Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne

 | 
Ettore Lepore

Préface

Jean-Pierre Vernant

Texte intégral

ETTORE LEPORE, LE MEZZOGIORNO ET L’ANTIQUITÉ

1Chaque discipline a besoin de se reconnaître dans un certain nombre de figures emblématiques dont la personnalité exerce un rayonnement particulier, une influence décisive sur la manière de concevoir la recherche et de communiquer les résultats. Aux côtés de Moses Finley et d’Arnaldo Momigliano, Ettore Lepore a joué pendant des décennies ce rôle. Par ses livres et ses articles bien sûr, mais aussi par son enseignement et sa participation à d’innombrables colloques et congrès où sa gentillesse, son goût du débat et son esprit de synthèse faisaient merveille. Pour tous ceux qui ont eu la chance de bénéficier de l’incomparable hospitalité italienne, Lepore était la personnification de celui qu’on nomme en grec ancien un proxène : un homme chargé de prendre soin et d’aider les étrangers. Lepore n’entendait pas son activité de proxène comme un simple exercice intellectuel. Pour lui, la passion de l’Antiquité allait de pair avec une insatiable curiosité pour le présent. Aussi, discuter avec lui, c’était découvrir derrière la Campanie ou l’Italia antiques les réalités modernes d’une culture méridionale qui a toujours fasciné depuis le Grand Tour les visiteurs de l’agglomération napolitaine. Et Lepore était peut-être le plus napolitain des historiens, lui qui savait illustrer chaque événement de l’histoire, chaque épisode du mythe, d’une anecdote tirée de l’attention bienveillante et amusée qu’il portait à ses concitoyens. Le savoir avec Lepore était toujours gai et ses auditoires captivés s’émerveillaient d’une érudition souriante qui se jouait aussi bien des pièges de la philologie que des certitudes positives de l’archéologie. Esprit alerte, qui refusait les évidences simplistes et cherchait, derrière les institutions trop bien agencées de la cité antique, les réalités sociales plus profondes, Lepore était aussi un conteur. En relisant les pages de ces quatre conférences présentées au Collège de France, tous ceux qui ont connu Lepore retrouveront la puissance de conviction et les analyses nuancées de leur auteur, les autres découvriront dès le premier contact le talent d’un homme qui ne se contentait pas de professer l’histoire ancienne mais dont chaque entreprise, chaque engagement était celui d’un historien au service de la cité.

2J’ai été heureux naguère d’inviter Lepore à présenter au Collège un cycle de conférences. Je me réjouis aujourd’hui qu’elles soient enfin accessibles à tous ceux qui n’ont pas eu la chance de l’entendre.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable