Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne

 | 
Ettore Lepore

Introduction

Jean Andreau et Alain Schnapp

Texte intégral

ETTORE LEPORE, LA COLONISATION ET L’ÉCRITURE DE L’HISTOIRE ANCIENNE

1Les quatre essais qui suivent correspondent à quatre leçons professées au Collège de France par Ettore Lepore à l’invitation de Jean-Pierre Vernant au printemps de 1982. Pour construire son objet, Lepore a déterminé un cadre géographique et intellectuel original. Alors que beaucoup de ses prédécesseurs ont tenté des synthèses de l’implantation des colonies grecques en Occident, Lepore s’est engagé dans une réflexion historiographique sur les outils, les tâches et les limites de l’étude de la colonisation, à travers une mise en perspective qui prend son origine à la naissance de l’érudition et qui affronte les présupposés idéologiques des spécialistes modernes de la Grèce d’Occident. Pour Lepore, – et il l’a démontré tout au long de son œuvre foisonnante et multiple, – l’historiographie est une part essentielle de l’investigation historique. Tous ceux qui ont suivi ses cours à l’Université de Naples rappellent que, pour chaque thème traité, il adoptait ainsi un point de départ historiographique (ce qui, en Italie, n’a rien d’exceptionnel) ; mais ils soulignent en outre que cette approche historiographique éclairait son cours du début à la fin, qu’elle constituait en quelque sorte la colonne vertébrale de son enseignement (chose assez rare, au contraire, même dans les traditions italiennes). Car l’historiographie, pour Lepore, ne se limite pas à expliquer les conditions de l’émergence d’une conjoncture historique, elle est la clef de la construction d’un raisonnement qui autorise l’écriture de l’histoire. En ce sens, ces quatre essais forment un tout qui présente avec une lucidité inégalée une vue d’ensemble du phénomène de l’expansion grecque en Occident.

2La première leçon affronte le “régime historiographique” en retraçant les étapes de la construction de l’histoire de la Grèce d’Occident de ses origines, au xvie siècle, jusqu’à nos jours. Entre les théoriciens de la liberté des colonies et ceux de leur dépendance, entre ceux qui voyaient dans les colonies grecques d’Occident comme le prélude à la fondation des Etats-Unis d’Amérique et ceux qui y reconnaissaient le paradigme de l’état colonial moderne, Lepore fait place nette. La singularité du phénomène d’expansion grecque en Occident réclame un traitement spécifique, elle ne peut être réduite à un quelconque modèle colonial contemporain.

3Pour construire sa critique, Lepore dialogue constamment avec Moses Finley, et ce dialogue est fondamental. Car, entre les deux œuvres si différentes de l’historien de Cambridge et de celui de Naples, il y a comme une connivence constante. Tous les deux trouvent dans les œuvres classiques de l’intelligence européenne (et en particulier chez Adam Smith) l’aliment de leur vision critique de l’histoire ancienne, tous les deux privilégient l’analyse des formes sociales pour définir l’espace insaisissable des économies antiques, tous les deux enrichissent leur réflexion d’une lecture attentive de l’anthropologie contemporaine.

4Ce dialogue, bien sûr, ne va pas sans divergences, parce l’un et l’autre se rattachent à des traditions historiographiques distinctes et que leur pratique de l’histoire s’exerce de façon bien différente. Finley est un historien qui privilégie la synthèse, qui est très attentif à la divulgation de ses idées. Lepore est plus un historien des textes et de la tradition, un auteur de communications de colloques, un animateur de discussions, un homme qui exerce, face à ses pairs archéologues, le magistère de l’historien. Tous deux sont très désireux de convaincre, mais pas de la même façon. Alors que Finley utilise en priorité le livre pour diffuser ses idées, Lepore s’adresse à des publics limités, d’étudiants et de collègues. C’est dans les séminaires, les amphis et les colloques, ou lors de conférences telles que celles du Collège de France, qu’il s’efforce avant tout de faire passer ses convictions. Lepore était par excellence un homme de l’oral, bien plus que Finley. D’autre part, Finley l’émigré écrit dans le calme de Cambridge, son histoire est toujours distanciée, alors que Lepore, homme du Mezzogiorno est tout entier dans l’action pour penser la culture méridionale, pour transformer la réalité du Mezzogiorno. En ce sens, son histoire est un engagement dans une tradition culturelle qui remonte, au moins, jusqu’à Benedetto Croce, et même jusqu’à Vico. Dans les différences de méthodes, de traditions et de savoir-faire, le débat entre les deux hommes est fructueux en ce qu’il libère le savoir historique du localisme, de l’érudition disciplinaire et du positivisme, qui sont les plaies récurrentes de l’histoire ancienne et de l’archéologie.

5Scrutant l’historiographie de la colonisation grecque de façon à la caractériser dans ses grandes lignes, et à démonter toutes les fausses évidences acceptées par nombre d’historiens, ce premier chapitre, très comparatif, est typique de la manière dont Lepore concevait cette comparaison. Le recours à des parallèles modernes ou contemporains, les références anthropologiques et sociologiques, pour lesquelles Lepore témoignait d’un goût constant, servent souvent en histoire à rapprocher, à établir des cadres plus ou moins larges dans lesquels le chercheur insère l’objet de son enquête. Ces cadres peuvent être socio-économiques, ou bien ils peuvent, dans d’autres cas, relever de diverses formes de culturalisme. Le premier chapitre montre bien que Lepore, au contraire, cherche avant tout à distinguer. Il ne classe pas pour ranger les espèces dans des genres, mais pour mieux faire sentir la spécificité de chaque espèce. C’est pourquoi il insiste sur la nécessité de parvenir à ses propres classifications, et déplore, dans un autre passage, que la complexité décourage parfois d’établir des distinctions. Le premier chapitre présente, de page en page, une fascinante variété de déplacements et d’implantations de populations, depuis les migrations protohistoriques jusqu’aux “installations hors maison” (apoikiai), en passant par toutes les formes “précoloniales” (mot qu’évidemment il n’aime guère, parce qu’un tel mot tend à confondre ce que précisément il faut séparer), c’est-à-dire les odyssées, la fréquentation mercantile et ses sous-espèces, etc.. De ce point de vue, les lectures anthropologiques et sociologiques de Lepore, très riches et longuement méditées, ne l’ont pas empêché d’être avant tout et toujours un historien de tempérament et de démarche (mais un historien avide de conceptualiser, et toujours très attentif à ne pas se laisser emporter par le flot des événements et des évolutions).

6Ce refus des assimilations tentantes, et qu’il jugeait trop faciles, se retrouve sur le plan chronologique. Comme toujours, et quel que soit son sujet, Lepore réagit non pas contre l’idée de permanence (il est convaincu que certaines situations ou structures peuvent se prolonger pendant des siècles), mais contre l’idée de permanences qui vont de soi, que l’on accepte sans en évaluer la pertinence, et surtout contre l’idée de nécessité. La dernière page du chapitre, où il souligne fortement que “l’activité mercantile n’évoluait pas nécessairement vers des implantations”, est fondamentale pour saisir l’orientation de sa pensée historique. La référence à A. Gerschenkron (”il faut instituer une amende à chaque fois que des mots comme ‘nécessaire’ ou ‘nécessité’ sont employés dans les récits des historiens”) est une façon plaisante d’énoncer une idée particulièrement importante à ses yeux.

7Définir les moyens d’écrire une histoire de la colonisation grecque en Occident ne relève pas seulement d’une critique du savoir. Il faut camper le paysage de la scène où se produit l’événement. Le second chapitre de l’ouvrage de Lepore s’emploie à définir “Espaces, époques et structures des différentes vagues de la colonisation”. Ce chapitre est essentiel parce qu’en quelques pages il maîtrise l’ensemble des données d’une question historique aux multiples facettes. L’espace tout d’abord, dans les relations complexes entre l’Egée et l’Occident, mais aussi dans les différents visages des implantations, qu’il s’agisse de la côte ionienne ou du versant tyrrhénien, des côtes de Sicile ou de la pénétration à l’intérieur des terres. Les époques ensuite : comment affronter la vexata quaestio des relations entre l’Egée et la Méditerranée occidentale à l’âge du bronze, faut-il distinguer des vagues de colonisation correspondant à des chronologies différentes, et surtout comment expliquer la colonisation comme mouvement social ? A toutes ces questions, Lepore fait un sort élégant qui tient aussi bien à la profondeur et à la précision de son information qu’à sa capacité à cerner les articulations du phénomène historique. La colonisation ne relève pas d’une cause unique, qu’elle soit économique (manque de terres) sociale (tensions internes aux cités égéennes), psychologique (appétit territorial des colons, plasticité des formes de la cité) elle est le résultat d’une combinaison de ces différentes forces que Lepore sait nouer entre elles pour en faire un “fait social total”.

8Espaces, époques et structures : “les trois éléments du titre proposé ne se succéderont pas dans un ordre rigide, car ils se recoupent. Il faut les mêler Notre précédent paragraphe montre l’importance de cette phrase, au tout début du deuxième chapitre. Lepore suivit avec une constante attention, pendant plusieurs décennies, tous les débats qui ont marqué le marxisme, le structuralisme, ainsi que l’évolution de la pensée polanyienne et de l’historiographie weberienne. Il est donc toujours préoccupé au premier chef par les structures sociales et socio-culturelles. Mais il refuse de céder à deux habituelles solutions de facilité. La première consisterait à construire des structures, et à chercher ensuite à les faire évoluer. Dans ces quatre conférences, comme dans les autres œuvres de Lepore, la chronologie est d’emblée au centre de l’étude. Seconde solution de facilité, à laquelle il se refuse : d’abord esquisser l’espace, pour y faire évoluer ensuite, comme dans un théâtre, les acteurs de l’Histoire. Peut-être parce qu’il n’a pas appris ensemble l’histoire et la géographie, les deux disciplines séparées mais conjointes du cursus scolaire français, Lepore ne conçoit pas les espaces comme un préalable qui, d’une certaine manière, conditionnerait les évolutions. Le Mezzogiorno est pourtant toujours au centre de ses préoccupations, et il ressent au plus profond de lui-même combien a été immobile, pendant des siècles, l’histoire de cette région qui était la sienne. Mais il ne s’agit pas d’un déterminisme géographique. Dans le quatrième chapitre, il écrit que les distinctions dans l’espace révèlent aussi des différences culturelles ; un peu plus loin, il parle de “séparation dans la société, et non pas seulement dans l’espace”. C’est significatif. Le facteur géographique, pour Lepore, est toujours lié à des situations politiques, sociales et culturelles qui se conjuguent pour exercer leurs conséquences.

9Le livre ne se contente pas de livrer une analyse des faits de colonisation, il propose aussi une typologie des “Problèmes de la terre et (des) modes de contact avec les indigènes”, et ce chapitre, le troisième, est peut-être le plus stimulant des quatre. Car, ici encore, la curiosité multidimensionnelle de l’auteur fait merveille. Colonisation pacifique de territoires vierges d’hommes, conquête militaire menée par des colons inférieurs en nombre mais plus aguerris, voire négociation entre sociétés indigènes et nouveaux arrivants, les scénarios de la scène primitive de la colonisation sont multiples, et Lepore sait les maîtriser dans leurs différentes dimensions. D’abord et toujours la terre, car nous savons depuis Fustel de Coulanges que l’Antiquité, c’est d’abord la terre. Mais ce vieux primat du sol, s’il fait justice de la fable des cités sans territoires, ne réduit pas la colonisation à un contrôle de la chôra, il démontre la variété des procédures de contact, d’influence et de sujétion entre Grecs et indigènes.

10Lepore, du fait de son engagement dans les congrès de Tarente et ailleurs, est sans doute celui qui a le plus fait avancer l’approche indigéniste des sociétés coloniales. Aux archéologues classiques thuriféraires du “miracle grec” et presque confondus par les prouesses de l’architecture grecque d’Occident, les archéologues italiens ont rappelé, par les fouilles du territoire, qu’il y avait toujours un élément autochtone dans le processus colonial. Il n’est pas indifférent que cette étude des sociétés indigènes en Occident ait été réalisée à un moment où, après la conférence de Bandoung, la décolonisation du Tiers-Monde entrait dans sa phase finale. L’immense travail de redéfinition des rapports entre Grecs et populations locales est sans doute la contribution la plus importante de l’historiographie italienne des années soixante et soixante dix à l’histoire de la Péninsule. Le rôle magistral qu’a joué Lepore dans cette aventure transparaît dans chacune des notations de ce chapitre et dans la double construction historique et anthropologique qu’il propose au lecteur. Ce type de synthèse demande à la fois une parfaite maîtrise des sources anciennes, une connaissance approfondie des résultats de l’archéologie de terrain et une imagination sociale nourrie par un comparatisme médité. Lepore n’était pas un homme de programmes, de réflexions théoriques, mais un homme d’écoute et de débats, attentif et prompt à souligner le détail significatif, le concept décisif, la référence stratégique : ce chapitre est un condensé d’une méthode rare en histoire ancienne, et plus proche de la maïeutique que du discours.

11Lepore aborde la question du territoire d’une façon originale en s’interrogeant en premier lieu sur l’illusion historique des terres vides, objets d’une conquête facile et presque naturelle réalisée par des colons avides de terres et conscients de leur supériorité technique et militaire. Dunbabin avait déjà montré que le processus de colonisation relevait d’une rencontre entre colonisateurs et colonisés qui n’était pas à sens unique. Même si les modes d’occupation du sol varient, les sociétés indigènes étaient partout présentes et la typologie des formes de colonisation dépend autant de leurs réactions à la fondation des cités que des ambitions des nouveaux arrivants.

12Une telle approche nécessite une analyse historique de l’évolution des sociétés indigènes qui trouve vite ses limites. Comme Lepore le démontre, il n’est guère facile de comparer les traditions grecques sur l’ethnogénèse des Œnotres, des Sicules ou des Sicanes avec les résultats des enquêtes protohistoriques. La reconnaissance des structures d’habitat, l’étude démographique et sociale des nécropoles, l’analyse des échanges à longues et courtes distances sont autant d’éléments qui aident à mieux cerner le développement des populations locales, mais ces indicateurs sociologiques ne permettent guère de répondre aux interrogations des historiens grecs dont la préoccupation essentielle était d’établir l’origine des peuples et de fonder des généalogies susceptibles d’éclairer la singularité culturelle des différentes ethnies. Sur les Ausones, les Œnotres ou les Élymes nous ne n’en savons pas plus qu’aux temps de Paolo Orsi mais nous connaissons désormais bien leurs modes d’habitats et la nature de leurs contacts avec le reste du monde méditerranéen, qu’il s’agisse de la Grèce ou de la Phénicie.

13La colonisation en tant que fait social contribue à l’émergence de nouvelles formes de vie collectives, à la mise en place de régimes d’exploitation des terres, de systèmes d’agrégation et d’exclusion, qui se caractérisent par une grande variabilité. C’est autour de la propriété des terres, des régimes d’exploitation, du contrôle de la main d’œuvre, que se nouent les traits marquants du nouveau système colonial. Là encore, les prédécesseurs de Lepore ont fait preuve d’un manichéisme certain. Pour les uns, les colons se sont contentés de reproduire les systèmes sociaux en vigueur dans leurs cités d’origine : il y aurait ainsi un modèle d’exploitation du sol proche de celui de Sparte et qui s’appuierait sur des “serfs”, et un modèle plus proche d’une paysannerie libre décelable dans de nombreuses autres cités. Une analyse du vocabulaire des rapports sociaux suffit à infirmer ce genre de proposition. La variété du régime des terres, les différents types de sujétion, les formes d’organisation urbaine montrent qu’à chaque étape du phénomène colonial les partenaires, colons et indigènes, ont dû inventer, et le vocabulaire de la terre, même s’il décrit des catégories que nous connaissons par ailleurs, ne doit pas faire illusion. Entre le formalisme des systèmes de division agraire et la réalité des formes d’exploitation du sol, il y a un écart évident que les recherches sur les campagnes coloniales ont permis de relever : L’archéologie agraire que Lepore appelle de ses vœux est encore une discipline en voie de développement.

14Mais pour Lepore, l’histoire n’est pas l’affirmation d’une suite de faits positifs : elle réclame une grille d’interprétation qu’il n’hésite pas à aller chercher, avant bien d’autres, dans la définition weberienne du “féodalisme d’état” ou dans le modèle du “féodalisme de frontière” cher à Owen Lattimore. Tout comme Hasebroek avait déplacé les termes du débat sur l’économie antique de l’analyse des formes aux structures de l’économie, Lepore propose au lecteur une approche substantive des relations entre Grecs et indigènes, engagés, les uns et les autres, dans un processus historique de relations mutuelles. Le phénomène colonial y gagne en complexité, mais il ne réduit plus le contrôle du sol à sa domination symbolique opérée par un petit groupe de colons.

15Le quatrième chapitre, “L’ ‘Hellénisation’ et les sociétés indigènes de l’Italie antique”, est la continuation du précédent mais il s’attache à suivre dans le temps les prémisses de l’aventure coloniale. Il s’agit là autant d’histoire que de géographie, de mythologie que de sociologie. Et il nous entraîne presque jusqu’à une autre question chère à l’auteur, celle de l’arrivée et du développement de la puissance romaine en Italie du Sud.

16Ce dernier chapitre commence par l’analyse approfondie d’un paragraphe de Strabon, analyse très caractéristique, elle aussi, de la méthode de Lepore. Il était extrêmement attentif à la logique interne de chaque texte antique. Remarquons que, comme Santo Mazzarino, il privilégiait souvent un ou deux textes qui lui semblaient particulièrement riches et sur lesquels il appuyait son raisonnement. Il montrait qu’ils pouvaient donner lieu (et avaient effectivement donné lieu) à plusieurs interprétations, critiquait leur sens le plus immédiat et le plus superficiel (dans le cas présent, une interprétation purement ethnique du texte de Strabon), et les confrontait éventuellement avec d’autres textes plus rapidement évoqués. Car jamais il ne considérait les textes comme de pures et simples “sources” fournissant des renseignements utiles. C’étaient pour lui des révélateurs des formes de pensée antiques. De cette façon, l’histoire des faits et des structures rejoignait chez lui l’histoire culturelle et celle des représentations.

17Qu’il fasse appel à des textes connus, comme ceux d’Hérodote ou de Strabon, ou à des œuvres un peu plus confidentielles, ou même des fragments, il était toujours très soucieux de les replacer et dans la tradition textuelle, et dans le contexte biographique et historique, dans l’enracinement social et idéologique de leurs auteurs. Très attaché à une discussion de la tradition textuelle, il se sépare cependant de la “Quellenforschung” par ce sens aigu de l’enracinement et du contexte. Les textes n’étaient jamais, pour lui, des maillons presque interchangeables d’une chaîne de transmission. A la différence de beaucoup de latinistes et d’hellénistes, si un auteur paraît en avoir recopié un autre, il s’interroge toujours, et longuement, sur les raisons d’un tel emprunt, sur la place que le fragment copié prenait dans le nouvel édifice ainsi élaboré. C’est ce qu’il fait ici, à propos d’Antiochos de Syracuse, de Timée et de Strabon.

18Qu’on ne s’y trompe pas, l’importance de ce petit livre ne tient pas au nombre de ces pages. Il témoigne, au fil de ses chapitres, de la curiosité infinie et de l’esprit alerte d’un historien qui s’intéressait aussi bien à l’histoire de l’Europe qu’à celle de l’Asie, aux tribulations des Grecs en Occident qu’à la tradition du Mezzogiorno. Lepore adorait les échanges, c’était un narrateur qui savait mêler ce qu’il faut de napolitain à son propos pour captiver son auditoire. L’homme si généreux qui dépensait sans compter son temps avec chaque étudiant ou collègue était aussi un lecteur insatiable, un de ces esprits de la république parthénopéenne pour qui toutes les disciplines du savoir étaient nécessaires.

19L’œuvre de Lepore ne se livre pas facilement, il faut prendre le temps de la conquérir, accepter la subtilité des formules, la variété des citations, la diversité des méthodes. La matrice crocienne n’est jamais bien loin : s’imbiber du sujet pour le maîtriser, aller droit au but pour limiter les digressions, ne jamais accepter les vulgates positivistes. Histoire sociale, histoire marxiste, sans doute, mais une histoire en questionnement qui fait son miel de tout ce qui se dit et se fait en dehors du territoire de l’histoire ancienne. Lepore démontre que l’érudition est une des conditions de la production du savoir mais qu’elle n’est pas son but. Il a ainsi contribué, plus que tout autre, à tracer la voie étroite et ardue d’une histoire ancienne de l’Occident grec qui, plus qu’un modèle, constitue une invitation à poursuivre la recherche, – à partir de documentations nouvelles, mais en repensant aussi les interprétations passées.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540