Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chevalier Volaire

 | 
Émilie Beck

Préface

Daniela Gallo

Texte intégral

1Ce fut à Naples, la ville du Vésuve, dans un milieu aussi hétérogène que celui des ambassades, des marchands d’art et des voyageurs du Grand Tour, que Pierre-Jacques Antoine Volaire, né à Toulon en 1729, réussit à se faire une renommée européenne de peintre de vedute. Venu de Rome en 1767, il devait y rester jusqu’à sa mort, en 1799, non sans avoir épousé une Napolitaine cinq ans après son arrivée. Or, la cour de Ferdinand IV ne voyait pas d’un bon oeil les Français, alliés de l’Espagne, qui, à Naples, n’avaient jamais eu une ambassade aussi importante que celle de Rome. C’est dire que, pour réussir, le chevalier Volaire ne put pas compter seulement sur l’appui de ses compatriotes ni sur des soutiens institutionnels. Il s’installa à Chiaia, entre la ville et la campagne, entre la terre, le ciel et la mer, avec, pour toile de fond, le Vésuve. Cet endroit rêvé pour un peintre de paysage était aussi le nouveau quartier à la mode, fréquenté par les jeunes aristocrates et par les voyageurs qui venaient y acheter les tableaux de vedute, souvenirs de leur séjour. Quels furent les rapports entretenus par le chevalier Volaire avec ses confrères paysagistes, tels que Pietro Fabris, Antonio Joli ou l’autrichien Wütky, qui – c’est le cas des deux premiers – étaient aussi parfois ses voisins ? Quelles étaient les spécificités de ses vedute diurnes ou nocturnes ? Pourquoi Volaire finit-il par se consacrer davantage aux nocturnes, pour faire du Vésuve le vrai protagoniste de ses compositions ? Comment réussit-il à varier ses formules ? Pourquoi et auprès de qui eut-il du succès ?

2Voici quelques-unes des questions soulevées par Emilie Beck-Saiello dans ce livre, qui est un heureux témoignage de la façon dont une analyse formelle et stylistique bien menée peut tirer profit d’un travail documentaire intelligent. Ce n’est pas seulement la carrière napolitaine du chevalier Volaire qui s’éclaire d’un jour nouveau, ce sont des réseaux d’étrangers, de passage ou vivant à Naples, d’artistes et de marchands, qui ont été reconstitués par l’auteur grâce aux trouvailles dans les archives et à une lecture attentive des récits de voyages et des correspondances. Bien qu’elle soit avant tout un livre d’histoire de l’art, cette monographie est un apport important tant pour l’historien du goût et du marché artistique que pour l’historien tout court, qui pourra y puiser des données utiles pour mieux cerner les liens entre Naples et la France dans une période aussi compliquée que le dernier quart du xviiie siècle.

3Quant à la production du peintre, elle a été passée au crible par Emilie Beck-Saiello. En opérant une classification typologique et en se fondant sur les tableaux signés, elle nous montre comment Volaire sut faire appel à la crainte, à la curiosité et à la sensibilité du public pour imposer ses oeuvres. Peu nombreuses sont les pièces uniques, car le succès – et, peut-être, la nécessité du gain – amenèrent l’artiste à réaliser des tableaux qui sont tout simplement des variantes d’un schéma favori ou des répliques d’une même composition. D’où la complexité de la tâche de l’historien qui aborde l’étude d’une telle production et le mérite de ce livre, qui, nous le redisons, sera désormais un jalon décisif dans les études sur la veduta et, plus généralement, sur le Grand Tour à Naples dans la seconde moitié du xviiie siècle. Car c’est seulement en acceptant d’élargir le champ de l’enquête et de bâtir des ponts entre les recherches des historiens de l’art antique, des modernistes, voire des historiens des sciences ou de la diplomatie – comme cela a été le cas dans cette monographie – que l’on peut espérer faire progresser les connaissances dans le domaine, riche et complexe, des études sur l’art, le marché et les collections dans l’Europe du Settecento.

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540