Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

Des étoffes pour Héra1

Giovanna Greco

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 ( (...)
  • 1 Zancani 1965-1966.
  • 2 Zancani 1964a.

1I. Lorsque, dans les années 50, Paola Zancani Montuoro reprit les recherches autour de l’Héraion du Sélé que la guerre avait interrompues, en explorant l’aire sacrée derrière les autels, à la recherche de cette via sacra qui devait conduire au temple principal, elle trouva les substructions d’un autre edifice qui tout de suite se révéla porteur de résultats importants comme d’interrogations nombreuses1. Dès les fondations, le monument livra trois gros blocs de pierre, réutilisés de toute évidence, qui une fois enlevés et retournés, se révélèrent être trois splendides métopes sculptées archaïques, représentant le mythe de Sisyphe, le suicide d’Ajax et le combat d’Héraclès contre le géant Alcyonée2.

  • 3 Zancani 1965-1966, 33

2L’edifice entier, en outre, était implanté sur une grande fosse rectangulaire unique, plus large que l’édifice même dans ses dimensions définitives, à l’intérieur de laquelle avait été déchargée une grande quantité de matériel “votif” abîmé, ou plus simplement recueilli par les nouveaux utilisateurs du sanctuaire, les Lucaniens3.

  • 4 Zancani 1965-1966, 87.

3Les objets récupérés, qui appartiennent tous à la période archaïque du sanctuaire, sont datés entre le deuxième quart du vie s. av. J.-C. et le troisième quart du ve s. av. J.-C.4.

  • 5 Dernièrement : Pugliese Carratelli 1988, 30.

4La construction du nouvel édifice dans le sanctuaire d’Héra devait donc être nécessairement postérieure aux dernières décennies du ve s. av. J.-C. et P. Zancani l’attribue à la nouvelle aggrégation sociale et politique des Lucaniens qui s’emparent de Poseidonia et de son territoire juste vers la fin du ve s. av. J.-C.5. La période de vie de l’édifice est déterminée par un autre dépôt, qui se superpose au premier ; beaucoup plus étroit et limité, il est constitué du matériel relatif à la vie de l’édifice et a été créé au moment où ce dernier a été détruit.

  • 6 Zancani 1965-1966, 110.
  • 7 Zancani 1965-1966, 34.

5Le matériel, très riche bien qu’assez homogène, s’étend sur une période allant de 370/360 à 270/260 av. J.-C., ce qui définit clairement la durée de la vie de l’édifice6. Des traces évidentes d’un violent incendie et d’une ample démolition sont visibles surtout sur le côté oriental ; la destruction de l’édifice est attribuée par P. Zancani à l’arrivée des Romains et au moment de la déduction de la colonie latine de Paestum en 273 av. J.-C.7.

6II. Nous nous trouvons donc face à un monument singulier, atypique dans sa planimétrie ainsi que dans son architecture, d’interprétation difficile quant à ses fonctions, que P. Zancani préféra simplement définir par la forme de son plan et qui fit donc son entrée dans les problématiques archéologiques avec la dénomination d’“édifice carré”.

  • 8 Dernièrement : Torelli 1988, 95 ss.

7La chronologie de l’implantation, fournie par une lecture philologique très soignée du matériel, permet d’attribuer, avec une ample marge de précision, le nouveau monument aux Lucaniens. Après une première phase de violence et de destructions qui suivit l’occupation de Poseidonia à la fin du ves. av. J.-C., les Lucaniens entreprennent en effet la réfection et la restauration des structures et des monuments de la période grecque de la ville avec un souci de fidélité et une attention constantes qui sont le témoignage tangible de la continuité qu’on enregistre à plusieurs niveaux entre la phase grecque et la phase lucanienne, aussi bien à Poseidonia que dans son territoire8.

Fig. 1 - Héraion de Foce del Sele. Vue aérienne (Photo. A. La Capra).

  • 9 Greco E./Theodorescu 1983, 79 ss.
  • 10 Mertens 1988, 562 ss.

8Le temple d’Athéna voit son toit reconstruit fidèlement grâce à l’utilisation des cimaises de la période archaïque tardive ; même chose pour le grand temple de l’Héraion du Sélé ; dans la cité, le bouleuterion garde ses fonctions dont l’importance est même accrue9 et toute l’implantation urbaine conserve son centre autour de la vieille agora10.

9L’Héraion à l’embouchure du Sélé traverse, avec les Lucaniens, une période de splendeur renouvelée ; le grand temple est restauré, les deux autels monumentaux sont rétablis ; mais la donnée la plus significative est fournie par la construction de nouveaux édifices qui vont remplacer, dans leurs fonctions, les monuments anciens qui avaient été détruits.

  • 11 Zancani/Zanotti 1937, 238; Heraion I, 41 s.
  • 12 Tocco et al. 1989, 58 ss.

10C’est le cas pour la stoa au Nord-Est du grand temple pour la construction de laquelle on a remployé plusieurs blocs et d’autres éléments en pierre provenant de la spoliation d’édifices archaïques détruits ou simplement abandonnés. A côté nous voyons un édifice au plan rectangulaire dont l’utilisation n’est pas du tout claire et que P. Zancani proposait d’interpréter comme une structure liée à l’activité des potiers opérant dans le sanctuaire et, par la suite, comme une structure utilisée pour l’accueil des pèlerins11. Mais c’est la richesse des dépôts votifs qui constitue le meilleur témoin de la prospérité, de l’importance et de la fréquentation du sanctuaire pendant la domination lucanienne12.

  • 13 Zancani / Zanotti 1937, 209 ss.
  • 14 Zancani / Zanotti 1937, 319 s.

11On fait remonter à la fin du ive s. av. J.-C. la construction d’un bothros utilisé jusqu’à l’âge d’Hadrien, très proche du grand temple et extrêmement riche en matériel votif, tandis qu’un deuxième bothros, placé dans l’aire qui est devant la nouvelle stoa et l’édifice rectangulaire avoisinant, est daté lui aussi par son très nombreux matériel du milieu du ive s. av. J.-C. environ. Il est intéressant de souligner la présence d’un petit autel quadrangulaire dallé de blocs de grès avec au milieu un tronçon de colonne lui aussi en grès, éléments remployés qui, tous, proviennent d’édifices abandonnés et spoliés13. La série de donaria retrouvés dans la zone du grand temple (six bases constituées encore une fois de matériel réutilisé) a été également élevée après la première destruction du sanctuaire et au moment où le grand temple était en pleine activité, car les stèles et les donaria devaient être clairement visibles par ceux qui montaient au temple par la rampe14.

Fig. 2 - Héraion de Foce del Sele. Plan de la zone A.

12Toutes ces interventions, liées au fonctionnement du sanctuaire dans son activité complexe et articulée, mais en même temps indices évidents d’une manière nouvelle de concevoir l’utilisation de l’aire du sanctuaire, sont concentrées, de toute façon, dans la zone délimitée par le temple et les autels qui garde donc, à l’époque lucanienne aussi, cette centralité caractéristique de la phase précédente lorsque l’emplacement des deux autels monumentaux à la limite Nord-Est du grand temple semble presque borner l’espace destiné au culte au sens strict du terme.

  • 15 Zancani 1967.

13Tout à fait atypique et excentrique par rapport au centre essentiel de l’espace sacré résulte donc l’emplacement de l’édifice carré, situé derrière les autels monumentaux et assez loin du grand temple (80 m env. à l’Est) ; son entrée, petite et étroite, s’ouvre vers le Sud et non vers l’Est comme les monuments principaux ; il n’est d’ailleurs pas orienté vers ceux-ci car il présente vers le centre de l’espace sacré un mur fermé. L’ouverture au Sud se retrouve seulement dans un édifice archaïque, lui aussi, une stoa qui semble délimiter un temenos sur le côté méridional ; cependant, quand l’édifice carré est construit, la stoa archaïque n’est plus en fonction, tandis que l’édifice d’accueil relatif à la phase lucanienne est celui qui s’élève au Nord-Est du grand temple orienté et ouvert en direction de celui-ci15.

  • 16 Zancani 1965-1966, 319 s.
  • 17 Ardovino 1986, 121 s. ; Torelli 1988, 95.

14Que l’aire entourant l’édifice carré n’ait jamais été réservée dans la période précédente aux cérémonies du culte est prouvé par le fait que tous les sondages effectués par P. Zancani ont donné des résultats négatifs et que “toute la zone à l’Est des autels et de l’esplanade devant les temples, était très pauvre jusqu’au niveau déblayé”16. Les constructeurs de l’édifice jugèrent donc nécessaire de sacraliser la zone avant la nouvelle installation et créèrent ainsi le grand dépôt votif où furent scellés les objets recueillis dans tous les édifices du sanctuaire ; il s’agit donc d’une forme de sacralisation d’une aire éloignée du cœur du sanctuaire et qui n’avait été touchée, jusqu’à ce moment-là, par aucune activité cultuelle. Le fait que la consécration du lieu se soit faite par l’ensevelissement dans le sol même des objets votifs plus anciens peut donner lieu à deux interprétations ; il peut soit mettre en relief la destination essentiellement “sacrée” du nouvel édifice, comme le propose P. Zancani, soit plutôt le respect et la “pietas” religieuse des Lucaniens qui, sous le signe de la continuité, reconnaissent la sacralité du lieu et du rituel. En effet, c’est justement dans le rite de la consécration du sol au moment d’ériger le nouvel édifice, par l’ensevelissement d’ex-voto précédents, que l’on reconnaît la marque d’une continuité religieuse qui, malgré la coupure qui s’est produite dans la réalité socio-économique, semble recevoir et absorber les éléments essentiels de la religiosité grecque17.

15Les résultats des sondages effectués récemment dans le sanctuaire nous suggèrent toutefois une observation. Ainsi que J. de La Genière l’a montré (cf. supra) et qu’elle l’a encore répété à Naples en 1995 lors du colloque “I culti della Campania antica” en hommage à N. Valenza Mele, le problème principal pour les architectes du sanctuaire du Sélé était représenté par la présence de l’eau et par sa stagnation continue. Avant d’implanter toute construction nouvelle, il fallait procéder à d’imposantes œuvres de canalisation des eaux et à l’assèchement du terrain ; ainsi, au-dessous du niveau des fondations des murs périmétraux, dans les édifices contrôlés jusqu’ici, on a trouvé de grands fossés-canaux se terminant en forme d’entonnoir qui assuraient l’assèchement du terrain avant le remplissage des tranchées de fondation à l’aide de sable et d’autres matériaux ; à l’intérieur de ces fossés on a toujours récupéré des objets votifs provenant des phases antérieures du sanctuaire. Et donc la grande fosse rectangulaire, plus profonde que les fondations des murs périmétraux de l’édifice carré, devait avoir elle aussi une fonction de drainage du terrain ; elle fut remplie de tout le matériel votif ramassé dans le sanctuaire et recouverte de cailloutis. Cette couche de couverture est l’un des différents niveaux de la construction que nous avons appelés “niveaux durs” que les architectes utilisaient pour rendre compacts les sols artificiels au fur et à mesure que le bâtiment s’agrandissait. Cette observation n’exclut cependant pas le caractère sacré que pourrait avoir le remplissage du fossé de drainage, par ce matériel lié aux anciens utilisateurs du sanctuaire.

16La situation topographique du monument, excentrique, isolé par rapport aux édifices réellement consacrés au culte, reste une particularité dont il faut nécessairement tenir compte pour toute proposition de lecture critique.

17Il n’est pas inutile d’insister encore sur le fait que, au moment où l’on décide la construction du nouvel édifice, les cérémonies sacrées et les sacrifices avaient encore lieu entre le grand temple et les autels, tandis que l’implantation de la stoa au Nord-Est du grand temple et de l’édifice rectangulaire contigu confirme la centralité de l’aire sacrée telle qu’elle avait été implantée et voulue dès le début de la fondation du sanctuaire.

18Enfin, même si l’on peut supposer que l’aire du sanctuaire pourrait être beaucoup plus vaste que celle qui a été mise au jour - et plusieurs indices semblent suggérer cette hypothèse - l’édifice carré est implanté de façon intentionelle derrière les autels et le grand temple et il souligne, par son ouverture vers le Sud, sa diversité, et même si l’on veut supposer l’existence d’autres édifices non encore découverts dans l’aire du temenos, la centralité sacrale de l’aire temple principal / autels se conserve constamment et ne semble pas subir de modifications dans le temps.

19III. Outre la situation topographique, excentrique et isolée, il existe des particularités et des caractéristiques architectoniques qui font de l’édifice carré un monument singulier pour lequel on ne trouve pas de comparaisons précises dans l’architecture grecque archaïque et classique.

Fig. 3 - Héraion de Foce del Sele. Plan de “l’édifice carré” (d’après H. Schläger).

Fig. 4 - Héraion de Foce del Sele. Restitution de “l’édifice carré” (d’après H. Schläger).

  • 18 Zancani 1965-1966, 47-55.
  • 19 Zancani 1965-1966, 58.
  • 20 Zancani 1965-1966, 62.

20Le plan parfaitement carré (12 x 12 m) dessine une pièce centrale dépourvue de structures internes, mais traversée par des éperons qui, du centre de la paroi, avancent vers l’intérieur à angle droit ; sur la paroi Sud deux de ces murs se disposent d’un côté et de l’autre de l’entrée ; leur fonction fait encore l’objet de grandes discussions. Dans la reconstruction proposée par H. Schläger ces murs sont mis en relation avec la construction du toit et sont donc considérés comme des éléments de soutien d’une couverture elle aussi insolite, à quatre versants, beaucoup plus lourde et complexe que le toit habituel à deux versants ; pour un toit à quatre versants il était nécessaire, si l’on voulait laisser libre le centre de la pièce et ne pas utiliser de pilier central, d’avoir des contreforts pour soutenir le poids des poutres18. Même si l’on accepte entièrement la restitution proposée par Schläger et si l’on considère les cinq contreforts latéraux comme en rapport avec la structure du toit, on doit considérer qu’ils surmontent et dépassent le niveau du sol, qu’ils sont à l’intérieur de la pièce et non pas à l’extérieur ; en conséquence, ils ne renforcent pas seulement les assises de fondation, comme il serait logique de penser si leur fonction n’était que celle de renforcer les murs dans les points où ils doivent supporter le poids maximum. Ils devaient donc avoir une autre fonction et de quelque manière ou bien diviser la pièce en quatre secteurs, ou bien soutenir, quand cela était nécessaire, des structures mobiles liées à quelque activité collatérale qui se déroulait à l’intérieur de l’édifice ; cette dernière hypothèse n’avait pas été entièrement exclue par P. Zancani19. Celle-ci souligne, en outre, la particularité de l’entrée, très petite, étroite, protégée à l’extérieur par un simple appentis soutenu par deux petits pilastres et surtout donnant accès, par une marche interne, au niveau du pavement plus bas par rapport au niveau extérieur ; une entrée donc propre à un lieu où l’accès devait être contrôlé et limité à un nombre réduit de personnes, et non ouvert à la foule indiscriminée des fidèles20.

  • 21 Zancani 1965-1966, 55.
  • 22 Zancani 1965-1966, 59.
  • 23 Greco E./Theodorescu 1987, 69.

21Déjà P. Zancani et H. Schlàger avaient aperçu la difficulté de trouver des exemples analogues, aussi bien pour le plan que pour les particularités de la structure, dans le cadre de l’architecture grecque connue tant sacrée que civile : Schläger terminait ses réflexions par l’affirmation que « l’édifice carré n’a pas de comparaisons précises quant au type de construction ; il ne peut être rapproché ni des temples à cella transversale ni à d’autres édifices de forme carrée ou presque... »21. P. Zancani, en attribuant aux Lucaniens le plan carré et l’ouverture vers le Sud, compare la structure dans son ensemble, l’entrée étroite, la planimétrie, le sol plus bas, avec un édifice qui se trouve au Nord du forum de Paestum, dit aerarium, qui semble présenter les mêmes particularités22. Des études et des recherches récentes ont mieux déterminé la chronologie et la physionomie de cet édifice qui fut construit vers le milieu du iiie s. av. J.-C. et qu’il faut donc considérer comme faisant partie des reconstructions effectuées dans la ville à l’époque romaine23.

22La recherche sur les structures et sur les formes du culte en milieu lucanien ne fait que commencer et les éléments à notre disposition, s’ils ne permettent pas encore une définition cohérente, justifient cependant quelques réflexions qui peuvent contribuer à mieux comprendre le contexte général et la physionomie de l’édifice carré de l’Héraion du Sélé.

  • 24 Adamesteanu /Dilthey 1992.
  • 25 Prosdocimi 1989, 519 ss.

23Le grand sanctuaire de Rossano di Vaglio24, l’expression la plus représentative de l’affirmation complète de l’ethnos lucanien, consacré à Méfitis, divinité aux fortes implications et révélant des composantes de religiosité grecque où dominent les caractères liés au monde des femmes, aux noces, à la fertilité et où les composantes culturelles de l’Héra grecque se mêlent à celles de Déméter et d’Aphrodite25, est structuré autour d’un ample parvis dallé avec un autel central ; cette esplanade est entourée d’une série de pièces dont la fonction n’est pas claire, mais qui ne pouvaient certainement pas être toutes des dépôts pour ex-voto. On est frappé par une suite de sept pièces contiguës, placées derrière l’autel, dont l’une à peu près quadrangulaire présente, en particulier, deux éperons, des contreforts à l’intérieur de la pièce. Cette série de pièces, sur la fonction desquelles nous ne sommes pas encore assez documentés, suggère cependant l’existence d’activités multiples liées à la vie du sanctuaire et, sans doute, au déroulement du rituel. Encore une particularité de Rossano est la présence de nombreux donaria, de stèles, de colonnes votives, mis au jour pour la plupart sur le côté Nord du parvis dont ils occupaient les marges dès les premiers moments de l’implantation qui est généralement datée au cours de la première moitié du ive s. av. J.-C. On ne peut pas ne pas réfléchir sur le fait que les six donaria découverts à l’Héraion du Sélé sont eux aussi datés dans le courant de la première moitié du ive s. av. J.-C.

  • 26 Bottini 1988, 55-60.
  • 27 Greco G. 1990.

24Les autres lieux consacrés au culte que nous connaissons dans la région lucanienne, plus simples et à l’aspect moins monumental, conservent constamment la particularité d’une “aire ouverte” où se déroulent les cérémonies sacrées. Le modèle qui se met en place lentement semble s’organiser autour de quelques éléments essentiels, tels l’aire ouverte entourée d’un enclos, un autel et un petit oikos / sacellum qui s’accompagnent parfois de structures secondaires. C’est le cas pour Serra Lustrante di Armento26 ou pour Colla di Rivello où, à l’intérieur de l’enclos, on a déterminé la présence de deux structures couvertes, dont l’une petite, grosso modo rectangulaire, est constituée d’une pièce unique, l’autre, plus complexe, présente des divisions internes qui remplissent sans aucun doute des fonctions différentes, tandis que le lieu où l’on célébrait les cérémonies du culte était, de toute façon, l’esplanade ouverte dallée27.

  • 28 Greco E. 1991.

25La découverte récente d’un petit sanctuaire à Satriano en Lucanie a révélé une structure complexe formée de deux éléments dont l’un rectangulaire, interprété comme une salle de banquet, tandis que l’autre, plus petit, quadrangulaire, semble être un édifice de culte où l’on déposait les offrandes votives, elles aussi toutes liées au monde des femmes28.

  • 29 Barra 1990, 58 s. ; Greco G. 1991a.

26Il est important de souligner aussi en milieu lucanien, dans la typologie des habitations, en l’état actuel de nos connaissances, la présence constante de l’élément de base qu’est l’oikos quadrangulaire ; à côté, en position paratactique, on trouve une ou plusieurs pièces rectangulaires utilisées comme dépôts ou pour d’autres usages ; la pièce carrée, l’oikos par excellence, est généralement caractérisée par le foyer/cuisine, par le métier à tisser, par la présence féminine en général29.

27IV. Après ces brèves remarques, pour revenir à l’édifice carré de l’Héraion du Sélé, le débat ouvert par P. Zancani sur sa probable fonction “sacrée” ou “laïque” reste aujourd’hui encore ouvert et ses observations en faveur de l’une ou de l’autre hypothèse son plus que jamais valables.

28L’abondance du matériel votif, la présence d’une statue d’Héra plaident en faveur de la destination cultuelle et sacrée ; la forme de l’édifice, son orientation vers le Sud, les contreforts, son entrée, sont autant d’éléments qui font penser à une destination “laïque” de l’édifice où était conservé le trésor du sanctuaire.

  • 30 Zancani 1965-1966, 61.

29C’est cette clé de lecture qui a été utilisée par P. Zancani dans son analyse, en particulier, d’un goupe d’objets : 300 pesons en terre cuite et 7 petits pesons en plomb ; elle propose de les interpréter comme de « véritables instruments de mesure utilisés dans l’édifice pour vérifier l’importance et la valeur des objets qui venaient former le trésor du sanctuaire »30.

Fig. 5 - Héraion de Foce del Sele. “Édifice carré”. Vases en anneau (askoi). Éch. 1/3.

30Mais c’est justement de la réflexion sur les pesons en terre cuite et d’une relecture de tout le contexte du matériel découvert dans l’édifice carré que peut naître une hypothèse d’interprétation permettant de mieux comprendre les fonctions de l’édifice même.

31Pour vérifier cette hypothèse il faut considérer essentiellement le matériel provenant du dépôt plus récent, des objets ensevelis après la démolition effectuée par les Romains. Ce dépôt contient donc les objets offerts ou utilisés dans la brève période de vie de l’édifice, qui peuvent ainsi contribuer de quelque façon à la compréhension des activités qui s’y déroulaient.

  • 31 Zancani 1965-1966, 110-143.
  • 32 On en connaît deux exemplaires figurés des nécropoles paestanes provenant de sépultures féminines : (...)

32Les objets31, dans leur presque totalité, renvoient constamment au “mundus muliebris” ; parmi les vases, les formes les plus fréquentes sont celles qui sont liées au rituel des noces : les grandes amphores à figures rouges, les hydries et les pélikés, les nombreux lébétès gamikoi, les lékanai (une vingtaine environ), les lécythes, les bouteilles ; des formes qui toutes, dans leurs différents emplois et fonctions, se rattachent à un univers féminin, d’ailleurs largement confirmé par le choix des scènes figurées. Un groupe de vases en anneau (les askoi annulaires), aussi bien à vernis noir que décorés, attestés uniquement dans l’édifice carré, pose de nombreux problèmes d’interprétation, qu’on aura l’occasion d’approfondir ailleurs. Il faut cependant souligner la rareté de la forme, parfaitement annulaire, sa diffusion limitée et la valeur idéologique que cette forme, au-delà des fonctions du vase, devait représenter32.

33A ce mobilier rapidement résumé, viennent s’ajouter environ 90 vases piriformes destinés, dans leur presque totalité, à conserver des parfums ou des onguents, de nombreuses pyxides, dont quelques-unes miniatures, elles aussi contenant généralement des pâtes ou des crèmes pour les soins de beauté.

  • 33 Zancani 1965-1966, p. 144-159.

34Les 30/35 assiettes environ, à vernis noir, les petites coupes en forme de salière, les patères, appartiennent à la vaisselle de table qui peut bien sûr faire partie du matériel votif, mais qui peut très bien aussi indiquer que des repas étaient pris en commun dans l’édifice, ce que confirme d’ailleurs la présence de la vaisselle de cuisine achrome, bien qu’elle soit en quantité réduite33.

  • 34 Greco G. 1991b, 56.
  • 35 Zancani 1965-1966, p. 157.

35Les objets métalliques sont presque tous attribués par P. Zancani au dépôt plus ancien ; cependant, surtout pour les nombreuses clés en fer, elle reconnaît la difficulté de distinguer celles appartenant au dépôt archaïque de celles qui sont liées à la vie de l’édifice. Sans vouloir revenir sur l’interprétation subtile et profonde fournie par P. Zancani, il est opportun de souligner comment ce type d’ex-voto est constamment présent dans les sanctuaires liés à des divinités féminines ; des clés en fer ont été trouvées dans le petit sanctuaire de Colla di Rivello, profondément marqué par l’empreinte idéologique paestane34 ; il est aussi intéressant de remarquer comment les clés étaient « l’insigne propre de la prêtresse, κλδοχος de la déesse »35 et donc elles ne qualifient pas de simples offrantes, mais plutôt les femmes au service de la déesse, les jeunes filles destinées aux soins du sanctuaire.

  • 36 Ohly 1953.
  • 37 Dunbabin 1951, 61 s.

36Les fragments de trois phiales à mésomphalos en terre cuite à décor moulé et deux moules à gâteaux, eux aussi en terre cuite, semblent appartenir au dépôt plus récent et posent de stimulants problèmes d’interprétation. Les phiales sont des objets très fréquents dans les sanctuaires d’Héra, bien que pour la plupart en métal. Une inscription bien connue de Samos36 qui fait l’inventaire des objets du sanctuaire, rédigée entre 346 et 345 av. J.-C., énumère 220 phiales de bronze disposées par groupes de 10 sur 22 étagères ; l’inscription présente une lacune exactement à cet endroit, ainsi nous ne savons pas s’il y avait d’autres étagères et combien il y avait de phiales au total. A Perachora, on en a trouvé jusqu’à 200 en bronze et Dunbabin avança l’hypothèse qu’elles pouvaient servir aux prêtresses d’Héra pour la divination37 ; d’ailleurs, la phiale mésomphalique est un attribut constant dans les représentations de la déesse et même la statuette en marbre de l’édifice carré tient dans les mains une phiale à mésomphalos et une grenade.

  • 38 Zancani 1964b.
  • 39 Zancani 1965-1966, 68 ; en effet les statuettes trouvées ne sont que sept, toutes appartenant à des (...)

37C’est justement la présence de cette petite mais intéressante image d’Héra qui fait que P. Zancani soit plutôt favorable à l’hypothèse d’une destination cultuelle de l’édifice ; c’est une image de culte, une véritable idole et non pas un simple ex-voto38 ; cependant, à côté de l’image de culte dont la sacralité est incontestable, il faut noter l’exiguïté de tout cet ensemble d’ex-voto coroplastiques composé des statuettes des offrantes aux attitudes et aux parures différentes, en opposition à leur abondance dans tous les autres dépôts du sanctuaire, à partir exactement de la seconde moitié du ive s. av. J.-C.39.

  • 40 Zancani 1965-1966, 171 ; les monnaies à légende ΠΑΙΣTANO dont les émissions sont sûrement attribuée (...)

38La présence de nombreuses monnaies, en majorité archaïques, pour lesquelles P. Zancani n’arrivait pas à définir l’attribution précise à l’un ou à l’autre des deux dépôts, pose des problèmes de lecture plus complexes ; il ne faut pas exclure, à mon avis, leur véritable valeur monétaire, d’échange40.

  • 41 Zancani 1965-1966, 73-82.
  • 42 Mingazzini 1974.

39L’attention est enfin attirée par une catégorie d’objets en terre cuite dont nous avons déjà parlé : les pesons de forme tronco-pyramidale et discoïdale que P. Zancani avait divisés en sept groupes sur la base de la différence de leurs poids et auxquels elle attribuait une valeur pondérale41. Contre cette hypothèse, que P. Zancani avait d’ailleurs proposée avec une grande prudence, Mingazzini42, excluant la fonction pondérale de ces pesons en terre cuite, les considérait au contraire comme de véritables pesons qui signaleraient des offrandes de vêtements ; en effet un peson, généralement le dernier sur le côté gauche du métier, restait attaché au tissu qu’on avait tissé. Il proposait donc, pour l’édifice carré, la destination de thesauros où l’on gardait non seulement les tissus à offrir à la divinité, mais également les autres riches offrandes.

40V. Les pesons tronco-pyramidaux en terre cuite constituent un groupe homogène d’objets susceptibles de fournir une importante contribution pour déterminer la fonction de l’édifice carré et surtout pour s’interroger sur l’existence d’un rituel particulier qui se déroulait à l’Héraion pendant la période lucanienne.

Fig. 6 - Héraion de Foce del Sele. “Édifice carré”. Pesons. Éch. 1/4.

  • 43 La révision du matériel provenant des anciennes fouilles à l’Héraion du Sélé est en cours depuis qu (...)
  • 44 Généralement l’exemplaire officiel pour déterminer le poids était en pierre ou en métal dès le plus (...)

41La concentration exceptionnelle des pesons dans l’édifice carré et la quantité considérable qui n’est pas facilement justifiable pour de simples ex-voto soustraits aux métiers à tisser domestiques, sont d’autant plus frappantes que, dans les autres dépôts votifs de l’Héraion, leur présence est très modeste ; du grand dépôt d’époque hellénistique, si riche en coroplastique, ne proviennent que très peu d’exemplaires, quelques-uns viennent de l’aire autour de l’autel principal et deux exemplaires ont été signalés dans la zone près du grand temple43. Il s’agit donc d’une présence sporadique et d’une quantité très modeste qui mettent en relief les 300 pesons de l’édifice carré. La fonction pondérale suggérée par P. Zancani se révèle sans fondement si l’on considère que les unités pondérales sont généralement en métal et qu’il n’existe aucun témoignage de l’emploi de la terre cuite, matériau périssable et dont le poids spécifique est extrêmement inconstant44.

  • 45 Le rapport étroit entre les pesons tronco-pyramidaux et le tissage est documenté dès le premier âge (...)

42Par conséquent, si l’on exclut une interprétation comme ex-voto et encore plus comme mesures pondérales, il nous reste à considérer une utilisation réelle, pratique, de ces objets destinés, constamment, dans le monde ancien au tissage45.

Fig. 7 - Proposition de restitution d’un métier à tisser (M. Pierobon).

  • 46 Robinson 1946, 34 n. 105.

43Du reste, la classification pondérale faite par P. Zancani est amplement justifiée dans un emploi textile ; la différence pondérale entre les différents exemplaires suggère, en effet, différents types de chaînes, plus lourdes ou plus légères, des trames plus ou moins serrées pour bordures, applications, broderies ; en outre, la présence d’exemplaires homogènes dans leur poids (le groupe V comprend 90 exemplaires) s’explique par l’existence d’un métier de type moyen où l’on utilisait nécessairement entre 70 et 80 pesons ayant tous la même valeur pondérale ce qui permettait d’avoir un tissu uniforme46.

  • 47 Crowfoot 1936-37 ; Forbes 1956, 196-211.

44D’après la quantité de pesons récupérés dans l’édifice carré, nous pouvons supposer l’existence d’au moins trois métiers de grandeur moyenne, du type vertical, adossé au mur, au rouleau supérieur tournant et aux montants latéraux fixés au sol47.

  • 48 S. Eitrem, s.v. Hera, RE VIII ; id., RE Suppl. III ; A. Kossatz-Deissmann, LIMC, s.v. Hera ; Brelic (...)

45On peut donc avancer l’hypothèse que l’oikos carré était le lieu où se déroulait une véritable activité textile dont le but était lié à un rituel très spécifique, mais bien attesté dans les sanctuaires d’Héra, qui est celui de la péplophorie48.

  • 49 Harrison 1922, 315 s. ; Kerényi 1972, 119-142.

46VI. Dans la mythographie d’Héra on peut identifier quelques moments cultuels qu’on retrouve constamment dans la tradition aussi bien épigraphique que littéraire ; parmi les plus intéressants est celui, pénétré de significations idéologiques, du bain rituel qui rend la virginité à la déesse49.

  • 50 Cirio 1981.

47Selon Pausanias (II, 38, 2), « il existe près de Nauplie une source appelée Kanathos, où les Argiens disent qu’Héra se baignait chaque année devenant vierge ». Après la disparition/enlèvement de la déesse, elle était retrouvée et le bain rituel avait lieu : Héra, redevenue vierge, est prête pour les noces avec Zeus, revêtue d’ornements virginaux et de guirlandes d’agnus-castus50.

  • 51 Nilsson 1906, 46-49 ; Potscher 1987, 125-134.
  • 52 Rouse 1976, 275 s.

48Un moment essentiel du rituel religieux était, donc, celui où l’on habillait l’idole qu’on présentait aux fidèles51 et parmi les offrandes votives sont très fréquents les robes, les voiles, les manteaux, les ceintures et d’autres objets destinés à l’habillement des femmes52.

  • 53 Jacobsthal 1938 ; Heurgon 1966.

49Nombreux sont les témoignages littéraires dont le mieux connu est sans doute celui d’Alkistène de Sybaris qui dédia à l’Héra du Lacinio un manteau exceptionnellement beau et précieux, un himation de 6 mètres de long somptueusement décoré et brodé en or et en argent. « On dit que pour le sybarite Alkistène avait été préparé un manteau si somptueux qu’il a été offert au Lacinio à l’occasion de la fête solennelle d’Héra, pendant laquelle tous les Italiotes se réunissaient et parmi tous les objets exposés, celui-là fut particulièrement admiré. On dit que Denys l’Ancien s’en empara et le vendit aux Carthaginois pour 120 talents. Il était de couleur pourpre et mesurait quinze coudées, sur les deux côtés il était divisé en figures brodées, en haut Suse et en bas Persépolis. Au milieu on voyait Zeus, Héra, Thémis, Athéna, Apollon, Aphrodite. Le long de chacune des deux extrémités il y avait la représentation d’Alkistène, sur les côtés celle de Sybaris » (Ps. Arist., de mir. auscult., 96, 338a)53.

  • 54 Ohly 1953.
  • 55 Kardara 1960.

50Parmi les témoignages épigraphiques, c’est encore une fois la précieuse inscription de Samos avec l’inventaire du trésor du sanctuaire qui nous fournit la documentation la plus riche et la plus articulée54 ; parmi les innombrables objets énumérés, les vêtements sont mis en relief par une description méticuleuse qui rappelle le rituel de l’habillement de l’idole ; l’importance de l’inscription réside aussi dans la variété des éléments de l’habillement féminin qu’elle mentionne et qui reviennent constamment dans l’iconographie traditionnelle de la déesse55. Nombreux sont les chitons en tissus divers, les manteaux, les voiles, les draps, les himatia e surtout la mitra, un chapeau brodé bien documenté dans les images de l’Héra samienne.

51Le κόσμος τς θεο : « un chiton lydien à la frange bleue de la couleur de la guède, Diogène dédie ; un chiton lydien à la frange violette ; un chiton lydien à la frange pourpre ; un petit chiton en lin à la frange pourpre ; un chiton bariolé ; un chiton lydien à la frange blanche ; un petit chiton brodé en or avec un myrte en or ; une robe en lin très usée, une mitre en lin écru ; un tissu fin en lin, deux bandeaux en lin ; sept voiles dont l’Euangelis en possède un ; une ceinture couleur pourpre brodée [...], un himation blanc, des chitons lydiens aux franges pourpre [...], 38 chitons dont Hermès en possède un, 48 himatia dont Hermès en possède un [...] ».

  • 56 Collignon 1926 ; Deubner 1932 ; Beschi 1979, 594 s. ; Burkert 1981, 120-123.

52Le rituel de la péplophorie, commun à quelques-unes des plus grandes divinités de l’Olympe grec (Héra, Apollon, Athéna, Aphrodite), offre, surtout en ce qui concerne Héra et Athéna, une documentation particulièrement riche et articulée que l’on trouve représentée, de manière emblématique, dans la frise du Parthénon avec l’offrande du nouveau péplum à Athéna au cours des grandes Panathénées56.

  • 57 Nilsson 1955, 413 s. ; Burkert 1974.

53Mais ce qu’on veut surtout mettre ici en relief, c’est la documentation relative à l’existence de collèges de femmes préposées au tissage. A Athènes les jeunes filles choisies étaient appelées ἀρρηϕόροι et demeuraient pendant un certain temps dans un édifice particulier du sanctuaire, peu éloigné du temple57.

54Les témoignages relatifs à l’existence d’édifices particulièrement destinés, dans le sanctuaire, à héberger les jeunes filles préposées au tissage, s’ils ne sont pas nombreux, sont cependant très significatifs.

55Paus. VI 24, 10 :

  • 58 Frazer 1898.

56« un édifice fut bâti dans l’agora [d’Elis] et 16 femmes rassemblées là-dedans tissaient le péplum d’Héra »58.

57Paus. III 16, 2 :

58« chaque année les femmes tissaient un chiton à l’Apollon d’Amyclae et appelaient Chtion l’édifice où elles tissaient ».

59Dans la même inscription samienne déjà mentionnée, il est intéressant de remarquer comment les offrandes énumérées n’étaient pas toutes conservées dans un seul édifice, mais se trouvaient ν τ Μεγάλ Νει ; ν τ Οδε ; ν τ οκ, où la description procède par secteurs et non pas par étagères comme dans les autres locaux, en laissant ainsi imaginer un oikos divisé à l’intérieur en trois secteurs au moins. Malheureusement l’inscription ne précise pas à quel endroit étaient gardés les vêtements, mais en revanche elle enregistre en négatif ce qui manque dans l’oikos, surtout des chaises et des escabeaux.

  • 59 Brelich 1969, 230 s. ; Burkert 1974.
  • 60 Pomeroy 1978, 60-84 ; Torelli 1984.

60Au rite de la péplophorie sont donc associés d’une part le tissage et le choix des jeunes filles destinées à cette tâche honorifique, de l’autre l’existence d’édifices prédisposés à cette fonction. Mais la présence des jeunes filles généralement choisies parmi l’aristocratie locale, vivant pendant une certaine période isolées, à l’écart, et ayant, entre autres, la tâche du tissage, rappelle, comme cela a déjà été souligné par Brëlich, les rites d’initiation liés à l’univers féminin et au γάμος59. D’ailleurs, dans les différents moments du mythe d’Héra (enlèvement/disparition ; bain rituel / virginité ; habillement/noces), on voit déjà clairement représentée sous forme symbolique la période d’initiation qui constitue une étape fondamentale pour l’éducation des jeunes femmes à l’oikos domestique60.

  • 61 Dernièrement, avec bibliographie précédente : Edlund 1987 ; Early Greek Cult Practice.

61La présence d’édifices secondaires destinés aux activités collatérales dans les grands sanctuaires est donc largement documentée, bien que leurs fonctions ne soient pas toujours exactement définies ; il suffit de parcourir les différents travaux sur l’organisation du sanctuaire grec pour saisir la pluralité des activités aux articulations multiples se déroulant à l’intérieur de l’aire sacrée61.

  • 62 Stevens 1936 ; Beschi / Musti 1982, 364.
  • 63 Goldman 1915 ; Goldman 1940.

62Ainsi la maison des Arrephoroi62 dont on sait qu’elle n’était pas loin de l’Erechthéion et qu’elle avait été construite entre la fin du ve s. et les premières décennies du ive s. av. J.-C., présente une planimétrie carrée (12 x 12 m ; exactement les mêmes mesures que l’édifice carré de l’Héraion du Sélé) avec une division interne en deux pièces. A Halai, un petit site dans le territoire de Locres, H. Goldman identifia une structure rectangulaire qui livra un grand nombre de pesons, comme l’édifice où les jeunes femmes tissaient le péplum pour Athéna63.

63Dans les grands sanctuaires consacrés à Héra, l’hypothèse d’une activité de tissage est tout à fait plausible et confirmée par les sources épigraphiques et littéraires et par la documentation archéologique. Celle-ci, malheureusement, appartenant à la catégorie du matériel “pauvre”, n’a pas été dans la plupart des cas prise en considération. Il s’agit de pesons en terre cuite, de bobines, de rochets, de pommeaux de fuseau, qui, bien que ramassés par les fouilleurs, n’ont pas été publiés dans leurs contextes et dont on ne peut tirer, par conséquent, aucun renseignement précis quant à leur quantité ou à leurs fonctions réelles.

  • 64 Waldstein 1905, 15 et 43-44.

64A Argos on a trouvé 227 bobines qui ne doivent pas être interprétées, elles non plus, comme de simples offrandes votives, mais qui sont l’indice d’une grande activité de tissage64.

  • 65 Giangiulio 1982, 30 s.
  • 66 Duhn 1987.

65En Italie méridionale, le grand sanctuaire d’Héra Lacinia à Crotone fournit une documentation très variée allant des sources littéraires - tel le manteau d’Alkistène ou l’épisode de Nossis offrant son vêtement en bysse ou celui des femmes de Crotone poussées par Pythagore à offrir leurs vêtements précieux à la déesse65 - aux sources archéologiques, représentées de manière emblématique par un peson inscrit avec des lettres de l’alphabet achéen archaïque66.

  • 67 Cipriani 1988, 378-385.

66Pour Poseidonia, au contraire, la documentation est assez réduite ; les fouilles des années 50 dans l’aire du sanctuaire méridional ne semblent pas enregistrer une présence remarquable de pesons, et la récente révision du matériel effectuée par M. Cipriani et G. Avagliano n’a pas mis non plus en évidence une présence significative de ces objets67.

  • 68 Pedley/Torelli 1988, 402-411.
  • 69 Prosdocimi 1989, 522.

67Une donnée intéressante vient cependant du sanctuaire de Santa Venera aux limites du territoire urbain de Poseidonia68. Le sanctuaire, consacré à Aphrodite-Héra, était actif à l’époque lucanienne, entre la fin du ve s. et pendant tout le ive s. av. J.-C. et l’on y adorait la divinité lucanienne de Iovia, une Vénus lucanienne connue dans le monde italique comme “reine-domina” dont les caractères saillants nous ramènent à la Reine Cérès69.

68Le sanctuaire était structuré, à la fin du ve s., autour de deux édifices essentiels : une salle rectangulaire et un oikos à peu près quadrangulaire ; dans la pièce rectangulaire ont été récupérés, entre autres, 93 pesons et, en particulier, 47 pesons ont été trouvés dans une petite pièce contiguë à la salle rectangulaire.

69Mise à part la considération que même dans le sanctuaire de Santa Venera on enregistre cette caractéristique constante de la structure des lieux sacrés dans le monde lucanien qu’est la présence de l’oikos à côté de la salle rectangulaire, la concentration des pesons pourrait se justifier par la présence de deux métiers à tisser de petites dimensions destinés au tissage des vêtements de la déesse.

70VII. Sur la base de ces réflexions rapides et avec la prudence qui s’impose lorsqu’on dispose de données aussi disparates, on pourrait avancer l’hypothèse que l’édifice carré de l’Héraion du Sélé soit à identifier avec le lieu réservé aux jeunes filles choisies pour tisser les tissus offerts à la déesse à l’occasion des fêtes annuelles. En relisant les données à notre disposition, nous trouvons beaucoup d’éléments à l’appui de cette hypothèse : la pièce parfaitement carrée nous ramène au plan classique de l’oikos, à un lieu réservé au foyer et aux femmes ; c’est dans l’oikos que la femme exerce ses fonctions et c’est l’oikos le lieu désigné pour la future mariée ; ce n’est pas par hasard que la maison des Arrephoroi à Athènes reflète le plan carré de l’oikos grec.

71La division interne que créent les éperons au centre des murs aurait pu être faite en fonction de l’installation de plusieurs métiers à tisser et de groupes de jeunes filles travaillant ensemble dans le même espace. Dans l’inscription samienne il est question de la division de l’oikos en différents secteurs.

72Les offrandes votives, on l’a vu, renvoient toutes au “mundus muliebris” et au moment du gamos, tandis que la vaisselle de table et la vaisselle commune témoignent de la fréquentation de l’édifice, pendant une période déterminée de l’année, de la part des jeunes filles destinées à accomplir leur période d’initiation avant le mariage et à tisser les vêtements à offrir à la déesse.

73La présence de la statuette d’Héra, que P. Zancani considère, à juste titre, comme une véritable idole du culte, est parfaitement justifiée dans un endroit où des rites et des activités avaient lieu en son honneur ; l’initiation au gamos et le tissage se font sous la protection d’Héra et la statue de culte, dans son modèle, dans sa facture, dans ses vêtements, est parfaitement insérée et pleinement conforme au contexte culturel déjà lucanien dont tout l’édifice semble être le reflet.

  • 70 Zancani 1965-1966, 109, fig. 19, 1,2.
  • 71 Eitrem, art. cit. à n. 48, 382.

74Une donnée supplémentaire vient conforter l’hypothèse suggérée selon laquelle l’édifice carré serait lié à des moments particuliers du rituel et constituerait le lieu où se déroulait une activité artisanale sous la protection d’Héra. H. W. Stoop publie, parmi les objets provenant du dépôt récent, deux fragments de vases qui portent des graffiti avec les lettres EY qu’elle a interprétées comme l’abréviation d’un nom de personne ou comme une exclamation de satisfaction ou de remerciement70. Mais il semblerait beaucoup plus vraisemblable de lire les deux graffiti comme l’abréviation de l’invocation d’Héra Ευεργεσία, celle qui protège le travail des femmes, et qui est surtout connue pour l’Héra d’Argos71.

Fig. 8 - Héraion de Foce del Sele. “Édifice carré”. Fragments de vases inscrits. Éch. 2 :3.

  • 72 L’inscription de Samos décrit aussi les voiles et les vêtements de la Εαγγελς (II, 17, 40 ; cf. O (...)

75Et même une lecture alternative, qui voit dans les lettres EY l’abréviation du mot Εαγγελς (la prêtresse de la déesse qui annonçait la découverte de l’idole), ramène elle aussi au rituel de l’habillement et donc aux vêtements et au tissage72.

76Nous aurions donc à l’Héraion du Sélé, et dans le même édifice carré, un témoignage épigraphique très significatif qui confirmerait l’activité qui s’y déroulait très probablement sous la protection d’Héra.

77VIII. Enfin, une considération relative au contexte social à l’intérieur duquel il faut encadrer la problématique liée à l’édifice carré.

78Suivant les claires indications de P. Zancani, la vie de ce monument s’étend sur un siècle environ, de la première moitié du ive s. av. J.-C. jusqu’à la conquête romaine, et ses utilisateurs sont donc les Lucaniens, les nouveaux occupants de Poseidonia.

  • 73 Pontrandolfo 1979, 27 ss.
  • 74 Torelli 1988, 95.
  • 75 Mele 1991.
  • 76 d’Agostino 1991.

79De plusieurs côtés on a déjà largement illustré les signes évidents de la forte adhésion des sociétés lucaniennes aux modèles culturels grecs et comment, en particulier, les élites indigènes montrent de plus en plus les marques de cette hellénisation73, en gardant et en reproposant « la culture grecque pour leurs pratiques politiques, pour leurs manifestations religieuses, pour leur culture figurative »74. L’analyse faite par A. Mele sur la diffusion du pythagorisme parmi les populations italiques, notamment en rapport à leurs aristocraties75, montre bien toute la complexité du phénomène de la rencontre de deux cultures différentes et, surtout, met en relief la réception de modèles de vie inspirés d’une éthique aristocratique de type pythagoricien76.

  • 77 Fraschetti 1991 ; Mele 1990, 32 s.

80Aristoxène de Tarente lui-même, lorsqu’il se plaint de la “barbarisation de Poseidonia” à la fin du ive s. av. J.-C., n’en accuse pas les Lucaniens, qu’il considère presque comme les gardiens des traditions et des mœurs grecques, mais les Étrusques et les Romains, les nouveaux barbares77.

  • 78 Iust. 20, 4, 12.
  • 79 Mele 1982.

81Le rappel du texte de Justin78 où il est raconté comment Pythagore a convaincu les femmes de Crotone à donner leurs vêtements luxueux à la déesse du Lacinio et à se retourner davantage vers la vertu et la modestie79, nous permet de comprendre la profonde valeur idéologique que ce geste pouvait avoir et quelle influence il a eue réellement auprès des populations indigènes.

  • 80 Salmon 1985, 55-83.

82D’ailleurs, une lecture attentive des sources montre bien comment, dans les sociétés lucanosamnites, il existait des mœurs qui reprenaient exactement celles des Grecs et notamment l’importance attribuée à l’éducation des jeunes avec des périodes de vie en commun, les pratiques de l’initiation, les associations gymniques et militaires80.

  • 81 Cristofani 1978, 53 ss. ; Rouveret/Pontrandolfo 1982, 298 ss.

83Il ne faut pas donc s’étonner de retrouver des formes d’initiation et des associations même dans le monde féminin et justement, d’ailleurs, à cause de l’importance du rôle qui, auprès de ces sociétés, était réservé à la femme, dont le lien avec l’économie de l’oikos est particulièrement souligné aussi bien dans le rituel funéraire que dans le rituel religieux81.

84Si l’interprétation que nous avons proposée ici pour les fonctions de l’édifice carré de l’Héraion du Sélé était juste, nous aurions récupéré un témoignage précieux, non pas seulement limité à l’existence d’un éventuel rituel péplophorique qui d’ailleurs, en raison des affinités étroites avec l’Héraion du Lacinio à Crotone, serait facilement proposable, mais plutôt élargi au monde lucanien ; nous aurions la documentation de l’existence de groupes de jeunes filles qui menaient probablement une vie en commun pendant la période de l’initiation au mariage, occupées au tissage et à la préparation des vêtements pour Héra.

85* Dans les délais de la parution des actes, une version résumée de ce texte, en langue italienne, a été publiée, dans le volume de Mélanges offerts à M. Gigante, Mathesis e Philia, Napoli, 1995.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adamesteanu / Dilthey 1992 : ADAMESTEANU (D.), DILTHEY (H.), Macchia di Rossano ; Il santuario della Mefitis. Rapporto preliminare. Galatina, 1992.

Ardovino 1986 : ARDOVINO (Α.), I culti di Paestum antica e del suo territorio. Napoli, 1986.

Barra 1990 : BARRA BAGNASCO (M.), Edilizia privata in Magna Grecia : modelli abitativi dell’età arcaica neU’ellenismo. In : Magna Grecia. IV. Arte e artigianato (a cura di G. Pugliese Carratelli). Milano, 1990, 49-79.

Beschi 1979 : BESCHI (L.), L’Atene periclea. In : Storia e civiltà dei greci. IV. Milano, 1979.

Beschi/Musti 1982 : Pausania, Guida della Grecia. Libro I. L’Attica (a cura di L. Beschi e D. Musti). Milano, 1982.

Blegen et al. 1950 : BLEGEN (C.W.), Caskey (J.L.), Rawson (M.), Sperling (J.), Troy. Excavations conducted by the University of Cincinnati, 1932-1938. I. General introduction. The first and second settlements. Princeton, 1950.

Bottini 1988 : BOTTINI (Α.), La religione delle genti indigene. In : Magna Grecia. III. Vita religiosa e cultura letteraria, filosofica e scientifica (a cura di G. Pugliese Carratelli). Milano, 1988, 55-90.

Brelich 1969 : BRELICH (Α.), Paides e Parthenoi. Roma, 1969.

Burkert 1974 : BURKERT (W.), La saga dei Cecopridi e le Arreforie : dal rito di iniziazione alla festa delle Panatenee. In : M. Détienne, Il mito. Guida storico e critica. Bari, 1974, 25-49.

Burkert 1981 : BURKERT (W.), Homo necans. Torino, 1981.

Cipriani 1988 : CIPRIANI (M.), Il santuario meridionale. In : Poseidonia-Paestum 1988.

Cirio 1981 : CIRIO (A. M.), La Dea Parthenos di Samo. BollClass., III, 1981, 136-142.

Collignon 1926 : COLLIGNON (M.), Le Parthénon. Paris, 1926.

Cristofani 1978 : CRISTOFANI (M.), Società ed istituzioni nell’Italia preromana. In : Popoli e Civiltà dell’Italia antica. VII. Roma, 1978.

Crowfoot 1936-1937 : CROWFOOT (M. G.), Of the warpweighted loom. ABSA, XXXVII, 1936-37, 36-47.

d’Agostino 1991 : d’AGOSTINO (B.), Voluptas e Virtus. Il mito politico della “ingenuità” italica. AION (Arch StAnt), XIII, 1991, 118-127.

Davidson 1943 : DAVIDSON (G. R.), Thomson (D. B.), Small objects from The Pnyx. I. Princeton, 1943 (Hesperia, Suppl. VII).

Deubner 1932 : DEUBNER (L.), Attische Feste. Berlin, 1932.

Duhn 1987 : DUHN (F. von), Antichità greche di Crotone, del Lacinio e di alcuni altri siti del Bruzio. NSA, 1987, 343-360.

Dunbabin 1951 : DUNBABIN (T. J.), The oracle of Hera Akraia at Perachora. ABSA, XLVI, 1951, 61-71.

Early Greek Cult Practice : Early Greek Cult Practice. Proceedings of the V Int. Symposium at the Swedish Inst. at Athens, 1986. Stockholm, 1988 (AIRS, in 4°, XXXVIII).

Edlund 1987 : EDLUND (I. E.), The Gods and the place. Location and function of sanctuaries in the countryside of Etruria and Magna Grecia (700 B.C.). Stockholm, 1987 (AIRS, 4° XLIII).

Forbes 1956 : FORBES (R. J.), Studies in ancient Technology. IV. Leiden, 1956.

Fraschetti 1991 : FRASCHETTI (Α.), La “barbarizzazione di Poseidonia”. AION(ArchStAnt), XIII, 1991, 97-115.

Frazer 1898 : FRAZER (J. G.), Pausanias’s Description of Greece. London, 1898.

Giangiulio 1982 : GIANGIULIO (M.), Per la storia dei culti di Crotone antica. Il santuario di Hera Lacinia. Strutture e funzioni culturali, origini storiche e mitiche. ArchStorCalabrLuc., XLIX, 1982, 5-69.

Goldman 1915 : GOLDMAN (H.), Report on excavations at Halae of Locris. AJA, XIX, 1915, 418-453.

Goldman 1940 : GOLDMAN (H.), The Acropolis of Halaes. Hesperia, IX, 1940, 381-514.

Greco Ε. /Theodorescu 1983 : GRECO (E.), THEODORESCU (D.), Poseidonia-Paestum. II. L’Agorà. Roma, 1983 (Coll. EFR, 42).

Greco Ε. /Theodorescu 1987 : GRECO (E.), THEODORESCU (D.), Poseidonia-Paestum. III. Forum Nord. Roma, 1987 (Coll. EFR, 42).

Greco Ε. 1991 : GRECO (E.), In Lucania : ruolo dei sessi e istituzioni politico-religiose (a proposito del Santuario di Torre di Satriano). DdA, 1991, 75-83.

Greco G. 1990 : GRECO (G.), L’area sacra di Colla. In : A Sud di Velia. I. Ricognizioni e ricerche 1982-1988. Taranto, 1990, 69-75.

Greco G. 1991a : GRECO (G.), Serra di Vaglio, La casa dei pithoi. Modena, 1991.

Greco G. 1991b : GRECO (G.), L’evidenza archeologica nel Lagonegrese. Matera, 1991.

Gualtieri 1990 : GUALTIERI (M.), Rituale funerario di un’aristocrazia lucana (fine v-inizio iii s. a.C.). In : Italici in Magna Grecia. Venosa, 1990 (Leukania 3), 161-213.

Harrison 1922 : HARRISON (J.), Prolegomena to the study of Greek Religion. Cambridge, 1922 (London, 1962)2

Heraion I :ZANCANI MONTUORO (P.), ZANOTTI BIANCO (U.), Heraion alia foce del Sele. I. II santuario - II tempio della dea - Rilievi figurali varii. Roma, 1951.

Heurgon 1966 : HEURGON (J.), Sur le manteau d’Alkistène. In : Mélanges offerts à K. Michalowsky. Varszawa, 1966, 445-450.

Jacobsthal 1938 : JACOBSTHAL (P.), “A Sybarite Himation”. JHS, LVIII, 1938, 205-216.

Kardara 1960 : KARDARA (Ch.), Problems of Hera’s cult-images. AJA, LXIV, 1960, 343-358.

Kerenyi 1972 : KERENYI (L.), Zeus und Hera. Leiden, 1972.

Mele 1982 : MELE (Α.), La Megale Helias pitagorica : aspetti politici, economici e sociali. In : Megale Helias, nome e immagine. Atti XXI Conv. St. Magna Grecia, Taranto 1981. Napoli, 1982, 33-80.

Mele 1990 : MELE (Α.), Da Poseidonia a Paestum. In : Paestum (a cura di F. Zevi). Napoli, 1990.

Mele 1991 : MELE (Α.), Il pitagorismo e le popolazioni anelleniche. AION(ArchStAnt), XIII, 1991, 61-96.

Mertens 1988 : MERTENS (D.), Note sull’architettura di Poseidonia-Paestum. Problemi e stato della ricerca. In : Poseidonia-Paestum 1988.

Mingazzini 1974 : MINGAZZINI (P.), Sull’uso e sullo scopo dei pesi da telaio. RAL, XXIX, s. VIII, 1974, 201-220.

Nilsson 1906 : NILSSON (M. P.), Griechische Feste. Leipzig, 1906.

Nilsson 1955 : NILSSON (M. P.), Geschichte der Griechische Religion. I. Munchen, 19552.

Ohly 1953 : OHLY (D.), Die Gottin und ihre basis. MDAI, LXVIII, 1953, 25-50.

Pedley/Torelli 1988 : PEDLEY (J. G.), TORELLI (M.), Il santuario extraurbano in località Santa Venera. In : Poseidonia-Paestum 1988.

Petruso 1992 : PETRUSO (K. M.), Ayia Irini : The balance weights : an analysis of weight measurement in prehistoric Crete and the Cycladic islands. Mainz on Rhin, 1992 (Keos VIII).

Pomeroy 1978 : POMEROY (S. B.), Donne in Atene e a Roma. Torino, 1978.

Pontrandolfo 1979 : PONTRANDOLFO (Α.), Segni di trasformazioni sociali a Poseidonia fra la fine del v. sec. e gli inzi del iii sec. a.C. DdA, n. s. 1, 2, 1979, 27-50.

Pontrandolfo/Rouveret 1992 : PONTRANDOLFO (Α.), Rouveret (Α.), Le Tombe dipinte di Paestum. Modena, 1992.

Poseidonia-Paestum 1988 : Poseidonia-Paestum. Atti XXVII Conv. St. Magna Grecia (Taranto 1987). Napoli, 1988.

Pötscher 1987 : POTSCHER (W.), Hera. Eine Strukturanalyse im vergleich mit Athena. Berlin, 1987.

Prosdocimi 1989 : PROSDOCIMI (A. L.), La religione degli Italici. In : Italia omnium terrarum parens. Milano, 1989.

Pugliese Carratelli 1988 : PUGLIESE CARRATELLI (G.), Per la storia di Poseidonia. In : Poseidonia-Paestum 1988.

Robinson 1946 : ROBINSON (D. M.), Excavations at Olynthus. XII. Domestic and Public Architecture. Baltimore, 1946.

Rouse 1976 : ROUSE (W. H.), Greek Votive offerings. Cambridge, 1902 (réimpr. Hildsheim, 1976).

Rouveret/Pontrandolfo 1982 : ROUVERET (Α.), PONTRANDOLFO (Α.), Ideología funeraria e società a Poseidonia nel v sec. a.C. In : La mort, les morts dans les sociétés anciennes. Cambridge, 1982, 299-317.

Salmon 1985 : SALMON (E. T.), Il Sannio ed i Sanniti. Torino, 1985 (trad. it. de l’éd. angl., Cambridge, 1967).

Stevens 1936 : STEVENS (G. P.), The Periclean entrance court. Hesperia, V, 1936, 443-520.

Tocco et al. 1989 : TOCCO (G.), GRECO (G.), DE FIDIO (P.), Heraion di Foce Sele, nuove prospettive di ricerca. In : Momenti di Storia Salernitana nell’antichità. Atti Conv. Nazionale A.I.C.C. (Fisciano 1988). Napoli, 1989, 35-90.

Torelli 1984 : TORELLI (M.), Lavinio a Roma. Riti iniziatici e matrimonio tra archeologia e storia. Roma, 1984.

Torelli 1988 : TORELLI (M.), Paestum Romana. In : Poseidonia-Paestum 1988.

Trendall 1987 : TRENDALL (A. D.), The red-figured vases of Paestum. Hertford, 1987.

Waldstein 1905 : WALDSTEIN (Ch.), The Argive Heraeum. II. Boston, 1905.

Wilson 1930 : WILSON (L.), Loom Weights. In : Robinson (D. M.), Excavations at Olynthus. II. Architecture and sculpture, houses and other buildings. Baltimore, 1930, 119-120.

Zancani 1964a : ZANCANI MONTUORO (P.), Altre metope del “primo thesauros”. ASMG, V, 1964, 57-95.

Zancani 1964b : ZANCANI MONTUORO (P.), Piccola statua di Hera. In : Festschrift E. von Mercklin. Waldsassen, 1964, 174-178.

Zancani 1965-1966 : ZANCANI MONTUORO (P.), STOOP (H.W.), L’edificio quadrato nell’Heraion alla foce del Sele. ASMG, VI-VII, 1965-66, 23-195.

Zancani 1967 : ZANCANI MONTUORO (P.), Heraion alla Foce del Sele I. Stoa arcaica. ASMG, VIII, 1967, 8-18.

Zancani / Zanotti 1937 : ZANCANI MONTUORO (P.), ZANOTTI BIANCO (U.), Capaccio. Heraion alla foce del Sele (Relazione preliminare). NSc, 1937, 205-354.

Notes

1 Zancani 1965-1966.

2 Zancani 1964a.

3 Zancani 1965-1966, 33

4 Zancani 1965-1966, 87.

5 Dernièrement : Pugliese Carratelli 1988, 30.

6 Zancani 1965-1966, 110.

7 Zancani 1965-1966, 34.

8 Dernièrement : Torelli 1988, 95 ss.

9 Greco E./Theodorescu 1983, 79 ss.

10 Mertens 1988, 562 ss.

11 Zancani/Zanotti 1937, 238; Heraion I, 41 s.

12 Tocco et al. 1989, 58 ss.

13 Zancani / Zanotti 1937, 209 ss.

14 Zancani / Zanotti 1937, 319 s.

15 Zancani 1967.

16 Zancani 1965-1966, 319 s.

17 Ardovino 1986, 121 s. ; Torelli 1988, 95.

18 Zancani 1965-1966, 47-55.

19 Zancani 1965-1966, 58.

20 Zancani 1965-1966, 62.

21 Zancani 1965-1966, 55.

22 Zancani 1965-1966, 59.

23 Greco E./Theodorescu 1987, 69.

24 Adamesteanu /Dilthey 1992.

25 Prosdocimi 1989, 519 ss.

26 Bottini 1988, 55-60.

27 Greco G. 1990.

28 Greco E. 1991.

29 Barra 1990, 58 s. ; Greco G. 1991a.

30 Zancani 1965-1966, 61.

31 Zancani 1965-1966, 110-143.

32 On en connaît deux exemplaires figurés des nécropoles paestanes provenant de sépultures féminines : Trendall 1987, 117 n. 154, du Gaudo et 243 ; Pontrandolfo/Rouveret 1992, 434, fig. 389 et p. 389. Un autre exemplaire, identique dans la forme écrasée et parfaitement annulaire provient d’une sépulture féminine de Roccagloriosa : Gualtieri 1990, 164, fig. 17, 30. Trendall 1987, 118 considère cette forme comme présente « very rarely at Paestum ».

33 Zancani 1965-1966, p. 144-159.

34 Greco G. 1991b, 56.

35 Zancani 1965-1966, p. 157.

36 Ohly 1953.

37 Dunbabin 1951, 61 s.

38 Zancani 1964b.

39 Zancani 1965-1966, 68 ; en effet les statuettes trouvées ne sont que sept, toutes appartenant à des typologies assez tardives et de qualité médiocre.

40 Zancani 1965-1966, 171 ; les monnaies à légende ΠΑΙΣTANO dont les émissions sont sûrement attribuées aux Lucaniens sont seulement sept ; 33 monnaies en bronze sont datables entre 304 et 289, tandis que toutes les autres monnaies, 120 environ, sont des émissions coloniales d’époque archaïque.

41 Zancani 1965-1966, 73-82.

42 Mingazzini 1974.

43 La révision du matériel provenant des anciennes fouilles à l’Héraion du Sélé est en cours depuis quelques années par une équipe dirigée par M. Dewailly et G. Greco.

44 Généralement l’exemplaire officiel pour déterminer le poids était en pierre ou en métal dès le plus ancien système métrologique égéen ; cf. Petruso 1992.

45 Le rapport étroit entre les pesons tronco-pyramidaux et le tissage est documenté dès le premier âge du bronze à Troie : Blegen et al. 1950, 50 et 350. La fonction de préparer la chaîne est d’ailleurs bien attestée dans plusieurs représentations vasculaires et dans les nombreuses découvertes dans les habitats antiques : Wilson 1930 ; Davidson 1943, 41 s. Récemment a été discutée, auprès de l’Université de Salerne, une thèse qui, prenant comme point de départ les réflexions qui font l’objet de ce travail, a étudié la problématique relative au tissage et au rite de la péplophorie : M. Zammarrelli, Tessitura e peploforia nei santuari di Hera, en cours de publication.

46 Robinson 1946, 34 n. 105.

47 Crowfoot 1936-37 ; Forbes 1956, 196-211.

48 S. Eitrem, s.v. Hera, RE VIII ; id., RE Suppl. III ; A. Kossatz-Deissmann, LIMC, s.v. Hera ; Brelich 1969, 288 et 322 s.

49 Harrison 1922, 315 s. ; Kerényi 1972, 119-142.

50 Cirio 1981.

51 Nilsson 1906, 46-49 ; Potscher 1987, 125-134.

52 Rouse 1976, 275 s.

53 Jacobsthal 1938 ; Heurgon 1966.

54 Ohly 1953.

55 Kardara 1960.

56 Collignon 1926 ; Deubner 1932 ; Beschi 1979, 594 s. ; Burkert 1981, 120-123.

57 Nilsson 1955, 413 s. ; Burkert 1974.

58 Frazer 1898.

59 Brelich 1969, 230 s. ; Burkert 1974.

60 Pomeroy 1978, 60-84 ; Torelli 1984.

61 Dernièrement, avec bibliographie précédente : Edlund 1987 ; Early Greek Cult Practice.

62 Stevens 1936 ; Beschi / Musti 1982, 364.

63 Goldman 1915 ; Goldman 1940.

64 Waldstein 1905, 15 et 43-44.

65 Giangiulio 1982, 30 s.

66 Duhn 1987.

67 Cipriani 1988, 378-385.

68 Pedley/Torelli 1988, 402-411.

69 Prosdocimi 1989, 522.

70 Zancani 1965-1966, 109, fig. 19, 1,2.

71 Eitrem, art. cit. à n. 48, 382.

72 L’inscription de Samos décrit aussi les voiles et les vêtements de la Εαγγελς (II, 17, 40 ; cf. Ohly 1953, 32).

73 Pontrandolfo 1979, 27 ss.

74 Torelli 1988, 95.

75 Mele 1991.

76 d’Agostino 1991.

77 Fraschetti 1991 ; Mele 1990, 32 s.

78 Iust. 20, 4, 12.

79 Mele 1982.

80 Salmon 1985, 55-83.

81 Cristofani 1978, 53 ss. ; Rouveret/Pontrandolfo 1982, 298 ss.

Notes de fin

1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (Coll. CJB, 15), 185-199.

2 Université de Naples “Federico II”

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Héraion de Foce del Sele. Vue aérienne (Photo. A. La Capra).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 2 - Héraion de Foce del Sele. Plan de la zone A.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 3 - Héraion de Foce del Sele. Plan de “l’édifice carré” (d’après H. Schläger).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4 - Héraion de Foce del Sele. Restitution de “l’édifice carré” (d’après H. Schläger).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5 - Héraion de Foce del Sele. “Édifice carré”. Vases en anneau (askoi). Éch. 1/3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 6 - Héraion de Foce del Sele. “Édifice carré”. Pesons. Éch. 1/4.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 7 - Proposition de restitution d’un métier à tisser (M. Pierobon).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 8 - Héraion de Foce del Sele. “Édifice carré”. Fragments de vases inscrits. Éch. 2 :3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/947/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable