Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vannerie dans l'Antiquité romaine

 | 
Magali Cullin-Mingaud

Troisième partie : Une production diversifiée

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Témoins de la culture matérielle romaine au même titre que les objets en matériaux pérennes, les ouvrages de vannerie représentaient des ustensiles de première nécessité employés dans de multiples situations de la vie quotidienne — usages domestique, agricole, militaire, religieux, architectural. Quelles que fussent ses modalités — artisanat d’échoppe urbain, fabrication domestique en ville ou dans les campagnes —, la production devait répondre à une demande soutenue, et ce d’autant plus que ces produits étaient certainement très bon marché par rapport à des produits identiques réalisés à partir d’un autre matériau, métal ou cuir notamment. De par la possibilité, selon les zones géographiques, de les poisser ou de les bitumer, ces contenants perméables par nature pouvaient être transformés en récipients étanches, faisant ainsi concurrence aux matériaux plus coûteux (voir Strabon, Géogr., 16, 1, 9 : « avec les fibres artistement tressées de ces plantes [roseaux et joncs] on fait dans le pays [la Babylonie], toute sorte de petits ustensiles, dont quelques-uns peuvent même contenir de l’eau — ceux-là sont revêtus tout autour d’un enduit de bitume », trad. A. Tardieu), mais généralement on les laisse dans leur état naturel et on les affecte à d’autres usages). Paradoxalement, les témoignages archéologiques ne sont qu’un pâle reflet de cette production abondante mais périssable. En revanche, si l’on prend en considération les sources littéraires et la tradition iconographique, on est saisi par la large diffusion de ces objets et par leur grande variété. L’étude de l’iconographie offre l’avantage d’être la première source de connaissance sur les vanneries, même si parfois le réalisme de certaines représentations peut être mis en question. Les images permettent cependant d’apprécier la diversité des formes complètes, information qui fait le plus défaut aux vestiges archéologiques. Outre les paniers et les corbeilles d’un usage répandu, l’ensemble de la documentation révèle une production fort diversifiée, a fortiori si l’on garde à l’esprit que la totalité des ustensiles confectionnés n’est pas nécessairement mentionnée par les auteurs. Elle met en lumière toutes sortes d’objets dont l’usage a perduré jusqu’au XIXe siècle voire jusqu’à nos jours, tandis que d’autres ont disparu. Un examen de la production contemporaine de vanneries à travers le monde ou encore des collections ethnographiques rassemblées dans les musées révèle la liberté technique et esthétique que permet cet artisanat d’apparence rudimentaire. Il autorise parfois d’enrichissantes comparaisons avec les données de l’Antiquité. Cette approche comparatiste livre sans conteste un éclairage sur ce que pouvait être la richesse de la production romaine toujours à même de s’adapter aux besoins de chacun en toute circonstance.

2La terminologie latine des récipients de vannerie est ainsi riche de nombreux éléments. C’est pourquoi paniers et corbeilles font l’objet d’un chapitre particulier, présenté sous la forme d’un lexique. Le second chapitre présente tous les autres ouvrages relevant de l’activité de vannier. Étant donné que le champ lexical de chaque produit fini est beaucoup plus réduit, ils seront regroupés en fonction de leur usage.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable