  • 114 BARRA BAGNASCO 1990a. 573, note 2.
  • 115 BARRA BAGNASCO 1993. 37 (capacité mesurée arithmétiquement).
  • 116 Un exemplaire complet de la T. 71 de la nécropole de Vassallaggi (deuxième moitié du ive s.?) [ORLA (...)

48Caractéristiques morphologiques. L’aspect général est trapu (H/Ø : c. 1,5) et le profil caréné. Le pied, bien distinct du bas de la panse, est le plus souvent cylindrique ou légèrement tronconique ; cela dit, il arrive que l’artisan ait préféré le terminer en bouton111. Le corps est globulaire, l’épaulement quasiment horizontal. Une arête vive raccorde le corps à l’épaule. Le col droit et cylindrique forme un angle assez vif avec l’épaule. Le départ de l’anse est perpendiculaire au col ; les anses sont courtes et droites, de section ovale aplati. Le bord est bien séparé du col, de section en quart de cercle (labbro a quarto di cerchio) ou triangle équilatéral. Son arête supérieure est horizontale ou légèrement biseautée vers l’extérieur. La liaison avec le col est marquée par une arête vive, parfois soulignée d’un petit sillon ou, plus rarement, d’un petit listel112. Peu de mesures de contenance ont été effectuées : l’amphore de Cariati contenait 30-31 l113 ; un exemplaire de Pomarico Vecchio, 34 l114, un autre de Lokroi, c. 26 l115. Des modules réduits sont connus : ils ont environ 40 cm de hauteur et la contenance de l’un d’eux est de c. 7,25 l116.

49Timbres. Quelques timbres sont connus sur ces amphores [v. index]. Trois figurent un symbole (amphore de transport, grappe de raisin, taureau), les autres contiennent une abréviation : Δ, ΘΕ, amphore NIΩ.

  • 117 LOCRI EPIZEFIRI IV. 214-218.
  • 118 LAMBOGLIA 1952. 162-163.

50Éléments de chronologie. Ces conteneurs pansus sont attestés à partir des dernières décennies du ve s. dans le Bruttium et en Lucanie occidentale : des fragments apparaissent dans les premières couches de Thourioi. Les repères chronologiques concernant les années 400-375 sont peu nombreux, à l’inverse de ceux concernant le milieu du ive s. et les années qui suivent immédiatement (ex. : stratigraphies de Marasà Sud à Lokroi117). N. Lamboglia118, se basant sur des stratigraphies de sites siciliens, considérait les bords en quart de cercle typiques des couches du ive s. C’est exact dans les grandes lignes, mais les mgs iii sont en fait déjà attestées à l’extrême fin du ve s. et cèdent la place aux mgs v dans les contextes d’époque agathocléenne. Dans le dernier tiers du ive s. et les premières années du iiie, on note le synchronisme entre le matériel de Lokroi-Centocamere et le monnayage d’Hipponion [v. Lieux de production].

  • 119 Ces amphores, dont l’évolution du ve au iiie s. est illustrée par des exemplaires trouvés à Athènes (...)
  • 120 Les mgs iii présentent des points communs avec la forme corinthienne B de la deuxième moitié du ve (...)
  • 121 L’argile employée (fortement micacée à Samos), la forme du bord et du pied, le contenu des timbres (...)
  • 122 EPIFANIO 1982. 68 ; v. également EMPEREUR, HESNARD 1987. 26.

51Lieux de production. Rien de précis n’a été dit à propos de ces amphores, si ce n’est qu’elles sont de fabrication grecque. Elles ont parfois été rapprochées de la série appelée attique par V. Grace119, des corinthiennes B120, des amphores de Samos121 ou encore des massaliètes (Py 6). Cela dit, la tendance actuelle est d’y voir une production occidentale, et plus précisément une “classe intermédiaire entre les amphores grecques classiques et les premiers types appelés gréco-italiques”122.

52La première constatation en faveur d’une origine d’Italie méridionale est que ces amphores se retrouvent essentiellement dans le Bruttium, la Lucanie et la Sicile nord orientale. A cela viennent s’ajouter des informations plus précises.

  • 123 Ces amphores ont été étudiées par L. Manzo dans une Tesi di laurea (Vasi da trasporto e contenitori (...)
  • 124 On y retrouve les caractéristiques de l’argile employée notamment pour les pinakes, petits autels e (...)
  • 125 POZZI PAOLINI 1977. 271-272.

53♦ A Lokroi, des amphores mgs iii étaient produites dans le céramique de Centocamere123. La chronologie des fours se situe entre le milieu du ive et le milieu du iiie s. (l’activité du céramique se termine vers 250, avec l’installation de maisons particulières). Plusieurs exemplaires complets mal cuits et déformés ont été trouvés dans le four Y1 dont la grille s’est effondrée vers la fin ive-début iiie s. Une partie des amphores trouvées à Centocamere et dans l’habitat (Casa dei Leoni) possède une argile que les fouilleurs considèrent comme typiquement locrienne124. Il est possible que le monnayage de la cité reflète cette production : des oboles en argent, contemporaines à peu de choses près de ces amphores de Centocamere (époque du Molosse ? ; en tout cas avant 268), figurent au D./une tête d’aigle + Λ et au R./une amphore + O125. L’amphore est assez trapue, ce qui est le cas des mgs iii, mais la petitesse de la représentation ne permet pas de s’assurer réellement des caractéristiques morphologiques du conteneur représenté.

  • 126 GUZZO 1982. 322-325. La chronologie de l’occupation est fournie par des monnaies ainsi que de la cé (...)
  • 127 Les traces d’un – ou de plusieurs – four(s) ont été trouvées non loin de l’établissement. S. Luppin (...)

54♦ Des amphores mgs iii ont été produites dans la ferme bruttienne de Montegiordano, en activité entre 370/50 et 280126. La présence de plusieurs fragments mal ou trop cuits, l’absence d’usure sur la majorité des bords et pieds, ainsi que le nombre élevé de demi-modules, indiquent qu’elles sont, en majorité, de production locale. Cette ferme produisait de fait sur place le plus clair de sa céramique domestique127. Des fragments correspondant à plusieurs dizaines d’amphores ont été retrouvés, qui appartiennent en majorité à des mgs iii et v (v. infra). S. Luppino m’a fait remarquer que les argiles sont très proches de celles de la céramique commune de Thourioi.

  • 128 S. Luppino m’a signalé ces fragments qui sont conservés au Musée de la Sibaritide (n° inv. CB 71.37 (...)
  • 129 L’une est de couleur orangée, souvent farineuse ; l’autre, de couleur noisette-brune. Les inclusion (...)

55♦ A Thourioi, deux bords trouvés dans le secteur Casa Bianca sont des déchets de cuisson128. Une partie des fragments provenant de l’habitat possède une des deux argiles définies comme locales129.

  • 130 R. Spadea m’a fait remarquer que plusieurs fragments de mgs iii conservés au Musée de Crotone provi (...)
  • 131 KAULONIA I. 105.
  • 132 Une amphore conservée au Musée de Policoro (n° inv. 32384) provient d’un dépôt céramique jouxtant u (...)

56♦ Plusieurs amphores ou fragments de Crotone130, Kaulonia131, Hèrakleia L.132ont été réalisés dans une argile que les fouilleurs de ces sites considèrent comme typiquement locale.

  • 133 SABBIONE 1981. 98-106 ; le fragment de bord vitrifié est conservé au musée de Reggio C. La majorité (...)

57♦ Différents fragments de Medma proviennent d’une zone de l’habitat (Proprietà Scarano), dans laquelle un four a été en activité, au moins au ve s., et dans laquelle la céramique commune de fabrication locale est largement majoritaire. Un fragment de bord vitrifié constitue un déchet de cuisson133.

  • 134 BARRA BAGNASCO 1990a. 576.

58L’habitat lucanien de Pomarico Vecchio produisait probablement des mgs iii. En effet, la majorité de la céramique commune trouvée jusqu’à présent sur le site est de production locale, comme l’indiquent la répétition des profils, la présence de scories de fours et de fragments de vases mal cuits. Cette constatation semble pouvoir être étendue aux grands conteneurs, et notamment aux mgs iii que les fouilleurs considèrentdi probabile fabbricazione locale”134.

59♦ La forme Νιω connue sur un timbre oriente plutôt la recherche vers les zones grecques d’Italie du Sud [v. index].

60♦ Deux anses de Thourioi, qui appartiennent selon toute vraisemblance à des mgs iii, portent un timbre représentant une amphore de transport. Celle-ci, pour autant que la petitesse de la représentation permette d’en juger, possède les caractéristiques d’une mgs iii. P. Zancani Montuoro estime que ces anses appartiennent à des amphores de fabrication thouriote, une hypothèse très vraisemblable au regard des informations mentionnées supra [v. index].

  • 135 VAN DER MERSCH 1985. 120-121, fig. 2a-b ; des précisions chronologiques dans LOMBARDO 1989. spéc. 4 (...)

61♦ Des monnaies de bronze d’Hipponion figurent une mgs iii : bord séparé du col, col droit et court, corps trapu, petit pied tronconique. Il s’agit d’une série mentionnant l’ethnique VΕΙΠΩΝΙΩΝ, que l’on situe chronologiquement dans le dernier tiers du ive-premières années du iiie s.135 Hipponion est à ce moment une cité gréco-bruttienne.

  • 136 Genève, Musée d’art et d’histoire, inv. 24692. V. AELLEN, CAMBITOGLOU, CHAMAY 1986. 71-83, spéc. 79

62♦ Un cratère à volutes italiote à figures rouges attribué à un précurseur du Peintre de Darius136 figure une scène dionysiaque, avec satyres et ménades, et au sol une amphore avec une guirlande autour du col. Cette amphore évoque dans les grandes lignes une mgs iii : épaulement important, corps se rétrécissant à peu de distance du pied, pied en forme de petit bouton. Ce cratère est daté des années 350/35.

  • 137 Un fragment d’amphore mgs iii similaire à celle déposée à l’intérieur a été trouvé devant l’entrée (...)
  • 138 C’est le cas de différents morceaux retrouvés sur le gisement sous-marin de Torre dei Caprioli près (...)

63Contenu. Ces amphores sont associées à de la vaisselle destinée au service du vin dans plusieurs tombes : celles de Roccagloriosa et Cariati dans le Bruttium ; celles de Gênes et Aléria dont il est question au chap. v. La tombe de Cariati était destinée à un Italique d’un certain rang et le contexte de symposion est clair : le mobilier funéraire et les restes matériels d’une libation à l’entrée de la sépulture indiquent le rôle privilégié du vin137. La T. 33 de la nécropole d’Aléria reflète elle aussi la pratique du symposion : elle contient notamment trois cratères, plusieurs oenochoès et skyphoi, un stamnos, une épée de fer et deux amphores mgs iii. Sur le cratère à volutes de Genève évoqué ci-dessus, une mgs iii apparaît dans une scène de nature dionysiaque. Notons par ailleurs que plusieurs mgs iii ont conservé des traces de poissage138 et qu’un fragment de col trouvé à Métaponte, appartenant selon toute vraisemblance à une mgs iii, porte sur l’anse un timbre figurant une grappe de raisin [v. index].

64Les mgs iii sont produites en Italie méridionale entre la fin du ve s. et les années 330/10. Il est possible d’identifier pour l’instant plusieurs ateliers, situés dans des zones grecques et gréco-italiques de Lucanie ionienne (Thourioi) et du Bruttium méridional (Lokroi, Medma et Hipponion) ; un atelier italique également (lucanien), si le matériel de Pomarico Vecchio est effectivement de production locale. La zone économique constituée par Lokroi et ses sub-colonies tyrrhéniennes semble particulièrement concernée par la production de ces conteneurs. Une partie des mgs iii était destinée à contenir du vin.

LES AMPHORES MGS IV

  • 139 LAMBOGLIA, PALLARES 1983 ; M. Cavalier et C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 89-91.
  • 140 MOREL 1981. 62.

65L’épave Filicudi F (île de Filicudi) représente un bon point de départ pour cette forme. Ce navire transportait une cargaison homogène d’amphores et de céramique à vernis noir139. Une soixantaine d’amphores ont été récupérées, toutes de forme mgs iv, à l’exception d’une seule Maña B2. La vaisselle de table de production siciliote (coupes, skyphoi) situe le naufrage vers 300140.

  • 141 SIBARI IV. 467, n°81.
  • 142 II s’agit d’une maison dont le cellier contenait plus de 30 amphores : les unes sont de forme corin (...)
  • 143 Un cellier de c. 10 m2 attenant à une habitation privée assez luxueuse (Casa con andron) contenait (...)
  • 144 Plusieurs anses timbrées dans ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 360 et fig. 5.
  • 145 ORLANDINI 1957. 156-157.
  • 146 DS., XXII 2,2.
  • 147 Des monnaies de Denys l’Ancien amènent à faire courir cette première phase sur tout le ive s. [DE M (...)
  • 148 DE MIRO 1963. 151, fig. 66b en bas ; 183, fig. 94.
  • 149 CAVALIER 1985. 81-83.
  • 150 Id. 52, n°37.
  • 151 MELIGUNIS-LIPARA II. 98 : Tombe 284 ; 138 et 209 : Tombe 386.
  • 152 SCIBONA 1981. spéc. 321, fig. 8 à gauche.

66Des amphores provenant d’autres sites de Grande Grèce et de Sicile apportent des renseignements complémentaires. A Thourioi, un fragment de col a été trouvé dans une fosse de remplissage située dans la cour centrale du secteur Casa Bianca141. Son matériel (lécythes aryballiques à figures rouges, skyphoi ovoïdes à base concave et pied évasé, bols à vernis noir) est du ive s. et le contexte stratigraphique indique comme terminus ante quem la période fin ive-début iiie s. A Gela, des amphores (entières et fragments) mgs iv ont été trouvées en différents endroits de l’habitat, notamment dans des maisons de la Via Polieno142, du Capo Soprano143, des secteurs I.N.A. Casa144 et Nuovo Ospedale145. Ces habitations ont été abandonnées à la suite du raid mamertin de 282 et du déplacement de la population à Phintias146. Ces amphores appartiennent à l’horizon décrit par P. Orlandini comme première phase, c’est-à-dire qu’il s’agit de matériel du plein ive s.147 A Agrigente, deux exemplaires ont été trouvés dans un complexe monumental au sud du temple de Zeus : l’un est quasiment complet et provient d’une citerne, tandis qu’un col fait partie du matériel de remplissage d’un bassin148. L’abondant matériel céramique retrouvé dans ces structures est de l’époque de Timoléon (350/40-310/00), les quelques pièces plus récentes (lécythes aryballiques, skyphoi à vernis noir de forme tronconique allongée, pyxides type Gnathia) ne dépassant pas les dernières années du ive s. De nombreuses mgs iv ont été trouvées à Lipari. Plus de 200 fragments de bords proviennent d’un remblai fouillé dans le sanctuaire de la Proprietà Maggiore149. La céramique trouvée dans ce remblai remonte aux ve-ive s. et ne comprend pas de matériel postérieur à la fin du ive s. : il n’y a, comme le fait remarquer M. Cavalier, ni terre cuite de la Comédie Nouvelle, ni vase du Peintre de Lipari par exemple. Plusieurs exemplaires bien conservés ont également été trouvés dans les nécropoles : l’un d’entre eux, provenant de la T. 1424 de la nécropole Contrada Diana, est daté par contexte de la première moitié du ive s.150 ; d’autres tombes des ive-iiie s. contiennent des amphores similaires151. La T. 11 de la nécropole hellénistique du Rione Gebbia à S. Marco d’Alunzio (Halontion)152 a livré une mgs iv, une mgs v (v. infra), de la céramique à vernis noir, ainsi qu’un kottabos en bronze. La chronologie se situe dans la fourchette 320-280.

  • 153 Notons par exemple que les mgs iv sont courantes à Velia et sur les sites environnants, mais n’ont (...)

67Une importante partie des amphores mgs iv trouvées en d’autres endroits de Grande Grèce tyrrhénienne et de Sicile est inédite153.

68Caractéristiques morphologiques. Les principales caractéristiques des mgs iv sont : le pied en cône distinct du bas de la panse ; un corps en forme de carreau de flèche ; un épaulement marqué (pratiquement horizontal sur certains exemplaires) ; une jonction col-corps anguleuse ; un col allongé ; des anses hautes (c. 18 cm) et droites, courbées pratiquement à 90°, de section ovale aplati (ansa a nastro) ; un bord distinct, de profil en quart de cercle ou triangulaire : dans ce dernier cas, il a l’allure d’une soucoupe posée sur le col.

A. AMPHORE D’AGRIGENTE, ZONE AU SUD DU TEMPLE DE ZEUS [D’APRES DE MIRO 1963. PL. IV]

B. AMPHORE DE L’EPAVE FILICUDI F [D’APRES ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91, FIG. 95]

69On retrouve donc dans ces amphores différents traits morphologiques de la forme précédente : le profil du bord et des anses, le pied et, en général, l’exécution anguleuse des raccords sont similaires. Les mgs iv sont plus allongées, mais il est difficile, voire quasiment impossible de les distinguer lorsqu’on se trouve en présence de fragments de petite taille.

  • 154 CERDA 1987. 422, n°433.

70On possède peu de mesures de contenance pour ces amphores. Un exemplaire de l’épave El Sec à Majorque (375/50) [v. chap. v], que D. Cerdà rapproche à juste titre des amphores de Lipari évoquées ci-dessus (spéc. T. 1424), contient 16 l154.

71Timbres. Une dizaine de timbres sont connus jusqu’à présent et repris dans l’index. Quelques-uns sont anépigraphes (empreinte circulaire sans lettre, peut-être également des timbres figurant une plante et un poulpe). Les autres contiennent un nom complet ou abrégé : ANΔP, API, h (prob.), ΘΗ, AEΠTINA, MAMAP[, MOΩ (prob.), NOIΩ, ΠΑΡ[ ]M, ΠΞΑΔ, ΠOΠΙ, ΡΑΩΜ (prob.), Φ (prob.), ΦΑΙ, XA[..]A[.] (prob.), XAPME. XAPMHΣ (prob.) et [ ]EA.

  • 155 MELIGUNIS-LIPARA II. 209.
  • 156 CAVALIER 1985. 90-91.
  • 157 C. Albore Livadie envisage pour l’épave Filicudi F une date légèrement postérieure à celle de 300, (...)

72Éléments de chronologie. Ces amphores se rencontrent déjà à Lipari dans le dépotoir de Piazza Monfalcone dont le matériel ne dépasse pas les premières décennies du ve s.155 Elles sont bien attestées durant tout le ive s.156 et les premières décennies du iiie. Si la production pourrait avoir continué au-delà de c. 280 dans certains secteurs, on ne dispose d’aucun point de repère sûr passé cette date157.

  • 158 CERDA 1987. 435 :proto gréco-italiques” ; P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 279 : “It is possibly (...)
  • 159 LYDING WILL 1982. 342-344.
  • 160 CAVALIER 1985. 90.

73Lieux de production. Les amphores dont il est question ici sont généralement cataloguées parmi les précurseurs des gréco-italiques du iiie s.158 E. Lyding Will parle de “greco-italic Form A2” et envisage la possibilité d’une origine siciliote159. M. Cavalier parle d’amphores “du type de la tombe 469” pour désigner cette famille bien représentée à Lipari et la considère comme la transition entre “les dernières amphores de type chiote (mgs ii dans le présent travail) et les proto-italiotes qui se développeront à partir du milieu du ivème siècle av. J.-C.160. Aucun atelier de fabrication n’est connu pour l’instant, mais différents éléments indiquent qu’il s’agit de conteneurs fabriqués en Italie du Sud.

  • 161 La vaisselle à vernis noir de cette épave trouve des parallèles dans la nécropole de Lipari ; son o (...)

74♦ La distribution des mgs iv concerne essentiellement la Sicile orientale (y compris l’archipel éolien dans lequel elles se retrouvent en nombre significatif), le Bruttium, la Lucanie tyrrhénienne et le sud de la Campanie. Elles sont fréquemment associées à de la céramique italiote et siciliote à vernis noir et figures rouges (ex. : épave Filicudi F161).

75♦ L’onomastique et les caractéristiques dialectales de plusieurs estampilles (ANΔP, ΛΕΠΤΙΝΑ, ΜΑΜΑΡ[ , ΠΟΠI, XAPMHE, XAPMHΣ) orientent la recherche vers la Sicile et/ou la Grande Grèce [v. index].

  • 162 ADAMESTEANU 1958a.
  • 163 Comme l’indique la présence d’une matrice de forme rectangulaire utilisée pour décorer les bords de (...)
  • 164 Nello stesso scarico vennero rinvenuti moltissimi frammenti di anfore [Id. 329].
  • 165 RIZZO 1982-83. 260.

76♦ Les amphores mgs iv qui ont été trouvées dans l’établissement rural de Manfria (Campi Geloi)162 sont selon toute vraisemblance de production locale. Deux fours, des matrices et un dépotoir rempli d’objets à l’état neuf indiquent que cet établissement produisait une quantité significative de céramique commune et fine (vernis noir, figures rouges), de grands conteneurs163 et de coroplastique. De très nombreux fragments d’amphores ont été trouvés dans le dépotoir164, tandis que d’autres proviennent de l’habitat. Quelques-uns portent un timbre, un graffite, un signe peint ou une combinaison de plusieurs marques : on note l’estampille XAPMHΣ () [v. index]. Le plus clair du matériel de cet établissement date de la seconde moitié du ive s., mais il était déjà en activité à l’époque de Denys l’Ancien165.

  • 166 VAN DER MERSCH 1985. 1 15, fig. la.

77♦ Une amphore qui présente les caractéristiques de la forme mgs iv apparaît sur des monnaies d’Hipponion166 datées des années 330/280. Cette cité gréco-italique du Bruttium peut donc être considérée comme un des centres de production et il est intéressant, sur le plan chronologique, de constater le synchronisme entre ce monnayage et l’épave Filicudi F.

  • 167 Musée National de Tarente. V. MEGALE HELLAS. fig. 661.

78♦ Un vase plastique167 (vernis noir surpeint) de production apulienne, très réaliste, représente un âne chargé de deux amphores que l’on peut considérer comme des mgs iv : bord distinct et en soucoupe, col droit, anses droites tombant à 90°, corps en forme de carreau de flèche, pied en pointe. Il date de la fin du ive s.

  • 168 TRENDALL 1967. 596, n°77 et pl. 231,6-7.

79♦ Une œnochoè phlyacique à figures rouges de production siciliote168 figure une amphore qui présente les principales caractéristiques des mgs iv : forme générale assez élancée, bord distinct, corps en carreau de flèche se terminant par un pied assez haut dans le prolongement du bas de la panse. Le col n’est pas très haut, mais ceci peut être dû au rendu de la perspective. Ce vase est daté des années 340/10 et attribué par A. Trendall au Manfria Group, c’est-à-dire à un atelier situé dans le secteur Gela-Manfria. Cette représentation est intéressante car elle constitue un indice supplémentaire d’une production dans ce secteur (v. l’établissement rural de Manfria supra) et elle fournit un bon point d’accrochage chronologique.

  • 169 C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91.
  • 170 P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 279.
  • 171 JEHASSE 1973. 366-372.
  • 172 Id. 348-356.
  • 173 Dans deux celliers, les mgs iv étaient disposées cul par-dessus tête, une position qui aurait pu se (...)

80Contenu. Les amphores de l’épave Filicudi F étaient recouvertes à l’intérieur d’une substance bitumeuse169 et leur association exclusive sur ce navire avec des vases à boire est significative. Le lien avec le vin paraît également clair dans différentes tombes. C’est le cas de la tombe à crémation n° 23 de Roccagloriosa dont il a été question ci-dessus170. C’est le cas également dans deux tombes d’Aléna : la T. 71171 reflète la pratique du symposion et la consommation de vin à travers le nombre élevé d’ œnochoès (6), skyphoi (7) et coupes, ainsi que la présence d’un cratère, d’une amphore vinaire étrusque et d’éléments d’armement ; la T. 67172 contenait, à côté de vaisselle nécessaire au service du vin (œnochoè, skyphoi, canthare, kylikes), une passoire de bronze et des éléments d’armure. C’est le cas également de la Tomba del Kottabos de S. Marco d’Alunzio, dans laquelle le lien mgs iv-vin est manifeste. Dans deux celliers de Gela, la position dans laquelle étaient conservées les mgs iv pourrait indiquer que leur contenu était du vin173.

81Les mgs iv sont des amphores fabriquées en Italie méridionale, dont la chronologie s’étale sur tout le ive s. et les premières décennies du iiie. Leur zone de production se situe à l’intérieur du triangle Poseidonia-Tarente-Agrigente. Il s’agit d’une production qui peut être importante sur le plan quantitatif (épave Filicudi F, remblai de la Proprietà Maggiore à Lipari) et qui concerne différentes cités. Les seuls ateliers à être documentés de manière précise sont pour l’instant Hipponion et Gela/Manfria. Les liens avec les formes mgs ii et mgs iii évoquées précédemment sont manifestes.

LES AMPHORES MGS V

  • 174 BLANCK 1978. 93-97 ; FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978 ; FREY, KEITH, HENTSCHEL 1979 ; M. Cavalier et C. (...)
  • 175 BLANCK 1978. 98.
  • 176 MOREL 1981. 61.

82Point de départ pour cette forme : les amphores retrouvées sur l’épave Secca di Capistello à Lipari174. Ce navire marchand transportait une cargaison homogène composée, d’une part, de plus d’une centaine d’amphores (dont plus de la moitié portent une estampille) et, d’autre part, de plusieurs dizaines de pièces de céramique à vernis noir. Les amphores sont toutes de forme mgs v à l’exception d’une seule Maña Cl. Comme la céramique à vernis noir, elles ne présentent que de faibles variations dans le profil ou les dimensions : il s’agit d’un envoi provenant d’un nombre restreint d’ateliers, sinon d’un atelier unique175. La vaisselle à vernis noir situe le naufrage vers 300/280176.

  • 177 PAESTUM II. 115, n°168.
  • 178 DE FRANCISCIS 1957. 376, n°26-27.
  • 179 Je dois à C. Sabbione les informations concernant le matériel de cette tombe, conservée au Musée de (...)
  • 180 GIARDINO 1978. 420-421.
  • 181 DE SIENA 1979. 365.
  • 182 COSTAMAGNA 1983. 101-109.
  • 183 DE JULIIS 1984. 424-425.
  • 184 DE JULIIS 1985. 561-562.

83D’autres sites apportent des informations complémentaires. A Poseidonia, un col trouvé dans l’Edifice circulaire fouillé sur l’agora est antérieur à c. 273177. A Reggio Calabria, deux cols ont été trouvés dans une fouille conduite sur le secteur nord du mur d’enceinte de la ville178. Il n’y a pas de stratigraphie précise, mais une association avec de la céramique à vernis noir et des tuiles timbrées (ive-iiie s.). A Medma, une mgs v pratiquement complète provient de la T. 73 d’une nécropole fouillée par P. Orsi : elle accompagnait quelques pièces de céramique commune et à vernis noir du début de l’époque hellénistique179. A Métaponte, des mgs v ainsi que des corinthiennes B proviennent des fouilles de la stoà mise à jour dans le secteur nord du castrum180. Elles sont associées stratigraphiquement à des céramiques de la seconde moitié du ive s. (lécythes à décor réticulé) et le contexte ne permet pas de descendre après la fin du siècle. D’autres amphores ont été trouvées dans le secteur du théâtre hellénistique, dans un remblai contenant des pinakés, des skyphoi à pied en anneau, de la céramique type Gnathia et des corinthiennes B ou corcyréennes : un matériel des années 330/300181. A Tarente, sous l’actuelle Via Cavour, la stratigraphie d’une carrière grecque (utilisée par la suite comme dépotoir) a livré un niveau contenant deux amphores mgs v, l’une quasiment complète, l’autre restaurée, ainsi que des fragments de cratère apulien à figures rouges (cercle de l’Underworld Painter, c. 330-300), d’unguentaria fusiformes et une coupe à vernis noir Morel 2714 (fin ive s.)182. Ces amphores peuvent être datées des années 330/300. Dans le secteur de la Via Aristosseno, la fouille d’une aire découverte dans laquelle se trouvaient des citernes et des dépotoirs a également apporté des informations intéressantes. Une fosse a livré notamment une hydrie achrome, une amphore gréco-orientale timbrée hepaka (←) et une mgs v183. Une citerne renfermait pour sa part des reliefs votifs polychromes, des fragments de grands conteneurs et deux cols de mgs v184. Ces trouvailles correspondent à une activité de la seconde moitié du ive s.

  • 185 LAOS I. 67, n°28-29 (sondage près de l’ergasterion) ; 73, n°68 (Area Mandato-La Marca-Musicò) ; 79- (...)
  • 186 GUZZO 1978a. 475, n°68 et 82.
  • 187 Je dois à P.-G. Guzzo et S. Luppino les informations à propos de ce matériel conservé au Musée de S (...)
  • 188 LATTANZI 1982. 220.

84Les mgs v sont des conteneurs courants dans les sites italiques et gréco-italiques. A Laos, des fragments ont été trouvés en divers endroits de l’habitat185 ainsi que dans un dépôt céramique [v. Lieux de production]. Dans l’habitat d’Acquappesa, deux bords de mgs v sont datés de la période fin ive-début iiie s.186. L’établissement rural de Montegiordano, dont il a déjà été question, a livré différents fragments (bords, cols, fonds) appartenant à des mgs v187. Son activité s’arrête vers 280/70. A Castiglione di Paludi, des fragments ont été trouvés en divers endroits de l’habitat, notamment dans un édifice privé qui a livré un abondant matériel céramique (vases à vernis noir et céramique commune) caractéristique de la première phase d’occupation du site. Celle-ci se situe fin ive-début iiie s. et est scellée par un éboulis de destruction188

  • 189 TULLIO 1984-85. 643, pl. CIII 3.
  • 190 BARRA BAGNASCO 1989. 95.

85A Kephaloidion, des mgs v ont été utilisées dans la nécropole (notamment T. 262 et 263) et sont datées par contexte de la période fin ive-début iiie s.189 La Tomba del Kottabos de S. Marco d’Alunzio (c. 320-280) contient notamment une mgs v (p. 73). A Poggio Marcato di Agnone, près de Licata, plusieurs cols de mgs v ont été trouvés dans un établissement rural occupé dans la seconde moitié du ive s., et abandonné dans les premières années du iiie s.190

A. AMPHORE DE L’EPAVE SECCA DI CAPISTELLO A LIPARI [D’APRES BLANCK 1978. 94, FIG.3]

B. AMPHORE DE L’ÉPAVE ROGHI A PANAREA [D’APRES ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 70. FIG. 57A, N° INV. 14664]

86Des exemplaires entiers et des fragments ont été signalés en différents endroits de Grande Grèce et de Sicile, une importante partie du matériel attendant encore publication.

  • 191 BLANCK 1978. 94 ; E. Shepherd, dans POPULONIA. 167, n°5 : 20,426 1.
  • 192 9,666 l ; 9,835 l ; 6,72 l ; 7,5 l [E. Shepherd, dans POPULONIA. 167].

87Caractéristiques morphologiques. Ces amphores sont pansues : le rapport H/Ø est généralement de peu inférieur à 2 pour les modules entiers. Leur contenance oscille dans la fourchette 20,4/22 l.191 Un certain nombre d’amphores de petit module sont connues ; leurs contenances vont de 6,7 à 9,8 l environ192. Le pied est généralement tronconique, plus ou moins évidé. Le diamètre maximal du corps se situe à peu de distance de l’épaulement, qui est important et fréquemment marqué par une ligne. Les anses sont assez fines, de section en amande ; elles tombent droit ou sont légèrement sinueuses. Le col tronconique, voire en sablier, se reconnaît facilement ; sa jonction avec l’épaule est souvent marquée d’un léger sillon. La ligne d’épaule est, elle aussi, souvent soulignée. Le bord de profil triangulaire forme une soucoupe imposante. L’épaisseur de la paroi peut être importante (jusque c. 15 mm) et irrégulière.

88Timbres [v. index]. Une quinzaine de noms propres différents sont connus, la plupart abrégés, mais quelques-uns en entier : AANΔ[.]Ω, ΒΙΩ/ΒΙΩΤΩ, ΔΙΩ, ΕΞΥΕΝΟΥ, ΕΥΡΥ, ΜΕ, ΠΑΡ, ΠΑΡΗ, ΠΙΣΤ, ΠΟΠ, ΠΤΥ, ΡΟΛ, S, ΦΙΛ, ΧΑΡΗΣ, ΩΑΙ. Dans un seul cas, un symbole accompagne le nom (caducée, de part et d’autre de XAPHΣ).

  • 193 J.-P. Morel, dans AMPHORES ROMAINES. 526.
  • 194 La ferme de Montegiordano est abandonnée vers 280-70 ; la fin de la première phase de l’habitat bru (...)

89Éléments de chronologie. Ces amphores proviennent de contextes allant du milieu du IVe s. (350/40) aux années correspondantes aux campagnes de Pyrrhos sur le littoral ionien ou à celles précédant immédiatement la première guerre punique (280/60). En Sicile, on peut dire que les mgs v correspondent à la période Timoléon-Agathocle. Il n’y a pas de solution de continuité avec les amphores mgs vi des années 280/60-220/10 dont il est question ci-dessous : sur le littoral ionien de la Grande Grèce par exemple, les opérations militaires ne paraissent pas avoir induit de changement notable dans les habitudes des ateliers193. Cela dit, les destructions qui surviennent dans ces années-là sur des sites du Bruttium et de Lucanie194 fournissent des termini qu’on peut utiliser afin de distinguer chronologiquement les productions d’avant et après ce moment.

  • 195 MANACORDA 1981. 22-24 ; 1986. 582.
  • 196 BLANCK 1978. 95.
  • 197 LYDING WILL 1982. 342.

90Lieux de production. Ces amphores sont généralement considérées comme le prototype direct des gréco-italiques du iiie s. (v. infra) ou, plus simplement, appelées gréco-italiques anciennes. D. Manacorda195, H. Blanck196, E. Lyding Will197 appellent en effet gréco-italiques des amphores de la fin du ive s. et de la première moitié du iiie s. que l’on peut rapprocher par exemple du matériel de la Secca di Capistello.

  • 198 Form al is found in several examples in Greece... ; they might have developed in the Aegean area (...)

91E. Lyding-Will a suggéré voici une dizaine d’années que ces gréco-italiques anciennes (sa forme Al) avaient probablement été fabriquées à l’origine en Grèce, puis que la forme avait été adoptée par la suite dans des ateliers de Sicile et en d’autres endroits de Méditerranée occidentale198. A cette hypothèse d’une filiation égéenne, on peut opposer une filiation occidentale, et plus précisément magno-grecque et siciliote, notamment sur base des mgs iii-iv.

  • 199 N. Purcell établit un lien direct entre l’installation de Romains dans lager Falemus et la producti (...)
  • 200 LEPORE 1952. 312-313 ; mais TCHERNIA 1986. 51, note 30 : le Monte di Vico est un dépotoir d’habitat (...)
  • 201 N. di Sandro et G. Buchner font état d’un certain nombre de pièces inédites (issues du scarico Goss (...)

92Les publications de ces dernières années situent le lieu de production de ces gréco-italiques anciennes de la fin du ive et du premier tiers du iiie s. en Italie méridionale, mais se tournent essentiellement vers la Campanie et, plus précisément, le golfe de Naples199. Ce secteur est considéré comme le principal lieu de production des gréco-italiques du iiie s., dans la mesure où des fragments timbrés trouvés dans le secteur Monte di Vico à Ischia sont depuis longtemps tenus pour des rebuts d’ateliers200, et où cette forme amphorique paraît assez courante dans le golfe de Naples201.

93Cependant, des chercheurs se sont demandés si, à côté de la Campanie, une partie des conteneurs catalogués comme gréco-italiques anciennes ne proviendrait pas de Grande Grèce et de Sicile. De fait, des documents montrent que les amphores mgs v dont il est question dans ces pages ont été fabriquées dans des secteurs situés au sud du Silaris.

94♦ En ce qui concerne les timbres, plusieurs noms propres renvoient, onomastiquement et dialectalement, aux secteurs de parler dorien d’Italie du Sud grecque et, plus précisément, de Sicile orientale [v. tableau]. C’est le cas notamment de ΑΝΔ[.]Ω, ΒΙΩ/ΒΙΩΤΩ, ΔΙΩ, ΕΥΞΕΝΟΥ, ΕΥΡΥ, ΠΑΡΗ et ΧΑΡΗΣ. Les timbres de l’épave Secca di Capistello qui ont été publiés jusqu’à présent constituent un ensemble intéressant, puisqu’on y trouve des noms qui renvoient à la Sicile grecque, mais également un anthroponyme osque abrégé transcrit en grec (ΠΟΠ).

TIMBRES DE L’ÉPAVE SECCA DI CAPISTELLO, LIPARI

TIMBRES DE L’ÉPAVE SECCA DI CAPISTELLO, LIPARI
  • 202 Un bord a été trouvé dans un dépôt du céramique de Métaponte (dépôt n°6, c. 350/25), dans lequel la (...)
  • 203 S. Luppino m’a fait remarquer un bord de mgs v manifestement surcuit, trouvé lors des fouilles de l (...)
  • 204 S. Luppino m’a signalé un bord de mgs v (module réduit) manifestement surcuit (Musée de Sibari, n° (...)
  • 205 Anse surcuite et boursouflée [MOREL 1970. 111, fig. 34]. L’abandon de ce phrourion est situé vers 2 (...)

95♦ Des rebuts de cuisson ont été trouvés en différents endroits du golfe de Tarente : Métaponte202, Castiglione di Paludi203, Montegiordano204, et probablement Cozzo Presepe205.

  • 206 BARRA BAGNASCO 1989. 88, note 15.

96♦ Une production de mgs v est attestée dans l’établissement rural de Poggio Marcato Agnone (v. supra). De nombreux fragments, dont deux cols portant un timbre, ont été trouvés dans l’établissement et une anse vitrifiée confirme qu’il s’agit bien d’une production réalisée in situ206.

  • 207 FRACCHIA, GIRARDOT 1986. 148, spéc. n°162.

97♦ A Roccagloriosa, un bord provient d’un dépôt contenant de la céramique dont le faciès est quasi exclusivement régional (Bruttium/Lucanie)207. La céramique à vernis noir est chronologiquement homogène, les pièces les plus récentes (bols Morel 2725 B1) datant des dernières décennies du ive-premières années du iiie s.

  • 208 La céramique à vernis noir de la Secca di Capistello provient selon toute vraisemblance d’ateliers (...)

98♦ Les mgs v se retrouvent fréquemment en compagnie de céramique à vernis noir siciliote ou italiote. Une partie de la vaisselle de table de l’épave Secca di Capistello trouve ainsi ses meilleurs parallèles en Sicile occidentale208

  • 209 DE JULIIS 1985. 562.

99♦ Une production de ces amphores à Tarente est probable. Le matériel des fouilles de la Via Aristosseno, dont il a été question ci-dessus, provient d’une zone périphérique à caractère artisanal, dans laquelle la majorité du matériel des ive-iiie s. est d’origine locale et, surtout, dans laquelle il existe de nombreuses traces de travail de la céramique et du métal (vasques pour la décantation de l’argile, tuyères, scories)209.

  • 210 TRENDALL 1967. 65, n°319 et pl. 30,6.
  • 211 Genève, n°inv. 15022. Voir TRENDALL, CAMBITOGLOU 1978. 110, pl. 37, 5-6.
  • 212 Once London market, Sotheby (18/64c). V. TRENDALL, CAMBITOGLOU 1983. 74-75, pl. XIII 3.
  • 213 Bologna, Museo Civico, n° inv. 604.

100♦ Un squat-lecythos à figures rouges du Reggio Group (Intermediate Group)210représente un personnage assis sur la partie supérieure d’une amphore commerciale qui annonce assez clairement les mgs v : on note l’allure tronconique du col et l’épaulement caréné. Ce vase date des années 380/70 et provient d’un atelier du golfe de Tarente, peut-être précisément de Tarente. Sur un cratère en cloche apulien considéré comme une des dernières œuvres du Hoppin Painter211 (Early Apulian, vers 370), une amphore présentant les caractéristiques d’une mgs v (étranglement du col, corps en forme de carreau) apparaît dans une scène d’inspiration dionysiaque (Dionysos, silène, femme jouant de la flûte). Un cratère en calice du Peintre de Darius212 figure une scène dionysiaque dans laquelle apparaît une amphore similaire. Ce vase est daté vers 330 et probablement de fabrication tarentine. Un cratère en cloche campanien à figures rouges plus récent (fin ive s.) conservé à Bologne213figure une scène elle aussi d’inspiration dionysiaque (ménade, grappe de raisin) dans laquelle apparaît une amphore présentant les caractéristiques des mgs v : bord en soucoupe distinct, col légèrement tronconique, anses tombant droit sur l’épaule, épaulement important, pied court, conique et bien distinct du bas de la panse.

  • 214 FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 288-289 et fig. 12.
  • 215 C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 88.

101Contenu. Une quinzaine d’amphores de la Secca di Capistello avaient leur bouchon en place et la résine utilisée pour recouvrir la paroi interne avait été appliquée jusqu’à hauteur du bord, de manière à recouvrir le bouchon214. On y a trouvé des restes se rapportant principalement à des raisins et des olives. La céramique fine accompagnant ces amphores comprend notamment des pièces destinées au service du vin (canthares). Les amphores de l’épave Capo Graziano B à Filicudi sont toutes fortement enduites de poix à l’intérieur, jusque sur l’embouchure215. Sur les cratères à figures rouges signalés ci-dessus, une amphore de forme mgs v apparaît dans une scène dionysiaque et l’allusion au vin très claire. L’association amphore mgs v-vin est également très explicite dans la Tomba del Kottabos de S. Marco d’Alunzio.

  • 216 BLANCK 1978. 96.

102Les amphores mgs v, dont un certain nombre étaient destinées à transporter du vin, se situent chronologiquement dans les années 330/10-280/60. Elles ont été produites tant en Grande Grèce qu’en Sicile. L’existence de nombreux ateliers ne fait aucun doute216 : les indices disponibles jusqu’à présent concentrent les recherches notamment sur le golfe de Tarente, le littoral tyrrhénien de la Lucanie, la Sicile centrale et orientale. Leur production apparaît considérable sur le plan quantitatif. La filiation avec la forme mgs iii évoquée précédemment est claire.

LES AMPHORES MGS VI

  • 217 VALENZA MELE 1989 ; 1991.

103Point de départ : l’habitat bruttien de Nocera Terinese (Temesa ?), au nord de la plaine de S. Eufemia. Un atelier de production céramique, en activité au iiie s., fabriquait notamment des vases à vernis noir, de la vaisselle de cuisine et des grands conteneurs, dont des amphores217. L’activité de cet atelier cesse à la fin du iiie s. : il est probablement abandonné lors des événements de la seconde guerre punique.

  • 218 GUZZO, GRECO 1978. 450, n°5 ; BARONE et alii 1986. 107-108 et fig. 15 ; LAOS I. 67, n°27 ; 80, n°96 (...)
  • 219 De nombreux fragments ont été recueillis dans les sondages effectués par la Soprintendenza archeolo (...)
  • 220 ORSI 1914. 765-766, fig. 41, en bas ; plusieurs fragments dans TOMASELLO 1972 (par exemple 575, bas (...)
  • 221 KAULONIA I. 105,107.
  • 222 ORSI 1914. 740-748.
  • 223 A. Dell’Aglio et E. Lippolis, dans AMPHORES ROMAINES. 542.
  • 224 SIBARI II. 136, n°169.
  • 225 LATTANZI 1982. 220. Je dois à la gentillesse de S. Luppino d’avoir pu prendre connaissance des frag (...)

104Les informations concernant cette forme amphorique se sont multipliées ces dernières années en Grande Grèce. Sur le littoral tyrrhénien, l’habitat gréco-bruttien de S. Maria del Cedro (Laos) a livré plusieurs fragments de mgs vi218. La céramique à vernis noir et les monnaies (bronzes italiotes et romains) offrent une fourchette chronologique assez large (milieu/fin ive-fin iiie s.), mais un terminus correspondant à la deuxième guerre punique. De nombreux fragments de mgs vi (plusieurs dizaines de cols, pieds et fragments divers) ont été trouvés à Kaulonia : dans l’habitat méridional219, le secteur du temple dorique220, le mur d’enceinte septentrional221, à la Piazzetta222. Ces amphores sont en règle générale associées à du matériel de la deuxième moitié/fin iiie s. (as semi-libraux, monnaies des Brettioi ; patères Lamb. 36, bols Lamb. 27) dont une bonne partie provient d’éboulis vraisemblablement liés aux destructions de la deuxième guerre punique. A Tarente, dans le secteur de l’actuelle Via Cavour, une couche de remplissage d’une carrière a livré des amphores mgs vi (dont un col timbré tr.loisio) ainsi que des corcyréennes B, des amphores égéennes et d’autres provenant de fabriques mal identifiables223. Le matériel le plus récent remonte à la fin du iiie s. : le terminus ante quem se situe vraisemblablement aux alentours de la seconde guerre punique. A Thourioi, un fragment de col provenant du secteur Parco del Cavallo a été trouvé dans une couche contenant de la céramique commune ainsi que de la céramique à vernis noir du iiie s. (patères Lamb. 36 ; guttus à gaudrons)224. Les fouilleurs considèrent cette couche comme antérieure à la première phase de Copia. A Castiglione di Paludi, des fragments de mgs vi se retrouvent parmi le matériel de la deuxième phase de l’habitat bruttien225. La céramique à vernis noir ainsi que des bronzes des Brettioi, de Thourioi et de Rome (série au rostre) situent cette phase entre le milieu du iiie s et la deuxième guerre punique qui en marque apparemment l’arrêt.

  • 226 D’ANDRIA 1976. 541-542.
  • 227 GIANNOTTA 1980. 62.

105Métaponte fournit également des informations intéressantes, quoique concernant en majeure partie les décennies suivant la seconde guerre punique. Sur ce site, le secteur du castrum compte parmi les zones qui sont occupées et remaniées lors de la seconde guerre punique. Le fossé de ce retranchement a coupé des couches et des structures du iiie s. et son remplissage contient du matériel de l’époque de la deuxième guerre punique et du iie s. : bols hellénistiques à reliefs, amphores mgs vi226. Par ailleurs, une zone située plus à l’Ouest (à l’extérieur du castrum, entre le fossé et la route menant à la Masseria Sansone) a livré un dépôt de matériel correspondant à un secteur de production céramique : briques de fours, séparateurs, fragments de matrices de bols à reliefs, céramique à pâte grise, déchets de cuisson d’amphores mgs vi227.

  • 228 PELAGATTI 1984-85. 687-693.
  • 229 Id. 688, note 22.
  • 230 GENTILI 1969. 34, n°1 et fig. 42a.
  • 231 CARETTONI 1959. 304, n°16i ; 308, n°13, fig. 16d.
  • 232 LAMBOGLIA 1952. 162, fig. 20, couches III A-B et C-D.

106En Sicile, on trouve une importante concentration d’amphores à cheval entre mgs v et mgs vi à Kamarina. Un édifice appelé Stoà Ovest, situé dans le secteur de l’agora, abritait un dépôt d’amphores vides (> 300 pièces), rangées sur trois files superposées228. La datation fin ive-premières décennies du iiie s. est basée principalement sur les données urbanistiques et les destructions opérées par les Romains en 258. Des amphores identiques ont été trouvées en d’autres endroits du site (Casa dell’Iscrizione, Passo Marinaro et dépôts situés dans le secteur du mur d’enceinte méridional)229. A Piazza Armerina, une amphore, un skyphos à vernis noir, un bol et une vingtaine d’unguentaria piriformes proviennent de la T. 1 de la nécropole : on se trouve en plein iiie s.230 L’amphore est une mgs vi de module réduit. A Halaesa, différents bords ont été trouvés dans des couches contenant de la céramique à vernis noir du iiie s., ainsi que, dans un cas, une monnaie de Tauromenion (c. 275-212)231. A Tyndaris, des bords proviennent de couches datées respectivement de 240 et 200232.

107La documentation concernant les mgs vi s’accroît sans cesse, mais une bonne partie du matériel trouvé dans des contextes pouvant apporter des informations sur le plan chronologique ou des lieux de production attend encore publication.

A. AMPHORE DE KAMARINA, DEPOT DE LA STOA OVEST [D’APRES PELAGATTI 1984-85. FIG. 4 ET PL. CXLVII 1, N° INV. 8631]

B. COL D’AMPHORE DE TARENTE, VIA CAVOUR [D’APRES D. MANACORDA, DANS AMPHORES ROMAINES. 444, FIG. 1]

108Caractéristiques morphologiques. La filiation avec les mgs v est claire et le matériel de la Stoà Ovest de Kamarina documente parfaitement la transition. L’allure générale des mgs vi n’est plus trapue mais allongée. Le pied est devenu assez haut et se situe de plus en plus dans le prolongement de la panse. Dans les modules réduits, certains ateliers (du Bruttium, de Sicile) privilégient le pied en bouton (à Kaulonia p. ex. : v. infra). Le corps est cordiforme et la partie inférieure se rétrécit rapidement. L’épaulement est à présent carrément concave dans certains exemplaires ; son diamètre marque normalement le diamètre maximal de la panse. Le col n’est pas droit : un étranglement, plus ou moins marqué, parfois souligné par un sillon de façonnage, lui donne une allure de sablier caractéristique. L’épaule peut être soulignée par un sillon : V. Grace parle du “shoulder stop” propre aux amphores occidentales. Les anses de section en amande sont devenues plus sinueuses. Le bord en soucoupe plus ou moins large des mgs iv-v fait place à un bord novateur, résolument incliné vers le bas : la littérature amphorologique l’appelle familièrement “bord-champignon”.

  • 233 BENOIT 1961. 36.
  • 234 La recherche de solidité – et, partant, de fonctionalité – peut être envisagée comme motif. Les bor (...)

109On dispose de peu d’informations quant à la contenance de ces amphores : notons simplement que les gréco-italiques de l’épave Grand Congloué 1 (c. 205), qui sont morphologiquement assez proches du matériel magno-grec et siciliote de la période de la seconde guerre punique, contiennent 25/26 l.233 Ces amphores, qui dans leur grand module pèsent de 13 à 15 kg, réflètent un progrès non seulement sur le plan du rapport poids-contenu (≥ 2), mais également en ce qui concerne la solidité et la manutention. Le pied dans le prolongement de la panse consolide l’ensemble et les fouilles livrent plus de bas de panses brisées que de pieds seuls. De même, le souci d’intégrer le bord dans la partie supérieure du col le rend moins vulnérable, ce qui se marque également dans la taille des fragments retrouvés234.

  • 235 Outre l’exemplaire de Piazza Armerina signalé note 230 supra, v. MESSINA, PROCELLI, PALERMO 1971. 5 (...)
  • 236 * Bords et fonds de Kaulonia (maisons-ateliers de la Piazzetta, habitat méridional, mur d’enceinte (...)
  • 237 Relitto Roghi (Panarea) [M. Cavalier, C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 69-71] ; Cal (...)

110Un nombre significatif de fragments appartiennent à des modules réduits, dont un certain nombre d’exemplaires bien conservés, provenant de Sicile235 et du Bruttium236, ont été publiés. Il est à noter que ces amphores de la seconde moitié du iiie s. se rencontrent de plus en plus fréquemment en association module entier-module réduit, dans les habitats comme dans les navires marchands237.

111Timbres [v. index]. Des noms propres complets ou abrégés sont connus sur des amphores mgs vi : ΑΛΚΙΑ[ , ΑΝΔΡΩΝΟΣ, ΔΑΜΟΚΡΑΤΗΣ, LI [ , TR.LOISIO, MAK[, MEAKΛ (mgs v-vi), ]NOMA. D’autres estampilles, notamment ΓΑΙΟC ΑΡΙCΤΩΝ/C. ARISTO, semblent également se retrouver sur des amphores de cette forme, mais elles ne sont connues pour l’instant que sur des fragments de petite taille.

  • 238 V. notamment KAULONIA I. 33 (matériel de la couche Ilb) ; VALENZA MELE 1991.

112Eléments de chronologie. Les mgs vi se retrouvent fréquemment sur des sites grecs, gréco-italiques et gréco-puniques de Grande Grèce et de Sicile, au sein d’ensembles céramiques typiques des décennies précédant immédiatement la deuxième guerre punique. Elles y côtoient systématiquement différentes formes de céramique à vernis noir (patères Morel 1330, bols 2714, skyphoi 4340, etc.) et représentent, comme ces dernières, un des fossiles-directeurs des couches des années 260-210. On dispose de plusieurs termini assez sûrs en Calabre et Lucanie, connectés aux événements de la deuxième guerre punique. Le matériel céramique des couches de la fin du iiie s. de Castiglione di Paludi, Santa Maria del Cedro, Kaulonia, Nocera Terinese... - couches qui reflètent la vie quotidienne des décennies 230/10 - est en effet très typé238.

  • 239 GIARDINO 1976. 553-555.

113Il ne serait pas réaliste d’imaginer que la production amphorique s’arrête partout dans le Sud profond à la suite des opérations militaires de la seconde guerre punique, ni que des changements morphologiques significatifs aient forcément lieu à ce moment. Certains ateliers ont pu être abandonnés (cela semble le cas de celui de Nocera Terinese) ou réorganisés, mais différents secteurs continuent de produire dans les premières années du iie s. des amphores très proches de celles de la fin iiie s. Le matériel du castrum de Métaponte (v. supra) et celui d’Hèrakleia L.239 illustrent cette continuité entre la fin du iiie et le début du iie s. : les liens qui existent entre ces amphores du début du iie s. et la céramique à pâte grise produite sur le littoral ionien et en Sicile orientale sont d’ailleurs très instructifs. Il est donc préférable de considérer pour l’instant les années 220/10 comme un point d’ancrage essentiellement chronologique.

  • 240 BENOIT 1957. 251-256.
  • 241 BENOIT 1961. 36 ss. ; L. Long, dans COSA.
  • 242 LAMBOGLIA 1955. 264-265.

114Lieux de production. Ces amphores sont généralement appelées gréco-italiques. F. Benoit240 avait introduit dans les années 50 le terme “gréco-italique ou de transition à lèvre oblique” pour désigner à la fois des amphores “rhodiennes et assimilées” et d’autres à “bord incliné”. Dans ce deuxième groupe étaient rassemblées des amphores produites selon lui à la fois en ambiance grecque hellénistique et romaine républicaine, le point de départ étant l’épave Grand Congloué 1 (actuellement datée c. 205 )241. L’appellation gréco-italique a rapidement été étendue à des amphores plus anciennes, du milieu, voire de la première moitié du iiie s. N. Lamboglia, suivant dans les grandes lignes F. Benoit, parlait de Lamboglia 4 pour ces amphores qu’il faisait commencer vers 250242.

  • 243 E. Lyding Will regroupe, comme l’ont fait F. Benoit, N. Lamboglia et d’autres chercheurs, du matéri (...)

115Le terme est couramment utilisé, c’est certain, mais est appliqué à une foule de conteneurs de dates et d’origines très différentes. On appelle aussi bien gréco-italique une amphore de la fin du ive s. portant un timbre en grec, qu’un conteneur de la première moitié du iie s., morphologiquement proche d’une Dr. 1 et portant un timbre en latin. E. Lyding Will a tenté au début des années 80 une classification de ces gréco-italiques. Elle reflète le désir de mettre de l’ordre dans une situation embrouillée, mais n’est pas satisfaisante car elle ne remet pas en question les hypothèses assez vagues formulées par F. Benoit et N. Lamboglia dans les années 50, ni le fait que cette famille soit un rassemblement viscéralement hétéroclite243.

  • 244 MANACORDA 1986. 586.
  • 245 C’est le cas des productions de Laos, Hipponion et Messana dont il est question dans ce chapitre.

116Plusieurs chercheurs, dont D. Manacorda, estiment qu’il vaut mieux ne plus utiliser le terme : “credo si possa affermare che il termine stesso di greco-italiche’ abbia compiuto il suo ciclo vitale244. Il est de fait nécessaire, si on veut aller de l’avant, de mettre avant tout l’accent sur la spécificité des différentes zones de production (Étrurie ; zone campano-latiale ; Grande Grèce ; Sicile etc.) et de réserver une appellation aussi lourdement chargée de sens que gréco-italique à des produits réellement réalisés en ambiance gréco-italique245.

  • 246 BENOIT 1957. 252.
  • 247 LAMBOGLIA 1955. 264-265.
  • 248 LYDING WILL 1982. 346-353 : E. Lyding Will donne comme référence pour sa forme c les amphores du Gr (...)

Note246
Note247
Note248

  • 249 F. Benoit voyait en Syracuse un des centres de production, d’où son “type de Syracuse” [BENOIT 1961 (...)
  • 250 LAMBOGLIA 1955. 264.
  • 251 Etat de la question et bibliographie dans TCHERNIA 1986 et AMPHORES ROMAINES. spéc. 21-65 et 443-46 (...)

117L’idée d’une production d’amphores gréco-italiques en Italie centro-méridionale, dans l’intervalle entre les deux premières guerres puniques, remonte donc aux années 50 : F. Benoit estimait qu’une partie des gréco-italiques provenait de Sicile249et N. Lamboglia suggérait de chercher leur origine dans lescentri commerciali della Magna Grecia250. A l’heure actuelle, la plupart des chercheurs considèrent que les gréco-italiques du iiie s. portant un timbre en grec sont originaires d’Italie méridionale mais tournent essentiellement leurs regards vers la baie de Naples. En ce qui concerne les timbres en latin, les principaux lieux de production sont situés dans le secteur du littoral tyrrhénien allant de Cosa à Naples251.

  • 252 A. Hesnard, M. Ricq, P. Arthur, M. Picon et A. Tchernia, dans AMPHORES ROMAINES. 21-65.

118La recherche s’est surtout concentrée jusqu’à présent sur les secteurs au nord du Silaris : des prospections ont montré que des ateliers d’Étrurie (Albinia), du Latium (Astura, lac de Fondi, bas-Garigliano) et de Campanie (Pompéi, Mondragone, Dugenta) produisent, à partir des toutes premières années du iie s., voire déjà de la fin du iiie s., des amphores à bord incliné et panse en toupie252. Différents chercheurs ont fait le point au sujet de ces ateliers situés au nord du Silaris lors du Colloque Amphores romaines et histoire économique. Cette production est généralement mise en rapport avec le boom de la céramique à vernis noir (campanienne A) qui a lieu dans les zones latines, dans l’intervalle entre les deux premières guerres puniques. Les publications font souvent le rapprochement amphore gréco-italique du iiie s. = région campano-latiale ou, plus largement, colonies latines.

  • 253 BECHTOLD, VALENTE 1990. spéc. 48-49.
  • 254 RILEY 1981. 72 : “A Sicilian origin is generally assumed, although it may also have been produced i (...)

119Cela dit, pratiquement à l’autre bout du bassin tyrrhénien, un atelier céramique de Marsala montre que des gréco-italiques (sic) sont produites au iiie s. dans la Sicile punique253. Quant à l’idée d’une production en Grande Grèce et Sicile orientale, avancée par F. Benoit et N. Lamboglia, elle n’a pas vraiment été abandonnée254 mais n’a jamais pu être démontrée. D’où l’intérêt de différents documents qui indiquent, en effet, que des amphores assez semblables à celles qu’on appelle, de Cosa à Marsala, gréco-italiques, ont bien été fabriquées dans des ateliers situés au sud du Silaris.

120♦ Plusieurs noms propres connus sur les timbres orientent la recherche vers des zones grécophones de Sicile et/ou Grande Grèce : c’est notamment le cas pour ΑΛΚΙΑ[ , ΑΝΔΡΩΝΟΣ et ΔΑΜΚΡΑΤΗΣ [v. index]

  • 255 LEPORE 1952. 312-313 ; MELE 1986. 361.

121♦ Les timbres ΓΑΙΟC ΑΡCΤΩΝ et TR.LOISIO sont généralement attribués à la zone de Naples255. Mais différents points évoqués dans I’index tendent à indiquer qu’une partie de leur activité aurait pu avoir lieu dans des zones gréco-italiques au sud du Silaris (Lucanie tyrrhénienne/Bruttium/Sicile).

  • 256 VALENZA MELE 1989 ; 1991.
  • 257 V. notamment la documentation présentée dans le volume TEMESA.

122♦ Des mgs vi d’au moins deux modules étaient produites à Nocera Terinese, un centre gréco-bruttien de la vallée du Savuto. Un atelier céramique comprenant notamment un four et des zones de travail de l’argile a livré des pieds et des bords vitrifiées ou mal cuits. Il était en activité entre 280/60 et 210256. Il ne fait aucun doute que d’autres ateliers de ce secteur produisaient également des mgs vi : ces conteneurs sont un des fossiles directeurs des couches de la seconde moitié du iiie s. sur différents sites gréco-italiques de la vallée du Savuto et de la plaine de Lamezia257.

  • 258 II est conservé au dépôt de Monasterace. L’activité artisanale des maisons-ateliers composant le se (...)
  • 259 BARONE et alii 1986. 108 ; 125, fig. 15.
  • 260 SANGINETO 1989. spéc. 842. Il serait intéressant d’étendre l’analyse aux amphores Dr. 1B de product (...)

123♦ D’autres indices concernent le Bruttium. D’abord, la présence répétitive de mgs vi (entières ou en fragments) dans différents habitats grecs (ex. : Kaulonia) et gréco-italiques/italiques (ex. : Laos, Castiglione di Paludi). A Kaulonia, il s’agit du matériel amphorique le plus courant dans les maisons du iiie s. Une bonne partie des fragments possèdent une argile identique à celle utilisée pour une famille de briques, tuiles et appliques architectoniques dont l’origine locale est établie ; une production sur ce site est prouvée par au moins un bord manifestement surcuit et rejeté provenant du secteur artisanal de la Piazzetta258. A Laos, des fragments de mgs vi proviennent d’une zone de l’habitat dans laquelle se trouvaient des installations de fabrication céramique, dont un édifice rectangulaire en liaison avec des fours de potiers : l’un de ceux-ci contenait encore une patère à vernis noir dans la chambre de combustion, ainsi qu’une dizaine de séparateurs d’empilement259. Sur la base d’analyses pétro-graphiques effectuées sur des amphores Dr. 2-4 de Vibo Valentia (l’Hipponion grecque et gréco-italique), analyses qui mettent en évidence l’existence d’une argile définie comme calabraise, A. Sangineto a établi la provenance calabraise d’amphores gréco-italiques des iiie-iie s. trouvées dans cette cité260.

  • 261 LO PORTO 1966. 152.
  • 262 D’ANDRIA 1976. 541-542.
  • 263 J. Brehob, dans METAPONTO. Ce matériel attend sa publication définitive [ALVARES 1992].
  • 264 Ces statères appartiennent à une importante série d’émissions figurant au D./ la tête de Déméter/Pe (...)
  • 265 SNG ANS Lucania 575-577.

124♦ Des mgs vi sont produites à Métaponte entre le milieu du iiie et le milieu du iie s. Un complexe d’habitat, retrouvé au lieu-dit Masseria Sansone, a livré un ensemble de matériaux de fabrication locale, du iiie/début iie s. : céramique de table, grands conteneurs (fragments de pithoi avec couvercles, bassins, louteria, vasques), matériel architectonique, meules et plusieurs amphores dont certaines avaient conservé leur bouchon261. Dans la zone du castrum, un dépôt du iie s. contenant notamment des amphores timbrées ΔAMOKPATHΣ correspond à un atelier céramique : le matériel local y est bien représenté et on y a trouvé des séparateurs utilisés dans les fours262. A Pizzica Pantanello, non loin de la ville, un grand dépôt contenait les rebuts de cuisson de fours qui ont d’ailleurs été localisés : fragments d’amphores de transport, de céramique à pâte grise et de bols à reliefs attestent la production de ces diverses céramiques, vers la fin iiie-début iie s.263 Les amphores sont identiques à celles du castrum et on constate qu’un timbre (ΔAMOKPATHΣ) se retrouve tant sur des amphores que sur des tuiles de production locale. L’hypothèse d’une production amphorique à Métaponte est renforcée par le fait qu’une ou deux amphores apparaissent comme symboles sur des statères du début de l’époque hellénistique264. Des monnaies de bronze du iiie s. figurent quant à elles comme type de revers une amphore s’apparentant à une mgs vi à laquelle on aurait ajouté des anses en volutes265.

  • 266 * Amphoriskos de la T. 1315 de Lipari (Musée de Lipari, n° inv. 10829) : carène marquée de l’épaule (...)

125♦ Des amphorettes et amphoriskoi de production magno-grecque et siciliote reprennent la forme mgs vi266.

  • 267 PELAGATTI 1988. 292 ; 480-481. La publication de cette fouille a été annoncée voici plusieurs année (...)

126♦ Au moins un atelier produisant des amphores gréco-italiques a été signalé dans la neapolis de Naxos. Les restes d’un grand four à plan circulaire ont été dégagés lors d’une fouille effectuée en 1977 à l’emplacement de la Proprietà Pontura, c’est-à-dire à l’Ouest du torrent S. Venera267.

  • 268 PELAGATTI 1984-85. 692.

127♦ A Kamarina, les 300 mgs v-vi de la Stoà Ovest paraissent avoir été stockées vides268, ce qui renforce l’idée d’une production locale.

  • 269 Lors du Colloque de Sienne sur les Amphores romaines, il a été suggéré à diverses reprises qu’une p (...)
  • 270 Différents fragments timbrés ont ainsi été signalés dans des “dépôts”, sans que l’analyse du matéri (...)
  • 271 Si la production amphorique des Pouilles a fait l’objet de nombreux travaux ces dernières années, c (...)

128Clôturons la question des lieux de production sur deux remarques. La première concerne le secteur de Tarente. L’éventualité d’une production de mgs v dans cette cité a déjà été évoquée. En ce qui concerne les mgs vi, il s’agit d’un matériel très courant à Tarente même et dans les sites avoisinants : des exemplaires entiers ainsi que de nombreux fragments ont été trouvés en différents endroits de la cité, notamment dans des zones d’activité artisanale. Une production locale a parfois été envisagée pour ces amphores269, mais le peu de souci apporté aux contextes précis de découvertes270 et le caractère sommaire des publications font qu’il est difficile d’avancer un argument décisif. En ce qui concerne les ateliers amphoriques de Montedoro (Tarente) et Apani, leur activité n’est attestée qu’à partir des années suivant immédiatement la seconde guerre punique ; ils ont livré essentiellement des rebuts d’amphores de Brindes271 et n’apprennent donc rien au sujet des amphores du iiie s. Les timbres sur mgs vi antérieurs à la deuxième guerre punique connus jusqu’ici ne présentent pas quant à eux de caractéristique propre à l’ionio-tarentin, ni à l’onomastique de ce secteur [v. index].

  • 272 P. Desy a fait remarquer à propos de matériel du Salento -notamment celui de Torre San Giovannique (...)
  • 273 RILEY 1985. 131.
  • 274 PEACOCK, WILLIAMS 1986. 85 et fig. 25 : un certain nombre de pièces trouvées au sud du Silaris poss (...)
  • 275 TCHERNIA 1986. 50-51 ; M. Picon et M. Ricq, dans AMPHORES ROMAINES. 35-65 : ces analyses confirment (...)

129La deuxième remarque concerne les analyses d’argiles effectuées sur des gréco-italiques du iiie s. par P. Desy272, J. Riley273, D. Peacock274 et A. Tchernia275. Ces analyses confirment l’existence d’une production en Campanie mais indiquent qu’il existe également un groupe assez important pour lequel l’hypothèse par défaut la plus probable est l’Italie du Sud (Grande Grèce tyrrhénienne et/ou Sicile). Il n’y a donc pas à première vue d’incompatibilité de fond entre ces analyses et les positions adoptées dans ces pages.

  • 276 TCHERNIA 1986. 42ss.

130Contenu. L’opinio communis276 veut que les gréco-italiques soient essentiellement des conteneurs vinaires, dans la mesure où elles sont souvent associée à de la vaisselle destinée au service du vin : l’exemple le mieux connu est l’épave Grand Congloué 1. Mais il faut être prudent en ce qui concerne les mgs vi produites au sud du Silaris : on se trouve en présence d’un conteneur extrêmement répandu et d’autres contenus ne sont certainement pas à écarter. Dans cette optique, il est à noter, par exemple, que G. Purpura a publié un nombre significatif de fragments de mgs vi provenant de pêcheries et dont on ne peut exclure qu’une partie ait servi à transporter des conserves. La prudence inciterait donc à dire qu’il s’agit en partie d’amphores vinaires.

131Les mgs vi produites en Lucanie, dans le Bruttium et en Sicile s’inscrivent dans une koinè amphorique de l’entre-deux premières guerres puniques. Leur forme est très proche de conteneurs produits au même moment dans des secteurs contigus, comme la Sicile punique, la Campanie vésuvienne, l’Etrurie (ager Cosanus). Une partie de la production provient d’ateliers littoraux que l’on peut encore considérer comme grecs (timbres grecs ; atelier de Métaponte) ; une autre, d’ateliers situés dans des secteurs gréco-italiques ou italiques (timbres gréco-italiques ; atelier de Nocera Terinese).

132Ce travail s’arrête de manière formelle avec la prise de Syracuse par les Romains en 211 et il n’est donc pas question d’aborder l’épineuse question du devenir de la production amphorique d’Italie du Sud dans les années qui suivent. Une remarque simplement : si la seconde guerre punique représente un tournant dans les zones concernées par ce travail, et ce tant en milieu urbain qu’en milieu rural, elle ne semble pas à première vue avoir provoqué des modifications profondes dans les habitudes des céramistes produisant l’instrumentum. En effet, on ne peut pas dire qu’il y ait réellement de rupture sur le plan morphologique entre le matériel provenant de couches du dernier tiers du iiie s. et celui des premières années du iie s. (v. supra les remarques à propos du matériel de Métaponte).

UNE PREMIERE ANALYSE

133Les documents évoqués dans les pages précédentes montrent que différentes formes d’amphores de transport servant notamment à transporter du vin sont produites en Italie du Sud pendant la période allant de la fin du ve s. à la seconde guerre punique. Quelles remarques peut-on faire au terme de ce premier tour d’horizon ?

  • 277 Il provient d’Hèrakleia M., une cité que l’on peut justement qualifier de gréco-punique à l’époque (...)

134Les lieux de production [v. tableau]. Jusqu’au milieu du ive s., les documents concernent exclusivement les cités grecques. Après cette date, une production est également attestée dans des zones devenues gréco-italiques (Lucanie ionienne et tyrrhénienne, Sicile nord-orientale). A la prise de contrôle de la production amphorique qu’on constate dans différentes cités côtières (Laos, Hipponion) succède un phénomène de tache d’huile qui voit, avec le début du iiie s., les ateliers se multiplier dans les secteurs italiques proprement dit. Une production de mgs v-vi semble également très vraisemblable au iiie s. dans les zones gréco-puniques de Sicile occidentale, étant donné d’une part l’existence d’un atelier produisant des mgs vi dans le secteur punique proprement dit (Marsala) et, d’autre part, d’au moins un timbre combinant des lettres en grec et en punique277.

  • 278 Pour le lien modules réduits-rationalisation de la production, précisément dans le cadre des gréco- (...)

135♦ En ce qui concerne l’importance quantitative de ces productions d’Italie du Sud, le matériel de différents habitats (Gela, Lipari, Lokroi, Thourioi), ainsi que plusieurs concentrations d’amphores provenant d’un atelier précis ou d’un cercle restreint d’ateliers (dépôt de la Stoà Ovest à Kamarina ; épaves des îles Eoliennes) indiquent que les mgs ii à vi sont des conteneurs très courants. Le fait qu’on rencontre fréquemment des mgs iv, v et vi de module réduit est également significatif278.

LIEUX DE PRODUCTION

LIEUX DE PRODUCTION

136♦ Comment situer la production d’Italie du Sud par rapport à la production amphorique grecque en général ? Première remarque : des liens étroits (zones de production, caractéristiques morphologiques) existent entre les amphores du ive s. examinées ici et des productions plus anciennes (vie-ve s.) d’Italie du Sud, notamment celles que la littérature archéologique appelle ionio-massaliètes et pseudo-chiotes. Les recherches à venir devraient permettre de préciser ces liens et mieux décrire la manière dont s’effectue le passage au cours des ve-ive s. dans la production amphorique de ce secteur.

  • 279 GRAS 1987. 44ss. A l’époque archaïque déjà, des ateliers de Grande Grèce et Sicile imitent des form (...)

137On note d’autre part des liens étroits avec la forme corinthienne B. Cette forme est produite dans différents centres, dont Corfou, et est largement diffusée aux ve-ive s. dans la zone du détroit d’Otrante et en Italie du Sud. Les mgs i correspondent dans les grandes lignes à cette forme corinthienne B. Cela n’a rien d’extraordinaire : comme le rappelle M. Gras, “on imite ce qu’on connaît”279. Dans la seconde moitié du ive s., on rencontre très souvent ensemble des mgs iv/v et des amphores de forme corinthienne B : dans les habitats côtiers (Tarente, Métaponte, Gela....), mais également dans des établissements de l’intérieur (Poggio Marcato di Agnone). Il faut, dans cette optique, remarquer que deux timbres connus sur des mgs v des années 350-280 (ME et ΠΤΥ) paraissent à rapprocher de timbres sur amphores corinthiennes B de la même époque (ME et ΠΤΥI) [v. index], ce qui ne manque pas d’éveiller l’attention. L’arrivée de colons sur le littoral ionien, dans les dernières décennies du ve s., et en Sicile, à l’époque de Timoléon, est vraisemblablement à l’origine des ponts qu’on constate entre les productions d’Italie du Sud et la forme corinthienne B.

  • 280 On retrouve par exemple la lèvre-champignon dans les productions de Clazomènes [DOGER 1986. 469-471 (...)
  • 281 Le mushroom-lip se retrouve au ive s. dans les amphores samiennes et attiques [GRACE 1971. 78]. Les (...)
  • 282 Les productions massaliètes présentent, entre c. 450 et 350/300, un bord de profil en quart de cerc (...)
  • 283 GRAS 1987. 44-46.

138On constate également que les céramistes d’Italie méridionale connaissent et adoptent des techniques de fabrication (bord en quart de cercle, soucoupe ou champignon ; col en sablier ; corps en toupie) largement répandues dans le monde amphorique grec du ive s., notamment dans le bassin égéen280, en Attique281, à Marseille282 et dans l’Adriatique. Il faut y voir le reflet de l’accélération de la circulation amphorique à ce moment, des emprunts et manipulations entre les principales familles amphoriques grecques283, du rôle de charnière qu’occupe l’Italie du Sud grecque entre le monde amphorique de Grèce propre et celui des colonies d’Occident.

139A noter également, les liens étroits (zones de production, caractéristiques morphologiques, contenu des timbres) qui existent entre les formes mgs iii à vi, tant dans les zones à proprement parler grecques (ex. : Thourioi-Métaponte) que dans celles qui deviennent gréco-italiques (ex. : Hipponion-Laos). Ils attestent le développement autonome de la production amphorique d’Italie du Sud tout au long des ive et iiie s. Ce point a été peu souligné jusqu’à présent, mais a son importance.

  • 284 EMPEREUR, HESNARD 1987. 10.
  • 285 V. par exemple VALENZA MELE 1991. 48-93.

140♦ Qu’en est-il en Italie du Sud de l’équation “une cité = un type d’amphore”, courante dans le monde grec ?284 Elle est à première vue peu suivie. A l’époque qui nous intéresse, une forme amphorique peut en effet être adoptée par plusieurs ateliers ou cités, à un niveau régional (Lokroi et ses sub-colonies, Medma et Hipponion) ou plus étendu (des documents attestent la production des mgs iv et vi à la fois en Sicile orientale et en Grande Grèce). De nombreuses variantes de détail se notent, comme dans la céramique à vernis noir, mais on ne peut pas dire qu’au sein d’une région (le Bruttium méridional par exemple), les différentes cités aient délibérément cherché à différencier leur production. En fait, les amphores et amphorettes s’intègrent dans un faciès céramique régional, au même titre que différents objets de la vaisselle de cuisine achrome (casseroles, plats, patères) et de la vaisselle de table courante. Le phénomène devient particulièrement sensible au iiie s.285 On a généralement affaire à un schéma de production qui correspond plutôt à celui des Lamboglia 2 par exemple (dans le sens d’une production articulée le long de la côte adriatique) qu’à celui qui prévaut en milieu égéen au ive s.

141♦ Un autre point qui ressort clairement des données analysées dans ces pages est que l’approche typochronologique du matériel d’Italie du Sud ne sera pas aisée.

142Globalement, une évolution technique se note dans la fabrication des conteneurs tout au long des ive et iiie s. Le rapport poids-volume augmente, l’emploi de profils devient courant en milieu urbain, l’accent est mis sur les facilités de préhension et la solidité. Différentes modifications morphologiques sont le corollaire de cette évolution. Il devrait être possible dans le futur de leur attribuer des significations typologiques à condition de mieux connaître l’évolution des différents grands centres et de disposer d’un nombre plus important de points d’accrochage chronologique.

  • 286 LAMBOGLIA 1952 ; 1955.
  • 287 Atelier de Nocera Terinese : VALENZA MELE 1991. 100-103.
  • 288 V. par exemple H. Frost, dans LILYBAEUM. 158.

143Ceci dit, les difficultés se perçoivent aisément si on envisage par exemple les deux points précis que sont le profil des bords et l’allongement général du conteneur. Le profil des bords est couramment considéré comme un critère essentiel aux ive-iiie s.286 ; mais il n’est pas rare d’observer une variété importante de bords au sein d’un atelier donné287. Par ailleurs, l’adoption d’une forme dans une zone plus ou moins étendue ne facilite pas l’analyse : certains ateliers utilisent déjà un bord en soucoupe au ive s., alors que des bords en quart de cercle se retrouvent encore dans des stratigraphies du iiie s. De même, si l’allongement du conteneur est généralement tenu pour un critère chronologique288, on trouve simultanément en Italie méridionale, dans la période allant grosso modo de 400 à 270-250, des conteneurs d’allure trapue (mgs iii et v) et d’autres plus élancés (mgs iv). Ce dernier point est bien documenté par le synchronisme quasiment parfait entre la céramique à vernis noir des épaves Filicudi F et Secca di Capistello par exemple ; par le fait qu’on produise simultanément dans la région de Gela-Licata des mgs iv et v dans les années 350-280 ; de manière ponctuelle, par la présence simultanée dans une tombe de S. Marco d’Alunzio (Tomba del Kottabos, c. 320-280) d’une mgs iv et d’une mgs v. Cette impression de se retrouver face à deux interprétations d’une seule forme de base ne va pas sans rappeler les liens qui existent, dans les années 525-450, entre les amphores ionio-massaliètes et celles à col regonflé.

144Il est illusoire d’imaginer que l’évolution des amphores d’Italie du Sud des ive-iiie s. s’inscrit dans un processus rigide susceptible d’être réduit par de simples calculs de proportions ou l’observation des profils de bords. Ce serait une erreur méthodologique allant de pair avec la conception ancienne de quelques grands centres (Syracuse, Tarente, Naples) produisant chacun des conteneurs facilement identifiables et connaissant une évolution linéaire. A l’image de ce qui se constate pour la céramique à vernis noir, la multiplication des ateliers amène d’une part l’existence d’un faciès régional, de l’autre celle de caractéristiques propres.

  • 289 Amphores sur le monnayage de Kamarina au ve s. : SNG ANS Bruttium-Sicily I 1204-1205, 1207 ; sur le (...)
  • 290 Pour la localisation d’officines céramiques au iiie s. à Rhégion, v. LAZZARINI 1989.
  • 291 V. par exemple : P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 281 (Type P6012) ; WILSON 1990. 23 (amphores de N (...)

145♦ Les mgs i-vi examinées dans ces pages ne représentent qu’une partie de la production amphorique d’Italie méridionale. Différentes cités dont on sait qu’elles produisent des amphores, ou pour lesquelles de sérieuses présomptions existent, n’ont pas encore livré d’élément précis. C’est le cas, par exemple, de Kamarina et Rhégion, pour lesquelles le monnayage289 et l’existence d’officines céramiques290 laissent supposer une production amphorique conséquente. C’est le cas également de cités dont on sait que la production de vin constitue un secteur vital de l’économie : Katanè/Tauromenion et Agrigente par exemple. Inversément, des sites d’importance secondaire, dont on ne savait jusqu’il y a quelques années pratiquement rien sur le plan économique, ont de toute évidence réussi à mettre sur pied une production amphorique dont il faut tenir compte : c’est le cas d’Hipponion et de Nocera Terinese. D’autre part, des groupes d’amphores attendant une identification plus précise se font jour dans les publications291.

  • 292 Aucune inscription sur amphore d’Italie du Sud, qu’elle soit graffite ou peinte, n’est suffisamment (...)

146♦ Les amphores présentées ici peuvent être considérées en partie comme des conteneurs vinaires. Cela dit, elles ont très bien pu servir également, suivant l’endroit, le moment ou tout simplement les impératifs commerciaux, au transport d’autres denrées produites en quantités appréciables en Lucanie, dans le Bruttium et la Sicile : conserves de poisson et de viande, miel, poix, fruits etc. (p. 60). Simplement, comme c’est le vin qui a été choisi comme fil conducteur dans ce travail, ce sont logiquement les informations concernant ce produit qui ont retenu l’attention. On aimerait évidemment savoir de quel vin il s’agit, ce qui n’est pas facile en l’absence d’inscriptions peintes ou de graffites explicites292. Cependant, en combinant les informations de ce chap. iii à celles du chap. ii qui concernait la viticulture, on commence à percevoir, en différents endroits, la superposition d’une production de vin et d’amphores : c’est le cas à Métaponte, Thourioi, Lokroi, Kamarina. Ceci se constate également sur un plan macro-économique, à l’échelle de différentes régions : l’aire de production des mgs ii paraît en étroite relation avec les vignobles de Campanie méridionale, de Lucanie occidentale et du Bruttium tyrrhénien ; celles des mgs iii, avec des vignobles du golfe de Tarente et du Bruttium. Cette superposition se perçoit également à travers les liens existant avec la céramique à figures rouges proto-italiote, italiote, siciliote et campanienne, des liens qu’il serait intéressant de pouvoir approfondir sur les lieux de fabrication même.

LIENS ENTRE AMPHORES DE TRANSPORT ET CÉRAMIQUE À FIGURES ROUGES

LIENS ENTRE AMPHORES DE TRANSPORT ET CÉRAMIQUE À FIGURES ROUGES

147Le chap. iv analyse plus avant les liens qui existent entre la production de vin et celle des grands conteneurs, de manière à mieux comprendre, dans sa globalité, l’organisation de ce secteur de l’économie.

Notes

1 Des informations de ce type ont souvent constitué un point de départ intéressant pour l’étude des amphores grecques [v. par exemple MATTINGLY 1981].

2 BARRA BAGNASCO 1984. 39 ; LOCRI EPIZEFIRI IV. 212 ; BARRA BAGNASCO 1993. 33.

3 ARIAS 1977. 482.

4 SIBARI IV. 533ss.

5 Ces ressemblances visuelles et tactiles au niveau macroscopique sont souvent tenues pour aléatoires. Cependant, obervées dans des conditions précises, à partir de données d’un “céramique” par exemple, leur intérêt est réel : v. par exemple M. Rubinich et V. Origlia, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 46, à propos des liens arulae-tui– les-céramique commune à Lokroi.

6 Des problèmes de chronologie céramique sont liés à des termini interprétés hâtivement ou appliqués d’une manière trop stricte. M. Paoletti fait ainsi remarquer à propos de Medma : “Si ha infatti l’impressione che nella persistente oscillazione della cronologia dei materiali, compresa la v. nera, tale conclusione si sia appogiata, sopravvalutandolo, al testo di Diod. Sic., Bibl., XIV, 106,3” [PAOLETTI 1981. 150].

7 GUZZO 1983. 205.

8 Athén., Deipn., V 209a.

9 GUZZO 1989. 127.

10 Prenons le terme ionio-massaliète/ionico-marsigliese/amphore tyrrhénienne : censé recouvrir “provisoirement... toute la série d’amphores archaïques de provenance non assurée – pour la plupart occidentales et pour beaucoup déjà marseillaises – qui précède l’apparition des amphores dites massaliètes” [PY 1978a. 3], il est utilisé à tort et à travers pour un nombre élevé de conteneurs des vie-ve s. (v. les remarques de M. Slaska et J.-P. Morel, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 229-233 ; 281-282).

11 L’appellation amphore gréco-italique, introduite dans les années 50 par F. Benoit [BENOIT 1957 ; 1958 ; 1961], remonte à la préhistoire de l’amphorologie occidentale.

12 MANACORDA 1986. 586.

13 EMPEREUR, HESNARD 1987. 11.

14 Comme c’est le cas en 404 à Entella (DS., XIV 9,9) ou en 288 à Messine (DS., XXI 18,2). Pour les mentions d’archontes et hiéromnamomes osques sur les décrets d’Entella, v. la bibliographie signalée dans SEG XXXII 250-260, n°914.

15 LANDI 1979. 116-117.

16 Metaponto, n° inv. 20146. V. JIRCIK 1990. 245, n°29.

17 GRECO (E.) 1992. 325, fig. 1.

18 TRENDALL 1967. 36, n°136 et pl. 12,1.

19 Id. 47-48, n°243 et pl. 19,4.

20 Bari, Museo Archeologico Nazionale, n° inv. 7694.

21 TRENDALL 1974. 9.

22 Vienne, n° inv. 986 [TRENDALL 1987. 25, n°5].

23 Lipari, n° inv. 9558 [TRENDALL 1987. 44, n°92].

24 SIBARI II. 393, n°97.

25 Ibid. Un bord d’amphore mgs ii est signalé, toujours dans le secteur Parco del Cavallo, dans une couche qui contient de la céramique figurée proto-italiote (dont un cratère du Peintre de Hearst) ainsi que du matériel se situant entre la fondation de la colonie (440/30) et la fin ive s. [Id. 143, n°195].

26 STOOP 1977. 166-167, A et B. L’anse timbrée signalée à la p. 167 appartient apparemment à une amphore de cette forme [v. index].

27 STOOP 1985. spéc. 7-8.

28 Quelques bords du ve s. sont signalés dans le secteur du temple dorique [TOMASELLO 1972. 588, fig. 56f].

29 KAULONIA I. 101, n°502-504.

30 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 197, fig. 35, n°270271.

31 Pour l’évolution de la forme corinthienne B dans les années 450-400, v. KOEHLER 1981.

32 Dans STOOP 1977. 167.

33 V. par exemple KOEHLER 1981. fig. la.

34 KOEHLER 1979 ; 1981.

35 V. notamment KOEHLER 1981. 452-453 ; METAPONTO II. 371, n°416. La forme corinthienne B représente, dès l’époque archaïque, un des traits d’union entre les conteneurs de Grèce orientale proprement dite et ceux des colonies d’Italie du Sud [KOEHLER 1989]. Entre le ve et le iiie s., cette forme sert de point de départ à différents ateliers du secteur adriatique (p. 138), du Salento [DESY 1983. 177], peut-être également du secteur punique du canal de Sicile [BISI 1969-70. 221 ; 1985. 14]. Plus à l’Ouest, C. Williams [dans CERDA 1987. 426] estime qu’elle a pu servir, au ve s., de modèle à des productions punico-ébusitaines.

36 GRAS 1988 ; MOREL 1988a ; M. Slaska, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 229-233 ; M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI IV. spéc. 209.

37 V. notamment KOEHLER 1981. spéc. 454.

38 Pour les argiles utilisées à Corinthe, v. KOEHLER 1979. Appendix I, 4-5 ; 1982. 288, note 12 ; à Corfou, v. KOURKOUMELIS-RODOSTAMOS 1988. 112-113.

39 JIRCIK 1990. 163 ; 166.

40 STOOP 1977. 166, note 7. Il serait intéressant de pouvoir comparer l’argile des mgs i provenant des alentours de Thourioi de celle d’amphores des iie s. av. J.-C.-ier s. ap. retrouvées dans le dépôt de Loc. Chiusa à Trebisacce, qui sont d’origine locale [POLIS ED OLYMPIEION. 174ss.].

41 M. Paoletti et C. Sabbione, à propos de bords trouvés dans l’habitat.

42 JIRCIK 1990. 112.

43 JOHNSTON, JONES 1978. 127, note 24.

44 Des trioboles que C. Kraay attribue au monnayage de la seconde Sybaris (510-c. 470) figurent une amphore commerciale comme type de revers [KRAAY 1958. 15-16].

45 Voir les remarques faites dans LOCRI EPIZEFIRI IV à propos des ionio-massaliètes.

46 Un matériel qui, soit dit en passant, suscite des hésitations dans pas mal de publications (imitazioni di anfore marsigliesi à Ischia : DI SANDRO 1986. 44ss. ; matériel inclassable d’Entella : ENTELLA 1988. 467, n° inv. El 140).

47 SESTIERI 1958 ; NAPOLI 1974. 363-364 et pl. LVIII,2 ; PONTRANDOLFO, ROUVERET 1992. 380-385.

48 Pour la chronologie de ces tombes, v. M. Cipriani, dans ITALICI. 144-145, note 166 ; PONTRANDOLFO, ROUVERET 1992. 442 ; 447, note 127.

49 La majeure partie du matériel de cette tombe est de la seconde moitié du ve s., mais des skyphoi à base rétrécie datent du ive s. [CAMERATA SCOVAZZO, CASTELLANA 1981].

50 ROCCAGLORIOSA I. 281 (Pseudo-Chian : n°365-370, matériel daté du ive s.).

51 L. Manzo, dans LOCRI EPIZEFIRI. 40, pl. XI, spéc. n°12-13 ; BARRA BAGNASCO 1993. 30-35.

52 M. Cipriani, dans ITALICI. 133 ; 135.

53 EISEMAN 1973 ; 1980.

54 EISEMAN 1973. 19-20.

55 La céramique à vernis noir (boisals, skyphoi, lampes) et les amphores datent de la fin ve-premières décennies ive s. Une date plus récente (fin ive s.) a été proposée pour les restes de statues en bronze [P. Arias, dans STORIA CALABRIA. 417-418 ; PARIBENI 1984. 13-14].

56 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 164-165.

57 DE MIRO 1963. col. 150, n°AG.2244 et fig. 66b.

58 Un nombre assez élevé d’amphores à col regonflé proviennent de la nécropole Contrada Diana [CAVALIER 1985. 39s.], du Bothros d’Eole [Id. 65 ss.], de la décharge de Piazza Monfalcone [Id. 75 ss.], du sanctuaire de Proprietà Maggiore [Id. 80-81] et de trouvailles sous-marines sporadiques. La plupart datent du vie et de la première moitié ve s., mais des fragments ont été trouvés dans des contextes de la fin ve et du ive s. [Id. 78-81].

59 BARRA BAGNASCO 1993. 33.

60 Une amphore provenant de la T 418 de la nécropole Contrada Diana, datée par de la céramique à vernis noir de 475/50 [CAVALIER 1985. 45, n°27].

61 EISEMAN 1973. 19, n°21.

62 BARRA BAGNASCO 1993. 46-47, c-d.

63 CAVALIER 1985. 90.

64 V. par exemple une amphore de la Tomba Regina de Palerme [CAMERATA SCOVAZZO, CASTELLANA 1981. 133, fig. 13, amphore à l’avant-plan à droite] ; un col de Roccagloriosa [ROCCAGLORIOSA I. 279-280, n°362].

65 Les fragments de mgs ii trouvés dans le secteur de Centocamere proviennent de niveaux du ve et du ive s. ; à Marasà Sud, ils proviennent de stratigraphies du ive s. [BARRA BAGNASCO 1993. 34].

66 P. Arthur fait la remarque suivante à propos des Pseudo-Chian de Roccagloriosa : “Though none are closely dated, I suspect that they belong principally to the fourth century B.C., with little or no production in the succeeding century” [dans ROCCAGLORIOSA I. 281].

67 A Lokroi, dans la Casa dei Leoni, des fragments de mgs ii proviennent de niveaux de la deuxième moitié ive-début iiie s. [LOCRI EPIZEFIRI IV. 213-214] ; en Campanie, ces amphores seraient attestées jusqu’à la fin ive s. [DI SANDRO 1986. 59].

68 DI SANDRO 1981a. 9 ; CAVALIER 1985. 90, note 2.

69 Les amphores chiotes des ve-ive s. possèdent un bord beaucoup plus fin et une allure générale très différente de celles dont il est question ici [GRACE 1979]. Leur argile est également tout autre (chamois rosée avec des inclusions blanches/mica, ou marron-rosée, sableuse et micacée).

70 V. Grace, dans STOOP 1977. 165 ; P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 281 ; BARRA BAGNASCO 1993. 32.

71 DI SANDRO 1986. 60 ; mais contra, à raison, BULL. AMPH. 1987 n°168.

72 Références dans CAVALIER 1985. 39.

73 CAVALIER 1985. 44-45.

74 STOOP 1977. 164, n° 6-7.

75 Sur ce point, voir M. Gras, dans LEUCA I. 175-176.

76 V. les remarques de M. Slaska, dans AMPHORES DE MARSEILLE. 230-231.

77 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 93-139 ; 163-225 (Rivello, Serra Città, Castelluccio, Capo la Timpa, Petrosa) ; MOREL 1988a (Cilento).

78 PARKER 1976-77. 630.

79 Ces amphores paraissent rares en Grèce et dans le bassin égéen [BULL. AMPH. 1987 n°168].

80 P. Bottini, dans SORGENTI DEL LAO. 98.

81 SESTIERI 1958. 61 et note 82.

82 Vatican, Mus. Etr. Greg. V. TRENDALL 1936. 41, n°5 et fig. 22.

83 TRENDALL 1987. 171, n°376, pl. 117d.

84 Boston, Museum of Fine Arts, n° inv. 69.1142. V. VERMEULE 1971. pl. 46-49.

85 BARRA BAGNASCO 1993. 33.

86 Id. 43.

87 Sito 50. -Sito monoperiodico per quanto riguarda le anfore : il rilevante quantitativo di bordi ‘bombati’ raccolti è ascrivibile per intero alla ‘seconda variante’ del gruppo cosidetto ‘chiota’, databile dalla seconda metà del V secolo a.C. a tutto il IVa.C. [E. De Magistris, dans FRA AMALFI E VELIA. 58].

88 ROCCAGLORIOSA I. 281.

89 CORRIGAN 1979. 149.

90 On trouve d’ailleurs dans cette tombe un cratère à figures rouges figurant précisément une scène de banquet.

91 SESTIERI 1958. 57 ; 58-60. Ce type de simpulum se trouve représenté sur des vases posidoniates à figures rouges, dans des scènes de banquet [TRENDALL 1936. pl. XVIII].

92 EISEMAN 1973. 19, n°21.

93 GUZZO, LUPPINO 1980. 823-840, spéc. 837, n°45.

94 Céramique apulienne à figures rouges (amphore du Peintre de Gioia del Colle, cratère en cloche), skyphoi à vernis noir et surpeint, canthare achrome.

95 PAESTUM II. 115, n°167 ; 138, n° 256.

96 GUALTIERI 1979. 287 ; ROCCAGLORIOSA I. 281, n°364.

97 ROCCAGLORIOSA I. 281, n°363.

98 LAOS I. 83, n°109 (Area Campilongo B) ; d’autres fragments proviennent d’un sondage à proximité de l’ergasterion [Id. 67, n°30] et de l’Area incrocio [Id. 94, n° 168].

99 GUZZO 1978b. 545, n°9.

100 BARRA BAGNASCO 1993. 37, n° inv. M84/72.

101 BARRA BAGNASCO 1990a. 573 ; 576 ; 1990b. 99.

102 EPIFANIO 1982. spéc. 68 et fig. 12. Ce site a livré de la céramique commune (pithoi, vases achromes de grandes dimensions, bassins, fragments d’amphores) ainsi que des pesons, des meules et de la céramique à vernis noir (skyphoi, coupelles, patères Lamb. 36). Il perd de son importance après la fin de la période agathocléenne et la majorité du matériel céramique peut être daté de la seconde moitié ive-tout début iiie s.

103 ENTELLA 1988. 450-471 (US 348, fragments n° inv. El 144, El 139, El 141).

104 CAVALIER 1985. 51-52, n°36.

105 Des fragments de mgs iii ont été trouvés dans divers secteurs de l’habitat d’Hipponion. Un exemplaire à peu près complet provient d’un dépôt de céramique achrome situé Via delle Accademie Vibonesi [IANNELLI, GIVIGLIANO 1989. 667, n° inv. 40995].

106 De nombreux fragments identifiables (bords, pieds et corps) ont été trouvés dans l’habitat. Seuls quelques-uns provenant de puits, dans le secteur Proprietà Scarano, sont signalés [SABBIONE 1981. spéc. 100 : “Il pozzetto era completamente colmato da grandi pietre, da numerosi frammenti di tegole, di coppi a sezione semicircolare, di pithoi, di colli di anfore di tipo ‘greco-italico’, che confermano la datazione al IV sec. a.C. per la colmata del pozzetto ; v. également la présence d’amphores dans un autre puits signalé p. 102].

107 Les mgs iii sont très fréquentes à Thourioi : Parco del Cavallo [SIBARI II. 56, n°162 ; IV. 219, n°87] ; Prolungamento Strada [SIBARI IV. 373, n°257] ; Casa Bianca [SIBARI III. 207-208, n°56 ; IV. 456, n°18].

108 Un col [HAENSEL 1973. 454-457, fig. 31, n°13] provient d’une couche datée entre 433/432 (fondation d’Hèrakleia) et la fin ive-début iiie s. (céramique de Gnathia).

109 Des bords de mgs iii ont été trouvés dans une stratigraphie du mur d’enceinte [LAMBOGLIA 1952. 162, fig. 20 : Strato IVC]. La fondation de Tyndaris remonte à 395 (DS., XIV 78. 5-6) et ces fragments sont datés par N. Lamboglia de c. 320.

110 Un bord a été trouvé dans la stratigraphie de structures accolées à l’ouest du mur d’enceinte, au sud de la colline du théâtre (“Frammento di bocca d’anfora acroma ad orlo orizzontale esternamente sagomato a quarto di cerchio” : DE MIRO 1958. 271, n°3 et fig. 31 b). Une tête féminine en terre cuite et un couvercle de lékanè à vernis noir surpeinte situent la couche dont il provient dans la seconde moitié du ive s., au plus tard dans les dernières années de ce siècle.

111 V. par exemple BARRA BAGNASCO 1993. 47-48, i.

112 Ce type de bord en quart de cercle se retrouve dans d’autres amphores grecques de la période 450-350, les massaliètes et corinthiennes B notamment. Certaines caractéristiques aident cependant à distinguer les fragments : ainsi, les corinthiennes B possèdent généralement un bandeau sous le bord ou un bandeau et un sillon plus ou moins profond, voire deux sillons, alors que les mgs iii ne comportent le plus souvent qu’un listel [ex. : SIBARI IV. 456, n°18 et fig. 438, 477] ou un sillon peu marqué.

113 Je dois l’information à S. Luppino, qui m’a précisé que la mesure avait été faite en remplissant d’eau l’amphore jusqu’à l’emplacement du bouchon.

114 BARRA BAGNASCO 1990a. 573, note 2.

115 BARRA BAGNASCO 1993. 37 (capacité mesurée arithmétiquement).

116 Un exemplaire complet de la T. 71 de la nécropole de Vassallaggi (deuxième moitié du ive s.?) [ORLANDINI 1971. 109, fig. 175]. Un autre exemplaire a été trouvé à Lokroi dans un puits de la Località Cusemi [BARRA BAGNASCO 1993. 39].

117 LOCRI EPIZEFIRI IV. 214-218.

118 LAMBOGLIA 1952. 162-163.

119 Ces amphores, dont l’évolution du ve au iiie s. est illustrée par des exemplaires trouvés à Athènes, n’ont pas fait l’objet d’une monographie ; v. principalement les articles Samian Amphoras [GRACE 1971] et Greco-Italic Amphoras [LYDING WILL 1982]. V. Grace estime qu’il s’agit d’une production d’Athènes/Attique. Elles semblent avoir été exportées [DE MARINIS 1986. 218]. Ces amphores attiques sont considérées comme des conteneurs à huile (V. Grace parle d’ “Attic oil jars”).

120 Les mgs iii présentent des points communs avec la forme corinthienne B de la deuxième moitié du ve s. [KOEHLER 1979. 36, n°229-230]. Cependant, on se rend bien compte qu’il s’agit de productions différentes lorsqu’on compare par exemple l’amphore de Cariati et une corinthienne B provenant d’un puits de l’Agora d’Athènes, fermé en 380 [Id. 36, n°239 et pl. 31].

121 L’argile employée (fortement micacée à Samos), la forme du bord et du pied, le contenu des timbres sont différents [v. GRACE 1971 pour les amphores de Samos].

122 EPIFANIO 1982. 68 ; v. également EMPEREUR, HESNARD 1987. 26.

123 Ces amphores ont été étudiées par L. Manzo dans une Tesi di laurea (Vasi da trasporto e contenitori da conservazione, Turin, année académique 1979-80). Voir L. Manzo, dans LOCRI EPIZEFIRI. 39-40 ; BARRA BAGNASCO 1982. 237 ; M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 13ss ; BARRA BAGNASCO 1993. 35-40.

124 On y retrouve les caractéristiques de l’argile employée notamment pour les pinakes, petits autels et appliques (couleur jaune ou rougeâtre ; particules assez nombreuses de mica) [BARRA BAGNASCO 1984. 39 ; LOCRI EPIZEFIRI IV. 218].

125 POZZI PAOLINI 1977. 271-272.

126 GUZZO 1982. 322-325. La chronologie de l’occupation est fournie par des monnaies ainsi que de la céramique à vernis noir à godrons et peinte : elle couvre un peu moins de trois quarts de siècle, les pièces les plus anciennes pouvant être datées c. 370/350, les plus récentes c. 280 (skyphoi en double S et lécythes à décor réticulé).

127 Les traces d’un – ou de plusieurs – four(s) ont été trouvées non loin de l’établissement. S. Luppino m’a fait remarquer la présence d’un pilon servant à travailler l’argile (Musée de Sibari).

128 S. Luppino m’a signalé ces fragments qui sont conservés au Musée de la Sibaritide (n° inv. CB 71.378 ; CB 71.727).

129 L’une est de couleur orangée, souvent farineuse ; l’autre, de couleur noisette-brune. Les inclusions d’augites sont une caractéristique de la céramique commune de fabrication thouriote [SIBARI IV. 533ss.].

130 R. Spadea m’a fait remarquer que plusieurs fragments de mgs iii conservés au Musée de Crotone proviennent de secteurs dans lesquels se trouvent des fours au ive s. : Campitello et E. Scida [v. SPADEA 1984. 413]. Pour la production d’instrumentum et de grands conteneurs à Crotone aux ive-iiie s., v. SABBIONE 1984. 298-300.

131 KAULONIA I. 105.

132 Une amphore conservée au Musée de Policoro (n° inv. 32384) provient d’un dépôt céramique jouxtant un atelier situé dans la partie haute d’Hèrakleia. Son argile (orange, avec de nombreuses inclusions noires et blanches) est à rapprocher de la céramique commune d’Hèrakleia.

133 SABBIONE 1981. 98-106 ; le fragment de bord vitrifié est conservé au musée de Reggio C. La majorité des fragments de mgs iii trouvés à Medma possèdent une argile identique à celle de la céramique commune et la coroplastique (pinakes, autels et appliques) de production locale. C’est également l’avis de M. Paoletti : “... una terracotta molto simile, a livello di analisi macroscopica dei componenti, a quella delle coeve produzioni locali di ceramica acroma (comm. pers.). Cette argile medméenne est assez caractéristique en raison de sa couleur rouge foncée (due à la présence d’oxyde de fer) et d’abondantes inclusions de mica cristallin [ARIAS 1977. 482].

134 BARRA BAGNASCO 1990a. 576.

135 VAN DER MERSCH 1985. 120-121, fig. 2a-b ; des précisions chronologiques dans LOMBARDO 1989. spéc. 439ss.

136 Genève, Musée d’art et d’histoire, inv. 24692. V. AELLEN, CAMBITOGLOU, CHAMAY 1986. 71-83, spéc. 79.

137 Un fragment d’amphore mgs iii similaire à celle déposée à l’intérieur a été trouvé devant l’entrée [GUZZO, LUPPINO 1980. 839, n°29 ; 853].

138 C’est le cas de différents morceaux retrouvés sur le gisement sous-marin de Torre dei Caprioli près de Velia [FRESCHI 1988]. S. Luppino m’a fait remarquer qu’un fragment de Thourioi (Parco del Cavallo) était revêtu d’une substance bitumeuse (Musée de Sibari, n° inv. PdC 16467). V. également LILYBAEUM. 290, n° SI/150/74.

139 LAMBOGLIA, PALLARES 1983 ; M. Cavalier et C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 89-91.

140 MOREL 1981. 62.

141 SIBARI IV. 467, n°81.

142 II s’agit d’une maison dont le cellier contenait plus de 30 amphores : les unes sont de forme corinthienne B [KOEHLER 1979. 39 et pl. 34, n°261-269], les autres sont des mgs iv [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 355-357, fig. lb : tipo B]. Plusieurs amphores portent un timbre et/ou une marque peinte alphabétique sur le col.

143 Un cellier de c. 10 m2 attenant à une habitation privée assez luxueuse (Casa con andron) contenait une douzaine d’amphores sur deux files. Certaines portent des timbres et/ou des marques peintes [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 343-354]. Des monnaies de l’époque de Denys l’Ancien ont été retrouvées dans cette maison, dont l’occupation s’est apparemment poursuivie jusqu’au iiie s. (céramique à vernis noir et type Gnathia).

144 Plusieurs anses timbrées dans ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 360 et fig. 5.

145 ORLANDINI 1957. 156-157.

146 DS., XXII 2,2.

147 Des monnaies de Denys l’Ancien amènent à faire courir cette première phase sur tout le ive s. [DE MIRO, FIORENTINI 1976-77]. On distinguera les mgs iv d’amphores nettement plus récentes trouvées dans le remblai de la muraille au Capo Soprano, dans la Casa con andron, dans une maison de Piano Notaro etc. [ORLANDINI 1957. 156 ; 169 ; pl. LXXIV 3]. Celles-ci appartiennent à un moment postérieur de la vie de Gela, qui se situe assez tard dans le iiie s.

148 DE MIRO 1963. 151, fig. 66b en bas ; 183, fig. 94.

149 CAVALIER 1985. 81-83.

150 Id. 52, n°37.

151 MELIGUNIS-LIPARA II. 98 : Tombe 284 ; 138 et 209 : Tombe 386.

152 SCIBONA 1981. spéc. 321, fig. 8 à gauche.

153 Notons par exemple que les mgs iv sont courantes à Velia et sur les sites environnants, mais n’ont pas été publiées jusqu’ici [P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 279, à propos du “type Tomb 23”].

154 CERDA 1987. 422, n°433.

155 MELIGUNIS-LIPARA II. 209.

156 CAVALIER 1985. 90-91.

157 C. Albore Livadie envisage pour l’épave Filicudi F une date légèrement postérieure à celle de 300, généralement acceptée sur base de la céramique à vernis noir. Les amphores de ce navire appartiendraiental tipo più tardo delle anfore greco-italiche del medio ellenismo” et “la tipologia delle anfore greco-italiche essendo quella della tomba 71 di Aleria induce ad inquadrare cronologicamente il relitto nella prima metà non molto inoltrata del III secolo a.C. Inoltre, la presenza, di coppe e di skyphoi con fondo rastremato a vernice nera matta di un tipo che troviamo nelle tombe liparote della prima metà del iii secolo a.C. sembra confermare questa datazione” [dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91], Il n’existe selon moi aucune raison valable – la chronologie de la T. 71 d’Aléria n’en étant pas une – pour situer le naufrage après les premières années du iiie s. Par ailleurs, ce n’est pas parce que ces amphores sont plus élancées que celles de la Secca di Capistello qu’elles sont plus récentes [Id. 66, fig. 49].

158 CERDA 1987. 435 :proto gréco-italiques” ; P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 279 : “It is possibly a precursor to later, Graeco-italic type amphorae”.

159 LYDING WILL 1982. 342-344.

160 CAVALIER 1985. 90.

161 La vaisselle à vernis noir de cette épave trouve des parallèles dans la nécropole de Lipari ; son origine siciliote paraît assurée [C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91].

162 ADAMESTEANU 1958a.

163 Comme l’indique la présence d’une matrice de forme rectangulaire utilisée pour décorer les bords de pithoi [Id., 331, n°4].

164 Nello stesso scarico vennero rinvenuti moltissimi frammenti di anfore [Id. 329].

165 RIZZO 1982-83. 260.

166 VAN DER MERSCH 1985. 1 15, fig. la.

167 Musée National de Tarente. V. MEGALE HELLAS. fig. 661.

168 TRENDALL 1967. 596, n°77 et pl. 231,6-7.

169 C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91.

170 P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 279.

171 JEHASSE 1973. 366-372.

172 Id. 348-356.

173 Dans deux celliers, les mgs iv étaient disposées cul par-dessus tête, une position qui aurait pu servir à favoriser le vieillissement du vin [ADAMESTEANU, ORLANDINI 1956. 355, note 2]. Les corinthiennes B retrouvées dans ces mêmes celliers sont généralement considérées elles aussi comme des amphores vinaires.

174 BLANCK 1978. 93-97 ; FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978 ; FREY, KEITH, HENTSCHEL 1979 ; M. Cavalier et C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 53-61.

175 BLANCK 1978. 98.

176 MOREL 1981. 61.

177 PAESTUM II. 115, n°168.

178 DE FRANCISCIS 1957. 376, n°26-27.

179 Je dois à C. Sabbione les informations concernant le matériel de cette tombe, conservée au Musée de Reggio C. (n° inv. ORSI 2767-2771).

180 GIARDINO 1978. 420-421.

181 DE SIENA 1979. 365.

182 COSTAMAGNA 1983. 101-109.

183 DE JULIIS 1984. 424-425.

184 DE JULIIS 1985. 561-562.

185 LAOS I. 67, n°28-29 (sondage près de l’ergasterion) ; 73, n°68 (Area Mandato-La Marca-Musicò) ; 79-80, n°95-96 (Area Campilongo A).

186 GUZZO 1978a. 475, n°68 et 82.

187 Je dois à P.-G. Guzzo et S. Luppino les informations à propos de ce matériel conservé au Musée de Sibari.

188 LATTANZI 1982. 220.

189 TULLIO 1984-85. 643, pl. CIII 3.

190 BARRA BAGNASCO 1989. 95.

191 BLANCK 1978. 94 ; E. Shepherd, dans POPULONIA. 167, n°5 : 20,426 1.

192 9,666 l ; 9,835 l ; 6,72 l ; 7,5 l [E. Shepherd, dans POPULONIA. 167].

193 J.-P. Morel, dans AMPHORES ROMAINES. 526.

194 La ferme de Montegiordano est abandonnée vers 280-70 ; la fin de la première phase de l’habitat bruttien de Castiglione di Paludi se place vers 280-270 ; Cozzo Presepe est abandonné vers 270.

195 MANACORDA 1981. 22-24 ; 1986. 582.

196 BLANCK 1978. 95.

197 LYDING WILL 1982. 342.

198 Form al is found in several examples in Greece... ; they might have developed in the Aegean area [LYDING WILL 1982. 343-344]. E. Lyding Will suggère des liens avec les amphores attiques et samiennes [Id. 341, note 4]. V. également MANACORDA 1986. 582 : “Si pensa con verosimiglianza ad una sua origine siceliota o magno-greca, anche se non si esclude l’area egea.

199 N. Purcell établit un lien direct entre l’installation de Romains dans lager Falemus et la production d’amphores gréco-italiques [PURCELL 1985. 7, note 27]. C. Albore Livadie envisage une origine du secteur Ischia/Naples pour la céramique à vernis noir et les amphores de la Secca di Capistello [ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 61].

200 LEPORE 1952. 312-313 ; mais TCHERNIA 1986. 51, note 30 : le Monte di Vico est un dépotoir d’habitat et non d’atelier.

201 N. di Sandro et G. Buchner font état d’un certain nombre de pièces inédites (issues du scarico Gossetti à Pithékussai, de la nécropole et de l’emplekton d’un mur du ive s. de Naples) qu’ils considèrent de production locale [DI SANDRO 1986. 131].

202 Un bord a été trouvé dans un dépôt du céramique de Métaponte (dépôt n°6, c. 350/25), dans lequel la majeure partie du matériel est constitué de rebuts de fours. “Fr. anfora commerciale, anse a nastro verticali, orlo echiniforme ; argilla nocciola rosata semidepurata” [METAPONTO I. 440, 384 et fig. 71].

203 S. Luppino m’a fait remarquer un bord de mgs v manifestement surcuit, trouvé lors des fouilles de la Soprintendenza archeologica per la Calabria sur cet habitat bruttien (Musée de Sibari).

204 S. Luppino m’a signalé un bord de mgs v (module réduit) manifestement surcuit (Musée de Sibari, n° inv. MTG 80-933).

205 Anse surcuite et boursouflée [MOREL 1970. 111, fig. 34]. L’abandon de ce phrourion est situé vers 270.

206 BARRA BAGNASCO 1989. 88, note 15.

207 FRACCHIA, GIRARDOT 1986. 148, spéc. n°162.

208 La céramique à vernis noir de la Secca di Capistello provient selon toute vraisemblance d’ateliers siciliens grecs ou gréco-puniques [BLANCK 1978. 97-109]. L’attribution de certains bols Morel série 2783 à l’atelier des petites estampilles ne semble pas correcte [MOREL 1980b. 1572-1573 et note 38]. Le reste de la céramique à vernis noir (dont une cinquantaine de plats à poisson Morel 1121, et 27 bols à bord retroussé 2681) ne sont pas suffisamment caractéristiques pour isoler le lieu de production (Attique ou Sicile).

209 DE JULIIS 1985. 562.

210 TRENDALL 1967. 65, n°319 et pl. 30,6.

211 Genève, n°inv. 15022. Voir TRENDALL, CAMBITOGLOU 1978. 110, pl. 37, 5-6.

212 Once London market, Sotheby (18/64c). V. TRENDALL, CAMBITOGLOU 1983. 74-75, pl. XIII 3.

213 Bologna, Museo Civico, n° inv. 604.

214 FREY, HENTSCHEL, KEITH 1978. 288-289 et fig. 12.

215 C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 88.

216 BLANCK 1978. 96.

217 VALENZA MELE 1989 ; 1991.

218 GUZZO, GRECO 1978. 450, n°5 ; BARONE et alii 1986. 107-108 et fig. 15 ; LAOS I. 67, n°27 ; 80, n°96-97.

219 De nombreux fragments ont été recueillis dans les sondages effectués par la Soprintendenza archeologica per la Calabria dans l’habitat méridional. Plusieurs fragments de mgs vi ont notamment été découverts en compagnie de fragments de Maña Cl dans le cimentage de la mosaïque de sol de la Casa del Drago [IANNELLI, RIZZI 1985. 296 ; PISAPIA 1987. 8, note 11].

220 ORSI 1914. 765-766, fig. 41, en bas ; plusieurs fragments dans TOMASELLO 1972 (par exemple 575, bas de page : “fr. di anfora acroma con parte dell’orlo spiovente” et fig. 22g/32i).

221 KAULONIA I. 105,107.

222 ORSI 1914. 740-748.

223 A. Dell’Aglio et E. Lippolis, dans AMPHORES ROMAINES. 542.

224 SIBARI II. 136, n°169.

225 LATTANZI 1982. 220. Je dois à la gentillesse de S. Luppino d’avoir pu prendre connaissance des fragments d’amphores -dont plusieurs cols de mgs viappartenant à la deuxième phase d’occupation (Musée de Sibari, notamment le n° inv. CP 22102, fouille 1981).

226 D’ANDRIA 1976. 541-542.

227 GIANNOTTA 1980. 62.

228 PELAGATTI 1984-85. 687-693.

229 Id. 688, note 22.

230 GENTILI 1969. 34, n°1 et fig. 42a.

231 CARETTONI 1959. 304, n°16i ; 308, n°13, fig. 16d.

232 LAMBOGLIA 1952. 162, fig. 20, couches III A-B et C-D.

233 BENOIT 1961. 36.

234 La recherche de solidité – et, partant, de fonctionalité – peut être envisagée comme motif. Les bords en soucoupe étaient vulnérables ; le bord en triangle incliné des mgs vi préfigure les profils fonctionnels des premières amphores républicaines.

235 Outre l’exemplaire de Piazza Armerina signalé note 230 supra, v. MESSINA, PROCELLI, PALERMO 1971. 573, fig. 51, n° inv. 61408 ; R. Guglielmino, dans ENTELLA 1987. 1534, n°1.

236 * Bords et fonds de Kaulonia (maisons-ateliers de la Piazzetta, habitat méridional, mur d’enceinte septentrional : v. par exemple KAULONIA I. 105, n°521). * Une amphorette du Musée de Reggio C. (vitrines Collezione Civiche). * Col de Nocera Terinese [VALENZA MELE 1991. 101, n°156 et 112].

237 Relitto Roghi (Panarea) [M. Cavalier, C. Albore Livadie, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 69-71] ; Cala del Diavolo (Isola di Montecristo) [A. Maggiani, dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 1. 65 et fig. 40]. Cette association se retrouve sur l’épave Grand Congloué 1 [BENOIT 1961. 36].

238 V. notamment KAULONIA I. 33 (matériel de la couche Ilb) ; VALENZA MELE 1991.

239 GIARDINO 1976. 553-555.

240 BENOIT 1957. 251-256.

241 BENOIT 1961. 36 ss. ; L. Long, dans COSA.

242 LAMBOGLIA 1955. 264-265.

243 E. Lyding Will regroupe, comme l’ont fait F. Benoit, N. Lamboglia et d’autres chercheurs, du matériel hétéroclite tant sur le plan géographique que chronologique [LYDING WILL 1982]. Pour prendre un exemple précis, sa forme A inclut des amphores du plein ive s. mais également du matériel de Cosa (donc postérieur à 273) et de l’oppidum de Pennes (deuxième moitié iiie s.). En matière d’épigraphie amphorique, ce travail met essentiellement l’accent sur les timbres latins et ne tient quasiment pas compte de ceux en grec. Des remarques portant sur la typologie se trouvent dans SOLIER 1979. 119, note 144 ; MANACORDA 1986. spéc. 581, note 2.

244 MANACORDA 1986. 586.

245 C’est le cas des productions de Laos, Hipponion et Messana dont il est question dans ce chapitre.

246 BENOIT 1957. 252.

247 LAMBOGLIA 1955. 264-265.

248 LYDING WILL 1982. 346-353 : E. Lyding Will donne comme référence pour sa forme c les amphores du Grand Congloué 1 (c. 205) ; pour sa forme d, les amphores portant la marque tr.loisio.

249 F. Benoit voyait en Syracuse un des centres de production, d’où son “type de Syracuse” [BENOIT 1961. 38-40].

250 LAMBOGLIA 1955. 264.

251 Etat de la question et bibliographie dans TCHERNIA 1986 et AMPHORES ROMAINES. spéc. 21-65 et 443-467.

252 A. Hesnard, M. Ricq, P. Arthur, M. Picon et A. Tchernia, dans AMPHORES ROMAINES. 21-65.

253 BECHTOLD, VALENTE 1990. spéc. 48-49.

254 RILEY 1981. 72 : “A Sicilian origin is generally assumed, although it may also have been produced in mainland Italy”.

255 LEPORE 1952. 312-313 ; MELE 1986. 361.

256 VALENZA MELE 1989 ; 1991.

257 V. notamment la documentation présentée dans le volume TEMESA.

258 II est conservé au dépôt de Monasterace. L’activité artisanale des maisons-ateliers composant le secteur de la Piazzetta est significative au début de l’époque hellénistique et pendant pratiquement tout le iiie s. : la production céramique et d’objets en métal est attestée par de nombreux rebuts de cuisson de céramique commune et de grands conteneurs, ainsi que des scories [ORSI 1914. 740-748].

259 BARONE et alii 1986. 108 ; 125, fig. 15.

260 SANGINETO 1989. spéc. 842. Il serait intéressant d’étendre l’analyse aux amphores Dr. 1B de production locale provenant du dépôt de Ricadi, au Capo Vaticano [LATTANZI 1988. 655].

261 LO PORTO 1966. 152.

262 D’ANDRIA 1976. 541-542.

263 J. Brehob, dans METAPONTO. Ce matériel attend sa publication définitive [ALVARES 1992].

264 Ces statères appartiennent à une importante série d’émissions figurant au D./ la tête de Déméter/Perséphone, au R./ META, un épi de blé et différents symboles liés au monde agricole [SNG ANS Lucania 486-487 ; 509 ; 517].

265 SNG ANS Lucania 575-577.

266 * Amphoriskos de la T. 1315 de Lipari (Musée de Lipari, n° inv. 10829) : carène marquée de l’épaule, panse assez fuselée, pied conique distinct. * Amphorettes de Métaponte (milieu IIIe s.) [LO PORTO 1982. 356, n°1 et fig. 74,1 etc.]. * Amphorettes des nécropoles de Tarente (exposées au Musée de Tarente). * Amphorette du style de Centuripe, de S. Maria d’Anglona (Tombe G 3/67) [RUDIGER 1969. 194, fig. 34].

267 PELAGATTI 1988. 292 ; 480-481. La publication de cette fouille a été annoncée voici plusieurs années.

268 PELAGATTI 1984-85. 692.

269 Lors du Colloque de Sienne sur les Amphores romaines, il a été suggéré à diverses reprises qu’une production de gréco-italiques avait pu avoir lieu au iiie s. dans certaines zones des Pouilles et notamment à Tarente : “Le attestazioni anforarie documentate a Taranto comprenderanno, quindi, importazione e produzione locali, ancora da identificare con certezza, anche se non sembra improbabile attribuire alla città una parte delle greco-italiche cosidette apule” (Comm. de A. Dell’Aglio et E. Lippolis ; v. également AMPHORES ROMAINES. 542-543).

270 Différents fragments timbrés ont ainsi été signalés dans des “dépôts”, sans que l’analyse du matériel ne permette de savoir exactement s’il s’agit d’un dépôt d’habitat ou d’un dépôt d’atelier (p. 146, note 242).

271 Si la production amphorique des Pouilles a fait l’objet de nombreux travaux ces dernières années, ce sont surtout les amphores produites après le milieu iie s. qui ont retenu l’attention : amphores dites de Brindes et Lamboglia 2 qui constituent alors les conteneurs pour l’huile et le vin locaux [M.-T. Cipriano, M.-B.Carre, dans AMPHORES ROMAINES. 67ss.]. Des liens typologiques existent entre les gréco-italiques adriatiques de la fin iiie/début iie s. et les Lamb. 2, à travers l’amphore de Brindisi [TCHERNIA 1986. 55-56 ; M.-T. Cipriano et M.-B. Carre, dans AMPHORES ROMAINES. 68] mais peu d’informations sont disponibles concernant les décennies précédentes. Notons que les Pouilles produisent d’autres amphores au iiie s., notamment des conteneurs proches des formes corinthiennes A et B, conteneurs qu’on considère généralement comme à l’origine d’une partie de la production locale du iie s. [DESY 1983. 176-177].

272 P. Desy a fait remarquer à propos de matériel du Salento -notamment celui de Torre San Giovannique l’argile employée pour les gréco-italiques du iiie s. diffère nettement, tant par la composition, la couleur et la cuisson, des argiles claires considérées comme apuliennes. Il suggère, sur base des analyses de pâte, une origine de Calabre méridionale, de Sicile orientale ou des îles Éoliennes pour une partie de ce matériel [DESY, DE PAEPE 1990. spéc. 213].

273 RILEY 1985. 131.

274 PEACOCK, WILLIAMS 1986. 85 et fig. 25 : un certain nombre de pièces trouvées au sud du Silaris possèdent une argile incluant des fragments de roches métamorphiques d’origine volcanique ; deux zones sont possibles, celle de l’Etna ou du Vésuve.

275 TCHERNIA 1986. 50-51 ; M. Picon et M. Ricq, dans AMPHORES ROMAINES. 35-65 : ces analyses confirment une production en Campanie, mais mettent en évidence un groupe relativement important pour lequel une provenance de Sicile et/ou Grande Grèce n’est pas exclue (spéc. 63 et note 86).

276 TCHERNIA 1986. 42ss.

277 Il provient d’Hèrakleia M., une cité que l’on peut justement qualifier de gréco-punique à l’époque qui nous occupe [DE MIRO 1958. 285, n°42].

278 Pour le lien modules réduits-rationalisation de la production, précisément dans le cadre des gréco-italiques, v. MANACORDA 1986. 586.

279 GRAS 1987. 44ss. A l’époque archaïque déjà, des ateliers de Grande Grèce et Sicile imitent des formes amphoriques originaires de Grèce continentale mais devenues populaires dans une bonne partie du monde grec d’alors. V. par exemple l’adoption de la forme SOS par des ateliers du golfe de Tarente [JOHNSTON, JONES 1978. 127, note 24] et d’Ischia [GRAS 1987. 43].

280 On retrouve par exemple la lèvre-champignon dans les productions de Clazomènes [DOGER 1986. 469-471], Samos, Paros, Chypre ainsi que du Pont-Euxin [EMPEREUR, PICON 1986. 504-505].

281 Le mushroom-lip se retrouve au ive s. dans les amphores samiennes et attiques [GRACE 1971. 78]. Les points communs avec les productions d’Italie du Sud sont évoqués dans LYDING WILL 1982. 341.

282 Les productions massaliètes présentent, entre c. 450 et 350/300, un bord de profil en quart de cercle [PY 1978a].

283 GRAS 1987. 44-46.

284 EMPEREUR, HESNARD 1987. 10.

285 V. par exemple VALENZA MELE 1991. 48-93.

286 LAMBOGLIA 1952 ; 1955.

287 Atelier de Nocera Terinese : VALENZA MELE 1991. 100-103.

288 V. par exemple H. Frost, dans LILYBAEUM. 158.

289 Amphores sur le monnayage de Kamarina au ve s. : SNG ANS Bruttium-Sicily I 1204-1205, 1207 ; sur le monnayage de Rhégion au iiie s. : SNG Milnchen 1617, 1649-1650.

290 Pour la localisation d’officines céramiques au iiie s. à Rhégion, v. LAZZARINI 1989.

291 V. par exemple : P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 281 (Type P6012) ; WILSON 1990. 23 (amphores de Naxos) ; LOCRI EPIZEFIRI IV. 218-219 (amphores magno-grecques à bord en amande).

292 Aucune inscription sur amphore d’Italie du Sud, qu’elle soit graffite ou peinte, n’est suffisamment explicite pour qu’on puisse y voir une notation de contenu.

Table des illustrations

Légende AMPHORE DE SIBARI (THOURIOI), SECTEUR PARCO DEL CAVALLO [D’APRES SIBARI II. FIG. 586, N° INV. 16467]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende A . AMPHORE DE L’EPAVE DE PORTICELLO (RC) [D’APRES EISEMAN 1973. FIG. 8, N° INV. F.N. 96]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende B.AMPHORE DE LOKROI [D’APRES BARRA BAGNASCO 1993. PL. II, B]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende A. AMPHORE D’UNE TOMBE DE CARIATI (CS) [D’APRES GUZZO, LUPPINO 1980. 902, FIG. I. N° INV. 13645]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende B. AMPHORE DE LOKROI [D’APRES BARRA BAGNASCO 1993. PL. V,F]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende A. AMPHORE D’AGRIGENTE, ZONE AU SUD DU TEMPLE DE ZEUS [D’APRES DE MIRO 1963. PL. IV]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende B. AMPHORE DE L’EPAVE FILICUDI F [D’APRES ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 91, FIG. 95]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende A. AMPHORE DE L’EPAVE SECCA DI CAPISTELLO A LIPARI [D’APRES BLANCK 1978. 94, FIG.3]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende B. AMPHORE DE L’ÉPAVE ROGHI A PANAREA [D’APRES ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 70. FIG. 57A, N° INV. 14664]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre TIMBRES DE L’ÉPAVE SECCA DI CAPISTELLO, LIPARI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende A. AMPHORE DE KAMARINA, DEPOT DE LA STOA OVEST [D’APRES PELAGATTI 1984-85. FIG. 4 ET PL. CXLVII 1, N° INV. 8631]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende B. COL D’AMPHORE DE TARENTE, VIA CAVOUR [D’APRES D. MANACORDA, DANS AMPHORES ROMAINES. 444, FIG. 1]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Note246Note247Note248
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre LIEUX DE PRODUCTION
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre LIENS ENTRE AMPHORES DE TRANSPORT ET CÉRAMIQUE À FIGURES ROUGES
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/979/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540