Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

L’Héraion de Samos : quelques aspects de l’évolution du sanctuaire du ve siècle à l’époque hellénistique. Essai d’interprétation1

Andreas Furtwängler

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 ( (...)
  • 1 Kron 1988. Vue d’ensemble récente : Kyrieleis 1993.
  • 2 Ph. Brize, dans ce volume. Pour une bibliographie des dernières 25 années de recherche : 0stby 1993 (...)

1L’étude des textes relatifs au culte d’Héra à Samos a abouti à des interprétations souvent controversées, en ce qui concerne, par exemple, l’hypothèse de quelques chercheurs, que les Héraia, les Tonaia et la célébration traditionnelle de la naissance de la déesse ne sont qu’une seule et même fête. De plus, certains éléments tels que la pannychis, les agônes, les processions n’ont pas encore été étudiés en profondeur. La meilleure synthèse sur les activités cultuelles au sein de l’Héraion de Samos est jusqu’à présent celle d’U. Kron. Toutefois, cette étude est principalement consacrée aux repas rituels d’époque archaïque en tant qu’élément central du culte lors des Héraia annuels1. Vient s’y ajouter l’étude du mobilier votif par Ph. Brize2.

  • 3 Apud Athénée, Deipnosophistai, XV, 672.
  • 4 Kron 1988, 139 sq.

2Les interprétations s’appuient d’une part sur un nombre important d’ex-voto, d’autre part sur des sources littéraires d’époque hellénistique et romaine, en particulier sur le récit étiologique de Ménodote de Samos3, qui raconte l’histoire locale et qui essaie d’expliquer les actes cultuels de son époque (c’est-à-dire du iiie siècle av. J.-C.). Le déroulement du culte tel qu’il a été reconstitué pour l’époque archaïque devrait être demeuré dans de nombreux détails le même à l’époque hellénistique, en particulier si l’on considère que les rites du culte des Tonaia peuvent être reconstitués à partir de ce document4.

3Loin de m’attarder ici sur l’aspect purement religieux, je vais essayer de tracer globalement l’évolution du sanctuaire, du ve siècle à l’époque hellénistique, une évolution sur laquelle les circonstances politiques ont joué un rôle qu’il faut se garder de sous-estimer.

4Alors qu’au vie siècle avant J.-C., l’Héraion présentait en permanence l’aspect d’un chantier de construction, avec de nombreuses offrandes par des particuliers, alors que dans son alsos, d’après les diverses céramiques cultuelles et festives trouvées lors des fouilles, on célébrait des Héraia très animés, l’intérêt pour le culte semble avoir décliné lors des ve et ive siècles avant J.-C. (toujours selon les résultats des fouilles). Un bref aperçu de l’histoire politique de l’époque permet d’expliquer les circonstances.

  • 5 Cf. Frise du grand temple : Buschor 1933, 17 sqq. ; Buschor 1957, 32 sqq. ; Samos XI, 225 sqq., n. (...)

5Les fondations du dernier grand temple archaïque d’Héra ont en toute certitude été établies sous Polycrate, peu avant 522 avant J.-C. Sous Syloson et Aiakes, ses successeurs imposés par les Perses, les travaux de construction ont continué5.

  • 6 Cf. Kouros Vathy Inv. 77 : Samos XI, 207 sqq., pl. 86-97 ; 212 sqq., pl. 89 (tête de koré de style (...)

6Après la révolte ionienne de 494, Samos demeura, en tant qu’État faisant partie de la satrapie de Sardes, redevable d’un tribut, mais fut en contrepartie épargnée jusqu’aux guerres médiques. C’est l’époque dont proviennent quelques offrandes monumentales, de tradition archaïque, mais transmise dans un style sévère6.

7C’est un régime aristocratique qui s’installe lors de l’intégration de Samos à l’Alliance maritime de 480/479 qu’on a coutume de désigner sous le nom de ligue de Délos. Toute construction cessa pratiquement dans le sanctuaire. Bien des auteurs parlent d’une période de stagnation ou même de décadence aux ve et ive siècles avant J.-C. et l’expliquent par l’hégémonie attique.

  • 7 Krateros (FGrHist 342 F 21) ; cf. Shipley 1987, 115.
  • 8 K. Tsakos, ADelt 32/1, 1977 (1982), Meletai 78. V. également Kyrieleis 1981, 49.
  • 9 La datation est basée sur l’utilisation du sigma à trois barres ; l’emploi du sigma à quatre barres (...)

8Cela doit être vrai au moins dès le milieu du ve siècle. Il suffit de penser à l’antipathie des Samiens pour les Athéniens peu avant 450 : celle-ci est, entre autres, due au fait qu’Athènes vient de confisquer des terres très fertiles aux aristocrates rebelles dans le Kambos Choras7, y compris dans la plaine située entre le sanctuaire d’Héra et la ville, pour les attribuer aux dieux tutélaires de l’Attique et les donner à bail à des colons athéniens. Preuves en sont les nombreuses bornes de délimitation, ou horoi, provenant du temenos d’« Athéna déesse protectrice d’Athènes » ou ΗΟΡΟΣ : ΤΕΜΕΝΟΣ ΑΘΗΝΑΙΑΣ ΑΘΕΝΩΝ ΜΕΔΕΟΣΕΣ (« d’Athéna protectrice des colons athéniens »), d’« Ion d’Athènes » ou des « Héros éponymes des Athéniens »8. Il est tout à fait curieux que ce soient justement des terres agricoles situées dans les parties les plus fertiles de la plaine de Chora, touchant pratiquement les limites Est et Nord-Est du sanctuaire et certainement placées sous la protection de la déesse, qui aient été soudain dédiées à des divinités et héros athéniens. Certains de ces horoi sont antérieurs au milieu du siècle9. Visiblement, la présence des nouveaux tenanciers athéniens, dont les terres prises à ferme s’étendaient alors tout autour du téménos, avait entraîné une régression notable des revenus du sanctuaire, qui devait déjà avoir perdu de son importance à l’époque.

9Cette mutation postérieure aux guerres médiques est également visible par trois éléments que je n’ai pas encore mentionnés : par une diminution sensible d’offrandes privées, par l’abandon complet de la vaisselle rituelle traditionnelle et finalement par l’importance croissante des agônes sportifs au cours de la grande fête d’Héra.

  • 10 En dernier lieu : Kienast et al. 1985, 369 sqq. et Kienast 1992, 193 sqq.

10En ce qui concerne le premier point, il faut d’abord noter que le sanctuaire reçoit un axe est- ouest, déjà commencé au début du vie siècle et qui va modifier sa structure. Il s’agit de la “voie sacrée”10. L’aménagement de cette route jusqu’à la ville de Samos sera terminé à la fin de l’époque archaïque, la voie Nord étant bientôt négligée, alors que la voie Sud ne sera même plus utilisée. Ce n’est qu’à cette époque que la Hiera Odos prendra toute son importance. Elle est un symptôme évident de la mainmise croissante de la ville de Samos sur le sanctuaire, à l’origine indépendant.

  • 11 Voir Siewert 1992, 12.

11Au départ, tout comme sur l’Acropole d’Athènes, les offrandes d’origine privée étaient les plus nombreuses. Avec la fin des derniers tyrans, le téménos de la déesse de Samos, comme celui de la déesse d’Athènes, verra les monuments érigés par l’État devenir prédominants. A Athènes, ce phénomène commence en 506, après les réformes de Clisthène : sur l’Acropole, les Fils d’Athènes (et donc pour la première fois l’État athénien) érigent un monument en commémoration de la victoire sur Chalcis et les Béotiens11.

  • 12 Klaffenbach 1926, 26 sqq : liste des Samiens tués lors de la bataille ? Buschor 1931, 425. Beazley (...)

12A l’Héraion de Samos, le premier monument érigé par l’État, est - à notre connaissance - la statue de Maiandrios, offrande d’époque classique, remaniée et réparée à l’époque hellénistique. L’inscription sur un fragment de la base relate qu’à la tête du contingent samien, lors de la bataille de l’Eurymédon en 469, Maiandrios a conquis huit navires ennemis dont les aphlasta décoraient le monument érigé en son honneur12.

  • 13 V. en dernier lieu : Walter 1990, 83, fig. 92 ; cf. Kienast 1992, 193, n. 100.
  • 14 La cause n’est pas uniquement la grande quantité de monuments et donc la place restreinte à disposi (...)

13A l’époque archaïque, les ex-voto en forme de navires entiers, émanant de particuliers servaient à commémorer les exploits de certains aventuriers ou tout simplement de personnalités samiennes, mais symbolisaient également les liens que ressentaient les dédicants à l’égard de la déesse de l’île13. La nature de ces offrandes évolue donc, dans la mesure où le caractère individuel du rapport à la divinité cède le pas à la glorification politique de l’État. Il ne s’agit pas d’une évolution purement locale des habitudes en matière d’offrandes, mais d’un phénomène d’époque que l’on observe dans d’autres sanctuaires également. Les anathèmata monumentaux ne peuvent visiblement plus être dédiés tout simplement par des particuliers, mais seulement dans un cadre prescrit par le sanctuaire sous tutelle des autorités publiques14.

  • 15 Selon l’ordre de bail (époque hellénistique) : Habicht 1972, 191 sqq., N. 9, 1. 15 sq. ; Transier 1 (...)

14Au plus tard en 479 avant J.-C., à mon sens, a dû être mise en place une réforme du culte qui n’a pas seulement modifié les consécrations et offrandes, mais également les rites solennels des fêtes d’Héra. Le culte a, en tout état de cause, été mis plus qu’auparavant au service de l’État et de la démonstration de son prestige. Cela signifie des rapports plus étroits entre le sanctuaire et l’État, une perte d’autonomie, dans l’administration également, peut-être du fait de l’ingérence des administrations de l’État dans le domaine des finances, dans la composition du collège des “gardiens du Temple”, les neopoiai, ou du fait de la nomination du ταμίας τν ερν, donc d’un fonctionnaire de l’État samien, supervisant les recettes du sanctuaire15.

  • 16 Kron 1988, 292 sqq.

15Passons au deuxième point, donc à l’abandon complet de toute la vaisselle rituelle utilisée traditionnellement, en particulier lors des fêtes d’Héra. Jusqu’au début du ve siècle av. J.-C., des coupes plates, tasses, coupes ioniennes, cruches et amphores, d’abord souvent ornées de dipinti HPH ou ΗΔ, plus tard laissées à l’état brut, sans décorations, constituaient la vaisselle rituelle typique de l’Héraion16. Un nombre incalculable de récipients de ce type, dont la forme semble imitée en partie de modèles mycéniens (tasses) a été trouvé dans les remblais.

  • 17 Samos III, 81 sqq.

16La baisse sensible de leur qualité à la fin de l’époque archaïque laisse à penser que leur valeur d’usage avait nettement régressé par rapport à leur valeur rituelle, c’est-à-dire que les céramiques affectées aux libations, repas cultuels, ablutions, et autres ne servaient plus qu’à effectuer des actes purement symboliques17. En 480 avant J.-C. au plus tard, cette céramique avait brusquement disparu. La seule raison envisageable est qu’à la suite d’une réforme, la fête d’Héra avait pratiquement perdu son caractère purement populaire.

  • 18 Ce n’est qu’à la fin du ve siècle et avec l’écroulement des anciennes structures (de tribus) que la (...)

17L’Héraion de Samos n’est pas un cas unique. Même à Olympie, suite à la réforme des festivités de 476, la πανήγυρις, à l’origine l’un des éléments les plus importants du culte de Zeus olympien, avait été reléguée au second plan derrière les agônes olympiques18. Ce phénomène nous amène directement à ma troisième constatation, à savoir l’importance croissante des agônes dans les fêtes d’Héra au ve siècle avant J.-C.

  • 19 Kyrieleis 1978a, 171 sqq., pl. 51-54.
  • 20 Les remparts furent en partie démolis après la prise de la ville par Périclès à la suite de laquell (...)
  • 21 Que ce soit la famille ou la polis qui dédia cet anathèma, il s’agit de toute façon d’une sculpture (...)
  • 22 Cargill 1983, 321 sq. ; Shypley 1987, 130.

18Une tête de jeune athlète, ceinte d’une bandelette de victoire, qui fut trouvée dans l’Héraion en 1976 et dont H. Kyrieleis a souligné la parenté avec les œuvres de Polyclète19, illustre cet aspect. Ce n’est certainement pas un hasard si (même après les troubles politiques de 441-439 qui entraînèrent le remplacement du régime des dynatotatoi par un gouvernement pro-athénien)20 de telles statues furent consacrées au sein de l’Héraion, ces offrandes soulignant le caractère “agonal” des grands Héraia qui se tenaient probablement tous les quatre ans21. Ceci vaut certainement aussi pour les années mouvementées couvrant la rébellion aristocratique de 433, la révolte du dêmos de 412, au cours de laquelle de nombreux aristocrates et dynatotatoi furent tués ou envoyés en exil à Anaia et l’avènement de l’oligarchie en 411 : Samos resta plus ou moins dépendante d’Athènes ou alliée avec elle, par opportunisme politique. Athènes accorda même l’indépendance à Samos, dont les habitants reçurent les mêmes droits que les citoyens attiques, dont celui de s’établir à Athènes22.

  • 23 23 Kyrieleis 1978a, 178 ; Homann-Wedeking 1969, 558.
  • 24 Homann-Wedeking 1969, 555 sq., fig. 6. Pour Kyrieleis 1978a, 179, il serait difficile de décider s’ (...)
  • 25 Trouvée à l’Est de la voie N-S, en remplois ; situation stratigraphique : iie s. av. J.-C., cf. Sam (...)
  • 26 Samos IV, 43, note 6 avec bibliogr.
  • 27 Le nom du vainqueur était certainement mentionné sur la statue même. Base et statue du pancratiaste (...)

19Au sujet d’une autre œuvre témoignant de l’importance des agônes sportifs dans les grandes fêtes d’Héra, E. Homann-Wedeking parle d’un « dialecte ionien dans l’art classique »23. Il s’agit d’un torse d’athlète24, trouvé à proximité d’une base de statue de pancratiaste25. Sur la face avant, cette base porte l’inscription τ]ι παγκρατίωι τετράκις Λυσάνδρεια [νικα] ( ?)26. L’inscription commémore donc la quatrième victoire au Pancration, lors des Lysandreia27.

  • 28 Les Lysandreia furent tenus 4 fois au plus. Le régime de Lysandre touche à sa fin en 394 au plus ta (...)

20Mais que sont les Lysandreia ? Nous savons que Lysandre fut le premier Grec à avoir été de son vivant vénéré comme un dieu. Et c’est aux mains de celui-ci que Samos tomba en 403, à la suite de la guerre du Péloponnèse et après la capitulation d’Athènes. Ainsi, il ne nous surprendra pas que les Héraia aient été rebaptisés Lysandreia en 403. Mais ce changement de nom nous montre aussi à quel point le culte d’Héra avait déjà perdu de son importance à l’époque (et avec lui la fête d’Héra la plus significative, les grands Héraia), à quel point l’influence attique, puis Spartiate, présidait aux destinées de l’île et à quel point la conscience samienne, fortement liée au culte d’Héra, avait perdu le sens de sa propre valeur. La digne déesse de l’île ne représentait plus le destin des Samiens. Elle avait perdu son rayonnement politique et patriotique28.

  • 29 Comme par exemple le capitaine Hegesagores( ?), qui - d’après un document de l’Héraion (Shipley 198 (...)

21Quant aux ex-voto plus modestes, on en trouve une quantité significative au début du ve siècle : amphores panathénaïques, céramiques attiques de qualité, donc à une époque à laquelle de grands militaires samiens étaient honorés publiquement à l’Héraion29. Toutefois, on ne peut dire qu’au cours des années, le sanctuaire appauvri n’ait plus attiré personne.

  • 30 Les terres cuites de l’Héraion n’ont pas encore fait l’objet d’une publication d’ensemble ; cf. Sam (...)

22On y trouve encore de modestes offrandes votives : des objets sacrificiels, des offrandes propitiatoires ou votives de la population campagnarde, le plus souvent sous la forme de terres cuites, dont certaines ont des formes évoquant avant tout la fécondité : fragments de bustes féminins, de vieillards occasionnellement pourvus de phallus en érection aux proportions exorbitantes, de bestiaux (avant tout de race bovine), pour n’en mentionner que quelques types30.

  • 31 Buschor 1953b ; Berger 1970, 89 sqq ; Kyrieleis 1981, 129 sq.

23Les pressions politiques exercées par Athènes et l’étouffement des sentiments patriotiques et religieux n’épargnèrent certainement pas l’Héraion de Samos ; engagée à démontrer les soi-disant bonnes relations bilatérales, Athènes consacra un groupe colossal en bronze, qui se dressait bien en vue, au sud de la voie sacrée, et qui était dû à l’artiste Myron. On suppose qu’il reposait sur un long socle, légèrement courbe. Il représentait l’introduction d’Héraklès à l’Olympe par Athéna, Zeus se trouvant au centre du groupe31. Bien que le sujet ne fasse évidemment pas allusion au XVe chant de l’Iliade (v. 18 et suivants), où il est question de la haine que porte Héra à Héraklès, et en punition de laquelle Zeus pend la déesse à la voûte céleste, et bien qu’il évoque au contraire la conciliation entre Héra et Héraklès, il restait en quelque sorte une provocation pour tout bon fidèle samien, quelle que fût la qualité artistique de l’œuvre : car Héra est remplacée dans son propre sanctuaire par Athéna, nouveau symbole constituant des nouvelles “relations amicales” réclamées en 439/438 par Athènes.

  • 32 Konon n’était pas un inconnu à Samos, il séjourna sur l’île déjà en 407/406 (Xen., Hell., 1.5.18,20 (...)
  • 33 Pausanias, 6.3.16.

24La période trop brève d’indépendance dont jouirent les Samiens, de 394/393 à 38432, et qu’ils devaient à Konon, n’enraya qu’à peine la décadence de l’Héraion. Il est intéressant de noter, toutefois, que les Samiens firent élever dans le temenos la statue de leur libérateur, en l’honneur de celui-ci et de la déesse33.

  • 34 Symmachie démontrée par les émissions monétaires : Barron 1966, 117 sq. : legende ΣϒΝ.
  • 35 Seconde alliance maritime (384 av. J.-C.) : Samos n’était pas un confédéré ; Athènes n’avait donc, (...)
  • 36 Buschor 1957, 23 ; pl. 25, 1.3.
  • 37 Samos III, 159, n. 35, pl. 13, 3-4 ; têtes de gorgones identiques à Lesbos, Panticapée, Rhodes et S (...)

25Lors de l’époque de la Symmachie avec sept autres états de l’Egée orientale34 et jusqu’à la paix royale de 387/386, l’esprit patriotique aurait dû être renforcé par des offrandes et consécrations au sein du sanctuaire35. Toutefois, les objets trouvés ne permettent pas de conclure avec certitude sur l’état du culte à cette époque, de même que pour la période suivante, allant jusqu’à 366 avant J.-C., au cours de laquelle les possessions du sanctuaire dans la Pérée (donc en Asie mineure) durent être cédées à la Perse et l’Héraion se trouva sous l’influence de Mausole. On n’a retrouvé que quelques rares fragments ; ainsi, un chapiteau d’ante36 dont on n’a pas pu déterminer le bâtiment d’origine, et une antéfixe au type de gorgoneion qui aurait pu être mise en place lors de la réparation du toit du bâtiment Nord37. Ceci témoigne d’une faible activité de construction, sporadique, ou du fait que le sanctuaire était tout juste entretenu.

  • 38 D’après Douris et Herakleides Pont., Polit. 10.7, apud Arist., Frgt. 611.35, tous les citoyens sami (...)
  • 39 Cf. infra, note 69.
  • 40 Dunst 1971, 101-107.
  • 41 Samos III.

26Après l’occupation de Samos par les Athéniens en 366/365, sous Timothée, et les envois massifs de Samiens en exil, la décadence du sanctuaire s’accéléra. Suite à la clérouquie rétablie à Samos, donc à plusieurs vagues d’immigration attiques38, la déesse insulaire perdit de sa signification. Globalement, Samos était complètement dominée et en grande partie habitée par les Athéniens. Les bâtiments du sanctuaire tombaient en ruine, l’Héraion ne disposait pas de ressources financières ni ne prélevait de contributions pour la réparation du Grand Temple, chose qui devint habituelle après la renaissance du culte à l’époque hellénistique39. Qu’un certain Maiandrios, fils de Charops, ait fait une donation en 346/345 montre qu’Héra de Samos avait un petit cercle de fidèles provenant de grandes familles et qui se trouvaient encore sur l’île40. Son offrande, un lit, est inscrite à l’inventaire bien connu datant de 346/345 avant J.-C., où il est question du kosmos tes theou. Il semble que par cette liste, on ait voulu conserver une trace de toutes les possessions de la déesse : robes, manteaux, mitres, fauteuils, lit et instruments sacrificiels, mais aussi noter tout ce qui manquait déjà ou se trouvait emprunté ou endommagé, en raison des problèmes de l’époque. En même temps, l’oikema ou thesauros, deuxième du sanctuaire par sa taille, que constituait le bâtiment Nord, menaçait tellement de tomber en ruine que l’on dut le démolir quelques années plus tard41. Pour les archéologues, il n’en restait que les substructions.

  • 42 Horn 1972, 6 et n. 102a.

27Sur un décret honorifique trouvé à proximité et provenant certainement du sanctuaire, on voit Athéna en train de couronner un mortel42. Ceci prouve que le temenos d’Héra servait de place publique, où certains décrets n’avaient plus aucun rapport direct avec la déesse.

  • 43 Antigonides, Tyrannie de Kaios et de Douris sous Lysimaque, Ptolémée I et II, avec un intermède sél (...)
  • 44 Le récit étiologique de Ménodote (supra, n. 3) date comme la grande part des textes relatifs au cul (...)

28Après le retour (en 321) des Samiens exilés dont Alexandre avait pris la défense, le dêmos samien se retourna volontairement vers les vieilles traditions et vers sa grandeur passée. C’est de cette période que nous avons conservé le plus grand nombre de documents : dédicaces, offrandes monumentales, décrets honorifiques, inscriptions publiques et votives. Il est également clair que l’on tenait beaucoup à raviver les éléments anciens du culte et à les expliquer à la jeune génération, malgré les nombreux bouleversements politiques qui affectaient Samos43. Pensons aux épigrammes de Nikainetos, de Callimaque et, avant tout, au récit étiologique de Ménodote44.

  • 45 Le bâtiment nord tombé en ruine fut complètement démoli (cf. Samos III) ; on retrouve les matériaux (...)
  • 46 Kienast 1989, 257 sqq. et Kienast 1992, 198 sq., fig. 28.
  • 47 Transier 1985 ; Habicht 1972 ; Thür/Taeuber 1978 ; décret d’époque d’Euergetes 246-221 ; Habicht 19 (...)
  • 48 D’après une lettre d’Euergetes où il est question de certaines personnes ayant cherché refuge au sa (...)
  • 49 Pour les possessions d’Héra dans la Pérée samienne et à Anaia : S/G3 III, 976.

29On remit de l’ordre dans le sanctuaire, on démolit les édifices tombés en ruine45, on répara les bâtiments les plus importants pour le culte comme probablement le monoptère46, en face du grand temple, dont on possède quelques chapiteaux d’époque hellénistique ; on organisa des ressources en louant des boutiques au sein du temenos47, en prélevant des amendes, par exemple quand le règlement concernant ces locations n’était pas respecté, en faisant payer les réfugiés48, en obtenant des donations de certains particuliers et des recettes sur les possessions extérieures49.

  • 50 Kyrieleis 1978b, 385 sqq. ; Kyrieleis 1981, 103.
  • 51 Kyrieleis 1980, 342, fig. 8.
  • 52 En dernier lieu : Kienast 1992 et Kyrieleis 1981, 130 : « Schatzhaus ».

30L’activité de construction resta pourtant modeste : on n’a reconnu jusqu’à présent qu’un bâtiment circulaire, supposé être un neopoion50, un petit édifice à antes situé à l’Est de ce dernier51, le “bouleuterion” et un autre petit bâtiment à antes au bord de la voie sacrée52.

  • 53 Kienast et al. 1985, 368 sqq. : « es ist anzunehmen, daß die Basen bis in die Spätzeit des Heiligtu (...)

31Mais avant tout un grand nombre de statues furent offertes : bon nombre d’anathèmata, en partie des statues archaïques monumentales, des chaudrons et trépieds se trouvaient encore là à l’époque hellénistique53. On entreprit alors de combler les lacunes.

  • 54 Kienast et al. 1985, 395 sqq. et fig. 24.
  • 55 Schleif 1933,217.
  • 56 Transier 1985, 105 sqq.

32Rien que sur la partie dégagée en 1980/81, 8 assises d’époques hellénistique se trouvent le long de la Hiera Odos, dont trois portaient des anathèmata collectifs54. H. Schleif comptait à proximité du grand autel près de 140 assises55 : une véritable forêt de statues et de blocs portant des inscriptions furent érigées dans le sanctuaire pour des raisons variées. Au cours des premières années suivant la libération, il s’agissait surtout d’honorer les citoyens d’autres villes qui avaient aidé les exilés à rentrer à Samos, comme Antiléon, fils de Léontines de Chalcis, auquel le dêmos consacra une couronne d’or et une statue de bronze. Ces témoignages les plus anciens de l’État samien reconstitué portent la formule « τό δ τό ψήϕισμα τόδε ναγράψαι ες τό ερόν τς ρας ». Les documents importants de l’État étaient donc placés sous la protection de la déesse56. En règle générale, les statues dédiées portaient la mention ρηι.

  • 57 Base de statue d’Aristarchos, offerte par son fils Zobios : Buschor 1953a, 13 sqq., II pl. 2,2.
  • 58 Habicht 1957, 223.
  • 59 Par ex., grand bronze de Berenice en tant que princesse ptolémaïque, avant d’avoir épousé Antiochos (...)

33On trouve dans ce groupe une deuxième série de statues, des bronzes représentant des Neopoiai ou gardiens du temple. On a retrouvé des bases de statues de bronze offertes par les membres de leurs familles57. De plus, le même collège avait offert en commun une statue monumentale, probablement d’Héra58. Certes, on trouve aussi de nombreuses inscriptions vantant les mérites ou les bienfaits de ceux que l’on honorait par là : il s’agit, par exemple, de statues représentant certains membres des familles royales Lagides, Attalides ou de leurs généraux et hauts fonctionnaires royaux, comme, par exemple, du général d’Attale II, Philopoimen, mais aussi des fonctionnaires samiens et d’autres personnalités moins connues59.

  • 60 Par ex., par un certain Spartos en l’honneur de Thrasea, fille de Diodote, dont la base portait une (...)
  • 61 Surtout à la suite de la bataille de Kouropedion, de la domination ptolémaïque puis séleucide (259 (...)
  • 62 Par ex., tremblement de terre en 199/198 av. J.-C.

34Ces anathèmata furent érigés par le dêmos samien, ou par des membres de leurs familles60 ou alors par des étrangers. Bien sûr, les bouleversements de l’histoire, l’élimination par les régimes en place de certaines statues, de décrets honorifiques et d’inscriptions votives devenus indésirables61 ainsi que les catastrophes naturelles62 sont à l’origine de maintes lacunes dans les témoignages qui nous sont parvenus : en tout cas, l’Héraion était devenu avant tout le lieu de représentation politique de l’État samien : à une époque où la croyance dans les dieux anciens de la Grèce s’affaiblissait, la relation directe des individus à la déesse de l’île se trouvait complètement reléguée au second plan.

  • 63 Buschor 1957, 11 sqq.
  • 64 Encaissement du fermage : Habicht 1972, n. 9, 15f. Transier 1985, 67 ; à propos des oίξετασταί, v (...)
  • 65 Depuis le iie siècle av. J.-C. au plus tard.

35En fait à l’époque hellénistique, la mainmise de l’État samien sur le sanctuaire était à prévoir dès le départ, donc au plus tard en 320. Ceci ressort de la structure de son administration. Certes, la commission des gardiens du temple63, renouvelée annuellement par vote ou par tirage au sort, exerçait le pouvoir judiciaire, mais le tamias tôn hierôn, fonctionnaire de l’État samien, encaissait le fermage. De plus, l’instance d’appel pour ceux qui avaient été punis par les neopoiai (pour infraction au règlement des locations dans l’Héraion) était constituée par les exetastai, qui faisaient partie de l’administration financière de l’État samien64. Auparavant, les frais occasionnés par les grandes fêtes d’Héra avaient été probablement couverts par les recettes normales du sanctuaire. Mais dès la fin du ive siècle au plus tard65, il fallut les financer au moyen de liturgies.

  • 66 Schede 1919, 25, n. 13. La vaisselle cultuelle de tradition purement hellénistique ne se distingue (...)

36Les éléments rituels du culte d’Héra samienne revinrent au premier plan ; ainsi l’imbrication étroite du religieux et des pratiques alimentaires : un certain Boulagoras est honoré parce qu’il a aidé financièrement le (pauvre) dêmos, probablement pour la cuisine ritualisée lors des Héraia66.

  • 67 Cf. poupées de Samos : Samos IV, n. 62-70, pl. 42. Leyenaar-Plaisier 1979, pl. 8-9, n. 247-256. Pou (...)

37Quant aux ex-voto plus modestes, on en trouve une quantité significative : outre les offrandes propitiatoires ou votives de la population campagnarde, il faut retenir une grande quantité de poupées aux bras mobiles représentant des jeunes filles nues assises qui évoquent certainement un rite de passage67.

  • 68 Dunst 1967, 225 sqq., 1. 7. Pour ce qui est du rapport Héra-Aphrodite à Samos, cf. Samos III, 65 av (...)
  • 69 Dunst 1967 ; Transier 1985, 70-75. Les ethniques sur la liste des vainqueurs font preuve d’une répu (...)
  • 70 Habicht 1972, 193, n. 1 ; Buschor 1953a, 12-14 : « Groupe de personnes de la upperclass » (Shipley (...)
  • 71 Le terroir fertile de l’Anaïtis située entre la Mykale, le Panionion et Marathesion (Kuçadasi) étai (...)
  • 72 Preuner 1921, 14-19, n. 29 ; SEG, 1, 367, 2 (v. 230 av. J.-C.) : une liste en provenance de l’Hérai (...)

38Pour les agônes artistiques et sportifs de la grande fête d’Héra, au cours desquels a lieu une course aux flambeaux en l’honneur d’Aphrodite68, il y a trois arbitres qui remplissent des fonctions liturgiques69. Et pour finir, à l’époque hellénistique, même les neopoiai remplissent des fonctions liturgiques. Le collège annuel était recruté parmi les riches. Sur les dix neopoiai en fonction entre 260 et 150 av. J.-C. et dont les noms nous sont connus, six avaient d’autres charges publiques : ils faisaient partie de la classe politique au pouvoir70. Certes, aux termes d’une loi du début du iie siècle, le sanctuaire prélevait 5 % des céréales récoltées à Anaitis et sur l’île71. Mais les subsides de l’État étaient apparemment si faibles qu’il fallait toujours recourir aux contributions de particuliers pour faire réparer le Grand Temple72.

39Les phénomènes décrits nous donnent un aperçu de l’évolution du sanctuaire et des changements intervenus dans certains rites cultuels et les habitudes en matière de contributions et consécrations du ve siècle à la période hellénistique. A partir de là, je pense que la documentation, c’est-à-dire les ex-voto, l’architecture et les textes permettent de faire le résumé de nos observations.

40Tout d’abord, le culte comporte un caractère essentiellement local, samien, même si l’on a essayé de lui donner une importance qui dépasse ce cadre. Héra reste en premier lieu la grande déesse insulaire de la végétation et de la fécondité et les fidèles samiens se sentent liés à elle tant sur le plan individuel que collectif.

41L’État insulaire, avec la disparition de la tyrannie à la fin de l’époque archaïque, exerce une influence croissante sur le destin du sanctuaire. A mon sens, c’est au plus tard lors de l’intégration de Samos dans la Ligue ionienne qu’une réforme vient modifier la position du sanctuaire au regard de la loi. Certaines traditions liées aux fêtes sont abandonnées et les éléments liés aux agônes revêtent une importance croissante dans le domaine rituel. L’Héraion devient progressivement un lieu où les Samiens conscients d’eux-mêmes viennent exposer aux yeux publics leur prestige politique, une évolution que l’on peut aussi considérer comme un phénomène général de l’époque.

42L’importance du culte d’Héra et donc de l’Héraion diminue dès le milieu du ve siècle. La politique extérieure d’Athènes, qui aspire à l’hégémonie, a pour effet la répression du culte d’Héra, à cause de son aspect patriotique pour les Samiens. Athènes emploie des mesures sévères, réduisant probablement les ressources propres du sanctuaire et s’ingérant dans son administration. Des donations destinées à provoquer l’opinion, comme le groupe Athéna- Zeus-Héraklès de Myron, sont de pur ordre politique et montrent l’indifférence d’Athènes au culte insulaire.

43A l’exception de quelques courts intermèdes, l’histoire de l’Héraion est marquée par la stagnation ou le déclin. Après l’établissement des clérouquies attiques et le bannissement de la majorité du peuple samien, en particulier des riches propriétaires terriens, ceux qui sont restés arrivent tout juste à dresser l’inventaire des possessions de la déesse, essayant de sauver ce qui peut encore l’être.

44Tout de suite après le retour des Samiens en exil, le dêmos reprend des traditions ancestrales rappelant sa grandeur passée, lors du temps de son entrée dans la Ligue ionienne. Le détournement du sanctuaire à des fins politiques devint plus flagrant, ce qui se reflète dans la structure de son administration. Malgré toutes les réserves en ce qui concerne de nouvelles constructions (le sanctuaire ne disposant plus que de moyens limités), l’Héraion est transformé sans vergogne en lieu de glorification du pouvoir politique samien, ce que montrent entre autres les innombrables statues, donations du dêmos samien ou d’étrangers, et les objets consacrés offerts par les familles riches de Samos. Certes, des éléments rituels du culte d’Héra sont remis à l’honneur : les usages des fêtes d’Héra et des agônes permettent à de riches citoyens de Samos de prendre en charge des liturgies afin de s’assurer une place “immortelle” dans le sanctuaire par les honneurs qui leurs seront faits avec mention de leur nom.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barron 1966 : BARRON (J. B.), The Silver Coins of Samos. London, 1966.

Bauchhenss et al. 1973 : BAUCHHENSS (Chr.), BECKEL (G.), COLONNA (G.), Nachrichten aus dem Martin von Wagner Museum in Würzburg. AA, 88, 1973, 1-30.

Beazley 1933 : BEAZLEY (J. D.), apud Wade-Gery 1933.

Berger 1970 : BERGER (E.), Auszug aus dem Jarhesbericht des Basler Antikenmuseum. AK, 13, 1970, 86-91.

Burr-Thompson 1963 : BURR-THOMPSON (D.), Troy. The terracotta Figurines of the Hellenistic period. Princeton, 1963 (Suppl. Monogr. 3).

Buschor 1931 : BUSCHOR (E.), Maiandrios. Philologus, 86, 1931, 424-426.

Buschor 1933 : BUSCHOR (E.), Altsamische Grabstele. MDAI(A), 58, 1933, 22-46.

Buschor 1933 : BUSCHOR (E.), Heraion von Samos : Porosfriese. MDAI(A), 58, 1933, 1-21.

Buschor 1953a : BUSCHOR (E.), Samische Tempel-pfleger. MDAI(I), 68, 1953, 11-24.

Buschor 1953b : BUSCHOR (E.), Gruppe des Myron. MDAI(A), 68, 1953, 51-62.

Buschor 1957 : BUSCHOR (E.), Altsamischer Bausch-muck. MDAI(A), 72, 1957, 1-34.

Busolt / Swoboda 1926 : BUSOLT (G.), SWOBODA (H.), Griechische Staatskunde. Handb. der Altertumswiss. IV.1.13. München, 1926.

Cargill 1983 : CARGILL (J.), IG IF 1 and the Athenian Kleruchy on Samos. GrRomByzSt, 24, 1983, 321-332.

Dunst 1967 : DUNST (G.), Die Siegerliste der samischen Heraia. ZPE, I, 1967, 225-239.

Dunst 1971 : DUNST (G.), Verschleppte und nicht Verschleppte aus Samos. In : Acta of the 5th Int. Congress of Greek and Latin Epigraphy (Cambridge 1967). Oxford, 1971, 101-107.

Dunst 1972 : DUNST (G.), Archaische Inschriften und Dokumente der Pentekontaetie aus Samos. MDAI(A), 87, 1972, 99-163.

Gardner 1886 : GARDNER (P.), Inscriptions from Samos. JHS, 7, 1886, 147-156.

Habicht 1957 : HABICHT (Chr.), Samische Volksbeschlüsse der hellenistischen Zeit. MDAI(A), 72, 1957, 152-274.

Habicht 1972 : HABICHT (Chr.), Hellenistische Inschriften aus dem Heraion von Samos. MDAI(A), 87, 1972, 191-228.

Hausmann 1957 : HAUSMANN (U.), Akropolisscherben und Eurymedonkämpfe. In : Charites. Studien zur Altertumswissenchaft, E. Langlotz gewidmet (K. von Schauenburg hrsg.). Bonn, 1957, 149-162.

Homann-Wedeking 1969 : HOMANN-WEDEKING (E.), Neufunde im Heraion von Samos. AA, 1969, 551-558.

Hornblower 1982 : HORNBLOWER (S.), Mausolus. Oxford, 1982.

Kienast et al. 1985 : KIENAST (H. J.), KYRIELEIS (H.), WEISSHAAR ((H. J.), Ausgrabungen im Heraion von Samos 1980/81. AA, 1985, 364-450.

Kienast 1989 : KIENAST (H. J.), Ein verkanntes Antenkapitell aus dem Heraion von Samos. MDAI(I), 39, 257-263.

Kienast 1990 : KIENAST (H. J.), Das Heraion in hellenistischer Zeit. In : Akten des XIII Intern. Kongresses für Klassische Archäologie (Berlin, 1988). Mainz, 1990, 502-505.

Kienast 1992 : KIENAST (H. J.), Topographische Studien im Heraion von Samos. AA, 1992, 171-213.

Klaffenbach 1926 : KLAFFENBACH (G.), Samische Inschriften. MDAI(A), 51, 1926, 26-40.

Kron 1988 : KRON (U.), Kultmahle im Heraion von Samos archaischer Zeit. Versuch einer Rekonstruktion. In : Early Greek Cult Practice. Proceedings of the 5th Intern. Symposium at the Swedish Inst.at Athens, 26-29 June 1986 (R. Hägg, N. Marinatos, G.C. Nordquist eds.). Stockholm, 1988 (AIARS, 4°, 38), 135-148.

Kron/Furtwdängler 1983 : KRON (U.), FURTWÄNGLER (A. E.), Demetrios Poliorketes, Demetrias und die Magneten. In : Ancient Macedonia. III. Thessloniki, 1983, 147-168.

Kyrieleis 1978a : KYRIELEIS (H.), Ein samischer Athlet. MDAI(A), 93, 1978, 171-179.

Kyrieleis 1978b : KYRIELEIS (H.), Ausgrabungen im Heraion von Samos 1977. AA, 1978, 385-396.

Kyrieleis 1980 : KYRIELEIS (H.), Ausgrabungen im Heraion von Samos 1979. AA, 1980, 336-350.

Kyrieleis 1981 : KYRIELEIS (H.), Führer durch das Heraion von Samos. Athènes, 1981.

Kyrieleis 1993 : KYRIELEIS (H.), The Heraion at Samos. In : Greek Sanctuaries. New approaches (R. Hägg et N. Marinatos eds.). London, 1993, 125-153.

Leyenaar-Plaisier 1979 : LEYENAAR-PLAISIER (P. G.), Les terres cuites grecques et romaines. Catalogue de la collection du musée des Antiquités à Leiden. Leiden, 1979.

Mollard-Besques 1963 : MOLLARD-BESQUES (S.), Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs et romains. II. Myrina. Musée du Louvre et collections de l’Université de France. Paris, 1963.

Ostby 1993 : 0STBY (E.), Twenty-five years of research on Greek sanctuaries : a bibliography. In : Greek Sanctuaries. New approaches (R. Hägg et N. Marinatos eds.). London, 1993, 192-227.

Preuner 1921 : PREUNER (E.), Aus alten Papieren. MDAI(A), 46, 1921, 1-26.

Samos III : FURTWÄNGLER (A. E.), KIENAST (H. J.), Samos III. Der Nordbau im Heraion von Samos. Bonn, 1989.

Samos IV : ISLER (H. P.), KALPAXIS (T. E.), Samos IV. Das archaïsche Nordtor und seine Umgebung im Heraion von Samos. Bonn, 1978.

Samos XI : FREYER-SCHAUENBURG (B.), Samos XI. Bildwerke der archaischen Zeit und des strengen Stils. Bonn, 1974.

Samos XII : HORN (R.), Samos XII. Hellenistische Bildwerke auf Samos. Bonn, 1972.

Schede 1919 : SCHEDE (M.), Aus dem Heraion von Samos. MDAI(A), 44, 1919, 1-46.

Schleif 1933 : SCHLEIF (H.), Heraion von Samos : das Vorgelànde des Tempels. MDAI(A), 58, 1933, 211-247.

Schlörb-Vierneisel 1966 : SCHLÖRB-VIERNEISEL (B.), Eridanos-Nekropole. I. Gräber und Opferstellen hS 1-204. MDAI(A), 81, 1966, 4-111.

Schürmann 1989 : SCHÜRMANN (W.), Katalog der antiken Terrakotten im badischen Landesmuseum Karls- ruhe. Gôteborg, 1989.

Shipley 1987 : SHIPLEY (G.), A history of Samos. 800-188 B.C. Oxford, 1987.

Siewert 1992 : SIEWERT (P.), L’autocoscienza politica degli Ateniesi in epoca arcaica e la nascita del monumento nazionale dopo la caduta delle tirannide. In : Autocoscienza e rappresentazione dei popoli nell’antichità (M. Sordi éd.). Milano, 1992, 3-17.

Sinn 1991 : SINN (U.), Die Stellung der Wettkämpfe im Kult des Zeus Olympios. Nikephoros, 4, 1991, 31-54.

Thür / Taeuber 1978 : THÜR (G.), TAEUBER (H.), Prozessrechtlicher Kommentar zur ‘Krämerinschrift’ aus Samos. AnzÖAk, 95, 1978, 205-225.

Transier 1985 : TRANSIER (W.), Samiaka. Epigraphische Studien zur Geschichte von Samos in hellenistischer Zeit. Diss. Mannheim, 1985.

Wade-Gery 1933 : WADE-GERY (H. T.), Classical Epigrams and Epitaphs. A study of the Kimonian age. JHS, 53, 1935, 71-104.

Walter 1990 : WALTER (H.), Das griechische Heiligtum dargestellt am Heraion von Samos. Stuttgart, 1990.

Wiegand / Wilamowitz-Möllendorf 1904 : WIEGAND (Th.), WILAMOWITZ-MÖLLENDORFF (U. von), Ein Gesetz von Samos über die Beschaffung von Brotkorn aus öffentlichen Mitteln. SBAkad, 1904, 917-931.

Notes

1 Kron 1988. Vue d’ensemble récente : Kyrieleis 1993.

2 Ph. Brize, dans ce volume. Pour une bibliographie des dernières 25 années de recherche : 0stby 1993, 219-220.

3 Apud Athénée, Deipnosophistai, XV, 672.

4 Kron 1988, 139 sq.

5 Cf. Frise du grand temple : Buschor 1933, 17 sqq. ; Buschor 1957, 32 sqq. ; Samos XI, 225 sqq., n. 155-172, pl. 93-95 ; Kienast 1992, 184 sqq.

6 Cf. Kouros Vathy Inv. 77 : Samos XI, 207 sqq., pl. 86-97 ; 212 sqq., pl. 89 (tête de koré de style sévère, Vathy Inv. 76).

7 Krateros (FGrHist 342 F 21) ; cf. Shipley 1987, 115.

8 K. Tsakos, ADelt 32/1, 1977 (1982), Meletai 78. V. également Kyrieleis 1981, 49.

9 La datation est basée sur l’utilisation du sigma à trois barres ; l’emploi du sigma à quatre barres commence vers 446 av. J.-C. Les textes sont en dialecte attique, ce qui nous amène à situer les premiers horoi de ce genre vers 454 av. J.-C. La structure politique est proche de celle du temps de la clérouquie de 365 av. J.-C., sans être pour autant organisée comme telle ; v. à ce propos : Shipley 1987.

10 En dernier lieu : Kienast et al. 1985, 369 sqq. et Kienast 1992, 193 sqq.

11 Voir Siewert 1992, 12.

12 Klaffenbach 1926, 26 sqq : liste des Samiens tués lors de la bataille ? Buschor 1931, 425. Beazley 1933, 99 : selon la restitution du monument par J. D. Beazley le bouclier de Maiandrios aurait possédé un episemon en forme de huit aphlasta. En ce qui concerne la consécration de ce monument érigé par l’Etat, voir : Wade-Gery 1933, 98 ; Hausmann 1957, 149 sq. ; Barron 1966, 88 ; Dunst 1972, 149 sqq. Voir également : Kron / Furtwängler 1983, 160, critiquant la restitution du monument par G. Dunst.

13 V. en dernier lieu : Walter 1990, 83, fig. 92 ; cf. Kienast 1992, 193, n. 100.

14 La cause n’est pas uniquement la grande quantité de monuments et donc la place restreinte à disposition ; on se débarrassait déjà à l’époque archaïque d’anathèmata devenus inutiles.

15 Selon l’ordre de bail (époque hellénistique) : Habicht 1972, 191 sqq., N. 9, 1. 15 sq. ; Transier 1985, 67.

16 Kron 1988, 292 sqq.

17 Samos III, 81 sqq.

18 Ce n’est qu’à la fin du ve siècle et avec l’écroulement des anciennes structures (de tribus) que la πανγυρις avait totalement perdu son rôle de point de ralliement d’une communauté largement dispersée (Sinn 1991, 51). Mais les agônes avaient déjà commencé à supplanter la πανήγυρις suite aux réformes des festivités de 476 : Sinn 1991, 46 sqq.

19 Kyrieleis 1978a, 171 sqq., pl. 51-54.

20 Les remparts furent en partie démolis après la prise de la ville par Périclès à la suite de laquelle un montant de 1 400 talents fut perçu : cf. Shipley 1987, 121 sq.

21 Que ce soit la famille ou la polis qui dédia cet anathèma, il s’agit de toute façon d’une sculpture d’origine samienne.

22 Cargill 1983, 321 sq. ; Shypley 1987, 130.

23 23 Kyrieleis 1978a, 178 ; Homann-Wedeking 1969, 558.

24 Homann-Wedeking 1969, 555 sq., fig. 6. Pour Kyrieleis 1978a, 179, il serait difficile de décider s’il s’agit d’une sculpture d’époque classique ou d’une excellente copie romaine ; mais cf. note suivante au sujet de la base trouvée à proximité. Il est vrai que quelques noms de vainqueurs aux jeux de Delphes, d’Olympie ou d’Isthmia se trouvent inscrits sur certaines bases d’époque impériale, mais, pour le ve siècle, on pensera plutôt aux agônes lors des Héraia ; ces jeux attiraient - encore à l’époque hellénistique - de nombreux athlètes de villes et de régions lointaines.

25 Trouvée à l’Est de la voie N-S, en remplois ; situation stratigraphique : iie s. av. J.-C., cf. Samos IV, 43 sqq., pl. 31, 1-4 ; 32, 3-4.

26 Samos IV, 43, note 6 avec bibliogr.

27 Le nom du vainqueur était certainement mentionné sur la statue même. Base et statue du pancratiaste sont plus anciennes que l’inscription gravée après coup (404 av. J.-C. au plus tôt : Samos IV, 44 et n. 8).

28 Les Lysandreia furent tenus 4 fois au plus. Le régime de Lysandre touche à sa fin en 394 au plus tard, après la victoire d’Athènes sur les Spartiates près de Knide (victoire de l’Athénien Konon) : Shipley 1987, 134, contra Barron 1966, 104 (398). D’après Pausanias, 6.2.9, Mykon (début du ive s. : Shipley 1987, 151) aurait fait l’éloge des athlètes samiens, comme étant les meilleurs d’Ionie.

29 Comme par exemple le capitaine Hegesagores( ?), qui - d’après un document de l’Héraion (Shipley 1987, 111, avec bibl.) - aurait capturé en 458 à Memphis 15 navires ennemis.

30 Les terres cuites de l’Héraion n’ont pas encore fait l’objet d’une publication d’ensemble ; cf. Samos IV, n. 53-61, pl. 41-42.

31 Buschor 1953b ; Berger 1970, 89 sqq ; Kyrieleis 1981, 129 sq.

32 Konon n’était pas un inconnu à Samos, il séjourna sur l’île déjà en 407/406 (Xen., Hell., 1.5.18,20 ; 1.6.15,38 ; Diod., 13, 76).

33 Pausanias, 6.3.16.

34 Symmachie démontrée par les émissions monétaires : Barron 1966, 117 sq. : legende ΣϒΝ.

35 Seconde alliance maritime (384 av. J.-C.) : Samos n’était pas un confédéré ; Athènes n’avait donc, à l’inverse de l’empire perse, encore aucune influence sur l’île, la Pérée étant tombée aux mains des Perses lors de la Paix Royale. Nous ne savons pratiquement rien de l’époque d’env. 376 à 366 : Shipley suppose que les aristocrates exilés à Aneia faisaient pression sur Samos par l’intermédiaire de Mausole, afin de récupérer leurs anciennes possessions de la Pérée : cf. Shipley 1987, 136-137 ; 148.

36 Buschor 1957, 23 ; pl. 25, 1.3.

37 Samos III, 159, n. 35, pl. 13, 3-4 ; têtes de gorgones identiques à Lesbos, Panticapée, Rhodes et Sinope.

38 D’après Douris et Herakleides Pont., Polit. 10.7, apud Arist., Frgt. 611.35, tous les citoyens samiens auraient été remplacés par des clérouques athéniens, ce qui n’est certainement pas correct : v. à ce propos Shipley 1987, 141 sq. Cf. également, Hornblower 1982, 199, n. 132.

39 Cf. infra, note 69.

40 Dunst 1971, 101-107.

41 Samos III.

42 Horn 1972, 6 et n. 102a.

43 Antigonides, Tyrannie de Kaios et de Douris sous Lysimaque, Ptolémée I et II, avec un intermède séleucide, prise de la cité par Philippe V (201), déclaration de l’indépendance (196), paix d’Apamée (188) : Samos alliée de Rhodes et finalement guerre d’Aristonikos (133/129).

44 Le récit étiologique de Ménodote (supra, n. 3) date comme la grande part des textes relatifs au culte d’Héra samienne de l’époque hellénistique. Il est question du Lygos, de l’áxoos savs, donc de la statue primitive (Callimaque), du premier xoanon anthropomorphe sculpté, créé par un certain Olympichos (d’après l’historien samien Aethlios, ve s. av. J.-C.) ou par Smilis (d’après Pausanias, VII.4.4), des fêtes de naissance d’Héra (épigramme hellénistique, Anth. Gr., VI, 243) ou tout simplement de la parure de la « jeune mariée » (d’après Lactance, Institutiones divinae, I, 17, 8). Du point de vue historique, ces sources nous permettent d’interpréter certains éléments du culte à l’époque hellénistique, après le retour des Samiens exilés. Cf. pour l’interprétation de quelques documents : Kron 1988.

45 Le bâtiment nord tombé en ruine fut complètement démoli (cf. Samos III) ; on retrouve les matériaux en remploi, le matériel céramique fut ramassé afin de fortifier le niveau d’aplanissement : Kienast et al. 1985, 432 sq. Pour l’époque hellénistique, cf. Kienast 1990, 502 sq.

46 Kienast 1989, 257 sqq. et Kienast 1992, 198 sq., fig. 28.

47 Transier 1985 ; Habicht 1972 ; Thür/Taeuber 1978 ; décret d’époque d’Euergetes 246-221 ; Habicht 1957, n. 9. SEG 27, 545 ; Shipley 1987, 217 - location d’une boutique à l’Heraion ; 100 drachmes par année ; les restrictions sont significatives : - aucun esclave, - aucun soldat (c’est-à-dire vétéran), - aucun chômeur (apergos), - aucun suppliant (hiketes), - aucune personne sans moyens (aporos diakeimenos), n’a le droit de vendre quelque produit que ce soit, s’il ne dispose pas de terres (c’est-à-dire s’il n’est pas “geouchos”). Il est enfin intéressant de constater, que ces restrictions ne touchent ni l’origine ni la situation juridique du locataire (p. ex., esclave ou non). A propos des boutiques qui longent la via sacra·. Kienast et al. 1985, 436 sqq.

48 D’après une lettre d’Euergetes où il est question de certaines personnes ayant cherché refuge au sanctuaire, il semble que les esclaves en fuite furent accueillis comme suppliants : cf. Habicht 1957, n. 59 et p. 229. Shipley 1987, 217 sq.

49 Pour les possessions d’Héra dans la Pérée samienne et à Anaia : S/G3 III, 976.

50 Kyrieleis 1978b, 385 sqq. ; Kyrieleis 1981, 103.

51 Kyrieleis 1980, 342, fig. 8.

52 En dernier lieu : Kienast 1992 et Kyrieleis 1981, 130 : « Schatzhaus ».

53 Kienast et al. 1985, 368 sqq. : « es ist anzunehmen, daß die Basen bis in die Spätzeit des Heiligtums mehr oder weniger intakt blieben und auch weiterhin ihre Weihgeschenke trugen ».

54 Kienast et al. 1985, 395 sqq. et fig. 24.

55 Schleif 1933,217.

56 Transier 1985, 105 sqq.

57 Base de statue d’Aristarchos, offerte par son fils Zobios : Buschor 1953a, 13 sqq., II pl. 2,2.

58 Habicht 1957, 223.

59 Par ex., grand bronze de Berenice en tant que princesse ptolémaïque, avant d’avoir épousé Antiochos Theos (Samos XII, 7), de Ptolémée IV Philopator (Samos XII) ou de Philopoimen (Samos XII, 26), en outre plusieurs statues de citoyens et de citoyennes, p. ex. celle de Philiskos (Samos XII, 7), du demiourgos, donc du fonctionnaire éponyme Spartos (Kienast et al. 1985, 447-448).

60 Par ex., par un certain Spartos en l’honneur de Thrasea, fille de Diodote, dont la base portait une statue féminine certainement drapée : Kienast et al. 1985, 447.

61 Surtout à la suite de la bataille de Kouropedion, de la domination ptolémaïque puis séleucide (259 av. J.-C.), lors de la deuxième guerre de Macédoine et l’occupation de l’île par Philippe V, pendant la guerre d’Aristonikos (133/129 av. J.-C.) et finalement au cours de l’expédition de Lucullus (86 av. J.-C.). Certains grands bronzes furent peut-être détruits lors d’un coup de main de pirates en 84 av. J.-C. Cf. Transier 1985, 7 avec n. 11.

62 Par ex., tremblement de terre en 199/198 av. J.-C.

63 Buschor 1957, 11 sqq.

64 Encaissement du fermage : Habicht 1972, n. 9, 15f. Transier 1985, 67 ; à propos des oίξετασταί, v. Habicht 1972, 223 sq.

65 Depuis le iie siècle av. J.-C. au plus tard.

66 Schede 1919, 25, n. 13. La vaisselle cultuelle de tradition purement hellénistique ne se distingue pas des céramiques communes.

67 Cf. poupées de Samos : Samos IV, n. 62-70, pl. 42. Leyenaar-Plaisier 1979, pl. 8-9, n. 247-256. Pour l’Héraion de Samos, il ne s’agit certainement pas de hiérodules, comme le suppose Burr-Thompson 1963, 88 sqq. Ce type de poupées (Type A d’après la typologie de Bauchhenss et al. 1973, 5) est très fréquent (tombes, sanctuaires : p. ex. Mollard-Besques 1963, pl. 9e-f ; Schlörb-Vierneisel 1966, pl. 60, n. 3 ; Schürmann 1989, 406 [avec bibliogr.], 407-408) et possède sa propre explication pour chaque sanctuaire : je suppose plutôt qu’à un certain âge, lors des cérémonies des Héraia, les jeunes filles pubères ornaient, décoraient et habillaient les poupées de ce type en fonction d’un rite de passage marquant leur aspiration au mariage. Les interprétations trop vagues de Ch. Bauchhenss (Bauchhenss et al. 1973, 6 sqq. ; déesses de fécondité) ne me persuadent pas.

68 Dunst 1967, 225 sqq., 1. 7. Pour ce qui est du rapport Héra-Aphrodite à Samos, cf. Samos III, 65 avec n. 229.

69 Dunst 1967 ; Transier 1985, 70-75. Les ethniques sur la liste des vainqueurs font preuve d’une réputation des agônes des Héraia allant bien au-delà des frontières du pays samien (sur ce point : Gardner 1886, 148).

70 Habicht 1972, 193, n. 1 ; Buschor 1953a, 12-14 : « Groupe de personnes de la upperclass » (Shipley 1987, 223), appartenant aux grandes familles : il est rare de rencontrer leurs noms avant 322 av. J.-C. Shipley 1987, 228 suppose que les aristocrates au pouvoir en 403 av. J.-C. ayant embrassé le parti perse ne sont plus rentrés sur l’île en 322 av. J.-C.

71 Le terroir fertile de l’Anaïtis située entre la Mykale, le Panionion et Marathesion (Kuçadasi) était le principal appui de ravitaillement, d’où provenait une grande partie des denrées : Busolt / Swoboda 1926, 434 sq. ; Wiegand/Wilamowitz-Möllendorf 1904, 917-931, A, 1. 24 sq. ; Transier 1985, 79 sqq.

72 Preuner 1921, 14-19, n. 29 ; SEG, 1, 367, 2 (v. 230 av. J.-C.) : une liste en provenance de l’Héraion avec la mention d’env. 50 personnes, dont les donations s’élevaient à env. 100 drachmes chacune, donc de 6 000 drachmes ou d’un talent. En outre ce cercle de personnes se déclarait être prêt à faire dön d’une somme analogue annuellement.

Notes de fin

1 In : Héra. Images, espaces, cultes. Actes du Colloque International de Lille (1993). Naples, 1997 (Coll. CJB, 15), 141-149.

2 Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540