Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile

 | 
Christian Vandermersch

II. Le vin

Texte intégral

1Les pages qui suivent évoquent les principaux documents concernant la production de vin dans la Grande Grèce et la Sicile des ive-iiie s. Cette production n’est pas envisagée prioritairement sous un angle ampélographique, ni de technique viticole. L’objectif est essentiellement de mettre en évidence la plate-forme viticole qui correspond aux conteneurs de transport.

2Les vignobles de l’Italie du Sud grecque se sont constitués durant une période remarquablement longue : le développement de différents cépages – comme l’Aminaios et le Byblinos qui sont évoqués ci-dessous – s’étale sur près d’un demi-millénaire ; la mise au point de techniques viticoles, d’un savoir-faire spécifique en matière de vinification est relativement lente et se cristallise au fil de générations. Ces considérations amènent à rappeler en quelques mots la situation antérieure au ive s.

  • 1 V. notamment SERENI 1965. 122 ss. ; GRAS 1985. 266-272.
  • 2 IX 110 ; 357-358.
  • 3 SERENI 1965. 75-76 ; 125-126.
  • 4 V. notamment Antiochos (FGrHist III 555). L’appellation dérive de οἴνωτρον, tuteur de vigne (Hesych (...)
  • 5 BRIQUEL 1984. 614-615.
  • 6 LEPORE, MELE 1983. spéc. 856.

3Les données paléobotaniques indiquent que la vigne est cultivée en Italie du Sud dès le IIe millénaire, mais on ne sait pratiquement rien d’une production de vin à cette époque1. L’Odyssée est le premier texte à faire mention du vin de ce secteur : les vignes des Cyclopes, implantées sur des terres labourables, donnent le vin des lourdes grappes2. Il doit s’agir de vignes encore sauvages, produisant un vin inférieur à celui d’Ismaros qui provient, lui, de vignes taillées3. On peut imaginer que le texte homérique reflète la production de vin existante en des endroits du littoral tyrrhénien qui s’y prêtaient particulièrement, des endroits qui apparaissent étroitement liés à l’epos odysséen (golfe de Naples, îles Eoliennes, Sicile nord-orientale). Une partie de la Lucanie et du Bruttium va s’appeller alors textuellement Pays du vin ou Pays des tuteurs de vigne, Οἰνωτρία4 ; ce nom désignera par la suite de manière plus restrictive la partie méridionale du Bruttium, en deçà de l’isthme de Catanzaro. Ces quelques remarques suffisent à montrer qu’un lien ancien existe dans la tradition grecque en général entre cette zone d’Italie méridionale et la production de vin5, un lien qu’on retrouve notamment dans différentes cités protagonistes des nostoi, comme Lagaria et Temesa6.

  • 7 HN XIV 25.
  • 8 Aristote (dans Serv., ad. Virg., Georg., II 97) signale que des Thessaliens auraient transplanté l’ (...)
  • 9 Timée, dans Athén., Deipn., XII 519d.
  • 10 Des statères d’argent à légende ΣΕΡ/ΣΕΡA figurent au D./Dionysos tenant un canthare, une branche de (...)
  • 11 Le lien exact de cette communauté avec celle des Aminei, que des documents récents situent dans le (...)
  • 12 Des statères archaïques de Naxos figurent une combinaison thématique proche de celle des monnaies à (...)

4L’installation des premières cités grecques constitue indéniablement un tournant dans la pratique de la viticulture en Italie du Sud. Des cépages fameux sont implantés dès les premiers moments de la colonisation historique : la vigne Aminaios, que Pline7 considérera comme la plus célèbre des vignes indigènes propres à l’Italie”, provient selon toute vraisemblance de Thessalie8, la Byblinos d’Egée orientale (v. infra). Des vignobles de qualité se développent progressivement sur le littoral ionien de la Grande Grèce, notamment dans l’arrière-pays de Sybaris9. Le monnayage archaïque des ΣΕΡΔ(AIOI)10, une communauté qu’il est possible de situer, comme celle des AMI(NAIOI)11, dans le triangle Sybaris-Laos-Poseidonia, fait clairement allusion à une production de vin. En Sicile, c’est sur la côte orientale, plus précisément dans le secteur de l’Etna, que se situent les principaux vignobles archaïques, dont celui de Naxos12.

L’EPOQUE ARCHAÏQUE

L’EPOQUE ARCHAÏQUE
  • 13 Soph., Ant., 1117-1118.

5Je ne m’étendrai pas sur cette période archaïque : dès le vie s., les vignobles de Sybaris et Naxos supportent la comparaison avec ceux de Grèce propre. L’acclimatation des cépages de Méditerranée orientale semble avoir été rapide, s’être faite sur une certaine échelle, et a de toute évidence attiré l’attention des auteurs. Au ve s., l’Ιταλία ex, c’est-à-dire la zone au sud de la ligne Laos-Métaponte, est considérée en Grèce comme une zone viticole de premier plan13. La production viticole des ive-iiie s. s’inscrit donc dans une tradition vieille de plusieurs siècles : elle s’appuie sur des cépages de qualité, des vignobles structurés et des techniques de vinification éprouvées.

6De quels documents dispose-t-on afin de mettre spécifiquement en lumière la production des deux siècles précédent la conquête romaine ? Les auteurs anciens constituent la source essentielle, souvent même exclusive, des ouvrages modernes lorsque ceux-ci évoquent la viticulture de l’Italie du Sud grecque. Cela dit, il est intéressant de faire appel à d’autres sources : l’archéologie rurale, les analyses paléobotaniques, les ex-voto... Celles-ci éclairent en effet la viticulture au quotidien et notamment son insertion dans le monde des cultures en général. Les pages qui suivent passent en revue dans un premier temps l’apport brut de ces différentes sources. Dans un deuxième temps, ces sources sont confrontées de manière à esquisser une synthèse pour chaque région.

AUTEURS ANCIENS

  • 14 Th., CP VI 3,5.
  • 15 Varr., RR I 1,8.
  • 16 FGrHist III 570,4.
  • 17 Varr., RR I 1,8.
  • 18 Athén., Deipn., VIII 337b.
  • 19 Gorgias 518b.
  • 20 Athén., Deipn., XII 516c ; XIV 661e. V. LOICQ-BERGER 1967. 223, note 5.
  • 21 Cléarque, dans Athén., Deipn., I 4a-c.
  • 22 Athén., Deipn., I 4d. Kleanthès est du ive s. ou antérieur.

7Aucun ouvrage proprement consacré à l’agriculture de l’Italie du Sud grecque ne nous est parvenu. Il ne faut par ailleurs pas espérer trouver d’informations spécifiques chez des auteurs dont les travaux portent avant tout sur la Grèce et le bassin égéen, Théophraste par exemple. D’auteurs comme Ménestor de Sybaris14, Archytas de Tarente (première moitié du ive s.)15, Lykos de Rhégion (c. 360/50-290/80)16 ou Hiéron de Sicile17 – dont on sait qu’ils ont abordé des questions liées à l’agriculture, voire rédigé des ouvrages sur ce sujet -, il ne reste que les noms, tout au plus des éléments de biographie. Il en va de même pour les auteurs (essentiellement des Siciliens) qui composent l’importante école des Deipnologues d’Italie du Sud, dans lesquels on pouvait espérer trouver des informations sur les vins proprement dits : Terpsion, ὃν καὶ πρῶτον Γαστρολογίαν γράψαντα18, et Archestratos de Gela, son élève, dont un fragment portant sur le vin a heureusement été conservé dans les Deipnosophistes (v. infra) ; Mithaikos, qu’évoque Platon19 ; deux personnages portant le nom d’Hèrakleidas de Syracuse20 ; Charmos de Syracuse (iiie s.)21 ; d’autres personnages encore, moins bien situés chronologiquement, comme Kleanthès de Tarente et Pamphilos le Sicilien22.

8En fait, les principales informations sur la viticulture des ive-iiie s. proviennent d’historiens et poètes bucoliques grecs, ainsi que d’auteurs latins. On distingue trois groupes dans ces auteurs : [1] Les auteurs antérieurs à la seconde guerre punique, c’est-à-dire les sources directes. [2] Les auteurs grecs dont on ne connaît pas l’identité, mais qui renvoient forcément à une Italie du Sud encore grecque. [3] Les auteurs postérieurs à la seconde guerre punique. Le tableau de la p. 51 résume l’apport de ces sources textuelles.

1. Les auteurs antérieurs à la deuxième guerre punique

  • 23 L’acmé de Théocrite se situe dans la seconde décennie du IIIe s. [LEGRAND 1972. v ss.].

9Les informations de première main sont fournies d’une part par des historiens, d’autre part par les premiers Bucoliques et quelques poètes. En ce qui concerne les historiens, il s’agit principalement d’Hippys de Rhégion (ve s. ?), Antiochos de Syracuse (deuxième moitié du ve s.), Polykleitos (c. 370-40 ?) et Timée de Tauromenion (c. 357/40-261/44). Pour les Bucoliques, citons Théocrite de Syracuse, qui connaît particulièrement bien l’atmosphère des campagnes siciliennes et du Bruttium de la fin ive-début iiie s.23, ainsi que Léonidas de Tarente (première moitié du iiie s.). Ces auteurs fournissent des informations qui sont intéressantes, mais moins nombreuses et surtout moins complètes que celles dont on dispose pour bien des zones de Grèce propre.

10Un auteur latin, Caton (234-149), peut être également considéré comme source directe, même s’il rédige son De agricultura après la seconde guerre punique. Les vins et cépages qu’il cite se sont en effet développés bien avant le moment où il en prend connaissance, c’est-à-dire dans les dernières années du iiie s. Quelques auteurs des ive-iiie s. (Théopompe, Aristote) font allusion à la consommation de vin en milieu italiote et siciliote : ils ne sont pas repris dans ce chapitre, car ils n’apportent pas d’information directe quant à la production locale [v. chap. v ].

  • 24 Dans Athén., Deipn., I 31b (Trad. A. Desrousseaux, Budé). V. également Ael., VH XII 31.
  • 25 FGrHist III 554.
  • 26 Pour la chronologie, v. VAN COMPERNOLLE 1966. spéc. 80-87.
  • 27 Trav., 589.
  • 28 SALVIAT 1986. 188-189.

11 Hippys de Rhégion mentionne le vin syracusain appelé Pollios : τὴν εἰλεὸν καλουμεην ἄμπελον βιβλίαν...καλεῖσθται, ἣν Πόλλιν τὸν Ἀργεῖον, ὂβασίλευσε Συρακουσίων πρῶτον εἰς Συρακούσας κομίσαι ἐξ Ἰταλίας. Εἴη ἄν οὖν ὁ παρὰ Σικελιώταις γλυκὺς καλούμενος Πόλλιος οἶνος, la vigne dite eiléos était appelée biblia et Pollis d’Argos, celui qui régna sur les Syracusains, l’avait le premier apportée d’Italie à Syracuse. Ce serait donc le vin doux nommé par les Siciliens Pollios qui serait le vin Biblin24. Le témoignage de cet historien italiote du ve s. est d’autant plus utile qu’il s’est intéressé aux premiers moments de colonisation et a écrit un ouvrage sur La fondation de l’Italie25. La région de Syracuse produit donc dès l’époque archaïque un vin appelé Πόλλιος, dérivé d’un plant Βιβλία cultivé auparavant en Grande Grèce26. Ce Byblinos est un cépage très ancien provenant de Méditerranée orientale. Hésiode27 mentionne le βίβλινος οἶνος, qu’il considère comme ἄριστος, excellent et αἶθοψ, flamboyant. Une des principales zones de son développement à l’époque archaïque est la Thrace28.

  • 29 Dans DS., XIII 83,3.
  • 30 Dans DS., XIII 83,2.

12 Polykleitos de Larissa, un historien du ive s. auteur d’ ‘Ιστορίαι, rapporte qu’il a vu de ses propres yeux, à l’intérieur même de la cité d’Agrigente, un énorme complexe de vinification et de celliers, attenant à la maison d’un riche citoyen, Tellias29. Ce personnage est signalé dans le xve livre de Timée, dans un contexte se rapportant à la fin du ve s.30.

  • 31 Dans Athén., Deipn., I 29 b-c.
  • 32 V. les remarques dans GRAS 1985. 262-263

13 Archestratos de Gela, poète et gastronome sicilien du ive s. contemporain d’Aristote, est l’auteur de l"Ηδυπαθεια. Il parle du Byblinos31, qu’il tient pour un tout grand vin, qui garde sa noblesse en vieillissant et le considère ἀπὸ Φοινίκης, Φοινίκης οἶνος32.

  • 33 109ss.
  • 34 45ss.
  • 35 15ss.
  • 36 Ceci correspond assez bien à ce qu’on sait du Byblinos de Méditerranée orientale qui est, de fait, (...)
  • 37 Dans les Thalysies, une Idylle censée se passer à Cos mais contenant différentes allusions à la Sic (...)

14 Théocrite fait quelques allusions à la culture de la vigne et au vin. Chevrier et berger, sa ve Idylle, est située dans les campagnes de Thourioi et évoque des vignes protégées par des murets33. Sa xie Idylle, composée au début iiie s., situe l’antre du Cyclope dans le voisinage de l’Etna et le fait abonder de laurier, cyprès, lierre noir, eau fraîche et vigne aux doux raisins (ἄμπελος ἁ γλυκύκαρπος)34. Le caractère bucolique du passage ne diminue en rien l’intérêt de l’information : l’auteur connaît de première main les cultures de ce secteur. Dans sa xive Idylle, il est question du Byblinos35, un vin de qualité36 qu’on laisse facilement quelques années en amphores (εὐώδη τετόρων ἐτέων σχεδὸν ώς ἀπὸ λανῶ, presqu’aussi parfumé après quatre années qu’à peine sorti du pressoir) et qu’on boit ἄκρατος, non coupé37.

  • 38 Anth., VI 44.
  • 39 Anth., VII 731.
  • 40 Anth., VI 300 (εὐοίνου σταϕυλῆς ἀποσπάς, grappe d’un raisin qui produit beaucoup de vin ou du bon v (...)

15♦ Différentes épigrammes de Léonidas évoquent la pratique de la viticulture à Tarente dans la première moitié du iiie s. L’une d’elles38 illustre une scène des Pithoigia : Γλευκοπόταις Σατύροισι καὶ ἀμπελοϕύτορι Βάκχῳ/ ‘Hρῶναξ πρώτης δράγματα ϕυταλιῆς,/ τρισσῶν οἰνοπέδων τρισσοὺς ἱερώσατο τούσδε,/ ἐμπλήσας οἶνου πρωτοχύτοιο, καδους, C’est aux Satyres buveurs de vin doux et à Bacchus, planteur de la vigne, qu’Héronax a consacré ces trois amphores de vin fraîchement tiré, remplies à partir de trois vignobles, les prémices d’un nouveau verger. Dans d’autres épigrammes, Léonidas fait allusion à la pratique d’échalasser les vignes39 ou encore à la richesse en grappes des vignes40. L’intérêt de cet auteur réside dans le réalisme de sa poésie – ses épigrammes sont une succession d’instantanés de vie quotidienne -, ainsi que dans son attention pour le monde des petits cultivateurs.

  • 41 VI 1,14.
  • 42 BICKNELL 1967. 131, note 4.
  • 43 V. en dernier lieu LA GENIERE 1991. 66.
  • 44 Amendolara ? [J. de la Genière, dans BTCGI s. v. Lagaria].
  • 45 Dans Athén., Deipn., X 437b.

16♦ On trouve également des informations chez Timée, l’historien de Tauromenion. D’abord dans un passage de Strabon41 : Μετὰ δὲ Θουρίους Λαγαρία ϕρούριον, Ἐπειοῦ καὶ Φωκέων κτίσμα, ὅθεν καὶ ό Λαγαριτανὸς οἶνος, γλυκὺς καὶ άπαλὸς καὶ παρά τοῖς ἰατροῖς σϕόδρα εύδοκιμῶν καὶ ό Θουρῖνος δε τῶν ἐν ὀνόματι οἴνων ἐστι, Après Thourioi se trouve la place forte de Lagaria, fondation d’Epeios et des Phocidiens, d’où vient le Lagaritanos, vin doux, délicat et fortement recommandé par les médecins ; le Thourinos compte d’ailleurs aussi parmi les vins renommés. Les remarques à propos de Lagaria dans Lycophron et Ps. Aristote viennent de Timée42 et la plupart des commentateurs estiment que c’est lui que Strabon utilise ici43. Ce passage est intéressant pour deux raisons. D’abord, la chronologie de l’appellation Thourinos : Thourioi a été fondée en 444/3, et l’œuvre de Timée se termine dans le second quart du iiie s. D’autre part, la qualité du vin de Lagaria est soulignée, tout comme son excellente réputation ; la précision παρα τοῖς ἰατρῖς σϕόδρα εὐδοκιμῶν permet d’imaginer que le Lagaritanos devait être apprécié des physiologues. Lagaria se trouve entre Thourioi et Hèrakleia : le site n’est pas formellement identifié sur le terrain44, mais on en sait suffisamment pour considérer le Lagaritanos comme un vin de qualité, produit d’un vignoble de collines des environs du Capo Spulico. Un autre passage de Timée45 fournit une information sur la viticulture syracusaine du ive s. : l’annuelle Fête des Chous (ἡ τῶν Χοῶν ἑορτή) constituait un véritable événement, qui donnait lieu, à l’époque de Denys le Jeune, à un concours doté de prix aussi importants qu’une couronne d’or.

  • 46 De agr., 6, 4.
  • 47 Elle pourrait de fait être très ancienne, si on accepte l’étymologie Μοργάντιον < μόργιον, nom d’un (...)
  • 48 Différents entrepôts et structures liées à l’exploitation agricole sont en activité à ce moment [BE (...)
  • 49 V. notamment T.-L., XXVI 21.
  • 50 VI 2,4.
  • 51 DS., XIV 59,2 ; XVI 7,1.
  • 52 Εὐγένεια, de εὐγενής, de bonne naissance, sera rendu en latin par eugenea, eugenia [ANDRÉ 1954. 363 (...)
  • 53 Caton a été tribun militaire en Sicile en 214 (Nep., Cato XXIV 1,2). Il y apprit le grec et il est (...)
  • 54 P. G. Guzzo m’a fait remarquer qu’un lien n’est pas à exclure avec la deductio d’une colonie latine (...)

17♦ Les informations de Caton sont concises mais essentielles pour la connaissance du vignoble méridional. Elles ont été rassemblées dans les dernières années du iiie s. et reflètent une situation établie avant la seconde guerre punique. Parmi les six cépages qui tiennent une place particulière dans le De agricultura (c. 180), deux sont siciliotes (Murgentinum ; Eugeneum) et deux autres magno-grecs (Aminnium, var. minusculum, geminum, mains ; Lucanum)46. Caton est le premier à faire mention du Murgentinum, cépage originaire de Morgantina en Sicile : l’appellation est bien établie au iiie s., mais vraisemblablement beaucoup plus ancienne47. Aux ive-iiie s., la prospérité de Morgantina, essentiellement d’origine agricole, est notoire48. La cité se rebelle contre Rome lors de la seconde guerre punique et est durement punie49 ; la vie n’en continue par moins, mais à l’époque de Strabon50, cela fait déjà un certain temps qu’il ne s’agit plus d’une ville à part entière. Le Murgentinum fut acclimaté en Italie centrale au moins dès le iiie s. et, par la suite, différents auteurs romains en parlent en bien [v. point 3 infra]. L’Eugeneum est un plant caractéristique de la région de Tauromenion, cité fondée une première fois en 396, puis, définitivement, en 358, lors d’un épisode qui voit l’arrivée des Naxiens rescapés de la destruction de leur cité en 40351. Le vignoble de Tauromenion apparaît, à bien des égards, lié à celui de Naxos. L’étymologie de ce plant reflète sa réputation52. La connaissance qu’a Caton de ces deux cépages siciliens est vraisemblablement à mettre en relation avec la création de la provincia Sicilia53. Le Lucanum est présenté comme un cépage, mais il est difficile de savoir s’il provient de terroirs italiotes, de zones gréco-italiques (Poseidonia, Pyxous), ou de l’intérieur. Il est adapté aux terres grasses (crassus) et exposées aux brouillards (nebulior), ce qui évoque plutôt la Lucanie des collines que celle du littoral (par exemple les Thurinis collibus dont parle Pline : v. point 2 infra). La connaissance qu’a Caton de ce cépage méridional pourrait être liée, entre autres, à l’installation d’une colonie latine à Poseidonia en 27354. Le point important dans le cadre de ce travail est l’existence d’une viticulture de qualité dans la Lucanie du iiie s. En ce qui concerne l’Aminnium, la mention de trois variétés de plants ne fait que confirmer ce qu’indiquent d’autres sources, à savoir que l’Aminaios introduit dès l’époque archaïque est devenu un des principaux cépages de Grande Grèce et s’est ramifié de manière complexe, notamment en Campanie. Il est à noter que Caton conseille pour ce cépage des terrains réputés pour la vigne (locus vino optimus) et exposés au soleil (ostentus soli).

