Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chevalier Volaire

 | 
Émilie Beck

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent volume de la collection Mémoires et documents sur Rome et l’Italie méridionale se propose de faire connaître aux chercheurs, aux historiens et historiens de l’art, aux collectionneurs, mais aussi au grand public, le peintre français Pierre-Jacques Volaire, dit le Chevalier Volaire et, à travers sa biographie, de proposer quelques aperçus nouveaux sur la communauté française de Naples, son originalité et sa diversité, son rôle déterminant dans les activités culturelles et artistiques de la ville.

2Le chevalier Volaire est un peintre toulonnais encore mal connu et trop souvent classé sous la simple mention d’« élève de Vernet ». Nous entendons corriger cette vision partiale et partielle de l’artiste pour lui rendre sa véritable place dans l’histoire de l’art français et italien. Les archives françaises, italiennes et britanniques nous ont livré de nombreux documents inédits sur sa situation familiale et professionnelle à Naples, son milieu et ses fréquentations. Nous les avons fait figurer en annexe. Les recherches bibliographiques nous ont aussi permis de donner un éclairage nouveau sur sa carrière à Naples. Nous pouvons ainsi replacer ce védutiste français dans le contexte social, politique, scientifique et culturel de son temps.

3Notre travail doit beaucoup à l’aide estimable que nous avons reçue en France, en Italie, en Grande-Bretagne et en Russie.

4Nous adressons notre profonde gratitude à Monsieur Pierre Rosenberg, de l’Académie française, dont la disponibilité attentive, les encouragements et les précieux conseils ne nous ont jamais manqué ; nous tenons à lui témoigner ici notre plus vive et notre plus sincère reconnaissance pour le temps qu’il nous a accordé avec gentillesse et pour les nombreuses informations dont il nous a fait part.

5Nous voulons aussi adresser nos remerciements à Monsieur Nicola Spinosa, Soprintendente Speciale per il Polo Napoletano, qui a soutenu notre recherche avec une sollicitude constante, à Monsieur Jean-Pierre Brun, Directeur du Centre Jean Bérard, qui a pris la responsabilité de cette publication, à Monsieur Alain Mérot, Professeur à l’Université de Paris IV Sorbonne et Directeur du Département d’Histoire de l’Art Moderne qui a dirigé nos travaux avec une grande attention ; à Madame Daniela Gallo, Maître de Conférences à l’Université de Paris IV Sorbonne, qui n’a cessé de nous prodiguer conseils, informations et encouragements et a bien voulu préfacer cet ouvrage, à Mesdames Laura Vallet, Professeur à l’Istituto Universitario Suor Orsola Benincasa et Elisabeth Chevallier, Professeur honoraire à l’École Normale Supérieure, qui ont relu ce texte avec un regard à la fois critique et bienveillant; à la Dottoressa Cornelia Del Mercato, Conservateur à l’Archivio Storico del Banco di Napoli, qui a guidé notre travail dans les archives napolitaines; à Monsieur Olivier Michel, Bibliothécaire honoraire de l’École Française de Rome, qui nous a fait partager avec gentillesse ses connaissances.

6Nous remercions également Mesdames Claude Allemand-Cosneau, Maud Beck, Cécile Bernard, Véronique Bruez, Maria Francesca Buonaiuto, Marina Causa Picone, Elvira Chiosi, Dominique Choffel, Marietta Corsini, Irina Kouznetsova, Annette Lloyd Morgan, Rossana Muzii, Magda Novelli-Radice, Anna Ottani-Cavina, Chantai Pellegrin, Marina Pierobon, Patrizia Piscitello, Agnès Pouillon, Anna Maria Rao, Virginie Richardson et Marie-Catherine Sahut, ainsi que Messieurs Didier Aaron, Giancarlo Alisio, François-Xavier Amprimoz, Diederik Bakhuys, Bernard Beck, Gennaro Borrelli, Étienne Bréton, Philip Conisbee, Oleg Demiantchenko, Leonardo Di Mauro, Guillaume Faroult, Bob Haboldt, Nicolas Joly, Carlo Knight, Gérard Labrot, Stéphane Loire, Jean Migrenne, Emmanuel Moatti, Claudio Novelli, Benjamin Peronnet, Roberto Rojas Gómez, Jean-Luc Ryaux, Nicolaï Ryjikh, Vincenzo Rizzo, Paolo Saiello, Yves Saint-Martin, Lucien Solanet, Alain Tapié et Gary Thorn. Nous remercions également les collectionneurs qui nous ont aimablement donné accès à leurs oeuvres, les équipes du Centre Jean Bérard, de l’Archivio di Stato di Napoli et de la Sociétà Napoletana di Storia Patria, ainsi que celles des services photographiques des musées et des maisons de vente, pour leur collaboration précieuse.

7Nous tenons à remercier, pour leur précieuse contribution, l’Istituto Banco di Napoli-Fondazione et la Ville de Toulon, dont le mécénat a largement contribué à l’édition de cet ouvrage, ainsi que l’Institut Français de Naples et le Centre Jean Bérard de Naples qui ont pris en charge l’édition.

Fig. 1-École provençale vers 1770, Portait présumé du chevalier Volaire. H. /t. 98 X 76 cm. Paris, Maître Kohn, 18. 11. 1997.

Table des illustrations

Légende Fig. 1-École provençale vers 1770, Portait présumé du chevalier Volaire. H. /t. 98 X 76 cm. Paris, Maître Kohn, 18. 11. 1997.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 863k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540