Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héra. Images, espaces, cultes

 | 
Juliette de La Genière

Présentation

Juliette de La Genière

Texte intégral

1L’ouvrage présenté ici réunit les communications entendues lors des XVIes Journées d’Études du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille, qui étaient consacrées à une réflexion sur les sanctuaires d’Héra.

2Notre objectif a été de favoriser un dialogue entre les historiens des religions et les archéologues qui explorent les espaces sacrés d’Héra d’une rive à l’autre de la Méditerranée.

3Le mythe des Argonautes rappelle que la déesse était déjà présente dans la Grèce mycénienne ; et la tradition antique veut que son culte ait été transporté par Jason de sa demeure péloponnésienne vers l’Est égéen comme vers la rive tyrrhénienne de l’Italie. C’est pourquoi, au cours de ces Journées, la réflexion s’est d’abord portée sur Argos. Ensuite, un itinéraire maritime nous a conduits d’une demeure à l’autre d’Héra, d’Argos à Samos, et même à Lesbos, puis d’Argos à Paestum et Crotone.

4Le profil d’Héra était-il malléable ? Pouvait-il, à Samos, être remodelé par le contexte local qui domine la vigoureuse culture anatolienne ? Un examen attentif des composantes du sanctuaire, une révision systématique des offrandes enrichissent et précisent les données légendaires, illustrent l’importance du lieu sacré et son rayonnement. Une question analogue se posait pour l’Héra occidentale, celle de Poseidonia, celle de Crotone, toutes deux installées sur la frange de régions barbares : un monde étrusque réceptif, mais aussi dynamique et créateur, pour Poseidonia ; des populations plus passives et perméables, les Chônes, pour Crotone.

5Pour ces sanctuaires, la lecture des ex-voto permet un regard sur la pratique du culte. Tous sont extra-urbains, ce qui pose le problème de leur rôle dans la polis, de leur importance économique au-delà de leur mission religieuse. Entre les uns et les autres on a pu déceler certaines convergences ; mais on ne peut ignorer les contrastes qu’explique la diversité des terres d’accueil, ni les évolutions différentes provoquées par des circonstances extérieures.

6Voilà quelques-unes des questions qui ont été abordées au Colloque ; je souhaite que cet ouvrage permette de mieux connaître le visage ou les visages de la grande déesse, c’est-à-dire de mieux comprendre l’attente de ses fidèles.

7Ma reconnaissance va aux donateurs, et notamment à la Société C.N.I.M., qui ont permis à l’Association P.R.A.C. (Promotion de la Recherche en Archéologie Classique) de contribuer à la réalisation de ce projet ; j’ai plaisir à remercier également toute l’équipe du Centre Jean Bérard qui s’est chargée de préparer cette publication.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540