Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne

 | 
Ettore Lepore

III. Problème de la terre et modes de contact avec les indigènes

Texte intégral

1Il peut sembler étrange, à première vue, quand on pense à l’influence que le mouvement colonial d’époque moderne a eue sur l’histoire des apoikiai grecques, que seulement très récemment se soit diffusé parmi les chercheurs travaillant sur la “colonisation grecque” l’usage des études comparées avec les phénomènes de la colonisation européenne moderne, aussi bien en ce qui concerne la conquête des terres et leur régime agraire, qu’en ce qui concerne les rapports avec les populations non grecques. Ces savants ont appris à utiliser la terminologie moderniste, non seulement dans les limites de la sphère “commerciale”, avec les mots “comptoirs”, “colonies de commerce”, “monopoles”, “exports drives” (courants d’exportation) etc., mais aussi dans celles de la sphère agricole et démographique, avec les mots “colonies d’exploitation”, “colonies de plantation”, “colonies de peuplement”. Au delà d’une problématique, générique et assez superficielle, “d’hellénisation”, ils n’ont jamais, toutefois, jusqu’à présent, posé clairement le problème des rapports sociaux de production entre les apoikiai et ces peuples non grecs, ni de leurs rôle et statut dans leurs territoires, ni enfin de la mutation sociale, du développement économique, et culturel, des forces productives assujetties ou en contact.

  • 1 A. Smith, The Wealth of Nations (ed. E. Cannan), London 1961, II, p. 124.

2Il est donc du plus grand intérêt de découvrir, en suivant la recherche de Moses I. Finley sur la typologie coloniale à l’époque moderne et en comparant certains aspects particuliers, notamment d’époque pré-industrielle, à quel point l’expérience européenne et occidentale – au delà d’une continuité millénaire – répète des situations psychologiques et une certaine manière de voir les choses précisément à propos de la terre, qui reste, comme pour l’antiquité, une exigence fondamentale et l’élément autour duquel on peut construire (pour Finley aussi) une typologie. Or, une structure mentale caractéristique, ethnocentrique et avec un penchant pour certains alibis, refoulements et négations, se retrouve dès les “Causes of the prosperity of new colonies”, deuxième partie du traité (déjà mentionné) d’Adam Smith, The Wealth of Nations (livre IV, ch. VII), dans le passage qui ouvre cette section : “The colony of a civilized nation which takes possession either of a waste country, or of one so thinly inhabitéd that the natives easily give place to the news settlers, advances more rapidly to wealth and greatness than any other human society.”1.

  • 2 M. I. Finley, Colonies, An Attempt at a Tipology, in Transactions of the Royal Historical Society, (...)

3En acceptant comme prémisse que la terre reste un élément fondamental pour l’apoikia grecque – au delà du jugement inspiré d’une certaine économie politique – nous devons répéter après Finley que dans l’antiquité aussi, le territoire où elle s’installe, à peut-être été peu densément habité, mais jamais “désert”2. Le passage suivant d’Adam Smith illustre de quelle manière le colonialisme moderne véhicule encore ces deux topoi : “The colonist carry out with them a knowledge of agriculture and of other useful arts superior to what can grow up of its own accord in the course of many centuries among savage and barbarous nations”. Le préjugé ethnocentrique sur l’inadéquation du mode d’exploitation des indigènes s’étend aux institutions politiques et juridiques, et nous confirme, si c’était nécessaire, que dans l’antiquité tout comme dans le colonialisme moderne, si la conquête et la confiscation d’un territoire sont seulement jusqu’à un certain point liées à l’établissement d’une colonie, une apoikia dans tous les cas, ne peut s’établir que sur la terre d’un autre – comme la conscience grecque classique le savait très bien, nous le verrons tout de suite –, et à la suite d’un processus d’expropriation, d’implantation et de domination.

4Ce que Moses Finley a tenté avec sa typologie des “colonies” modernes, sans prétendre à une théorie générale ou une idéologie de la colonisation, nous allons tenter ici de le faire pour les apoikiai grecques, en particulier pour celles d’Occident, en insistant sur les problèmes de la terre et des populations qui y précédèrent les apoikoi grecs.

  • 3 Éphore, fr. 137 Jacoby.

5Les groupes ethniques que les apoikoi grecs eurent à soumettre, quand ils débarquèrent sur les côtes d’Italie et de Sicile, ne furent pas un obstacle redoutable, au moins quant à leur consistance démographique. Nous avons déjà vu que les Chalcidiens de Cumes assaillirent et assujettirent les populations pré-helléniques sur le continent en face de Pithécusses, et leurs frères débarqués en Sicile agirent de la même manière. Comme la découverte récente de céramiques d’origines diverses, mais notamment de production eubéenne, datables entre la fin du ixe siècle av. J.-C. et le dernier quart du viiie, dans la vallée du Marcellino, non loin de l’ancienne Mégara, l’à montré, ils étaient au courant aussi bien de la fertilité des terres de la côte orientale de l’île que de la rareté des habitants sur cette côte. Du récit d’Éphore3 on peut accepter la tradition sur l’oudeneïa tôn anthropôn (que d’autres sources reprennent pour d’autres lieux en parlant d’oliganthropia) ; l’autre tradition sur la cruauté des petites communautés barbares des Sicules semble plutôt presque ironique ! Ce sont peut-être ces mêmes Chalcidiens qui fréquentaient ces côtes pour les échanges, l’acquisition d’esclaves – que les livres récents de l’Odyssée signalent précisément pour la Sicile – et pour leurs activités de pirates, qui diffusèrent cette tradition sur la cruauté des indigènes jusqu’aux sanctuaires de l’Isthme, à l’origine des informations des sources d’Éphore. Ce n’est donc pas la découverte de Théoclès, rapportée par Éphore, qui fut nécessaire pour apprendre à traiter avec ces peuples là. Il en va de même pour la tradition sur l’eremos chora au moment de la fondation de Zancle, disputée, comme on l’a dit, entre Cumes et Naxos.

  • 4 Th. More, The Utopia (ed. E. Surtz and J. H. Hexter), New Haven and London 1965, p. 137.
  • 5 R. Maunier, Sociologie coloniale, Paris 1932-36.

6L’έρημος χώρα ou l’oudeneia ton anthropon, notamment quand elles sont rappelées en rapport avec l’areté tes ges, l’eukarpia, etc., restent une illusion ou un alibi des sources grecques, depuis les “migrations” de la préhistoire jusqu’à la fondation des apoikiai historiques et aux utopies et spéculations des philosophes. Le topos peut être, avec raison cette fois, comparé à la mauvaise conscience, qui affleure lors de certaines entreprises coloniales modernes, par exemple l’euphémisme de “waste land” des documents de l’annexion ratée de la Gold Coast aux biens de la Couronne anglaise, entre 1885-1900, ou dans d’autres cas, plus anciens, en remontant jusqu’aux premières utopies modernes, comme The Utopia de Thomas More en 1516, qui faisait passer les habitants de son île en surnombre “on the mainland nea-rest them, wherever the natives have much unoccupied and uncultiva-ted land” pour y fonder une colonia [en latin dans le texte]. On pense à Pithécusses et Cumes, et l’utopiste moderne – tout comme l’oracle d’Héra chez Phlégon de Tralles – savait bien que “the inhabitants who refuse to live according to their laws, they drive from the territory which they carve out for themselves. If they resist, they wage war against them. They consider it a most just cause for war when a people which does not use its soil but keeps it idle and waste, neverthless for-bids the use and possession of it to others who by rule of nature ought to, be maintained by it”. Bien avant Adam Smith la justification et l’idéologie modernes affirmaient que “by their procédures they make the land sufficient for both, which previously seemed poor and bare to the natives”, en acceptant “a union” pour les indigènes qui veulent cohabiter, avec l’émergence de “the same way of life and the same customs, much to great advantage of both people”4. C’est l’acculturation avant la lettre, ou le “contact entre peuples” développé avec fracas par R. Maunier dans son chapitre introductif de la Sociologie coloniale5.

  • 6 M. I. Finley, Colonies, art. cit., p. 180.
  • 7 Thucydide, VI, 23, 3.

7La conscience qui émane de l’historiographie grecque du ve av. J.-C. ne semblait pas encore ressentir le besoin de justifier une entreprise d’apoikia et reste alignée sur la tradition que nous retrouvons dans la théorie aristotélicienne de l’esclavage naturel, à nouveau appliquée aux Amérindiens chez les théoriciens de la colonisation européenne “early modem”, comme John Major (ou Mair) ou Vitoria, étudiée par Finley6. Thucydide ne concevait pas l’importance de la terre, de la lutte pour elle, de la conquête et de l’organisation du territoire (chora) dans la colonisation d’Occident, quand il mettait dans la bouche de Nicias au cours du débat précédant l’expédition athénienne en Sicile : “Somme toute, il faut que nous nous tenions pour des colons, qui, allant fonder une colonie (mais il dit simplement πόλιν...οίκοΰντες ίέναι) parmi des populations étrangères et hostiles, doivent, dès le premier jour qu’ils aborderont, se rendre maîtres du terrain (κρατείν της γης), ou bien savoir qu’en cas d’échec ils trouveront l’hostilité partout”7.

8La définition du problème est nette et nous révèle l’idée de l’établissement d’une apoikia, c’est-à-dire d’une polis nouvelle, telle que les Grecs se l’étaient faite à l’époque classique, en éclipsant l’ambiguïté, inconsciente ou non, dont les protagonistes du phénomène avaient revêtu quelques-uns de ses traits essentiels. Dans le texte de l’historien, l’illusion de la “répartition primaire” d’une “terre non occupée”, “déserte”, “eremos chora”, qui survit encore chez certains savants modernes, est tout à fait évidente. Le territoire occupé par les Grecs des apoikiai n’était pas “désert”, sinon d’un point de vue apparent et formel, dans ce sens qu’il n’était pas légalement divisé et suffisamment exploité dans leur propre optique.

  • 8 T. J. Dunbabin, The Western Greeks, Oxford 1948, p. 43 ss.
  • 9 Cf. D. Kimble, A Political History of Ghana (1850-1928), Oxford 1963, p. 339.
  • 10 C. R. Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1912), Paris 1968, I, ch. 4-5 ; II, ch. 27 (...)

9Toutefois, dès 1948, Tom J. Dunbabin, s’était détaché de cette illusion, et les historiens plus récents de la colonisation grecque, tels que Jean Bérard et Moses Finley, l’ont suivi : “At least half the Greek colonies were built on sites previously occupied by native towns, and it is likely that most were”8. Au delà de la tradition sur l’eremos chora ou sur la rareté d’habitants, nous avons d’autres preuves dans les sources littéraires d’expulsions et de luttes avec les communautés des populations locales en Italie et en Sicile : et elles viennent, sans distinction, aussi bien de milieux chalcidien, corinthien et achéen, que des autres éléments doriens ou ioniens déjà mentionnés. Dunbabin en a déjà donné une liste qui va de Leontinoi, Syracuse et Géla à Rhégion contre les Sicules et les Sicanes, et encore à Sybaris et Métaponte contre les Œnôtres ou à Callipolis dans la région de Tarente et finalement aux Samiens de Zancle contre les Sicules de Kalèaktè et peut-être aux Samiens de Dicèarchie contre les Opiques de Campanie. A cette liste on pourrait ajouter d’autres cas dont deux vraiment ambigus, celui de Tarente et des Iapyges ou d’autres barbares et celui de Locres et des Sicules de la péninsule. La tradition même d’accords, ensuite trahis, ou d’autres stratagèmes pour l’occupation des terres, peut encore une fois nous rappeler certains parallèles curieux avec les “fell and butherly stratagems” d’une polémique moderne contre le colonialisme anglais au Ghana9, ou l’énigmatique “propriété tribale” dont l’interprétation tendancieuse donnait aux colons les meilleures terres d’Algérie, plus d’un tiers du total, à la suite de la révolte de Sidi Mokrani en 187110. Modernisme mis à part, en comparant les choses comparables, nous pouvons construire les modèles qui nous aident à comprendre les réalités anciennes face à des témoignages ambigus, mais qui ne doivent jamais remplacer l’absence de témoignages ou leurs lacunes.

10L’expansion, et la fondation même, des colonies de Grande Grèce pose donc le problème de la présence (et du rôle, s’il y en a un) des indigènes, des “natives elements” de Dunbabin, c’est-à-dire d’une partie de l’histoire ancienne de l’Italie du Sud et de la Sicile, qui ne peut pas s’identifier uniquement avec celle des apoikoi grecs (comme plus tard avec celles des coloni et des rentiers romains), mais qui est l’histoire des populations assujetties, avec leur force de travail, pour ainsi dire leur presque unique contribution, ou celle des populations voisines ou associées à ces colonies, avec les différentes modalités de contact.

11Mais regardons rapidement la situation ethno-culturelle des populations dans les régions où vinrent s’établir les apoikiai.

12La Sicile orientale était peuplée par les Sicules, dont l’origine reste aujourd’hui plus obscure encore que dans le passé : de vieilles certitudes sont tombées, au moins du point de vue de la linguistique historique, et il semble par ailleurs difficile de concilier la tradition des sources historiques – pour ne citer que Thucydide, Antiochos ou Philistos de Syracuse, Hellanicos de Mytilène, Timée et Diodore de Sicile – avec les témoignages archéologiques, pour dater certains événements et donner une identité ethnique à des cultures bien déterminées du Bronze final à l’arrivée des colons grecs (xiiie-viie siècles av. J.-C). Presque tous les efforts modernes ont tendance encore à obéir à une méthode “combinatoire” plutôt qu’“interdisciplinaire”. Ceci est vrai aussi pour les autres populations des îles Éoliennes et de la Sicile du nord-est et du nord-ouest, de la Sicile centrale et méridionale, Ausones et Morgètes (liés à la péninsule et à ses ethne), Sicanes et Élymes, toutes plus ou moins touchées par les courants coloniaux grecs, comme auparavant par les influences égéennes et mycéniennes ou par la présence phénicienne.

  • 11 Diodore, V, 7-8.
  • 12 Hellanicos, fr. 79a-b Jacoby.
  • 13 Thucydide, VI, 2, 1-5.

13Du point de vue archéologique, le Bronze final sicilien montre, dans les îles Éoliennes et à Milazzo, une nette attraction vers la péninsule italienne, qui s’élargit progressivement à travers des influences provenant d’une aire allant de la Calabre à la vallée du Pô et atteignant plus tard l’intérieur de la côte orientale de la Sicile ; dans sa partie méridionale, celle-ci continue d’abord à révéler – comme auparavant – des influences surtout mycéniennes, mais voit disparaître les villages côtiers florissants qui en avaient été les intermédiaires et se déplacer vers l’intérieur sur des sites de hauteur des établissements qui développent, sans grande nouveauté, leur base socio-économique dans un panorama complexe d’horizons culturels caractérisés par une continuité locale. Tandis que plus au nord la culture éolienne a rappelé l’arrivée des Ausones à Lipari à travers l’éponyme de cette île (Liparos, fils du roi Auson) dans une tradition11 malgré tout compliquée par les relations qu’elle établit avec Éole et ses fils et avec leurs aventures et leurs possessions alentour – sans qu’on en ait suffisamment éclairci la signification –, la situation au sud suggère d’identifier l’arrivée des Sicules de la péninsule tantôt à une date haute (vers 1270 av. J.-C.) d’après le témoignage d’Hellanicos12 – en en faisant une minorité de guerriers conquérants mais assimilés au fond local –, tantôt à une date plus basse (vers 1050 av. J.-C.) selon Thucydide13 – correspondant alors à la pénétration plus tardive des éléments “ausoniens” et peut-être à l’arrivée des Morgètes à Morgantina –, à moins que l’on ne résolve le problème en admettant un “passage” en plusieurs vagues successives.

14La tradition thucydidéenne connaît déjà, au moment de l’arrivée des Sicules, la présence des Sicanes dans l’île, qu’ils repoussèrent, plus à l’ouest et au sud, au centre de la Sicile. Les Sicules seraient, selon notre auteur, d’origine ibère, tandis que les Élymes, relégués vers l’ouest avec les Sicanes, proviendraient de la Troade avec d’autres éléments ou même d’Italie, selon Hellanicos, peu de temps avant les Sicules.

15Comme on le voit, les deux séries de données, archéologiques et littéraires, restent incompatibles : ce qu’on connaît du point de vue archéologique dans la région centrale et occidentale, où seraient les centres historiques des Sicanes et des Élymes, est tardif (ixe-ve siècles av. J.-C), rare et difficile à définir dans son évolution. D’habitude on fait remonter celle-ci à des influences mycéniennes – et on la met en rapport avec la tradition sur le palais du roi sicane Kokalos, à Camicos, construit par Dédale et où mourut Minos –, puis grecques. L’unique réalité constatable, dans les limites d’une documentation réduite, est le conservatisme de plus en plus marqué des cultures au fur et à mesure que l’on va du nord-est et de l’est de l’île vers le centre-sud et l’ouest. Les linguistes ont reconnu dans la “scriptio continua” des inscriptions “sicules” de la Sicile orientale des séquences assimilables à des structures des langues indoeuropéennes centrales du 1er millénaire av. J.-C, spécialement des langues balkaniques. Mais plus personne ne croit ni à l’identité ethno-linguistique des Sicules et des Sicanes (pour ces derniers difficilement indoeuropéenne), ni à l’unité latino-sicule ni à des affinités du “sicule” (et encore moins de l’élyme) avec des langues italiques.

  • 14 Diodore, XI, 88.
  • 15 Platon, Lettre VIII.

16Les Sicanes et les Élymes semblent être des populations préindoeuropéennes, mais difficiles à définir à l’exception de certains suffixes de type anatolien et protoligure. Cette hétérogénéité pluraliste a fait penser à une origine soit anatolienne soit italique, mais en courant le risque d’influences “combinatoires” avec les traditions des sources anciennes. Le mélange linguistique pourrait être acceptable si l’on pouvait justifier une coexistence de variétés linguistiques (issues de zones en contact et s’interpénétrant), même à l’intérieur d’un même groupe social et de son répertoire, qui seraient utilisées fonctionnellement dans des domaines et des situations distinctes (comme pourrait en apporter la preuve l’existence d’objets différents portant une inscription). La structure sociale des communautés sicules semble présenter, si l’on s’appuie sur la documentation archéologique, des distinctions très nettes avec des articulations verticales. Comme nous le verrons, l’identité ethnique se révélera fragile en présence de la grécité et on devra attendre la tentative de Ducetios (au milieu du ve siècle av. J.-C.) pour voir se profiler une “omoethnia” consciente14 ; alors toutefois des stimuli nouveaux de pluralisme culturel hétérogène se sont peut-être mêlés à ce phénomène, du fait de la présence d’éléments osques redoutés par Platon15 comme facteur de contamination de l’hellénisme lui-même.

  • 16 Hécatée, fr. 64-71 Jacoby.
  • 17 Antiochos, fr. 10 Jacoby.
  • 18 Strabon, VI, 1,2.

17En Italie méridionale la tradition antique mentionne les Œnôtres et les tribus entre lesquelles se subdivisait cette vague, la plus ancienne de tous les Italiques, proches des Ausones, et peut-être des Opiques, que nous avons trouvés mentionnés en Campanie. Déjà l’historien ionien Hécatée16 connaissait leurs établissements, il en citait les noms, et Antiochos17 proposait toute une théorie pour justifier l’existence, à l’intérieur de l’unité culturelle des “ethne oinotrika”, d’une pluralité d’ethniques, les Chônes, les Morgètes et les Sicules, qui passèrent en Sicile, peut-être aussi les Italoi, si ce nom n’est pas purement et simplement dérivé du nom Italia appliqué à l’ensemble du Midi de la péninsule, et dont nous connaissons mal l’origine. Antiochos parle des “rois” successifs qui auraient donné leurs noms aux Œnôtres (éponymes), et nous informe que ceux-ci étaient gouvernés par des “chefs”, qu’ils avaient un type d’organisation guerrière, structurée, pour ainsi dire, en “compagnonnages”, avec des banquets communs et d’autres rituels, que les sources grecques appellent syssitia, comme à Sparte et dans d’autres sociétés aristocratiques et militaires. On y trouvait aussi des classes fonctionnelles distinctes, que la tradition faisait remonter au roi légendaire Italos en même temps que d’autres lois et que leur sédentarisation, qui les transforma de nomades en agriculteurs. Dans la mesure où l’on fait remonter cette réalité italienne à une époque bien antérieure à Minos et aux Cretois égarés qui s’établirent dans la presqu’île salentine, il est probable que la signification culturelle de tout le récit réside dans l’influence mycénienne sur les côtes d’Italie du Sud et dans les transformations qui en résultèrent entre le Bronze final et l’Age du fer pour les populations locales qui se trouvaient à son contact. Du reste la source de Strabon18parle d’un mouvement de conquête grec commencé à “l’époque troyenne”, qui va dans la même sens. A part ces traditions, l’analyse archéologique montre le développement constant des communautés œnôtres du Bronze final à l’Age du fer, dans des centres naturellement fortifiés qui dominaient les vallées et n’étaient pas très proches de la mer. Ces centres doivent être qualifiés de pseudo-urbains plutôt que de proto-urbains, avec des variétés locales dans la production artisanale, céramique et métallurgique, dans celle des armes et d’autres objets et avec une différenciation sociale progressive, qui se reflète dans le mobilier funéraire et dans les “trésors” de haches et d’autres bronzes. Du point de vue linguistique nous n’avons pas suffisamment de documents, sinon pour distinguer leur langue des “dialectes” osques et ombriens plus récents, proprement “italiques” et pour constater l’influence des alphabets grecs sur l’introduction tardive des formes d’écriture. La présence d’éléments balkaniques – comme les noms mêmes des Chônes et peut-être des Sicules – et d’autres éléments plus récents, proto-osques et osques, avec des cas de bilinguisme, font penser pour les “ethne oinotrika” de nos sources à des ligues “ethniques”, avec attraction et coagulation d’éléments hétérogènes mineurs, et avec des processus particuliers de stratification sociale, tels que nous en connaissons pour l’Europe centrale “barbare”, de l’antiquité tardive.

18Il faut rappeler que la colonie la plus orientale de la côte ionienne, Tarente, ne dut pas seulement assujettir des peuples “Œnôtres”, mais encore agir contre des populations de la presqu’île Salentine, elles aussi touchées par l’influence mycénienne que reflète la légende des Cretois de Minos. Ce sont les Iapyges des sources grecques, subdivisés entre les différentes tribus des Messapiens, des Peucètes et des Dauniens, qui se répandirent du sud au nord dans les Pouilles actuelles, et qui malgré les efforts d’expansion de Tarente, échappèrent à la “colonisation” et à la conquête, mais non pas à l’hellénisation, comme on verra. Ces populations, qui pressaient de l’est les Ausones et les Œnôtres, avaient une longue tradition culturelle remontant à l’Age du bronze récent, avec une céramique fine décorée de motifs géométriques (protogéométrique et géométrique iapyges). Elles parlaient une langue indoeuropéenne de type “illyrien” et présentaient donc une forte composante balkanique, et une organisation sociale plus au moins différenciée, avec des “rois” et des “dynastes”. Elles évolueront plus tard vers de communautés guerrières et aristocratiques.

19C’est aux dépens de ces populations et de leurs terres que les apoikiai grecques ont conquis et formé leurs chorai.

20Un double sens du mot chora a été mis en évidence : il signifie au sens étroit le territoire de la cité, et au sens large, sa sphère de domination et d’influence. Ce second sens, qui dérive surtout de traditions et d’exemples siciliotes, est suspect de véhiculer des : concepts tardifs d’époque hellénistique, assimilés par les sources et issus des coutumes et pratiques particulières à l’histoire plus récente d’au moins quelques-unes de ces colonies. Mais sans aucun doute la réalité de la domination en terre coloniale et d’une coexistence avec les indigènes, spécialement dans les vastes territoires de formations “impériales”, archai, devient un problème différent de celui de la chora d’une polis, au sens étroit et avec ses caractères propres. Cette domination est liée à une expansion très forte ou “excessive” (ίσχύειν μέγιστον ou κατ’ὑπερβολήν), à la “prospérité” (ετυχία) et à la “croissance” (αξεσθαι) des poleis grecques, à la présence dans leur ὑπαρχία d’“alliés” (σύμμαχοι) et de “périèques” (περιοικίδες συχναί ou περίοικοι), ou de “sujets” (ύπηκόοι) qui peuvent être des “populations” (ἔθνη), des “cités” (πόλεις) ou d’autres établissements pseudourbains (πολίχναι, πολίσματα, etc.) et pré-urbains (κατοικίαι, κώμαι). Elle impose l’exigence d’une frontier history aussi pour la colonisation grecque et une appréciation des contacts culturels et de l’impact social à l’égard des communautés non grecques de la région concernée.

21Pour rester encore un moment dans le cadre de la “campagne” et de ses rapports avec la “ville”– une direction dans laquelle Emilio Sereni nous a enseigné à orienter aussi les problèmes des cités antiques –l faut se libérer de certaines illusions du vocabulaire de la répartition de la terre, qui ont parfois fait penser pour les colonies à une réalité nouvelle différente de celle des métropoles.

22Les noms indiquant le “lot”, “la parcelle tirée au sort” et les verbes correspondants (κλήρος, μορα, λάχος, etc. et (κατα)κληρου-χεν, etc.), ne doivent pas tromper, de même que l’emploi moderne de mots qui ont perdu leur force étymologique ne trompe plus. Le “double sens” d’autres mots (αναδασμός, άνάδαιθμος, etc.) montre combien on exagère la valeur innovatrice de certaines opérations et combien les appels au recrutement des colons abondent en générosité verbale et en ambiguïté. Précisément les formules habituelles de la propagande officielle, par exemple les distributions “en parts égales et homogènes” (έπί τήση κα όμοία), qui continuaient à être employées même dans des situations où aucune égalité originelle n’est concevable, remettent à leur véritable place la prétendue égalité de répartition (isomoiría) ou l’égalité devant la loi (isonomía). Ces formules montrent quelles difficultés concrètes, dans l’espace et dans le temps, il y a à réaliser une telle égalité, et que sa valeur chaque fois n’est pas “arithmétique”, absolue, mais tout au plus “géométrique”, proportionnelle. Même dans le domaine des structures technico-productives, les références au vocabulaire peuvent être trompeuses, tout comme en matière de formes juridiques. Ainsi on évitera de surévaluer la signification des terres “communes” ou “exclues de la division” (ή κοινή χώρα, αδιαίρετος, εξαίρετος γή) en se rappelant les concessions qui sont accordées sur la terre indivise ; on évitera d’identifier les terres périphériques comme les plus mauvaises, à cause des réalités culturales qu’elles pouvaient cacher ; on évitera, enfin, de donner une valeur littérale à des mots comme aroura (la terre de labour), qui prend bientôt un sens générique de terre cultivée et finit par perdre toute sa valeur originelle, et même la spécificité qui lui vient des épithètes fossiles liées aux différentes espèces de céréales (ξείδωρος, έρίβολος, etc.). La documentation des sources littéraires sur la “campagne” des villes coloniales n’est pas suffisante et les sources et les documents du même type que ceux utilisés pour écrire l’histoire des campagnes au Moyen Age et à l’âge moderne n’existent pas. L’archéologie, qui pourrait offrir des témoignages alternatifs, n’est pas encore à même de nous en donner beaucoup.

23Toutefois, en analysant, sur la base de la documentation qui nous est parvenue, des situations historiques précises pour certains des établissements grecs de Sicile ou d’Italie du Sud, il est possible de construire une typologie de l’occupation de la chora par les apoikiai d’Occident. Comme le soulignaient déjà les sources anciennes mêmes, les voies fluviales pour les colonies chalcidiennes, en rapport avec les rivières de l’Etna (notamment pour Leontinoi), pour Rhégion en rapport à l’Apsios, et pour le premier mouillage des Mégariens à Trotilos, furent essentielles à la pénétration dans le territoire. L’occupation du sol et son aménagement agraire, sa ratio topographique, furent établis par rapport aux dorsales et aux vallées des fleuves, qui jouèrent presque le rôle de voies pour l’implantation des éléments techniques de la production agricole et pour les travaux d’irrigation et de canalisation. Le fleuve définit de même les zones “frontières”, pas seulement en face des communautés non grecques, mais aussi par rapport à d’autres apoikiai, du même groupe ou courant, ou de groupes différents. Naxos et Leontinoi s’étendirent le long des vallées de l’Alcantara et du fleuve de Leontinoi, tandis que Catane occupa la vallée du Simetos. L’embouchure de l’Anapos et son bassin furent la voie de pénétration pour Syracuse, quand les Corinthiens d’Archias débarquèrent sur l’île d’Ortygie et passèrent ensuite sur le continent, dans les grandes plaines de la côte. C’est que le modèle agricole d’installation ne différait pas beaucoup entre hippobotai et cavaliers chalcidiens, d’une part, et gamoroi corinthiens de Syracuse, ou pacheis de Mégara, de l’autre.

