Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

Appendice. Note sur une muserolle disparue1

Juliette de La Genière

Texte intégral

  • 1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 ( (...)

1En appendice à la communication de R. Spadea et sur son invitation, je signalerai ici un bronze disparu, dans l’espoir que son possesseur actuel se résolve à le rapporter à son légitime propriétaire, le musée de Crotone. L’objet, dont photos, dessins et mesures nous ont été assez mystérieusement adressés, aurait été volé au sanctuaire de Vigna Nuova lors des fouilles de 1977/78, puis serait passé de main en main avant de disparaître, sans doute sur le marché antiquaire.

  • 1 Pernice 1896.
  • 2 Cahn 1989, 14, e. L’auteur date cette muserolle, de dimensions inusitées, au deuxième tiers du vie (...)

2Il s’agit d’une muserolle de bronze, d’un travail délicat ; dans l’impossibilité de la décrire avec précision, nous nous contenterons de renvoyer le lecteur aux images présentées ici (fig. 1-2). L’objet est-il entièrement conservé ? Il semble que non, car il est privé d’un ornement frontal, qui est présent au contraire sur plusieurs muserolles connues depuis l’article de E. Pernice1 et sur une autre que conserve le musée de Bâle2.

  • 3 Haut. : 22,5 ; long. : 17,5 ; larg. : 11,5 cm. Pour les muserolles de Londres, voir Walters 1899, 3 (...)
  • 4 De Ridder 1915, II, 26, pl. 71, n. 1517, 1518.
  • 5 Hydrie de Psiax : ABV, 293, n. 8 ; hydrie du peintre de Priam : ABV, 332.
  • 6 Xén., Eq., 5, 3. L’objet est appelé kèmos, nom qui désigne aussi le masque qui couvrait la bouche d (...)

3Les mesures de la muserolle de Vigna Nuova correspondent à celles des exemplaires conservés au British Museum et provenant de Ruvo3, comme à ceux du Louvre4 ; si bien qu’il faut admettre que toutes ces pièces peuvent avoir été utilisées avant d’être déposées dans une tombe ou dans un sanctuaire. Ce sont cependant des objets très rares, comme nous l’apprennent des scènes de harnachement sur plusieurs vases attiques5 ; on y voit en effet des chevaux muselés, non pas dans de précieux ouvrages de bronze, mais dans une sorte d’entonnoir d’osier dont Xénophon recommande l’usage lorsqu’on étrille le cheval ou qu’on le laisse se rouler par terre6, cela pour éviter sa morsure qui est redoutable.

  • 7 Diod., IV, 24, 7.
  • 8 Head 1911, 97. Sur le rapport Héra/Héraclès, voir Giangiulio 1989, 70-72.

4Tandis que les plus belles muserolles de bronze, parmi celles qu’a réunies E. Pernice, présentent des motifs floraux et des griffons, celle de Vigna Nuova est animée par deux scènes figurées, ce qui paraît tout à fait inhabituel. Au-dessus du disque ajouré au centre, qui permet au cheval de respirer librement, le bronzier a représenté un combat de deux hoplites d’un côté, tandis que, de l’autre, l’enfant Héraclès, de face, étouffe deux énormes serpents dont les spires ménagent les ajours nécessaires. Ce thème héracléen est à sa place à Crotone. On se rappelle les drames que provoqua le passage du héros avec le troupeau de Géryon7, et comment Héraclès y annonça la naissance d’une importante cité qui porterait le nom de Kroton, prédiction qui le fait désigner comme oeciste sur certaines monnaies du Ve siècle où il est associé à Héra8.

  • 9 Kraay/Hirmer 1966, pl. 94, n. 271.
  • 10 Philostr., Jun. Im., 5, 1. Sur l’iconographie de ce mythe, voir Moret 1992.
  • 11 Reinach 1921, 194-198.

5Sur l’image dessinée on remarque la présentation faciale de l’enfant, le raccourci hardi de sa jambe gauche, l’aisance du mouvement ; tous ces traits, qui illustrent la maîtrise du bronzier, se retrouvent sur une série monétaire de Crotone datable dans la première moitié du ive siècle9. Muserolle et monnaies rappellent la description par Philostrate de l’Héraclès peint par Zeuxis pour les Agrigentins : « Tu joues, Héraclès, et dès le berceau tu te ris de la lutte ; les dragons venus d’Héra, tu les as saisis chacun dans une main »10. Aurions-nous, sur ces documents, un écho de ce tableau de Zeuxis, le peintre d’Héraclée qui séjourna longtemps à Crotone pour exécuter un autre tableau célèbre, celui d’Hélène11 ?

Fig. 1 - Muserolle attribuée au sanctuaire de Vigna Nuova.

Fig. 2 - Muserolle attribuée au sanctuaire de Vigna Nuova.

Fig. 3 - Muserolle du Musée National d’Este (I. G. 3230).

6Associé à une scène de combat entre deux hoplites, le nouveau-né miraculeusement héroïque est bien à sa place sur un objet lié à la cavalerie. Les occasions ne manquent pas, en ces temps troublés par les ambitions de Denys l’Ancien et la montée en puissance des armées sabelliques, pour qu’un cavalier, ayant survécu, ou espérant survivre à une bataille, offre un tel ex-voto à une divinité protectrice.

  • 12 Giangiulio 1989, 58-59.
  • 13 L’élevage des chevaux a une longue histoire dans les régions situées au NO de Crotone, au pied de l (...)
  • 14 Zancani Montuoro 1961. Pour Héra et les chevaux à Samos : voir le rapport de Ph. Brize en ce volume (...)

7Les nombreuses et lourdes chaînes de fer brisées découvertes à Vigna Nuova ont orienté vers Héra les hypothèses d’attribution du sanctuaire, une Héra libératrice, comme la désigne une inscription du Lacinium12. L’existence de notre muserolle encourage cette attribution et l’enrichit en même temps ; elle rappelle qu’Héra était aussi la protectrice des chevaux, élevés dans la chora voisine, et celle des cavaliers13. On retrouve ici un aspect de la déesse dont P. Zancani avait souligné l’importance à Poseidonia : la Hippia14 ; cette épiclèse et le culte qu’elle recouvre étaient probablement diffusés parmi les colonies achéennes de Grande Grèce. Notre muserolle en serait un premier témoignage.

8Là ne s’arrête pas toutefois la relation entre la déesse et le monde hippique.

  • 15 J’ai le plaisir de remercier ici la Dott. A. Ruta Serafini à laquelle je dois la photographie prése (...)
  • 16 Balista/Ruta Serafini 1992, 114.
  • 17 Ruta Serafini et al. 1992, 20, fig. 6 et 7.

9On remarque au Musée d’Este une très belle muserolle de bronze, encore en place sur la tête du cheval qui la portait (fig. 3). L’objet, comme a bien voulu m’en informer la directrice du musée15, appartient à un vieux fond et n’a pas de provenance précise. Cependant les nécropoles d’époque préromaine de la zone atestine lui fournissent un contexte. En effet, à Este même, un secteur de la nécropole paléovénète fouillé en 1990 a livré sept inhumations de cheval, dont deux portaient sur le front les traces d’un coup violent ; plusieurs avaient les jambes fortement repliées tandis que, pour l’un d’entre eux, elles étaient allongées16. L’usage d’enterrer les chevaux remonte au vie siècle comme en témoigne un tumulus découvert à Padoue où la tombe d’un cheval aux jambes fortement repliées (T. 57) voisine avec celle d’un homme couché sur un cheval aux jambes étendues (T. 117) ; le cheval de la tombe 57 présentait des signes de fracture intentionnelle du front17.

  • 18 Strab., V, 1, 8.
  • 19 Strab., V, 1, 9. Un autre enclos était dédié à Artémis Aitôlè.

10Des raisons rituelles expliquent assurément ces enterrements de chevaux dont 27 ont été découverts récemment à Altino en Vénétie. Un peu plus au nord, la zone frontière entre la Vénétie et l’Istrie représentée par le fleuve Timavus est celle où se trouvait le Timavum, célèbre sanctuaire de Diomède, dont la relation avec les chevaux est partout attestée. Encore au temps de Strabon, on lui sacrifiait un cheval blanc ; et c’est là que l’on avait élevé une race spéciale de juments, exceptionnelles pour leur rapidité18. Il est particulièrement intéressant de souligner qu’il y avait dans le Timavum un enclos sacré à l’Héra d’Argos19 dont la relation avec les chevaux est ainsi une fois de plus soulignée : un argument encore, parmi beaucoup d’autres, pour considérer Héra comme la maîtresse du sanctuaire de Vigna Nuova à Crotone.

Bibliographie

Références bibliographiques

ABV : BEAZLEY (J. D.), Attic Black-Figure Vase-Painters. Oxford, 1956.

Balista / Ruta Serafini 1992 : BALISTA (C.), RUTA SERAFINI (Α.), Nuovi dati sulle necropoli atestine. In : Este antica (G. Tosi ed.). Este, 1992.

Cahn 1989 : CAHN (D.), Waffen u. Zaumzeug. Antiken Museum Basel u. Sammlung Ludwig. Basel, 1989.

De Ridder 1915 : DE RIDDER (Α.), Les bronzes antiques du Louvre. II. Les instruments. Paris, 1915.

Giangiulio 1989 : GIANGIULIO (M.), Ricerche su Crotone arcaica. Pisa, 1989 (Pubbl. della Classe di Lett, e Filo. della Sc. Normale Sup. di Pisa, 6).

Head 1911 : HEAD (Β. V.), Historia Numorum. Oxford, 1911.

Kraay/Hirmer 1966 : KRAAY (C. M.), HIRMER (M.), Greek Coins. London, 1966.

La Genière 1993 : LA GENIÈRE (J. de), L’area di Crimisa. In : Crotone e la sua storia tra iv e iii secolo a.C. Atti del Seminario Internazionale, Napoli, 1987. Napoli, 1993, 81-92.

Moret 1992 : MORET (J. M.), Iconographical Appendix. In : B.K. Braswell, A commentary on Pindar Nemean, 1. Fribourg, 1992, 83-90, pl. 1-8.

Pernice 1896 : PERNICE (E.), Griechisches Pferdegeschirr. In : 56tes Programm zum Winckelmannsfeste. Berlin, 1896, 1-16.

Reinach 1921 : REINACH (Α.), Recueil Millet. Textes grecs et latins relatifs à l’histoire de la peinture ancienne. Paris, 1921 (rééd. 1985).

Ruta Serafini et al. 1992 : RUTA SERAFINI (Α.), DE VANNA (L.), GAMBACURTA (G.), BALISTA (C.), Padova. Lo scavo della necropoli preromana e romana tra via Tiepolo e via San Massimo : nota preliminare. Quaderni di Archeologia del Veneto, VIII, 1992, 15-25.

Samos XVIII : JAROSCH (V.), Samos XVIII. Samische Tonfiguren des 10. bis 7. Jahrunderts v. Chr. aus dem Heraion von Samos. Bonn, 1994.

Walters 1899 : WALTERS (H. Β.), Catalogue of Bronzes Greek, Roman and Etruscan in the Department of Greek and Roman Antiquities, British Museum. London, 1899.

Zancani Montuoro 1961 : ZANCANI MONTUORO (P.), Hera Hippia. ArchClass, XIII, 1961, 31-39.

Notes

1 Pernice 1896.

2 Cahn 1989, 14, e. L’auteur date cette muserolle, de dimensions inusitées, au deuxième tiers du vie s. av. J.-C.

3 Haut. : 22,5 ; long. : 17,5 ; larg. : 11,5 cm. Pour les muserolles de Londres, voir Walters 1899, 352, n. 2878, 2879.

4 De Ridder 1915, II, 26, pl. 71, n. 1517, 1518.

5 Hydrie de Psiax : ABV, 293, n. 8 ; hydrie du peintre de Priam : ABV, 332.

6 Xén., Eq., 5, 3. L’objet est appelé kèmos, nom qui désigne aussi le masque qui couvrait la bouche du boulanger d’Anaxarchos lorsqu’il faisait la pâte à pain (Ath, 548 c). La muserolle pouvait être nommée également phimos\ E. Pernice nous a montré que ce nom désignait parfois d’autres pièces de harnachement et, qu’en conséquence, on ne pouvait être tout à fait sûr de son emploi.

7 Diod., IV, 24, 7.

8 Head 1911, 97. Sur le rapport Héra/Héraclès, voir Giangiulio 1989, 70-72.

9 Kraay/Hirmer 1966, pl. 94, n. 271.

10 Philostr., Jun. Im., 5, 1. Sur l’iconographie de ce mythe, voir Moret 1992.

11 Reinach 1921, 194-198.

12 Giangiulio 1989, 58-59.

13 L’élevage des chevaux a une longue histoire dans les régions situées au NO de Crotone, au pied de la Sila. Dès la fin de l’Age du Fer on y connaît des mors de chevaux en bronze (Cirò Superiore) ; au ive-iiie siècle plusieurs sanctuaires de campagne livrent des statuettes, surtout de terre cuite, de cavaliers ou de chevaux (zone de Vergadoro à Strongoli, de Carrocceddo à Cirò). En outre les cavaliers du Bruttium emportent dans leur tombe, avec des objets précieux, des mors de cheval, souvent en plomb, revendiquant jusque dans l’au-delà la noblesse de leur condition (La Genière 1993).

14 Zancani Montuoro 1961. Pour Héra et les chevaux à Samos : voir le rapport de Ph. Brize en ce volume ; Samos XVIII, 63-73, 93-96. Si sa relation avec les chevaux est bien attestée, Héra n’en avait pas cependant le monopole. Dans la XIIIe Olympique le devin prescrit à Bellérophon d’élever un autel à Athéna Hippia qui lui a fait don d’un mors propre à rendre docile le fougueux Pégase (v. 89-132). La découverte d’une muserolle miniature par J.-P. Morel dans l’Athénaion de Punta della Campanella ne surprend donc pas (renseignement J.-P. Morel).

15 J’ai le plaisir de remercier ici la Dott. A. Ruta Serafini à laquelle je dois la photographie présentée ici à la fig. 3 et les renseignements concernant les régions atestine et vénète. Long, max. de la muserolle : 24,2 ; larg. max. : 12,5 cm.

16 Balista/Ruta Serafini 1992, 114.

17 Ruta Serafini et al. 1992, 20, fig. 6 et 7.

18 Strab., V, 1, 8.

19 Strab., V, 1, 9. Un autre enclos était dédié à Artémis Aitôlè.

Notes de fin

1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (Coll. CJB, 15), 261-265.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Muserolle attribuée au sanctuaire de Vigna Nuova.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 2 - Muserolle attribuée au sanctuaire de Vigna Nuova.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 3 - Muserolle du Musée National d’Este (I. G. 3230).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable