Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne

 | 
Ettore Lepore

IV. L’“hellénisation” et les sociétés indigènes de l’Italie antique

Texte intégral

1Quand on veut parler d’“hellénisation” dans l’Italie antique, il faut se poser tout de suite le problème des réalités culturelles différentes avec lesquelles se fait le contact, et dont la diversité est à mettre en rapport aussi bien avec les situations socio-économiques et politiques particulières des différents partenaires qu’avec la diversité des moments historiques de ces contacts. Pour ne pas réduire l’idée d’“hellénisation” à ses seules dimensions culturelles, comme on l’a fait jusqu’à présent, nous allons considérer rapidement le sens et la fonction des phénomènes déjà vus, en particulier dans la dépendance des communautés sicules et autres, et des villages ou ethne œnôtres par rapport à la vie des colonies, de certaines colonies notamment, de Sicile ou d’Italie méridionale. C’est la totalité des sociétés en contact et certaines sphères particulières, comme les demoi urbains et ruraux des cités grecques, qui nous intéressent ici surtout.

2Il y a un passage de Strabon (VI, 1,2 C253), très complexe, composé de plusieurs couches de traditions historiographiques, mais qui, je crois, remonte en tout cas aux témoignages de Timée et d’autres auteurs qu’il a tirés d’Antiochos de Syracuse :

3« Telles sont les localités lucaniennes qui se succèdent sur le littoral de la mer Tyrrhénienne. Quant à l’autre mer, dominée par les Grecs, qui possédaient le Golfe de Tarente, elle n’était autrefois touchée en aucun point par la Lucanie, et, avant l’arrivée des Grecs, il n’existait pas encore de Lucaniens : tous ces lieux étaient occupés par les Chônes et les Œnôtres. Mais quand les Samnites, en pleine expansion, eurent chassé les Chônes et les Œnôtres et eurent installé dans ce secteur une colonie lucanienne, tandis que les Grecs, à la même époque, mettaient la main, des deux côtés de l’Italie, sur les terres du littoral jusqu’au détroit de Sicile, une guerre se déclencha, qui devait opposer pendant longtemps les uns aux autres les Grecs et les barbares. Plus tard, les tyrans de Sicile et après eux les Carthaginois, qui faisaient la guerre aux Romains tantôt pour la Sicile, tantôt pour l’Italie elle-même, firent beaucoup souffrir les habitants de ces régions, en particulier les Grecs, car ces derniers, dans un mouvement de conquête commencé dès la guerre de Troie, s’étaient emparés ensuite d’une grande partie des territoires de l’intérieur et s’étaient si bien étendus qu’ils pouvaient appeler Grande-Grèce non seulement toute cette partie de l’Italie, mais encore la Sicile. Aujourd’hui, en revanche, à l’exception de Tarente, de Rhégion et de Néapolis, tout ce pays est devenu entièrement barbare, en ce sens qu’il appartient pour une part aux Lucaniens et aux Brettiens, pour l’autre part à des Campaniens, qui sont d’ailleurs Campaniens de nom seulement et Romains de fait, puisqu’ils sont devenus citoyens romains. Cependant, qui traite de la géographie de la terre doit tenir compte non seulement du présent, mais aussi de certaines réalités du passé, surtout quand elles sont bien connues. » (Trad. F. Lasserre).

  • 1 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, vol. I, Bari 1967, pp. 112 ss.
  • 2 E. Will, Doriens et Ioniens. Essai sur la valeur du critère ethnique appliqué à l’étude de l’histoi (...)
  • 3 S. Mazzarino, op. cit., p. 115 et 213 ss.

4Dans la discussion sur les identités et les différences dans les rapports entre metropoleis et apoikiai, l’idée d’une continuité entre la situation de la pleine époque classique et celles des viiie et viie s. av. J.-C, – sinon même l’idée d’une absence de tout “saut” entre le monde des poleis de la mère-patrie et le monde des apoikiai –, a été liée par Santo Mazzarino1 à une conception ethnique et presque fédérale de la polis coloniale”, qui serait dans l’historiographie et donc dans la conscience et dans le sentiment grecs mêmes. Il a insisté encore – en restaurant les notions d’ “ionisme” et de “dorisme”, dont Edouard Will2 avait, il y a longtemps, fait justice –, en ce qui concerne les innovations dans les apoikiai, sur des préjugés d’ “impureté ethnique”. Dans les observations mêmes sur la signification géographique de la première colonisation grecque, à côté des différences soulignées à juste titre et qui ne sont pas toutes dues seulement au “théâtre géographique”, le problème de la “pureté” s’est présenté une deuxième fois3.

  • 4 P. Vidal-Naquet, Esclavage et gynécocratie dans la tradition, le mythe, l’utopie, in Le chasseur no (...)

5Le problème ne se pose pas, à mon avis, en terme de préjugés ethniques, même si les traditions polémiques sur l’origine de Locres, avec des allusions à l’assimilation de coutumes indigènes (dans Aristote et Polybe xii, 5, 10 et 6, 1-6, en plus de celles concernant les mariages entre femmes et esclaves), pourraient nous inviter à le croire, de même que d’autres récits anciens sur le mélange et les mariages mixtes à l’époque des migrations en Anatolie (dans Hérodote I 146 ; iv 186 ; et Nicolas de Damas 90 F 51 Jacoby). C’est plutôt une question – comme l’interprétation de mon ami Vidal-Naquet4 l’a bien montré dans le cas même de Locres – de “distances” sociales différentes, qui peuvent se produire dans le plethos même des citoyens des apoikiai, malgré la discipline et le statut imposés par la metropolis ; c’est qu’on a peur pour l’équilibre “politique” des nouvelles poleis, dans la rencontre avec les éléments non grecs, et entre les Grecs aussi, de provenance multiple. Le danger est ressenti plus fortement, naturellement, dans la conscience grecque classique, à propos des “classes dangereuses” de ces poleis. Un exemple typique est encore chez Thucydide VI 17,2, dans le discours d’Alcibiade à la veille de l’expédition de Sicile, qui reflète notamment la réalité de cités comme Syracuse (ou d’autres) et l’évolution de leur demos ou l’intégration même du corps “politique” et civique : “les cités y sont très peuplées, mais de masses hétérogènes, et les changements ou les nouvelles admissions de citoyens s’y opèrent facilement”. Soit qu’on accepte le των πολιτών d’une des lectiones, comme c’est le plus fréquent, soit qu’on admette l’autre lectio, τών πολιτειών, en traduisant “changements de régime et acceptations de nouveaux régimes” ou encore et extension du droit de cités”, le sens ne change pas beaucoup. La “frontière” est liée aux luttes internes des apoikiai auxquelles participent des éléments non grecs, comme les Sicules alliés du demos contre les gamoroi syracusains ou les partisans – “mercenaires” ou Sicules encore, mais réunis dans un seul mot ξένοι – des tyrans de Syracuse (et d’ailleurs) ou de leurs adversaires politiques (Ducetios lui-même, dans la deuxième révolte, est peut-être un instrument des staseis siciliotes).

  • 5 T. J. Dunbabin, The Western Greeks, Oxford 1948.
  • 6 Strabon, V, 4,2, C241.
  • 7 E. Hobsbawm, I Ribelli. forme primitive di rivolta sociale, Torino 1966.
  • 8 E. De Martino, Sud e magia, Milano 1959 ; La terra del rimorso. Contributo a una storia religiosa d (...)

6La situation du demos de Syracuse, que Dunbabin5 avait déjà soulignée, ou des autres ochloi coloniaux de Sicile, s’est facilement répétée dans d’autres apoikiai de l’Italie du Sud. Sybaris, avec sa tradition de “libéralité” dans les concessions et l’extension du droit de cité, la mention de nombreux symmachoi œnôtres et l’attrait excercé sur leurs chefs, enfin l’apparition du gouvernement de Telys, difficile à définir, mais très proche des tyrans siciliotes, présente selon toute probabilité un demos analogue. Bien entendu de tels mélanges arrivent toujours au niveau de l’ochlos, et étant donné le caractère de Sybaris, de l’ochlos banausikos surtout. Les ochloi symmachoi ont été, en Sicile comme à Sybaris, bloqués dans leur formation par les tyrans ou par les oligarchies, et en Italie du Sud, à la fin du ive siècle, par la chute de Sybaris. Il faudra attendre le milieu du ve siècle av. J.-C. pour voir se développer, dans les poleis de la péninsule, la révolution démocratique, même dans des cités restées longtemps sous le contrôle des aristocraties, comme Crotone et plus tard Locres, et assister alors à une ouverture aux “indigènes” de la culture grecque elle-même et des sectes fermées, comme celle des pythagoriciens. Tarente, d’autre part, connut un développement de son demos à partir de la première moitié du ive siècle av. J.-C. avec le déclin de son élite de cavaliers, décimée par les guerres malheureuses contre les Iapyges, et devint avec le temps le champion de la démocratie en Grande-Grèce. Elle devint aussi le protagoniste de l’acculturation des populations de la deuxième vague italique qu’elle avait dû longtemps combattre, y compris avec l’aide des condottieri d’Épire et de Sparte, et l’alliée de ses vieux ennemis. Mais c’est là une autre époque et les “indigènes” aussi sont devenus autres, Lucaniens et Bruttiens, ou Campaniens et Samnites, plus au Nord. Timée les qualifiait tous de “Saunitikà ethne”6. Ces populations, non seulement vinrent se superposer aux Œnôtres, mais assaillirent les poleis grecques de l’Italie du Sud ou les mirent en difficulté en se mêlant dans leur chora aux indigènes déjà établis et aux paysans grecs aussi, qui dans la campagne de certaines villes étaient pauvres ou dépendants, et trouvaient dans les nouveaux arrivés des alliés contre les élites dominantes. Comme on le verra, si le Pythagorisme des élites politiques s’ouvre à Crotone aux επιφανέστατοι παίδες de ces populations, la campagne, à Crotone aussi et à Thourioi, comme en d’autres chorai de cités plus au Sud, et le demos urbain lui-même de Tarente et ses demagogoi, s’ouvriront aux éléments inférieurs, notamment aux Bruttiens qui sont dits “serfs des Lucaniens” dans une tradition seulement à demi tendancieuse, à ces boukoloi par exemple, qui sont liés au culte de Dionysos et aux phénomènes “marginaux” dans la société, ou aux formes primitives de révolte sociale, que Éric Hobsbawm7, et sous d’autres aspects Ernesto De Martino8 et son école, nous ont si bien appris à analyser.

7Mais il est temps de quitter les cités grecques de l’Italie du Sud pour revenir à la deuxième vague de populations qui l’habitèrent.

  • 9 Antiochos, fr. 2,3,4,5,9,12 Jacoby ; Hécatée, fr. 80-85 Jacoby.
  • 10 Pour l’Italia d’Hérodote : Tarente en Italia : I, 24,7 ; III, 136,1 ; 138,2 ; Sybaris et Crotone en (...)
  • 11 Hérodote, I, 167.
  • 12 B. d’Agostino, Tombe “principesche” dell’Orientalizzante antico da Ponte-cagnano, Roma 1977 (Monume (...)

8Nous pouvons accepter d’abord le témoignage sur les deux vagues ethniques dans le sud de l’Italie, même si la chronologie de la seconde est peut-être trop haute dans la perspective de Timée, qui apparaît familiarisé avec les luttes entre les colonies grecques et ce qu’il appelle les Σαυνιτικάθνη des Lucaniens et des Bruttiens. Le parallélisme très étroit entre l’arrivée des populations nouvelles et l’établissement des Grecs sur la côte, vu comme une ἐπικρατία et une expansion des cités grecques, du même type que plus tard les “empires” des tyrans siciliotes et de Carthage, est certainement faux. C’est désormais la perspective “hellénistique” de la chora des royaumes des Éacides et des Antigonides et l’historien sicilien qui a vu la tentative de Pyrrhus en Italie et en Sicile, ne peut renoncer à une théorie de l’équilibre entre deux “croissances” (αύξηθέντων... ηύξηντο), celle des Samnites et celle des Grecs, avec la longue guerre et la rencontre entre l’hellénisme et les “barbaries”. Il n’est pas certain qu’une partie de cette tradition puisse remonter jusqu’à Antiochos de Syracuse. Celui-ci ne connaît, dans les fragments qui lui sont attribués avec certitude, ni les Σαυνιτικα έθνη, ni les Lucaniens ; peut-être connaissait-il les Bruttiens. La source de Strabon (peut-être encore Timée) lui reproche d’avoir exposé les choses de manière simpliste et dépassée (ούτος μν ούν άπλουστέρως ερηκε κο άρχαικώς). Antiochos avait encore une vision qui était celle d’Hécatée9 et de l’“empire” (άρχή) de Sybaris, étendu surtout aux Oinotrika ethne et dans une grande Italia. Hérodote10 qui, lui non plus, ne semble rien savoir des Lucaniens, a une notion plus claire de ce qu’est devenu l’Italie “achéenne” après la chute de Sybaris et les luttes autour de son héritage. C’est la Crotone, sinon de Pythagore, du moins de Démocède qui domine chez lui, et les Œnôtres sont les communautés périphériques de la côte tyrrhénienne, restées jusqu’à la fondation d’Elée et à l’époque de l’assimilation de Temesa dans la polis de Locres (deuxième moitié du vie siècle-premère moitié du ve siècle av. J.-C), plus autonomes et peut-être “barbares”, si on réfléchit aux traditions de caractère ionien et phocéen sur Polites et Palinuros et sur le daimon de Temesa Alybas, avec la peau de loup, dans sa liaison avec la source Lykas, et si on pense aux généalogies mythiques Lykaon-Oenotros et Alybas-Metabos. Du monde des Œnôtres ne subsiste chez Hérodote11 que l’Oinotría ge où les réfugiés d’Alalia ont acquis leur territoire. Plus au Nord, si on peut penser encore à des Œnôtres, les élites de la zone autour de Pontecagnano ont hérité, déjà au viie siècle av. J.-C, de l’idéologie funéraire grecque une symbolique de la fonction guerrière, comme l’appelle B. d’Agostino12.

9[Les Lucaniens]. C’est donc sur la côte tyrrhénienne et dans l’arrière-pays que les Lucaniens arrivent, peut-être déjà au tournant entre vie et ve siècle av. J.-C. Ils se mêlent à leurs prédécesseurs acculturés ou encore barbares, ou les assujettissent et ils entrent, à leur tour, en contact avec les poleis grecques. Ils en deviennent en partie les symmachoi, en partie les ennemis, et pénètrent en profondeur jusqu’à la côte ionienne, en mettant en grande difficulté toutes les apoikiai, à partir du milieu du ve siècle av. J.-C, et en conquérant complètement quelques-unes d’entre elles : Strabon nous donne, à propos des Lucaniens, le témoignage d’une distinction dans l’espace, en parlant d’abord de ceux qui étaient le long de la mer Tyrrhénienne (οί μεν άπ-τόμενοι κτλ) et ensuite de ceux qui possédaient l’arrière pays et qui habitaient au dessus du golfe de Tarente (οί ύπεροικοντες). Il ne distingue pas les Lucaniens des Samnites et considère Petelia comme leur métropole, à l’époque la plus ancienne.

10Évidemment ces distinctions dans l’espace révèlent aussi des différences culturelles et une inégalité de développement entre la côte rapidement hellénisée et l’arrière-pays. Sur la côte, nous connaissons, de fait, les alliés (symmachoi) de Posidonia qui sont aussi des Lucaniens qui l’aidèrent dans une guerre contre Élée, avant de la conquérir, lorsque leur puissance se fut développée. Certes, la “grande Lucanie” qui s’étendait jusqu’à la mer Ionienne et dont parle Strabon comme la plus ancienne, connaît – entre la fin du vie siècle et le milieu du IVe av. J.-C. – des faciès culturels plus nombreux que la dichotomie du géographe, et donc un processus de différenciation structurelle, économique et sociale : la région de Melfi au nord, ouverte sur la Campanie étrusque, et sur la Daunie ; la région centrale qui deviendra la Lucanie historique, l’arrière-pays de Strabon (mesogaia), poche de concentration et de toutes les poussées vers le sud, dans les guerres contre Thourioi et Tarente enfin, la région la plus méridionale, où s’individualiseront les Brettiens ou Bruttiens. L’hellénisation connaît dans ces régions différents degrés de pénétration, plus ou moins superficiels selon les cas, elle a réussi plus ou moins à réveiller une campagne soumise aux poleis grecques. Surtout dans le Bruttium, où le bilinguisme (ou plutôt la diglossie) d’une dédicace de Cirô indique l’emploi indifférent de deux langues, une civilisation dualiste, plutôt que mixte, qui conserve intacts certains caractères. Là l’hellénisation se produira plus tard, et pourra être plus tenace, mais comme instrument d’émancipation des Bruttiens, plus arriérés et tenus à l’écart sur les montagnes de la Sila au milieu d’un réseau de colonies grecques par un lien que les sources appellent “esclavage” par rapport aux Lucaniens. A cette tradition se rattachent des pratiques rituelles d’initiation des jeunes lucaniens du plus haut niveau social en formation. En même temps, à travers elle, se révèle un “modèle” main d’œuvre spécialisée dans l’élevage qui tirait probablement son origine de populations pastorales habituées à la transhumance et seulement à demi sédentarisées. Leur évolution s’accomplit selon un processus “horizontal” en tant que mercenaires des tyrans siciliotes et au contact des demoi grecs et des territoires ruraux des poleis.

  • 13 R. S. Conway, The Italie Dialects, Cambridge 1897.
  • 14 M. Lejeune, Inscriptions de Rossano di Vaglio 1973-74. Rendiconti del-l’Accademia dei Lincei, 30, 7 (...)

11Les Lucaniens qui envahirent l’Italie du sud étaient très proches de la tribu la plus méridionale des Samnites, les Hirpiniens ; comme ceux-ci, ils tiraient leur nom du loup (quoique l’étymologie soit encore discutée et la valeur de hirpus chez les Sabins contestée par des travaux récents, malgré Vairon et sa tradition). Ils conservaient de vieux cultes de la Sabine, comme celui de la Mephitis (présent dans la vallée d’Ampsancte, comme à Rossano di Vaglio). Leur marche le long de la côte tyrrhénienne, du val de Diano jusqu’au détroit et à la mer Ionienne, où finirent les groupes des Bruttiens, dut être relativement rapide : les documents linguistiques du Bruttium révèlent à la recherche la plus récente des phénomènes qui ne peuvent plus être attribués aux dialectes proto-italiques (ou pré-italiques comme les appelait le recueil de Conway13), propres aux Œnôtres, mais qui présentent des éléments intermédiaires, proto-osques, a-t-on dit, différents aussi de l’osque historique que les Lucaniens et Bruttiens parlaient. Le peuplement a donc été très précoce et peut-être en plusieurs vagues. Quand ils commencèrent à écrire, ils firent usage des alphabets grecs, mais il le firent seulement plus tard, comme l’a démontré Michel Lejeune14.

  • 15 S. Gruzinski, A. Rouveret, “Ellos son como niños”. Histoire et acculturation dans le Mexique coloni (...)

12La tradition ancienne, telle qu’elle est parvenue aux sources grecques, et qui provient probablement des Lucaniens eux-mêmes de l’époque plus récente, si elle est clairement tendancieuse, et ne peut pas tout-à-fait convaincre sur la condition servile des Bruttiens, peut témoigner au contraire de la différenciation culturelle et structurelle des Lucaniens eux-mêmes, dans la région centrale. Nous l’avons déjà mentionnée ; elle se trouve entre l’arrière-pays et la côte qui va du Sele au nord au Laos au sud, le fleuve qui séparait les Bruttiens des Lucaniens après la révolte, la guerre de “sécession” et l’indépendance des Bruttiens, quand leur processus d’évolution fut accompli au commencement du ive siècle. Les avant-gardes ethniques restées dans la Sila furent facilement contrôlées par les Grecs des apoikiai, comme Locres et surtout Crotone, qui se servit des Lucaniens comme mercenaires ou “alliés” dans ses luttes pour l’héritage de Sybaris, notamment contre Thourioi. Thourioi était la fondation panhellénique, soutenue par Athènes, qui avait succédé à Sybaris comme polis nouvelle. Les guerres avec les Grecs ou l’influence qu’elles subirent comme mercenaires à leur service ont été le facteur principal d’acculturation de cette deuxième vague de populations. La technique militaire, avec les armes et les armures qu’elles prirent ou achetèrent aux cités grecques, et les autres technologies, par exemple de construction, et, plus tard, de fortification des habitats perchés, enlevés aux Œnôtres, ont toujours accompagné leur développement économique et social et l’archéologie nous le révèle à travers les objets, les vestiges et les images qu’Agnès Rouveret15 a proposé d’analyser selon un modèle comparatif du contact en ethnologie. La recherche sur les établissements lucaniens par Dinu Adamesteanu, et toute son activité d’exploration et de fouille en Basilicate qui a beaucoup renouvelé les perspectives historiques, nous permettent de mieux comprendre une série de témoignages des sources littéraires, sans danger de méthode combinatoire.

  • 16 Antiochos, fr. 2, 3 Jacoby.

13Le premier symptôme de différenciation est justement l’apparition dans nos sources du nom des Brettiens – au-delà des fragments suspects d’Antiochos16 – dans Aristophane (fr. 629 Kock) à côté de la dénomination large des Lucaniens dans la source de Strabon, que nous avons mentionnée. C’est l’annonce qu’une “petite Lucanie”, pour ainsi dire, historique, s’est détachée de la “grande” primitive. Cette séparation, signifie “séparation” dans la société et pas seulement dans l’espace géographique, et formation de structures aristocratiques, de couches hégémoniques.

14La même source de Strabon disait que les Lucaniens se gouvernaient par une démocratie (έδεμοκρατοντο), avec des basileis, des “chefs charismatiques” seulement en temps de guerre. La “démocratie” militaire reste un mythe des anciens et des modernes. Mais certainement les groupes de guerriers sabelliques pouvaient apparaître comme des “égaux” à une tradition qui était familiarisée avec l’omoiotes des aristocraties et des oligarchies grecques, et aux demoi ruraux et à la masse des “indigènes” asservis.

  • 17 Tite Live, viii, 24.
  • 18 Tite Live, viii, 27.
  • 19 M. Lejeune, art. cit.

15Bientôt dans nos sources la situation change, même si on doit attendre la tradition plus récente du ive siècle av. J.-C, pour trouver un cadre social clair, quand le processus s’est accompli. Les groupes de guerriers ont évolué en oligarchies, au-delà même d’une couche aristocratique originelle. On ne parle plus maintenant de démocratie ou d’un basileus exceptionnel, mais (en latin et en grec) des familiae inlustres ou des επιφανέστατοι, à propos d’otages imposés par les Grecs ou par les Romains, et de cavaliers Lucaniens dans la poésie de Léonidas de Tarente. La lutte politique et sociale s’est développée : il y a des Lucanorum exules17 dans les guerres avec les Grecs, même si le phénomène peut sembler plus proche du “fuoruscitismo” dans la Syrie du Bronze récent, avec la crise d’une structure seigneuriale, que des phygades des cités grecques d’Italie du Sud. Le milieu, c’est désormais le milieu pseudo-urbain ou proto-urbain des Lucanae urbes avec magistratus, senatus, concilium, multitudo agrestium, une iuven-tus avec quidam... clari magis inter populares quam honesti ou optimales, plebei et egentes duces18 simplement. Presque dans le même temps, sur les murs de Vaglio, désormais devenue une communauté lucanienne, nous pouvons lire l’inscription en grec ionien epi tes Nummelou arches19, qui est la marque de l’archon, de son magistrat éponyme. Il y a, évidemment, encore des niveaux très différents dans les types d’établissements, puisque les sources parlent aussi des ignobilia oppida Lucanorum jusqu’au iiie siècle av. J.-C, et la source de Strabon déplore qu’il ne soit plus possible d’identifier leurs katoikiai, avec la destruction des vestiges institutionnels, linguistiques, ethnographiques. Nous savons en tout cas qu’ils avaient développé une organisation de type de ligue ethnique ou fédérale, comme les ligues achéenne ou italiote, la pasa polis des sources grecques.

16Comme on voit, le contact cette fois n’a pas tué, mais développé la culture et les structures de la deuxième vague sabellique notamment des Lucaniens. Leurs héros mêmes survivent cette fois, et s’affirment dans les cités grecques, comme Métabos à Métaponte, encore avant qu’elle adopte la langue osque. Les Lucaniens, du reste, comme on verra, viendront très tôt participer pleinement à la secte pythagoricienne. Ils gardèrent leur identité longtemps et même à l’époque romaine créèrent à plusieurs reprises des foyers de résistance.

17[Les Brettiens]. Au-delà du mythe et de la rhétorique de Trogue Pompée (Just. XXIII, 1), le destin de leurs frères Bruttiens a été différent. L’influence de la technique de guerre grecque, notamment au temps des luttes de Dion et Denys II, les aida – nous l’avons dit – à évoluer de bandes de pasteurs ou mercenaires jusqu’à une nouvelle formation sociale et politique autonome. Ils restèrent, toutefois, “perniciosi” – comme dit la source latine – et méprisés dans la poésie de” l’aristocratie grecque, par exemple de Locres. Si à leurs origines leurs capacités militaires s’étaient développées jusqu’aux formes d’une guérilla “nationale” en les conduisant au succès et à l’indépendance, la suite de leur histoire – malgré toute 1’ “hellénisation” et la romanisation de leur région – s’arrêta dans le sous-développement intervenu aux formes endémiques ou épidémiques du brigandage social à base ethnique (comme le définirait Hobsbawm) et à l’économie de guerre et de rapine, pour reprendre le jugement ancien : “tum magnam partem iuventutis... bellum occupaverat et mos vitio etiam in situs genti per latrocinia militiam exercendi” (“A ce moment, une grande partie de sa jeunesse était prise par la guerre et il y avait encore la coutume – défaut inné chez ce peuple – de piller le pays en faisant campagne”) (Tite Live, XXVIII, 12, 8).

18Si nous revenons aux apoikiai grecques d’Italie du sud pour un instant nous les trouvons désormais repliées sur elles-mêmes, face à l’évolution et à la puissance croissante des Saunitika ethne, qui cette fois ont su utiliser les instruments qu’ils ont reçus de l’hellénisme : la paix suivie de révolutions démocratiques en Grande Grèce, la formation sous la tutelle de Zeus Homarios de la ligue “achéenne”, à l’imitation de l’organisation de la mère-patrie, sa transformation en ligue italiote après la guerre entre Thourioi et Tarente, et la fondation d’Héraclée en Siritide, nouveau centre de la ligue sous la protection tarentine, sont la série de faits et de changements qui annoncent la nouvelle solidarité des Grecs d’Occident, mais aussi le commencement de leur déclin.

19Ils sont assiégés par les forces des nouvelles formations politiques des Lucaniens, puis des Bruttiens, et aussi à l’est des Messapiens, chez qui la lutte avec Tarente et les influences grecques, de plus en plus claires dans la recherche archéologique la plus récente, qu’elles viennent de Corinthe ou de Corcyre, et finalement d’Athènes, ont également provoqué une mutation sociale. Une écriture avec l’alphabet de Tarente, des organisations politiques, désormais de plus en plus éloignées des dynastai originels, et de type fédéral, une urbanisation en développement avec des enceintes redoutables et tout un outillage évolué en sont les marques. Athènes d’abord et ensuite les tyrans de Syracuse, Denys l’Ancien et son fils, avec leurs “empires”, de la mer Tyrrhénienne à l’Adriatique, en drainant des mercenaires “barbares”, ou par leur présence sur les côtes d’Italie du Sud, accélérèrent le processus d’assimilation culturelle et d’intégration politique des différentes populations non grecques et celui de désagrégation, à leur tour, des poleis grecques. Ce sont seulement Thourioi et Tarente, à côté de Locres, Rhégion et Elée, qui restèrent les champions de l’hellénisme le plus méridional. Leurs structures sociales antagonistes, entre oligarchie et démocratie radicale, depuis l’intrusion des condottieri et des rois de Sparte et d’Épire, héritiers des “empires” siciliotes ou italiotes, remirent aux Romains une Grande-Grèce presque “détruite”, qui fera les frais de la guerre d’Hannibal et des alliances avec les populations non grecques, et de l’après-guerre sous l’ordre romain.

20[La Campante]. En se déplaçant, en revanche, plus au nord, en Campanie, il y a des analogies dans les modes de contacts des Grecs avec les “indigènes”, plus anciens ou plus récents, et dans leurs effets, mais aussi des différences.

  • 20 M. Frederiksen, The Etruscans in Campania, in Italy before the Romans (ed D. and F. Ridgway), Londo (...)

