Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

La beauté d’Héra : de l’iconographie à l’archéologie1

Aliki Kauffmann Samaras

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 ( (...)

«... ρη... μέγα εδος ρίστη ν θανάτσι θεσι,... »
Hymne homérique à Aphrodite. I, 40-41
«... Héra..., celle qui par sa beauté l’emporte de beaucoup parmi les déesses immortelles... »
(Trad. J. Humbert)

  • 1 Cette identification a été proposée par Plaoutine (CVA Louvre, fasc. 9, pl. 53) et Beazley (ARV2, 1 (...)

1L’identification d’Héra dans une scène nuptiale représentée sur une hydrie attique à figures rouges du Musée du Louvre1 servira de point de départ à un ensemble de réflexions sur le problème de la beauté de la déesse et ses diverses évocations dans les sources écrites, dans les images peintes et même dans les vestiges archéologiques.

  • 2 N° d’Inv. CA 161 ; CVA Louvre, fasc. 9, pl. 53, 1, 3, 4, 6, 8 ; ARV2, 1335, 30 : P. de Nikias.

2L’hydrie2 (fig. 1-4) aux proportions élégantes, d’une trentaine de centimètres de hauteur, publiée déjà dans le Corpus Vasorum Antiquorum, a été attribuée par Beazley au P. de Nikias dont l’activité se situe entre 430 et 410 av. J.-C.

  • 3 Frauengemachbilder” en allemand.

3La scène, composée pour l’essentiel de personnages féminins, représente les préparatifs du mariage et se rattache à l’ensemble iconographique communément appelé “scènes de gynécée”3.

  • 4 Voir n. 1. Mme Anneliese Kossatz-Deissmann, auteur de l’article “Hera” du LIMC n’accepte pas cette (...)

4En effet, on y voit une réunion intime (fig. 1) de cinq femmes dont l’une, assise sur un κλισμός, peut être considérée comme une mariée ; trois de ses compagnes s’affairent autour d’elle. Une cinquième femme à droite, munie d’un sceptre, à cause de son allure majestueuse, a été interprétée comme Héra4.

  • 5 Briimmer 1985, 141, fig. 34b, n. 124.

5La composition est dominée par la Νύμϕη, qui, vêtue d’un chiton finement plissé, parée et coiffée d’un diadème et, nonchalamment installée sur son siège, saisit d’un geste élégant un pan de son vêtement. Ses trois compagnes, habillées d’un péplos à bordure noire, lui apportent des coffrets5 ; l’une lui tend un miroir, « objet charmant des jeunes vierges » (Euripide, Troyennes, 1107-1108), dans lequel elle se regarde ; la troisième depuis la gauche pose un pied sur un autre coffret et tourne la tête, d’un air surpris, vers la femme d’allure noble identifiée à Héra (fig. 2). La déesse, qui paraît contempler ce “quatuor”, est représentée suivant l’un des types iconographiques les plus fréquents : une femme à l’apparence imposante, couronnée d’un diadème fleuri, enveloppée dans son manteau, qui s’appuie sur un sceptre terminé par une fleur.

  • 6 Sur Artémis qui intervient auprès de ses fidèles en tant que protectrice de l’adolescence, du maria (...)

6La scène est complétée de chaque côté par un groupe ; à droite (fig. 3), Zeus, sous les traits d’un homme barbu et couronné, tenant un sceptre et enveloppé dans son manteau, se tourne du côté d’Héra ; c’est d’ailleurs la présence du dieu qui confirme l’identification de la déesse. Quant à la jeune femme entre les dieux suprêmes, coiffée du cécryphale et d’un diadème, qui tend vers le dieu un alabastre et soulève un coffret à bijoux, elle pourrait être Hébé, la fille du couple divin, épouse d’Héraklès ou bien Iris (E. Simon). A gauche (fig. 4), Apollon, en éphèbe couronné tenant un sceptre de laurier, fait face à une jeune femme munie d’une étoffe brodée et frangée6 qui représenterait probablement sa sœur Artémis.

  • 7 Aujourd’hui encore à Rhodes on appelle les préparatifs de la mariée τά νυϕοστόλια. Sur l’iconograph (...)

7Cette image constitue l’un des plus beaux exemples du genre que les Grecs appelaient le νυμϕοστολεν (“parer la mariée”)7 avec l’originalité ici de l’assistance des dieux.

8L’intervention divine pose immédiatement un problème d’interprétation : simple mariage ou épisode mythologique ?

  • 8 M. Tiverios, lors d’une conversation orale en décembre 1994, a soutenu cette hypothèse.

9La présence divine pourrait faire penser à quelques noces célèbres comme celles de Thétis (cf. Plaoutine), d’Hébé8 ou d’Harmonie qui ont souvent servi de modèles aux peintres attiques depuis l’époque archaïque. Cependant, comme l’artiste n’a pas pris le soin de désigner les personnages par les inscriptions, rien ne nous autorise à considérer la scène comme l’illustration d’une union légendaire.

Fig. 1 à 4 - Hydrie attique à figures rouges. Musée du Louvre CA 161. Peintre de Nikias. Vers 410 av. J.-C. (Photo Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre).

  • 9 Plutarque, Quaest. Rom., 264B, nomme cinq divinités du mariage : Zeus Gamelios, Héra Gamelia, Aphro (...)

10Il est plus vraisemblable que cette composition, loin de s’inspirer d’un mariage héroïque, dépeint l’intimité du gynécée d’un oikos athénien, reflétant une fête nuptiale anonyme sous son double aspect de préparatifs de la mariée et de la remise des cadeaux, à laquelle assistent quelques dieux Γαμήλιοι parmi lesquels Héra tient une place essentielle9. Ces “épiphanies”, qui constituent un procédé iconographique fréquent dans la céramique attique. surtout pendant la deuxième moitié du ve s., ont une valeur symbolique, la garantie de la faveur et de la protection divines.

11A partir des années 440 av. J.-C., dans de nombreuses scènes figurées et notamment dans les représentations dites “de gynécée”, le passage de la réalité à la légende se fait aisément. Dès lors, sur les vases d’usage féminin, comme les hydries, les pyxides, les lébètés nuptiaux ou les loutrophores, l’image devient l’illustration d’un monde intermédiaire entre le réel et l’imaginaire et les simples scènes familières se transforment en des tableaux idylliques.

Fig. 5 - Loutrophore - hydrie attique à figures rouges. Musée du Louvre MN 558 = N 3406, Peintre du Louvre MN 558. Vers 420-410 av. J.-C. (Photo Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre).

Fig. 6 - Lébès attique à figures rouges fragmentaire. Musée du Louvre CA 1861. Cycle de Meidias. Vers 410 av. J.-C. (Photo Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre).

Fig. 7 - Hydrie attique à figures rouges fragmentaire. Musée de Rhodes 13888. Peintre de Nikias. Vers 410 av. J.-C. (Photo du Musée).

  • 10 Burn 1987, 26-40.

12La scène figurée de l’hydrie du Louvre appartient aussi à ce groupe d’images et elle présente l’originalité de faire intervenir la déesse Héra alors que, sur la plupart des représentations contemporaines on reconnaît plus souvent, parmi les séduisantes figures féminines, Aphrodite, accompagnée généralement d’Éros10.

  • 11 Sur le cratère de Spina au musée de Ferrare, Τ 617 (ARV2, 1038,1), la déesse couronne la mariée.
  • 12 A titre d’exemple : deux lébétès nuptiaux, à New York : ARV2, 1126,6 et à Athènes : ARV2, 1178,1. C (...)
  • 13 Déjà selon Homère (II., V, 429 ; Od., XX, 74), la déesse Aphrodite s’occupait « des douces œuvres d (...)
  • 14 Loutrophore à figures rouges au Louvre Inv. MN 558 = N 3406 : ARV2, 1320,3 ; Paralipomena, 478, Pei (...)
  • 15 Sur le lébès fragmentaire inédit du Louvre (N° CA 1861), attribué au Cycle de Meidias, la mariée es (...)
  • 16 LIMC, III, 935 (s.v. Eros) (A. Hermary).

13Habituellement sur les scènes nuptiales, qu’il s’agisse de l’union célèbre de Thétis et Pélée11, ou des préparatifs d’un mariage anonyme12, Aphrodite, en qualité de Νυμϕία13, seule ou avec son fils ailé, intervient pour garantir la beauté qui fera naître l’amour entre les époux. Sur d’autres représentations de la fin du ve et du début du ive s. av. J.-C., Éros, seul (fig. 5)14 ou “multiplié” (fig. 6)15, devient le serviteur de la mariée pour symboliser le charme et le désir amoureux dans le cadre de l’union légitime16.

14Parmi les nombreuses représentations du νυμϕοστολεν celle d’une hydrie fragmentaire provenant de Rhodes évoquerait Héra.

  • 17 Musée de Rhodes, ARV2, 1335, 31 : P. de Nikias ; Clara Rhodos VI/VII (1932/1933), 218, fig. 256 ; 2 (...)
  • 18 A. Delivorrias interprète la figure comme Aphrodite : LIMC, II, Aphrodite 1560*.

15La scène figurée (fig. 7), attribuée aussi au peintre de Nikias17, montre, dans une mise en scène très proche de celle du Louvre, la mariée entourée par de nombreuses jeunes femmes. L’une d’elles, couronnée et munie d’un sceptre, dans une position hiératique, présente un type iconographique analogue à celui du Louvre et paraît identifiable à Héra18.

  • 19 Sur Héra avec des caractéristiques d’Aphrodite : Simon 1985, 232.

16Étant donné que la femme imposante interprétée comme Héra sur les deux scènes nuptiales se trouve à la place habituelle d’Aphrodite, on pourrait supposer qu’il s’agisse d’une Aphrodite-Héra, une sorte de fusion iconographique évoquant par la même figure les deux déesses à la fois19.

Fig. 8 - Skyphos-pyxis sicéliote à figures rouges. Bâle, Antikenmus. BS 478. Groupe Lentini-Manfria. Vers 340 av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après AntKunst, 21, 1982, pl. 30).

Fig. 9 - Skyphos-pyxis sicéliote à figures rouges. Lipari, Musée 9345A. Peintre de Lipari. Fin du ive s. av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après Cavalier 1976, fig. 7).

  • 20 Voir n. 13.
  • 21 Aphrodite : Anth. Pal., VI, 207 ; Héra : Pisandre, Schol. Eurip. Phoen. 1748.
  • 22 Buschor 1957.
  • 23 LIMC, II, Aphrodite 997* (A. Delivorrias) = Hera 64 (A. Kossatz-Deissmann).

17Car si Héra en tant que Τελεία est garante du mariage, Aphrodite est aussi Νυμϕία20, sans oublier que l’on attribuait à toutes les deux la qualité de Gamostolos21. D’ailleurs les relations étroites entre les deux déesses sont confirmées aussi bien par les sources écrites que par les témoignages archéologiques. Selon Homère (II., XIV, 214-217) c’était Aphrodite qui donna la touche finale à la toilette d’Héra en lui remettant le célèbre κεστός ἱμάς qui contenait « la tendresse, le désir et tous les charmes de l’amour » (... ἔνθ’ ἔνι μν ϕιλότης, ν δ’ ἵμερος, ν δ’ ὀαριστς...), lorsque celle-ci s’apprêtait à rencontrer son époux dans le but de le séduire. Par ailleurs Pausanias (III, 13, 9), rapporte qu’il y avait à Sparte un culte double consacré à Héra-Aphrodite et dans le sanctuaire d’Héra à Samos une place était réservée à Aphrodite22. En Italie du sud et notamment dans l’Héraion du Sele et à Paestum, la découverte de figurines de femme nue23 ainsi que de statuettes d’Éros, prouve qu’Héra incarnait aussi la déesse de l’amour. Du reste une phrase de Stobée (Fl., 67, 20) résume d’une manière très éloquente l’association entre les trois divinités : « Éros, Héra ou Aphrodite, où trouveraient-ils mieux leur place que dans l’union légitime de l’homme et de la femme ? ».

18Il en résulte que dans les rapports du couple, les deux divinités sont comme complices, et de toute manière complémentaires, l’une intervenant comme personnification de la beauté séductrice et de l’amour physique et l’autre comme protectrice des liens conjugaux. Quant aux deux scènes nuptiales décrites plus haut, elles feraient incontestablement allusion à Héra dans sa qualité de Γαμηλία tout en évoquant d’autres aspects de sa personnalité.

  • 24 Paus. IX, 2,7.

19Car si, dans ces images, Aphrodite incarne la beauté séductrice et le pouvoir irrésistible de l’amour, Héra, dans les mêmes scènes, évoquerait une beauté différente, tout aussi importante pour la mariée qui s’engage dans les liens conjugaux. En effet, Héra elle-même est une Νύμϕη et une Νυμϕευομένη24 et, à ce titre, elle représente le paradigme de la mariée, qui incarne en outre la beauté sereine par laquelle la femme trouve son épanouissement dans son rôle d’épouse et de mère.

  • 25 LIMC, IV, Hera 207*.

20On se rappelle les vers homériques (II., XIV, 170-189), à propos de la longue et minutieuse préparation d’Héra avant de rencontrer Zeus, véritable cérémonial où chaque détail, vêtements, bijoux, parfum, contribue à mettre en valeur sa beauté naturelle. Ce passage a été heureusement rapproché de la célèbre métope de Sélinonte25 sur laquelle le dieu suprême semble émerveillé devant la beauté dévoilée de son épouse.

21La déesse Héra étant le modèle idéal de la mariée, il n’est pas étonnant que quelques peintres, à la recherche de l’image parfaite de l’épousée, idéalisent à tel point la figure de la Νύμφη qu’elle devient la déesse elle-même.

22Deux de ces représentations, toutes deux sur des skyphoi-pyxides à figures rouges italiotes évoquent Héra lors de son propre νυμϕοστολεν.

  • 26 Berger 1982, 165, n. 14, pl. 30.

23Le premier, attribué par Trendall au groupe sicéliote Lentini-Manfria, datant des années 340 av. J.-C., et conservé au Musée de Bâle (fig. 8)26, montre, assise sur un trône orné de figures, une jeune femme qui représente sans doute le modèle idéal de l’épousée : elle est coiffée du polos et d’un voile fin qu’elle écarte d’un geste précieux. A gauche se tiennent une femme et un homme portant un bâton (le marié ?) et à droite, un très petit Éros peint en blanc et une figure féminine, le haut du corps dénudé - vraisemblablement Aphrodite - règlent les derniers détails du vêtement nuptial.

  • 27 Lipari, Mus. 9345 A ; Cavalier 1976, 28-31 ; LIMC, IV, Hera 338*.

24Sur un deuxième vase, attribué au P. de Lipari, datant de la fin du ive s. av. J.-C. (fig. 9)27, l’allusion à Héra est encore plus claire : l’épousée, vêtue tout en blanc, coiffée du diadème et du voile nuptial, est assise sur un siège ouvragé, un long sceptre couronné d’une fleur de lys indiquant son statut divin. A sa gauche, Aphrodite, reconnaissable au port de la Stéphane et à la colombe perchée sur son épaule, se penche vers la mariée, tandis qu’à droite un Éros arrange délicatement son voile.

  • 28 Moret 1978, 76-98.

25Il est intéressant de noter que ces images exceptionnelles, qu’elles représentent la déesse Héra en mariée ou une mariée en divinité du mariage, ont été créées en Italie du Sud où le culte d’Héra occupait une place privilégiée28.

  • 29 Ohly 1953, 35 sq.
  • 30 Cf. Olympie : peplos, Paus., V, 16, 2-4 ; Délos : statues couvertes de vêtements, Bruneau 1970, 249 (...)
  • 31 Cicéron, De Invent., 11,1-3 ; Reinach 1921, 194-197, par. 214-218.

26Si l’iconographie demeure discrète et allusive lorsqu’elle évoque Héra Nymphe, cet aspect de sa personnalité en revanche apparaît plus clairement dans les sanctuaires qui lui sont dédiés. Dans les sites où l’on commémorait le ἱερός γάμος et où la déesse était adorée en tant qu’épouse de Zeus, une partie du rituel évoquait les préparatifs de son propre mariage. Ainsi à Samos, lors des fêtes en son honneur, sa statue était vêtue et parée en mariée et l’on conservait dans son temple, comme un véritable trousseau, diverses pièces d’étoffe, la κόσμος τς θεο29. Par ailleurs, les offrandes de vêtements ou de tissus dans les Héraia30, reflètent avant tout le caractère nuptial de la déesse ; son voile de mariée était l’élément vestimentaire essentiel et l’un des attributs spécifiques de ses effigies. Au sanctuaire du Lacinion, la célébration de la beauté héréenne semble avoir été particulièrement mise en valeur. En effet, c’est là qu’était exposé, selon de nombreux textes grecs et latins31, le célèbre tableau, œuvre de Zeuxis, représentant Hélène, idéal de la beauté féminine, pour lequel le peintre s’était inspiré des traits les plus parfaits de plusieurs jeunes filles de Crotone.

27Or, si l’image de la plus belle femme du monde antique avait sa place dans un sanctuaire d’Héra - et non d’Aphrodite -, c’est qu’il y avait une relation privilégiée entre la déesse du mariage et la beauté. Cette relation était parfaitement ressentie par la plupart des auteurs anciens. Déjà Homère qui l’appelle λευκώλενος (“aux bras blancs”) mentionne que c’est elle qui donna la beauté et la raison aux filles de Pandaréos tandis qu’Aphrodite leur procura de la nourriture (Od., XX, 70). Pour l’auteur de l’hymne homérique, la déesse avait une beauté sans égal (πείροχον εδος : Hymne à Héra, v. 2) qui « l’emportait de beaucoup parmi les autres déesses » (Hymne à Aphrodite, v. 41), et Pindare (Pyth., 11,70) pour décrire Héra emploie le superlatif : πείροχώτατη (“supérieure aux autres”).

28A la différence d’Aphrodite, l’épouse de Zeus possède à la fois les charmes physiques et les qualités morales.

  • 32 Samos XI, 29.
  • 33 Picard 1946, 463.
  • 34 S. Eitrem, s.v. Hera, RE, VIII, 1, 384.

29Et n’est-ce pas pour rendre hommage à sa beauté exceptionnelle que Chéramyès s’est cru obligé de qualifier de περικαλλές γαλμα chacune des deux statues qu’il lui a dédiées dans l’Héraion de Samos32 ? Du reste, c’est à propos de ce même sanctuaire que Ch. Picard écrivit jadis que « la déesse dans son temple magnifique aimait s’entourer de beaux êtres, Couroi et Corès dont elle se faisait une suite »33. D’ailleurs, c’est parce que Héra personnifiait la beauté que plus tard (à l’époque romaine) on lui a attribué comme animal sacré, le plus beau des volatiles, le paon34.

  • 35 Précipitée aux Enfers : Apollod., 1, 4, 3 ; Weiler 1974, 108.
  • 36 Frappées de folie : Serv., Comm. in Verg., Buc., VI, 48 ; Weiler, loc.cit., 109 ; un vase sicéliote (...)
  • 37 Ses cheveux ont été transformés en serpents : Ovide, Met., VI, 93-97.

30Par ailleurs, c’est encore Héra qui domine les légendes relatives à la beauté. Toutes ces femmes en effet, qui ont prétendu être plus belles que la déesse, qu’il s’agisse de Sidè35, des filles de Proetos36 ou d’Antigone, fille de Laomédon37, se sont vu infliger par elle les pires punitions car, comme le rappelle Homère (Od., V, 212-213), « malheur à celui qui oserait rivaliser en corps ou en visage avec la beauté divine ».

Fig. 10a et b - Lécythe apulien à figures rouges. Londres, British Museum F109. Groupe de Vienne 4013. Vers 360-350 av. J.-C. (Photo British Museum).

  • 38 Stinton 1965 ; Raab 1972.

31Cependant, si Héra considère comme une grave ὕβρις tout défi lancé par une mortelle, elle ne refuse pas la concurrence quand il s’agit des immortelles. Elle accepte ainsi d’être jugée par Pâris, ce qui provoque le propos d’Hécube (Eurip., Troyen., 977-978) se demandant pour quelles raisons Héra « éprouve ce vif désir d’être la plus belle ». Les circonstances dans lesquelles s’est déroulé le Jugement de Pâris, le retentissement qu’il a eu auprès des artistes grecs, aussi bien en Grèce propre qu’en Italie du Sud, sont suffisamment connus38 pour qu’il ne soit pas nécessaire d’en débattre ici.

  • 39 Voir note 28.

32Néanmoins, parmi les très nombreux documents iconographiques traitant du sujet, il est intéressant de relever quelques vases italiotes, qui présentent l’originalité d’attribuer à Héra la place d’honneur, comme si elle allait usurper la victoire à Aphrodite39. Les peintres de ces vases, étaient-ils persuadés de la supériorité d’Héra ? Ou bien, par le biais de l’image, se servaient-ils du mythe pour mieux vénérer la déesse dont le culte prédominait en Grande Grèce ?

33Ces questions se posent à propos de plusieures images italiotes qui semblent illustrer la primauté d’Héra.

  • 40 P. de Dolon : Cab. Méd. 422 ; P. de Pisticci, premier quart du ive s. ; LIMC, IV, Hera 438 ; Aussi, (...)

34En effet, si un peintre du premier quart du ive s., se contente d’une allusion à la beauté d’Héra en la dotant du miroir40, habituellement réservé à Aphrodite, d’autres artistes sont allés plus loin :

Fig. 11 - Hydrie paestane à figures rouges. Bruxelles A813. Astéas. Troisième quart du ive siècle av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après LIMC, IV, Hera 441*).

Fig. 12 - Lébès gamikos paestan à figures rouges. Paestum, Musée. Astéas. Troisième quart du ive siècle av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après LIMC, IV, Hera 442*).

  • 41 British Museum F109 : Gr. de Vienne 4013 ; 360/350 av. J.-C. ; LIMC, IV, Hera 444*.
  • 42 Schauenburg 1975, 214-215.
  • 43 Cook 1940, 66-67. L’auteur de l’article Hera du LIMC partage cet avis.

35Sur un lécythe apulien du ive siècle (fig. 10)41, la déesse trônant sur un piédestal comme une statue, accompagnée d’une panthère et munie d’un sceptre surmonté d’un oiseau (coucou), au milieu de la composition, attire les regards de tous les participants et cela d’autant plus qu’une Nikè s’apprête à lui décerner la palme de la victoire. Parmi les différentes lectures proposées42, celle de Cook43 semble être la plus plausible. En effet, le savant anglais met cette image en rapport avec l’épi- gramme de Martial (X, 89) à propos de l’œuvre de Polyclète dans le sanctuaire d’Argos. Selon lui, si Pâris avait pu voir la déesse aussi belle que l’avait représentée le sculpteur, il lui aurait sans doute attribué le premier prix. C’est peut-être une idée analogue qu’a voulu exprimer le peintre auquel il paraît difficile d’attribuer une nouvelle version du mythe célèbre.

Fig. 13 - Dessins et reconstitution du temple de Messa par R. Koldewey (Photo G. Marchand, d’après Koldewey 1890).

  • 44 Bruxelles A 813 : Trendall 1987, ch. 2, 147-148 ; LIMC, IV, Hera 441.
  • 45 Paestum : provenant de l’Héraion LIMC, IV, Hera 442 (avec bibl.).
  • 46 Sestieri 1955, 1-8 et pl. I et III.

36Enfin sur deux vases paestans du troisième quart du ive siècle, une hydrie (fig. 11)44 et un lébès gamikos (fig. 12)45 attribués tous les deux à Astéas, le schéma “abrégé” avec Héra seule (dans son accoutrement de jeune épousée) exprimerait la primauté de la déesse due à l’importance de son culte à Poseidonia même. En particulier pour le lébès gamikos, offert peut-être en ex-voto dans son sanctuaire par une jeune épousée46, l’originalité iconographique ne peut avoir d’autre but que de rendre hommage à la déesse du mariage.

  • 47 Athénée, XIII, 609m ; Nilsson 1906, 57, n. 2 ; Séchan/ Lévêque 1990, 180 ; Caíame 1977, 223 ; Weile (...)
  • 48 Athénée. XIII, 609 ef : à Basilis en Arcadie en l’honneur de Déméter ; aussi, Jost 1985, 338.
  • 49 La scholie à ce même vers pose plus clairement le problème.

37Quittons maintenant le monde de la légende pour passer à la réalité historique dont les événements mythologiques constituent parfois la transposition ; on observe que c’était dans le sanctuaire d’Héra à Lesbos que l’on organisait des concours περί κάλλους47. A ces compétitions qui revêtaient une valeur religieuse, participaient des femmes mariées, (adultes = γυνακες) dont la beauté glorifiée assurerait de beaux enfants (καλλιγένεια). Bien que ce type de manifestation ne soit pas l’exclusivité d’Héra48 les καλλιστεα héréens semblent avoir été une institution très ancienne, puisqu’Homère y fait allusion (II., IX, 129)49, et très réputée si l’on en juge par les mentions de deux poètes originaires de l’île, Alcée et Sappho.

  • 50 Alcée, fr. 62, éd. Lobel-Page ; Robert 1960, 314.

38En effet, le premier évoque le grand sanctuaire d’Héra, Zeus et Dionysos où « retentit l’écho des cris rituels (ὀλολυγή) que poussent chaque année les femmes jugées au concours »50.

  • 51 Picard 1946, 456.
  • 52 Lasserre 1989, 161-169.

39Quant à Sappho, dans sa prière adressée à la déesse (fgt. 28, v. 9), elle fait allusion à un sanctuaire commun dédié à la fois à Héra, Zeus et Dionysos51 et probablement le poème en l’honneur d’Anactoria (fgt. 27) aurait été composé pour célébrer le succès de celle-ci aux Καλλιστεα de Lesbos52. Si l’on croit enfin le texte d’une épigramme souvent associée à cette fête (Anth.Pal., IX, 189) qui décrit « le beau chœur des femmes de Lesbos dansant dans le magnifique bois d’Héra, guidées par Sappho », la musique comptait dans ce rituel.

  • 53 Robert 1960, 302-305.
  • 54 Mme A. Archontidou, Éphore des antiquités des îles de l’Égée du Nord, pense plutôt à un temple d’Ap (...)
  • 55 Koldewey 1890, 47-61.
  • 56 Robert 1960, 303, n. 2.
  • 57 Koldewey 1890, 50-61.

40Les références littéraires, auxquelles sont venus s’ajouter les témoignages épigraphiques, ont incité philologues et archéologues à chercher l’emplacement du temple d’Héra dans l’île de Lesbos. Un article de L. Robert53, réunissant la bibliographie antérieure, éclaire les problèmes complexes d’attribution et d’identification des vestiges d’un très important temple ionique (fig. 13), situé au centre de l’île, près de Messa, à l’intérieur du golfe de Kalloni, dont le nom évocateur signifie beauté. Pour L. Robert, ce temple, construit sur l’emplacement d’un lieu de culte ancien, serait celui d’Héra, la déesse éolienne54. Découvert par Boutan, cet édifice a été fouillé par Koldewey entre 1885 et 188655. Le savant allemand, qui considérait ces ruines comme les plus importantes de l’île, les a datées au ive siècle av. J.-C. Les textes épigraphiques plus tardifs56 démontrent que l’activité du sanctuaire s’est prolongée jusqu’à l’époque romaine, car c’est là qu’avaient lieu les réunions et les délibérations de la confédération de l’île. Les dessins extraits de la première publication de Koldewey qui présentent des éléments d’architecture, le plan et l’élévation reconstitués de ce temple57, démontrent la grande importance de ce sanctuaire qui semble avoir été consacré au culte d’Héra dans l’île où les Καλλιστεία célébraient la beauté féminine.

  • 58 Diehl 1964, 182.

41Revenons en terminant à l’hydrie du Louvre et à la symbolique de son décor. Sur cette représentation nuptiale, qui constitue avant tout le décor d’un vase utilisé ou offert lors du mariage58, la présence de la déesse signifierait la consécration des liens conjugaux sur lesquels est fondé l’ordre de la cité et l’allusion à sa chaste beauté garantirait la promesse d’une belle progéniture (καλλιτεκνία).

42Destinée principalement aux femmes, cette image, qui reflète à la fois leur vie réelle et la projection de leurs vœux intimes, fait intervenir Héra dans une sorte d’apparition de rêve comme celle, évoquée par les vers sapphiques (fgt. 28) :

43Πλάσιον δ μ[οί ποτ’ ναρ παρστα,

44πότνι’ ρα, σ χ[αρίεσσα μόρϕα,...

45« Dans mon sommeil naguère, tout près m’est apparue, ô souveraine Héra, ton image gracieuse... »

46(Trad. Th. Reinach).

47Lexique des mots grecs

48νασσα : reine

49Γαμηλία : qui préside aux mariages

50Γαμήλιοι θεοί : dieux protecteurs du mariage

51Θαλάμων : protecteur de la chambre nuptiale

52ερός γάμος : mariage sacré

53καλλιγένεια : qui engendre de beaux enfants

54καλλιστεα : concours de beauté

55καλλιτεκνία : bonheur d’avoir de beaux enfants

56κάλλος : beauté

57κλισμός : siège à dossier

58λολυγή : cri aigu

59νυμϕευομνη : l’épousée

60Νύμϕη : la mariée

61νυμϕία : jeune épouse

62νυμϕοστολεν : parer la mariée

63Τελεία : qui préside aux mariages

64τέλος : achèvement, mariage

65βρις : insulte

Bibliographie

Références bibliographiques

ARV2. BEAZLEY (J. D.), Attic red-figure vase-painters. I- III. Oxford, 19632.

Balensiefen 1990 : BALENSIEFEN (L.), Die Bedeutung des Spiegelbildes als ikonographisch.es Motif in der antiken Kunst. Tübingen, 1990

Berger 1982 : BERGER (E.), Auszug aus dem Jarhes- bericht 1981. AK, 25, 1982, 162-168.

Brümmer 1985 : BRÜMMER (E.), Grieschiche Truhen-behälter. JDAI, 100, 1985, 1-168.

Bruneau 1970 : BRUNEAU (Ph.), Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale. Pâris, 1970 (BEFAR, 217).

Burn 1987 : BURN (L.), The Meidias Painter. Oxford, 1987.

Buschor 1957 : BUSCHOR (E.), Aphrodite und Hermes. MDAI(A), 72, 1957, 77-86.

Calame 1977 : CALAME (Cl.), Les choeurs de jeunes filles en Grèce archaïque. Rome, 1977 (Filol. e crit., 20).

Cavalier 1976 : CAVALIER (M.), Nouveaux documents sur l’art du Peintre de Lipari. Naples, 1976 (Coll. CJB, 3).

Cook 1940 : COOK (A. B.), Zeus. A study in Ancient religion. III. Zeus God of the dark sky. Cambridge, 1940.

Diehl 1964 : DIEHL (E.), Die Hydria. Formgeschichte und Verwendung im Kult des Altertums. Mainz, 1964.

Elderkin 1937 : ELDERKIN G. W.), The marriage of Zeus and Hera and its symbol. AJA, 1937, 424-435.

Jost 1985 : JOST (M.), Sanctuaires et cultes d’Arcadie. Pâris, 1985 (Ét. Péloponnésiennes, 9).

Koldewey 1890 : KOLDEWEY (R.), Die antike Baureste der Insel Lesbos. Berlin, 1890.

Lasserre 1989 : LASSERRE (F.), Sappho, une autre lecture. Padova, 1989.

LIMC : Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae. I (1981), II (1984), III (1986), IV (1988), V (1990), VI (1992), VII (1994).

Moret 1978 : MORET (J.-M.), Le jugement de Pâris en Grande Grèce. Mythe et actualité politique. AK, 21, 1978, 76-98.

Nilsson 1906 : NILSSON (M. P.), Griechische Feste von religiöser Bedeutung, mit Ausschluss der Attischen. Leipzig, 1906.

Oakley/Sinos 1993 : OAKLEY (J.), SINOS (R.), The Wedding in ancient Athens. Madison, 1993.

Ohly 1953 : OHLY (D.), Die Göttin und ihre Basis. MDAI(A), 68, 1953, 25-50.

Picard 1946 : PICARD (Ch.), La triade Zeus-Héra-Dionysos dans l’Orient hellénique d’après les nouveaux fragments d’Alcée. BCH, 70, 1946, 455-473.

Raab 1972 : RAAB (I.), Zu den Darstellungen des Pâris-urteils in der griechischen Kunst. Frankfurt, 1972.

Reinach 1921 : REINACH (Α.), Recueil Millet. Textes grecs et latins relatifs à l’histoire de la peinture ancienne. Pâris, 1921 (rééd. 1985).

Robert 1960 : ROBERT (L.), Recherches épigraphiques, IV-IX. REA, 62, 276-361.

Samos XI : FREYER-SCHAUENBURG (B.), Samos XI. Bildwerke der archaischen Zeit und des strengen Stils. Bonn, 1974.

Schauenburg 1975 : SCHAUENBURG (K.), Die Göttin mit dem Vogelszepter. MDAI(R), 82, 1975, 207-216.

Séchan/Lévêque 1990 : SÉCHAN (L.), LÉVÊQUE (P.), Les grandes divinités de la Grèce. Pâris, 1966 (rééd. 1990).

Sestieri 1955 : SESTIERI (P. S.), Gamikos lebes da Paestum. ArchClass, VII, 1955, 1-8.

Simon 1985 : SIMON (E.), Die Götter der Griechen. München, 19853.

Stinton 1965 : STINTON (T. C. W.), Euripides and the judgement of Paris. London, 1965 (JHS, Suppl. XI).

Trendall 1987 : TRENDALL (A. D.), The Red-Figured Vases of Paestum. Rome, 1987.

Weiler 1974 : WEILER (I.), Der Agon im Mythos. Zur Einstellung der Griechen zum Wettkampf. Darmstadt, 1974.

Notes

1 Cette identification a été proposée par Plaoutine (CVA Louvre, fasc. 9, pl. 53) et Beazley (ARV2, 1335, 30).

2 N° d’Inv. CA 161 ; CVA Louvre, fasc. 9, pl. 53, 1, 3, 4, 6, 8 ; ARV2, 1335, 30 : P. de Nikias.

3 Frauengemachbilder” en allemand.

4 Voir n. 1. Mme Anneliese Kossatz-Deissmann, auteur de l’article “Hera” du LIMC n’accepte pas cette interprétation et, en conséquence, ne cite pas le vase.

5 Briimmer 1985, 141, fig. 34b, n. 124.

6 Sur Artémis qui intervient auprès de ses fidèles en tant que protectrice de l’adolescence, du mariage et de la famille : LIMC, II. 751-752, Artemis (L. Kahil). D’ailleurs c’est à elle que la veille de leurs noces les jeunes vierges consacraient leur ceinture (Anth. Pal., VI, 59 ; 280), évoquée peut-être sur notre vase par la longue étoffe bariolée. Cf. aussi la présence d’Apollon et Artémis au cortège des mariés sur la pyxis L 55 du Louvre (ARV2, 924, 33).

7 Aujourd’hui encore à Rhodes on appelle les préparatifs de la mariée τά νυϕοστόλια. Sur l’iconographie de ce sujet dans la céramique attique : Oakley / Sinos 1993, 16.

8 M. Tiverios, lors d’une conversation orale en décembre 1994, a soutenu cette hypothèse.

9 Plutarque, Quaest. Rom., 264B, nomme cinq divinités du mariage : Zeus Gamelios, Héra Gamelia, Aphrodite, Peitho et Artémis.

10 Burn 1987, 26-40.

11 Sur le cratère de Spina au musée de Ferrare, Τ 617 (ARV2, 1038,1), la déesse couronne la mariée.

12 A titre d’exemple : deux lébétès nuptiaux, à New York : ARV2, 1126,6 et à Athènes : ARV2, 1178,1. Cf. aussi une plaquette en terre cuite de Tarente à Trieste : LIMC, II, Aphrodite 1570 (A. Delivorrias).

13 Déjà selon Homère (II., V, 429 ; Od., XX, 74), la déesse Aphrodite s’occupait « des douces œuvres de l’hyménée » et, sous sa double qualité de “Θαλάμων” (Hesych., s.v. “ἄνασσα”, “Aphrodite”) et “Νυμϕηία” (Paus., 11, 32, 7), elle consacrait les liens conjugaux.

14 Loutrophore à figures rouges au Louvre Inv. MN 558 = N 3406 : ARV2, 1320,3 ; Paralipomena, 478, Peintre du Louvre MN 558 (vase éponyme). Vers 420-410 av. J.-C.

15 Sur le lébès fragmentaire inédit du Louvre (N° CA 1861), attribué au Cycle de Meidias, la mariée est “servie” par trois Érotes.

16 LIMC, III, 935 (s.v. Eros) (A. Hermary).

17 Musée de Rhodes, ARV2, 1335, 31 : P. de Nikias ; Clara Rhodos VI/VII (1932/1933), 218, fig. 256 ; 262.

18 A. Delivorrias interprète la figure comme Aphrodite : LIMC, II, Aphrodite 1560*.

19 Sur Héra avec des caractéristiques d’Aphrodite : Simon 1985, 232.

20 Voir n. 13.

21 Aphrodite : Anth. Pal., VI, 207 ; Héra : Pisandre, Schol. Eurip. Phoen. 1748.

22 Buschor 1957.

23 LIMC, II, Aphrodite 997* (A. Delivorrias) = Hera 64 (A. Kossatz-Deissmann).

24 Paus. IX, 2,7.

25 LIMC, IV, Hera 207*.

26 Berger 1982, 165, n. 14, pl. 30.

27 Lipari, Mus. 9345 A ; Cavalier 1976, 28-31 ; LIMC, IV, Hera 338*.

28 Moret 1978, 76-98.

29 Ohly 1953, 35 sq.

30 Cf. Olympie : peplos, Paus., V, 16, 2-4 ; Délos : statues couvertes de vêtements, Bruneau 1970, 249-255. Cf. aussi l’épigramme de Nossis à propos de son offrande au temple d’Héra Lacinienne d’un vêtement de lin tissé (Anth.Pal., VII, 265). Voir encore : Elderkin 1937, 424-425.

31 Cicéron, De Invent., 11,1-3 ; Reinach 1921, 194-197, par. 214-218.

32 Samos XI, 29.

33 Picard 1946, 463.

34 S. Eitrem, s.v. Hera, RE, VIII, 1, 384.

35 Précipitée aux Enfers : Apollod., 1, 4, 3 ; Weiler 1974, 108.

36 Frappées de folie : Serv., Comm. in Verg., Buc., VI, 48 ; Weiler, loc.cit., 109 ; un vase sicéliote à f.r. évoquerait cet épisode : LIMC, IV, Hera 490.

37 Ses cheveux ont été transformés en serpents : Ovide, Met., VI, 93-97.

38 Stinton 1965 ; Raab 1972.

39 Voir note 28.

40 P. de Dolon : Cab. Méd. 422 ; P. de Pisticci, premier quart du ive s. ; LIMC, IV, Hera 438 ; Aussi, Balensiefen 1990, 86, 221 K7, pl. 5.

41 British Museum F109 : Gr. de Vienne 4013 ; 360/350 av. J.-C. ; LIMC, IV, Hera 444*.

42 Schauenburg 1975, 214-215.

43 Cook 1940, 66-67. L’auteur de l’article Hera du LIMC partage cet avis.

44 Bruxelles A 813 : Trendall 1987, ch. 2, 147-148 ; LIMC, IV, Hera 441.

45 Paestum : provenant de l’Héraion LIMC, IV, Hera 442 (avec bibl.).

46 Sestieri 1955, 1-8 et pl. I et III.

47 Athénée, XIII, 609m ; Nilsson 1906, 57, n. 2 ; Séchan/ Lévêque 1990, 180 ; Caíame 1977, 223 ; Weiler 1974, 113.

48 Athénée. XIII, 609 ef : à Basilis en Arcadie en l’honneur de Déméter ; aussi, Jost 1985, 338.

49 La scholie à ce même vers pose plus clairement le problème.

50 Alcée, fr. 62, éd. Lobel-Page ; Robert 1960, 314.

51 Picard 1946, 456.

52 Lasserre 1989, 161-169.

53 Robert 1960, 302-305.

54 Mme A. Archontidou, Éphore des antiquités des îles de l’Égée du Nord, pense plutôt à un temple d’Aphrodite.

55 Koldewey 1890, 47-61.

56 Robert 1960, 303, n. 2.

57 Koldewey 1890, 50-61.

58 Diehl 1964, 182.

Notes de fin

1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (Coll. CJB, 15), 163-171.

2 CNRS, LIMC, Paris

Table des illustrations

Légende Fig. 1 à 4 - Hydrie attique à figures rouges. Musée du Louvre CA 161. Peintre de Nikias. Vers 410 av. J.-C. (Photo Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 5 - Loutrophore - hydrie attique à figures rouges. Musée du Louvre MN 558 = N 3406, Peintre du Louvre MN 558. Vers 420-410 av. J.-C. (Photo Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 6 - Lébès attique à figures rouges fragmentaire. Musée du Louvre CA 1861. Cycle de Meidias. Vers 410 av. J.-C. (Photo Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 7 - Hydrie attique à figures rouges fragmentaire. Musée de Rhodes 13888. Peintre de Nikias. Vers 410 av. J.-C. (Photo du Musée).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 8 - Skyphos-pyxis sicéliote à figures rouges. Bâle, Antikenmus. BS 478. Groupe Lentini-Manfria. Vers 340 av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après AntKunst, 21, 1982, pl. 30).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 9 - Skyphos-pyxis sicéliote à figures rouges. Lipari, Musée 9345A. Peintre de Lipari. Fin du ive s. av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après Cavalier 1976, fig. 7).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 10a et b - Lécythe apulien à figures rouges. Londres, British Museum F109. Groupe de Vienne 4013. Vers 360-350 av. J.-C. (Photo British Museum).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 11 - Hydrie paestane à figures rouges. Bruxelles A813. Astéas. Troisième quart du ive siècle av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après LIMC, IV, Hera 441*).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 12 - Lébès gamikos paestan à figures rouges. Paestum, Musée. Astéas. Troisième quart du ive siècle av. J.-C. (Photo G. Marchand, d’après LIMC, IV, Hera 442*).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 13 - Dessins et reconstitution du temple de Messa par R. Koldewey (Photo G. Marchand, d’après Koldewey 1890).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/942/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540