24L’expansion même de ces deux dernières cités s’accomplit dans les plaines et le long des fleuves et leurs vallées. En remontant l’Anapos la première pénétra en profondeur vers les sources et la ligne de partage des fleuves Irminio, Acate et Dirillo, de manière à maîtriser toutes les terres et les habitants de leurs vallées, avec la fondation de colonies secondaires, telles que Akrai, Casmenai, Camarina. Mégara put s’étendre dans la vallée du Cantera, et peut-être du Marcellino, et pour sa colonie secondaire de Sélinonte dut aller loin et remonter, en tout cas, à partir de la côte sud-ouest le cours du Belice. Les autres apoikiai de la même côte, Gela et Agrigente, eurent un type semblable d’expansion dans les vallées des fleuves homonymes ou d’autres, presque parallèles, le Dirillo, le Salso, le Platani, etc.

25La maîtrise de la terre dans toutes ces colonies, loin des images idéales de la répartition agraire de certains savants modernes, est liée à une classe dominante d’hippobotai, très semblables à ceux de Cumes, et à des groupes aristocratiques souvent dotés de prérogatives sacerdotales et privilèges qui dérivent de cultes et sanctuaires, comme ceux de Démèter et Corè à Gela, ou de Zeus Olympios à Syracuse.

26Les fleuves sont encore une voie de pénétration, d’aménagement et d’expansion de la chora pour les apoikiai de la côte ionienne d’Italie du Sud, Sybaris, Crotone et plus tard Métaponte, avec la plaine fertile des deux fleuves Sybaris et Cratis, ici à la fois voies de pénétration et “frontières”, et avec d’autres terres à l’est, dans la vallée du Siris – avec la Siritis chora, où surgit Siris, et qui fut si disputée – et dans les vallées des fleuves Agri, Cavone, Basento, Bradano. A l’ouest et au sud du cap Lacinion et jusqu’au cap Zéphyrion la côte était parcourue par la série des rivières de la Sila, près de Crotone, qui rejoignaient la mer dans le golfe de Skyllétion, et n’ont pas de bassins riches de terres pour l’exploitation agraire, mais pouvaient être seulement des voies d’eau pour l’acheminement du bois de la forêt du massif de la Sila, comme plus tard à l’époque romaine. Le territoire d’expansion ici ne pouvait être qu’à l’est même, d’où les luttes entre des cités placées έν πλευρας” (côte à côte) – comme le dit Strabon –, entre Locres et Crotone, ou entre les cités achéennes et Siris, ou surtout entre Métaponte et Tarente, toujours (comme à la Sagra) sur les fleuves-frontières. Au centre de cette histoire de conquête de la chora il y a aussi, comme en Sicile, le problème de la formation d’ “empires” (archai), notamment pour Sybaris, avec ses sujets Œnôtres – quatre ethne et vingt-cinq poleis – mentionnés par Strabon, et l’évolution de ces sociétés aristocratiques et militaires (avec des développements différents) de cavaliers ou d’hoplites, par rapport aux luttes réciproques et aux relations avec le monde des indigènes.

27Précisément, si on examine les situations historiques réelles des apoikiai d’Occident, on se rend compte que certains éléments formels définis d’un point de vie fonctionnel, permettent de dissiper les images idéales de la division agraire et des rapports de production sur la terre coloniale et tout autre schéma abstrait antique ou moderne. Hors de la vision philosophico-utopiste, législative et propagandiste, le principe d’égalité est loin d’être général et fidèlement accepté, et exceptionnel même lorsqu’il existe le désir de le respecter.

28Le monde aristocratique reproduit dans la colonie l’inégalité des patrimoines fonciers, non seulement à travers les privilèges des oecistes et de leurs descendants ou d’autres structures gentilices et sacerdotales, ou encore les distinctions des palaioi et des protoi poli-tai, mais surtout à travers la différence de qualité des assignations (qui ne sont qu’en théorie tirées au sort) – d’où le remède théorique, parfois invoqué, de l’attribution de deux lots, près et loin de la ville – et l’appropriation des “terres communes” et notamment des “terres marginales”, de la part des riches propriétaires traditionnels au moyen de concessions de mise en valeur et de transformations agraires, avec des jardins, des vignes, des olivettes ou des pâturages, sur des terres boisées et escarpées.

  • 19 Aristote, Pol. 1307a30.
  • 20 Diodore, XII, 11.

29Maintenant qu’on a repoussé le fantôme d’un régime collectif de la terre et souvent aussi celui d’une rotation dans le cadre d’une éventuelle discipline “communale” – dérivés de modèles nord-européens, inacceptables en Méditerranée, ou pire encore de préjugés raciaux “aryens et indoeuropéens –, il faut tenir compte de l’importance d’activités individuelles de défrichement et d’“enclosure” de la part des oikoi les plus capables d’accumuler, d’investir et d’utiliser une main d’œuvre clientélaire ou servile. La terre dite “non assignée” ou “non cultivée” ne reste pas longtemps dans cet état du fait de la construction d’étables et d’enclos, et de leur utilisation pour des pâturages voire pour des plantations de prix. Ce n’est donc pas seulement le territoire proche de la ville, ou, à une certaine distance, le monde de la plaine et des champs qui nous donnera une image exacte des problèmes de la terre coloniale, mais aussi le territoire au-delà, l’eschatía, la perioresia avec la gé agroiké, psilé, où, à côté des concessions sur les pâturages et les bois, la mise en valeur des terres en friche vient modifier toute proportion géométrique et toute homogénéité et créer de fait des cadres différents de la prétendue isomoiria de la communauté “politique”. L’inaliénabilité de la terre, comme instrument de cette isomoiria, connut le même échec, même si nous ignorons souvent le mécanisme des aliénations, le type de “structure de pouvoir et de statut” pour se dérober aux “restrictions” de la polis, le réseau de relations et d’intérêts personnels utilisé pour s’y soustraire. Même dans des cités à urbanisme très rationnel, comme Thourioi, l’échec de cette égalité/homogénéité, pourtant mise en avant – à l’époque où, à la différence des temps archaïques, s’étaient développés les instruments de contrôle politique et administratif “démocratiques” – semble souligner – selon l’analyse aristotélicienne19 fondée sur des exemples précis et malgré Diodore20 – un processus régressif très précoce vers un étroit rapport entre la concentration foncière et le monopole du pouvoir politique. Les garnisons (φρουροί) et les forteresses (φρούρια) du territoire et de ses confins, ou, même pour les cités démocratiques comme Tarente, les domaines ruraux des aristocrates, servent de remparts aux oligarchies et de base de restauration de son pouvoir, malgré les exceptions légales créées par des renforts d’epoikoi et par la redistribution ostentatoire de terre pour des motifs de défense ou d’expansion contre des états ruraux, des populations déjà établies sur les terres et des poleis en pleurais, “sur les flancs”, à repousser sur les marges, et mettent enjeu les “frontières” d’une chora coloniale, son économie et sa structure, qui s’identifient avec la structuration du pouvoir de la polis elle-même.

  • 21 M. Weber, Economia e Società, Milano 1980 (trad, it.), IV, pp. 175 e 199.
  • 22 O. Lattimore, Studies in Frontier History, Paris-La Haye, 1962 (trad. it. La frontiera, Torino 1970 (...)

30Malgré les lacunes de notre information, on décèle sur le territoire colonial – comme Max Webe21 l’avait soupçonné pour la cité grecque en général en parlant de “Stadtfeudalismus” – un “style privé” dans le rapport avec la communauté pour la conquête et l’expansion des terres périphériques, une espèce de “féodalisme de frontière”, selon la définition d’Owen Lattimore22 pour certains “warlords” chinois.

  • 23 C. Vatin, in Metaponto. Atti del XIII Convegno di studi sulla Magna Grecia, (Taranto 1973), Napoli (...)

31C’est depuis peu qu’en Grande-Grèce nous commençons à déchiffrer de manière sûre les traces d’aménagement agraire du territoire des apoikiai. Ces données sont restées trop ambiguës – malgré les efforts de chercheurs comme G. Schmiedt et R. Chevallier, D. Adamesteanu, et G. Uggeri, par exemple, pour la chora de Métaponte dans les deux dernières décennies – jusqu’au moment où un premier relevé a été effectué avec des méthodes et des instruments très précis par l’équipe d’Aix-en-Provence. On attend encore, depuis un premier rapport au Congrès de Tarente de 1973 par Claude Vatin23, la publication définitive de ces travaux, et il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. Il n’est pas de bonne méthode, en tout cas, de passer – comme l’a fait récemment tel ou tel chercheur – à des comparaisons à partir de données provisoires, parfois mal connues et inexactes, comme celles des Tables d’Héraclée, ou de Chersonèse en Crimée. Cela risque de produire un cercle vicieux dans l’élaboration de chaque groupe de données, en construisant, avec des influences réciproques et des résultats contradictoires, un type de théorie générale de la chora coloniale.

32Encore une fois la recherche la plus récente à Métaponte sans l’utilisation d’autres documents (l’usage même de cadastres grecs de la mère-patrie peut être pour l’instant dangereux), semble privilégier les lignes de relief et la morphologie des vallées des fleuves avec leurs différents niveaux par rapport aux points d’eau et à l’ensoleillement, plutôt qu’une implantation “géométrique” du plan urbain sur la campagne avec les anachronismes de strigae ou de “quadrillage”.

  • 24 G. Manganaro, in Archeologia Classica, 11, 1965, pp. 192-194.
  • 25 Hérodote, VII 155 ; Diodore, X, 26, cf. Dunbabin, op. cit., p. 414.

33En réalité on sait encore trop peu de choses pour avoir des idées sûres sur les techniques de production agricole, le régime agraire, les structures de la propriété, les rapports de production dans le cadre de certaines formes politiques et juridiques, déjà connues. Des exemples de phrouroi et φρούραρχοι, garnisons et commandants de fortins de frontière sont connus comme points d’appui des oligarques, bases pour la conquête de terres nouvelles et centres de refuge et de reconquête dans la lutte politique et les staseis, ailleurs qu’à Thourioi. Dans la chora de Syracuse, à Casménai, colonie et forteresse de frontière sur l’Irminio, au point de départ des pistes vers le centre-ouest de la Sicile, nous connaissons l’inscription d’un certain Callicratés le Beau, fils bâtard de Callippos et d’une certaine Asa, sans doute une Sicule, dans un milieu typique de la “frontière”24. D’autre part, c’est précisément de Casménai que descendent en force à Syracuse les gamoroi, chassés par le demos et restaurés par Gélon autour de 491 av. J.-C.25.

34Les rapports avec les communautés non grecques se présentent, sur la chora des apoikiai, avant tout comme des rapports de production. Les tentatives de se servir, dans l’analyse de ces rapports, de modèles de la “frontier history” la plus avancée, et des instruments que tout le débat récent sur l’acculturation et les modes de contact a développés ont ouvert plus de problèmes qu’elles n’ont réussi, pour le moment, à en résoudre.

35Les principaux objectifs de la recherche (occupation de terres, peuplement, structures matérielles et mentales, niveaux de développement économique et social, technologies, etc.) se trouvent limités surtout par l’insuffisance des témoignages, littéraires, documentaires, archéologiques, leur caractère et leurs lacunes. Mais c’est vrai aussi qu’on trouve ce qu’on cherche et parce qu’on sait qu’on le cherche. C’est donc pour cela que des modèles de comparaison historique sont presque aussi nécessaires que les témoignages mêmes.

  • 26 Hécatée, fr. 74 Jacoby.

36Ce qui est sûr – nous l’avons dit au commencement – c’est l’exploitation de la main d’œuvre “indigène”, dans les “grandes” apoikiai d’Occident, pour les travaux agricoles, base essentielle de leur autosuffisance, indépendance et puissance. A Syracuse, “la plus grande cité” de la Sicile – comme la définissait Hécatée26 – comme à Sybaris, qui en suivit l’exemple, l’assujettissement et le servage sur la terre des habitants non grecs du pays sont bien attestés. Ces douloi, dans une terminologie très générale, en viennent donc à lier leurs propres structures aux problèmes de l’organisation de la campagne grecque des apoikiai, de la condition paysanne et du statut des travailleurs agricoles.

  • 27 Hérodote, VII, 55 ; Diodore, X, 26.
  • 28 Denys d’Halicarnasse, VII, 8,3 ; 9,1-3.
  • 29 Timée, fr. 48 Jacoby.

37Pour Syracuse on sait que les membres de la classe servile portaient le nom particulier de kyllyrioi ou killikyrioi, et la tradition sur la révolte de 491 av. J.-C. contre les gamoroi, les grands propriétaires fonciers, nous les montre à côté du demos et des Sicules, sujets ou autonomes des territoires alentour, dont faisaient partie certainement des paysans libres. Il faut, toutefois, faire attention à ne pas généraliser la “dépendance” de type syracusain et à se méfier du vocabulaire des sources : l’usage des mots douloi, (serfs) et esclaves pour Syracuse27, comme pour la campagne de Cumes28 où ils sont surtout des “pasteurs”, pourrait être trompeur et imprécis, et d’un autre côté nous ne savons pas jusqu’à quel point la terminologie de Timée29, qui parle d’oiketai (“esclaves” ou “dépendants domestiques”) pour la campagne de Sybaris, révèle une réalité différente de celle de Sicile et de Campanie, et proche au contraire de l’exemple massaliote, et donc phocéen, de travailleurs ligures salariés.

38Dans ce cas aussi on est en présence d’un problème de “distance” sociale – et d’éventuels antagonismes de fond en situation de classe – en face des oikoi aristocratiques et de la polis, dans le milieu colonial. Cette image d’une chora comme facteur d’hétérogénéité, de différenciation et de hiérarchisation sociale devient toujours plus vraie ; malheureusement, sur le terrain, les témoignages de l’archéologie ne nous permettent pas de la saisir entièrement, malgré les orientations différentes que révèlent les traces de plusieurs partages de terre dans les exemples déjà mentionnés à Métaponte, et dans les régions voisines, entre Basento et Bradano et entre Basento et Cavone. De même que les rapports entre les fermes, les limites en forme de “lignes” et les lots restent à préciser, la chronologie même de ces éléments, et donc la dynamique du développement et des périodes d’expansion et de régression, ne sont pas claires. La situation est très complexe et il n’est pas facile de comprendre les relations concrètes entre le milieu culturel et structurel des sociétés non grecques et les “nouvelles” communautés politiques grecques, quand elles arrivent et s’établissent. Il faudrait déterminer, par exemple, d’une part le niveau de développement des populations non grecques en Sicile et en Italie du Sud, d’autre part le degré auquel se vérifie, dans le développement interne même de l’apoikia, l’assimilation de leurs forces productives et les modes de contact avec elles.

39Nous avons très peu d’informations ethnographiques sur ces populations, notamment sur leur niveau de production agricole, leurs rapports sociaux et leurs modes de production ; un peu plus, peut-être, sur un certain degré de différenciation sociale. Une première distinction, toutefois, est à faire entre les régions occupées par les apoikiai grecques, ou en contact immédiat, et celles de l’Italie des Apennins et des plaines plus au nord, comme la Campanie. Dans le premier cas nous avons des faits de coexistence pacifique et d’hostilité, des clivages entre zones stables et “réserves indigènes”, termes et idées qui demandent un approfondissement sans transposition mécanique de modèles. Dans le second, on a des phénomènes différents, de rayonnement culturel et commercial, avec des échanges inégaux, des impacts idéologiques et technologiques, qui peuvent se vérifier, toutefois, aussi dans la situation précédente, mais plutôt comme instruments d’acculturation guidée. Dans les deux catégories de contact, apparaissent des phénomènes d’assimilation et de résistance, de désagrégation culturelle ou de réaction souple, typiques de la problématique de l’acculturation.

40Une autre distinction à faire, aussi à l’intérieur de la première, c’est celle du temps, plutôt que de l’espace. C’est-à-dire qu’aujourd’hui on ne peut que s’arrêter sur les régions où les apoikiai grecques, en Sicile ou en Italie du Sud, se sont établies et sur leurs populations les plus anciennes qu’elles aient été assujetties sur les terres qu’elles occupaient, ou qu’elles soient restées “libres” dans l’arrière-pays ou aux marges de la campagne grecque et en partie attirées par elle. Dans notre prochaine rencontre, nous envisagerons l’autre catégorie géographique et la nouvelle vague des populations italiques, notamment sabelliques, qui envahirent l’arrière-pays même, assujettirent à leur tour les couches ethniques plus anciennes et encore “libres” ou se mêlèrent à elles, et dans leur élan de conquête assaillirent et vainquirent les cités grecques, en déterminant leur fin ou leur lent déclin.

41En ce qui concerne notre propos actuel, on a déjà donné quelques éléments sur les populations de Sicile et d’Italie du Sud à l’arrivée des apoikoi grecs, et on a vu que notre connaissance reste liée aux textes littéraires, privés d’éléments quantitatifs et avares d’indications sur les événements et les contextes. Ce n’est que récemment que la recherche archéologique s’est penchée sur l’analyse de la forme extérieure des témoignages, pour saisir, au-delà d’elle, les phénomènes qui s’y reflètent, et donc les fonctions et mutations sociales, auxquelles les anciennes enquêtes n’avaient pas abouti ou ne s’intéressaient même pas se limitant à affirmer simplement l’importance et l’intensité des contacts entre Grecs et indigènes. Les travaux sur des classes de matériaux de l’Age du fer en Italie méridionale et sur les divers sites de la côte tyrrhénienne au sud de Salerne jusqu’à la mer Ionienne ont sollicité une problématique nouvelle – je pense surtout à des travaux d’ensemble ou à des contributions de type monographique comme ceux de Kl. Kilian, Juliette de La Genière, des archéologues italiens des Surintendances, de Paola Zancani Montuoro, etc. Pour la Sicile, depuis les efforts d’un précurseur comme Paolo Orsi et les articles désormais classiques de P. Orlandini, D. Adamesteanu, G. Vallet, etc., au cours de ces dernières années des recherches particulières sur la partie occidentale de l’île suggèrent de nouvelles perspectives de travail.

  • 30 M.I. Finley, Colonies, art. cit., p. 173.

42Le monde sicule doit être examiné différemment de celui des Élymes et des Sicanes (quand il est possible de les individualiser), même si, surtout pour les Élymes, il n’est plus possible de s’en tenir à l’optique de leur imperméabilité et hostilité vis-à-vis des Grecs pris en bloc, dans la mesure où l’on se réfère aux témoignages des sources antiques elles-mêmes – sur les rapports d’épigamía, par exemple avec les gens de Sélinonte – ou à ceux de la recherche archéologique. La pénétration commerciale doit toutefois être distinguée de l’influence politique et les rapports avec Athènes de ceux avec les colonies siciliotes. Cette distinction concerne aussi les Sicules. Mis à part les difficultés de définir la frontière entre Sicanes et Sicules, il faut se garder d’assimiler les conflits internes au monde indigène à ceux entre colonies grecques, à parité de niveaux. Des centres “sicanes” utilisés comme bases de refuge ou de conquête par des factions politiques de Géla, telles que les Deinoménides, peuvent ne traduire en rien des rapports pacifiques, mais plutôt de sujétion, directe ou clientélaire. Et ceci est valable aussi pour les rapports entre les tyrannies et des éléments du monde indigène. La tendance moderne à considérer comme globalement modéré le traitement infligé aux Sicules et à faire des distinctions entre les divers courants coloniaux, jusqu’à admettre la persistance d’une conscience ethnique, est contredite par des témoignages d’action violente (par exemple à Léontinoi) ou par l’argument ex silentio pour d’autres colonies chalcidiennes et pour Mégara. Dans ce dernier cas, toute l’histoire du roi Hyblon peut être suspecte de faire partie des trivialiîies que M. Finley30 a attribuées à d’autres justifications modernes (Reunion Island, Tahiti ou l’achat de Manhattan aux Indiens). On doit en outre se souvenir que dans les pourparlers de capitulation entre Grecs la campagne est remise entre les mains du vainqueur en même temps que la main d’œuvre agricole, probablement indigène, et que le complexe de référence du monde siculé à une organisation politique grecque, aux cultes et coutumes grecs traduit une grande vulnérabilité, si ce n’est une désagrégation culturelle importante.

  • 31 E. Manni, Indigeni e colonizzatori nella Sicilia preromana, in Assimilation et résistance à la cult (...)

43En tout cas, en ce qui concerne les Sicules des plateaux de l’Anapo, du Tellaro, en dehors des rapides notations de P. Orsi, on n’a par cherché à approfondir les différences structurelles et culturelles qui les distinguent de ceux des Monts Iblei ou d’entre Tellaro et Irminio ou encore au-delà jusqu’au fleuve Dirillo. Une telle analyse fournirait une clef spécifique pour éclaircir les phases d’évolution de cette “frontière” et ses limites intrinsèques mieux que des étiquettes d’expansion “agricole” ou “commerciale” qui finissent par cacher plutôt qu’expliquer. L’antagonisme, souligné ajuste titre, de Syracuse et ses “colonies de combat” et forteresses envers sa colonie même de Camarine, alliée aux Sicules face aux ambitions de Géla et à l’agression de sa propre métropole syracusaine, deviendrait plus clair. Conclure, comme le fait E. Manni31, qu’il s’agit de jeux politiques complexes plutôt que de faits d’“assimilation” et de “résistance” signifie se fermer à toute possibilité de saisir les modes de contact entre Grecs et Sicules liés à leur “reference-complex” permanent aux modèles des apoikoi ou des tyrans et qui passent notamment à travers des rapports “personnels”, “volontaires” ou “clientélaires”. La fonction de Ducetios comme “chef charismatique” doit être évaluée à côté de la chute des tyrans et de la renaissance de communautés de “citoyens” grecs et aussi du pluralisme culturel hétérogène des “mercenaires” démobilisés : de cette façon le phénomène d’omoethnia entre Sicules, à côté des faits religieux et de la redistribution agraire, prend une autre signification et éclaire même le passé plus lointain.

44Un cas analogue à celui des Sicules et, quoi qu’on en dise, lui aussi sur fond de traumatisme, fut, en Italie méridionale, celui des Œnôtres et de leurs tribus : leur fragilité culturelle se révèle au-delà du massacre dont parle la tradition pour certaines colonies ou de guerres de conquête pour d’autres.

45Je ne veux pas répéter ici des choses que Juliette de La Genière et d’autres ont déjà écrites. Ma vision est peut-être plus pessimiste, ma sensibilité d’Italien du sud et ma raison sont peut-être plus proches des “vaincus” que ne l’est l’analyse prudente des collègues archéologues italiens ou non. Les communautés de l’Age du fer qui sont entrées dans l’orbite de Sybaris (par exemple Amendolara) déplacent leurs établissements, entrent en crise démographique, épuisent leurs traditions artisanales originelles et assimilent aspects et besoins culturels grecs. Tel est le tableau qu’offre la majorité des villages œnôtres. Certains adoptent les techniques de construction grecques, mais donnent l’impression d’une concentration (ou d’une acculturation ?) forcée comme main d’œuvre. Dans d’autres cas, on constate l’abandon au moment de la colonisation grecque suivi d’une réoccupation plus tard. Dans d’autres encore, mais plus rarement (comme à Francavilla), on aurait une coexistence pacifique autour d’un sanctuaire, mais il n’est en rien assuré qu’il s’agisse de syncrétismes et d’un réel équilibre spontané. L’implantation des sanctuaires recouvre souvent les traces d’une culture éliminée ou assujettie et marque la prise de possession des terres environnantes, aussi bien dans la Siritide qu’à Métaponte, notamment à la frontière du territoire.

46Quelques centres indigènes se déplacent vers l’intérieur sur des positions de hauteur et maintiennent leur propre culture plus longtemps ; avec le temps, les contacts avec les Grecs s’intensifient même s’il est difficile – à la lumière des seuls témoignages archéologiques – de déterminer chaque fois si la présence d’objets, d’art décoratif et de technique de construction grecs est le résultat d’une pénétration grecque et de l’implantation d’avant-postes de frontière (comme Serra di Vaglio au vie s. av. J.-C. par rapport à Métaponte) ou bien de l’emprunt d’ouvriers et d’importations à une colonie voisine. Des centres à coup sûr indépendants ont pu passer commande d’objets de prestige et d’armes, comme tel casque dans le Vallo di Diano déjà au viie s. av. J.-C. ou, à la fin du même siècle, des bronzes et une armure d’hoplite complète à Armento et à Roccanova ou encore un peu plus tard un petit bronze de cavalier à Grumento. A ce “chieftains trade” avec les chefs œnôtres et aux cadeaux diplomatiques des colonies grecques pour recevoir main d’œuvre, mercenaires et nouer des relations notamment matrimoniales (les colons arrivent sans ou avec peu de femmes), il faut ajouter les échanges d’objets contre des denrées alimentaires ou du bétail. C’est dans ce cadre qu’il faut placer les sum-machoi, œnôtres ou non, de Sybaris (attestés dans les sources et dans une inscription d’Olympie transcrivant un traité entre “les Sybarites et leurs alliés” avec les mystérieux Serdaioi) ou ceux de Posidonia, plus tard, dont on ne sait si ce sont des Œnôtres ou déjà des Lucaniens.

47Quand, en effet, la nouvelle vague de populations italiques vient se mêler à celles de la première ou assujettir ceux de leurs prédécesseurs qui avaient échappé à la domination grecque, avant de partir à l’assaut des apoikiai elles-mêmes, le monde des Œnôtres s’était affaibli dans les rapports de force internes ou dans les “alliances de classe” – si je puis dire – de leurs chefs : par leur enrichissement – comme le montrent par exemple les tombes “princières” de S. Maria d’Anglona – ceux-ci avaient bloqué le développement de la société indigène et, au-delà d’une “hellénisation” de façade, préparé l’effacement ou la destruction de leur propre civilisation.

Notes

1 A. Smith, The Wealth of Nations (ed. E. Cannan), London 1961, II, p. 124.

2 M. I. Finley, Colonies, An Attempt at a Tipology, in Transactions of the Royal Historical Society, 26, 1976, p. 178.

3 Éphore, fr. 137 Jacoby.

4 Th. More, The Utopia (ed. E. Surtz and J. H. Hexter), New Haven and London 1965, p. 137.

5 R. Maunier, Sociologie coloniale, Paris 1932-36.

6 M. I. Finley, Colonies, art. cit., p. 180.

7 Thucydide, VI, 23, 3.

8 T. J. Dunbabin, The Western Greeks, Oxford 1948, p. 43 ss.

9 Cf. D. Kimble, A Political History of Ghana (1850-1928), Oxford 1963, p. 339.

10 C. R. Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1912), Paris 1968, I, ch. 4-5 ; II, ch. 27-28.

11 Diodore, V, 7-8.

12 Hellanicos, fr. 79a-b Jacoby.

13 Thucydide, VI, 2, 1-5.

14 Diodore, XI, 88.

15 Platon, Lettre VIII.

16 Hécatée, fr. 64-71 Jacoby.

17 Antiochos, fr. 10 Jacoby.

18 Strabon, VI, 1,2.

19 Aristote, Pol. 1307a30.

20 Diodore, XII, 11.

21 M. Weber, Economia e Società, Milano 1980 (trad, it.), IV, pp. 175 e 199.

22 O. Lattimore, Studies in Frontier History, Paris-La Haye, 1962 (trad. it. La frontiera, Torino 1970, pp. 449-480).

23 C. Vatin, in Metaponto. Atti del XIII Convegno di studi sulla Magna Grecia, (Taranto 1973), Napoli 1974, pp. 276-278.

24 G. Manganaro, in Archeologia Classica, 11, 1965, pp. 192-194.

25 Hérodote, VII 155 ; Diodore, X, 26, cf. Dunbabin, op. cit., p. 414.

26 Hécatée, fr. 74 Jacoby.

27 Hérodote, VII, 55 ; Diodore, X, 26.

28 Denys d’Halicarnasse, VII, 8,3 ; 9,1-3.

29 Timée, fr. 48 Jacoby.

30 M.I. Finley, Colonies, art. cit., p. 173.

31 E. Manni, Indigeni e colonizzatori nella Sicilia preromana, in Assimilation et résistance à la culture gréco-romaine dans le monde ancien. Travaux du VIe Congrès International d’Études Classiques (Madrid 1974), Bucarest-Paris 1976, pp. 181-211.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable