Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanctuaires et sources

 | 
Olivier de Cazanove
, 
John Scheid

Sanctuaire des eaux, sanctuaire de sources, une catégorie ambiguë : l’exemple de Jebel Oust (Tunisie)

Aïcha Ben Abed et John Scheid

Texte intégral

The violence and variety of my complaints... engaged Mrs Porten,
with the advice of physicians, to conduct me to Bath ;...A strange
nervous affection which alternately contracted my legs, and produced
without any visible symptoms the most excrutiating pain, was inef
fectually opposed by the various methods of bathing and pumping.

E. Gibbon, Memoirs of my life

  • 1 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine. IV. Les monuments des eaux. I. Aqueducs, thermes. I (...)
  • 2 Ainsi les thermes de Lutèce, Rennes, Lillebonne et Bavai ont été identifiés à des sanctuaires guéri (...)
  • 3 J.-J. Hatt, “Apollon guérisseur en Gaule. Ses origines, son caractère, les divinités qui lui sont a (...)
  • 4 Voir C. Bourgeois, Divona. I. Divinités et ex-voto du culte gallo-romain de l’eau, Paris, 1991, p. (...)

1Ceux qui veulent faire un catalogue rapide des lieux de culte de la Gaule romaine savent qu’ils doivent chercher les temples et enclos cultuels dans le volume qu’Albert Grenier a consacré aux Monuments des eaux1. Ce parti-pris reflète une tradition bien installée en France. Depuis le xixe siècle, en effet, sans doute sous l’influence combinée du thermalisme et des pélerinages chrétiens vers les sanctuaires de campagne, les archéologues et historiens avaient tendance à voir des sanctuaires des eaux partout2. La diffusion de la phénoménologie religieuse encouragea, s’il était nécessaire de le faire, cette inclination, d’autant plus que de cette manière, l’historien expliquait de façon apparemment rationnelle ce qui dans les religions de l’antiquité semble irrationnel. En allant dans les lieux de culte situés à la campagne, les Anciens y auraient cherché avant tout la guérison. On a pu écrire que les sanctuaires des eaux étaient comme les Centres Hospitaliers Universitaires de l’époque moderne3. Et de donner comme arguments les sceaux d’oculistes, les quelques instruments médicaux trouvés, et les ex-voto représentant des corps ou des organes, dont certaines maladresses d’exécution étaient interprétées comme autant de malformations guéries par les dieux4.

  • 5 M. Guérin-Beauvois, “Le thermalisme romain, aspects sociaux et culturels aux deux premiers siècles (...)

2Nous ne voulons pas revenir à cette question, qui a fait l’objet d’une thèse récente5. La critique de la surinterprétation des sanctuaires dits de sources ne sous-entend pas qu’il n’existe pas de sanctuaires de source ou de sanctuaire guérisseur. Au contraire, mais ces catégories, qui ne coïncident pas forcément, posent plusieurs problèmes de définition que nous voudrions examiner à propos des cultes de sources. Comment, en effet, identifier un culte de source ?

  • 6 Voir pour ceci J. Scheid, Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte pub (...)

3L’existence d’une source, d’un nymphée ou de thermes ne suffit pas pour attribuer cette qualité à un lieu de culte. L’eau, en effet, était nécessaire dans le culte, pour les purifications et éventuellement pour la cuisine sacrificielle. Dans certains cas elle a pu être apportée d’un puits ou d’une source situés à quelque distance, mais généralement l’équipement de base d’un sanctuaire comportait un point d’eau. D’autre part, les thermes appartenant à un lieu de culte n’étaient pas (nécessairement) des lieux de cure médicale, mais servaient le plus souvent, banalement, à la purification préalable au culte ou au bain traditionnel préalable au repas sacrificiel. L’exemple le plus clair de la relation entre thermes et culte est offert par les rites du collège arvale. Le sacrifice à Dea Dia dure trois jours. Le premier et le dernier jour, il est célébré à Rome dans la demeure du magister ; le deuxième jour, les arvales se rendent au bois sacré de la déesse, situé à environ sept kilomètres de Rome, à la campagne. Les trois jours, ils se baignent. A Rome, le sacrifice consiste en un banquet au cours duquel des sacrifices sont célébrés, au sanctuaire, le sacrifice comprend plusieurs offrandes d’animaux, et culmine dans le sacrifice d’une agnelle, dans le bois sacré. Or à chaque fois, les arvales se baignent avant de commencer les rites sacrificiels : à Rome avant de se mettre à table, au bois sacré, après être arrivés et avant de commencer le sacrifice central. Le bain est donc un rite de purification préalable au culte, et non un rite des eaux. C’est ce que prouve le fait qu’à Rome, les arvales se baignent dans les bains de la résidence du magister, qui peuvent difficilement être considérés comme des bains guérisseurs6.

Comment donc identifier un authentique sanctuaire de source, et comment l’interpréter ?

  • 7 O. de Cazanove, “Ex-voto de l’Italie républicaine sur quelques aspects de leur mise au rebut”, dans (...)
  • 8 Voir par exemple J. Scheid, Commentrii fratrum arvalium qui supersunt. Les copies épigraphiques des (...)
  • 9 ILS 4569, voir Scheid, cit. supra n. 2, p. 27-39.

4Certains sanctuaires de source sont clairement reconnaissables grâce à des inscriptions ou des aménagements architecturaux. Mais tel n’est généralement pas le cas. Souvent l’identification se fait d’après des indices très fragiles, notamment les ex-voto. Mais ceux-ci sont tout sauf clairs7. Des ex-voto organiques renvoient généralement à des divinités salutaires – ce qui ne signifie pas forcément guérisseuses. Mais passons sur l’ambiguïté de beaucoup de ces organes ou membres pour admettre que la présence en grand nombre de ces ex-voto permet de considérer le lieu de culte comme guérisseur. Car il ne faut pas considérer toutes les divinités comme des spécialistes de la guérison ou de la santé. Toutes les divinités peuvent guérir par leurs pouvoirs propres, même si elles ne le font pas de la même manière. Quand, par exemple l’empereur est malade, on invoque la triade capitoline8 ; une autre inscription découverte dans le grand sanctuaire trévire du Martberg rend compte d’une guérison survenue grâce à Lenus Mars9, dont la fonction n’est certainement pas d’être un dieu médecin. Avant donc d’identifier un lieu de culte à un sanctuaire guérisseur, il faut disposer d’arguments solides et fondés sur une réelle critique des sources. De toute façon, et c’est cela qui nous intéresse ici, un dieu qui guérit et soulage ne le fait pas nécessairement et automatiquement par l’eau et par une source. Il faut donc éviter d’établir une relation systématique entre les deux.

  • 10 On citera par exemple ceux de Bath, de Hochscheid et de Wallenborn (près de Trèves), les sources de (...)

5L’identification des sanctuaires des sources pose un deuxième problème, directement lié au premier : celui des conditions de la découverte. Les sanctuaires de source bien fouillés et publiés ne sont pas légion10, et généralement l’historien se débat avec de vagues affirmations d’archéologues amateurs et sur des publications approximatives voire complètement insuffisantes. Autrement dit, les conditions de la fouille et de l’étude des vestiges ne donnent jamais satisfaction, et bien souvent c’est plutôt l’existence d’un puits, de thermes ou d’une source qui sert d’argument à l’identification d’un sanctuaire de source qu’une analyse fondée sur des indices indiscutables.

  • 11 Ce site est actuellement fouillé par une mission franco-tunisienne dirigée par Aïcha Ben Abed (Inst (...)

6L’exploration précise de sanctuaires de source est donc indispensable, si l’on veut décréditer une fois pour toutes le mythe historiographique des “sanctuaires guérisseurs des eaux”. Ainsi, un lieu de culte situé en Tunisie actuelle permet de faire des observations précises, qui illustrent parfaitement ce que l’on pouvait savoir de l’étude des textes et de quelques données de fouille livrées par des enquêtes professionnelles : l’ensemble de Jebel Oust11, situé à trente-deux kilomètres au sud-ouest de Tunis, sur la route de Zaghouan (fig. 1).

Fig. 1. Situation de Jebel Oust (d’après H. Ben Bassen, L. Maurin, Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Bordeaux, Paris, Tunis 1998.

Localisation et nature du site

  • 12 H. Ben Bassen, L. Maurin (éd.), Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Bo (...)
  • 13 Atlas archéologique de la Tunisie (série au 1/50 000), fol. 30 (XXVIII), n° 136 ; M. Fendri, “Évolu (...)

7La première question que ce site pose concerne sa localisation et sa nature. Le toponyme demeure inconnu. Il pourrait s’agir du site d’Onellana, mentionné sur la Table de Peutinger à égale distance de Oudhna et de Thuburbo Maius, mais il n’existe aucune certitude à ce propos12. Signalé pour la première fois en 1862, le site n’a été l’objet de fouilles qu’en 1907, après la (re)découverte de la nappe phréatique à 55° par un prospecteur minier. Le bassin circulaire et la grande piscine rectangulaire dont les colonnes émergeaient de terre furent hâtivement fouillés par des militaires. Le site fut ensuite oublié jusque vers 1960, quand Mohammed Fendri dégagea les trois ensembles actuellement visibles, les thermes, le secteur du temple et les citernes. Le site fut l’objet de quelques publications préliminaires, mais demeure toujours inédit pour l’essentiel13.

8Situé sur le flanc d’une colline regardant l’est, le site comprend deux zones principales (fig. 2) : les bâtiments construits autour du point de surgissement de la source chaude, et un réseau de trois citernes longeant le lieu saint au sud. Ces citernes, qui ne dérivaient qu’une partie minime de leur eau potable vers le site antique, étaient vraisemblablement destinées à servir de prise d’eau secondaire et de réserve à l’aqueduc de Carthage qui passe à 2 km au nord du site.

9La seconde question que pose ce site concerne son statut. S’agit-il d’un sanctuaire de campagne isolé, d’un lieu de culte entouré par quelques habitats, voire d’un vicus ? Et à quelle cité appartient-il ? D’après L. Maurin, le lieu serait situé sur le territoire de la colonie d’Oudhna, ce qui est possible. De toute façon, et cela nous suffira ici, le lieu de culte jouxte les confins de Oudhna avec le territoire de plusieurs autres cités : Giufi, Thuburbo Maius, Sutunurca. Nous sommes donc en présence d’un sanctuaire de confins, autre catégorie archéologique fameuse, mais peu connue encore de manière précise sous l’Empire, faute de documents satisfaisants. En outre, notre lieu de culte est un sanctuaire de campagne, situé sur le territoire. Les explorations des années à venir essaieront d’établir s’il s’agit essentiellement d’un lieu de culte, ou s’il faut parler d’une structure plus complexe.

Fig. 2. Le site de Jebel Oust (plan Mission archéologique franco-tunisienne de Jebel Oust).

  • 14 Voir N. Duval, “Église et temple...”, cit. supra n. 13, p. 290-292.

10Le site s’est développé à partir du phénomène naturel d’une source chaude, surgissant sur la pente du Jebel Oust (fig. 3). Un lieu de culte a été construit autour de cette source. Au début, celui-ci comprenait uniquement une cour, un temple jouxtant ou surplombant la source – on ne peut le dire avec certitude à l’heure actuelle – et, à l’extérieur de l’enceinte, une citerne d’eau potable. La source chaude était acheminée par une canalisation vers la vallée. Dans un deuxième temps, un temple monumental fut érigé au-dessus du puits de la source, la cour fut agrandie et flanquée de deux portiques monumentaux. Les dates absolues de ces aménagements ne sont pas encore connues, mais on peut dater les deux œuvres entre le début de notre ère et le iiie siècle (fig. 4). Dans l’Empire tardif, une église a été construite au nord du portique, et la cella du temple a servi de baptistère14.

  • 15 M. Fendri, “Djebel-Oust. Quelques aspects...”, cit. supra n. 12, p. 6 : « Ultérieurement agrandi pa (...)
  • 16 Un fragment d’une autre statue de Hygie a été trouvé dans la partie inférieure du site. Voir Fendri (...)

11La divinité titulaire du temple reste inconnue. On a parlé d’Esculape, parce que des statues d’Esculape et de Hygie ont été trouvées dans une des annexes du temple15. Il s’agit toutefois de statues de taille inégale, relativement petites (fig. 5), qui pourraient provenir d’une chapelle secondaire. En outre, elles ont été retrouvées dans les couches d’abandon d’une pièce aménagée au cours d’une phase tardive du sanctuaire. Enfin, il n’existe aucune donnée précise sur leur découverte. Donc à l’heure actuelle il peut aussi bien s’agir d’une divinité de source, avec une chapelle annexe consacrée au couple Esculape-Hygie, que d’un sanctuaire du dieu médecin16, et il est prématuré pour se prononcer.

Fig. 3. Jebel Oust. Puits de la source et temple (photo Mission archéologique franco-tunisienne de Jebel Oust).

12Une voie coupée de plusieurs volées d’escaliers débouche, une centaine de mètres plus bas, sur une place à portiques, contemporaine du deuxième aménagement du temple. À ce portique s’adossent des thermes alimentés par la source chaude. De ce fait, on n’y trouve pas le classique caldarium, mais des salles pourvues en eau par une unique source, chaude. Ce ne fut que dans une phase ultérieure que le complexe fut doté de citernes d’eau froide et comportait également un frigidarium.

Fig. 4. Jebel Oust. Plan du lieu de culte (plan Mission archéologique franco-tunisienne de Jebel Oust).

13Enfin, au pied de cet ensemble monumental, une résidence présentant à l’heure actuelle de nombreux sols mosaïques, dont certains datent du ve siècle, témoigne de la dernière phase du site. Le temple était à cette date en ruine, et en tout cas réutilisé comme baptistère pour une basilique construite au nord de l’ancien lieu de culte. Une deuxième église est attestée à côté des thermes.

Que peut apprendre ce site sur la nature des sanctuaires de source ?

14La source chaude est à l’évidence à l’origine du site, car toutes les constructions sont orientées d’après elle : les temples successifs avec leurs cours, le clivus, le portique, les thermes. Ce n’est d’ailleurs pas la seule source du site. Une citerne d’eau douce alimentait le complexe cultuel à partir d’une citerne située à l’ouest du temple (fig. 2, n° 1). Mais contrairement à la source chaude, cette source d’eau froide possédait apparemment un statut différent de la source thermale. Provenant d’une dérivation de la grande citerne située en marge du site, elle alimente un bassin du premier sanctuaire, situé à l’angle sud-est de l’enceinte, et à l’extérieur de celle-ci (fig. 2, n° 2), qui devait servir pour puiser l’eau nécessaire aux ablutions et autres besoins cultuels. En tout cas, il existe une différence très nette avec le traitement de la source chaude.

Fig. 5. Les statues d’Esculape et de Hygie (cliché de possédait apparemment un statut différent de la l’Institut National du Patrimoine).

Fig. 6. Le temple de Villards d’Héria et ses annexes (d’après A. Olivier et J.-P. Adam, dans Villards d’Héria, un sanctuaire romain, Lons-le-Saunier 2000).

15La source surgissait à environ six mètres de profondeur devant le temple. Le point de surgissement a été monumentalisé dès le premier temple, puisqu’un édifice a été construit sur ou dans l’axe de ce puits, artificiellement aménagé pour accueillir des substructures ; plus tard, un nouveau temple et un portique furent construits au-dessus du premier aménagement. En tout cas la source elle-même était entièrement inaccessible à cet endroit. Dans l’état actuel des recherches, on peut supposer qu’un regard avait été aménagé, qui permettait de voir l’eau au fond du puits. Il convient toutefois de noter qu’à l’heure actuelle nous n’avons recueilli aucune information sur la découverte de monnaies ou d’autres offrandes au fond du puits de surgissement. On cherchera un parallèle dans l’aménagement situé devant le temple de Villards d’Héria, dans le Jura (fig. 6).

  • 17 Le matin, le soir et par temps frais, une épaisse vapeur devait s’échapper par ce regard.

16La source continuait d’être hors portée au-delà de la cour du temple, puisqu’une canalisation située à cinq-six mètres de profondeur la portait le long du clivus vers un distributeur (fig. 2, n° 3) situé au sud du départ monumentalisé de la montée vers le temple. De cette chambre de distribution, l’eau thermale était conduite, sous la rue nord-sud, qui sépare l’entrée vers le clivus du portique, vers les thermes, par un canal qui a laissé une épaisse couche de dépôts. Par conséquent, l’aménagement architectural et hydraulique du lieu de culte prouve de façon certaine, même dans l’état actuel de nos explorations, que l’eau de la source chaude n’était pas accessible tant qu’elle se trouvait dans les limites du lieu de culte, tel qu’il paraît délimité par l’escalier et l’entrée vers le clivus à l’est, les limites nord et sud du clivus et la cour du temple. Ce n’est que lorsqu’elle a quitté cet espace que l’eau thermale est accessible. On notera également que c’est à partir du temple, et davantage encore à partir de la chambre de distribution, que l’eau thermale est “contrainte”, de sorte qu’elle ne peut plus être appelée naturelle. Désormais elle est domestiquée et dominée par l’homme, alors que dans la cour du temple, on se bornait à la recueillir. Par sa chaleur et par les vapeurs qui devaient monter le long des parois du puits, rougies par les émanations ferrugineuses de la source, pour s’échapper par le regard que nous avons mentionné plus haut17, la source constituait un phénomène étonnant, surnaturel. Un lieu de culte est aménagé autour de ce phénomène, et un culte rendu à la source ou à son propriétaire divin. Dans les thermes eux-mêmes, alimentés par l’eau thermale, nous n’avons pour l’heure découvert aucun indice ni aménagement cultuels. Selon toute vraisemblance, c’est un lieu entièrement profane, utilisant l’eau thermale pour sa température et éventuellement ses qualités minérales, pour autant que les utilisateurs s’en rendaient compte.

  • 18 Plin., Epist. 8, 8, 5 sq. : ... quod ponte transmittitur. Is terminus sacri projanique : in superio (...)
  • 19 Voir B. Cunliffe, Roman Bath discovered, Londres 19842.

17Comme parallèles de cet aménagement, on citera la description des indubitables sanctuaires des sources, celui du Clitumne par Pline le Jeune, ceux-de la source de Bath ou des Sources de la Seine. Dans tous ces cas, et il y en a d’autres, il existe une distinction très nette entre la source, dans laquelle l’homme ne peut pas pénétrer en raison du caractère sacré de cette eau, et le parcours ultérieur de la source, généralement marquée par une limite : au sources du Clitumne et à celles de la Seine par un pont18, à Bath par un mur séparant la source de son utilisation profane dans les thermes19.

18Le lieu de culte de Jebel Oust encourage donc l’archéologue à regarder et à analyser ce qu’il a sous les yeux, avant de se lancer dans les théories. C’est l’aménagement même du terrain qui donne les premières réponses aux questions que peut poser l’existence d’une source thermale. Toutes les questions ne sont pas résolues pour autant. On doit se demander par exemple, si la fréquentation des thermes de ce site différait de celles des thermes équipant d’autres grands lieux de culte. Servaient-ils uniquement à la purification, ou bien y pratiquait-on des bains salutaires voire guérisseurs, bienfait de la divinité patronne du lieu ? L’avenir le dira peut-être. En tout cas, le site de Jebel Oust démontre, s’il en était besoin, que les sanctuaires de source existent, mais qu’ils ne correspondent pas à l’idée que nous pouvons nous en faire.

Notes

1 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine. IV. Les monuments des eaux. I. Aqueducs, thermes. II. Villes d’eau et sanctuaires de l’eau, Paris, 1960.

2 Ainsi les thermes de Lutèce, Rennes, Lillebonne et Bavai ont été identifiés à des sanctuaires guérisseurs, voir pour le détail et la bibliographie J. Scheid, “Épigraphie et sanctuaires guérisseurs en Gaule”, MEFRA, 104, 1992, p. 25-40.

3 J.-J. Hatt, “Apollon guérisseur en Gaule. Ses origines, son caractère, les divinités qui lui sont associées etc.”, dans A. Pelletier (éd.), La médecine en Gaule. Villes d’eau, sanctuaires des eaux (1983), Paris 1985, p. 205-238, part. p. 206.

4 Voir C. Bourgeois, Divona. I. Divinités et ex-voto du culte gallo-romain de l’eau, Paris, 1991, p. 150-159.

5 M. Guérin-Beauvois, “Le thermalisme romain, aspects sociaux et culturels aux deux premiers siècles de l’Empire” (Thèse de doctorat, Université d’Aix-en-Provence, décembre 2000). Voir aussi J. Scheid, “Sanctuaires et thermes sous l’Empire”, Les thermes romains, (Coll. EFR, 142), Rome, 1991, p. 205-216 ; Id., “ Épigraphie et sanctuaires guérisseurs”, cit. supra n. 2.

6 Voir pour ceci J. Scheid, Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs, (BEFAR, 275), Rome, 1990, p. 531 sq. ; p. 564. Pour les thermes des arvales, H. Broise, J. Scheid, et alii, Recherches archéologiques à La Magliana. Le balneum des frères arvales, (Collection Roma Antiqua, vol. 1), Rome, 1988.

7 O. de Cazanove, “Ex-voto de l’Italie républicaine sur quelques aspects de leur mise au rebut”, dans J.-L. Brunaux éd., Les sanctuaires celtiques et le monde méditerranéen, Paris, 1991, p. 203-214.

8 Voir par exemple J. Scheid, Commentrii fratrum arvalium qui supersunt. Les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie arvale (21 av.-304 ap. J.-C), (Collection Roma antica, vol. 4), Rome, 1998, n° 22, 1. 26 (54 apr. J.-C.) et n° 30, I gh, 1. 10 (66 apr. J-C)

9 ILS 4569, voir Scheid, cit. supra n. 2, p. 27-39.

10 On citera par exemple ceux de Bath, de Hochscheid et de Wallenborn (près de Trèves), les sources de la Seine, et bien sûr pour les restitutions, le sanctuaire de Zaghouan.

11 Ce site est actuellement fouillé par une mission franco-tunisienne dirigée par Aïcha Ben Abed (Institut National du Patrimoine) et John Scheid (Collège de France).

12 H. Ben Bassen, L. Maurin (éd.), Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Bordeaux-Paris-Tunis 1998, p. 212.

13 Atlas archéologique de la Tunisie (série au 1/50 000), fol. 30 (XXVIII), n° 136 ; M. Fendri, “Évolution chronologique et stylistique d’un ensemble de mosaïques dans une station thermale à Djebel Oust (Tunisie)”, dans La mosaïque gréco-romaine (Colloque du CNRS 1963), Paris, 1965, 157-173. Le texte des deux conférences est déposé à l’INP à Tunis. Il s’agit de M. Fendri, “Djebel-Oust. Quelques aspects du thermalisme à travers les siècles”, 9 pages, et d’une version antérieure, qui a été donnée lors d’un séminaire tenu à Korbous en 1963 : M. Fendri, Contribution à l’étude du thermalisme à travers les siècles [Jebel Oust] “, dans Séminaire ‘Tourisme et Santé”, Korbous, juin 1963, n° spécial de La Gazette touristique de Tunisie, p. 88-91. Voir aussi N. Duval, “Église et temple en Afrique du Nord. Note sur les installations chrétiennes dans les temples à cour. À propos de l’église dite de Servius à Sbeitla”, BCTHS n. s. 7, 1971, p. 265-296, part. p. 290-292.

14 Voir N. Duval, “Église et temple...”, cit. supra n. 13, p. 290-292.

15 M. Fendri, “Djebel-Oust. Quelques aspects...”, cit. supra n. 12, p. 6 : « Ultérieurement agrandi par l’ajout de deux ailes latérales et d’une cour à péristyle, le sanctuaire fut alors dédié à Esculape et à sa fille et collaboratrice, Hygie, dont les statues gisaient dans l’une des salles. »

16 Un fragment d’une autre statue de Hygie a été trouvé dans la partie inférieure du site. Voir Fendri, “Djebel-Oust. Quelques aspects...”, cit. supra n. 13, p. 6-7 : « On remarquera qu’un fragment d’une autre statue d’Hygie a été découvert dans un sanctuaire bien plus ancien [que celui situé sur la terrasse supérieure] qui donnait accès sur la place des thermes, alors vierge de toute construction. Il est probable que ce temple précéda celui du secteur cultuel supérieur, ou, durant un certain temps, exista conjointement avec le sanctuaire consacré à la Source-Nymphe. » Nous n’avons pas encore découvert de trace de ce sanctuaire plus ancien. En outre on note que M. Fendri pensait également à une attribution du temple supérieur à une divinité de source.

17 Le matin, le soir et par temps frais, une épaisse vapeur devait s’échapper par ce regard.

18 Plin., Epist. 8, 8, 5 sq. : ... quod ponte transmittitur. Is terminus sacri projanique : in superiore parte nauigare tantum, infra etiam natare concessum ; pour les Sources de la Seine, voir C. Bourgeois, Divona. II. Monuments et sanctuaires du culte gallo-romain de l’eau, Paris 1992, p. 15 sqq.

19 Voir B. Cunliffe, Roman Bath discovered, Londres 19842.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation de Jebel Oust (d’après H. Ben Bassen, L. Maurin, Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Bordeaux, Paris, Tunis 1998.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 2. Le site de Jebel Oust (plan Mission archéologique franco-tunisienne de Jebel Oust).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3. Jebel Oust. Puits de la source et temple (photo Mission archéologique franco-tunisienne de Jebel Oust).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4. Jebel Oust. Plan du lieu de culte (plan Mission archéologique franco-tunisienne de Jebel Oust).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5. Les statues d’Esculape et de Hygie (cliché de possédait apparemment un statut différent de la l’Institut National du Patrimoine).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6. Le temple de Villards d’Héria et ses annexes (d’après A. Olivier et J.-P. Adam, dans Villards d’Héria, un sanctuaire romain, Lons-le-Saunier 2000).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

Auteurs

Institut National du Patrimoine (Tunis) / Collège de France

Institut National du Patrimoine (Tunis) / Collège de France

© Publications du Centre Jean Bérard, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540