Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chevalier Volaire

 | 
Émilie Beck

Volaire dans son temps

Texte intégral

1Au terme de cette étude, que nous ont appris du chevalier Volaire la lecture des travaux antérieurs, la consultation des archives, l’examen des œuvres picturales ? Sur le peintre lui-même, son parcours, son milieu familial et professionnel ; sur la communauté française du temps de Ferdinand IV ; sur le petit cercle des mécènes, peintres et voyageurs du “Grand Tour” ; sur la ville de Naples, aristocratique et populaire, raffinée et famélique ; sur la veduta et ses nouvelles tendances ; sur le Vésuve, entre crainte et fascination ; sur l’œuvre peint du chevalier et sa place dans l’histoire de l’art ?

2De la vie du chevalier, malgré l’ombre qui dérobe encore quelques détails (dont l’origine de son titre), nous connaissons désormais toute la trame. Sa jeunesse sur les pas de Vernet, son départ pour Rome étaient déjà familiers, mais de sa vie napolitaine les historiens n’avaient pratiquement rien révélé, ignorant jusqu’à la date de sa mort. À Naples, Volaire devint un artiste reconnu, aisé, jalousé, bien établi dans la société, marié et père de famille, chef d’une maison peuplée de familiers et de parents. Il y fréquenta le milieu culturel sur lequel régnait Hamilton, rencontra les ambassadeurs de sa nation, travailla pour les voyageurs du “Grand Tour”, vendant Éruptions du Vésuve, gravures et dessins, servant à l’occasion de cicerone aux passionnés d’archéologie et d’intermédiaire aux collectionneurs de vases antiques.

3Établi sur la Riviera di Chiaia, face au golfe animé par le balancement des voiles, les vibrations du soleil de midi, les pâles reflets de lune, les appels des marins et des débardeurs, comment n’aurait-il pas été tenté par l’envie de peindre cette lumière, cette vie, ces gestes, ces cris, cette foule bigarrée, fut-ce en ne leur accordant qu’un rôle secondaire ?

4Il n’était pas le seul voyageur séduit par le paysage de la riche Campanie, la découverte des cités ensevelies, la révélation de Paestum, ou l’activité mercantile de cette grande ville méditerranéenne alors en plein essor. Nous avons tâché de dessiner les contours d’une communauté française régie par les ambassadeurs et les chargés d’affaires, Breteuil, Cacault, Denon. Le pensionnaire de l’Académie y voisine avec le marchand de couleurs, l’amateur d’art avec le négociant, l’artiste de passage - Etienne Giraud ou Jean-Pierre Péquignot- avec le curieux et l’antiquaire. Si leurs lieux de rencontre et de résidence ne constituent pas pour autant un “quartier français” cohérent, Naples garde toutefois de leur présence une empreinte, un esprit qui participent à sa nature cosmopolite, à sa vocation d’échange, à sa tradition d’ouverture.

5Quel faisceau d’impérieuses raisons poussait vers cette Italie du sud la petite colonie des peintres français et étrangers ? Naples leur offre en cette seconde moitié du XVIIIe siècle bien des motifs de voyage que nous avons cherché à évaluer. Le paysage d’abord, homérique ou virgilien, parsemé de ruines antiques et d’auberges rurales, ponctué de pins verts et de lauriers roses, avec des échancrures vers les golfes et, au loin, le panache de fumée du Vésuve. Alors que s’épuise le paysage héroïque et romain dans le goût des artistes et du public, la Campanie propose une vision pittoresque de la veduta, sa forme moderne, qui convient tant à l’esprit du temps. L’habileté du chevalier Volaire, et de quelques autres, est d’avoir compris ce grand retour de la nature et d’avoir su initier le renouvellement du genre.

6Mais il y a encore les opportunités du marché de l’art. Cette époque se situe à un moment de transition dans les rapports entre l’artiste et son commanditaire, et la situation de Volaire est sur ce plan exemplaire. Les académies jouent encore leur rôle comme elles l’ont fait par le passé, tout comme les mécènes. Commandes officielles et acquisitions princières constituent une part toujours importante de la vente. Mais l’on voit apparaître la liberté du marché et se profiler, entre le peintre et son client, l’intermédiaire, le marchand, l’antiquaire ; s’établir aussi le contact direct dans l’atelier ; et se développer la profitable répétition d’un motif à succès. Sur tous ces plans, Volaire s’y entendait et l’étude de ses comptes, la liste de ses acheteurs, le répertoire de ses tableaux sont à cet égard instructifs.

7L’actualité est enfin un mobile puissant. Les découvertes archéologiques, les indiscrétions de Winckelmann sur les collections royales napolitaines, ne lancent pas seulement la nouvelle mode pompéienne dans toutes les cours de l’Europe, elles suscitent aussi le désir de prolonger le voyage jusqu’à ce royaume auparavant quelque peu délaissé par les voyageurs du “Grand Tour". Townley en ramènera des vases grecs et des statues, Saint-Non un gigantesque album illustré, Goethe des dessins et des récits. Le réveil du volcan, ses éruptions spectaculaires, particulièrement celle de 1779, ne constituaient-ils pas un motif supplémentaire de curiosité dans le siècle de l’Encyclopédie où le public cultivé se passionnait pour la chimie, la géologie, les secrets du feu et la formation des montagnes.

8Face au terrifiant et grandiose volcan, dans les lueurs des éclairs, le fracas du tonnerre, le rougeoiement des laves, le visiteur croyait revivre le témoignage de Pline ou le drame des grandes catastrophes qui renversent les villes et annoncent le déclin des empires.

  • 503 Pline le Jeune, Lettres, livre VI, 20. Lettre à Tacite sur l’éruption de 79. Traduction de A.M. Gu (...)

9« Beaucoup élevaient les mains vers les dieux ; d’autres, plus nombreux, prétendaient que déjà il n’existait plus de dieux, que cette nuit serait éternelle et la dernière du monde [...]. Je pourrais me vanter de n’avoir laissé échapper ni un gémissement ni une parole marquant la faiblesse au milieu de tels dangers, si je n’eusse trouvé dans la pensée que je périssais avec le monde et le monde avec moi, chétif, une grande consolation à ma condition mortelle. »503.

10Volaire voulait ressusciter dans les mémoires le spectacle affreux et sublime des éruptions du Vésuve. Le peintre et le volcan se sont identifiés l’un à l’autre, à la veille du cataclysme de la Révolution française. Et de fait le succès de ses toiles gigantesques éclaboussées par les feux du volcan, baignées par la froide lumière de la lune, fut assuré par tous les curieux fortunés qui voulaient rapporter un souvenir de ces extraordinaires moments ou mettre à la mode le décor de leur salon. La fortune critique de son genre, les suiveurs, les gouaches, prolongèrent une génération encore la gloire de notre peintre. Mais il fut enseveli sous la poussière de l’oubli comme le furent, sous les cendres du volcan, les victimes de 79.

11Né dans l’atelier d’une famille de décorateurs toulonnais, Pierre-Jacques Volaire aurait pu demeurer toute sa vie un peintre local de décors éphémères. Il ne manquait cependant pas de talent, pour être remarqué par Joseph Vernet. Ce fut là, à 25 ans, sa première chance. Il devint, dans le sillage de son maître, un bon peintre de paysage, de marines, de cataclysmes aussi. D’avoir apporté à Rome ses aptitudes ne lui valut rien de plus. Il ne trouva pas sa place dans une capitale où les talents étaient nombreux... et meilleurs que le sien. Et la Ville ne lui offrait que ruines et antiquités, à lui qui rêvait des grands spectacles de la nature. Volaire serait donc resté “le simple imitateur de Vernet”, que la critique a fait de lui, s’il n’avait été un jour frappé par une éruption du Vésuve. À Naples, il trouve enfin, en son âge mûr, le sujet qui révèlera son talent. Si l’on a pu dire que Volaire a fait surgir le Vésuve dans la peinture en en faisant un sujet de représentation, qu’il a su en décliner toutes les nuances, en exprimer tous les aspects, l’inverse est également vrai. Car le Vésuve a fait de Volaire un peintre digne de figurer encore aujourd’hui dans les musées. Du Vésuve sont venus le succès, la reconnaisance des amateurs, la faveur du marché, mais non la gloire parisienne qu’il espérait.

12Si celle-ci lui manqua c’est que sa peinture se situait hors des normes du goût français. Elle n’était déjà plus “rocaille", elle ne se sentait pas “néoclassique". Son originalité, souvent mal comprise de l’époque, tenait au sens du drame et de la couleur. Volaire était déjà trop romantique pour plaire au XVIIIe siècle, mais il était encore trop pittoresque pour servir de modèle au XIXe.

13Qu’importe qu’il ait laissé peu de traces en France, puisqu’il exprime les sentiments, les intérêts et la culture de son siècle : le cosmopolitisme européen, le voyage, la curiosité, l’art et l’art de vivre, le goût de l’observation et celui de l’expérience, la sensibilité et la passion de la nature, l’angoisse du temps devant l’imminence des catastrophes. Ses “Vésuve” traduisent, sur un autre mode que celui des ruines, le sentiment de la fin des mondes.

Notes

503 Pline le Jeune, Lettres, livre VI, 20. Lettre à Tacite sur l’éruption de 79. Traduction de A.M. Guillemin, Paris 1955, p. 20.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540