Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

Annexe. Propositions pour une restitution du temple archaïque

Marie-Françoise Billot et M.-G. Froidevaux

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Le fond de plan des fig. 1 à 3 a été établi par l’architecte Poul Christensen d’après les plans pub (...)

1Quelques précautions méthodologiques s’imposent, plus théoriques, il est vrai, que pratiques : pour ces propositions de restitution1 comme pour les précédentes, les autres temples périptères archaïques, dont désormais celui d’Isthmia, constituent des références auxquelles le raisonnement renvoie. Mais ils ne sont pas nécessairement tous ni tout à fait des “modèles” pertinents, surtout pour un édifice dont la péristasis, si elle était en bois (ce qui, au contraire de l’entablement, n’est pas assuré), pouvait répondre à de tout autres contraintes et critères qu’une péristasis en pierre. Il ne faut, du reste, pas exclure qu’elle ait enveloppé un temple préexistant. Par ailleurs, le viie siècle nous apparaît comme une période de créations, dont nous ne connaissons pas encore tous les processus, encore moins d’éventuelles “règles” ; l’écart peut être considérable entre les références d’un architecte de cette époque et celles des archéologues qui connaissent les édifices ultérieurs. Enfin, il est de moins en moins assuré que l’architecture de pierre ait été à ses origines une “pétrification” de l’architecture de bois. Il n’est donc pas inutile de prévoir les possibles faiblesses méthodologiques d’un raisonnement que l’état actuel de nos connaissances archéologiques ne permet pourtant pas de conduire autrement.

  • 2 AH I, 111 n. 1, pl. VIII et fig. 50. Voir ci-dessus le texte principal, n. 73 et 88.

2Le “bothros” est une structure suspecte sur laquelle les rapports de fouille et la publication sont très discrets. Ce trou donne, à l’examen direct, l’impression d’avoir été ouvert après l’installation du dallage de la terrasse : des dalles ont été cassées et leurs débris retirés, mais sans que la structure des couches de dalles et la solidité globale du dallage aient été altérées. La “margelle”, l’embouchure et les parois de la cavité n’offrent en tout cas pas l’aspect régulier et aménagé que l’on croit lire sur le plan de E. L. Tilton ; du reste, celui-ci ne tient pas compte de ce trou dans sa restitution2. De deux choses l’une, ou bien il est postérieur à la destruction du temple, et les restitutions ne devraient pas en tenir compte ; ou bien son fonctionnement est lié à celui du temple, et les restitutions ne peuvent l’ignorer. Les propositions qui suivent en font état comme s’il était contemporain du temple, quitte à signaler aussi les dispositions que son absence rendrait possibles.

3Ces propositions s’appuient sur les cotes chiffrées reproduites sur les plans publiés par E. L. Tilton et P. Amandry, et sur quelques rares cotes mesurées sur le plan de E. L. Tilton. Ces dernières sont forcément imprécises ; mais fallait-il attendre un nouveau relevé de la plate-forme, plus précis et plus complet, pour présenter ces réflexions ? Le lecteur peut être surpris que les calculs maintiennent des nombres à trois décimales ; puisqu’en l’état actuel de l’information, ils ne sont ni plus ni moins exacts que des nombres à deux décimales, ils ont été maintenus pour la cohérence des calculs. La valeur approchée à deux décimales est indiquée dans le texte entre parenthèses et sur les figures 1 à 3.

  • 3 1,026 m selon Amandry 1952, plan fig. 1 ; variation de 1,026 à 1,05 selon Petronotis 1968, 46 ; 1,0 (...)
  • 4 Variation indiquée par Amandry 1952, 223.

4Pour simplifier la présentation des calculs, nous retiendrons, dans les deux cas où les dimensions réelles varient, la valeur maximale, soit 1,05 m (plutôt que 1,026 m) pour la largeur du stylobate3 et 0,80 m (plutôt que 0,78 m) pour le diamètre des colonnes4.

I. Restitution de la péristasis

  • 5 Certes, plusieurs temples d’époque géométrique et protoarchaïque abritent un foyer ; à la liste dre (...)
  • 6 Faute de date précise pour ce temple, il ne faut pas exclure qu’une frise dorique ait pu surmonter (...)
  • 7 Au temple archaïque d’Isthmia, l’entraxe est de ca 2,21 m sur la façade Ouest et de ca 2,26 m sur l (...)
  • 8 D’après AH I, pl. VIII : distance du parement extérieur Sud de la terrasse à l’amorce de la pente r (...)

5I.1. Si l’on veut bien admettre que le soubassement carré – destiné à une statue de culte plutôt qu’à un autel, et qui n’est pas nécessairement contemporain de la construction du temple5 – se dressait dans l’axe de l’édifice, la largeur de celui-ci était de
(1,05 m + 7,18 m + 0,90 m) x 2 = 18,26 m.
A raison de 6 colonnes en façade, l’entraxe moyen6 y était de
(18,26 m - 1,05 m) : 5 = 3,442 m, un
peu moindre que sur les longs côtés (3,50 m)7. Restait alors un “passage” d’environ
35,50 m - 13,60 m - 18,26 m = 3,64 m
entre le stylobate Nord et l’amorce de la pente au Nord de la terrasse, passage suffisant8 pour que l’éventualité d’une façade à 6 colonnes soit parfaitement admissible.

6I.2. Pour la commodité de l’exposé, numérotons de 1 à 4, d’Ouest en Est, les quatre traces consécutives de colonnes encore lisibles sur le stylobate Sud. L’état actuel du stylobate exige de toute manière la restitution d’une colonne au moins (n° 0) à l’Ouest de la colonne n° 1.

7L’un des arguments essentiels du raisonnement, sous-jacent à toutes les restitutions proposées, mais toujours passé sous silence, c’est que le soubassement carré est pratiquement axé Nord-Sud sur la colonne n° 2, à partir de laquelle il est donc possible de raisonner.

8I.2.1. A l’Ouest de l’axe Nord-Sud de cette colonne n° 2, plusieurs plans sont en effet possibles, suivant l’étendue de la péristasis :

    • 9 La présence du “bthros” interdit en principe, I. Strøm l’a justement noté, qu’un mur de refend sépa (...)
    • 10 Voir l’opisthodome embryonnaire du temple d’Isthmia : Hemans 1992a, 33 et 34, fig. 8.

    Hypothèse 1 : entre le soubassement carré et le “bothros” passe un mur de refend9 qui sépare le naos d’un opisthodome juste assez profond10 pour abriter le “bothros”. Il suffit que la colonne n° 0 soit colonne d’angle.

  • Hypothèse 2 : il n’y a pas d’opisthodome ; le soubassement carré est adossé au mur qui ferme à l’Ouest la cella (éventuellement divisée en pronaos et naos, ou pronaos, naos et adyton) ; le “bothros” se trouve dans la péristasis. Comme précédemment, il suffit que la colonne n° 0 soit colonne d’angle.

  • Hypothèse 3 : même division de la cella que dans l’hypothèse 1, mais avec un opisthodome plus profond, qui peut s’étendre sur deux entrecolonnements, ce qui suppose la restitution d’une colonne n° -1 à l’Ouest de la colonne n° 0.

  • Hypothèse 4 : il n’y a pas d’opisthodome (mais peut-être un adyton) et le mur Ouest de la cella passe à l’Ouest de l’embouchure du “bothros”, ce qui suppose, comme précédemment, la restitution d’une colonne n° -1.

  • 11 AH I, pl. VIII.
  • 12 Plan publié par Amandry 1952, 224 fig. 1, reproduit avec de menus compléments par Strøm 1988, fig. (...)

9La face de joint occidentale du dernier bloc conservé du stylobate se trouve à 9 m environ du parement extérieur Ouest de la terrasse11 et à 2,80 m du centre de la dernière trace de colonne lisible à l’Ouest (n° 1)12. Si l’on ne restitue qu’une colonne (n° 0) à l’Ouest (hypothèses 1 et 2), le stylobate Ouest se trouve à
9 m + 2,80 m - 3,50 m - 0,525 m = 7,775 m
du parement extérieur Ouest de la terrasse. Si l’on restitue deux colonnes (nos 0 et -1), le stylobate Ouest se trouve à
7,775 m - 3,50 m = 4,275 m (4,28 m)
du même parement.

  • 13 Kalpaxis 1976, 43, fig. 26.
  • 14 24,90 m à l’Est du soubassement carré. Petronotis 1968, 147 n. 144, corrige en 27,90 m, tout aussi (...)
  • 15 A Olympie, l’entraxe des colonnes du pronaos (3,40 m) est inférieur à l’entraxe médian de la périst (...)

10I.2.2. A l’Est, le centre de la croix gravée sur le bloc de calcaire rougeâtre13 (0,91 m x 0,58 m), admis in situ, se trouve, d’après le plan de E. L. Tilton, à 28,66 m environ de l’axe N-S de la colonne n° 2 et du soubassement carré, et à 9,71 m environ du stylobate Sud. Or 28,66 m = (3,50 m x 8) + 0,66 m. La barre N-S de la croix gravée s’aligne donc sur une droite passant à 0,26 m à l’Est de la colonne n° 10 (disparue), ce qui exclut que le bloc ait appartenu au stylobate de la colonnade extérieure Est. Son isolement et les circonstances de la fouille inviteraient, nous l’avons dit, à n’interpréter cette indication qu’avec prudence si par ailleurs le centre de la croix ne se trouvait à
0,525 m + 9,71 m = 10,235 m
de l’axe du stylobate Sud soit à presque 3 entraxes (10,326 m - 10,235 m = 0,091 m). De sorte qu’en dépit de la mesure erronée donnée par E. L. Tilton dans son texte14, la situation relative de ce bloc par rapport aux stylobates Sud et Est est exacte dans sa restitution graphique du temple, ce qui implique qu’il ait raisonné sur des chiffres exacts et non sur l’unique chiffre publié. Dès lors, ce bloc ne peut guère appartenir qu’à la façade Est de la cella et paraît tout à la fois confirmer le bienfondé de la restitution de 6 colonnes en façade du temple et justifier celle d’un pronaos à deux colonnes in antis. En effet, on admettra volontiers avec E. L. Tilton que la barre Est-Ouest de la croix indique l’axe Est-Ouest de la colonne Nord du pronaos, même si l’entraxe des colonnes in antis est inférieur de 0,091 m x 2 = 0,182 m à l’entraxe moyen des colonnes de façade, ce qui n’est pas inédit15 ; l’entraxe in antis est donc de
3,442 m - 0,182 m = 3,26 m.
Et si l’on veut bien admettre aussi avec E. L. Tilton que la barre Nord-Sud indique l’alignement de la façade de la cella aux antes, il faut restituer, sur les longs côtés de la péristasis, deux colonnes à l’Est des colonnes n° 10, car si l’on n’en restituait qu’une, la largeur du ptéron Est, entre le stylobate Est et la façade du pronaos, serait inférieure à un entrecolonnement.

11I.2.3. La synthèse de ces observations exclut l’éventualité, envisagée ci-dessus (texte principal, I.2.2.a.) à partir des dimensions des surfaces d’incendie, que les longs côtés n’aient porté que 10 colonnes. Si par ailleurs la barre N-S de la croix gravée s’aligne sur la façade des antes, l’éventualité que les longs côtés aient porté 11 ou 12 colonnes est aussi, de facto, exclue.

  • Dans les hypothèses 1 et 2, les longs côtés porteraient 13 colonnes.

  • L. des stylobates Nord et Sud :
    (3,50 m x 12) + 1,05 m = 43,05 m

  • Distance entre le stylobate Est et le parement extérieur Est de la terrasse :
    55,80 m - 7,775 m - 43,05 m = 4,975 m (4,97 m).
    Mais l’esplanade Est par où l’on accédait au temple après avoir gravi la principale rampe d’accès serait alors bien plus étroite (4,97 m) que l’esplanade Ouest (7,775 m). Cette disposition doit donc être écartée.

  • Dans les hypothèses 3 et 4, les longs côtés portent 14 colonnes.

  • L. des stylobates Nord et Sud :
    (3,50 m x 13) + 1,05 m = 46,55 m

    • 16 Riemann 1946-1947, 49. Kalpaxis 1976, 96.
    • 17 Hemans 1992a, 34.
    • 18 Kalpaxis 1976, 47-49 et 96-97, avec bibliographie antérieure. Toute la question est de savoir si la (...)
    • 19 Ci-dessus n. 7.

    Proportion du temple à l’arête extérieure du stylobate : 1/2,55.
    (– Héraion d’Olympie16 : 18,75 m x 50,01 m ; 1/2,72 ; 6 x 16 colonnes. – T. de Poséidon à Isthmia17 : 14,10 m/14,40 m x 39,25 m ; 1/2,725 à 1/2,783 ; 7x18 colonnes. – Temple archaïque d’Aléa à Tégée (restitué) : 16 m x 48,50 m/49 m ; 1/3,03 ou 1/3,06 ; 6 x 18 colonnes. – Thermos, temple C d’Apollon, archaïque sur le côté Ouest, archaïsant sur les trois autres18 : 12,31 m x 38,23 m ; 1/3,01 ; 5 x 15 colonnes. – Kallion, temple archaïque ou archaïsant19 : 12,55 m x 28,22 m ; 1/2,25 (4/9) ; 5 x 10 colonnes).

  • Distance entre le stylobate Est et le parement extérieur Est de la terrasse :
    55,80 m - 4,275 m - 46,55 m = 4,975 m (4,97 m).

  • Proportion du temple sur l’axe des colonnes = 1/2,64
    (– Isthmia : 1/2,9. – Olympie : 1/2,8. – Thermos C : 1/3,5. – Kallion : 1/2,3).

12Le temple, presque centré sur la plate-forme, en occupe, au moins aux regards, presque toute la longueur ; les esplanades occidentale (4,28 m) et orientale (4,97 m) suffisent néanmoins à la fréquentation de l’édifice, notamment à son accès principal par l’Est : surtout, c’est à hauteur du deuxième entrecolonnement à partir du Sud que la rampe Est atteint la plate-forme (au niveau “naturel”, non dallé) et que le mur de soutènement Est s’achève puisqu’il n’a plus lieu d’être (fig. 1 à 3) ; en d’autres termes, clergé et fidèles arrivaient sur la plateforme en face de l’entrecolonnement médian. Certes, l’esplanade Est est trop étroite pour accueillir un autel, mais on ne saurait en tirer objection puisque sur la terrasse immédiatement inférieure, un autel fonctionne, entouré et précédé à l’Ouest de tout l’espace nécessaire (texte principal I.2.5. et I.2.6.).

  • 20 La croix inscrite sur le bloc de façade du pronaos indique l’avancée des antes dont on peut donc év (...)

13Ne sont donc admissibles que les hypothèses 3 et 4 d’un temple à 6 x 14 colonnes mesurant 46,55 m x 18,26 m20.

II Restitution de la cella

14II.1. Sa longueur (Lc) varie de l’hypothèse 3 à l’hypothèse 4 et suivant les applications de chacune. Quel que soit l’aspect de la façade Ouest (opisthodome ou adyton), la longueur minimale de la cella correspond à sa disposition symétrique au sein de la péristasis : une longueur plus faible entraînerait que le ptéron Ouest soit plus large que le ptéron Est, ce qui paraît peu probable.

15II.1.1. Première éventualité (ex-hypothèse 3) : le soubassement carré s’adosse à un mur de refend qui sépare le naos de l’opisthodome, lequel s’étend sur tout ou partie de deux entrecolonnements.

    • 21 Ainsi dans la restitution du temple archaïque de Tégée par Østby 1986, 93-95, fig. 2 et 29.

    Si l’on admet que les façades Est et Ouest de la cella étaient symétriques au sein de la péristasis21, la longueur de la cella était de
    (3,50 m x 9) + (0,40 m x 2) + (0,26 m x 2) = 32,82 m. Mais la partie Ouest de l’embouchure du “bothros” se serait alors trouvée sous la façade Ouest de la cella. Cette disposition doit donc être écartée si le “bothros” est contemporain du fonctionnement du temple. S’il lui est postérieur, la solution mérite d’être retenue : elle figure donc dans les tableaux dressés ci-dessous.

  • Dans le cas où, comme à Olympie, le stylobate de l’opisthodome s’alignait sur la tangente par l’Est à l’avant-dernière colonne, la longueur de la cella atteignait
    (3,50 m x 10) + 0,26 m = 35,26 m.

    • 22 Toutefois à Kallion (5 x 10 colonnes), les façades Nord et Sud de la cella apparaissent entre les p (...)

    Il reste possible que les antes de l’opisthodome se soient étendues, tout au plus22, jusqu’à ce que le stylobate s’aligne sur la tangente Ouest aux colonnes n° 0. Dans ce cas, la longueur de la cella atteignait la valeur maximale de
    (3,50 m x 10) + (0,40 m x 2) + 0,26 m = 36,06 m.

16II.1.2. Deuxième éventualité (ex-hypothèse 4) : il n’y a pas d’opisthodome (mais peut-être un adyton) et le mur Ouest de la cella passe à l’Ouest de l’embouchure du “bothros”.

17– En cas de situation dissymétrique, au sein de la péristasis, de la façade Est ouverte et de la façade Ouest fermée, toutes les éventualités sont possibles, le toichobate Ouest pouvant être situé n’importe où entre une position symétrique du stylobate Est et la tangente Ouest aux colonnes n° 0 ; la longueur de la cella peut donc varier de 32,82 m à 36,06 m en passant par 35,26 m.

  • 23 Noter la diversité des solutions observées par Mertens 1993, Beil. 15.

18On retiendra donc, pour les 5 situations remarquables suivantes – qui n’épuisent pas toutes les solutions possibles23, ne serait-ce que parce que nous ne connaissons pas l’aspect de la façade Ouest de la cella -, les longueurs suivantes :

  • façades de la cella symétriquement disposées au sein de la péristasis : Lc = 32,82 m ;

  • façade Ouest sur la médiatrice des centres des colonnes nos 1 et 0 : Le = 33,91 m ;

  • façade Ouest sur la tangente par l’Est aux colonnes n° 0 : Lc = 35,26 m ;

  • façade Ouest sur l’axe N-S des colonnes n° 0 : Lc = 35,66 m ;

    • 24 La valeur minimale de 32,82 m est proche des 33 m indiqués par C. L. Brownson pour la surface de te (...)

    façade Ouest alignée sur la tangente par l’Ouest aux colonnes n° 0 : Lc = 36,06 m24.

19II.2. Pour la largeur de la cella (lc), les 7 m de distance notés par C. L. Brownson entre les deux bandes de vestiges d’incendie ont évidemment déterminé la plupart des solutions proposées jusqu’à présent : une largeur intérieure de 7 m “répartie” sur trois entrecolonnements par E. L. Tilton (14 x 6 colonnes) ; 7 m mesurés entre les axes des murs alignés sur ceux des deuxièmes et quatrièmes colonnes selon A. E. Kalpaxis (14 x 5 colonnes, fig. 28) ; une largeur intérieure de 7 m correspondant à deux entraxes d’après I. Strom (5 x 14 colonnes). Par ailleurs, dans son autre restitution à 6 x 14 colonnes (fig. 29), A. E. Kalpaxis ne tient pas compte des 7 m. Sont-ils une véritable contrainte ? Chaque mur effondré occupait une bande plus large qu’il n’était épais à l’origine. La distance de 7 m peut donc être interprétée comme un minimum, la largeur intérieure réelle de la cella ayant été supérieure (cf. infra II.5.2.a.).

  • 25 Kalpaxis 1976, 46, fig. 28 et 29.
  • 26 Plus large donc que les cellas du temple protoarchaïque Sud de Kalapodi (7,4 m à 7,9 m) et du templ (...)

20II.2.1. Pour approcher la largeur de la cella (lc), on peut d’abord suivre, à titre exploratoire, la proposition de A. E. Kalpaxis25 : il suppose que les deux blocs juxtaposés au N-E de la colonne n° 4 et au N-O de la colonne n° 5 appartiennent au mur Sud. Le plus proche est à environ 3 m de l’arête intérieure du stylobate Sud. Si son arête Sud coïncidait avec celle du toichobate Sud, la largeur extérieure de la cella, serait, au toichobate, de
(7,18 m + 0,90 m - 3 m) x 2 = 10,16 m26.
Par rapport aux axes des deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades, le nu extérieur des toichobates serait décalé de
3 m + 0,525 m - 3,442 m = 0,083 m
vers l’intérieur de l’édifice.

21Le rapport largeur/longueur prendrait alors les valeurs approximatives suivantes

  • si Lc = 32,82 m, lc/lc = 1/3,23

  • si Lc = 33,91 m, lc/lc = 1/3,337

  • si Lc = 35,26 m, lc/lc = 1/3,47

  • si Lc = 35,66 m, lc/lc = 1/3,51

  • si Lc = 36,06 m, lc/lc = 1/3,54

  • 27 Kalpaxis 1976, 52 et 102, retient les dimensions au toichobate (11,47 m x 40,41 m) qui donnent une (...)
  • 28 Østby 1986, 93, ce qui donne 10,08 m x 37,805 m ou 10 m x 37,51 m.
  • 29 Hemans 1992a, 34 (7,90 m x 32,28 m).
  • 30 Kalpaxis 1976, 50 (6,26 m x 31,20 m).

22A Olympie, il est de 1/3,523 (soit 1/3,5) au toichobate, mais de 1/3,75 au nu extérieur des murs27 ; à Tégée, il oscille entre 1/3,62 et 1/3,647 au toichobate, entre 1/3,71 et 1/3,795 au nu des murs de sorte que E. østby retient le rapport de 1/3,75 comme assuré28 ; il est d’environ 1/4,08 à Isthmia au toichobate ou au nu des murs29, de 1/5 à Thermos au toichobate30.

  • 31 Nous ne savons pas si le toichobate débordait ou non du nu du mur, et si oui de combien. Il ne semb (...)
  • 32 Ainsi à Kallion (6,57 m x 22,25 m) et à Pallantion au temple B où la cella est construite sur un tr (...)

23Les cinq approximations du rapport lc/Lc relevées ci-dessus pour l’Héraion d’Argos incitent à en explorer trois valeurs simples à l’arête extérieure des toichobates31, 1/3, 1/3,4 soit 5/17 qui indiquerait que la cella a été implantée sur un triangle rectangle de 5, 12 et 13 unités augmenté d’un carré de 5 unités de côté32, et 1/3,5 soit 2/7.

  • 33 Gullini 1985, pl. VII et VIII.
  • 34 Mertens 1974, 208-211, pl. XLVI 2 et XLVII 1. Gullini 1983, pl. XVII. Mertens 1993, Beil. 15, 12.
  • 35 Felsch 1987, 22, fig. 3. De même les murs de la Basilique de Paestum sont axés sur les colonnes de (...)

24II.2.2. Dans les temples doriques archaïques à 6 colonnes de façade, à moins que les murs de la cella ne correspondent pas du tout à ces colonnes (par ex. Isthmia, C, D et F à Sélinonte33, temple d’Apollon à Métaponte34), ou bien les murs sont axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes (par ex. deuxième temple archaïque Sud de Kalapodi35, voir ci-dessous 77.2.3.), ou bien la correspondance se fait par le nu extérieur du mur qui n’est jamais extérieurement tangent aux colonnes correspondantes (largeur de la cella égale à la somme des 3 entraxes et d’un diamètre inférieur de colonne de façade), mais peut

    • 36 La largeur de la cella est de 10,73 m d’après le plan et la coupe de H. Schleif (1929) insérés dans (...)
    • 37 Gullini 1985, pl. II et IX.
    • 38 Bankel 1993, pl. 54 et 55.

    être aligné sur l’axe de ces colonnes (largeur de la cella égale aux 3 entraxes médians de la façade) : par ex. Héraion d’Olympie36, temples E 2 et O à Sélinonte37, t. d’Aphaia à Egine38 ;

    • 39 Demangel 1923, 5 et 17, pl. VII.
    • 40 Gullini 1985, pl. IX.

    être plus ou moins décalé vers l’extérieur de l’édifice (largeur de la cella supérieure aux 3 entraxes médians de la façade, mais inférieure à la somme des 3 entraxes et d’un diamètre inférieur de colonne) : par ex. t. d’Athéna Pronaia à Delphes39, temple A de Sélinonte40 ;

    • 41 Mertens 1974, 212-214, pl. XLVIII. Gullini 1983, pl. XVIII.

    être décalé vers l’intérieur de l’édifice (largeur de la cella inférieure aux 3 entraxes médians de la façade mais supérieure aux 3 entraxes moins un diamètre inférieur de colonne) : par ex. temple des Tavole Palatine à Métaponte41.

25Ainsi, les tangentes intérieure et extérieure aux deuxièmes et cinquièmes colonnes constituent des limites qui ne sont jamais atteintes.

  • 42 Qui, rappelons-le, peut se confondre avec le nu extérieur de ces murs : ci-dessus n. 31 ; mais nous (...)

26Par conséquent, dans tous les cas où, pour préciser la largeur de la cella de l’Héraion d’Argos, on raisonnera sur la situation relative de l’arête extérieure des toichobates des murs de la cella42 par rapport aux deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades, on admettra que les limites inférieure et supérieure à ne pas atteindre sont respectivement de
(3,442 m x 3) - 0,80 m = 9,526 m
et de (3,442 m x 3) + 0,80 m = 11,126 m.

27On retiendra comme valeur de repère une largeur égale à 3 entraxes de façade (10,326 m) et l’on privilégiera les valeurs proches.

28II.2.3. Si les murs de la cella étaient axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades, la largeur de la cella était supérieure à 3 entraxes de façade (10,326 m) d’une épaisseur Nord-Sud de mur, malheureusement inconnue (comme celle de tous les murs). Si cette épaisseur était égale ou supérieure au diamètre des colonnes de façade, le nu extérieur des murs apparaissait dans le premier et le cinquième entrecolonnements.

  • 43 Sinn 1981, 47-50, fig. 4 et Beil. 4.
  • 44 Isthmia I, 13 et 38-40, fig. 53-58. Hemans 1992a, 34.
  • 45 Felsch 1987, 19-20.
  • 46 Felsch 1987, 22-25. L’épaisseur maximale des murs est donnée par la largeur d’un bloc de soubasseme (...)

29Au début du viie siècle, elle est de 1 m au temple Nord de Kalapodi pour une cella large de ca 10 m, et de 0,75 m au temple Sud pour une cella large de ca 7,50 m, soit un rapport de 1/10. Mais au temple d’Artémis à Kombothékra, elle est de ca 0,90 m environ pour une cella large de 5,80 m (rapport = 1/6,5)43. L’épaisseur des murs de pierre d’Isthmia n’excède pas 0,835 m pour une cella large de 7,90 m (rapport = 1/9,5), le diamètre inférieur des colonnes étant par ailleurs égal à 0,769 m (rapport 1/0,92)44. A Olympie, elle atteint 1,18 m pour une cella large de 10,73 m (rapport 1/9) et pour des diamètres de colonne variant de 1 m à 1,28 m (rapport 1/0,85 à 1/1,085). A Tégée, où le diamètre des colonnes de la péristasis est inconnu, E. Østby restitue l’épaisseur des murs à 1,12 m d’après le rapport 1/9 d’Olympie. Au deuxième quart du vie siècle, au temple Nord de Kalapodi, les murs sont épais de 0,70 m, la cella large de 8,40 m (rapport 1/12)45 ; au temple Sud, les murs sont épais de 0,75 à 0,85 m, la cella large de 8,45 m (rapport 1/10 à 1/11), le diamètre inférieur des colonnes de 0,70 m (rapport 1/0,93 à 1/0,82)46.

30Les rapports épaisseur du mur/diamètre inférieur des colonnes appliqués à l’Héraion d’Argos indiqueraient une épaisseur des murs variant de 0,737 m à 0,975 m. Pour des murs axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes, lc varierait alors théoriquement entre 11,063 m (10,326 m + 0,737 m) et 11,301 m (10,326 m + 0,975 m).

31II.2.4. Nos investigations se limiteront par conséquent aux largeurs supérieures à 9,526 m (supra II.2.2.) et inférieures ou égales à 11,301 m.

32Une dernière indication de vraisemblance nous est donnée par l’entraxe des colonnes in antis du pronaos, 3,26 m. A moins que le passage entre colonnes et antes soit excessivement étroit, la largeur de la cella serait d’environ le triple de cet entraxe (9,78 m) augmenté d’à peu près l’épaisseur d’un mur, et approcherait donc 10,50 m ou même 10,75 m.

33II.3. Les trois valeurs retenues, par hypothèse, pour le rapport lc/Lc (1/3, 1/3,4 et 1/3,5) permettent d’établir le tableau 1 suivant où sont indiqués successivement

  • le rapport lc/Lc ;

  • la longueur Lc de la cella déduite d’une valeur remarquable de sa largeur selon le rapport retenu, ou donnée par une position remarquable de ses façades Est et Ouest au sein de la péristasis ;

  • la largeur lc de la cella donnée par une position remarquable de ses murs au sein de la péristasis ou déduite de la longueur selon le rapport retenu ;

  • la distance a entre l’arête extérieure du toichobate (Nord ou Sud) de la cella et l’axe du stylobate le plus proche (Nord ou Sud) ;

  • la distance b entre l’arête extérieure du toichobate (Nord ou Sud) et l’axe Est-Ouest des colonnes de façade (deuxièmes ou cinquièmes) les plus proches ; cette distance est affectée du signe – lorsque l’arête extérieure du toichobate s’écarte de l’axe de ces colonnes vers l’extérieur de l’édifice, du signe + lorsqu’elle s’en écarte vers l’intérieur ;

  • le sens des flèches indique la valeur de Lc ou de lc d’où partent les calculs ;

  • l’obtention d’une longueur ou d’une largeur de cella trop faible ou trop forte entraîne l’arrêt des calculs : le tableau n’est alors pas complété ;

    • 47 Par référence, il faut le rappeler, à une esthétique attestée surtout ultérieurement.

    les solutions qui ne sont pas marquées d’un astérisque paraissent les moins satisfaisantes ; pour autant, il n’y a pas de raison objective de les écarter ; les solutions marquées d’un ou deux astérisques correspondent à des dispositions très remarquables ou satisfaisantes47.

34II.4. Commentaire du tableau 1

35Ces dimensions dépendent de situations remarquables des murs Nord et Sud ou des façades Est et Ouest de la cella au sein de la péristasis et de valeurs remarquables du rapport lc/Lc, à quoi s’ajoute, dans deux cas, l’épaisseur supposée des murs. Chaque ligne complète du tableau correspond à une disposition possible, éventuellement remarquable, mais le tableau ne recense pas la totalité des dispositions possibles. Le commentaire suppose ces hypothèses, donc ces précisions, présentes à l’esprit du lecteur.

36II.4.1. Cas où lc/Lc = 1/3 :

  • 48 A condition, rappelons-le, que le “bothros” n’ait pas servi en même temps que le temple.

37C’est la seule valeur qui laisse envisager une disposition symétrique de la cella48 ; pour lc/Lc = 1/3,4 ou 1/3,5, une cella symétriquement disposée serait trop étroite.

  • 49 En effet, il est théoriquement possible de traiter le problème de l’épaisseur des murs en partant d (...)

38C’est aussi la seule valeur du rapport lc/Lc qui permette d’envisager que les murs Nord et Sud soient axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades. Alors en effet, Lc = 33,903 m, très proche de 33,91 m (façade Ouest sur une ligne passant à mi-distance entre les colonnes nos 1 et 0). Pour Lc = 33,91 m, la largeur de la cella (11,303 m) serait égale (à 2 mm près !) au maximum d’abord retenu (11,301 m), et l’épaisseur des murs serait de 0,977 m (fig. 1). Ce cas excepté, il est probable qu’il faut tout simplement écarter du cadre ici proposé l’éventualité de murs de cella axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades49.

Tableau 1. Dimensions et proportions possibles de la cella, d’après ses largeurs et ses longueurs remarquables. Distance (a) entre l’arête extérieure du toichobate et l’axe du stylobate le plus proche. Distance (b) entre l’arête extérieure du toichobate et l’axe Est-Ouest des colonnes de façade correspondantes. En gras, les dimensions correspondant aux solutions illustrées par les figures 1 à 3.

39Pour Lc = 32,82 m et 33,91 m, les murs Nord et Sud de la cella sont assez largement cachés par les colonnes des façades.

40II.4.2. Cas ou lc/Lc = 1/3,4 :

41Pour Lc = 35,26 m (façade Ouest sur la tangente par l’Est aux colonnes n° 0), l’arête extérieure du toichobate est presque axée sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes. Si Lc = 35,66 m ou 36,06 m, la situation relative des murs de la cella par rapport aux deuxièmes et cinquièmes colonnes reste satisfaisante.

42Pour Lc = 32,82 m et 33,91 m, les murs Nord et Sud de la cella ne sont pratiquement pas cachés ou le sont à peine par les colonnes des façades, et sa largeur est faible.

43II.4.3. Cas ou lc/Lc = 1/3,5 :

  • 50 Noter que, dans le même rapport, si Lc = 35,108 m (à peine inférieure), lc = 10,326 m et les toicho (...)

44Pour Lc = 36,06 m (façade Ouest de la cella sur la tangente par l’Ouest aux colonnes n° 0, fig. 2 et 3), l’arête extérieure du toichobate est presque axée sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes de façade50. On note que l’arête intérieure du toichobate du mur Nord s’aligne presque sur une légère dénivellation du terrain reportée par E. L. Tilton sur son plan : est-elle naturelle ou résulte-t-elle de l’implantation du mur ?

  • 51 A Tégée, Østby 1986 restitue une cella large à l’extérieur de 10,50-53 m au toichobate, et de 10,00 (...)

45Si l’on veut prendre en compte les deux blocs supposés par A. E. Kalpaxis appartenir au toichobate Sud de la cella, il faut retenir en priorité le rapport lc/Lc = 1/3,5 avec une longueur de 35,66 m, donc une façade occidentale alignée sur l’axe N-S des colonnes n° 0, que la cella soit fermée (adyton), ou, comme à Olympie, dotée d’un opisthodome. La largeur extérieure de la cella serait alors de 10,188 m, et la distance entre toichobates et stylobates de la péristasis de 2,99 m (2,67 m à Olympie)51. Sur les fig. 2 et 3 où, dans le même rapport lc/Lc = 1/3,5, la cella est large de 10,302 m (10,30 m), le plus méridional des blocs est complètement caché sous le mur Sud.

46Pour Lc = 33,91 m et 35,26 m, les murs Nord et Sud de la cella sont à peine cachés par les colonnes et sa largeur est restreinte.

47De manière générale, l’entraxe des colonnes du pronaos invite à écarter les largeurs inférieures à 9,97 m. Celle-ci n’est acceptable que si les murs ne sont pas trop épais. S’ils l’étaient par exemple de 0,85 m (voir ci-dessous II.5.2.), la distance entre l’arête intérieure des toichobates (ou le nu intérieur des murs) et l’axe de la colonne la plus proche serait de
(9,973 m - 1,70 m - 3,26 m) : 2 = 2,506 m,
ce qui paraît convenir.

48II.5. Aménagement intérieur de la cella II.5.1. Pronaos

49II.5.1. Pronaos

50On aurait pu envisager une cella à deux colonnes in antis sans pronaos proprement dit, mais la présence probable, dans le naos, de deux colonnades dont l’écartement peut différer de l’entraxe des colonnes in antis (ci-dessous II.5.2.) entraîne la restitution d’une séparation définissant un pronaos.

  • 52 Østby 1986, fig. 29, restitue le pronaos du temple de Tégée dans le même ordre de grandeur.
  • 53 Plan de H. Schleif inséré dans Mallwitz 1966, 312-313.

51Sa profondeur ne peut être évaluée. Elle pouvait être identique à celle de l’opisthodome ou de l’adyton (division symétrique de la cella). Le mur de refend pouvait aussi se dresser à l’aplomb des quatrièmes colonnes à partir de l’Est, et la profondeur du pronaos être un peu supérieure à un entraxe (3,50 m)52. En représentant le refend à l’aplomb du milieu du quatrième entrecolonnement, les fig. 1, 2 et 3 suggèrent un pronaos un peu plus profond, comme à Olympie53. L’épaisseur du refend a été choisie plus faible que celle des murs principaux de la cella (ca 0,85 m ou 0,975 m, ci-dessous II.5.2.a.) et arbitrairement fixée à 2’ de 0,326 m (voir ci-dessous V.), soit 0,652 m (0,65 m).

  • 54 1,34 m sur les longs côtés, 1,99 m à l’opisthodome selon Riemann 1946-1947, 49.

52La largeur du stylobate du pronaos (et de l’opisthodome, fig. 1 et 3) est restituée à 1,06 m environla somme d’un diamètre inférieur de colonne de la péristasis (0,80 m) et de la distance entre la façade Est de la cella et les troisièmes colonnes à partir de l’Est (0,26). Elle est ainsi sensiblement égale, voire un peu plus forte que celle du stylobate de la péristasis (1,026 m à 1,05 m) ; à Olympie, elle est un peu plus forte (1,47 m contre 1,43-1,44 m)54.

53En réalité, le bloc marqué d’une croix ne fait que partiellement fonction de stylobate, n’appartient pas au stylobate proprement dit, mais à une rangée parallèle de blocs immédiatement jointifs à l’Est. Les antes empiétaient sur ce bloc jusqu’à l’aplomb de la barre N-S de la croix. En léger retrait sur le toichobate des antes et de diamètre plus faible qu’à la péristasis, les colonnes in antis pouvaient reposer entièrement sur le véritable stylobate, ou pour une petite partie sur la rangée à laquelle appartient ce bloc, rangée qui formait de toute façon un degré devant le pronaos.

54II.5.2. Naos

55Même la cella la moins large (9,97 m) exigerait des supports intérieurs dont la présence n’a pourtant jamais été envisagée. Dans celles du temple protoarchaïque Sud de Kalapodi (début du viie siècle), large de ca 7,50 m, et du temple d’Isthmia large de ca 7,90 m, il y avait des colonnes médianes. Plutôt qu’une colonnade axiale qui masquerait ce que portait le soubassement carré, l’Héraion d’Olympie et le temple archaïque d’Athéna Aléa à Tégée suggèrent une division en trois nefs.

  • 55 AH I, pl. VIII.
  • 56 AH I, pl. VIII ; Amandry 1952, fig. 2 ; Strøm 1988, fig. 3 et 6.

56II.5.2.a. Or le plan pierre-à-pierre fait figurer au N-E du soubassement carré un bloc en calcaire, équarri, mesurant 0,85 m x 0,65 m, dont l’arête N est à 11,46 m du stylobate Sud55. Il paraît être encore à sa place d’origine, comme celui marqué d’une croix. Il est en face de la colonne n° 3, et presque axé sur l’incision tangente à l’Ouest de cette colonne56. S’il est bien in situ et si l’on admet qu’il appartenait au stylobate intérieur Nord, la largeur extérieure (stylobates compris) de la nef médiane était de
(11,46 m - 8,08 m) x 2 = 6,76 m,
sa largeur intérieure (entre stylobates) de 5,06 m, sa largeur sur l’axe des colonnes de
6,76 m - 0,85 m = 5,91 m.

57Dès lors, le pillage des stylobates intérieurs pourrait bien avoir créé la distance de 7 m (proche de 6,76 m) observée entre les deux bandes de vestiges d’incendie.

  • 57 La “largeur intérieure réelle” des nefs latérales, celle de l’espace libre que le regard peut appré (...)
  • 58 Coupe par H. Schleif (1929) dans Mallwitz 1966, 322-323. Riemann 1946-1947, 49-50.
  • 59 Bankel 1993, 124-125, pl. 17, 1, 54, 55 et 28, 3.
  • 60 Mertens 1974, 211, pl. XLVI ; D. Mertens dans Metaponto I, fig. 184 aux pages 170-171, fig. 2 aux p (...)

58A Tégée, la largeur extérieure de la nef médiane est de 4,90 m et sa largeur intérieure de 2,94 m pour largeur intérieure de 2,94 pour des stylobates de 0,98 m, destinés, il est vrai, à des colonnes de bois d’un diamètre de 0,55 m seulement57 ; entre stylobate et mur, les nefs latérales mesurent 1,46 m. A l’Héraion d’Olympie58, la largeur intérieure de la nef médiane est de 3,81 m, sa largeur extérieure de 5,87 m pour des stylobates de 1,03 m destinés à des colonnes de 0,88-0,89 m ; entre stylobate et mur, les nefs latérales sont de 1,25 m. Au temple d’Aphaia à Egine, la largeur intérieure de la nef centrale est de 3,052 m, sa largeur extérieur de 4,716 m pour des stylobates de 0,832 m portant des colonnes de 0,71 m de diamètre ; la largeur des nefs latérales entre stylobate et mur de 0,835 m seulement59. Et au temple d’Apollon A II de Métaponte, D. Mertens restitue avec de bonnes raisons des colonnes intérieures presque collées aux murs60.

  • 61 Rôle joué par les piliers de bois ou de pierre (Isthmia) dressés contre ou engagés dans les murs de (...)

59Les rapports de largeurs, mesurées cette fois entre les axes des stylobates pour la nef médiane, entre les axes des stylobates et le nu du mur de cella pour les nefs latérales, sont de 1/2 à Tégée, 1/2,75 à Olympie, 1/3 à Egine. De manière générale, il semble que l’aspect esthétique et la fonction pratique des nefs latérales aient été négligés au profit des nécessités constructives (assurer, aux distances voulues, des supports à la charpente et peut-être aux plafonds61) et de l’esthétique de la nef médiane (mise en valeur de la statue de culte).

60Les nefs latérales de l’Héraion d’Argos peuvent paraître d’autant plus étroites qu’il faut en déduire l’épaisseur, inconnue, des murs de la cella. En règle générale, ils sont au moins aussi épais que les stylobates intérieurs sont larges. Des murs de 0,75 m (ci-dessus II.2.3.) seraient donc trop faibles en regard d’un stylobate intérieur large de 0,85 m ; nous admettrons qu’ils étaient épais d’au moins 0,85 m.

Tableau 2. Largeur des nefs latérales entre stylobate et mur en fonction de la largeur de la cella (lc) et de l’épaisseur des murs (épm). Rapport entre les largeurs des nefs latérales (ln) et médiane (lN) mesurées aux axes des stylobates. En gras, les nombres correspondant aux solutions illustrées fig. 1 et 2.

61Dans l’ordre des dimensions (et non des proportions) des édifices recensés ci-dessus, la largeur minimale de la cella (nefs latérales larges de 0,85 m env. entre stylobate et murs comme à Egine, murs épais de 0,85 m env.) serait de 6,76 m + 1,70 m + 1,70 m = 10,16 m. Il faudrait donc envisager une cella longue de 35,66 m pour lc/Lc = 1/3,5. Et il se confirme qu’il ne faut guère envisager de largeur de cella inférieure à 10 m. Une largeur maximale (nefs latérales de 1,46 m comme à Tégée, murs épais de 0,975 m ; cf. supra II.2.3.) atteindrait 11,63 m, excessive.

62Pour la largeur maximale que donne le tableau 1, soit 11,303 m avec des murs axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes et épais de 0,977 m (fig. 1), la largeur des nefs latérales entre stylobate et mur serait de 1,295 m (1,30 m), à peu près comme à Olympie (1,25 m).

63Le tableau 2 donne d’une part la largeur des nefs latérales entre stylobate et mur en fonction de la largeur de la cella et de l’épaisseur des murs (épm = 0,85 ou 0,975 m), d’autre part le rapport, qui en résulte, entre les largeurs des nefs latérales (ln) et médiane (lN) mesurées aux axes des stylobates.

64II.5.2.b. L’alternative représentée par la fig. 3 ne tiendrait pas compte du bloc utilisé ci-dessus. Elle reposerait sur l’hypothèse que la barre Est-Ouest de la croix gravée n’indiquait pas ou pas seulement l’axe des colonnes in antis, mais aussi l’arête intérieure du stylobate Nord. Ne mesurant que 3,26 m entre stylobates, la nef médiane autoriserait des nefs latérales plus larges (1,821 m entre stylobate et arête intérieure du toichobate). Le rapport ln/lN serait de 1/1,83. Les colonnes in antis seraient axées soit sur la même ligne (fig. 3), soit sur les colonnes de façade.

65II.5.3. Opisthodome ou adyton

66La présence de colonnades de part et d’autre du soubassement carré et la situation du “bothros” dans le prolongement du stylobate intérieur Sud incitent à restituer une séparation dans la cella entre le soubassement carré (qui serait ainsi adossé à ce mur) et le “bothros”, à tout le moins dans le cas où celui-ci aurait fonctionné en même temps que le temple. Nous avons retenu pour ce mur de refend la même épaisseur, arbitraire, que pour celui qui sépare pronaos et naos (0,65 m).

67Rappelons (ci-dessus II.1.) que la coexistence du temple et du “bothros” n’était possible que si la longueur de la cella était au minimum telle que sa façade Ouest s’aligne sur la médiatrice des centres des colonnes nos 1 et 0 : c’est la solution illustrée fig. 1 sous le rapport lc/Lc = 1/3. Au-delà, la cella pouvait s’allonger jusqu’à ce que sa façade s’aligne sur la tangente par l’Ouest aux colonnes n° 0 : c’est la solution illustrée fig. 2 et 3 sous le rapport lc/Lc = 1/3,5.

68Rien ne nous permet de choisir entre un adyton et un opisthodome. Le “bothros”, s’il a eu une fonction cultuelle, devait-il être accessible par l’intérieur (adyton) plutôt que par l’extérieur (péristasis et opisthodome) ? Nous ne le saurons jamais. L’équilibre des proportions entre pronaos et opisthodome ne peut pas non plus être invoqué : nous ignorons la profondeur du pronaos, et l’opisthodome de l’Héraion d’Olympie est plus profond que son pronaos. Les figures 1 et 3 illustrent une façade d’opisthodome, la figure 2 une façade d’adyton. L’accès à un adyton et au puits pouvait s’ouvrir d’un côté et/ou de l’autre du soubassement carré. Une nef centrale large de 5,06 (fig. 2) rendait ce passage plus aisé qu’une nef de 3,26 m (fig. 3).

III. Acquis :

69III.1. Assurés :

  • Péristasis de 6 x 14 colonnes, mesurant à l’arête extérieure du stylobate 18,26 m x 46,55 m. Entraxes Nord et Sud : 3,50 m. Entraxes Est et Ouest : 3,442 m. Diamètre des colonnes de la péristasis : 0,80 m.

  • Façade Est de la cella fixée à 0,26 m à l’Est des troisièmes colonnes à partir de l’Est. Existence assurée de deux colonnes in antis avec un entraxe d’environ 3,26 m.

  • Longueurs minimale (32,82 m) et maximale (36,06) de la cella.

70II.2. Très vraisemblables : deux colonnades intérieures dans le naos et, partant, un mur de refend immédiatement derrière le soubassement carré, entre celui-ci et le “bothros”.

71III.3. Variables :

  • les dimensions de la cella suivant sa situation au sein de la péristasis, ses proportions extérieures et, à l’occasion, l’épaisseur de ses murs ;

  • la largeur des nefs.

IV. Précisions sur l’illustration.

72Les figures 1, 2 et 3 ne présentent que trois des nombreuses restitutions possibles que nous avons évoquées ci-dessus, et dont les différences résident dans les dimensions, les proportions, l’aspect de la façade Ouest de la cella et ses séparations intérieures.

  • Fig. 1 : façade Ouest de la cella (opisthodome) sur la médiatrice des centres des colonnes nos 1 et 0, donc Lc = 33,91 m. Les caractères retenus sont les suivants :

  • lc/Lc = 1/3, donc lc = 11,303 m (11,30 m) ; et les murs sont axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades ;

  • épm = 0,977 m (0,98 m) ;

  • nef médiane large de 5,06 m la largeur des nefs latérales entre stylobate et mur est donc de 1,295 m (1,30 m).

  • Fig. 2 : façade Ouest de la cella (adyton) sur la tangente par l’Ouest aux colonnes n° 0, donc Lc = 36,06 m. Les caractères retenus sont les suivants :

  • lc/Lc = 1/3,5, donc lc = 10,302 m (10,30 m) ; et l’arête extérieure des toichobates est presque sur les axes Est-Ouest des deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades ;

  • épm = 0,85 m ;

  • nef médiane large de 5,06 m ;

  • la largeur des nefs latérales entre stylobate et mur est donc de 0,921 m (0,92 m).

  • Figure 3 : variante de la figure 2.

  • La nef médiane est large de 3,26 m, et les stylobates, par hypothèse, de 0,85 m ;

  • les nefs latérales sont donc larges, de stylobate à mur, de 1,821 m (1,82 m).

  • Un opisthodome à l’Ouest.

Fig. 1 à 3 – Propositions de restitution du temple archaïque de l’Héraion d’Argos (Des. M. G. Froidevaux d’après Str0m 1988, 179, fig. 3).

Fig. 1 à 3 – Propositions de restitution du temple archaïque de l’Héraion d’Argos (Des. M. G. Froidevaux d’après Str0m 1988, 179, fig. 3).

Fig. 1 – Façade Ouest de la cella (opisthodome) sur la médiatrice des centres des colonnes nos 1 et 0.

Fig. 2 – Façade Ouest de la cella (adyton) sur la tangente par l’Ouest aux colonnes n° 0.

Fig. 3 – Variante de la figure 2.

V. Métrologie

73Le pied de 0,326 m retenu par A.E. Kalpaxis pour les dimensions existantes convient aussi aux dimensions que nous proposons. Le tableau 3 ci-contre les recense en mètres, les convertit en pieds, et indique pour cette conversion, entre parenthèses, l’équivalent exact en mètres.

VI. Conclure sur une date ?

  • 62 Kalpaxis 1976, 96-100.

74Ainsi restitué, ce temple, plus court que ceux d’Isthmia, d’Olympie et de Tégée, garde son originalité. Proposée par A. E. Kalpaxis, une restitution à 5 x 14 colonnes le faisait entrer, non sans “accommodements”, dans une séquence des temples périptères du haut archaïsme où les rapports entre diamètre inférieur et entraxe des colonnes (à l’Héraion environ 1/4,4) corroboraient et précisaient le classement par les proportions du projet initial (Entwurf) de chaque édifice62. Non seulement cette péristasis à 6 x 14 colonnes ne trouve plus de place définie dans ce groupe de périptères tous différents, mais la date désormais assurée de celui d’Isthmia (deuxième quart du viie siècle), le nombre de ses colonnes (7 x 18 et non plus 5 x 14) et les rapports des diamètres aux entraxes (environ 1/2,9 et non plus 1/4,4) bouleversent profondément l’ensemble du classement proposé par A. E. Kalpaxis. Il faudrait aussi y intégrer le temple de Tégée, daté de la fin du viie siècle, et qu’entouraient probablement 6 x 18 colonnes, ainsi que le temple de Kallion, s’il est archaïque, à 5 x 10 colonnes dont le diamètre moyen entretient avec l’entraxe moyen un rapport de 1/5,15 en façade et 1/5,5 sur les longs côtés. Comme nous l’avions indiqué dans le texte principal (I.2.2.b.), il se confirme qu’il faut (provisoirement ?) renoncer à préciser dans le cadre de classements impossibles une date que les données techniques continuent à indiquer comme possible dans la première moitié du viie siècle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adshead 1986 : Adshead (K.), Politics of the Archaic Peloponnese. The transition from Archaic to Classical politics, Aldershot-Brookfield, 1986.

AH I et II : WALDSTEIN (Ch.) et al, The Argive Heraeum Ι-II. Boston-New York, 1902-1905.

Alden 1981 : ALDEN (M. J.), Bronze Age Population Fluctuations in the Argolid from the Evidence of Mycenaean Tombs. Göteborg, 1981 (SIMA-PB, 15).

Ålin 1962 : ÅLIN (P.), Das Ende der mykenischen Fundstätten auf dem griechischen Festland. Lund, 1962 (SIMA, 1).

Alroth 1987 : ALROTH (B.), Visiting Gods – Who and Why. In : Gifts to the Gods, 9-19.

Alroth 1989 : ALROTH (B.), Greek Gods and figurines. Aspects of the Anthropomorphic Dedications. Stockholm, 1989 (Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, Uppsala Studies in Ancient Mediterranean and Near Eastern Civilizations, 18).

Amandry 1952 : AMANDRY (P.), Observations sur les monuments de l’Héraion d’Argos. Hesperia, 21, 1952, 222-274, pl. 61-72.

Amandry 1957 : AMANDRY (P.), A propos de Polyclète : statues d’olympioniques et carrières de sculpteurs. In : Charites. Studien zur Altertumswissenschaft, Festschrift E. Langlotz. Bonn, 1957, 63-87.

Amandry 1971 : AMANDRY (P.), Collection Canellopoulos (I). BCH, 95, 1971, 585-626.

Amandry 1980 : AMANDRY (P.), Sur les concours argiens. In : Etudes argiennes, 211-253.

Amandry 1983 : AMANDRY (P.), Le bouclier d’Argos (note complémentaire). BCH, 107, 1983, 627-634.

André 1995 : ANDRé (J.-M.), La Peregrinado achaica et le philhellénisme de Néron. REL, 73, 1995, 168-182.

Andronicos 1987 : ANDRONICOS (M.), Vergina, The Royal Tombs. Athènes, 1987.

Antonaccio 1992 : ANTONACCIO (C. M.), Terraces, Tombs, and the Early Argive Heraion. Hesperia, 61, 1992, 85-105.

Antonaccio 1994a : ANTONACCIO (C. M.), Placing the Past : the Bronze Age in the Cultic Topography in Early Greece. In : Placing the Gods, 79-104.

Antonaccio 1994b : ANTONACCIO (C. M.), Contesting the Past : Hero Cult, Tomb Cult and Epic in Early Greece. AJA, 98, 1994, 389-410.

Antonaccio 1995 : ANTONACCIO (C. M.), An Archaeology of Ancestors : Tomb Cult and Hero Cult in Early Greece. Lanham-London, 1995.

Athenian Agora XXIV : FRANTZ (A.) et al., The Athenian Agora. Results of the excavations conducted by the American School of Classic Studies at Athens. XXIV : Late Antiquity, A.D. 267-700. Princeton, 1988.

Aupert 1974 : AUPERT (P.), Argos. II. Thermes A. La fouille (In : “Rapports sur les travaux de l’Ecole française d’Athènes en 1973”). BCH, 98, 1974, 764-774.

Aupert 1977 : AUPERT (P.), Un édifice dorique à l’emplacement du stade. In : Etudes delphiques. Paris, 1977 (BCH Suppl. 4), 229-245.

Aupert 1978 : AUPERT (P.), Argos. Thermes A. La fouille (In : "Rapports sur les travaux de l’Ecole française d’Athènes en 1977”). BCH, 102, 1978, 773-776.

Aupert 1982 : AUPERT (P.), Argos. Thermes A. La fouille (In : “Rapports sur les travaux de l’Ecole française d’Athènes en 1981”). BCH, 106, 1982, 637-643.

Aupert 1986 : AUPERT (P.), Argos. Thermes A et rue du théâtre (In : “Rapports sur les travaux de l’Ecole française d’Athènes en 1985”). BCH, 110, 1986, 767-772.

Bankel 1993 : BANKEL (H.), Der spätarchaische Tempel der Aphaia auf Aegina. Berlin, 1993 (Denkmäler antiker Architektur, 19).

Barakari-Gleni 1980 : BARAKARI-GLENI (K.), in ArchDelt, 35, 1980, B’ [1988], 119-123.

Barigazzi 1951 : BARIGAZZI (Α.), L’epinicio per Sosibio di Callimaco. PP, 6, 1951, 410-426.

Bartonek 1972 : BARTONEK (Α.), Classification of the West Greek Dialects at the time about 350 B.C.. Prague, 1972.

Bergmans 1979 : BERGMANS (M.), Théores argiens au Fayoum (P. Lond. VII 1973). Chron.Eg., 54, 1979, 127-130.

Bergquist 1967 : BERGQUIST (B.), The Archaic Greek Temenos. A Study of Structure and Function. Lund, 1967.

Bernabé Pajares 1979 : Fragmentos de épica griega arcaica (A. Bernabé Pajares ed.). Madrid, 1979 (Bibl. clás. Gredos, 20).

Beyer 1977 : Die Datierung der grossen Reliefgiebel des alten Athenatempels der Akropolis. AA, 1977, 44-74.

Billot 1989-1990 : BILLOT (M.-Fr.), Apollon Pythéen et l’Argolide archaïque. Histoire et mythes. Αρxαιογνωσία, 6, 1989-1990, 35-98.

Billot 1990 : BILLOT (M.-Fr.), Terres cuites architecturales d’Argos et d’Epidaure. Notes de typologie et d’histoire. In : Proceedings of the First Intern. Conference on Archaic Greek Terracottas, December 2-4, 1988 (N. A. Winter ed.). Hesperia, 59, 1, 1990, 95-139, pl. 10-11.

Billot 1991 : BILLOT (M.-Fr.), Terres cuites architecturales d’Argolide. RA, 1991, 199-209.

Billot 1993 : BILLOT (M.-Fr.), L’apparition de l’acanthe dans le décor des toits du monde grec. In : L’acanthe dans la sculpture monumentale, de l’Antiquité à la Renaissance. Paris, 1993, 39-74.

Billot / Rizakis 1993 : BILLOT (M.-Fr.), RIZAKIS (Y.), Observations sur les simas mégariennes. In : Les grands ateliers d’architecture dans le monde égéen du vie siècle av. J.-C. (J. Des Courtils, J.-Ch. Moretti éd.). Actes du colloque d’Istanbul, 23-25 mai 1991. Istanbul-Paris, 1993 (Varia Anatolica, III), 119-216, pl. XXII, XXIV et XXXI.

Bintliff 1977 : BINTLIFF (J. L.), Natural Environment and Human Seulement in Prehistoric Grece based on original Fieldwork, Part I. London, 1977 (BAR Supplementary Series, 28).

Birge 1992 : BIRGE (D. E.), The Sacred Square. In : Excavations at Nemea. Topographical and architectural studies : the Sacred Square, the Xenon and the Bath (D. E. Birge, L. H. Kraynach, St. G. Miller, eds.). Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1992 (Nemea, 1), 5-99.

Blech 1982 : BLECH (M.), Studien zum Kranz bei den Griechen. Berlin-New York, 1982.

Blegen 1926 : BLEGEN (C. W.), The December [1925] Excavation at Nemea. Art and Archaeology, 1926, 127-134.

Blegen 1927 : BLEGEN (C. W.), Excavation at Nemea 1926. AJA, 31, 1927, 421-440.

Blegen, Prosymna : BLEGEN (C. W.), Prosymna, The Helladic Seulement preceding The Argive Heraeum. Cambridge Mass., 1937.

Blegen 1937 : Blegen (C. W.), Post-Mycenaean deposits in chamber tombs. ArchEph, 1937, A, 377-390.

Blegen 1939 : Blegen (C. W.), Prosymna : Remains of Post-Mycenaean Date. AJA, 43, 1939, 410-444.

Blinkenberg 1941 : BLINKENBERG (Ch.), Lindos, Fouilles de l’Acropole, 1902-1914. II. Inscriptions. Copenhague, 1941.

Boardman 1963 : BOARDMAN (J.), Island Gems. A Study of Greek seals in the Geometrie and Early Archaic Periods. London, 1963.

Boardman 1970 : BOARDMAN (J.), Greek Gems and Finger Rings. Early Bronze Age to late Classical. London, 1970.

Boardman 1990 : BOARDMAN (J.), s.v. Herakles. In : Lexicon Iconographicum Mythologiae Graecae. V. Zürich-München, 1990, 67-71.

Bëthius 1922 : BOËTHIUS (Α.), Der argivische Kalender. Uppsala, 1922 (Uppsala Universitets Areskrift).

Börker 1983 : BÖRKER (Ch.), Festbankett und griechische Architektur. Konstanz, 1983 (Konstanzer althistorische Vorträge und Forschungen, 4).

Bommelaer / Des Courtils 1995 : BOMMELAER (J.-F), DES COURTILS (J.), La Salle hypostyle d’Argos. Paris, 1994 (Études péloponnésiennes, 10).

Bothmer 1965 : BOTHMER (D. von), CR de E. Diehl, Die Hydria. Formgeschichte und Verwendung im Kult des Altertums, Mainz, 1964. Gnomon, 37, 1965, 599-608.

Bothmer 1974 : BOTHMER (D. von), Two Bronze Hydriai in Malibu. The J. Paul Getty Museum Journal, 1, 1974, 15-22.

Bowie 1974 : BOWIE (E. L.), Greeks and their Past in the Second Sophistic. In : Studies in Ancient Society (M. I. Finley ed.). London, 1964, 166-209.

Bremmer 1987 : BREMMER (I.) ed.. Interpretation of Greek Mythology. London-Sydney, 1987.

Brommer 1975 : BROMMER (Fr.), Antiken des Athener Instituts II. AM, 90, 1975, 163-188, pl. 59-64.

Brownson 1893 : BROWNSON (C. L.), Excavations at the Heraeum of Argos. Papers of the American School of Classical Studies at Athens, 6, 1890-1897, 225-255 = AJA, 8, 1893, 205-225, pl. XII.

Buchholtz 1991 : BUCHHOLTZ (H.-G.), Bemerkungen zum Stand der Homerarchäologie. In : La Transizione dal Miceneo all’Alto Arcaismo. Dal Palazzo alla Città. (D. Musti, A. Sacconi et al. ed.) Atti del Convegno Intern., Roma, 14-19 marzo 1988. Roma, 1991, 67-84.

Buck 1961 : BUCK (C. D.), The Greek Dialects Grammar. Selected Inscriptions Glossary. Chicago, 1961.

Buraselis 1982 : BURASELIS (K.), Das hellenistische Makedonien und die Ägäis. Forschungen zur Politik des Kassandros und der drei ersten Antigoniden (Antigonos Monophtalmos, Demetrios Poliorketes und Antigonos Gonatas) im Ägäischen Meer und in Westkleinasien. München, 1982 (Münchener Beitr. zur Papyrusforsch. u. ant. Rechtsgesch., 73).

Buraselis 1993 : BURASELIS (K.), Ambivalent Roles of Centre and Periphery. In : BILDE (P.) et al., Centre and Periphery in the Hellenistic World. Aarhus, 1993, 251-270.

Calame 1987 : CALAME (Cl.), Le récit généalogique Spartiate : la représentation mythologique d’une organisation spatiale. Quaderni di Storia, 26, 1987, 43-91.

Carlier 1984 : CARLIER (P.), La royauté en Grèce avant Alexandre. Strasbourg, 1984 (Études et Travaux, 6).

Caskey / Amandry 1952 : CASKEY (J. L.), AMANDRY (P.), Investigations at the Heraion of Argos, 1949. Hesperia, 21, 1952, 165-221, pl. 43-60.

Cassio 1989 : CASSIO (A. C.), Storiografia locale di Argos e dorico letterario : Agia, Dercillo ed il Pap. Soc. Ital. 1091. RFIC 107, 1989, 257-275.

Catling 1988/1989 : CATLING (H. W.), Archaeology in Greece 1987-1989. Archaeological Reports, 35, 1988/ 1989, 3-116.

CCCA II : VERMASEREN (M. J.), Corpus Cultus Cybelae Attidisque. II. Graecia atque Insulae. Leiden, 1982 (EPRO, 50, 2).

CEG 1 : HANSEN (P. A.) ed., Carmina epigraphica graeca saeculorum viii-v a. Chr. n. Berlin-New York, 1989 (Texte und Kommentar, 12).

CEG 2 : HANSEN (P. A.) ed., Carmina epigraphica graeca saeculi iv a. Chr. n. Berlin-New York, 1989 (Texte und Kommentar, 15).

CGA : COURBIN (P.), La céramique géométrique de l’Argolide. Paris, 1966 (BEFAR, 208).

Charitonidis 1967 : CHARITONIDIS (S.), Κουρτάκι. ArchDelt 22, 1967, B’,1, 178-179.

Charneux 1956 : CHARNEUX (P.), Inscriptions d’Argos (suite) (1). BCH, 80, 1956, 598-618.

Charneux 1966a : CHARNEUX (P.), Liste argienne des théarodoques. BCH, 90, 1966, 156-239, pl. IV.

Charneux 1966b : CHARNEUX (P.), Premières remarques sur la liste argienne des thearodoques. BCH, 90, 1966, 710-714.

Charneux 1983 : CHARNEUX (P.), Sur quelques inscriptions d’Argos. BCH, 107, 1983, 251-267.

Charneux 1984 : CHARNEUX (P.), Phratries et kômai d’Argos. BCH, 108, 1984, 207-227.

Charneux 1987 : CHARNEUX (P.), Du côté de chez Héra. BCH, 111, 1987, 207-223.

Charneux 1990 : CHARNEUX (P.), En relisant les décrets argiens. BCH, 114, 1990, 395-415.

Charneux 1992 : CHARNEUX (P.), Sur un decret des forgerons d’Argos. BCH, 116, 1992, 335-343.

Clement 1984 : CLEMENT (P. Α.), L. Kornelios Korinthos of Corinth. In : ΦΟΡΟΣ. Tribute to B. D. Meritt (D. W. Bradeen, M. F. Gregor eds.). New York, 1984, 36-39, pl. II-IV.

Coldstream 1976 : COLDSTREAM (I. N.), Hero-cults in the Age of Homer. JHS, 96, 1976, 8-17.

Cole 1988 : COLE (S. G.), The Uses of Water in Greek Sanctuaries. In : Early Greek Cult Practice, 1988, 161-165.

Conti 1994 : CONTI (M. C.), Il più antico fregio dallo Heraion del Sele. Scultura architettonica e communicazione visiva. Napoli, 1994.

Cook 1953a : COOK (J. M.), Mycenae 1939-1952. Part III, The Agamemnoneion. ABSA, 48, 1953, 30-68.

Cook 1953b : COOK (I. M.), The Cult of Agamemnon at Mycenae. In : Γέρας Α. Κεραμόπουλλος. Athènes, 1953, 112-118.

Coulson 1985 : COULSON (W. D. E.), The Dark Age Pottery of Sparta. ABSA 80, 1985, 29-84, pl. 6-15.

Coulton 1973 : COULTON (J. J.), The Columns and the Roof of the South Stoa at the Argive Heraion. ABSA, 68, 1973, 65-85, pl. 27.

Coulton 1974 : COULTON (J. J.), Toward Understanding Doric Design. The Stylobates and Intercolumniations. ABSA, 69, 1974, 61-86, 2 dépl..

Coulton 1976 : COULTON (J. J.), The Architectural Development of the Greek Stoa. Oxford, 1976.

Coulton 1979 : COULTON (J. J.), Doric Capitals : A Proportional Analysis. ABSA, 74, 1979, 81-153.

Courbin 1957 : COURBIN (P.), Une tombe géométrique d’Argos. BCH, 81, 1957, 322-386.

Courbin 1959 : COURBIN (P.), Dans la Grèce archaïque. Valeur comparée du Fer et de l’Argent lors de l’introduction du monnayage. Annales ESC, 14, 1959, 209-233.

Courbin 1983 : COURBIN (P.), Obeloi d’Argolide et d’ailleurs. In : Greek Renaissance, 149-156.

Croissant 1992 : CROISSANT (Fr.), Les débuts de la plastique argienne. In : Polydipsion Argos, 69-97.

Cumont 1913 : CUMONT (Fr.), Les Mystères de Mithra. Bruxelles, 1913.

D’Agostino 1977 : D’AGOSTINO (B.), Tombe “principesche” dell’orientalizzante antico da Pontecagnano, Rome, 1977 (Acc. Naz. dei Lincei, Monumenti Antichi, serie misc., II, 1 [XLIX della serie generale]).

D’Alessio 1995 : D’ALESSIO (G. B.), Apollo Delio, i Cabiri Milesii e le cavalle di Tracia. Osservazioni su Callimaco frr. 114-115 PE.. ZPE, 106, 1995, 5-21.

Daly 1939 : DALY (L. W.), An inscribed Doric capital from the Argive Heraion. Hesperia, 8, 1939, 165-169.

Danner 1989 : DANNER (P.), Griechische Akrotere der archaischen und klassischen Zeit. Rome, 1989 (RdA Suppl. V).

Daux 1964 : DAUX (G.), Concours des Titeia dans un décret d’Argos. BCH, 88, 1964, 569-576, pl. XXVI.

Day 1989 : DAY (J. W.), Rituals in stone : Early Greek grave epigrams and monuments. JHS, 109, 1989, 16-28.

Delivorrias 1974 : DELIVORRIAS (A.)., Attische Giebelskulpturen und Akrotere des fünften Jahrhunderts. Tübingen, 1974 (Tübinger Studien zur Archäologie und Kunstgeschichte, 1).

Demakopoulou / Crouwel 1992 : DEMAKOPOULOU (K), CROUWEL (J. H.), Mycenaean Pictorial Pottery from the Argive Heraion. Hesperia 61, 1992, 491-500, pl. 112-116.

Demangel 1923 : DEMANGEL (R.), Fouilles de Delphes. II. Topographie et architecture. Le sanctuaire d’Athéna Pronaia. Le temple en tuf. Paris, 1923.

Deonna 1959 : DEONNA (W.), Haches, broches et chenets dans une tombe géométrique d’Argos. BCH, 83, 1959, 247-252 (suivi de : réponse de P. Courbin, 252-253).

Desborough 1952 : DESBOROUGH (V. R. d’A.), Protogeometric Pottery. Oxford, 1952.

Desborough 1964 : DESBOROUGH (V. R. d’A.), The Last Mycenaeans and their successors. An Archaeological Survey, c. 1200 – c. 1000. Oxford, 1964.

Desborough 1972 : DESBOROUGH (V. R. d’A ), The Greek Dark Age. London, 1972.

Descat 1989 : L’or perse et l’histoire grecque (R. Descat éd.). Actes de la Table ronde CNRS, Bordeaux 1989. REA, 91, 1-2, 1989.

Des Courtils 1992 : DES COURTILS (J.), L’architecture et l’Histoire d’Argos dans la première moitié du ve siècle av. J.-C. In : Polydipsion Argos, 241-251.

DGE : SCHWYZER (E.), Dialectorum Graecorum exempla epigraphica potiora. Leipzig, 1923 (Hildesheim, 1960).

Diehl 1964 : DIEHL (E.), Die Hydria. Formgeschichte und Verwendung im Kult des Altertums. Mainz, 1964.

Donohue 1988 : DONOHUE (Α. Α.), Xoana and the Origins of Greek Sculpture. Atlanta, 1988 (The American Philological Association, American Classical Studies, 15).

Dörpfeld 1935 : DÖRPFELD (W.) et al., Alt-Olympia. I. Berlin, 1935.

Drerup 1969 : H. DRERUP, Griechische Baukunst in geometrischer Zeit Gôttingen, 1969 (Archäologia Homerica. Die Denkmaler und das frühgriechische Epos, 3).

Drews 1983 : DREWS (R.), Basileus. The Evidence for Kingship in Geometric Greece. New Haven-London, 1983.

Dubois 1986 : DUBOIS (L.), Actualités dialectologiques. RPhil, 60, 1986, 99-105.

Dunkel 1988-1990 : DUNKEL (G. E.), Vater Himmels Gattin. Die Sprache, 34, 1988-1990, 1-26.

Early Greek Cult Practice : Early Greek Cult Practice (R. Hägg, N. Marinatos, G. C. Nordquist eds.). Proceedings of the Fifth Intern. Symposium at the Swedish Institute at Athens, 26-29 June, 1986. Stockholm, 1988.

Ebert 1972 : EBERT (J.), Griechische Epigramme auf Sieger an gymnischen und hippischen Agonen. Berlin, 1972 (AbhLeipzig, 63, 2).

Eichler 1919 : EICHLER (Fr.), Die Skulpturen des Heraions bei Argos. ÖJh, 19/20, 1919, 15-153.

Espace sacrificiel : L’espace sacrificiel dans les civilisations méditerranéennes de l’Antiquité (R. Etienne, M.- Th. Le Dinahet éd.). Actes du colloque de Lyon, 4-7 juin 1988. Lyon-Paris, 1991 (Publ. Bibl. S.-Reinach, 5).

Etudes argiennes : Études argiennes. Paris, 1980 (BCH, Suppl. 6).

Feissel / Philippidis-Braat 1985 : FEISSEL (D.), PHILIPPIDIS-BRAAT (Α.), Inventaires en vue d’un recueil des inscriptions historiques de Byzance. III, Inscriptions du Péloponnèse (à l’exception de Mistra). Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Travaux et Mémoires, 9, 1985, 267-396.

Felsch 1987 : FELSCH (R. C. S.), Bericht über die Ausgrabungen im Heiligtum der Artemis Elaphebolos und des Apollon von Hyampolis 1978-1982. AA, 1987, 1-26.

Felsch 1991 : FELSCH (R. C. S.), Tempel und Altäre im Heilightum der Artemis Elaphebolos von Hyampolis bei Kalapodi. In : Espace sacrificiel, 85-91.

Fernandez Alvarez 1981 : FERNANDEZ ALVAREZ (M. Pa.), El argólico occidental y oriental en los inscripciones de los siglos vii, vi y v a. C. Salamanca, 1981.

Fiebiger 1939 : FIEBIGER (O.), Inschriftensammlung zur Geschichte der Ostgermanen, Neue Folge. Wien, 1939 (Denkschriften der Akad. Wien, 70,3).

Foley 1988 : FOLEY (Α.), The Argolid : 800-600 B.C. An Archaeological survey, together with an index of sites from the Neolithic to the Roman period. Gôteborg, 1988 (SIMA, 80).

Follet 1976 : FOLLET (S.), Athènes au iie et au iiie siècle. Paris, 1976.

Fraser 1972 : FRASER (P. M.), Ptolemaic Alexandria. I-II-III. Oxford, 1972.

Frickenhaus 1912 : FRICKENHAUS (Α.), Die Hera von Tiryns. In : Tiryns I. Athens, 1912, 1-126.

Frickenhaus 1917 : FRICKENHAUS (Α.), Griechische Banketthäuser. JdI, 32, 1917, 114-133.

Frickenhaus / Müller 1911 : FRICKENHAUS (A ), MÜLLER (W.), Aus der Argolis. AM, 36, 1911, 21-38, pl.I.

Furtwängler 1980 : FURTWÄNGLER (Α.), Zur Deutung der Obeloi im Lichte samischer Neufunde. In : Tainia. Roland Hampe zum 70. Geburtstag am 2. Dezember 1978 dargebracht (A. Cahn, E. Simon Hrsg.). Mainz, 1980, 81-98.

Furumark 1941 : FURUMARK (Α.), Mycenaean Pottery : Analysis and Classification. Stockholm, 1941 (réimp. 1972).

Gauthier 1972 : GAUTHIER (Ph.), Symbola. Les étrangers et la justice dans les cités grecques. Nancy, 1972 (Annales de l’Est, Mémoire n° 42).

GG : COLDSTREAM (J. N.), Geometric Greece. London, 1977.

GGP COLDSTREAM (J. N.), Greek Geometrie Pottery. A Survey of ten local styles and their chronology. London, 1968.

Ghisellini 1990 : GHISELLINI (E.), Note in margine a due fonti su Policleto. Xenia, 20, 1990, 33-40.

Giangiulio 1984 : GIANGIULIO (M.), [Intervention]. In : Crotone. Atti XXIII CSMG, Taranto, 1983. Taranto, 1984, 347-351.

Giangiulio 1989 : GIANGIULIO (M.), Ricerche su Crotone arcaica. Pisa, 1989.

Gifts to the Gods : Gifts to the Gods. Proceedings of the Uppsala Symposium 1985 (T. Linders, G. Nordquist eds.). Stockholm, 1987 (Acta Universitatis Upsaliensis. Boreas. Uppsala Studies in Ancient Mediterranean and Near Eastern Civilizations, 15)

Ginouvès 1956 : GINOUVÈS (R.), Note sur quelques relations numériques dans la construction des fondations de temples grecs. BCH, 80, 1956, 104-117.

Ginouvès 1959 : L’établissement thermal de Gortys d’Arcadie. Paris, 1959 (Études péloponnésiennes, 2).

Goidstein 1978 : GOLDSTEIN (M. S.), The Setting of the Ritual Meal in Greek Sanctuaries. Berkeley, 1978 (Ph. D. Diss. University of California).

Gras 1985 : GRAS (M.), Trafics tyrrhéniens archaïques. Rome, 1985 (BEFAR, 258).

Grecia, Italia e Sicilia : Grecia, Italia e Sicilia nell’viii e vii secolo a.C. Atti del Convegno internazionale, Atene 15-20 ottobre 1979. I. ASAtene, 59, n.s. 43, 1981 ; II. ASAtene, 60, n.s. 44, 1982 ; III. ASAtene, 61, n.s. 45, 1983.

Greek Renaissance : The Greek Renaissance of the Eight Century B.C. : Tradition and Innovation. (R. Hägg ed.). Proceedings of the Second Intern. Symposium at the Swedish Inst. in Athens, 1-5 June 1981. Stockholm, 1983 (Acta Inst. Athen. Regni Sueciae. Ser. in-4°, 30).

Groag 1946 : GROAG (E.), Die Reichsbeamten von Achaia in spätrömischer Zeit. Budapest, 1946 (Diss. Pannonicae, I, 14).

Gropengiesser 1961 : GROPENGIESSER (H.), Die pflanzlichen Akrotere Klassischer Tempel. Mainz, 1961.

Gruben 1980 : GRUBEN (G.), Die Tempel der Griechen3. München, 1980.

Guggisberg 1988 : GUGGISBERG (M.), Terrakotten von Argos. Ein Fundkomplex aus dem Theater. BCH, 112, 1988, 164-234, 535-543.

Gullini 1983 : Urbanistica e architettura. In : Megale Helias. Storia e Civiltà della Magna Grecia. Milano, 1983 (Antica Madre, 6), 205-328.

Gullini 1985 : GULLINI (G.), L’architettura. In : Sikanie. Storia e civiltà della Sicilia greca. Milano, 1985 (Antica Madre, 8), 415-491.

Hackens 1979 :, HACKENS (T.), A propos de la couronne fleurie de la déesse Héra. In : Greek Numismatics and Archaeology. Essays in Honor of Margaret Thompson. Wetteren, 1979, 63-69, pl. 40-41.

Hadzisteliou Price 1978 : HADZISTELIOU PRICE (T.), Kourotrophos. Cuits and Representations of the Greek nursing Deities. Leiden, 1978 (Studies of the Dutch Archaeol. and Hist. Society, 8).

Hägg 1987 : HÄGG (R.), Gifts to the Heroes in Geometric and Archaic Greece. In : Gifts to the Gods, 93-99.

Hàgg 1992 : HÀGG (R.), Geometric Sanctuaries in the Argolid. In : Polydipsion Argos, 9-35.

Hall 1995 : HALL (J. M.), How Argive was the “Argive” Heraion ? The Political and Cultic Geography of the Argive Plain, 900-400 B.C. AJA, 99, 1995, 577-613.

Harl-Schaller 1972-1975 : HARL-SCHALLER (F ), Die archaischen “Metopen” aus Mykene. ÔJh, 50, 1972-1975, 94-116.

Head, Historia Numorum : HEAD (Β. V.), Historia Numorum. Oxford, 1911.

Heiden 1990 : HEIDEN (J.), Die archaischen Dächer von Olympia. Hesperia, 59, 1990, 41-46, pl. 3-4.

Hemans 1991 : HEMANS (F. P.), New Discoveries in the Archaic Temple of Poseidon at Isthmia (In : "The 92nd Annual Meeting of the ΑΙΑ”). AJA,95, 1991, 301-302.

Hemans 1992a : HEMANS (F. P.), in GEBHARD (E. R.), HEMANS (F.), University of Chicago Excavations at Isthmia, 1989. I. Hesperia, 61, 1, 1992, 1-77.

Hemans 1992b : HEMANS (F. P.), Stoneworking in the Archaic Temple of Poseidon at Isthmia (In : "The 93th Annual Meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 96, 1992, 364-365.

Herrmann 1964 : HERRMANN (H. V.), Werkstätten geometrischer Bronzeplastik. JdI, 79, 1964, 17-71.

Herrmann 1976 : HERRMANN (Kl.), Zur Schatzhaus-Architektur in Olympia. In : Neue Forschungen in griechischen Heiligtümern. Tübingen, 1976, 321-350.

Herzog 1928 : HERZOG (R.), Heilige Gesätze von Kos. Berlin, 1928 (Berl. Abh. 1928, n° 6).

Higgins 1954 : HIGGINS (R. Α.), Catalogue of the Terracottas in the Department of Greeek and Roman Antiquities of the British Museum. I. London, 1954.

Higgins 1967 : HIGGINS (R. Α.), Greek Terracottas. London, 1967.

Hope Simpson 1965 : HOPE SIMPSON (R.), A Gazetteer and Atlas of Mycenaean Sites. London, 1965.

Hope Simpson 1981 : HOPE SIMPSON (R.), Mycenaean Greece. Park Ridge, 1981.

Hope Simpson / Dickinson 1979 : HOPE SIMPSON (R.), DICKINSON (Ο. T. P. K.), A Gazetteer of Aegean Civilization in the Bronze Age, vol. I : The Mainland and Islands. Göteborg, 1979 (SIMA, 52).

Huxley 1969 : HUXLEY (G. L.), Greek Epic Poetry from Eumelos to Panyassis. London, 1969.

Isthmia I : BRONEER (O.), Isthmia. Excavations by the University of Chicago under the auspices of the American School of Classical Studies at Athens. I : The Temple of Poseidon. Princeton, 1971.

Jameson 1971 : JAMESON (M. H.), Excavations at Porto Cheli. ArchDelt, 26, 1971, B’I, 114-119, pl. 104-105.

Jameson 1972 : JAMESON (M. H.), Excavations at Porto Cheli. Excavations at Halieis, Final Report. ArchDelt, 27, 1972, B’, 233-236, pl. 175.

Jantzen 1975 : JANTZEN (U.), Hrsg., Führer durch Tiryns. Athens, 1975.

Jenkins 1931-1932 : JENKINS (R. J. H.), Archaic Argive Terracotta Figurines to 525 B.C. ABSA, 32, 1931-1932, 23-40.

Jenkins 1936 : JENKINS (R. J. H.), Dedalica. A Study of Dorian Plastic Art in the Seventh century B.C. Cambridge, 1936.

Jost 1985 : JOST (M.), Sanctuaires et cultes d’Arcadie. Paris, 1985 (Études péloponnésiennes, 9).

Jung 1982 : JUNG (H.), Thronende und sitzende Götter. Zum griechischen Götterbild und Menschenideal in geometrischer und früharchaischer Zeit. Bonn, 1982 (Habelts Diss. Druck, Reihe Klass. Archäol., 17).

Kàhler 1964 : KÄHLER (H.), Der griechische Tempel. Berlin, 1964.

Kahil 1994 : KAHIL (L.), Bains de statues et de divinités. In : L’eau, la santé et la maladie dans le monde grec (R. Ginouvès, A.-M. Guimier-Sorbets, J. Jouanna, L. Villard éd.). Paris, 1994 (BCH Suppl. 28), 217-223.

Kalpaxis 1976 : KALPAXIS (A. E.), Früharchaische Baukunst in Griechenland und Kleinasien. Athen, 1976.

Kardulias 1992 : KARDULIAS (P. N.), Architectural Survey of a Late Medieval Site in the Corinthia (In : “The 93rd Annual Meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 96, 1992, 367.

Kaulen 1967 : KAULEN (G.), Daidalika. Werstatten griechischer Kleinplastik des 7. Jahrhunderts v. Chr. München, 1967.

Kelly 1976 : KELLY (Th.), A History of Argos to 500 B.C. Minneapolis, 1976.

Kerényi 1972 : KERÉNYI (K.), Zeus und Hera, Urbild des Vaters, des Gatten und der Frau. Leiden, 1972.

Kilian 1973 : Zum italischen und griechischen Fibelhandwerk des 8. und 7. Jahrhunderts (Kl. Kilian Hrsg.). Hambourg, 1973 (Hamburger Beiträge zur Archäologie, III, 1), 1-39.

Kilian 1975a : KILIAN (Kl.), Fibeln in Thessalien von der mykenischen bis zur archaischen Zeit. München, 1975 (PBF XIV, 2).

Kilian 1975b : KILIAN (Kl.), Trachtzubehör der Eisenzeit zwischen Ägäis und Adria. Prähistorische Zeitschrift. 50, 1975, 9-140.

Kilian 1980 : KILIAN (Kl.), Zum Ende der mykenischen Epoche in der Argolis. JRGZMainz, 27, 1980, 166-195.

Kilian 1986 : KILIAN (Kl.), La Caduta dei Palazzi Micenei continentali : aspetti archeologici. In : Le origini dei Greci. Dori e mondo egeo2 (D. Musti ed.). Roma-Bari, 1986, 73-115.

Kilian 1988 : KILIAN (Kl.), Ausgrabungen in Tiryns 1982/83. Bericht zu den Grabungen. AA 1988, 105-151.

Kilian-Dirlmeier 1979 : KILIAN-DIRLMEIER (I ), Anhänger in Griechenland von der mykenischen bis zur spätgeometrischen Zeit. München, 1979 (PBF XI, 2).

Kilian-Dirlmeier 1984 : KILIAN-DIRLMEIER (I.), Nadeln der frühhelladischen bis archaischen Zeit von der Peloponnes. München, 1984 (PBF XIII, 8).

Kilian-Dirlmeier 1985 : KILIAN-DIRLMEIER (I.), Fremde Weihungen in griechischen Heiligtümern vom 8. bis zum Beginn des 7. Jahrhunderts v. Chr. JRGZ Mainz, 32, 1985, 215-254.

Kilian-Dirlmeier 1985-1986 : KILIAN-DIRLMEIER (I.), φιερώματα μ Κορινθιακς προελεύσευς στ ραα τς Περαxώρας (τέλος 8ouρxή 7ou α. π.X.). Πελοποννησιακά, 16, 1985-1986, 369-375.

Kirsten / Kraiker 1962-1967 : KIRSTEN (Ε.), KRAIKER (W.), Griechenlandkunde. Ein Führer zu klassischen Statten4-5. Heidelberg, 1962 et 1967.

Klein 1991 : KLEIN (N. L.), The Origin of the Doric Order on the Mainland of Greece : Form and Function of the Geison in the Archaic Period (Ph. D. Diss. Bryn Mawr College, 1991). Ann Arbor, 1991.

Klein 1993 : KLEIN (N. L.), A New Study of the Archaic and Hellenistic Temples at Mycenae (In : “The 94th Annual Meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 97, 1993, 336-337.

Klein 1994 : KLEIN (N. L.), Evidence for the Archaic and Hellenistic Temples at Mycenae. In : Peloponnesian Sanctuaries and Cuits, à paraître.

Knoepfler 1981 : KNOEPFLER (D.), Argoura. Un toponyme eubéen dans la Midienne de Demosthène. BCH, 105, 1981, 289-329.

Koenigs 1979 : KOENIGS (W.), Zum Entwurf dorischer Hallen. IstMitt, 29, 1979, 209-237.

Kophiniotis 1892 : KOPHINIOTIS (I.), ‘Ιστορία το ργοuς. Athènes, 1892.

Kossatz-Deissmann 1988 : KOSSATZ-DEISSMANN (A ), s.v. Hera. In : Lexicon Iconographicum Mythologiae Graecae. IV. Zürich-München, 1988, 659-719.

Kritzas 1989 : KRITZAS (Ch. Β.), T ταξίδια μις ργείτικης δρίας. In : Πρακτικ το Β’ Τοπικο Συνεδρίου ργολικν Σπουδν (ργoς 30 Μαίου – 1 Ιουνίου 1986). Athènes, 1989 (Πελοποννησιακά, Παράρτημα, 14), 161-166.

Kritzas 1992 : KRITZAS (Ch. Β.), Aspects de la vie politique et économique d’Argos au ve siècle av. J.-C. In : Polydipsion Argos, 231-240.

Kroll / Waggoner 1984 : KROLL (J. H ), WAGGONER (N. M.), Dating the Earliest Coins of Athens, Corinth and Aigina. AJA, 88, 1984, 325-340.

Kron 1971 : KRON (U.), Zum Hypogäum von Paestum. JdI, 86, 1971, 117-148.

Kuhn 1985 : KUHN (G.), Untersuchungen zur Funktion der Säulenhalle. IV, Säulenhalle und Altar. JdI, 100, 1985, 169-317.

Kuhn 1993 : KUHN (G.), Bau B und Tempel C in Thermos. AM, 108, 1993, 29-47, pl. 1-7.

Kunze 1967 : KUNZE (E.), Kleinplastik aus Bronze. OlBer, 8, 1967, 213-250, pl. 106-119.

La Coste-Messelière 1942-1943 : LA COSTE MESSELIÈRE (P. de), Chapiteaux doriques de Delphes. BCH, 46-47, 1942-1943, 22-67, pl. III.

La Coste-Messelière 1963 : LA COSTE MESSELIÈRE (P. de), Chapiteaux doriques du haut archaïsme. BCH, 87, 1963, 639-652.

Lacroix 1949 : LACROIX (L.), Les reproductions de statues sur les monnaies grecques. La statuaire archaïque et classique. Liège, 1949 (Bibliothèque de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 116).

Laurens 1987 : LAURENS (A.-F.), Identification d’Hèbé ? Le nom, l’un et le multiple. In : Images et société en Grèce ancienne. L’iconographie comme méthode d’analyse (Cl. Bérard, Chr. Bron, A. Pomari éd.). Actes du Coll. Intern., Lausanne, 1984. Lausanne, 1987 (Cahiers d’archéologie romande, 36), 59-72.

Lauter 1973 : LAUTER (H.), Zur frühklassischen Neuplanung des Heraions von Argos. AM, 88, 1973, 175-187, pl. 81-84.

Lazzarini 1984 : LAZZARINI (M. L.), [Intervention]. In : Crotone. Atti XXIII CSMG, Taranto, 1983. Napoli, 1984, 353-355.

Lazzarini 1996 : LAZZARINI (M. L.), Le iscrizioni del Lacinio. In : Santuari in Calabria, 242-246.

Lee 1988 : LEE (H. M.), The “First” Olympic Games of 776 B.C. In : The Archaology of the Olympics. The Olympics and Other Festivals in Antiquity (W. J. Raschke ed.). Madison, 1988, 110-118.

Lenschau 1936 : LENSCHAU (Th.), Forschungen zur griechischen Geschichte im VII. und VI. Jahrhundert v. Chr. Philologus, 91, 1936, 278-307 et 385-411.

Linfert 1990 : LINFERT (Α.), Die Schule des Polyklet. In : Polyklet, der Bildhauer der griechischen Klassik. Ausstellung im Liebieghaus – Museum alter Plastik, Frankfurt-am-Main. Mainz, 1990, 254-260.

Loukas 1986a : LOUKAS (E.), LOUKAS (I.), Un autel de Rhéa-Cybèle et la grande déesse de Phlya. Latomus, 45, 1986, 392-404.

Loukas 1986: LOUKAS (I. Κ.), Φλα. Συμβολή στήν μελέτη της ιστορίας του αρxαίου Xαλανδρίου. Chalandri, 1986.

Loukas 1988 : LOUKAS (I. Κ.), Η Ρέα-Κυβέλη κα οι γονιμικς λατρείες της Φλας. Chalandri, 1988.

Loukas 1989 : LOUKAS (I. Κ.), Περ τν αργολικν μυστεριακν λατρεν κατ τος στερορομαικος xρόνους. Ιn : Πρακτικ το Β’ Τοπικο Συνεδρίου ργολικν Σπουδν (ργoς 30 Μαίου – 1 Ιουνίου 1986). Athènes, 1989 (Πελοποννησιακά, Παράρτημα, 14), 231-240.

LSAG1 : JEFFERY (L. Η.), The Local Scripts of Archaic Greece. A Study of the Origin of the Greek Alphabet and its Development from the eighth to the fifth Centuries B.C. Oxford, 1961 (Oxford Monographs on Classical Archaeology).

LSAG2 : JEFFERY (L. H.), The Local Scripts of Archaic Greece. A Study of the Origin of the Greek Alphabet and its Development from the eighth to the fifth Centuries B.C. Rev. ed. with a suppl. by A. W. Johnston. Oxford, 1990 (Oxford Monographs on Classical Archaeology).

Maddoli 1984 : MADDOLI (G.), I culti di Crotone. In : Crotone. Atti XXIII CSMG, Taranto, 1983. Napoli, 1984, 313-343.

Maiuri 1925 : MAIURI (Α.), Nuova silloge epigrafica di Rodi e Cos. Firenze, 1925.

Mallwitz 1966 : MALLWITZ (Α.), Das Heraion von Olympia und seine Vorgänger. Jdl, 81, 1966, 310-376.

Mallwitz 1981a : MALLWITZ (Α.), Kritisches zur Architektur Griechenlands im 8. und 7. Jahrhundert. AA 1981, 599-642.

Mallwitz 1981b : MALLWITZ (Α.), Osservazioni sull’architettura nella Grecia dei secoli VIII e VII a.C. In : Grecia, Italia e Sicilia, I, 81-96.

Mallwitz 1988 : MALLWITZ (Α.), Cuit and Competition locations at Olympia. In : The Archaeology of the Olympics. The Olympics and Other Festivals in Antiquity (W. J. Raschke ed.). Madison, 1988, 79-109.

Manakidou 1993 : MANAKIDOU (Fl.), Beschreibung von Kunstwerken in der hellenistischen Dichtung. Ein Beitrag zur hellenistischen Poetik. Stuttgart, 1993 (Beiträge zur Altertumskunde, 36).

Marchetti 1993 : MARCHETTI (P.), Recherches sur les mythes et la topographie d’Argos. I. Hermès et Aphrodite. BCH, 117, 1993, 211-223.

Marchetti 1995 : MARCHETTI (P.), KOLOKOTSAS (K.), Le Nymphée de l’agora d’Argos. Fouille, étude architecturale et historique. Paris, 1995 (Études péloponnésiennes, 11).

Mason 1973 : MASON (R.), The Northeast Building at the Argive Heraion (In : "The 74th General meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 77, 1973, 219.

Mason 1974 : MASON (R.), Accident and Design in the Architectural Development of the Argive Heraion during the Fifth Century B.C. (In : “The 75th General meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 78, 1974, 161.

Masson 1988 : MASSON (O.), La dédicace argienne de Wriknidas. REG, 101, 1988, 170-172.

Mazarakis-Ainian 1985 : MAZARAKIS-AINIAN (Α.), Contribution à l’étude de l’architecture religieuse grecque des Ages obscurs. AntCl, 54, 1985, 5-48.

McGowan 1990 : McGOWAN (E.), Funerary Use of Doric Column Monuments in Sixth-Century Greece (In : “The 91st General Meeting of the ΑIΑ). AJA, 94, 1990, 303.

McGowan 1995 : McGOWAN (E.), Tomb Marker and Turning Post : Funerary Columns in the Archaic Period. AJA, 99, 1995, 615-632.

Meiggs / Lewis 1969 : MEIGGS (R ), LEWIS (D. M.), A selection of Greek historical inscriptions to the end of the fifth century B.C., I. Archaic times to the end of the Peloponnesian War2. Oxford, 1969.

Mele 1996 : MELE (Α.), I culti di Crotone. In : Santuari in Calabria, 235-238.

Menadier 1996 : MENADIER (Bl.), The sixth century BC Temple and the sanctuary and Cult of Hera Akraia, Perachora. Ann Arbor, 1996 (Ph. D. Diss. Univ. of Cincinnati).

Mertens 1974 : MERTENS (D.), L’architettura. In : Metaponto. Atti XIII CSMG, Taranto, 1973. Napoli, 1974, 187-235.

Mertens 1993 : MERTENS (D.) et al., Der alte Heratempel in Paestum und die archaische Baukunst in Unteritalien. Mainz, 1993 (Deutsches Archäol. Institut Rom, Sonderschriften Band 9).

Metaponto I : ADAMESTEANU (D.), MERTENS (D.), D’ANDRIA (F.), Metaponto. I. Roma, 1980 (Not.Sc., Serie VIII, 29, 1975, Suppl.).

Michaud 1970 : MICHAUD (J.-P), Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1968 et 1969. BCH, 94, 1970, 883-1164.

Migeotte 1984 : MIGEOTTE (L.), L’emprunt public dans les cités grecques. Paris, 1984.

Miller 1973 : MILLER (St. G.), The Date of the West Building at the Argive Heraion. AJA, 77, 1973, 9-18.

Miller 1988 : MILLER (St. G.), The Theorodokoi of the Nemean Games. Hesperia, 57, 1988, 147-163, pl. 45-50.

Miller 1990 : MILLER (St. G.), Nemea. A Guide to the Site and Museum. Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1990.

Miller 1992 : MILLER (St. G.), The Stadium at Nemea and the Nemean Games. In : Olympic Games, 81-86, pl. XVII-XX.

Mitsos 1947 : MITSOS (M. Th.), Greek inscriptions. Hesperia, 16, 1947, 82-88, pl. XIV.

Mitsos 1952 : MITSOS (M.), ργολικ προσωπογραφία. Athènes, 1952 (Bibliothèque de la Société Archéologique, 36).

Moggi 1974 : MOGGI (M ;), I sinecismi et le annessioni territoriali di Argo nel V secolo A.C. ASNSP, 1974, 4, 1249-1263.

Moggi 1976 : I sinecismi interstatali greci. I : Dalle origini al 338 a.C. (introd., ed. crit., trad., comm., e indici a cura di M. Moggi). Pisa, 1976

Morelli 1959 : MORELLI (D.), I culti in Rodi. Pisa, 1959.

Moretti 1993 : MORETTI (J.-Ch.), Théâtres d’Argos. Athènes-Paris, 1993.

Moretti 1953 : MORETTI (L.), Iscrizioni agonistiche greche. Roma, 1953.

Moretti 1957 : MORETTI (L.), Olympionikai. I vincitori negli antichi agoni olimpici. Mem. Acc. Lincei, Ser. VIII, 8, 2, 1957, 53-198.

Moretti 1970 : MORETTI (L.), Supplemento al catalogo degli Olympionikai. Klio, 52, 1970, 295-303.

Moretti 1983 : MORETTI (L.), Epigrafica 23-25. RFIC, 111, 1983, 44-57.

Moretti 1987 : MORETTI (L.), Nuovo Supplemento al catalogo degli Olympionikai. Misc. greca e romana, 12, 1987, 67-91.

Moretti 1990 : MORETTI (L.), Tra epigrafia e storia. Scritti scelti e annotati. Roma, 1990 (Vetera, 5).

Moretti 1991 : MORETTI (L.), Dagli Heraia all’Aspis di Argo. Misc, greca et romana, 16, 1991, 179-189.

Moretti 1992 : MORETTI (L.), Nuovo supplemento al catalogo degli Olympionikai. In : Olympie Games, 119-128.

Morgan 1994 : MORGAN (C.), The evolution of a Sacral “Landscape” : Isthmia, Perachora and the Early Corinthian State. In : Placing the Gods, 105-142.

Mountjoy 1986 : MOUNTJOY (P. Α.), Mycenaean decorated Pottery. Göteborg, 1986 (SIMA, 73).

Mountjoy 1993 : MOUNTJOY (P. Α.), Mycenaean Pottery. An Introduction. Oxford, 1993.

Moustaka 1994 : MOUSTAKA (Α.), On the Cult of Hera at Olympia. In : Peloponnesian Sanctuaries and Cuits, à paraître.

Murray 1990 : MURRAY (O.) ed., Sympotica. A symposium on the symposion. Oxford, 1990.

Musti 1988 : MUSTI (D.), Recenti studi sulla regalità greca. RFIC, 116, 1988, 99-121.

Musti / Torelli, Pausania II : Pausania, Guida della Grecia, Libro II, La Corinzia e l’Argolide (D. Musti, M. Torelli, a cura di). Milano, 1986.

Mylonas 1966 : MYLONAS (G. E.), Mycenae and the Mycenaean Age. Princeton, 1966.

NCP : IMHOOF-BLUMER (F. W.), GARDNER (P.), Numismatic Commentary on Pausanias. JHS, 6, 1885, 50-101, pl. I, Κ et L ; cité dans la réédition par A. N. Oikonomides dans Ancient Coins illustrating lost Masterpieces of Greek Art. Chicago, 1964.

OlForsch III : WILLEMSEN (Fr ), Dreifusskessel von Olympia, alte und neue Funde. Berlin, 1957 (OlForsch. Illb).

OlForsch VI : HERRMANN (H. V.), Die Kessel der orien-

talisierenden Zeit. 1. Kesselattasche und Reliefuntersätze. Berlin, 1966 (OlForsch VI).

OlForsch X : MAASS (M.), Die geometrischen Dreifusskessel von Olympia. Berlin, 1978 (OlForsch X).

OlForsch XXIV : HEIDEN (J.), Die Tondächer von Olympia. Berlin-New York, 1995 (OlForsch XXIV).

Oliver 1989 : OLIVER (J. H.), Greek Constitutions of Early Roman Emperors from Inscriptions and Papyri. Philadelphia, 1989 (Memoirs of the American Philosophical Society, 178).

Olympic Games : Πρακτικά Συμποσίου Ολυμπιακών Αγώνων / Proceedings of an International Symposium on the Olympic Games (W. E. Coulson, H. Kyrieleis eds.). Athens 1988. Athens, 1992.

Orlandos 1968 : ORLANDOS (Α. Κ.), ρκαδικ λιϕείρα κα τ μνημεα της. Athènes, 1968.

Ortiz 1994-1995 : [ORTIZ (G.)], In Poursuit of the Absolute of the Ancient World. The George Ortiz Collection. London-Bern, 1994-1995.

Østby 1986 : Østby (E.), The Archaic Temple of Athena Alea at Tegea. OpAth, XVI, 1986, 75-102, fig. 2 et 29 en dépliant.

Østby 1989 : Østby (E.), Pallantion. Magna Graecia. a. 24, 7-8, luglio-agosto 1989, 1-6.

Østby 1991 : ØSTBY (E.), The Temples of Pallantion : Archaeological Collaboration in Arcadia. In : The Norvegian Institute at Athens. The First Five Lectures (O. Andersen, H. Whittaker eds.). Athens, 1991, 41-55.

Østby 1994 : ØSTBY (E.) et al., The Sanctuary of Athena Alea at Tegea : First Preliminary Report (1990-1992). OpAth, 20, 1994, 89-141.

Papachristodoulou 1968 : PAPACHRISTODOULOU (I.), Κουρτάκι. ArchDelt, 23, 1968, Β’, I, 131-132, pl. 75-77.

Papadopoulos 1988 : PAPADOPOULOS (J.), Xoana e sphyrelata. Testimonianza delle fonti scritte. Roma, 1988 (Studia archaeologica, 24).

Pariente 1992 : PARIENTE (Α.), Chroniques des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1991. BCH 116, 1992, 833-954.

Pariente 1993 : PARIENTE (Α.), Chroniques des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1992. BCH, 117, 1993, 757-913.

Paton/Hicks 1891 : PATON (W. R.), HICKS (E. L.), The Inscriptions of Cos. Oxford, 1891.

Payne 1940 : PAYNE (H.), Perachora. The Sanctuaries of Hera Akraia and Limenia. Architecture, Bronzes, Terracottas. Oxford, 1940.

Peloponnesian Sanctuaries and Cults : Peloponnesian Sanctuaries and Cuits. 9th International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 11-13 June 1994, à paraître.

Perlman 1984 : PERLMAN (P.), The Theorodokia in the Peloponnese. Berkeley, 1984 (Ph. D. Diss. University of California).

Perlman 1989 : PERLMAN (P.), The calendrical Position of the Nemean Games. Athenaeum, 67, 1989, 57-90.

Petronotis 1968 : PETRONOTIS (Α.), Bauritzlinien und andere Aufschnürungen am Unterbau griechischer Bauwerke in der Archaik und Klassik. Eine Studie zur Baukunst und -Technik der Hellenen. München, 1968.

Pfaff 1989 : PFAFF (Ch.), Two Fourth-century B.C. Buildings at the Argive Heraeum (In : "The 90th General Meeting of the ΑIΑ”). AJA 93, 1989, 269.

Pfaff 1990a : PFAFF (Ch.), Three-peaked antefixes from the Argive Heraion. Hesperia, 59, 1990, 149-156, pl.12.

Pfaff 1990b : PFAFF (Ch.), The “Earliest” Doric Capital at the Argive Heraion (In : “The 91st General Meeting of the ΑΙΑ”). AJA 94, 1990, 317.

Pfaff 1992 : PFAFF (Ch.), The Argive Heraion : The Architecture of the Classical Temple of Hera. Ann Arbor, 1992 (Ph. D. Diss. New York University, 1992).

Pfaff 1993 : PFAFF (Ch.), The Sculptured Metopes of the Classical Temple of Hera at the Argive Heraion (In : “The 94th General Meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 97, 1993, 299-300.

Pfaff 1994 : PFAFF (Ch.), The date of the West Building at the Argive Heraion. (In : “The 95th General Meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 98, 1994, 314.

Picard 1979 : PICARD (O.), Chalcis et la Confédération eubéenne. Etude de numismatique et d’histoire (ive -ier siècle). Paris, 1979 (BEFAR, 234).

Piérart 1974 : PIÉRART (M.), Argos. Thermes A. Les inscriptions (In : “Rapports sur les travaux de l’Ecole française d’Athènes en 1973”). BCH, 98, 1974, 774-782.

Piérart 1985 : PIÉRART (M.), A propos des subdivisions de la population argienne. BCH, 109, 1985, 345-356.

Piérart 1991a : PIÉRART (M.), Aspects de la transition en Argolide. In : La Transizione dal Miceneo all’Alto Arcaismo. Dal Palazzo alla Città. (D. Musti, A. Sacconi et al. ed.) Atti del Convegno Intern., Roma, 14-19 marzo 1988. Roma, 1991, 133-144.

Piérart 1991b : PIÉRART (M.), Ecriture et identité culturelle. Les cités du Péloponnèse nord-oriental. In : Phoinikeia grammateia. Lire et écrire en Méditerranée (Cl. Baurain, C. Bonnet, V. Krings éd.), Actes du Colloque de Liège, 15-18 novembre 1989. Namur, 1991, 565-576.

Piérart 1992a : PIÉRART (M.), Deux notes sur l’histoire de Mycènes (ve, iiie/iie s.). In : Serta Leodiensia Secunda. Mélanges publiés par les Classiques de Liège à l’occasion du 175e anniversaire de l’Université. Liège, 1992, 377-385.

Piérart 1992b : PIÉRART (M.), Les honneurs de Persée et d’Héraclès. In : Héraclès : d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Bilan et perspectives (C. Bonnet éd.). Rome, 1992 (Inst. Belge de Rome. Etudes de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes, 28), 223-244.

Piérart 1995a : PIÉRART (M.), Une dédicace partiellement inédite d’un temple d’Héra (SEG XI, 340 +). BCH, 119, 1995, 473-477.

Piérart 1995b : PIÉRART (M.), L’Empereur Hadrien et Argos. Une dédicace partiellement inédite d’un temple d’Héra (SEG XI, 340 +). In : Römische Inschriften-Neufunde, Neulesungen und Neuinterpretationen. Festschrift für H. Lieb. Basel, 1995 (Arbeiten zur Römischen Epigrafik und Altertumskunde, 2), 7-16.

Piérart/Thalmann 1980 : Nouvelles inscriptions argiennes (I). In : Études argiennes, 255-278.

Pikoulas 1995 : PIKOULAS (G. Α.), ‘Οδικ δίκτυο κα μυνα. π τν Κόρινθο στ ργoς κα τν ρκαδία. Athènes, 1995.

Pini 1987 : PINI (I.), Aegina, Aphaia-tempel, X. Die Steinsiegel. AA, 1987, 413-433.

Placing the Gods : Placing the Gods. Sanctuaries and Sacred Space in Ancient Greece (S. E. Alcock, R. Osborne eds.). Oxford, 1994.

Plommer 1977 : PLOMMER (H.), Shadowy Megara. JHS, 97, 1977, 75-83.

Plommer 1984 : PLOMMER (H.), The Old Platform in the Argive Heraeum. JHS, 104, 1984, 183-184.

Pötscher 1987 : POTSCHER (W.), Hera. Eine Strukturanalyse im Vergleich mit Athena. Darmstadt, 1987.

Polara 1974 : POLARA (G.), Il nonno di Simmaco. PP, 157, 1974, 261-266.

Polignac 1984 : POLIGNAC (Fr. de ), La Naissance de la cité grecque. Cultes, espace et société. viiie-viie siècles avant J.-C. Paris, 1984 (Textes à l’appui).

Polignac 1994 : POLIGNAC (Fr. de ), Mediation, Competition and Sovereignty : the Evolution of rural Sanctuaries in Geometric Greece. In : Placing the Gods, 3-18.

Polignac 1995 : POLIGNAC (Fr. de ), La naissance de la cité grecque. Paris, 1995 (2e éd.).

Polydipsion Argos : Polydipsion Argos, Argos de la fin des palais mycéniens à la constitution de l’Etat classique (M. Piérart éd.). Rome-Fribourg-Paris, 1992 (BCH Suppl. XXII).

Premerstein 1923 : PREMERSTEIN (A. von), Zu den Inschriften der Ostgermanen. Zeitschrift für deutsches Altertum, 60, 1923, 71-80.

Pritchett 1982 : PRITCHETT(W. K.), Studies in Ancient Greek Topography, Part IV (Passes). Berkeley-Los Angeles-London, 1982.

Pritchett 1985 : PRITCHETT(W. K.), Studies in Ancient Greek Topography, Part V. Berkeley-Los Angeles-London, 1985.

Protonotariou-Deilaki 1970 : PROTONOTARIOU-DEÏLAKI (Ε.), Κουρτάκι. ArchDelt 25, 1970, Β’, I, 155-156, pl. 120-121.

Protonotariou-Deilaki 1984 : PROTONOTARIOU-DEILAKI (Ε.), πό τό ργoς το 8ου καί 7ου α. π. X. In : Grecia, Italia e Sicilia, II, 33-48.

Protzman 1971-1972 : PROTZMANN (H.), Zum pflanzlichen Tempelakroter der Klassik. Helikon, 11-12, 1971-1972, 567-581.

Raftopoulou 1980 : RAFTOPOULOU (E.), A propos du torse de Chônika. In : Etudes argiennes, 115-131.

Reilly 1978 : REILLY (L. C.), Slaves in Ancient Greece. Slaves from Greek Manumission Inscriptions. Chicago, 1978.

Reinach 1900 : REINACH (Th.), Un nouveau proconsul d’Achaïe. BCH, 24, 1900, 324-328.

Rhodes 1987 : RHODES (R. F.), Rope Channels and Stone Quarrying in the Early Corinthia. AJA, 91, 1987, 545-551.

Riemann 1946-1947 : RIEMANN (H.), Die Bauphasen des Heraions von Olympia. JdI, 61-62, 1946-1947, 30-54.

Robert 1929 : ROBERT (L.), Etudes d’épigraphie grecque. RPh, 55, 1929, 122-158.

Robert 1948a : ROBERT (L.), Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques. IV. Epigrammes du Bas-Empire. Paris, 1948.

Robert 1948b : ROBERT (L.), Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques. V. Avec un appendice : M. SEGRE, L’institution des Nikephoria de Pergame. Paris, 1948.

Robert 1950 : ROBERT (L.), Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques. VIII. Inscriptions en langue carienne. Monuments de gladiateurs dans l’Orient grec. Inscriptions de Nehavend. Paris, 1950.

Robert 1966 : ROBERT (L.), Inscriptions de l’Antiquité et du Bas-Empire à Corinthe. REG, 79, 1966, 733-770.

Robert 1977 : ROBERT (L.), Documents d’Asie Mineure. BCH, 101, 1977, 43-132.

Robert 1982 : ROBERT (L.), Une vision de Perpétue, martyr à Carthage en 203. CRAI, 1982, 228-276.

Robert 1987 : ROBERT (L.), Documents d’Asie Mineure. Rome, 1987 (BEFAR, 239 bis).

Roddaz 1984 : RODDAZ (J.-M.), Marcus Agrippa. Rome, 1984 (BEFAR, 253).

Roehl 1907 : ROEHL (H.), Imagines inscriptionum graecarum antiquissimarum3. Berlin, 1907.

Rolley 1965 : ROLLEY (Cl.), L’hydrie. Remarques sur un livre récent. REG, 78, 1965, 599-608.

Rolley 1983a : ROLLEY (Cl.), Les grands sanctuaires panhelléniques. In : Greek Renaissance, 109-114.

Rolley 1983b : ROLLEY (Cl.), Les bronzes grecs : recherches récentes. RA, 1983, 2, 325-336.

Rolley 1985 : ROLLEY (Cl.), Les bronzes grecs : recherches récentes. RA, 1985, 2, 277-296.

Rolley 1988 : ROLLEY (Cl.), Les bronzes grecs : recherches récentes. RA, 1988, 2, 341-355.

Rolley 1992 : ROLLEY (Cl.), Argos, Corinthe, Athènes. Identité culturelle et modes de développement (ixe-viiie s.). In : Polydipsion Argos, 37-54.

Roux 1961 : ROUX (G.), L Architecture de l’Argolide aux ive et iiie siècles av. J.-C. Paris, 1961 (BEFAR, 199).

Rupp 1974 : RUPP (D. W.), The Greek Altars of the Northeastem Peloponnese, ca. 750-725 B.C. – ca. 300-275 B.C. Ann Arbor, 1974 (Ph. D. Diss. Mawr College).

Rupp 1991 : RUPP (D. W.), The Altars of the Southern Greece : A Typological Analysis. In : Espace sacrificiel, 56-62.

Sanctuaire grec : Le Sanctuaire grec : huit exposés suivis de discussions (O. Reverdin, B. Grange éd.). Genève-Vandœuvres, 1992 (Entretiens sur l’Antiquité classique, 37).

Santuari in Calabria : LATTANZI (E.) et al., I Greci in Occidente. Santuari della Magna Grecia in Calabria. Napoli, 1996.

Sapouna-Sakellarakis 1978 : SAPOUNA-SAKELLARAKIS (E.), Die Fibeln der griechischen Inseln. München, 1978 (PBF XIV, 4).

Schachter 1992 : SCHACHTER (Α.), Policy, Cult and the Placing of Greek Sanctuaries. In : Sanctuaire grec, 1-64.

Schattner 1990 : SCHATTNER (Th. G.), Griechische Hausmodelle. Untersuchungen zur frühgriechischen Architektur. Berlin, 1990 (AM, 15. Beiheft).

Schefold 1946 : SCHEFOLD (K), Kleisthenes. Der Anteil der Kunst an der Gestaltung des jungen attischen Freistaates. MusHelv, 3, 1946, 59-93.

Schefold 1960 : SCHEFOLD (K.), Meisterwerke Griechischer Kunst. Basel, 1960.

Schefold 1973 : SCHEFOLD (K.), Die Aigineten, Onatas und Olympia. AntK, 16, 1973, 90-96.

Schmitt-Pantel 1985 : SCHMITT-PANTEL (P.), Banquet et cité grecque. Quelques questions suscitées par les recherches récentes. MEFRA, 97, 1985, 135-158.

Schmitt-Pantel 1992 : SCHMITT-PANTEL (P.), La Cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques. Rome, 1992 (Coll. EFR, 157).

Schuler 1980 : SCHULER (H.), [Contribution]. In : Felsch (R. C. S.) et al., Apollon und Artemis oder Artemis und Apollon ? Bericht von den Grabungen im neu entdeckten Heiligtum bei Kalapodi, 1973-1977. AA, 95, 1980, 38-123.

Segre 1993 : SEGRE (M.), Iscrizioni di Cos. Roma, 1993.

Segre / Pugliese Carratelli 1949-1951 : SEGRE (M ), PUGLIESE CARRATELLI (G.), Tituli camirenses. ASAtene, 27-29, n.s. 11-13, 1949-1951, 141-318.

Sève 1993 : SÈVE (M.), Les concours d’Epidaure. REG, 106, 1993, 303-328.

Shelton 1994 : SHELTON (K. S.), The Growth and Decline of the Mycenaean settlement and cemeteries at Prosymna (In : “The 95th Annual Meeting of the ΑΙΑ”). AJA, 98, 1994, 288.

Shelton 1996 : SHELTON (K. S.), The Late Helladic Pottery from Prosymna. Ionsered, 1996 (SIMA-PB, 138).

Sherwin-White 1978 : SHERWIN-WHITE (S. M ), Ancient Cos. An Historical Study from the Dorian settlement to the Imperial Period. Göttingen, 1978 (Hypomnemata, 51).

Shoe 1936 : SHOE (L. T.), Profiles of Greek Mouldings. Cambridge Mass., 1936.

Simon 1967 : SIMON (E.), Die vier Büsser von Foce del Sele. Jdl, 82, 1967, 275-295.

Simon 1969 : SIMON (E.), Die Götter der Griechen. München, 1969 (ou 2ème édition, München, 1980).

Simon 1985 : SIMON (E.), Nachrichten aus dem Martinvon-Wagner Muséum der Universität Würzburg. AA, 1985, 211-308.

Sinn 1981 : SINN (U.), Das Heiligtum der Artemis Limnatis bei Kombothekra. AM, 96, 1981, 25-71, pl. 7-16, Beil. 4.

Sinn 1984 : SINN (U.), ΚΤΥΠΟΝ. Der sogennante Hera-Kopf aus Olympia. AM, 99, 1984, 77-87, pl. 16.

Sinn 1990 : SINN (U.), Das Heraion von Perachora. Eine sakrale Schutzzone in der korinthischen Peraia. AM, 105, 1990, 53-116, pl. 11-13, Beil. 4.

Sinn 1991 : SINN (U.), La funzione dell’Heraion di Perachora nella “Peraia” corinzia. In : Geografia storica della Grecia antica. Tradizioni e problemi (Fr. Prontera ed.). Roma, 1991 (Bibl. di Cultura moderna, 1011), 209-232.

Sinn 1993 : SINN (U.), Greek sanctuaries as places of refuge. In : Greek Sanctuaries. New approaches (R. Hägg, N. Marinatos eds.). London-New York, 1993, 88-109.

Skeat 1974 : SKEAT (T. C.), Greek Papyri in the British Museum. VII, The Zenon Archive. London, 1974.

Snodgrass 1971 : SNODGRASS (A. M.), The Dark Age of Greece. An Archaeological Survey of the Eleventh to the Eighth centuries B.C. Edinburgh, 1971.

Snodgrass 1980 : SNODGRASS (A. M.), Archaic Greece. The Age of Experiment. London-Melbourne-Toronto, 1980.

Spadea 1994 : SPADEA (R.), Il tesoro di Hera. Scoperte nel Santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. BdA, 88, 1994, 1-34.

Spadea 1996 : SPADEA (R.), I Greci in Occidente. Il tesoro di Hera. Scoperte nel Santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone. Museo Barracco, 28 marzo- 30 giugno 1996. Milano, 1996.

Spadea Noviero 1990 : SPADEA NOVIERO (G.), Documenti epigrafici dal Santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna. PP, 45, 1990, 289-312.

Spawforth 1989 : SPAWFORTH (A. J. S ), Agonistic Festivals in Roman Greece. In : The Greek Renaissance in the Roman Empire. Papers from the Tenth British Museum Classical Colloquium (S. Walker, A. Cameron eds.). London 1989 (BICS, Suppl. 55), 193-197.

Spawforth 1994 : SPAWFORTH (A. J. S.), Corinth, Argos, and the imperial Cult : Pseudo-Julian, Letters 198. Hesperia, 63, 1994, 211-232.

Spawforth /Walker 1986 : SPAWFORTH (A. J.), WALKER (S.), The World of Panhellenion. II. Three Dorian Cities. JRS, 76, 1986, 88-105.

Spence 1961 : SPENCE (E. M.), Studies in the topography and history of the Argolid in the 5th century. Diss. Bryn Mawr College, 1961.

Spyropoulos / Chadwick 1975 : SPYROPOULOS (Th.), CHADWICK (J.), The Thebes Tablets. II. Salamanca, 1975 (Minos Suppl., 4).

Stephanis 1988 : STEPHANIS (Ι. Ε.), Διονυσιακο Τεxνται · Συμβολς στν προσωπογραφία το Θεάτρου κα τς μουσικς τν ρxαίων λλήνων. Heracleion, 1988, s.ν. ργou (ξ ργοuς σπίς, κατόμβοια, ραα) et Νέμεια.

Steffen / Lolling 1884 : STEFFEN (Hptm.), LOLLING (H. G.), Karten von Mykenai (...). Berlin, 1884.

Stewart 1990 : STEWART (Α.), Greek Sculpture. An Exploration. New Haven-London, 1990.

Strøm 1988 : STRØM (I.), The Early Sanctuary of the Argive Heraion and its external Relations (8th-Early 6th Cent.B.C). Acta Arch., 59, 1988, 173-203.

Strøm 1992a : STRØM (I.), Evidence from the sanctuaries. In : Greece between East and West : 10th – 8th Centuries B.C. (G. Kopcke, I. Tokumaru eds.), Papers of the Meeting at the Institute of Fine Arts, New York University, March 15-16th, 1990. Mainz, 1992, 46-60, pl. Vc-VII.

Strøm 1992b : STRØM (I.), Obeloi of Preor Proto-Monetary Value in the Greek Sanctuaries. In Economics of Cult in the Ancient Greek World. Proceedings of the Uppsala Symposium 1990 (T. Linders, B. Alroth eds.) Uppsala, 1992 (Boreas, Uppsala Studies in Ancient Mediterranean and Near Eastern Civilizations, 21], 41-51.

Strøm 1995 : STRØM (I.), The Early Sanctuary of the Argive Heraion and its External Relations (8th. – Early 6th Cent. B.C.). The Greek Geometric Bronzes. Proceedings of the Danish Institute at Athens, 1, 1995, 37-127.

Stroud 1984 : STROUD (R. S.), An Argive decree from Nemea concerning Aspendos. Hesperia, 53, 1984, 193-216, pl. 47.

Svoronos 1906 : SVORONOS (J. Ν.), Μαθήματα Νομισματικής. Journal Intern. d’Arch. Numismatique, 6, 1906, 147-236, pl. II-XII.

Themelis 1983 : THEMELIS (P. G.), Delfi e il suo territorio nei secoli viii e vii a.C. [en grec, résumé en italien]. In : Grecia, Italia e Sicilia, III., 213-255, 2 pl.

Thumb 1932-1959 : THUMB (Α.), Handbuch der griechischen Dialekte2. Heidelberg, 1932-1959.

Tölle-Kastenbein 1980 : TÖLLE-KASTENBEIN (R.), Frühklassische Peplosfiguren. Originale. Mainz, 1980.

Tomlinson 1970 : TOMLINSON (R. Α.), Ancient Macedonian Symposia. In :Αρxαία Μακεδονία. Actes du Coll., 26-29 août 1968. Thessaloniki, 1970, 308-315.

Tomlinson 1972 : TOMLINSON (R. Α.), Argos and the Argolid, from the End of the Bronze Age to the Roman Occupation. London, 1972.

Tomlinson 1976 : TOMLINSON (R. Α.), Greek Sanctuaries. London, 1976.

Tomlinson 1988 : TOMLINSON (R. Α.), Water Supplies and Ritual at the Heraion Perachora. In : Early Greek Cult Practice, 167-171.

Tomlinson 1992 : TOMLINSON (R. Α.), Perachora. In : Sanctuaire grec, 321-351.

Torelli 1995 : TORELLI (M.), L’immagine dell’ideologia augustea nell’Agorà di Atene. Ostraka, 4, 1995, 9-31.

Touchais 1989 : TOUCHAIS (G.), Chronique des fouilles et découvertes en Grèce en 1988. BCH, 113, 1989, 581-700.

Tracy 1986 : TRACY (St. V.), An early inscribed gold ring from the Argolid. JHS, 106, 1986, 186, pl. VIII,b-e.

Tracy 1987 : TRACY (St. V.), An early inscribed gold ring from the Argolid. Addendum. JHS, 107, 1987, 193.

Trianti 1984 : TRIANTI (I.), Hausmodelle aus Mazi. AM, 99, 1984, 113-119, pl. 19.

Trianti 1985 : TRIANTI (Ι.), Ο γλυπτός διάκοσμος του ναού στο Μάζι της Ηλείας. Thessaloniki, 1985 (Diss. Université de Thessalonique).

Trianti 1986 : TRIANTI (I.), Ο γλυπτός διάκοσμος του ναού στο Μάζι της Ηλείας. In : Archaische und klassische griechische Plastik. Akten des internat. Kolloquiums, Athen 22-25 April 1985. II : Klassische griechische Plastik (H. Kyrieleis Hrsg.). Mainz, 1986, 155-168, pl. 136-144.

Tzachou-Alexandri 1989 : Mind and Body : athletic contest in Ancient Greece. Catalog of an exhibition Athens 1989-1990 (O. Tzachou-Alexandri ed.). Athens, 1989. [Ed. franç. : Tzachou-Alexandri / Picard 1990 Le corps et l’esprit (O. Picard, O.Tzachou-Alexandri éd.). Lausanne, 1990].

Van Berchem 1962 : VAN BERCHEM (D.), Les Italiens d’Argos et le déclin de Délos. BCH, 86, 1962, 305-313.

Van Berchem 1963 : VAN BERCHEM (D.), Les Italiens d’Argos. Un post-scriptum. BCH, 87, 1963, 322-324.

Van Effenterre / Ruzé 1994 : VAN EFFENTERRE (H.), RUZÉ (Fr.), ΝΟΜΙΜΑ. Recueil d’inscriptions politiques et juridiques de l’archaïsme grec. I. Rome, 1994 (Coll. EFR, 188).

Van Keuren 1989 : VAN KEUREN (F.), The Frieze from the Hera I Temple at Foce del Sele. Roma, 1989 (Archaeologica, 82).

Verdelis et al. 1975 : VERDELIS (N.), JAMESON (M.), PAPACHRISTODOULOU (I.), ρxαικαὶ ἐπιγραϕαὶ ἐκ Τίρυνθος. ArchEph, 1975, 150-205.

Vian 1988 : VIAN (Fr.), Les cultes païens dans les Dionysiaques de Nonnos : étude de vocabulaire. REA, 90, 1988, 399-410.

Vollgraff 1915 : VOLLGRAF (W.), Novae inscriptiones argivae. Mnemosyne, 43, 1915, 365-384.

Vollgraff 1919 : VOLLGRAF (W.), Novae inscriptiones argivae. Mnemosyne, 47, 1919, 252-270.

Vollgraff 1920 : VOLLGRAF (W.), Fouilles d’Argos (1912). BCH, 44, 1920, 219-226, pl. XI-XII.

Vollgraff 1930 : VOLLGRAF (W.), Ad titulos Argivos. Mnemosyne, 58, 1930, 20-40.

Vollgraff 1944-1945 : VOLLGRAF (W.), Inscriptions d’Argos. BCH, 68-69, 1944-1945, 390-403, pl. XXXVI.

Vollgraff 1958 : VOLLGRAF (W.), Fouilles et sondages sur le flanc oriental de la Larissa à Argos. BCH, 82, 1958, 516-570.

Voyatzis 1992 : VOYATZIS (M.), Votive riders seated side-saddle at Early Greek sanctuaries. ABSA, 87, 1992, 259-279.

Waldstein 1892 : WALDSTEIN (Ch.), Excavations of the American School of Athens at the Heraion of Argos 1892. London-New York-Boston, 1892.

Walter 1911 : WALTER (O.), Inschriften aus dem argivischen Heraion. ÖJh, 14, 1911, Beiblatt, col. 139-150.

Walter-Karydi 1987 : WALTER-KARYDI (H.), Alt-Aegina. II, 2, Die äginetische Bildhauerschule, Werke und schriftliche Quellen. Mainz, 1987.

Wathelet 1992 : WATHELET (P.), Argos et l’Argolide dans l’épopée, spécialement dans le Catalogue des vaisseaux. In : Polydipsion Argos, 99-116.

Weickert 1929 : WEICKERT (C.), Typen der archaischen Architektur. Augsburg, 1929.

Weiler 1974 : WEILER (I.), Der Agon im Mythos. Zur Einstellung der Griechen zum Wettkampf. Darmstadt, 1974.

Wells 1990 : WELLS (B.), Trade routes in North-East Argolis. Hydra, 7, 1990, 87-91.

Wells 1991 : WELLS (B.), The Kontoporeia – a road from Argos to Korinth. In : Land Routes in Greece from Prehistoric to Post-Byzantine Times (23-24 May, 1991) (à paraître dans Phoenix)

Wells et al. 1990 : WELLS (B.), RUNNELS (C.), ZANGGER (E.), The Berbati-Limnes Archaeological Survey : the 1988 Season. OpAth, XVIII, 1990, 207-238.

Wells / Runnels 1996 : The Berbati-Limnes Archaeological Survey 1988-1990 (B. Wells, C. Runnels eds.). Stockholm, 1996.

Wesenberg 1971 : WESENBERG (B.), Kapitelle und Basen. Beobachtungen zur Entstehung der griechischen Säulenformen. Düsseldorf, 1971 (BJb, Beih., 32).

West 1985 : WEST (M. L.), The Hesiodic Catalogue of Women. Its Nature, Structure and Origins. Oxford, 1985.

Wide 1897 : WIDE (J.), Nachleben mykenischer Ornamente. AM, 22, 1897, 233-258, pl. VI.

Will 1976 : WILL (E.), Banquets et salles de banquet dans les cultes de la Grèce et de l’Empire romain. In : Mélanges d’histoire ancienne et d’archéologie offerts à P. Collart. Lausanne-Paris, 1976 (Cahiers d’archéologie romande, 5), 353-362.

Wiseman 1978 : Wiseman (J.), The Land of the Ancient Corinthian. Jonsered, 1978 (SIMA, 50).

Woodhead 1953 : WOODHEAD (A. G.) et al., Mycenae, (1939/1952). ABSA, 48, 1953, 3-93, pl. 1-28.

Wörrle 1964 : Wörrle (M.), Untersuchungen zur Verfas-sungsgeschichte von Argos. München, 1964.

Wright 1982 : WRIGHT (J. C.), The Old Temple terrace at the Argive Heraeum and the Early Cult of Hera in the Argolid. JHS, 102, 1982, 186-201.

Yavis 1949 : YAVIS (C. G.), Greek Altars : Origins and Typology. Saint-Louis, 1949.

Zancani Montuoro 1965-1966 : ZANCANI MONTUORO (P.), STOOP (H. W.), L’edificio quadrato nell’Heraion alla Foce del Sele. AMSMG, VI-VII, 1965-66, 23-195.

Zevi / Lazzarini 1988-1989 : ZEVI (F.), LAZZARINI (M. L.), Necrocorinthia a Pompei : una idria bronzea per le gare di Argos. Prospettiva. Rivista di storia dell’arte antica e moderna, 53-56, 1988-1989, 33-48.

Zevi / Lazzarini 1992 : ZEVI (F.), LAZZARINI (M. L.), Hydria bronzea da Pompei. AMSMG, 3a s. 1, 1992, 91-97, pl. IX-XI.

Zimmermann 1989 : ZIMMERMANN (J.-L.), Les chevaux de bronze dans l’art géométrique grec. Mayence-Genève, 1989.

Notes

1 Le fond de plan des fig. 1 à 3 a été établi par l’architecte Poul Christensen d’après les plans publiés par E. L. Tilton (AH I, pl. VIII) et Amandry 1952, fig. 1 p. 224. Il a été publié par Stram 1988, 179, fig. 3. Tous deux ont bien voulu m’autoriser à l’utiliser et je les prie de bien vouloir trouver ici l’expression de ma profonde reconnaissance. Les trois dessins de restitution sont l’œuvre de M.-G. Froidevaux que j’ai aussi le plus grand plaisir à remercier chaleureusement de sa collaboration.

2 AH I, 111 n. 1, pl. VIII et fig. 50. Voir ci-dessus le texte principal, n. 73 et 88.

3 1,026 m selon Amandry 1952, plan fig. 1 ; variation de 1,026 à 1,05 selon Petronotis 1968, 46 ; 1,05 m selon Kalpaxis 1976, 45 et Stram 1988, 178.

4 Variation indiquée par Amandry 1952, 223.

5 Certes, plusieurs temples d’époque géométrique et protoarchaïque abritent un foyer ; à la liste dressée par Snodgrass 1971, 408 et 422-423, s’ajoutent les temples protoarchaïques et archaïques de Kalapodi : Felsch 1987, 13-25 avec bibliographie antérieure ; Felsch 1991. Mais ces foyers constitués à même le sol, parfois creusés, parfois entourés de dalles de pierre ou de terre cuite posées de chant, n’exigent pas de soubassement. Par ailleurs, il n’est pas exclu que ce soubassement ait été installé après la construction du temple, au cours de son utilisation.

6 Faute de date précise pour ce temple, il ne faut pas exclure qu’une frise dorique ait pu surmonter l’architrave de bois, et susciter une éventuelle contraction d’angle.

7 Au temple archaïque d’Isthmia, l’entraxe est de ca 2,21 m sur la façade Ouest et de ca 2,26 m sur les longs côtés et la façade Est, en raison de la non perpendicularité du stylobate Nord aux stylobates Est et Ouest : Hemans 1992a, 34. Il est impossible de décider où fut commise l’erreur initiale : côté Ouest trop court ? Côté Est trop long ? Des angles Nord-Est et Nord-Ouest, quel fut le premier construit et fautif ? Si tous les entraxes étaient prévus égaux à ca 2,26 m, le temple était peut-être construit sur le module de l’entraxe, comme plus tard en Arca– die les temples d’Orchomène, Vigla (Aséa) et Pallantion C (Østby 1991, 46-55). Mais les entraxes des petits côtés étaient peut-être aussi prévus plus courts de ca 5 cm que ceux des longs côtés. Ainsi, à Kallion-Kallipolis, où le temple daterait du ive siècle selon P. G. Themelis (Themelis 1983, 237-238, fig. 38, 39, 44 et 45, pl. II, suivi par Kuhn 1993, 42-43 et 45), mais serait archaïque selon Østby 1986, 94 n. 57, les entraxes de façade sont en moyenne de 2,938 m, et tous plus courts que tous ceux des longs côtés qui sont en moyenne de 3,061 m. Au temple d’Alipheira en Arcadie (ca 480 av. J.-C.), les entraxes de façade sont aussi plus courts que ceux des longs côtés, soit de 4,4 cm pour les entraxes courants et de 6,5 cm pour les entraxes d’angle : Orlandos 1968, 90-91, fig. 63. A la Basilique de Paestum, ils sont de 2,86 m en moyenne sur les petits côtés et de 3,098 m en moyenne sur les longs côtés : Mertens 1993, 14-15 et 97, Beil. 4-7. Au temple F de Sélinonte (ca 530), il sont en façade de 4,47 m contre 4,60 m sur les longs côtés : Gruben 1980, 284. Ordinairement, les entraxes des façades sont au contraire supérieurs à ceux des longs côtés, dès l’Héraion d’Olympie (3,56 m contre 3,26 m). Sur ces questions, voir Coulton 1974 et Østby 1986, 94-95.

8 D’après AH I, pl. VIII : distance du parement extérieur Sud de la terrasse à l’amorce de la pente rocheuse au Nord de la terrasse = ca 35,50 m ; distance du parement extérieur Sud de la terrasse au stylobate Sud = 13,60 m. L’amorce de la pente, très douce et tout à fait franchissable, n’est proche du temple (3,64 m) qu’au N-E de la terrasse, et sur une surface très limitée. Au N et au N-O, la pente commence beaucoup plus loin du temple.

9 La présence du “bthros” interdit en principe, I. Strøm l’a justement noté, qu’un mur de refend séparant naos et opisthodome se dresse à l’aplomb de la colonne n° 1, comme dans la restitution de E. L. Tilton.

10 Voir l’opisthodome embryonnaire du temple d’Isthmia : Hemans 1992a, 33 et 34, fig. 8.

11 AH I, pl. VIII.

12 Plan publié par Amandry 1952, 224 fig. 1, reproduit avec de menus compléments par Strøm 1988, fig. 3 et 6.

13 Kalpaxis 1976, 43, fig. 26.

14 24,90 m à l’Est du soubassement carré. Petronotis 1968, 147 n. 144, corrige en 27,90 m, tout aussi faux ; mais il est suivi par A. E. Kalpaxis et I. Strøm.

15 A Olympie, l’entraxe des colonnes du pronaos (3,40 m) est inférieur à l’entraxe médian de la péristasis (3,63 m). De même dans la restitution du temple de Tégée proposée par Østby 1986, fig. 29. Au demeurant, les distances mesurées sur un plan (en l’occurrence 9,71 m entre le centre de la croix et le stylobate Sud) risquent bien évidemment d’être trop imprécises pour que je n’exclue nullement que la barre Est-Ouest de la croix ait été alignée sur l’axe de la 4ème colonne de la façade Est et que l’entraxe des colonnes du pronaos ait donc été égal à celui des colonnes de la péristasis.

16 Riemann 1946-1947, 49. Kalpaxis 1976, 96.

17 Hemans 1992a, 34.

18 Kalpaxis 1976, 47-49 et 96-97, avec bibliographie antérieure. Toute la question est de savoir si la péristasis actuelle, qu’il faut probablement dater du iiie siècle, reproduit ou non une éventuelle péristasis antérieure. Tel semble bien être le cas, comme A. E. Kalpaxis le souligne : les dimensions des triglyphes et des métopes archaïques et l’égalité entre les entraxes de la colonnade intérieure et ceux des longs côtés paraissent garantir que la péristasis hellénistique reproduisait les dimensions et le rythme de la péristasis archaïque. Sur les parties archaïques et archaïsantes du stylobate, Kuhn 1993, 30, 33-39, 43, 45 et 47.

19 Ci-dessus n. 7.

20 La croix inscrite sur le bloc de façade du pronaos indique l’avancée des antes dont on peut donc évaluer la distance au parement extérieur Est de la plate-forme (toujours supposé rectiligne et perpendiculaire au parement Sud) par la soustraction suivante : 55,80 m – [8,70 m + 2,80 m + (3,50 m x 9) + 0,66] = 12,14 m. Cette distance est encore supérieure à celle que pouvait obtenir C. L. Brownson en mesurant 8 m à partir du parement intérieur du même mur Est (8 m + 3,50 m = 11,50 m). Mais surtout, le rapport n’autorise pas à limiter les zones d’incendie à l’étendue de briques crues désagrégées provenant des murs de la cella : si l’on s’en tient au fait que les mesures ont été prises à la surface de terre noire et si l’on estime, à juste titre, que l’incendie concerne aussi la péristasis, il faut renoncer à interpréter cette dimension avec certitude. Il reste que le stylobate atteint “presque” l’autre extrémité de la terrasse (à plus de 4 mètres près cependant !), comme le faisaient les bandes d’incendie.

21 Ainsi dans la restitution du temple archaïque de Tégée par Østby 1986, 93-95, fig. 2 et 29.

22 Toutefois à Kallion (5 x 10 colonnes), les façades Nord et Sud de la cella apparaissent entre les premières et deuxièmes colonnes d’une part, et entre les neuvièmes et dixièmes colonnes d’autre part, de sorte que les ptérons Sud et Nord sont nettement moins larges qu’un entrecolonnement. De même les ptérons Est et Ouest, mais dans une proportion moindre.

23 Noter la diversité des solutions observées par Mertens 1993, Beil. 15.

24 La valeur minimale de 32,82 m est proche des 33 m indiqués par C. L. Brownson pour la surface de terre cendreuse, mais ne vaut malheureusement pas pour la bande de briques d’argile décomposées.

25 Kalpaxis 1976, 46, fig. 28 et 29.

26 Plus large donc que les cellas du temple protoarchaïque Sud de Kalapodi (7,4 m à 7,9 m) et du temple d’Isthmia (ca 7,90 m), sensiblement aussi large que celles du temple protoarchaïque Nord de Kalapodi (ca 10 m) et du temple de Tégée (10 m à 10,08 m), un peu plus étroite que celle de l’Héraion d’Olympie (10,73 m).

27 Kalpaxis 1976, 52 et 102, retient les dimensions au toichobate (11,47 m x 40,41 m) qui donnent une proportion de 2/7 ou 1/3,5. Mais Østby 1986, 93 n. 52, retiendrait plutôt les dimensions au nu des murs (40,21 m x 10,72 m) qui donnent une proportion de 1/3,75.

28 Østby 1986, 93, ce qui donne 10,08 m x 37,805 m ou 10 m x 37,51 m.

29 Hemans 1992a, 34 (7,90 m x 32,28 m).

30 Kalpaxis 1976, 50 (6,26 m x 31,20 m).

31 Nous ne savons pas si le toichobate débordait ou non du nu du mur, et si oui de combien. Il ne semble pas qu’il déborde ou déborde de beaucoup aux temples protoarchaïques de Kalapodi. A l’Héraion, on peut estimer que l’alignement donné pour les antes Est sur la pierre gravée correspond au toichobate, et c’est bien la longueur de la cella au toichobate que nous avons évaluée. On admettra donc que longueurs, proportions et largeurs sont calculées au même niveau.

32 Ainsi à Kallion (6,57 m x 22,25 m) et à Pallantion au temple B où la cella est construite sur un triangle de Pythagore de 5 x 12 x 13 unités, ainsi que la péristasis des temples d’Orchomène, Vigla et Pallantion C : Østby 1991, 46-51, fig. 1, 4 et 5 ; Østby 1989, 3-6.

33 Gullini 1985, pl. VII et VIII.

34 Mertens 1974, 208-211, pl. XLVI 2 et XLVII 1. Gullini 1983, pl. XVII. Mertens 1993, Beil. 15, 12.

35 Felsch 1987, 22, fig. 3. De même les murs de la Basilique de Paestum sont axés sur les colonnes de façade : Mertens 1993, 88-90, fig. 61, et p. 97. Peut-être étaient-ils axés ou presque axés sur les deuxièmes et quatrièmes colonnes à Thermos C (5 x 15 colonnes) d’après les dimensions données par Kalpaxis 1976, 50. Mais ils ne l’étaient pas exactement au temple de Kallion (5x10 colonnes) d’après les dimensions données par P. G. Themelis (les deux entraxes de façade mesurent 5,885 m, et la largeur de la cella entre les axes des toichobates 5,70 m). Ils sont restitués axés au temple de Tégée par Østby 1986, fig. 29.

36 La largeur de la cella est de 10,73 m d’après le plan et la coupe de H. Schleif (1929) insérés dans Mallwitz 1966, aux pp. 312-313 et 322-323. La somme des entraxes est de 10,69 m d’après Riemann 1946-1947, 49.

37 Gullini 1985, pl. II et IX.

38 Bankel 1993, pl. 54 et 55.

39 Demangel 1923, 5 et 17, pl. VII.

40 Gullini 1985, pl. IX.

41 Mertens 1974, 212-214, pl. XLVIII. Gullini 1983, pl. XVIII.

42 Qui, rappelons-le, peut se confondre avec le nu extérieur de ces murs : ci-dessus n. 31 ; mais nous n’avons pas le moyen d’affirmer quoi que ce soit sur ce point précis.

43 Sinn 1981, 47-50, fig. 4 et Beil. 4.

44 Isthmia I, 13 et 38-40, fig. 53-58. Hemans 1992a, 34.

45 Felsch 1987, 19-20.

46 Felsch 1987, 22-25. L’épaisseur maximale des murs est donnée par la largeur d’un bloc de soubassement, de 0,85 m ; l’épaisseur minimale est donnée par l’une des dimensions des briques, 0,25 m (0,25 m x 3 = 0,75 m) ; l’autre dimension, 0,27 m ou plus, donnerait une épaisseur d’au moins 0,27 m x 3 = 0,81 m : Schuler 1980, 69 et 72. Au temple de Kallion (archaïque ? archaïsant ?), les murs sont épais de 0,87 m pour une cella large de 6,57 m (rapport 1/7,55) et des colonnes d’un diamètre moyen de 0,565 (rapport 1/0,65). Appliqué à l’Héraion, ce rapport porterait l’épaisseur des murs à 1,23 m, manifestement excessive.

47 Par référence, il faut le rappeler, à une esthétique attestée surtout ultérieurement.

48 A condition, rappelons-le, que le “bothros” n’ait pas servi en même temps que le temple.

49 En effet, il est théoriquement possible de traiter le problème de l’épaisseur des murs en partant des trois valeurs remarquables du rapport Ic/Lc qui ont retenu notre attention. Dans le cas où il est égal à 1/3, l’épaisseur du mur (épm) est telle que (10,326 m + épm) x 3 = Lc. D’où 3 épm = Lc – (10,326 m x 3) = Lc – 30,978 m. D’où épm = (Lc – 30,978 m) : 3. La formule ne peut s’appliquer que si Lc est au moins égal à 32,56 m. Si Lc est égal à 32,56 m ou 32,82 m, l’épaisseur du mur est probablement trop faible (respectivement 0,527 m et 0,614 m). Si Lc = 33,91 m (façade Ouest sur une ligne passant à mi– distance entre les colonnes nos 1 et 0), épm = 0,977 m. Si Lc = 35,26 m, épm = 1,361 m, ce qui est excessif. Si lc/Lc = 1/3,4, on cherche à appliquer la formule 3,4 épm = Lc (10,326 x 3,4) = Lc – 35,108 m. Elle est inapplicable ici où la valeur maximale de Lc est égale à 36,06 : l’épaisseur obtenue pour les murs serait trop faible (0,317 m). A fortiori si lc/Lc = 1/3,5.

50 Noter que, dans le même rapport, si Lc = 35,108 m (à peine inférieure), lc = 10,326 m et les toichobates sont exactement axés sur les deuxièmes et cinquièmes colonnes des façades.

51 A Tégée, Østby 1986 restitue une cella large à l’extérieur de 10,50-53 m au toichobate, et de 10,00-08 m au nu des murs (de briques). La distance entre murs et stylobates de la péristasis, perdus, serait d’environ 1,50 m.

52 Østby 1986, fig. 29, restitue le pronaos du temple de Tégée dans le même ordre de grandeur.

53 Plan de H. Schleif inséré dans Mallwitz 1966, 312-313.

54 1,34 m sur les longs côtés, 1,99 m à l’opisthodome selon Riemann 1946-1947, 49.

55 AH I, pl. VIII.

56 AH I, pl. VIII ; Amandry 1952, fig. 2 ; Strøm 1988, fig. 3 et 6.

57 La “largeur intérieure réelle” des nefs latérales, celle de l’espace libre que le regard peut appréhender, est donc supérieure de 0,98 m – 0,55 m = 0,43 m à la largeur mesurée au stylobate, et celle de la nef médiane supérieure de 0,86 m.

58 Coupe par H. Schleif (1929) dans Mallwitz 1966, 322-323. Riemann 1946-1947, 49-50.

59 Bankel 1993, 124-125, pl. 17, 1, 54, 55 et 28, 3.

60 Mertens 1974, 211, pl. XLVI ; D. Mertens dans Metaponto I, fig. 184 aux pages 170-171, fig. 2 aux pages 316-317 ; Mertens 1993, Beil. 15, 8.

61 Rôle joué par les piliers de bois ou de pierre (Isthmia) dressés contre ou engagés dans les murs des temples d’Isthmia (pierre), Tégée, Kalapodi, Erétrie, etc. (brique crue), et dont les colonnades intérieures du temple d’Apollon à Métaponte ne sont qu’une variante. Voir aussi les réflexions de Kalpaxis 1976, 101– 102.

62 Kalpaxis 1976, 96-100.

Notes de fin

1 IRAA du CNRS

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Dimensions et proportions possibles de la cella, d’après ses largeurs et ses longueurs remarquables. Distance (a) entre l’arête extérieure du toichobate et l’axe du stylobate le plus proche. Distance (b) entre l’arête extérieure du toichobate et l’axe Est-Ouest des colonnes de façade correspondantes. En gras, les dimensions correspondant aux solutions illustrées par les figures 1 à 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tableau 2. Largeur des nefs latérales entre stylobate et mur en fonction de la largeur de la cella (lc) et de l’épaisseur des murs (épm). Rapport entre les largeurs des nefs latérales (ln) et médiane (lN) mesurées aux axes des stylobates. En gras, les nombres correspondant aux solutions illustrées fig. 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 1 à 3 – Propositions de restitution du temple archaïque de l’Héraion d’Argos (Des. M. G. Froidevaux d’après Str0m 1988, 179, fig. 3).
Légende Fig. 1 – Façade Ouest de la cella (opisthodome) sur la médiatrice des centres des colonnes nos 1 et 0.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 2 – Façade Ouest de la cella (adyton) sur la tangente par l’Ouest aux colonnes n° 0.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 3 – Variante de la figure 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende TABLEAU 3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540