Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne

 | 
Ettore Lepore

I. Histoire d’une histoire : cadres modernes et réalités anciennes

Texte intégral

1L’homme d’aujourd’hui qui s’intéresse à la réalité antique de ce qu’on nomme la “colonisation grecque” doit d’abord s’interroger sur certains termes. Cela l’amènera à mieux comprendre les phénomènes dont nous allons parler maintenant. Il pourra éviter les suggestions et les interprétations trop modernes que suscite inévitablement le concept de “colonisation”, tel qu’on l’a utilisé dans toute la tradition des études antiques depuis le xviiie siècle, puis dans l’histoire plus récente de l’Antiquité grecque, pour définir l’émigration et les nouveaux établissements de citoyens de poleis grecques sur des terres nouvelles, où ils ont formé d’autres communautés politiques sur le modèle des “cités-mères” (les metropoleis), d’où ils étaient partis, mais dont ils étaient généralement indépendants.

2On doit réfléchir, par exemple, sur le sens qu’avait le mot “colonie” au xixe siècle, comme synonyme de dépendance (“dependency”), interchangeable, surtout en milieu britannique, avec les concepts de possession (“possession”) et de souveraineté (“dominion”). Ceci rendra vigilant contre toute définition analogique de ce qu’on a coutume d’appeler “colonies” grecques. Que l’analogie soit consciente ou non, qu’elle soit explicite ou, plus souvent, implicite, elle a été en effet, et continue à être encore aujourd’hui, la cause de confusions, de difficultés et d’erreurs pour la recherche et pour sa définition.

3Tout d’abord, le terme “colonie”, dans les langues européennes modernes, est venu du latin. Il est lié au verbe colere, cultiver, mettre en culture. Il indique un type d’installation romaine qui, administrativement, pouvait soit comporter, soit ne pas comporter, la citoyenneté complète. Mais, à l’époque républicaine, il avait aussi des aspects militaires. En revanche, sous l’Empire, par suite de la décadence des ordonnances municipales d’autonomie partielle, émises après la concession de la citoyenneté aux alliés italiques à la fin de la “guerre sociale”, il est simplement devenu le statut le plus haut auquel pouvait aspirer une cité (quelles qu’aient été son origine et son histoire précédente). C’est seulement au cours de la formation des Empires coloniaux que le mot “colonie” a fini par signifier aussi, outre une possession ou un territoire dépendant, une installation au sens large, avec transfert d’hommes, et qu’il a donc désigné le terme d’un flux migratoire. L’usage latin du mot colonia remonte au xviie s. (P. L. Casella, De primis Italiae coloniis, Lugduni 1606, mais avec quel sens ?) et en tout cas au xviiie quand Christian Heyne commença à s’occuper De veterum coloniarum iure eiusque causis (Gottingae 1766) dans le sillage des études anglaises et françaises antérieures. Nous ne devons confondre les colonies grecques ni avec une quelconque émigration ou immigration modernes, ni avec des Empires coloniaux modernes. C’est se fourvoyer que de comparer ces phénomènes, comme on l’a trop souvent fait récemment, avec les processus de transfert d’Européens vers les Amériques, par exemple avec l’émigration anglaise vers les États Unis, le Canada ou l’Australie.

  • 1 M. I. Finley, Colonies. An Attempt at a Typology, in Transactions of the Royal Historical Society, (...)

4Un historien toujours très pénétrant, comme Moses I. Finley, lors de recherches proches des nôtres, a souligné avec raison l’importance de l’indépendance des colonies grecques antiques. En revanche, il a accordé beaucoup moins d’importance au fait que, dans certains cas, il y avait eu conquête, et, dans d’autres, une installation pacifique, résultant de pourparlers et d’accords. Il a noté que “les prétendues colonies grecques des viiie, vii et vie siècles avant J.-C, qui s’étendaient des côtes de la Mer Noire à Marseille et à Carthage, furent dans quelques cas des entreprises plus pacifiques, dans d’autres non, mais que ce qui est essentiel, c’est qu’elles furent toujours, dès le début, des cités-États indépendantes, et non des colonies”1.

  • 2 T. J. Dunbabin, The Western Greeks : the history of Sicily and South Italy from the foundations of (...)
  • 3 D. Asheri, La colonizzazione greca, in Storia délia Sicilia, 1979, vol. 1, p. 139.
  • 4 D. Asheri, ibidem, voir par exemple vol. 1, p. 102 et 104.

5Le concept d’indépendance a subi, lui aussi, certaines formes de modernisation. T. J. Dunbabin, dans The Western Greeks, en 1948, croyant être au-delà du colonialisme européen le plus typique, prétendait avoir beaucoup avancé en établissant un “parallélisme avec les relations entre colonies et mère patrie en Australie et en Nouvelle Zélande”. Il soulignait que “là, l’indépendance politique est combinée avec une dépendance culturelle presque totale, sur laquelle l’élément colonial base son auto-appréciation”. “La vie économique des colonies antiques”, affirmait-il de façon analogue, “est donc éclairée par les exemples modernes”2. Tout comme l’Australie jusqu’il y a quelques années, les colonies antiques étaient productrices de matières premières, à cause du peu de ressources sur lesquelles se fondaient leur croissance et leur richesse et importatrices de produits manufacturés. Elles importaient de la mère patrie la plus grande partie des marchandises de luxe et des objets d’art. Corinthe jouait ainsi le rôle d’un modèle économique, culturel et artistique, “du même ordre que celui que la Grande-Bretagne a joué aussi par rapport à ses dominions”. Même quelqu’un comme David Asheri, qui, récemment, dans la Storia délia Sicilia, s’est élevé contre “certaines tendances à établir des analogies entre ‘l’Amérique de l’Antiquité’ et l’Amérique moderne”3, utilise des comparaisons historiques avec des phénomènes coloniaux modernes et, surtout, des suggestions dérivées des facteurs “irrationnels” de certains flux migratoires modernes4.

  • 5 M. Finley, Colonies, art. cit., p. 174.
  • 6 Thucydide, I, 32 ; 35 ; 37 ; voir surtout Thucydide, I, 38, 1-3.

6M. I. Finley ajoutait à sa juste et nette affirmation sur l’indépendance des ‘colonies’ : “à part un petit nombre d’exceptions peu importantes”5. Ces exceptions furent surtout représentées par les “Empires” (archai) tels que celui de Corinthe, qui tenait sous un contrôle strict, au moins à partir d’une certaine époque, des cités fondées à partir d’autres territoires (mais elle ne réussit jamais à le faire pour ses premières colonies, comme Syracuse ou Corcyre). On ne saurait les prendre pour modèle, comme le firent certains auteurs modernes (Hampl, Gschnitzer), si on veut comprendre le phénomène qui a été appelé “colonisation” grecque et qui est celui des Grecs “overseas” (outre-mer), et on doit donc les considérer comme négligeables. Cependant, l’Antiquité grecque en avait déjà exagéré l’importance – dans une abondante historiographie –, et ceci, s’ajoutant à l’expérience historique, politique et économique contemporaine, a fini par influencer les historiens et les chercheurs modernes depuis la deuxième moitié du xviiie siècle. Dans son récit de la controverse entre la métropole, Corinthe, et la colonie, Corcyre, controverse qui conduisit à la guerre du Péloponnèse, Thucydide6 a insisté sur la signification de la colonisation (katoikisai) comme volonté “d’imposer son hégémonie” et “d’être traité avec le respect dû” (épi toi hègémonés te einai kai ta eikota thaumazesthai), présentant ainsi le rapport entre métropole et colonie comme un rapport d’hégémonie-respect-obéissance, même s’il savait qu’il ne s’agissait que d’un cas particulier.

  • 7 D. Raoul-Rochette, Histoire critique de l’établissement des colonies grecques, Paris 1815.
  • 8 G. Grote, History of Greece, London 1846-56 et London 19002, VI, p. 60 n. 1.

7L’influence de la vision antique, et en particulier de celle de Thucydide, se retrouve dans les écrits des antiquaires du xviiie siècle, par exemple dans la Dissertation qui a remporté le prix de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres en l’année 1745. Quels étaient les droits des Métropoles grecques sur leurs colonies, les devoirs des colonies envers les métropoles et les arrangements réciproques des unes et des autres, de J.-P. de Bougainville. Elle fut renforcée par l’attention spéciale qu’avait attirée sur ce problème le conflit entre la Grande-Bretagne et ses colonies américaines. On vit alors paraître une série de publications qui soutenaient des points de vue opposés et prenaient appui et prétexte dans les pratiques des Anciens : ainsi, par exemple A History of the Colonisation of the Free States of Antiquity, applied to the présent contest between Great Britain and her American Colonies, parue à Londres en 1777, de façon anonyme, mais due à la plume de William Barron. L’année suivante, lui répondirent les Remarks upon an essay entitled the History ofthe Colonisation of the Free States of Antiquity, de John Symonds, ainsi que divers pamphlets, dont certains en français. C’est pourquoi les premières histoires de la colonisation, à partir de Raoul-Rochette7, se firent pendant longtemps l’écho des aspects tendancieux de ces compilations, de manière superficielle et en acceptant sans discrimination toute la tradition. Un historien anglais comme George Grote fit notamment du concept d’hégémonie et de dépendance politique un caractère généralisé du lien “colonial” grec : “This is a remarkable passage (il fait allusion au passage cité de Thucydide) in illustration of the position of the metropolis in regard to her colony. The relation was such as to be comprised under the generai word ‘hegemony’ : superiority and right to command on the one side, inferiority with duty of révérence and oboedience on the other”8.

  • 9 Thucydide, I, 34, 1.
  • 10 E. Curtius, Griechische Geschichte, II, Berlin 1861, pp. 184 et 692 n. 37 (note relative à la p. 18 (...)
  • 11 Ed. Meyer, Geschichte des Altertums, III, 3, Stuttgart 1902.
  • 12 J. Beloch, Griechische Geschichte, I, l2, Strassburg-Berlin 1912, p. 232 et 22, Strassburg-Berlin 1 (...)
  • 13 J. R. Seeley, The Expansion of England, London 1883 (Chicago-London 1971, pp. 50 et 55).
  • 14 Thucydide, VI, 5, 1.

8La revendication de Corcyre qu’on lit déjà dans Thucydide9, et selon laquelle les apoikoi “ne sont pas envoyés pour être des douloi, mais pour être des homoioi de ceux qu’ils ont laissés dans leur patrie”, ne laissait en revanche pas assez de traces dans l’influence que G. Grote a exercée sur l’historiographie allemande. Pensons en particulier à la Griechische Geschichte de E. Curtius, publiée en 1861, selon laquelle “le concept d’hégémonie chez les Grecs se fonde sur le droit colonial”10, ou, plus tard, au début du xxe siècle, à la Geschichte des Altertums d’Ed. Meyer11 et à la Griechische Geschichte de J. Beloch12, où la dépendance politique et la “Hoheit über die Kolonien” au sein des empires de Sinope ou de Corinthe sont considérées comme un phénomène généralisé. C’est peut-être pour cela qu’à la fin du siècle dernier, l’historien Seeley13, dans son appréciation de la valeur des colonies dans l’expansion anglaise, avait tendance à exclure et à oublier le cas des États Unis d’Amérique, avec leur indépendance, tout en se consolant en constatant l’affinité de langue et la similitude des principales institutions et coutumes. Comme nous l’avons vu, chez d’autres historiens modernes, encore imprégnés de la conscience ancienne que Thucydide avait de la phone et des nomima14, cette indépendance des États-Unis deviendra une autre façon, également influencée par les réalités modernes, d’interpréter l’expansion outremer des Grecs vers l’Occident.

  • 15 M. I. Finley, Colonies, art. cit., pp. 168 et 172.
  • 16 L. Febvre, La terre et l’évolution humaine, Paris 1922, p. 52.
  • 17 F. Hampl, Poleis ohne Territorium, Klio, 32, 1939, p. 5 ss. et 40 ss.
  • 18 Fr. Gschnitzer, Abhangige Orte im griechischen Altertum, Munchen 1957, pp. 124 ss.
  • 19 L. Febvre, op. cit., p. 54.

9Le problème de la dépendance et de l’indépendance avait été senti d’une certaine manière par Grote lui-même, au milieu du xixe siècle, avec sa distinction entre “colonisation” d’époque historique et “occupation”, “émigration” d’époque protohistorique. Dans cette distinction, “occupation” restait d’ailleurs un terme ambigu et également associé au phénomène d’époque historique, constituant une espèce de lien entre les deux époques dont il contribuait à gommer les différences. Le terme “occupation” dérivait, lui aussi, de ce que Finley a appelé “the property connotation”15, connotation implicite chez Seeley et dans sa façon d’insister sur un autre mot, “possession”. Jusqu’à nos jours, cette connotation a caractérisé les conceptions et les préoccupations “d’ordre plus politique que scientifique”, comme le disait Lucien Febvre16 en comparant la Politische Geographie de Ratzel “à une sorte de manuel d’impérialisme allemand”, de quelques épigones extrêmes de l’interprétation moderne “colonialiste” de la colonisation grecque. Les Poleis ohne Territorium de Franz Hampl17et les Abhängige Orte im griechischen Altertum de Fr. Gschnitzer18, avec leur tentative de créer des catégories et des titres légaux pour la conquête et la domination, que ce soit sur des apoikiai grecques ou sur d’autres cités, démontrent que le “mot occuper est assez équivoque”, ainsi que le notait encore L. Febvre à propos de la controverse entre Durkheim et Ratzel19.

10Le phénomène de séparation et de transplantation de citoyens des poleis grecques sur de nouvelles terres, et la nouvelle installation elle-même, reçurent en grec le nom d’apoikia (c’est-à-dire “hors de la maison”). Les Grecs de l’époque classique eux-mêmes avaient pour habitude de différencier les phases les plus anciennes du mouvement des types plus récents ou contemporains. De fait, Thucydide, dans le fameux discours des Corinthiens, utilise le verbe katoikizein, afin de distinguer, pour ainsi dire, cet “aller installer une maison” (proche du moderne “implanter des hommes, coloniser”) de l’ apoikia antérieure. Il devançait ainsi les distinctions techniques qui ont caractérisé les implantations tardives de Grecs à l’époque hellénistique dans des territoires d’une autre civilisation (katoikiai), implantations qui, assez souvent, avaient un caractère militaire et agricole, comme les colo-niae romanae déjà mentionnées. Les kleroukiai d’Athènes, cité qui n’eut jamais d’apoikiai dans la phase la plus ancienne, étaient elles aussi des implantations de ce type, strictement liées à l’empire (arche) athénien. Comme le mot latin, celui qu’utilisait Athènes mettait l’accent sur l’exploitation agricole du territoire grec ou barbare où elles s’établissaient, ainsi que la division et l’assignation individuelle de lots tirés au sort (klèroi). Toutes ces formes postérieures au mouvement originel étaient différentes de ce dernier, et le terme grec le plus ancien d’apoikia désignait en fait, puisqu’un groupe de citoyens se séparait de sa polis, le départ et l’indépendance politique et administrative qui en découlait pour le nouveau centre. L’acte même du transfert, le fait de s’installer loin de la mère-patrie étaient le plus souvent irréversibles, sans retour, à la différence de ce qui se produit dans les émigrations modernes ; parfois même, les apoikoi pouvaient être repoussés, y compris par les armes, s’ils abandonnaient leur “colonie” et tentaient de revenir dans la mère-patrie.

  • 20 S. C. Humphreys, Colonie e madre patria nella Grecia antica, Rivista storica italiana, 78, 1966, p. (...)
  • 21 W. Roscher, Kolonien, Kolonialpolitik und Auswanderung, Leipzig 1848 ; 3e édition, Leipzig 1885.
  • 22 P. Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris 1874 ; 3e édition Paris, 188 (...)
  • 23 A. Girault, Principes de colonisation et de législation coloniale. Les colonies françaises avant et (...)
  • 24 J. Bérard, L’expansion et la colonisation grecques jusqu’aux guerres médiques, Paris 1960.

11Même l’observation moderne selon laquelle “la conquête et la colonisation, d’abord séparées (par exemple, la Messénie et Tarente), finiront par converger et par s’influencer réciproquement avec l’élargissement du rayon d’action de la polis”, comme l’écrit Sally Humphreys20, n’est vraie que jusqu’à un certain point. En effet, ces phénomènes séparés ne furent pas toujours contemporains, et toutes les poleis ne les connurent pas tous les deux. Le cas d’Athènes et de ses klèroukiai reste emblématique de cette différence, et de la nécessité de ne pas confondre, par un excès de modernisme, “conquête” et “colonisation”, comme a commencé à le faire, au xixe siècle, le langage des économistes, juristes et publicistes européens, en particulier allemands et français, qui a ensuite influencé l’historiographie relative à l’Antiquité. M. I. Finley a déjà souligné l’importance des diverses éditions des livres de W. Roscher, Kolonien, Kolonialpolitik und Auswanderung21, de R Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes22, et de Arthur Girault, Principes de colonisation et de législation coloniale...23, publications responsables de l’utilisation de termes tels que “comptoirs”, “colonies de commerce”, “colonies d’exploitation”, “colonies de plantation”, “colonies de peuplement”, termes qu’on continue à rencontrer jusqu’à nos jours chez les historiens de la Grèce antique. Ce n’est pas un hasard si l’œuvre posthume de Jean Bérard était intitulée L’expansion et la colonisation grecques...24, bien que, dans le premier chapitre (qui n’a pas été écrit par lui), les distinctions établies entre colonisation moderne et colonisation antique soient caractéristiques de cette terminologie.

12En réfléchissant à la signification première de la colonisation antique par rapport à la colonisation moderne, on éliminera aussi du vocabulaire, en plus des références ethniques et politiques, les implications économiques, propres à toute émigration moderne et à toute domination coloniale européenne, – telles que la domination commerciale avec ses courants d’exportations, la conquête des marchés, les monopoles, etc. (Cf. par exemple l’analogie proposée par Dunbabin). Le débat sur les “causes” de la colonisation grecque a été faussé, même dans des analyses récentes très subtiles, par ce type de dangereuses confusions qui ont obscurci, en posant de faux problèmes, les vrais problème du phénomène antique et ses caractères exacts.

  • 25 A. Smith, The Wealth of Nations, London 1776, livre IV, chap. 7, part I.

13Le point de départ de ce débat a, lui aussi, une histoire. A l’époque du mercantilisme et de l’impérialisme du libre échange (“free trade imperialism”), la pensée économique européenne la plus avancée, avec Adam Smith, The Wealth of Nation et les chapitres que, dans son livre 4, il consacra aux colonies, différencia déjà le sens exact du mot grec, par rapport au mot latin. Mais, en même temps, Adam Smith fonda la première image “modernisante” des colonies grecques. Il jeta les bases mêmes du débat moderne, biaisé, sur les causes où, à côté d’une “irrésistible necessity”, il ajoutait une “clear and évident utility”25, que, dans la suite de son exposé sur la constitution de “new colonies” de la part de l’Europe médiévale et moderne (IIe et IIIe parties du même chapitre), il finit par identifier – au sein même de sa critique polémique du “mercantile System” – avec le commerce et les divers types de son monopole. Une autre des illusions de A. Smith fut de croire que l’indépendance ait été accompagnée de liberté, de prospérité, de libres rapports de production plus larges que dans la mère-patrie, parce que “among savage and barbarous nations, the natural progress of law and government is still slower than the natural progress of arts, after law and government have been so far established as it is necessary for their protection”. Ainsi s’explique “the progress of many of the ancient Greek colonies towards wealth and greatness”.

  • 26 Voir K. Marx et Fr. Engels, Werke, Band 3, Berlin 1962, p. 53 (= trad. ital. de F. Codino, Rome 196 (...)

14A part l’importante considération des rapports entre les forces productives locales et les formes de relations plus développées qu’introduit la “conquête” reprise comme principale analogie, cette tradition se retrouve identique dans le Marx de Die deutsche Ideologie, précisément à propos des colonies grecques26. “C’est le cas de toutes les colonies qui ne sont pas de simples établissements militaires ou commerciaux”, écrit K. Marx. “Carthage, les colonies grecques et l’Islande aux xie et xiie siècles en fournissent des exemples. Un phénomène semblable se produit en cas de conquête, quand le mode de commerce qui s’est développé sur un autre sol est importé tout fait dans le pays conquis. Alors que, dans son pays d’origine, il était encore vicié par des conditions et des intérêts hérités du passé, il peut et doit s’imposer ici intégralement et sans entraves, ne serait-ce que pour assurer aux conquérants une puissance durable (voir l’Angleterre et Naples après la conquête normande, qui leur apportait la forme la plus parfaite de l’organisation féodale)”.

  • 27 Ibid. p. 378, 17-27 ; 379, 2-24 ; 382, 1-13, Moscou 1939-41 (=Europäische Verlaganstalt, Frankfurt- (...)
  • 28 Ibid. p.393, 32-35.
  • 29 Ibid., p. 378, 16-19, et p.390, 43 ; 391, 6.

15K. Marx ne semble pas avoir repris ailleurs la distinction entre “colonies” et “simples stations militaires et commerciales”. En revanche, il approfondit l’analogie avec la conquête, mais dans une nouvelle direction. Déjà, Adam Smith lui-même, au-delà de l’illusion que “in the new colonies the interest of the two superior orders obliges them to treat the inferior one with more generosity and humanity” (d’où la “more equality” dans ces colonies), avait démontré que l’idylle cessait dès lors que les couches inférieures, – les “harmless natives”, les forces productives locales, – étaient “in a state of slavery” et devenaient “their negro slaves”. Cet élément devint essentiel chez Marx, spécialement dans Der Kritik der politische Ôkonomie (1857-1858), et, d’une autre façon, il le reste aujourd’hui encore dans l’historiographie la plus récente. Ce qui compte dans les Grundrisse, c’est la “cité” en tant que “produit historique” et “présupposé”, “origine” de la propriété privée et de la forme antique, puis esclavagiste de la communauté politique grecque (et surtout romaine), comme corporation guerrière des propriétaires fonciers, agriculteurs. Au sein de la cité, “Yager, le champ, apparaît comme territoire de la ville” dans le nouveau rapport centré sur elle et non sur la campagne, “l’atelier, l’instrument de travail, l’objet, le moyen de vivre du sujet”, avec “la guerre” comme “la grande tâche générale, comme le grand travail collectif, exigé, soit pour assurer les conditions objectives de l’existence vivante, soit pour protéger et perpétuer les assises de l’occupation”27. C’est pourquoi, “là où chaque individu doit posséder un certain nombre d’acres de terre, déjà la croissance de la population représente un obstacle, il faut alors la colonisation, et celle-ci rend nécessaire la guerre de conquête. D’où les esclaves, etc.”28. Comme on le voit, dans les Grundrisse, tandis qu’est reprise l’analogie avec la conquête, toute “modernisation” implicite liée à l’influence de la colonisation moderne est dépassée. En acceptant le concept ambigu d’occupation (par exemple : “les difficultés que la communauté rencontre peuvent dériver seulement d’autres communautés qui ont déjà occupé la terre ou s’opposent à l’occupation pacifique par la communauté”)29 et en découvrant la “property connotation”, que Moses Finley a considérée comme inhérente à la littérature européenne et à l’esprit humain, dans sa patrie et en dehors, du xixe s. à nos jours, il posa les bases de l’historiographie moderne sur la “cité antique”, que Finley, dans un fameux et splendide essai, a si bien mises en lumière, ainsi que sur Vapoikia, la “cité coloniale” grecque avec ses rapports de production, particulièrement sur la terre, avec son contexte de différenciation sociale et de domination sociale, et sur l’esclavage ou le servage.

  • 30 Ibid., p. 378, 37-40 et 43 ; 379, 1, trad. fr. par J. Malanais et P. Rubel, Paris 1968, K. Marx, Oe (...)
  • 31 A. Smith, op.cit., livre IV, chap. 7, 1ère partie.

16Chez Marx, comme déjà chez Grote, le terme “occupation” contribuait à suggérer une continuité, en termes d’aspects et de “modèles”, entre la “colonisation” grecque d’âge historique et les “migrations” protohistoriques, auxquelles on attribuait également l’origine des structures de la communauté “politique” et de la propriété “parcellaire”. “Plus le caractère purement naturel de la tribu est brisé par le mouvement historique, et d’autre part, plus la tribu, par la migration, s’éloigne de son lieu de séjour primitif et occupe des territoires étrangers (...), plus on voit surgir alors les conditions qui font que l’individu devient propriétaire privé du sol, d’une parcelle particulière”30. Du reste, Adam Smith lui-même avait parlé des “colonies” d’Ionie et d’Éolide, “the two other great tribes of the Greeks”31.

17Dans la tradition française, l’image d’un “établissement de colonies” à propos des migrations en Asie Mineure apparaît en particulier chez les tenants de la chronologie basse, comme Raoul-Rochette dans son œuvre déjà mentionnée. On la trouve aussi dans les traités cités sur la colonisation moderne, comme par exemple celui de Leroy-Beaulieu, et chaque fois en relation avec l’émigration anglaise vers les États Unis d’Amérique ; cette relation est soulignée par la prolifération des pamphlets au moment de la révolution américaine.

  • 32 Voir par exemple l’édition augmentée publiée en 1885 avec K. Jannasch, avec l’addition de la sectio (...)
  • 33 G. De Sanctis, Storia dei Greci, I, Firenze 1940, p. 168 ; 174.

18Dans l’Allemagne du xixe siècle, l’impact de Grote et des traités analogues contemporains déjà cités, par exemple le volume de Roscher, eut la même influence, en particulier dans leurs éditions les plus récentes32. Entre 1855 et 1890, Ernst Curtius, avec sa thèse spécieuse sur le renversement de la migration des Ioniens de l’Asie Mineure vers l’Attique, avec ses études sur la diaspora grecque (1882) et son livre Die Griechen als Meister der Kolonisation (Berlin 1883), a projeté sur les deux problèmes sa très rigide conception des “Volkstamme” grecs comme “naturliche Zweige” et de l’hégémonie qui dérivait, comme on a vu, d’un “Kolonialrecht” immobile. Plus tard Ed. Meyer – qui avait réfuté ces thèses dès 1877, grâce à son expérience ethno-anthropologique et son sens de la dynamique culturelle et linguistique, mais sans s’arrêter au début sur le concept de “colonisation” – remonta la chronologie du mouvement migratoire des Ioniens jusqu’à l’époque mycénienne, et, citant explicitement la troisième édition de Roscher, il le présenta, en particulier dans l’édition de 1893 du volume II1 de la Geschichte des Altertums, sur la base de ce concept, et avec les caractères d’une colonisation bien organisée. L’idée d’une continuité, non seulement entre migrations protohistoriques et colonisation historique, mais encore (comme on a de nouveau repris à le faire) entre “colonies” mycéniennes, “colonies” d’Asie Mineure et “colonies” d’Italie et de Sicile, remonte donc à cette école des “maîtres” européens du xixe siècle. Ni les chercheurs italiens, ni les chercheurs français n’échappèrent à leur influence. Il est intéressant de noter, par exemple, comment le chapitre de La Storia dei Greci, de G. de Sanctis (publié en 1940), dont le titre est symptomatique (“La colonisation éolo-ionienne”), se terminait en soulignant la continuité depuis l’époque mycénienne par l’analogie suivante : “de la même manière que la colonisation française et anglaise de l’Amérique du Nord peut-être considérée comme une continuation de l’impulsion qui poussa d’abord les Espagnols et les Portugais à s’établir en Amérique centrale et méridionale”33.

19Qu’est-ce que l’Adam Smith des “new colonies” aurait pu accepter déjà à son époque de cette continuité définie par analogie ? Ou, plus d’un siècle après, le Seeley d’un “old colonial System” ? Les efforts de classification de ces précurseurs ne furent certes pas couronnés de succès, comme l’a bien montré dans sa typologie M. I. Finley. Comme il le remarque justement, l’historien (et le sociologue) doivent établir leur propre classification, même pour l’Antiquité grecque. Sans s’embarquer dans des entreprises absurdes, la distinction technique en fonction de la réalité des apoikiai ou des “colonies” dans leur contexte respectif et loin des usages généralisateurs des historiens antiques et modernes, doit permettre de surmonter les difficultés et d’éviter les erreurs dans lesquelles ceux-ci sont tombés consciemment ou non.

  • 34 G. Pugliese Carratelli, Dalle odysseiai alle apoikiai, La Parola del Passato, 26, 1971, pp. 393-417

20Il faut donc d’abord distinguer la “colonisation” grecque des “émigrations et migrations” protohistoriques, parce qu’il s’agit de phénomènes différents, non seulement à cause de la diversité des phénomènes qui ont poussé les Grecs eux-mêmes à aller s’installer, à la fin du deuxième millénaire avant J.-C, dans les îles de l’Egée et sur les côtes de l’Asie Mineure et à y créer ces centres que nous appelons éoliens, ioniens et doriques, du nom des peuples qui y sont passés depuis la péninsule, mais aussi et surtout parce que le mouvement des apoikiai grecques en Italie et en Occident doit être différencié des courants de peuplement indo-européens dans ces territoires, qu’ils y soient venus par mer ou par l’intérieur des terres. Il faut en effet éviter de répéter l’explication qui a caractérisé les Anciens aussi bien que les Modernes, désireux ou bien de faire remonter les “origines italiques” à des populations grecques ou apparentées, mythiques ou historiques (voir par exemple les traditions sur les Pélasges, les Arcadiens, les Troyens, et tout ce qui conflue par exemple dans la Rhomaikè archaiologia de Denys d’Halicarnasse) ; ou bien même de construire une rencontre idyllique et pacifique entre apoikoi grecs et peuples trouvés en Italie, qui tous descendaient des milieux ethno-cul-turels de l’Europe protohistorique et étaient rapprochés par le même niveau de la civilisation du fer qui les caractérisait plus ou moins. Nous verrons comment cette tendance a rendu obscurs les modes de contact. Il faut aussi mieux marquer les phases et les structures à l’intérieur de ce qui a été vu comme une continuité depuis l’époque mycénienne jusqu’au viiie siècle avant J.-C, quand naissent les plus anciennes apoikiai grecques, les seules vraies. Il ne faut pas confondre les installations “hors de la maison” (apoikiai) à partir des principales poleis et régions grecques, avec les “odyssées” (comme les a appelées G. Pugliese Carratelli34), les navigations mythiques et historiques, les courants d’objets transportés en Italie et en Occident sur des routes multiples, et dans des zones de fréquentation qui, dans certains cas seulement, ont coïncidé avec les zones d’implantation coloniale, sans que l’on voie clairement le motif de cette coïncidence. En fait, il serait préférable de ne parler ni de “colonies” mycéniennes (et encore moins de “colonies” Cretoises de l’époque minoenne), ni de “colonisation” grecque du bassin de l’Egée, surtout si on en remonte la chronologie et si on en souligne le caractère unitaire ou peu différencié. Et cela, même si, pour ce deuxième phénomène migratoire, on identifie à la base une poussée démographique, poussée qui, d’ailleurs, nous le verrons, ne saurait suffire à caractériser purement et simplement les apoikiai historiques d’Italie et d’Occident.

  • 35 Voir par exemple Lorenzo Braccesi, La Sicilia prima dei Greci. Trattazione storica, in Storia della (...)

21De plus, il faut absolument éviter les travers modernistes. Comme par exemple de mettre en avant pour des peuples une conduite “liée à une période politiquement agitée de la préhistoire italique” (comme on le fait souvent pour les Sicules à travers toute la péninsule) ; ou bien (en relation avec d’hypothétiques “transformations culturelles et économiques profondes dues à des apports extérieurs décisifs”) un “expan-sionisme commercial” ou “politique”, minoen ou achéen, et encore moins un “plan articulé à but hégémonique” avec “le contrôle des deux bras de mer qui ouvrent l’accès à l’Occident” par la “thalassocratie achéenne” ; ou, enfin, un “expansionisme mycénien dans les mers d’Occident, à caractère impérialiste et non plus commercial” par rapport au “souvenir d’installations Cretoises d’époque précoloniale”35.

  • 36 F Cassola, La Ionia nel mondo miceneo, Napoli 1957, pp.1-7, 8-12.
  • 37 A.J.B. Wace, C.W. Biegen, Pottery as evidence for trade and colonization in the Aegean bronze age, (...)
  • 38 W. D. Taylour, Mycenaean Pottery in Italy and Adiacent Areas, Cambridge 1958.
  • 39 Thucydide, I, 2, 2 ; 7, 1.
  • 40 T.J. Dunbabin, Minos and Daidalos in Sicily, Annual of the British School at Athens, 16, 1948 p. 1 (...)
  • 41 Voir par exemple L. Braccesi, dans Storia della Sicilia, cit.

22Il n’est pas facile de retracer l’histoire de ce problème de continuité dans l’historiographie européenne la plus récente, depuis le temps où, au début du xxe siècle, Ed. Meyer avait avancé son hypothèse sur la chronologie haute, d’époque mycénienne, de la migration ionienne. On a successivement fait plusieurs séries de conjectures sur les motifs de cette expansion mycénienne dans le monde méditerranéen et en Occident. On a d’abord fait l’hypothèse d’une poussée démographique dans une époque de développement et de sécurité politique, qui concernait surtout l’Egée et la côte anatolienne, avec “les caractères d’une colonisation bien organisée”36. Puis on passa à des motivations essentiellement commerciales sur la base des témoignages céramiques, avec les études anglaises de Wace et Blegen37 et de Lord Taylour38 et en accord étroit avec l’accent que Thucydide, dans son Archaiologia, met sur Vemporta39. C’est dans cette direction qu’alla par exemple Dunbabin, dans son article de 1948 sur Minos et Dédale en Sicile40. Le déchiffrement du linéaire B, l’écriture sylla-bique utilisée dans les palais mycéniens, en 1952, constitua une invitation à une formulation plus précise du problème, compte tenu des trouvailles archéologiques faites tout autour de la Méditerranée, et en particulier sur les côtes italiennes et siciliennes, où ensuite sont nées les diverses apoikiai grecques. Les études italiennes ont aussi fortement contribué (surtout avec l’œuvre de G. Pugliese Carratelli) à attribuer aux Achéens un rôle “politique” et leur intervention dans les relations avec les peuples environnants, et d’autre part à souligner l’importance des grands voyages “précoloniaux” qui, à partir de l’utilisation même de cet adjectif, contribuaient au glissement des concepts modernes – de nouveau – de “commerces” et de leur éventuelle transmission d’héritage culturel vers la “colonisation” proprement dite, voire vers des présupposés politiques évolués y compris hors de l’Egée, comme le montre clairement le plus récent langage “moderniste” utilisé41 mentionné ci-dessus. Le terme “précolonial”, en effet, est peu clair, sauf si on précise de façon nette qu’il est purement conventionnel pour indiquer des phénomènes antérieurs à ce que nous appelons “colonisation” grecque et qui ne sauraient être identifiés comme des antécédents partiels et précurseurs.

  • 42 M. Marazzi, Egeo e Occidente alla fine del II millennio a.C. Roma 1976 ; Contributo allo studio del (...)
  • 43 C. Renfrew, Trade and Craft Specialisation, in D. Theocharis, Neolithic Greece, Athènes, 1973 ; Tra (...)

23La présence d’objets ou d’autres témoignages culturels mycéniens en Méditerranée Occidentale, en particulier dans les îles et sur les côtes de l’Italie, doit être aujourd’hui analysée à la suite de la série récente de découvertes qui, aux rares trouvailles faites sur les côtes adriatiques et ioniennes, a ajouté la documentation, beaucoup plus consistante, fournie par la Sicile et les îles Éoliennes, et maintenant par l’île de Vivara dans le golfe de Naples et, au-delà, par les côtes du Latium et de la Toscane. Il faut aussi tenir compte des autres témoignages, par exemple littéraires, linguistiques, historico-anthropologiques et historico-religieux, afin de préciser, dans leur signification fonctionnelle et structurale, la “poussée” qui en a déterminé le développement ainsi que le degré et le type d’ “organisation” économique et politique qu’ils attestent, au départ comme à l’arrivée. Même le lien indéniable de ces objets découverts avec des phénomènes “d’acquisition”, et donc des “marchés de consommation”, exclut non seulement tout dessin concurrentiel, mais aussi toute rationalité économique formelle faisant intervenir un calcul de rentabilité dans une fonction de médiation entre l’Orient et l’Occident, d’ailleurs jamais “enregistré” sur les tablettes en linéaire B, qui au mieux reflètent des “rapports d’intérêt” en direction des moyens de production et des forces productives dépendantes. De toute façon, on ne peut même pas parler, pour le contexte de cette présence, de “pénétration” avec des “fondouks” et des “escales commerciales” organisées (organisées par qui ? par des structures “seigneuriales” au départ ? par l’élément culturel qui contrôle les territoires d’arrivée ?) sans une enquête précise. Des tentatives récentes, y compris italiennes, comme les travaux de M. Marazzi42, même si elles sont menées dans une perspective historico-anthropologique intéressante, restent incertaines, en particulier pour ce qui concerne la distribution ; car la distribution n’y est pas analysée correctement en rapport avec la complexité de la société mycénienne. Les études de C. Renfrew43, en comparaison, offrent pour les mouvements d’objets aux époques précédant le Bronze récent, une tout autre discussion de la variété des institutions et des modèles qu’elles peuvent recouvrir, quelles que soient les réserves qu’on puisse avancer sur sa manière de poser les problèmes.

24Quand on passe aux navigations et aux courants postérieurs à l’époque mycénienne, les phases et les développements dans les rapports Est-Ouest se multiplient et leurs modalités sont a priori irréductibles, aussi bien à celles de la “colonisation” grecque historique plus tardive, qu’à celles des migrations de l’époque précédente en Egée et en Asie Mineure ou ailleurs. Il faut donc faire la distinction entre de véritables déplacements de groupes humains et la recherche de routes et de bases pour des activités de type mercantile. Cette fréquentation mercantile elle-même ne peut être identifiée à une quelconque présence d’éléments culturels gréco-égéens, et par exemple à des mythes, rituels et cultes divins ou héroïques qui peuvent ne représenter que des exportations de techniques, et non de biens. Il faut éviter tout schéma rigide d’évolution linéaire depuis des activités d’échanges “commerciaux” (souvent liées à des lieux de culte) jusqu’à des installations de personnes. C’est précisément le changement des protagonistes des navigations, échanges et établissements, de l’époque mycénienne à la fin du viiie s. av. J.-C, avec l’entrée en scène de nouvelles forces ethno-sociales, de centres “périphériques” par rapport aux centres mycéniens, de formations culturelles hétérogènes du Proche Orient ou de la péninsule balkanique nourries d’éléments de la civilisation mycénienne, qui exclut des “modèles” unilinéaires et la répétition de phénomènes identiques.

  • 44 Hérodote, VII, 51,2 et 8, 31.
  • 45 Hérodote, VII, 51,2.
  • 46 Finley, Colonies, art. cit., pp. 172-173.
  • 47 Dans le chapitre de la Cambridge Economie History of Europe intitulé “The Settlement and Colonizati (...)
  • 48 Dans son essai intitulé “Die Epoche der Kolonisation und die Erschliessung der Erde : Versuch einer (...)

25Déjà, le passage en Asie Mineure de population éoliennes, ioniennes et doriennes montre une participation effective de différents éléments grecs et une dislocation chronologique dès l’époque mycénienne jusqu’à l’arrivée des Doriens, vers la fin du deuxième millénaire avant J.-C. dans la péninsule grecque, et peut-être déjà auparavant en Crète et dans les îles de l’Egée. Même si les sources antiques essaient jusqu’à un certain point d’assimiler ces mouvements migratoires à des formations politiques précises, en réalité ils étaient conduits sans aucune unité de direction, sans signes évidents d’organisation, pas plus au départ qu’à l’arrivée, en particulier pour les siècles antérieurs au ixe siècle avant J.-C. Le terme metropolis utilisé par Hérodote pour Athènes ou pour la Doride44, n’a rien à voir avec une cité colonisatrice des époques postérieures ; les détails que le récit historiographique nous a transmis sur le processus menant aux diverses implantations – bien qu’ils ne diffèrent pas des détails sur la fondation des apoikiai historiques, ou peut-être précisément pour cette raison – restent suspects de résulter de l’emploi de schémas et de structures simples propres à ces dernières, afin de pallier et de dépasser l’état fragmentaire et confus des témoignages pour cette période protohistorique complexe et privée de caractéristiques uniformes, auquel l’historiographie antique, avant la moderne, s’est trouvée confrontée. Devant cette confusion parvenue jusqu’à nous, modernes, une partie au moins des historiens plus récents préfère considérer à juste titre les mouvements protohistoriques de personnes, au-delà de la conquête et de l’exploitation de terres, comme processus d’implantation qui, comme dans la péninsule hellénique, donna naissance en Asie Mineure à des communautés politiques qui devinrent les poleis grecques. Hérodote, dans son fameux discours d’Artaban à Xerxès, dit que Cyrus avait soumis et rendu tributaire de la Perse “toute l’Ionie, sauf Athènes”45, donnant ainsi de la Perse par rapport à ITonie – pour laquelle il mentionne pourtant des “pères” et une “métropole” – l’image d’une zone unitaire qui induisit peut-être déjà Curtius à son erreur d’inverser le sens de la migration ionienne et incita en revanche ses successeurs à adopter une interprétation insistant sur la formation in situ des caractères culturels ioniens – ce qui semble plus juste. Cette migration et les autres apparaissent à travers ce témoignage comme l’acte final et l’accomplissement de cet écoulement continu et de cette dynamique que fut le peuplement, par des peuplades helléniques, de la péninsule et du bassin de l’Egée. Tout ceci, donc, n’a rien à voir avec une “colonisation” sauf si – au cas où l’on voudrait à tout prix l’utiliser – on donne à ce mot un autre sens, tout aussi vague, et, en outre, chargé de dangereuses confusions, comme l’a encore montré M. Finley46 : par exemple quand il est utilisé pour l’Europe médiévale par une certaine historiographie économique moderne (R. Koebner)47, ou par une “Kulturgeschichte” renouvelée, métaphysique (H. Luthy)48, ou pour le Middle West et le Far West des États Unis, ou encore pour désigner ce qui est appelé aussi dans l’histoire italienne contemporaine la “colonisation interne” (avec la permission de Finley).

26En terme de rapport entre faits économiques et faits de colonisation, seule une partie de ces expériences protohistoriques, notamment dans le cadre des navigations des nouveaux arrivés de l’Hellespont à la Propontide, à la Thrace, à la Macédoine et en Grèce septentrionale et centrale elle-même, peut nous suggérer pour les entreprises en Occident – et aussi pour le type d’activités mercantiles qui les accompagnèrent, dans la tradition que, par exemple, Hésiode avait recueillie de son père originaire de Cumes d’Eolide – certains modèles d’échanges archaïques à longue distance auxquels se superposèrent ceux, plus familiers à la même historiographie ionienne, des récentes fondations d’apoikiai d’époque historique, avec leurs inscriptions commémoratives et leur documentation écrite généalogique.

  • 49 B. Bravo, Une lettre sur plomb de Berezan : colonisation et modes de contact dans le Pont, Dialogue (...)
  • 50 A. Mele, Il commercio greco arcaico. Prexis e emporie, Naples 1979 (Cahiers CJB 4)

27Les échanges réalisés par les poleis d’Asie Mineure et de la péninsule grecque, particulièrement par les Phocéens et les Samiens ainsi que les Cretois et les Eubéens, vers l’Occident (suivant l’exemple des Phéniciens et d’autres éléments égéens), apparaissent soit, dans une phase encore générique, comme des “affaires” et activités (pragmata, prexeis) saisonnières, attestées chez Homère et Hésiode, soit comme des “affaires privées” (idia pragmata) de princes et d’aristocrates, et ensuite comme des “commerces” de plus en plus spécialisés. C’est l'emporìe, qui évolue du simple voyage maritime et de traversée de voyageurs, qui déjà la rend synonyme de nautilìe, au transport de produits alimentaires ou d’autres marchandises qu’on échange, avec un navire et un équipage propres ou non, et qui est contredite par Hésiode lui-même quand il s’agit d’activités indépendantes et sur de longues périodes, comme pour les aeinautai (navigants perpétuels), aristocraties dominantes dans les cités ioniennes et eubéennes. Les travaux de Benedetto Bravo49 et l’étude de mon collègue A. Mele50 nous en ont montré les caractères et l’évolution. L’emporìe se marie à la piraterie, ou bien elle agit à travers les “amitiés” philiai) et les liens d’hospitalité xeniai) entre chefs et communautés.

  • 51 Voir A. Smith, op. cit., livre IV, chap. VII, part II : Causes of the Prosperity of new Colonies.

28Le rapport entre “les navigations à longue distance” (makrai nautiliai) et les lointaines apoikiai n’est donc pas aussi mécanique qu’on pourrait le croire à partir de certaines allusions antiques ou de certaines théories modernes, que j’ai déjà mentionnées, et qui sont trop schématiques. Lemporta ne donna pas naissance immédiatement à Vapoikia, à la manière dont les “compagnies” commerciales hollandaises ou anglaises créèrent immédiatement, dans l’État mercantiliste moderne, les “colonies”. Même pour ces dernières, Adam Smith n’aurait d’ailleurs pas non plus accepté une genèse aussi immédiate51.

  • 52 Thucydide, VI, 4, 5.
  • 53 Hérodote, IV, 151-153.
  • 54 Hérodote, IV, 151.
  • 55 Hérodote, IV, 152.

29Le commerce et la piraterie peuvent certes fournir des informations sur le lieu le plus adapté à une implantation “hors de la maison”, ils peuvent guider ou approvisionner une expédition envoyée dans ce but et l’installation qui en résulte. Mais cela ne veut pas dire qu’ils précèdent ou préparent à chaque fois de tels événements. Le commerçant fréquente des lieux de commerce connus et spécialisés et reconnaît les autorités dont ils dépendent. L’usage de la voile qui, déjà à partir d’Hésiode, semble succéder, au moins pour certains types d’embarcations (et même s’il ne se généralise pas totalement), à celui des rames (avant tout homérique), a pu parfois permettre des découvertes lointaines et fortuites. Mais il s’agissait plutôt de terres inconnues, pour y acquérir des ressources métalliques et des “marchés” peu fréquentés, que de sites coloniaux. L’aventure de l’Athénien Théoclès, dans le récit romancé et tendancieux qu’en fait Éphore, à propos de la fondation de Naxos en Sicile, reste une exception très suspecte. La peur de la piraterie étrusque et de la cruauté des barbares, ainsi que l’ignorance de la densité démographique et de la qualité de la terre, contrastent fortement, comme nous le verrons, avec la fréquentation de ces côtes de la part de marchands et de pirates eubéens, déjà sur la route qui menait à Pithécusses (Ischia) – dont parle Thucydide à propos de Zancle52 –, d’autant plus que l’objectif de leur activité était l’achat d’esclaves, comme on l’a supposé de manière très plausible à partir de l’analogie homérique. L’épisode de la colonisation de Théra à Cyrène en Libye, et d’abord dans l’île de Platéa, tel que nous le raconte Hérodote53, montre bien comment l’activité marchande.restait distincte, et n’évoluait pas nécessairement vers des implantations, de même que les poleis qui envoyaient des apoikiai ne possédaient pas toujours elles mêmes des courants de fréquentation susceptibles de préparer des implantations : Corobios, marchand de pourpre crétois, fut engagé comme guide sous prétexte qu’il avait voyagé en Libye, alors qu’il y avait été poussé une seule fois par les vents54 ; Colaios de Samos, propriétaire de bateaux et peut-être lui-même marchand, faisant route vers l’Égypte, fut dévié lui aussi à Platéa et il put y laisser des approvisionnements55. Les connexions sont donc fortuites, les fonctions accessoires et elles ne peuvent servir de modèle. De la même tradition, on peut déduire l’importance de la navigation à voile, mais aussi ses risques, ainsi que les cas souvent purement fortuits de “découvertes”, comme pour Platéa et la côte de Libye, ou pour Tartessos, emporion non exploité et riche en métaux.

  • 56 Hérodote, I, 1, 1 ; 163, 1.
  • 57 Alexander Gerschenkron, Post-scriptum à II problema storico dell’arretratezza economica, trad, ital (...)
  • 58 Eschyle, Prom., 814.

30Pour les makrai nautiliai d’Hérodote56, on peut donc affirmer qu’elles ne sont pas les conditions préalables et nécessaires à la fondation des apoikiai. Alexander Gerschenkron nous rappellerait qu’il “faudrait instituer une amende chaque fois qu’on utilise les mots tels que “nécessaire” ou “nécessité” dans les récits des historiens. Quand on se met à examiner de plus près le concept de nécessité lié à des conditions préalables (...), il devient évident que, si le concept n’est pas totalement sans signification, il tend à n’avoir qu’une valeur de définition”. La “colonisation” grecque risque elle aussi, d’être “définie à travers des conditions déterminées qui, ensuite, par un imperceptible trait de plume, sont transformées en pré-conditions historiques” 57. Quant aux makrai apoikiai du Prométhée d’Eschyle58, que certains – sous les auspices du mythe d’Io et de la prédiction d’une lointaine colonie dans le Delta – ont rapprochées des makrai nautiliai d’Hérodote, nous ne savons même pas si elles se rapportent à de vraies apoikiai, plutôt qu’aux emporia, bien connues par ailleurs.

31Au contraire, les caractéristiques propres des formes d’organisation qui donnèrent naissance aux apoikiai historiques semblent désormais – en tout cas en ce qui concerne l’Occident – assez nettement distinctes des prexeis et idia pragmata des aristocraties des poleis grecques, même si ces apoikiai, en définitive, finirent toujours par s’appuyer et se relier à leurs structures d’origine, sans réussir à modifier, de manière sensible et rapide, surtout au début, le cadre des rapports économiques et sociaux à l’intérieur des formations métropolitaines, dont elles se détachèrent, quoi qu’en dise, à ce propos, depuis l’époque d’Adam Smith, le mythe “moderniste”. Les motifs qui déterminèrent, au fur et à mesure, cette séparation et cet exode, posent des problèmes complexes et sont désormais à relier à ceux des époques, des espaces et des structures des diverses vagues. C’est ce qui fera l’objet de notre prochaine rencontre.

Notes

1 M. I. Finley, Colonies. An Attempt at a Typology, in Transactions of the Royal Historical Society, 5th séries, 26, 1976, p. 174.

2 T. J. Dunbabin, The Western Greeks : the history of Sicily and South Italy from the foundations of the Greek colonies to 480 B.C., Oxford, 1948 (réimpr., 1968), p. VII.

3 D. Asheri, La colonizzazione greca, in Storia délia Sicilia, 1979, vol. 1, p. 139.

4 D. Asheri, ibidem, voir par exemple vol. 1, p. 102 et 104.

5 M. Finley, Colonies, art. cit., p. 174.

6 Thucydide, I, 32 ; 35 ; 37 ; voir surtout Thucydide, I, 38, 1-3.

7 D. Raoul-Rochette, Histoire critique de l’établissement des colonies grecques, Paris 1815.

8 G. Grote, History of Greece, London 1846-56 et London 19002, VI, p. 60 n. 1.

9 Thucydide, I, 34, 1.

10 E. Curtius, Griechische Geschichte, II, Berlin 1861, pp. 184 et 692 n. 37 (note relative à la p. 184 du texte). Notons qu’à l’étude citée ci-dessus de Heyne sur le ius coloniarum firent suite celles de son gendre, l’historien A.L.H. Heeren, Ueber die Colonisation von Aegypten und ihre Wirkungen auf das Europàischen Staaten-system, in Kleine historische Schriften, II, Gôttingen 1805 et Handbuch der Geschichte des Europäischen Staatsystem und seiner Colonien, Gôttingen 1809.

11 Ed. Meyer, Geschichte des Altertums, III, 3, Stuttgart 1902.

12 J. Beloch, Griechische Geschichte, I, l2, Strassburg-Berlin 1912, p. 232 et 22, Strassburg-Berlin 1912, p. 219.

13 J. R. Seeley, The Expansion of England, London 1883 (Chicago-London 1971, pp. 50 et 55).

14 Thucydide, VI, 5, 1.

15 M. I. Finley, Colonies, art. cit., pp. 168 et 172.

16 L. Febvre, La terre et l’évolution humaine, Paris 1922, p. 52.

17 F. Hampl, Poleis ohne Territorium, Klio, 32, 1939, p. 5 ss. et 40 ss.

18 Fr. Gschnitzer, Abhangige Orte im griechischen Altertum, Munchen 1957, pp. 124 ss.

19 L. Febvre, op. cit., p. 54.

20 S. C. Humphreys, Colonie e madre patria nella Grecia antica, Rivista storica italiana, 78, 1966, p. 912, n. 1.

21 W. Roscher, Kolonien, Kolonialpolitik und Auswanderung, Leipzig 1848 ; 3e édition, Leipzig 1885.

22 P. Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris 1874 ; 3e édition Paris, 1886.

23 A. Girault, Principes de colonisation et de législation coloniale. Les colonies françaises avant et depuis 1815. Notions historiques, administratives, juridiques, économiques et financières, Paris 1895, plusieurs fois réédité jusqu’en 1943.

24 J. Bérard, L’expansion et la colonisation grecques jusqu’aux guerres médiques, Paris 1960.

25 A. Smith, The Wealth of Nations, London 1776, livre IV, chap. 7, part I.

26 Voir K. Marx et Fr. Engels, Werke, Band 3, Berlin 1962, p. 53 (= trad. ital. de F. Codino, Rome 1967, p. 60 = trad, franc, de M. Rubel, Paris 1982, p. 1118).

27 Ibid. p. 378, 17-27 ; 379, 2-24 ; 382, 1-13, Moscou 1939-41 (=Europäische Verlaganstalt, Frankfurt-Europ Verlag, Wien, s.d.).

28 Ibid. p.393, 32-35.

29 Ibid., p. 378, 16-19, et p.390, 43 ; 391, 6.

30 Ibid., p. 378, 37-40 et 43 ; 379, 1, trad. fr. par J. Malanais et P. Rubel, Paris 1968, K. Marx, Oeuvres, Économie, II, p. 316–317.

31 A. Smith, op.cit., livre IV, chap. 7, 1ère partie.

32 Voir par exemple l’édition augmentée publiée en 1885 avec K. Jannasch, avec l’addition de la section “Deutsche Aufgaben in der Gegenwart”, sur l’historiographie spécifique relative à l’Antiquité (addition déjà signalée par Finley).

33 G. De Sanctis, Storia dei Greci, I, Firenze 1940, p. 168 ; 174.

34 G. Pugliese Carratelli, Dalle odysseiai alle apoikiai, La Parola del Passato, 26, 1971, pp. 393-417.

35 Voir par exemple Lorenzo Braccesi, La Sicilia prima dei Greci. Trattazione storica, in Storia della Sicilia, I, 1979, pp. 53-80, spec. pp. 63-64.

36 F Cassola, La Ionia nel mondo miceneo, Napoli 1957, pp.1-7, 8-12.

37 A.J.B. Wace, C.W. Biegen, Pottery as evidence for trade and colonization in the Aegean bronze age, Klio, 1939, pp. 131-147.

38 W. D. Taylour, Mycenaean Pottery in Italy and Adiacent Areas, Cambridge 1958.

39 Thucydide, I, 2, 2 ; 7, 1.

40 T.J. Dunbabin, Minos and Daidalos in Sicily, Annual of the British School at Athens, 16, 1948 p. 1 ss. Cet article a été repris dans The Western Greeks, Oxford 1948, puis dans The Greeks and their Eastern Neighbours en 1957.

41 Voir par exemple L. Braccesi, dans Storia della Sicilia, cit.

42 M. Marazzi, Egeo e Occidente alla fine del II millennio a.C. Roma 1976 ; Contributo allo studio della “società micenea” : l’organizzazione interna in rapporto alla circolazione dei beni nel bacino del Mediterraneo, Quad. Urbinati di Cultura Classica, n.s. 1, 30, 1979, p. 115-130.

43 C. Renfrew, Trade and Craft Specialisation, in D. Theocharis, Neolithic Greece, Athènes, 1973 ; Trade as Action at a Distance, in J. A. Sabloff et alii (ed.), Ancient Civilisation and Trade, New Mexico 1975.

44 Hérodote, VII, 51,2 et 8, 31.

45 Hérodote, VII, 51,2.

46 Finley, Colonies, art. cit., pp. 172-173.

47 Dans le chapitre de la Cambridge Economie History of Europe intitulé “The Settlement and Colonization of Europe”.

48 Dans son essai intitulé “Die Epoche der Kolonisation und die Erschliessung der Erde : Versuch einer Interpretation des europäischen Zeitalters”, in Gegenwart der Geschichte, Köln-Berlin 1967.

49 B. Bravo, Une lettre sur plomb de Berezan : colonisation et modes de contact dans le Pont, Dialogues d’histoire ancienne, 1, 1974, pp. 111-187 ; Remarques sur les assises sociales, les formes d’organisation et la terminologie du commerce maritime grec à l’époque archaïque, Dialogues d’histoire ancienne, 3, 1977, pp. 1-59.

50 A. Mele, Il commercio greco arcaico. Prexis e emporie, Naples 1979 (Cahiers CJB 4)

51 Voir A. Smith, op. cit., livre IV, chap. VII, part II : Causes of the Prosperity of new Colonies.

52 Thucydide, VI, 4, 5.

53 Hérodote, IV, 151-153.

54 Hérodote, IV, 151.

55 Hérodote, IV, 152.

56 Hérodote, I, 1, 1 ; 163, 1.

57 Alexander Gerschenkron, Post-scriptum à II problema storico dell’arretratezza economica, trad, ital., Turin 1965, p. 338.

58 Eschyle, Prom., 814.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable