Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

La relation entre l’Héraion et la ville de Samos1

Photini Zapheiropoulou

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 ( (...)

1Samos, grande île montagneuse, est située dans la partie est de la Mer Égée au voisinage immédiat de côtes de l’Asie Mineure (fig. 1). C’est là, le long de ces côtes asiatiques, que pendant toute la période des temps dits historiques - Ier millénaire av. J.-C. - s’étendaient les grandes villes-cités de l’antiquité grecque, parmi lesquelles Milet sur le littoral en face de Samos.

Fig. 1 - Samos et la Mer Égée.

2Vers la fin du IVe millénaire av. J.-C., des populations des côtes ouest de l’Asie Mineure sont passées à Samos cherchant à s’installer dans une région offrant des plaines fertiles et un port protégé des vents violents du nord. Ainsi elles se sont établies sur le littoral sud de l’île (fig. 2), sur l’emplacement même de la petite ville actuelle de Pythagoreion, dont la position géographique était d’un grand intérêt, au carrefour de la Grèce continentale, de l’Asie Mineure et des îles de la mer Égée. L’installation de ces temps reculés, mise au jour par des fouilles dans la Pythagoreion moderne, est implantée sur une colline qui s’avance dans la mer en forme d’un petit cap et elle devait être assez importante, à en juger par la quantité et la qualité de la céramique (fig. 5-6). L’occupation de ce site ne s’interrompt plus de la fin du IVe millénaire av. J.-C. jusqu’à l’aube du bas Moyen-Âge. Il apparaît que les habitants de cet établissement étaient en relation avec la Crète minoenne jusqu’au milieu du IIe millénaire av. J.-C. et que, par la suite, ils développèrent des contacts avec Mycènes, comme on peut le déduire de l’abondante céramique mycénienne importée trouvée dans la région. Vers le milieu du IIIe millénaire av. J.-C., à environ 6 km à l’ouest de Pythagoreion, dans une plaine formée par des alluvions du fleuve Imbrassos, s’installe un deuxième habitat qui a livré le même type de céramique (fig. 7-10) ; cela prouve la même origine pour les habitants : l’Asie Mineure voisine. Vers la deuxième moitié du IIe millénaire av. J.-C. on peut discerner quelques traces de culte sur le site où plus tard fut fondé le sanctuaire d’Héra. En effet on y a trouvé une construction en forme d’autel et, tout près d’elle, de la céramique du mycénien récent et particulièrement des coupes de culte en abondance.

Fig. 2 - Carte de Samos.

3Vers 1000 av. J.-C., l’île subit l’invasion d’une tribu grecque, les Ioniens, qui s’établirent non seulement sur la colline de l’habitat préhistorique, mais sur une région beaucoup plus vaste, vers le nord et surtout vers l’est. En même temps, pendant cette époque géométrique, à l’ouest de la ville, un sanctuaire, dédié à une divinité du panthéon olympien est organisé ; et il semble que dès cette période-là l’histoire de la ville de Samos et celle du sanctuaire présentent un développement et un déclin parallèles, car leurs destins sont liés : le caractère spécial de la cité de Samos, celui d’un grand centre commercial, se révèle par les innombrables offrandes à Héra, provenant surtout des grands centres de l’Orient.

4Les fouilles de l’Héraion ont été commencées par les archéologues grecs P. Cavvadias et Th. Sofoulis, il y a un siècle (1890-1892) ; par la suite (1910-1914), elles furent continuées par Th. Wiegand au nom des Musées Royaux de Berlin et c’est seulement en 1925 que l’Institut Archéologique Allemand, sous la direction de E. Buschor, entreprit une grande campagne qui se poursuit, avec de brèves interruptions, jusqu’à nos jours. Quant aux fouilles de l’antique ville de Samos à Pythagoreion elles sont menées, depuis trente ans, par le Service Archéologique grec, représenté par l’Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques pour les Cyclades et Samos, abstraction faite des fouilles sur la colline de l’actuel Kastro, exécutées par les archéologues allemands. Les recherches à Pythagoreion ont été commencées et continuées en raison du grand épanouissement de cette petite ville provinciale qui s’est transformée en peu de temps en un des plus grands centres touristiques de la mer Egée centrale. Comme la ville moderne est fondée sur les restes de la ville antique (fig. 3) et que les constructions se multiplient en provoquant la disparition des antiquités, les travaux de fouilles ont un rythme rapide et les archéologues rencontrent de nombreuses et grandes difficultés, dans leur effort de sauver le plus et le mieux possible les vestiges de la ville florissante que fut jadis l’antique Samos.

Fig. 3 - Plan des restes de l’antique ville de Samos, sous la ville moderne de Pythagoreion.

Fig. 4 - Plan de l’Héraion.

5C’est N. Zapheiropoulos qui a commencé les fouilles ; très vite il les laissa à son jeune collègue C. Tsakos qui, lui aussi, fut aidé par deux jeunes archéologues, V. Yannouli et M. Viglaki-Sofianos, laquelle demeura presque seule pendant les dix dernières années. C’est d’ailleurs à elle que cette conférence doit beaucoup et je la remercie chaleureusement.

6Heureusement, la bonne fortune qui quelquefois fait des cadeaux inattendus aux archéologues, nous a aidé à découvrir un riche cimetière géométrique, situé à l’ouest de la ville, à l’endroit où plus tard, à l’époque hellénistique, est installé le quartier des jeux athlétiques. La céramique qui fut mise au jour est d’une importance primordiale, car un grand nombre de vases, pour la plupart entiers, est venu enrichir nos connaissances sur Samos géométrique, qui ne devait pas être une ville secondaire par rapport à ses célèbres voisines, les villes grecques des côtes de l’Asie Mineure. On savait, par exemple, grâce à la poterie trouvée jusqu’alors à l’Héraion, que les ateliers samiens étaient influencés par ceux du Dodécanèse ; maintenant cela est assuré et cela témoigne d’étroites relations commerciales et naturellement culturelles entre Samos et le Dodécanèse, au sud-est de la mer Égée. En même temps, les potiers samiens créèrent des formes nouvelles, caractéristiques de leurs propres ateliers, ce qui prouve leur propre aptitude à développer une production céramique capable de rivaliser avec les ateliers florissants alors partout dans les îles de la mer Égée et des côtes de l’Asie Mineure. De ces vases, récemment mis au jour et à peine recollés, grâce à la gentillesse de la collègue M. Viglaki-Sofianos, je vous montre un choix caratéristique. Ce cimetière, dont la fouille a à peine débuté et réserve sûrement bien des surprises, a donné surtout des vases d’usage quotidien (fig. 11-12) et c’est seulement cette année que quelques objets de bronze et quelques terres cuites ont commencé à apparaître. À l’Héraion, au contraire, un grand nombre de vases ont un caractère votif (fig. 13-14) et parmi les trouvailles on compte beaucoup d’objets de bronze et des terres cuites (fig. 15-16).

7Je parlerai maintenant de l’Héraion (fig. 4) qui, fondé dans une région marécageuse, a acquis un type de culte conforme à son environnement. C’est un lieu commun d’ailleurs que, chez les dieux du panthéon olympien, leur caractère général se différenciait pour chacun d’eux d’après les mythes locaux, les traditions et les formes du culte dans un certain site. À Samos, le culte d’Héra se relia au buisson d’osier avec lequel on liait le xoanon de la déesse après l’avoir baigné et revêtu des habits nouveaux (ici nous avons des ressemblances avec Artémis Lygodesma, une autre déesse de fécondité). Le site pourtant ne fut pas choisi au hasard : tout d’abord il était déjà consacré comme un lieu de culte à une divinité préhellénique, ensuite il se distinguait par sa riche végétation et l’abondance des eaux, enfin il a été installé en dehors, mais pas très loin de la ville, comme c’est le cas des grands sanctuaires d’Héra, par exemple à Olympie, à Argos, à Pérachora. De surcroît, cet endroit se trouvait dans une grande île entre la Grèce continentale et l’Asie Mineure, très proche des grandes étendues fertiles de l’Anatolie où depuis des millénaires les populations adoraient la Grande Mère. Héra, déesse de fécondité préolympienne, prit une part très importante dans le panthéon olympien, tout en gardant quelques traits de la divinité préhistorique orientale.

8Le sanctuaire servait donc de point de rencontre de tous ces courants et c’est ainsi que l’on peut expliquer d’abord son orientation vers l’est et vers les côtes asiatiques (fig. 17) et son abord direct par la mer ; tous les monuments de la première période du sanctuaire sont tournés vers cette voie étroite qui servait de voie sacrée jusque vers les dernières décades du viie siècle ; elle n’était pas longue et conduisait du littoral au sanctuaire, peu éloignée vers le nord. Des fouilles assez récentes près de cette vieille voie sacrée ont mis au jour trois puits qui, à proximité de la mer, pourvoyaient en eau potable, claire et limpide, les voyageurs et les pèlerins qui abordaient le sanctuaire en ces temps reculés et devaient peut-être se purifier avant d’y pénétrer. Durant le viie siècle, une deuxième voie fut établie dans la partie nord du sanctuaire donnant accès à la campagne ; cette voie continua à être en usage jusqu’aux temps classiques au moins. Plus tard, à l’époque de la grande floraison du sanctuaire et de Samos elle-même, aux viie-vie siècles, dans le cadre d’un programme de développement architectural, qui bien sûr reflétait l’épanouissement de la puissance du sanctuaire, la petite voie d’époque géométrique fut délaissée pour une autre, beaucoup plus large et longue de 6 km à peu près, qui était une vraie voie sacrée et reliait plus étroitement la ville au sanctuaire ; elle traversait l’Agora, sortait de la porte Ouest de la ville et aboutissait au nord-est du sanctuaire. Le long de la voie sacrée on érigea des monuments votifs à la déesse ; deux des plus célèbres, qui nous sont parvenus, ont été placés presque au voisinage du grand temple : ce sont le groupe des statues d’une famille, sculptées par Généléos (fig. 18), mis au jour au début des fouilles et le kouros colossal trouvé en 1980, offrande de Ischis (fig. 19) ; l’hiver dernier un autre torse de kouros fut aussi découvert dans un endroit bordant la voie sacrée, à mi-distance entre la ville et le sanctuaire. Ces sculptures avec bien d’autres, comme celles des deux korès sur une même base (l’une se trouve au Louvre et l’autre fut découverte en 1980 (fig. 20) avec le grand kouros) dédiées par Chéramyès, appartiennent à la grande époque du sanctuaire et de Samos, le vie siècle, dont je parlerai plus loin.

9Au début du Ier millénaire, le sanctuaire ne comprenait qu’un autel, autour duquel on célébrait les fêtes en l’honneur d’Héra ; avec l’arrivée du viiie siècle, un temple long de 100 pieds (environ 33 m), connu comme Hécatompédos, fut inauguré à l’ouest/sud-ouest de l’autel, mais pas dans le même axe. Le temple, un des plus anciens dans le monde grec, était divisé en deux par une rangée de colonnes en bois à l’intérieur et dans une deuxième phase, vers 650, il fut remplacé par un autre, peut-être périptère. En même temps, on construisit deux autres petits édifices en forme de temple, peut-être des trésors, tournés toujours vers l’autel qui prit une forme rectangulaire. Au viie siècle, au sud de l’Hécatompédos, on érigea un portique long de 70 m et, à proximité de l’autel vers le sud-est, un marin, sauvé peut-être par la déesse, lui voua son navire, long de 25-30 m, dont seule la base sur laquelle il était déposé est aujourd’hui conservée. Je mentionne cette offrande pour vous donner une idée non seulement du grand nombre des ex-votos offerts à Héra, mais aussi de leur diversité stupéfiante. À ce que je sache, aucun autre sanctuaire à cette époque n’avait reçu tant de dédicaces de populations tellement diverses et dont le pays pour la plupart se trouvait à une distance considérable.

10Après 700, à l’Héraion arrivent des offrandes de tous genres et de toute matière comme objets de bronze, d’ivoire, d’or, de faïence (fig. 21-24), de grands coquillages gravés (tridacné), des terres cuites et des vases. Parmi les ex-votos, ceux en bronze viennent surtout de Phrygie, de Chypre, de Syrie du nord, d’Iran, de Babylone, d’Urartu, d’Egypte et ceux en ivoire surtout d’Egypte (fig. 25) et quelques-uns de Samos et de Crète (fig. 26). Parmi les nombreuses terres cuites (fig. 27), qui pour la plupart étaient fabriquées à Samos même, un grand nombre de très belles statuettes en argile étaient de provenance chypriote (fig. 28). Quant à la céramique, à part celle de fabrication samienne, il y avait des importations de Corinthe, de Sparte et naturellement des ateliers ioniens et rhodiens ; au vie siècle, les produits attiques commencent à faire leur apparition. Enfin, grâce à la grande humidité du sol, les fouilles de l’Héraion ont donné un nombre considérable d’objets de bois, parmi lesquels des statuettes, comme par exemple celle d’un démon (fig. 30), mais aussi des divinités féminines, dont l’une est de provenance crétoise. Tous ces objets importés n’étaient pas donnés à la déesse par les seuls pèlerins étrangers, mais aussi par des commerçants samiens. Il faut signaler enfin des dons étranges, comme un crâne de crocodile égyptien et deux autres d’antilopes africaines.

11Avec l’arrivée du vie siècle, Samos et le sanctuaire d’Héra connaissent un grand épanouissement. Il apparaît que l’île est devenue un grand centre culturel où vivaient et travaillaient des grands architectes comme Rhoikos et Théodoros, des sculpteurs comme Généléos, les poètes Ibykos et Anakréon et le grand mathématicien et philosophe Pythagore. En même temps l’Héraion fut transformé grâce à la construction de nouveaux monuments et surtout d’un grand temple dessiné et exécuté par les architectes Rhoikos et Théodoros au deuxième quart du siècle. Long de 105 m et large de 52,5 m, ce temple était diptère, c’est-à-dire pourvu d’un péristyle fait d’une double rangée de colonnes ; l’intérieur était aussi divisé par une double rangée de colonnes en trois nefs, et son plan était le plus grand et majestueux que jusqu’alors on ait pu concevoir en Grèce. Au voisinage du temple d’Héra s’élevaient d’autres temples plus petits, érigés pendant la deuxième moitié du siècle ; le temple Sud, périptère à deux nefs, le temple C, périptère, le temple A, bâti exprès pour abriter la statue de la déesse jusqu’à la construction du grand temple d’Héra, les temples B et D (le deuxième servant de trésor), l’édifice Nord périptère à deux nefs qui était la construction la plus large après le grand temple d’Héra et plusieurs autres bâtiments servant pour la plupart de trésors. Il y avait aussi beaucoup de monuments votifs, comme ceux de Généléos, déjà cité, qui embellissaient le sanctuaire. Durant la période qui suivit, le grand temple d’Héra fut détruit, peu après avoir été complété (vers 560) ; pendant la période de l’archaïsme récent, peu après 540 av. J.-C., on commença la construction d’un deuxième grand temple d’Héra une quarantaine de mètres plus à l’ouest. Celui-là, diptère aussi, avait en façade et en arrière trois files de colonnes, hautes de 20 m et dont le nombre total était de 155. Ce temple, considéré comme un des chefs d’œuvre de l’architecture grecque ancienne, n’a pourtant pas été achevé et il n’en reste aujourd’hui qu’une colonne et quelques bases (fig. 31).

12D’après les théories récentes (H. Kienast), c’est ce temple-là et non pas le précédent, que Rhoikos a dessiné et c’est celui-là qui est mentionné par Hérodote (III, 60) comme le plus grand de tous les temples connus à ce temps-là. Des recherches récentes ont encore démontré qu’il n’a pas été construit tout d’un coup : durant le règne de Polykrate (538-522 av. J.-C.), on construisit la cella (partie centrale) et c’est vers la fin du vie siècle que furent élevés le pronaos et les colonnades extérieures.

13Pendant la deuxième moitié du siècle, Samos fut gouvernée par le tyran Polykrate, qui voulut lier son nom à de grandes œuvres : outre les travaux de l’Héraion, il construisit dans la ville de puissantes fortifications (fig. 32), en partie conservées jusqu’à nos jours, qui à l’intérieur d’un tracé de 6,5 km incluaient une étendue de 1,2 km2, où habitaient à peu près 60 000 personnes (fig. 3). Polykrate prit encore soin de faire venir de l’eau près de la ville et, dans ce but, il invita Eupalinos, originaire de Mégara, à dessiner et à exécuter le projet. Eupalinos a percé la colline rocheuse de l’acropole dans sa partie ouest en ouvrant un aqueduc souterrain long de 1 046 m qui conduisait l’eau d’une source au nord, hors de la ville, au sud, dans la ville. Ce tunnel “amphistomon” (à deux ouvertures) était considéré comme un chef d’œuvre technique (fig. 33), car les travaux ont commencé en même temps des deux côtés et les deux équipes se sont rencontrées au milieu du tunnel, avec une très petite déviation seulement. Une autre grande construction de Polykrate était le grand môle du port, “la terre dans la mer”, comme le mentionne Hérodote. Fondé à une profondeur de 60 toises, il est long de 360 m et encore en usage de nos jours. Au voisinage étaient situés les νεώσοικοι (bassins à flot), tandis que le palais du tyran s’élevait sur la colline de Kastro et qu’en bas, au nord-ouest, s’étendait l’Agora sur laquelle se trouvait le Bouleuterion. À l’ouest de la ville, probablement dans le site nommé par Hérodote et Strabon, Προάστειον τό πρός τῷ Ἡραίῳ, faubourg vers l’Héraion, était situé un autre sanctuaire, mentionné lui aussi par Hérodote et dédié à Artémis (fig. 34) ; les fouilles effectuées par le collègue C. Tsakos, il y a 12 ans, ont donné des trouvailles importantes : la céramique est surtout attique et beaucoup de tessons portent des dédicaces incisées (graffiti) à Artémis. Le fouilleur croit que l’on doit chercher tout près le sanctuaire ou le temple d’Apollon, puisque c’est là qu’on a trouvé le kouros bien connu de Leukios, dédié à Apollon, et c’est là que les sources littéraires y mentionnent un temple d’Apollon Pythios.

14À cette époque, à côté de la production céramique des ateliers samiens on a aussi des importations de céramique attique, beaucoup à Samos, très peu à l’Héraion, tandis que, au contraire, les importations de Sparte, de Corinthe et de l’Ionie sont abondantes à l’Héraion et très peu nombreuses à Samos.

15Après la mort de Polykrate en 522 av. J.-C., la suprématie politique et culturelle de Samos s’effondre, en raison de l’expansion des Perses vers l’ouest, puis d’une poussée de puissance d’Athènes. Ces événements se reflètent dans la situation culturelle de Samos. À l’Héraion et dans la ville, aucun grand monument n’apparaît, bien qu’on sache qu’à la place du palais de Polykrate, sur la colline de Kastro, s’élevait un édifice important à l’époque classique ; à l’Héraion on peut signaler seulement un groupe en bronze sculpté par Myron et offert à la déesse par les Athéniens. Quant à la céramique et aux petites offrandes, il n’y a rien d’important.

16À l’époque hellénistique Samos, base navale des Ptolémées, retrouve un peu de son ancien prestige et cela se voit aux monuments. À l’Héraion, on a recommencé à travailler au grand temple d’Héra qui n’avait pas été fini au temps de Polykrate ; on a aussi quelques monuments au nord de la voie sacrée. Le dème des Samiens dédie à Héra une statue de Bérénice, reine d’Égypte, et peu à peu le culte des dieux grecs commence à céder la place à celui des divinités orientales. Les fouilles dans la ville ont démontré qu’à cette époque le culte d’Aphrodite était important ; elle était vénérée dans son temple au centre de la ville, d’où vient probablement une belle statue acéphale. Grand aussi était le culte de Déméter, au sanctuaire de laquelle on a trouvé de très importantes figurines féminines de terre cuite : Cybèle et les Nymphes avaient aussi leurs sanctuaires sur les pentes d’Astypalaea et d’Eupalineion avec des niches pour les offrandes (fig. 35-36). Les sources littéraires mentionnent une palestre, un agoranomeion, des portiques, un édifice pour les archives et un théâtre dont il ne reste que l’emplacement. Le plan routier s’élargit et s’améliore et de grandes constructions pour les jeux athlétiques s’installent au faubourg vers l’Héraion ; de celles-ci seules sont conservées le stade et une palestre. Vers la fin de l’époque hellénistique, de luxueuses villas apparaissent comme celle de la colline de Kastro et une autre au flanc de l’Eupalineion ; elles ont des pavements en très belles mosaïques (fig. 37), dont quelques unes sont proches de celles de Délos.

17Pendant la période romaine, Samos devint la villégiature des empereurs romains qui y passèrent une partie considérable de leur temps. Les fouilles plus anciennes de la colline de Kastro ont donné de très beaux portraits de Claude, d’Auguste, de César, de Livie (fig. 38-39) qui, après sa mort, fut même vénérée à l’Héraion comme déesse auprès d’Héra. À l’Héraion, d’ailleurs, un grand nombre de statues de la famille impériale furent érigées par les Samiens, tandis que, dans la ville même, on bâtit un temple dédié à Auguste et à Rome. Des dieux nouveaux font alors leur apparition : Sarapis, Ammon, Isis à côté de Dionysos, dont un temple a été récemment découvert dans la ville. À l’Héraion, à l’époque d’Auguste, le grand temple d’Héra, qui n’a jamais été terminé, fut délaissé et, comme Strabon nous en informe, il servait de pinacothèque, tandis qu’un temple périptère plus petit, et plus près de l’autel, le remplaçait pour le culte de la déesse, dont la statue y fut transportée.

18Vers la fin du Ier et pendant le iie siècle de notre ère, le sanctuaire commence à décliner, mais il ne tombe pas dans l’oubli puisqu’on recouvre la voie sacrée d’un nouveau pavement, fait qui témoigne de l’intérêt des Samiens pour leur grand sanctuaire. La fin du iie siècle trouve le sanctuaire occupé d’habitations et vers le milieu du iiie siècle il devint une petite agglomération. Des deux côtés de la voie sacrée s’élèvent des habitations, quelquefois à deux étages avec des cours à colonnade, des pavements en mosaïques et d’admirables systèmes de conduites d’eau et d’égouts. En même temps, la ville est ornée de belles villas avec des pavements en mosaïques et plusieurs thermes. L’Héraion, après 250 de notre ère, est déserté à cause surtout d’un grand tremblement de terre et de l’invasion de la région par des tribus germaniques. Notons ici que le kouros colossal archaïque d’Ischis demeurait alors debout après près d’un millénaire : il a été trouvé en effet sur les ruines de ces habitations.

19Après la fin du paganisme et le triomphe du christianisme, de grandes basiliques sont érigées dans la ville comme dans le sanctuaire, dans la partie nord duquel au ve siècle on bâtit une basilique à trois nefs. Dans la ville, les fouilles on révélé les restes d’une basilique sur la colline de Kastro, deux autres près des Thermes et du Stade (fig. 40) et une quatrième au-dessus de l’Artémision.

20Au viie siècle, en raison des invasions des Perses et des Arabes, les Samiens quittent le littoral et s’installent sur la montagne, dans des châteaux forts ; ils ne reviendront en plaine qu’aux temps modernes.

21Des monuments splendides de la ville et du sanctuaire il n’est resté que très peu ; seule une colonne brisée du grand temple s’élève encore, tel un gardien solitaire du sanctuaire (fig. 41). Cette colonne ainsi que la splendeur inaltérable de la nature environnante sont encore aujourd’hui les témoins éloquents du prestige séculaire d’un culte bien enraciné à cet endroit où le buisson d’osier, qu’il soit ou non fleuri, rappelle toujours l’éclat d’antan.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Samos (la ville)

CHADZIANASTASSIOU (O.), AD, 36, 1981, Chroniques, 372-373.

GEISAU (J. von), s.v. Samos. In : RE. I A, 2. Stuttgart, 1920, col. 2186-2202.

KIENAST (H.), Samos XV. Die Stadtmauer von Samos. Bonn, 1978.

MARTHARI (M.), AD, 36, 1981, Chroniques, 368-372.

MARTHARI (M.), VIGLAKI (M.), YANNOULI (V.), AD, 37, 1982, Chroniques, 346-352.

SHIPLEY (G.), A History of Samos, 800-188 B.C. Oxford, 1987.

TÉLÉVANTOU (Chr.), AD, 41, 1986, Chroniques, 215.

TOLLE (R.), Die antike Stadt Samos. Ein Führer. Mainz, 1969.

TÖLLE-KASTENBEIN (R.), Miszellen zur Topographie der Stadt Samos. MDAI(A), 90, 1975, 189-214.

TÖLLE-KASTENBEIN (R.), Samos XIV. Das Kastro Tigani. Die Bauten und Funde griechischer, römischer und byzantinischer Zeit. Bonn, 1974.

TSAKOS (C.), AD, 23, 1968, Chroniques, 375 sqq.

TSAKOS (C.), AD, 24, 1969, Chroniques, 376 sqq.

TSAKOS (C.), AD, 28, 1973, Chroniques, 521 sqq.

TSAKOS (C.), AD, 34, 1979, Chroniques, 353 sqq.

TSAKOS (C.), AD, 35, 1980, Chroniques, 480 sqq.

TSAKOS (C.), Ena iero tes Artémidos ste Samo (en grec, rés. en all.). AAA, 13, 1980, 305-318.

VIGLAKI (M.), YANNOULI (V.), AD, 38, 1983, Chroniques, 344-347.

ZAPHEIROPOULOU (Ph.), YANNOULI (V.), AD, 42, 1987, Chroniques, 503-509.

Samos (L’Héraion)

BUSCHOR (H.), SCHLEIF (H.), Heraion von Samos : Der Altarplatz der Frühzeit. MDAI(A), 58, 1933, 146-173.

FURTWÀNGLER (Α.), KIENAST (H. J.), Samos III. Der Nordbau im Heraion von Samos. Bonn, 1989.

KIENAST (H. J.), Der sog. Tempel D im Heraion von Samos, I : Ein Schatzhaus aus der nachpolykratischen Zeit. MDAI(A), 100, 1985, 105-127.

KIENAST (H. J.), Topographische Studien im Heraion von Samos. AA, 1992, 171-213.

KYRIELEIS (H.), Führer durch das Heraion von Samos. Berlin, 1981.

KYRIELEIS (H.), The Heraion at Samos. In : Greek Sanctuaries. New approaches (R. Hägg et N. Marinatos eds.). London-New York, 1993, 125-153.

KYRIELEIS (H.), Der grope Kuros von Samos. Bonn, 1966 (Samos Band X).

KYRIELEIS (H.), Der Tänzer vom Kap Phoneas. Ist.Mit., 46, 1996, 111 sqq.

KYRIELEIS (H.), Eine neue Kore des Cheramyes. München 1995 (Antike Plastik, Lieferung 24), 7-36.

MILOJCIC (V.), Samos I. Die prähistorische Siedlung unter dem Heraion. Grabung 1953 und 1955. Bonn, 1961.

ØSTBY (E.), Twenty-five years of research on Greek sanctuaries : a bibliography. The Heraion at Samos. In : Greek Sanctuaries. New approaches (R. Hägg, N. Marinatos eds.). London-New York, 1993, 219-220.

REUTHER (O.), Der Heratempel von Samos. Der Bau seit der Zeit des Polykrates. Berlin, 1957.

SCHLEIF (H.), Der grosse Altar der Hera von Samos. MDAI(A), 58, 1933, 174-210.

SCHLEIF (H.), Heraion von Samos : Das Vorgelànde des Tempels. MDAI(A), 58, 1933, 211-247.

WALTER (H.), Das Heraion von Samos. München-Zurich, 1976.

WALTER (H.), Das griechische Heiligtum dargestellt am Heraion von Samos. Stuttgart, 1990.

ZIEGENHAUS (O.), Der Südbau. Ergänzende Unter- suchungen. MDAI(A), 72, 1957, 65-76.

ZIEGENHAUS (O.), Die Tempelgruppe im Norden der Altarplatzes. MDAI(A), 72, 1957, 87-151.

Fig. 5-6 - Vases de l’habitat préhistorique, fin du IVe millénaire av. J.-C. à Pythagoreion.

Fig 7-10 - Vases de l’habitat préhistorique, milieu du IIIe mill. av. J.-C. de l’Héraion.

Fig 11-12 - Vases du cimetière géométrique retrouvé à Pythagoreion.

Fig 13-14 - Vases plastiques de l’Héraion.

Fig. 15 - Héraion : statuette de bronze.

Fig. 16 - Héraion : terre cuite géométrique.

Fig. 17 - Vue des côtes asiatiques, prise de l’Heraion.

Fig. 18 - Héraion : groupe de Généléos (moulage sur place).

Fig. 19 - Héraion : colosse de Ischis

Fig. 20 - Héraion : Koré dédiée par Chéramyès.

Fig. 21 - Héraion : anse d’un lébès en bronze.

Fig. 22 - Héraion : statuette en ivoire.

Fig. 23 - Héraion : ornements d’or.

Fig. 24 -Héraion : ex-voto en faïence.

Fig. 25 - Héraion : statuette de lion en ivoire.

Fig. 26 - Héraion : statuette de lion en ivoire.

Fig. 27 - Héraion : terre cuite du viie s. av. J.-C.

Fig. 29 - Héraion : terres cuites chypriotes

Fig. 30 - Héraion : statuette en bois.

Fig. 31 - Héraion : le temple d’Héra.

Fig. 32 - Ville de Samos, fortifications, murailles et porte

Fig. 33 - Ville de Samos, tunnel d’Eupalinos, l’intérieur.

Fig. 34 - Ville de Samos, vue générale de l’Artémision en bas et au premier plan avec une grande partie de l’Acropole et les murailles en haut et en arrière.

Fig. 35 - Pente d’Astypalaea : sanctuaires avec des niches pour les offrandes.

Fig. 36 - Pente d’Astypalaea : sanctuaires et niche avec relief de Cybèle.

Fig. 37 - Ville hellénistique : sol en mosaïque.

Fig. 38-39 - Portraits romains.

Fig. 40 - Restes d’une basilique paléochrétienne.

Fig. 41 - La colonne du grand temple d’Héra.

Notes de fin

1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (Coll. CJB, 15), 151-162.

2 Éphore des Antiquités pour les Cyclades et Samos

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Samos et la Mer Égée.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 2 - Carte de Samos.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3 - Plan des restes de l’antique ville de Samos, sous la ville moderne de Pythagoreion.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 4 - Plan de l’Héraion.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/940/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540