21Avant tout nous devons ici tenir compte d’un troisième facteur ethnique et culturel à côté des Opiques, que Cumes avait soumis : les centres “villanoviens”, qui annoncent l’établissement des Etrusques. L’expansion de Cumes et la formation de sa chora entrèrent tout de suite en conflit avec la série de leurs centres qui se succédaient de Capoue, Nola et Nuceria jusqu’à la région de Salerne et à la vallée du fleuve Sarno. L’usage du mot chora ne doit pas être interprété en un sens trop large comme l’avait fait récemment Martin Frederiksen20, en sous-évaluant la présence étrusque et en accentuant l’hellénisme, en sorte que la Campanie entière était réduite à une chora de Cumes. Certes les Grecs faisaient sentir leur rayonnement jusqu’à Pompéi, avec, par exemple, l’implantation du petit temple dorique sur la terrasse du forum triangulaire, et le long des côtes de la presqu’île sorrentine, qui avaient dû déjà recevoir des influences avant la colonisation. Le pluralisme culturel hétérogène restait en tout cas très fort, notamment dans la partie méridionale de la Campanie et probablement il ne fut pas non plus découragé par les établissements étrusques, soit du fait de leur nature “emporique”, hostile à l’assimilation, au moins à l’époque la plus ancienne, pour sauver les petites marges de profit essentielles à la vie de ces marchés locaux, soit à cause de leur habitude de coexistence avec des populations différentes en Italie centrale même. On a trouvé récemment près de Vico Equense et de Nuceria des inscriptions en langue inconnue contenant des éléments alphabétiques très semblables aux éléments paléopicènes, c’est-à-dire paléosabelliques. Peut-être sommes-nous en présence de la vieille couche opique ou d’un faciès linguistique intermédiaire, précédent l’osque historique.

  • 21 G. Colonna, Nuovi dati epigrafici sulla protostoria della Campania, in Atti della XVII riunione sci (...)

22A côté de ce substrat, à Nuceria même, un Cuméen inscrivait son nom sur une coupe de “bucchero” en alphabet chalcidien au milieu du vie siècle av. J.-C.21. Ce siècle dut représenter une limite chronologique pour l’expansion de Cumes et des établissements grecs. La crise qui suivit vit la présence étrusque à Pompéi, Stables, Vico Equense, puis à Sorrente et Herculanum. Parthénopè, la colonie de Cumes dans le golfe de Naples, fut rapidement effacée et abandonnée, sinon détruite par Cumes même, comme la tradition ancienne le prétend et les analogies d’autres conflits entre colonies primaire et secondaire peuvent le justifier, pensons par exemple au conflit interne entre Syracuse et Camarine en milieu sicule en Sicile. Un développement en milieu non grec, hétérogène, peut déboucher dans ces deux cas sur une issue différente d’une lutte semblable. Plus au nord, sur la colline du Castello, Cumes préférait recevoir une apoikia nouvelle de Samiens et transformer le mouillage qu’elle possédait en une cité nouvelle, Dicearchia.

  • 22 N. Valenza Mele, La necropoli cumana di vi e v sec. a.C. o la crisi di una aristocrazia, in Nouvell (...)

23La guerre entre les Etrusques et les Grecs de la côte ne se fit pas attendre ; une armée, que la tradition de Timée met en rapport avec l’invasion celtique de la vallée du Pô et avec la retraite des Etrusques par la côte adriatique, entraînant à leur suite des Ombriens et des Dauniens, fut battue devant les murs de Cumes même par la cavalerie chalcidienne. Les crises survenues dans l’après-guerre aussi bien dans l’occupation étrusque en Campanie et dans le Latium, que dans la structure oligarchique de Cumes, avec la tyrannie d’Aristodème, conduisirent à un équilibre nouveau, et à une plus longue vie pour la cité chalcidienne qui renouvela son milieu aristocratique, avec des aspects de continuité et de rupture de son passé : une nouvelle tryphé, issue de son développement économique, mais aussi le bouleversement des oikoi et de l’organisation agraire, un “saut” de génération qui brise les barrières entre les classes d’âge et l’introduction de cultes nouveaux, liés à la transformation agricole et à l’aménagement du territoire et non plus à la conquête guerrière. Une très belle recherche de Nazarena Valenza Mêle22, dans mon équipe de travail à l’Université, a confirmé, au moyen d’une nouvelle classification des matériaux des nécropoles des vie et ve siècles av. J.-C, et par leur étude pénétrante à côté de l’analyse de la tradition historiographique, cette transition dans les domaines de la culture et des structures mentales. Ses études s’étendent, maintenant, aux matériaux plus récents et à l’arrivée des Campaniens, avec la période osque de Cumes, et nous promettent d’autres nouveautés sur les faits d’acculturation.

24Je vais maintenant m’intéresser à la diffusion des objets grecs et de type grec et des coutumes de l’aristocratie cuméenne à Capoue, Calatia, et dans les autres centres de la Campanie étrusque. Capoue avait accueilli les oligarques en fuite et en avait appuyé la revanche et le retour. Les sociétés et les structures, avec leurs élites de cavaliers, devenaient de plus en plus homogènes. On peut parler d’“alliance de classes” à la veille de l’arrivée des Campaniens dans la région. L’intrusion de Syracuse avec la deuxième bataille de Cumes eut un effet très bref. La “nouvelle cité”, Neapolis, fondée par Cumes sous la protection d’Hiéron qui contrôlait aussi Pithécusses, sut très tôt se soustraire, avec sa metropolis de droit, à son protecteur, et la chute des tyrans en Sicile permit une nouvelle solidarité des cités chalcidiennes de la mer Tyrrhénienne. C’est Neapolis, désormais, et non pas Cumes ni Capoue, qui s’impose et établit des rapports – avec sa jeune vigueur et ses larges relations en Méditerranée – avec les forces nouvelles sabelliques qui s’annoncent déjà. “Mercenaires les plus féroces parmi les barbares” – nous disent les sources – les Campaniens, comme ceux que Capoue a fournis aux oligarques de Cumes, sont déjà recrutés par Aristodème, à côté des esclaves et des prisonniers de guerre. La présence physique des Osques est trahie par les inscriptions des centres étrusques (même à Fratte près de Salerne, le plus méridional d’entre eux), et des noms étrangers, notamment osques, sont présents, dans les couches non inférieures des communautés étrusques de Campanie, déjà au commencement du ve siècle av. J.-C. L’alphabet grec est encore très peu en usage chez les nouveaux arrivés par rapport à l’alphabet étrusque ; et on a vu plus haut la résistance des vieilles langues et écritures, par exemple à Nuceria.

25Les Campaniens parviennent dans la deuxième moitié du ve siècle à réveiller le fond opique et à entraîner dans la révolte la campagne grecque ou étrusque avec ses éléments immigrés “mercenaires”, qu’ils soient force de travail et pasteurs ou, pour ainsi dire, “main-d’œuvre militaire. On aboutit à la conquête de Capoue, de Cumes et des autres établissements, à l’exception de Neapolis, enfermée peut-être derrière ses murs, qui plus tard arrêtèrent Hannibal lui-même (contre les Romains ou les Byzantins la cité a été prise toujours par trahison ou à la suite de pourparlers).

26[La paralie de Grande Grèce]. L’histoire du contact entre les Campaniens et les cités grecques ou étrusques est très semblable aux rapports entre les Grecs et les populations sabelliques sur la côte tyrrhénienne de la Lucanie historique, par exemple Posidonia. Il y a même un parallélisme chronologique (le début du dernier quart du ve siècle) entre la conquête des Lucaniens et la conquête des Campaniens, et des éléments des deux populations ont été certainement parmi les symmachoi ou les xenoi, misthophoroi de Posidonia ou de Cumes et Capoue. L’évolution des Campaniens a commencé dans les villes et campagnes de leurs prédécesseurs et à leur service, et s’est accomplie dans l’occupation de tous ces emplacements. Seule Neapolis est restée grecque et libre de la conquête. Cumes et Capoue ont laissé aux Campaniens l’héritage des techniques militaires, surtout la formation et l’équipement des escadrons de cavalerie, dont plus tard les “mercenaires” étaient fiers et à cause desquelles ils étaient recherchés par les cités et les tyrans de Sicile ou par Carthage (cf. la mainmise des fameux Mamertins sur Messine). Les mêmes cités après la conquête ont transmis les technologies artisanales de la céramique, qui deviendra “campanienne”, ou de la vaisselle métallique qui passera dans la tradition romaine sous le nom de “Campana supellex”. Neapolis leur a enseigné l’usage de la monnaie, a reçu longtemps les commandes des Campaniens pour leur frappe, et est devenu un marché pour leurs produits, pour leur “conspicuous consumption” et pour le débouché de leur main d’œuvre, surtout enfin pour le recrutement de leur mercenaires : Nipsios le Napolitain est resté dans la tradition comme un chef recruteur et un “capitano di ventura” des bandes de Campaniens, qui servirent Denys le Jeune de Syracuse.

27Beaucoup de Campaniens trouvèrent, en effet, un accueil facile et le droit de citoyen dans la cité, notamment quand l’arrivée des Cuméens réfugiés, la redistribution foncière, la pression de la campagne aux alentours, habitée par vieux “indigènes” et nouveaux immigrés, le développement économique même avec ses reflets sociaux, provoquèrent l’antagonisme et la lutte que Strabon appelait dikostasia. Cela conduit à un synœcisme gréco-samnite avec l’admission de Campaniens, qui participèrent même aux magistratures, comme en témoigne encore Strabon, qui pouvait lire leurs noms osques dans les listes des éponymes. Plus encore que la Lucanie ou le Bruttium, la Campanie fit l’expérience d’une “hellénisation” de la vague sabel-lique, qui n’était pas passive et réceptrice, mais qui réalisa des cas d’acculturation réciproque ou quelquefois, de fusion. Les élites, non seulement de Neapolis, mais surtout de Capoue, les equites Campani de la tradition, nouvelle classe dominante dans la différenciation en cours du milieu sabellique, entre ville et campagne, entre Campaniens de la plaine et des cités et Samnites de la montagne et des villages et cantons fédérés seront au centre des “foreign clientelae”, et les protagonistes de la conquête romaine dans la région.

28Si, finalement, nous allons vers la côte de la mer Adriatique en passant par l’arrière-pays des Apennins, les modes de contact du monde grec des apoikiai, que nos sources appellent désormais les poleis Hellenides de l’Italie antique, changent, quoiqu’il y ait des analogies, auxquelles nous avons déjà fait allusion, en parlant de Tarente et des Messapiens. C’est plutôt le rayonnement grec, non seulement des colonies d’Occident, mais des metropoleis même, comme Co-rinthe, ou de megalopoleis comme Athènes et encore d’autres éléments périphériques comme Corcyre, ou l’Épire, ou l’Étolie même, que l’on constate envers les Messapiens, les Peucétiens ou les Dauniens. La tradition sur la tryphé des populations Iapyges cache sous le topos des historiens moralistes comme Timée leur développement socio-économique et politique, et l’assimilation d’une culture et d’une civilisation, que les fouilles archéologiques et les recherches historiques récentes ont montrées toujours mieux liées à l’architecture et à l’art grecs, notamment pour les édifices de culte et leur décor (je pense aux fouilles et aux recherches des équipes des Universités de Pise et de Lecce).

29L’émergence d’un niveau, bien défini, du “sacré”, en rapport avec les groupes aristocratiques, et avec le processus d’urbanisation, même en milieu iapyge, est aussi le témoignage de la constitution chez ces populations d’une sphère du “politique”, sur le modèle de certaines colonies grecques.

  • 23 J. de La Genière, La colonisation grecque en Italie méridionale et en Sicile et l’acculturation des (...)

30[Légendes et cultes précoloniaux]. Il a déjà été observé par Juliette de La Genière23 qu’”il semble acquis pourtant qu’en plusieurs cas un rapport existe entre le développement des cités coloniales et l’installation des légendes grecques chez les indigènes voisins les plus pénétrés par la culture hellénique”. Il ne s’agit pas, toutefois, en premier lieu de légendes grecques en pays non grec ou de fondations mythiques par les héros des Nostoi, qui s’appliquent le plus souvent à des centres indigènes comme Lagaria, Chone, Macalla, Crimisa et, en Sicile, Ségeste, comme Jean Bérard l’avait déjà souligné. Il ne s’agit donc pas seulement de “se demander en effet si des centres indigènes n’auraient pas reçu aussi un passé, des origines illustres à la mesure de leur importance ou de leur aspect présents”, ni d’admettre non plus simplement que “peut-être a-t-il pu sembler alors naturel de rattacher leurs origines aux héros de l’épopée grecque”, pour “anoblir” des alliés ou des adversaires. Tout cela est un processus encore extérieur qui ne transforme pas la vie religieuse elle-même. Il ne suffit pas non plus de parler de l’“apparence des dieux grecs”, ni “des modèles de temples grecs”, sur lesquels E. Langlotz a insisté.

31Ce sont les cultes qui nous intéressent ici, avec leurs mythes et rituels, notamment quand ils sont liés à des reliques et à leur vénération ; c’est leur rayonnement dans les pays non grecs, les plus éloignés et les plus indépendants, sans possibilité de le confondre avec la diffusion des cultes en milieu “indigène” le plus proche où cette diffusion accompagne très souvent la mainmise grecque sur les terres de la chora des apoikiai ou l’expansion de cette chora dans l’arrière-pays, comme je le soupçonne pour l’Héraclès de Sélinonte ou de Métaponte.

  • 24 R Zancani, La leggenda di Epeio, Atti e memorie della Società Magna Grecia, 1974-75, pp. 93-106.
  • 25 E. Lepore, Pratiche rituali e culti eroici in Magna Grecia. Epeo e lo statuto artigiano nell’Occide (...)

32J’ai déjà fait allusion au culte d’Épéios à Francavilla Marittima, où Paola Zancani24 a découvert un dépôt d’instruments laissant supposer qu’un dieu-menuisier ou charpentier a pu avoir là un culte au Premier Age du fer. J’ai parlé de ce cas, bien intéressant, à Cortone au Congrès sur les modes de contact25 et, ce qui me frappe, ce n’est pas seulement le rapprochement entre cette trouvaille et la tradition relative au héros phocidien, avec l’offrande de ses outils à Athéna près de Lagaria, mais la présence d’une telle trouvaille dans un milieu qui révèle, notamment dans la deuxième étape de l’Age du fer (milieu-deuxième moitié du viiie siècle), un niveau de développement uniforme de l’artisanat dans une société déjà différenciée et hiérarchisée, avec des ateliers locaux et d’autres diffusant sur une aire très vaste, et posant ainsi le problème des ateliers ambulants, pour des objets de métal et de terre cuite. Ce milieu même connaît très bien l’artisanat du bois, et nous savons les liaisons qui existent entre l’art du charpentier, du métallurgiste et du potier, tous les trois liés aux territoires boisés. On peut, donc, se demander si sur la côte ionienne nous ne sommes pas en présence de la transmission d’un culte et d’une technologie liés au statut d’artisan, qui avant la colonisation s’enracine dans un milieu indigène très particulier. Si on se souvient que, même à Pithécusses, dans le monde nouveau de l’île, au début de l’arrivée des apoikoi grecs, les artisans de ce même type ont un rituel tout à fait exceptionnel, avec les instruments de travail dans le mobilier des tombes, à la place des armes, l’hypothèse de l’innovation et du syncrétisme culturel et religieux ou du rayonnement d’époque précoloniale semble être confirmée.

33A mon avis le cas est très proche, mutatis mutandis, de celui du rayonnement du culte de Diomède chez les Dauniens et chez les Vénètes, plus au nord. Chez les deux peuples il est lié aux aspects thériomorphiques, du loup et du cheval, dans l’héritage post-mycénien du dieu argien et étolien, dans le sens de la “grande Argos”, mais aussi au processus de “débarbarisation” de l’épopée, avec l’accent nouveau mis sur l’hippodamia et l’hippolasia. La technologie de la maîtrise du cheval se relie très bien aux traditions seigneuriales et foncières des cavaliers Dauniens, qui en transforment toutefois l’aspect, en faisant de lui le héros de la frontière, avec ses aventures à Corcyre et en Daunie, ou le héros culturel de la γεωργία, des enclos, et du drainage des terres marécageuses, avec ses guerriers Dorieis, contre les pasteurs Messapiens.

34Chez les Vénètes, seul se conserve l’autre aspect, péloponnésien, de l’élevage et de la domestication, du passage de l’attelage du char aux techniques des brides et du mors (sous la tutelle d’Athéna Chalinitis, dont les arts sont si bien connus par nos amis Vernant et Détienne) ; et l’aition, avec son récit d’animaux, le loup et les chevaux, est une reprise symbolique des origines. Nous sommes cette fois proprement dans le milieu de l’hippotrophia, avec les traditions “illyriennes” de la steppe (comme chez les Thraces de l’autre Diomède), et les chevaux lykospades ou lykospastoi d’Élien et d’autres sources reflètent, avec leur “philhellénisme”, le commerce bien connu des pouliches vénètes avec les Grecs. D’autres détails écologiques comme la variante recentiores non deteriores des hetairoi de Diomède transformés en hérons blancs (leukérôdioi) qui vivent dans les pâturages avec les chevaux sauvages, remontent au même milieu.

35Pour revenir aux Dauniens, le culte de Diomède, chez eux, semble typique du rayonnement direct des Grecs du Péloponnèse et de l’Étolie, et plus tard seulement, des colonies d’Occident, si la tradition littéraire qui provient du milieu colophonien, de Mymnerme à Nicandre, peut témoigner d’une médiation de Siris. Seulement plus tard, des éléments de nos sources renvoient à Corcyre, à l’Épire et à l’Étolie pour les côtes de Brindisi et des Messapiens, mais ils peuvent être des instruments de la propagande hellénistique ou romaine. En tout cas les aristocraties guerrières et cavalières des Dauniens et des Messapiens, ne dédaignèrent pas – comme les aristocraties grecques et leurs rivaux illyriens, les Liburnes – les commerces d’outre mer, avec les exportations de céramiques indigènes et les activités de piraterie. Ils connurent des rituels initiatiques et funéraires, qui à côté de l’assimilation des pratiques des cultes grecs, eurent un langage décoratif et symbolique original, avec des éléments géométriques, abstraits et l’usage rituel de la couleur (le rouge par exemple), mais aussi des éléments narratifs, comme on peut voir sur des stèles dauniennes, qui elles aussi rappellent les άνδριαντες et στήλαι de la tradition grecque sur Diomède. Ces aristocraties, encore au iiie siècle av. J.-C. prétendaient descendre de lui, comme Dasius Altinus d’Arpes, l’allié d’Hannibal. Cette couche fut aussi protagoniste de clientèle, mais également de résistance envers la pénétration romaine de l’origine jusqu’à la guerre sociale.

36[Les Samnites et l’hellénisme]. Nous pouvons terminer avec un regard très rapide sur les Samnites, les parents des Saunitika ethne du Midi de l’Italie antique et des Campaniens, ceux qui bien avant les Romains pénétrèrent parmi les Dauniens et jusqu’aux Peucétiens, et changèrent en Apulia le nom originel de Iapigia, en Apuliens la partie plus septentrionale de ses habitants. C’est surtout avec les Hirpiniens, les Caudines et les Pentres, que l’influence de Tarente ou le rayonnement grec d’autres poleis Hellenides se trouva en rapport.

  • 26 B. d’Agostino, Voluptas e virtus : il mito politico della “ingenuità italica”, AIONArchStAnt., Ili, (...)

37L’analyse de la culture matérielle par les archéologues, que des expositions récentes ont mise en valeur dans le milieu savant, le témoignage aussi des sources historiques sur les guerres avec les Romains – par exemple sur les armures et l’équipement, avec le casque dont Tite Live nous a donné la description, à côté des monuments de la peinture funéraire et des vases – montrent bien les traces d’une médiation grecque à travers Tarente. Si la technique des bandes de cavalerie dériva probablement du monde apulien ou de la Campanie, d’autres éléments culturels, religieux et artistiques parvinrent par contacts directs dans le Samnium. Ce n’est pas ici le cas de les souligner tous. J’en veux seulement mentionner un. C’est l’influence du modèle éthique et social, avec ses reflets politiques, du milieu pythagoricien. Il est intéressant parce que les philiai pythagoriciennes rattrapèrent les Samnites, mais, comme nous l’avons déjà esquissé, aussi d’autres sociétés non grecques de l’Italie antique, et des études récentes publiées dans les Annali de l’Istituto Universitario Orientale par les collègues d’Agostino et Fraschetti et par mon collègue Mêle26, enrichissent la recherche de nouveautés et d’un débat très important.

  • 27 Jamblique, VP, 51-53.
  • 28 Porphyre, VP, 19.

38Si à ces populations sabelliques et aux Samnites fut lié, peut-être même à Tarente, le modèle laconien de vie, ce qui restait toujours plutôt un geste diplomatique ou de la propagande tarentine, comme le savaient déjà les sources anciennes de Strabon, cela ne s’explique pas seulement par un mythe politique de la “naïveté italique”. La tradition de Caton sur la rencontre à Tarente entre Archytas, Gaius Pontius Herennius – samnite de la tribu des Caudines et père du célèbre Gaius Pontius Telesinus qui battit les Romains et leur imposa la honte de passer sous le joug à Caudium – et Platon peut remonter à Aristoxène, avec d’autres traditions sur les rapports religieux et culturels entre Grecs et populations italiques. Elle n’est pas – comme l’on a dit – un tableau mégalographique hellénistique, et n’a pas le caractère d’une allégorie. Comme dans les autres fragments sur Pythagore, pacificateur des peuples italiques, chez lequel vinrent des “barbares” comme les Lucaniens et les Messapiens, les Peucétiens et les Romains (fr. 17 Wehrli) et sur la cérémonie de lamentation des habitants grecs de Posidonia devenus barbares en tant que Tyrrhènes ou Romains (fr. 124 Wehrli), Aristoxène ne considère pas la pratique politique ni les réalités de la conquête et de la domination, mais seulement les faits de l’hégémonie culturelle et de l’intégration qui en dérive, avec toutes les mutations d’identité et les chocs psychologiques que produit le rayonnement d’un “modèle de culture”. La théorie pythagoricienne sur les rapports ouverts avec les barbares, telle que Jamblique27 l’atteste dans le discours aux jeunes sur la paideia, et la tradition sur les disciples acquis par le philosophe, parmi lesquels de “nombreux rois et chefs du territoire barbare proche”, comme dit Porphyre28, d’après Dicéarque, nous permettent de donner toute l’importance qu’ils méritent au témoignage d’Aristoxène, malgré son imagerie canonique, et au récit sur Caton et la mémoire d’Archytas.

  • 29 Jamblique, VP, 267.
  • 30 Cicerón, Cato Maior, XII 39-41.
  • 31 A. Mele, art. cit., n. 26.

39Dans les relations multiples du pythagorisme avec les aristocrates “barbares” d’Occident, détachés comme individus de leur communautés et liés à la secte, figurent surtout les Lucaniens, avec leurs noms dans le Catalogue de Jamblique29, Okkelos et ses sœurs et ses frères, Oresandros et Karambos, Aresas, avec le rôle d’Okkelos, notamment, dans l’école après le massacre des pythagoriciens au milieu du vie siècle, le rapport d’Okkelos avec Archytas, le scholarchate d’Aresas, et les Lucaniens qui accueillirent les réfugiés Philolaos et Liside. Plus tard, ces relations – dans l’atmosphère des révolutions démocratiques en Grande-Grèce – s’élargirent aux communautés mêmes, dont nous avons une tradition sur les nomoi et une dike dans le Politeiai aristotéliciennes, à leur ethea et epitedeumata. Tout cela confirme, donc, la rencontre des Lucaniens pythagorisants avec l’idéal d’autarcie culturelle, politique et militaire de la Tarente d’Archytas et de ses traditions d’un “revival” laconien. Si aux Lucaniens nous pouvons adjoindre d’autres cas, ceux des Dauniens ou des Étrusques hellénisés, ceux des Peucétiens et des Messapiens, tout ce tableau peut bien confirmer la tradition orale transmise à Tarente par le pythagoricien Nearchos à Caton sur le samnite Gaius Pontius Herennius, au temps d’Archytas, et la vêtus oratio de celui-ci, dans le Cato maior de Cicéron30. Je vous épargne les raisons de Quellenkritik, qui ont permis à mon ami Mêle31 d’accepter maintenant cette histoire dans son authentique racine tarentine et dans sa cohérence avec les événements, et d’en analyser aussi chaque couche avec ses reflets culturels. Le rayonnement de Tarente chez les Samnites, comme chez les Lucaniens et les Bruttiens au ive siècle av. J.-C, à côté de la Syracuse de Denys le Jeune voire même toute seule, est évident d’après une série de traditions que je ne peux pas, non plus, résumer.

40Ce type d’ “hellénisation” est une question en elle-même, et reste certes limité à des niveaux précis. Le monde de l’Italie des Apennins continua dans l’antiquité à se distinguer du monde de l’Italie grecque, qui, elle, fut – dans les étymologies mêmes de son nom selon les langues italiques d’Hellanicos à Strabon – influencée et marquée par les présences sabelliques. L’acculturation pythagoricienne, à côté d’un courant tarentin et syracusain, ennemi politique d’Athènes sinon de sa culture platonicienne, connut le courant du pythagorisme romain, d’une Rome qu’Aristoxène et d’autres pouvaient bien ranger au nombre des populations barbares. Cette Rome, toutefois, hérita du pythagorisme de la Crotone “barbarisée” et de ses alliés chalcidiens de Campanie et du Bruttium, contre les Samnites, mais aussi contre Tarente et Syracuse, de l’image philoathénienne du Pythagore “tyrrhénien”, mais sage comme Alcibiade, et de l’idée de la pacification par l’hégémonie de l’Italie “hellénisée”.

Notes

1 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, vol. I, Bari 1967, pp. 112 ss.

2 E. Will, Doriens et Ioniens. Essai sur la valeur du critère ethnique appliqué à l’étude de l’histoire et de la civilisation grecques, Paris 1956.

3 S. Mazzarino, op. cit., p. 115 et 213 ss.

4 P. Vidal-Naquet, Esclavage et gynécocratie dans la tradition, le mythe, l’utopie, in Le chasseur noir, Paris 1983, pp. 267-288.

5 T. J. Dunbabin, The Western Greeks, Oxford 1948.

6 Strabon, V, 4,2, C241.

7 E. Hobsbawm, I Ribelli. forme primitive di rivolta sociale, Torino 1966.

8 E. De Martino, Sud e magia, Milano 1959 ; La terra del rimorso. Contributo a una storia religiosa del Sud, Milano 1961 ; Il mondo magico, Milano 19732.

9 Antiochos, fr. 2,3,4,5,9,12 Jacoby ; Hécatée, fr. 80-85 Jacoby.

10 Pour l’Italia d’Hérodote : Tarente en Italia : I, 24,7 ; III, 136,1 ; 138,2 ; Sybaris et Crotone en Italia : V, 43 ; Siris en Italia : VI, 127 ; VIII, 67.

11 Hérodote, I, 167.

12 B. d’Agostino, Tombe “principesche” dell’Orientalizzante antico da Ponte-cagnano, Roma 1977 (Monumenti Antichi. Série Miscellanea, II-1).

13 R. S. Conway, The Italie Dialects, Cambridge 1897.

14 M. Lejeune, Inscriptions de Rossano di Vaglio 1973-74. Rendiconti del-l’Accademia dei Lincei, 30, 7-2, 1975, pp. 319-339.

15 S. Gruzinski, A. Rouveret, “Ellos son como niños”. Histoire et acculturation dans le Mexique colonial et l’Italie méridionale avant la colonisation. MEFRA, 88, 1, 1976, pp. 159-219.

16 Antiochos, fr. 2, 3 Jacoby.

17 Tite Live, viii, 24.

18 Tite Live, viii, 27.

19 M. Lejeune, art. cit.

20 M. Frederiksen, The Etruscans in Campania, in Italy before the Romans (ed D. and F. Ridgway), London-New York-San Francisco 1979, pp. 277-311.

21 G. Colonna, Nuovi dati epigrafici sulla protostoria della Campania, in Atti della XVII riunione scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Firenze 1976, pp. 151 et ss.

22 N. Valenza Mele, La necropoli cumana di vi e v sec. a.C. o la crisi di una aristocrazia, in Nouvelle Contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes, Naples 1981 (Cahiers CJB, VI), pp. 97-124.

23 J. de La Genière, La colonisation grecque en Italie méridionale et en Sicile et l’acculturation des non Grecs, Revue Archéologique, 1978, pp. 257-276, voir en part. 274.

24 R Zancani, La leggenda di Epeio, Atti e memorie della Società Magna Grecia, 1974-75, pp. 93-106.

25 E. Lepore, Pratiche rituali e culti eroici in Magna Grecia. Epeo e lo statuto artigiano nell’Occidente greco, in Modes de contact et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Actes du Colloque de Cortone (1981), Pise-Rome 1983, pp. 889-896.

26 B. d’Agostino, Voluptas e virtus : il mito politico della “ingenuità italica”, AIONArchStAnt., Ili, 1981, pp. 117-12 ; A. Fraschetti, Aristosseno, i Romani e la ‘barbarizzazione’ di Posidonia, ibidem, pp. 96-116 ; A. Mele, Il pitagorismo e le popolazioni anelleniche d’Italia, ibidem, pp. 61-96.

27 Jamblique, VP, 51-53.

28 Porphyre, VP, 19.

29 Jamblique, VP, 267.

30 Cicerón, Cato Maior, XII 39-41.

31 A. Mele, art. cit., n. 26.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540