Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

L’Héraion de Foce del Sele : quelques aspects du culte d’Héra à l’époque hellénistique d’après les terres cuites1

Martine Dewailly

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 1 In: Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (C (...)

1L’ensemble des terres cuites provenant de l’Héraion de Foce del Sele et la formation des différents dépôts votifs dont elles proviennent permettent de mettre en évidence quelques aspects du culte d’Héra pratiqué dans le sanctuaire ; toutefois, pour l’époque hellénistique, la grande masse d’ex-voto que forment les statuettes de terre cuite témoigne davantage de la popularité du sanctuaire que d’une pratique votive particulière à Foce del Sele.

  • 1 Zancani Montuoro 1937, 205-354, pl. X-XIV ; Heraion I.

2Toutes nos informations proviennent du rapport de fouilles de Paola Zancani Montuoro et Umberto Zanotti Bianco, publié dans les Notizie degli Scavi de 1937, et du volume 1 de l’Heraion alla Foce del Sele publié en 19511.

3Le sanctuaire a restitué trois différents types de dépôts votifs (fig. 1) : deux puits votifs (ou bothroi), un dépôt où les objets étaient bien rangés à l’intérieur de compartiments construits (ou loculi), des dépôts, qui par le mode d’ensevelissement des objets dans des fosses peu profondes, finissent par former une strate compacte d’ex-voto.

1. Premier type de dépôt : les bothroi

4Un premier bothros a été découvert en avril 1935 à 15 mètres au sud de l’angle sud-ouest du Temple. Il s’agit d’un véritable puits construit, presque carré (2,50 m de côté) muni d’une ouverture de 1 m sur 90 cm (fig. 2) profond de 3,52 m, dont les parois sont formées de grandes plaques calcaires de diverses dimensions. Le puits avait été fermé à l’aide d’un grand bloc de pierre calcaire.

5Une première strate d’argile (fig. 3) avec traces de combustion, a restitué une lampe en terre cuite d’époque romaine ; deux autres grands blocs, entre lesquels se trouvaient trois autres lampes et deux monnaies de l’empereur Hadrien, formaient le fond de cette strate. La couche suivante, d’argile et sable, contenait des restes d’ossements d’un chien. Un nouveau bloc obstruait le puits et scellait un amas d’ex-voto accumulés sur 1,50 m de hauteur et mêlés à des ossements d’animaux et des fragments de bois carbonisés.

6La plus grande part du matériel est constitué par de la céramique commune, des grandes amphores, quelques aryballes à godrons (vernis noir) et des vases à figures rouges de production locale ; quelques statuettes et bustes de femmes-fleurs ont été trouvés au fonds du puits. Ces derniers en particulier permettent de dater le creusement du puits vers la fin du ive siècle av. J.-C.

7Le remplissage du puits semble donc résulter d’une série de rites sacrificiels ; Paola Zancani Montuoro et Umberto Zanotti Bianco restituent à environ 2,30 m à l’est du puits un autel sur lequel auraient été accomplis ces sacrifices (l’autel comprend une grande plaque calcaire - de 1,43 m sur 87 cm - et un tambour de colonne qu’ils interprètent comme le support d’une vasque pour les libations).

  • 2 Zancani Montuoro 1937, 305-307.
  • 3 Ardovino 1986, 61-64.

8Ce type de dépôt votif et la nature des ossements (chiens, chèvres, chats, un coq et une colombe) indiquent le caractère chthonien du culte (en particulier le sacrifice de chiens, qui rappelle Hécate, divinité chthonienne par excellence, le sacrifice du coq, particulier à Perséphone ; la colombe, attribut en général d’Aphrodite)2 ; mais la présence des bustes de femmes-fleurs au fond du puits rappelle le culte voué à Eilithyia, attestée à Argos, comme divinité indépendante ou épiclèse, en tout cas étroitement liée à Héra et attestée également dans le sanctuaire de Foce del Sele3. Tous ces rappels à d’autres divinités féminines illustrent bien la multiplicité et la complexité des aspects du culte d’Héra (bien que cette constatation puisse être faite sur presque toutes les divinités féminines).

9Le matériel conservé dans les réserves du Musée de Paestum porte rarement une indication de provenance ; à part la lampe et les monnaies romaines, trouvées dans la strate supérieure et exposées dans une vitrine du Musée, et les nombreux fragments céramiques, seules deux statuettes en terre cuite (fig. 4) de type tanagréen (dont une fragmentaire) et un peson circulaire peuvent être rapportés à ce bothros.

10Un deuxième bothros a été découvert en janvier 1937 à environ 12 m au sud de la stoa. Rectangulaire (1,90  1 m), construit de grandes plaques calcaires, le puits est profond de 4,23 m. Comme pour le précédent, la couche supérieure (d’une épaisseur de 1,50 m) ne contient pas de matériel votif (fig. 5) ; fait suite une strate très fine qui a restitué quelques fragments de vases, une statuette féminine (apparemment de type tanagréen), des ossements ; la terre présente des traces de combustion. Un nouveau mètre de terrain sépare ce niveau de la masse de matériel votif, ce qui suggère que le dépôt trouvé dans la strate supérieure est plus récent.

11L’amas d’ex-voto qui comble le puits de 2,70 m à 4,23 m de profondeur a restitué en surface une lampe à vernis noir et une monnaie de bronze lucanienne (D : tête laurée de Poséidon ; R : dauphin et PAIST) : la dernière déposition a donc été effectuée vers le milieu du iiie siècle av. J.-C. Le matériel recueilli comprend des coupes, des œnochoés à vernis noir de type Gnathia, des aryballes à godrons, une amphore à figures rouges et un unique fragment de statuette en terre cuite de très grande dimension. Un askos de céramique commune porte inscrites les lettres (H) PAI. Le matériel est mêlé à des ossements (mammifères, oiseaux, une tortue), des restes de reptiles, du bois carbonisé et la terre présente des traces de combustion. Le creusement du puits est daté de la fin du ive siècle.

  • 4 Zancani Montuoro 1937, 309.

12A environ 1,20 m au sud du puits, se trouve un autel carré4 avec, au centre, un petit tambour de colonne, analogue à la structure mise au jour à proximité du premier bothros ; ce deuxième puits votif peut donc également être interprété comme un autre lieu de culte chthonien.

  • 5 Heraion I, 46.

13Les deux puits votifs ont eu une période d’activité assez brève : un siècle ou un siècle et demi (jusqu’à la fin du iiie ou au milieu du iie siècle av. J.-C.)5.

14On remarquera qu’ils n’ont restitué qu’une très petite quantité de terres cuites : le matériel est surtout constitué de vases à boire (coupes), de vases à verser (œnochoés) ou de vases de transport de liquides (amphores) ; ces formes sont aussi celles que l’on utilisait pour les rites de libations.

2. Second type de dépôt : les loculi

15En mai 1936, à 12 m à l’ouest du premier puits votif, sont mis au jour cinq compartiments (ou loculi) adjacents, construits avec des plaques calcaires de 80 cm de côté qui s’appuient au nord sur une unique plaque, longue de 4 m (fig. 6). La largeur des compartiments varie entre 57 et 78 cm.

  • 6 Zancani Montuoro 1937, 332.

16Parfois les objets, extrêmement bien rangés et bien conservés (fig. 7), furent retrouvés, à l’intérieur des compartiments, séparés horizontalement par d’autres fragments de plaques (on voit ici deux statuettes de chronologie très différente : l’une est du type dit de l’“Hera pestana”, plein ve siècle, l’autre de type tanagréen, début iiie siècle). Le matériel comprend surtout des statuettes de terre cuite, (fig. 8), et des vases miniatures. D’après le rapport de fouilles, les statuettes appartiennent à des types datables entre la fin du vie et le iie siècle avant J.-C.6.

17Une très petite partie du matériel conservée dans les réserves du Musée de Paestum a gardé l’indication de sa provenance des loculi : il s’agit de quelques types datables à partir du ve siècle, tels que des figurines assises sur un trône aux pieds félins et haut dossier décoré, tenant la patère et la pomme-grenade (variante du type dit “Hera pestana”), deux types de kourotrophe, l’un sans doute du début ve siècle, le second du ive siècle (fig. 9). On relèvera que l’image de la divinité kourotrophe est relativement rarement représentée à l’Héraion de Foce del Sele ; on n’en connaît en effet que trois images : celle de la statuette corinthienne, illustrée dans les Notizie degli Scavi et exposée au Musée de Paestum, mais le fait qu’elle soit unique et d’importation lui ôte, selon nous, toute signification cultuelle, d’autant plus que, comme nous l’avons dit, le thème de la kourotrophe est très rare à Foce del Sele, puisque du premier type, seuls 6 exemplaires sont conservés, et le second type ne compte que deux statuettes. Dans le reste du matériel des loculi, on note des grands bustes, des femmes-fleurs, des figurines assises sur un trône cubique, (fig. 10). Les images de la divinité les plus fréquentes (excluant donc les figurines féminines de type tanagréen) sont donc celles de la femme-fleur et celles de la déesse assise sur un trône. On a trouvé également dans les loculi un masque de théâtre (fig. 11) et enfin quelques figurines enveloppées dans leur himation de type tanagréen (fig. 12).

18Ce dépôt semble avoir été construit au début du iie siècle av. J.-C. (on a trouvé une monnaie d’argent d’époque républicaine, sans doute tombée lors de la déposition des objets). Le terrain environnant, rubéfié, était lui aussi parsemé de terres cuites, cette fois en fragments et portant parfois des traces de combustion.

19Ainsi, la déposition d’objets à l’intérieur de puits votifs reflète sans doute un des aspects du culte d’Héra à Foce del Sele, l’aspect chthonien ; en revanche, la sauvegarde d’objets consacrés à la déesse dans cinq petits compartiments, construits de manière assez rustique ou hâtivement, doit être interprétée diversement.

20On notera surtout l’arc chronologique couvert par cet ensemble : du vie siècle sans doute au iie siècle ; il semblerait donc que ce dépôt corresponde davantage à une opération de débarras, de “nettoyage”, et comme on ne peut imaginer que ces objets aient été auparavant exposés en plein air pendant près de quatre siècles, il faut supposer qu’ils se trouvaient à l’intérieur d’une structure que l’on a voulu “vider” ou qui a été détruite, cela au début du iie siècle av. J.-C. Nous ignorons malheureusement de quelle structure il s’agit.

3. Les fosses votives7

  • 7 Zancani Montuoro 1937, 338.

21Deux petits dépôts ont été trouvés, l’un à environ 10 m à l’est du premier puits votif, l’autre à 5 m au sud de l’angle SE du Temple. Il s’agit de dépôts d’objets ensevelis dans des fosses peu profondes au point d’apparaître à la fouille comme des strates.

22Le premier dépôt a restitué quelques figurines du ive et du début du iiie siècles mais surtout des bustes de femmes-fleurs (fig. 13) ; on notera donc la variété de cette image de la divinité, un buste surmonté d’une fleur de lys, qui symbolise, on le sait, la fécondité des femmes ; ces objets étaient aussi et surtout des instruments de culte puisqu’ils servaient de thymiateria (on voit bien les traces de combustion à l’intérieur de la fleur). Un autre type de buste qui probablement fonctionnait également comme thymiaterion (fig. 14) ; de relativement nombreuses statuettes d’Éros (fig. 15), de diverses dimensions : autre aspect du culte à Foce del Sele où, semble-t-il, Héra assume aussi le rôle d’Aphrodite ; une multitude de petits fruits en terre cuite (fig. 16), symbole de la fertilité de la terre.

23Ce dépôt serait donc contemporain plus ou moins (fin iiie ou début iie siècle) de celui réalisé dans les loculi ; mais sa formation est différente : nous ne pouvons malheureusement offrir aucune explication à ce changement d’opération.

24Le deuxième dépôt s’étendait sur à peu près 15 m2 et a fourni surtout deux types d’ex-voto hellénistiques bien particuliers : une multitude de fruits variés et de statuettes de très petites dimensions (H. 5/6 cm) (fig. 17). On notera que parmi les statuettes miniatures, un nombre important représente des femmes enceintes : cela suggère, selon un critère quantitatif des terres cuites votives, qu’Héra, à Foce del Sele du moins, est davantage concernée par la fertilité de la femme, sa santé lors de la gestation et l’heureuse issue de l’accouchement (suggérée par le type Eileithya, bien que rare également à Foce del Sele) que par la femme kourotrophe, élevant son enfant.

25Ce deuxième petit dépôt, qui a restitué un ensemble d’ex-voto du ive siècle, est donc analogue et plus ou moins contemporain du précédent.

26La quasi totalité des terres cuites hellénistiques provient d’une grande fosse votive constituant une véritable strate, assez épaisse, qui s’étendait entre le Thesauros et le Temple ; elle se superposait en partie à la couche dite corinthienne, c’est à dire archaïque, et à des bases et des fragments de stèles. Ce dépôt a bouleversé la couche de lapilli consécutive à l’éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C. et a restitué également des monnaies d’époque impériale : la formation du dépôt peut donc être datée au iie siècle ap. J.-C.

27On y trouve tous les types dits tanagréens, mais aussi de nombreux bustes, des femmes-fleurs, qui attestent à nouveau l’importance et la variété de cette image à l’Héraion de Foce del Sele, des fruits, des colombes.

28A nouveau, on s’étonnera de la date à laquelle fut effectué ce dépôt et on se demande d’où proviennent, ou plutôt où étaient conservées, toutes ces statuettes produites et offertes à partir du ive siècle avant J.-C., puis ensevelies au iie siècle après J.-C. ; à ma connaissance, rien n’atteste que le sanctuaire ait subi d’importantes modifications à l’époque impériale. En même temps on se souviendra que la strate supérieure du premier bothros a restitué deux monnaies d’Hadrien : cela suggère évidemment une reprise ou une continuité des rites chthoniens puisque l’on a choisi de réutiliser le bothros-, on peut donc supposer également des changements concernant les édifices et/ou leur fonction, et, par exemple, la réutilisation d’une structure, ce qui aurait nécessité son nettoyage, cela également à l’époque d’Hadrien, au iie siècle après J.-C.

29En résumé, on notera donc que les bothroi, les loculi et les deux petits dépôts ont été les uns fermés, les autres constitués plus ou moins contemporainement vers la fin du iiie siècle ou le début du iie avant J.-C. ; la grande fosse, avec sa masse de figurines de type tanagréen, est réalisée beaucoup plus tard.

30Les images que ces statuettes représentent, des figures féminines drapées, n’ont aucune ou peu de valeur cultuelle, dans la mesure où elles ne personnifient, pas plus qu’elles ne symbolisent, la divinité ou une particulière forme de culte. Ainsi, plusieurs séries identiques de ces statuettes féminines ont également été trouvées dans le dépôt votif de l’Athénaion de Paestum. Leur technique de fabrication laisse supposer une production de masse, et leur offre témoigne de la très grande popularité du sanctuaire de Foce del Sele encore au iiie siècle av. J.-C. (c’est-à-dire au moment de la création de la colonie latine).

31Le corps des statuettes de type tanagréen était fabriqué à l’aide de deux moules (l’un pour la face antérieure, l’autre pour la face postérieure) ; les têtes sont moulées séparément et sont munies, à la base du cou, d’un goujon, ce qui permettait de les encastrer dans le corps. On a pu noter le nombre nettement inférieur des modèles de corps par rapport à ceux des têtes : jusqu’à présent on a pu distinguer 45 modèles de corps et 80 modèles de têtes (mais la classification typologique des têtes isolées n’est pas terminée). La combinaison de ces éléments offre 3 600 possibilités de personnaliser les figurines, sans compter les possibilités de variations des coiffures ; à titre d’exemple, des statuettes peuvent avoir un même corps mais porter des têtes différentes (fig. 18) ; le même modèle peut être de dimensions légèrement supérieures (fig. 19).

32La fabrication de ces figurines pouvait se prêter ainsi à de multiples jeux. La variété des modèles est évidemment très grande : les attitudes, la position des bras, la façon de draper l’himation permettent de multiples variations.

33L’étude des têtes isolées a permis de constater encore d’autres “jeux” de la part des coroplathes qui ainsi augmentent considérablement la variété et la quantité de leurs produits, avec relativement peu de travail et certainement une réduction du coût de fabrication (car ils n’avaient pas besoin de créer ou d’acheter un grand nombre de moules).

34La plupart des têtes n’ont que la face antérieure moulée : le moule ne reproduit que le visage et parfois seulement les cheveux qui encadrent le front, parfois une coiffure particulière qui orne le sommet de la tête. Le cou est façonné à la main et muni d’un goujon conique. Le travail du dos de la tête dépend complètement de la fantaisie du coroplathe ou de sa paresse ! ! !

35De ce modèle, 150 exemplaires sont conservés dans les réserves du Musée de Paestum (fig. 20). Le moule de base, pour lequel on a pu distinguer deux générations, reproduit le visage, une courte frange de cheveux bouclés sur le front, un double ruban et une masse de cheveux bouclés sur le sommet de la tête. A ce prototype, le coroplathe ajoute une mèche de cheveux longs bouclés de part et d’autre du cou ; les mèches de cheveux longs sont façonnées à la main et appliquées évidemment avant la cuisson.

36La tête peut être enjolivée par le port de grandes boucles d’oreilles, en forme de pastilles, ou par le port d’un cerceau de section cylindrique, décoré de feuilles de lierre et d’une perle au centre.

37Autre variante : les cheveux bouclés sur le sommet de la tête ont été supprimés ; le coroplathe a créé, à l’aide d’une série d’incisions parallèles, des mèches de cheveux qui semblent tirées en arrière et rassemblées en un chignon circulaire, modelé séparément. Cette coiffure, façonnée à la main, est donc légèrement différente d’une tête à l’autre.

38Ce modèle a aussi une version simplifiée où n’est conservée que la frange courte qui couronne le front ; le dos de la tête est formé d’une boule d’argile lissée à la spatule. Un cerceau peut être ajouté.

39Enfin, pour les deux têtes issues d’un moule très usé, de seconde génération, il semblerait que le coroplathe ait voulu compenser la mauvaise qualité de son produit par l’ajout de multiples ornements, un cerceau décoré de feuilles et d’une perle, surmonté d’une stéphané ; ou bien par le port de l’himation relevé sur la tête comme un voile.

40L’inventaire, la classification et l’étude des terres cuites hellénistiques sont déjà bien avancés : on a pu constater que malheureusement les corps des figurines, qui sont plus fragiles, sont conservés en grande partie en fragments et nécessitent un gros travail de restauration ; leur étude est donc en retard par rapport à celui des têtes, mais un premier examen de ce matériel montre une plus grande variété des modèles de têtes que de ceux des corps.

41La durée de ce type de production est très difficile à évaluer : la grande variété et le grand nombre des figurines retrouvées peuvent donner une impression de longévité, mais on a pu constater la rapidité d’éxécution des têtes en particulier ; la production de ces figurines, en général datées à partir du début du iiie siècle, donc, à Paestum, au moment même du passage à la colonie latine, ne devrait pas avoir été touchée par ce changement politique et social, comme semble le prouver le seul contexte archéologique dont la datation est sûre, c’est-à-dire le dépôt en loculi, qui a restitué quelques figurines de type tanagréen et qui est daté par la monnaie républicaine du iie siècle avant J.-C.

42L’étude des terres cuites provenant de l’Héraion de Foce del Sele est en cours. Néanmoins, on peut d’ores et déjà faire quelques observations concernant le thème de ces journées d’études : l’Héraion de Foce del Sele n’a pas livré pour la période hellénistique, c’est-à-dire à partir de la fin du ive siècle avant J.-C., un grand nombre de statuettes en terre cuite qui aient une signification cultuelle ; les dernières statuettes significatives des aspects du culte d’Héra, toutes du ive siècle, sont des femmes-fleurs, quelques bustes, des kourotrophes extrêmement rares, des Éros, des fruits, des statuettes miniatures. Mais ces objets sont relativement peu nombreux par rapport à l’énorme production de figurines de type tanagréen au début du iiie siècle (ou peut-être dès la fin du ive). Ces dernières sont des offrandes votives, mais ne représentent certainement pas un aspect du culte d’Héra. Le passage des représentations en terre cuite de la divinité ou d’un aspect du culte à celles de figurines féminines, drapées, plus proche d’une représentation humaine que divine, n’est évidemment pas particulier à l’Héraion de Foce del Sele.

  • 8 Par exemple, à l’Héraion de Samos, entre la fin de l’époque géométrique et le début de l’archaïsme  (...)

43La reproduction en masse des figurines de type tanagréen est un phénomène général au iiie siècle : correspond-elle à une démocratisation, à une individualisation, ou à une uniformisation des formes du culte pratiqué dans le sanctuaire ? Comme nous l’avons vu, la fabrication de ces statuettes fait appel au minimum de technologie nécessaire, permettant ainsi de mettre son coût à la portée de tous, mais cette évolution reflète également un changement dans la conception de l’image divine et du rapport entre le fidèle et la divinité dont on trouve trace également à d’autres époques8. Une comparaison avec d’autres sanctuaires, et d’autres périodes, permettrait sans doute d’en préciser le sens.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ardovino 1986 : ARDOVINO (A. M.), I culti di Paestum antica e del suo territorio. Salerno, 1986.

Heraion I : ZANCANI MONTUORO (P.), ZANOTTI BIANCO (U.), Heraion alla foce del Sele. I. Il santuario, il tempio della dea, rilievi figurati varii (con L’architettura del tempio, a cura di F. Krauss). Roma, 1951.

Zancani Montuoro 1937 : ZANCANI MONTUORO (P.), ZANOTTI BIANCO (U.), Capaccio. Heraion alla foce del Sele. Relazione preliminare. NSA, 13, 1937, 206-354.

Fig. 1 - Plan du sanctuaire : localisation des dépôts votifs, a : bothros ; b : loculi ; c : fosses votives

Fig. 2 - Premier bothros.

Fig. 3 - Premier bothros : dessin de la section stratigraphique.

Fig. 4 - Offrandes de terre cuite provenant du bothros. (inv. 95603, 95601, 95602)

Fig. 5 - Les loculi.

Fig. 6 - Deuxième bothros : dessin de la section stratigraphique.

Fig. 7 - Les loculi : détail.

Fig. 8 - Offrandes de terre cuite provenant des loculi.

Fig. 9 - La “Hera pestana” et deux types de statuettes kourotrophes provenant des loculi (inv. 71791, 105463, 95373).

Fig. 10 - Buste, femme-fleur, divinité assise provenant des loculi (inv. 95165, 95147, 95170).

Fig. 11 - Masque de théâtre provenant des loculi (inv. 95144).

Fig. 12 - Statuette hellénistique provenant des loculi (inv. 95128).

Fig. 13 - Deux types de femme-fleur provenant du premier dépôt (inv. 95500, 95483).

Fig. 14 - Buste-thymiatérion provenant du premier dépôt (inv. 95503).

Fig. 15 - Statuettes d’Eros provenant du premier dépôt (inv. 95442, 95439).

Fig. 16 - Fruits de terre cuite provenant du premier dépôt (inv. 95455 à 95466).

Fig. 17 - Fruits et statuettes miniatures provenant du deuxième dépôt (fruits : inv. 95381 à 95386 ; statuettes : inv. 95389 à 95391).

Fig. 18 - Statuettes hellénistiques provenant de la grande fosse votive (inv. 94833, 94865).

Fig. 19 - Statuettes hellénistiques provenant de la grande fosse votive (inv. 94816, 94915, 94815).

Fig. 20 - Variantes effectuées sur un même moulage de tête de statuette hellénistique. Éch. ± 1/3.

Notes

1 Zancani Montuoro 1937, 205-354, pl. X-XIV ; Heraion I.

2 Zancani Montuoro 1937, 305-307.

3 Ardovino 1986, 61-64.

4 Zancani Montuoro 1937, 309.

5 Heraion I, 46.

6 Zancani Montuoro 1937, 332.

7 Zancani Montuoro 1937, 338.

8 Par exemple, à l’Héraion de Samos, entre la fin de l’époque géométrique et le début de l’archaïsme : v. Ph. Brize, dans ce volume.

Notes de fin

1 In: Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (Coll. CJB, 15), 201-210.

2 École française de Rome

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/948/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 532k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540