Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile

 | 
Christian Vandermersch

I. Introduction

Texte intégral

1Cette étude se veut une première approche du vin et des amphores de transport produits aux ive-iiie s. dans l’Italie du Sud grecque prise au sens large. Elle cherche essentiellement à mieux comprendre ce que représente ce secteur pour l’économie des zones grecques et périphériques, et se compose de deux volets. Le premier [chap. ii-iii] évoque un ensemble de documents illustrant d’une part la production de vin, de l’autre celle d’amphores. Le second [chap. iv-v] aborde l’organisation et la signification économique de cette production. Les pages qui suivent immédiatement présentent l’état des connaissances, mettent en relief les questions liées à l’étendue géographique et à la période prises en considération, précisent les aspects méthodologiques.

Que connaît-on du vin et des amphores ?

2Le vin. Aucune étude spécifique n’a été consacrée à la viticulture dans l’Italie du Sud grecque. Les raisons ? La perte de la majorité des auteurs siciliotes et italiotes qui se sont intéressés à l’arboriculture et à l’alimentation, le peu d’allusions aux cultures arbustives dans les textes et documents officiels, la mauvaise connaissance des structures liées à la production et au stockage du vin.

  • 1 BILLIARD 1913. spéc. 70-76.
  • 2 ANDRÉ 1958.
  • 3 SERENI 1965.
  • 4 Ceci se ressent par exemple dans l’étude Wine and Wealth in Ancient Italy de N. Purcell, qui ramène (...)
  • 5 SCRAMUZZA 1959. 269-271.

3Des études comme celles de A. Billiard1, J. André2, E. Sereni3 sont bien entendu incontournables : on y trouve l’essentiel des remarques à propos des débuts de la viticulture en Italie méridionale. Mais la période antérieure à la seconde guerre punique a nettement moins attiré l’attention que la période romaine. De plus, la Campanie a focalisé les recherches au détriment des secteurs situés au sud du Silaris4. Les travaux portant sur le vin dans le monde grec survolent quant à eux très rapidement l’Italie méridionale et se satisfont de lieux communs : c’est le cas par exemple du Wine in the Ancient World de Ch. Seltman5, que l’on cite encore couramment.

  • 6 MANGANARO 1979. 428.
  • 7 L. Forti et A. Stazio, Vita quotidiana dei Greci d’Italia : Agricoltura, dans MEGA– LE HELLAS. 673- (...)

4Dans les ouvrages plus généraux, la production de vin n’est pas un sujet sur lequel on s’attarde. Pour ce qui est de la Sicile, l’opinion générale, qu’on retrouve de V. Scramuzza6à la Storia della Sicilia, est que différents secteurs, notamment les alentours de l’Etna, développent à l’époque grecque des vignobles d’une certaine importance. La question est cependant rarement plus approfondie que dans des ouvrages beaucoup plus anciens et les jugements sont assez partagés : si V. Scramuzza évoque le “flourishing commerce of wine during the Greek period”, d’autres chercheurs sont nettement moins optimistes, puisque G. Manganare, par exemple, estime que la production de l’île est, à l’époque hellénistique,del tutto irrilevante7.

  • 8 L. Forti, La vita quotidiana, dans MAGNA GRECIA, vol. III 313-314.
  • 9 “... nulla si può dire con precisione dell’agricoltura della Lucania interna, che è poi la Lucania (...)

5La viticulture magno-grecque n’a pas suscité plus d’intérêt. Certes, de la Storia della Magna Grecia d’E. Ciaceri jusqu’aux volumes dirigés par G. Pugliese Carratelli, Megale Hellas, Storia e civiltà della Magna Grecia8 et Magna Grecia9, il est bien question d’une production de vin dans certains secteurs littoraux, mais on trouve en fait peu d’informations précises. En ce qui concerne les zones gréco-italiques et italiques, on estimait jusqu’il y a peu que l’émergence d’une viticulture organisée de manière rationnelle devait être postérieure à la seconde guerre punique et la conséquence de l’installation de colons latins.

  • 10 UGUZZONI, GHINATTI 1968.
  • 11 ZANCANI MONTUORO 1982.
  • 12 Agricoltura e pastorizia in Magna Grecia (tra Bradano e Basento), dans MAGNA GRECIA, vol II 173-212
  • 13 Indications bibliographiques dans ROCCAGLORIOSA I. 323-328.
  • 14 TCHERNIA 1986. spéc. 42-58.

6Ce manque d’intérêt pour les vins d’Italie méridionale, leur chronologie, l’étendue des terroirs, pourrait étonner le lecteur au courant des progrès réalisés par l’archéologie rurale. Mais si celle-ci a permis de mieux cerner, dans certaines limites, les modalités et la chronologie de l’occupation des terres cultivables, en revanche, la nature et la spécificité des cultures ainsi que leur distribution spatiale n’ont été envisagées que superficiellement. Ainsi, on ne sait guère plus des cultures pratiquées dans les zones gréco-italiques et italiques du Bruttium et de Lucanie qu’il y a 50 ans10. Cependant, des monographies sont à signaler : le volume d’A. Uguzzoni et F. Ghinatti sur les Tables d’Hèrakleia a attiré l’attention sur la place des cultures arbustives sur le littoral ionien11 ; P. Zancani Montuoro a examiné divers documents relatifs au vignoble de Sybaris-Thourioi12 ; J. Carter a mis en évidence l’importance de l’arboriculture dans le Métapontin13 ; L. Costantini a étudié les restes paléobotaniques recueillis dans divers sites grecs et italiques14.

  • 15 PURCELL 1985. spéc. 6ss.
  • 16 “The whole subject of 2nd and 3rd century B.C. amphoras in Sicily is obscure. The precise links bet (...)

7En fait, l’approche la plus intéressante à propos du vignoble du Sud préromain se trouve, paradoxalement, dans l’ouvrage que A. Tchernia a consacré au vin de l’Italie romaine15. Il traite essentiellement de la période postérieure à la seconde guerre punique, mais aborde un point fondamental : les relations entre les vignobles grec, gréco-italique et campano-latial, ou, en d’autres termes, entre les vignobles du Sud profond d’époque pré-romaine et ceux d’Italie centro-méridionale d’époque républicaine. Ces relations ont fait l’objet d’hypothèses diverses : N. Purcell, dans son étude Wine and Wealth in Ancient Italy parue en 1985, estime que le vignoble centro-méridional ne prend réellement son essor que dans la Campanie du iiie s. et que la production des zones situées au sud du Silaris n’est pas significative avant cette date16.

8La recherche n’est donc pas totalement au point mort, mais il est clair que les questions les plus importantes – par exemple, la diffusion par les Grecs de cépages et de techniques viticoles durant le haut archaïsme ou le développement de vignobles et de processus de vinification aux époques classique et hellénistique – n’ont pas été réellement abordées.

  • 17 Le déséquilibre des recherches en cours est évident : sur les 172 travaux que signalent J.-Y. Emper (...)
  • 18 Le déséquilibre des recherches en cours est évident : sur les 172 travaux que signalent J.-Y. Emper (...)

9Les amphores. Les amphores de transport magno-grecques et siciliotes des ive-iiie s. sont en règle générale mal connues17 et cette constatation vaut notamment pour les amphores vinaires. Il n’est pas d’archéologue classique qui n’ait au moins entendu parler des amphores de Chios, Marseille ou Rhodes : ce n’est le cas d’aucune cité d’Italie méridionale. Cette méconnaissance peut surprendre à un moment où l’amphorologie grecque fait des progrès significatifs, précisément en ce qui concerne des secteurs périphériques (mer Noire, Egypte, Midi de la France)18.

  • 19 On ne possède pour ainsi dire aucune information concernant le matériel amphorique de cités comme P (...)
  • 20 A propos desquelles on consultera spécialement le volume Recherches sur les amphores grecques, Pari (...)
  • 21 A propos desquelles on verra la publication en 1989 (Coll. EFR, 114) des Actes du Colloque Amphores (...)
  • 22 Une vue d’ensemble de ces productions dans EMPEREUR, HESNARD 1987.
  • 23 A Tarente, des centaines d’anses timbrées provenant des zones artisanales et portuaires de S. Lucia (...)
  • 24 Un exemple parmi d’autres : la chronologie de dizaines de fragments timbrés trouvés dans l’habitat (...)
  • 25 L’amphore de transport achrome est très rare dans pas mal de nécropoles -à Poseidonia [GRECO PONTRA (...)
  • 26 C’est le cas notamment de la nécropole Carrara à Crotone [SPADEA 1984. 152– 153, note 83], ou de ce (...)
  • 27 C’est le cas de la nécropole Passo Marinaro à Kamarina, fouillée par P. Orsi (1904-9). De nombreuse (...)

10Au cœur du problème, une constatation : on ne sait pas quel type d’amphore produisent les différentes cités. Il y a à cela deux raisons fondamentales : les timbres n’apportent pas d’information explicite et aucun four n’avait pu être repéré jusqu’il y a quelques années. On ajoutera le peu d’intérêt porté aux grands conteneurs achromes de cette région19, qui se trouvent pour ainsi dire en porte-à-faux par rapport à l’amphorologie grecque20 d’une part et romaine21 de l’autre. Les amphores d’Italie méridionale sont la plupart du temps envisagées comme un appendice de l’une ou l’autre grande famille amphorique des ive-iiie s. : corinthiennes B, amphores à mushroom-lip, gréco-italiques...22. Sur le plan chronologique, le matériel amphorique de Lucanie, Bruttium et Sicile est souvent daté de manière assez vague : les fouilles anciennes n’ont pas fait grand cas des contextes23 ; les stratigraphies d’habitat ont longtemps négligé les grands conteneurs achromes24 ; les contextes clos sont peu nombreux. On ressent particulièrement la rareté des informations en provenance de nécropoles, rareté due à la nature des coutumes funéraires25, au fait que différents ensembles contenant du matériel amphorique des ive-iiie s. n’ont pas encore eu l’occasion d’être publiés26, ou tout simplement à la perte du matériel amphorique de nécropoles fouillées au début du siècle27.

  • 28 PACE 1919. 81 :Alcune altre anse, anche esse ricurve ma di creta meno pura e di fattura più gross (...)
  • 29 DE MIRO 1958. 279-280, note 4 : “Si tratta di anse ricurve di argilla meno pura e di fattura più gr (...)
  • 30 LEPORE 1952. 312-313.
  • 31 DESY 1989.
  • 32 BLANCK 1978. 96-97.
  • 33 Dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 61-64.

11Si l’épigraphie amphorique grecque et latine a fait des progrès significatifs tout au long des dernières décennies, l’étude des marques d’Italie méridionale n’a, elle, pas encore commencé. B. Pace, au début du siècle28, et E. De Miro29, dans les années 50, ont bien suggéré que des anses timbrées trouvées en Sicile étaient d’origine locale, mais se fondaient uniquement sur leur allure rudimentaire et l’absence de parallèle convaincant avec le matériel de Grèce continentale ou insulaire. E. Lepore30 a, lui, attiré l’attention, dans les années 50, sur une vingtaine de marques amphoriques d’Ischia, estimant qu’il s’agissait de fabricants locaux des iiie-iie s. Mais, si des centaines d’anses timbrées ont été découvertes à Tarente, Syracuse, Erice..., l’attention s’est focalisée avant tout sur les timbres égéens, puniques et latins : on verra, par exemple, l’étude consacrée par P. Desy aux marques de l’Apulie républicaine31. Seule exception : les remarques faites en 1982 par H. Blanck32 sur un groupe de timbres de l’épave Secca di Capistello à Lipari, timbres auxquels j’ai consacré une mise au point en 198533.

  • 34 L’étude de E. Lyding Will Greco-Italic Amphoras [LYDING WILL 1982] envisage, entre autres, des amph (...)
  • 35 ZANCANI MONTUORO 1982.
  • 36 LOCRI EPIZEFIRI III. 13 ; BARRA BAGNASCO 1993.
  • 37 VALENZA MELE 1991.
  • 38 V. par exemple PEACOCK, WILLIAMS 1986. 23-24 ; CERDA 1987. 420.
  • 39 LYDING WILL 1982. 341-344.
  • 40 BENOIT 1961. spéc. 38.
  • 41 AMPHORES ROMAINES. spéc. 22-65 et 443-467.
  • 42 Le point sur cette question dans TCHERNIA 1986. 48 ; EMPEREUR, HESNARD 1987. 26-27.

12Résumons la situation : il n’existe pour l’Italie du Sud des ive-iiie s. ni étude d’ensemble, ni classement typologique34 comparable à ceux de H. Dressel ou F. Zevi pour les amphores romaines, ni corpus de timbres. Il serait exagéré d’affirmer que rien n’a été dit à propos de ces amphores : P. Zancani Montuoro a abordé la production de Thourioi aux ve-ive s.35 ; M. Barra Bagnasco a mis en évidence la production amphorique du Céramique de Lokroi (ive-début iiie s.)36 ; N. Valenza Mele a récemment publié un atelier céramique bruttien du iiie s. produisant entre autres des amphores37. Mais ce sont là des exceptions : on doit le plus souvent se contenter d’hypothèses assez vagues, qui sont loin de faire l’unanimité. Ainsi, des amphores du ive s. que d’aucuns considèrent comme originaires de Sicile ou Grande Grèce38, sont tenues par d’autres pour des productions du bassin oriental39. La problématique liée aux amphores gréco-italiques est encore mieux connue : de F. Benoit40 au Colloque de Sienne de 1986 sur Les amphores romaines41, la littérature archéologique véhicule l’idée d’une production significative d’amphores dans l’Italie centro-méridionale du iiie s., sans que soit clairement défini le rôle du Latium, de la Campanie, de la Grande Grèce et de la Sicile42.

  • 43 C’est le cas du programme consacré par le Centre Jean Bérard aux Amphores archaïques et classiques (...)
  • 44 JOHNSTON, JONES 1978. 127, note 24.
  • 45 DI SANDRO 1986. 106-116 ; GRAS 1987. 42.
  • 46 Pp. 64-67.
  • 47 Le point à propos de ces productions dans TCHERNIA 1986 et AMPHORES ROMAINES.

13Il faut l’admettre : dans cette région, l’attention s’est portée avant tout sur les conteneurs importés, qu’il s’agisse de produits connus de longue date ou de ceux dont la connaissance s’est améliorée ces dernières années (amphores corinthiennes, de mer Noire, puniques...)43. Par ailleurs, on s’est essentiellement intéressé aux deux premiers siècles de la vie des colonies. Les principales remarques faites jusqu’à présent au sujet des productions d’Italie méridionale concernent d’ailleurs cette période : amphores de type SOS du littoral ionien44, de types chalcidien, étrusque et phénicien à Pithekussai45, de type ionio-massaliète en divers endroits46. A l’autre extrémité de la période envisagée ici, le déséquilibre est encore plus manifeste si l’on considère l’intérêt porté aux amphores produites dans le Sud romanisé, quelques années à peine après la fin de la seconde guerre punique : gréco-italiques médio-républicaines, Dr. 1 et 2-4, Lamboglia 2, apuliennes47.

14Une constatation très simple s’impose en conclusion de ce premier paragraphe. La mauvaise connaissance de la viticulture et des amphores de transport d’Italie méridionale procède d’un redoutable cercle vicieux : on connaît mal le vin parce qu’on connaît mal les amphores et vice-versa.

Modifications politiques, mosaïque des sols et lignes de force

15♦ La période prise en considération s’étend sur deux siècles environ, des premières installations samnites dans le nord de la Grande Grèce à la seconde guerre punique.

  • 48 V. notamment Aristox., dans Athén., Deipn., XIV 632a.
  • 49 DS., XII 76,4.
  • 50 DH., XV 5,2-3.
  • 51 C’est vers le milieu du ve s. que se cristallise l’ethnos lucanien, un processus à propos duquel le (...)
  • 52 DS., XII 9ss.
  • 53 DS., XII 36,4.
  • 54 La seule mention explicite d’une révolution démocratique concerne Crotone, à la fin du ive s. (DS., (...)
  • 55 Elle comprend notamment la Nouvelle Sybaris, Crotone et Kaulonia (Pol., II 39,6).

16Les dernières années du ve s. représentent un tournant à bien des égards. En Campanie méridionale et dans le nord de la Lucanie, les cités grecques littorales sont confrontées à l’arrivée de Samnites. Dans le Cilento, ces derniers repoussent les Œnôtres vers Velia et Laos. Velia résiste efficacement, mais l’influence lucanienne devient prépondérante vers 400 à Laos, Pyxous, Skydros et Poseidonia48. Plus au Nord, les Samnites s’installent successivement à Cumes (420)49 et Neapolis (406)50. Les Italiques sont aux portes de la Grande Grèce proprement dite51. Sur le littoral ionien, la recolonisation des plaines de Thourioi (440-30)52 et Hèrakleia L. (433-2)53, c’est-à-dire des zones agricoles ayant fait la richesse de Sybaris et Siris, s’accompagne de mouvements démocratiques54. On note la création d’une Ligue achéenne55.

  • 56 ‘Εκ πολιτείας εἰς δημοκρατίαν (Arist., Pol., 1304a).
  • 57 Denys le Jeune hérite vers 368 d’un empire considérable (μεγίστην τῶν κατὰ τὴν Εὐρώπην δυναστειῶν τ (...)

17En Sicile, la fin du ve et le début du ive s. sont marqués par trois violents conflits (416-5, 409-4 et 398-7). Le dénouement de l’expédition athénienne en 414-3 a des retombées concrètes et profondes : l’effort de guerre consenti par la plupart des cités a été considérable et des changements sociaux s’annoncent, notamment à Syracuse56. De 409 à 406, Sélinonte, Himera et Agrigente subissent le contrecoup de l’affrontement sicilio-punique. Les années qui suivent immédiatement voient Denys l’Ancien assurer son autorité en Sicile orientale (destruction de Naxos en 403) et les heurts avec l’épicratie punique continuer. Une seconde guerre sicilienne (398-7) marque la volonté de regagner les territoires perdus, notamment dans l’extrémité occidentale de l’île (Erice, Motyè). Ces événements ont des répercussions au cours des décennies qui vont suivre : des changements surviennent dans la politique interne des cités siciliotes, le conflit ethnico-territorial avec les Puniques s’intensifie, l’Empire syracusain devient de plus en plus influent57.

  • 58 GHINATTI 1985. 6.

18Dans les premières années du ive s., Denys essaie d’étendre son influence à la Grande Grèce. La bataille de l’Ellesporos (390-89) voit les Lucaniens, alliés en cette occasion avec Denys, l’emporter sur les Italiotes. Au terme de plusieurs sièges, le Bruttium méridional passe sous le contrôle plus ou moins effectif de Syracuse via son alliée, Lokroi ; déportations et destructions frappent Crotone, Kaulonia et Rhégion (387). Ce moment représente un tournant significatif et est parfois considéré, conjointement à la poussée italique, comme “le début d’une décadence irréversible des poleis magno-grecques”58. Ces événements du début du ive s. n’ont, il est vrai, rien d’engageant sur le plan de la production agricole et artisanale.

  • 59 Ces modifications commencent avec l’installation d’une colonie latine à Poseidonia en 273 (Vell., I (...)
  • 60 Tarente se voit ainsi dépossédée de sa mainmise sur Hèrakleia et, par conséquent, sur la chôra de c (...)
  • 61 Notamment à Lokroi (282-1), Rhegion (282), Crotone (c. 273), Métaponte : v. les mises au point de A (...)

19La période prise en considération s’achève avec le seconde guerre punique, qui est censée marquer la fin de l’autonomie politique et économique des Grecs d’Italie. Des modifications de statut59, des restrictions économiques diverses60 et l’implantation de garnisons61 ont permis à Rome d’exercer dans les décennies précédentes un contrôle progressif sur différentes cités. Dans les années 216-208, les opérations militaires du deuxième conflit Rome-Carthage sont censées avoir des répercussions importantes sur les agglomérations urbaines et les campagnes du littoral ionien. La restructuration d’une partie des zones cultivables à travers l’instauration d’agri publici dans les années qui suivent immédiatement consomme la fracture d’une partie du monde rural du Sud profond.

20♦ Sur le plan géographique, cette étude porte sur les zones grecques et associées (gréco-italiques, gréco-puniques) situées au sud du Silaris : Grande Grèce prise au sens large et Sicile, à l’exclusion de l’extrémité occidentale de l’île. On peut, schématiquement, évoquer un triangle dont les pointes seraient représentées au Nord par Poseidonia, à l’Est par Tarente et au Sud-ouest par Sélinonte.

  • 62 MADDOLI 1982. spéc. 12.

21Premier pôle : la Grande Grèce. Si l’on s’en tient à sa stricte définition, Μεγάλη ἡ ‘Eλλάς désigne à l’époque qui nous occupe les zones grecques au sud d’une ligne Laos-Métaponte : poleis de la côte ionienne et sub-colonies du littoral tyrrhénien62. Elle s’arrête à l’Est là où commence le territoire de Tarente, au Nord à l’obstacle naturel qu’est le Cilento. C’est un concept géopolitique qui a une certaine consistance, mais également ses limites. Il est censé représenter, pour reprendre les termes de G. Maddoli, “il migliore e più significativo retaggio della presenza greca in Italia meridionale, mais, dès le début de la période qui nous intéresse, la quasi-totalité du littoral tyrrhénien entre Hipponion et Laos, du littoral ionien entre Crotone et Thourioi, subit l’influence italique dont il vient d’être question.

  • 63 On ne manquera pas de rapprocher la situation en Grande Grèce de celle qu’on constate, vers la même (...)

22L’immixtion d’Italiques au sein de zones périphériques (ἐσχατιά et πρόσ-χωρος) mais également dans les cités et campagnes littorales, amène leur participation à l’administration et l’économie. Les limites de la Grande Grèce à proprement parler “grecque” (qui ne pénètre guère l’hinterland) ne sont pas les mêmes du début à la fin de notre itinéraire. L’augmentation progressive de l’influence italique fait qu’il n’est pas toujours possible de distinguer leur rôle de celui des Italiotes, tant en ce qui concerne l’agriculture que la production céramique. Il sera donc forcément fait allusion à la composante gréco-italique de l’économie63.

  • 64 Au début du iiie s., Poseidonia marque la frontière septentrionale des efforts du Molosse pour unif (...)
  • 65 Strab., VI 1,1.
  • 66 Son activité n’est pas toujours facile à évaluer, dans la mesure où l’essentiel des informations es (...)
  • 67 T.-L., VIII 26,6.
  • 68 LEPORE 1952.
  • 69 MOREL 1986. 356.

23D’autre part, plusieurs secteurs situés au nord de Laos, et donc à partir de la fin du Ve s. sous influence directe du monde italique, continuent d’être profondément liés à la Grande Grèce prise au sens strict. La composante grecque de Velia et Poseidonia reste active et fait en sorte que la plaine du Silaris constitue, au moins autant que la ligne Laos-Métaponte, la frontière d’un certain monde italiote64, frontière à laquelle fera écho la formule Μετὰ δἐ τὸ στόμα τοῦ Σιλάριδος Λευκανία...65 C’est en tout cas celle retenue dans cette recherche, qui ne traite pas directement du secteur de Naples. La composante grecque est significative dans le golfe de Naples66 et des liens étroits se notent en matière de céramique à figures rouges ou à vernis noir et d’amphores de transport avec la Grande Grèce et la Sicile. Cela dit, ce secteur est en prise directe avec la Campanie latine, avec les conséquences que cela implique : la deditio de Cumes en 338, le foedus Neapolitanum67 de 327, le font basculer définitivement sous contrôle latin. E. Lepore parle d’une “enclave entre deux mondes”68 et J.-P. Morel évoque à la fois “son originalité et sa marginalité (...) dans la Grande Grèce classique et hellénistique”69.

  • 70 Antiochos indique (dans Strab., VI 1,4) que “le territoire de Tarente, qui est contigli à celui de (...)
  • 71 Tarente place d’ailleurs à un certain moment son siège à Hèrakleia, en territoire tarentin (Strab., (...)
  • 72 L’influence politique et économique de Tarente sur la Lucanie orientale est manifeste pendant tout (...)

24Les auteurs considèrent le secteur situé immédiatement à l’est de Métaponte, à savoir Tarente et sa chôra, en dehors de la Μεγάλη ‘Eλλάς70. La chôra tarentine et le Salento sont de fait structurés de manière assez différente des territoires du Métapontin et d’Hèrakleia : ils entretiennent des rapports privilégiés avec l’Apulie et l’Illyrie, tandis qu’une fracture existe entre monde italique de Lucanie et de Daunie. Cela dit, Tarente s’est trouvée, à une époque, à la tête de la Ligue italiote71 et a joué un rôle dans l’exploitation des zones agricoles du golfe qui porte son nom72 : ces deux points rendaient nécessaire de l’inclure dans cette étude.

  • 73 ANELLO 1986. 172.

25Le deuxième pôle est la Sicile grecque, dont les limites et la consistance ne sont pas non plus les mêmes du début à la fin de la période prise en considération. D’une part, la punicisation d’une partie de Sicile occidentale dans le courant du ive s., avec la prise de possession du territoire qui en résulte73, fait que des cités comme Hèrakleia Minoa, Sélinonte, Himera se trouvent plus que jamais à la charnière de deux mondes. D’autre part, l’influence italique, campanienne notamment, marque progressivement la vie socio-économique de différentes cités dès la fin du ve s.

26♦ L’Italie du Sud grecque des ive-iiie s. est tout le contraire de quelque chose de monolithique, de figé. D’abord, parce qu’il s’agit d’une mosaïque de cités qui n’ont pas réellement de politique commune ni de volonté de collaboration économique. Certes, une Ligue achéenne rassemble pour quelques décennies différentes cités italiotes et plusieurs cités importantes dépendent de facto de l’Empire syracusain à partir du début du ive s. Mais les rapports entre poleis de ce secteur sont fréquemment conflictuels.

27Ensuite, parce qu’il s’agit d’une époque qui voit de profondes modifications politico-sociales. Des modifications qui se produisent avec un certain décalage suivant les régions, mais qui ont des conséquences analogues : l’identité des cités côtières se transforme à la suite de l’immixtion de non-Grecs, qu’il s’agisse de Samnites, de Campaniens, de Lucaniens, de Bruttiens ou de Puniques. Dans le courant du iiie s., l’arrivée des légions et puis, surtout, de l’administration et des colons romains, modifiera de nouveau les bases politico-sociales de ces cités et constituera un dénominateur commun : mais, dans ce cas également, avec un décalage entre secteurs, puisque deux générations à peu près séparent la fin réelle de l’autonomie des cités de Lucanie septentrionale de celles de Sicile syracusaine.

28Sur le plan géographique, des différences notables existent. Des cités disposent d’une plaine alluviale étendue (Poseidonia, Thourioi), alors que d’autres doivent se contenter d’une étroite bande littorale (Rhégion, Lokroi) ou sont adossées à la chaîne côtière (Velia). L’exposition, l’humidité et le régime des vents, qui sont sensiblement différents sur les façades ionienne et tyrrhénienne de la Grande Grèce, ne manquent pas d’influencer les mises en culture. La géologie des sols connaît également des différences significatives : la dorsale appenninique du Bruttium, les zones volcaniques de Sicile orientale, les basses collines du golfe de Tarente offrent des caractéristiques bien éloignées. Comme à l’heure actuelle, les cultures doivent s’accommoder de microclimats, tels ceux qui existent dans le détroit de Messine ou la conca di Cosenza.

29L’étude de la production viticole et de la fabrication de grands conteneurs, un secteur de l’économie qui prend ses racines à la fois dans le monde rural et dans l’artisanat céramique, ne peut évidemment faire abstraction des modifications politico-sociales qui constituent la trame de fond de cette période, ni des différences géographiques entre les régions. Malgré tout, il est possible et utile d’aborder globalement la production de vin et d’amphores des cités grecques situées au sud du Silaris, ainsi que celle des zones qui gravitent directement autour d’elles. Car, au-delà de l’aspect très fluide de la situation, au-delà des différences, on constate que des points communs, des lignes de force se retrouvent dans l’ensemble de ce secteur.

  • 74 Napoli, 19-20 marzo 1987, AION ArchStAnt 11, 1989 [1991].
  • 75 Des synthèses dénotant une connaissance des formes et thèmes des régions voisines : “le caratterist (...)
  • 76 La ligne de démarcation est située de manière assez nette, quoique mouvante, à hauteur de Métaponte (...)
  • 77 V. par exemple les remarques dans VALENZA MELE 1991. 48ss.

30Les personnes, les idées, les techniques circulent dans l’Italie du Sud grecque des ive-iiie s. Il en résulte de profondes interactions qu’on perçoit, sur un plan macroscopique, entre Grande Grèce et Sicile orientale, mais également entre cités d’une même région. Les grandes lignes de ce phénomène ont été évoquées lors de la table-ronde Tra Sicilia e Magna Grecia. Aspetti di interazione culturale nel IV sec. A.C.74En matière de production céramique, les nouvelles techniques se diffusent rapidement entre Lucanie, Bruttium et Sicile, les formes à succès sont adoptées par de nombreux ateliers, les céramographes circulent. Les synthèses75 auxquelles parviennent certains ateliers reflètent la situation ambiante. J.-P. Morel distingue dans la céramique à vernis noir et surpeinte une zone tyrrhénienne, qui englobe Sicile orientale, Bruttium et Lucanie occidentale ; une zone adriatique, qui regroupe les productions de Lucanie orientale, de Tarente et d’Apulie76. En céramique commune, des faciès se retrouvent dans des zones qui peuvent être assez étendues : la zone Bruttium-Sicile orientale en est un exemple77.

  • 78 Varron, RR I 44 (territoire de Sybaris) ; Pline, HN XVIII 95 (plaines de Lentini et d’autres partie (...)
  • 79 Pour la différence entre le sens littéral et réel de ces termes, v. LEPORE 1973.
  • 80 V. les remarques à ce propos dans GIARDINA 1981. 89.
  • 81 WHITE 1970. 84-85.
  • 82 La Loi spéciale pour la Calabre de 1955 classe les plaines et les collines au-dessous de 300 m dans (...)

31En ce qui concerne l’agriculture, il existe en de nombreux endroits une même alternance des sols, entre plaine alluviale, collines et moyens plateaux, zones de montagne. Les plaines formées par le Bradano et le Basento, le Crati et le Coscile, trouvent des correspondances dans celles du Sele ou de Lentini : ne peut-on faire le rapprochement entre les plaines de Thourioi et de Lentini pour le rendement exceptionnel (100 pour 1) qu’elles auraient fourni en matière de céréales ?78 Les plateaux irréguliers du Marchesato de Crotone, situés à une altitude de 150 à 200 mètres et entrecoupés de vallées, ne sont pas sans rappeler l’Hipponiatide ou l’hinterland de Sicile méridionale. L’opposition ἄρουρα/ἐσχαταιά et παραλία/μεσόγαια est, dans son entendement géographique79, un trait fondamental des secteurs envisagés ici, même s’il convient de l’interpréter de manière plus nuancée que ne le font certains historiens80. Un autre monde, fait de vallons, plateaux et basse montagne, commence au-delà de la ligne des premières collines. Dans Roman farming81, K. White distingue trois domaines agricoles dans la Lucanie, le Bruttium et la Sicile : les plaines côtières ; les bassins ou plateaux de l’intérieur ; les massifs montagneux. Cette distribution détermine agriculture et économie. A l’heure actuelle, le contraste reste évident, principalement en Basilicate et Calabre : les principales activités pratiquées dans la haute et moyenne montagne (75 % de la superficie totale) sont la sylviculture et l’élevage, les cultures spécialisées se concentrant dans les 5 % de plaines. Les collines (c. 20 % du paysage) sont occupées à la fois par des fermes (masserie) et des cultures éparses : elles forment une zone tampon82.

Une première réflexion

32Cette étude ne consiste pas en une typochronologie de la production amphorique d’une ou plusieurs poleis d’Italie du Sud, ni en un examen ampélographique ou œnologique du vignoble méridional. Il s’agit d’une première réflexion sur un secteur de l’économie, à savoir l’ensemble des activités liées à la production de vin et d’amphores. Un état de la question, si l’on veut, qui paraissait utile à la veille des premières monographies en ce domaine.

33Les vins. La production viticole magno-grecque et siciliote des ive-iiie s. est envisagée ici essentiellement en relation avec celle d’amphores de transport. L’attention n’est pas uniquement focalisée sur les vignobles exclusifs ni les grands vins : l’insertion de vignes en cultures associées, la viticulture au quotidien sont également des aspects pris en compte. Les documents étudiés sont de différentes natures : textes, épigraphie, archéologie.

  • 83 Précisons, en ce qui concerne ces contrats, que F. Cordano et A. Di Vita estiment qu’ils proviennen (...)

34Les manuels classiques se basent sur quelques textes, essentiels sans aucun doute, mais à propos desquels on ne peut pas dire qu’un grand effort interprétatif ait été fait. Il est nécessaire de bien cerner la portée exacte de l’information (qui va de la simple mention d’une culture de la vigne à celle de l’étendue d’un vignoble) et de la confronter autant que faire se peut à des documents d’autre nature. Il est également intéressant de voir dans quelle mesure les premiers Bucoliques et les auteurs postérieurs à la seconde guerre punique peuvent fournir des informations utilisables. Les documents officiels sont peu nombreux, mais irremplaçables : baux d’Hèrakleia et archives de Lokroi bien sûr, mais également des documents apparus plus récemment, comme les contrats de Morgantina et Kamarina83. Les progrès de l’archéologie rurale permettent de mieux comprendre, à la base, les liens conteneurs-vins. La paléobotanique apporte pour sa part des informations ponctuelles, mais encore peu nombreuses. L’iconographie n’est pas à négliger. On ne peut bien entendu inférer systématiquement de représentations à caractère dionysiaque une production locale de vin. Par contre, l’existence d’un ensemble thématique articulé (Dionysos + grappe de raisin + service à vin + représentations liées au monde agricole) éveille l’attention, surtout s’il trouve écho dans d’autres documents. Les ex-voto sont pour leur part des révélateurs bruts, et par conséquent très utiles, de la vie quotidienne des campagnes.

35Les amphores. Le chap. iii essaie de faire le point sur six formes amphoriques magno-grecques et siciliotes (mgs) qui s’échelonnent de la fin du ve s. jusqu’à la seconde guerre punique. Il s’agit d’un état de la question portant essentiellement sur des documents déjà publiés. Le matériel inédit ne manque pas, mais une pause-réflexion paraissait utile à ce stade de la recherche.

36Une partie du matériel évoqué provient de fouilles déjà anciennes et a été publié dans des ouvrages aisément accessibles, Notizie degli scavi, Monumenti Antichi ou autres Kokalos. Ce sont les amphores auxquelles font allusion les quelques travaux qui ont abordé jusqu’à présent la question des productions d’Italie méridionale. Il était intéressant de confronter ce corpus à des informations récentes, fournies par différents sites de Lucanie (ex. : Roccagloriosa, les sites de la vallée du Noce, Pomarico Vecchio), du Bruttium (ex. : Nocera Terinese, Lokroi, Kaulonia) et de Sicile (ex. : Agyrion, Kamarina, Poggio Marcato di Agnone). Ces sites apportent des informations particulièrement intéressantes, notamment du fait de leur diversité : complexes clos, stratigraphies d’habitats, établissements ruraux grecs et italiques, épaves homogènes, ateliers céramiques.

37Les aspects envisagés en priorité dans le chap. iii sont les zones de production, la chronologie et la détermination du contenu. Ils sont fondamentaux dans l’optique d’un état de la question : l’origine siciliote et/ou magno-grecque doit être mise en évidence ; il faut pouvoir raccrocher ce matériel à des horizons chronologiques existants ; enfin, il faut s’assurer qu’on a bien affaire à des amphores vinaires.

38Il n’y a pas dans ces pages de considérations strictement typologiques : parce qu’il faudrait partir pour ce faire d’un catalogue et non de documents, comme c’est le cas ; parce qu’il est impossible de focaliser a priori la recherche sur des critères dont l’application est déjà problématique dans des séries connues de longue date et dont on ignore la portée pour les productions envisagées ici ; enfin, tout simplement parce que les questions typochronologiques importent somme toute assez peu dans l’optique poursuivie dans ce travail. Dans le contexte actuel, qui est celui du début de l’étude des amphores grecques d’Italie du Sud, il est impossible de se lancer à corps perdu dans des considérations typologiques : il faudrait pour cela connaître de manière nettement plus approfondie le matériel de chaque polis, voire de chaque atelier pris séparément, et disposer de repères chronologiques plus nombreux. L’établissement d’une typologie est une étape obligatoire, mais ultérieure de la recherche.

  • 84 Les similitudes géologiques (métamorphiques) d’une partie de l’Italie tyrrhénienne posent par aille (...)
  • 85 Des argiles-références ont été trouvées dans différents ateliers, notamment à Tarente-Via Magnaghi (...)

39Le bilan est fait essentiellement sur la base d’informations qu’on peut appeler fondamentales (traces archéologiques des lieux de production ; timbres ; iconographie). Ces informations, qui ont été jusqu’à présent sous-exploitées, doivent être à la base de toute reprise de la problématique. L’amphorologie fait un usage de plus en plus conséquent des analyses de pâte et leur apport, à partir d’un certain stade de la recherche, est indiscutable. Cela dit, leur utilisation systématique paraît prématurée dans le cas du matériel envisagé ici : on ne s’accorde souvent pas encore sur le fait de savoir s’il faut chercher l’origine de ces amphores en Italie méridionale, en Grèce continentale ou dans l’Egée84 ; d’autre part, on ne sait pour ainsi dire rien des argilières utilisées en Grande Grèce et en Sicile, ni des rapports entre ces argilières et les ateliers amphoriques85.

  • 86 II est largement accepté, au moins jusqu’au ive s. Mais des exceptions existent et une cité peut tr (...)

40Une dernière remarque : on peut se demander s’il est approprié – et intéressant – d’aborder l’étude des amphores d’Italie méridionale exactement de la même façon que celle des productions d’Egée ou de mer Noire. L’amphorologie grecque s’est essentiellement développée dans ces secteurs, privilégiant certains axes de recherche ; mais rien n’indique que ceux-ci aient exactement la même signification en Italie du Sud. Le lien amphore-cité86, l’implication d’officiels éponymes, la validité de critères typochronologiques comme l’allongement de la forme ou le profil du bord, ne doivent pas forcément être tenus pour des postulats. La spécificité du secteur et de l’époque envisagés, à la charnière des mondes grec, italique et punique, suggère au contraire une approche dépourvue d’a priori.

  • 87 LEPORE 1965. spéc. 112.

41La production de vin et celle d’amphores forment un domaine complexe, notamment du fait de leur interdépendance. Il est difficile de traiter l’un ou l’autre aspect isolément, ou en utilisant un unique filon documentaire. Aborder la question globalement, s’attaquer à l’économie du monde du vin en mettant l’accent sur les liens qui existent entre ces deux activités, semble une approche heuristique. Une approche qui ne prétend pas apporter des réponses immédiates ou péremptoires, mais essaie de poser les bonnes questions. C’est ce que j’ai tenté de faire dans ces pages, en m’efforçant de faire mienne l’approche encouragée par E. Lepore, à savoir aborder l’histoire de la Grande Grèce avant tout comme une “una storia per problemi”87.

Une clé de lecture

  • 88 ROSTOVTZEFF 1941. 121-122.
  • 89 Un tour d’horizon dans GRAS 1989.

42Plus de 50 ans se sont écoulés depuis le moment où M. Rostovtzeff estimait que “The economic history of South Italy and Sicily is almost a blank” et ajoutait “It is not the intention of the present writer to supply this deficiency”88. Depuis lors, les connaissances ont évolué, notamment en ce qui concerne les céramiques à figures rouges et à vernis noir, l’artisanat, l’exploitation du territoire89. Cependant, de nombreux mécanismes fondamentaux de l’Italie méridionale des ive-iiie s. restent mal connus et il est fréquent qu’on projette sur cette période des schémas dérivés soit de l’époque archaïque, soit de l’époque républicaine. Les motifs ? La rareté des textes et inscriptions relatives au monde administratif et financier, le caractère fugitif des documents concernant céréales, esclaves, bois et métaux, le peu d’intérêt accordé aux amphores commerciales.

  • 90 On rappellera pour exemple les ταριχείας καὶ ἅλλας τοιαύτας ἐργασίας dont il est question pour Veli (...)
  • 91 V. notamment les remarques de M. Gras à ce propos lors du XXVIIIe Congrès de Tarente, Un secolo di (...)
  • 92 Avec des opinions d’ailleurs assez divergentes [LÉVÊQUE 1970 ; MEGALE HELLAS. 482 ; contra GHINATTI (...)
  • 93 “No evidence relating to this period is available of Sicilian exports other than corn or of markets (...)

43Les mécanismes de production et de commercialisation de nombreuses denrées alimentaires de base (vin, huile, viande, poisson, fruits...)90 transportées, sous forme brute ou de conserves, en amphores, sont très mal connus91. Les ouvrages de référence les plus récents, des Popoli e Civiltà dell’Italia Antica aux quatre volumes de Magna Grecia ou autres Sicilia antica, n’y font pour ainsi dire aucune allusion. La conséquence ? C’est tout un pan de l’économie quotidienne qui nous échappe et ceci invalide forcément tout bilan économique basé sur la céramique fine92 ou les céréales93.

44Les amphores vinaires offrent un éclairage original et privilégié, une clé de lecture dont l’apport devrait se révéler, dans les années à venir, très appréciable pour la connaissance de l’économie de l’Italie du Sud grecque.

45D’abord, parce que l’agriculture représente une composante majeure de cette économie et qu’on peut imaginer, compte tenu des informations dont on dispose pour les vie-ve s., que l’arboriculture a connu un développement significatif en différents endroits (Naxos, Sybaris, Agrigente...).

  • 94 SABBIONE 1984. 260.

46D’autre part, parce qu’il existe des rapports étroits et structurels dans cette région entre la production viticole et la production de céramique à figures rouges et à vernis noir. La céramique à figures rouges italiote n’est pas un phénomène économique en soi, comme le souligne P. G. Guzzo : elle s’inscrit dans un cadre global de production et de consommation du vin. Mieux comprendre les amphores vinaires signifie automatiquement mieux comprendre les rapports entre monde rural, artisanat céramique et commerce, une approche dont C. Sabbione rappelait voici quelques années l’impérieuse nécessité : “... appare essenziale approfondire il rapporto tra l’uso agricolo della chora, la diffusione dei suoi prodotti (solo interna o destinata anche a l’esportazione ?) e l’impulso dato a produzione ceramiche come queste [anfore], che potranno fornire elementi fondamentali per la conoscenza delle strutture dell’economia di Crotone94.

  • 95 L’expression est empruntée à DION 1959. 86.

47Enfin, parce qu’aux ive-iiie s.,le vin a pris la valeur d’une monnaie et entre dans le cycle des échanges aussi facilement qu’un métal précieux”95. Les amphores vinaires représentent un élément-trace qui permettra de mieux comprendre le rôle joué par l’Italie du Sud à un moment où les trafics de vin s’accélèrent et représentent un des pôles majeurs des échanges entre Grecs et non-Grecs (Italiques, Puniques, Gaulois, Ibères...). Ces trafics constituent un révélateur commercial valable, dont on perçoit de plus en plus la signification dans la Méditerranée occidentale des ive-iiie s.

Notes

1 BILLIARD 1913. spéc. 70-76.

2 ANDRÉ 1958.

3 SERENI 1965.

4 Ceci se ressent par exemple dans l’étude Wine and Wealth in Ancient Italy de N. Purcell, qui ramène pour ainsi dire l’ensemble du vignoble d’Italie centro-méridionale d’époque pré-romaine au vignoble campanien [PURCELL 1985. spéc. 6-7] SELTMAN 1957. spéc. 138-140.

5 SCRAMUZZA 1959. 269-271.

6 MANGANARO 1979. 428.

7 L. Forti et A. Stazio, Vita quotidiana dei Greci d’Italia : Agricoltura, dans MEGA– LE HELLAS. 673-676.

8 L. Forti, La vita quotidiana, dans MAGNA GRECIA, vol. III 313-314.

9 “... nulla si può dire con precisione dell’agricoltura della Lucania interna, che è poi la Lucania vera, perchè nulla ci è stato tramandato [MAGALDI 1947. 60].

10 UGUZZONI, GHINATTI 1968.

11 ZANCANI MONTUORO 1982.

12 Agricoltura e pastorizia in Magna Grecia (tra Bradano e Basento), dans MAGNA GRECIA, vol II 173-212.

13 Indications bibliographiques dans ROCCAGLORIOSA I. 323-328.

14 TCHERNIA 1986. spéc. 42-58.

15 PURCELL 1985. spéc. 6ss.

16 “The whole subject of 2nd and 3rd century B.C. amphoras in Sicily is obscure. The precise links between the amphoras of Magna Graecia, Etruria and Rome have not been worked out (...)” [H. Frost, dans LILYBAEUM. 157-158] ; “le néant amphorique de la Grande Grèce” [EMPEREUR 1986. 662] ; “typologies are virtually non-existent, production areas are still to be located, chronologies float” [P. Arthur, dans ROCCAGLORIOSA I. 287]. La situation, rappelons-le au passage, n’est pas vraiment meilleure en ce qui concerne les vie et ve s. : M. Gras a souligné le "vide presque total de nos connaissances des productions amphoriques dans le monde colonial grec d’Occident en dehors de Marseille” [GRAS 1988].

17 Le déséquilibre des recherches en cours est évident : sur les 172 travaux que signalent J.-Y. Empereur et Y. Garlan dans le Bulletin archéologique : amphores et timbres amphoriques (1980-1986) [BULL. AMPH. 1987], 3 seulement (n°92-94) concernent les productions d’Italie du Sud grecque. En ce qui concerne spécifiquement la Méditerranée occidentale, on mesurera la différence entre l’imposante bibliographie portant sur les amphores de Marseille [BERTUCCHI 1992. 239-244] et les quelques remarques faites à propos de celles des colonies d’Italie du Sud.

18 Le déséquilibre des recherches en cours est évident : sur les 172 travaux que signalent J.-Y. Empereur et Y. Garlan dans le Bulletin archéologique : amphores et timbres amphoriques (1980-1986) [BULL. AMPH. 1987], 3 seulement (n°92-94) concernent les productions d’Italie du Sud grecque. En ce qui concerne spécifiquement la Méditerranée occidentale, on mesurera la différence entre l’imposante bibliographie portant sur les amphores de Marseille [BERTUCCHI 1992. 239-244] et les quelques remarques faites à propos de celles des colonies d’Italie du Sud.

19 On ne possède pour ainsi dire aucune information concernant le matériel amphorique de cités comme Poseidonia, Velia, Crotone, ou Syracuse. On ne sait par ailleurs quasiment rien des conteneurs trouvés dans de nombreux établissements ruraux des Campi Geloi, de la Crotoniatide, du Métapontin, des alentours de Poseidonia et Tarente (à l’est de la cité, le long de la mare Piccolo) : à l’opposé, le matériel amphorique des fermes de Chersonèse de Crimée par exemple a été étudié de manière quasiment systématique [v. par exemple DUFKOVA, PECIRKA 1970],

20 A propos desquelles on consultera spécialement le volume Recherches sur les amphores grecques, Paris, 1986 (BCH Suppl. XIII).

21 A propos desquelles on verra la publication en 1989 (Coll. EFR, 114) des Actes du Colloque Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherches, tenu à Sienne en mai 1986.

22 Une vue d’ensemble de ces productions dans EMPEREUR, HESNARD 1987.

23 A Tarente, des centaines d’anses timbrées provenant des zones artisanales et portuaires de S. Lucia, Peripato et Montedoro doivent être considérées comme sporadiques : aucune attention n’a été prêtée au contexte [A. Dell’Aglio et E. Lippolis, dans AMPHORES ROMAINES. 542-543].

24 Un exemple parmi d’autres : la chronologie de dizaines de fragments timbrés trouvés dans l’habitat d’Hèrakleia Minoa, pourtant fouillé de manière stratigraphique, est très vague [DE MIRO 1958. 277-285].

25 L’amphore de transport achrome est très rare dans pas mal de nécropoles -à Poseidonia [GRECO PONTRANDOLFO 1979. 32 et note 39], Métaponte [LO PORTO 1982. 377] Lipari [CAVALIER 1985. spéc. 24], Assoro [MOREL 1966], Vassallaggi [ORLANDINI 1971]-, quand elle n’est pas complètement absente (c’est le cas dans les tombes des ive-iiie s. de la nécropole méridionale d’Hèrakleia L.). Dans les secteurs italiques du Bruttium et de Lucanie, les conteneurs vinaires de table sont une constante du mobilier funéraire, mais l’amphore achrome est sporadique [v. par exemple les tombes de la fin ve et du ive s. présentées dans SORGENTI DEL LAO et ITALICI]. Dans les zones puniques de Sicile par contre, l’amphore apparaît assez fréquemment en contexte funéraire [v. par exemple BISI 1971. 27ss. ; CAMERATA SCO– VAZZO, CASTELLANA 1981].

26 C’est le cas notamment de la nécropole Carrara à Crotone [SPADEA 1984. 152– 153, note 83], ou de celle de Kephaloidion [TULLIO 1984-85].

27 C’est le cas de la nécropole Passo Marinaro à Kamarina, fouillée par P. Orsi (1904-9). De nombreuses tombes des ve et ive s., ainsi que quelques-unes du iiie s., contenaient une amphore grecque ou punique, dont plusieurs étaient timbrées : la publication du matériel céramique conservé [LANZA 1990] montre que cette nécropole aurait pu fournir des indications chronologiques particulièrement utiles.

28 PACE 1919. 81 :Alcune altre anse, anche esse ricurve ma di creta meno pura e di fattura più grossolana, recano inscrizione greca in lettere poco accurate e per ogni riguardo di tipo assolutamente diverso dal rodio. Si tratta di fabbriche secondarie forse della Sicilia stessa.

29 DE MIRO 1958. 279-280, note 4 : “Si tratta di anse ricurve di argilla meno pura e di fattura più grossolana con iscrizioni in lettere poco accurate, di tipo del tutto diverso dal rodio. Per quanto, a quello che sappia, non sia stato ancora fatto uno studio su tale genere di anse con bolli, è opinione corrente che si tratti di fabbriche secondarie, della Sicilia stessa.

30 LEPORE 1952. 312-313.

31 DESY 1989.

32 BLANCK 1978. 96-97.

33 Dans ARCHEOLOGIA SUBACQUEA 2. 61-64.

34 L’étude de E. Lyding Will Greco-Italic Amphoras [LYDING WILL 1982] envisage, entre autres, des amphores produites en Italie méridionale aux ive-iiie s. Elle se présente sous forme de classement typologique, mais son apport est limité pour le matériel évoqué ici [V. CHAP. III].

35 ZANCANI MONTUORO 1982.

36 LOCRI EPIZEFIRI III. 13 ; BARRA BAGNASCO 1993.

37 VALENZA MELE 1991.

38 V. par exemple PEACOCK, WILLIAMS 1986. 23-24 ; CERDA 1987. 420.

39 LYDING WILL 1982. 341-344.

40 BENOIT 1961. spéc. 38.

41 AMPHORES ROMAINES. spéc. 22-65 et 443-467.

42 Le point sur cette question dans TCHERNIA 1986. 48 ; EMPEREUR, HESNARD 1987. 26-27.

43 C’est le cas du programme consacré par le Centre Jean Bérard aux Amphores archaïques et classiques de Méditerranée.

44 JOHNSTON, JONES 1978. 127, note 24.

45 DI SANDRO 1986. 106-116 ; GRAS 1987. 42.

46 Pp. 64-67.

47 Le point à propos de ces productions dans TCHERNIA 1986 et AMPHORES ROMAINES.

48 V. notamment Aristox., dans Athén., Deipn., XIV 632a.

49 DS., XII 76,4.

50 DH., XV 5,2-3.

51 C’est vers le milieu du ve s. que se cristallise l’ethnos lucanien, un processus à propos duquel les auteurs n’apportent guère d’informations, mais qui a des retombées importantes pour les Italiotes : la cité de Thourioi, à peine fondée, s’y trouve confrontée [GRECO (E.) 1992. 238-243].

52 DS., XII 9ss.

53 DS., XII 36,4.

54 La seule mention explicite d’une révolution démocratique concerne Crotone, à la fin du ive s. (DS., XIX 10, 3-4). Mais Aristote (Pol., 1307a) indique clairement la tension que crée la concentration de terres à Thourioi, dans les dernières années du Ve s., ainsi que les modifications qui en résultent dans la constitution.

55 Elle comprend notamment la Nouvelle Sybaris, Crotone et Kaulonia (Pol., II 39,6).

56 ‘Εκ πολιτείας εἰς δημοκρατίαν (Arist., Pol., 1304a).

57 Denys le Jeune hérite vers 368 d’un empire considérable (μεγίστην τῶν κατὰ τὴν Εὐρώπην δυναστειῶν τὴν ἀρχὴν) (DS., XVI 5,4).

58 GHINATTI 1985. 6.

59 Ces modifications commencent avec l’installation d’une colonie latine à Poseidonia en 273 (Vell., I 14,7) et se terminent, en ce qui concerne ce travail, par la création de la provincia Sicilia en 227.

60 Tarente se voit ainsi dépossédée de sa mainmise sur Hèrakleia et, par conséquent, sur la chôra de celle-ci.

61 Notamment à Lokroi (282-1), Rhegion (282), Crotone (c. 273), Métaponte : v. les mises au point de A. de Siena, dans ESPANSIONISMO ROMANO. 301-314.

62 MADDOLI 1982. spéc. 12.

63 On ne manquera pas de rapprocher la situation en Grande Grèce de celle qu’on constate, vers la même époque, sur le littoral de la mer Noire, où il serait impensable d’analyser les secteurs agricole et céramique sans tenir compte de la composante gréco-barbare [v. par exemple PIPPIDI 1973. spéc. 81-82].

64 Au début du iiie s., Poseidonia marque la frontière septentrionale des efforts du Molosse pour unifier les Italiotes (T.-L., VIII 17,9). Le rôle frontalier du Silaris est souligné par E. Greco, dans PAESTUM II. 73-74.

65 Strab., VI 1,1.

66 Son activité n’est pas toujours facile à évaluer, dans la mesure où l’essentiel des informations est fourni par Tite-Live.

67 T.-L., VIII 26,6.

68 LEPORE 1952.

69 MOREL 1986. 356.

70 Antiochos indique (dans Strab., VI 1,4) que “le territoire de Tarente, qui est contigli à celui de Métaponte, est étranger à l’Italie et s’appelle Iapygie”. Pour les caractéristiques du territoire et de l’économie agraire tarentins, v. GHINATTI 1975. 83-84, 103. La faible perméabilité des Dauniens à l’hellénisme, qu’illustrent la rareté des importations et le caractère limité des influences urbanistiques, a été soulignée à différentes reprises par A. Bottini.

71 Tarente place d’ailleurs à un certain moment son siège à Hèrakleia, en territoire tarentin (Strab., VI 3,4).

72 L’influence politique et économique de Tarente sur la Lucanie orientale est manifeste pendant tout le ive et une partie du iiie s. [LO PORTO 1971-73. 229]. Des impératifs économiques l’ont poussée à se mêler activement au développement de certaines cultures à l’ouest du Bradano -qui marque le confin de son territoire– et ce jusque dans le secteur d’Hèrakleia.

73 ANELLO 1986. 172.

74 Napoli, 19-20 marzo 1987, AION ArchStAnt 11, 1989 [1991].

75 Des synthèses dénotant une connaissance des formes et thèmes des régions voisines : “le caratteristiche stilistiche... contraddistinguono un’unica officina che utilizza sopratutto gli schemi compositivi diffusi dall’Apulia e dalla Sicilia, con risultati peculiari” [GUZZO, LUPPINO 1980. 857].

76 La ligne de démarcation est située de manière assez nette, quoique mouvante, à hauteur de Métaponte ou Hèrakleia L.

77 V. par exemple les remarques dans VALENZA MELE 1991. 48ss.

78 Varron, RR I 44 (territoire de Sybaris) ; Pline, HN XVIII 95 (plaines de Lentini et d’autres parties de Sicile).

79 Pour la différence entre le sens littéral et réel de ces termes, v. LEPORE 1973.

80 V. les remarques à ce propos dans GIARDINA 1981. 89.

81 WHITE 1970. 84-85.

82 La Loi spéciale pour la Calabre de 1955 classe les plaines et les collines au-dessous de 300 m dans le secteur de bonification de 1ère catégorie, alors que les terrains situés à une altitude supérieure tombent sous le régime de bonification des montagnes.

83 Précisons, en ce qui concerne ces contrats, que F. Cordano et A. Di Vita estiment qu’ils proviennent tous de Kamarina, tandis que G. Manganaro en attribue certains à Morgantina.

84 Les similitudes géologiques (métamorphiques) d’une partie de l’Italie tyrrhénienne posent par ailleurs problème (v. les remarques de M. Picon, dans AMPHORES ROMAINES. 60-63, spéc. note 86).

85 Des argiles-références ont été trouvées dans différents ateliers, notamment à Tarente-Via Magnaghi [DE JULIIS 1985. 561], Roccagloriosa [POLIGNAC 1985. 556], Nocera Terinese [VALENZA MELE 1991. 20-21], Lokroi [M. Barra Bagnasco, dans LOCRI EPIZEFIRI III. 27ss.] et Syracuse-Villa Maria [FALLICO 1971. 593], mais à ma connaissance, aucune analyse physico-chimique n’a pu établir de lien entre du matériel amphorique des ive-iiie s. et une argilière de Grande Grèce ou Sicile.

86 II est largement accepté, au moins jusqu’au ive s. Mais des exceptions existent et une cité peut très bien produire différents types d’amphores, afin de répondre à la diversité des produits commercés (l’huile et le vin à Corinthe, des qualités différentes de vins à Cos), ou pour des raisons qui nous échappent actuellement [EMPEREUR, HESNARD 1987. 14].

87 LEPORE 1965. spéc. 112.

88 ROSTOVTZEFF 1941. 121-122.

89 Un tour d’horizon dans GRAS 1989.

90 On rappellera pour exemple les ταριχείας καὶ ἅλλας τοιαύτας ἐργασίας dont il est question pour Velia (Strab., VI 1,1).

91 V. notamment les remarques de M. Gras à ce propos lors du XXVIIIe Congrès de Tarente, Un secolo di ricerche in Magna Grecia [GRAS 1989. 407].

92 Avec des opinions d’ailleurs assez divergentes [LÉVÊQUE 1970 ; MEGALE HELLAS. 482 ; contra GHINATTI 1985 ; MOREL 1990 avec bibliographie précédente].

93 “No evidence relating to this period is available of Sicilian exports other than corn or of markets other than Athens” [WESTLAKE 1942. 98] ; “Other products [than corn] may have contributed to Sicily’s revival, but we know of none which were exported” [TALBERT 1974. 166].

94 SABBIONE 1984. 260.

95 L’expression est empruntée à DION 1959. 86.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540