Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanctuaires et sources

 | 
Olivier de Cazanove
, 
John Scheid

À la recherche du « temple des métopes archaïques » du Sele

Juliette de La Genière

Texte intégral

  • 1 La découverte du sanctuaire par P. Zancani Montuoro et U. Zanotti Bianco a fait l’objet d’une publi (...)

1Giovanna Greco vous a montré comment une nouvelle lecture du terrain, que nous avons faite entre 1991 et 1994, oblige à renoncer à faire du « thesauros » de Foce Sele un édifice archaïque; bien au contraire, il s’agirait d’une construction de la période romaine de Paestum, c’est-à-dire postérieure à 273 av. J.-C.1.

2En conséquence, la célèbre série des métopes archaïques du Sele ayant perdu tout lien avec les édifices connus du sanctuaire, il fallait poursuivre l’enquête et tenter de localiser « le temple des métopes archaïques ». Il n’y avait aucune chance de trouver des structures en place, car l’ensemble du terrain avait été abaissé précédemment jusqu’aux fondations des édifices dont la partie supérieure était visible; mais nous pouvions espérer mettre au jour les tranchées de fondation, nécessairement larges et profondes, du temple archaïque.

  • 2 Les sondages de l’autel B ont mis au jour plusieurs zones de cendres ; celles-ci ont été recouverte (...)
  • 3 Sondages 5600 (le plus à l’est) et 7200. J. de La Genière, G. Greco, R. Donnarumma, L’Héraion de Fo (...)

3Les deux autels, A et B, représentaient le cœur du sanctuaire, l’emplacement de l’autel B ayant été un lieu de sacrifice dès les premiers temps du culte2(Fig. 1). En conséquence, l’emplacement le plus vraisemblable pour un temple était le secteur situé à l’ouest des autels, et à peu de distance. Et ainsi, pour tenter de recouper les éventuelles tranchées de fondation des longs côtés du temple recherché, nous avons ouvert deux longs sondages en direction N/S, grosso modo parallèles aux autels, et perpendiculaires aux axes E/O du « thesauros » et du « temple majeur »3.

  • 4 Nous n’entrons pas ici dans la discussion concernant la longueur du pied paestan. Nos mesures ayant (...)

4Cette tentative a eu un résultat positif car, en 1995, nous avons atteint, dans la partie sud du sondage 5600, une coupure nette dans le terrain beige argileux selon un angle droit précis rempli d’une masse de sable brun-roux, cela à 2,60 m au nord des fondations de la peristasis nord du « temple majeur». Par une série de sondages successifs, particulièrement difficiles car les tranchées de fondation du « temple majeur » avaient partiellement coupé celles qui les avaient précédées, nous avons mis au jour deux autres angles de ce qui s’est révélé être la préparation du terrain pour la mise en place de fondations; les tranchées, remplies de sable sur une profondeur avoisinant deux mètres, ont une largeur d’1,90 / 2 mètres. Le rectangle ainsi préparé mesurait 34,50 x 17,80 mètres environ, mesures qui seraient proches de 100 et 50 pieds; ainsi le projet était celui d’un hékatompedon4. Une série d’autres sondages a permis d’établir qu’une cella avait été préparée, dont les dimensions extérieures seraient 21,50 / 22 m par 7,50 /8 m. Selon les calculs menés par D. Theodorescu, ce temple, ou temple 1 (en bleu sur la fig. 2), aurait eu 12 colonnes pour les côtés longs et 6 pour les côtés courts.

Fig. 1. Les structures du sanctuaire de Foce Sele mises au jour lors des fouilles de P. Zancani Montuoro et U. Zanotti Bianco.

  • 5 J. de La Genière, G. Greco, R. Donnarumma, D. Theodorescu, L’Heraion du Sele, nouvelles découvertes (...)

5En conséquence, la longueur de la frise correspondrait à 64 métopes5.

Fig. 2. Restitution du plan du « temple des métopes archaïques», ou temple 1 (en bleu), sous le « temple majeur», ou temple 2 (en rose).

  • 6 Fr. Krauss, Heraion I, p. 83.
  • 7 Sondage 250.
  • 8 H.J. Kienast, Fundamentieren im schwierigen Gelände, Bautechnik der Antike, Mayence 1990, p. 123-12 (...)

6Les sondages ont montré que le « temple majeur », ou temple 2 (en rose sur la fig. 2) construit vers 500 / 490, a presque entièrement réoccupé l’emplacement qui avait été choisi pour le temple archaïque, ou temple 1, avec un léger glissement de 2 mètres environ vers le sud. Dans sa publication du temple 2, Fr. Krauss avait signalé plusieurs blocs remployés dans les fondations6 ; nos fouilles récentes ont permis de reconnaître deux blocs d’une assise d’euthynteria réutilisés, l’un dans un contrefort nord-est7, et l’autre sous la cella. Un demi siècle environ sépare les deux édifices, et la brièveté de cette période pose le problème du pourquoi de ce remplacement si rapide. Il apparaît que la raison pourrait être analogue à celle qui a causé le remplacement du temple de Rhoikos à Samos par celui de Polycrat : un défaut dans les fondations8. Nous avons remarqué en effet le soin extrême qui a été apporté aux tranchées de fondation du temple 2, où alternent les strates pierreuses avec des strates de sable, tandis que les tranchées du temple 1 ne comportaient que du sable. Il semble ainsi que les constructeurs du « temple majeur » aient eu le souci de résoudre une difficulté qui n’avait pas été maîtrisée auparavant. L’inachèvement d’une série de métopes encourage l’idée que l’édifice archaïque a été abandonné avant d’être terminé; cependant la présence des deux blocs d’euthynteria remployés dans le temple 2 démontre que ses fondations avaient été mises en place.

  • 9 Long, krepi : 38,56 m. Larg. : 18,32 m.

7Les dimensions du « temple majeur » sont légèrement supérieures à celles du précédent9. Fr. Krauss a publié une restitution de la peristasis donnant 8 colonnes pour les côtés courts et 17 pour les côtés longs. Nous proposons de restituer aussi 8 colonnes pour les côtés courts, mais seulement 13 pour les côtés longs. Voici les raisons qui nous paraissent justifier cette hypothèse :

  • 10 Fr. Krauss, op. cit., p. 92. et 104.
  • 11 Ibid., p. 92.

8Il est vraisemblable que le temple 2 n’a pas réutilisé seulement les blocs visibles dans les fondations, mais sans doute aussi des éléments de l’élévation du temple abandonné. Fr. Krauss a signalé que les fragments de colonnes de la peristasis étaient, les uns en calcaire, les autres en grès10; des quatre chapiteaux conservés de la peristasis, deux sont en calcaire, et deux autres en grès11, et leurs profils ne sont pas identiques. Ces différences doivent-elles être attribuées à des ateliers distincts ? Ou faut-il penser que des colonnes et des chapiteaux préparés pour le temple archaïque auraient été réutilisés pour son successeur ?

  • 12 Le compte précis est rendu difficile par la présence de fragments. P. Zancani a publié 35 métopes d (...)
  • 13 Heraion II, p. 69-75.

9La même interrogation est posée pour les éléments de la frise archaïque. On a vu que les dimensions du temple 1 dont nous avons mis au jour les tranchées de fondation impliquent que le nombre des métopes était de 64. Celles qui nous sont parvenues sont, selon les différentes estimations12, un peu moins d’une quarantaine, dont 11 sont demeurées à différents degrés d’inachèvement13.

10Même si, au moment de l’abandon du temple archaïque, toutes les métopes n’avaient pas encore été taillées, les constructeurs du temple 2 se trouvaient en présence du volume considérable que représentait un nombre minimum de 40, et maximum de 64 métopes et triglyphes. Que faire de cette masse de blocs ? On ne pouvait les abandonner dans l’espace sacré. Il eût donc été normal de les retrouver remployés dans les fondations du temple 2, comme ce fut le cas pour certains chapiteaux du temple de Rhoikos à Samos, ou celui des célèbres métopes trouvées dans les fondations du trésor de Sicyone à Delphes. Or ce n’est que beaucoup plus tard, à partir des reconstructions du ive siècle, que l’on commencera à utiliser au Sele des métopes et des triglyphes comme pierres à bâtir. Il est donc clair qu’au temps de la construction du « temple majeur » (500-490), un autre emploi avait été décidé pour ces reliefs. Le seul qui nous paraisse vraisemblable est celui qui en fait des éléments de la frise dorique du nouveau temple (en bleu sur la fig. 3).

  • 14 Heraion II, p. 141-165.. P. Zancani Montuoro, Altre metope scolpite dello Heraion, AMSMG N.S. i, 19 (...)
  • 15 Hauteur : entre 81,7 et 86,4 cm pour les métopes nouvelles; entre 76,6 et 88,2 cm pour les plus anc (...)
  • 16 Mesures moyennes du couple métope + triglyphe : 0,74 + 0, 45 m = 1,19 m
  • 17 Héraion pl. X.

11Des nouvelles métopes préparées pour le « temple majeur », douze sont connue : la majorité d’entre elles représentent les célèbres donne fuggenti14. Il nous paraît raisonnable de penser que ces reliefs de l’archaïsme récent ont été sculptés pour décorer la façade la plus en vue du nouveau temple, c’est-à-dire la façade est, et sans doute, symétriquement, la façade ouest (en rouge sur la fig. 3). Ces métopes nouvelles, dont la hauteur est très proche de celle des métopes plus anciennes15 ont une largeur inférieure en moyenne d’une dizaine de centimètres ; aucun triglyphe n’a été mesurable, mais Fr. Krauss a supposé que leur largeur serait aussi inférieure à celle des triglyphes de la série ancienne. Il est ainsi possible de restituer, pour la façade est, comme pour la façade ouest du « temple majeur», 7 couples de métopes + triglyphes16, ce qui implique 8 colonnes de façade comme l’avait proposé Fr. Krauss17.

Fig. 3. Plan du temple de l’Heraion du Sele Gris pour le « temple des métopes archaïques » ou temple 1. Rouge pour le « temple majeur », ou temple 2 ; mais bleu pour la frise des longs côtés nord et sud pour lesquels métopes et triglyphes du temple 1 auraient été, selon notre hypothèse, réutilisés.

12Pour les côtés longs en revanche, si, comme nous le supposons, les métopes anciennes y ont été remployées, la largeur moyenne métope + triglyphe étant 1,47 m, elle imposait des interaxes doubles, 2,94 m en moyenne. La longueur du stylobate permettait de placer une frise comportant 12 couples de métope + triglyphe. Et ainsi, il résulte de notre hypothèse que, sur les côtés nord et sud du « temple majeur», la peristasis aurait eu 13 colonnes, et non pas 17 comme le proposait Fr. Krauss.

13Cette lecture permettrait d’expliquer certaines étrangetés demeurées incomprises :

  • pourquoi n’a-t-on retrouvé que 12 métopes de la série récente sur un ensemble qui en aurait comporté 92 selon Fr. Krauss, soit 13% seulement, alors que près d’une quarantaine sur 64, soit 60% environ, sont connues pour la série ancienne ? Cette disproportion n’est explicable que si les nouvelles métopes étaient, dès l’origine, sensiblement moins nombreuses que les anciennes. Dans la perspective que nous proposons, il y aurait eu place pour 28 métopes de la série récente.

  • voudrait-on expliquer ces différences par les hasards des fouilles, on se heurterait au fait que la plupart des métopes des deux séries ont été découvertes remployées dans les mêmes constructions (mises à part les trois métopes archaïques de l’édifice carré).

    • 18 Heraion II, p. 98
    • 19 S. Stucchi, Nota introduttiva sulle correzioni attige nell’arte greca fino a Mirone, ASAtene XIV-XV (...)
    • 20 M. C. Conti, Il più antico fregio dello Heraion del Sele, Turin 1992, p. 96-108.

    déjà les détails techniques signalés par P. Zancani Montuoro pour les métopes archaïques, retailles, cavités à l’arrière18, les observations faites par S. Stucchi19, encourageaient l’idée qu’elles aient pu être remployées, et cette hypothèse n’a pas été exclue dans l’étude minutieuse de M.C. Conti20. Toutes ces observations trouveraient dans notre lecture à la fois une justification et une confirmation.

Notes

1 La découverte du sanctuaire par P. Zancani Montuoro et U. Zanotti Bianco a fait l’objet d’une publication préliminaire dans les Not. Sc. XV, 1937, p. 207-354. Celle-ci a été suivie en 1954 par les deux volumes Heraion alla Foce del Sele, Rome (abrégés infra en Heraion), par les mêmes auteurs, avec la collaboration de Fr. Krauss pour l’architecture. La reprise de chantier en 1987 dans le secteur du « thesauros » a donné lieu à plusieurs publications, parmi lesquelles : J. de La Genière, G. Greco, Note sur le sanctuaire du Sele, CRAI 1994, p. 305-314; Riflessioni intorno al c.d. thesauros, L’incidenza dell’Antico, Napoli 1996, p. 455-467, pl. I-III. J. de La Genière, Premiers résultats des nouvelles fouilles de l’Heraion de Foce Sele, in : Hera, Images, Espaces, Cultes, Lille 1993, Naples CJB 1997, p. 173-179 ; G. Greco, Des étoffes pour Héra, ibid., p. 185-200 ; M. Dewailly, Quelques aspects du culte d’Héra d’après les terres cuites, ibid., p. 201-210.

2 Les sondages de l’autel B ont mis au jour plusieurs zones de cendres ; celles-ci ont été recouvertes par un autel construit avec des blocs équarris dont nous n’avons trouvé que des négatifs rectilignes. Ce premier autel de pierre a été remplacé par celui qui est encore visible, l’autel B, rectangulaire. L’autel A, en revanche, a été construit sur le terrain vierge ; il est vraisemblablement contemporain du dernier état de l’autel B au ve siècle av. J.-C.

3 Sondages 5600 (le plus à l’est) et 7200. J. de La Genière, G. Greco, R. Donnarumma, L’Héraion de Foce del Sele, découvertes récentes, CRAI 1997, p. 333-350.

4 Nous n’entrons pas ici dans la discussion concernant la longueur du pied paestan. Nos mesures ayant été prises dans des tranchées de terre, et non pas sur des structures de pierre, elles impliquent inévitablement un certain degré d’imprécision. Soulignons que la longueur des tranchées préparées était double de leur largeur.

5 J. de La Genière, G. Greco, R. Donnarumma, D. Theodorescu, L’Heraion du Sele, nouvelles découvertes, CRAI 1999, p. 501-508. Signalons que, à la suite d’une erreur, le plan en couleur publié dans cet article est celui d’une hypothèse antérieure, déjà abandonnée en 1999.

6 Fr. Krauss, Heraion I, p. 83.

7 Sondage 250.

8 H.J. Kienast, Fundamentieren im schwierigen Gelände, Bautechnik der Antike, Mayence 1990, p. 123-126.

9 Long, krepi : 38,56 m. Larg. : 18,32 m.

10 Fr. Krauss, op. cit., p. 92. et 104.

11 Ibid., p. 92.

12 Le compte précis est rendu difficile par la présence de fragments. P. Zancani a publié 35 métopes dans le volume Heraion II. Les trois métopes découvertes dans l’édifice carré ont porté le nombre total à 38, AMSMG, N.S. V, Rome 1964, p. 57-95, pl.

13 Heraion II, p. 69-75.

14 Heraion II, p. 141-165.. P. Zancani Montuoro, Altre metope scolpite dello Heraion, AMSMG N.S. i, 1958, p. 7-29, tav. I-VII.

15 Hauteur : entre 81,7 et 86,4 cm pour les métopes nouvelles; entre 76,6 et 88,2 cm pour les plus anciennes.

16 Mesures moyennes du couple métope + triglyphe : 0,74 + 0, 45 m = 1,19 m

17 Héraion pl. X.

18 Heraion II, p. 98

19 S. Stucchi, Nota introduttiva sulle correzioni attige nell’arte greca fino a Mirone, ASAtene XIV-XVI, 1952-54, p. 23-73.

20 M. C. Conti, Il più antico fregio dello Heraion del Sele, Turin 1992, p. 96-108.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les structures du sanctuaire de Foce Sele mises au jour lors des fouilles de P. Zancani Montuoro et U. Zanotti Bianco.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2. Restitution du plan du « temple des métopes archaïques», ou temple 1 (en bleu), sous le « temple majeur», ou temple 2 (en rose).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 3. Plan du temple de l’Heraion du Sele Gris pour le « temple des métopes archaïques » ou temple 1. Rouge pour le « temple majeur », ou temple 2 ; mais bleu pour la frise des longs côtés nord et sud pour lesquels métopes et triglyphes du temple 1 auraient été, selon notre hypothèse, réutilisés.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteur

Membre de l’Institut

Dinu Theodorescu

© Publications du Centre Jean Bérard, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540