Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne

 | 
Ettore Lepore

II. Espaces, époques et structures des différentes vagues de colonisation

Texte intégral

  • 1 Ch. G. Heyne, De veterum coloniarum iure eiusque causis, Gottingae 1766 et in Opuscola Academica, I (...)
  • 2 D. H. Hegenwisch, Geographische und historische Nachrichten. Die Colonieen der Griechen betreffend, (...)

1Pour commencer, il est peut-être utile de préciser que, si les trois éléments du titre proposé pour cette rencontre ne se succèdent pas dans un ordre rigide, mais s’entrelacent tour à tour pour définir le phénomène des apoikiai en Occident, le premier (les “espaces”) et le troisième (les “structures”) ne concernent pas seulement les formes d’organisation au moment de l’arrivée en Italie, mais aussi celles qui existaient au départ dans les métropoles. Ils obligent donc à reprendre un vieux problème, sans doute encore ouvert de nos jours et toujours pas résolu, et qui dérive lui aussi de l’influence d’une typologie traditionnelle, d’inspiration moderne et du débat qui a eu lieu dans l’historiographie européenne moderne sur les structures économiques de l’Antiquité. Il s’agit du problème des prétendues “causes” de la colonisation sous-jacent, sous les concepts d’“espaces”, d’“époques” et de “structures”. Il est lié lui aussi à la discussion des antiquaires sur le “droit” des colonies, remontant à Christian George Heyne1, et d’une manière ou d’une autre, à toute la tradition européenne d’études historiques sur le sujet qui, jusqu’en 1800, a insisté sur les “Veranlassungen” (ainsi, par exemple, D. H. Hegenwisch2 dans des “Betrachtungen” spécifiques qu’il a ajoutées à ses Nouvelles historiques et géographiques regardant les colonies des Grecs, publiées à Altona en 1908), sur les “intérêts”, les “origines”, les “caractères” de la colonisation grecque.

  • 3 Thucydide, VI, 3,1.
  • 4 H. Berve, Das delphische Orakel, in Gestaltende Kräfte der Antike, Munchen 1949, pp 9 ss.
  • 5 W. G. Forrest, Colonization and the Rise of Delphi, Historia, 6, 1957, pp 166 ss.

2On a insisté récemment, à côté d’autres éléments – en rapport aussi avec une fonction de l’Apollon delphique comme Apollon Archégétès, fonction déjà soulignée par nos sources, par exemple Thucydide pour Naxos et la colonisation chalcidienne3 –, sur la consécration d’un contingent d’hommes, égal au dixième à la suite de désastres naturels (famine, peste, etc.), dans une série de traditions où toutefois, en général, ils ne sont pas la cause première, mais la conséquence d’une faute de la communauté envers la divinité et on a vu dans le rituel, dékatè ou aparché, l’origine de fondations coloniales. En réalité, cet élément risque d’être, encore une fois, source de confusion entre apoikiai et migrations, lié comme il est à des traditions d’âge mythique, alors qu’il faut au contraire y voir un processus tardif de récupération consciente et archaïsante, de la part de la métropole ou de la colonie, un reflet de rapports plus récents qui se sont instaurées avec le sanctuaire. Il faut donc, avant tout, se libérer de l’image selon laquelle l’oracle de Delphes a été, dès l’époque la plus ancienne, le centre d’information et d’organisation pour les fondations d’apoikiai ; cette image fut accréditée par l’accent que les sources anciennes ont mis sur le rôle de l’oracle. Il ne faut pas pour autant méconnaître que Delphes, à partir du viie siècle av. J.-C, est devenu désormais “centre commun” pour les colons et les marchands qui entretenaient avec lui des rapports réguliers, et qu’il a pu diffuser des nouvelles sur les apoikiai déjà fondées et sur la préparation de nouvelles expéditions, permettant ainsi un élargissement rapide du mouvement de colonisation. Mais il ne faut exagérer ni la portée de ce rôle ni son caractère dominant, en dehors d’un contexte chronologique précis, comme on l’a parfois fait (par exemple, Berve4 ou Forrest5), aux dépens d’autres éléments et agents à l’origine de ce mouvement.

3L’action et la décision de la communauté politique apparaissent aujourd’hui clairement individualisées comme le facteur essentiel, sauf peut-être dans quelques cas et circonstances exceptionnelles. C’est ce que prouvent les interventions des “cités-mères”, qui, après s’être préoccupées d’envoyer des explorateurs (kataskopoi andres) et de procéder à une reconnaissance des lieux, s’employaient à rassembler et coordonner le groupe des apoikoi et à en faciliter le départ. Cette action se révèle aussi par l’aménagement rationnel et l’organisation de l’espace, dans le centre urbain aussi bien que dans le territoire, au moment de l’implantation sur les nouvelles terres dont, en général, ni les structures politiques ni les pratiques sociales ne diffèrent beaucoup de celles des métropoles. Naturellement, les réalités des rapports entre métropoles et apoikiai, celles du développement interne de ces colonies, les innovations qui s’y sont produites par rapport à la tradition institutionnelle des “cités-mères” et enfin, jusqu’à un certain point, les types de comportement et les méthodes utilisées par la suite à l’égard des habitants non grecs furent déterminés à la fois par l’histoire même des nouveaux sites indépendants et par les conditions dans lesquelles se trouvaient les cités “coloniales” d’où étaient parties les expéditions ou les émigrations.

4Tous ces éléments ont donc varié, dans le temps et dans l’espace, au cours des trois siècles écoulés du viiie au vie siècle av. J.-C. et définis à juste titre comme “l’âge de la colonisation” grecque et des transformations ont eu lieu au cours des deux phases de la période archaïque que l’historiographie moderne a voulu en gros distinguer : depuis le second quart ou le milieu du viiie siècle av. J.-C. jusqu’au second quart ou au milieu du viie, pour la première ; du milieu du vie siècle à la fin du vie siècle av. J.-C, pour la seconde.

  • 6 S. C. Humphreys, Colonie e madrepatria nella Grecia antica, Rivista storica italiana, 78, 1966, pp. (...)
  • 7 Hérodote, IV, 151-159.
  • 8 A. Andrews, Greek Society, Harmonsworth 1971 ; A. J. Graham, Colony and Mother City in Ancient Gree (...)

5Pour la période la plus ancienne, il faut insister sur le fait que, surtout au viiie siècle, et pour les colonies d’Italie et de Sicile, il s’est principalement agi, comme l’a observé avec raison Sally Humphreys6, d’un mouvement local entre les poleis qui avaient un débouché direct ou indirect, sur le golfe de Corinthe. Cela attira aussi un certain nombre de colons plus lointains, par exemple d’Asie Mineure ou issus d’ethnè de la péninsule hellénique elle-même, Ioniens ou Doriens. L’organisation politique des apoikiai se voit clairement dans le récit d’Hérodote à propos de Cyrène7 et dans l’inscription de Cyrène du ive siècle av. J.-C, sources dont certains détails remontent à un décret de Théra datant du viie siècle av. J.-C. (voir à ce sujet Andrews et A. J. Graham)8. Il ne faut cependant pas oublier que cette fondation appartient à la phase la plus récente de la colonisation grecque. Ce modèle précis du processus et de ses divers aspects, proposé comme exemple par la tradition, est donc en réalité le résultat achevé d’une longue pratique, sûrement beaucoup plus fluide et moins définie dans la phase plus ancienne, si bien qu’on ne peut y voir un prototype sûr.

6De toute façon, on peut déduire de ce récit – ainsi que du serment et des règlements attestés par l’inscription – que, dans la phase de reconnaissance, après réception des informations sur les lieux les plus adéquats, la communauté métropolitaine prenait une décision, parfois par un appel d’offres, pour recruter des colons. En particulier dans des communautés civiques dotées d’un contrôle politique avancé, cela pouvait se faire de façon astreignante : un certain contingent de personnes (qu’il s’agisse d’un excédent démographique ou d’indésirables pour une raison quelconque), étaient “contraintes” à partir ; en cas de refus, elles étaient punies de mort. Elles n’avaient pas le droit de revenir dans leur patrie, sauf cas exceptionnels, par exemple si après cinq ans de durs efforts, la preuve était faite de la faillite de l’entreprise (dans le cas évidemment où il s’agissait de terres mal connues avec tous les imprévus qui pouvaient résulter d’une telle situation).

7Le choix de ce contingent pouvait aussi se faire par tirage au sort, avec la décision d’envoyer par exemple un frère sur deux, des différentes circonscription de la cité. Comme on l’a déjà dit, dans le cas particulier de “revivais” de pratiques anciennes, cela prit des formes religieuses et rituelles de consécration aux divinités en tant que “dîme” (dékatè), ou avec désignation des “premiers nés”, comme s’ils s’agissait d’offrande de “prémices” (aparchai). C’était là une tradition que nous rencontrons dans les flux migrateurs grecs, mais aussi chez d’autres populations indo-européennes de l’Antiquité, et qui, en Italie – par exemple chez les populations osco-ombriennes et sabelliques de la dorsale apenninique – acquit le caractère périodique de “printemps sacré”. A ce contingent principal qui, avec le temps et dans certains cas d’organisation de parentèle ou de clientèle des branches cadettes des grands oikoi dominants, se transforma en un groupe plus ou moins volontaire, pouvaient s’agréger ou s’ajouter ensuite – seulement après que la colonie eut pris son essor – des éléments non exclusifs de la métropole promotrice et on pouvait donc normalement lancer une invitation au départ à “qui le souhaitait”, de toute part en Grèce.

  • 9 S. Lampros, De conditorum coloniarum graecarum indole praemiisque et honoribus, Leipzig 1873.
  • 10 A. J. Graham, op.cit., et Appendice I.
  • 11 D. Asheri, Supplementi coloniari e condizione giuridica délia terra nel mondo greco, Rivista storic (...)

8Ainsi, même dans la plus ancienne colonisation, nous pouvons trouver des colons d’autres communautés, à côté du noyau le plus important. Mais de toute façon, il faut distinguer la véritable apoikia des “colons supplémentaires” (qui portent le nom différent d’époikoi), qu’il s’agisse de groupes annexes à côté du groupe principal issu de la polis déductrice, ou d’une adjonction plus récente à des implantations coloniales déjà existantes depuis longtemps et qui les acceptaient, par exemple à la suite d’événements ou de crises démographiques particuliers. Ces expéditions étaient préparées par la cité-mère et les classes dominantes, avec le contingent naval nécessaire et d’autres équipements, et à leur tête était désigné un responsable de l’implantation, le “fondateur” (oikistès ou ktistès, des verbes oikizein, et ktizein rendre habitable, établir, fonder), ou le “chef (hègémon) de lapoikia. Il pouvait y en avoir plusieurs. Aussi bien les chefs – que le livre maintenant classique (mais naguère trop oublié) de S. Lampros9 avait déjà étudiés, bien avant la petite appendice de A. J. Graham10 – appelés parfois à prêter serment pour la conduite de la colonie, que le groupe des colons originels jouissaient, en général, de privilèges spécifiques, et les “fondateurs” bénéficiaient de formes de culte héroïque et, dans le cas d’apports successifs ou de nouveaux arrivants – cas que David Asheri a si bien analysés11 –, les “vieux citoyens” (les palaioi politaï) se réservaient droits civiques et meilleurs lots de la ville et du territoire.

9Donc, au point de départ d’une apoikia, il reste, au fond de toute une série de témoignages disponibles, un problème d”‘organisation” du mouvement, qui peut, dans une certaine mesure, trouver confirmation dans les différents courants d’échanges d’objets, par exemple, ceux de la céramique des divers ateliers de régions et cités grecques. Replacés sans anachronisme dans les limites d’un phénomène primaire de consommation des apoikoi – et sans en faire dès le début et par excellence un fait “commercial” de compétition pour la recherche des marchés et sans les intégrer dans un schéma de développement de Yemporia à Vapoikia –, ces courants de produits manufacturés peuvent contribuer à identifier les milieux de provenance de ces implantation, aux différents niveaux chronologiques et dans les différentes régions d’Italie et de Sicile et être le reflet de courants “coloniaux” et de leurs facteurs d’unité aux points où se formaient et s’embarquaient les différents contingents. C’est ainsi que l’on peut identifier, à côté des métropoles eubéennes Érétrie ou Chalcis, à côté de Corinthe ou de Sparte, certains centres moins importants, tels la Crète et Rhodes, tandis que les choses sont plus complexes, à propos de leurs structures d’organisation, en ce qui concerne Mégare, les cités de l’Achaïe et les éléments des deux Locrides, c’est-à-dire de régions que baigne directement le golfe de Corinthe ou qui gravitent autour de ce golfe.

10Si, avant d’examiner chaque courant et chaque vague de “colonisation”, et les aires de colonisation en Italie et Sicile ainsi que leurs situations structurelles, on considère le caractère des apoikiai et les motivations de leur création, il faut d’abord noter leur caractère d’installations urbaines nouvelles, de poleis indépendantes et auto-suffisantes. Cette caractéristique n’a pas fourni, dans la recherche la plus récente – pas plus d’ailleurs, comme nous le verrons, que leur localisation – la base d’une typologie avec des spécialisations fonctionnelles nettes. Les tentatives modernes pour individualiser quelques traits spécifiques de cités “agricoles” et “commerciales” – et même pour reconnaître, en termes de chronologie et de périodisation, une prétendue priorité à l’une ou à l’autre de ces deux catégories, ou le choix de tel ou tel schéma dans l’implantation – semblent destinées à être abandonnées au fur et à mesure que les fouilles progressent. Même dans certaines poleis que la tradition a toujours considérées comme “marchandes” (celles de la Mer Noire, par exemple, ou celles de l’Occident méditerranéen, gaulois ou ibérique), on constate des liens étroits entre structures urbaines et organisation agraire.

  • 12 R. M. Cook, Reasons for the foundation of Ischia and Cumae, Historia, 11, 1962, pp. 113-114 ; E.Wil (...)
  • 13 R Orlandini, L’espansione di Gela nella Sicilia centro-meridionale, Kokalos, Vili, 1962, pp. 69-121 (...)
  • 14 G. Vallet, Réghìon et Zancle. Histoire, commerce et civilisation des cités chalcidiennes du détroit (...)
  • 15 E. Kirsten, Raumordnung und Kolonisation in der griechische Geschichte, Akademie für Raumforschung (...)

11Les études modernes ont été marquées par deux types d’interprétation. Le premier, qu’on trouve par exemple chez R. M. Cook et Édouard Will12, a adopté un schéma unique, insistant toujours sur les mêmes “causes” démographiques et agricoles, même dans le cas de la plus ancienne vague de colonisation eubéenne à Pithécusses (Ischia). Ce type d’interprétation n’a donc tenu aucun compte des différences chronologiques ou géographiques, ni des phénomènes différents dans l’île, de ceux de Cumes et des expéditions chalcidiennes plus récentes en Sicile. L’autre type d’interprétation, visible par exemple dans les études de P. Orlandini et D. Adamesteanu13 ou encore G. Vallet14, a prêté à chaque courant des caractéristiques homogènes et leur a attribué des vocations particulières et bien distinctes, “agraires” ou “commerciales”, quelquefois influencées aussi par des étiquettes ethniques (Doriens, Ioniens, etc.). On en venait cette fois à accentuer les coupures chronologiques (entre les deux premiers siècles de la colonisation et le vie av. J.-C, ou bien, chez Kirsten15 par exemple, déjà entre le viiie et le viie siècles), les situations géographiques (avec des “effets” identiques en Italie et en Sicile, mais avec des distinctions entre la mer Tyrrhénienne et la mer Ionienne, entre plaines à blé et districts montagneux, etc.), ou encore des hypothétiques différences dans les rapports entre métropoles et colonies, et surtout dans les attitudes des Grecs des diverses poleis et régions envers les populations non grecques, allant d’une domination pesante à des relations plus libérales.

  • 16 M. Frederiksen, Campanian Cavalry : a Question of Origins, Dialoghi di Archeologia, 2, 1968, p. 3-3 (...)

12Le regretté Martin Frederiksen a donc eu raison d’observer dans un article16 que “dans le débat en cours sur les causes de la colonisation grecque, les mots “agraire” et “commercial” ne semblent pas vraiment décrire les aristocraties grecques anciennes telles que nous les connaissons”. Les classes dominantes des poleis qui organisèrent la colonisation, classes foncières et agraires, mais en même temps tout à fait capables de gérer en “affaires privées” leur surplus, ne semblent pas pouvoir se réduire à ces modèles exclusifs. “Du moins elles avaient d’autres intérêts – on l’a observé avec pénétration –, elles défendaient leur honneur aristocratique, aimaient le luxe et l’exhibition prestigieuse, luttaient contre leurs voisins pour le pouvoir et les sources mêmes du pouvoir”. Le cadre dans lequel prirent place les “poussées” et motivations de la colonisation grecque se situe donc bien loin de telle ou telle suggestion moderniste de systèmes coloniaux de “dépendance”, de colonies de peuplement ou d’exploitation, d’empires ou d’impérialismes commerciaux.

13Toute considération sur les causes des fondations d’apoikiai ne peut donc privilégier, comme termes d’alternative, des motivations “agraires” et des motivations “commerciales”. Dans ces causes, le rapport entre ville et campagne et leur intégration restent fondamentaux. Le “commerce”, avec les activités artisanales, n’est qu’un des instruments de cette intégration et son étroite connexion avec la grande propriété agricole et pastorale et avec ses clientèles et classes dépendantes lui assigne une place précise, qui n’évolua que lentement vers des formes spécialisées et intermédiaires, dans les métropoles d’où partirent les apoikiai, notamment les plus anciennes : aussi, si ces dernières furent indépendantes de leurs métropoles, elles en furent souvent la simple continuation dans un lieu différent en conservant les mêmes conditions économiques et sociales. À partir d’un certain moment, le commerce aristocratique ouvrit la voie à l’emporta, mais cette nouvelle activité et la création d’empôria, en Italie aussi, restent un fait parallèle, bien distinct de la colonisation, quel que fût leur rapport complémentaire avec elle.

14D’autre part, l’autre orientation moderne, celle qui privilégie les faits démographiques et le manque de terre (stenochoria) à l’origine de la poussée vers la colonisation, n’a pas suffisamment tenu compte du fait que la stimulation semble plutôt naître de déséquilibres sociaux : par exemple, les crises de certaines structures endogamiques particulières (celles des Bacchiades à Corinthe), avec la montée de nouvelles branches collatérales et leurs clientèles paysannes (comme nous le voyons pour Archias et la colonie de Syracuse), ou encore les différences d’inégalité dans la distribution de la terre et des rentes agraires, du fait de droits de succession particuliers (par exemple le droit d’aînesse), ou à cause de la domination d’une classe aristocratique capable d’accaparer le sol productif (les classes des éleveurs et les oligarchies des cavaliers (hippotrophoi, hippobotai, hippeis) dans plusieurs cités). Parfois ce furent les luttes politiques et la victoire d’une faction, ou la pression d’une puissance étrangère, à provoquer l’exode d’une partie ou de la totalité de la population : ce fut le cas de certaines cités ioniennes (comme Samos, Colophon, Phocée, etc.) face à la tyrannie ou aux Lydiens et aux Perses.

  • 17 J. Seibert, Metropolis und Apoikie, Würzburg 1963.
  • 18 R. Werner, Probleme der Rechts Beziehungen zwischen Metropolis und Apoikie, Chiron, 1, 1971, pp. 19 (...)

15Les motivations unilatérales de la colonisation, en exacerbant des contrastes – même fondés – de situations et de vocations, communs à d’autres types de courants coloniaux antiques, ont fini par déformer aussi les liens entre métropole et colonie, comme je l’ai déjà dit dans notre précédente rencontre, à travers diverses théories de la “dépendance”, en particulier dans les récentes études allemandes (Seibert17, Werner18), qui doivent toutes être rejetées.

  • 19 V. Kahrstedt, Zur Geschichte Grossgriechenlands im 5. Jahrhundert, Hermes, 53, 1918,pp. l80-187.
  • 20 F. Hampl, Poleis ohne Territorium, Klio, 32, 1939, pp. 5 ss.

16L’idée de “cités sans territoire”, qui assurent à leur mère-patrie l’approvisionnement nécessaire ou lui fournissent les produits agricoles à exporter sur des marchés lointains – le blé avant tout – à donné lieu au modèle moderniste de rapports entre métropole et colonie, qui, après avoir été illustré par l’exemple de Corinthe déjà par Kahrstedt19, puis par Hampl20 et d’autres, d’une manière qui n’était pas toujours correcte et ne se fondait pas sur des témoignages assurés, a été ensuite étendu à d’autres “Empires” agraires ou marchands, de Locres à Massalia, à partir de la priorité présupposée accordée à certains facteurs, et en connexion (et par confusion) avec les problèmes plus tardifs d’Athènes et de ses clérouquies.

  • 21 E. Will, Histoire grecque, Revue Historique, 248, 2, 1967.

17Le dépassement de ce modèle, dû à la vive réaction d’historiens tels qu’Edouard Will21 et au fait que les apoikiai grecques ont été reconnues comme fondamentalement indépendantes, a permis de poser sur d’autres bases, religieuses, culturelles, artistiques, etc., les rapports avec les métropoles.

18Certes, ces perspectives plus appropriées n’ont pas manqué, elles non plus, de faire l’objet d’analogies avec des phénomènes modernes, mais elles ont enfin permis de se concentrer sur leur histoire de “nouvelles” poleis, capables de se forger elles mêmes leur physionomie spécifique, dans de nouveaux sites, à travers aussi des rencontres et des luttes avec les populations non grecques qui les habitaient.

19Si, en ce qui concerne le départ des apoikoi, on abandonne ainsi tout schéma unique trop rigide, tout en reconnaissant que certains milieux particuliers étaient davantage susceptibles de former et d’organiser des contingents de colons, il faut prendre en considération chaque vague, l’une après l’autre, en rapport avec l’arrivée de groupe d’apoikiai, en Italie ou en Sicile, mais aussi de chaque implantation au sein du groupe.

20Le groupe le plus ancien est celui que les cités d’Eubée, Érétrie et Chalcis au début, puis Chalcis toute seule – à la suite de la guerre lélantine et du déclin d’Érétrie – envoyèrent dans le golfe de Naples, d’abord sur l’île d’Ischia, à Pithécusses, puis sur la côte en face à Cumes, en prenant certainement connaissance aussi du Détroit et de la côte orientale de la Sicile.

21Le développement ethno-culturel des populations préhelléniques locales du Bronze récent et du Fer, appelées Ausones et Opiques dans les sources grecques, sous l’influence des contacts mycéniens diffusés à partir de Vivara, et d’éléments “villanoviens” qu’on identifie d’habitude avec les ancêtres des Étrusques protohistoriques et historiques, faisait de cette région une zone particulièrement animée de multiples courants de cultures et d’échanges.

  • 22 G. Buchner, Cuma nell’viii secolo a.C. osservata nella prospettiva di Pithecusa, in I Campi Flegrei (...)

22Le long débat dans lequel on a voulu nier à Pithécusses tout rôle qui ne fût pas d’implantation agricole, est aujourd’hui dépassé, grâce aux fouilles publiées par Giorgio Buchner et par d’autres, par exemple David Ridgway22. Cependant, cette nouvelle vision de l’île comme terminus d’une route eubéenne qui partait d’Al Mina, en Syrie septentrionale, passait par le golfe de Corinthe et Corcyre, la côte sicilienne et le Détroit jusqu’au “pays du Cratère”, pour se procurer les matières premières, les métaux ou les esclaves, ou pratiquer la piraterie ou les autres “affaires” des prekteres eubéens, ne doit pas masquer le rôle de l’aristocratie qui, quelques dizaines d’années après la fondation de Pithécusses (750 av. J.-C.), allait fonder Cumes sur le continent et s’emparer de sa plaine fertile, adaptée à l’élevage de ses chevaux et à la culture du blé.

23L’île d’Ischia n’avait pas posé de problèmes, que ce soit du fait des destructions que les villages indigènes tels que Castiglione subirent par le fait des éruptions volcaniques, ou de la fréquentation habituelle de la route de l’Étrurie des métaux. Les groupes d’artisans, charpentiers et métallurgistes, qui y étaient installés ne présentent pas dans la nécropole de S. Montano de rituels aristocratique ou guerrier, mais leurs produits d’orfèvrerie, les chryseia auxquels Strabon attribue la prospérité de l’île, liés aux ressources précieuses et aux commerces avec des Orientaux tels que les Phéniciens, dont le monde “orientalisant” environnant assurait le débouché et dénoncent déjà la classe dominante de cavaliers et d’éleveurs dont ils constituent les clientèles et les liaisons sur place. La société eubéenne de Cumes ne changea pas totalement. Elle assujettit sur les terres les peuples préhelléniques (qu’un oracle d’Héra transmis par Phlégon de Tralles vouait au massacre) comme main-d’œuvre servile et pastorale. Elle atténua ses modèles traditionnels d’initiation militaire et s’ouvrit à des coutumes plus libérales et plus raffinées, qui se prévalaient de certains produits et techniques. La diversification des fonctions finit par rendre moins visibles celles que Pithécusses remplissait à l’origine, et Cumes revendiqua pour elle-même le rôle exclusif et d’être la plus ancienne apoikia en Occident (dans la chronologie d’Eusèbe).

24Son développement n’effaça pas les traits empruntés à sa métropole Chalcis : fermeture politico-sociale, fonction militaire à part de l’oligarchie des cavaliers avec leur hipparque, véritable “ordre” privilégié à l’intérieur de la communauté aristocratique, hiérarchisée, divisée en classes d’âge, avec des distinctions de rituel funéraire (présence ou absence des armes, présence ou absence de la céramique), et cela presque jusqu’à la fin du vie siècle av. J.-C. Cumes domine la plaine centrale, qu’elle dispute à Capoue, et les côtes, avec de bons ports et des mouillages qu’elle contrôle, depuis le cap Misène jusqu’à la colline du Castello à Pouzzoles, et à l’île de Mégaris, à l’emplacement du Castel dell’Ovo à Naples, avec la plage voisine et la colline de Pizzofalcone, le site de Parthénopè, la Palaeopolis de la “nouvelle cité” fondée au ve s. av. J.-C. Cumes ne dédaigne pas l’activité marchande, ni surtout la piraterie, jusqu’aux côtes du Détroit de Messine.

25Si, avec ces pirates, nous passons maintenant en Sicile, le courant chalcidien y apparaît en rapport complexe avec d’autres courants, dans la nouvelle série d’apoikiai, qui datent de la seconde moitié du viiie av. J.-C : Naxos, Catane, Leontinoi, etc.

26Pour ces fondations, les problèmes chronologiques se compliquent et exigent d’être réexaminés – en faisant attention aux aspects polémiques des certaines informations fournies par les sources –, et en tenant compte aussi, en arrière-plan, des problèmes d’organisation unitaire de diverses zones au moment du départ et des parallélisme et pluralisme obligatoires des routes et des activités marchandes et “coloniales”. Si, désormais, les archéologues eux-mêmes semblent reconnaître la difficulté qu’il y a à différencier les dates de fondation à partir des seules données archéologiques, en l’absence de celles des sources littéraires, le moment est venu de reprendre le débat sur la date du plus ancien établissement chalcidien en Sicile, Naxos, en rapport avec la date de Syracuse, et peut-être même en laissant de côté celle de Mégara, dont certaines sources revendiquent l’antériorité sur Syracuse, colonie de Corinthe, car cette revendication, biaisée par des conflits politiques tardifs, est aussi la plus suspecte. On a plusieurs fois souligné l’existence du “cercle vicieux” qui fait que l’on vérifie la tradition littéraire à l’aide d’éléments céramiques et que, d’autre part, on date la céramique par référence à certains éléments de la tradition littéraire ; il ne faut pourtant pas se dissimuler que le progrès des découvertes siciliennes et ce que nous avons compris du dualisme entre Pithécusses et Cumes en Campanie, avec les problèmes de compétition que la tradition révèle entre Cumes et Naxos pour la fondation de Zancle, pourrait conduire à des solutions nouvelles pour la chronologie haute de Naxos (757 av. J.-C, au lieu de 734, indiqué par Thucydide).

27Après cette exposition, qui n’a qu’effleuré les différentes apoikiai de Grande-Grèce et certains de leurs aspects et problèmes, arrêtons-nous un moment pour examiner le mouvement “colonial”, tel quel nous l’avons défini, divisé en courants et en vagues.

28Des facteurs d’unité et des analogies s’en dégagent, en particulier entre les divers espaces géographiques que nous avons approchés, c’est-à-dire la Sicile et l’Italie du Sud, et, en Italie du Sud elle-même, entre la côte tyrrhénienne et la côte ionienne. Des attitudes structurelles divergentes à l’intérieur d’une même vague (par exemple la vague chalcidienne en Campanie et en Sicile) ou entre des vagues différentes, (comme Syracuse et Mégara d’une part, les apokiai chalcidiennes de Sicile d’autre part), dépendent souvent aussi quant aux rapports entre la ville et la campagne du milieu ethnique et culturel où ont eu lieu ces implantations, et des réactions de ce milieu. Il faudra donc les considérer à part et les analyser lors de notre prochaine rencontre, quand nous parlerons des problèmes de la terre et des modes de contact avec les “indigènes”.

  • 23 G. Buchner, Nuovi aspetti e problemi posti dagli scavi di Pithecusa con particolari considerazioni (...)

29Des traits communs apparaissent dans le comportement et le “style de vie” des groupes de cavaliers eubéens, même s’il faut peut-être faire une distinction entre Érétrie et Chalcis : la manière dont la seconde s’est affirmée, à la suite du divorce et du conflit de la guerre lélantine, implique – comme Giorgio Buchner23 l’a souligné avec raison, à partir de l’analyse de la céramique, à propos de “Cumes au viiie siècle av. J.-C, observée dans la perspective de Pithécusses” – des coupures qui seront de mieux en mieux saisissables. La céramique “early Euboean” de Boardman, réinsérée dans les limites d’un phénomène d’apoikiai, qui doivent s’équiper et s’approvisionner, peut constituer une constante. Un autre facteur d’unité, toujours entre Sicile et Grande-Grèce, semble constitué par Corinthe, même si l’implantation corinthienne se limite à la seule Syracuse : il ne s’agit pas tant, comme nous l’avons vu, de la tradition sur le synchronisme entre la fondation de Syracuse et celle de Crotone et de Locres (ou de Sybaris), tradition qui a une autre signification, tardive, mais plutôt, d’une part, de situations assez homogènes de “départ”, comme l’atteste la zone même du golfe de Corinthe, en tant que milieu de concentration et d’organisation des “poussées”, qui doivent être étudiées avec plus d’attention dans la Grèce des metropoleis elle-même, sans supposer comme on l’a fait, un problème de phoros, d’autre part, par exemple, du contact étroit entre la céramique chalcidienne et la céramique corinthienne, de la présence continue d’imitations corinthiennes, que Boardmann a signalée et qui permet de mieux comprendre l’insertion de Corinthe elle-même, en dehors de ses besoins directs, dans d’autres courants et implantations d’apoikiai, qui vont des plus anciennes apoikiai chalcidiennes aux colonies achéennes ou gréco-occidentales de la mer Ionienne. Du reste, tout le problème d’une “province” d’art orientalisant et de sculpture dédalique transférée de Corinthe et de Corcyre en Sicile et Grande-Grèce, atteste une homogénéité du milieu d’arrivée et la création d’un faciès culturel “dépendant” et unitaire.

  • 24 Éphore, fr. 70 F 137 Jacoby.
  • 25 L. Cracco Ruggini, Eforo nello Pseudo-Aristotele, Oec. II ?, Athenaeum, n.s. 44, 1966, pp. 199-236 (...)

30Un autre cadre à mieux préciser serait, plutôt que l’aire delphique, qui ne fut effectivement concernée que plus tard, celle du golfe de Crisa, de l’autre côté de ce même golfe de Corinthe. Une tradition veut que la richesse s’y soit développée à partir des telè de Sicile et d’Italie (ta ek tes Sikelias kai tes Italias télé), ce qui, tout en replaçant des faits commerciaux dans une perspective d’aspects fiscaux et administratifs qui sont, eux, clairement attestés, met en évidence des intérêts liés au trafic de produits de première nécessité, métaux ou denrées agricoles. Si cette tradition peut remonter elle aussi à Éphore24, elle est sans doute d’une toute autre valeur que les informations de cet auteur sur les implantations chalcidiennes, car elle est liée à ses recherches sur les expédients tributaires, dont les études de L. Cracco Ruggini25 ont montré la présence dans d’autres sources, et qu’elle a jugées techniquement plus fondées que les “autoschédias-moi habituels chez cet auteur.

31D’autres moments d’unification de plusieurs aires d’arrivée, ou s’identifiant à une seule, mais sans qu’on puisse parler, cette fois, de mouvements homogènes ou interdépendants au départ, peuvent concerner des courants ou des franges mineurs, qui cependant constituent des césures temporelles ou même des “tournants” significatifs dans la dynamique même des phénomènes d’implantation. Au-delà des deux principaux temps forts déjà signalés, ou même en leur sein, nous devons tenir compte, par exemple, du courant rhodocrétois, qui est essentiellement lié à la Sicile, de celui des cités attribuées à Philoctète, limité à l’Italie ionienne et au voisinage des cités achéennes, et de celui de Phocée, lié avant tout à l’Italie tyrrhénienne. Même si on peut trouver en Italie quelque élément rhodien, ainsi que des compagnons de Philoctète chez les Élymes, et des éléments phocéens dans les îles éoliennes, il vaut mieux procéder avec prudence : un problème rhodien pour la mer Tyrrhénienne, pour le golfe de Naples, a été fortement souligné par des historiens italiens et sans doute existe-t-il, mais il faut l’analyser avec beaucoup d’attention. Les archéologues ont raison de vouloir mener cette étude à partir de preuves archéologiques concrètes, et non pas seulement à partir de la tradition littéraire relative aux thalassocraties ou sur des informations de Strabon.

  • 26 G. Vallet, F. Villard, Les Phocéens en Méditerranée occidentale à l’époque archaïque et la fondatio (...)

32Le vie siècle correspond à une “rupture” décisive avec l’arrivée des Phocéens et l’importance de leur présence mise à juste titre en lumière par les recherches françaises en général, et, par exemple, par les contributions toujours subtiles des collègues François Villard, Georges Vallet et Jean-Paul Morel26, depuis l’implantation coloniale à Massalia (pour ne parler que d’elle), jusqu’à l’exode d’Alalia et au mouvement qui suivit la bataille du même nom, avec l’établissement d’Elée et les problèmes autour de ce que certaines sources anciennes ont surnommé la “Massaliotide d’Italie”. On assiste à une mutation du phénomène “colonial” en mer Tyrrhénienne et en Occident : c’est le premier acte d’un “tournant” du vie siècle av. J.-C, qui entame aussi la diversification des deux milieux “d’arrivée” de Sicile et de Grande-Grèce.

  • 27 Contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes, Naples 1975 (Cahiers CJB, 2)  (...)
  • 28 T. J. Dunbabin, The Greek and their Eastern Neighbours, London 1957 ; Minos and Daidalos in Sicily, (...)

33Cette présence phocéenne s’accompagne d’un courant ionien et d’un arrière-plan gréco-oriental, auquel le Centre Jean Bérard, foyer très actif et valeureux de rencontres scientifiques italo-françaises et internationales, a eu l’heureuse idée de consacrer, il y a quelques années, un colloque spécifique et un volume d’Actes qui est fondamental27. Dans cette nouvelle “frange”, on distingue le courant des Samiens, et les études futures devront toujours mieux en marquer la fonction de pointe. Cette diaspora apparaît encore comme un facteur d’unification des deux milieux d’arrivée, la Sicile et l’Italie, malgré les observations de Tom Dunbabin28 qui avait tendance à la considérer avant tout comme un symptôme de différenciation. Les deux aspects différents, dans l’île et dans la péninsule, soulignés par Dunbabin pour toute la vague ionienne, perdent, à travers l’exemple samien, les contours aussi nets et différenciés qu’il leur a attribués dans les deux zones : en Sicile cette présence aurait constitué un ferment culturel plutôt qu’un facteur de déclenchement d’innovations politiques ; en Italie, elle aurait été un élément important, surtout politique, favorisé par l’attitude de certaines poleis, comme Cumes et Sybaris, fonctionnant comme soutien tantôt à l’encontre, tantôt en faveur d’éléments culturels hétérogènes et d’un brassage ethnico-politique. En realité, même s’il fut définitivement manipulé et bloqué par la politique d’Hippocrate de Géla, l’élément samien pesa sur la Sicile zancléenne et présenta un type d’objectifs analogues à ceux poursuivis dans la Campanie cumaine et dans l’implantation à Dicaearchia. D’autre part, le nouveau ferment culturel qui provoque, par exemple, le début d’une différenciation de la coroplastique sicilienne, avec la série des terres cuites architectoniques, qui reste un fait fondamental dans le cadre siciliote, n’est pas absent – si l’on est attentif et qu’on approfondisse l’examen des preuves – dans l’Italie ionienne, dans la zone de Sybaris, mais aussi de Métaponte, et de Tarente ou de Posidonia, malgré les faciès et les développements particuliers qui se multiplient peu à peu dans une “province” locrienne.

34Du point de vue des rapports sociaux de production et de distribution et du développement des forces productives, la diaspora ionienne, après la diaspora phocéenne, propose à nouveau tous les rapports de force qu’on constate dans la répartition par zones des différents types de céramique. C’est ainsi qu’on assiste au déclin de Corinthe et au début de la puissance attique, même là où on s’y attendrait le moins, du fait de l’absence de témoignages littéraires. Face à une fragmentation toujours croissante dans le développement des apoikiai, l’expansion athénienne et ses tentatives restent l’unique phénomène unitaire, et annoncent le déclin de la Mégalè Hellas face à la montée des populations non grecques, les Lucaniens et les Bruttiens.

Notes

1 Ch. G. Heyne, De veterum coloniarum iure eiusque causis, Gottingae 1766 et in Opuscola Academica, I, Gottingae 1785, pp. 290-309.

2 D. H. Hegenwisch, Geographische und historische Nachrichten. Die Colonieen der Griechen betreffend, nebst Betrachtungen uber die Veranlassungen iiber den Zustand und die Schicksale dieser Colonieen, Altona 1808.

3 Thucydide, VI, 3,1.

4 H. Berve, Das delphische Orakel, in Gestaltende Kräfte der Antike, Munchen 1949, pp 9 ss.

5 W. G. Forrest, Colonization and the Rise of Delphi, Historia, 6, 1957, pp 166 ss.

6 S. C. Humphreys, Colonie e madrepatria nella Grecia antica, Rivista storica italiana, 78, 1966, pp. 912-921.

7 Hérodote, IV, 151-159.

8 A. Andrews, Greek Society, Harmonsworth 1971 ; A. J. Graham, Colony and Mother City in Ancient Greece, Manchester 1964, pp. 224 ss.

9 S. Lampros, De conditorum coloniarum graecarum indole praemiisque et honoribus, Leipzig 1873.

10 A. J. Graham, op.cit., et Appendice I.

11 D. Asheri, Supplementi coloniari e condizione giuridica délia terra nel mondo greco, Rivista storica dell’Antichità, I, 1971, pp. 77-91 ; La colonizzazione greca, in Storia délia Sicilia, I, Napoli 1979.

12 R. M. Cook, Reasons for the foundation of Ischia and Cumae, Historia, 11, 1962, pp. 113-114 ; E.Will, Rapports entre colonies et métropoles en Grèce à partir du vie siècle, La Nouvelle Clio, 6, 1954, pp 413 ss.

13 R Orlandini, L’espansione di Gela nella Sicilia centro-meridionale, Kokalos, Vili, 1962, pp. 69-121 ; D. Adamesteanu, Note su alcune vie siceliote di penetrazione, ibid., pp. 199-209.

14 G. Vallet, Réghìon et Zancle. Histoire, commerce et civilisation des cités chalcidiennes du détroit de Messine, Paris 1958 ; Métropoles et colonies. Leurs rapports jusque vers la fin du vie siècle, in Metropoli e colonie di Magna Grecia. Atti del III Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 1963), Napoli 1964.

15 E. Kirsten, Raumordnung und Kolonisation in der griechische Geschichte, Akademie für Raumforschung und Landesplanning, Kiel 1958, pp. 25-46.

16 M. Frederiksen, Campanian Cavalry : a Question of Origins, Dialoghi di Archeologia, 2, 1968, p. 3-31 ; The Etruscans in Campania, in Italy before the Romans (ed. D. and F. Ridgway), London-New York-San Francisco 1979, pp. 277-311.

17 J. Seibert, Metropolis und Apoikie, Würzburg 1963.

18 R. Werner, Probleme der Rechts Beziehungen zwischen Metropolis und Apoikie, Chiron, 1, 1971, pp. 19-73.

19 V. Kahrstedt, Zur Geschichte Grossgriechenlands im 5. Jahrhundert, Hermes, 53, 1918,pp. l80-187.

20 F. Hampl, Poleis ohne Territorium, Klio, 32, 1939, pp. 5 ss.

21 E. Will, Histoire grecque, Revue Historique, 248, 2, 1967.

22 G. Buchner, Cuma nell’viii secolo a.C. osservata nella prospettiva di Pithecusa, in I Campi Flegrei nell’archeologia e nella storia, Roma 1977 (Atti Convegni dei Lincei, 33), pp. 131-148 ; D. Ridgway, The first Western Greeks : Campanian Coasts and Southern Etrurìa, Greeks, Celts and Romans, London 1973.

23 G. Buchner, Nuovi aspetti e problemi posti dagli scavi di Pithecusa con particolari considerazioni sulle oreficerie di stile orientalizzante antico, in Contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes, Naples 1975 (Cahiers CJB, 2), pp. 59-86.

24 Éphore, fr. 70 F 137 Jacoby.

25 L. Cracco Ruggini, Eforo nello Pseudo-Aristotele, Oec. II ?, Athenaeum, n.s. 44, 1966, pp. 199-236 et 45, 1967, pp. 3-88.

26 G. Vallet, F. Villard, Les Phocéens en Méditerranée occidentale à l’époque archaïque et la fondation de Hyélè, La Parola del Passato, 108-110, 1966, pp. 166-190 et J.-P Morel, Les Phocéens en Occident : certitudes et hypothèses, ibid., pp. 378-420.

27 Contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes, Naples 1975 (Cahiers CJB, 2) ; Nouvelle contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes, Naples 1981 (Cahiers CJB, 6).

28 T. J. Dunbabin, The Greek and their Eastern Neighbours, London 1957 ; Minos and Daidalos in Sicily, Papers of the British School at Rome, 16, 1948, pp. 1-18.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540