Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chevalier Volaire

 | 
Émilie Beck

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur la famille Volaire à Toulon, voir le très précieux article de Charles Ginoux, Peintres, sculpt (...)
  • 2 Il est mentionné comme « Volaire le fils » pour le distinguer de son père. « Sous cette dénominati (...)

1Pierre-Jacques Antoine Volaire (1729-1799) est né à Toulon, le 30 avril 1729, dans une bastide du quartier Lamalgue et Mourillon, un faubourg de la ville situé sur la pointe orientale qui sépare la Petite Rade de la Grande (fig. 1). Il est issu d’une dynastie de peintres travaillant, au gré des commandes, pour l’arsenal, les églises et congrégations religieuses, la municipalité (commanditaire de décors éphémères lors des fêtes et des visites officielles)1. La variété des travaux exécutés par la famille Volaire a certainement familiarisé très tôt notre peintre avec diverses techniques et différents sujets, adaptés aux exigences de la clientèle. Dans l’atelier familial il reçut bien sûr un apprentissage technique (préparation des pigments, de la toile...), et participa également aux différentes étapes de la réalisation. Un règlement pour des travaux de restauration de deux grands tableaux de la cathédrale de Toulon atteste qu’il travaillait aux côtés de son père2. À l’exception de cette mention, le nom de Pierre-Jacques ne figure pas dans les archives, ce qui induit certainement un rôle secondaire sur les chantiers.

  • 3 Registre de l’impôt de capitation de 1701. Cf. Ginoux, C., 1893, p. 265.

2Le grand-père de Pierre-Jacques, Jean (v. 1660-1721), « maître peintre dans le port »3, réalisa essentiellement des tableaux et ornements pour les vaisseaux de la marine de Toulon. Mais il dut travailler également pour les églises, puisque la paroisse Saint-Louis conserve de lui une “Pietà”.

  • 4 Nous trouvons son nom dans les comptes trésoraires entre 1729 et 1766. Cf. Ginoux, C., 1893, p. 26 (...)
  • 5 Plusieurs auteurs attribuèrent faussement ce titre au chevalier Volaire. Nous remercions Madame Cl (...)
  • 6 Granges de Surgères, A. L. T. M. marquis de, Les artistes nantais... du Moyen-Âge à la Révolution. (...)

3Jacques-Auguste (1685-1768), le père de notre chevalier, était peintre officiel de la ville de Toulon4. À ce titre, il peignit des ornements, armoiries et arcs de triomphe pour divers événements (comme la naissance du Dauphin), ou pour des visites officielles (celles du comte de Mirepoix ou du prince de Conti par exemple). Il travailla également à la réalisation de bannières pour la confrérie du Corpus Domini, et à une “Adoration du Saint Sacrement” pour la cathédrale. Il exécuta aussi des portraits, comme celui de Madame Cauvière, bienfaitrice de l’hôpital du Saint-Esprit. En 1757, nous le trouvons à Nantes, comme premier maître de l’école gratuite de dessin5. Il restaura, dans ces années, les portraits des anciens maires de la ville et réalisa une “Vue de la bourse” et un “Plan de la ville de Nantes” qui fut dressé par François Cacault6.

4Tableaux d’autel, portraits, peintures décoratives, vues de ville – auxquels s’ajoutent des travaux alimentaires de restauration – constituent les champs d’activité de la famille Volaire. À la génération suivante, Pierre-Jacques se spécialisera dans le genre des marines, tandis que ses cousins, André et Marie-Anne, se consacreront respectivement à la peinture décorative (pour l’arsenal) et aux portraits. Dans le répertoire des Volaire la peinture de marine-sans exclure d’autres spécialités – figurait donc en bonne place.

5Qu’a retenu le jeune Volaire de sa formation familiale ?

6Sa vie dans le port et sur les chantiers de l’arsenal le familiarisa très tôt avec les scènes pittoresques de la grève (marins déchargeant leur marchandise, pêcheurs réparant leurs filets, marchandes vendant le poisson à la criée...). Elle lui enseigna également les multiples nuances que prennent la mer et le ciel aux différentes heures du jour, la lumière chaude et cristalline du Midi, la brume matinale, la torpeur méridienne, les nuits profondes éclairées par quelque feu de joie. Mais elle lui fournit aussi une bonne connaissance technique des bateaux (galères, tartanes, felouques...), répertoire indispensable à tout peintre de marine. Il acquiert ainsi dans ses contacts avec la vie populaire et colorée du port de Toulon, tout à la fois une sensibilité et un savoir artistiques.

  • 7 Manœuvre, L., Joseph Vernet (1714-1789). Les ports de France, Arcueil, Anthèse, 1994, p. 157 : « 1 (...)

7Ce sont probablement les talents du jeune Pierre-Jacques Volaire qui décident Joseph Vernet à l’engager en 1754 pour la série des “Ports de France”, commandée par le roi7 La collaboration des deux peintres devait durer huit ans au cours desquels Volaire perfectionna son métier. En 1762 il décida d’abandonner un travail d’assistant, qui le laissait dans l’ombre de son maître, et ne lui permettait plus de donner toute la mesure de son savoir-faire.

8Comme beaucoup d’artistes français avant lui, Volaire partit alors pour Rome, mais sans pension de l’Académie de France et sans autre viatique que les recommandations de Vernet. Il n’y fera en fait qu’un bref séjour de trois ans, entre 1764 et 1767.

9Faute d’avoir trouvé sa place au milieu d’un cercle d’artistes nombreux et talentueux, c’est donc à Naples qu’il va poursuivre sa carrière de peintre, au cours du dernier tiers du xviiie siècle. Et dans la capitale du royaume des Deux-Siciles un sujet va tout de suite retenir l’attention de notre védutiste : le Vésuve, figure topographique et emblématique de la ville.

10Volaire et le Vésuve... Pour qui connaît les oeuvres du chevalier, l’association du peintre et du volcan vient immédiatement à l’esprit. En effet, les tableaux conservés dans les musées français sont pour la plupart des représentations d’une éruption. Ce n’est pas naturellement son motif exclusif, puisque sa longue carrière l’a conduit à peindre, en France des marines et à Rome des paysages. Mais le volcan de Campanie a été si largement exploité par l’artiste qu’il occupe dans son oeuvre une place de premier plan. Ce choix est surprenant à double titre. En premier lieu, parce que les représentations de volcans et de paysages nocturnes sont presque absentes de la peinture française en cette seconde moitié du xviiie siècle. En second lieu, parce que Naples n’est pas la destination habituelle des peintres français, qui lui préfèrent Rome. Et sans doute Volaire serait-il resté dans la Ville Éternelle, si d’autres opportunités n’avaient sollicité son talent.

11Pourquoi donc Volaire s’est-il rendu à Naples ? Longtemps cette ville est restée à l’écart des chemins d’Italie, oubliée des artistes, négligée des curieux, fréquentée seulement par des marins et des ambassadeurs. La découverte des cités ensevelies sous les laves du Vésuve, la reprise d’activité du volcan, puis le flux incessant des voyageurs du “Tour” et une publicité savamment entretenue par les récits et les souvenirs, ont soudain reporté l’attention sur la cité parthénopéenne. Winckelmann court y admirer les antiques que livrent les fouilles d’Herculanum et de Pompéi. L’abbé Richard de Saint-Non, le fermier général Bergeret de Grandcourt, viennent y goûter la douceur de vivre, visiter les collections, découvrir la richesse et la variété des paysages napolitains. Quant aux artistes, ils vont s’y imprégner de la lumière méridionale et renouveler, dans la luxuriante Campanie, leur répertoire de motifs. C’est dans ce contexte que se situe le départ de Volaire pour “Parthénopé”.

12Ses intentions n’étaient peut-être que d’y faire un voyage, mais il s’y établit pour le restant de ses jours. Peu d’artistes ont pris une décision semblable. Il fallait que Volaire fût retenu par de puissants motifs et peut-être par l’irrésistible attrait du Vésuve.

  • 8 Cette périphrase est, depuis le xvie siècle (Bernardino Daniello, Venise, 1539), un lieu commun re (...)

13La ville, alors en plein essor, capitale d’un royaume indépendant, devenait l’une des métropoles européennes et offrait de multiples opportunités tant aux marchands et aux marins qu’aux artistes. Il fallait seulement faire sa place dans ce « paradis peuplé par des démons »8. Quel rôle y tint Volaire, dans une société qui mêlait une aristocratie progressiste, un clergé influent, une élite de lettrés et de savants, un peuple turbulent de pêcheurs et de lazzaroni ? Et quelle y fut sa place au milieu des artistes accourus de toute l’Europe ?

14La peinture de paysage rencontrait un succès croissant depuis que Van Wittel y avait développé la veduta et que ses successeurs la déclinaient en de multiples variations : vues de ville ou de campagne, marines, panoramas, tempêtes, cataclysmes. Ils en donnaient des interprétations variées : descriptive, pittoresque, dramatique et sublime. Ils proposaient de la fixer sur différents supports : toile, carton, papier. Et selon diverses techniques : gouache, aquarelle, peinture à l’huile.

15Le choix inattendu du chevalier Volaire de s’établir à Naples fut peut-être fortuit. Mais on peut aussi lui trouver un faisceau de raisons personnelles, économiques, culturelles, artistiques. La formation reçue auprès de sa famille et de Vernet, la présence d’une communauté française à Naples, la vitalité et l’émulation du milieu artistique permettent d’expliquer les motivations d’une carrière napolitaine.

16Quelles y ont été ses conditions d’existence ? Les archives permettent en partie de les appréhender. Les longues années qu’il passa dans la capitale des Deux-Siciles ont constitué un important chapitre de sa production picturale, et le chapitre essentiel. Le recensement et l’analyse de ses oeuvres sont le moyen de mieux cerner sa personnalité artistique. Et l’examen de sa clientèle nous introduit au coeur des problèmes liés à la production et au marché.

17Le Vésuve, avons-nous dit, fut sa principale préoccupation, mais aussi celle de nombreux savants, chercheurs, hommes de lettres, et de multiples concurrents. Quelle fut sa réaction face au volcan ? Celui-ci suscitait la crainte, excitait la curiosité, touchait la sensibilité. Et quelle interprétation choisit-il d’en donner ? À l’époque, les artistes du Vésuve se divisaient en cartographes, illustrateurs de traités scientifiques et peintres de paysage. Quels sont le rôle et la place de Volaire parmi ceux-ci ?

18Est-ce l’Italie, et plus précisément Naples et son volcan, qui révèlent Volaire ? Ou bien est-ce Volaire qui révèle le Vésuve ? Seule cette fin du xviiie siècle pouvait permettre la rencontre entre un peintre toulonnais et un motif napolitain, entre une tradition du paysage et une conception moderne, entre l’art et la science.

Notes

1 Sur la famille Volaire à Toulon, voir le très précieux article de Charles Ginoux, Peintres, sculpteurs, architectes et autres artistes nés à Toulon ou y ayant vécu (1366-1893), in La Revue de l’Art Français, Paris, 1895, p. 156-166.

2 Il est mentionné comme « Volaire le fils » pour le distinguer de son père. « Sous cette dénomination, il lui fut payé en 1755, 70 livres pour avoir réparé les deux grands tableaux exécutés en 1718, qui se trouvent dans la chapelle du Corpus Domini de la cathédrale, et peint, en imitation de marbre du Languedoc, la partie non couverte de marbre du sous-bassement de la même chapelle. » Ginoux, C., Le chevalier Volaire et les autres peintres toulonnnais de ce nom. (1660-1831), in Réunion des sociétés des Beaux-Arts des départements, 1893, p. 268. Ce paiement est naturellement différé et concerne des travaux exécutés probablement en 1754 avant l’engagement de Volaire par Vernet.

3 Registre de l’impôt de capitation de 1701. Cf. Ginoux, C., 1893, p. 265.

4 Nous trouvons son nom dans les comptes trésoraires entre 1729 et 1766. Cf. Ginoux, C., 1893, p. 265. Jacques est lui-même petit-fils de Jean Jacques (documenté à Toulon de 1639 à 1655), peintre officiel de la ville de Toulon. Spécialiste de décors navals, il réalisa de nombreux travaux pour des vaisseaux. Cf. Bresc-Bautier, G., La peinture à Toulon au temps de Puget (1647-1680), in Mélanges à Pierre Rosenberg : Peintures et dessins en France et en Italie. xviie et xviiie siècles, Paris, 2001, p. 130-131.

5 Plusieurs auteurs attribuèrent faussement ce titre au chevalier Volaire. Nous remercions Madame Claude Allemand-Cosneau, Conservateur en chef du Musée des Beaux-Arts de Nantes, de nous avoir communiqué cette information.

6 Granges de Surgères, A. L. T. M. marquis de, Les artistes nantais... du Moyen-Âge à la Révolution. Notes et documents inédits, Paris, 1898, p. 454-455. Le dessin original qui servit de modèle à la gravure de la “Vue de la bourse” est conservé à la Société archéologique de Nantes. Un exemplaire du “Plan de la ville de Nantes”, gravé par Tardieu et Flipart, se trouve à Paris au département des Cartes et Plans de la Bibliothèque Nationale, sous la cote Ge DD 2987 (1183) B*.

7 Manœuvre, L., Joseph Vernet (1714-1789). Les ports de France, Arcueil, Anthèse, 1994, p. 157 : « 1754. 29 septembre. Vernet s’installe à Toulon. Il y rencontre Pierre-Jacques Volaire (1729-1802) qui entre comme élève dans son atelier. Volaire restera auprès de Vernet jusqu’en 1762. »

8 Cette périphrase est, depuis le xvie siècle (Bernardino Daniello, Venise, 1539), un lieu commun repris dans de nombreuses évocations littéraires de Naples. À titre d’exemple ce passage du Voyage historique d’Italie de Guyot de Merville : « Pour revenir à Naples, je pourrais vous en donner une idée parfaite en quatre mots, en vous disant que cette ville est un Paradis habité par les Diables. » Guyot de Merville, M., Voyage historique d’Italie, La Haye, 1729 (réédition partielle dans Italies, Anthologie des voyageurs français aux xviiie et xixe siècles, par Yves Hersant, Paris, 1988, p. 568).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable