Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

Premiers résultats des nouvelles fouilles de l’Héraion de Foce del Sele1

Juliette de La Genière

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 ( (...)
  • 1 Zancani Montuoro/Zanotti Bianco 1937.
  • 2 Zancani Montuoro 1961.

1Quelques lignes des Notizie degli Scavi de 19371 annonçaient la plus grande découverte archéologique du xxe siècle en Italie méridionale, celle du célèbre sanctuaire d’Héra près de l’embouchure du fleuve Sele. On la doit à la rencontre de deux personnalités exceptionnelles par leur intelligence, leur courage, leur ténacité. L’une, P. Zancani Montuoro, napolitaine, âgée alors d’une trentaine d’années, ancienne élève de l’École Italienne d’Athènes, avait décidé, en dépit des sourires sceptiques de son entourage et de l’impossibilité matérielle apparente de l’entreprise, de rechercher le sanctuaire d’Héra du Silaris, célèbre dans l’antiquité, mais qu’aucun vestige ne signalait et dont certains doutaient qu’il ait jamais existé. L’autre, U. Zanotti Bianco était un juriste du Nord, fondateur de la Société de la Grande Grèce, destinée à secourir les provinces méridionales ; son amitié avec P. Orsi lui avait révélé l’intérêt de la recherche archéologique, et c’est à lui que l’on doit la découverte en 1932 de l’antique Sybaris2.

2Ensemble ils entreprirent, le 9 avril 1934, une première prospection dans la plaine du Sele, fréquentée seulement par des buffles et infestée de malaria. Dès le 11 avril, ils avaient découvert et dégagé un chapiteau dorique, près duquel vinrent au jour des centaines de statuettes : c’était le grand dépôt hellénistique.

  • 3 Heraion I-II.

3Les découvertes qui suivirent, les édifices, l’extraordinaire série des métopes, les ex-voto raffinés, tout cela est trop connu pour que l’on en parle aujourd’hui3 (fig. 1).

4J’ajouterai simplement qu’après plusieurs années de recherches, j’ai eu la joie de retrouver les carnets d’U. Zanotti Bianco à la Bibliothèque de la Société de la Grande-Grèce. Il y consignait chaque jour un bilan des fouilles, richement illustré par des dessins très précis. Nous avons beaucoup à y apprendre sur ce que fut la rude et belle aventure des deux savants au Sele.

5La reprise des travaux au Sele en 1987, après 25 ans d’interruption, s’insérait dans un vaste programme, élaboré par Giuliana Tocco, responsable de la Surintendance archéologique de Salerno-Avellino-Benevento ; le projet comportait également la préparation d’un musée, dès maintenant presque achevé dans un vaste bâtiment de ferme voisin.

6La réouverture du chantier du Sele, que G. Tocco a confiée à Giovanna Greco Maiuri et moi-même, avait reçu les encouragements de Paola Zancani, qui n’a cessé de nous aider de ses conseils jusqu’à sa disparition en août 1987. Aux fouilles ont participé Martine Dewailly, Roberta Donnarumma, et aussi M. Zammarelli et R. Russo. L’architecte Jacques Rougetet a dressé les plans.

7Les objectifs de ces nouvelles fouilles étaient les suivants :

  • élargir l’exploration au-delà des limites atteintes en 1962 pour tenter de mesurer l’extension de la zone sacrée.

  • éclairer les problèmes de la viabilité aux abords du sanctuaire, et, en même temps ceux des communications terrestres entre Poséidonia et le pays étrusque, c’est-à-dire la région au nord du Sele.

  • enfin aborder un certain nombre de questions demeurées ouvertes à propos de plusieurs monuments connus du sanctuaire.

8Notre communication d’aujourd’hui, fruit du travail de toute l’équipe, se limitera à ce dernier point.

  • 4 Heraion I, 25.
  • 5 Taylour 1958, 175, fig. 27.
  • 6 Van Keuren 1988, 23.
  • 7 La Genière 1966, 152-156.

9Toutefois, avant de me tourner vers les édifices, je souhaiterais rappeler que le sanctuaire de Foce del Sele partage avec celui de Samos la légende de la fondation par Jason, attestée chez Strabon (VI, 1,1, C252), chez Pline (N.H., 70) comme chez Solin (II, 12). Cette tradition antique a engendré un mythe moderne qu’il est difficile d’extirper : celui de la présence de matériel mycénien à Foce del Sele. L’idée repose sur l’existence d’un askos fragmentaire4, que les uns ont considéré comme mycénien, tandis que W. Taylour l’attribuait à une série géométrique iapyge du viiie s.5 ; récemment Fr. Van Keuren l’a dit submycénien6. Je crois qu’il appartient au contraire à des séries, aujourd’hui mieux documentées qu’autrefois, de vases œnôtres de la deuxième moitié du vie siècle, période au cours de laquelle des artisans de la Basilicate tentaient d’imiter les techniques du vernis noir hellénique qu’ils appliquaient à des formes locales traditionnelles7. C’est donc un ex-voto offert à la grande déesse de Poseidonia par une modeste paysanne de l’arrière-pays qu’on ne peut soupçonner d’avoir eu des relations avec Jason et les Argonautes.

Fig. 1 - Plan d’ensemble de l’Héraion de Foce del Sele (zone A) (Dess. J. Rougetet).

  • 8 Zancani Montuoro/Zanotti Bianco 1937, 230-231, fig. 16.

10Un autre problème lié aux premiers temps du sanctuaire est celui de la présence d’un édifice plus ancien qui aurait précédé le temple majeur au même emplacement. La question avait été posée par P. Zancani à cause des fragments de statuettes archaïques qu’elle avait recueillis à l’intérieur de la cella, et qui étaient, évidemment, antérieurs à la construction du temple majeur8. Les cas de superposition de temples ne sont pas exceptionnels, l’exemple le plus évident étant celui d’Himère ; il n’eût donc pas été étonnant de trouver là une situation comparable. Cependant l’hypothèse présentée par P. Zancani devint progressivement certitude chez d’autres auteurs. Il importait donc de faire une vérification à l’intérieur de l’édifice et, dans ce but, nous avons ouvert un sondage transversal N/S à l’intérieur de la cella (S. 2100, fig. 2, 3, 6).

Fig. 2 - Temple d’Héra. Sondage dans le naos (Dess. J. Rougetet d’après le plan de F. Krauss).

Fig. 3 - Section Sud/Nord du sondage 2100 à l’intérieur de la cella du temple majeur.

Fig. 4 - Statuette fragmentaire de divinité féminine (remblai de la fosse du sondage 2100).

Fig. 5 - Fragments de coupes ioniennes (remblai de la fosse du sondage 2100).

Fig. 6 - Fosse à l’intérieur de la cella du temple majeur (sondage 2100).

11Sans m’attarder sur les détails de la fouille, qui seront exposés plus loin par R. Donnarumma, je soulignerai trois résultats essentiels :

  1. d’abord, dans les tranchées de fondation, très visibles, le matériel recueilli, dont l’objet le plus récent est un fragment de coupe à vernis noir de type C, datable vers 510/500, confirme parfaitement la chronologie proposée par P. Zancani et U. Zanotti Bianco pour cet édifice ;

  2. ensuite, la lecture de la section montre clairement l’absence de toute construction antérieure de type monumental en ce secteur de la cella (fig. 3) ;

  3. enfin, sous les niveaux préparant le sol antique, une énorme fosse (fig. 3,6) traverse toutes les strates antérieures et pénètre profondément dans le terrain vierge. Cette fosse, longue de plus de 5 mètres, large de 1,50 m dans la partie supérieure et d’1 m env. au fond dans le secteur sondé, avait eu pour fonction de drainer loin des murs latéraux l’eau de ce terrain toujours humide et souvent inondé. Une fois les fondations achevées, on a pu combler cette sorte de canal ; dans le terrain de remblai, nous avons recueilli un mobilier allant du Corinthien moyen à la fin du vie siècle :

  • fragments d’une cruche corinthienne (580/570) ;

  • fragments de coupes ioniennes et fragments de vases à boire vernis (vie s. av. J.-C.) (fig. 5) ;

  • statuette fragmentaire de divinité féminine, proche de la terre cuite fragmentaire trouvée au même endroit par P. Zancani (fig. 4).

12Il apparaît ainsi que le matériel du vie siècle (fragments de terres cultes et de céramiques corinthiennes) trouvé à l’intérieur de la cella par P. Zancani provenait du remplissage de la fosse de drainage.

  • 9 Dans le matériel provenant des fouilles de Spinazzola à l'est de la basilique qui est exposé au Mus (...)

13Revenons un instant sur ce sondage. Avant d’atteindre le terrain vierge, la fosse avait coupé une strate de terre argileuse, noirâtre, que nous avons trouvée partout où nous avons mené des sondages profonds, mais qui est particulièrement épaisse ici. Cette strate, qui livre des fragments de vases d’impasto, correspond à la plus ancienne présence humaine à Foce del Sele, antérieure à la fondation du sanctuaire. On se rappellera que P. Zancani et U. Zanotti Bianco avaient déjà recueilli plusieurs objets appartenant à l’Age du Fer (fibule à arc serpentant à double ressort, fibule en demi-cercle à pied symétrique) ; désormais on peut, me semble-t-il, mettre ce mobilier en relation avec la strate noirâtre qui recouvre directement le terrain vierge et témoigne en conséquence de la première occupation, sporadique probablement, de la zone. Un peu partout dans la plaine paestane, et à Paestum même, notamment à l’est de la Basilique, on a recueilli des témoignages de l’Age du Fer jusque dans le viie siècle avancé9.

14Il faut, je crois, s’interroger sur ces présences, et se demander s’il ne s’agit pas des οκισθέντες du célèbre texte de Strabon (V, 4, 13), ceux-là même qui, à l’arrivée des Sybarites dans la plaine paestane, se seraient retirés ἀνωτέρω, c’est-à-dire vers l’amont du Sele ou dans l’Alburno.

15Ajoutons qu’un autre sondage, ouvert à l’extérieur du mur E de la cella, entre les murs N et S du pronaos du temple majeur (S. 2300), a permis d’observer avec précision la technique de construction :

  • on a d’abord coupé une strate de terrain argileux, noirâtre, contenant quelques fragments de vases d’impasto ;

  • on a déposé un lit de cailloutis pour raffermir le plan atteint,

  • une strate de terrain argileux avec pierres,

  • une strate de cailloutis serré (10 cm),

  • une couche de sable, épaisse de 30 cm env. - sa fonction probable était le drainage des eaux-,

  • les assises de calcaire.

16Franchissons maintenant une quinzaine de mètres vers le nord, vers l’édifice connu sous le nom de “tempietto” ou “thesauros” qui, depuis de nombreuses années déjà, a suscité beaucoup d’interrogations.

  • 10 Krauss 1954, 13-45.

17On sait que cette petite construction, à laquelle furent attribuées les célèbres métopes archaïques découvertes lors des premières fouilles, fut étudiée du point de vue architectural par Fr. Krauss. La restitution de Fr. Krauss proposait un prostyle tétrastyle de 17,32 m de longueur et de 8,94 m de largeur. Pour l’architecte allemand, l’extrémité Est de l’édifice pouvait être restituée grâce à la présence d’un tambour de colonne qui serait in situ et serait le tambour inférieur de la colonne de l’angle NE10. Sur la base des dessins de Krauss, le Musée de Paestum présente une restitution de l’édifice avec 6 métopes sur les côtés courts et 12 sur les longs côtés (17,23 m  8,92 m).

  • 11 Zancani Montuoro 1964.

18Les premiers doutes quant à la lecture de Krauss sont apparus lorsque P. Zancani, au cours de la fouille de l’édifice carré en 1958, découvrit trois autres métopes remployées là, pour lesquelles il n’y avait pas de place dans le schéma de l’architecte. P. Zancani fut alors la première à signaler que l’emplacement des métopes, tel qu’il était proposé, devait être révisé, et que le “thesauros” lui-même méritait une nouvelle étude11.

  • 12 Van Keuren 1988, passim.

19Le nombre “excessif” des métopes, 39, ne découragea pas Fr. Van Keuren qui en imagina plusieurs autres dans le but de constituer des cycles iconographiques cohérents ; adaptant les proportions de l’édifice aux impératifs de ces constructions intellectuelles, elle propose un distyle in antis avec des longs murs de 20 mètres12. L’espoir d’éclairer ce débat nous a conduites à reprendre la fouille dans le célèbre “thesauros”.

20Il fallait tout d’abord réexaminer les comptes-rendus des premières fouilles. A la relecture, on ne pouvait qu’être impressionné par le faisceau d’arguments très forts qui avaient incité les premiers fouilleurs à identifier le petit édifice à un temple ou un trésor archaïque. On les rappelera ici.

Fig. 7 - Plan du “Thesauros”. Sondages 2700/2800/2900.

Fig. 8 – “Thesauros”. Canal de drainage à l’extrémité SE (sondage 2800/2900).

21Le petit édifice, “thesauros”, a été exploré au cours de la première année de fouilles, en 1934, et notamment, pour les strates les plus profondes, entre le 23 octobre et le 10 novembre 1934. Au cours de ces mois d’intense travail on avait découvert là :

  • un chapiteau dorique en grès de profil très archaïque, à l’intérieur des murs, à 1,90 m de l’extrémité E du mur S (17/4/34) ;

  • un autre chapiteau semblable, très fragmentaire, juste à l’Est de l’extremité E du long mur N, qui a été laissé en place (29/10/34) ;

  • un chapiteau d’ante, à 6 mètres du mur méridional vers l’Est ;

  • un autre chapiteau d’ante à 5,11 m du mur N vers l’Est ;

  • un tambour de colonne à 4,35 m de l’extrémité E du mur N, et presque dans l’axe (tambour que Fr. Krauss a estimé in situ) ;

  • la métope de Tityos enlevant Léto, à 2,30 m de l’angle SO, adossée au long mur S (12/6/34) ;

  • enfin la métope fragmentaire de Pholos, à 1 m au SE de l’extrémité E du mur S (30/10/34).

22Toutes ces pièces ont été trouvées à un niveau qui correspond à la troisième assise des murs, c’est-à-dire juste au-dessus du lit d’attente de l’assise d’euthynteria.

23Ajoutons à ces données que les fondations du petit édifice passaient au-dessus d’une strate contenant du matériel da- table dans la première moitié du vie siècle (surtout de la céramique corinthienne), qui constituait donc un terminus post quem. Enfin, et surtout, de la céramique corinthienne avait été trouvée dans une strate voisine de la fondation du mur Sud, près de son extrémité Est.

24On avait réuni là, apparemment, tous les éléments permettant de dater l’édifice peu avant le milieu du vie siècle av. J.-C.

25Notre intervention, en juin dernier, avait comme premier objectif de confirmer, et éventuellement de préciser la datation du “thesauros”, en même temps nous souhaitions éclairer la question de l’extrémité Est, c’est-à-dire de la longueur originelle de l’édifice.

26Nous avons ouvert dans le secteur SE un sondage (2800/2900) (fig. 7) qui a donné des résultats surprenants. Autour de l’extrémité E du mur S, en un secteur que les fouilles de P. Zancani n’avaient pas atteint, nous avons découvert un canal de 0,50 m env. de largeur, dont le fond se trouve au niveau du plan de pose du sable supportant les fondations (c’est-à-dire à la profondeur de 0,40/0,50 m par rapport au plan de pose des fondations) (fig. 8). Creusé dans le terrain que la proximité du fleuve rend très humide, ce canal avait pour fonction de drainer l’eau de l’intérieur vers l’extérieur du “thesauros” pendant la construction, permettant ainsi d’asseoir les fondations sur un sable sec. Or le remplissage du canal, comblé vraisemblablement lors de l’achèvement du “thesauros”, a livré quelques fragments d’époques très diverses : impasto du viie s., céramique corinthienne de la première moitié du vie s., céramique ionienne (vie s.), locale à vernis noir des ve et ive s., terre cuite hellénistique (fig. 9).

27La découverte de ce canal conduit à deux observations ; il se confirme que la longueur originelle des murs N et S était à peu près celle que l’on observe encore aujourd’hui, c’est-à-dire 12,33 m, le canal contournant l’extrémité E du mur S n’étant qu’à un mètre de distance. Or la construction du “thesauros” est nécessairement postérieure ou contemporaine des objets les plus récents recueillis dans le remplissage du canal. Si ces réflexions sont justes, il faudra admettre que le “thesauros” aurait été édifié vers la fin de la phase lucanienne de Poseidonia, ou, plus probablement, au temps de la Paestum romaine. On aurait alors remployé en façade les deux célèbres chapiteaux d’antes dont le raffinement décoratif est bien à sa place vers le milieu du vie siècle.

Fig. 9 - Tête fragmentaire de terre cuite (remblai du canal de drainage ; sondage 2800/2900).

28Si l’on doit ainsi renoncer à associer les métopes archaïques avec le “thesauros”, on constate en même temps qu’aucun des édifices actuellement connus dans le sanctuaire ne peut être un candidat possible au titre de temple archaïque. Sans doute celui-ci n’a-t-il jamais été achevé, comme l’a supposé P. Zancani. Mais peut-être a-t-il laissé quelques traces ; si c’est le cas, nous espérons les identifier lors des prochaines campagnes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Heraion I-II : ZANCANI MONTUORO (P.), ZANOTTI BIANCO (U.), Heraion alla foce del Sele. I II. Roma, 1951-1954.

Krauss 1954 : KRAUSS (Fr.), L’architettura. In : Heraion II.

La Genière 1966 : LA GENIÈRE (J. de), Recherches sur l’Age du fer en Italie méridionale. Naples, 1966 (Coll. CJB, 1).

Taylour 1958 : TAYLOUR (W.), Mycenean Pottery in Italy. Cambridge, 1958.

Van Keuren 1988 : VAN KEUREN (Fr.), The Frieze from the Hera / temple at Foce del Sele. Rome, 1988.

Zancani Montuoro / Zanotti Bianco 1937 : ZANCANI MONTUORO (P.), ZANOTTI BIANCO (U.), Capaccio. Heraion alla foce del Sele. Relazione preliminare. NSA, 13, 1937, 206-354.

Zancani Montuoro 1961 : ZANCANI MONTUORO (P.), La campagna archeologica del 1932 nella piana del Crati. AMSMG, n.s. IV, 1961, 7-63.

Zancani Montuoro 1964 : ZANCANI MONTUORO (P.), Heraion alla foce del Sele. I. Altre metope del “Primo Thesauros”. AMSMG, n.s. V, 1964, 57-95.

Notes

1 Zancani Montuoro/Zanotti Bianco 1937.

2 Zancani Montuoro 1961.

3 Heraion I-II.

4 Heraion I, 25.

5 Taylour 1958, 175, fig. 27.

6 Van Keuren 1988, 23.

7 La Genière 1966, 152-156.

8 Zancani Montuoro/Zanotti Bianco 1937, 230-231, fig. 16.

9 Dans le matériel provenant des fouilles de Spinazzola à l'est de la basilique qui est exposé au Musée de Paestum, plu-sieurs fibules sont datables au viie siècle av. J.-C.

10 Krauss 1954, 13-45.

11 Zancani Montuoro 1964.

12 Van Keuren 1988, passim.

Notes de fin

1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (Coll. CJB, 15), 173-179.

2 Université Charles de Gaulle Lille III

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Plan d’ensemble de l’Héraion de Foce del Sele (zone A) (Dess. J. Rougetet).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 2 - Temple d’Héra. Sondage dans le naos (Dess. J. Rougetet d’après le plan de F. Krauss).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 3 - Section Sud/Nord du sondage 2100 à l’intérieur de la cella du temple majeur.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4 - Statuette fragmentaire de divinité féminine (remblai de la fosse du sondage 2100).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5 - Fragments de coupes ioniennes (remblai de la fosse du sondage 2100).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 6 - Fosse à l’intérieur de la cella du temple majeur (sondage 2100).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 7 - Plan du “Thesauros”. Sondages 2700/2800/2900.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 8 – “Thesauros”. Canal de drainage à l’extrémité SE (sondage 2800/2900).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 9 - Tête fragmentaire de terre cuite (remblai du canal de drainage ; sondage 2800/2900).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/944/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540