2. Les auteurs grecs non identifiés

  • 55 S. v. Ἴνυκος.
  • 56 M. Massa, dans BTCGI s. v. Inico.

18♦ Hésychius mentionne l’Inykos, d’Inykos de Sicile, petite cité produisant du bon vin (ou beaucoup de vin) : Ἰνυκῖνος οἶνος ἀπὸ Ἰνύκου τῆς Σικελίας. ἔστι δε πολίχνιον εὔοι(ν)ον. Stéphane de Byzance55 signale également ce vin, qui est et ἡδύς et καλλιστος est une cité sicane à l’origine, située sur la côte méridionale de la Sicile dans les environs d’Agrigente. Elle n’a pas été formellement identifiée sur le terrain56. Hérodote et Platon parlent d’Inykos, qui n’a plus grande importance à l’époque romaine : la production de vin concerne certainement l’époque grecque. On possède également dans Hésychius un écho de l’Eὐγένιος produit à Naxos/Tauromenion : εὐγένιος εὐγενής. και εἶδος ἀμπέλου.

  • 57 XI 25,5 : Les Agrigentins firent en sorte que la totalité du territoire, qui était fertile, soit pl (...)
  • 58 XIII 81,4-5.
  • 59 XIV 90,7.
  • 60 XIV 100,2.
  • 61 XIV 63,3.
  • 62 IV 84, 1-2.

19♦ Diodore signale l’extension des vergers d’Agrigente à la fin du ve s. (τὴν δὲ χώραν ἅπασαν ἀγαθὴν οὖσαν ἀμπελόϕυτον ἐποίησαν καὶ δένδρεσι παντοίοις πεπυκνωμένην57) et souligne l’étendue, ainsi que la beauté des vignobles (ἀμπελῶνες τοῖς μεγέθεσι καὶ τῷ κάλλει διαϕέροντες58). Dans deux passages concernant le début du ive s., il évoque les vergers entourant Rhégion : en 393, Denys parcourt les campagnes, brûlant et coupant les vergers, ἐπῆλθε τὴν χῶραν ἐμπυρίζων καὶ δενδροτομῶν59 ; lors d’un autre épisode, il coupe et brûle les plantations, τέμνων καὶ πυρπολῶν τὴν τῶν Ῥηγίνων χώραν60. Parlant de Syracuse, Diodore61 rapporte qu’Himilcon, fortifiant le front de mer lors d’un épisode se passant en 396, fait entasser dans les forteresses τόν οἶνον καὶ τὸν σῖτον en prévision d’un siège. Il s’agit en toute logique de produits récoltés ou prélevés dans le territoire syracusain, et par conséquent d’un élément supplémentaire à verser au dossier du vin de Syracuse. A noter également, sa description62 des monts de Sicile orientale (Ἡραῖα ὄρη), dans laquelle il est question de grandes quantités d’arbres fruitiers, dont des vignes (ἀμπέλου τε πολλῆς ϕυομένης).

20On trouve dans deux passages de Pline la trace d’auteurs grecs non identifiés.

    • 63 HN XIV 39 (Trad. J. André, Budé).
    • 64 GA 770b 19-24.
    • 65 HP II 3,2 ; CP V 3,1-2.
    • 66 PCZ I 59033, 13-14. Ce document est daté de 257.
    • 67 ANDRÉ 1952. 140.
    • 68 J. André suggère, pour le Bukoniates, un lien avec κῶνος, pomme de pin, résine, et pour Tharrupia, (...)
    • 69 Le but d’une surmaturation est de laisser le raisin se déshydrater, concentrer le sucre et commence (...)

    Capnios et buconiates et tharrupia in Thurinis collibus non ante demetuntur quam gelaverit, La capnios, la buconiatès et la tharrupia, sur les collines de Thurii, ne se vendangent pas avant les gelées63. L’étymologie des cépages indique une source grecque, peut-être un ampélographe. Le terme Capnios se réfère à la κάπνεος (ou κάπνεος) ἄμπελος, un plant de qualité bien connu aux iv-iiie s. dans le bassin oriental, mentionné par Aristote64, Théophraste65 et les Archives de Zénon66 II se caractérise par un mélange de raisin blanc et noir sur une même grappe67. Les deux autres cépages sont par ailleurs inconnus68. Les informations transmises par Pline complètent celles de Timée : le vignoble de Sybaris/Thourioi, documenté dès l’époque archaïque, couvre une superficie significative des plaines et des collines aux alentours des fleuves Crati et Coscile ; il est articulé autour de différents cépages et on y vendange tard69.

    • 70 HN XIV 80 (Trad. J. André, Budé).
    • 71 Le vin doux ψίθιος οἶνος est évoqué par Euboulos, dans Athén., Deipn., I 28f. Pour la vigne ψίθιος, (...)
    • 72 On rapprochera l’expression vero mulsi de l’οἶνον μελινδέα/μελίϕρονα homérique (Il., XII 320 ; Od.,(...)

    Dans sa présentation des vins doux à tendance liquoreuse, Pline signale des vins grecs passerillés, dont un vin sicilien, provenant d’Haluntium : Psithium et melampsithium passi genera sunt suo sapore, non vini, Scybelites vero mulsi, in Galatia nascens, et Haluntium in Sicilia, Le psithium et le mélampsithium sont des sortes de vins de raisins passerillés, ayant leur goût propre, qui n’est pas celui du vin, tandis que le Scybélitès de Galatie a celui du vin miellé, ainsi que l’Haluntium de Sicile70. Il s’agit là de la seule mention explicite d’un vin produit sur le littoral septentrional de la Sicile. L’étymologie des noms de vins (en fait des noms de raisins en ce qui concerne les psithium et mélampsithium71) semble indiquer une source grecque. L’existence d’un vin doux évoquant un vin miellé72 ne surprend guère, car différents vins de Sicile orientale, comme le Pollios, sont ἡδύς.

  • 73 VI 2,3.
  • 74 CIL VIII 22640.60.
  • 75 V 6,11.

21♦ Strabon73, parlant du passage de Μεσσήνη aux mains des Mamertins, évoque le vin de cette région :... εὐοίνου τε σϕόδρα τῆς χώρας οὔσης οὐ Μεσσήνιον καλοῦσι τὸν οἶνον, ἀλλα Μαμερτῖνον, τοῖς ἀρίστοις ἐνἁμιλλον ὄντα τῶν Ἰταλικῶν,... et le vin de cette région, qui en produit de l’excellent, est appelé non pas Messénien mais Mamertin et peut rivaliser avec les meilleurs vins d’Italie. Les commentateurs ne se prononcent pas quant à sa source pour ce passage ; il est possible qu’il s’agisse de Timée, qui n’a pas dû manquer d’être frappé par l’arrivée des Mamertins dans ce secteur de Sicile. Doit-on imaginer que Messana commence à produire du vin après être passée aux mains d’un contingent osque vers 283 ? En fait, l’existence d’une production viticole dans la Messana grecque semble d’autant plus vraisemblable que la source de Strabon insiste sur le fait que cette région produit, en règle générale, de l’excellent vin. En revanche, il est clair que, passé 283 c., cette production viticole se déroule dans une atmosphère gréco-italique. A l’époque romaine, le Mamertin est connu par des inscriptions amphoriques74 et cité par les auteurs [v. point 3 infra]. Dioscoride75 signale qu’il est connu dans le bassin oriental sous le nom de Sicilien.

3. Les auteurs postérieurs à la seconde guerre punique

22Varron, Horace, Columelle et Pline connaissent les campagnes du Sud sous un jour bien différent de ce qu’elles sont aux ive-iiie s. Les changements ont été profonds depuis l’époque de Caton, notamment en raison de la création de latifundia. Cela dit, il ne faut pas écarter d’office ces auteurs.

  • 76 Les mesures imposées par Rome aux campagnes du Sud (concentration des terres, création d’agri publi (...)
  • 77 Caton par exemple connaît différents ouvrages techniques grecs (du Ps.-Démocrite, Théophraste, Xéno (...)
  • 78 Comme le fait remarquer J. André dans son introduction au livre XIV de Pline : “Sa contribution per (...)
  • 79 Pline, HN XIV 20 ; Col., RR XI 3,2 (v. également I 1,7). Le Ps.-Démocrite est apparemment déjà conn (...)
  • 80 Pline (HN I 12-13) le mentionne parmi les sources qu’il a consultées pour le De Arboribus et le De (...)

23La viticulture est, on le sait, une activité ancrée profondément dans un terroir : il faut beaucoup pour qu’elle soit abandonnée et une analyse régressive se révèle généralement instructive76. Une deuxième raison de s’intéresser à ces auteurs est qu’il n’est pas toujours possible d’établir s’ils connaissent directement les vins d’Italie méridionale dont ils parlent ou s’ils répercutent des informations d’auteurs grecs77. Ces auteurs puisent en effet une partie de leurs connaissances théoriques chez les agronomes et ampélographes grecs ou latins antérieurs78, même s’il est souvent difficile de savoir de qui il s’agit. Pline et Columelle ont notamment utilisé le Περ γεωργίης Γεωμετρικν du Ps.-Démocrite79, qui se targuait de connaître tous les cépages grecs, ainsi que des ouvrages de Lykos de Rhégion consacrés spécifiquement à l’arboriculture80. Certains indices, comme les données historiques (on le verra ci-dessous dans le cas du Βυξεντῖνος), permettent raisonnablement d’envisager l’utilisation d’une source plus ancienne.

  • 81 RR I 25.

24Précisons que seuls les auteurs apportant des informations susceptibles d’éclairer notre connaissance du vignoble méridional de l’époque grecque sont évoqués ci-dessous. Il n’y a par exemple pas d’intérêt à évoquer Varron (116-27), dans la mesure où sa mention des différentes variétés d’Aminneum, du Murgentinum et du Lucanum81 est empruntée à Caton.

  • 82 Deipn., XI 479f.
  • 83 Le passage d’Athénée est une explication du mot κρατάνιον : le contexte est celui de vaisselle dest (...)
  • 84 Strab., VI 1,15.

25♦ Polémon le Périégète (actif au début du iie s.) est probablement l’auteur de l’ouvrage Sur la Grèce, que mentionne Athénée82 à propos du thesauros des Métapontins à Olympie : ναὸς Μεταποντίνων, ἐν ᾦ ϕιάλαι ἀργυραῖ ρλβ’, οὶνοχόαι ἀργυραῖ β’, ἀποθυστάνιον ἀργυροῦν, ϕιάλαι γ' ἐπίχρυσι, Le temple des Métapontins, dans lequel se trouvent 132 phiales en argent, deux oenochoès en argent, un récipient sacrificiel en argent, trois phiales dorées. Il est raisonnable de penser que l’offrande de deux oenochoès en métal consacre la production viticole de la cité83 et répond à celle, faite à Delphes, d’une moisson figurée en or (θέρος χρυσοῦν)84.

  • 85 Dans Strab., VI 2,3.

26♦ Posidonios d’Apamée (c. 135-51)85 souligne la qualité des encépagements des alentours de l’Etna, et notamment de Katanè, qu’il qualifie de εὐάμπελος, aux belles vignes et χρηστόκαρπος, produisant de bons fruits.

  • 86 Od., II 6,18-20.

27♦ Horace évoque dans ses Odes (c. 31-23) la qualité des vignobles de l’Aulon, un endroit qui correspond au cœur de la Tarente grecque (amicus Aulon fertili Baccho minimum Falemis invidet uvis)86.

  • 87 V 6,7-8.

28♦ Dioscoride87 mentionne le Mamertin, un vin issu de Sicile : ὁ Μαμερτῖνος γεννωμένος δὲ ἐν Σικελίᾳ.

29♦ Pline évoque la viticulture méridionale dans plusieurs passage de son Histoire Naturelle, notamment dans le livre XIV consacré au vin.

    • 88 HN XIV 9.
    • 89 GIANNELLI 1963. 69.

    Il commence ce livre XIV en mentionnant l’existence à Métaponte d’un temple dédié à Héra88 dont les colonnes étaient constituées de ceps de vigne (Metaponti templum Iunonis vitigineis columnis stetit)89.

    • 90 HN XIV 69 (Trad. J. André, Budé).
    • 91 Deipn., I 27b. Le Babinos est mentionné dans ce passage entre le vin d’Aequa et différents vins cam (...)
    • 92 V. notamment TEMESA ; VALENZA MELE 1991.

    Un autre passage mérite d’être cité in extenso : Verum et longinquiora Italiae ab Ausonio mari non carent gloria, Tarentina et Servitia et Consentiae genita et Tempsae ac Babbiae Lucanaque antecedentibus Thurinis, Mais les vins des régions d’Italie éloignées de la mer Ausonienne ne sont pas non plus sans réputation : vins de Tarente, de Servitia, vins de Cosentia, de Tempsa et de Babbia, et vins de Lucanie dont les premiers sont ceux de Thurii90. En ce qui concerne le Tarente, il s’agit de la première mention explicite du vin de cette cité. On ne sait rien des cités de Servitia et Babbia, mais Athénée parle du Bapivoç comme d’un vin de qualité vieillissant bien, apparemment originaire de Campanie91. On trouve dans ce passage la première mention des vins de Consentia et Tempsa. Ces deux villes se trouvent dans des zones particulièrement adaptées à la viticulture : la Conca di Cosenza pour l’une, la vallée du Savuto pour l’autre. Tempsa est le nom de la colonie latine installée à Temesa en 194. Ktisis des temps héroïques, la Temesa grecque (et gréco-italique aux ive-iiie s.) se trouve au nord de la plaine de S. Eufemia, probablement dans les environs de Nocera Terinese92. Le témoignage de Pline est tardif, mais paraît utilisable pour envisager l’existence d’une viticulture dans les secteurs de Consentia et Temesa à l’époque préromaine. Le vignoble du Tempsa est à situer dans la vallée du Savuto et s’étendait probablement aussi dans la partie septentrionale de la plaine de S. Eufemia. La mention des Lucana (vina) rappelle le Lucanum de Caton. Parmi ces vins de Lucanie, ceux de Thourioi occupent une place de choix : ceci confirme ce qu’en dit Timée. On considère généralement que Pline fait allusion dans ce passage du livre XIV à des vins existant à son époque ; cela dit, la formule Lucanaque antecedentibus Thurinis – qui n’est pas sans rappeler le καὶ ὁ Θουρῖνος δὲ τῶν ἐν ὀνόματι οἴνων ἐστι de Timée – amène à se demander s’il n’a pas utilisé un auteur plus ancien, d’autant qu’on a vu au point [2] qu’il puise vraisemblablement ses informations à propos des cépages de Thourioi chez un ampélographe grec.

    • 93 HN XIV 69 (Trad. J. André, Budé).

    Toujours dans ce livre XIV, il est question du Lagaria : Omnium vero eorum maxime inlustrata Messalae Potiti salute Lagarina, non procul Grumento nascentia, Mais les plus célèbres de tous, pour avoir guéri Messala Potitus, sont ceux de Lagaria, non loin de Grumentum93.

  1. Pline mentionne également des vins ou cépages de Sicile, dont deux que l’on trouve déjà chez Caton : l’Eugeneum de Tauromenion et le Murgantina.

    • 94 HN XIV 25 (Trad. J. André, Budé).

    Eugeniam Tauromenitani colles cum generositatis cognomine misere Albano tantum agro, quoniam translata statini mutatur, L’Eugénie, dont le nom indique la valeur, venue des collines de Tauroménium, est cultivée sur le seul territoire d’Albe ; transplantée, elle dégénère aussitôt94

    • 95 HN XIV 66 (Trad. J. André, Budé).
    • 96 Des amphores d’époque républicaine trouvées à Pompéi [p. ex. CIL IV 2618] portent l’inscription pei (...)

    Est in eadem Sicilia et Tauromenitanis honos lagonis pro Mamertino plerumque subditis, On loue encore le Taormine, sicilien lui aussi, dont on fait souvent passer les flacons pour du Mamertin95. L’Eugeneum/Tauromenitanum est, avec le Mamertin, le vin sicilien le plus apprécié à l’époque romaine96.

    • 97 HN XIV 35 & 46 (le second passage est une simple citation de Caton).

    La Murgantina est signalée à deux reprises97.

    • 98 HN XIV 66 (Trad. J. André, Budé).
    • 99 Ποτύλανος < πότος, πότος boisson. Ce terme est fréquemment employé dans le sens de vin (II., I 470 (...)

    Il est également question des vins Mamertins et le nom de l’un d’entre eux est spécifié : Quartum curriculum publicis epulis obtinuere a Divo Iulio – is enim primus auctoritatem iis dédit, ut epistulis eius apparet – Mamertina circa Messanam in Sicilia genita ; ex iis Potulana, ab auctore dicta illo cognomine, proxima Italiae laudantur praecipue, Le quatrième rang fut donné dans les banquets publics par le divin Jules – c’est lui qui les mit en vogue, comme le montre sa correspondance – aux Mamertins des environs de Messine, en Sicile ; le Potulanum, ainsi nommé d’après son créateur, le plus proche de l’Italie, est le plus renommé d’entre eux98. Un point attire l’attention : l’étymologie grecque de Potulanum99

  • 100 Silv., II 2,111.

30Stace (ier s. ap. J.-C.) évoque, en parlant de Tarente, les riants vignobles du Galèse (blanda vineta Galesi). L’information est tardive, mais a le mérite d’éclairer sur les zones dans lesquelles se pratique la viticulture dans cette cité100.

  • 101 Dans Athén., Deipn., I 26c-27d.

31♦ Athénée101 mentionne, dans un passage emprunté à Galien, différents vins d’Italie du Sud. Les commentateurs ne se prononcent pas quant à la source originelle des informations.

    • 102 Un titulus pictus sur deux amphore Dr. 1 du Castro Pretorio fait apparemment mention de (vinum) Reg (...)

    Ὁ δὲ Ῥηγῖνος τοῦ Συρεντίνου λιπαρώτερος ὤν χρήσιμος ἀπὸ ἐτῶν πέντε καὶ δέκα, Le vin de Rhégion, étant plus onctueux que le Sorrente, est bon à partir de quinze ans. La mention se trouve dans un passage concernant les vins d’Italie, dans lequel il est également question du Falerne, de l’Albain, du Sorrente..., ce qui fait songer a priori à une source d’époque romaine ; le Rheginum semble d’ailleurs mentionné sur des amphores d’époque républicaine102. Mais l’existence de vergers dans le territoire de Rhégion au ive s. (v. point [2] supra) est une des raisons de faire remonter ce vin à l’époque grecque. Sa bonification de longue durée ainsi que la comparaison avec le Sorrente reflètent sa qualité.

    • 103 Deipn., I 27a : Ὁ Βυξεντῖνος ἐμϕερῶς ἔχει τῷ Ἀλβανῷ τῷ ὀμϕακίᾳ ὲστὶ δυνάμει καὶ εὐστόμαχος, Le Buxe (...)
    • 104 DS., XI 59,4.
    • 105 La cité est abandonnée quelques années après sa fondation, ce qui oblige le sénat romain à envoyer (...)
    • 106 A propos de laquelle on verra BENCIVENGA TRILLMICH 1988.

    Toujours dans ce passage, il est question du Βυξεντῖνος οἶνος103. Le nom semble à première vue se référer à Buxentum, colonie créée après la deuxième guerre punique (194) sur le site ou non loin de la Πυξοῦς grecque, fondée vers 470 dans les environs de Policastro Bussentino104. Mais cette colonia maritima ne paraît pas avoir été très prospère105 et on a peine à croire que le vignoble en question se soit développé post 194. Sans exclure que le Buxentin existe encore à l’époque romaine, il paraît possible de voir dans cette mention le reflet d’un vignoble constitué dans la Pyxous d’époque classique et hellénistique106.

    • 107 Deipn., I 27d.
    • 108 Deipn., I 27c.
    • 109 Ἰταλιώτης est une correction de A. Desrousseaux (Budé) en place de ἰωτάλι–νος, incompréhensible. El (...)
    • 110 Trad. A. Desrousseaux (Budé).

    Athénée parle également du Mamertin de la région de Messana107 et du Tarente108. En ce qui concerne le Mamertin, les qualificatifs utilisés semblent indiquer une source d’époque hellénistique ou antérieure : Ὁ δὲ Μαμερτῖνος ἒξω μὲν τῆς Ἰταλίας γίνεται καὶ γινόμενος ἐν Σικελίᾳ καλεῖται Ἰταλιώτης109, ἡδὺς δ’ ἐστί, κοῦϕος, εὔτονος, Le Mamertin se fait hors de l’Italie, et quoique se fabriquant en Sicile, il est appelé vin italiote. Il est doux, léger, il a du corps110

ÉPIGRAPHIE

32Les Tables d’Hèrakleia, les Archives de Lokroi et les contrats de vente de Morgantina/Kamarina évoquent quelques aspects de la viticulture quotidienne dans les campagnes d’Italie du Sud.

  • 111 IG XIV 645 I 114 ; 123 ; 146-148 ; 169-170 ; II 40 ; 44-45 ; 54 ; 60 ; 68 ; 77 ; 83 ; 87 ; 90 ; 94  (...)
  • 112 IG XIV 645 II 43. Pour le terme, v. l’ἀμπελουργική (τέχνη) de Plat., Rep., 333d.

33Les baux d’Hèrakleia (fin ive-début iiie s.) montrent que l’arboriculture est couramment pratiquée dans la chôra proche. Il y est question à différentes reprises, à côté de terrains cultivés en céréales, de vignes (ἀμπέλοι)111 et de terre cultivée en vignes-ou adaptée à la plantation de vignes (ἀμπελωργικά s.e. γᾶ)112

  • 113 Tabl. 15/23/30/31.
  • 114 Aristote (Econ., 1345a) distingue clairement les fruits secs/grains (ξηροὶ καρ– ποί) de ceux qui so (...)
  • 115 Xén., Econ., V 20. Le terme est souvent employé dans un contexte de production de vin (DS., III 63) (...)
  • 116 LANDI 1979. 159-160.
  • 117 Deux mois du calendrier lokrien, Διονύσιος et Βουκάτιος, évoquent directement les Άνθεστήρια [LANDI (...)

34Les Archives de Lokroi, documents administratifs du début du iiie s., font mention à quatre reprises113 d’ ὑγροι καρποί. Ce terme signifie au sens littéral les fruits humides, par opposition aux céréales114 ; il désigne concrètement les raisins et olives115. On trouve des échos d’une viticulture locale dans l’onomastique116 et le calendrier117 de la cité.

  • 118 MANGANARO 1989. 193, 215.
  • 119 MANGANARO 1989. 203-205 (Morg. I).

35Un contrat du iiie s. mentionne l’existence à Kamarina d’une λαύρα ά τῶν λανῶν, un Quartier des pressoirs ou des fouloirs118. Un autre contrat de vente du iiie s. mentionne un établissement viticole autonome situé dans le territoire de Morgantina (ou Kamarina). Cet établissement est notamment équipé d’un pressoir/fouloir119

  • 120 PCZ I 59007. La restitution [οἴνο]υ est sûre car l’ensemble du papyrus se réfère à des quantités de (...)

36Un papyrus de Zénon d’Alexandrie120 (c. 260) mentionne une petite amphore de vin sicilien, [οἴνο]υ Σικελικοῦ βικίον. Le vin en question pourrait être du Mamertinos puisque, comme l’indique Dioscoride (v. point [2] supra), ce dernier était parfois appelé simplement Sicilien dans le bassin oriental.

37Deux estampilles amphoriques signalent apparemment des vins de Sicile : un premier groupe (d’époque hellénistique ?) se réfère au Ναξιος (οἶνος) ; une estampille isolée de la fin du iiie s. évoque le Μαμερτῖνος [v. index].

STRUCTURES DE PRODUCTION ET DE CONSERVATION

38Trop souvent, en Italie du Sud, les structures destinées à la production et à la conservation de l’huile et du vin n’ont pas été publiées avec l’attention nécessaire. On mesurera la différence, par exemple, avec une autre zone périphérique du monde grec qu’est la presqu’île de Chersonèse en Crimée.

  • 121 GRAS 1975. 43-47. G. Voza a émis une hypothèse analogue à propos de structures repérées dans la rég (...)

39Dans un cas seulement, on possède la trace d’un vignoble proprement dit : à Mégara Hyblaea, l’aménagement d’une zone rocheuse dans la seconde moitié du ive s. semble correspondre à un faux sol121.

  • 122 Établissements de Sicile : MARTIN, PELAGATTI, VALLET 1980. 418-420 ; Tolve (fin IVe-IIIe s.) : TOLV (...)
  • 123 Ceci est vrai pour l’ensemble de la période grecque en Italie du Sud, à quelques exceptions près (d (...)

40Pour ce qui est des ustensiles agricoles, des petites faucilles qui ont pu servir à la taille et l’éclaircissage des plants (ἅρπη ou δρέπανον, serpette ; κλαστήριον, couteau destiné à la taille des grappes) ont été trouvées dans quelques établissements, mais les informations qu’il est possible d’en tirer sont limitées122. C’est dommage, car on perd là de précieuses informations sur la viticulture au quotidien123.

41

FOULOIR D’ÉPOQUE ROMAINE CREUSÉ DANS LA ROCHE Contrada Muratore, Petralia Sottana (Pa)

FOULOIR D’ÉPOQUE ROMAINE CREUSÉ DANS LA ROCHE Contrada Muratore, Petralia Sottana (Pa)

[D’APRES MINGAZZINI 1940. 230]
A Fouloir ληνός -calcatorium) B Cuve destinée à recueillir le vin (ὑπολήνιον-lacus)
Le décrochement pratiqué de part et d’autre du fouloir permettait l’installation d’une planche facilitant le déplacement, une fois la cuve remplie de raisin.

  • 124 Sur les fouloirs à raisin, v. SPARKES 1976.
  • 125 Les fouloirs creusés dans la roche en bordure des plants de vignes sont une constante du paysage mé (...)
  • 126 V. BRUNEAU, FRAISSE 1981 ; ISAGER, SKYDSGAARD 1992. 56-57.
  • 127 WILSON 1990. 192, note 25.
  • 128 ENTELLA 1988. 472-504.
  • 129 Id. VII 24-25. Une scène de foulage à l’air libre possède évidemment une puissante charge d’évocati (...)
  • 130 Pareils fouloirs à ciel ouvert creusés à même la roche apparaissent dans les documents administrati (...)

42En ce qui concerne la production de vin, le point de départ est le fouloir124. Les versions les plus simples – dont aucun exemplaire ne nous est parvenu – consistaient en une vasque en bois ou en terre cuite qu’on apporte sur le lieu même des vendanges. Il pouvait également s’agir d’une structure située directement à côté des vignes : aire surélevée ou vasque creusée dans la roche125. Les deux termes qui sont employés par les auteurs pour définir ces fouloirs sont σταϕυλοβολεῖον et ληνός126. Si différents complexes de vasques ont été signalés en Sicile, leur interprétation ne va pas sans poser des problèmes. Problèmes quant à leur chronologie : ils sont pour la plupart datés de l’époque romaine127, mais du matériel plus ancien a été trouvé aux alentours de certains d’entre eux. Problèmes quant à leur destination : servaient-ils bien à produire du vin ? A Rocca d’Entella, la fonction d’un ensemble de vasques creusées dans la roche près d’un établissement hellénistique n’est pas claire : les fouilleurs estiment qu’il pouvaient servir pour la décantation de l’huile, mais n’écartent pas des fouloirs à vin128. Une étude sur le sujet serait la bienvenue ; en attendant, on peut imaginer que le ληνός champêtre dont parle Théocrite dans Les Thalysies129 ne devait pas être très différent, par exemple, des vasques d’époque romaine qui ont été signalées à Petralia Sottana [ill.]. Ceci d’autant que la durée de vie de pareilles installations est généralement longue130.

  • 131 Pour ce problème, v. notamment BRUN 1986. 60-65. Il est à noter cependant qu’une différence semble (...)
  • 132 L’extraction de l’huile requiert une pression dix fois supérieure à celle nécessaire pour la produc (...)
  • 133 La production oléicole de l’établissement de Monte Adranone (près de Sambuca di Sicilia), en activi (...)

43L’essentiel de la documentation archéologique provient d’établissements ruraux grecs et italiques dans lesquels des indices matériels (élément de pressoir, rigoles, amphores, pithoi) témoignent de la transformation du raisin et/ou des olives : citons ceux de Ponte Fabrizio, Contrada del Lupo et Fattoria Stefan dans les environs de Métaponte ; Montegiordano près d’Amendolara ; Priorato, Manfria et Butera dans les Campi Geloi. Ces établissements sont examinés au. chap. iv. Il n’est pas toujours facile de mettre en évidence une production spécifique de vin. D’abord, parce qu’une bonne partie des infrastructures et du matériel (récipients de stockage en argile, cuves creusées dans la roche, rigoles, voire même le pressoir) pouvait tout aussi bien servir à la production d’huile qu’à celle de vin131. Par ailleurs, si la fabrication d’huile nécessite impérativement un matériel de broyage adéquat132 et laisse des traces sous forme de noyaux133, ce n’est pas le cas pour le raisin. Il est en effet possible de produire du vin avec des moyens relativement simples (claies, vasque en terre-cuite ou en pierre, pithoi).

  • 134 DUFKOVA, PECIRKA 1970. spéc. 159-173 (établissements Strzheletskii n°s 25-26).

44On ne connaît pour l’instant sur le terrain aucun exemple d’établissement viticole spécialisé, comme celui dont il est question dans un contrat de Morgantina (v. supra)] on doit se contenter à ce propos des informations provenant des fouilles de Chersonèse de Crimée134.

  • 135 V. AVOLIO 1829. 71-72 ; PACE 1935. 380. Pour le rôle des celliers en général : BILLIARD 1913. Chap. (...)

45En ce qui concerne les installations de stockage, c’est-à-dire les celliers (οἰνῶνες), on peut distinguer trois catégories : les petits celliers correspondant à une consommation familiale, dans lesquels le vin est conservé dans des amphores ou quelques pithoi ; les citernes souterraines ; les installations de grande taille, composées de plusieurs dizaines de pithoi ou de réservoirs creusés à même la roche. En ce qui concerne la première catégorie, différents celliers attenant à des maisons particulières (ex. : Via Polieno à Gela) sont évoqués au chap. iv ; les réservoirs creusés à même la roche, dont on connaît quelques exemples en Sicile, sont en général mal datés et leur destination difficile à déterminer135 : c’est dommage, car ils jouent un rôle dans le processus de vinification, notamment pour des raisons de contrôle de température (un point important dans le Sud) ; enfin, en ce qui concerne les installations de grande taille, un texte y fait allusion (chai de Tellias à Agrigente), mais on n’en connaît pas d’exemple sur le terrain.

PALÉOBOTANIQUE

  • 136 Biliographie dans ROCCAGLORIOSA I. 323-328.

46C’est à L. Costantini que l’on doit la quasi-totalité de l’apport scientifique concernant les cultures dans l’Italie du Sud grecque136. La contribution de la paléobotanique est appelée à devenir de plus en plus significative dans les années à venir, notamment en ce qui concerne les zones gréco-italiques et italiques, pour lesquelles elle supplée le silence des auteurs.

  • 137 CARTER et alii 1985. 286-290 ; CARTER 1986b. 482-484 ; J. Carter, dans MAGNA GRECIA, vol. II 180ss. (...)

47Les principales informations concernant les ive-iiie s. proviennent actuellement de Métaponte137. Des analyses effectuées notamment sur le site du sanctuaire rural de Pantanello, à 3 km. de la cité, indiquent la pratique de différentes cultures arbustives : olivier (Olea Europea), figuier (Ficus Carica), vigne (Vitis Vinifera). Des branches d’olivier ainsi que des ceps de vigne portent des traces de taille. Aux alentours de Pizzica-Pantanello, les oliviers et vignes sont particulièrement bien représentés vers le milieu du ive s. ; vers la fin du siècle, les céréales semblent prendre le dessus.

ROCCAGLORIOSA, RESTES PALÉOBOTANIQUES (ive-iiie s.)

ROCCAGLORIOSA, RESTES PALÉOBOTANIQUES (ive-iiie s.)

[D APRES ROCCAGLORIOSA I. 323-328]
1. Céréales. 2. Légumineuses. 3. Ficus carica. 4. Olea europea. 5. Vitis vinifera.
6. Fruits divers. 7. Plantes diverses.

  • 138 ROCCAGLORIOSA I. 199, 327.

48L’habitat lucanien de Roccagloriosa a également livré des informations utilisables. Les macrorestes végétaux retrouvés dans cet habitat du Cilento attestent la pratique d’une arboriculture intensive aux ive-iiie s. La vigne arrive en première place, 30 % des 800 restes végétaux retrouvés en divers endroits du site appartenant à de la Vitis vinifera138. Les informations concernant Roccagloriosa peuvent en toute logique être étendues à l’ensemble de la vallée du Bussento, à l’embouchure de laquelle se situe Pyxous.

ICONOGRAPHIE

49L’apport de l’iconographie se marque plus particulièrement dans trois domaines : la céramique à figures rouges, la numismatique et les ex-voto.

  • 139 V. notamment DENTZER 1982. 133 ; 136.
  • 140 JIRCIK 1990. 111-116.

50Des éléments iconographiques liés au monde du vin apparaissent fréquemment dans la céramique proto-italiote et italiote à figures rouges des années 440-350. Cela va de la représentation de la vigne sous différentes formes (pied de vigne, grappe, vigne formant treille)139 à la consommation de vin proprement dite, en passant par les évocations à caractère dionysiaque. Cet intérêt des céramistes italiotes pour le monde du vin est amplement souligné dans les publications (qui n’abordent cependant jamais la question du rapport possible avec la viticulture locale) et il en sera question au chap. v, dans le cadre de la consommation du vin. La prédilection pour des thèmes de nature dionysiaque que manifestent différents céramistes – les Peintres de Pisticci et d’Amykos par exemple140 – ne documente pas directement une production locale de vin, mais prend toute sa signification lorsqu’on constate les rapports étroits (en ce qui concerne les lieux de production et la circulation) entre cette vaisselle de table et les amphores de transport proprement dites [v. chap. iii].

  • 141 On trouvera dans cette étude [PERA 1986] les références bibliographiques des monnayages évoqués ci- (...)

51Dans les limites chronologiques de ce travail (fin ve s.-deuxième guerre punique), des éléments iconographiques liés au monde du vin apparaissent également sur le monnayage de différentes cités. Il n’est pas toujours facile d’évaluer leur apport réel à la question envisagée ici, c’est-à-dire dans quelle mesure le choix de cette iconographie reflète une production locale de vin. Cela semble le cas lorsqu’une grappe de raisins apparaît au sein d’un ensemble de figures évoquant le déroulement quotidien des cultures. Le signifiant correspond alors à celui de l’instrument aratoire ou de l’animal nuisible : c’est une allusion au quotidien rural. Ce type de représentation est minoritaire. Les évocations à caractère dionysiaque, qui ont été répertoriées par R. Pera141, sont nettement plus fréquentes. Il convient de bien fixer le sens qu’on entend leur donner et on peut distinguer trois cas de figure.

  1. L’iconographie monétaire est explicitée par une source textuelle faisant état, vers la même époque, d’une production de vin : c’est le cas de Tauromenion.

  2. L’évocation à caractère dionysiaque ne peut être reliée à une information faisant explicitement mention d’une production viticole, mais se rapporte à un secteur où la viticulture est couramment pratiquée : c’est le cas des Brettioi. Il est alors raisonnable d’imaginer que le choix de l’iconographie monétaire puisse s’expliquer, au moins en partie, par une production locale.

  3. L’évocation à caractère dionysiaque est isolée : on ne sait rien d’une éventuelle viticulture dans le secteur. Tout ce que l’on peut dire dans ce cas – et à fortiori lorsqu’il s’agit d’un symbole dionysiaque – est qu’il existe un culte de Dionysos dans la cité. Le canthare du monnayage de Crotone, par exemple, est une information qui concerne les cultes de cette cité, une intéressante piste à suivre à la limite en ce qui concerne une production de vin, mais qui n’apporte rien de concret. Dans le présent travail, les cas (1) et (2) sont considérés comme des reflets d’une viticulture locale. Cela dit, le monde du vin mêle étroitement l’économique et le religieux (Dionysos est présent depuis le moment où le premier cep est planté jusqu’à la Pithoigia) : il s’accomode mal du désir analytique de distinguer ce qui relève strictement de l’économique.

Herakleia L. – Nécropole méridionale, T. 133 : couronne de bronze, plomb et argile, iiie s.

Œnochoé lucanienne, v. 380-360

Lokroi – Pinax, v. 470-460

  • 142 V. CAHN 1944. 86-95.

52Le lien entre l’iconographie monétaire de Naxos et la production de vin a été évoqué en début de chapitre. Ce lien continue pendant tout le ve s., jusqu’à la destruction de la cité en 403. Des monnaies en bronze de Katanè (fin ve s. ?) figurent au D./une tête de silène, au R./une grappe de raisin. A l’époque hellénistique, le monnayage de Tauromenion choisit lui aussi de privilégier la figure de Dionysos. Pour ces trois cités situées à l’Est de l’Etna, il est clair que la viticulture revêt une importance économique considérable142, un point que confirment les auteurs (v. supra).

53Des monnaies du iiie s. d’Halontion figurent au D./la tête de Dionysos avec, comme symbole, une grappe de raisin.

  • 143 Amphore : SNG ANS Lucania 486-487. Grappe de raisin : SNG ANS Lucania 356. Canthare : SNG ANS Lucan (...)

54Des statères de Métaponte (330-280) figurent au D./la tête de Déméter/Koré et au R./différentes représentations liées à l’exploitation des campagnes (instruments aratoires, fruits et céréales, animaux nuisibles). On remarque un ensemble cohérent de symboles liés au monde du vin : grappe de raisin, amphore, canthare143.

  • 144 Dionysos : v. par exemple SNG Copenhagen 1617-1622 ; grappe de raisin sur des bronzes du “Thunderbo (...)

55Des monnaies des Brettioi (fin iiie s.) figurent Dionysos ; une grappe de raisin apparaît comme symbole sur d’autres144. On peut y voir, au-delà d’une simple évocation dionysiaque, une allusion à une viticulture pratiquée dans les zones gréco-italiques du littoral et, peut-être, dans les zones italiques de l’intérieur.

  • 145 Références bibliographiques dans PERA 1986.

56Parmi les cités dont le monnayage est d’inspiration dionysiaque, mais pour lesquelles on ne sait rien d’une éventuelle production locale de vin, citons Nakone, qui frappe vers 400 du bronze figurant, comme à Mendè, un silène sur un âne avec canthare et thyrse ; Laos (tête de Dionysos, deuxième moitié du ive s.) ; Halaesa (grappe de raisin, vers 340) ; Tyndaris (tête de Dionysos et grappe de raisin, c. 254-210) ; Lipari (grappe de raisin, iiie s.)145.

57Les ex-voto illustrent le déroulement quotidien des cultures. Trop souvent méconnus, leur apport est essentiel, notamment en ce qui concerne les zones périphériques.

  • 146 ADAMESTEANU 1982. 462.
  • 147 ZANCANI MONTUORO 1954. 98-99 ; ARIAS 1977. pl. LXXV, LXXVI ; M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIR (...)
  • 148 Un ex-voto en terre-cuite (ive-iiie s.) retrouvé dans la zone du temple d’Héra Argiva représente un (...)

58Un sanctuaire rural situé sur le territoire d’Hèrakleia L., à c. 4 km. de l’embouchure du Sinni, a livré des ex-voto en terre-cuite représentant divers fruits, dont des grappes de raisin146. Ce matériel date de la seconde moitié du ive s. A Lokroi, des fruits et plantes diverses apparaissent sur les pinakes à thème chtonien du ve s., de fabrication locale147. Parmi les fruits, on trouve des coings, des grenades, ainsi que des grappes de raisin : un pinax des années 470-60 représente Dionysos offrant à Perséphone un canthare de vin, sur un arrière-fond de vignes et de grappes mûres représentées de manière hyper-réaliste. Des ex-voto provenant de Poseidonia ainsi que d’établissements ruraux du territoire (Agropoli), figurent différents fruits, dont des grappes de raisin148. Ils proviennent de contextes des ive-iiie s.

59La représentation de grappes de raisin sur des bijoux et des objets votifs de production italiote permet de clore ce paragraphe.

  • 149 LUCANIA CENTRO ORIENTALE. 176-177, n°55.
  • 150 Une couronne de bronze doré avec un décor de feuilles, cigales, fruits et grappes de raisin provien (...)
  • 151 T. C. Loprete, M. P. Bini, dans SIRIS-ERACLEA. 49-74.

60Des couronnes de production italiote représentant des grappes de raisin ont été trouvées dans le secteur Tarente-Hèrakleia L. Elles sont datées pour la plupart entre la fin du ive et le milieu du iiie s.149 A Métaponte, des représentations de grappes de raisin se retrouvent dans divers objets de la vie quotidienne ainsi que dans la toreutique150. Des grenades ainsi que des pampres et des grappes de raisin sont représentés sur des disques en terre-cuite du début de l’époque hellénistique, fabriqués à Tarente et Hèrakleia L.151 Le caractère symbolique de ces disques est clair, mais ils traduisent également un quotidien qu’on retrouve, par exemple, dans les baux d’Hèrakleia.

61La documentation concernant la viticulture en Italie du Sud est limitée et souvent bien inférieure à celle dont on dispose pour d’autres zones du monde grec (Égypte ptolémaïque, bassin égéen, mer Noire). Les informations concernant le rendement des terroirs, le statut des vignerons, le prix du vin – pour n’évoquer que ces aspects – sont rares [v. chap. iv]. Cela dit, les auteurs anciens, quelques documents officiels, l’archéologie rurale et l’iconographie apportent des informations intéressantes, à propos desquelles on peut faire deux remarques.

62Ces informations sont assez inégales, tant sur le plan du contenu (qui va de la simple mention d’une culture de la vigne à celle de l’extension d’un vignoble) que de la géographie (des secteurs comme Sybaris/Thourioi et Agrigente sont relativement bien documentés, mais on est surpris du peu de données concernant la Sicile septentrionale et le littoral tyrrhénien du Bruttium). Le déséquilibre des sources amène à se montrer très prudent vis-à-vis de considérations a silentio. Il est bon de rappeler, à cet égard, qu’on ne saurait pratiquement rien de différents vins du nord de la Grèce si les Deipnosophistes n’avaient conservé des fragments des Comiques y faisant allusion.

  • 152 Φυτόν désigne le jeune plant de vigne (encore en pépinière) lorsqu’on l’emploie en combinaison avec (...)
  • 153 XIX 12 ; v. CHANTRAINE 1971. 103, note 1.
  • 154 CATANI 1985. 146-148 ; DOBIAS-LALOU 1985. 177.
  • 155 V. par exemple PCZ I 59033 (onze variétés de plants couramment utilisés).
  • 156 C’est le raisin généralement utilisé pour le passum (Pline, HN XIV 81).

63D’autre part, le vocabulaire peut constituer un obstacle. Les auteurs utilisent parfois des termes explicites comme ἄμπελος et οἶνος, mais ce n’est pas toujours le cas. Les vignes cultivées dans le cadre de vergers peuvent être désignées par des termes assez génériques, comme καρποί (fruits), ϕυτόν (arbre, plante cultivée152), ϕυταλιά (verger, vignoble), généralement utilisés en binôme avec σῖτος (blé). Ceci n’a rien d’extraordinaire si l’on considère par exemple l’Économique de Xénophon : ce traité accorde une place significative aux arbres fruitiers (τὰ δένδρα), et notamment à la viticulture, mais le mot ἄμπελος n’apparaît qu’une fois dans la partie consacrée à la viticulture, qui s’ouvre en fait simplement sur le terme (ϕυτόν153. A l’inverse des Tables de Cyrène154 ou de l’Egypte ptolémaïque155, on ne trouve guère dans les documents administratifs d’Italie méridionale de termes précis à propos du raisin, comme μέλας (raisin noir, généralement desiné à la vinification), σταϕίς (raisin séché), σταϕυλη (raisin mûr) ou ψίθια (raisin de table, muscat156).

64Les pages qui suivent se veulent une rapide synthèse des documents qui viennent d’être évoqués, replacés dans le cadre géographique des différentes régions. Une carte rappelle la localisation des principales régions viticoles contemporaines.

  • 157 Pour Hèrakleia L., v. UGUZZONI, GHINATTI 1968. 117 ; pour Thourioi, v. ZANCANI MONTUORO 1982.
  • 158 Théocrite évoque indirectement les vignobles situés sur les bords du Krathis : ‘ [pipa àv0’ iiSrexo (...)
  • 159 DS., XII 9,2.
  • 160 Les manuels mettent surtout l’accent sur la production céréalicole de Métaponte, donnant l’impressi (...)

65Sur le littoral ionien de la Grande Grèce, les campagnes avoisinant Hèrakleia L. et Thourioi sont une zone viticole de premier plan aux ive-iiie s.157 Les auteurs mentionnent deux appellations qui sont synonymes de qualité. Le Thourinos provient du vignoble mésopotamien de la région Crati-Coscile158, πολλὴν καὶ καρποϕόρον χώραν v159. Ses liens avec le vignoble sybarite paraissent étroits. Le Lagaritanos provient selon toute vraisemblance des collines situées aux alentours des cours d’eau Saraceno et Ferro. Plus à l’Est, la pratique de la viticulture connaît une extension significative à Métaponte et Tarente, sans que les auteurs grecs ne donnent de nom de vins160.

VITICULTURE ET VINS

VITICULTURE ET VINS
  • 161 Les informations concernant le vignoble contemporain sont tirées du Fichier oenologique systématiqu (...)
  • 162 Strab., VI 1,3.

66Les vignobles implantés dans les chôrai de Métaponte, Hèrakleia et Thourioi devaient être essentiellement des vignobles de plaine et basses collines, à l’image de ceux situés le long de la route menant à Pandosia dont il est question dans les Tables d’Hèrakleia. Leur rendement devait, en règle générale, être assez élevé. La mention faite par Pline de vignoble in Thurinis collibus indique d’autre part que les encépagements ont graduellement conquis les collines de l’arrière-pays, vraisemblablement en direction de Cassano allo Ionio, Spezzano Albanese et S. Demetrio : on se trouve en présence d’un phénomène de remontée de vallée, largement répandu dans le monde viticole. A l’heure actuelle, les collines situées entre le Coscile et le Raganello, autour de Cassano allo Ionio et Frascineto, sont quasi exclusivement plantées à vignes. Dans l’intérieur, la région montagneuse de Castrovillari produit actuellement le Pollino (Denominazione d’Origine Controllata)161. On se trouve probablement dans la Taupiavîj %cópa162, dont on sait peu de choses pour l’époque qui nous occupe.

  • 163 MILLON 1991. 458-465.
  • 164 Les ampélographes modernes s’appuient sur l’étymologie (Aglianico < ellenico < ἑλληνικος) et la pra (...)

67Dans la Basilicate actuelle, c’est avant tout la zone du Vulture qui est réputée sur le plan viticole. Les terrains volcaniques, riches en potassium et perméables, permettent des encépagements aux meilleures conditions jusqu’à une altitude de 500 m environ. C’est le domaine de l’Aglianico del Vulture (DOC), dont le vignoble couvre c. 1 500 ha et qu’on considère à juste titre comme un des meilleurs vins rouges du Mezzogiorno163. Des établissements lucaniens de l’intérieur pratiquent l’arboriculture au ive s.164, mais on n’en connaît pas jusqu’ici dans la zone du Vulture.

  • 165 Les ampélographes modernes attribuent au vignoble de Cirò une longue histoire et le relient à un fa (...)
  • 166 Comme pour le Cirò, les ampélographes n’hésitent pas à faire remonter ce vignoble à l’époque grecqu (...)
  • 167 Alkimos (dans Athén., Deipn., X 441a-b), dans un passage expliquant pourquoi les femmes italiotes s (...)
  • 168 Théodoros, dans Athén., Deipn., X 412e, signale que Milon, célèbre athlète crotoniate, buvait allèg (...)
  • 169 T.-L., XXIII 20,10 (occupation du territoire dans les collines entourant Petelia, c. 216) ; GUZZO, (...)
  • 170 Un testament d’époque impériale [CIL X 114, 1. 28-29].
  • 171 Petelia est la μητρόπολις τῶν Λευκανῶν (Strab., VI 1,3).

68Au sud de Punta Alice (Krimissa) commence la Crotoniatide, composée essentiellement de collines et moyens plateaux. Cette région se prête bien à l’arboriculture et la quatrième Idylle de Théocrite décrit de fait un paysage de collines, pâturages, cours d’eaux et arbres fruitiers. A l’époque moderne, le vignoble du Ciro165, DOC la plus renommée de Calabre, s’est étendu sur c. 2 500 ha ; un autre vignoble réputé, le Melissa (DOC)166, a couvert plusieurs centaines d’hectares au nord et au sud du Neto. Mais si des auteurs comme Alkimos de Syracuse167 et Théodoros de Hierapolis168 donnent une idée de la place du vin dans la société crotoniate, ils n’apportent aucune information quant à une éventuelle production locale. On peut simplement imaginer qu’un vignoble (d’Aminaios ?) existait à l’époque grecque entre le Neto et le Nicà, étant donné la faible adéquation de cette zone pour la céréaliculture, le nombre d’établissements autonomes qu’on y trouve aux ive-iiie s169 et la mention d’un vignoble d’Aminée (vinea quae est Aminea) dans une inscription de Petelia170 d’époque romaine. Mais on manque d’informations précises sur cette zone qui, à l’époque qui nous occupe, est largement occupée par des Italiques171. Au Sud de l’Esaro, la chôra crotoniate s’étend sur les plateaux (100-200 m d’altitude) de l’actuel Marchesato, jusqu’au Castella : on peut y reconnaître les καλαι ἄρουραι qui ont rendu célèbre la Crotoniatide. Les prospections récentes dans le Marchesato montrent qu’une bonne partie des établissements étaient distribués à flanc ou sommet de colline, un mode d’installation qui s’explique au moins en partie par la pratique de l’arboriculture. A l’époque contemporaine, on y trouve un petit vignoble de qualité, le Sant’Anna di Isola Capo Rizzuto (DOC).

  • 172 XXVI-XXVII.
  • 173 V. les remarques à propos de la production viticole et oléicole de Lokroi dans BARRA BAGNASCO 1993. (...)

69Passé le Capo Rizzuto, la largeur de la plaine côtière se réduit à quelques kilomètres, les contreforts de l’Aspromonte se prolongeant en certains endroits jusqu’à la mer. Il s’agit essentiellement d’un monde de collines, qui était beaucoup plus boisé aux ive-iiie s. qu’il ne l’est actuellement : Tite-Live172 signale en plusieurs endroits des forêts allant jusqu’à la mer. Les déboisements d’époque romaine ont occasionné un recul considérable de ce manteau forestier, amenant l’exposition des flancs de collines et une diminution des cours d’eau alimentés par les massifs intérieurs. Mais, à l’époque qui nous occupe, le paysage ne devait pas avoir connu de modifications substantielles depuis le ve s., époque à laquelle l’iconographie des pinakes reflète la vitalité et la diversité de l’arboriculture lokrienne. Les karpologoi mentionnés dans les Tables se situent de fait dans l’ambiance de karpologie qu’on trouve dans les pinakes173. Deux vins de dessert réputés sont actuellement produits dans ce secteur : le Zibbibo, tiré du cépage homonyme, et le superbe Greco di Bianco (DOC), provenant de vignes des alentours de Caraffa et Bianco, sur les contreforts de l’Aspromonte.

  • 174 COSTAMAGNA 1987. 483 ; 507-508.

70Dans les alentours de Reggio, les principales zones viticoles devaient se situer sur les terrasses côtières et les contreforts de l’Aspromonte : on constate, à partir du ive s. avancé, une forte occupation des terrasses situées entre 200 et 350 m, c’est-à-dire précisément des zones les mieux adaptées à la viticulture. Ceci se note particulièrement dans la région comprise entre Piani d’Aspromonte et le Poro (Oppido Mamertina, Varapodio, Terranova Sappo Minulio, Taurianova, Palmi, Seminara, Melicuccà)174.

71Sur le littoral tyrrhénien du Bruttium, deux plaines se succèdent au nord et au sud du promontoire de Tropea. Elles correspondent respectivement aux territoires de Temesa/Terina (piana di S. Eufemia) et Medma (piana di Rosarno). Le reste de la frange littorale se compose de collines beaucoup plus escarpées que du côté ionien, et de plateaux. Dès le ive s., l’influence bruttienne est prépondérante dans la plaine de S. Eufemia, où s’étendait, au moins en partie, le vignoble du *Temesa. Cette plaine abrite actuellement un vignoble DOC, le Lamezia, qui s’étend sur les deux rives du fiume Amato.

  • 175 A l’heure actuelle, le plateau du Poro et le Vibonese associent étroitement céréaliculture, élevage (...)
  • 176 Dans Athén., Deipn., XII 542a.
  • 177 Le terme Ἀμαλθείας κέρας est appliqué à différents endroits particulièrement fertiles, dans lesquel (...)

72La viticulture devait être pratiquée sur une certaine échelle aux alentours de la cité gréco-italique d’Hipponion, notamment sur les moyens plateaux et collines de l’Hipponiatide qui couvrait une partie de la plaine d’Angitola, l’actuel Capo Vaticano (le Poro) ainsi que des collines bordant le Mesima en direction de Medma175. Douris de Samos, un auteur du ive s., signale dans ses Τα περι Άγαθοκλέα176 que Gélon aurait fait aménager dans cette région un endroit remarquable sur le plan de l’arboriculture, appelé Corne d’Amalthée177 Les vignes sont actuellement bien représentées dans la région de collines allant de Nicotera à Pizzo, qui produit différents vins rouges, dont le Nicotera.

  • 178 Strab., VI 1,5. On en a jusqu’ici peu d’indices matériels [GUZZO 1989. 80-81].
  • 179 Varr., RR I 7,6.
  • 180 P. G. Guzzo m’a fait remarquer qu’on ne peut exclure la possibilité que ce vignoble se soit en fait (...)

73Κωσεντία, μητρόπολις Βρεττίων178, était entourée d’un territoire (Conca di Cosenza) réputé pour ses cultures arbustives179 : les hauts plateaux situés à l’extrémité sud de la vallée du Crati jouissent d’ailleurs d’un microclimat particulier. Pline est le premier auteur à mentionner le vin de Cosentia, mais l’existence du vignoble avant la deuxième guerre punique est une hypothèse qui mérite l’attention180, d’autant que l’iconographie monétaire des Brettioi reflète des éléments liés au monde du vin. L’éventualité d’une production de vin aux ive-iiie s. dans la haute vallée du Crati est d’autant plus plausible que cette région se trouve en prise directe avec deux des zones viticoles les plus importantes du Bruttium, celles de Sybaris/Thourioi et de Temesa. Un vignoble DOC, le Donnici, s’étend actuellement sur les plateaux et collines au sud de Cosenza, qui produisent également des vins de dessert réputés, à base de Moscato et de Mantònico.

74Au nord de la plaine de S. Eufemia, jusqu’au Cilento, la chaîne côtière plonge abruptement dans la mer Tyrrhénienne. Actuellement, des encépagements se retrouvent dans l’étroite plaine littorale, mais aussi et surtout sur les plateaux et contreforts de la chaîne côtière jusqu’à une altitude supérieure à 1 000 m : ils peuvent atteindre une déclivité de 45 %. Un important vignoble, celui du Savuto (DOC), s’étend dans la vallée du fleuve homonyme, loin dans l’intérieur du pays, jusqu’à la Conca di Cosenza. Divers établissements des ive-iiie s. reflètent la pratique de la viticulture dans ce secteur, qui correspond sans doute au moins en partie au terroir de Temesa.

  • 181 L’existence dans le territoire de Velia d’établissements à vocation agricole (comme celui de Castel (...)

75Plus au Nord, des documents concernent la zone Laos-Pyxous : c’est là, selon toute vraisemblance, que se situait le vignoble archaïque des Serd(aioi) et on a une mention explicite du vin de Pyxous. Le vignoble produisant le Βυξεντῖνος devait se situer le long de la vallée du Bussento sur les contreforts du Cilento. La présence italique (œnôtre ?) est déterminante dans le secteur Laos-Pyxous dès le début de l’époque qui nous occupe et l’extension de la viticulture autour de l’habitat lucanien de Roccagloriosa soulève d’intéressantes questions. On ne sait rien d’une éventuelle production de vin à l’époque grecque dans le reste du Cilento, notamment à Velia181. En ce qui concerne la plaine du Silaris, l’iconographie et les exvoto attestent la pratique de la viticulture dans la société gréco-italique de Poseidonia, mais on aimerait disposer de données plus précises en provenance du monde rural.

76Terminons ce rapide tour d’horizon par deux points qui ont une importance particulière dans le dossier du vin magno-grec. D’abord, un lien étroit existe entre différents terroirs et des cépages de qualité qui ont été développés dès la haute époque archaïque, notamment deux cépages originaires de Méditerranée orientale, l’Aminaios et le Byblinos. Le lien Byblinos-Italia apparaît clairement dans Hippys de Rhégion ; en ce qui concerne l’Aminaios, son développement est généralement situé dans le secteur du littoral campanien allant de Cumes à la plaine du Silaris, mais plus au Sud, il semble que le secteur Sybaris-Lagaria ait également constitué un pôle important de production.

  • 182 V. par exemple Col., RR XII 22-24. Pour le poissage des moûts et des vins, v. VAISIERE 1941. 141-14 (...)
  • 183 HN XIV 127. M. Lombardo estime qu’un passage d’Aristophane pourrait faire indirectement allusion à (...)
  • 184 Strab., VI 1,9 : καὶ ὁ δρυμὸς ὁ ϕἑρων τὴν ἀρίστην πίτταν τὴν Βρεττίαν, ὅν Σίλαν καλοῦσιν... une for (...)
  • 185 La Tabl. 15 évoque une entrée résultant de la vente de 40 κάδοι de poix au prix de 3 statères l’un (...)
  • 186 DE CARO 1985. 29 ; POLIS ED OLYMPIEION. 171-191.

77L’abondance et la qualité de la poix (πίσσα) que produisent les forêts de Lucanie et du Bruttium est un autre point qui mérite l’attention. L’industrie vinicole, on le sait, en fait une grande consommation pour rendre étanches pithoi et amphores. Il arrive également qu’on mélange la poix au moût pour différentes raisons182. La poix du Bruttium est bien connue et jouit d’une excellente réputation : Pline183 la recommande expressément pour la préparation des récipients vinaires et la qualité de celle provenant de la Sila (surtout, précise Strabon, de l’arrière-pays entre Lokroi et Rhégion, là où se trouvait la cité de Mamertion) était reconnue entre toutes184. Rien d’étonnant donc à ce que les Archives de Lokroi mentionnent la vente de poix à côté de celle de pithoi, en précisant qu’elle est conditionnée en amphores (καδος)185. A l’époque romaine, elle sera commercialisée dans des amphores de production locale portant la mention pix brut(tia), dont on connaît des exemplaires à Pompéi, dans la plaine de Lamezia (Pian dette Vigne) et à Trebisacce (ager Copiensis)186.

  • 187 Dans Athén., Deipn., I 28a.
  • 188 Strab., V 4,8, où le parallèle est expressément mentionné.
  • 189 Pour la viticulture en altitude dans la baie de Naples, v. VALLAT 1987.

78La Sicile, qui compte 80 % de collines et zones montagneuses, était, comme la Grande Grèce, très boisée à l’époque grecque. Cela ne l’a pas empêchée de devenir un secteur réputé pour son arboriculture : ἡ ἀγλαόκαρπος Σικελία, la Sicile brillante de fruits, souligne Pindare dans l’Ode Pythique à Hiéron187. Ceci est dû notamment au fait que plusieurs secteurs de l’île sont naturellement propices à la viticulture. C’est le cas des alentours de l’Etna, notamment de la zone littorale comprise entre Katanè et Tauromenion. Ce secteur présente en fait d’étroites analogies avec la baie de Naples188 : fertilisation des sols par le volcanisme, succession de terrasses bien exposées, concentration de terroirs de qualité, disponibilité en main-d’oeuvre, proximité de la mer. Il y a une parfaite adéquation entre la géographie de cette zone et la poursuite de cultures arbustives. Les flancs du volcan devaient permettre, comme de nos jours, de cultiver en vignes bien au-delà de la ligne des 1 000 m189, car le manteau de basalte et de lave fait place en divers endroits à des plateaux d’une terre légèrement acide, riche en phosphore et considérée comme la plus fertile de l’île. En outre, les flancs orientés au sud-est (entre Katanè et l’Etna proprement dit) abondent en sources (plus rares par contre au Nord et à l’Ouest), ce qui facilitait l’installation d’établissements viticoles autonomes.

  • 190 Pyth., I 30.
  • 191 Dans Strab., VI 2,3 (Trad. F. Lasserre, Budé).

Pindare190 qualifie les alentours de l’Etna de εὔκαρπος, abondant en fruits, fertile : les récoltes y sont très supérieures à la moyenne, tant quantitativement que qualitativement. Posidonius191 explique la manière dont les cendres volcaniques, projetées à chaque explosion, rendent le sol propice à des encépagements de qualité : “... chaque fois que la montagne est en action, les champs des Cataniens disparaissent sous une épaisse couche de cendre, mais si la cendre volcanique cause momentanément des dégâts, elle exerce ensuite, avec le temps, une influence bénéfique pour tout le pays. Amendé par elle, en effet, le sol produit des récoltes très supérieures (χρηστόκαρπος) et un excellent raisin (εὐαμπελος), qui n’a pas son pareil dans les autres terres à vignobles”. Il conclut en remarquant que la cendre de l’Etna possède une affinité certaine vis-à-vis de la vigne, ἔχειν τι οἰκείωμα πρὸς τὴν ἄμπελον εἰκὸς τὴν Αἰκὸς τὴν Αἰτναίαν σποδόν.

  • 192 BRESC 1986. 177-178.
  • 193 DS., XIV 57,4.
  • 194 Ces encépagements présentent au regard du visiteur des vignes très basses, d’aspect malingre, mais (...)

79Naxos a été un centre viticole très important aux vie-ve s. et des timbres amphoriques portant la mention Νάξιος (οἶνος) permettent d’imaginer que le vignoble naxien a survécu à la destruction de la cité par Denys en 403. Aux ive-iiie s., les alentours de Tauromenion et Messana peuvent être rangés parmi les principales zones viticoles de Sicile. La géographie des encépagements ne devait pas différer notablement de ce que nous apprennent des documents du Moyen-Age192. Le Mamertinos provient d’une εὐοίνος χώραqui se situe sur les contreforts des monti Peloritani ; il s’agit d’une région assez accidentée, entrecoupée de fiumare et qui est défendue au ive s. par un certain nombre de phrouria193. Le minuscule vignoble de Faro Superiore, juste au-dessus de Messine, produit actuellement un vin rouge DOC. Le vignoble du Tauromenion se situe sur les pentes orientales de l’Etna, sur lesquelles se trouvent aujourd’hui plus de 2 000 ha de vignes. Les meilleurs vins proviennent de Riposto, Trecastagni, Mascalucia ; on ajoutera le Sparviero, cultivé sur les pentes mêmes du volcan194.

  • 195 DS., XI 76,3 ; Strab., VI 2,3.
  • 196 DS., XI 49,1.
  • 197 DS., XVI 82,5. Sur ce nombre apparemment élevé de colons, v. également WESTLAKE 1942. 84.
  • 198 Pour le lien densité du peuplement d’une région-pratique de la viticulture, v. DION 1959. 32-34.

80Il est fort probable que les habitants d’Etna/Innesa195, installés à partir de 467/6 sur un district montagneux de l’Etna à 80 stades de Katanè, se consacrèrent essentiellement à la viticulture. On notera que la chôra de Katanè et ses environs sont suffisamment exploitables à l’époque classique pour que des lots puissent être attribués à 10 000 colons196 ; même remarque pour Agyrion, dans les Nebrodi, qui accueille un nombre similaire de colons dans les années 339/8, διὰ τὸ μέγεθος καὶ κάλλος τῆς χώρας197. Comme me l’a fait remarquer R. Donceel, la capacité de ces endroits à concentrer la main-d’œuvre rurale est un indice supplémentaire de leur activité viticole198.

  • 199 DS., XIV 62,5 (δενδροτομῶν).
  • 200 Et ce jusqu’à un auteur comme Clément d’Alexandrie (Συρακούσσιος ἡδύς).
  • 201 La Sicile orientale produit à l’époque grecque un miel réputé pour sa qualité [SCRAMUZZA 1959. 282]

81Les alentours de Syracuse, dans lesquels l’arboriculture est bien attestée aux ive-iiie s199, produisent du vin de qualité provenant notamment d’un vignoble de Byblinos, implanté dès la haute époque archaïque. La récurrence des qualificatifs ἡδύς et γλυκύς200 fait écho à la tradition d’un vin doux, peut-être miellé201. Les environs de Syracuse voient actuellement s’éteindre un petit vignoble vieux de plusieurs siècles, produisant, à base de raisin Moscato, un excellent vin de dessert, le Moscato di Siracusa (DOC).

  • 202 Pantelleria et Lampedusa présentent, sur le plan viticole, des caractéristiques similaires aux îles (...)

82Dans l’intérieur de l’île, la pratique de la viticulture est attesté à l’époque grecque dans la zone des monts Hèraia et à Morgantina. On ne sait rien par contre en ce qui concerne l’angle sud-oriental, si ce n’est que l’appellation Πόλλιος aurait pû s’étendre dans cette direction. Cette remarque est moins anodine qu’elle ne paraît, dans la mesure où la région au sud de Syracuse, quoique très différente sur le plan géologique du secteur de l’Etna, était elle aussi bien adaptée à la viticulture : on trouve, entre Palazzolo Acreide et Capo Passero, une série de plateaux karstiques ou de tuf calcaire recelant notamment du soufre et du gypse. Divers endroits de l’intérieur (la vallée du Tellaro) et du littoral présentent des sols adaptés à la viticulture du fait de formations géologiques désagrégées et charriées par les torrents. Le Moscato di Noto (DOC), vin de dessert ou liquoreux, est le produit d’un vignoble spécialisé en voie d’extinction. Le bas plateau volcanique de Pachino, fortement soumis à l’air marin, est actuellement largement planté en vignes : les grappes séchées au soleil produisent un Passito assez semblable à celui des îles du Canal de Sicile202.

  • 203 Le vinum Mesopotamium est connu par des titutli picti du ier s. [CIL IV 2602-3 ; VIII 22640.8 ; CAL (...)
  • 204 R. Wilson situe son terroir aux environs de Scoglitti/Vittoria, c’est-à-dire au sud-est de Gela, en (...)

83Dans le secteur Kamarina-Gela, le matériel et les infrastructures de différentes fermes montrent que l’arboriculture – et spécifiquement la viticulture – y est développée sur une certaine échelle aux ive-iiie s., particulièrement dans les collines. On ne possède pas de nom de vin, si ce n’est peut-être celui d’un *Μεσοποτάμιος203. Son terroir ne serait pas très éloigné de celui de l’actuel Cerasuolo di Vittoria204 : ce vin rouge DOC plein de corps, provenant de vignes Trappato et Calabrese, est produit le long de l’Ippari dans ce qui fut le territoire de Kamarina.

ÉPOQUE CONTEMPORAINE : VIGNOBLES DOC DE BASILICATE. CALABRE ET SICILE

ÉPOQUE CONTEMPORAINE : VIGNOBLES DOC DE BASILICATE. CALABRE ET SICILE
  • 205 Aetius V 26,4 (Dox. 438).
  • 206 Sil. Ital., XIV 204.
  • 207 DS., XXXVI 7,3.

84Sur cette côte méridionale, les sédiments apportés par le vent depuis la côte africaine ont de tout temps donné une composition particulière au limon littoral (le tir). Une remarque d’Empédocle205, à savoir le fait que la qualité d’un vin est avant tout liée à l’excellence du sol qui le produit, donne à penser que les Agrigentins étaient conscients de la qualité des sols en cette région. Les vins rouges dominent largement à l’heure actuelle et proviennent de vignes fortement exposées au soleil et au vent ; ils sont doux, parfumés et souvent utilisés à l’exportation pour couper d’autres vins. Le secteur allant d’Agrigente à la vallée du Belice est l’une des zones viticoles les plus importantes de l’île aux ve-iiie s. : les auteurs soulignent l’extension des vignobles d’Agrigente ainsi que la qualité du vin d’Inykos. Pour d’autres cités voisines, les seuls documents dont nous disposons concernent l’époque romaine : c’est le cas d’Entella206 dans la haute vallée du Belice et de Triokala207. Cela dit, la conjonction des documents concernant le triangle Agrigente-Entella-Sélinonte mérite l’attention.

  • 208 PERA 1986. 39-40.
  • 209 L’archipel est particulièrement adapté à la pratique de la viticulture, du fait de son volcanisme : (...)

85La côte septentrionale compte parmi les secteurs de l’île les moins bien connus sur le plan viticole. A partir du iiie s., une thématique dionysiaque apparaît sur le monnayage de plusieurs cités, dont Tyndaris, Kalè Aktè et Kephaloidion208, mais on on manque d’informations précises quant à une éventuelle production locale. La mention du vin liquoreux d’Haluntium est le seul indice permettant d’imaginer une tradition de vins de qualité remontant à l’époque grecque. Aucune information précise n’est disponible en ce qui concerne les Éoliennes, pour lesquelles tout porte cependant à croire que la viticulture devait être pratiquées sur une certaine échelle209.

  • 210 WILSON 1990. 238-239. A. Tchernia m’a cependant fait observer qu’à son avis la viticulture antique (...)
  • 211 De agr. 95.
  • 212 HN VXVII 264.
  • 213 La recette du vin de raisins séchés au soleil est déjà connue d’Hésiode (Trav., 609-614). Il y a pe (...)
  • 214 Magon connaît le passum (Col., RR XII 39).

86Clôturons ce passage sur deux remarques d’ordre général. D’abord, une ressource naturelle présente en abondance en Sicile, principalement dans l’hinterland d’Agrigente, a pu, dans une certaine mesure, jouer un rôle dans la viticulture : il s’agit du soufre210, dont l’usage est évoqué notamment par Caton211 et Pline212. D’autre part, la morphologie des sols ainsi que les paramètres climatiques de plusieurs zones (îles Éoliennes, alentours de Pachino) – assez similaires à ceux des îles de l’Egée – se prêtaient particulièrement à la production de vinum passum213 : aucun auteur grec n’y fait explicitement mention, mais le fait que la recette en ait été connue des viticulteurs puniques d’époque hellénistique214 rend très vraisemblable qu’elle leur soit parvenue depuis la Sicile.

  • 215 WILSON 1990. 264.
  • 216 TURANO 1983. 572-573 ; ARTHUR 1989 ; SANGINETO 1989. 842-843.

87C’est un premier tour d’horizon de la viticulture de Grande Grèce et de Sicile qui est présenté dans ces pages. La documentation, c’est un fait, est encore très limitée pour différents secteurs. On rencontre également des problèmes d’ordre plus général : ainsi, à l’inverse de la Campanie ou de l’Etrurie par exemple, aucune étude de terroir n’a été réalisée, même pour les zones censées avoir abrité un vignoble important. On aimerait également, dans la mesure où la viticulture s’inscrit dans la longue durée, mieux situer la production des ive-iiie s. par rapport à ce qui se passe à l’époque précédente, mais aussi par rapport à l’époque romaine, voire à l’antiquité tardive. Les choses changent, c’est évident, après la seconde guerre punique mais on sait que les vignobles situés dans des zones présentant une faible adéquation pour les céréales par exemple, ont tendance à traverser les siècles. De fait, il est possible de suivre un certain nombre de vignobles historiques de Sicile215 et du Bruttium216 à travers l’époque impériale, l’époque byzantine et le haut Moyen-Age.

Cépages et vins de Grande Grèce

Cépages et vins de Grande Grèce

Cépages et vins de Sicile

Cépages et vins de Sicile
  • 217 BRESC 1986.
  • 218 MELIS 1967.

88Une analyse régressive pourrait apporter d’intéressantes pistes de recherche, notamment pour les zones dont ne parlent pas les auteurs grecs. Elle est cependant rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas d’étude spécifique de la viticulture du Sud pour l’époque romaine, ni pour l’antiquité tardive. Il ne faudrait pas non plus négliger des informations encore plus récentes, comme les documents administratifs des xiiie-xve s. concernant les vignobles siciliens217 et calabrais218, tout en tenant compte des modifications que le paysage a pu avoir subi à cette époque. Rappelons d’autre part que, fin xixe s., les plantations de vignes de Sicile et de Calabre ont été remplacées dans leur quasi totalité à la suite de l’épidémie européenne de phylloxéra. La plate-forme viticole du Sud remonte donc à quelques dizaines d’années et il faut garder ce point à l’esprit lorsqu’on porte les yeux sur la carte du vignoble actuel. Malgré tout, il n’est pas inintéressant de constater que pas mal de vignobles contemporains, même s’ils ont été reconstitués dans les premières décennies du xxe s., correspondent assez précisément aux terroirs signalés dès l’époque grecque.

ANALYSE

89Les limites de la documentation ont été évoquées ci-dessus. Il n’est pas question d’en attendre des précisions analogues à celles que fournissent les auteurs pour le vignoble thasien, les Archives de Zénon au sujet de la viticulture ptolémaïque, l’archéologie pour les vergers de Chersonèse. Cela dit, les documents disponible pour l’instant permettent de dégager quelques traits de cette viticulture magno-grecque et siciliote.

  • 219 Pour la distinction vignoble de cru-vignoble de masse, v. TCHERNIA 1986. 38.
  • 220 Les auteurs font ainsi clairement la différence entre deux vignobles du golfe de Tarente qui devaie (...)

90Une viticulture de qualité. On connaît, comme en Grèce propre, un certain nombre de vins par leur nom : Lagaritanos, Thourinos, Mamertinos, Tauromenion, Eugenios, Pollios/Syracuse etc. Il s’agit de véritables appellations, d’ailleurs documentées à plusieurs siècles d’intervalle. Plusieurs d’entre elles sont liées à une cité et correspondent à des vignobles qu’on peut considérer comme des vignobles de cru219, notamment dans la mesure où ils apparaissent bien délimités sur le plan géographique220. Dans quelques cas, les auteurs donnent des précisions quant au cépage : il est ainsi question notamment du Byblinos et du Kapneios, qui sont des fleurons du paysage ampélographique grec.

  • 221 On comprend fréquemment γλυκυς οἶνος comme vin de liqueur, A. Bailly traduit par vin fait de raisin (...)
  • 222 La manière dont un vin grec se bonifie au cours des ans est, on le sait, un des critères essentiels (...)

91La qualité de la majorité des vins d’Italie méridionale est reconnue : le Lagaritanos est γλυκύς (doux)221 et άπαλός (tendre, délicat) ; le Byblinos de Sicile, qui s’apprécie après quelques années222, est γλυκύς et se boit non coupé ; le Mamertinos compte parmi les ἀρίστοι τῶν Ίταλικῶν... Il est difficile en l’absence d’information précise, de les situer par rapport aux vins de Grèce et d’Egée. Cela dit, la bonne qualité reconnue globalement aux vins de ce secteur et, surtout, l’absence de jugement négatif, attirent l’attention : ce n’est pas toujours le cas dans le reste du monde grec.

  • 223 Au Moyen-Age, beaucoup de vins méridionaux seront des vins sans nom : “E la sorte di molti vini ins (...)

92Les vins sans nom. A côté de ces appellations d’origine, il est des vignobles qui couvrent une superficie importante, mais pour lesquels on ne possède pas de nom de vin223. C’est le cas des ἀμπελῶνες τοῖς μεγέθεσι καὶ τῷ κάλλει διαϕέροντες d’Agrigente, vignobles réputés pour leur étendue et leur beauté, dont on constatera au CH. v l’importance dans les exportations de vin vers la Tunisie punique.

93Les vignobles exclusifs. A la lecture des études portant sur l’agriculture dans l’Italie du Sud grecque, on a l’impression qu’il existe en fait peu de vignobles exclusifs : les vignes seraient le plus souvent disséminés dans le paysage. Différents indices donnent au contraire à penser que des vignobles exclusifs existent et que leur taille peut être importante. C’est bien de vignobles exclusifs qu’il est question, à Agrigente, dans le passage de Diodore qui vient d’être évoqué. Cela semble le cas également dans le secteur nord-oriental de la Sicile : l’ensemble des informations concernant les cités viticoles entourant l’Etna (Messana, Tauromenion, Aetna, Katanè, Agyrion) donne à penser qu’on trouve là des zones de vignobles à même de concentrer une main-d’œuvre se chiffrant en milliers de personnes. L’existence d’installations rurales se consacrant exclusivement à la viticulture, comme celle de Lusôn dont il sera question au chap. iv, est également un indice.

  • 224 V. par exemple UGGERI 1969. 60.
  • 225 PERPILLOU 1981. 42. Les fermes isolées du monde grec des ive-iiie s. combinent souvent σῖτος et καρ (...)
  • 226 La chôra d’Agrigente par exemple est réputée pour ses plantations d’arbres fruitiers, mais produit (...)
  • 227 Anth., VI 226. La combinaison ἄρουρα/ϕυταλιά transparaît dans d’autres épigrammes, comme Anth., VI (...)

94Géologie des sols, morphologie du paysage, concentration de main-d’œuvre : trois raisons qui ont permis en différents endroits le développement de véritable vignobles. Cela dit, dans les plaines et les collines, la monoculture n’est pas l’état normal des choses : les campagnes – même les fertiles plaines littorales – connaissent généralement une distribution fondamentale, quoique assez technique, entre des céréales en système de jachère et des plants d’arbres ou de vignes224. Le couple ϕυταλιά/ἄρουρα, qui est à la base de l’agriculture grecque225, trouve de toute évidence sa pleine expression dans l’Italie du Sud de l’époque qui nous occupe. Ceci se constate tant à l’échelle macroscopique d’une chôra226, que dans la composition de lots ou propriétés particulières : la description que fait Léonidas de Tarente227 d’un petit champ des environs de Tarente, qui comprend une partie plantée à céréales, une petite vigne et un bosquet, en est un exemple parmi d’autres.

  • 228 Le phénomène est bien documenté par les auteurs (Idylles de Théocrite), l’épigraphie (Tables d’Hèra (...)
  • 229 IG XIV 645 I 172-173.
  • 230 Sa ve Idylle, située dans les campagnes de Thourioi, décrit un paysage de collines dans lequel abon (...)
  • 231 AMOURETTI 1986. 73.

95La viticulture de verger. Les cultures arbustives (ϕυταλιά) prennent une ampleur considérable au ive s., que ce soit dans la chôra prise au sens strict ou les zones périphériques228. Les baux d’Hèrakleia reflètent la présence de différents types d’arbres fruitiers dans les campagnes proches de la cité (Τὰς δὲ ἐλαίας καὶ τὰς συκίας καὶ τὰ ἄλλα δένδρεα τὰ πάντα, En ce qui concerne les oliviers, les figuiers, et tous les autres arbres fruitiers...)229 ; les textes de Théocrite230 évoquent les campagnes plus éloignées. La complémentarité des différents arbres fruitiers se comprend d’autant mieux que les récoltes (notamment celles de l’olivier et de la vigne) se situent à des périodes différentes231 et que les oliviers, constituante par excellence de ces vergers, ne donnent pas le fruit chaque année.

  • 232 IG XIV 645 I 171.

96Les baux d’Hèrakleia, qui illustrent la situation générale sur le littoral ionien, montrent que les vignes sont bien représentées par rapport à l’ensemble des cultures de plantation qui, soit dit en passant, sont présentes dans la plupart des lots. Tous ceux du sanctuaire d’Athéna possèdent une partie plantée à vignes (au total, plus de 10 ha sur 94) et, parmi ceux consacrés à Dionysos, un est cultivé exclusivement en vignes (υίκατι τέτορας σχοίνως, c. 2,4 ha)232. L’articulation des vergers peut être complexe dans la mesure où l’on y trouve des plantations de taille assez différente (arbres hauts : oliviers, pommiers, poiriers, noisetiers, châtaigniers ; arbres bas : figuiers, vignes), dont les exigences en matière d’ensoleillement, d’humidité, de protection vis-à-vis du vent, peuvent être sensiblement différentes.

  • 233 V. les remarques faites à ce propos dans DUFKOVA, PECIRKA 1970. spéc. 161.
  • 234 Pour les différentes manières de conduire la vigne, notamment dans le cadre de vergers, v. WHITE 19 (...)

97Il existe deux manières d’insérer les vignes dans un espace de verger : en cultures juxtaposées ou en cultures associées. Lorsqu’on juxtapose des parcelles comprenant d’une part des arbres fruitiers, d’autre part des vignes, les arbres fruitiers sont utilisés pour séparer les vignes des champs et pour les protéger du vent233. Des vignes basses et hautes peuvent, en d’autres occasions, être insérées dans les alignements d’arbres fruitiers, en encépagements autonomes ou arbustifs234.

  • 235 IG XIV 645 II 76-77.
  • 236 IG XIV 645 I 146-147. Dans les domaines d’époque républicaine, un esclave appelé salictarius (Caton (...)
  • 237 Anth., VII 731.
  • 238 Le terme κάμαξ ; est déjà attesté dans Homère (Il., XVIII 563).

98Les baux d’Hèrakleia mentionnent des files de vignes disposées en enfilade (ἀμπέλων τὰν πράταν στάσιν)235. Il doit s’agir de vignes sur échalas : les baux mentionnent la nécessité de s’approvisionner en ξύλοις ...ἐς τὰς ἀμπέλως236, ξύλον étant à comprendre dans le sens de χάραξ, échalas. Un passage de Léonidas de Tarente237 montre que l’échalassage des vignes est pratiqué couramment sur le littoral ionien à l’époque qui nous occupe : Ἄμπελος ὣς ἤδη κάμακι238 στηρίζομαι αὐτῷ σκηπανίῳ, Comme la vigne à l’échalas, je m’appuie à mon bâton.

  • 239 Pour la technique de la conduite arbustive, v. Pline, HN XVII 199ss. Différents agronomes latins (P (...)
  • 240 BAILLY 1950. s.v. (< εὶλέομαι, se rouler ; se rouler sur soi-même).
  • 241 DS., VIII Fr. 23,2. TURANO 1975. 86-87 y voit une allusion à l’existence de vignes grimpantes à l’é (...)
  • 242 Αὐτίκα ἄμπελος ἀναβαίνουσα μὲν ὲπὶ τὰ δένδρα, ὅταν ἔχῃ τι πλησίον δένδρον διδάσκει ἱστάναι αὐτήν, L (...)
  • 243 Th., CP I 10,4 ; II 18,2-3.
  • 244 CARTER et alii 1985. 286. Le meilleur arbre pour l’échalassage des vignes est le châtaigner (Castan (...)
  • 245 XXXIV 11,1. J. Heurgon estime que ce vin était produit sur le terroir du Falerne [HEURGON 1942. 14]
  • 246 Pline, HN XVII 209. Des contrats d’entretien de vignoble du Moyen-Age sicilien mentionnent encore l (...)
  • 247 Pline, HN XIV 22.
  • 248 C’est un des motifs pour lesquels, à l’heure actuelle, les vignes ad arberello (sur arbuste) resten (...)
  • 249 L’association vigne/figuier est bien attestée dans le monde grec. Elle se perçoit en Italie du Sud (...)

99La pratique de marier la vigne à l’orme, au peuplier, à l’olivier et, surtout, au figuier devait être répandue dans l’Italie du Sud239, et d’origine très ancienne. On note avec un intérêt particulier le lien entre le cépage Byblinos – un des plus anciens à avoir été acclimaté en Grande Grèce et Sicile – et la vigne appelée εἰλέος, qui signifie textuellement vigne qui s’enroule240. La tradition sur la fondation de Rhégion – cité de l’Italia, où s’est développé initialement le Byblinos – fait allusion à une vigne grimpante241. Les agronomes grecs du ive s.242 connaissent bien la vigne grimpante (ἀναδενδράς243) et tout porte à croire qu’elle est à ce moment couramment répandue en Italie du Sud : à Métaponte, la présence de peuplier (Populus alba) et de saule (Salix sp.) dans des endroits où se trouvent des vergers permet de penser qu’ils sont utilisés pour supporter ou lier les vignes244. Autres indices : Polybe245 signale qu’on produisait à Capoue un excellent vin appelé οἶνος ἀναδενδρίτης ; une herbe particulièrement répandue en Sicile, l’ἀμπελοδέσμος (Lygeum Spartum) était utilisée pour attacher la vigne à l’arbre246 ; l’Aminée un des cépages constitutifs du vignoble méridional, aura, à l’époque romaine, la réputation d’être particulièrement adaptée à la conduite arbustive247. La conduite arbustive a l’avantage de libérer le terrain pour d’autres cultures et s’intègre sans problème dans le cadre général d’une irrigation de verger248 ; il existe cependant des contraintes imposées par les arbres employés comme supports, un point important dans le cas du couple vigne/figuier249.

  • 250 La conduite sur treille produit d’autre part un excellent raisin de table et pouvait être le complé (...)
  • 251 DENTZER 1982. 133 ; 136.

100La conduite sur treille devait par ailleurs être pratiquée dans les jardins de ville ainsi que sur les portiques d’établissements isolés : la vigne est ainsi protégée des animaux et des rôdeurs250. Des vases italiotes à figures rouges illustrent des scènes de banquet se déroulant à l’extérieur, dans un jardin où poussent des vignes dont les branches forment treille251.

  • 252 La Basilicate comprend 45 % de collines et 47 % de zones classées comme montagnes ; la Calabre, 49  (...)
  • 253 II est intéressant à ce propos de relever que les fouloirs de Petralia Sottana dont il a été questi (...)
  • 254 Posidonius, dans Strab., VI 2,3.

101Vignobles de collines et de montagne. La viticulture a trouvé un terrain particulièrement propice dans les collines et la basse montagne qui composent une bonne partie du paysage de Grande Grèce et de Sicile252. D’importants vignobles des ive-iiie s. se trouvent dans des zones de collines (à Thourioi – in Thurinis collibus -, à Messana) et des vallées (Pyxous et la vallée du Bussento, Temesa et celle du Savuto)253. La viticulture est également pratiquée dans des zones au relief plus tourmenté, comme les contreforts de l’Etna (v. par exemple les τα Καταναίων χωρία254).

  • 255 Voir les remarques faites à ce sujet par G. Coppola, dans AGRICOLTURA ITALIANA. spéc. 502.
  • 256 Les conditions n’ont guère changé depuis l’antiquité dans ces zones, dans la mesure où il n’a pas é (...)
  • 257 Posidonius, dans le passage cité note 254 supra, souligne combien les contreforts de l’Etna se prêt (...)

102L’agriculture des collines et de la basse montagne est souvent considérée comme une composante marginale. On évoque les coûts d’exploitation prohibitifs, les faibles rendements : il s’agirait uniquement d’une activité de subsistance. Mais s’il est exact que la pratique de la céréaliculture dans pareilles zones ne peut guère prétendre à autre chose qu’à l’autosuffisance, il n’en va pas de même pour les arbres fruitiers, et surtout pour les vignes255. Les encépagements en coteaux escarpés ou contreforts montagneux peuvent être intensifs (de l’ordre de 2 500 à 6 000 souches/ha) ; les rendements sont souvent très corrects256 ; enfin, la qualité du raisin s’avère dans pas mal de cas un paramètre déterminant257.

  • 258 La multiplication d’arbres fruitiers, et notamment de parcelles de vignes, implique un suivi au fil (...)
  • 259 V. par exemple l’interdiction de pâture évoquée dans IG XIV 645 I 128-129 : νέμω, dans le sens de f (...)
  • 260 Pour une description de vigne sauvage grimpant sur un cyprès, v. Théocr., Anth., IX 437. Les recher (...)

103L’implantation d’établissements permanents permet aux cultivateurs de s’occuper efficacement des arbres fruitiers tout au long du cycle productif258 et a certainement représenté un facteur décisif du développement des vignobles de collines. Des collines dans lesquelles l’activité peut être assez complexe : la ve Idylle de Théocrite, qui est censée se passer dans les collines de Thourioi, montre qu’une cohabitation est possible – jusqu’à un certain point – entre ramassage de bois (δρυτόμος, bûcheron), arbres fruitiers spontanés (κότινος, olivier sauvage ; ὀρομαλίδες, pommes sauvages) et de culture (ἄμπελος, vigne), élevage (bœufs, agneaux, chèvres) et céréaliculture (καλαμευτης, moissonneur). Cette cohabitation est évidemment plus facile que dans les lotissements proches de la cité ou dans les kalai arourai appartenant à un sanctuaire259. Dans les collines, la vigne sauvage (ou retournée à l’état sauvage) peut parfaitement cohabiter avec la vigne domestiquée260.

  • 261 “Le trasformazioni agrarie, che si registrano in vari territori, con riduzione e cancellazione di v (...)
  • 262 DS., XVI 67,4.
  • 263 Pour Poseidonia, v. GRECO (E.) 1979b. 24-25.
  • 264 VALENZA MELE 1991. 105.
  • 265 V. notamment J. Carter, dans MAGNA GRECIA. vol. II 196ss.

104Les vins gréco-italiques. A l’époque qui nous intéresse, les Grecs n’ont plus l’apanage de la production du vin. C’est une erreur d’imaginer, comme l’a fait par exemple F. Ghinatti261, que l’italicisation d’un secteur signifie automatiquement la régression des cultures de plantation : différentes cités littorales devenues gréco-italiques entre la fin ve et le début iiie s. continuent une production viticole qui, selon toute vraisemblance, existait déjà à l’époque antérieure. C’est le cas à Pyxous, Hipponion, Temesa, Messana ; probablement aussi dans des cités comme Aetna, que les Campaniens occupent dans la deuxième moitié ive s.262 Cette production, à laquelle participent activement des Lucaniens, Bruttiens, Campaniens et Mamertins, est loin d’être négligeable, si l’on en juge par les documents disponibles. L’arrivée des Italiques semble d’ailleurs très positive à Hipponion et Messana. Cela dit, il est difficile, à l’heure actuelle, d’attribuer aux Italiques un quelconque apport en matière de technique viticole proprement dite. On peut tout au plus remarquer qu’ils devaient posséder une connaissance des vignes sauvages et, surtout, une bonne expérience des plantations en zones collinaires. En tout cas, le développement, au ive s., d’une arboriculture spécialisée dans les zones périphériques de Grande Grèce (et de certains secteurs de Sicile) est, au moins partiellement, à mettre en rapport avec l’installation fixe d’Italiques263. L’élevage et la transhumance continuent d’avoir aux ive-iiie s. une importance économique considérable, notamment pour les Lucaniens et les Bruttiens, mais ces activités ne sont pas forcément en conflit avec les cultures de plantation. Le monde des troupeaux et celui des cultures de plantation peuvent, jusqu’à un certain point, se combiner : les activités liées au traitement des produits dérivés de l’élevage cohabitent dans certains centres avec une agriculture spécialisée264 ; différentes fermes pratiquent à la fois un élevage sur une échelle assez importante et des cultures de plantation265.

  • 266 ROCCAGLORIOSA I. 327.
  • 267 A la fin ive s., cet établissement installé dans une zone d’accès difficile et à l’altimétrie tourm (...)
  • 268 J. Carter, dans MAGNA GRECIA. vol. II 181, fig. 260.
  • 269 Les données paléobotaniques fournies par l’habitat lucanien de Roccagloriosa mettent en évidence la (...)
  • 270 II serait intéressant de disposer d’informations paléobotaniques (morphométrie des pépins etc.) per (...)

105La viticulture italique. Des formes plus ou moins articulées d’arboriculture existent également aux ive-iiie s. dans des zones italiques de l’intérieur. La viticulture est largement pratiquée aux alentours du centre lucanien de Roccagloriosa, dans le Cilento266 ; l’établissement de Tolve, situé non loin de Potenza, au cœur de la Lucanie, tire une partie de ses ressources de l’arboriculture267 ; non loin de là, à Rossano di Vaglio, des ex-voto déposés dans un sanctuaire italique reflètent les arbres fruitiers couramment cultivés (poirier, figuier, vigne)268. Caton mentionne l’existence d’un cépage Lucanum, qui remonte certainement bien au-delà du iiie s., mais il est impossible de savoir s’il était cultivé sur les zones littorales ou dans l’intérieur. La mention du vin de Cosentia incite pour sa part à une meilleure connaissance des établissements ruraux de la Conca de Cozenza aux ive-iiie s. Les documents concernant la production viticole des zones internes sont encore peu nombreux pour l’instant, mais ils s’ajoutent à des documents concernant d’autres cultures arbustives269 et soulèvent des questions fondamentales. Ils montrent que la μεσόγαια italique n’est pas uniquement – loin s’en faut – un paysage naturel fait d’espaces de pâtures et de forêts, où les arbres fruitiers n’existeraient qu’à l’état sauvage. Ils posent également le problème des remontées de vallées qui ont pû avoir lieu dans différentes zones viticoles270, avec ce que cela implique, dès l’époque archaïque.

106L’emplacement des vignobles. Terminons sur un point qui a son importance en ce qui concerne la distribution du vin : la localisation des vignobles. Plusieurs vignobles importants sont en effet situés à proximité de ports maritimes importants (Thourioi ; Rhégion ; Messine ; Syracuse ; Agrigente), et/ou de fleuves qui étaient, à l’époque, navigables (Krathis) [v. chap. v].

  • 271 BRESC 1986. 177.
  • 272 PURCELL 1985. spéc. 7, note 27. Contra J. André, qui souligne le rôle des colonies grecques d’Itali (...)

107H. Bresc, parlant de l’agriculture sicilienne du xive s., évoque “la place importante mais non exclusive de la vigne au sein d’une polyculture complexe”271. Ce jugement s’adapterait assez bien à l’époque qui nous intéresse. Les différents points qui viennent d’être évoqués mettent en évidence le caractère structuré de cette branche de l’agriculture, sa vitalité, sa spécialisation. Il est de ce fait difficile de suivre N. Purcell, pour qui le véritable développement du vignoble méridional serait postérieur à la seconde guerre punique et la conséquence d’initiatives à proprement parler latines272.

Notes

1 V. notamment SERENI 1965. 122 ss. ; GRAS 1985. 266-272.

2 IX 110 ; 357-358.

3 SERENI 1965. 75-76 ; 125-126.

4 V. notamment Antiochos (FGrHist III 555). L’appellation dérive de οἴνωτρον, tuteur de vigne (Hesych., s.v.), ou plus simplement de οἴνος, vin. Sur l’extension géographique de l’Oinôtria, v. AMERUOSO 1992. 77ss.

5 BRIQUEL 1984. 614-615.

6 LEPORE, MELE 1983. spéc. 856.

7 HN XIV 25.

8 Aristote (dans Serv., ad. Virg., Georg., II 97) signale que des Thessaliens auraient transplanté l’Aminée en Italie méridionale et pris le nom d’Aminéens : Amineos Aristoteles in Politiis hoc scribit Thessalos fuisse qui suae regionis vites in Italiam transtulerint atque illis inde nomen impositum. L’information semble fiable et si le terme Italia est une simple transcription d’Aristote, l’implantation de ces Thessaliens (et par conséquent le développement initial du cépage Aminée) est à situer dans le secteur Lucanie/Bruttium. Sur ce passage, v. BICKNELL 1967. 136, 141.

9 Timée, dans Athén., Deipn., XII 519d.

10 Des statères d’argent à légende ΣΕΡ/ΣΕΡA figurent au D./Dionysos tenant un canthare, une branche de vigne derrière les épaules, au R./une grappe de raisin. E. Greco a récemment fait le bilan des recherches à propos de cette communauté et réaffirmé, de manière convaincante, sa localisation au nord-ouest de Sybaris, non loin de Laos [GRECO (E.) 1990].

11 Le lien exact de cette communauté avec celle des Aminei, que des documents récents situent dans le secteur de la plaine du Silaris [AMINA. 215ss.], n’est pas clair. Le caractère sybarite du monnayage des Aminaioi incite en tous cas à localiser cette ethnie du côté du littoral ionien [GRECO (E.) 1992. 93].

12 Des statères archaïques de Naxos figurent une combinaison thématique proche de celle des monnaies à légende ΣΕΡ/ΣΕΡA (D./Dionysos ; R./grappe de raisin & ethnique). Des émissions du ve s. portent au D./Dionysos, au R./un silène tenant un canthare. Pareille combinaison se retrouve dans d’autres hauts lieux de la viticulture grecque. Pour l’interprétation des types monétaires naxiens, v. CAHN 1944. 86-95 ; pour l’interaction vignoble-monnayage, v. KRAAY 1976. 206-207.

13 Soph., Ant., 1117-1118.

14 Th., CP VI 3,5.

15 Varr., RR I 1,8.

16 FGrHist III 570,4.

17 Varr., RR I 1,8.

18 Athén., Deipn., VIII 337b.

19 Gorgias 518b.

20 Athén., Deipn., XII 516c ; XIV 661e. V. LOICQ-BERGER 1967. 223, note 5.

21 Cléarque, dans Athén., Deipn., I 4a-c.

22 Athén., Deipn., I 4d. Kleanthès est du ive s. ou antérieur.

23 L’acmé de Théocrite se situe dans la seconde décennie du IIIe s. [LEGRAND 1972. v ss.].

24 Dans Athén., Deipn., I 31b (Trad. A. Desrousseaux, Budé). V. également Ael., VH XII 31.

25 FGrHist III 554.

26 Pour la chronologie, v. VAN COMPERNOLLE 1966. spéc. 80-87.

27 Trav., 589.

28 SALVIAT 1986. 188-189.

29 Dans DS., XIII 83,3.

30 Dans DS., XIII 83,2.

31 Dans Athén., Deipn., I 29 b-c.

32 V. les remarques dans GRAS 1985. 262-263

33 109ss.

34 45ss.

35 15ss.

36 Ceci correspond assez bien à ce qu’on sait du Byblinos de Méditerranée orientale qui est, de fait, tenu pour un des meilleurs vins grecs. Au ve s., Philyllios (dans Athén., Deipn., I 31a) le cite en compagnie des Lesbos, Chios, Thasos vieux et Mendé, ce qui se passe de commentaires. Archestratos, dans le passage signalé dans le texte, compare ses mérites au Lesbos, qu’il considère lui comme meilleur, contredisant en cela ceux pour qui le Byblinos est le plus doux de tous (ἅδιστος...πάντων).

37 Dans les Thalysies, une Idylle censée se passer à Cos mais contenant différentes allusions à la Sicile (Polyphème, le fleuve Himéras), il est question d’un vin fameux et le v. 147 précise : Τετράενες δὲ πίθων ἀπελύετο κρατὸς ἄλειϕαρ, De la tête des jarres on enleva un enduit de 4 ans. L’analogie est frappante avec le passage de l’Id. XIV évoqué ci-dessus, dans lequel, au cours d’une fête campagnarde également, Théocrite reprend la même formule en parlant du vin Byblinos. Le vin de Cos étant tout sauf un vin qui vieillit, on peut voir dans le passage des Thalysies le souvenir vivace d’un vin siciliote bien connu de l’auteur.

38 Anth., VI 44.

39 Anth., VII 731.

40 Anth., VI 300 (εὐοίνου σταϕυλῆς ἀποσπάς, grappe d’un raisin qui produit beaucoup de vin ou du bon vin).

41 VI 1,14.

42 BICKNELL 1967. 131, note 4.

43 V. en dernier lieu LA GENIERE 1991. 66.

44 Amendolara ? [J. de la Genière, dans BTCGI s. v. Lagaria].

45 Dans Athén., Deipn., X 437b.

46 De agr., 6, 4.

47 Elle pourrait de fait être très ancienne, si on accepte l’étymologie Μοργάντιον < μόργιον, nom d’une sorte de vigne dans Hesychius (μόργιον εἶδος ἀμπέλου) [ANDRÉ 1958. 88]. Éphore (dans Strab., VI 1,6 ; 2,4) signale que Morgantion fut fondée ὑπὸ τῶν Μοργήτων lorsqu’ils furent chassés de l’ltalia par les Oenôtres : l’étymologie cadrerait assez bien avec la tradition rapportée par Aristote à propos des Aminaioi, une ethnie initialement voisine des Morgètes (note 8 supra).

48 Différents entrepôts et structures liées à l’exploitation agricole sont en activité à ce moment [BELL 1984-85].

49 V. notamment T.-L., XXVI 21.

50 VI 2,4.

51 DS., XIV 59,2 ; XVI 7,1.

52 Εὐγένεια, de εὐγενής, de bonne naissance, sera rendu en latin par eugenea, eugenia [ANDRÉ 1954. 363].

53 Caton a été tribun militaire en Sicile en 214 (Nep., Cato XXIV 1,2). Il y apprit le grec et il est fort possible qu’il ait pu consulter les ouvrages d’agronomes ou ampélographes siciliotes qui ne nous sont pas parvenus.

54 P. G. Guzzo m’a fait remarquer qu’un lien n’est pas à exclure avec la deductio d’une colonie latine à Venosa dès 291 (DH., XVII-XVIII Fr. 5,2).

55 S. v. Ἴνυκος.

56 M. Massa, dans BTCGI s. v. Inico.

57 XI 25,5 : Les Agrigentins firent en sorte que la totalité du territoire, qui était fertile, soit plantée de vignes ainsi que d’arbres fruitiers en tous genres, en rangs serrés.

58 XIII 81,4-5.

59 XIV 90,7.

60 XIV 100,2.

61 XIV 63,3.

62 IV 84, 1-2.

63 HN XIV 39 (Trad. J. André, Budé).

64 GA 770b 19-24.

65 HP II 3,2 ; CP V 3,1-2.

66 PCZ I 59033, 13-14. Ce document est daté de 257.

67 ANDRÉ 1952. 140.

68 J. André suggère, pour le Bukoniates, un lien avec κῶνος, pomme de pin, résine, et pour Tharrupia, avec ταρσός, ταρσός, claie [ANDRÉ 1952. 149 ; 153].

69 Le but d’une surmaturation est de laisser le raisin se déshydrater, concentrer le sucre et commencer le processus du passerillage, préalable indispensable à la vinification de vins doux [VAISIERE 1941. 14-26]. A l’heure actuelle encore, les vendanges de différents vignobles de Basilicate se font tardivement, entre fin octobre et milieu novembre. Cette pratique se retrouve dans certains vignobles du nord de la France, d’où l’appellation vins de gelées : les meilleures vendanges s’y obtiennent après une première gelée [DION 1959. 27].

70 HN XIV 80 (Trad. J. André, Budé).

71 Le vin doux ψίθιος οἶνος est évoqué par Euboulos, dans Athén., Deipn., I 28f. Pour la vigne ψίθιος, renommée pour le vin qu’elle produit au départ de ses raisins séchés, voir Virg., Georg., IV 269.

72 On rapprochera l’expression vero mulsi de l’οἶνον μελινδέα/μελίϕρονα homérique (Il., XII 320 ; Od., VII 182). Il est d’ailleurs possible que certains vins doux siciliens, comme le Syracuse, aient été réellement miellés (note 201 infra).

73 VI 2,3.

74 CIL VIII 22640.60.

75 V 6,11.

76 Les mesures imposées par Rome aux campagnes du Sud (concentration des terres, création d’agri publici, intensification de la transhumance) ont en fait essentiellement modifié la plate-forme viticole dans un sens négatif. Entre Caton et Pline, des cépages ont disparu, comme Pline (HN XIV 44) lui-même le souligne :... pauca attigit vitium genera, quarumdam ex iis iam etiam nominibus abolitis, (Caton) n’a cité que peu d’espèces de vignes, et les noms de quelques-unes sont même déjà oubliés. Toute argumentation ex silentio serait donc dangereuse, mais une analyse régressive utilisée avec discernement peut apporter des pistes de recherche.

77 Caton par exemple connaît différents ouvrages techniques grecs (du Ps.-Démocrite, Théophraste, Xénophon), mais ne cite jamais ses sources [GOUJARD 1975. xl-xli], Pline tire sa connaissance de différents plants (aethalus, alopecis, dactylis, leptorrax) d’agronomes grecs, sans toutefois préciser de qui il s’agit [ANDRÉ 1952. 154]. Pour les sources grecques des agronomes latins, v. l’introduction de HENTZ 1979.

78 Comme le fait remarquer J. André dans son introduction au livre XIV de Pline : “Sa contribution personnelle paraît assez mince et s’efface devant l’autorité de ses sources” [ANDRÉ 1958. 9].

79 Pline, HN XIV 20 ; Col., RR XI 3,2 (v. également I 1,7). Le Ps.-Démocrite est apparemment déjà connu de Caton (note 77 supra).

80 Pline (HN I 12-13) le mentionne parmi les sources qu’il a consultées pour le De Arboribus et le De peregrinis arboribus.

81 RR I 25.

82 Deipn., XI 479f.

83 Le passage d’Athénée est une explication du mot κρατάνιον : le contexte est celui de vaisselle destinée au service du vin. Polémon continue d’ailleurs en signalant des dédicaces faites dans le Trésor des Byzantins, parmi lesquelles on retrouve des récipients se rapportant au service du vin : kylix, oenochoè, kratanion.

84 Strab., VI 1,15.

85 Dans Strab., VI 2,3.

86 Od., II 6,18-20.

87 V 6,7-8.

88 HN XIV 9.

89 GIANNELLI 1963. 69.

90 HN XIV 69 (Trad. J. André, Budé).

91 Deipn., I 27b. Le Babinos est mentionné dans ce passage entre le vin d’Aequa et différents vins campaniens (Kaukinos, Vénafre, Trébillikos). Il semble correct de l’imaginer originaire de Campanie, même si le texte de Pline semble plutôt le mettre en relation avec la zone Bruttium-Lucanie. L’étymologie osque de ce vin conforte de toute manière une localisation dans le secteur Campanie-Lucanie-Bruttium. En ce qui concerne les Servitia (vina), J. André se demande dans quelle mesure il ne s’agit pas d’un nom de propriétaire [ANDRÉ 1958. 105]. C’est peu probable dans la mesure où le passage de Pline est essentiellement articulé sur la distribution géographique des zones de production.

92 V. notamment TEMESA ; VALENZA MELE 1991.

93 HN XIV 69 (Trad. J. André, Budé).

94 HN XIV 25 (Trad. J. André, Budé).

95 HN XIV 66 (Trad. J. André, Budé).

96 Des amphores d’époque républicaine trouvées à Pompéi [p. ex. CIL IV 2618] portent l’inscription peinte Taur, que le CIL suggère de développer en (vinum) Taur(omenitanum). V. également WILSON 1990. 263, fig. 223.

97 HN XIV 35 & 46 (le second passage est une simple citation de Caton).

98 HN XIV 66 (Trad. J. André, Budé).

99 Ποτύλανος < πότος, πότος boisson. Ce terme est fréquemment employé dans le sens de vin (II., I 470 etc.).

100 Silv., II 2,111.

101 Dans Athén., Deipn., I 26c-27d.

102 Un titulus pictus sur deux amphore Dr. 1 du Castro Pretorio fait apparemment mention de (vinum) Reg(hinum ?) [CIL XV 4590-4591 ; v. TCHERNIA 1986. 45, 47].

103 Deipn., I 27a : Ὁ Βυξεντῖνος ἐμϕερῶς ἔχει τῷ Ἀλβανῷ τῷ ὀμϕακίᾳ ὲστὶ δυνάμει καὶ εὐστόμαχος, Le Buxentin se rapproche de l’Albain aigrelet, mais les effets en sont néanmoins bons pour l’estomac (Trad. A. Desrousseaux, Budé).

104 DS., XI 59,4.

105 La cité est abandonnée quelques années après sa fondation, ce qui oblige le sénat romain à envoyer de nouveaux colons (T.-L., XXXIX 23, 3-4). Pour l’exploitation du territoire dans la zone de Pyxous, v. GUALTIERI, POLIGNAC 1991. 200-201.

106 A propos de laquelle on verra BENCIVENGA TRILLMICH 1988.

107 Deipn., I 27d.

108 Deipn., I 27c.

109 Ἰταλιώτης est une correction de A. Desrousseaux (Budé) en place de ἰωτάλι–νος, incompréhensible. Elle semble plausible, bien qu’on ne puisse exclure Πωτάλινος, nom d’un vin mamertin cité par Pline (v. ci-dessus dans le texte).

110 Trad. A. Desrousseaux (Budé).

111 IG XIV 645 I 114 ; 123 ; 146-148 ; 169-170 ; II 40 ; 44-45 ; 54 ; 60 ; 68 ; 77 ; 83 ; 87 ; 90 ; 94 ; 96 ; 101 ; 103 ; 109.

112 IG XIV 645 II 43. Pour le terme, v. l’ἀμπελουργική (τέχνη) de Plat., Rep., 333d.

113 Tabl. 15/23/30/31.

114 Aristote (Econ., 1345a) distingue clairement les fruits secs/grains (ξηροὶ καρ– ποί) de ceux qui sont humides (ὑγροὶ καρποί).

115 Xén., Econ., V 20. Le terme est souvent employé dans un contexte de production de vin (DS., III 63). V. également M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 20.

116 LANDI 1979. 159-160.

117 Deux mois du calendrier lokrien, Διονύσιος et Βουκάτιος, évoquent directement les Άνθεστήρια [LANDI 1979. 178ss.].

118 MANGANARO 1989. 193, 215.

119 MANGANARO 1989. 203-205 (Morg. I).

120 PCZ I 59007. La restitution [οἴνο]υ est sûre car l’ensemble du papyrus se réfère à des quantités de vin données au jour le jour.

121 GRAS 1975. 43-47. G. Voza a émis une hypothèse analogue à propos de structures repérées dans la région de Syracuse [GRAS 1985. 271-272] mais ne semble pas avoir publié ses conclusions.

122 Établissements de Sicile : MARTIN, PELAGATTI, VALLET 1980. 418-420 ; Tolve (fin IVe-IIIe s.) : TOLVE. 17, fig. 6.

123 Ceci est vrai pour l’ensemble de la période grecque en Italie du Sud, à quelques exceptions près (des faucilles destinées à la taille d’arbres fruitiers ont été signalées à Pantanello, c. 700-650 : J. Carter, dans MAGNA GRECIA. vol. II 184, fig. 263). On mesure sur ce point également la différence avec l’état des connaissances en mer Noire [COMSA 1982].

124 Sur les fouloirs à raisin, v. SPARKES 1976.

125 Les fouloirs creusés dans la roche en bordure des plants de vignes sont une constante du paysage méditerranéen (Is., V 2 ; Matth., XXI 33).

126 V. BRUNEAU, FRAISSE 1981 ; ISAGER, SKYDSGAARD 1992. 56-57.

127 WILSON 1990. 192, note 25.

128 ENTELLA 1988. 472-504.

129 Id. VII 24-25. Une scène de foulage à l’air libre possède évidemment une puissante charge d’évocation dionysiaque. L. Dubois [BULL. EPIG. 1990 n°859] n’exclut pas que ce ληνός de Théocrite puisse en fait désigner les bâtiments d’une exploitation viticole.

130 Pareils fouloirs à ciel ouvert creusés à même la roche apparaissent dans les documents administratifs du Moyen-Age sicilien sous le nom de palmentu [BRESC 1986. 177].

131 Pour ce problème, v. notamment BRUN 1986. 60-65. Il est à noter cependant qu’une différence semble se noter dans le recouvrement intérieur des cuves destinées au vin (plâtrage plus fin ou poissage : v. l’usage du terme κεκονιαμένη dans la description d’une vasque-fouloir d’Agrigente, p. 94, note 11).

132 L’extraction de l’huile requiert une pression dix fois supérieure à celle nécessaire pour la production de vin [AMOURETTI 1986. 166].

133 La production oléicole de l’établissement de Monte Adranone (près de Sambuca di Sicilia), en activité au ive s., est établie sur base d’un pressoir et de noyaux d’olives [DE WAELE 1980. 425].

134 DUFKOVA, PECIRKA 1970. spéc. 159-173 (établissements Strzheletskii n°s 25-26).

135 V. AVOLIO 1829. 71-72 ; PACE 1935. 380. Pour le rôle des celliers en général : BILLIARD 1913. Chap. IX, La cave et le vin ; AMOURETTI 1986. 72-73.

136 Biliographie dans ROCCAGLORIOSA I. 323-328.

137 CARTER et alii 1985. 286-290 ; CARTER 1986b. 482-484 ; J. Carter, dans MAGNA GRECIA, vol. II 180ss. On a retrouvé à Pantanello des pépins et des raisins entiers [CARTER 1990. 419 & pl. 45.2].

138 ROCCAGLORIOSA I. 199, 327.

139 V. notamment DENTZER 1982. 133 ; 136.

140 JIRCIK 1990. 111-116.

141 On trouvera dans cette étude [PERA 1986] les références bibliographiques des monnayages évoqués ci-dessous.

142 V. CAHN 1944. 86-95.

143 Amphore : SNG ANS Lucania 486-487. Grappe de raisin : SNG ANS Lucania 356. Canthare : SNG ANS Lucania 510. La grappe de raisin et le canthare apparaissent déjà sur des monnaies de la première moitié du ive s. [GROSE 1923. n°971-972] ainsi que sur des statères au type de Leucippe [BABELON 1924. n°484 ; 487]. Œnochoè : LO PORTO 1966. 179, n° 101.

144 Dionysos : v. par exemple SNG Copenhagen 1617-1622 ; grappe de raisin sur des bronzes du “Thunderbolt Group” [SCHEU 1961. 55-57].

145 Références bibliographiques dans PERA 1986.

146 ADAMESTEANU 1982. 462.

147 ZANCANI MONTUORO 1954. 98-99 ; ARIAS 1977. pl. LXXV, LXXVI ; M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 20.

148 Un ex-voto en terre-cuite (ive-iiie s.) retrouvé dans la zone du temple d’Héra Argiva représente une grappe de raisin ; il est exposé au Musée de Paestum. Dans une tombe de femme d’Agropoli (Contrada Vecchia), différents fruits miniatures évoquent les cultures pratiquées, et l’on note particulièrement la présence de figues et de raisin [PONTRANDOLFO, ROUVERET 1992. 375]. La céramographie posidoniate fait fréquemment appel à des décors à base de grappes de raisin (bouteilles type Gnathia) ainsi qu’à une thématique dionysiaque plus élaborée, notamment sur les cratères [CORRIGAN 1979. 149].

149 LUCANIA CENTRO ORIENTALE. 176-177, n°55.

150 Une couronne de bronze doré avec un décor de feuilles, cigales, fruits et grappes de raisin provient d’une tombe située près du sanctuaire rural de S. Biagio [ADAMESTEANU 1974. 448 & pl. 87,2].

151 T. C. Loprete, M. P. Bini, dans SIRIS-ERACLEA. 49-74.

152 Φυτόν désigne le jeune plant de vigne (encore en pépinière) lorsqu’on l’emploie en combinaison avec ἄμπελος (pied productif) [PERPILLOU 1981. 46].

153 XIX 12 ; v. CHANTRAINE 1971. 103, note 1.

154 CATANI 1985. 146-148 ; DOBIAS-LALOU 1985. 177.

155 V. par exemple PCZ I 59033 (onze variétés de plants couramment utilisés).

156 C’est le raisin généralement utilisé pour le passum (Pline, HN XIV 81).

157 Pour Hèrakleia L., v. UGUZZONI, GHINATTI 1968. 117 ; pour Thourioi, v. ZANCANI MONTUORO 1982.

158 Théocrite évoque indirectement les vignobles situés sur les bords du Krathis : ‘ [pipa àv0’ iiSrexoç peixco yâXa, Kai xù ôfe, Kpâ9t, / o’ivcp Tiopoupoiç, xà Sé xot cria Kap7tôv èveimi (Id. V 124-125), que l’Himère coule de lait à la place d’eau et toi, Krathis, de vin pourpre, et que tes plantes aquatiques portent du raisin. On notera à propos de l’épithète πορϕύρος qu’à l’heure actuelle, les vins rouges sombres d’Italie méridionale sont appelés génériquement calabrais.

159 DS., XII 9,2.

160 Les manuels mettent surtout l’accent sur la production céréalicole de Métaponte, donnant l’impression qu’on ne cultive que des céréales dans les campagnes. Les travaux de l’Université du Texas ont cependant mis en évidence l’extension de l’arboriculture aux IVe-IIIe s. dans le Métapontin.

161 Les informations concernant le vignoble contemporain sont tirées du Fichier oenologique systématique des dénominations d’origine d’Italie publié par le Ministero dell’Agricoltura e Foreste de la République Italienne [FICHIER ŒNOLOGIQUE].

162 Strab., VI 1,3.

163 MILLON 1991. 458-465.

164 Les ampélographes modernes s’appuient sur l’étymologie (Aglianico < ellenico < ἑλληνικος) et la pratique d’encépagements sur alberelli bassi (à la grecque) pour suggérer que le raisin noir Aglianico, à la base non seulement de l’Aglianico del Vulture mais également d’autres vins de Lucanie orientale (Aglianico dei Colli Lucani) et de Matera-Tricarico, a été introduit dans l’intérieur de la Basilicate dès l’époque grecque. Mais les documents dont on dispose sont en fait très réduits. Les plus anciens témoignages concernant la viticulture dans cette région remontent au ive s. (notes 267-268 infra). Il est possible que des plants utilisés à ce moment sur le littoral aient été acclimatés dans l’intérieur à cette époque, mais il est difficile d’être plus précis.

165 Les ampélographes modernes attribuent au vignoble de Cirò une longue histoire et le relient à un fantomatique *vignoble de Krimissa, dont on ne possède en fait aucune trace tangible. En ce qui concerne l’étymologie Cirò < κιρρός (οἶνος), paillet, vin de couleur jaunâtre (Mnésithée, dans Athén., Deipn., I 32d), elle semble difficile à accepter, même si le raisin Zibbibo, largement diffusé dans la Calabre actuelle, produit un vin à la robe jaune or, avec des reflets ambrés [FICHIER ŒNOLOGIQUE]. En effet, des documents du xiie s. mentionnent les toponymes Psichrò, Ypsigrò et G. Rohlfs suggère une dérivation de ψυχρὸς et ἰσχυρός [ROHLFS 1966-67. s.v.].

166 Comme pour le Cirò, les ampélographes n’hésitent pas à faire remonter ce vignoble à l’époque grecque. Le seul indice, ici également, serait l’étymologie Melitta < μέλιττα, μελίτταινα, Melissa officinalis ou, mieux, μελίττιος οἰνίσκος(Euboulos, dans Athén., Deipn., I 29a), μελιτίτης οἶνος (Diosc., V 7,2 ; Pline, HN XIV 85), vin de liqueur (litt. au moût sucré). G. Rohlfs estime que les toponymes calabrais en Meliss-/Melit– dérivent du vocable grec miel [ROHLFS 1966-67. s.v.].

167 Alkimos (dans Athén., Deipn., X 441a-b), dans un passage expliquant pourquoi les femmes italiotes s’abstenaient encore de boire du vin à son époque (ive s.), évoque le cellier (πίθος οἴνου) qu’un Crotoniate aurait possédé à une époque aussi ancienne que celle du passage d’Hèraklès. Ce passage, même s’il doit vraisemblablement être considéré comme “une reconstitution moralisatrice” [GRAS 1983. 1073], renseigne sur la consommation de vin des Crotoniates au ive s.

168 Théodoros, dans Athén., Deipn., X 412e, signale que Milon, célèbre athlète crotoniate, buvait allègrement trois χοᾶς de vin par jour.

169 T.-L., XXIII 20,10 (occupation du territoire dans les collines entourant Petelia, c. 216) ; GUZZO, LUPPINO 1980. 860-863 (établissements ruraux).

170 Un testament d’époque impériale [CIL X 114, 1. 28-29].

171 Petelia est la μητρόπολις τῶν Λευκανῶν (Strab., VI 1,3).

172 XXVI-XXVII.

173 V. les remarques à propos de la production viticole et oléicole de Lokroi dans BARRA BAGNASCO 1993. 42-45.

174 COSTAMAGNA 1987. 483 ; 507-508.

175 A l’heure actuelle, le plateau du Poro et le Vibonese associent étroitement céréaliculture, élevage (centre du plateau) et cultures intensives (vignes, arbres fruitiers, légumes).

176 Dans Athén., Deipn., XII 542a.

177 Le terme Ἀμαλθείας κέρας est appliqué à différents endroits particulièrement fertiles, dans lesquels les arbres fruitiers – vignes notamment – abondent (p. ex. DS., III 68,1-3). Il peut également être employé pour désigne une coupe à boire (Athén., Deipn., XI 783c), ce qui renforce son lien avec le vin.

178 Strab., VI 1,5. On en a jusqu’ici peu d’indices matériels [GUZZO 1989. 80-81].

179 Varr., RR I 7,6.

180 P. G. Guzzo m’a fait remarquer qu’on ne peut exclure la possibilité que ce vignoble se soit en fait constitué au ier s. A ce moment, le territoire de Cosentia est le théâtre de révoltes serviles et une colonie y est installée (Lib. col., 1,209,16). Il faut effectivement se montrer prudent, mais j’ai le sentiment que ce vignoble n’a pas été créé ex nihilo entre la fin de la seconde guerre punique, voire la création de la colonie augustéenne, et l’époque à laquelle écrit Pline. Κωσεντία est une cité importante aux ive-iiie s., un des seuls centres bruttiens de l’intérieur à battre monnaie d’ailleurs, et il est à se demander si son importance est due uniquement au fait qu’elle commande une voie de passage : n’est-ce pas également parce qu’elle tire profit des cultures pratiquées dans son territoire (T.-L., XXVIII 11,13-15 : spéc. In Consentinum agrum... in loca culta) ? L’information de Tite-Live, ainsi que certains symboles apparaissant sur le monnayage des Brettioi (v. supra) permettent de se demander dans quelle mesure il n’existait pas un vignoble autour de Κωσεντία avant l’époque romaine, peut-être même déjà à une date assez haute (la cité, voisine de Pandosia, se trouvait au coeur de l’Oenôtrie). Mais seule l’archéologie rurale permettra de préciser les modalités de l’exploitation agricole de la Conca di Cosenza.

181 L’existence dans le territoire de Velia d’établissements à vocation agricole (comme celui de Castelnuovo Cilentino, c. 325-300 : MAFFETTONE 1988), ainsi que les informations paléobotaniques de Roccagloriosa montrent qu’il faut prendre avec prudence le jugement lapidaire de Strabon (VI 1,1). La possibilité d’un développement significatif de l’arboriculture ne semble en tout cas pas à exclure [MOREL 1987]. Mais il n’y a aucune mention d’un vin de cette zone avant Horace (Lettres I 15,16-20 : une allusion assez labile, soit dit en passant). L’archéologie du territoire devrait permettre d’éclaircir cette question.

182 V. par exemple Col., RR XII 22-24. Pour le poissage des moûts et des vins, v. VAISIERE 1941. 141-148.

183 HN XIV 127. M. Lombardo estime qu’un passage d’Aristophane pourrait faire indirectement allusion à la poix du Bruttium, lorsqu’il déclare (dans Steph. Byz., s.v. Βρέττιοι ) : Μέλαινα δεινὴ γλῶσσα (pour πίσσα ?) Βρεττία παρῆν (sur ce passage, v. AMERUOSO 1992. 119, note 131).

184 Strab., VI 1,9 : καὶ ὁ δρυμὸς ὁ ϕἑρων τὴν ἀρίστην πίτταν τὴν Βρεττίαν, ὅν Σίλαν καλοῦσιν... une forêt qu’on appelle Sila, qui produit la meilleure poix, dite poix bruttienne. V. également DH., XX Fr. 15,2.

185 La Tabl. 15 évoque une entrée résultant de la vente de 40 κάδοι de poix au prix de 3 statères l’un [POLIS ED OLYMPIEION. 169-171].

186 DE CARO 1985. 29 ; POLIS ED OLYMPIEION. 171-191.

187 Dans Athén., Deipn., I 28a.

188 Strab., V 4,8, où le parallèle est expressément mentionné.

189 Pour la viticulture en altitude dans la baie de Naples, v. VALLAT 1987.

190 Pyth., I 30.

191 Dans Strab., VI 2,3 (Trad. F. Lasserre, Budé).

192 BRESC 1986. 177-178.

193 DS., XIV 57,4.

194 Ces encépagements présentent au regard du visiteur des vignes très basses, d’aspect malingre, mais qui produisent en fait des grappes turgescentes, aux saveurs très riches et nuancées [FICHIER ŒNOLOGIQUE].

195 DS., XI 76,3 ; Strab., VI 2,3.

196 DS., XI 49,1.

197 DS., XVI 82,5. Sur ce nombre apparemment élevé de colons, v. également WESTLAKE 1942. 84.

198 Pour le lien densité du peuplement d’une région-pratique de la viticulture, v. DION 1959. 32-34.

199 DS., XIV 62,5 (δενδροτομῶν).

200 Et ce jusqu’à un auteur comme Clément d’Alexandrie (Συρακούσσιος ἡδύς).

201 La Sicile orientale produit à l’époque grecque un miel réputé pour sa qualité [SCRAMUZZA 1959. 282].

202 Pantelleria et Lampedusa présentent, sur le plan viticole, des caractéristiques similaires aux îles de l’Egée : les sols sont volcaniques, le vent assez fort une bonne partie de l’année, l’apport en sel sensible. Des muscats originaux y sont produits depuis longtemps, dont le Moscato di Pantelleria (DOC).

203 Le vinum Mesopotamium est connu par des titutli picti du ier s. [CIL IV 2602-3 ; VIII 22640.8 ; CALLENDER 1965. 37] et il a été rattaché, dès la fin xixe s., à une statio de l’itinéraire d’Antonin située entre Kamarina et Gela [VILLEFOSSE 1893. 242-243]. L’étymologie de ce vin renvoie à l’époque grecque.

204 R. Wilson situe son terroir aux environs de Scoglitti/Vittoria, c’est-à-dire au sud-est de Gela, entre la vallée du Dirillo et celle de l’Ippari [WILSON 1990. 191].

205 Aetius V 26,4 (Dox. 438).

206 Sil. Ital., XIV 204.

207 DS., XXXVI 7,3.

208 PERA 1986. 39-40.

209 L’archipel est particulièrement adapté à la pratique de la viticulture, du fait de son volcanisme : Strabon souligne que le sol de Lipari est εὔκαρπος (VI 2,10). Un passage de Thucydide (III 88,4) fait d’autre part allusion aux champs que cultivent les Lipariotes à la fin du Ve s. (sur ce passage, v. HANSON 1983. 149) et on voit mal quelles pouvaient être les cultures en dehors d’arbres fruitiers, et surtout de vignes.

210 WILSON 1990. 238-239. A. Tchernia m’a cependant fait observer qu’à son avis la viticulture antique est passée à côté de l’usage généralisé du soufre.

211 De agr. 95.

212 HN VXVII 264.

213 La recette du vin de raisins séchés au soleil est déjà connue d’Hésiode (Trav., 609-614). Il y a peut-être une allusion à une dessication sur pied dans Homère (Od., VII 123-125).

214 Magon connaît le passum (Col., RR XII 39).

215 WILSON 1990. 264.

216 TURANO 1983. 572-573 ; ARTHUR 1989 ; SANGINETO 1989. 842-843.

217 BRESC 1986.

218 MELIS 1967.

219 Pour la distinction vignoble de cru-vignoble de masse, v. TCHERNIA 1986. 38.

220 Les auteurs font ainsi clairement la différence entre deux vignobles du golfe de Tarente qui devaient être pour ainsi dire limitrophes : le Thourinos et le Lagaritanos.

221 On comprend fréquemment γλυκυς οἶνος comme vin de liqueur, A. Bailly traduit par vin fait de raisins desséchés au soleil [BAILLY 1950. s.v. γλυκυς]. C’est exact, mais le terme peut également être synonyme de το γλεῦκος et désigner un vin doux [VAISIERE 1941. 26ss.].

222 La manière dont un vin grec se bonifie au cours des ans est, on le sait, un des critères essentiels de sa qualité [SALVIAT 1986. 178-179].

223 Au Moyen-Age, beaucoup de vins méridionaux seront des vins sans nom : “E la sorte di molti vini insulari e meridionali, quella di essere privati di individualità [MELIS 1967. 104].

224 V. par exemple UGGERI 1969. 60.

225 PERPILLOU 1981. 42. Les fermes isolées du monde grec des ive-iiie s. combinent souvent σῖτος et καρποί : lorsque Démosthène décrit dans le Contre Phénippos les plantations d’une ἐσχατιά attique, il est question d’un côté d’orge, de l’autre de vignes ; la ferme-pilote de l’Économique de Xénophon combine elle aussi σῖτος et δένδρα.

226 La chôra d’Agrigente par exemple est réputée pour ses plantations d’arbres fruitiers, mais produit également des céréales en quantité significative (DS., XIII 81,3 : τόν τε σῖτον καὶ τοὺς ἄλλους καρπούς).

227 Anth., VI 226. La combinaison ἄρουρα/ϕυταλιά transparaît dans d’autres épigrammes, comme Anth., VI 300, qui évoque une dédicace composée d’orge, d’olives, de figues et de raisin.

228 Le phénomène est bien documenté par les auteurs (Idylles de Théocrite), l’épigraphie (Tables d’Hèrakleia), les ex-voto (valle del Sinni : ADAMESTEANU 1982. 462 ; Lokroi : M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 20-21 ; Timmari : LO PORTO 1991. 152-154). Il correspond à ce qu’on constate à la même époque en d’autres endroits du monde grec (Cyrénaïque, mer Noire).

229 IG XIV 645 I 172-173.

230 Sa ve Idylle, située dans les campagnes de Thourioi, décrit un paysage de collines dans lequel abondent pommiers, figuiers, oliviers et vignes.

231 AMOURETTI 1986. 73.

232 IG XIV 645 I 171.

233 V. les remarques faites à ce propos dans DUFKOVA, PECIRKA 1970. spéc. 161.

234 Pour les différentes manières de conduire la vigne, notamment dans le cadre de vergers, v. WHITE 1970. 231-239. V. également, pour une époque plus récente, les remarques de JASHEMSKI 1979. spéc. 209-210 à propos des vergers de Pompéi.

235 IG XIV 645 II 76-77.

236 IG XIV 645 I 146-147. Dans les domaines d’époque républicaine, un esclave appelé salictarius (Caton, De agr., 11) est spécifiquement chargé de la récolte de tuteurs dans la saulaie (salictum).

237 Anth., VII 731.

238 Le terme κάμαξ ; est déjà attesté dans Homère (Il., XVIII 563).

239 Pour la technique de la conduite arbustive, v. Pline, HN XVII 199ss. Différents agronomes latins (Pline, Columelle, Virgile) considèrent que les meilleurs crus proviennent des vignes arbustives.

240 BAILLY 1950. s.v. (< εὶλέομαι, se rouler ; se rouler sur soi-même).

241 DS., VIII Fr. 23,2. TURANO 1975. 86-87 y voit une allusion à l’existence de vignes grimpantes à l’époque pré-coloniale.

242 Αὐτίκα ἄμπελος ἀναβαίνουσα μὲν ὲπὶ τὰ δένδρα, ὅταν ἔχῃ τι πλησίον δένδρον διδάσκει ἱστάναι αὐτήν, La vigne en grimpant sur les arbres, lorsqu’elle a un arbre près d’elle, enseigne à lui donner un soutien (Xén., Econ., XIX 18).

243 Th., CP I 10,4 ; II 18,2-3.

244 CARTER et alii 1985. 286. Le meilleur arbre pour l’échalassage des vignes est le châtaigner (Castanea sativa). Pour l’utilisation du châtaigner, du peuplier et du saule dans les vignobles de Pompéi, v. JASHEMSKI 1979. 209.

245 XXXIV 11,1. J. Heurgon estime que ce vin était produit sur le terroir du Falerne [HEURGON 1942. 14].

246 Pline, HN XVII 209. Des contrats d’entretien de vignoble du Moyen-Age sicilien mentionnent encore les liens d’herbe (harchia, ampelodesmo) destinés à attacher la vigne à l’echalas [BRESC 1986. 183].

247 Pline, HN XIV 22.

248 C’est un des motifs pour lesquels, à l’heure actuelle, les vignes ad arberello (sur arbuste) restent courantes dans le Mezzogiorno : elles se rencontrent fréquemment en Calabre, dans le vignoble du Savuto par exemple.

249 L’association vigne/figuier est bien attestée dans le monde grec. Elle se perçoit en Italie du Sud au travers les ex-voto de fruits (présence simultanée de grappes de raisin et de figues : v. par exemple GRECO (E.) 1979b. 24 ; ADAMESTEANU 1982. 462) et les données paléobotaniques (par exemple à Roccagloriosa). Lorsque cette association est étroite, elle impose différentes précautions, notamment l’élagage et l’ebranchage des figuiers [PERPILLOU 1981. 44ss.].

250 La conduite sur treille produit d’autre part un excellent raisin de table et pouvait être le complément d’un vignoble à vin.

251 DENTZER 1982. 133 ; 136.

252 La Basilicate comprend 45 % de collines et 47 % de zones classées comme montagnes ; la Calabre, 49 % de collines et 42 % de zones montagneuses. On limite généralement la chôra des cités grecques aux plaines côtières, mais il n’est pas possible de faire abstraction des zones collinaires, même si celles-ci sont généralement considérées comme couvertes de bois et incultes.

253 II est intéressant à ce propos de relever que les fouloirs de Petralia Sottana dont il a été question (époque romaine ?) se situent à une altitude de 700 m., dans un paysage à l’altimétrie assez tourmentée

254 Posidonius, dans Strab., VI 2,3.

255 Voir les remarques faites à ce sujet par G. Coppola, dans AGRICOLTURA ITALIANA. spéc. 502.

256 Les conditions n’ont guère changé depuis l’antiquité dans ces zones, dans la mesure où il n’a pas été possible d’y appliquer la mécanisation pratiquée dans les vignobles de plaine. Il est donc possible de se servir des chiffres contemporains pour se faire une idée des rendements, et l’on constate qu’une production de 100 quintaux de raisin à l’ha n’est pas rare, même dans des zones très escarpées [FICHIER ŒNOLOGIQUE].

257 Posidonius, dans le passage cité note 254 supra, souligne combien les contreforts de l’Etna se prêtent bien à la culture de la vigne du fait de la présence de cendres volcaniques et insiste sur le fait que ce secteur est εὑάμπελος.

258 La multiplication d’arbres fruitiers, et notamment de parcelles de vignes, implique un suivi au fil des saisons, une présence humaine effective : les traces de taillage que portent des plants de Métaponte en sont un indice [CARTER et alii 1985. 286].

259 V. par exemple l’interdiction de pâture évoquée dans IG XIV 645 I 128-129 : νέμω, dans le sens de faire paître.

260 Pour une description de vigne sauvage grimpant sur un cyprès, v. Théocr., Anth., IX 437. Les recherches effectuées dans des établissements viticoles de Chersonèse de Taurique ont mis en évidence, précisément pour les ive-iiie s., la complexité des pratiques de sélection des raisins cultivés et la place encore importante de la vigne dite sauvage dans la production de vin [YANUCHEVITCH, NIKOLAYENKO, KUZMINOVA 1985].

261 “Le trasformazioni agrarie, che si registrano in vari territori, con riduzione e cancellazione di vaste aree a colture agricole e loro adattamento a pascolo (...). Le colture praticate tornano ad essere quelle di base ; si riducono le ricche terre a viticoltura o olivicoltura, che un tempo davano alti redditi (...) ma che ora assumono nella diversa impostazione socio-economica delle culture, che si sono prodotte nel diverso rapporto creatosi, misto greco’-indigeno, molto minore importanza di fondo [GHINATTI 1985. 4].

262 DS., XVI 67,4.

263 Pour Poseidonia, v. GRECO (E.) 1979b. 24-25.

264 VALENZA MELE 1991. 105.

265 V. notamment J. Carter, dans MAGNA GRECIA. vol. II 196ss.

266 ROCCAGLORIOSA I. 327.

267 A la fin ive s., cet établissement installé dans une zone d’accès difficile et à l’altimétrie tourmentée pratique non seulement des activités traditionnelles (élevage, tissage) mais également la céréaliculture, l’horticulture (vesces) et l’arboriculture (amandes et probablement vignes) [TOLVE. 14-15]. Différents indices (notamment l’iconographie dionysiaque des antéfixes) confortent l’idée d’une pratique de la viticulture dans le cadre de la seconde phase de vie de cet établissement [LUCANIA CENTRO ORIENTALE. 42-44].

268 J. Carter, dans MAGNA GRECIA. vol. II 181, fig. 260.

269 Les données paléobotaniques fournies par l’habitat lucanien de Roccagloriosa mettent en évidence la forte représentation d’arbres fruitiers, avec, à côté de la vigne, l’olivier (Olea europea) et le figuier (Ficus carica) [ROCCAGLORIOSA I. 326-327]. Dans d’autres sites de Lucanie, des infrastructures permettant de conditionner et stocker les récoltes ont été mises au jour (v. les magasins avec pithoi de M. Coppolo di Valsinni et Castello di Cersosimo : SORGENTI DEL LAO. 147-148) : elles devaient servir notamment au vin et à l’huile (un timbre sur pithos de Serra di Vaglio figure un rameau d’olivier : GRECO (G.) 1982. 76).

270 II serait intéressant de disposer d’informations paléobotaniques (morphométrie des pépins etc.) permettant de mieux comprendre comment les cultivateurs installés dans le haut des vallées et l’hinterland passent de l’exploitation de vignes encore assez proches de la vigne sauvage indigène (Vitis labrusca, Virg., Bue., V 6 ; Vitis silvestris, Pline, HN XXIII 8) à l’acclimatation de cépages grecs plus évolués.

271 BRESC 1986. 177.

272 PURCELL 1985. spéc. 7, note 27. Contra J. André, qui souligne le rôle des colonies grecques d’Italie du Sud dans le développement général du vignoble d’Italie centro-méridionale [ANDRÉ 1952. 155].

Table des illustrations

Titre L’EPOQUE ARCHAÏQUE
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre FOULOIR D’ÉPOQUE ROMAINE CREUSÉ DANS LA ROCHE Contrada Muratore, Petralia Sottana (Pa)
Légende [D’APRES MINGAZZINI 1940. 230]A Fouloir ληνός -calcatorium) B Cuve destinée à recueillir le vin (ὑπολήνιον-lacus)Le décrochement pratiqué de part et d’autre du fouloir permettait l’installation d’une planche facilitant le déplacement, une fois la cuve remplie de raisin.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre ROCCAGLORIOSA, RESTES PALÉOBOTANIQUES (ive-iiie s.)
Légende [D APRES ROCCAGLORIOSA I. 323-328]1. Céréales. 2. Légumineuses. 3. Ficus carica. 4. Olea europea. 5. Vitis vinifera.6. Fruits divers. 7. Plantes diverses.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Herakleia L. – Nécropole méridionale, T. 133 : couronne de bronze, plomb et argile, iiie s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Œnochoé lucanienne, v. 380-360
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Lokroi – Pinax, v. 470-460
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre VITICULTURE ET VINS
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre ÉPOQUE CONTEMPORAINE : VIGNOBLES DOC DE BASILICATE. CALABRE ET SICILE
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Cépages et vins de Grande Grèce
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Cépages et vins de Sicile
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/978/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540